Anda di halaman 1dari 12

UNIVERSITE D’ANTA

ANANARIV
VO 

EC
COLE SUPEERIEURE D
DES SCIENCES AGRO
ONOMIQU
UES 

D
Départem
ment : AGR
RICULTURE 

AM
MELIO
ORATION DES
D PLANT
TES
C DU
CAS D PA
ALMIE
ER A HUILE
H E
L
LES MEMBRES DU
U GROUP
PE

á RAFE
ENOMANJJATO Anttsa
á RAKO
OTOVAO Harisoa Narindra
N
á RAZA
AFINDRAK
KOTO Louis Fredeerick

Avrril 2009


 
Sommaire 
Introduction  

I.  Caractéristiques de la plantes .................................................................................................. 4 
1)  Origine géographique, propagation et domestication ................................................................ 4 
2)  Espèces existantes et caractéristiques génétiques et agronomiques ......................................... 4 
3)  Mécanismes de reproduction ..................................................................................................... 5 
II.  Méthodes de création variétale et de sélection naturelle ........................................................ 5 
1)  Principales techniques de création variétale .............................................................................. 5 
2)  Principales techniques de sélection ............................................................................................ 6 
III.  Techniques particulières pour deux variétés ............................................................................ 9 
 

Conclusion  


 
INTRODUCTION

En trente ans, le palmier à huile est devenu une des principales plantes oléagineuses. La production 
d’huile  de  palme,  huile  semi‐concrète  extraite  de  la  pulpe  du  fruit  est  passée  de  1,5  millions  de 
tonnes au début des années 60 à 15,6 millions de tonnes en 1995. Dans le même temps, sa part dans 
la  production  mondiale  d’huiles  végétales  a  progressé  de  7  à  20  %,  ce  qui  la  place  en  deuxième 
position, derrière l’huile de soja et devant les huiles de colza et de tournesol. En 1995, les principaux 
pays  producteurs  et  exportateurs  d’huiles  de  palme  et  de  palmiste  sont  la  Malaisie,  l’Indonésie,  la 
Papouasie‐Nouvelle‐Guinée,  la  Cote  d’Ivoire  et  le  Cameroun.  La  progression  remarquable  de  la 
production d’huile de palme résulte en premier lieu de l’amélioration des techniques culturales et de 
la  diffusion  de  variétés  à  haut  rendement,  dont  les  effets  se  sont  fait  sentir  à  partir  du  début  des 
années 60 en réduisant considérablement les coûts de production et en stimulant le développement 
des plantations, ce qui a  en retour  encouragé les recherches. Depuis, des rendements de 6 tonnes 
d’huile de palme par hectare et par an sont couramment obtenus dans les meilleurs environnements,  
et le potentiel des hybrides sélectionnés récemment dépasse 8 tonnes. 


 
I. Caractéristiques de la plantes

1) Origine géographique, propagation et domestication

 L’espèce Elaeis guineensis, originaire du golfe de Guinée, se rencontre encore sous forme spontanée 
depuis le Sénégal jusqu’à l’Angola. Sa répartition couvre la zone équatoriale jusqu’à la Tanzanie. Son 
utilisation est immémoriale. Il est connu des voyageurs maritimes depuis le XVème siècle et des 
écrits témoignent d’un commerce de ses produits avec l’Europe depuis le XVIIIème siècle. Au XIXème 
siècle sa culture a été encouragée, notamment au Bénin, tandis que le commerce s’intensifiait. Il a 
été introduit en Amérique Latine, à Bahia au Brésil, dès le XVIème siècle, et en Asie du Sud Est, dans 
le jardin botanique de Bogor en Indonésie, en 1848. 

Les premières plantations industrielles ont été créées en 1910 en Asie et en Afrique, mais seulement 
dans les années 50 en Amérique Latine. Actuellement, la culture de palmier à huile est pratiquée 
dans une quarantaine de pays du monde tropical et équatorial : en Afrique, de la Sierra Leone au 
Zaïre et au Burundi ; à Madagascar ; en Asie, de l’Inde à l’Indonésie ; en Papouasie‐Nouvelle‐Guinée 
et  en Amérique Latine, du Honduras à l’Equateur et au Brésil (HARTLEY, 1988 ; JACQUEMARD, 1995). 

L’espèce E. oleifera est originaire de la zone tropicale humide de l’Amérique Latine. Elle se rencontre 
à l’état spontané du Honduras au Panama et dans les bassins de l’Orénoque et de l’Amazone 
(HARTLEY, 1988). En Amazonie, elle est souvent associée à des sols anciennement cultivés, les terra 
preta dos Indios, ce qui atteste son utilisation par les populations autochtones (DE MIRANDA‐SANTOS 
et al. 1985). Elle n’est pas exploitée industriellement, mais son hybride avec E. guineensis, bien que 
peu fertile, remplace E. guineensis dans les régions où celui‐ci est victime de pourritures du cœur, 
notamment en Colombie, en Equateur et au Brésil (LE GUEN et al. 1991). 

2) Espèces existantes et caractéristiques génétiques et agronomiques

E.guineensis est une monocotylédone arborescente de la famille des aracacées, tribu des cocoïnées. 
Sa formule chromosomique est 2n = 2X = 32. Il est planté à raison de 13O à 143 arbres par hectares 
et commence à produire 2 à 3 ans après la plantation. Il est exploité jusqu’à 25 à 30 ans. A l’âge 
adulte, il présente une belle couronne de 30 à 45 palmes vertes de 8 à 9 Mètres de long surmontant 
un stipe cylindrique. Le système racinaire, formé à partir d’un plateau situé à la base du stipe, est de 
type fasciculé.  

E. oleifera se distingue visuellement de la première espèce par la croissance lente de son stipe, qui 
devient rampant à avec l’âge et par l’aspect de ses feuilles, dont les folioles sont situées dans un seul 
plan. Une proportion importante de ses fruits se développe de façon parthénocarpique, et l’huile 
extraite de sa pulpe présente une forte teneur en acides gras insaturés, qui lui confère une fluidité 
comparable à celle de l’huile d’olive.  


 
3) Mécanismes de reproduction

Le palmier  à  huile  E.  guineensis  est  une  plante  pérenne,  monoïque. Chaque  feuille  de  la  plante  de 
palmier à huile porte à son aisselle une inflorescence unisexuée. Les inflorescences mâles et femelles 
alternes  sur  le  même  arbre  par  cycles  successifs  de  durée  variable,  induisant  un  régime  de 
reproduction  allogame.  La  pollinisation  est  principalement  entomophile.  Le  palmier  à  huile  produit 
toute l’année des régimes volumineux et compacts de 10 à 30 kilos portant entre 500 et 3000 fruits.  

L’hybride  F1  obtenu  par  croisement    des  deux  espèces  est  obtenus  sans  difficulté.  D’un  aspect 
vigoureux,  il  présente  par  ailleurs  des  caractéristiques  intermédiaires  entre  celles  de  ses  deux 
parents. Son intérêt économique est cependant réduit du fait d’une stérilité partielle.  

L’embryogenèse somatique in vitro est la seule méthode de multiplication végétative disponible. Elle 
constitue  un  atout  précieux  pour  cette  plante  allogame  à  long  cycle  de  multiplication.  La 
cryoconservation des embryons zygotiques et somatique permet de pallier la durée de conservation 
limitée des semences (3 ans au maximum).  

II. Méthodes de création variétale et de sélection naturelle

1) Principales techniques de création variétale

‐ Constitution de la collection des plantes géniteurs 

Le sélectionneur dispose d’un éventail de provenance très diversifié. La sélection de palmier à huile 
repose sur l’existence de cinq origines géographiques différentes. Des brassages entre les individus 
de ces origines aboutissent à l’obtention de croisements et à l’expression d’un fort accroissement de 
la productivité par hectare.  

On distingue les origines : Indonésie‐Malaisie, Angola, Zaïre, Côte d’Ivoire, Nigeria.  

Cependant, au sein de chaque programme d’amélioration, l’effort tend à se concentrer sur un petit 
nombre  de  provenances  améliorées,  avec  un  risque  d’érosion  de  la  variabilité.  Afin  de  restaurer  la 
variabilité,  deux  options  sont  offertes :  la  première  consiste  à  introduire  de  nouvelles  populations 
spontanées,  la  seconde  à  incorporer  des  descendances  d’individus  de  qualité  reconnue  provenant 
d’autres programmes d’amélioration. 

Pour  introduire  des  populations  non  améliorées,  on  opère  en  trois  étapes :  sélection  sur 
descendance avec un testeur amélioré, autofécondation des géniteurs introduits, nouveaux tests de 
descendance au sein de l’autofécondation des parents retenus à la première étape. Si les individus à 
introduire  proviennent  de  populations  déjà  améliorées,  on  les  intègre  directement  dans  la 
population de base du cycle suivant. 


 
‐ L’hybridation 

Le  recours  à  l’hybridation  interspécifique  permet  d’accéder  à  une  diversité  plus  accrue,  mais  la 
première génération d’hybrides E. guineensis × E. oleifera est marquée par une production moyenne 
de régimes et un faible taux d’extraction de l’huile, conséquence d’une mauvaise fertilité. 

L’exploitation  des  qualités  intrinsèques  d’E.  oleifera  (haute  teneur  en  acides  gras  insaturés, 
croissance  en  hauteur  réduite  et  surtout  tolérance  à  certaines  maladies)  s’est  orientée  vers  un 
programme  qui  vise  en  priorité  à  introduire  ces  qualités  au  sein  des  meilleures  combinaisons  d’E. 
guineensis,  tout  en  restaurant  la  fertilité.  Après  avoir  identifié  les  meilleures  combinaisons 
interorigines  et  les  meilleurs  croisements  intra  combinaisons,  on  effectue  le  choix  des  meilleurs 
individus. Ensuite, on réalise des séries de rétrocroisements, qui sont de deux types. Dans le premier, 
on essai de reproduire, au sein de la partie guineensis du génotype, une combinaison (le plus souvent 
Deli × Afrique) performante.  

2) Principales techniques de sélection

Il existe un consensus parmi les centres d’amélioration du palmier à huile pour retenir un certain 
nombre d’objectifs de sélection. 

Tableau : objectifs de sélection du palmier à huile. 

Objectif  Importance 
Augmentation du potentiel de production  Prioritaire : principal facteur de rentabilité 
d’huile.  des plantations, doit aller de pair avec les 
caractères d’adaptation. 
Tolérance à certaines maladies (fusariose,  Indispensable dans de nombreuses régions 
pourriture du cœur, ganoderma).  affectées ou menacées par une ou plusieurs 
maladies. 
Tolérance à des conditions de culture  Nécessaire en particulier dans les zones 
marginales.  sèches et d’altitude. 
Croissance en hauteur modérée des stipes.  Déterminante pour la durée de vie 
économique de la plantation (inférieure à 
5O cm / an). 
Réduction de l’encombrement des arbres.  Déterminante pour augmenter la densité et 
intensifier la culture. 
Amélioration de la fluidité de l’huile.  Secondaire, bien qu’une huile fluide soit plus 
attractive sur le marché. 
Source : André CHARRIER et al, 1997. 

Deux méthodes de sélections sont actuellement suivies : la sélection récurrente réciproque,  utilisée 
par  la  plupart  des  centres  de  recherches  africains et  la  sélection  familiale  et  individuelle  mise  en 
œuvre en Malaisie. 


 
 

‐ S
Sélection réc
currente réciiproque 

La  plupaart  des  centres  de  recheerche  africains  ont  adoppté  des  schéémas  de  sélection  inspirés  de  la 
sélectionn récurrente réciproque utilisée en amélioration animale et vvégétale. Cellle‐ci vise, d’une part, 
à  exploitter  simultan
nément  les  aptitudes 
a générales  et  spécifiques  à 
à la  combinaaison,  d’autrre  part,  à 
mettre àà profit la suppériorité dess hybrides intterorigines (Delhi × Afriq que).  

L’amélio
oration des p populations  de  base s’efffectue par u une sélection n phénotypique  des individus au 
sein des  familles reteenus dans lees deux groupes, puis grââce à une baatterie de tessts des desce endances 
composéés  de  pleins  frères  issuss  de  croisem
ment  d’individus  sélectio
onnés  du  grooupe  A  avecc  ceux  du 
groupe  B. 
B Au  sein  de  chaque  grroupe  les  meeilleurs  pareents  sont  ensuite  intercrroisés  pour  former 
f la 
population de base d du cycle suivvant. Les auttofécondatio ons des meilleurs géniteu urs, réaliséess pour les 
besoins de productio on de semen nce font également l’obje et d’un tri sur descendan nce. 

Le  matéériel  végétal  utilisé  en  sélection  est  e 2  groupees  A  et  B  aux  caracté
e divisé  en  éristiques 
complémmentaires. Leeur croisemeent permet d d’obtenir une
e hétérosis importante ppour la produ
uction de 
régime eet d’huile. 

Groupe A A : petit nom
mbre mais gros régimes (originaire de e Deli) 
Groupe B : grand nombre mais p petit régime ((originaire d’’Afrique) 
 
On  com mmence  par  le  triage  des  meilleurees  plantes  dans 
d les  deeux  groupes.  Ensuite,  on o fait  le 
croisemeent des indivvidus du gro oupe A avec  des individu us du groupee B. les résulltats des croisements 
permet  de  détermin ner  les  meilleurs  parents.  Ces  meille
eurs  parentss  sont  par  laa  suite  multiipliés  par 
autoféco ondation et oon pourra reeproduire less meilleurs ccroisements  précédents  dont les fruits seront 
utilisés ccomme nouvvelle variété ou comme m matériel de d départ pour d d’autres cyclles de sélectiion.  
 

  


 
 
 

La sélection familiale et individuelle 

La méthode de sélection familiale et individuelle a été mise au point au Malaisie. Elle vise avant tout 
à  exploiter  l’aptitude  générale  à  la  combinaison.  Comme  dans  la  sélection  récurrente  réciproque 
deux groupes sont constitués au sein desquels sont sélectionnés des parents mâles et femelles, mais 
l’objectif est d’éviter la consanguinité dans le matériel génétique produit. La sélection est fondée sur 
le résultat des croisements intragroupes plantés en essai. Les meilleures familles sont utilisées pour 
la production en masse de semence commerciale, tandis que les meilleurs individus de ces familles 
sont intercroisés pour produire la génération de sélection suivante.  
Cette sélection permet d’établir la différence entre les caractères génotypiques et phénotypiques.   
 


 
 

III. Techniques particulières pour deux variétés

‐ Création de la variété « tenera » 

Les recherches ont porté principalement sur l’augmentation de la productivité de plante et de celle 
du  processus  de  transformation  dans  le  cadre  des  plantations  industrielles  produisant  pour 
l’exportation et pour l’industrie locale. Au départ, on a sélectionné des souches supérieures du type 
dura  local,  mais  dès  la  fin  des  années  30,  il  est  apparu  que  les  meilleurs  résultats  pouvaient  être 
obtenus  par  croisement  de  ces  souches  avec  une  autre  souche  locale  pisifera,  on  a  ainsi  obtenu 
l’hybride tenera (SURRE  et ZILLER, 1963).  

Plus précisément, Il a été mis en évidence, en 1941, l’hérédité monofactorielle de l’épaisseur de la 
coque du fruit. Ainsi, il existe trois types de palmiers : 
‐ le palmier de type Dura à coque épaisse et homozygote AA, 
‐ le palmier de type Pisifera sans coque et homozygote aa, 
‐ le palmier de type Tenera à coque mince et hétérozygote Aa. 

Le croisement D x P = 100% Tenera. 

La  variété  Dura  produit  des  fruits  à  une  coque  épaisse  tandis  que  le  Pisifera  donne  des  fruits  sans 
coque. Le tenera possède un caractère intermédiaire, c'est‐à‐dire, coque mince. Elle est obtenue en 
fécondant des pieds mères Dura avec du pollen de Pisifera. 

Elle  a  un  potentiel  élevé.  Dans  les  conditions  d’eau  excellentes,  elle  peut  vous  surprendre  avec  un 
rendement de 40T de régime à l’hectare. Mais elle est résistante à la sécheresse, résistance dont il 
faut aider la manifestation à travers la mise en condition lors de l’installation de la culture à savoir : 
planter aux écartements de 15m x 9m, ce qui donne environ 80 plants à l’hectare et non 143 plants 


 
comme  au sud du Benin. Il faut  également aassurer une  lutte assiduee contre les  mauvaises h herbes et 
une bon
nne fumure.  Il faut choissir une zone  où le sol esst riche et no
on pauvre. EEnfin le site  doit être 
d’une sourcee qui ne tarit pas, afin de permettre l’’arrosage en temps oppo
proche d ortun. 

‐ Création de l’hybride intterspécifiquee 
C

Pour  réssoudre  deuxx  problèmess  majeurs  qu ui  sont    la  pourriture  du 
d cœur  et  le  ganoderm ma,  on  a 
vulgariséé  l’hybride  interspécifiq
que  obtenu  à  partir  d’’E.  guineenssis  x  E.  oleifera.  Cepen ndant,  la 
productiion  de  cettee  variété  estt  inférieure  de  30%  à  celui 
c d’E.  gu
uineensis  à  cause  d’une e  stérilité 
partielle.  La  recherrche  de  matériel  produ uctif  et  résiistant  à  la  pourriture  du  cœur  passe  par 
l'introgreession de la résistance d’’E. oleifera ddans E. guine eensis.  
Quant  au  ganoderm ma,  peu  de  méthodes 
m dee  lutte  existeent  contre  ceet  agent  patthogène.  Parr  ailleurs, 
Elaeis  oleifera  présente  des  so ources  de  tolérance,  ett  l'hybride  interspécifiq que  à  une  meilleure 
m
résistancce au ganodeerma. 

Figure montrant l’introggression pou
ur l’obtentio
on de l’hybrid
de productiff et résistantt 

10 
 
 

CONCLUSION

L’histoire  de  l’amélioration  du  palmier  à  huile  se  poursuit.  Les  difficultés  liées  aux  caractères 
pérennes  de  la  plante  n’ont  pas  empêché  l’amélioration  génétique  de  progresser  à  un  rythme 
soutenu,  en  s’appuyant  sur  un  secteur  industriel  prospère  et  dynamique.  Il  reste  cependant  de 
nombreux  défis  à  relever.  Le  rendement  maximal  potentiel  est  loin  d’être  atteint.  L’avenir  de  la 
culture passe par une croissance de la production à l’hectare, en particulier dans les pays où les coûts 
de la main d’œuvre tendent à croitre. Il réside aussi dans le renforcement de la tolérance envers les 
stress biotiques et abiotiques, notamment les maladies, dans le maintien de la croissance en hauteur 
et de l’encombrement dans les limites raisonnables, dans la simplification des procédures de récolte, 
entre autres grâce à des variétés à fruits non déhiscents.  
Répondre à ces objectifs suppose une bonne exploitation de la variabilité génétique disponible par 
les  méthodes  classiques  d’intercroisement  et  de  sélection,  que  viendront  étayer  des  techniques 
avancées telles que le clonage et la sélection assistée par marqueurs. On peut ainsi espérer obtenir 
des résultats dans des délais raisonnables.  

11 
 
BIBLIOGRAPHIE

- André CHARRIER, Michel JACQUOT, Serge HAMON, Dominique


NICOLAS, 1997. L’amélioration des plantes tropicales, 623p.
- Le Guen V., Ouattara S., Jacquemard J.C.. 1990. Oléagineux,
Article de périodique, Cirad 2007, 45 : 523-531.
- http://www.cirad.fr/ur/genetique_forestiere

12