Anda di halaman 1dari 37

souffle mystique (sm)

les origines

Scénario de Gwenn
D’après l’univers de Warcraft de Blizzard Entertainement

Et d’après les personnages inspirés par les membres


de la guilde «Souffle Mystique» de Rashgarroth
http://www.wowsm.net/

Illustrations de Gwenn
http://songesdecalliope.blogspot.com/

Textures originales
http://www.bittbox.com/
l
e prêtre nain admirait fièrement Les deux militaires acquiescèrent. Puis le che-
son œuvre. Grâce à lui les deux valier Alexck confia les deux orphelins au frère
jumelles avaient pu naitre sans Thoth avant de quitter la chambre.
encombres et la mère se portait
bien. Avec l’afflux de réfugiés
provenant de feu la citée d’Hur- chapitre i
levent, les médecins avaient fort situation de guerre
à faire ailleurs et des solutions alternatives devai-
ent parfois être trouvées. Le frère Thoth cepen- Les rues de Lordaeron étaient une vraie fourmi-
dant connaissait suffisamment l’art de la méde- lière, où aventuriers, militaires de la récente al-
cine pour ne pas avoir risqué la vie de la jeune liance, vendeurs ambulants, ouvriers où simples
mère et de ses deux filles, et puis l’accouchement passants battaient le pavé. Malgré la chute du
des humaines, même si c’était la première fois royaume d’Hurlevent et la mort tragique du roi
qu’il le pratiquait, n’avait pas grand-chose de dif- Llane Wrynn, il régnait un climat serein. L’hu-
férent avec celui des naines. manité était désormais dotée de la plus grande
puissance militaire jamais existante et ce, malgré
La phase de repos requise arrivant à son terme, le refus du royaume de Gilnéas d’apporter son
le prêtre autorisa les premiers visiteurs à voir les soutient.
deux poupons. Les premiers visiteurs furent un
officier flanqué d’un fils d’une douzaine d’année Les réfugiés d’Hurlevent et les orphelins de la ci-
et brillant par sa nonchalance, ils furent bientôt tée martyr avaient séché leur larme et criaient dé-
rejoints par un chevalier accompagnés de deux sormais vengeance. La bannière azure flanquée
enfants assez jeunes que le nain s’imagina être du lion doré d’Azeroth surplomberait bientôt les
des orphelins d’Hurlevent. La première était une amoncellements de cadavres orcs sur les champs
fillette aux cheveux blond d’une dizaine d’année de batailles.
et apparemment assez teigneuse. Le garçon, plus
jeune, plus calme, semblait être en admiration Entre un quémandeur et un tranfiquant d’or, l’of-
devant le chevalier qui lui le tenait par la main, ficier et le chevalier Alexck purent échanger quel-
le chevalier Alexck. ques propos sur la situation.

Ce dernier salua respectueusement l’officier à « J’imagine la tête d’Andrenaor s’il avait vu Ve-
ses côtés avant de lancer un grand sourire à la rona accoucher avec l’aide d’un nain. » brailla
jeune mère. Thoth sembla remarquer à la fois l’officier.
de l’amertume et de la tendresse dans ce sourire.
Alexck n’était pas le père des deux fillettes, mais « Je ne vous le fait pas dire Commander Briggs.
il aurait bien voulut se dit-il intérieurement. En- Dites moi, ne craignez vous pas d’avoir laissé vo-
fin bref, les drames des humains étaient toujours tre fils seul avec toute cette foule ? »
larmoyants et profondément ennuyeux.
« Ne vous inquiétez pas pour lui. Guyome est
Le chevalier guida par la main les deux orphelins un garçon plein de ressources. Il n’a plus besoin
vers les nouvelles-nées. Il mit un genou à terre, d’aide, contrairement à vos deux orphelins. »
pour être a la hauteur des enfants :
Les deux hommes arrivèrent devant une impo-
« Petite Paf, Rachnae, je vous présente Noum et sante bâtisse, dont les pans étaient dévalé par de
Gwennaell. Les filles d’Andreanor de Faurecroy, longues tentures bleu azure ornées de têtes de
ce héro d’Hurlevent dont je vous ai parlé sur la lions.
route de Lordaeron. »
« Nous y voilà. Le « comte » doit déjà être à l’in-
Quelqu’un toussota derrière eux. Alexck et l’offi- térieur. Il préfère certainement se pencher sur le
cier se retournèrent devant un messager. sort des orcs, que sur la naissance de ses filles. »
railla Briggs.
« Commander Briggs, Chevalier Alexck. Vous êtes
demandés d’urgence au conseil de l’alliance. » Le tumulte qui régnait dans les rues de Lordae-

1
ron n’était rien comparé à l’agitation qui secouait que la horde avance à travers le Khaz Modan. »
l’hôtel de campagne. Diplomates, officiers, sol-
dats, elfes nains humains couraient dans tout Un silence un peu plus long que le précédent
les sens. Malgré tout, un jeune soldat vint à leur commença à s’installer avant que Briggs s’exalta
rencontre et leur demanda respectueusement de d’une euphorie inexplicable.
le suivre. Après moultes bousculades, les deux of-
ficiers se retrouvèrent dans une salle de réunion « C’est une excellente nouvelle ! » devant l’incré-
d’état major où de nombreux guerriers et magi- dulité de l’assistance il se chargea vite de s’expli-
ciens étaient penchés au dessus d’une myriade de quer.
cartes. Cependant aucuns des pontes de la récen-
te alliance ne semblait être présent. « L’attaque du Khaz Modan est sans doute mo-
tivée par une nécessité en ressources. Un avant-
Un Marechal s’exclama à vive voie lorsqu’il vit poste de Forgefer qui tombe, et les nains rejoi-
les deux hommes s’introduirent dans la salle, gnent l’alliance. À plus où moins court terme, on
poussant le reste de l’assemblée à décrocher leur pourrait même envisager voir les marteaux-har-
regard des plans d’état major. dis rejoindre nos rangs. »

« Commander Briggs et Lieutenant-Chevalier Briggs arracha une carte à un des chefs de guerre
Alexck d’Hurlevent vous êtes les bienvenus parmi de Strom.
nous. » Il se présenta et passa en revu une poigné
des membres de l’assemblée. « Je suis le Maré- « Quant aux trolls. Ceux qui attaquent la région
chal Stalmann, mandaté par le roi Terenas Me- d’Arathi sont sans doute des Amanis. Les trolls
nethil. Les chefs des milices de Strom Kharaez et des glaces sont trop attachés à la vallée d’Alterac.
Meister seront à nos côtés pendant cette réunion, Si les Amanis ont fondé un pacte avec les orcs, les
ainsi que le comte Andreanor de Faurecroy que thalassiens y verront une menace directe… »
je ne vous présente pas. »
« …et les hauts-elfes seront de notre côté. » le
Briggs le coupa presque coupa le chevalier Alexck.

« Tu nous as fait de magnifiques fillettes Andrea- « Mais est-il envisageable de faire cohabiter les
nor, tu sais ? » nains et les elfes sous une même bannière. »
questionna le maréchal ?
Andreanor repondit par un « C’est bien proba-
ble.» avant de se replonger dans l’étude des car- « Six des sept nations humaines l’ont bien fait
tes. Les seigneurs Kharaez et Meister prirent tour pourquoi pas eux ? » Personne n’eut le temps de
à tour la parole. s’intéresser à celui qui avait fait cette déclaration,
car les propos étaient déjà moqués ouvertement
« Nous avons eut de sérieuses escarmouches sur par le comte de Faurecroy.
les terres d’Arathi. » Commença Kharaez.

Meister traça des cercles imaginaires sur plusieurs chapitre ii


points de la carte. naissance d’un mythe

« Nous avons été largement secoués ici, ici, là où Alexck, Briggs et Stalmann se retrouvèrent seules
encore là. » dans la salle de réunion.

« Par des trolls, des trolls de la horde… » Lança le « Malheureusement Andreanor n’est pas le seul à
Maréchal en guise de conclusion. penser ce genre de choses. »

Un court silence fut brisé par Andreanor, téné- Les propos du Maréchal étaient teintés d’amer-
breux. tume.

« Sans compter que nos informateurs signalent « Pour que l’Alliance marche, il faut déjà que les

2
peuples qui la compose où qui peuvent la com- les hauts-elfes n’étaient jamais des laissés-pour-
poser se respectent entre eux. » compte car ils maitrisaient la magie dans le res-
pect des règles. D’autre part on avait jamais vu
Stalmann se grata le menton et regarda vers le un nain manipuler de la magie, tout du moins à
fond de la salle, pourtant vide. Dalaran. Le chevalier était donc perdu en plein
milieu des plaines d’Arathi avec deux magiciens
« Mais pour être franc avec vous, ce n’est pas les tout ce qu’il y avait de plus humains. Cependant
trolls ni les dissensions au sein de l’alliance qui il y avait quand même ces choses insupportables
me posent soucis. » que Dalaran leur avait certainement volontier cé-
dés : des gnomes.
Il reconsidéra ses deux interlocuteurs.
Malgré l’ordre de silence, les deux sorciers bavar-
« Ce qui me fait peur, vraiment peur, c’est la ma- daient au gré des piaillements des gnomes. Assis
gie des orcs. Elle semble incommensurablement devant eux sur leur selle.
plus puissante que celle des mages de Dalaran.
La horde est bestiale mais leurs sorciers sont « Messire Gorann, pensez vous que nous appren-
doués. Il nous faut quelqu’un pour observer et dront beaucoup de la sorcellerie de la horde ? »
comprendre leur sciences de l’occulte. »
« L’avenir nous le dira, mon cher Belgothar. Tou-
Il s’adressa directement à Alexck. jours est il qu’en cas d’imprévus faites exactement
ce que je fais. »
« J’ai réussi a débauché un magicien et son ap-
prenti de Dalaran dans ce but. Je veux que vous Une petite voix stridente se fit entendre au ni-
vous chargiez de leur protection Chevalier. Du- veau de la poitrine du mage le plus agé.
rant le début de la guerre qui s’annonce, vous
n’aurez de cesse d’observer et de rapporter les « Partir à l’aventure est siiiiiii amusant. Ici pas de
faits et gestes des sorciers de la horde. » remontrances lorsque l’on rôti un écureuil d’un
clin d’œil. »
Alexck s’apprêta à se mettre au garde à vous, en
signe d’acceptation quand Briggs claqua bruyam- Une autre voix gazouillante se mit à émettre sur
ment dans ses mains. la selle de l’autre mage.

« J’ai une meilleure idée Maréchal ! » S’exclama « Dame Luyinda, faut-il vous rappeler que lors-
t-il avant de reprendre son calme. que vous avez voulu vous débarrasser de ce ter-
rifiant rongeur arboricole, vous avez entièrement
« Dalaran est plein de laissés pour compte pour incendié les jardins de maitre Antonidas ? »
des raisons raciales où autres. Prenons ces indi-
vidus et intégrons-les dans une unité dont le rôle Sur ce la gnomette émit un rire presque hystéri-
sera d’étudier la magie de la horde… que.
En cas de réussite, nous pourront annoncer fiè-
rement qu’une force conjointe d’elfe, d’humains « Par la lumière sir Nagul. Voulez vous vous taire
et de nains à déjouer les plans de la horde. De enfin ? Prenez donc l’exemple de votre confrère
plus si les sujets apprennent à utiliser la magie qui se tait depuis le début de ce fichu voyage. »
des sorciers orcs et qu’ils la retourne contre eux,
l’alliance crachera un souffle mystique et brûlant « Le sir Sébi ne dit rien depuis longtemps car il
dont la horde ne se relèvera pas. » vous boude Messire Alexck. Vous n’auriez pas du
refuser ce duel à l’amiable qu’il vous proposait. »
lui répondit le gnome assis devant Gorann.
chapÎtre iii
sur le terrain Le paladin fit interrompre toutes remarques en
levant le poing au niveau de son visage. Le silence
Le plan de Briggs avait quelque chose d’alléchant s’installa enfin. Alexck indiqua des traces de pas
mais au font il marchait à peine. D’une part, humanoïdes bien plus larges que tout ce qu’il

3
avait pu voir auparavant. Il pressa la compagnie chose, il recula sans un bruit et se tassa derrière
à quitter la route et à prendre de la hauteur tout un petit talus, toujours à vu de ses compagnons.
en faisant attention de ne laisser que le moins Il s’essaya à refaire l’incantation de l’ogre-magi
de traces possibles. Ils couchèrent leurs montures pensant avoir compris la trame du sortillège. Le
sur un petit plateau qui surplombait la plaine et talent fit le reste et le sort fonctionna. Belgothar
commencèrent à scrupter le contrebas, cachés en se retrouva face à une monstrueuse créature à la
partie par la végétation. Le paladin sorti une lon- machoire hérissée de crocs tranchants et à la peau
gue-vue de son étui avant qu’un des sorciers gno- écailleuse. Deux longues tentacules partant de la
mes ne lui signal qu’elle était marqué « Arnold et base de son crâne semblaient osculter le monde
Willy - Frères ingénieurs » signe de la supériorité qui l’entourait. Les petits yeux malins de la mons-
des gnomes dans le domaine de l’ingénierie. Le truosité fixaient le sorcier humain, mais pourtant
chevalier ne tint pas compte de cette remarque. la bête remuait bêtement la queue, comme tout
bon chien devant son maitre.
Il remarqua un foyer lumineux derrière un fourré
et orienta son investigation sur lui. A travers les Le souffle coupé Blegothar rampa vers son com-
branchages et les feuilles, il vit apparaître l’une pagnon et lui tira sur la cheville dès qu’il fut à
des têtes d’un ogri-mage. bonne hauteur. L’autre mage et le paladin se re-
tournèrent vivement, prêt à attaquer.
« Mmmmh ! Un rituel là bas. » Il tendit le doigt
dans la direction en donnant la longue vue à Go- « Messire Gorann, Messire Gorann, j’ai réussit à
rann. créer une chose, un truc, c’est énorme regarder là
bas ! »
« Il y a au moins un ogre-magi et trois orcs. A la Il pointait du doigt l’arrière du talus, cependant
vue des attributs, ça m’a l’air être du clan du Mar- rien ne s’y trouvait.
teau du crépuscule. Mauvais. » Conclu le mage.
« Qu’avez-vous donc fait par l’amour des arca-
« Je vais descendre, avec Belgothar et Gorann » nes ? Mon bon Belgothar » S’enquit Gorann.
déclara le paladin. « Vous restez ici et vous gardez
nos montures » lança t-il aux gnomes. « Elle était là devant moi, mais elle a disparue ! »
souffla le sorcier, presque affolé parce qu’il venait
« Hé ! c’est pas bien normal tout ça, on est plus de concevoir.
petit on peut se faufiler nous ! »
« Ce ne serait pas ça que vous cherchez par ha-
Devant la réaction de Nagul, le Paladin montra sard ? »
du doigt la chevelure rose claquant de la gno-
mette. Alexck pointait une forme quasi canine qui fon-
çait droit sur le lieu du rituel toutes tentacules
« Vous restez trop voyant, mes petits amis. » devant. Elle venait délibérément de contourner
les trois compères, pour s’attaquer à la source de
Sur ce les trois humains descendirent de leur per- magie droit devant elle.
choir et s’avancèrent furtivement vers le site du
rituel. « On doit vous féliciter sans doute ? » pesta le
chevalier.
***
Les tentacules se fichèrent dans le dos d’un né-
Une pesante effluve de souffre stagnait sur le site. crolyte orc le vidant en quelques secondes de sa
Cela couvrait au moins leur odeur. Ils étaient à substance.
une vingtaine de mètres, dissimulés prudem-
ment derrière des fourrés. Alexck gardait toute- Sortant de leurs transes les deux autres nécroly-
fois la main sur la garde de son épée, juste au tes et l’ogre-magi s’écartèrent de la créature et de
cas où. Belgothar avait sorti sa propre longue vue ses tentacules maudites. Elle se jeta sur un autre
et commença a tenter de lire les incantations sur orc, l’autre en profita pour lui asséner un coup de
les lèvres de l’ogre-magi. Puis il tenta quelques hache dans le dos la tuant sur le coup. L’attaque
4
avait toutefois laissé son compagnon exsangue. devant lui dans un tourbillon de givre mordant.
L’ogre cessa de courir, ses membres antérieurs
« Cachez vous ! » ordonna le paladin d’une voix pris dans une épaisse couche de givre. Il ne put
étouffée. même pas se retourner pour voir la multitude de
projectiles magiques, givrants où incandescents
Presque simultanément, le nécrolyte encore va- qui lui arrachèrent le dos. Il sombra dans une
lide fut atteint dans le dos par une énorme boule posture ridicule. Une épée chargée d’énergie sa-
de feu qui le laissa inconscient. Il se réveilla une crée fini par lui trancher ses deux têtes.
pincée de secondes après quand les flammes em-
brasèrent sa robe et ses chairs. Au loin un buggle de guerre résonna.

« Et ouais ! Service assuré ! »


chapitre iv
Le paladin et le sorcier fixaient le mage, l’air in- ombre sanglante
terdit, les yeux quasiment exorbités. Leur sang se
glaça d’autant plus quant ils entendirent l’ogre- Tapis dans l’ombre et les feuillage, les trois hu-
magi rugir de colère. Il incanta une puissante mains et les trois gnomes scrutaient avec anxiété
vague de flamme qui aurait réduit Gorann en les orcs et les trolls sur le traces.
cendre si le paladin ne s’était pas interposé en
repoussant le sortilège impie par la puissance « On les laisse passer. Pas d’invocations ni de
et la grâce de la lumière. Puis tout autour d’eux, boules de feu cette fois ci ! Compris ? »
un nuage maléfique obstrua leur horizon. Des
chuintements recouvrirent les cris de rages de Les deux sorciers humains hochèrent vivement la
l’ogre et des colossales araignées d’un rouge écar- tête devant le paladin.
late jaillirent du brouillard magique. L’ogre-magi
toisa le trio et émit un ricanement plein de mal- Le bruit de la meute orc s’amplifia. Et très vite les
faisance. premières têtes serties d’yeux rouges malfaisants
et de crocs baveux apparurent. Elles s’approchè-
Les arachnides empêchaient toutes retraite. L’in- rent dangereusement de la position de la compa-
vocateur pépara un sort qui mettrait un terme à gnie mais s’immobilisèrent lorsqu’une ombre se
leur vie de la manière la plus brutale qu’il soit. glissa devant eux.
Puis tout en incantant, il se mit à rétrécir, rétrécir
encore jusqu’à se courber. Il termina son incanta- Les deux premiers orcs se ruèrent sur ladite om-
tion par un « Béééééé » pathétique. bre en brandissant leur hache, hurlant leur cris
de guerre terrifiant. L’ombre brandit un fusil avec
Deux tornades de flammes verdoyantes balayè- une vivacité exceptionnelle et tira dans l’œil du
rent les araignées, déformant la chitine dans de premier orc qui s’affala de tout son long. Dans la
sinistres craquements sans qu’elles n’aient eu fraction de seconde qui s’ensuivit, il aurait était
le temps de bouger. Au travers de la fumée, les logique de voir l’ombre se faire trancher en deux
minuscules silhouettes des trois gnomes apparu- par le second orc, hors une deuxième détonation
rent. eut lieu, provenant du même fusil. Cette fois ci
l’orc fut cueillit en pleine gorge et s’étouffa dans
Le mouton reprit petit à petit sa forme initiale son sang avant de mourir. Puis deux nouveaux
d’ogre mécontent. Il recommença à incanter un tirs éliminèrent les deux orcs suivant, puis un cin-
sort puis il se rendit compte qu’aucuns sons ne quième tir terrassa un autre orc et évidemment le
sortaient de ses lèvres. Dans des gesticulations sixième trouva sa cible comme tout les autres.
grotesques il tenta de porter ses mains à sa gor- Ceci fait, un septième orc se jetta à son tour sur
ge puis lorsqu’il comprit l’origine du maléfice il l’ombre. D’un geste imperceptible le fusil se
tourna le dos au groupe et détala. Chacun de ses détacha des mains en décrivant une trajectoire
pas semblaient marqués par une onde de choc presque droite vers la créature à la peau verte.
sonore mais ses puissantes jambes le mettraient La baïonnette de l’arme à feu trouva le cœur de
à coup sur hors de porté des assaillants. Malgré l’orc. Deux autres membres de la horde s’élancè-
tout ces efforts, l’un des gnomes se téléporta juste rent alors que l’ombre agitait deux dagues char-
5
gés de puissantes runes magiques et aux fils des « Qu’est ce que trois humains et trois gnomes
lames abreuvées de poisons mortels. Le premier foutent dans le coin ? Vous avez perdu un an-
orc tenta de trancher les jambes tendit que l’autre neau ? »
visait le cou. L’ombre dans un mouvement sou-
ple se glissa entre les deux haches. Ses dagues par Alexck ne porta aucune attention sur la dernière
contre avaient trouvé une artère brachiale et une remarque, une blague certainement liée à la cul-
carotide. L’un des orcs sombra de suite, le deuxiè- ture d’origine de ce curieux personnage.
me se retourna mais une volé de coup traversè-
rent son plastron. Chaque coups porté émettait « Nous sommes en mission pour la glorieuse al-
un claquement donnant l’impression qu’une liance, mais pour ce qui est de nos ordres cela
petite pluie de grêle se déversait sur l’armure de doit rester secret. » répondit le paladin.
l’orc tellement l’enchainement était rapide. Au
final l’ombre croisa ses bras devant la gorge de « Si vos ordres étaient de dénicher la horde et bien
l’orc, laissant cette dernière entrouverte. La créa- vous les avez accomplis. Reste plus qu’à vous tirer
ture tomba raide morte sur le dos, évacuant un des pattes de leurs traqueurs maintenant. »
lit de feuille avec l’onde de choc. La tête roula un
peu plus loin. Il se redressa un peu plus encore. Belgothar en
profita pour lui restituer ses armes tombées sur
L’ombre contourna le dernier cadavre. Le com- le champ de batailles. L’inconnu glissa ses dagues
bat semblait fini. Presque aussi vif que l’homme dans leurs écrins et empoigna la crosse de son
en noir un troll sorti de nulle part et se rua sur fusil.
l’étrange guerrier. Il eut à peine le temps de le-
ver la tête décapitée avec le bout du pied et d’un « Sacrée arme » commenta le sorcier.
puissant swing de la jambe, de la projeter en di-
rection du visage de la créature à longue défense. « Un Arnold & Willy Mk IV. Un gros calibre ali-
Le choc fut sonore et les deux têtes se heurtèrent menté par un chargeur en tambour. C’est fabri-
dans un bruit terrible. Le troll tomba à la ren- qué sur mesure par des ingénieurs gnomes. C’est
verse et l’ombre était déjà sur lui mais elle fut sur que c’est pas la camelote refourguée par les
cueillie par un pied qui la repoussa. L’ombre tré- forges d’Alterac. »
bucha sur un cadavre et s’assoma en heurtant le
sol la tête première. Le troll se releva empoigna « Et vous vous faisiez quoi dans le coin ? » lança
sa lance et s’apprêta à achever celui qui leur avait Alexck.
fait tant mal. Son ventre s’ouvrit et deversa ses
entrailles sur le sol. Il tourna la tête avec horreur « La même chose que vous. Plus discrètement… »
et surprise, il vit un chevalier humain l’achevant Il fit mine de regarder le soleil. « D’ailleurs il se
en lui tranchant la tête. fait un peut tard mesdemoiselles, j’ai un message
à faire passer au haut commandement. A la re-
*** voyure. ! » Il se releva d’un bond et commença à
se diriger vers les lignes de l’alliance.
S’étant éloignés du lieu de tant de tumultes, la
compagnie trouva un renfoncement et purent « Une seconde messire. Vous êtes un combattant
s’occuper du mystérieux guerrier humain. Il re- très valeureux. Pourrais-je mettre un nom à celui
prit petit à petit connaissance. Etonné d’être en- dont je raconterais les prouesses ? » Lança le pa-
core en vie. Le paladin le congratula. ladin.

« Sacré combat que vous avez mené. » L’étranger se retourna et sembla rejeter quelque
chose d’invisible d’un geste de la main.
L’inconnu ne lui rendit pas son enthousiasme.
« Bah laissez tomber ça chevalier. » Il fit quelques
« Sauvé par un paladin…pouah. » Il se redressa. pas de plus puis se retourna de nouveau. « Je suis
« Et par des gnomes… » conclu-t-il tout en es- l’ombre qui vous occis la nuit venue, mais cer-
sayant de retrouver ses esprits. tains m’appellent Pervi.»

6
chapÎtre v
mission au caer darrow Le frère Bonben était originaire du Khaz Modan.
C’était un prêtre réputé de la garde mystique de
« Messire, je vous suis reconnaissant de me faire Forgefer mais il avait la particularité assez rare
partager votre expérience. » d’étudier aussi bien la voie de la lumière que de
celle des ombres.
« C’est naturel mon bon Belgothar. Avez-vous à
ce sujet questions qui vous taraudent ? » « Je vais tenter quelques choses, tenez vous prêt
Chevalier! »
« A vrai dire messire Gorann, vous m’avez dit à
plusieurs reprise qu’en cas de problèmes je de- Il se plaça au centre du cercle de rituel et rentra à
vais faire la même chose que vous... » son tour en transe. Petit à petit il changea d’aspect
jusqu’à être recouvert d’un halo sombre rendant
« Exactement. » ses traits indiscernables. Tout autour du cercle le
sol se mit à trembler et des mains cadavériques
« Cependant j’ai remarqué qu’en cas de problème commencèrent à percer la couche de terre juste
vous ne faisiez généralement rien. » sous leur pied.

« Si ! Je garde mon calme. Essentiellement. » Alexck planta sa lame dans le sol mouvant déga-
geant un puissant éclair de lumière.
La voix autoritaire d’un paladin rappela à l’ordre
les deux compères. « Que cette terre soit consacrée ! » Hurla-t-il.

« Quand vous aurez fini de bavassez vous deux Les morts vivants, apparemment orc, laissèrent
vous pourrez peut être commencer ? » échapper une éblouissante lumière du fond de
leur entrailles avant de se démanteler comme des
Le chevalier Alexck se retourna et continua à guet- châteaux de cartes.
ter les mouvements suspects à travers les arbres.
La région du Caer Darrow était assez proche de « Ils ont été sacrifié ceux là. » Commenta le nain
la capitale de l’Alliance. Cependant la horde avait tout en continuant à canaliser son sortilège.
réussit à mener des incursions jusqu’ici. Et jus-
qu’à récemment elle avait établi un campement Puis des formes fantomatiques apparurent. Leur
avancé à proximité mais qu’elle avait abandon- visages étaient humains… et familiers. Des voix
née rapidement. Quoi qu’il en soit, il ressentait d’outre-tombe s’élevèrent comme une seule.
un étrange malaise.
« Frère Alexck ? Est-ce bien toi ? »
« Ils ont du amener des pierres de pouvoirs ici et
effectuer des rituels, je ressens encore les effets Le paladin resta bouche bée devant ces êtres im-
sur l’environnement. » matériels.

Alexck observa la magicienne gnome sortant de « Par la lumière ! Frère Baldwin, frère Bartelos !
sa transe. Êtes-vous… ? »

« Quel était ce rituel dame Toauti ? » demanda- « …morts ? Oui. Lorsque nous défendions Hur-
t-il. levent. Mais le sorcier nommé Gul’dan ne nous
a jamais laissé connaître le repos... Jusqu’à très
« Ils ont employés les pierres de la rune sacrée de récemment. »
Caer Darrow pour leur office. Le rituel a impli-
qué des énergies très puissante. » Le paladin s’inclina devant ses anciens frères
d’arme. Les fantômes reprirent leur discours d’un
« Et très malfaisante. » Une voix teintée d’un fort ton laconique.
accent nain venait de s’élever derrière le cheva-
lier. « Nos esprits ont été contraints d’abandonner

7
nos corps. Pour accueillir des esprits plus féroces. « Nous n’aurons d’autre choix que le combat. »
Ce fut un échec. Mais ce n’est qu’une question de Admit le chevalier avant de continuer.
temps. » « Ce n’est pas votre guerre, partez Seigneur. »

Une larme coula le long de la joue du chevalier. « Un marteaux-hardis ne refuse jamais un com-
Chose qui apparemment n’échappa nullement bat aux côtés des siens, par tout les diables. Et
aux revenants. tant que je serais le Thane Kharadok, je ne tour-
nerais pas le dos à mes frères. »
« N’émet aucuns regrets pour nous frère. Car en
ces terres maudites se jouera le destin de l’huma- Le nain jeta un coup d’œil aux alentours.
nité. En ces terres la vérité et la justice brilleront
au grand jour. » « La horde a laissé de bazar pour monter une em-
buscade. Je vais cacher ma bête derrière ses bâti-
Les voix baissèrent de tonalité avant de disparaî- ments là bas. »
tre.
« Nous sommes ici pour étudier les faits et gestes
« Adieu frère Alexck. » de la horde, ne tentons rien sauf s’il y a vraiment
un danger. »
L’image des anciens compagnons du paladin
disparue. Presque simultanément un battement « Nous risquons de perdre l’avantage de la ba-
d’aile puissant se fit entendre au dessus de leur taille mon garçon. » S’enquit le nain.
tête. Un griphon se posa juste à côté. Un nain
à la barbe flamboyante en descendit. C’était un « Attendons juste quelques instants. »
nain du clan des marteaux hardis. Ils étaient ré-
putés pour vivre à la surface et d’être de constitu- L’avantage qu’avait la compagnie, c’est qu’el-
tion plus faible que la moyenne. Concernant ce le était composée en majorité de gnomes. Ils
spécimen, sa musculature n’avait rien à envier à n’auraient donc aucunes difficultés à se cacher
celle des Barbebronze. Alexck remarqua le diadè- aux yeux des orcs. Par contre l’odorat développé
me serti d’une pierre rouge sur son front. C’était des trolls pourrait leur jouer un tour. La chance
donc un Thane, une sorte de roi où de chef de rentrait donc en compte. Les troupes se réparti-
guerre dans la culture naine. Sa présence ici était rent alors dans trois huttes de conception orc.
plutôt imprévue, surtout que les marteaux hardis Le chevalier se faufila dans celle occupée par les
n’étaient officiellement pas engagés aux côtés de deux autres humains.
l’alliance.
« Surtout ne tentez rien vous deux ! »
« Qu’est ce que l’Alliance peut faire pour vous,
mon seigneur ? » demanda avec révérence le pa-
ladin. chapÎtre vi
pris aux piÈge
« Ne perdons pas de temps en bavardage par la
barbe de Kordren ! Des orcs se dirigent droit sur Les orcs accompagnés d’une poignée de trolls
vous. » Lança le nain tout en agrippant la hache arrivèrent peu de temps après au pas de course,
qu’il tenait dans le dos. mais ils ne remarquèrent apparemment pas la
présence de l’alliance. Sans trop s’enfoncer sur
« Ils viennent du sud ? » le site, ils commencèrent à décharger du maté-
riel. De l’artillerie en majorité. Quel feu d’artifice
« Evidemment. » retorqua le Thane. avaient-ils donc en tête ? Une chose était sure,
il s’agissait principalement de guerriers, aucuns
Il était évident que la horde remontait vers eux. sorciers n’accompagnaient la troupe.
Mais ils auraient pu espérer les voir débarquer du
nord, en traversant le lac Darrowere. Dans la con- Un pisteur troll commença a renifler quelque
figuration actuelle, la compagnie n’avait aucuns chose et s’approcha d’une des huttes. Les orcs
moyens de fuir. étaient bien trop nombreux pour une attaque

8
directe. Si le troll découvrait la présence de ses balle spéciale dans la chambre de son fusil et fit
ennemis, la compagnie aurait bien l’avantage de feu rapidement. Le projectile magique toucha de
lancer une pluie de sorts sur la horde. Malheu- plein fouet l’orc au centre le vaporisant dans une
reusement cela ne suffirait certainement pas. gerbe de sang gigantesque. Les projections d’os
criblèrent ses deux comparses à côtés de lui.
Tout en reniflant, le troll avança lentement. Plus
il s’approchait, plus son visage se transformait en « Maintenant !!! » hurla le Thane nain en se
un féroce masque de haine. Il tenait solidement ruant hors de la hutte, prenant par surprise un
la hampe de sa lance, paré à toute éventualité. orc et en lui plantant le tranchant de sa hache
Une odeur inconnue devenait de plus en plus dans le ventre. Par tous les interstices des huttes,
nette et il continua inexorablement son appro- les minuscules gnomes s’extirpèrent et arrosèrent
che alors que tout le monde dans la hutte rete- les assaillants de sorts multiples carbonisant les
nait son souffle, prêts à frapper les premiers. derniers assaillants. Une explosion proche frap-
pa entre deux des huttes, projetant en arrière les
Par chance, un officier l’appela immédiatement membres de l’alliance, heureusement sans en
et l’invita à le suivre. Le troll protesta, mais son tuer un seul.
chef se fit plus menaçant. A contre cœur il fit
demi tour et accompagna son chef derrière une Le thane comprit que les orcs avaient déjà réus-
charrette. Le supérieur lui donna l’ordre de dé- sit à assembler un des canons et commençait à
placer quelques débris au sol. Le sous-fifre s’exé- bombarder leur position. Dans le tumulte il en-
cuta, mais à la surprise générale, une fois abaissé tendit un rire insane et remarqua un goblin cou-
à sa tache, son chef lui glissa une lame en travers rant vers eux, accroché à ses sacs d’explosif. Le
la gorge. Un autre troll passa à côté à ce moment Thane lança sa hache qui faucha le goblin, mais
là et il eut droit au même sort. déjà deux autres s’apprêtaient à jouer les suici-
Il y eut un cri de terreur et une petite créature daires, alors que les servants du canon finissaient
verte pas plus grande qu’un gnome, que l’offi- de charger le canon à nouveau. Thorgnar abattit
cier n’avait pas vu détala à toute vitesse vers le un des goblins mais l’autre prit une destination
reste de la horde. L’officier s’empara de sa lance surprenante puisqu’il se jeta sur le canon actif.
et la projeta et cueillit le goblin dans le dos, le Une série d’explosion embrasa le sud du camp
tuant net mais alertant le reste des peaux-vertes. et éparpillant aux quatre vents les derniers orcs,
Une vingtaine d’orc se jetèrent sur l’officier troll trolls et goblins en vie.
qui tenta de se défendre mollement, subitement
étonné de ce qui lui arrivait. Il fut maitrisé et for- Le frère Bonben contempla le champ de bataille.
cé à se mettre à genoux. Un orc jongla avec sa
hache et s’apprêta à lui donner le coup de grâce « Au nom du Khaz Modan. Comment des êtresà
quant finalement son regard se posa sur les trois l’esrpit aussi facilement pénétrable ont-ils pu te-
tentes et commença à grommeler des paroles in- nir Forgefer en échec ? »
compréhensibles. Puis il hurla en montrant les
huttes du bout de sa hache.
chapÎtre vii
Les orcs commencèrent à charger. le lac darrowere

Thorgnar posa sa choppine sur le sol. Chez un Craignant l’arrivée de renforts de la horde que
humain, les tireurs d’élites se devaient de garder le brasier causé par l’explosion attirerait comme
une hygiène de vie parfaite pour éviter les tremble- une bougie des moucherons, la compagnie dé-
ments. Pas de tabac, pas d’alcool. Chez les nains cida tout de même de repartir vers le nord et de
la tendance devait être inversement proportion- longer les bords du lac Darrowere jusqu’à trouver
nelle. Le chasseur nain empoigna son fusil et visa Andoral. Le Thane Kharadok en survolant discrè-
avec soin. Un fort coup de feu retenti et un orc tement la zone leur servit d’éclaireur. Personne ne
s’affala à quinze mètre, la tête emportée. Le nain comprenait vraiment pourquoi la horde comp-
remarqua un groupe de trois orcs très proches les tait installer une batterie de pièce d’artillerie aux
uns des autres qui s’accouraient comme des dé- portes de l’île de Caer Darrow, celle-ci ayant déjà
ments. De plusieurs gestes rapides, il chargea une essuyé la fureur des orcs. Le rocher encore fumant

9
des précédentes batailles témoignait encore du de ses habitants. Ils crapahutèrent parmi les rui-
martyr de ce lopin de terre perdu sur le lac. nes, en quêtes de survivants mais seul des scènes
de massacres s’offraient à leurs yeux.
En survolant les abords du lac, Kharadok, sur
son destrier, remarqua que d’autres foyers récents Le Thane fit plusieurs cercles au dessus de la ville
brûlaient à plusieurs endroits sur les deux rives mais ne guetta pas plus de signes de vie.
du lac. Au loin des navires de guerres de l’alliance
mis à flots sur le lac dominaient d’autres navi- Alors que le silence de mort dominait, quelqu’un
res de guerres de facture troll. Le lac était certes lança une injonction.
très grand mais il était surprenant que l’alliance
et la horde se soient accordés pour se battre à « Psssttt, par ici. » lança une ombre prêt de l’en-
l’aide de vaisseaux de guerre ailleurs qu’en haute trée d’un bâtiment.
mer. Le guerrier nain observa la scène et fit demi
tour pour donner le fruit de ses observation aux Alexck se retourna et eut le souffle coupé de sur-
autres. prise.

« Le navire principal porte les couleurs de l’al- « Pervi ? » s’exclama-t-il


liance. Mais une des voiles a pour symbole une
main d’argent. » Commenta le Thane lorsqu’il « Les réfugiés survivants sont ici, suivez moi. »
retrouva la compagnie. lança l’aventurier en tenue sombre avant de s’en-
gouffrer dans la bâtisse.
« Uther le porteur de lumière ! » s’exlama
Alexck. Lorsqu’ils le suivirent des vapeurs âcres leur sau-
tèrent à la gorge. Excréments mêlés à la sueur et
« Il est certainement venu porter secours aux à l’odeur de la mort. Bien vite le silence auquel
habitants de Caer Darrow. » Suggéra le pisteur ils s’étaient habitués fut dominé par des gémisse-
Thorgnar. ments et des pleurs. Il faisait sombre, très sombre
et les quelques rares sources de lumière et don-
« Nous devrions peut être aller le rejoindre là- nait aux survivants un aspect appelant la folie.
bas. » demanda un des gnomes. L’enfer n’aurait pu être pire.

« Les combats ont l’air d’être furieux là bas et les « Que tout ceux qui soient en mesure d’apporter
navires sont encore loin. Nous risquons d’y être des soins et de l’aide le fasse. » déclara Alexck les
bien avant eux. » Annonça le guerrier des mar- dents serrés. Et personne ne rechigna.
teaux hardis.
Le rôdeur fit signe à un jeune soldat.
Il était désormais clair que les canons de la hor-
de visaient le chef de la main d’argent, pourtant « Toi viens ici ! »
tous se demandèrent comment la horde avait pu
être mise au courant d’un tel déplacement, car Le soldat regarda autour de lui, hagard, et se dé-
eux même ne l’étaient pas. Il restait de nombreux cida à se lever, tout en supportant une jeune fem-
points à éclaircir sur ce sujet. Etait-il possible me dont les bras enlaçaient son cou.
que les sorciers Orcs aient un certain don à la
préscience ? Toujours est-il que la compagnie re- « Qui est ce ? » demanda Pervi en désignant la
broussa chemin jusqu’au long pont enjambant femme.
les eaux du lac jusqu’au comté de Caer Darrow.
Le soldat mit quelques temps à répondre.
***
« Ma cousine Lunia. Elle est l’une des rares offi-
Encore debout, le pont était jonché de cadavre ciantes de la lumière à avoir survécue. Les orcs
humains en majorité, peu étaient des soldats. Le ont massacrés en premier ceux qui ont le pouvoir
cœur au bord des lèvres et la rage au ventre la de guérir. Elle a donné toutes ses forces pour les
compagnie atteignit le rocher. Une ville déserte habitants. Elle est épuisée d’avoir versé tant de
1 0
larmes aussi. » Darrow à l’eau, façon de parler.

« Donne-moi ton arme soldat. » intima le rô- Mais c’est un heureux événement qui se produi-
deur. sit lorsque des navires de guerre haut-elfe dé-
bouchèrent en trombe sur la rive droite du lac,
D’un geste hésitant le milicien obtempéra et ten- derrière l’île, et partant à la rencontre de la flotte
dit son épée d’une main tremblante. Pervi en de l’alliance. Tout était fini, des clameurs de joie
saisi la hampe et la fit tournoyer pour tester sa lé- s’élevèrent et la rumeur se répandit comme une
gèreté. Il examina les finitions puis d’un geste vo- trainée de poudre.
lontairement maladroit, il heurta le mur avec. La
lame se brisa directement au niveau de la garde. Thorgnar jeta un coup d’œil sur les navires mais
poussa un cri de surprise.
« Les forgerons d’Alterac sont de très mauvais ar-
tisans n’est-ce-pas ? » « Par la tonnebière de Kharanos. Ça n’a rien de
normal tout ça ! »
Il rendit les restes de l’épée au soldat qui du coup
ne savait plus trop quoi en faire. Pervi se retourna Le rôdeur lui arracha la longue vue des mains et
vers Alexck et le Thane qui écoutaient avec atten- commenta à son tour.
tion. Il parla tout bas.
« On dirait des pirates à bord de ses navires. Ils
« Vous apportez la nouvelle que des navires de n’ont rien d’elfique. »
l’Alliance viennent vers nous. Les habitans de
Caer Darrow vont accrocher beaucoup d’espoirs « Et avec de tels navires, la flotte d’Uther ira à leur
à cette nouvelle. Evidemment il faut que nous rencontre sans se méfier… »
agissions pour que tout se passe bien. »
Déjà le crie d’un oiseau géant venait de retentir.
« Que voulez vous dire ? » Interrogea le Thane. Le Thane était parti avertir Uther à bord de son
griphon.
« Un ennemi invisible nous joue des tours de-
puis le début. Un ennemi proche de nous et qui ***
travaille dans notre dos pour la horde. »
Le griphon était une créature majestueuse avec
« C’est la deuxième fois que je vous entends pro- qui les marteaux hardis avaient un lien privilé-
noncer le nom d’Alterac, pensez vous que le roi gié. C’était sans doute le volatile le plus véloce
Perenolde puisse comploter contre l’alliance. » de tout Azeroth mais aussi le plus agile. Même
Questionna Alexck. les dragons n’atteignaient pas la vitesse des gri-
phons. Rasant les flots, le Thane arriva au niveau
« Ca devient une certitude de jour en jour. Vous de la flotte d’Uther, il décrivit quelques cercles
savez monter les griphons ? » Demanda t-il au autour et amorça sa descente et sa monture se
Thane. « Ca pourrait nous être utile. » réceptionna un peu brutalement sur le pont du
bateau principal.
*** Un officier de la main-d’argent alla à la rencontre
du Thane.
« Tout à l’air de bien se passer de leur côté.» Con-
céda Pervi en voyant la flotte d’Uther approcher « Quel vent vous pousse à risquer les plumes de
de Caer Darrow. votre destrier ? » lâcha-t-il sèchement.
Le rôdeur n’aimait pas vraiment le chef de la
main d’argent, mais sa venue était une vraie bé- « Un très mauvais vent ma foi. Écoutez-moi bien.
nédiction, surtout que la situation sanitaire des Les navires elfes ne sont pas dirigés par des elfes.
survivants était de plus en plus préoccupante. Il Ce sont d’autres humains qui trahissent votre al-
en était presque venu à prier tout les dieux pos- liance ! » Déclara Kharadok.
sibles qu’aucuns événements imprévus ne vien-
nent mettre les espoirs des habitants de Caer L’officier sembla consterné mais ne montra pas
1 1
pour autant qu’il prenait note des propos du ture. Un des moteurs commença à cracher des
Thane. Pire il le prit mal. flammes.

« Comment un nain ose t-il prétendre que des « Je t’avais dit qu’il fallait blinder un peu plus
humains sont assez sots pour se trahir ? » pro- ces parties là. » beugla le mécano. « Mais non,
testa-t-il. toi tu dis que ça t’empêchera de mieux voler. Et
voilà malgré tout, on est plus léger, on est plus
« Il suffit Général Abbendis. » tonna une voix mobile et tu arrives pas à esquiver une poignée
puissante derrière lui. La silhouette d’Uther se de balles. »
détacha du groupe de soldat.
« Arrêtes de te plaindre, si on avait mit plus de
« Pensez vous qu’un chef de guerre nain, puisse blindage on aurait jamais réussit à décoller ! »
être un menteur où un fou ? Nous avons bien des protesta le pilote. Il agitait les bras sans tenir le
raisons de nous méfier des ses étranges vaisseaux. manche si bien que l’appareil commença à pi-
Envoyez des gyrocoptères à la rencontre de ces quer dangereusement du nez.
mystérieux navires. »
« Ce serait vraiment plus grave que maintenant
La directive circula tout le long du navire jusqu’à sérieusement ? »
une plateforme situé sur la poupe où se tenait
une étrange machine gnomes. Le gyrocoptères « Les frères Arnold et Willy vont leur laisser un
s’éleva alors en faisant tournoyer de minuscules petit souvenir. Prends le RPG. »
particules d’eau et de poussière alors que le rotor
hachait l’air de manière irrégulière. Willy farfouilla dans la cavité en dessous de
lui et trouva une fusée rouge dont le bout était
*** orné d’une gueule de requin. Le long du tube se
trouvait l’inscription «Réducteur en Poussière
« En avant commandant Arnold ! » hurla le pre- Gnome». Le mécano pointa la fusée vers l’un des
mier gnome, sa voix strident couverte par le bruit navires elfe et déclencha la mise à feu. La fusée
de toute la machinerie. partit dans une sorte de trajectoire en spirale et
traversa le pont du navire. Par chance, où peut
« Assistant Willy, assurez vous que le rotor princi- être parce que le gnome était très doué, la fusée
pale ne soit jamais à court de pression.» enflamma des barils de poudre qui explosèrent,
déchiquetant le navire.
Le bruyant gyrocoptère fonça en direction des
trois navires elfes. Traçant un sillage hélicoïdal « Je t’aime Arnold. »
dans l’eau qu’il survolait. Il fit un premier pas-
sage au dessus des navires. « Je t’aime Willy. »

« Qu’en penses-tu frangin ? » demanda le pilote. Le gyrocoptère fini sa course en plein dans les
eaux du lac dans un formidable geyser.
« Je dirais qu’ils baissent la tête. Ils ont peut être
honte de leur grandes oreilles car ils les cachent La flotte de l’alliance avait bien évidemment suivit
bien. » Ironisa l’observateur et mécanicien. les péripéties des deux frères gnomes et connais-
sait désormais la vraie motivation des équipages
La machine refit un passage au dessus des navi- des navires elfes. La flotte reprit une position de
res, poussant les corsaires à bout de nerf. combat, prenant au dépourvu les deux autres na-
vires. Le combat fut inégal et l’alliance écrasa son
« Je crois qu’ils se doutent de quelque chose. » dit mystérieux opposant. Elle pu finalement accoster
simplement le mécano, alors que son frère en- à Caer Darrow et les habitants de la ville meurtrie
tama un nouveau passage. trouvèrent assistance. Certains des corsairs furent
repêchés, les deux gnomes aussi.
Le gyro plongea une fois encore mais des volés
de plombs firent jaillir des étincelles sur la struc- La guerre allait montrer un premier tournant.
1 2
chapÎtre viii « Il suffit Edward. Ce ne sera peut être pas néces-
sans les dents ! saire. » Lança un homme à l’allure assez jeune.

« Jamais ! Vous m’entendez ! Jamais ! » « Matthias ! Je crois que notre ami pirate va gar-
der ses dix doigts encore un petit peu de temps. »
« On dit jamais au début, une question de nom- Ironisa le tortionnaire.
bre d’ongles, de dents où de phalange réglée et la
musique varie immanquablement. » lui fit écho Un autre homme habillé de noir pénétra à son
une voix calme mais froide. tour dans la cellule.

Un homme à l’allure ténébreuse passa côté du « J’ai quelques informations concernant notre
corsaire sanglé sur une table légèrement inclinée. mystérieux mercenaire. » Lança Pervi au pri-
L’endroit était une lugubre cellule, perdue dans sonnier même si les destinataires de ses propos
les sous sols de Lordaeron. Des hurlements ter- étaient les deux autres.
rifiants s’élevaient des geoles mitoyennes. Entre
deux cris, le ténébreux s’assura que le prisonnier « Enfin Monsieur Bastillin… » clarifia-t-il.
avait bien pris conscience de la situation.
Le prisonnier feint de ne pas réagir.
« Le roi Terenas, a été très choqué de ce que l’on
raconte sur les massacres de Caer Darrow. Si bien « Malheureusement on ne pourra pas faire pres-
qu’il ferme les yeux sur tout ce qu’on pourrait sion sur vous en menaçant la vie de votre fem-
être amené à faire dans cet endroit. » me où de vos enfants car vous n’avez ni l’un ni
l’autre. »
Nouveau râles d’agonie, l’individu en profita
pour s’éclaircir la gorge et continua. Bastillin eut comme un petit sourire en coin.

« Sans compter que nous rattachons votre tra- « A vrai dire il n’y a pas grand-chose qu’on pour-
hison à une longue série d’infamies perpétuées rait exploiter contre vous et devant le succès in-
contre les intérêts de l’alliance, les embuscades certain de la scie chirurgicale nous n’arriverons
contre les renforts hauts-elfes, les soulèvements peut être jamais à vous faire cracher le morceau.
populaires dans les royaumes humains et le cha- Un fier mercenaire, respecté par les gens qui le
os qu’ils ont engendrés au sein de l’Alliance. Sans côtoient. Un nom qui est légende parmi les sol-
compter les informations cruciales données aux dats de fortune du monde entier.»
orcs, défavorisant nos armées sur le champ de
bataille… » Bastillin resta de marbre, Pervi marqua un petit
rictus embarrassé, puis fini par se diriger vers la
Il se saisit d’un fin objet métallique et le fit étin- sortie. Arrivé à l’encadrure il se retourna.
celer à la seule source de lumière de la geôle.
« Il y a juste cette histoire avec « Marguerite » qui,
« …nous savons que vous venez d’Alterac. Nous me semble-t-il, si elle venait à s’ébruiter ternirait
aimerions juste savoir qui vous paye. » largement votre nom »

Le ténébreux se rapprocha du corsaire dont la Le prisonnier fut comme prit d’un malaise.
peau avait blanchi.
« Un si grand guerrier rattrapé par un nom si sin-
« Pitié monseigneur, je ne sais rien… » Supplia le gulier. » appuya le rôdeur.
prisonnier.
« Pas Marguerite, par pitié. » se lamenta le pri-
« Ce n’est qu’une question de phalanges je vous sonnier.
ai dit. »
« Ahhh, je crois qu’on va peut être s’entendre
La pointe de l’objet appuya sur les chairs du pri- maintenant. Je veux juste un nom. Celui qui
sonnier quant la porte de la cellule s’ouvrit. vous a payé.»
1 3
« Je vous direz tout, mais gardez pour vous l’his- trônions et le condamnions à son tour. Il s’ar-
toire de Marguerite. Je vous en supplie. » Le mer- rangera pour diriger son peuple contre l’alliance
cenaire ressemblait de plus en plus à un gamin durablement. Même après sa mort. »
surpris en ayant fait une énorme bêtise.
« Il suffirait de ne pas le tuer et de le laisser sur
« Vous avez ma parole, mais donnez moi juste son trône. Mettre son règne sous tutelle, tout du
son nom. » moins en ce qui concerne les décisions militai-
res.» Suggéra Van Cleef.
« …le seigneur Perenolde. Pas directement lui
qui nous a payé, mais c’est lui qui a donné les Les autres concédèrent que les propos d’Edward
ordres. Il a fait un pacte avec la horde pour que semblaient plein de bon sens.
celle-ci épargne le royaume d’Alterac. »
« S’il survit et si nous faisons croire au peuple
« Une demi-surprise. » Maugréa Matthias. C’était d’Alterac et aux seigneurs que leur roi bien aimé
bien évidemment une nouvelle qu’il ne comptait est toujours sur son trône. Le chaos ne s’instal-
pas entendre. Son compagnon, Edward conclua lera pas.» Admit Pervi.
l’interrogatoire par ses mots :
«Espérons que ce vieux fou se laisse dompter fa-
« On a enfin un gibier de potence qui se balan- cilement.» Emit Matthias sans trop y croire.
cera avec tout ses membres. »

*** chapÎtre ix
mission À alterac
« C’était quoi cette histoire avec Marguerite ? »
demanda Edward à Pervi en chuchotant Uther entra dans la salle circulaire, précédé du
prélat Isilien, représentant le roi Terenas Mene-
« Laissez tomber Van Cleef. » répondit le rôdeur thil. Une assemblée de quelques membres du
sur le même ton. conseil de Dalaran, de membres des services se-
crets de l’Alliance et d’autres de la main d’argent
Un marteau frappa le pupitre. Pour le jugement attendaient déjà.
exceptionnel de ceux qu’on appel désormais
« les naufragés du lac Darrowere », l’alliance mit à La réunion commença lorsque les deux derniers
la disposition de la justice ce qui semblait être un arrivants s’installèrent à leur place. Le mot d’or-
théâtre. Le jugement, en vu d’être le plus impar- dre concernait évidemment la loie martiale après
tiale fut remit entre les mains de l’ordre d’Uther. la campagne de l’Alliance couronnée de succée
Le croisé Datrohan arbitra la séance. sur le la capitale d’Alterac. Mais compte tenu du
nombre restreint de participant, la confrontation
« Au nom des trois vertus et de la justice que je semblait être un conciliabule.
représente, j’annonce le verdict.
A l’unanimité du jury, l’ensemble des naufragés « Mesdames et messieurs, comme vous le savez
du lac Darrowere est condamné à la justice su- tous, le roi Perenolde a trahi l’Alliance, mettant
prême par pendaison. L’acte de haute trahison a nos armées et celles de nos alliés en péril face
été le premier retenu contre eux… » à la horde. » entama le prélat Isilien, « Inévita-
blement nos forces disponibles se sont mises en
Le chevalier Datrohan continua sur la liste des marche sur le royaume d’Alterac et ont mis un
charges retenues contres les espions d’Alterac. terme à sa félonie. »

« Perenold va certainement tenter des stratagèmes Il marqua une pause.


pour continuer à nous mettre des bâtons dans les
roues. » Souffla Matthias à ses deux compères en « Bien évidemment, notre but aurait été de le
retrait dans la salle. destituer, de le juger puis de le condamner, mais
cette solution nous a semblé au final vraiment
« Il va clairement s’attendre à ce que nous le dé- hasardeuse. »
1 4
Des signes de protestations commencèrent à ap- le plus haut toit flottait au vent la bannière de
paraître dans la salle. Uther prit la parole ce qui l’Alterac. Le royaume devait toujours afficher sa
eut pour résultat de couper court à l’agitation. loyauté au roi prisonnier dans son palais.

« Perenolde restera sur son trône. Qu’on le Lorsque le magicien se faufila dans les ruelles
veuille où non. Le mettre à mort déclencherait pour atteindre la place centrale, il tomba sur un
sans l’ombre d’un doute une guerre civile dans le curieux cirque où des soldats de l’Alliance char-
royaume d’Alterac et sa périphérie. Dans la situa- gés du réapprovisionnement étaient aux prises
tion actuelle l’Alliance ne peut pas se permettre de ce qui semblait être le maire de la ville et de
d’ouvrir un nouveau front. » sa femme.

Isilien reprit la parole. « Non ! Le grain que nous apportons n’est pas
empoisonné bougre d’âne. » Pesta un sergent ar-
« Le but n’est donc pas de mettre Perenolde dans borant le drapé azuré de l’Alliance.
une cage, mais de conserver son trône dans cette
cage. Il jouie d’une liberté qui se limite à son seul « Vous autres n’êtes là que pour nous saigner et
palais. L’Alliance continuera de contrôler son nous piller. Vous prenez nos bonnes récoltes et
royaume. Sans que son peuple ne sache que ses vous nous les remplacez par du mauvais grain ! »
actions sont désormais réduites à néant.» Houspilla le maire.

Le prélat se racla la gorge. « Et tout le monde sait que vous tuer les vieillards
de notre royaume pour vous enrichir de leur
« Cependant. Le peuple d’Alterac s’agite et refuse dents d’or. » Poursuivit sa mégère de femme.
notre présence. Il est clair que les seigneurs d’Al-
terac complotent toujours contre nous… » Autour des soldats de l’Alliance, une masse com-
pacte de villageois commencèrent à se masser,
« Certains esprits éclairées pensent même que comme une nuée menaçante.
cette volonté à nous nuire est inspirée par autre
chose qu’une vieille haine entre les royaumes hu- « Écoute-moi bien crétin. Nous sommes ici pour
mains. » Lança Uther. approvisionner ce village. Et je peux t’assurer que
même si nous cherchions à vous empoisonner, ce
Une voix dont l’origine était confuse retorqua. n’est pas quelques sacs de grain qui feront tom-
ber un royaume. Où alors que je sois témoin du
« Penseriez-vous à une quelconque magie noire retour de ma belle mère du royaume des morts. »
de la horde. Une force qui aurait corrompu leurs Hurla le sous-officier.
esprits ? »
Un des soldats poussa un cri de surprise quant
Le prélat fixa du regard l’endroit d’où semblait la foule s’étant approchée trop près s’empara de
venir la voix. lui et commença à le rouer de coup. Poussant un
juron, le sergent se saisit de son épée et frappa le
« C’est pour cela que nous allons financer une premier insurgé à portée du plat de sa lame, en-
opération dans le but de connaître la verité. » voyant valdinguer un homme à quelque mètres,
complètement sonné. Cependant il était trop
*** tard, car la foule l’avait immobilisé juste après.
Incapable de bouger, il reçut sans pouvoir rien
Le magicien chevauchait en direction d’Alterac, faire un premier coup de gourdin en direction de
mais la route enneigée et pavée de grosses pierres la mâchoire. Son casque amorti le coup, mais des
irrégulières rendait la progression ardue surtout mains qui s’agrippaient comme des ronces et lui
s’il ne voulait pas blesser sa monture. Perdu dans l’enlevèrent.
la vallée, il craignait une attaque surprise des
terribles trolls des glaces, mais lorsqu’il aperçu « Allez au diable ! » Souffla-t-il.
un village au loin il fut un peu rassuré. Il pressa
le trot et s’approcha de la petite bourgade. Sur Il reçut quelques coups de poings dans l’abdo-
1 5
men et au visage puis il senti l’étreinte s’affaiblir. Alors que la ville s’effaçait au loin, le sergent se
Il chuta au sol alors que la foule s’écartait de lui risqua dans une série de question.
comme si elle se dispersait.
Tout autour de lui, il lui semblait qu’une fine « Dites moi magicien, qui êtes vous et que faites
pluie de feu tombait. Infligeant de désagréables vous dans le coin. »
petites brûlures aux revoltés.
Un homme à l’apparence soignée s’approcha de Le mage à la chevelure blonde et à la moustache
lui et l’aida à le relever. Alors qu’il reprenait ses finement ouvragée lui répondit d’un fort accent
esprits, l’inconnu était partie relever un des deux de Gilnéas.
soldats. Le sergent s’occupa du second. Tout le
monde était indemne mais tous étaient blessés, « Je suis le mage Walahala. Mandaté par Dalaran
plus où moins sérieusement. pour aider à résoudre certaines questions que se
posent les autorités de l’alliance. »
« Finalement ils ont pris le grain. » Déclara l’un
des soldats les plus touchés, constatant la dispa- Satisfait d’avoir eut une réponse, le sergent tenta
rition des sacs de la discorde. d’approfondir le sujet.

Le sergent contempla le mage. Il remarqua qu’il « Et quelle genre de questions se posent les ma-
portait la broche dont le motif était le lion d’Aze- réchaux pour qu’ils envoient un mage y répon-
roth. Il portait un autre symbole qui représentait dre ? »
une dague ailée. Les ailes semblaient être faites
de sang. Autour se trouvaient les initiales S et M. Le magicien ne répondit pas mais se mit à sou-
rire.
Service spéciaux de l’Alliance en mission officiel-
le donc, mais l’unité lui était inconnue. « Il y aurait-il une magie qui nous menacerait au
détour de ces chemins ? » interrogea de nouveau
« Merci pour le coup de main… » Le sous-officier le sous officier.
ne remarqua aucun grade sur la tunique.
A vrai dire, la région était connue pour ses légen-
« Vous avez eut de la chance que je cherchais des parfois terrifiantes. Entre les trolls de glaces et
ma route dans le coin, sergent. » Lui répondit le leur rîtes bestiaux, les signalements de dragons et
mage. la découverte de pierres aux origines étranges et
inquiétantes lorsque certains y évoquait un lien
« Bah je ne pense pas que ce village de fous furieux avec des entités maléfiques qu’ils surnommaient
soit votre destination finale. Venez, votre tour de les dieux très anciens.
magie risque de ne pas leur faire peur plus long-
temps. » Sur ce il invita l’inconnu à remonter sur « La magie est partout Sergent. Elle peut effecti-
sa monture et ordonna aux deux autres soldats vement nous jouer des tours à tous. Où que nous
de se mettre en selle et de se mettre ne route vers nous trouvons. »
l’avant post de l’alliance.
Le sergent peu satisfait de cette réponse tenta de
Alors qu’ils quittaient la ville, quelques jeunes recentrer sa question lorsqu’une voix l’interrom-
gens vociférant se ruèrent à la poursuite des qua- pit.
tre chevaliers tout en leur jetant des pierres. Ils
eurent bientôt la désagréable surprise d’avoir les « Messire Walahala. Je crois que vous vous êtes
pieds pris dans une épaisse couche de givre. Les trompé au croisement. »
cris de rage se transformèrent en cris de terreur.
Certains supplièrent le mage se revenir les tirer Un homme à cheval portant un uniforme noir
de ce mauvais sort, mais celui-ci se retourna et s’était faufilé juste à côté des quatre cavaliers sans
leur lança juste un sourire narquois. L’effet était que personne ne s’en rende compte. L’allure et le
loin d’être permanent de toute façon. Ils se senti- port vestimentaire signalait largement le costume
raient juste stupides et honteux dans les prochai- de grand méchant loup théâtrale des assassins de
nes minutes lorsque le charme s’estompera. l’Alliance. Le sergent eut une envie soudaine d’ar-
1 6
rêter d’embarrasser le magicien avec des ques-
tions. Si une « ombre » était sur le même chemin
que celui du mage, il valait mieux s’en écarter.

« Effectivement messire Pervi. Je suis peu coutu-


mier des montagnes en général. »

« Bah nous prendrons le prochain croisement à chapÎtre x


droite et nous finirons par atteindre la capitale la paix est un mensonge.
avant que le nuit ne tombe. » Il sembla finale-
ment se rendre compte de la présence des autres « Cela me semble trop dangereux. Elle n’a pas
cavaliers. « Z’ont l’air mal en point vos amis. Ça d’expérience. » Protesta le frère Bonben.
va les filles ? »
Cet authentique nain des montagnes du Khaz
Le sergent voulu protester mais le mage le cou- Modan était un personnage prêt à se mettre en
pa. première ligne en cas de pépin mais lorsqu’on
jouait avec la vie d’un de ses élèves, il avait une
« Ils ont eut des complications lors d’une mission tendance à mal le vivre. Même si sont élève était
d’approvisionnement dans le village en haut de une humaine.
la route. »
Alexck détendit sa jambe meurtrie suite à une
Pervi fit une grimace. blessure qu’il avait gagné lors de la bataille finale
contre la forteresse du roi Perenolde. Un autre
« Mouais. Il paraît évident que les services secrets nain soignait la mauvaise plaie.
d’Alterac se sont réorganisés et qu’ils nous pour-
rissent l’existence. » « Je vous remercie frère Thoth. » dit-il en inclinant
la tête devant son soigneur, puis il se confronta à
Pousser le peuple à agir contre l’Alliance était une l’autre nain bouillonnant.
excellente façon de générer le chaos dans la ré-
gion. Déjà lors de l’assaut contre le royaume d’Al- « Ce n’est pas mon idée et jusqu’à présent elle
terac, on craignait que de nombreux civils galva- s’en tire bien. »
nisés par la propagande et à la désinformation
des services secrets du royaume Félon, se jettent « Et pour combien de temps ? Si notre rôle était
ouvertement sur les troupes de l’Alliance, causant de jouer les espions ça se saurait. Par ma barbe,
d’énormes bains de sang qui aurait justifié une on nous demande juste d’étudier des sites, de se
résistance à très large échelle s’ils avaient eut lieu. battre si y a du grabuge. Mais demander à ma
Par chance tout ceci fut évité, en partie grâce à la disciple de jouer les Garona en herbe… »
sagesse et à l’expertise des hommes de la mains
d’argent. Mais désormais, la situation était loin A l’évocation de ce nom Alexck senti comme un
d’être pacifiée et les services secrets d’Alterac ser- poignard lui lacérer les chairs.
vaient toujours les espoirs du roi déchu à repren-
dre les rênes de ses terres, bien que ce dernier le « Ne prononcez plus jamais ce nom devant
nie évidemment. moi ! »

Après plusieurs heures de trot, le mage et le rô- « Ca suffit ici ! » Un gradé rentra dans la pièce qui
deur arrivèrent aux portes de la capitale non sans faisait partie de secteur du bastion réservé aux S
avoir laissé les trois soldats de l’alliance à un et M. Il s’agissait du général Briggs.
avant-poste en amont.
« Mon fils commence à peine ses classes qu’il est
Ils se frayèrent un passage dans les rues d’une vil- déjà plus discipliné que vous. » Continua-t-il.
le en ébullition et sous le regard mauvais de ses
habitants. Ils pénétrèrent dans l’ancienne caserne Tout le monde fini par se taire. Pervi et Walahala
de la ville. arrivèrent à ce moment. Lorsqu’il vit le rôdeur, le
1 7
frère Bonben vira de nouveau à l’écarlate, mais la gens se meurent, votre mère, je la sent en grand
présence de l’officier lui indiqua de se contenir. danger… »

« Je vous ramène quelqu’un qui s’était paumé en « NOOOOOONNNNNN !!! »


cours de route. » déclara le rogue à une assem-
blée qui resta muette. Les yeux de la jeune femme cessèrent de se révul-
ser, la vision était finie.
Le général finit par lui demander sèchement sans L’homme assis en face d’elle tremblait, ses mains
même se retourner pour lui faire face. jointes semblaient soudées entre elle. La peur se
lisait dans ses yeux. La jeune femme se risqua à
« Des nouvelles de Mayane ? » poser ses mains sur celle de son client.

« Une actrice formidable n’est ce pas ? Ne vous « Sir Philomène. Il y a sans doute des solutions.
inquiétez pas elle a tout un tas de petits compa- Voulez vous que nous les cherchions ensem-
gnons pour lui venir en aide. Au cas où. » ble ? »

« J’espère pour vous qu’il ne lui arrivera rien. » Au bord des larmes l’homme hocha la tête expli-
maugréa le frère Bonben. citement sans rien dire.

« L’avenir nous le dira. » Lui retorqua le rôdeur « Je n’arriverais pas à orienter mes visions si vous
d’un ton sardonique. ne m’aidez pas un peu. Dites moi une idée qui
vous passe par la tête, je vous dirais si votre desti-
*** née est liée au fil de cette pensée. »

Elle était une de ses beautés sauvages que l’ont « Le syndicat. Je connais des gens qui travaillent
ne trouve que dans les péninsules du sud, bien pour le syndicat. Dites moi si j’ai une chance de
au delà de la vallée de Strangleronce. Un souf- les rejoindre et de nous permettre de chasser l’Al-
fle mystique l’habillait, rehaussé par une étrange liance hors de nos terre, d’empêcher mon peuple
chevelure blanche qui contrastait avec son teint et ma mère de mourir. »
mat. La jeune diseuse de bonne aventure avait
tracé les lignes de son destin, et il lui était entiè- Mayane refit convulser ses yeux et simula de nou-
rement acquis. veau une sorte de transe.

« Je vois une personne… c’est une femme… elle « Je vois un ami. Je vous vois dans une organisa-
est très malade. » tion. Des gens tout autour de vous veulent voir
l’Alliance et ses soldats quitter Alterac. Je vois un
« Une femme très malade ? Vous voulez parler de soulèvement. Je vois beaucoup de mort. Je vous
ma mère ? » vois mort… mais votre mère a survécu… un vieil
homme porte un diadème à son front et vous
« Oui je parle de votre mère. » pleur à ses côtés. Alterac libre pleure un de ses
fils. »
« Qu’est ce qu’il va lui arriver, elle va mourir ? »
« Si c’est ce qui doit se passer. Je vous remercie
« Chut… laissez-moi me concentrer… Seul vous madame. » Pleurnicha-t-il. Il paya puis quitta la
pourrez y faire quelque chose. » roulotte.

« Elle a juste un rhum pour l’instant ! Je dois vite ***


trouver des potions chez l’herboriste pour que ça
ne s’aggrave pas, c’est ça ? » « C’était risqué madame. » lança une voix na-
sillarde dans un coin sombre à l’arrière de la ca-
« Oui… Hélas… Quelle vision de désastre… La ravane.
loi martiale… elle empêche les herboristes de
s’approvisionner. Les potions se font rares. Les « Maitre Sébi, je vous avouerais que cet homme
1 8
était d’une telle crédulité que je me suis permis d’autres statues d’insurgés givrés. Malgré la crain-
quelques risques.» te du magicien certains habitants s’approchaient
d’eux, une arme, souvent rudimentaire, à la main.
« C’est une bonne piste. Nos pisteurs verront bien Dans cette ruelle ils ne pouvaient pas s’échapper,
s’il va aller voir ce fameux syndicat. » la situation n’était presque pas mieux qu’avant.

La caravane commença à trembler violemment. Un émeutier passa à l’attaque, son fluide vital fut
consumé en un seul instant et il tomba sur place
Mayane se leva pour aller voir se qui se passait à bout de force, mais encore vivant. La prêtresse
dehors mais alors qu’elle s’approchait de la porte, était désormais entourée d’une inquiétante aura
le monde sembla vaciller. Dans un craquement d’ombre. Les insurgés firent un pas en arrière, la
sinistre, la caravane se retrouva sur le flanc. Au peur commençait à en saisir certains qui rebrous-
dehors des acclamations de joies s’élevèrent. sèrent chemin en hurlant.
Encore sonnée et d’une main hésitante, la fausse
diseuse de bonne aventure tenta d’agripper la « Mais avancez donc bande de lâches vociférèrent
poignée de la porte et de s’extirper de la roulotte. des voix derrière la foule. »
Ses doigts effleurèrent à peine le bois de l’ouver-
ture que celle-ci s’ouvrit. A travers la lueur aveu- Alors la masse compacte avança.
glante du ciel elle vit la silhouette menaçante
d’un homme qui lui cracha au visage. Un autre homme avança trop près qu’il fut at-
taqué par une étrange créature d’ombre qui lui
« Crève sorcière de l’alliance ! » Il fit tomber une aspira sa vitalité. Comme l’autre il tomba de fa-
torche enflammée à l’intérieur. Les broderies et le tigue avant que la créature ne disparaisse. La fou-
bois commencèrent à prendre feu aussitôt cou- le en délire continuait d’avancer à côté de leurs
pant l’accès à la première sortie. compatriotes gelés.

Le magicien gnome lança une incantation qui Puis soudain le chaos s’amplifia quant une créa-
créa un mince bouclier de givre pour empêcher ture géante composée intégralement de givre ap-
les flammes d’avancer trop vite. paru en plein milieu de la masse, gelant et atta-
quant toutes les personnes à proximité. Profitant
« Il reste la porte de derrière. » cria t-il. de la confusion, la prêtresse et le mage purent
s’engouffrer dans une petite ruelle.
« Ils vont nous attendre juste derrière elle. » Lui Ils coururent à en perdre haleine, la foule haineu-
répondit Mayane. se sur leur talon. Ils finirent par trouver un poste
de l’Alliance prêt d’une des murailles de la ville.
« On a pas le choix. Ouvrez la porte et tenez vous Lorsque les quelques soldats virent la foule com-
prête. » pacte du peuple se mouvoire vers eux ils com-
mencèrent à battre en retraite dans la tour forti-
La jeune femme acquiesça, s’empara de la poi- fiée. Ils refermèrent la lourde porte blindée sur
gnée et leva la porte comme une trappe en se pla- les insurgés. Bien que saufs, les soldats, le mage
quant sur le côté, le gnome projeta un long cône et la prêtresse entendaient déjà leurs assaillants
de froid par l’entrée. Lorsque les vapeurs gelées s’attaquer aux lourdes pierres de la tour.
s’échappèrent, une statue givrée d’un homme
s’apprêtant à porter un coup de fourche se tenait « Ils utilisent des bombes ! » Hurla un des sol-
juste devant l’encadrure. Ses yeux bougeaient dats impressionné par la quantité astronomique
malgré tout et signalait une grande incompré- de personnes enragées à travers la meurtière. La
hension. porte vola en éclat. Les cinqs membres de l’al-
liance grimpèrent les escaliers. Le mage fit voler
« Il m’aurait embrochée. » Souffla la prêtresse en éclat les marches en bois empêchant les élé-
lorsqu’elle sortie de la caravane en flammes. Le ments séditieux de les suivre. Ils se dépêchèrent
gnome la suivit de prèt. Ils étaient dans un en- d’atteindre le sommet de la tour. Un des soldats
droit où le climat semblait avoir perdu la raison. fut atteint par un projectile indéterminé, glissa
Le froid résiduel s’additionnait à une dizaine de la balustrade et tomba sur la foule qui sembla
1 9
l’engloutir alros qu’il poussait un cri de terreur phons. Celui du Thane Kharadok attendait son
déchirant. maitre avec impatience, la créature savait que
Ils parvinrent au sommet. En sécurité mais sans quelque chose ne tournait pas rond et qu’il y al-
moyens de fuir. Cramponnés derrière les para- lait avoir un peu d’action.
pets, ils jetèrent un œil à la situation plus bas. Elle poussa un cri lorsqu’elle vit la silhouette
de son maitre. Elle était accompagnée de deux
« C’est insensé. » Souffla un des soldats. autres plus petites.

« Ils sont des centaines. » concéda Mayane. « Apparemment, des soldats se sont retrouvés
bloqués au sommet d’une tour à la merci des in-
Et ils restèrent perchés en haut de leur tour, sous surgés. Nous allons faire un vol au dessus et leur
les cris et les insultes de ceux d’en bas. porter secours si possible. »

*** « Roger ! » Lancèrent en tue-tête les deux frères


gnomes mékagénieurs. Ils montèrent dans leurs
Une petite centaine d’insurgés s’approchèrent de gyrocoptères respectifs. Un précédent bain dans
la caserne, mais une pluie de feu vint les dissua- le lac Darrowere avait poussé l’un des frères à vo-
der de tenter une percée. ler sans son mécanicien attitré et l’autre sans son
pilote. Les machines se mirent à vrombir sous
« Faites comme moi, j’excelle dans l’art de mon- l’œil inquiet du griphon. Puis le Thane suivit
trer mes talents mon cher Belgothar. » d’Arnold et Willy décolèrent et s’approchèrent en
quelques minutes de la tour dont la base déga-
« Je trouve ça assez étrange de lancer nos sorts geait une intense fumée.
dans le vent Maitre Gorann. »
Il fallait agir vite. Le Thane fit quelques cercles
« Et quand bien même il voudrait toucher sa ci- au dessus de l’édifice. Les cris de sa monture fi-
ble, il jetterait un sort dans le vent. » lança la voix rent sortir les assiégés de leur angoisse alors que
stridente et moqueuse de dame Luyinda. le bruit si caractéristiques des machines volantes
gnomes leur parvinrent. Le premier gyro fit un
Trois autres gnomes relayèrent les trois autres vol stationnaire et déploya une longue corde.
sorciers et canalisèrent une protection pour blo-
quer l’accès à la caserne. « Pas plus de deux. » Hurla le pilote.

*** Le premier soldat s’agrippa de toutes ses forces


et commença à monter le long de la corde. Il lâ-
« Les insurgés arpentent les rues de la ville et cha un cri de surprise et chuta, heurta le bord des
nous encerclent. Il faudra un certain temps pour remparts et glissa immanquablement sur la foule
que notre messager aille chercher les renforts. » en contrebas.
Déclara Briggs.
« Arbalestier ! » Cria un autre soldat.
« Quelle unité est la plus proche ? » Questionna
Alexck. Tous reprirent une position de couverture der-
rière les parapets. Le thane lança sa monture vers
« Comté de l’espérance… » Murmura Briggs, le les toits les plus proches de la tour et y découvrit
visage sombre. deux tireurs. Etant donné qu’il s’agissait pour le
coup sans doute de militaires, il n’eut aucunes
« Et merde… » Dit une voix avec un fort accent pitiés. Son griphon les empoigna dans ses serres,
de Gilnéas. non sans les blesser, le Thane prit un peu d’altitu-
de et de vitesse. Son destrier ouvrit ses membres
*** crochus. Deux pantins désarticulés firent un vol
Une des façades de la garnison offrait de larges plané vers l’inconnu.
ouvertures sur l’étage le plus haut. C’était un en- Mais alors que les gyros reprenaient position
droit relativement intéressant pour y loger les gri- pour l’extraction, une voix féminine s’éleva. Tout
2 0
le monde regarda dans la direction que pointait « Je ne vois que des traîtres qui se révoltent une
Mayane. fois de plus contre la main qui les nourris. Je ne
vois que des traîtres qui menacent les intérêts de
« Regardez là bas ! » l’alliance. » Retorqua le comte.

Entre la tour et les mutins, une foule plus petite « Mais… »


bloquait toutes retraites aux insurgés. De nom-
breuses bouches de canons étaient pointés vers Andreanor coupa court à toutes remarques. Il
les émeutiers. hurla à tous.

*** « FEUUUUU !!! »

« Section du comté de l’espérance ! Chargez les Les canons dirigés sur la foules crachèrent des
canons avec de la mitrailles ! » milliers de bouts tranchants comme des rasoirs
fauchant plus de vie à la seconde que le souffle
Les servants firent coulisser des sortes de poches d’un dragon.
remplies de tringles métalliques. A chaque coup de canon, il s’élevait dans la
Lorsque les canons furent chargés, les servants masse de révoltés comme un nuage de particu-
prirent position derrière les pièces d’artilleries. les rougeâtres. Ils tentèrent de se disperser, mais
Les canonniers tenaient les flambeaux qui dé- ils étaient faits comme des rats. Après quelques
chargerait les armes. Un sous officier était com- salves, les canons cessèrent leur ouvrage de mort.
me fébril. Les soldats de l’alliance marchèrent entre les ca-
davres et dispersèrent les survivants.
« Messire le Comte de Faurecroy. Devons nous... La guerre comptait un massacre de plus, celui ci
Enfin, ce sont des civils… » risquait d’avoir de lourdes conséquences.

Sébichou par Gwenn

2 1
chapitre xi son regard de braise, son sourire mutin, ses longs
le paladin de la mort cheveux de jais. Et quelles formes !

Andreanor était un de ces hommes pleins d’am- Elle s’approcha de lui et commença à l’enlacer
bivalences. A la fois détestable pour sa brutalité langoureusement. Elle approcha ses lèvres des
et admirable pour son efficacité. C’était un pala- siennes, prête à l’embrasser. Un sourire sardoni-
din qui, s’il louait la lumière se battait plus sou- que se dessina sur le visage d’Andreanor.
vent comme un féroce guerrier oubliant par là les
trois vertus. « Tu me prends vraiment pour un abruti
Il avait causé plus de mort que nécessaire mais en Sayaad ? »
avait sauvé d’autant quant la situation semblait
perdue. Sur ceux il lui écrasa son petit nez avec son front.
La délicieuse créature tituba et tomba les fesses
A l’origine ce noble venant de la forêt d’Elwynn, en premier. Alors qu’elle tenta de se redresser elle
près d’Hurlevent tenait d’une main de fer un pe- réceptionna un magistral coup de pied qui aurait
tit comté qui fut ravagé par la horde juste avant du l’allonger pour de bon. Mais douée d’une in-
– bien que la légende dise après – la chute de la croyable robustesse elle sembla vouloir se rele-
capitale d’Azeroth. Il fut l’un des derniers défen- ver encore. Andreanor fit chuter la pointe de sa
seurs de la citée et l’un des premiers à marcher claymore comme un pilon. La jeune femme fut
contre la horde sous la bannière de l’Alliance. Sa transpercée de par en part, agrafée au sol.
jeune épouse, Verona, élevait seule ses deux filles
et une filleule à Lordaeron. Bien qu’elle fût une « Sayaad, où encore succube, catin du néant où
étudiante en magie plein d’avenir, Andreanor lui que sais-je encore ? Tu as en face de toi l’un des
avait formellement interdit d’accomplir d’autres rares hommes à connaître ta nature. Tu as certai-
tâches que celles d’une mère selon ses propres nement un maître n’est ce pas ? »
termes. La jeune femme s’était pliée à ses désirs
sans broncher. La créature poussant des cris à la fois terrifiant
mais tinté d’une certaine sensualité lui cracha
Personne ne tenait tête à Andreanor, pas même un jet de sang noir au visage. L’illusion qui l’ha-
la horde. billait se dissipa et laissa entrevoir une allure
plus monstrueuse, quoique certains hommes se
Il retourna le cadavre du chevalier du bout du laisseraient tenter facilement.
pied. Il empestait la mort, comme si le corps était
en putréfaction depuis plusieurs jours. Pourtant « Mauvais choix ma chérie. »
il semblait bien vivant il y a quelques secondes.
Il aggrava la blessure en faisant tourner la clay-
« Par tout les démons, comment cette chose pou- more sur elle-même. Dans la convulsion du
vait elle m’attaquer ? » Grommela-t-il. succube qui suivit, il empoigna un marteau de
guerre et frappa à de nombreuse reprise la face
Par précaution, il ligota le cadavre avec de la de la créature. En quelques coups il n’en subsista
grosse corde, et le traina dans une sorte de cou- qu’une bouillie infâme.
verture épaisse et l’enveloppa. Il sangla de nou-
veau le tout comme un gros paquet. Durant son Un gargouillis annonça un grand mécontente-
ouvrage il entendit un bruit de pas inhabituel. Il ment derrière un gros tas de rocher. Andreanor
se retourna et vit une créature improbable qui lui glissa tranquillement sa masse à sa taille et em-
faisait face. poigna sa longue épée alors que le corps du dé-
mon se dématérialisait.
Un chevalier de la mort et maintenant une jeune
femme à moitié nue ? La frontière entre arathi et « Monsieur le démoniste je suppose ? » Interro-
la vallée d’Alterac était une bien étrange région. gea-t-il les longues pierres.

Elle était belle, bien plus que Verona, ce qui en Pour toutes réponses, un trait d’énergie néfaste
soit était un exploit. Elle était très attirante avec vint lui mordre la jambe. Il poussa un juron mais
2 2
continua à avancer comme si rien ne s’était passé. de citoyen resterait à jamais gravé dans le cœur
Il boitait toutefois lourdement. A sa surprise un du peuple d’Alterac et une simple étincelle pou-
ogre à deux tête apparu de derrière les blocs. vait embraser le tout en quelques secondes.

« Sacrée cachette hé ? » Déclara le paladin qui, s’il La vigie signala l’arrivée d’un cavalier à l’appro-
était surpris de voir débarquer un géant, feignait che des remparts du bastion. Il remarqua qu’il
de ne pas l’être. trainait un étrange fardeau à l’arrière, comme un
corps.
« Toi tuer expérience. Maitre Gul’Dan mettre
beaucoup de temps pour faire expérience. » Hur- « Encore une facétie de ce cher compte. » mau-
la l’ogre tout en se préparant à incanter un autre gréa Alexck.
sort.
« Sans doute le cadavre d’un quelconque mem-
« Toi ogre intelligent toi parler langue à moi. Toi bre du syndicat qu’il traine en guise d’avertisse-
très fort. » Ironisa le chevalier en se trainant. ment. Ce gars me fout la chair de poule. » avoua
un caporal.
« Toi essayer flagornerie, mais moi pas être stu-
pide. » rétorqua le géant. Alexck aurait du lui faire une remontrance, mais
il préféra se taire. Depuis la prise d’Alterac et ses
« Moi pas faire flagornerie, moi vraiment admi- combats, il portait une mauvaise blessure qui le
ratif de toi. » mettait hors circuit. Son unité, le souffle mysti-
que, était désormais dirigée par le comte Andrea-
« Moi aimer ce que toi dis de moi, mais moi écra- nor de Faurecroy.
ser toi quand même. »
Le cheval du comte traversa la porte et pénétra
« Toi aimé beaucoup parler pour montrer toi in- dans la cour. Le chevalier mit un pied à terre.
telligent mais moi a porté d’épée maintenant. » Alexck le rejoignit en boitant, il remarqua que
son remplaçant faisait de même.
« Arf. Toi être plus intelligent que moi en fait. »
conclu l’ogre à deux tête avant que celles-ci ne « Andreanor, le but de nos missions n’est pas de
soient tranchées. Comme quoi il n’y en avait pas faire cavalier seul et de livrer des combats person-
une pour rattraper l’autre. nels. Cela fait une semaine que vous êtes partis. »
Le sermonna l’autre paladin.
Andreanor malgré sa blessure dévorante alla jus-
te derrière les rochers pour y trouver la cache de « On se calme gamin. Notre mission est de dé-
l’ogre. Il y trouva quelques affaires qu’il chargea couvrir toutes activités magiques suspectes de
sur son cheval. La journée avait été fructueuse. nos ennemis dans la région. Regardez moi ça. »

Il triffouilla un peu la couverture et mit au grand


chapitre xii jour le visage en putréfaction à l’apparence hu-
magie noire maine. Une forte odeur de chair décomposée
s’eleva. Le chevalier Alexck porta la main à son
Perdu en plein dans la plaine d’Alterac, le bas- visage avant de trouver un bout de tissus pour
tion de l’alliance était un des principaux avant préserver ses voies respiratoires.
poste et qui servait à l’organisation de traquer les
membres du fameux syndicat, responsable des « Pouaahh ! Mais qu’est ce que vous nous avez
émeutes dans tout le royaume, entre autre. L’Al- ramené bon sang ? »
liance avait repris les choses en main dans la ca-
pitale employant un large réseau d’espion pour « Il était comme ça quand il m’a attaqué. »
étouffer toutes envies de mutinerie. La présence
militaire se faisait toujours sentir, mais l’armée L’autre chevalier eut comme les yeux exorbités.
traquait désormais les éléments subversifs hors Il se remémora le rituel du frère Bonben près du
des murailles. Cependant le massacre de dizaines Caer Darrow ainsi que des visions des anciens
2 3
frères paladins morts. Un long frisson parcoura Soudain il y eut une agitation dans un autre coin
son échine. de la cave et une lumière d’un vert vif inonda
pendant un instant fugace la pièce. Une créature
« Alors ils ont réussit. » Souffla t’il la mâchoire aux proportions divine apparue, lançant un re-
serrée. gard sans équivoque à son nouveau maître.

Un homme en robe blanche dévala un escalier La voix moqueuse d’une jeune femme à la cheve-
proche l’air affolé. lure blanche lança à l’invocateur.

« Messire Andreanor, par l’amour de la lumière « Hé bien Belgothar, toi qui cherchait le grand
vous êtes sauf ! Mon dieu mais quelle blessure amour. »
atroce vous avez à la jambe ! Une telle blessure
n’entrave telle pas votre combativité ? » Andreanor s’approcha du succube qui se déhan-
chait devant le sorcier médusé.
Alors que le prêtre s’affolait, Andreanor lui ré-
pondit. « C’est moi qui est créé ça ? » chuchota le démo-
niste le souffle court.
« Frère Rovenc, j’ai l’habitude de dire que tant
que mes jambes me portent, je continuerai à « Invoquée seulement et on ne dit pas « ça » en
marcher. » Il survola la cour du regard puis ajouta parlant d’une charmante jeune femme, messire
« Où donc se trouve le frère Thoth ? Je crois qu’il Belgothar. »
est temps que je soigne ce désagrément tout de
même. » Puis il boita jusqu’au dispensaire. La créature porta attention au chevalier qui s’ap-
prochait.
***
« On se connaît mademoiselle ? Non ? Vous me
Même s’il avait été furieux d’apprendre qu’un dites vaguement quelque chose. »
nain avait fait accoucher sa femme, Andreanor
avait fini par accepter cette idée. Mieux encore, De mémoire d’Azertoh, c’est sans doute la seule
il avait retrouvé ce fameux prêtre Thoth et en fois qu’un démon se mit à hurler d’effroi en face
avait fait le médecin personnel du Souffle Mysti- d’un simple mortel. Elle se blotti dans les bras de
que. Complètement remis, il retrouva le reste de son maître.
l’unité dans une cave sous le bastion. Véritable
laboratoire, il permettait aux magiciens, sorciers « Vous pourrez rajouter sur vos études sur les
et érudits de l’alliance d’étudier en toute tran- démons qu’ils semblent avoir la capacité de se
quillité. régénérer intégralement lorsqu’ils retournent sur
leur monde. » Il contempla le succube apeuré. «
« Qui s’occupe des affaires de l’ogre ? » S’enquit-il Disons même ressusciter. »
auprès du frère Bonben, maître d’œuvre des re-
cherches. Il se déplaça jusqu’à la jeune femme qui s’était
moqué du sorcier.
« J’ai mis Belgothar sur le coup. C’est sans doute
la chose la moins dangereuse qu’on puisse lui « En parlant des amours de Belgothar, comment
demander. » vont les votre ma chère Mayane ? »

« Et en ce qui concerne notre ami le chevalier La jeune femme sembla être piquée au vif.
mort ? »
« Je l’ai aimé, mais il semblerait qu’il se servait
« Hé bien, les autres sorciers tentent encore d’en uniquement de moi pour connaître nos faits et
percer le mystère. Mais c’est une prise de premier gestes. »
choix. » Bonben fit un signe de la tête dans une
direction où trois gnomes perpétuaient un rituel « Alors vous l’avez laissé tombé ? »
autour du fameux cadavre.
2 4
La jeune femme hocha la tête, elle s’apprêtait à « Je ne comprends pas, Monseigneur ? » gémit le
s’excuser auprès de son supérieur en invoquant spectre.
les périls qu’elle aurait pu faire connaître à l’uni-
té, mais Andreanor lui tourna le dos en décla- « Je préfère vous voir mort. Sous cette forme je
rant. suis enfin sur que vous ne seriez pas tenter de
vous approcher de ma sœur. »
« Dommage, de qui va-t-on se servir pour savoir
ce que LUI fait. » « C’était il y a dix ans Messire Andreanor. » Le
fantôme sembla pleurnicher.
La jeune femme senti le sol se dérober sous ses
pieds, mais elle encaissa finalement cette claque « Il y a prescription dans l’haut delà ? Ici, non »
de plus. Le messire Pervi avait fait chavirer son
être, elle avait commis l’erreur de le croire sin- Le fantôme resta muet.
cère. Mais après tout elle avait profitée de bons
moments, c’était peut être là l’essentiel, même si « Bah je vais vous donner une chance de vous ra-
son cœur s’était fait un peu écorcher dans l’his- cheter. Dites moi tout ce que vous savez, depuis
toire. le début. »

Finalement Andreanor rejoignit les trois gnomes « J’ai été tué. »


en train de canaliser des sorts sur l’étrange cheva-
lier mort-vivant. A son approche, le rituel sembla « Sans blague ? La deuxième fois tout le plaisir à
fonctionner un peu mieux, à la grande surprise été pour moi je vous signal. »
des trois semi-hommes.
« Je veux dire que mon âme est encore rattachée
« Qu’avait vous donc fait ? » questionna Abhus, à mon corps, mais qu’un autre esprit l’habite. En
assez surpris. sacrifiant leurs sorciers ils ont réussit à insuffler
l’âme d’un puissant démoniste au sein de mon
Andreanor leva les mains en signe d’ignorance corps. »
quant une forme vaporeuse apparue et se mit à
gémir. « Donc vous occupiez la main et l’autre esprit il
se trouve dans quelle pièce de votre corps ? »
« Messire Andreanor ? »
« Je… Oh non… il m’a senti… il va… »
Le comte se gratta le menton et contempla le fan-
tôme en essayant de deviner ses contours. Le spectre devint encore plus brumeux jusqu’à
disparaître dans une sorte de cri de terreur qui fut
« On se connaît ? » Déclara-t-il avant qu’un soudainement couvert par un cri de rage à faire
souvenir lui revienne en tête comme un éclair. glacer le sang.
« Chevalier Penerlin? Quelle bonne surprise ! »
S’exclama le chevalier comme s’il venait de voir « Comment osez-vous mortels ? » Beugla la voix
un amis de vingt ans. Bien entendu tout ceci son- alors que le forme fantomatique d’un orc se dé-
nait assez faux. tacha au dessus du cadavre.

« Messire Andreanor. Voyez ce que ces horribles « Il me semble que vous soyez morts avant nous.
orcs m’ont fait. » Je me trompe ? »

Un large sourire illumina le visage d’Andreanor. Le spectre pointa un doigt crochu vers Andrea-
nor.
« Bien fait pour vous chevalier ! » se moqua le
comte. « Toi… Toi… Tu ramperas au pied de la puissante
horde. »
« Messire ? » questionna Nagul franchement sur-
pris. « Je ne connais qu’une seule personne qui lit
2 5
l’avenir ici, et elle se débrouille très très mal. » Il agrippa le cadavre de l’ancien paladin et le se-
coua en beuglant. « Je sais que tu te caches, nous
L’un des gnomes s’agita. avons les moyens de te faire sortir d’ici ! »
Pour toutes réponses il entendit comme un rire
« Nous sommes en train de perdre les entraves insane.
Messire Andreanor. La créature risque de se libé-
rer» Hurla Nagul. « Ah tu le prends comme ça. » Le paladin se lança
dans un exercice fatigant d’exorcisme. A chaque
Presque comme une prémonition, il y eut une fois que sa main gantée d’une lumière vive, le ca-
forte détonation et tout le monde se retrouva par davre fut prit de convulsion. Au bout d’une dizai-
terre. Le spectre semblait avoir pris une forme ne de minutes le fantôme de l’orc au yeux rouge
matérielle et s’approcha déjà d’un des gnomes ressorti et fut de nouveau entravé.
pour le mettre à mort. Luyinda avait déjà eut le
reflexe de lancer plusieurs sorts, mais ils traversè- « Ah Ah Ah, regardes toi. Tu es à bout de force.
rent le revenant sans rien lui faire. Lorsque ses entraves se briseront je serais de nou-
Il lança un bras griffu vers la petite gnome, mais veau hors de ta portée. T’épuiseras tu encore à me
une entrave magique l’empêcha de concrétiser courir après humain ? »
son geste. Les prêtres le maintenaient désormais
immobile, a la seconde prêt un des sorciers aurait Nagul contempla le spectre dans toute son arro-
pu mourir. gance. Il lui sembla à un moment qu’il lui lança
Andreanor tendit sa main comme une serre me- un regard plein de mépris, mais il continua de
naçante. La surface du fantôme commença à fixer droit dans les yeux le paladin. Soudain il
miroiter. Elle se mit à sentir comme une grande eut une idée.
douleur.
« Les symboles tracés pour le rituel servent à
« Que faite vous humain ? » lança-t-elle presque empêcher les démons et les non-morts de cette
horrifiée. zone. »

« La lumière se régale de chaque recoin sombre « Pauvre créature pathétique. Mon essence est
de ton être. » rattachée à son réceptacle pas à la pierre du ri-
tuel. »
« Il est à notre merci. » Commenta un des sor-
ciers. « Pas encore et c’est justement pour ça que je dois
faire ceci. »
« Qu’importe ! » Lui répliqua le paladin.
Le gnome fit jaillir une magie impie de sa main
« Vous allez le détruire ! » S’indigna une autre qui ravagea la chair putride du cadavre faisant
voix. bouillir sa surface tout en projetant des morceaux
de viande gluante.
« Oui mais très lentement. »
« Désintégrons le corps ! » Hurla la voix nasillar-
« Mais arrêtez donc ! Nous allons perdre… » de. Les deux autres gnomes joignirent leurs ef-
forts devant les yeux impuissants du fantôme.
« La ferme ! »
Un déluge de sorts décimèrent le corps jusqu’à ce
Dans un gargouillis atroce le spectre brilla de qu’il soit bouillie, puis que la bouillie deviennent
mille feu jusqu’au point final où il éclata en une poussière. Les entraves lâchèrent et le fantôme se
pluie de fines étincelles dans un « pop » qui rap- retrouva en suspension au dessus des symboles
pelait le bruit d’une grosse bulle qui éclate. tracés sur le sol.

« Bon sang ? Mais qu’est ce que vous avez fait ? » « Bien, réfléchissez bien avant qu’on revienne
vous poser des questions. » Déclara Andreanor
« Je gagne du temps. » au bord de l’épuisement.
2 6
*** « Ah oui, et paf… »

« Gorg’Tog ? C’est pas un nom de d’animal do- « Oui la chute stupide. Sinon sans ça je le dosais
mestique ça ? » Demanda le prêtre nain. le mec. »

« Essayons de ne pas l’humilier plus qu’il n’en « Mmmmhhhhh. »


faut. » Suggéra la prêtresse.
« Bon bref. Au moment où vous perdez votre
« Hmmm. Je dois avouer qu’en interrogeant un temps à me parler, des centaines de mes frères
mort, j’ai l’impression de faire le boulot d’un tor- sont déjà en train d’avancer sur vos villes. Dala-
tionnaire à l’envers. » ran tombera bientôt. »

« Je me contrefiche de vos états d’âme à la noix, « Dalaran c’est un peu loin d’ici. Vous n’avez ja-
misérable nain. » interrompit le fantôme. mais su vous servir d’une carte aussi ? A moins
que ce soit pour une tout autre affaire que vous
« On lui demande pas son avis à l’ectoplasme. » soyez ici. » dit le nain.
rétorqua Bonben.
« Bah j’avais un ordre de mission sur mon corps,
« Impudent ! Tu ramperas à genoux devant la mais il a sans doute été désintégré avec le reste. »
horde. »
Bonben plissa les yeux.
« Vous l’avez dit combien de fois ce truc ? » ques-
tionna Mayane. « Un point partout, le nain. » Conclu le spectre
qui semblait savourer ce moment.
Le spectre sembla commencer à compter dans sa
tête.
chapitre xiii
« On récapitule. Tu es, enfin étais Gorg’Tog. Un rÉvÉlations brumeuses
démoniste incommensurablement puissant de
la horde incommensurablement puissante elle En s’introduisant dans la bâtisse il ne s’attendait
aussi. Tu as fais parti d’un groupuscule dirigé par pas à tomber nez à nez avec un autre assassin. Il
Gul’dan dont le nom est « conseil des ombres ». ne s’attendait pas non plus à ce qu’il court si vite.
Et Orgrim, actuel chef de la horde, t’as tué et tra- Mais ses grandes enjambées furent bien impréci-
qué - enfin non l’inverse, ça c’était nous - après ses si bien qu’elle dévala les escaliers la tête la pre-
avoir exécuté Main-noir. mière et se rompit le cou sur la dernière marche.
Mettons de côté le fait que ça sente le gaz de vo- Victime collatérale dans le jargon qu’on dit. Pervi
tre côté. Ensuite Gul’dan, qu’Orgrim gracie on traina le corps jusqu’à la cave et l’enferma dans
ne sait pour quelles raisons, décide de ramener une malle. Il remonta, rehaussa son capuchon,
tout ses anciens copains du conseil des ombres ce qui lui donna l’aspect d’un fantôme noir, puis
en les transférant dans des cadavres de soldats commença son investigation.
de l’Alliance tombés au combat. Ainsi il a donné
naissance aux chevaliers de la mort. » Synthétisa Un grincement de porte le figea mais avant qu’il
le prêtre. n’ait eut le temps de faire quoi que ce soit il en-
tendit :
« Vous comprenez désormais notre vraie puis-
sance. » ricana l’orc. « Salut M’man. Ca va mieux à ce que je vois ton
rhum. »
« Heu. Vous avez effectué un petit passage chez
les chevaliers de la mort et vous avez été…tué… Pervi n’osa pas se retourner, il se demandait en-
par un homme seul. » Commenta la prêtresse. core comment sa carrure pouvait être confondue
avec celle d’une femme.
« Bah, c’était juste qu’on me colle sur un cheval.
Je n’en ai jamais fait de ma vie. » Les pas se rapprochèrent.
2 7
« Maman comme tu me sembles grande. » « Tu ressens vraiment cette « oppression », où tu
répètes ce que qu’ILS te disent ? »
Les pas étaient plus distincts.
Philomène resta interdit, comme si la question
« Maman comme tu me sembles plus large. » dépassait ses capacités.

Les pas se figèrent. « Bah, oubli. Qu’est ce qu’il s’est passé après ? »

« Maman que tu as donc de grandes dagues… » « Maman était très mécontente qu’ils aient levé la
main sur moi. Elle leur a dit qu’elle dénoncerait
D’un geste vif Pervi se retourna et maitrisa le leur secret à l’Alliance. »
gringalet.
« Leur secret ? »
« On arrête de jouer Philomène. »
L’homme fixa l’horizon comme si un nouveau
« Ma mère ! Vous n’êtes pas ma mère ! Qu’avez- blocage venait de s’effectuer.
vous fait de ma mère ! » hurla l’homme.
« Tu vas m’emmener voir ces gens. J’ai quelques
« Je ne sais pas ce qui est arrivé à ta mère. Cal- questions à leur poser. »
mes toi donc. » Bien moins avantagé que son
assaillant, Philomène s’essouffla à tenter de se « Je veux voir maman. »
dégager de l’emprise du rôdeur. Le tenant enfin
immobile, Pervi l’empoigna et le fixa droit dans Pervi laissa Philomène seul quelques instant et se
son regard embrumé de larmes. Il porta son pou- risqua de trouver un indice sur la mère du pauvre
ce à la bouche. homme. Il eut la désagréable surprise de tomber
sur son cadavre, allongée sur son lit. Il estima la
« C’est pas vrai… Tu es un peu ce qu’on appel mort par empoisonnement et fini par conclure
l’idiot du village hein ? » qu’une des potions curatives qu’elle utilisait con-
tre son rhume en était l’origine.
Philémon continua de pleurnicher, l’homme Ils avaient donc protégé « leur » secret en assas-
qu’avait piégé Mayane était une personne à l’âge sinant la mère de Philomène. L’assassin n’était
mental retardé. Que la prêtresse ne s’en soit pas donc pas là pour en finir avec son fils. Pervi re-
rendu compte était tout à fait possible. Un ques- descendit les marches jusqu’au hall d’entrée.
tionnaire dirigé ne permettant pas forcément ce
genre de chose. Mais le comportement puéril de « Ta mère a du s’absenter un petit bout de temps.
Philémon en ce moment ne laissait que peu de Tu ferais bien de m’accompagner. »
doute.
***
« Ecoutes moi bien Philémon. Il y avait un gars
prêt à te tuer ici chez toi avant que tu ne ren- « Ca n’a aucuns sens. Les informations qu’il
tres. Pourquoi est-ce que quelqu’un te veux du donne sur la horde sont de première main. Ils ne
mal ? » peuvent pas se douter que nous en avons dejà un
bon nombre. Mais appuyer sur la fragilité interne
« Il m’ont dit que j’aurais pas du parler à la voyan- de la horde n’a aucuns sens. » Appuya Walahala.
te. Ils m’ont frappé. Je leur ai dit que j’étais prêt à
mourir pour Alterac, pour le roi Perenolde, alors « Les informations vérifiables sont justes, mais
ils ont rigolé. » c’est vrai que pour les autres… » Bonben se re-
plongea dans une profonde réflexion.
« Tu parles de ce fameux syndicat ? Pourquoi es
tu prêt à te sacrifier pour Perenold ? » « Je pense que si nous étions vraiment tombé
sur l’esprit d’un membre du conseil des ombres,
« Parce que l’Alliance nous opprime. » nous serions tous déjà mort. Nous sommes tom-
bés sur le résultat d’un rituel puissant, difficile à
2 8
contourner, mais l’orc ne l’était pas tant que ça.» son maître une fois que l’invocation serait termi-
Interféra Luyinda. ner, le démon effectuant bêtement la tâche de-
mandée, mais sans s’en rendre compte.
« Pour en avoir le cœur net il suffirait juste d’in-
terroger les proches des anciens membres du « Ton précédent maitre a été crée par Gul’dan.
conseil. » Ironisa le mage de Gilnéas. L’as-tu déjà croisé ? »

Un lourd silence s’installa, ils étaient toujours au La créature sembla un peu perturbée et hésita.
point mort. Soudain un éclair de génie traversa
l’esprit du prêtre nain. « Oui » Répondit-elle finallement.

« Par ma barbe ! Nous connaissons quelqu’un « Une de tes sœurs Sayaad as t’elle été sous les
qui a sans doute côtoyé le conseil des ombres. ordres de Gul’dan où du conseil des ombres ? »
Où plutôt quelque chose. Belgothar vient avec
moi. » Nouvelle réponse positive.

*** « Pars sur ton monde. Retrouve cette sœur et de-


mandes lui les noms des membres du conseil. »
Le succube apparu à son nouveau maitre. Belgo-
thar entama un lien télépathique avec sa créa- Belgothar coupa le lien avec le succube, celui-ci
ture. disparu dans le néant.

« Tu as été soumise à un démoniste de la horde. ***


Sais tu s’il était lié à ce qu’on surnomme le « con-
seil des ombres. » » Pensa-t-il. Le succube fut invoqué de nouveau quelques
heures plus tard. la créature avait effectué l’ordre
La créature répondit par un non agacé. Si le sor- sans bronché mais sans savoir pourquoi non plus.
cier posait trop de questions indiscrètes, le lien Elle donna toutes les informations à son maître.
d’asservissement avait toutes les chances de lâ- La liste semblait complète et très détaillée mais
cher prématurément. Il fallait donc jouer fine- une chose n’était pas inscrite dessus : le nom de
ment. C’était en fait un travail d’hypnotisme qui Gorg’Tog.
pousserait le succube à agir indépendament de
Une poignée de membre du souffle mystique se
ruèrent donc dans la cave où son fantôme atten-
dait. Ils eurent la désagréable surprise de voir que
les lignes du rituel avaient été effacées sommaire-
ment d’un coup de semelle. Le fantôme avait
pu disparaitre en même temps que
leur unique piste.

Death Knight
par Gwenn

2 9
chapitre xiv « Quel poids a un simple soldat pour demander
la danse des traitres aussi facilement de changer d’unité ? »

Un sergent bourru dicta le nom de tous les sol- Un sourire se dessina sur le visage balafré du ser-
dats de sa brigade, sous le regard sévère de son gent, comme si la remarque du chevalier mettait
capitaine. le doigt sur un sujet épineux que le sous officier
ne pouvait pas évoquer dans d’autres circoms-
Tous les soldats répondirent à l’appel. Tous sauf tances.
un.
« Avec tout le respect que je dois à mon Capi-
« Le soldat de seconde classe Daclan manque à taine. Il s’avère que c’est lui qui a autorisé le
l’appel mon capitaine. » Annonça le sous-officier transfert de Daclan. » Lâcha le Sergent comme
à son supérieur même si celui-ci était déjà arrivé s’il évacuait une charge qu’il supportait depuis
à cette conclusion. trop longtemps.

« Messire Comte de Faurecroy, je crois que nous Une goutte de sueur perla sur la tempe du Capi-
avons un élément de réponse. » déclara d’une ri- taine.
gueur toute militaire, le capitaine au chevalier en
train de bouillir. « Une bien étrange décision. » Maugréa le cheva-
lier de Faurecroy.
« Il occupait quel poste celui là ? » Son ton était
chargé de toute la colère qu’il avait en lui. Le capitaine, confus, empli ses poumons de tout
l’air qu’il pouvait, avant de pouvoir se lancer dans
« C’était le garde en faction devant l’entrée du la- une explication. Se sentant fait, il tourna les ta-
boratoire. » Déclara le sergent. lons et se mit à courir en direction de la première
porte venue. Malheureusement pour lui, lors-
Quelqu’un prit la parole sans qu’on l’y invite. qu’il tenta de s’emparer de la poignée, une sorte
de champs de force l’empêcha de se saisir d’elle.
« Il avait fait sa demande pour travailler à ce post, Le sergent et Andreanor étaient déjà sur lui.
j’crois bien.»
« Voici une singulière manière d’utiliser la main
Le sergent fusilla du regard le soldat qui venait de protection Frère Alexck. » Ricana le comte.
de s’exprimer sans respecter le protocole. An-
dreanor, bien qu’il semblait être à la limite de la ***
fusion, demanda au sergent de laisser couler. Il
donna l’autorisation au soldat de parler. Walahala retrouva Andreanor de Faurecroy dans
ses quartiers. Il frappa à la porte et rentra en s’in-
« Bien qu’il le cachait, tout le monde savait qu’il clinant. Puis pris soin de bien refermer la porte
été passé par Dalaran. Ça a étonné tout le mon- derrière lui. Quelque chose semblait le déranger
de qu’il ne soit qu’un simple homme de rang. Il et le comte s’en rendit compte.
connaissait la magie, un petit peu. » Depuis trois heures maintenant, le bastion avait
envoyé des soldats à la recherche de Daclan. An-
L’homme de troupe continua avec l’accent cher dreanor lui comptait plutôt sur son meilleur pis-
au Kul Tiras. teur Thorgnar. Le capitaine quant à lui était dans
les sous sols à se faire questionner. Le mage de
« Effectivement, il avait été volontaire pour par- Gilnéas était venu lui en apporter des nouvelles.
ticiper à l’invasion d’Alterac. Il provenait d’une
autre unité. Une unité maritime je crois. » Ajouta « Le capitaine a t’il parlé magicien ? »
le sergent avant de rajouter. « Il a fait sa demande
par la suite pour intégrer le bastion. » « Oui. » Répondit le mage « Il s’est allongé com-
me une crèpe. » Il s’apprêta à orienter l’exposé de
Alexck qui était juste à côté posa une question ses découvertes quant Andreanor l’interrompit et
car intrigué. le pressa de donner les renseignements.
3 0
« Hé bien, ce bon vieux capitaine n’est pas vrai- au Commander au bastion de longue crête. Tem-
ment un homme de terrain. Il préfère suivre la perance Briggs. Et qu’il fasse vite ! »
guerre derrière un pupitre si vous voyez ce que je
veux dire. » ***

« Alors que fait-il ici ? » Le cavalier couru au grand galop. Lorsqu’il fut
certain de ne plus être en vue du bastion il décida
« C’est justement là où ça devient intéressant. Il de ralentir la cadence et plongea la main dans sa
a accepté ce poste contre une grosse somme d’ar- besace. Il en sortit un bout de papier. Lire une
gent. Il devait en contrepartie accepter certaines missive en tant que messager pouvait être con-
conditions. » sidéré comme un acte de trahison et de là em-
mener au peloton d’exécution, mais la paye qui
« Qui sont ? » lui était proposée pour ce genre de petits écarts
valait largement le risque. Que le capitaine se
« Accepter certaines personnes au sein de sa bri- soit fait coincer lui était particulièrement égal car
gade. Il dit n’y avoir vu aucun mal... » lui était dans l’unité depuis plus longtemps que
lui et donc hors de tout soupçons. A moins que
« …et qu’il regrette amèrement aujourd’hui. Je leur commanditaire commun ait fait l’erreur de
crois que j’ai déjà entendu cette chanson. » transmettre cette information, ce qui en soit était
absurde.
Andreanor se cala dans son siège et fit la moue
avant de rajouter. Lorsqu’il ouvrit la lettre il resta circonspect de-
vant le message :
« Ce n’est pas ça qui vous dérange. Il y a autre
chose n’est ce pas ? » « Lumière céleste toujours tu brilles, lumière cé-
leste toujours tu persistes. »
Walahala sembla ne pas savoir par où commen- « Ange blanc, tu es mon guide parmi les ténè-
cer. bres. »

« Et bien messire. » Il marqua un temps d’hésita- Le missive était pressante selon les dires du mage
tion et à la grande surprise du comte commença mais pourtant elle ne ressemblait à s’y mépren-
sa phrase par un mot qui lui rappelait de vieux dre qu’à de la poésie de bas étage. Le messager
souvenirs. « Maitre de Faurecroy. » rangea le papier dans sa sacoche et reprit sa cour-
se au galop. Il en apprendrait certainement plus
« Etes vous devenus fou de m’appeler ainsi ? » lorsqu’il sera en face du destinataire.
Souffla le comte.
***
« Maitre de Faurecroy. Je n’étais qu’un simple re-
présentant de l’ordre, je n’ai jamais visité la loge Le commander Briggs était un homme d’une
mais pourtant j’ai déjà entendu ce nom. » bonne trentaine d’année. On le disait combattant
aguerri et pourtant on le voyait rarement porter
Le comte serra les accoudoirs de son siège s’at- une armure, ne serait ce qu’une simple brigan-
tendant au pire. dine. Le messager le trouva dans la tente de com-
mandement, plongé comme souvent sur des sé-
« Phylia Sanguinarius. » Lâcha le mage. ries de cartes avec d’autres officiers. Le messager
n’aurait pas pu dire quel était réellement son rôle
Le comte senti comme un coup de masse en plei- au sein de l’Alliance, mais de ce qu’il était sur,
ne face alors que son visage s’obscurcissait. c’est que c’était un homme influent.
Il s’empara d’un crayon et griffonna nerveuse-
ment quelques mots sur un bout de papier qu’il Le messager s’inclina et tendit la missive, lui in-
signa. Il tendit la missive à Walahala. diquant qu’elle venait du comte de Faurecroy.
Briggs y jeta un coup d’œil et s’assura de la vé-
« Trouvez un messager, qu’il donne ce message racité de la signature, puis lu le texte. Il en resta
3 1
stupéfait. Il prononça alors un poème dans une « Qui était donc cette personne que vous avez ra-
langue inconnue : mené ? » Demanda Briggs.

« Noum al cadir, Noum al foladir. » « Oh un simple berger à qui il est arrivé un grand
« Gwenn-ah-el lel terohir en aconis.» malheur ! » Menti à moitié l’assassin.

Un des officiers remarqua que quelque chose « Ce qui est marrant quant on travaille au sein
d’étrange était en train de se produire et deman- des services de renseignements c’est qu’on à l’ha-
da si le Commander allait bien. bitude de voir quand les gens se payent notre
tête. »
« Une affaire de la plus haute importance m’ap-
pel auprès du comte de Faurecroy. Seigneur Kha- « Disons que ça va être donnant-donnant. Je vous
raez, je vous laisse vous débrouiller pendant mon donne une information et en retour vous m’en
absence. » donnez une. » Rétorqua Pervi.

« Je fais préparer votre escorte avant que vous ne Echanger des informations était crucial pendant
partiez. » Lui indiqua le chef de guerre de la na- une guerre, mais quand deux services étaient en
tion d’Arathor avant de se tourner vers un sous- concurrence, la fierté d’une poignée passait avant
officier auquel il donna l’ordre de monter un l’intérêt d’un ensemble.
groupe de protection.
« Qu’avez-vous dans ces cas à me proposer. »
Briggs repoussa l’ordre d’un geste de la main.
« On va commencer par quelque chose qui ne
« Je ne prends pas d’escorte avec moi. J’y vais avec vous avancera pas trop. Un prénom. »
le griffon. »
Briggs se mit à réfléchir.
Kharaez montra un signe d’étonnement puis se
résigna. « Un prénom du genre «Phylia» je suppose ? »
répondit-il
« Très bien comme vous voudrez. »
« Aïe. Je crois que je ne vais pas pouvoir avoir vos
*** informations. »

Briggs rejoignit l’autre bastion en une poignée « Au contraire, messire. Bien au contraire. Suivez-
de minutes. Le griffon était un moyen de trans- moi, le comte doit nous attendre. »
port bienvenu, surtout avec les routes escarpées
des montagnes d’Alterac. Il se posa quelques mè- ***
tres devant l’entrée principale puis fit marcher
sa monture sous le porche et s’introduisit dans Andreanor attendait Briggs avec impatience, lors-
la cour intérieure. Un autre cavalier était arrivé qu’il le vit entrer avec le rôdeur il commença à
avant lui. C’était Pervi, un assassin qu’il avait eut
douter de l’utilité de sa présence, mais Briggs lui
l’occasion de croiser quelques fois. Cette fois ci le
déclara que tout allait bien, avant d’inviter Pervi
rôdeur était accompagné d’un homme qui avait à s’expliquer sur ses découvertes. Le jeune hom-
l’air complètement déboussolé. me retraça alors son périple du moment où il
avait retrouvé la trace du fameux Philomène que
Le frère Rovenc était venu à la rencontre des arri- Mayane avait piégé. En sauvant le pauvre hom-
vants et Pervi sembla lui laisser prendre en charge me de ses assassins, il avait réussit à remonter la
l’autre homme. Finalement Briggs et le rôdeur se piste jusqu’aux commanditaires de la tentative
croisèrent du regard et se saluèrent brièvement, de meurtre et du meurtre de la mère du malheu-
puis ils s’avancèrent dans le couloir qui menait reux. Cependant ce n’était que des sous traitant
aux quartiers de commandement d’un même d’un autre financeur dont Pervi réussit à obtenir
élan. le nom après certains aveux sanguinolents : Phy-
lia Sanguinarus.
3 2
Pour en finir avec la petite histoire, Pervi ramena qui défigura notre monde. Les légions de Sarge-
Philomène ici dans le but de le protéger d’éven- ras étaient toutefois vaincue, mais elle reviendrait
tuelles représailles. De toute façon coupé du tôt où tard.
monde qui l’entourait seul un homme comme
le frère Rovenc pouvait faire quelque chose pour La plupart des elfes refusèrent par la suite l’usage
lui. de la magie, mais doués d’une vie exceptionnel-
lement longue, les mages elfe qui avaient vécu la
A la fin de l’exposé de Pervi, Andreanor et Briggs guerre contre Sargeras quittèrent leur terre natale
semblèrent se concerter par un étrange jeu de gri- et s’isolèrent du reste du monde pour se consa-
maces et de regards de biais alors que le rôdeur crer de nouveau à la magie, non sans au préala-
attendait sa ristourne. ble créer des barrières empêchant n’importe qui
de ressentir leur expérience.
Puis Andreanor, en se grattant sous le menton,
fini par déclarer : Ces elfes devinrent les hauts-elfes et s’installèrent
au nord de l’actuelle Lordearon. Là nous retrou-
« Bien si vous voulez savoir pourquoi le nom de vons nos livres d’histoire. La suite ne varie pas.
Sanguinarius nous fait autant d’effet, il va falloir Les elfes subissent la guerre que leur mènent les
que je vous raconte un longue histoire. Briggs trolls. En échange de l’aide des humains des na-
ira nous chercher une bonne bouteille, c’est un tions d’Arathor, les elfes leur apprennent la ma-
fin connaisseur et nous en aurons tous bien be- gie. Les mages qui apparaissent à cette époque
soin. » vont ensuite fonder leur propre cité, Dalaran
puis finalement un royaume, le Kirin Tor.
Briggs lui lança un sourire complice et quitta la
salle en fermant soigneusement la porte. Là les livres d’histoire traitent parfois d’un fait
qu’ils jugent anodin.
« Etes-vous prêt ? »
La sagesse des premiers mages se perd et les jeu-
nes générations se livrent à des manipulations de
chapitre xv plus en plus hasardeuses. Par « accident », Dala-
premiÈres ailes de sang ran se retrouve envahie par une horde de démon.
Invasion qui sera enrayée par l’intervention des
« Vu que les livres d’histoire sont très incomplets, magistères de Quel’Thalas.
je vais recommencer depuis le début. Merci de ne
pas paraître étonné. Tout ce que je vais vous dire Oublions de nouveau les cours d’histoire et
n’est que pure vérité. oublions que cette invasion ne soit qu’un acci-
dent. En réalité il s’agissait d’une nouvelle inva-
Il y a environ dix mille ans de ça, les ancêtres sion de la légion. Craignant que la nouvelle de
des elfes bâtirent leurs citées autour d’un grand l’existence des légions de Sargeras ne crée plus de
lac dont les eaux étaient chargées de puissantes panique où de nouvelles vocations de maitre de
magies. l’apocalypse, les magiciens les plus renommés de
Dalaran et de la Lune d’argent créèrent une orga-
Magies qu’ils ne tardèrent pas à manipuler. nisation secrète dont les conseils se déroulaient
dans les clairières de la forêt de Tirisfal. Leur but
Avide de ce pouvoir une entité démoniaque était de lutter contre toutes tentatives visant à
nommée Sargeras profita de la cupidité des elfes permettre l’accès de la légion sur Azeroth. Pour
pour ouvrir un passage du néant jusqu’à notre s’assurer d’avoir un avatar capable de se con-
monde en déversant ses armées interminables fronter aux démons, les mages choisissaient l’un
composées des plus féroces démons. Ce lac, le d’entre eux qu’ils gratifiaient d’une partie de leur
puits d’éternité, fut le théâtre d’une des plus pouvoir. Cet élu, appelé le gardien, était le garant
grandes batailles entre elfes et démons. La magie de la protection d’Azeroth.
fusait dans tout les sens, maniée avec autant peu
de précaution dans chaque camp, si bien qu’à la Nous voici désormais arrivé à un pan de l’his-
fin, le puits explosa et causa un grave cataclysme toire encore plus secrète.
3 3
Certains membres du conseil de Tirisfal furent départ pris de violentes visions qu’il déchiffra
déçu que leur ordre ne soit devenu qu’une autre comme étant des échos du passé. Puis un jour il
entité politique dont la seule ambition était de fut confronté à des images qu’il ne pouvait pas
contrôler tout ce qui avait attrait de près où de interpréter. Il en conclut qu’il s’agissait de vision
loin à la magie. Il y eut un schisme et un autre du futur. L’orbe lui offrait le don de préscience.
ordre secret fut conçu. Considérée comme anar-
chique à ses débuts, cette division ultra secrète se Ses études furent toutefois interrompues car une
penchait sur l’étude même des origines des dé- étrange haute elfe vint le chercher en dehors du
mons. L’ordre subsista car la rigueur et les règles comté et lui fit des révélations sur l’orbe. Cette
strictes adoptés par les membres qui la compo- rencontre le bouleversa si profondément qu’il
sait le rendait beaucoup plus sure que n’impor- donna l’orbe à l’elfe par la suite. Certains préten-
te quelle loges dédiées à la magie. Prônant un dent qu’il s’agissait en fait d’un dragon de bron-
renouveau de l’étude de la magie dans Azeroth, ze. Toujours est-il que Rodan, qui avait consigné
l’ordre prit le nom de Souffle Mystique. Il s’ins- toutes ses visions par écrit détruisit ses recueils de
talla dans la forêt d’Elwynn, avant même la fon- prophéties. Les autres membres de l’ordre réussi-
dation d’Hurlevent, dans ce qui deviendra plus rent à sauver quelques pages, mais Rohan les mis
tard le comté de l’espérance. en garde contre leur pouvoir. Au final, l’érudit
fini par se donner la mort.
Quoiqu’il en soit Dalaran et le conseil de Tirisfal
gardaient un œil dessus. Qu’a ton appris de ces prophéties ?
Si la magie altère l’environnement, le fait de con-
Puis vint l’histoire d’Aegwynn. Le conseil de Tiris- naître le futur pouvait altérer la trame du temps.
fal, toujours désireux de contrôler le maximum Les quelques pages rescapées furent toutefois
de chose, jugèrent que leur gardien ne leur était conservées comme marqueur. L’une d’entre elle
pas assez dévouée. Ils se décidèrent donc de choi- évoquait l’invasion des orcs sous l’influence des
sir un individu parfaitement docile et contrôla- forces démoniaques. Comment cette histoire a
ble. Pour ça ils choisirent une femme, Aegwynn. pu traverser les murs de l’ordre et répandre la
Evidemment, la magicienne ne se laissa pas mar- rumeur de l’existence des prophéties perdues de
cher sur les pieds et le conseil du Tirisfal perdit Rohan ? Tout le monde l’ignore. Toujours est-il
complètement toute influence sur son gardien. que de nombreux chasseurs de trésors arpentè-
Comprenant par là qu’ils avaient perdu leur plus rent la forêt d’Elwynn et Hurlevent à la recherche
puissant outil, le conseil préserva le secret du des prophéties.
Souffle Mystique en évitant ainsi qu’Aegwynn ne
se serve de l’ordre à son profit. Ainsi les gardiens Très récemment, l’avant dernier maître des loges
n’eurent jamais connaissance de l’organisation. du Souffle Mystique commit une faute irrépara-
ble en accueillant une non-initiée au sein de l’or-
Qu’a donc fait le Souffle Mystique durant les mil- dre. Elle partageait le fruit de ses études ainsi que
les années où Aegwynn fut la gardienne ? sa couche.
Ils emmagasinèrent beaucoup d’informations On dit qu’elle mit la main sur les prophéties per-
après des années d’études, de recherches et d’ex- dues. Du jour au lendemain elle disparue. Nous
plorations. Aucune bibliothèque ne possédait ne connaissions que son nom : Phylia Sanguina-
plus de savoir, certains qui eurent vent de notre rius.
existence tentèrent alors de s’approprier de ses
secrets. A ce titre l’ordre se compléta de ses pro- La situation étant extrêmement ambarassante, le
pres services de renseignements et de sa propre maitre ordonna la première opération militaire
armée secrète. de l’ordre. Avec l’aide de renforts de Dalaran et
Un événement allait cependant attiser nombre de mercenaires. Le Souffle Mystique est allé sur
de rumeurs et attirer pas mal de gens mal inten- les terres de la noble famille des Sanguinarius à
tionnés. Quel’Thalas. Ce fut ce qu’on appel dans le jar-
gon militaire un travail « humide ». De la sueur
Rodan, l’un des plus fins érudits du Souffle Mys- du sang et des larmes. Toute la famille Sangui-
tique trouva un artefact sacré qu’il nomma l’orbe narius fut exécutée et leur propriété incendiée,
d’Aman‘Thul. Lorsqu’il étudia l’objet, il fut au mais Phylia restait introuvable. De cette opéra-
3 3
tion l’ordre n’a ramené que le symbole de l’épée Il ne reste de l’ordre que peu de monde. Briggs et
entourée d’ailes de sang. moi évidemment. Walahala, et les gnomes, To-
Au retour de la mission le maitre se donna la auti, Sébi, Abhus, Nagul et Luyinda. Un couple
mort à son tour. Son successeur, c’est-à-dire moi, d’érudit me laissa la charge de leur fille Mayane…
du prendre sa place. Je gagnais le titre de Comte mais elle n’a pas encore été initiée.
de Faurecroy et le rang de maitre des loges.
Il y a aussi le Thane Kharadok, aussi étrange que
J’ai mené mon comté d’une main de fer, le pro- cela puisse paraître. Depuis que le Souffle Mysti-
tégeant des envieux jusqu’au jour où la horde ar- que est partie étudier la malédiction de Mogdul
riva dans nos provinces. Connaissant l’échéance au Grim Batol, certains Marteaux-Hardis appri-
de la chute d’Hurlevent, je demandais à ceux qui rent notre existence et devinrent de précieux al-
le pouvaient de rejoindre au plus tôt Lordaeron. liés depuis des siècles.
Peut avant la chute de Hurlevent, il ne restait que
les plus vieux et les plus affaiblis. Ils m’assurèrent Maintenant nous savons qu’une personne à la
qu’il protégerait l’ordre jusqu’à leur dernier souf- capacité de connaître l’avenir d’Azeroth et à le
fle, mais lorsque les orcs envahirent le comté, pouvoir de jouer contre l’histoire qui s’écrit.
ils ne trouvèrent plus que cendre et cadavres. Le Quels que soient les intérêts qu’elle sert, le Souf-
Souffle Mystique s’était détruit par lui-même par fle Mystique se doit de renaître de ses cendres
peur que les orcs les maintiennent en vie et leur pour en finir une bonne fois pour toute avec cet-
soutirent des informations capitales. te sorcière.

3 4