Anda di halaman 1dari 414

i

i
La nraicrostmcture des aciers et des fontes
Genèse et interprétation
A) Surface liquidus du diagramme Fe-Cr-C métastabk.
B) Dendrite d'acier observée en microscopie à balayage dans une retassure
d'un échantillon brut de solidification.
u C ) Martensite mixte au centre de dendrites d'une fonte blanche brute de
solidification
La microstructure
des aciers et des fontes
Genèse et intenpr6tation

Madeleine Durand-Charre

Institut National Polytechnique de Grenoble


Du même auteur
The Mirroshzictzire ofsziperaddys, Gordon & Breach, (1997) Amsterdam

@ Copyright 2003 S.I.R.P.E., 76 rue de Rivoli, 75004 Paris


Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays. Toute reproduction, même
partielle, de cet ouvrage est interhe sans l'autorisation expresse de l'éditeur. Toute copie ou reproduction par quelque
procédé que ce soit constituerait une contrefaçon passible des peines prévues par la loi du 11 mars 1957 sur la protec-
tion des droits d'auteur
ISBN 2-906-643-27-0
Table des rnati6a.e~

Première partie
L'acier du forgeron
1 Du fer primitif à l'acier du forgeron
1-1 Une longue histoire du fer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1-2 Les trois sources du fer primitif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1-3 Les procédés par réduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1-4 Propagation de la culture métallurgique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2 Les aciers damassés
2-1 L'histoire métallurgique au fil de l'épée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2-2 Les épées dans la tradition des forgerons celtes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2-3 Les épées mérovingiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2-4 Les épées de Damas forgées en wootz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2-5 Les épées corroyées et feuilletées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2-6 A la recherche d'un art perdu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2-7 Les épées asiatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2-8 Les microstructures damassées contemporaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

partie
Genese des microstnuctures dans les alliages de fer
3 Les phases importantes dans les aciers
3-1 Les phases du fer pur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3-2 Les solutions solides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3-3 Transformation par mise en ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3-4 Les phases intermédiaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4 Les diagrammes de phases
4-1 Equilibres entre phases condensées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4-2 Diagrammes résultants d'un calcul théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4-3 Les diagrammes de phases expérimentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
4-4 Le système Fe-Cr-C : nappes liquidus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4-5 Le système Fe-Cr-C : sections isothermes. isoplètes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4-6 Le système Fe-Cr-C: chemins de cristallisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4-7 Le système Fe-Cr-C : domaine de l'austénite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Vi LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

4-8 Le système Fe-Cr-Ni . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67


4-9 Le système Fe.Mn.S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4-10 Le système Fe.Cu.Co . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4-1 1 Le système Fe.Mo.Cr . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4-12LesystèmeFe-C-V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
4-13 Les carbures mixtes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5 Genèse de la microstructure de solidification
5-1 Partition du soluté lors de la transformation du liquide en solide :
point de vue phénoménologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5-2 Partition du soluté. point de vue local . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
5-3 L'interface en croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
5-4 Evolution de la microstructure dendritique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
5-5 Espacement des branches secondaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
5-6 La microstructure eutectique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
5-7 La microstructure péritectique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
6 Transformation de la microstructure en milieu liquide/solide
6-1 Les solidifications contrôlées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
6-2 L'analyse thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
6-3 Les chemins de cristallisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
6-4 Les chemins de cristallisation métastables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
6-5 La transformation péritectique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
7 Grains. joints de grains et interfaces
7-1Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
7-2 Caractéristiques associées aux joints de grains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
8 La diffusion
8-1 La diffusion chunique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
8-2 Zones affectées par la diffusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
8-3Lacémentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
8-4 Notion de couple de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
8-5Lagalvanisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
9 La décomposition de I'austénite
9-1 Les classes de transformations en phase solide ............................. 177
9-2 Comment représenter les transformations? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
9-3 Les mécanismes de croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
9-4 Les échanges diffusifs à l'interface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
9-5 Formation de la ferrite et de la cémentite primaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
10 La transformation perlitique
10-1 La transformation eutectoïde du système Fe-C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
10-2 Cinétique de la transformation perlitique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
10-3 Rôle des éléments d'addition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
10-4 La redissolution de la perlite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
11 La transformation martensitique
11-1 La transformation displacive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
11-2 Caractéristiques de la transformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
vii

11-3 Morphologie de la martensite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213


11-4 Adoucissement et revenu de la martensite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
12 La transformation bainitique
12-1 Les structures bainitiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
12-2 La bainite supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
12-3 La bainite inférieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
13 La précipitation
13-1 La précipitation continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
13-2 La précipitation discontinue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
13-3 Evolution des précipités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

Troisième partie
Les matériaux ferreux : aciers et fontes
14 L'optimisation des nuances d'aciers
14-1 Qualités de comportement mécanique d'un matériau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
14-2 Le rôle des éléments d'addition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
14-3 Les éléments d'alliage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
15 Macrostructures de solidification
15-1 Les produits de solidification de l'acier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
15-2 Structure de solidification d'un acier en coulée continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
15-3 La structure de solidification d'un grand lingot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
15-4 Qualité de la structure de solidification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
16 Macro/microstructures frittées
16-1Lefrittage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277
16-2 Les aciers frittés en phase solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
16-3 Les aciers frittés avec une phase liquide transitoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
16-4 Les alliages frittés composites Fe-Cu-Co . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
17 Les aciers peu alliés
17-1 Les aciers doux pour emboutissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
17-2 Les aciers résistants. peu alliés de construction métallique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
17-3 Les aciers multiphasés à effet TRIP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
18 Les aciers à traitements thermiques
18-1 Les traitements classiques des aciers hypoeutectoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293
18-2 Les traitements spécifiques des aciers hypereutectoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296
18-3 Les aciers à ouuls et aciers rapides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
19 Les aciers inoxydables
19-1 Les aciers martensitiques riches en chrome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
19-2 Les aciers inoxydables martensitiques durcis par précipitation . . . . . . . . . . . . . . . . 307
19-3 Les aciers inoxydables austénitiques au nickel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309
19-4 Les aciers à l'azote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314
19-5 Les aciers austénitiques au manganèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316
19-6 Les aciers resulfurés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317
Viii LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

19-7 Les aciers ferritiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319


19-8 Les aciers austéno.ferritiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
20 Les aciers résistant en fluage pendant une longue durée à chaud
20-1 Les aciers ferritiques pour centrales thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
20-2 Les aciers austénitiques réfractaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332
20-3 Les superalliages contenant du fer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
21 Les fontes
21-1 Phases et constituants stmcturaux des fontes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
21-2 Les fontes blanches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
21-3 Les fontes grises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
21-4 Les fontes à graphite nodulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353
22 Annexes
22-1Remarquesgénérales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
22-2 Energie d'interface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
22-3 Equivalents chrome et nickel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
22-4 Quelques réactifs d'attaque classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364
22-5 Longueurs de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
22-6 Détermination de la température Ms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
22-7 Effets des éléments d'alliage dans les aciers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
22-8Dureté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
23 Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
24 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395
Combien de fois ai-je entendu la question : "Y a-t-il encore quelque chose à trouver dans les aciers ? ')
S'y ajoute souvent cette remarque définitive : "Depuis le temps, o n sait tout sur les aciers !"Pourtant
le développement de nouveaux aciers, de fonctionnalités élargies, d'applications nouvelles, s'accélère
a u cours des dernières décennies : plus de la moitié des aciers utilisés aujourd'hui n'existaient pas il y
a cinq ans.
Ceci prouve, s'il en était besoin, les potentialités de ces alliages. A partir d'une base fer, nombreux
sont les éléments susceptibles de modifier les structures, les propriétés mécaniques et physiques, et les
caractéristiques de surface. Présentant la plupart des mécanismes métallurgiques - solidification,
transformations de phases, précipitation, recristallisation.. . - les aciers offrent, après traitements
thermomécaniques, une palette très large de propriétés d'emploi. Ld fiabilisation des outils de produc-
tion, la suppression d'étapes de fabrication et le développement d u contrôle non destructif en ligne,
permettent de mieux maîtriser les microstructures finales pour atteindre des caractéristiques toujours
plus élevées. Ainsi, l'élaboration et la mise en œuvre des aciers et des fontes continuent de poser des
défis à la métallurgie, restant u n moteur essentiel pour la recherche et le développement. Je ne citerai
que deux exemples que l'on peut retrouver dans les pages de cet ouvrage.
Le premier cas est représenté par les aciers pour emballage, particulièrement les aciers pour boîtes de
boisson. L'accroissement de la résistance mécanique de ces aciers permet d'en diminuer l'épaisseur
au-dessous de 150 v m . Il est donc nécessaire de pouvoir contrôler kz propreté inclusionnaire lors de la
production et de limiter le nombre d'inclusions d'une taille supérieure a u micromètre à une inclusion
par kilomètre de tôle.
U n second exemple est lié aux transformations de phases à l'état solide. E n fonction des conditions
thermomécaniques et de la composition de l'acier, les conditions d'équilibre à l'interface peuvent for-
tement varier entraînant ainsi des cinétiques de transformation différentes de plusieurs ordres de
grandeur. D u point de vue microstructural, ceci peut conduire à des pics de concentration très locali-
sés à l'interface ; seules des techniques expérimentales de pointe, comme la microscopie en transmis-
sion à haute résolution ou la tomographie tridimensionnelle, permettent de vérifier localement ces
différentes hypothèses.
Très tôt la multiplicité des structures des aciers et des fontes intrigue. L'esthétisme de certaines épées
de Damas est aussi u n signe de leur qualité : les microstructures renseignent sur les bonnes propriétés
d'emploi. E n redécouvrant ces objets, l'étude scientifique de ces structures, de la composition, de la
nature, de la géométrie des dessins d'une lame, procure également les indices des modes de fabrication
et d'élaboration suivis. Cet exemple historique introductif illustre le fil conducteur de l'ouvrage, le
rôle central que jouent les microstructures dans les aciers et les fontes.
X LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Les multiples transformations structurales se produisant dans les aciers lors de leur solidification et
de leur refroidissement compliquent la lecture et l'interprétation des microstructures qui ne peuvent
plus se suffire à elles seules. De nombreux travaux de recherche éclairent leur analyse par la compré-
hension scientifique des mécanismes mis en jeu et par leur modélisation. Les structures deviennent
alors des "marqueurs" très locaux de ia composition et des évolutions thermomécaniques ; elles
conservent la mémoire des évolutions métallurgiques successives et permettent d'en quantifier les
cinétiques.
Les diagrammes d'équilibre sont une base essentielle pour l'interprétation des structures. Leur déter-
mination expérimentale s'affine par l'analyse précise des microstructures d'équilibre. Les progrès
récents en modélisation permettent de compléter et d'enrichir les diagrammes expérimentaux et de
simuler les structures d'équilibre. La grande originalité de ce livre réside ainsi dans u n échange cons-
tant et enrichissant entre les aspects d'équilibre, les observations microstructurales, la modélisation
des équilibres et des microstructures. Cette approche permet également d'aborder la diversité des
aciers à partir d'une série d'exemples typiques illustrant les grandes classes de phénomènes métallurgi-
ques. Cette démarche éclaire d'un jour nouveau l'interprétation de diagrammes parfois délicate pour
le non spécialiste ; e n parallèle, elle interpelle le métallurgiste expérimentateur sur les limites de
l'observation et de l'interprétation des micrographies, lui évitant de tomber dans le piège des artefacts
ou de conclure de façon parfois trop hâtive sans une prise en compte correcte des aspects cinétiques.
C e balayage très exhaustif des évolutions métallurgiques dans les aciers et les fontes permet a u lec-
teur d'aborder la dernière partie d u livre qui présente de façon déductive les grandes familles d'aciers.
O n prend alors conscience de l'apport de la démarche scientifique dans l'élaboration de nouvelles
nuances, permettant une accélération d u développement et des ruptures dans l'innovation que
n'aurait pas pu apporter kz seule approche empirique.
Cet ouvrage trouvera naturellement sa place dans les bureaux et près des microscopes d'un iarge
public. Il alertera les spécialistes de l'expertise et d u contrôle sur la nécessité impérieuse de s'appuyer
sur une compréhension scientifique rigoureuse pour l'interprétation des microstructures. Il assistera
les ingénieurs de l'industrie dans leur mission de développement de nouveaux aciers répondant
toujours mieux aux défis des utilisateurs. A u x enseignants, il fournira une large base d'exemples
illustrant la métallurgie de façon concrète en les faisant profiter de la riche expérience capitalisée par
l'auteur au travers des nombreux cas étudiés. Il ouvrira aux étudiants le monde des aciers et des
fontes en leur faisant parcourir de façon pédagogique u n vaste domaine de connaissances
métallurgiques.
Ainsi, répondant à la curiosité et à l'envie de connaissance de ces publics variés, cet ouvrage apporte
des pistes de réflexion et prouve qu'au-delà de la connaissance acquise sur les aciers et les fontes, il
reste encore beaucoup à faire en poussant kz science métallurgique dans ses derniers retranchements.

Jean-Hubert S C H M I ~ T
Directeur d u Centre de Recherche dfIsbergues
& A L Z - Groupe ARCELOR
UG~NE
Remerciements
M a génération de chercheurs métallurgistes a pu mesurer les progrès accomplis en quelques décennies
dans le domaine de l'observation micrographique. Grû.ce à l'immense apport technologique de la
microscopie électronique, ta microstructure peut être explorée dans ses moindres détails. Mais te
travail d u chercheur reste toujours d'analyser ses observations, de comprendre et reconstituer la genèse
de la microstructure. L'interprétation d'une micrographie requiert une large culture métallurgique
car souvent de nombreuses transformations ont laissé des traces à différentes échelles d'observation.
C e livre propose une présentation des notions fondamentales nécessaires à cet effet. L'éclairage est
concentré sur les caractéristiques micrographiques qui sont discutées et interprétées en détails. C e
sont encore les caractéristiques micrographiques qui constituent le fil conducteur pour classer les
aciers e n grandes familles afin de permettre aux débutants de se repérer dans le labyrinthe des aciers.
robjectif de ce livre est de constituer un outil commode sous une présentation suffisamment
compacte pour avoir sa phce à coté d u microscope.
U n point important dans mon propos est le rôle des équilibres de phases. La fin d u 2oèmesiècle a v u
se développer les calculs thermodynamiques qui aboutissent à la détermination des diagrammes de
phases à partir des grandeurs thermodynamiques de ces p h s e s et en accord avec les déterminations
expérimentales directes des limites de phases et des températures caractéristiques. Ces modélisations
sont puissantes, bien représentatives et d'utilisation de plus en plus conviviale. Cependant, la bana-
lisation excessive de tels outils, leur utilisation à la façon de boites noires peut conduire à une perte
d'infirmation scientifique, u n "blanchiment des données" que le chercheur doit éviter en maîtrisant
son information. C'est pourquoi je me suis attachée à promouvoir l'utilisation des diagrammes ter-
naires en prenant des exemples de systèmes à base fer, car je suis convaincue qu'ils constituent u n
excellent guide de raisonnement.

M o n projet a été admis et soutenu de multiples façons. Tout d'abord par Bernard Baroux pour le pre-
mier accueil pour la société Arcelor. Il m'a accordé un capital de confiance alors que le contour d u
contenu d u livre était encore flou et s'est fait mon interprète pour défendre mon projet. Je l'en remer-
cie très sincèrement. Je suis également reconnaissante aux membres de l'lnstitut National Polytechni-
que de Grenoble qui ont cru en l'aboutissement de ce travail, tout particulièrement Colette Allibert
pour l'Institut National Polytechnique de Grenoble ( I N P G ) et Claude Bernard pour le Laboratoire
de Tnermodynamique et Physico-Chimie Métallurgique (LTPCM).
Au point de vue scientifique, il était téméraire et u n peu inconscient de m'aventurer dans des thèmes
extérieurs à mes Propres sujets de recherche. Relever ce défi a été possible grâce à la bienveillante dis-
ponibilité de scientifiques dans le milieu industriel ou universitaite et a u sein de mon laboratoire.
J'ai pu, par exemple, faire une incursion dans des terrains aussi mouvants que la transformation
Xii LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

bainitique grâce à des filets de sécurité constitués par mes collègues autour de Yves Bréchet. Dans le
domaine des diagrammes de phases, c'est tout l'environnement d u LTPCM qui a constitué le terreau
et en particulier Annie Antoni-Zdziobek qui a satisfait m a boulimie de sections de diagrammes de
p h e s calculées. Mes colkgues enseignants ou chercheurs, Claude Bernard, Yves Bréchet, Catherine
Colinet, Patricia Donnadieu, François Louchet, Catherine TassinArques, Muriel Véron (et Francis
Durand, mon mari) ont été un club de lecture très constructif. Dans le milieu industriel, je nomme-
rai particulièrement Laurent Antoni, Piewe Chemelle, James Davidson, André Grellier, Philippe
Maugis, Daniel Nesa, André Pineau, David Quidort, Pierre-Emmanuel Richy, Sophie Roure,
Zinedine Zermout dont j'ai apprécié les informations et les conseils. Je remercie l'équipe technique d u
laboratoire (et surtout Alain Domeyne) qui m'a aidée à préparer les expériences constituant la source
d'exemples.
Au cours des années, j'ai constitué une bibliothèque de micrographies électroniques de grande qualité
grdce à l'aide et la compétence des membres d u Consortium des Moyens Technologiques Communs
( C M T C ) a u sein de l'INP. Je témoigne m a reconnaissance à Jacques Garden, b u r e n t Maniguet,
René Molins, Florence Robaut et Nicole Valignat.
E n outre, de nombreuses images ont été aimablement fournies par des laboratoires ou musées exté-
rieurs. l'ai trouvé u n accueil chaleureux et une réponse positive à mes exigences sévères vis-à+is de la
qualité des images. Je remercie vivement tous les correspondants cités a u fil d u texte pour cette
contribution précieuse.
Madeleine DURANDCHARE
Prennière partie

Ea'ader du forgeron

« To those craftmen whose intuitive understanding provided the seed from which metallurgical
'
science grew r C.S. Smith, in "A Histoy of Metallography" [Smi65].

«The smith created his artefacts by taming the divine element of fire; and it is significant that the
only human craft which was found sufficiently worthy to be practised by one of the Olympian gods -
Hephaistos/lhulcan - was that of the smith.)>2,H. Nickel in "Damascus Steel" of M. Sache
[Sac94].

1. A ces artisans dont la compréhension intuitive des matériaux a été le germe à partir duquel la
science métallurgique s'est développée.
2. Le forgeron a crée ses objets en domptant le divin feu; et il est significatif que le seul métier
humain qui soit jugé suffisamment digne pour être pratiqué par un dieu de l'Olympe
(Hephaitos/Vulcain) soit celui de forgeron.
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
Du fer primitif à l'acier du forgeron

« Situ veux savoir où tu vas, regardes d'où tu viens. ))

Proverbe sénégaiais

Une longue histoire du fer


L'histoire du fer est très longue : elle s'étend sur sept millénaires. La présence de fer est
attestée par des fragments ou de menus objets tels que perles, lames, incrustations décora-
tives qui ont été trouvés dans des sites archéologiques. Les découvertes les plus anciennes
remontent à l'époque dite préhistorique autour de 5000 ans av. J.-C. en Irak (Samarra), en
Iran (Tépé Sialk) et en Egypte à El Gerseh. Les découvertes de la période du bronze
ancien (3000-2000 ans av. J.-C.) et du bronze moyen (2000-1 600 av. J.-C.) se situent
toutes sur une large bordure est et sud-est du bassin Méditerranéen en Mésopotamie, en
Turquie, en Egypte et à Chypre.
Les textes fournissent des témoignages comme les inscriptions murales du Livre des morts
par exemple, ou des papyrus. Ce ne sont pas des repères fiables parce que la traduction des
termes anciens reste ambiguë. Certaines civilisations ne semblent pas avoir reconnu le fer
comme un élément distinct du cuivre et lui donnent l'appellation de cuivre noir comme le
cuivre non raffiné. Les références au métal noir ou au métal venu du ciel peuvent s'appli-
quer au fer, mais aussi à l'hématite ou à un métal quelconque. De plus, la présence d'objets
en fer n'implique pas une connaissance métallurgique de la fabrication du fer car il existe
du fer naturel directement disponible sous forme métallique : le fer météorique et le fer à
l'état natif dit tellurique.
La métallurgie du fer est apparue dans les sociétés antiques postérieurement à celle de l'or
et du cuivre. L'apparition est située en Asie Mineure, chez les Hittites, entre 1400 et 1700
av. J.-C. Cette affirmation est trop simplificatrice dans la mesure où elle sous-entend que la
découverte du fer a été faite en un seul lieu à partir duquel elle s'est diffusée. L'objectif de
ce premier chapitre est d'éclairer un peu l'aube de la métallurgie du fer.
Le deuxième chapitre est consacré à l'essor artisanal de la manière de forger le fer à travers
le monde. Les forgerons ont su empiriquement utiliser les multiples possibilités des
alliages fer-carbone. Avec des moyens très rudimentaires, des connaissances sommaires, ils
4 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

ont inventé des savoir-faire et réussi à fabriquer des objets d'une grande diversité et de
qualité. C'est pourquoi l'étude de la microstructure de ces chefs-d'œuvre anciens s'inscrit
tout à fait dans le thème de ce livre.

1-2 Les trois sources du fer primitif


Le fer le plus ancien était dans la plupart des cas du fer météorique qui est la forme la plus
primitive du fer utilisé par l'homme (voir figure 1-2-1). C'est la présence de nickel en
proportion importante qui le distingue des autres catégories de fer. Or, le nickel est
présent dans la plupart des objets de l'époque préhistorique et même des époques de
bronze ancien et du bronze moyen. Le fer trouvé sous forme de météorites métalliques ou
sidérites était travaillé comme une pierre. Au Groenland, trois météorites parmi les plus
massives jamais trouvées (estimée à 36 t pour la plus grosse), ont servi à l'approvisionne-
ment des esquimaux pendant des générations. En Amérique, les indiens aztèques, mayas et
incas ont utilisé du fer météorique bien avant d'en connaître la métallurgie. Ils le considé-
raient comme extrêmement précieux et l'utilisaient pour faire des décors de bijoux ou
d'objets religieux. En Egypte, la lame d'un magnifique poignard d'apparat trouvé à Thèbes
dans la tombe du pharaon Toutankamon (1350 av. J.-C.) a été identifié comme fer météo-
rique. Cette pièce fait partie d'un couple d'objets, l'autre est en or.

Enfin, ce fer a un caractère divin, souligné par Eliade pli771 Retenons cette première
valorisation religieuse des aérolithes : ils tombent sur la terre chargés de sacralité céleste, ils
représentent donc le Ciel. De là, très probablement, le culte voué à tant de météorites ou
même leur identification à une divinité : on voit en eux la formepremière, la manifestation
immédiate de la divinité. »

Le fer tellunque est trouvé à l'état natif dans des basaltes ou autres roches sous forme de
petits grains ou nodules. Il contient souvent beaucoup de nickel jusqu'à 70 %. Ce fer, plus
rare que le fer météorique, a quelquefois été retrouvé dans des objets précieux.

Le nom d e j r terrestre est donné au métal fabriqué à partir de minerai (la magnétite Fe304
ou l'hématite Fe203); il est normalement exempt de nickel. Un tel fer a aussi été trouvé
parmi les objets de la période préhistorique. Quelquefois ce sont de simples morceaux
d'oxydes de fer trouvés dans plusieurs sites en Egypte, à Gizeh dans la vallée du Temple et
la pyramide de Chéops (2 500 av. J.-C.), à Abydos (2200 av. J.-C.). L'authenticité de ces
premiers objets est souvent contestable et contestée parce qu'il n'en reste qu'un amas de
r o d e difficilement reconnaissable. Le nombre de vestiges est réduit.

Le fer non météorique le plus ancien apparaît sous forme de petits objets décoratifs,
d'incrustations dans des bijoux en or ou de menus objets de culte. Une explication
proposée est que ce fer est un sous-produit de la fabrication de l'or. La magnétite, très
présente dans les sables aurifères de Nubie, aurait été entraînée et réduite en même temps
que l'or. Une couche de fer pâteux est susceptible de flotter dans le laitier au dessus de l'or
Figure 1-2-1 :
Photographie d'une section de météorite. A
remarquer les aiguilles imbriquées, assez gros-
sières.
Le fer météorique est un alliagefer-nickel avec
environ 7,5 % de nickel (entre 5 et 26 %) et un
peu de cobalt (0,3-1 %), des traces de soufre,
de phosphore et de carbone. Il est relativement
malléable et constitue presque exclusivement
un des trois types de météorites. Il est issu de
1 'arrachement de matière depuis les couches
profondes d'une planète. Les basses teneurs en
nickel des zones métalliques sont constituées
majoritairement de kamacite ferrite cubique centré, a), les fortes teneurs de tœnite (austénite cubi-
que faces centrées, y). C'est pour de tels météorites que la structure aiguillée de la ferrite a été mise
en évidence par Widmanstatten,structure qui porte son nom. Les aiguilles de ferrite se développent
dans des directions cristallographiquesprivilégiées définissant un octaèdre. Maintenant cette appel-
lation s'applique à une structure dans laquelle les phases croissent en phase solide avec des relations
d'accolement privilégiées entre des plans à bas indices: <Il O>a // < I l l >y. C'est la structure
retrouvée pour des aciers de composition similaire mais beaucoup moins grossière que dans le cas de
ce météorite.
Une réaction eutectoïde entre la kamacite et la tœnite a été invoquée pour expliquer cette structure.
En fait, les calculs thermodynamiquesmontrent qu'un telle séparation de phases est possible à partir
de pressions de 100 à 150 kbar [Bér96]. L'alliage a p u effectivement être exposé à de tellespressions
au cours de sa formation. Quelquefois la microstructure est tellement grossière, avec des plaquettes
larges de plusieurs millimètres, qu'une formation en phase solide paraît peu probable. Dans ce cas,
l'hypothèse avancée est que les grandes aiguilles se seraient formées par solidzjkation lente, dans
des conditions de microgravité [Buc 751, [Bud88].
Echantillonprovenant du cratère Henbury en Australie, largeur environ 8,5 cm.
Document Mineralogical Reasearch Company
fondu. Une autre possibilité est que des oxydes de fer aient été volontairement associés
aux autres oxydes servant de fondants pour la fabrication des bronzes.

Plusieurs archéologues ont maintenant la conviction que le mode d'obtention du fer par
réduction de minerais a été découvert très tôt, antérieurement à 2000 av. J.-C., en plusieurs
lieux différents. Le fer non météorique a été détecté sans être toujours accompagné de
traces d'une exploitation dans les sites à proximité. En Egypte, il n'y a aucun indice d'une
métallurgie du fer, ni de trace d'exploitation des gisements pourtant abondants. Cette
lacune est expliquée par l'absence de forêts capables de fournir le charbon de bois néces-
saire.

En définitive, il y a eu une longue période de plusieurs millénaires entre les premières data-
tions fiables du fer et l'âge du fer proprement dit. Plusieurs causes pourraient expliquer les
longs balbutiements de cette métallurgie primitive. La plus évidente est la difficulté de mise
en œuvre. Les procédés acquis pour le cuivre et l'or ne s'appliquent plus et surtout une
température plus élevée est nécessaire. Le fer de cette période a été qualifié de fer accidentel
[Bér94]. Une cause est peut être tout simplement le fait que le fer obtenu par les procédés
les plus primitifs de réduction du minerai n'est pas un matériau intéressant. Il est pur, très
6 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

malléable, donc utilisable seulement pour des ornements, mais en aucun cas pour des
outils ou des armes car il est trop mou. Il est rare, donc très précieux et sa valeur a pu
dépasser de plusieurs dizaines de fois celle de l'or. Enfui et surtout, lefer rouille et se trans-
forme en oxyde de fer rouge. Cette dernière propriété est probablement la raison des
multiples tabous et interdits religieux qui le font considérer comme un matériau impur,
maudit pour sa dégradation. Chez les Egyptiens, le fer était haï et considéré comme un des
attributs du dieu Seth au même titre qu'une chevelure rousse. Il était d'ailleurs nommé "os
de Seth". Plus tard, les Israélites de l'époque du roi David manifesteront une aversion
semblable, interdisant toute utilisation d'ouuls en fer pour tailler les pierres d'un autel. Les
Grecs de l'époque classique créeront une prière pour prévenir la rouille. Il sera en d'autres
époques déconseillé de l'uthser pour tailler les herbes, la viande. En Afrique, les outils en
fer seront accusés d'éloigner la pluie des terres labourées avec. La littérature abonde en
anecdotes révélatrices.
Depuis la deuxième moitié du 2oèmesiècle, la découverte de nouveaux sites archéologi-
ques, l'uulisation de techniques de caractérisation métallurgique modernes et une métho-
dologie devenue très rigoureuse ont fait beaucoup progresser les recherches en
paléométallurgie. Les quelques références suivantes peuvent servir d'initiation à ce sujet
très vaste : (For641, [Smi65]], [Ty187l, @?le88], [Moh90], [And91].

1-3 Les procédés par réduction

Le minerai
Le fer est, après l'aluminium, l'élément métallique le plus répandu sur la croûte terrestre. Il
se trouve sous forme de minerai constitué principalement d'oxydes (magnétite, hématite et
limonite) et de carbonates (sidérite : pyrite et marcassite). La préparation de lavage et de
concassage du minerai est la même que celle pratiquée pour les autres minerais. Les gise-
ments sont très nombreux dans l'est du bassin méditerranéen. Certains étaient reconnus
grâce à la couleur rouge du sol due à la rouille et ils étaient exploités et utilisés comme
pigments : ce sont les ocres bruns, jaunes ou rouges de l'Egypte antique. Plus à l'Est et au
Nord-Est de l'Asie Mineure, les gisements sont accompagnés de traces d'exploitation
comme en Syrie et en Cappadoce où ils ont été parmi les premiers à avoir été exploités à
une grande échelle. Citons Germanicia au nord de la fameuse d e de Doliche, berceau de
la métallurgie primitive du fer, les sites de production de Tabriz en Perse et la plaine de
Persépolis où se trouvent des vestiges prouvant un travail primitif du fer. Toute cette
région a une culture métallurgique très ancienne, probablement la plus ancienne, puisque
les Assyriens connaissaient la réduction du minerai de fer depuis le 19 ème siècle av. J.-C. La
présence de gisements riches a favorisé la lente expansion vers l'est en Europe centrale,
Italie du Nord, Est de l'Espagne, France et Angleterre.
Certains minerais ont été réputés sans doute à cause de la présence naturelle d'éléments
d'alliage ;par exemple le manganèse (Siegerland en Allemagne), le nickel (certains minerais
grecs ou corses) ou le phosphore (minerai lorrain) qui est durcissant mais aussi fragilisant
[Sal57l, PpeBl].

La préparation
La forme la plus primitive du fer était préparée sous forme d'un agglomérat spongieux de
fer non fondu, appelé loupe. Le minerai était chauffé en présence de charbon de bois afin
de le réduire dans une installation sommaire constituée parfois d'un simple trou dans le
sol. Une fois les scories les plus grossières éliminées, l'agglomérat était ensuite martelé
vigoureusement à chaud pour éliminer les scories résiduelles ou battitures et donner une
masse plus compacte. Une fois débarrassé des plus grosses inclusions, le fer qui reste est
du fer pur et il est malléable. Il est relativement facile à travailler mais ses qualités mécani-
ques sont médiocres.
Les premiers fours étaient disposés de façon à profiter le plus possible d'une ventilation
naturelle. Il y a eu aussi probablement très tôt l'utilisation de soufflets rudimentaires en
peaux d'animaux. Quelques vestiges de fonte découverts parmi les scories tendraient à
prouver que la température obtenue était quelquefois assez élevée pour arriver à fusion,
mais, dans ce cas, le résultat était considéré comme un déchet. Une telle fonte est dure,
cassante et ne peut pas être travaillée. Les facilités d'approvisionnement en bois et en
matériaux réfractaires pour construire les fours à proximité en minerai conditionneront
l'acquisition de nouveaux savoir-faire.
Le développement du fer a pris son essor seulement lorsque des méthodes ont été trou-
vées pour lui donner une meilleure tenue mécanique. Le premier moyen acquis a été
l'incorporation de carbone par diffusion dans des morceaux ou des plaques minces en
milieu réducteur et carboné. La carburation se fait dans une gamme de température élevée
par contact du fer avec une source de carbone ou une atmosphère carburante de CO au
moyen du charbon de bois. Ce traitement n'induit qu'une carburation superficielle avec
une pénétration au plus de l'ordre du millimètre. De ce fait, la carburation ou cémentation
ne peut être effectuée que localement pour renforcer une zone, pointe ou tranchant, ou
bien sur du fer très divisé en granules ou feuilles amincies. Le fer carburé, plus dur et plus
fragile, est mélangé, soudé au fer doux par martelages répétés à chaud. Si le travail du
métal est intense, il se produit une homogénéisation par écrasement des grains et interdif-
fusion du carbone, mais l'opération comporte des risques d'oxydation et de perte de
carbone. Cette méthode s'apparente au frittage moderne. Le matériau obtenu est très hété-
rogène comme en témoignent des objets datés des premiers siècles av. J.-C. et les
propriétés mécaniques sont mauvaises. L'amélioration de la qualité du fer apparaît comme
une nécessité pour obtenir une plus grande ténacité Fe-991. L'évolution naturelle est la
fabrication de matériaux composites par soudage en disposant astucieusement le fer plus
pur ductile et le fer carburé plus cassant.
La nitruration (plus exactement une tentative de nitruration) a été pratiquée de manière
totalement empirique, en mêlant des déchets organiques azotés avec le charbon. A un
stade plus évolué, il y a eu l'utilisation de poteyages confectionnés selon des recettes
8 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

traditionnelles incorporant certains ingrédients magiqzies comme la fiente, le fumier, pour-


voyeurs de carbone et d'azote. Mais la contribution au durcissement est minime. La
connaissance qui a été transmise relève sans doute plus de la légende que du savoir-faire.

La trempe
Le refroidissement rapide par trempe d'un objet en cours de forgeage contribue dans tous
les cas à durcir plus ou moins. La formation de martensite très durcissante demande un
certain degré de carburation du fer, une aciération. Ce dernier traitement consistant à
chauffer du fer en présence de charbon de bois avait bien été trouvé dès le 2èmemillénaire
av. J-C., cependant, la présence de martensite a rarement été attestée. En fait, la martensite
est difficile à reconnaître sur les objets préhistoriques à cause de l'état trop corrodé, car
elle est plus sensible à l'attaque que le fer pur. Quelques rares objets témoignent de la
connaissance de techniques de transformation du fer en acier et de la trempe aux 13èmeet
ème siècles av. J.-C. Par exemple, un pic de mineur de cette époque a été trouvé au mont

Adir en Galilée : il présente des lattes de martensite légèrement revenue.


Lorsque l'acier est très carburé comme le wootz décrit plus loin, la formation de marten-
site est seulement partielle et elle est fraghsante. Elle est donc à proscrire. Le refroidisse-
ment modérément rapide a seulement pour but de garder une structure fine et qui peut
être fort complexe (voir g 2-1). E n définitive, ilfaut se garder d'associer sjystématiqziement la
trempe à laf o r d o n de martensite.

1-4 Propagation de la culture métallurgique


De l'Asie Mineure à l'Europe
Vers 1500 av. J.-C. la façon de préparer le fer par la méthode de réduction sans fusion est
bien connue et pratiquée dans la région du Caucase vers le nord-est de la Turquie. Le
savoir-faire métallurgique s'est propagé lentement vers l'ouest pendant plus d'un millé-
naire. Quelques périodes et lieux servent de repères :
Vers 1400-1 200 av. J.-C. : les ustensiles et armes en fer apparaissent chez des Hittites au
sud de la mer Noire mais restent beaucoup plus rares que les objets en bronze. Ils ne sont
d'un usage courant que vers 1200 av. J.-C. On peut dire que L'âge du fer aciéré a vraiment
commencé vers 1200 au. j. -C. et s'est répandu à partir des montagnes arméniennes.
Vers 1100 av. J.-C., le fer est produit au proche Orient et aussi dans le sud de l'Europe,
en particulier en Grèce Mycénienne et à Chypre grâce à la présence de minerai abondant
où il sert à la fabrication de petits objets. La production atteint une grande expansion dans
cette région vers 900 av. J.-C.
Vers 900 av. J.-C., la production a atteint l'Europe Centrale2si:la civilisation de Hallstatt
connaissait la technique de durcissement par carburation mais c'est surtout la civilisation
celte de la Tène qui a beaucoup développé le travail du fer à la fois en qualité et en volume.
Hallstatt est le n o m d'un vilkge e n Autriche ou des fouilles ont mis à jour un riche cimetière
de l'âge d u fer. Les objets sont datés entre 1200 et 500 au. J.-C. La troisième période de
Hallstatt dite "Hallstatt C", soit 800-600 au. J.C., correspond a u début de l'âge d u fer.
La Tène, situé a u nord d u lac de Neufchatel en Suisse, est u n autre site archéologique très
riche (500-50 av. J.-C.)qui a donné son n o m à un style. La culture de la Tène fait partie de
la culture de Hallstatt mais elle plus homogène et davantage représentative de la culture
celte. Les objets métalliques en or et e n bronze sont ornés de riches décors imaginatifs. Le
style artistique est très homogène, à tel point que certains ont pensé qu'un seul artiste, "le
maître de Waldalgesheim", e n était à l'origine.
Vers 600 av. J.-C., la métallurgie du fer se répand en Italie centrale chez les Etrusques,
puis au nord des Alpes. Les Etrusques et les Catalans ont développé une métallurgie
évoluée de faqon apparemment indépendante des Celtes, dès le 7èmesiècle av. J.-C., proba-
blement grâce aux nombreux échanges commerciaux à travers la Méditerranée.
Entre 500 et 300 av. J.-C., la production atteint toute l'Europe, la culture celte a diffusé
jusqu'en Espagne et en Irlande, dernier bastion où elle a résisté à l'invasion romaine. Le
savoir faire métallurgque apparaît alors comme un trait dominant de la culture celte.
A la fin de la période de la Tène (premier siècle av. J-C.) les forgerons celtes avaient
inventé le procédé de corroyage de fer doux et de fer aciéré. Ils savaient souder des
plaques ou des fils et les travailler par forgeage en structures feuilletées rudunentaires.

Propagation du wootz à travers le monde arabe


Un acier indien a connu une renommée légendaire sous le nom de wootx dont la mention
remonte vers la période 500-200 av. J.-C. @?ig91]. Il s'agit d'un acier riche en carbone dont
la préparation s'effectue suivant une tradition bien établie et qui semble avoir duré pendant
des siècles. Le minerai, une magnétite riche en fer, est soigneusement trié, broyé, lavé de
sorte que la réduction se fait à partir d'un mélange très enrichi en fer. La charge est consti-
tuée de minerai, de charbon de bois de bambou et de feuilles de plantes spécifiques, le tout
étant scellé dans de la craie brute. L'acier était fabriqué par petites charges ; chacune
enfermée dans une poterie servant de creuset. Une vingtaine de charges étaient longue-
ment chauffées jusqu'à fusion, ou au moins jusqu7àune fusion partielle. Une fois retiré du
creuset, le produit obtenu est un petit lingot appelé cake pesant environ 2 kg @?ra95]. Du
fait de sa haute teneur en carbone, jusqu'à 1,5 O/O,le wootz est bien différent de tous les
autres fers de réduction. Des éléments à l'état de traces comme le vanadium ou le titane
ont pu jouer un rôle déterminant sur les performances de cet acier ;ils étaient sans doute
apportés par le charbon de bois particulier ou les plantes ajoutées. Le wootz a été large-
ment exporté depuis l'Inde, primitivement vers l'Asie, et ensuite vers le Moyen Orient,
Iran, Turquie jusqu'en Russie. Son succès a duré plus de 2000 ans et s'est étendu au
monde entier.

La métallurgie en Chine
Le fer de réduction semble avoir été connu en Chine mille ans av. J.-C. La coulée de la
fonte a été inventée précocement vers les bème et 5ème siècles av. J.-C Il en a résulté une
10 LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

approche différente et originale de la métallurgie du fer p o h 9 0 ] , Pub951. Parmi les


vestiges qui étayent cette découverte, citons des chaudrons datés de 512 av. J.-C. et des
moules en fontes de la fin du premier millénaire. La présence de minerai riche en phos-
phore a été invoquée pour expliquer une fusion plus facile, car le phosphore abaisse la
température de fusion de la fonte (voir plus loin, fig. 2-3-4). Le savoir-faire technique était
aussi très en avance par rapport à d'autres régions du monde dans d'autres domaines, par
exemple, pour la fabrication des poteries. Les Chinois maîtrisaient la fabrication de pote-
ries rouges en atmosphère oxydante ou de poteries noires et coquille d'œuf en atmosphère
réductrice. Ils avaient des fours évolués par leur forme et efficaces grâce à la bonne qualité
de l'argile réfractaire et l'utilisation de soufflets dès le 4èmesiècle av. J.-C. Cette avance s'est
maintenue par l'introduction précoce de perfectionnements comme le soufflet à piston au
2 ème siècle av. J.-C., l'usage du charbon à la place du charbon de bois au 3èmesiècle de
notre ère, plus d'un millénaire avant l'Europe.
Sous la dynastie Han au 2 ème siècle av. J.-C., la décarburation de la fonte pour la trans-
former en fonte malléable était pratiquée ainsi que la coulée à refroidissement lent pour
obtenir de la fonte grise. Une technique originale de carburation par imprégnation a été
mentionnée au début du 5 ème siècle, elle consiste à tremper de l'acier doux dans de la
fonte liquide puis à forger l'ensemble et à homogénéiser par des successions de forgeages
et pliages [pub95]. Beaucoup plus surprenante est la découverte récente de fonte avec des
nodules semblables à du graphite sphéroïdal dans des objets datant de la période des
dynasties Han à Wei (206 av. J.-C. à 225 de notre ère). L'analyse de ces objets ne révèle
aucun des éléments nécessaires pour obtenir une fonte à graphite sphéroïdal moderne telle
qu'elle est fabriquée depuis sa découverte en 1948. Les paléométallurgistes invoquent un
rapport Mn/S favorable à une graphitisation en phase solide avec cette morphologie
won831.

Le fer en Afrique
La particularité de l'Afrique Equatoriale est qu'elle est passée directement à l'âge du fer
après le néolithique, sans connaître celui du cuivre et du bronze. D'après la découverte et
la datation de petits objets fabriqués, la métallurgie du fer remonterait au 3ème,et même
4èmemillénaire av. J.-C. [Gré88]. Au Gabon, des bas fourneaux creusés dans le sol ont été
datés vers le 7èmesiècle av. J.-C. d'après les résidus de charbon de bois trouvés à proximité.
Cependant, la datation est délicate dans la mesure où il faut coupler dans le temps l'objet
et le carbone à proximité. D'autre part, il y a peu de vestiges d'objets en fer car ils ont été
détruits par l'acidité du sol et l'humidité permanente du c h a t . Une autre particularité afri-
caine est l'obtention de fonte très tôt dans les fourneaux préhistoriques. Leur technologe
permettait peut être d'atteindre des températures élevées car il semble qu'ils connaissaient
l'artifice qui consiste à injecter de l'air préchauffé dans le four. Mais surtout, le minerai
contient beaucoup de phosphore dans la région considérée, en Tanzanie, vers le lac
Victoria. De plus, les ingrédients végétaux mêlés au fer spécifiques à cette région appor-
tent encore du phosphore.
Figure 1-4-1 :
Four de réduction lors de la reconstitution, en
1988, d'une fusion au Yatenga (Burkina Faso). Ce
four est parmi les plus élevés, le niveau de combus-
tion est à la base, les scories sont évacuées par une
rigole. Il est destiné à traiter une tonne de minerai
qui donnera 200 à 250kg de fer. Il existait 1000 à
1500 fours similaires au début du 2oèmesiècle qui
fonctionnaient deux à trois fois par saison. Deux
autres fours à soufflets servaient à affiner le fer
avantforgeage.
De nombreuses installations subsistent dans la
région qui s'étend du Niger à l'océan Atlantique. Il
y a une grande variété desformes defours, hauts de
1,3 à 6m, dits à cellule, à colonne ou à chambre,
qui témoignent d'un savoir-faire tribal transmis
[Mar931.
Document UniversitéAix-Marseille, Fr.

En Afrique, plus que n'importe où ailleurs, la métallurgie du fer est étroitement associée
aux structures sociales. C'est le seul continent où l'art et la pratique du travail du fer sont
restées actives jusqu'au &eu du 2oèmesiècle [Sch78]. Du fait que les métiers des ferriers
et des forgerons ont encore été exercés selon la coutume ancestrale' les ethnologues ont
pu recueillir des témoignages d'anciens et même opérer des reconstitutions de coulées
dans tout le contexte social (fig. 1-4-1). Le forgeron est apparu comme un personnage
important, à la fois dans un rôle d'artisan et de sorcier. Il veille à la préparation du four et à
la coulée, il est le grand maître du cérémonial qui célèbre "les épousailles de la fournaise et
du minerai" et "la fécondation par le feu" pour donner naissance au fer. Le grand jour de
la coulée est précédé de rites purificateurs, d'abstinence, de sacrifices collectifs qui ont pu
aller jusqu'au sacrifice d'humains ou d'embryons. La fête est accompagnée de musique et
d'incantations. L'exemple africain met en lumière toute la symbolique quasiment liturgique
associée à lapratiqztepm'mitiuede Iafa.rion dztfer dans le monde entier [Eli77l.

De l'acier du forgeron à l'acier moderne


L'histoire de l'acier au cours du 2'me millénaire après J.-C. est liée surtout à l'amélioration
des procédés et à l'essor minier dans certaines régions [Ma196]. Au 1 2 ' ~ siècle,
~ l'invention
du martinet pour assister le martelage facilite le travail du forgeron. Au 1 4 ' ~siècle,
~ c'est
12 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

le développement du four catalan équipé d'air insufflé. L'air était comprimé et accéléré par
un mécanisme utilisant une chute d'eau, invention d'origine piémontaise appelée trompe
dauphinoise. Au 16èmesiècle, les méthodes de cémentation pour faire de l'acier ont été
pratiquées à grande échelle. Cela consistait à chauffer longtemps des barres de fer forgé
avec du charbon de bois, scellées dans des jarres d'argde. Abraham Darby trouva en 1709
le moyen de remplacer le charbon de bois par du charbon traité. Le charbon ordinaire
contient beaucoup de soufre et de ce fait ne peut pas être utilisé directement pour fabri-
quer l'acier. Le charbon était pré-brulé de façon à perdre ses éléments volatils, le résidu est
connu sous le nom de coke. Enfin, au 19èmesiècle, la fabrication de l'acier entre dans l'ère
industrielle.
La métallurgie s'est imposée comme une science à partir du moment où les savoir-faire ont
été analysés et écrits. Le premier texte important est le traité qui paraît à Bâle en 1556 sous
la signature de Georgius Agricola De re metaIlica avec ses célèbres planches d'illustrations.
L'encyclopédie franpise à la f i du 18 ème siècle a comporté des chapitres de métallurgie,
par exemple sur la coulée des canons ou les traitements de malléabilisation de la fonte.
Pour conclure dans le thème de ce livre, il faut souligner l'apport mdjeur de L'observation micros-
copique au fondement et développement de la connaissance métallurgique.
Les aciers damassés

Le métier de forger:
« I l n'y a chose aussi belle au monde que de voir travailler tous ces gens-là, si vifs, si adroits, si
savants ou si soigneux, chacun dans sa partie : les uns...; les autres (les armuriers, les couteliers, les
serruriers, les hommes du feu) vous tortillent une barre de métal brut et se la passent de main en
main si vite et si bravement façonnée, qu'en moins de vingt minutes vous la voyez changée en un
outil commode, léger, solide, reluisant et enjolivé à souhait. »
George Sand "La vilk noireN3Levy, Paris, 1860

2-1 L'histoire métallurgique au fil de l'épée

Instrument mythique
L'histoire de la métallurgie peut se lire à travers l'évolution d'un grand nombre d'objets
trouvés dans la plupart des sites archéologiques de l'âge du fer : des haches, des socs et des
clous très primitifs. Mais il faut bien reconnaître que c'est partout, et toujours, l'armement,
depuis l'arme blanche jusqu'au canon, qui a suscité et bénéficié en premier lieu des progrès
et des techniques les plus sophistiquées. L'arme blanche4 a été un outil de combat pendant
trois millénaires. Mais elle a aussi représentée un attribut de rang social, un objet luxueux
et infiniment précieux. A cause de ce rôle de symbole, des objets richement décorés ont
été conservés, transmis comme un patrimoine, gardés comme objet sacrés ou enterrés
avec les guerriers.
Les artisans forgerons ont été considérés comme des maîtres d'œuvre et honorés dans
toutes les civilisations. Les sépultures témoignent de cette considération dans les civilisa-
tions de Hallstatt et de la Tène. L'acte de forger une épée va au delà du simple travail arti-
sanal car l'épée est un instrument mythique et sacré. Le forgeron forge des armes à
l'imitation des forgerons dwhs qui ont forgé la foudre et les éclairs pour armer les Dieux.
Les légendes populaires racontent l'histoire de ces épées : Durandal dans la chanson de

3. La ville en question est Thiers (France),ville réputée pour la coutellerie.


4. Par souci de simplification,elle sera souvent désignée sous le nom général d'épée dans la suite du
texte, sans prendre en compte les appellations particulières.
14 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Roland, Excalibur dans la légende du roi Arthur et bien d'autres. La légende de Wieland,
reprise par les opéras de Wagner, était connue dès le hème siècle mais la tradition remonte
probablement plus haut dans le temps. L'aspect mythique s'est traduit par des inscriptions,
des décors, de véritables rites entourant la fabrication. Le fantasme commun est l'idée
qu'une force est transférée par le forgeron et son environnement au cours de la fabrication
de l'arme.

Citons u n texte commentant le travail de Zschokke [Zsc24].


(( Une de ses conclusions, indiquant que la composition chimique d u damas ne lui permet

pas de recevoir une trempe très brusque qui le rendrait aigre et cassant, rappelle une curieuse
tradition orientale, celle de la trempe à l'air de certaines lames de damas. Sitôt après leur
achèvement et quand elles étaient rouges encore, elles étaient, dit-on, emportées dans u n
galop furieux par u n cavalier monté sur u n cheval rapide. C e mode de trempe très douce par
u n courant d'air, convenait probablement mieux pour ces lames très riches en carbone et en
phosphore, qu'une trempe brusque dans l'eau froide. >)
La trempe douce semble confirmée par 2a description d u procédé indien qui consiste à plonger
l'acier a u rouge dans le tronc évidé d'un bananier [Pra95].
Dans les pays musulmans, l'aspect religieux est clairement illustré par des inscriptions
d'extraits ou de versets du Coran sur les épées, et surtout par le symbolique décor en
échelle, dit échelle de Mahomet ou des 40 marches, pour rappeler comment Allah
accueillera le vaillant guerrier mort au combat au cours de la guerre sainte. Dans les pays
catholiques, au Moyen Age, les chevaliers faisaient bénir leur épée lors de la cérémonie
d'adoubement. Au Japon, l'épée du samouraï comportait des gravures d'inspiration boudd-
hique ou shinto, elle était le symbole de son honneur et une sorte de talisman.

Il y a eu une grande diversité d7@éesen fonction des savoir-faire de chaque époque et du


type de combat. La littérature sur le sujet est très abondante, mais il subsiste encore bien
des points d'ombre sur les dates et les lieux de fabrication des objets les plus anciens. Les
objets dont la description suit ont été choisis en fonction d'une structure métallurgique
typique. Ce sont les épées celtes, les épées carolingiennes, les épées orientales en acier
wootz, les épées japonaises, indonésiennes et des pièces de coutellerie contemporaines.

2-2 Les épées dans la tradition des forgerons celtes

Les premières épées en fer en Europe


La connaissance de la pratique métallurgique du fer a réellement connu un grand dévelop-
pement avec l'expansion des populations celtes dans toute l'Europe à partir du 6ème siècle
avant notre ère (fig. 2-2-1). Les Celtes étaient constitués de plusieurs peuplades localisées
plus particulièrement dans la région d'Europe Centrale entre Rhin et Danube. Elles étaient
toujours en train de guerroyer et faisaient une grande consommation d'armes, consomma-
tion d'autant plus grande que la coutume était d'enterrer les soldats morts au combat, amis
ou ennemis, avec leurs armes (fig. 2-2-2). Il est bien difficile de distinguer si l'évolution du
Figure 2-2-1 :
Epée anthropomorphe (dimensions :L 37cm; 19,6cm; e 1,6cm)
L'arme présentée date de lapériode de la Tène I l el!e est courte et la poignée anthropomorphe témoi-
gne dJunecertaine habileté de forgeage. Dès les 3emeet 2èmesiècles avant notre ère, il semble que
certains artisans gaulois savaient aciérer du fer et assembler imparfaitement des métaux de nuances
dzflérentes [YpeSl]. Document et collection du Musée d Annecy, FK

Figure 2-2-2 :
Epée en fer ployée (longueur 91 cm) trouvée
avec des ossements calcinés dans une nécro-
pole gauloise datée de la Tène moyenne
autour de 200 av. J. -C. De nombreuses épées
ont été retrouvées complètement tordues dans
les tombes des guerriers celtes, rendues
intentionnellement inutilisables.
Document Musée Dauphinois, Grenoble, Fr

savoir faire est le seul fait des forgerons celtes ou le résultat d'apports extérieurs liés aux
guerres, aux invasions de la première moitié du millénaire ou aux échanges commerciaux.
Les épées celtes de périodes plus récentes, sont constituées d'une partie centrale en fer
doux pur pour l'âme et de parties soudées en fer aciéré alliant rigidité et ténacité pour le
tranchant. La maîtrise du soudage a rendu possible la fabrication d'épées plus longues,
fmes grâce au renforcement modeste obtenu dans les structures composites.
Les microstructures observées sur les lames correspondent dans l'ensemble à des aciers
hypoeutectoïdes ou quelquefois eutectoïdes avec une microdureté variant suivant les
plages de 70 à 250 Hv pour la ferrite et de 150 à 250 Hv pour la perlite. Les constituants
durcissants martensitiques ou bainitiques n'ont pas été observés. Par contre, les tailles de
grains sont très variables [Flu83]. L'étude métallographique d'objets depuis l'époque de
Hallstatt jusqu'à l'époque romaine confirme également la présence majoritairement de
ferrite et de perlite avec des valeurs de dureté entre 100 et 200 Hv [Ty187]. Il en est de
même pour des lames plus riches en carbone dans lesquelles la structure martensitique a
rarement été détectée. La trempe a certainement été pratiquée et la formation de marten-
site a pu affecter seulement une zone étroite sur le tranchant parce que c'est la zone la plus
carburée et aussi la plus fine donc refroidie plus rapidement. Malheureusement, c'est la
partie qui a disparu en premier avec la corrosion. D'un point de vue métallurgique, il
16 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

convient de rappeler que des aciers si peu alliés se transforment très rapidement en perlite
(s
et forment de la martensite seulement si le refroidissement est très rapide 10-3).
La compétition entre l'uulisation du bronze et celle du fer pour les épées a duré plusieurs
siècles. Les romains, qui avaient conquis des provinces espagnoles riches en minerai de
cuivre, utilisaient des épées en bronze. Ils n'ont vu l'intérêt de changer pour des épées en
fer qu'au moment des guerres puniques [peh92]. D'ailleurs, plusieurs auteurs romains de
l'époque ironisaient sur l'efficacité des épées gauloises "insuffisamment martelées", que le
guerrier doit redresser après le premier coup, quand son adversaire lui en laisse le temps !

2-3 Les épées mérovingiennes

Description des épées mérovingiennes


Le damassé de soudage apparaît comme une évolution naturelle des structures composites
primitives. Des épées ont été retrouvées dans toute l'Europe, depuis la Yougoslavie jusqu'à
la Scandinavie. Certaines sont retrouvées après un enfouissement pendant des siècles qui
les a préservées de la corrosion. Des découvertes faites dans les tourbières au Danemark
ont mis à jour des objets datant des 2èmeet 3èmesiècles de notre ère. Plus anciennes
encore, certaines épées celtes auraient une structure stratifiée (500 ans av. J.-C.). C'est à la
fois une technique métallurgique et un art qui se sont développés et ont culrniné du 8ème
au 10 siècles. L'apogée coïncide avec la période la plus riche de l'art mérovingien, puis
carolingien (la dynastie des carolingiens élunine celle des mérovingiens en s'emparant de la
royauté en 751). De nombreuses épées ont été retrouvées dans les pays scandinaves, mais
sans mettre à jour de véritable centre de production. Par contre, des preuves de l'existence
de centres importants ont été trouvées dans le région du R h .Plusieurs indices, et notam-
ment des textes, laissent supposer que les épées des Vikings provenaient du commerce, de
la contrebande et des pillages plutôt que de leur propre fabrication. Les souverains francs,
Charlemagne et son successeur Charles le Chauve, ont promulgué des édits interdisant,
sous peine de mort, de céder des armes à un "Northmann", ce qui laisse supposer le trafic
d'armes de l'époque. Les chroniqueurs arabes donnaient le nom de glaives de Cologne à
ces armes et témoignent qu'elles étaient très appréciées en pays musulman comme butin
de guerre [Sla57]. En Europe, la fabrication d'épées de type carohgien cessa vers le loème
siècle, probablement parce que les forgerons apprirent à faire de meilleures épées autre-
ment en imitant la fameuse structure en "vagues" des épées de Damas (décrite fig. 2-4-1).
Les épées mérovingiennes ou vikings, datént principalement des 5èmeau loèmesiècles,
entre la période des migrations et le d e u de l'âge viking, sont des épées droites à double
tranchant le plus souvent. Sur certaines lames, l'alternance de couches métalliques diffé-
rentes construit un dessin. Les épées trouvées dans le nord de la France et de l'Allemagne
présentent une variété de dessins, classés en 17 modèles en fonction de la disposition des
chevrons et des torsades. Les types de dessins correspondent probablement à des ateliers
différents de maîtres forgerons et à des époques différentes car la production de ce type
Figure 2-3-1 :
Epée mérovingienne d'une longueur de 92,5 cm,
non datée précisément. Le dessin qui apparaît est dzflérent
des deux côtés, ce qui correspond à la structure classique de deux plaques (zones hachurées)pour le
corps de l'épée qui sont séparées par un cœur enfer doux. Les tranchants étaient habituellement rap-
portés séparément comme le montre le schéma. Les zones qui ont été choisies sont celles qui mettent
le mieux en valeur le dessin, c'est-à-dire les moins corrodées, malheureusement ce ne sont pas les
zones en correspondancede chaque côté.
Préparation des bandes décoratives: le forgeron dispose une série de sept feuilles plates les unes en
fer doux les autres en fer carburé, puis il les superpose en intercalant les plaques de fer doux et les
plaques de fer carburé et soude l'ensemble; le tout, étiré, martelé à la forge donne une barrefeuille-
tée, à section à peu près carrée, de métaux de compositions légèrement différentes. Les barres sont
ensuite travaillées à chaud, repliées en accordéon ou torsadées avec un pas de vis plus ou moins res-
serré et ensuite plusieurs bandes (probablement trois) sont soudées et forgées ensemble. Le jeu de
répartition des dzflérentes couches métalliques laisse apparaître un dessin après attaque acide de la
surface polie de la lame (ou corrosion).
Collections du Musée de l'histoire du fer, Nancy-Jawille, Fr
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 2-3-2 :
Epée carolingienne trouvée rue de Veaux à Strasbourg en 1899. La partie supé-
rieure, H sur la photo, correspond à un dessin en chevron sur l'âme de la lame,
obtenu en soudant deux barres torsadées en sens inverse. La partie inférieure pré-
sente des filets sinusoïdauxparallèles à l'axe. La longueur est de 94,5 cm. La data-
tion la situe entre 780 et 950 [Ehr88].
Collections du Musée Archéologique de Strasbourg, Fk

d'épées s'est prolongée pendant presque un millénaire. Les forgerons


avaient atteint une grande maîtrise pour créer un dessin harmonieux en
chevrons et torsades. Ils devaient ausssi faire preuve d'adresse pour forger
rapidement et efficacement, car un travail à chaud prolongé aboutit à une
homogénéisation des couches, donc à la disparition du dessin. Certaines
épées n'avaient pas un décor dans la masse, mais seulement une couver-
ture superficielle de structure feuilletée sur l'âme en fer doux, une
marqueterie métallique en quelque sorte, différente pour chaque côté de la
lame, comme l'épée mérovingienne des figures 2-3-1. Ce n'est peut être
pas le cas de l'épée carolingienne de la figure 2-3-2. Au point de vue
mécanique, l'alignement longitudinal de multiples joints de soudure assure
un renfort, évitant ainsi une propension à la rupture transversale lors des
chocs. C'étaient déjà des matériaux composites [Sal57I7[Fra52], Par581.
Les diverses couches ont des compositions voisines avec très peu
d'éléments (tableau 2-3-5). Il a été remarqué que les teneurs en azote
étaient dans un rapport 1'5 à 2 entre le tranchant et l'âme. Il semble bien
qu'il y ait là le résultat d'un traitement thermique voulu pour une des
couches et obtenu lors de la carburation et nitruration du fer au contact
de matières organiques riches en azote.
Rappelons à ce propos la légende de Wieland : ce dernier, insatisfait d u
premier forgeage de son épée M i m u n g , l'a réduite e n minces fragments
qu'il a mélangé avec de la farine. Il a donné cette surprenante nourriture a
des oiseaux (canards, oies). Puis regrettant son geste, il a récupéré le métal
incorporé a u x excréments, parfaitement nettoyé de ses oxydes. Il a forgé
Figure 2-3-3 :
Diagramme de phases Fe-Fe3C
Le rectangle vers les basses teneurs en car-
bone correspond au domaine de composi-
tion des épées celtes et mérovingiennes avec
l'intervalle de températurepossible de tra-
vail du fer. Le rectangle vers les hautes
teneurs en carbone indique le domaine de
composition de 1 'acier indien wootz avec un
intervalle de température plus restreint à
cause du risque de fusion.

Figure 2-3-4 :
Isoplète du diagramme Fe-Fe3C-P pour
0,3R Le diagramme Fe-Fe3C est esquissé
en traits gris.
Le domaine grisé y/Fe3C/liquide situé en
dessous de la température eutectique de
Fe-Fe3C est le domaine dans lequel le
liquide peut se former et favoriser un sou-
dage. L 'eutectique ternaire y/Fe3P/Fe3Cest
à 955 OC.
L 'eutectique du système Fe-P-graphite soit
y/Fe3P/Graphite se forme à 9 7 7 OC
[Rag88aJ.

l'ensemble métal et fiente. En recommençant l'opération plusieurs fois il a obtenu une épée
incomparable.
L'expérience, renouvelée scientifiquement vers 1930, a montré que la fiente riche e n azote
apportait u n très léger enrichissement en cet élément dans le fer TYpe811.
La présence de phosphore joue probablement un rôle important. Pour des teneurs
comprises entre 0,1% et 0,3 %, une faible quantité de liquide est produite dès 950 OC
environ et qui peut favoriser le soudage (fig. 2-3-4). Malheureusement, l'état d'oxydation et
la dégradation des spécimens anciens rend l'analyse métallurgique délicate. En outre, le
phosphore, comme l'azote, est un très puissant durcissant de la solution solide de ferrite
même à de faibles teneurs, mais l'inconvénient majeur est qu'il est fragilisant. Ce dernier
effet peut être contrecarré par l'alternance de couches ductiles de fer pur. Le phosphore
20 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

peut également inhiber la trop rapide diffusion du carbone entre les couches lors des
multiples pliages.

Tableau 2-3-5 :Fourchette de composition des diffentes couches dans les épées mérovingiennes.
Chifies de France-Lanord
Elément C Mn S P N
Teneur (at%) 0,08-0,15 O-0,05 0,016-0,03 0,14-0,35 0,004-0,Ol

2-4 Les épées de Damas forgées en wootz


Les épées forgées à Damas
Les épées forgées à Damas étaient réputées pour leur qualité exceptionnelle, avec le
célèbre tranchant "capable de couper en deux un mouchoir de soie à la volée". Elles
étaient à la fois légères, très résistantes et souples avec un superbe décor en volutes visible
sur les lames de la fîgure 2-4-1. Les croisés ont découvert au cours des Croisades ces épées
inconnues en Occident. Les épées de Damas ont acquis une réputation d'autant plus
légendaire que les Occidentaux n'ont pas su les reproduire. Elles étaient fabriquées à partir
du wootz indien, difficile à forger à cause de sa forte teneur en carbone autour de 1,5 %
(l'aspect métallurgique est discuté plus loin). L'art de ce forgeage s'est propagé très lente-
ment depuis l'Inde et le Moyen Orient au début de notre ère. Il a fallu plusieurs siècles
pour qu'il atteigne la Chine et la Russie au Moyen Age. Il s'est surtout propagé au sud de la
Méditerranée à travers le monde arabe où il a été intégré plus tard à la culture islamique
61-4).
Le décor typique a été appelé pulad d'après le nom indien ou encore bulat à cause de cet
aspect d'ondes à la surface de l'eau. Le dessin provient de la présence de couches compor-
tant des carbures de cémentite grossiers habilement mis en relief dans une matrice
dépourvue de tels carbures (fig. 2-4-1C). La périodicité produit un décor en vagues volon-
tairement rythmé par d'autres dessins obtenues par des astuces du martelage à chaud. Ce
sont des cercles concentriques ou dessin en rose et des barres de lignes resserrés ou
échelle de Mahomet. Les lignes du dessin sont révélées seulement après un polissage
soigné et une légère attaque.

2-5 Les épées corroyées et feuilletées


Art premier ou imitation
Le dessin caractéristique au million de Ignes sinueuses a été considéré comme révélateur de la
bonne qualité de l'acier. De ce fait, le décor a été imité avec les structures corroyées.
Corroyé signifie battu en liasses ou gerbes. Dans le contexte métallurgique, il s'agit du
travail à chaud, entre 1000 et 1100 OC, de plusieurs feuilles ou tiges de métal en alternant
l'acier carburé et le fer doux. Le feuillard est replié sur lui-même et à nouveau soudé et le
Figure 2-4-1 :
Al) Sabre iranien "shamshir " 1820-1860, longueur 98 cm,
poignée en ivoire de morse.
BI) Sabre indo-persan "shamshir", inscription 'bar ordre
du roi Naser, 1165" (calendrier arabe, soit 1738), longueur
93 cm, largeur environ 17 cm, poignée en acier avec or et
émail; A2 et B2) :zones agrandies des lames en wootz.
Document de la collection Henri Moser Charlottenfels au
Musée Historique de Berne, Suisse, voir [Ba1921
C) micrographie d'une épée de la collection Moser étudiée
par Zschokke [Zsc24] ;détail des zones transversales où
l'espacement des ondulations est resserré pour former
l'échelle de Mahomet ou de Jacob (kirk nerdeven). Le réac-
tifdattaque est de l'acide picrique bouillant qui colore en
sombre les particules de cémentite et laisse les zones perli-
tiques claires.
Document de l'Université de l'Iowa, USA voir [Ver98a]
MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 2-5-1 :
Epée corroyée avec dessin dit en pelure d'oignon (onion rings); longueur 51 cm, Iran ou Azerbaij'an,
1820-1860.Document Musée Historique de Berne, Bernisches Historisches Museum (Suisse).

processus est répété plusieurs fois. Chaque pliage multiplie le nombre de couches par deux
et divise d'autant leur épaisseur. Un martelage adroit courbe les couches de telle sorte
qu'apparaisse, après polissage et attaque, une surface avec le dessin moiré, en ondes ou en
vagues. Les structures feuilletées ondoyantes ont imité le dessin du wootz damas avec un
tel degré de perfection qu'il est difficile même pour des experts de faire la distinction entre
les structures feuilletées et les authentiques "wootz damas". D'ailleurs, de nombreux
forgerons crurent et proclamèrent de bonne foi avoir retrouvé le forgeage des épées de
Damas. Une curieuse particularité rend identifiables les épées authentiques en wootz
forgé : elles rendent un son clair au choc, un son tout à fait cristallin comparé au son sourd
obtenu avec les épées soudées.
La méthode de fabrication par corroyage-soudage autorise une grande diversité de décors
autres que les vagues. L'épée courte (fig. 2-5-1) avec un décor dit en onion bngs ou pelure
d'oignons en est un exemple. De telles lames sont surtout des créations artistiques ; elles
sont apparues tardivement, aux 1gèrneet 19èmesiècles. Des canons de fusil damassés ont
été fabriqués sur le même principe avec une alternance de couches enroulées et soudées.
Au point vue microstructure métallurgique, il y a une grande différence avec la structure
du wootz. Le matériau corroyé est composite du fait qu'il est formé de couches aciérées
alternées avec du fer doux. La teneur moyenne en carbone est plus faible que celle du
wootz. Si le métal a été travaillé longtemps et beaucoup replié, il résulte un acier classique
homogène dont la teneur moyenne peut atteindre 0,5 % de carbone. La structure de
damassé feuilletée est associée à de bonnes propriétés mécaniques et une moins grande
fraghté que les épées carolingiennes grâce à la suppression de soudure entre âme et tran-
chants. Le nom de Damas, devenu synonyme de qualité, est attribué inconsidérément à tous
les objets présentant un décor en volutes sinueuses. En fait, jusqu7àla fm du 19èmesiècle,
la microstructure damassée était encore mal définie techniquement et encore plus mal
comprise, ce qui explique la grande confüsion soulignée par plusieurs auteurs Pig911.
Le langage usuel français a consacré le nom de Damas. Cependant ce nom ne semble pas
approprié pour qualifier n'importe quelle structure composite dans la mesure où il évoque
l'origine orientale associée à un procédé très particulier. La langue américaine a adopté le
terme de "patternwe2ded" (littéralement dessin soudé) pour les structures soudées autres que
le wootq Damas. Le terme n'est pas suffisant car il n'apporte aucune indication sur le tra-
vail de forgeage qui différencietoutes les structures. En outre, le terme américain ou son équi-
valent allemand "schweissdamast" sont intraduisibles en français de façon élégante. En
conséquence, le terme Damas est utilisé dans la suite seulement pour le wootz Damas. Les
autres constituants sont qualifiés de damassés: damassé soudé, damassé feuilleté, damassé
corroyé, damassé laminé, damassé fritté, damassé figuré, damassé incrusté, damassé gravé.
Le terme damasquiné se rapporte à des incrustations superficielles. Une telle nomenclature a
l'avantage d'éclairer le public sur le travail artisanal et de protéger l'authentique création
artistique.

2-6 A la recherche d'un art perdu

Le secret du wootz
Les forgerons européens étaient les héritiers des techniques des Celtes qui savaient
CO-forgeret souder des aciers et du fer doux dès le début de l'ère chrétienne. Cependant,
leurs descendants ont mis plusieurs siècles avant de pouvoir comprendre et maîtriser le
travail du wootz, si différent de leurs techniques habituelles. Le wootz partait en miettes
lorsqu'il était forgé trop chaud et devenait cassant lorsqu'il était forgé trop froid. Enfin il
perdait ses propriétés lorsqu'il était forgé trop longtemps parce qu'il se graphitisait. Il était
tout à fait décourageant pour les non initiés.
La mode des structures damassées a culminé au 18èmesiècle, à l'époque où les européens
ont su le forger correctement. Les dernières épées damassées ont été confectionnées au
début du 19èmesiècle, en même temps que se développaient des techniques d'obtention
d'aciers performants. De plus, à la fm du 19èmesiècle, l'intérêt a cessé pour les épées en
tant qu'armes. L'épée n'était plus depuis longtemps qu'un simple élément décoratif, ayant
même perdu l'aspect symbolique de notoriété. A cette époque, la pratique du forgeage
s'est perdue et le savoir-faire a été complètement oublié. Les plus beaux spécimens sont
devenus des objets de collection. Il faut rendre hommage à plusieurs collectionneurs, en
particulier Moser qui a rassemblé une magnifique collection encore groupée à laquelle
appartiennent les exemplaires de la figure 2-4-1 [Ba192]. L'ouvrage de Fige1 présente aussi
de nombreuses photos de pièces dispersées chez des particuliers ou dans des musées
pig9 11.
L'étude du wootz et de la structure damassé a débuté de façon scientifique en 1795 avec
Pearson (Angleterre). Michael Faraday (USA) s'y est intéressé en 1819 parce que son père
était forgeron, puis s'est consacré à l'étude de l'électricité. Jean Robert Bréant (France)
24 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

publia en 1823-24 les premiers éléments de description de la microstructure de l'acier


damassé et confirma que sa caractéristique essentielle est une haute teneur en carbone. En
Russie, Pave1 Anossoff consacra sa vie à essayer d'en retrouver les secrets. Il chercha à
déterminer les meilleures argdes et graphites pour fabriquer l'acier et, comme Bréant quel-
ques années auparavant, il essaya toutes sortes d'additions au fer (y compris le diamant !).

Tableau 2-6-1 :Fourchette de composition du wootz établie d'après les analyses d'objets,
d'après [Er961

Au début du 2oèmesiècle, l'observation microscopique a montré que la microstructure du


wootz Damas provient de l'alignement des carbures en rangées périodiques [Zsc24],
[SmibO] (fig. 2-4-1). L'art de forger cet acier de façon à obtenir le riche dessin en vagues a
été retrouvé seulement quelques cinquante ans plus tard. C'est l'aboutissement du travail
indépendant de deux équipes : Wadsworth, Sherby et col. à l'université de Stanford (USA)
[Wad80] et Verhoeven et col. à l'université de l'Iowa (USA), assisté par un maître forgeron
Pendray [Ver98a]. L'ensemble des mécanismes scientifiques susceptibles de générer une
telle microstructure semble élucidé grâce à l'arsenal moderne du métallurgiste et aux
efforts patients des expérimentateurs pour retrouver le tour de main.

Première hypothèse : écrasement et redistribution du réseau de cémentite


intergranulaire
Les premiers métallurgistes et les forgerons qui ont tenté de reproduire la structure
damassée ont tous proclamé qu'il ne fallait pas chauffer l'alliage au delà du rouge blanc et
qu'il fallait refroidu- très lentement le lingotin de wootz. Dans cette ligne de directives, des
chercheurs ont établi une procédure expérimentale dans les années 80, le procédé dit
"Wadsworth-Sherby" qui est capable de reproduire un structure apparemment similaire à
celles des épées authentiques [She85a], [She92a]. La première étape consiste à effectuer un
traitement d'homogénéisation à haute température ; puis, en une seconde étape, le lingot
est travaillé à chaud afin d'obtenir une bdlette bien homogène et de tadle convenable. La
troisième étape est une traitement de maintien en température vers 1093 O C pendant 48 h.
Ce long traitement a pour but d'homogénéiser complètement l'austénite avec dissolution
de la cémentite (voir diagramme de phases, fig. 2-3-3) et de faire grossir la taille du grain
d'austénite. L'acier est ensuite refroidi lentement afin de laisser se former un réseau de
cémentite proeutectoide en précipités grossiers aux joints de grains. La quatrième étape est un
travail à chaud au dessus de la température eutectoïde A9. Comme la déformation induite
par un martelage manuel est très forte, elle a été simulée par des passes de laminage répéti-
tives à fort taux de réduction. Ce traitement provoque l'éclatement du réseau de carbures
de joints de grains et génère des débris plus ou moins facettés. Les carbures de quelques
micromètres restent regroupés et forment des rangées de carbures alignées le long de la
Figure 2-6-2 :
Microstructure de la lameforgée par Al Pendray. A) coupe longitudinale montrant les alignements de
carbures (cémentite en contraste sombre), B) agrandissement montrant les rangées de carbures. La
matrice a été transformée en cellules de trèsfine perlite qu'on devine sur l'image de droite.
Document de l'Université de l'Iowa, USA

direction de la déformation. La matrice subit la transformation perlitique, elle se trans-


forme en ferrite avec des carbures très fins, beaucoup plus fins que les carbures alignés. En
définitive, ce sont les carbures ex-intergranulaires, alignés, brisés par le forgeage qui repro-
duisent la caractéristique micrographique principale de l'authentique Damas.

Deuxième hypothèse :précipitation sélective des carbures


dans les couloirs de ségrégation interdendritique
Verhoven, Pendray et al. ont collecté les informations déjà publiées et examiné très
soigneusement un certain nombre de structures damassées anciennes. Ils ont mis en
lumière les caractéristiques micrographiques spécifiques qui peuvent servir de références
comme des critères d'authenticité de structures damassées originales. Ce sont principale-
ment la distribution, la morphologie et la tadle des particules de cémentite.

Dans les microstructures damassées authentiques, les carbures de cémentite doivent être
arrondis avec un diamètre de l'ordre de 3 à 20 pm, en tout cas jamais facettés. Les particules
apparaissent disposées en alignements correspondant à une distribution en plans distants de
30 à 100 p m et rarement interconnectés. I l n'y a pas de différences significatives entre les
microstructures des sections transversales et longitudinales. Et enfin, les alignements de car-
bures sont constitués en rangées d'environ 4 à 6 carbures.
La microstructure de la lame reconstituée par Al Pendray visible sur les figures 2-6-2 A et
B satisfait tous ces critères. Par comparaison, les carbures obtenus par refroidissement lent
du procédé W-S précédent sont plus grossiers, et ils resteront irréguliers une fois brisés,
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 2-6-3 :
Poignard avec une poignée de jade. La lame a été
forgée par Al Pendray avec du wootz reconstitué.
La micrographie optique présente une coupe trans-
versale, similaire aux coupes longitudinales, avec
des alignements de petits carbures.
Document de 1 'Université de l'Iowa, USA

clivés par le martelage, et encore facettés malgré un effet de coalescence à chaud. Leur
distribution en taille est plus étalée. C'est un point de différence marquant avec la micro-
structure observée sur les épées authentiques.

Le point essentiel prouvé par les chercheurs de l'équipe citée est que des alignements de
carbures peuvent être générés par des cycles thermiques, en Z'absence de dejcormationplastipe
de forgeage ou de laminage. L'expérimentation a été conduite sur des échantillons de
wootz authentique et des échantillons synthétiques similaires. La réponse pratique est
claire : il faut au départ redissoudre complètement les carbures interdendritiques ou inter-
granulaires grossiers pour en précipiter d'autres mieux répartis. La précipitation se fait
sélectivement dans des zones où les impuretés ont ségrégé. Ces dernières sont le silicium,
le phosphore et le vanadium qui, malgré des teneurs initiales très faibles, jouent donc un
rôle clef en initiant la précipitation le long des lignes de ségrégation ver98al. Il y a une
corrélation entre les espacements de lignes de carbures et l'espacement dendritique
primaire dans l'alliage initial. Cette observation prouve que la formation des alignements
est liée à la ségrégation résiduelle du réseau dendritique. Des différences de composition
faibles mais significatives ont été détectées entre le bord et le centre des alignements. La
structure au moment du forgeage ne comporte pas de carbures grossiers, à la différence de
celle du procédé W-S.

Les températures de traitement doivent respecter certains impératifs pour obtenir le résultat:
1- dépasser la température de 1 0 5 0 OC (au dessus de Acl) afin de dissoudre complètement
les carbures de cémentite; 2- que l'un des cycles au moins descende légèrement e n dessous de
A l ( 7 2 3 ° C ) pour probablement faciliter la germination; 3- que le maintien e n température
pour la dissolution des carbures ne se fasse pas à une température trop élevée, vers 1 2 0 0 OC,
ni pendant longtemps car il y a homogénéisation et alors la précipitation est répartie unifor-
mément sans le moindre alignement.
Une autre observation importante à propos des épées authentiques est la présence d'une
bordure décarburée de pure ferrite sur l'arête dorsale de la lame. L'explication suivante est
proposée ; elle témoigne de l'astuce des forgerons. La mise en solution des carbures est
délicate car l'alliage contient souvent de petites quantités de soufre et de phosphore
susceptibles d'abaisser la température de début de fusion vers 960 O C (fig. 2-3-4) ;il y a
alors "brûlure" et le lingot se délite complètement au martelage. La procédure pour main-
tenir la cohésion du lingot comporte un prétraitement de décarburation lors d'un maintien
à 1200 OC pendant 5 h, suivi d'une trempe. Le résultat est la formation en .rztpe@ie d'une
mince couche de ferrite plus réfractaire que l'intérieur. Cette couche est très ductile et
constitue une enveloppe déformable. Le lingot peut ensuite être martelé à chaud à travers
son enveloppe de ferrite sans problème, avec des cycles de martelage et réchauffage. C'est
un unique premier pliage qui génère l'arête dorsale en ferrite retrouvée sur la lame.
L'espacement des alignements de carbures est plus petit que la taille initiale des dendrites à
cause de l'effet de réduction dû au martelage. La conduite du martelage à chaud requiert
de la dextérité car une température trop élevée ou un temps trop long provoque la trans-
formation de la cémentite en graphite que l'on retrouve réparti en alignements à la place
des anciens carbures. L'observation de lames inachevées a témoigné que le dessin en roses
ou en échelle est produit par l'incorporation de surépaisseurs en bandes ou ponctuelles en
cours de forgeage. Le dessin peut aussi être obtenu en faisant des creux ou des sillons à
coups de poinçon. Les forgeages ultérieurs comblent les creux ou étalent les bosses et
perturbent la régularité de l'espacement des couches.
Il y a 70 ans d'écart entre les conclusions d u travail de l'équipe Verhoeven et celles que
Zschokke publiait e n 1 9 2 4 [Zsc24] : « A v a n t tout, il faut bien préciser que le vieil acier
damassé véritable des Indes nommé "puht'' n'est aucunement de l'acier soudé ... Nous avons
plutôt affaire, a u contraire, à un acier fondu a u creuset, régulier et dont la structure particu-
lière résulte de phénomènes de cristallisation et de ségrégation ...
Par le forgeage répété de l'acier damassé, les armuriers anciens des Indes et de Perse avaient
pour but principal, d'ailleurs, beaucoup moins la production d ' u n damasquinage et l'effet
décoratif e n résultant, que l'obtention d'un métal plus tenace. Cette dernière hypothèse con-
corde également avec u n e observation de Belaïev, suivant laquelle l'étonnante beauté de
l'acier indien n'était qu'un but accessoire et un résultat accidentel. »
Cette deuxième méthode répond effectivement beaucoup mieux aux caractéristiques du
wootz Damas authentique. Cependant, il est probable que la technique par écrasement des
carbures a aussi été pratiquée. Enfin, une troisième méthode qui consiste à le travailler
comme une structure feuilletée ; elle est pratiquée pour le forgeage des lames japonaises.
La décarburation superficielle à chaque cycle produit une fine couche de ferrite qui se
trouve après pliage à l'intérieur de la pièce. La répétition des pliages et forgeages forme des
28 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

bandes de ferrite en alternance avec l'acier plus carburé ou bien un acier homogène moins
carburé si le nombre de passes est supérieur à huit environ.

2-7 Les épées asiatiques


Chine
Le plus ancien objet trouvé en Chine, fabriqué en fer non météorique, est une courte épée
qui date du 8èmesiècle av. J.-C. D'autres objets richement décorés remontent au 5èmeet
6 ème siècles av. J.-C. Les objets les plus primitifs ont été fabriqués avec du fer réduit
comme partout ailleurs. Des épées datant des deux premiers siècles av. J.-C. ont été décou-
vertes sur plusieurs sites. Des inserts en or mentionnent la date de fabrication "sous les
auspices favorables" et une indication chiffrée précise 30, 50 ou bien 100 affinages. Un
examen métallographique a révélé des impuretés sous forme de petites inclusions réparties
en couches alternées en nombres proches de 32, 64, 128. Il y a une correspondance
évidente avec le nombre d'opérations de pliage et forgeage qui est 2". Dans ce cas, les
opérations ont été effectuées dans un but d'affinement du métal, pour l'améliorer, et non
pas obtenir un éventuel damassage [pub95]. La Chine a été le premier pays à utiliser la
fonte et en particulier pour aciérer le fer doux. La méthode consiste à le tremper dans la
fonte liquide qui se soude au fer. L'ensemble est ensuite travaillé par forgeage à chaud et
pliage répétés de façon à obtenir un métal homogène moyennement carburé.

Japon
Les épées les plus anciennes trouvées au Japon remontent aux 4èmeet 5èmesiècles de
notre ère. Elles sont probablement originaires de Chine via la Corée. En particulier, la
technique d'imprégnation par de la fonte liquide a été importée de Chine. C'est pendant la
période Heian (7961185)' quand la capitale s'est établie à Kyoto, que la technique propre-
ment japonaise s'est développée. La structure de l'épée est constituée d'une âme ductile et
d'une enveloppe extérieure à la surface et au tranchant de la lame, plus riche en carbone,
plus dure. L'art de fabriquer les épées ou les dagues a atteint un très haut degré de sophis-
tication qui a culminé aux 16èmeet 17èmesiècles. Cet art a survécu à bien des périodes
difficiles de l'histoire japonaise. La dernière en date est de 1945 à 1953, après la seconde
guerre mondiale, années pendant lesquelles la fabrication et la possession d'armes étaient
interdites aux Japonais. Les artisans se sont dispersés, reconvertis. Puis quelques uns ont
fait revivre l'art traditionnel, comme Yoshindo Yoshihara à Kyoto, descendant d'une lignée
de dur générations de forgerons d'épées [T<ap87l.
L'acier de départ est un acier fortement hypereutectoïde tamabagane (0,2-1'7 %C) qui est
obtenu à partir du fer réduit, puis recarburé au charbon de bois. Il a quelquefois été
remplacé par l'acier wootz indien d'importation. Pour constituer l'âme de l'épée, l'acier
shingane (fig. 2-7-1 B) est travaillé par pliages et forgeages successifs. Pendant ces opérations
il est purifié des inclusions et il subit une perte de carbone superficiellement au cours de
chaque opération. L'acier est ramené à un taux faible de carbone de l'ordre de 0,2 '/O, ce
LES ACIERS DAMASSES

Figure 2- 7-1 :
Ci-contre longue épée moderne "katana" fabriquée suivant la méthode tradition-
nelle. La lame de style "hira-tsukuriJJmesure 75 cm de long. Le hamon, ou bordure
ondulée de la lame côté tranchant, en contraste clair, a un dessin en boucles et en
vagues appelé "choji midare". Gravures et sculptures traditionnelles "horimono".
Fabrication et photo de Yoshindo Yoshi-
hara à Tokyo

Fabrication d'une épéejaponaise:


A) préparation de l'enveloppe extérieure
gane avec 1 'acier kawagane ;
B) préparation de l'âme avec l'acier
-
C) soudure des deux parties ;
c D) travail de mise enforme de la lame
Schémas d'après [Kap87].

Le hamon
E) coupe transversale montrant les dzflérentes parties : la bordure côté tranchant,
est le hamon de structure martensitique. La zone intermédiaire est le habuchi, zone
du "nie" et du "nioi ".
F) section d'une épée japonaise du 1 4 ~ "siècle
~ de Bizen (Okayama). Le dessin du
hamon est appelé "gunome midare ". La zone "a est la martensite, la zone "b " ou
"

"nioi est un mélange deJine perlite et de bainite . Au dessus, en "c et "d", la sur-
" "

face principale de la lame est constituée de ferrite et de perlite. Le granité de cette


zone est la trace des couchesplus ou moins carburées issues des pliages. Une carac-
téristique des épées de cette époque est la zone "d" plus blanche appelée "utsuri"
qui signlJie miroir du hamon. Il semble que ce soit une zone aflectée thermiquement
à cause du chauflage non uniforme de la lame.
Photo de Yoshindo Yoshihara.
G) hamon d'une épée moderne appelé "choji-midare". La ligne droite blanche cor-
respond à un changement de pente à la surface de la lame.
Fabrication et photo de Yoshindo Yoshihara à Tokyo.
30 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

qui le rend suffisamment ducule. Pour l'enveloppe extérieure, le métal de départ est choisi
avec une forte teneur en carbone, éventuellement du wootz. De même, la succession de
forgeages et pliages diminue la teneur en carbone et aboutit à une composition finale de
l'ordre de 0'5 O@/ (kawagane, sur le schéma 2-7-1 A). L'alignement de couches plus ou moins
carburées peut former un dessin damassé s'il est révélé. Le dessin n'était pas apparent dans
les premières épées qui comportaient des couches assez grossières. La mise en valeur du
dessin superficiel a été faite plus tardivement.
Une des nombreuses particularités des épées japonaises est la bordure martensitique du
tranchant (hamon, visible sur la figure 2-7-1 E) obtenue par un traitement spécifique. A cet
effet, des enduits argileux divers, plus ou moins épais, sont étalés sur la lame. Après
réchauffement d'austénitisation, l'épée enduite est trempée. Seule la partie non protégée,
située au tranchant de la lame, se refroidit suffisamment rapidement pour se transformer
en martensite. Les artisans appliquent l'enduit de façon à obtenir une séparation des zones
en ligne droite ou en forme de motifs ou de silhouettes. Les dessins peuvent être révélés
grâce à une grande maîtrise de la technique du polissage. La procédure est codifiée par le
choix d'attaquants variés, par le choix d'abrasifs et par l'alternance de multiples opérations
d'attaque et de polissage. Le résultat est la mise en valeur exceptionnelle de la surface de la
lame. De nombreux métallurgistes ont été très admiratifs de la perfection du procédé qui
est défini dans les moindres détails. Ils en ont souligné le caractère très respectueux de la
tradition et quasiment rituel [Bai62], [Smi65], [Tan80], Fno971, pno991. D'ailleurs tout un
vocabulaire poétique sert à décrire l'aspect de la lame : le Nie (une fine dispersion de sable
argenté) ;le N iai (le spectacle de la multitude des fleurs de cerisiers sous la pâle lumière du
soleil levant) Fan801.

Malaisie
Le kriss malais est une arme typique de la péninsule indonésienne, Malaisie, Java et
d'autres régions des mers du Sud. La lame en acier est construite par soudage de couches
et pliage. Le nombre de pliages est réduit, moins grand que dans le cas des épées japo-
naises, ce qui donne des couches relativement épaisses et un dessin plus grossier, bien
visible. La forme sinueuse de la lame en "serpent rampant" est aussi caractéristique. Son
forgeage aboutit naturellement à la formation de vagues avec les couches alternées. Une
autre originalité est l'uulisation ancienne de fer météorique riche en nickel, ce qui rend le
contraste entre les couches bien apparent. Le fer-nickel météorique a été remplacé par des
aciers inoxydables d'importation durant le vingtième siècle. Il y a une grande diversité de
décors car toutes les techniques anciennes ont été mises à profit : vissage des couches
comme pour les épées mérovingiennes, perçage de trous pour obtenir le dessin en roses.
LESACIERS DAMASSES

Figure 2- 7-2 :
Kriss d 'lndonésie (Bali) représentatif. 1 'influenceHindoue pendant l'empire Maja-
hahit 13 78-1478 (probablement 17-18emesiècle).
La poignée est en or massif décorée de pierres précieuse; elle représente une divinité
protectrice. La lame flammée est faite d'une alternance de couches de fer et de
fer-nickel météorique; les couches sont plus épaisses que dans le cas des aciers
damassésfeuilletés.
Document Musée Historique de Berne (Bernisches Historisches Museum), Suisse.

2-8 Les microstructures damassées contemporaines


La microstructure damassée obtenue par corroyage et CO-forgeage
Les artisans contemporains, parmi lesquels M. Sachse en Allemagne [Sac94]), ont redécou-
vert le damassé après la seconde guerre mondiale. Le succès du renouveau de cet art du
forgeage est maintenant consacré. La preuve en est que des imitations de grossière facture
sont proposées. Les artisans peuvent fabriquer eux mêmes les feuilles métalliques de fer ou
choisir des feuillards dans toutes sortes de nuances et d'épaisseur, et les associer en divers
couplages. Le nickel est quelquefois choisi à cause de son éclat un peu argenté contrastant
avec celui d'un acier à haut carbone. Le choix des éléments d'alliage de l'acier et l'épaisseur
des tôles sont à prendre en compte pour pouvoir transformer la partie acier en martensite
comme c'est le cas pour l'exemple présenté figures 2-8-1 A et B. En effet, la diffusion
facile du carbone de l'acier pendant le forgeage peut tout transformer en acier doux
ver98cl. Trois méthodes utilisant le soudage sont couramment pratiquées :
le CO-forgeageou corroyage à chaud de fils grossiers, souvent des fils de câbles de
nuances différentes. L'effet obtenu est celui d'entrelacs irrégulièrement répartis.
le CO-forgeageà chaud de tôles sous forme de petits blocs ; à ce stade, l'effet obtenu par
l'empilement des couches est celui d'un feuilleté plus ou moins ondulant (fig. 2-8-1A et B).
Ensuite, ces blocs sont tordus et étirés à chaud en un barreau (fig. 2-8-2), puis plusieurs
barreaux sont assemblés pour générer un motif répétitif avec la technique mise en euvre
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 2-8-1 :
A) Micrographie électronique d'un acierfeuilleté obtenupar CO-forgeagede nickel et d'acier
B) agrandissement montrant l'alternance de l'acier martensitique et du nickel austénitique.
Echantillon H. VialZon, Thiers, Fr

Figure 2-8-2 :
Exemple de déformation d'un motif
par la torsion du barreau.
Echantillon H. Viallon, Thiers, Fr

pour les épées mérovingiennes. Le nom employé est damassé figuré.


le CO-forgeageà chaud de blocs découpés qui produisent un dessin après toute une
succession d'opérations illustrées figures 2-8-3 A, B et C. Le résultat dépend du choix des
deux aciers, de la température, de l'atmosphère suffisamment réductrice pendant le chauf-
fage et du temps de forgeage. Le contour des dessins en inserts doit rester bien net, ce qui
implique une interdiffusion des éléments entre les deux aciers limitée grâce à un temps de
forgeage pas trop long. La micrographie de la figure 2-8-3B montre deux blocs dont la
frontière est marquée par un fin liséré de ferrite. Les blocs ont été déformés par le
forgeage. La ferrite provient d'une décarburation superficielle pendant le chauffage des
pièces. Le résultat final est souvent une farandole de motifs comme les flocons et les cerfs
de la figure 2-8-3 D.
Ces méthodes sont pratiquées par des artisans/artistes professionnels pour fabriquer de
véritables ceuvres d'art. Toutefois, la valeur artistique des pièces dépend de tout un
ensemble dont la technique métallurgique ne constitue qu'un des aspects.

La microstructure damassée obtenue par frittage


La technique du frittage a permis de développer un procédé de fabrication d'aciers
pré-stratifiés dans les années 90 Fat981. Un des aciers constituant l'assemblage est drsposé
en rangées sous forme d'un réseau de tôles. L'acier le plus réfractaire et le plus ducale est
Figure 2-8-3 :
Etapes de lafabrication d'une lame damassée.
A) Deux blocs de 70 mm de côté et 100 mm de hauteur sont usinés. Le bloc en acier 203E 3,5Ni est
découpé de façon q u e l e dessin apparaisse s u r l a tranche ( A ) . Le bloc e n acier
Fe-0,9C-2Mn-0,3Cr-O,1(l ou matrice, est découpé en creux ajîn que le dessin puisse s 'y emboîter.
B) L'ensemble est soudé par forgeage à chaudpuis est encore travaillé à chaudpour l'amener à une
section plus petite. Voir en (B) la micrographie électronique en électrons rétrodiffusés.
C) Des tranches sont disposées cote à cote entre deux blocs de damasséfeuilleté constitués par quel-
ques lamelles visibles sur la bordure droite (B). L'ensemble est soudé et, suivant les cas, tordu à
chaud. Le dessin voulu n'apparaît qu'au cœur du barreau. La lame est extraite, polie, attaquée au
chlorureferrique. Dans cet échantillon expérimental, un léger glissement dans un des blocs a crée un
décalage visible à la rupture de la corne de la licorne.
D) Image optique en contraste inversé montrant les incrustations damassées avec le motif du cerJ1
cristaux de glace etflocons de neige.
Echantillons I? Reverdy, Romans, Fx
h MICROSTRUCSURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 2-8-4 :
Micrographies électroniques d'une
lame damassée frittée attaquée à
l'acide. Les Jins précipités de car-
bure mixte fer-chrome décorent les
grains.
Document INPG, Grenoble, Fr

choisi à cet effet. La poudre pré-alliée (chap.16) de l'autre nuance est versée dans les inters-
tices. L'ensemble est fritté à haute température et sous une pression isostatique de l'ordre
de 1000 bars. La barre ou petit lingot obtenu sert ultérieurement de matière première pour
un travail de forgeage. La préparation est coûteuse car il s'agit d'une technologe sophisti-
quée. L'avantage est de pouvoir employer des poudres beaucoup plus chargées en carbone
ou en chrome, de choisir des compositions qu'il n'aurait pas été possible de travailler
autrement. Les lames bénéficient d'un double mécanisme de durcissement par la marten-
site de trempe et par la formation de très nombreux petits carbures de type M2,C6 à
l'échelle micronique dans la couche la plus riche en éléments d'addition (fig. 2-8-4). De tels
carbures permettent peut être de retrouver le fameux tranchant des authentiques épées de
Damas, tranchant obtenu grâce aux microdentures formées par les carbures de cémentite
dans la matrice. De plus, la possibilité d'incorporer des éléments d'alliage permet d'éviter
une trop grande sensibilité à la corrosion. Un motif répétitif peut être obtenu par simple
torsion à chaud. Le damassé obtenu est techniquement excellent. La différence avec les
damassés coforgés est essentiellement artistique car ce ne sont plus des pièces uniques.
Deuxième partie

des microstructures
dans les alliages de fer

Le microscope optique, sans lequel la microstructure ne pourrait être observée, fut conçu par l'anglais
Robert Hooke (1635-1702) et développé par le hollandais Antoine V a n Leuwenhoek (1632-1723)
pour examiner des draps ! Puis, le microscope devint u n instrument très populaire comme en témoi-
gne cette réflexion d'un humoriste :
N Trouver pour toute chose le microscope qui convient, et si cela n'est possible, essayer de tout voir en

grand ; c'est la seule voie pour atteindre la nouveauté. »


Georg C. Lichtenberg "Pensées" cahier de 1793-1796
Le microscope optique a commencé à être utilisé dans la seconde moitié d u 19èmesiècle pour exami-
ner ~.LZ structure de produits métallurgiques. Floris Osmond, publia le premier ouvrage de photomicro-
graphie (La c o n s t i t u t i o n d e s aciers a u carbone) en 1894 (Encyclopédie Universalis).
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
Les phases importantes dans lies aciers

3-1 Les phases du fer pur


Notion de phase
La notion depkase au sens thermodynamique est liée à la notion de structure. Plus précisé-
ment, il y a changement de phase chaque fois qu'il y a changement de structure au sens
large, structure cristalline ou état chimique ou les deux. Cette idée est intuitive à l'échelle
macroscopique pour la transformation liquide/solide, de même que la miscibilité ou la
non miscibilité de deux liquides et l'aptitude d'un liquide à dissoudre des éléments. Dans le
cas d'un solide, c'est la description cristallographique qui caractérise une phase. Par
description, on entend la structure cristallographique, c'est-à-dire la géométrie du motif
répétitif du cristal mais aussi la nature et la position des atomes dans les sites possibles et
l'intervalle de stabilité en température. La composition de la phase n'est pas caractéristique,
pas plus que les paramètres de mailles qui en dépendent. La littérature au sujet de la cristal-
lographie est abondante et la plupart des ouvrages de métallurgie physique ou de métal-
lurgie structurale proposent les bases nécessaires au métallurgiste.

Le fer cubique à faces centrées


Le fer pur a une structure cubique à faces centrées entre 912 et 1394 OC. Cette phase est
appelée azisténite (d'après l'éminent métallurgste anglais XC. Roberts-Austen), phase dite y
à la base des aciers. Supposons un empilement en sphères dures indéformables de rayon
atomique 0,126 nm pour le fer. Les atomes sont arrangés de façon à être en contact avec le
maximum de voisins (fig. 3-1-1). Dans ce cas, chaque atome a douze proches voisins avec
contact à la distance a& /2. Ce nombre de voisins est appelé nombre de coordination
Nc. Une valeur élevée traduit un haut degré de symétrie. Le rapport entre le volume des
atomes et le volume de la maille est de 0,74 ; plus le rapport est proche de un, plus la
structure est compacte. Cependant, il reste des interstices susceptibles de loger de petits
atomes solutés, c'est-à-dire avec ri petit (ri est le rayon de la sphère susceptible d'entrer
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 3-1-1 :
A) Visualisation des empilements pour
les structures cc et cfc.
Les pans coupés sont les plans les plus
denses. Remarquer la symétrie binaire
du plan (110) pour la structure cc et
celle ternaire du plan ( I I I ) pour la
structure cfc.

B) Sites d'insertion octaédrique et


tétraédrique dans les systèmes cc et cfc.
L'échelle des paramètres de maille a été
respectée.

dans l'interstice). Ces sites sont dits octaédrique ou tétraédrique suivant le nombre
d'atomes de fer immédiatement voisins (fig. 3-1-1 et tableau 3-2-2).
La structure c ~ b i pfaces
e centrées peut être décrite comme un empilement de plans compacts.
Ce sont des plans dans lesquels l'arrangement des atomes est le plus compact possible.
L'arrangement le plus compact pour un plan est formé de triangles équilatéraux qui déter-
minent une symétrie hexagonale. Notons ce plan A et B un plan décalé par rapport à A
dont les atomes sont logés dans une dépression sur deux du premier plan. Les atomes du
troisième plan C se trouvent soit à l'aplomb des dépressions non occupés par le plan B,
soit à l'aplomb des atomes du plan A. La première séquence d'empilement est ABCABC.
La deuxième séquence est ABABAB, elle correspond à la structure hexagonale compacte
avec le même nombre de proches voisins et la même compacité.

Le fer cubique centré


Le fer pur a une structure cubique centrée dans deux gammes de températures, entre 1538
et 1394 OC, la phase désignée 6-Fe et en dessous de 912 OC, la phase désignée a-Fe. Dans
les aciers, la phase correspondante est appeléeferrite en précisant ferrite 6 pour la ferrite
stable à haute température. Chaque atomes a huit proches voisins à la distance a f i /2 et 6
voisins à la distance a. Le rapport entre le volume des atomes et le volume de la maille est
0'68, c'est-à-dire plus faible que pour la structure cfc, ce qui traduit une faible compacité. Il
existe également des sites octaédrique et tétraédrique (fig. 3-1-1 et tableau 3-2-2). Par
contre, il n'existe pas de plans compacts, il existe seulement des directions compactes ;ce
sont des rangées atomiques dans lesquelles la compacité entre les atomes est maximale.
LESPHASES IMPORTANTES DANS LES ACIERS

3-2 Les solutions solides


Solution solide par substitution
Une phase étant définie, plusieurs atomes différents peuvent se relayer sur certains sites.
Quand les atomes de soluté remplacent les atomes normaux sur un site, c'est une solution
solide dite de substitution. Par exemple dans le système Fe-Ni, la phase cubique faces
centrées, dite austénite, peut comporter à certaines températures des atomes de nickel à la
place des atomes de fer répartis de façon complètement aléatoire. Au dessus de 912 OC la
proportion varie de O à 100 O/O,il y a miscibilité totale (fig. 3-3-3). Le paramètre de made
varie aussi de façon continue. Aucun changement rnicrostructural n'est visible, à moins
qu'un changement de composition local ou gradient ne s'accompagne d'une réactivité
chunique différente par rapport à un attaquant. Alors un dégradé devient observable. Les
principales phases susceptibles de recevoir des atomes en substitution sont indiquées
tableau 3-2-1.

Tableau 3-2-1 :Phases terminales classiques stables et métastables (martensites en grisé).


Phases Symbole de Pearson [Hub81] Strukturbericht Groupe d'espace Prototype

PMn cP20 A13 P4 32 PMn


aMn cI58 A12 143m aMn
a'martensite t12 L'2 I4lmmrn Fe-C martensite

Solution solide d'insertion


Chaque phase comporte des interstices dont la taille ri est proportionnelle à la taille des
atomes solvants. Seuls les atomes de petite taille peuvent s'y loger. L'hydrogène est le seul
dont le rayon atomique est plus petit que la t d e des sites, il a de ce fait une grande solubi-
lité et une grande mobilité qui est encore accentuée par sa faible masse. Les autres petits
atomes, c'est-à-dire l'oxygène, l'azote, le carbone et le bore créent des distorsions du réseau
cristallin lorsqu'ils se placent en insertion (tableaux 3-2-2 et 3-2-3).

Tableau 3-2-2 :Rayon ri des sites interstitiels dans quelques réseaux enfonction du rayon atomique I;
Nc est le nombre de proches voisins, N est le nombre de sites rapporté à un atome:
le rayon atomique du fer est 0,126 nm.
Structure Site Nc N rinm
structures compactes tétraédrique 4 2 0,225 r
cfc et hc octaédrique 6 1 0,414r
CC tétraédrique 4 6 0,291 r
octaédrique<100> et 4 10> 6 3 0,154 r et 0,633 r respectivement
40 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Tableau 3-2-3 :Rayon atomiques des éléments légers susceptibles de se loger dans les interstices
et rayon du fer pour comparaison.
Elément Hydrogène Oxygène Azote Carbone Bore Fer
r nm 0'03 0,071 0,071 0,077 0,087 0,126

Dans la structure cubique faces centrées de l'austénite, les deux sites interstitiels ont des
tailles différentes. Seul le site octaédrique pourrait loger un atome de 0,052 nm de rayon
(0,414~0,126).Les atomes de carbone sont donc beaucoup plus à l'aise dans les sites
octaédriques même en tenant compte d'une déformation du réseau inévitable compte tenu
de leur taille. Dans la structure cubique centrée de la ferrite, le site tétraédrique est plus
grand que celui de l'austénite. Cependant, c'est le site octaédrique qui sera occupé et, dans
ce cas, la présence de carbone provoque une distorsion dissymétrique. Ces simples consi-
dérations expliquent pourquoi la limite de solubilité du carbone est beaucoup plus grande
dans l'austénite que dans la ferrite.
Néanmoins, l'aspect volumique justifie seulement de façon partielle le fait que l'azote a
une plus grande solubilité que le carbone dans l'austénite. Il n'explique pas son effet
durcissant plus significatif. En fait, l'azote renforce les liaisons interatomiques, il accroît la
concentration en électrons libres, alors que le carbone apporte la contribution de ses élec-
trons à la bande 3d du fer. Cette liaison intermétallique facilite l'établissement d'un ordre à
courte distance dans l'austénite comportant de l'azote (un état précurseur de la structure
Fe4N), tandis que dans l'austénite comportant du carbone les liaisons plutôt covalentes
favorisent la mise en amas [Gav98].

3-3 Transformation par mise en ordre


Dans certains domaines de composition et aux plus basses températures, il arrive que les
éléments d'une solution s'arrangent de façon ordonnée afin de minimiser l'énergie libre.
Les atomes de chaque espèce se distribuent sur des sites spécifiques formant des
sous-réseaux imbriqués. O n dit que la solution solide s'ordonne ; en fait, une nouvelle
structure cristalline à symétrie plus basse que la solution désordonnée est créée. Les
correspondances entre les structures des solutions solides désordonnées et les structures
ordonnées dérivées figurent dans le tableau 3-3-1.
Par exemple, dans le système Fe-Co pour une teneur de 50 Oo/ de cobalt en dessous de
1000 I< (fig. 3-3-2), la phase a se transforme en passant de la structure A2 cubique centrée
à la structure B2 cubique simple, s ~ m schangement de conapodon, mais avec une mise en ordre
(les atomes de cobalt sont disposés au centre du cube). La réaction requiert une faible
énergie, elle est dite du second ordre dans la classification des transformations de phases.
La mise en ordre n'est pas apparente sur une microstructure classique, elle est surtout
observable en microscopie électronique en transmission par l'apparition de très faibles
spots de surstructure sur les clichés de diffraction et de faibles pics en diffraction de
h S PHASES IMPORTANTES DANS LES ACIERS

Tableau 3-3-1 :Structures cristallographiques ordonnées dérivées


des structures désordonnées simples.
Solution solide Solution solide ordonnée, Solution solide ordonnée, Type
désordonnée notation Pearson notation Stmkturbericht
Cubique centrée, A2 cP2 CsCl
cF16 Fe3Al ord
Cubique faces centrées tP2 HgMn
Al cP4 AuCu3
hP8 CuPt
Hexagonale compacte hP8 D019 Ni3Sn

Figure 3-3-2 : r
- TOC
1500
Diagramme de phases Fe-Co calculé. TK
Tc indique la température de Curie; 1100- - .. Y -
0,55-1261 K
Les flèches désignent les maxima -1300
avec la composition et la température
correspondantes. D'après [ColOO]. 900 -

-
- 900

700
I I I I I I I I I
O 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

rayons X. La mise en ordre peut se faire de façon homogène ou avec formation de


domaines parfaitement ordonnés à un niveau submicronique. Dans ce dernier cas les
domaines sont observables en microscopie électronique en transmission car ils sont
séparés par des "parois d'antiphase" pour rattraper la séquence d'empilement d'un
domaine à l'autre.
Dans le système Fe-Co, la température de la transition ordre-désordre est inférieure à la
température de fusion de l'alliage correspondant; les deux structures sont observées. Dans
d'autres systèmes comme Fe-A1 pour les structures DO3 ou B2, la température de fusion de
la phase ordonnée est inférieure à la température à laquelle devrait se produire la transition
d'après les données thermodynamiques. La phase reste ordonnée dans tout l'intervalle de
température. Dans tous les cas, la mise en ordre s'accompagne d'une augmentation de
dureté par rapport à la phase désordonnée.
Dans le système Fe-Ni, la phase ordonnée FeNi3 de structure LI2 se forme sans change-
ment de composition pour une teneur de 75 % de nickel (fig. 3-3-3). Mais en dehors de
cette stoechiométrie, la mise en ordre s'accompagne d'un changement de composition. Par
exemple, un alliage à 60 O/O de nickel subit par refroidissement une séparation de phases
avec formation d'une solution solide ordonnée et d'une solution solide désordonnée de
composition différentes. Il y a transfert de matière entre les deux phases, la réaction est du
42 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 3-3-3 :
Diagramme de phases Fe-Ni calculé
adapté d'après [Ans961 (voir aussi
[Yan96]).
La loupe L indique la transformation
de mise en ordre avec transfert de
masse. En traits avec pointillés des
transformations magnétiques en
phase cfc paramagnétique et cfc fer-
romagnétique métastable. Bien qu'il
s'agisse d'un système courant, le dia-
gramme ne peut pas être considéré
complètement fiable en dessous de
400°C.

premier ordre thermodynamique. Au point de vue micrographique, la transformation se


fait à une échelle fine mais macroscopique. Selon le diagramme calculé de la figure 3-3-3,
la variation de la température de Curie avec la composition aboutit à un point P à partir
duquel la transition ferromagnétique/paramagnétique (ligne trait-point) induit la sépara-
tion en deux phases : une phase ferromagnétique riche en nickel et une phase
paramagnétique riche en fer (pointillés).

3-4 Les phases intermédiaires


Les principales phases intermédiaires dans les aciers
Ce sont des phases dans lesquelles les éléments sont associés pour former une structure
différente de celles des éléments purs. L'affinité thermodynamique de cette association
dépend de plusieurs facteurs dont les trois principaux sont l'électronégativité, la concentra-
tion électronique et l'effet stérique. Deux catégories particulièrement présentes dans les
aciers sont distinguées dans la suite :
les composés semi-métalliques fondés sur la différence d'électronégativité : carbures,
nitrures, carbonitrures, sulfures, phosphures et oxydes.
les composés AxBy dans lesquels le groupe d'éléments B comprend les métaux de tran-
sition dont le fer et le groupe A d'autres métaux. Ces composées sont fondés principale-
ment sur le facteur de taille et la densité électronique. Le facteur de taille est dominant
dans le cas des phases de Laves. La densité électronique est plus ou moins prédominante
dans de nombreux composés tels que les phases X, O,6 et P parmi les plus courantes.

Les carbures, nitrures et borures


Certains éléments ont une grande affinté pour le carbone, plus élevée que celle du fer. Ils
sont dits carburigènes. Ce sont des éléments des groupes IV à VI11 du tableau périodique.
La position du métal partenaire dans les différents groupes permet de définir des f a d e s
h~
PHASES IMPORTANTES DANS LES ACIERS 43

ou groupes selon la classification de Goldschmidt. Cette classification met en lumière des


similitudes, en particulier par rapport aux structures cristallographiques.
Les métaux des groupes IV (Ti, Zr, H j et V (C/: Nb, Ta) forment des carbures de structure
cubique type NaCl de type Mc5. Les métaux du groupe V forment aussi des carbures de
type M2C de structure orthorhombique.
Les métaux de transition en tête des groupes VI (Cr, Mo e t W) e t I/II (?Mn)forment deux
carbures M23C6 et M7C3 (M = Cr OU Mn). Les métaux lourds W et Mo forment des
carbures de structure hexagonale de type MC et M2C (M = W ou Mo). Notons que
l'appellation MC est plutôt réservée aux carbures de structure cubique. Suivant Goldsch-
midt (cité dans [HabbG]), le comportement du chrome le rattache à la fois au tungstène et
au molybdène et aux derniers éléments de la première série de transition, le nickel et le
cobalt.
Les métaux de transition du groupe W I I (Fe) Co e t Nz;) ont en commun des carbures de
type M3C, mais seul le carbure Fe3C est stable dans les conditions habituelles en métal-
lurgie. Trois carbures métastables sont connus : le carbure de Hagg ou X-Fe5C2,le carbure
Fe7C3 similaire à Cr7C3qui lui est stable, et le carbure E-Fe2C-Fe3C.Le nickel interagit peu
avec le carbone.
U n article de synthèse d û à Yakel P a k 8 5 1 présente deux points de vue intéressants pour le
métallurgiste à propos de ces carbures. U n premier point de vue est de considérer la cémentite
comme hexagonale avec u n empilement ABAB... de couches plissées de pians denses d'ato-
mes de fer, avec les atomes de carbone entre les couches le long des lignes de pliure. Ld taille
de l'atome interstitiel est supposée avoir une incidence sur la formation de couches plissées
assimikzbles à Fe3C avec les gros atomes tels que le bore o u bien la formation de couches
plates assimilables à (E-Fe3N) avec les petits atomes tels que l'azote. Le carbone, de taille
intermédiaire entre l'azote et le bore, est capable de produire les deux formes FesC et
(E-Fe3N). Un second point de vue est de considérer ces plissements comme des micro-maclages
répétitifs. Dans les deux cas, le réseau de base est constitué d'atomes de fer et le carbone relé-
gué à son strict rôle d'interstitiel. De telles présentations facilitent l'interprétation des rekz-
tions d'accokments entre les carbures et la ferrite/austénite.
Certains nitrures présentent des similitudes avec les carbures, en particulier, MN et MC et
M2N et M2C. Les principaux nitrures rencontrés dans les aciers sont regroupées dans le
tableau 3-4-1.

Les composés
Le caractère métallique des liaisons est majoritairement contrôlé par les électrons non
appariés. Du point de vue de la structure atomique fondamentale, les atomes du groupe
VIIIA du tableau périodique dits éléments de transition, dont principalement le fer, le
nickel et le cobalt, ont une couche d'électrons d pratiquement remplie et sont potentielle-
ment accepteurs d'électrons pour achever le remplissage. A l'inverse les atomes des

5. M représente un élément des groupes concernés


44 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Tableau 3-4-1 ::Carbures, sulfures et nitrures les plus fréquemment rencontrés dans les aciers.
Phases Symbole de Strukturbericht Groupe d'espace Prototype
Pearson
Fe3C Pnma Fe3C
X-Fe5C2,Hagg C2/c Mn5C2
E-Fe2C-Fe3C ~3ml
Fe2C Pnnm CFe2
Cr7C3, M"7C3 Cr7C3
T - C ~ ~Fe21M02C6
~C~, Fm3m C6Cr23
MoC, WC p6m2 WC
Mo2C, W2C, Fe2C PB3/mmc w2c
~ - w ~ ( FMn)C
e, P63/rnrnc w9co3c4
y-M&, ( N i c ~ F e ) ~ ( M o w T a ) ~ C F d3m cFe3W3
5-Fe2MoC P222, Fe3C modifié
VC(V4C3),VN, CrN Fm3m NaCl
y'-Fe4N Pm3m Ca03Ti
c-Fe2N P63/mmc w2c
y-FeS, CrS P63/mmc NiAs
a-MnS Fm3m NaCl
Z, NbMoN, TaMoN, NbCrN P4/nmm CaGaN
AIN Pm3m ZnS
P-Cr2N (X=N, C) ~31m E Fe2N

groupes IVA, VA et VIA dits éléments réfractaires avec le titane, le vanadium, le zirco-
nium, le niobium, le molybdène, le tungstène et le tantale jouent le rôle de donneurs parce
qu'ils ont des électrons non appariés. De nombreuses phases intermétalliques se forment
entre les éléments de transition et les éléments des groupes IV, V et VI. La plupart des
composés peuvent être classés par rapport à des composés à deux éléments avec une
stœchiométrie A3B, A2B, A5B3,A7B6,AB. Les éléments de type A sont : Sc, Ti, V, Cr, Y,
Zr, Nb, Mo, La, Hf, Ta, W, Ac ; et les éléments de type B sont : Mn, Fe, Co, Ni, Cu, Tc,
RU,Rh, Pd, Ag, Re, Os, Ir, Au. Les principaux composés rencontrés dans les aciers sont
regroupées dans le tableau 3-4-2.

Les phases topologiquement compactes


Friauf a introduit en 1927 l'idée de considérer la structure de composés comme des poly-
èdres formés par des groupes de 16 atomes en un arrangement de compacité maximale de
sphères dures de même diamètre dans le système cubique. Les polyèdres sont, en fait, des
tétraèdres dont les quatre sommets ont été tronqués. Puis Laves fut le premier à étudier en
1934 certaines structures par référence au polyèdre de Friauf. Différentes structures de
phases peuvent se décrire par des empilements particuliers de polyèdres de coordination
CNl6 ou polyèdres de Friauf. La séquence d'empilement détermine le type de structure.
Ces phases compactes ainsi décrites ont été appelées phases de Laves.
LESPHASES IMPORTANTES DANS LES ACIERS 45

Tableau 3-4-2 :Composition nominale et structure de composés les plus fréquents. [Cam81].
Noms Formules Symbole Struktur- Groupe Prototype
de Pearson bericht d'espace

V, 01186 ~ 2 h ~Immm
~ Mn4Si
X Fe1&r6M05 cI58 A12 143m aMn
Fe36Crl ~ ~ 0 1 0 9
P2 Cr(12-x)Fe13M0(2+x)Ni3 mP30 monoclinique P2 CrFe incliné
G Nil6Ti6si7 Ni16Nb6Si7 C ~ C

R (Fe,Co,Ni)CrMo HR53 ~ 1 2 / ~ 3 i ~~3 Crl sM031C05 1


P Cr 18M042Ni40 op56 ~ 1 2 1 ~ 2 h l Pbnm
~ CrgMo21Ni20
TiS hP4 P63/mmc NiAs

op8 B2/B3 1 Pnma BFe


IDOa Pmmn MnP

P NiAl cP2 B2 Pm3m CsCl

Avec une approche similaire Frank et Kasper, dont les travaux ont été publiés en 1958-59,
ont montré que la structure des composés des alliages complexes pouvait se décomposer
en assemblage de polyèdres dérivés de l'icosaèdre ; le polyèdre de Friauf apparaît alors
comme l'un de ces dérivés. Les phases de Frank-Kasper consistent donc en polyèdres
construits à partir d'antiprismes pentagonaux (phases de Laves), ou hexagonaux (phase o
et structures de la même f a d e ) ou mixte (phase P) (voir ouvrage de synthèse [Sin72]).
Les composés de type A2B sont les plus nombreux dans les aciers car le fer forme de telles
phases avec tous les éléments des groupes IV, V et VI sauf le vanadium. Parmi ces
composés, il faut distinguer les phases qui ont les structures cristallographiques C14, Cl5
et C36 et constituent le groupe des phases de Laves. Plusieurs de ces phases ont une
stœchiométrie rigoureuse entre les éléments A et B où A est l'élément de transition.
46 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Les phases de Laves ont des str~cturescristallographiq~esoptimalespar rappo& à la compacité de


l'assemblage. Toutefois, le caractère compact n'est pas le seul paramètre en cause, même
pour cette catégorie de phases. Une corrélation a été soulignée entre le rapport des rayons
atomiques rB/rA et la concentration en électrons de valence, VEC (Valence Electron Concen-
tration), pour l'obtention de la structure Cl4 ou Cl 5. La stabilité de la structure Cl 5 est
augmentée avec l'accroissement de rB/rA et de VEC Kei981.
Dans de nombreux cas autres que les phases de Laves, la densité électronique et, dans une
moindre mesure, le facteur de taille conditionnent la structure de composés tels que o,X,6,
G, R et P. La phase o, de type Fe-Cr, peut être classée dans les composés A2B bien que la
stœchiométrie soit moins bien définie avec une formule comprise entre A4B et AB4.
Certaines phases intermétalliques complexes comme X, G, R sont présentes dans les
alliages à multiples éléments. Elles sont mal connues au point de vue métallurgique quant à
l'étendue de leur domaine d'existence en composition et en température.
Les composés de type A7B6 constituent le groupe des phases p présentes dans de
nombreux systèmes. Dans les alliages multiconstitués, la substitution des éléments en solu-
tion solide est assez restrictive, seulement certains atomes peuvent se substituer à d'autres.
La formule peut être résumée par : (Fe,Ni,c~)~(Cr,Mo,w,Ta,Nb)~.
Toutes ces phases ont beaucoup de similitudes, elles sont appelées TCP (Topologialb Close
Packed compounds). Elles sont bien décrites cristallographiquement, mais les paramètres
physiques qui interviennent sur leur stabilité sont encore insuffisamment connus. La
modélisation thermodynamique est difficile et nécessite une description fine (voit: g 4-11).
Pendant longtemps, les modèles thermodynamiques ont été incapables de prédire de façon
fiable la formation de certaines phases intermédiaires, en particulier de la phase o. Aussi,
pour guider l'optimisation des alliages, quelques modèles spécifiques ont été fondés sur le
calcul du nombre moyen d'électrons d non appariés de l'alliage. Ce nombre Nv est défini
par une relation simple, fonction de la seule composition de l'alliage et dont les coeffi-
cients sont ajustés empiriquement pour chaque élément. Le nombre niy obtenu fixe un
seuil au delà duquel la phase o pourra se former. Les modèles de ce type appelés Phacomp
(Phase Cornputahon) ont été très utilisés pour optimiser la composition des superalliages à
base nickel [pur97b] mais beaucoup moins dans le cas des aciers.

Les composés A3B


Les composés de type A3B se rencontrent souvent dans les aciers riches en nickel de la
famille des superalliages. Ces composés sont dits géométriquement compdcts et non topologi-
quement compacts parce qu'ils sont constitués par la superposition de plans dans lesquels
la meilleure compacité est réalisée dans les deux dimensions du plan. La disposition des
atomes dans ces plans présente une symétrie ternaire (plan T) ou binaire (plan R). Les
composés se déduisent par l'alternance de plans R ou T avec différentes séquences.
Diverses structures en résultent, les plus courantes sont de type LI2, DO2, et Les
sections pseudobinaires Ni3Ti-Ni3Nb et Ni3Ti-Ni3Ta, par exemple, comportent de
nombreuses phases dont la stabilité est reliée à leur densité électronique.
Les diagrammes de phases

L'interprétation des diagrammes de phases binaires étant considérée comme acquise, ce chapitre pré-
sente de façon concise les particularités liées à la lecture des diagrammes ternaires ou même multi-
constitués. Six systèmes ternaires sont analysés en détails à titre d'exemples, ce sont : Fe-Cr-C,
Fe-Ni-Cr, Fe-Mn-S, Fe-Co-Cu, Fe-Mo-Cr et Fe-Cl? 12s ont été choisis parce qu'ils réunissent toutes les
configurations des réactions typiques entre phases rencontrées dans les systèmes à base fer, ce qui les
rend représentatifs des aciers.
Les représentations calculées6 seront largement utilisées dans cette partie d'initiation à la lecture des
diagrammes ternaires car, elles seules, permettent de tracer u n grand nombre de coupes isothermes et
d'isoplètes nécessaires pour une étude homogène et cohérente de leur évolution en fonction des divers
paramè tres.

4-1 Equilibres entre phases condensées

Rappel des règles fondamentales


Dans la métallurgie des aciers, en particulier dans l'étude de la microstructure en fonction
de la température et de la composition, les résultats expérimentaux constituent les faits
primordiaux. Or, ils proviennent d'un grand nombre de techniques physiques et chimi-
ques. La thermodynamique des équilibres de phases est le seul cadre unitaire permettant
leur comparaison et leur validation.

Un système est une quantité de matière fixée. Le nombre total de moles est fixé, mais non
défini. Seule est définie la composition, c'est-à-dire la concentration des différents consti-
tuants structuraux soit des éléments, soit des composés. Si le système comporte N consti-
tuants, la composition est définie par N- 1 concentrations. Elle peut être définie par les
fractions atomiques ou molaires, les pourcentages atomiques ou massiques. L'usage dans le
domaine des aciers est d'utiliser les pourcentages massiques. Par la suite, la plupart des
diagrammes seront établis ainsi, excepté lorsqu'il est intéressant de mettre en évidence une
stœchiométrie particulière.

6. Dans la majorité des cas les calculs ont été effectués en utilisant les logiciels Thermocalc ou
Pandat avec les données de la base SGTE disponibles en 2003
48 LA M I C R O S T R U ~ U R EDES ACIERS ET DES FONTES

Le système est soumis à des conditions d'équilibre formulées à partir du premier et du


deuxième principe de thermodynamique chimique. Chaque constituant a la même valeur
de la fonctionpotentiel chimique dans toutes les phases présentes. L'e'quilibre est unique. A l'état
d'équilibre le nombre de phases est fixé avec une composition et une proportion données
pour chacune.
La r&le de la variance (Phase Rzll) fut formulée par J.W Gibbs en 1876. La variance v exprime
le nombre de variables indépendantes de l'état d'équilibre appelées aussi degrés de liberté,
variables à choisir parmi la pression P, la température T et la composition. Pour un alliage :
v = Nb constituants + (8 T ) -Nb phases (4-1-1)
Pour les systèmes métalliques condensés, la pression n'a pas d'influence la plupart du
temps dans la gamme de températures utilisées. Il n'est pas nécessaire de la prendre en
compte.
Les transformations de phases considérées conservent le nombre d'atomes de chaque
espèce. Elles opèrent seulement une redistribution entre phases. Cette règle de conserva-
tion de masse prend la forme bien connue de règle du levier dans les systèmes binaires (voir
$ 5-1) qui est en fait une expression particulière de la règle du bayentre dans les systèmes
multiconstitués.

Représentation des équilibres de phases


Les équilibres de phases sont traduits en représentations qui obéissent aux règles rappelées
dans le précédent paragraphe. Dans un système à deux constituants, l'équilibre à deux
phases est fonction d'une seule variable d'après la règle de la variance. Par exemple, sur un
diagramme température/compositions, l'équilibre liquide-solide est décrit par un couple de
points à la même température T. Ces points constituent une ligne de conjugaison appelée
conode (ou tie-line en anglais). Ils décrivent des courbes en fonction de T, respectivement
liquidus et solidus. Pour une composition donnée, la température de liquidus TL est la tempé-
rature d'apparition du premier solide et celle du solidus TJ (appelé TSthpar la suite $4-6) la
disparition du dernier liquide. L'équilibre à trois phases est représenté par un ensemble de
trois points. La présence de trois phases correspond à une variance égale à zéro,
c'est-à-dire que les compositions et les proportions des phases sont furées.
La lecture des diagrammes de phases binaires étant supposée acquise, le propos qui suit est
centré sur la description des particularités liées aux systèmes à plus de deux éléments.
Le lecteur trouvera des exposés exhaustifs dans des ouvrages de base publiés sur les
diagrammes de phases @?ri661 et West (première édition 1965) [Wes82] et de courtes intro-
ductions dans certains recueils de diagrammes de phases [ASM92].
La prise en compte des systèmes multiconstitués est indispensable pour la compréhension
des aciers qui comportent un grand nombre d'éléments. Or, dans un système à N consti-
tuants, les seules représentations possibles sont des projections particulières et des sections
de façon à se ramener à deux variables (ou deux variables plus une cote). A l'usage, cette
limitation est moins restrictive qu'elle ne paraît. En effet, l'essentiel est de faire figurer
DUGRAMMES DE PHASES 49

toutes les phases concernées, en particulier les phases intermétalliques. Plusieurs parmi ces
dernières n'existent pas dans les systèmes binaires. Cependant, elles peuvent être trouvées
dans au moins un des systèmes ternaires de base. Cette idée est à la base du présent
chapitre qui accorde une grande place aux systèmes ternaires car ils constituent de bons
guides, indispensables et souvent suffisants pour comprendre les structures d'alliages de
type industriel. Enfin, un aspect pratique essentiel est que les systèmes ternaires offrent
plusieurs possibilités de représentations géométriques.
L'addition d'un élément à un système donné incrémente la variance d'une unité, ce qui
donne un degré de liberté supplémentaire. Par exemple, sur une représentation géomé-
trique, un équilibre à trois phases est représenté par un ensemble de trois lignes poly-
thermales dites monovariantes dans un système ternaire au lieu de trois points dans un
système binaire. La Igne liqziidus d'un système binaire devient une surface dans un système
ternaire. L'ensemble des nappes qui correspondent à l'équilibre entre le liquide et chacune
des phases concernées constitue la surface bziidzis. Pour les mêmes équilibres concernés
dans un système quaternaire, les lignes deviennent des surfaces et les surfaces volumes.

Utilisation de la règle du barycentre


Un système à trois éléments peut être représenté au moyen de coordonnées triangulaires
permettant une lecture géométrique commode du diagramme. Les coordonnées des trois
compositions ont des poids équivalents. Un exemple de section isotherme est présenté
figure 4-1-3. Dans les domaines à deux phases les conodes relient les points représentatifs
des phases en équilibre. Les conodes ne se croisent jamais car ce serait une violation des
règles d'équilibre. Les proportions de phases peuvent être calculées par la règle des
segments inverses appliquée à la conode. Par exemple à la composition globale représentée
en p les deux phases en équilibre sont h et k et les pourcentages notés (b) et (k) sont :

Dans le domaine à trois phases a, b, c, les proportions de phases sont définies en fonction
des segments déterminés sur les conodes en reliant la composition globale avec les points
représentatifs des phases (fig. 4-1-3 et relation 4-1-4). Les proportions ainsi définies se
rapportent à l'unité qui a servi à construire le diagramme : fraction molaire, pourcentage
massique ou atomique habituellement. La relation n'est pas directe avec la proportion
observée sur la micrographie ou mesurée en analyse d'images. Il faut utiliser le volume
molaire de chaque phase pour établir une correspondance.
(a)=rrn/ar ;(b) = sm/bs ; (c) =tmlct
ou aussi (a)=cs/ac ; (a) =btlab
Les règles de voisinage entre les domaines adjacents sont bien définies par rapport au
nombre de phases, aux angles de raccordement et aux tangentes entre domaines Fri661.
Un domaine à une phase ne peut pas être adjacent à un domaine à trois phases, ni à un
autre domaine monophasé (excepté dans le cas de réactions du second ordre comme la
mise en ordre). Il est obligatoirement entouré de domaines biphasés sur les côtés et
triphasés aux sommets. Toutefois, certains tracés peuvent comporter des domaines qui se
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-1-3 :
Représentation d'un diagramme ternaire et
règle du barycentre.
Il y a trois sortes de domaines: monophasé
autour des phases A, B et C; biphasé dans les-
quels sont dessinées quelques conodes et enfin
triphasé à l'intérieur du triangle de conodes
abc. Les pourcentages de phases sont exprimés
par les relations 4-1-2 et 4-1-4. Les extensions
métastables des courbes de limites de phases
qui se coupent en a, b ou c doivent se trouver
toutes les deux à 1 'intérieur ou à l'extérieur du
domaine triphasé au voisinage des points
d'intersection.

réduisent en apparence à une courbe lorsqu'ils sont très étroits. Ces règles découlent des
propriétés des fonctions thermodynamiques, en particulier de leur continuité en fonction
de la température. Elles sont donc respectées lors du calcul des diagrammes.

Les réactions
Puisque l'état d'équilibre est unique, le passage d'un état d'équilibre à la température T I à
un autre état d'équilibre à la température T2 est considéré comme réversible. L'état d'équi-
libre à T2 est l'aboutissement d'une réaction qui se produit au cours du changement de
température entre Tl et T2.Dans un système binaire, les équilibres entre trois phases sont
invariants. Aussi le passage à une autre température inférieure implique la disparition d'au
moins une phase pour que le système puisse à nouveau évoluer. Par exemple, si c'est le
+
liquide qui disparaît, la réaction s'écrit L a + b. Cette réaction est dite eutectique.

Un nom a été attribué à toutes les réactions qui se passent an refraidkrement à partir d'un
état invariant à trois phases, suivant les produits formés. Ces réactions portent un nom
avec le suffure iqne pour les réactions entre un liquide et deux solides et oide pour les réac-
tions entre trois solides. Soient LI et L2 les phases liquides et a' b et c les phases solides :
L+a+b réaction eutectique
c+a+b réaction eutectoïde
L+a+b réaction péritectique
a+b+c réaction péritectoïde
a+b+L réaction métatectique
Ll+a+L2 réaction monotectique
L1+L2+a réaction syntectique

Par extension, les mêmes noms de réactions sont utilisés pour les systèmes ternaires
lorsque l'équilibre de départ n'est plus invariant mais monovariant. Il y a aussi des réac-
tions ternaires à partir d'équilibres invariants à quatre phases. Celles qui sont le plus
évoquées par la suite sont :
LESDIAGRAMMES DE PHASES

L+a+b+c réaction eutectique ternaire


L+a+b-+c réaction péritectique ternaire
L+a-+b+c réaction péritectique
appelée quelquefois quasi-péritectique
Le terme d'eutectique triphasé sera utilisé pour les systèmes multiconstitués dans le cas o ù
l'équilibre non-invariant comporte trois phases solides et le liquide. La phase liquide est sou-
vent omise, oubliée car elle n'est pas présente sur les micrographies.
Critère de Hillert
L'évolution de la proportion des phases est la caractéristique déterminante du ppe de la réac-
tion. Considérons le cas d'un système ternaire pour une composition globale déterminée
par la présence de trois phases a, b (solides) et l (liquide) en proportions respectives ma, mb
et ml, les teneurs en élément i dans chacune des phases étant XP, x/. XA Un abaissement
de température ATprovoque une variation de proportion Am,, Amb, et Am, de chacune des
phases (relation 4-1-5). Si l'alliage comporte n éléments, n - 1 sont indépendants. Le prin-
cipe de conservation permet d'écrire la relation 4-1-6 Fri661, p 7 9 ] .
Am, + Amb+Aml = O (4- 1-5)

Si tous les termes Am pour a, b et l sont positifs, la relation 4-1-5 n'est pas vérifiable. Donc
supposons Aml est négatif, soit une diminution de la proportion de liquide :
la réaction est eutectique si dma et Amb sont positifs,
la réaction est péritectique si Ama ou Amb est négatif.
A partir d'un état d'equilibre à une température donnée avec les trois phases en présence,
le caractère de la réaction dépend de lewsproportians respectives représentées par la position du
point de composition dans le triangle de conodes. D'après la relation 4-1-6, il est possible
que la réaction soit péritectique dans certaines zones de ce triangle, et eutectique dans
d'autres.
Règle de la tangente pour un système ternaire
La distinction entre péritectique et eutectique est simplifiée dans le cas particulier où il n'y
a pas encore de solide à la température T et que la composition globale da liquide est représentée
par unpoint de la Igne monovamante. Ce cas est illustré par le système ternaire bordé par deux
systèmes binaires (fig. 4-1-7) comportant respectivement une réaction péritectique à la
température TI et une réaction eutectique à la température T' L'évolution des équilibres
monovariants est représentée par les triangles de conodes à T2, T3 et T4 dans la représen-
tation spatiale (fig. 4-1-7 A). La projection de la tangente à la ligne monovariante a été
tracée sur l'agrandissement (fig. 4-1-7 B). Elle coupe la ligne aibi en un point indiqué tgi.

La règle de la tangente s'énonce :


si la projection de la tangente à la ligne monovariante dans le plan des conodes coupe la
conode des points représentatifs des deux solides à l'intérieur du segment, la réaction est
eutectique ;
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-1- 7 :
A) Configuration des conodes reliant les phases ai, bi et le
liquide sur la ligne monovariante,
B) tgi est à l'intersection de la tangente avec la ligne aibi
réactionpéritectique a2 + L + bl
réaction eutectique L+ a4 + b4
transition tg3 confondu avec b3

si la projection de la tangente à la ligne monovariante dans le plan des conodes coupe la


conode des points représentatifs des deux solides à l'extérieur du segment la réaction est
péritectique.
Les lignes où les réactions sont de nature péritectique sont indiquées par un double flèche
et celles de nature eutectique par une simple flèche, suivant une convention classique. Le
fait que les lignes polythermales liquide et b se coupent dans le plan de projection est
l'indice d'un changement de configuration des triangles de conodes par rapport à la ligne
monovariante (fig. 4-1-7). De la même façon, il existe des configurations dans lesquelles ce
sont les deux lignes limites des solutions solides a et b qui se coupent dans le plan de
projection. Il y a encore un changement de configuration, la transition concernée se
produit entre les réactions péritectique et métatectique.

4-2 Diagrammes résultants d'un calcul théorique


Fondement des calculs
Dans un système à l'état d'équilibre, il n'y a pas d'énerge libre excédentaire et par consé-
quent pas de force motrice susceptible d'initier un changement. L'équilibre à pression et
température imposées correspond à un minimum d'enthalpie libre du système et, lorsque
plusieurs phases sont en jeu, il faut prendre en compte chaque constituant dans chacune
des phases. La formulation de l'équilibre entre les phases revient à chercher le minimum
de la fonction enthalpie libre G pour P et T constants (ou d'une autre fonction potentiel
pour des contraintes différentes), minimum lié par les règles de conservation de masse.
C'est de ce lien que découle la notion de potentiel chimique. Le potentiel chimique de
chaque constituant est le même dans chaque phase. La résolution du problème a une
L E S DJAGRAMMES DE PHASES 53

solution géométrique bien connue dans le cas d'un système binaire qui revient à chercher
la tangente commune aux courbes d'enthalpies libres de chaque phase en fonction de sa
composition pour une température donnée. La généralisation aux diagrammes ternaires
consiste à construire les plans tangents communs aux surfaces d'enthalpie libre.
Le calcul des diagrammes d'équilibre nécessite de connaître les valeurs d'enthalpie libre de
toutes les phases présentes en fonction de la composition et de la température. Le
problème est que les valeurs intrinsèques des enthalpies libres ne sont pas connues, ce sont
les différences d'enthalpie libre des phases qui sont exprimées par rapport à un état de
référence commun. Ces différences sont estimées ou déterminées expérimentalement.
L'enthalpie libre de mélange Ai-3 pour former un composé AB est la différence d'enthalpie
libre entre l'état initial des corps purs A, B et l'état final du mélange AB. Un usage
commode consiste à prendre comme état de comparaison un mélange idéaL dans lequel le
potentiel chimique du constituant référence est représenté par une fonction RTln(xlJ
(R constante des gaz parfaits ; T température absolue; 9concentration de l'élémentj.
L'écart à l'idéalité est exprimée par une enthalpie libre d'excès de mélange AG^' exprimée
par la relation 4-2-1 :

Le signe de l'enthalpie libre d'excès de mélange AG^' donne une indication sur le caractère
des liaisons entre les éléments A et B. Une valeur positive est l'indication de forces répul-
sives alors qu'un valeur négative est l'indication de forces attractives. Il est souvent fait
référence globalement à l'enthalpie libre d'excès pour qualifier un système. Une valeur
négative forte implique la formation de composés intermétalhques comme dans le système
Fe-Mo-Cr ($4-11). Une valeur positive implique une tendance à la démixtion comme dans
le système Fe-Co-Cu ($4-10). Ces caractéristiques bien différentes ont motivé le choix de
ces deux systèmes.
Différentes méthodes existent pour donner une expression à l'enthalpie libre ou à la fonc-
tion exprimant les interactions atomiques, les méthodes ab initio et les méthodes par opti-
misation des paramètres thermodynamiques.

Méthodes dites "ab initio"


Les méthodes dites ab initio de calcul des diagrammes de phases combinent la mécanique
quantique et la mécanique statistique. Les énergies totales ou de formation de structure
parfaitement ordonnée à T = O K sont obtenues par des codes de calculs basés sur la
théorie de la fonctionnelle de la densité (électronique) dans l'approximation de la densité
locale. Un calcul statistique basés sur la méthode variationnelle des amas, CVM (CZmter
Variation Metbod) ou des simulations Monte Car10 permet d'obtenir les grandeurs thermo-
dynamiques à température finie [Co102]. Les données ainsi obtenues peuvent être utilisées
pour d'autres modes de calculs de diagrammes de phases. Les méthodes ab initio sont
souvent très lourdes au point de vue des calculs par ordinateur, elles ne peuvent pas consi-
dérer des systèmes à plus de deux ou exceptionnellement trois éléments. Elles se sont
54 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

développées rapidement depuis 1990. Elles sont qualifiées ab initio, puisqu'il suffit, en prin-
cipe, de connaître les numéros atomiques des éléments du système considéré et la struc-
ture cristalline de/des composés considérés [ColOl]. Les calculs de ce type sont
quelquefois dits apriori soulignant ainsi leur aspect en amont des méthodes d'optimisation.

Méthodes par optimisation des paramètres thermodynamiques


Dans ces méthodes la fonction AG de chaque phase (ou AG^-') reçoit une formulation qui
exprime la réponse aux variations de T et de la composition à l'aide d'un ensemble
minimal de paramètres phénoménologiques. La description thermodynamique de la modé-
lisation est expliquée simplement dans un article de synthèse Kat97l.
Des ensembles de paramètres des phases d'un système sont optimisés pour rendre compte
au mieux des équilibres de phases. Les paramètres optitnisés sont réunis sous forme de
Banques de Données comme SGTE [SGTE]. Une bibliothsque générale est accessible à
tous les utilisateurs des divers logiciels. Certaines bases de données spécifiques ciblant
certains types d'alliages (aciers, superalliages, alliages d'aluminium) sont commercialisées
indépendamment. Au fur et à mesure que de nouveaux résultats sont disponibles, ils sont
collectés, analysés, critiqués de façon à éventuellement être pris en compte pour établir de
nouvelles données [Ansgq, [Sau98].
Des codes de calcul sont disponibles, ils deviennent de plus en plus sophistiqués pour
décrire plus précisément l'interaction des phases ; citons par ordre alphabétique
~hern~AD@ ~ a, c t ~ a ~ MTDATA@,
e@, I?andatB, ~ h e r m o c a l c ~hermodata'~.
~, Ces
techniques s'appliquent à des systèmes à deux, trois, et davantage d'éléments. Toutefois le
nombre de paramètres croît plus vite que le nombre de combinaisons des éléments deux à
deux. Le calcul devient très lourd, même pour des ordinateurs puissants.
Cinq points sont à vérifier en vue de l'utilisation des calculs :
Données expérimentales mentionnées dans la base de données
Les logiciels modernes indiquent les références qui ont servi à l'établissement de la base de
données appropriée. Il est fortement recommandé de les consulter afin d'apprécier sur
quelles données expérimentales sont fondées les optimisations. En général, l'optimisation
par calcui est entièrement dépendante des données expérimentales existantes. Si une phase n'a
pas été reconnue dans un système, elle ne sera pas prise en compte par le calcul qui ne
l'inventera pas. Certains systèmes n'ont pas été vérifiés et ré-actualisés avec des techniques
modernes et l'expérimentation peut remonter à plus de soixante ans pour certains
domaines de composition. De nombreux résultats anciens, publiés depuis plusieurs

sites à consulter :
ChemCAD http ://www.chemcad.fr
FactSage http ://www.Factsage.com
MTDATA http ://www.npl.co.uk
Pandat http ://www.computherm.com
Thermocalc http ://www.thermocalc.se
Thermodata http ://online.fr
LESDIAGRAMMES DE PHASES 55

dizaines d'années, servent encore de données de base. Même si les faits expérimentaux
restent d'actualité, l'interprétation doit être analysée de façon critique compte tenu de la
précision des mesures et de la sensibilité des moyens de l'époque.
Date de mise àjour
Un décalage peut exister entre la publication de résultats expérimentaux et la prise en
compte de ces résultats. La correction d'une base de données est un travail très lourd, de
plusieurs années, car il n'estpaspossible de modgeer les données d'ztnepbase isolément. Les données
de base des phases sont remises en question de façon à éviter une utilisation excessive de
paramètres d'ajustement. Quelques systèmes de base ont été révisés un grand nombre de
fois.
Modélisation des phases
Certaines phases sont difficiles à modéliser. Par exemple, la seule phase o des aciers a fait
l'objet de nombreuses tentatives de modélisation [Ans94, [WatOl]. En effet, cette phase
comprend 30 atomes par maille qui sont répartis sur cinq sous-réseaux cristallographique-
ment indépendants. Idéalement, la modélisation devrait aussi comporter cinq sous-réseaux
mais cela impliquerait un très grand nombre de paramètres (selon le type de modélisation).
En conséquence, la phase est décrite avec seulement trois sous-réseaux : (A,B)18(A)14(B)8
OU (A,B)10(A)4(B)16,le fer étant représenté par les atomes B. Des paramètres d'énergie de

mélange (enthalpie libre d'excès de Gibbs) permettent d'ajuster les possibilités de substitu-
tions d'atomes A ou B. Seulement, ces mêmes paramètres peuvent intervenir aussi dans
d'autres équilibres, al? par exemple, et dans d'autres systèmes. Leur ajustement est labo-
rieux afin de prendre en compte l'ensemble des systèmes impliqués.
Les simplifications
De nombreux d'éléments interviennent dans le cas des aciers. Le calcul des équilibres de
phases est alourdi dans des proportions telles qu'il est impossible de prendre en compte
toutes les interactions possibles. La nécessaire simplification du calcul conduit la plupart
du temps à négliger certains paramètres.
Le champ d'utilisation
Les données optimisées pour les équilibres d'un système donné produisent souvent un
diagramme en excellent accord avec le diagramme de phases expérimental consacré.
Cependant, les données extraites de telles bases peuvent s'avérer inexploitables lorsqu'elles
sont utilisées dans un autre contexte, par exemple dans une gamme de température ou de
composition marginales par rapport aux sources expérimentales. C'est le cas de données
extrapolées à des températures relativement basses.

4-3 Les diagrammes de phases expérimentaux


Le rôle du carbone associé au fer pour constituer l'acier a été compris seulement au milieu
du 19 siècle. Les premières ébauches du diagramme de phases Fe-C remontent à
1895-1899 (cité par [Le-991). La détermination de la majeure partie des diagrammes de
56 h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

phases a commencé pendant la première moitié du 2oèmesiècle. L'investigation unique-


ment expérimentale reposait principalement, et repose encore, sur les observations rnicro-
graphiques optiques, les méthodes de rayons X, l'analyse chimique et des expériences de
dilatométrie et d'analyse thermique. Il suffit de consulter quelques publications pour se
rendre compte de l'impressionnant travail accompli. La publication d'un diagramme
consacrait l'aboutissement d'un grand nombre d'expériences. La composition des phases
était déterminée initialement par analyse chimique par voie humide après extraction. De ce
fait, la chimie minérale a tenu une grande place dans ce travail de défrichage. Dans de
nombreux cas, les résultats expérimentaux, même anciens, restent encore d'actualité car le
travail a été soigneusement fait.

La microscopie électronique en transmission a permis de mieux comprendre les phéno-


mènes de durcissement déjà établis par des méthodes de rayons X, comme par exemple les
zones Guinier-Preston dans les alliages aluminium-cuivre. Un grand progrès a été franchi
avec l'utilisation de la microsonde électronique dans les années 60 et celle du microscope
électronique à balayage dans les années 70. L'utilisation de méthodes d'investigation à
l'échelle micronique a permis de découvrir quantité de nouvelles phases et d'affmer, voire
de corriger et réactualiser sans cesse les diagrammes.

La littérature des diagrammes est devenue volumineuse. Les synthèses, l'examen critique
comparatif des résultats sont devenus indispensables. Citons le célèbre Handbook de
Hansen [Han581 qui est un des premiers recueils de diagrammes binaires provenant de la
compilation des résultats expérimentaux. Pour les raisons citées ci-dessus, même les
compilations plus anciennes méritent l'attention car elles comportent des références non
informatisées par les bibliothèques standard. Depuis les années 80, ce travail de compila-
tion critique a été développé et réactualisé régulièrement en recueils spécialisés : Hdndbook,
livre rouge, séries de diagrammes ternaires publiés par 1'Indian Institute of Metals, VCH,
ASM. Une indication particulière signale ce genre d'ouvrages dans la liste des références.

4-4 Le système Fe-Cr-C :nappes liquidus

Les systèmes binaires limitrophes: Fe-C, Fe-Cr et Cr-C


Le système Fe-C comporte deux variantes, l'une dite stable avec formation de graphite et
l'autre dite métastable avec formation de cémentite. Le diagramme publié en 1948 a long-
temps servi de référence (cité par [Han58]). Depuis, la correction majeure porte sur
l'extension du domaine de l'austénite. Par exemple, la limite de solubilité du carbone dans
l'austénite à la température eutectique en présence de Fe& est reconnue à 2,14 % de
carbone au lieu de 1,7~.Il est présenté figure 4-4-1 Pas901.

8. Rappel : en l'absence d'indication spécifique, les concentrations sont exprimées en pourcentage


pondéral.
LESDIAGRAMMES DE PHASES

1 I 1 1 I a
Ferrite 6

K
Ferrite a

Figure 4-4-1 :
Systèmes Fe-Graphite (en gris) et 400
Fe-cémentite (en noir).
Diagramme de phases calculé Fe

Le système Fe-Cr a trois caractéristiques importantes (fig. 4-4-2) :


l'existence d'un domaine biphasé séparant l'austénite et la ferrite appelé boucle y ;
la formation de la phase intermétallique o en dessous de 812 OC ;
la séparation de phases ala' à basse température (transformation décrite 13-1).
Ce système est trouvé dans la littérature sous plusieurs versions. Les modifications les plus
récentes concernent le domaine de la phase o et la séparation de phases ala'.
Le système Cr-C comporte aussi deux variantes, stable et métastable. La différence entre
elles est la forme du carbone, diamant ou graphite (fig. 4-4-3). Cette différence n'affecte
pas le domaine des aciers.

Le système Fe-Cr-C
Comme pour le système Fe-C il faut considérer deux possibilités, stable et métastable. En
fait, le chrome est un élément fortement carburigène qui stabilise tous les carbures, y
compris la cémentite. C'est le système métastable qui est la référence dans le cas des aciers
puisque le graphite ne se forme jamais dans la gamme de composition et les conditions de
58 LA M I C R O S T R U ~ U R EDES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-4-2 :
Système F e G
Diagramme de phases calculé.

Fe

2000 Figure 4-4-3 :


Système Cr-diamant.
Diagramme de phases calculé.

diamant

CnC
9 Cr23C6
t

1ooa -4&-
IO 20 I l
Cr

leur élaboration. Le problème est différent pour les fontes dans lesquelles certains
éléments d'addition et certaines conditions opératoires favorisent l'apparition de graphite.

Plusieurs versions des diagrammes stables et métastables ont été publiées parmi lesquelles
[Bun58], [Gri62], IJac701, [For73], [Piv84] (compilation), [Tho85], [And88]. Les modifica-
tions ont porté essentiellement sur l'étendue du domaine de la phase Cr23C6 qui a été
longtemps l'objet de controverses. Le domaine était primitivement raccordée à la nappe
primaire de l'austénite vers des teneurs de 20 % en chrome. La divergence peut s'expliquer
par le fait que les carbures primaires M7C3 ne sont plus stables au refroidissement et se
transforment facilement en carbures M23C6 à des températures encore élevées. Depuis la
fin des années 90, il y a une bonne convergence entre les auteurs, aussi bien pour les
versions expérimentales que calculées.
LES DUGRAMMES DE PHASES

Figure 4-4-4 :
Système Fe-Cr-C métastable.
Vue perspective simplifié adaptée d'après
[Jac70] pour des teneurs en carbone infé-
rieures à 5 %. Les lignes noires sont les
lignes monovariantes qui séparent les nappes
primaires. Conventionnellement les équili-
bres eutectiques sont signalés par une flèche
et les équilibres péritectiques par deux flè-
ches. Les lignes en pointillés sont aussi des
lignes polythermales, elles représentent les
compositions des phases en équilibre avec un
liquide sur la ligne monovariante. Il y a trois
équilibres invariants:
Liquide + a + M23C6 + M7C3
Liquide + a + y + M7C3
Liquide + y + M7C3 + M3C

Figure 4-4-5 :
Système Fe-Cr-C (graphite) dit stable.
Projection du liquidus calculée dans le coin
riche en fer. Dans le diagramme Fe-Cr-C
avec cémentite, dit métastable, le domaine
du graphite n'existe pas.

Nappes liquidus du système Fe-Cr-C


L'ensemble des nappes qui forment la surface Lipidzis du système Fe-Cr-C est présenté
schématiquement (fig. 4-4-4). Les nappes s'appuient sur les systèmes binaires Fe-Cr, Cr-C
et Fe-C dans la version dite métastable pour ce dernier. Le liquidzas de la version stable est
présenté en projection dans le domaine des compositions (fig. 4-4-5) et la projection de la
version métastable se trouve plus loin (fig. 6-3-3). Chaque nappe correspond à la solidifica-
tion primaire d'une des cinq phases déjà présentes dans un des systèmes binaires, soit
60 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Fe3C, Cr7C3, Cr23C6,la ferrite et l'austénite. La différence entre les deux versions provient
de la présence de la nappe primaire du graphite dans la version stable. La ferrite est
appelée a-Cr du côté chrome et &-Fe du côté fer mais il s'agit de la même phase cubique
centrée ;il y a rniscibilité totale. Les lignes qui séparent ces nappes sont les lignes monova-
riantes eutectiques et péritectiques.

4-5 Le système Fe-Cr-C : sections isothermes, isoplètes

Isothermes
Dans un diagramme ternaire, Z'isotberme Tiest la section du diagramme par un plan repré-
sentatif d'une température donnée (fig. 4-5-1 A). Deux sortes de lignes figurent sur
l'isotherme : d'une part les limites de phases qui sont les traces courbes des volumes
monophasés sur le plan de la température Tiet d'autre part les conodes, segments de
droites qui relient les phases en équilibres. Par application de la règle du barycentre dans le
triangle délimité par les conodes il est possible de déterminer la proportion de chaque
phase (par exemple M23C6,a et le liquide) en fonction de la composition globale.

Isoplètes
L'isoplète Ciest la trace du diagramme dans un plan vertical pour lequel une seule variable
de composition a été fixée (fig. 4-5-1 B). Les lignes sont les frontières des domaines dans
lesquels apparaissent le même ensemble de phases. Cette représentation permet seulement
de connaître quelles phases seront présentes pour une composition donnée dans le plan à
une température donnée. En général, les conodes ne sont pas contenues dans cette section
(sauf en cas de section quasi-binaire) et la règle da levier ne s'appliqaepas.
Les deux sections des figures 4-5-1 A et B sont perpendiculaires, elles ont une trace
commune pour la teneur en chrome de 80 OO/ sur l'isotherme et la température de 1427 OC
sur l'isoplète. Ces sections peu habituelles dans le cas des aciers ont été choisies à cause du
caractère exemplaire de la configuration des domaines de phases. Les lignes monovariantes
polythermales figurées en gris sont situées hors des plans. Leur intersection avec ces
derniers se limitent à un point, Lors du refroidissement :
+
la réaction eatectiqzie est : L a + M23C6.Il y a disparition du liquide au profit des deux
solides. Le plan tangent à la ligne monovariante coupe la conode a/MZ3C6à l'intérieur du
triangle (voir 5 4-1).
la réactionpém'tectiq~eest : L+M7C3 + M2&5.Il y a disparition d'une phase solide. Le
plan tangent à la ligne monovariante coupe la conode MZ3C6/M7C3à l'extérieur du
triangle.

Equilibre invariant
Pour un système ternaire, à l'intersection de deux lignes monovariantes, quatre phases sont
en présence, la réaction est invanante (fig. 4-5-1 C, D et E). Toujours dans la même fourchette
de compositions, trois isothermes sont tracées, dont deux pour des températures
LESDJAGRAMMES DE PHASES

Figure 4-5-1 :
Système Fe-Cr-C. Les lignes grises représentent les
lignes monovariantes eutectique et péritectique, elles se
situent hors du plan considéré.
Les domaines à trois phases concernés :
a / L i q ~ i d e / M ~; ~L C i q~ ~ i d e / M ~ ~ c ~; / M ~ C ~
L i q ~ i d e / M ~ ~ c ~ sont
/ M ~colorés
C ~ , en gris clair;
A) Isotherme calculée à 1427 OC ;
B) Isoplète calculéepour une teneur de 80 % Cr;

C, D, E) Série de trois sections isothermes calculées


pour montrer l'évolution des équilibres de part et
d'autre de la température (1 299 OC) d'un équilibre
invariant qui comporte quatre phases :
L i q ~ i d e / a / MC6/M7C3.
~~
Le domaine de la phase a(Fe, Cr) est une mince bande le
long de l'axe Fe-Cr et les carbures sont représentés par
des traits car ils sont considérés comme parfaitement
stœchiométrique.

C) 1327 OC :deux équilibres à trois phases:


Liq~ide/M~~C~/M+'~
Liq~ide/M~~C~/a

D) 1302 OC :ce sont les mêmes équilibres mais les pha-


ses communes ont des compositions très proches,
à 1299 OC les triangles de conodes fusionnent à une
température légèrement inférieure. Les conodesforment
un quadrilatère.

E) 1297 OC :ce sont de nouveaux équilibres, l'un en


phase solide avec M23C6/M7C3/a,l'autre eutectique
avec Liquide/M7C3/a
62 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

légèrement au dessus et une pour une température en dessous de la température de l'équi-


libre invariant Ti. Les triangles de conodes se soudent à Ti et forment un quadrilatère qui
se scinde en deux nouveaux triangles en dessous de cette température.

Systèmes multiconstitués
Dans le cas de système à plus de trois éléments, les conodes ne sont pas dans le plan de la
section isotherme et il n'est plus possible d'appliquer géométriquement la règle du bary-
centre. Une exception existe lorsque la section peut être considérée comme quasi-ternaire
avec la composition d'un élément fixé, par exemple entre trois composés stœchiométri-
ques A3B/A3C/A3D. La section isotherme et l'isoplète permettent seulement de savoir en
fonction de la température le nombre et la nature des phases rencontrées mais pas leur
composition.

4-6 Le système Fe-Cr-C: chemins de cristallisation

Conditions réversibles
Lorsqu'un alliage liquide est refroidi dans des conditions dites réversibles, il est supposé
passer par une succession d'états d'équilibre entre les phases homogènes à l'état liquide et
à l'état solide. Le principe de conservation de la masse fait que les conodes aux différentes
températures passent toutes par la composition du liquide initial.
Le chemin de cristalhsation est le lieu des compositions de la phase liquide pour chaque
température. Les deux chemins de cristallisation analysés (fig. 4-6-1 A et B) sont imaginés
pour deux compositions initiales différentes m e t p et les phases solides appelées a et c
pour alléger le dessin. En continuité avec les schémas précédents dans le domaine riche en
chrome, les phases concernées pourraient être MZ3C6et M7C3.En résumé :
A :cristallisation de la composition m 1 B :cristallisation de la compo.sition p
mll m'stallisation de c seule pll m>tallisationde c sede
III3 m'stallisation c + a, en I3 disparition dzl liquide III3 m'stallisation c + a, disparition de c
1,14 m'stallisatioon de a, en I4 disparition du liquide

Conditions sans diffusion dans la phase solide


Les conditions d'équilibre total sont rarement atteintes en pratique ; aussi, il est commode
de considérer d'autres conditions où le liquide serait effectivement totalement homogène
en équilibre avec le solide seulement à l'interface et que le solide une fois formé soit entiè-
rement soustrait aux échanges de soluté. Ces conditions sont connues en solidification
comme les conditions de Scheil-Gulliver ($ 5-1 et 5-2). Le chemin de cristallisation est
défini de la même façon comme le lieu des compositions de la phase liquide. Il démarre
comme dans les conditions réversibles tangentiellement au plan dejni par l'axe des températures et
La première conode à la température considérée. Le liquide est enrich/appauvri par formation
d'une phase solide moins/plus concentrée en soluté, et sa composition est un nouveau
LES DIAGRAMMES DE PHASES

Figure 4-6-1 :
Evolution de la composition du liquide pour deux compositions initiales m et p entre les températures
décroissantes Ti TI, T2, T3 et T4 dans les conditions réversibles. Les lignes a, c (traitspointillés) et 1
(ligne grise) sont des lignes polythermales, lieu des compositions des solides a et b et du liquide asso-
ciées à l'équilibre monovariant péritectique. En gris, les triangles de conodes à Ti.
A) TL est la température du liquidus et TLm c est ~ la~première conode (tirets);
à Tl le liquide II est en équilibre avec cl et apparition de al;
à T2 les proportions de a2 et c2 en équilibre avec le liquide l2 sont respectivement c2s/a2c2,a2s/a2c2;
à T3 le point m est sur la ligne a3c3; il n 'y a plus de liquide.
B) Les étapes du chemin de cristallisation pour Tl et T2 sont identiques mais le liquide n'est pas
épuisé à T3, il est en équilibre avec une seule phase a, le chemin de cristallisation se prolonge jusqu 'à
épuisement de 1 lorsque le point p rencontre la surface solidus en p4.

point de départ. Le processus se répète de proche en proche pour chaque nouvelle tempé-
rature (fig. 4-6-2). Le chemin de cristallisation s'arrête à l'épuisement du liquide à une
température appelée aussi solidzs.
Des chemins de cristallisation dans des conditions plus complexes et plus proches de la
réalité expérimentale sont analysés 6-3.
Toujours pour la même configuration d'une composition sur la nappe liquidus du carbure
M7C3,les deux chemins de cristallisation sont présentés sur la figure 4-6-2. Le chemin sans
diffusion forme la succession de phases ou de constituants : M7C3primaire, M2,C6 péri-
tectique, M23C6/a eutectique, M7C3/a eutectique, puis (hors schéma) M 7 c 3 / ~ eutectique,
M3C/y eutectique. L'ultime goutte de liquide a la composition de l'eutectique au plus bas
point de fusion.
Pour éviter toute confusion, comme il est précisé sur le schéma de la figure 4-6-2, la fin du
chemin de cristallisation est notée TSthpour les conditions d'équilibre complet, c'est-à-dire
avec toutes les phases en équilibre et homogènes et TSbpour les conditions sans diffusion
ou avec diffusion partielle. Il faut remarquer que dans ces dernières conditions les lignes
péritectiques sont toujours franchies comme le montre le cas considéré.
MICROSTRUCRIRE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-6-2 :
Système Fe-Cr-C, chemin de cristallisation
dans le cas réversible et dans le cas sans dif-
fusion. Vueperspective et projection dans le
plan de composition.
Les lignes fléchées en gris sont les projec-
tions des lignes monovariantes eutectique et
péritectique dans le plan des compositions,
les lignes en pointillés sont les projections
des lignes polythermales des limites de pha-
ses a, M23C6,et M7C3 associées aux équili-
bres monovariants.
Le chemin mTL-qthcorrespondant aux condi-
tions d'équilibre réversible s'arrête à I'épui-
sement du liquide. Le chemin mTL-& cor-
respondant aux conditions sans diffusion
dans le solideforméfianchit la ligne péritec-
tique puis suit la ligne eutectique jusqu 'à un
équilibre eutectique invariant ternaire ou
dans le cas présent un eutectique binaire
y/M3C.

Dans un diagramme binaire, le chemin de cristallisation se lit le long de la ligne du


liquidus ; dans un diagramme ternaire, il emprunte aussi la surface. Une exception est la
section quasi-binaire. C'est une section dans laquelle un système à trois éléments est repré-
senté comme un binaire par exemple Fe-WC, Fe-VC, Fe-NbC. Les composés XC ont une
stœchiométrie bien rigoureuse vis-à-vis du carbone de telle sorte que les conodes liquide/XC
se trouvent dans le même plan défini par Fe et XC. Le raisonnement en système "binaire" est
correct seulement dans le cas où les conodes sont coplanaires. Cependant, l'eutectique
Fe/XC n'est pas invariant.
Le terme pseudo-binaire sera réservé à la représentation d'une section d'un système à n élé-
ments entre deux composés sans implication pour les conodes, par exemple le système
Fe3C-V4C3cité dans la référence [Rag84].Les règles propres aux systèmes binaires (levier,
chemin de cristallisation)ne sont pas applicables.

4-7 Le système Fe-Cr-C : domaine de I'austénite

Sections isothermes, sections isoplètes


La connaissance du contour du domaine de l'austénite et des équilibres associés est essen-
tielle pour les aciers, à cause de deux aspects pratiques :
certains carbures sont peu favorables pour les propriétés d'emploi, en particulier pour le
comportement en corrosion ;
suivant que l'acier se trouve dans un domaine de l'austénite ou en dehors, il y a ou il n'y
a pas la possibilité d'obtention de martensite par trempe.
LESDUGRAMMES DE PHASES 65

Figure 4-7-1 :
Système Fe-Cr-C, section isotherme à
880 OC. Les phases présentes sont 880°C
indiquées seulement pour les domai- Liquid
nes mono et triphasés. + M3c2
La loupe indique le domaine triphasé
a/?/M23C6 àfaire correspondre au
domaine correspondant de 1 'isoplète
à 14 % de chrome.

Figure 4-7-2 : 1600


Système Fe-Cr-C, section isoplète à
14 % de chrome.
Ce diagramme indique quelles pha-
ses sont présentes dans les conditions I4O0

d'équilibre. La loupe indique le


domaine a/y/M23C6 à faire corres-
pondre au domaine correspondant de 200
l'isotherme à 880 OC

La répartition des domaines d'existence des carbures apparaît sur une section isotherme à
880 OC (fig. 4-7-1). L'échelle de concentration en carbone a été étendue jusqu'à 10 '/O pour
inclure entièrement les triangles de domaines à trois phases. Les trois carbures M3C M7C3
et M23C6 sont représentés par des droites. La stœchiométrie rigoureuse est imposée par le
calcul, mais elle est proche de la réalité. Grâce à la section isotherme à 880 OC, il est
possible d'évaluer la proportion de carbure M23C6 en appliquant la règle du barycentre au
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-7-3 :
Système Fe-Cr-C, superposition des
isoplètes calculées pour diffërentes
teneurs en chrome.
Le schéma est limité au domaine
austénitique avec l'indication du
raccordement des domaines à trois
phases :
y /M3C/M7C3et y /M7C3/M&.

Figure 4-7-4 :
Système Fe-Cr-C, section isoplète à
0,l % c.

triangle de conodes aly/M2&. Cette proportion est très faible dans le domaine des aciers
à 14 % de chrome. L'isoplète (fig. 4-7-2) a une trace commune à 880 OC avec l'isotherme
précédente. Elle est focalisée sur le domaine de l'austénite, aussi l'échelle de concentration
est restreinte entre O et 1 O h C.

L'addition de chrome change considérablement l'extension du domaine de l'austénite : elle


le réduit jusqu'à disparition vers 20 % de chrome. Cette évolution est illustrée sur la figure
4-7-3 par la superposition des différentes isoplètes tracées pour des teneurs entre O et
LES DIAGRAMMES DE PHASES 67

19 % de chrome. Ce schéma d'isoplètes simplifiées, publié en 1962, est devenu classique ;il
a été repris dans de nombreux livres de métallurgie [pob62]. La présentation actuelle est
réactualisée puisqu'elle est basée sur des isoplètes calculées à l'aide du diagramme Fe-Cr-C
récemment optllnisé. La transition entre les domaines M7C3/y et M2&/y est mentionnée.
Elle est matérialisée par la position du domaine triphasé (fig. 4-7-3). D'un point de vue
pratique, il faut remarquer que plus la teneur en chrome est grande, plus le domaine de
stabilité du carbure M7C3régresse vers les températures élevées.
Une autre isoplète à carbone constant est souvent utilisée car elle ~ a d u iles
t modifications
induites par le carbone sur le système Fe-Cr. La version calculée (fig. 4-7-4) pour 0,l O/' de
carbone n'est pas très différente de la version expérimentale publiée en 1958 [Bun58].

4-8 Le système Fe-Cr-Ni

Les systèmes binaires limitrophes Fe-Ni, Ni-Cr et Cr-Fe


Le système Fe-Ni (voir plus haut la figure 3-3-3) montre l'existence d'une solution solide
d'austénite étendue du fer au nickel.
Le système Fe-Cr (voir plus haut la figure 4-4-2) montre l'existence d'une large solution
solide de ferrite. Il y a deux transformations en phase solide.
Le système Cr-Ni (voir plus loin la figure 5-1-5) présente deux phases terminales avec des
solutions solides très étendues, respectivement la ferrite côté chrome (ou a-Cr) et l'austé-
nite côté nickel qui forment un eutectique.

Le système Fe-Cr-Ni
Le diagramme de phases du système Fe-Cr-Ni met en évidence le rôle du nickel comme
un élément stabilisateur de l'austénite. Il agrandit le domaine de l'austénite et contreba-
lance de ce fait l'effet du chrome. Les phases du système ternaire sont celles des systèmes
binaires limitrophes. La phase o du système Fe-Cr est présente avec une large extension en
composition et en température et participe à des équilibres bi et tri-phasés.
La surface liquidus schématisée (fig. 4-8-1) comporte seulement deux nappes correspon-
dant à l'austénite et à la ferrite, nappes qui sont séparées par une ligne monovariante. Pour
les compositions le long de cette ligne, la réaction est péritectique côté fer et eutectique
côté Ni-Cr. Ce système de base a été beaucoup étudié expérimentalement [pay88] et les
diagrammes calculés sont en bon accord.
En phase solide, l'étendue des domaines respectifs de l'austénite et de la ferrite varie en
fonction de la température et de la composition au niveau de la boucle y. Une section
isotherme à 1300 OC montre l'étendue des domaines de solution solide à haute tempéra-
ture (fig. 4-8-2A). Pour avoir une idée de la topographie de la boucle y, une série
d'isoplètes calculées à nickel ou à chrome constant sont proposées (figures 4-8-2 B et C).
La trace correspondant aux teneurs de 18 O/O en chrome et de 10 % en nickel est indiquée
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-8-1 :
Système Fe-Cr-Ni, nappe liquidus en vue perspec-
tive et projection des lignes polythermales: en poin-
tillés les lieux des solides en équilibre avec le
liquide de la ligne monovariante en gris pour cha-
que température.
En El et E2 la réaction est eutectique, les composi-
tions sont de part et d'autre de la ligne monova-
riante
En Pl et P2 la réaction estpéritectique, les composi-
tions sont du même côté de la ligne monovariante.

Figure 4-8-3 :
Système Fe-Cr-Ni, section isotherme
à 650 OC constituée de quatre domai-
nes monophasés a et a*, y et o (en
gris), deux domaines à trois phases et
cinq domaines biphasés dans lesquels
sont tracées quelques conodes.
A remarquer que la phase o est sus-
ceptible d'apparaître un peu en des-
sous de 20 % Cr. La température la
plus haute à laquelle elle apparaît
dans le système ternaire calculé est
964 OC au lieu de 818 OC dans le sys-
tème binaire Fe-Cr

sur la section isotherme. Les isoplètes en fonction de la teneur en chrome ou en nickel


sont des guides pour les traitements possibles des acier inoxydables en fonction des
rapports respectifs de ces deux éléments. Néanmoins, du fait que les conodes sont en
dehors des plans des isoplètes, les compositions des phases en équilibre ne peuvent pas
LESDIAGRAMMES DE PHASES

Figure 4-8-2 :
Système Fe-Cr-Ni,
A ) section isotherme calculée à
1300 OC. Deux domaines a et y sont
séparés par un domaine biphasé dans
lequel sont tracées quelques conodes.
Les lignes en pointillés indiquent les
traces des isoplètes sur le plan de
composition.
B) série d'isoplètes calculées pour
des teneurs de 9, 18 et 24 %Cr.
Remarquer que le domaine biphasé
s'élargit lorsque la teneur en chrome
augmente.
C) isoplète calculéepour 1O % Ni.

Fe Ni pds %

TC

être lues sur ce type de diagramme. Des isoplètes semblables ont été déterminées expéri-
mentalement en 1930 par Bain et ce travail sert toujours de référence dans les ouvrages
sur les aciers.
La section à 650 OC (fig. 4-8-3) est destinée à montrer l'extension de la phase CF dans le
domaine ternaire où elle est stabilisée à plus haute température. Ce renseignement est un
guide pratique pour l'optimisation des aciers sachant que cette phase est redoutée car elle
adopte souvent une morphologie aciculaire en phase solide, morphologie qui confère une
grande fraghté à l'alliage.
70 LA MICROSTRUC~URE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-9-1 :
Système Fe-Mn. Diagramme de phases
d'après [Mas90].

I Liq.

916OC FeS

+A B
Figure 4-9-2 :
Système Fe-FeS.
y + Liq. A) zone montrant les limites de phases très
restreintes de lausténite et de laferrite.
Eutectique, 988°C B) liquidus du systèmejusqu 'à 50 % de sou-
fre. Diagramme calculé d'après [Mie98b],
y + FeS Péritectoïde. 916°C
les températures et les compositions de la
- réaction métatectique sont un peu diffëren-
l
tes suivant les auteurs.

4-9 Le système Fe-Mn-S

Les systèmes binaires limitrophes : Fe-Mn, Fe-S, Mn-S


Le système Fe-Mn est un système comportant peu de phases, seulement les phases a , 6 et
y du fer et a , p et y du manganèse (fig. 4-9-1 et tableau 3-2-l), Was901.

Le système Fe-S a un intérêt pratique dans le domaine des aciers parce que le soufre est
une impureté résiduelle habituelle introduite par les minerais. La zone intéressante pour les
aciers est limitée au domaine entre le fer et le sulfure de fer. Un eutectique ?Fe-FeS se
forme à 988 OC pour une teneur de 44,6 OO/ at. de soufre (figures 4-9-2 B et 4-9-3 D),
LESDIAGRAMMES DE PHASES 71

Fas901. D'autre part, ce système comporte une réaction peu fréquente, la réaction méta-
tectique, appelée quelquefois catatectique Fag741. L'abaissement de température en
dessous de 1360 OC aboutit à la formation de liquide (fig. 4-9-2 A).
La réaction métatectique est dans le système considéré : 6 -+y + Liq
Le système Mn-S (fig. 4-9-3 C) comporte un composé MnS et la zone intéressante pour
les aciers est limitée au domaine entre le manganèse et le sulfure de manganèse. Côté
manganèse, il y a un eutectique très déporté 6-Mn/a-MnS à 1242 OC (soit 4 OC au
dessous du point de fusion du manganèse) pour une teneur de 1 % at. de soufre. Pour faci-
liter l'interprétation par rapport aux composés, tous les diagrammes sont tracés en pour-
centage atomique ou molaire. Ce système présente une réaction de démixtion entre deux
liquides, une réaction monotectique. Le domaine de composition dans lequel se produit
cette séparation est appelé cloche ou lacune de démixtion. Le terme est quelquefois impro-
prement utilisé pour désigner de simples domaines biphasés en phase solide.
La réaction monotectique est : Ll + a + L;!
Par comparaison, le système Fe-S ne comporte.pas de lacune de démixtion, mais simple-
ment une tendance à la démixtion qui est stabilisée par certains solutés. Une tendance
analogue existe dans les systèmes Fe-Cu (voir plus loin figure 4-10-1) ou Co-Cu.

Le système Fe-Mn-S
La principale caractéristique est la lacune de démixtion qui affecte une large plage de
compositions dans le système ternaire Fe-Mn-S (fig. 4-9-3 A, B, C et D). La vue perspec-
tive a été construite d'après les résultats expérimentaux compilés [RagSSb], Was90] et les
calculs à partir des données thermodynamiques optimisées postérieurement qui figurent
dans les bases de données classiques [Mie98b].
La zone la plus intéressante pour les aciers se limite au domaine Fe-Mn-FeS-MnS. Sur la
face du système binaire Mn-MnS, le liquidus borne une lacune de démixtion, dans laquelle il
y a séparation en deux liquides, LI riche en manganèse, et proche de MnS. La lacune
s'étend dans le ternaire presque jusqu'au système Fe-S.
Pour expliquer la dérnixtion, l'isoplète Fe-MnS est souvent utilisée. Elle est tracée comme
une section quasi-binaire. Cette assimilation est justifiée dans la mesure où les conodes, et
en particulier celle de l'équilibre entre les deux liquides, se trouvent presque dans le plan de
la section. L'isoplète Fe-MnS calculée (fig. 4-9-3 A et B) est légèrement décalée par rapport
à la véritable section quasibinaire (assimilée à celle qui comporte les conodes mentionnées
et les extrema des lignes monovariantes). Elle présente un petit domaine à trois phases
G/L1/MnS au lieu du seul point eutectique. Sur la section quasi-binaire, la ligne eutectique
atteint un maximum SI, les chemins de cristallisation empruntent des directions opposées
de part et d'autre. Ce type de maxima est quelquefois appelé selle de cheval. La ligne
monotectique comporte deux maxima S2 et Sg (fig 4-9-3 D). Ce ne sont pas des points
invariants, mais simplement des points pour lesquels le triangle de conodes se réduit à une
ligne.
72 LA M I C R O S T R U ~ U R EDES ACIERS ET DES FONTES

700. , ,
a+MnS
, , . , , , , 1240.! f
O O J O,4 0,6 O,8 I O 0,02 0,04 0,06
Fe MnS mole% Fe MnS mole%

Figure 4-9-3 :
Système Fe-Mn et Fe-Mn-S:
A) section Fe-MnS calculée.
pMn+MnS B) agrandissement côté fer ;le domaine ter-
800 - ,aMn+MnS
Y naire G/liquide/MnS est réduit à un point
O 02 04 0,6 0,8 I invariant dans une véritable section
Mn MnS mole% quasi-binaire.
C) système Mn-MnS. La configuration est dg-
férente de celle du schéma expérimental à
proximité du manganèse dans laquellefigure
un eutectique [Rag88b].
D) vue perspective et projection sur le plan
de compositions, adaptées d'après la projec-
tion du liquidus de [Rag88b] et les sections
calculées [Mie98b].
Par souci de lisibilité, la zone entourant la
lacune de miscibilité est élargie.
La trace de la section quasibinaire proche de
la ligne Fe-MnS est figurée en traits poin-
tillés sur la projection. Les points S appar-
tiennent à cette section. A titre de repères,
quelques températures:
L1-L', 1571 OC
L2-L'2 1654 OC
SI 1512 OC
S2-S3 1671 OC
El 1242 OC
E2 1506 OC
Es 1182 OC
P 1006 OC (pseudo-péritectiqueFeS-Fe-MnS)
F 988 OC (eutectiqueFe-FeS)
LES DIAGRAMMES DE PHASES

Figure 4-9-4 :
Système Fe-Mn-S, section iso-
therme à 1600 OC. Les domaines tri- . MnS
phasés sont indiqués par lesjlèches.
Une loupe grise indique la direction
de q u e l q u e s c o n o d e s d a n s l e
domaine biphasé MnS-Liq. où les
compositions évoluent respective-
ment de (MnFe)S à MnS et L4 à L2.

Cette représentation permet d'expliquer la formation de précipités de sulfure de manga-


nèse dans les alliages riches en fer. Pour toute composition d'acier suffisamment riche en
soufre, il y a séparation en deux liquides, l'un riche en fer et l'autre riche en soufre et
manganèse. La ligne des extrema défint deux possibilités :
Si dans la composition globale le rapport Mn/S est supérieur à l'unité, le liquide formé
riche en soufre solidifie MnS majoritairement à 1571 OC. La phase MnS peut même être
une phase primaire de solidification en fonction de la composition de l'acier ;
Si dans la composition globale le rapport Mn/S est inférieur à l'unité, le chemin de cris-
tallisation du liquide côté soufre s'appauvrit en manganèse. Dans les conditions où il n'y a
pas de diffusion dans le solide formé, il aboutit à un eutectique FeS/(MnFe)S (point Es sur
la figure 4-9-3)' puis un pseudo péritectique ternaire (point P) et enfin l'eutectique Fe/FeS
(point F à 988 OC). Ainsi, la phase riche en soufre reste liquide jusqu'à des températures
beaucoup plus basses que dans le cas précédent.
Les températures de cristallisation sont changées en présence d'éléments d'alliage, voire
inversées par rapport à la proportion Mn/S. Il en résulte des morphologies différentes
suivant que les sulfures apparaissent en phase primaire ou en fm de solidification.
Le système Fe-Mn-O est comparable au système Fe-Mn-S avec une large lacune de misci-
bilité. La présence simultanée de traces d'oxygène et de soufre dans les alliages industriels
rend le problème très compliqué à interpréter en termes de diagramme de phases.

4-1 0 Le système Fe-Cu-Co

Les systèmes binaires limitrophes : Fe-Cu, Co-Cu, Fe-Co


Le système fer-cuivre comporte les seules phases terminales &Fe, a-Fe ou y-Fe et y-Cu.
Le diagramme complet (fig. 4-10-1) résulte d'une optimisation récente des données et d'un
calcul d'après [Ans93]. A l'état d'équilibre, il n'y a pas de séparation en deux liquides.
Cependant, d'après certains auteurs, une démixtion se produit facilement de façon méta-
stable. Le calcul permet de prévoir le tracéd'une lacune de miscibilité métastable.
L'agrandissement côté fer résulte aussi d'une optimisation et d'un calcul au moyen de la
LA MiCROSTRUCI'üRE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-1 0-1 :


Système Fe-Cu: A) diagramme de phases complet, calculé d'après [Ans93]. La ligne en pointillés
représente le liquidus d'une lacune de miscibilité métastable.
B) agrandissement dans le coinfer, calcul CVM d'après [AntOl]. Remarquer le léger décalage de la
température eutectoïde suivant les auteurs. Les concentrations sont exprimées en pourcentage atomi-
que en vue de comparaison avec les autres diagrammes calculés Fe-Co et Fe-Cu-Co.

méthode CVM (g 4-2) d'après PeiOO], [AntOl]. La solubilité du cuivre dans le fer est très
faible à basse température.
Le système Co-Cu est tout à fait semblable avec les phases terminales y-Co ou &-COet
y-Cu. Il présente de même une tendance à la démixtion. Enfin côté cuivre, la solubilité du
cobalt est faible, comparable à celle du fer.
Le système Fe-Co a été présenté à propos de la transformation de mise en ordre
(fig. 3-3-2). Aux plus hautes températures, les phases terminales y-Fe et y-Co ont une
miscibilité complète excepté à proximité du fer dans le domaine &Fe.

Le système Fe-Co-Cu
Ce système a été peu étudié. Citons principalement l'étude expérimentale de Jellinghaus en
1936 [Je136].Une revue par Raghavan [pag92b] utilise les données précédentes ainsi que
les diagrammes binaires limitrophes pour décrire le système. En fait, ce système semble
très simple avec seulement les phases qui sont déjà présentes dans les systèmes binaires:
a-Fe, y-Fe, &Fe, y-Co, &-COet y-CU. Les limites de solubilité respectivement de Fe et Co
dans le cuivre et de Cu dans les solutions solides y-(Co,Fe) ou a-(Fe,Co) restent très
faibles. Des investigations expérimentales récentes, accompagnées de calculs CVM, affi-
nent la description du système [AntOl], [BeiOO].
La démixtion du liquide devient effective dans le système ternaire dans lequel il y a sépara-
tion en deux liquides respectivement riche et pauvre en cuivre. La question subsiste de
LESDIAGRAMMES DE PHASES

Figure 4-10-2 :Système Fe-Co-Cu,


section isotherme à 900 OC. Les 9OO0C
points marquent les résultats expéri-
mentaux obtenus pour des alliages
frittés a partir des poudres élémen-
taires et recuits pendant un mois.
Tracé d'après [AntOl].

Figure 4-10-3 :
Système Fe-Co-Cu, section iso-
therme à 800 OC.
Détail du domaine a-y-yc,..
Le contour noir est le tracé expéri-
mental, le triangle gris clair corres-
pond au calcul CVM, et le triangle
gris foncé au calcul CVMprenant en
compte la contribution magnétique
des phases.
Tracé d'après [BeiOO] et [AntOl].

savoir si cette dernière transformation est stable ou métastable [KimOO].En phase solide,
la majorité de l'espace des compositions consiste en domaines à deux ou trois phases
comme il appar2t sur la section isotherme expérimentale à 900 OC de la figure 4-10-2. Le
tracé expérimental est complété à l'aide des sections calculées pour les limites de phases
dans la bande étroite de la solution solide y-FeCo. Le schéma de la figure 4-10-4 basé sur
les résultats des calculs permet de comprendre la configuration de ce domaine.
La section à 800 OC comporte un seul domaine triphasé (fig. 4-10-3). Les trois tracés
reportés ont été effectués à partir des résultats expérimentaux et par la méthode de calcul
MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-1 0-4 :


Système Fe-Co-Cu, montage schématique foca-
lisé dans la zone des faibles teneurs en cuivre.
Les diagrammes limitrophes sont visiblesfigures
3-3-2 et 4-10-1.
Le domaine a a la forme d'un cône aplati qui
culmine dans la section binaire à 988 OC. La
température de 93 7 OC correspond à 1 'apparition
du premier domaine triphasé tl réduit à une
ligne. La section à 900 OC comprend deux
domaines triphasés t2 et t3 avec les mêmes pha-
ses mais pour des compositions différentes. En
dessous de 841 (ou 843 OC suivant le dia-
gramme), il ne subsiste plus dausténite côté fer:
Il y a un seul domaine triphasé t4.
Tracé d'après les sections isothermes calculées
présentées dans [BeiOO] et [AntOl].

CVM ; ils permettent une comparaison. La concordance est excellente entre les résultats
expérimentaux et ceux calculés qui prennent en compte la contribution magnétique.
L'étude expérimentale d u système M a l 9 9 1 a révélé deux difficultés propres à fausser complè-
tement la détermination des équilibres de phases. Avec les alliages préparés par fusion, les
solutions solides y-(Co,Fe) et y-(Fe,Co) restent sursaturées même après de long recuits entre
700 et 1000 OC ; la germination de la phase cuivre n'a pas lieu. Le probkme ne se pose pas
avec les alliages frittés puisque les échantillons ne sont jamais portés au dessus de la tempéra-
ture de solvus. Par contre, les échantillons frittés sont susceptibles de retenir un peu d'oxygène
présent dans les poudres à cause de leur forme très divisée. Ces traces d'oxygène peuvent modi-
fier les équilibres. D'après le diagramme de phases Fe-Cu-O [Rag92a], il apparaît qu'une
très faible concentration e n oxygène suffit à réduire effectivement la solubilité d u fer dans le
cuivre et à induire la formation d'un peu d'oxyde de fer.
L E S DIAGRAMMES DE PHASES

4-1 1 Le système Fe-Mo-Cr


Les systèmes binaires limitrophes : Cr-Mo, Fe-Mo
Le système Cr-Mo est très simple avec une miscibilité complète entre les phases termi-
nales. En phase solide, il y a une séparation de phases en dessous de 880 O C (fig. 4-11-1).
L'intérêt du système Fe-Mo est qu'il forme les quatre principales phases intermétalliques
courantes dans les aciers. En effet ce système comporte : o, R, p-(Fe7M06) et h-(Fe2hlo)
(fig. 4-11-2). La structure cristallographique des phases est indiquée dans le tableau 3-4-2.
Le système comparable Fe-W calculé comporte seulement deux des phases, p-(Fe7W6) et
h-(Fe2W) (fig. 4-1 1-3). Il existe plusieurs versions du diagramme expérimental. La contro-
verse porte sur le domaine de la phase p qui, suivant Nagender et coll. [Nag9l], se décom-
pose vers 1200 O C en a-Fe et 6-(FeW) et sur l'existence de la phase X. Les divergences ne
sont pas surprenantes si l'on considère la très longue durée nécessaire pour former
certaines phases dans les alliages industriels et en particulier la phase 1.La similitude entre
les deux systèmes se traduit par l'extension des domaines de phases p et h dans le domaine
ternaire commun Fe-W-Mo.

Le système Fe-Mo-Cr
Dans le cadre de l'application aux aciers, le système Fe-Mo-Cr permet de comprendre le
rôle puissant du molybdène comme stabilisateur de la phase o. Elle est présente dans les
sections isothermes à 1500 et 1600 O C (fig. 4-11-4), et à 1000 et 800 O C (fig. 4-11-5). Le
domaine de la phase o s'étend à une large gamme de compositions et surtout jusqu'aux
très hautes températures. La phase o est stabilisée par les éléments de type A (V, W, Nb,
Ta, Si et Mo) dont beaucoup sont des éléments d'alliage des aciers. La plupart de ces
éléments sont aussi alphagènes mais ce n'est pas vrai pour tous les éléments sigrnagènes.

Figure 4-11-1 :
Système Cr-Mo, diagramme de phases cai-
culé d'après [Ver1871. Cr
O
1
O IO 20
(Cr)+ (Mo)

30 Mo
40 pds%
50 60 70 80 90 '
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-11-2 :
Système Fe-Mo,
diagramme de phases calculé. L'encart est
un agrandissement de la zone indiquée par
la loupe afin de distinguer le minimum et la
réactionpéritectique.

Figure 4-11-3 :
Système Fe- K
diagramme de phases calculé.

Plusieurs sections isothermes, la projection du liquidm ainsi qu'une isoplète correspon-


dante sont présentées dans la zone de température des éqiulibres liquide/solide. L'objectif
est ici d'une part de donner un exemple d'interprétation des lignes monovariantes par la
disposition des conodes dans les sections isothermes, d'autre part d'illustrer la lecture d'un
isoplète un peu compliquée grâce au complément des sections isothermes.
Les sections isothermes à 800 et à 1000 OC de la figure 4-1 1-5 comportent les phases inter-
métalliques présentes dans le système Fe-Cr et révèlent une phase supplémentaire x pure-
ment ternaire. Il faut remarquer que la phase A-(Fe2Mo) a une stœchiométrie stricte. Par
contre, les phases X, R et o occupent de larges domaines sans stœchiométrie définie.
L E S DIAGRAMMES DE PHASES

Figure 4-11-4 :
Système Fe-Mo- Cr.
Equilibres de phases comportant
une phase liquide: sections isother-
mes calculées à l6OO et 1500 OC.
Les domaines monophasés sont
colorés en gris.
Les triangles de conodes délimitent
les domaines triphasés respective-
ment 1 et 2 entre R-o-liquide, 3
entre o-a-liquide, les autres domai-
nes en blanc sont diphasés.
A) section à 1600 OC.
B) section à 1500 OC.

C) Projection du liquidus avec les


lignes monovariantes qui séparent
les domaines o , a et R. Suivant la
convention classique, les segments
des lignes où les équilibres sont de
nature péritectique sont indiqués
par un double flèche et ceux de
nature eutectiquepar une simpleflè-
che. La discrimination est faite
d'après la conJiguration du triangle
de conodes par rapport à la tan-
gente à la ligne monovariante (voir
figure 4-8-1).

D) Isoplète pour une teneur de 15 %


de chrome.
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-11-5 :
Système Fe-Mo-Cc sections isother-
mes calculées à 1O00 OC et 800 OC.

Les domaines monophasés colorés


en gris sont ceux des phases inter-
métalliques.

La phase R n'est plus présente à


800 OC. La phase de Laves h est
représentée par une droite parce que
la modélisation ne prévoit pas de
domaine de solubilité au delà de la
stœchiométrie B2A (voir $3-4). En
pointillés, quelques conodes entre o
et a.

Une isoplète est tracée pour un alliage Fe-26Cr-5Ni en fonction de la teneur en molybdène
(fig. 4-1 1-6). La proportion choisie pour le nickel et le chrome est proche de celle des
aciers duplex avec la restriction que, dans ces derniers, l'azote fortement gammagène
décale les domaines de phases. Une plus forte proportion de molybdène est alors accep-
table sans risque de former des phases intermétalliques.

Confrontation entre les résultats calculés et les résultats expérimentaux


Les systèmes Fe-Mo-Cr et Fe-Mo-Cr-Ni permettent d'illustrer la comparaison entre les
diagrammes calculés et les résultats expérimentaux. Le diagramme Fe-Mo-Cr a été calculé
L E S DIAGRAMMES D E PHASES

Figure 4-11-6 : 1600


Système Fe-Cr-Ni-Mo, isoplète calculée.
Une réaction invariante entre cinq phases
voit la disparition de la phase x en des- 1400

sous de 725 OC avec la réaction :


y + o + ~f) a+y+o+Laves
l2O0
le tableau ci-dessous indique la composi-
tion des phases de cet équilibre :

a 71,7Fe-21,6Cr-3,3Ni-3,3Mo
Y 73,7Fe-15,5Cr-8,5Ni-2,2Mo
X 54,9Fe-25,7Cr-ONi-19,4Mo
CY 5 1,3Fe-38,2Cr-3Ni-7,4Mo
Laves 40Fe-13,4Cr-ONi-46,6Mo

à partir des systèmes binaires pour lesquels les données expérimentales sont assez abon-
dantes. Par contre, système ternaire a été peu étudié. Il existe un tracé expérimental de la
nappe Ziqzridus, datant de 1957 [Tak57], qui est bien différent du tracé calculé car il
comporte une phase supplémentaire avec un eutectique ternaire entre X,R et o, à 1345 OC,
soit une température plus basse de 150 OC que la température de hquidus calculée corres-
pondante. Est-ce qu7ilfaut pour autant mettre en cause l'expérimentation ? ou le calcul ?
La discussion qui suit éclaire les sujets à controverse.

Critique des résultats expérimentaux


Dans le cas précis du système Cr-Mo-Fe, la mesure de température par analyse thermique
simple peut être considérée comme peu sensible. Mais surtout, il est bien connu que la
solidification des phases intermétalliques se fait avec une forte surfusion et que certaines
phases peuvent être remplacées par d'autres dont la germination est plus facile. Une struc-
ture eutectique métastable est alors possible, que les auteurs du tracé expérimental ont pu
effectivement observer.

La formation de phases métastables est courante et ces dernières peuvent supporter une
longue durée du maintien en température. Inversement certaines phases, supposées
stables, apparaissent après des &ers d'heures de maintien, sans commune mesure avec
les durées habituellement utilisées en laboratoire. De telles observations ont été faites sur
des aciers pour centrales thermiques (g 20-1) et remettent en cause ce que l'on considère
comme un état d'équilibre.

Pour ce système, une deuxième raison possible d'erreur est un risque de confusion sur
l'interprétation de la microstructure, en l'occurrence l'assimilation d'une microstructure
résultant d'une transformation en phase solide perlitique à une morphologie eutectique. La
phase o formée en phase solide peut être observée sous plusieurs morphologies, soit en
82 LA MICROSTRUC~UREDES ACIERS ET DES FONTES

plaquettes à l'aspect d'aiguilles sur la coupe métallographique, soit sous forme de cellules
perlitiques lamellaires. Ces dernières ont une structure grossière, semblable à celle d'un
eutectique, quand elles sont formées à haute température (voir figure 19-8-3).
Critique concernant le calcul
Le système Fe-Mo-Cr a une représentation calculée crédible mais il est probable que cette
dernière subira encore des modifications à cause de la présence de nombreuses phases
intermétalliques particulièrement difficiles à représenter. La répartition dans la maille cris-
tallographique des éléments de type A et ceux de type B des éléments de transition est
décrite en attribuant des sites dans des sous-réseaux (indiqués entre parenthèses ci-après).
La modélisation peut prendre en compte trois, quatre ou cinq sous-réseaux en fonction de
la précision souhaitée pour la description. Une description très fine n'est pas toujours
nécessaire, d'autant plus qu'elle alourdit les calculs. Quelques exemples mentionnés d'après
[Ans971 illustrent la complexité du problème :
La phase h-Fe2Mo (B2A) est une phase intemétallique de type de Laves qui a une stœchio-
métrie très stricte dans le système binaire, d'où une simple ligne sur le diagramme. La
stoechiométrie est plus compliquée dans les systèmes ternaires. Elle est le plus souvent
prise en compte par une formule du type (A, B)2(A, B). Différents modèles peuvent être
adoptés, en particulier suivant que la phase de Laves est du type C14, Cl5 ou C36.
La phase p-Fe7M06 (B7A6)peut être décrite par la formule (A, B)1(A),(A),(A, B), simpli-
fiée à (B)7(A)2(A,B)4 dans le cas du système Fe-Mo-Cr.
La phase o est représentée géométriquement par un domaine qui s'étale tous azimuts
(fig. 4-11-5), prouvant ainsi que les éléments substitutifs ne sont pas cantonnés dans deux
sous-réseaux spécifiques et sélectifs. Elle est décrite par la formule (A, B)16(A)4(A,B)10
simplifiée en (A, B) 16(A)4(B)10.
La phase x comportant 58 atomes par maille est la plus compliquée au point de vue cristal-
lographique. Le nombre de tentatives de modélisation qui la prennent en compte est
encore limité car elle est moins souvent présente dans les systèmes courants que la phase
o. Une formule adoptée est (B)24(A)10(A,
En pratique, il faut accepter quelques simplifications pour modéliser le système quater-
naire Fe-Mo-Cr-Ni représentatif des équilibres de phases dans les aciers duplex
(fig. 4-11-6). La composition calculée pour certains composés prévoit une teneur en nickel
nulle. Or les données expérimentales sur ces phases montrent la présence de nickel à faible
teneur, de l'ordre de 4 à 5 % dans la phase x et de 4 à 6 O/o dans la phase de Laves pour des
aciers types 316 et 317" [Pec77]. La conséquence est une imprécision dans les limites de
phases dont il faut tenir compte. Un autre exemple de confrontation calculs/expériences
pour un acier duplex montre un écart de plus de 100 OC sur la température d'apparition de
la phase o [NilOO].
L E S DIAGRAMMES DE PHASES

4-12 Le système Fe-C-V


Les systèmes binaires limitrophes Fe-V et V-C
Le système Fe-V ressemble au système Fe-Cr. Il y a une miscibilité complète entre les
phases terminales à haute température. Côté fer, le domaine biphasé de la boucle y est très
h t é , inférieur à 2O/' de vanadium. Il forme en phase solide, en dessous de 1219 OC, une
phase FeV de type o (voir compilation Pag841). '
Le système V-C forme deux carbures VC et V2C. Le carbure
VC est toujours sous-stoechiométrique. A haute tempéra-
ture, la stœchiométrie des carbures en équilibre avec l'austé-
nite est V4C3. Cette phase se transforme à plus basse
température avec formation de deux composés ordonnés
suivant la composition V8C7 ou V6C5 (fig. 4-12-1). C'est le
sous-réseau du carbone qui perd son arrangement cubique.
Le carbure V6C5 a pu être indexé par rapport à des mailles
monoclinique ou orthorhombique [Bil72], [Kes88b]. En fait,
la composition V4C3, souvent citée, n'est pas celle que 1,011
retrouve dans les constituants eutectiques des aciers ou des
fontes mais plutôt V6C5, OU V8C7 seulement pour les
compositions hyper-eutectiques.
Figure 4-12-1 :
Le système Fe-V-C Portion du diagramme
Les phases du système ternaire sont celles des systèmes de phases V-C d'après
[Bi1721.
binaires, avec la possibilité d'une phase q-Fe3V3C. La
présence des carbures q et V2C est limitée à la partie du
diagramme pour lequel la proportion atomique de vanadium est supérieure à celle du
carbone. La section Fe-VC a été beaucoup étudiée et présentée comme une section quasi-
binaire sur la figure 4-12-2 A). Elle ne l'est pas vraiment car la ligne monovariante UE ne
présente pas de minimum ou maximum correspondant à l'eutectique quasibinaire. De plus,
la ligne monovariante 6/y traverse la section. En phase solide, les conodes C X - V Csont
~-~
effectivement proches du plan quasibinaire. Le système comporte un eutectique ternaire
Fq/M3C/MC (fig. 4-12-2 B).
Une section intéressante au point de vue des aciers est l'isoplète tracée pour une faible
teneur de 0,5 % en vanadium (fig. 4-12-2 C). Elle révèle la présence de carbures VC dans
une grande partie du domaine de l'austénite et de la ferrite. Cela signifie qu'une précipita-
tion secondaire envahit ces domaines. Le tracé d'autres isoplètes, pour des teneurs en
vanadium plus grandes, montre que le domaine de l'austénite avec carbures est étendu vers
des températures encore plus élevées. La conséquence pratique est la difficulté à redis-
soudre les carbures avec des traitements thermiques d'austénitisation classiques.
MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-12-2 :
Système Fe- V-C.
A) Section quasi binaire citée par [Rag84]. La tempéra-
ture eutectique est donnée à l350f 20 OC.
B) Projection du liquidus d'après [Kes88a]. La ligne en
pointillés est la trace de la section quasi-binaire. La
composition eutectique de la section Eqb de la projec-
tion A est indiquéepar la loupe.
C) isoplète tracéepour une teneur de 0,5 % K
En traits pointillés le diagramme Fe-C. En grisé le
domaine dans lequel apparaît le carbure de vanadium

Autres systèmes Fe-C-X (X élément des groupes IV ou V)


Les systèmes ternaires Fe-C-X avec les éléments des groupes IV (Ti, Zr, Hf) et V (V, Nb,
Ta) ont de nombreuses similitudes. Ils forment des carbures de stœchiométrie M2C et MC
cubique. Le carbure de niobium adopte également à haute température une stœchiométrie
NbsC7 comme V8C7. Ils forment tous un eutectique quasi-binaire y/MC avec Fe, Co, Ni.
Dix-huit sections Fe-MC sont schématisées dans la compilation de Hollek ; elles sont sirni-
laires à Fe-VC (fig. 4-12-2 A). Dans l'espace ternaire, l'eutectique Fey/M3C/MC est connu
avec le titane, le tantale, le niobium (p<es88a], Kes87).
L'activité du carbone dans l'austénite et dans la ferrite est très fortement réduite en
présence des métaux des groupes IV et V, ce qui se traduit par des produits de solubilité
faibles en dessous de 900 OC environ et extrêmement faibles à basse température. Parmi
les carbures MC du groupe V, le carbure de vanadium est celui qui a les caractéristiques les
moins marquées ;par exemple, c'est le carbure le moins réfractaire avec un point de fusion
autour de 2500/2600 OC, à comparer avec l'autre extrême T a c à 4 000 OC. Il a aussi le
produit de solubilité le plus élevé, la différence est de plusieurs ordres de grandeur. Cela
veut dire que l'austénite admettra davantage de carbone en présence de vanadium.
LESDIAGRAMMES DE PHASES 85

Ce point est important au regard des applications car une austénite trop pauvre en carbone
est inapte à former de la martensite. Cette capacité à former des carbures, et aussi des
nitrures, des carbonitrures, est mise à profit pour durcir les aciers microahés ($ 17-2).
Les carbures et les nitrures de type MC sont miscibles entre
eux totalement à haute température donnant des carbures
4000 -
+.-,- .,
mixtes ou des carbonitrures qui se décomposent dans la
,
.-
liq.
.O
. a *

-+
+
gamme de température de 1200 OC environ. Un exemple est 3000- ,.",-+*

présenté pour le système VC-Tac (fig. 4-12-3).


Le diagramme VC-NbC est pratiquement identique [Ho184]. f
2000,
La décomposition en deux carbures s'effectue très lentement
à basse température vers 600 OC par exemple (voir $ 20-1)
[TnoO11. I000

Figure 4-12-3 :
4-1 3 Les carbures mixtes Section pseudo-binaire
VC-Tac d après [Ho1841
Optimisation
Les diagrammes de phases des systèmes quaternaires,
quinaires sont peu connus dans le détail et de ce fait les calculs manquent de bases expéri-
mentales. Dans l'objectif d'optimiser de nouvelles nuances, le choix d'éléments d'alliage est
fondé sur leurs effets reconnus tels que alphagène, gammagène, carburigène principale-
ment. Il faut prévoir si un nouvel élément est susceptible de s'intégrer ou non dans un
carbure ou dans une autre phase déjà présente dans l'acier en question. Un début de
réponse est fourni par les structures cristallographiques. Les similitudes de structure se
traduisent souvent par une plus ou moins grande solubilité réciproque. Si un élément Y
n'est pas soluble dans un carbure CX dans le système C-X-Y, il y a peu de chances qu'il le
soit dans un système avec davantage d'éléments. Les systèmes ne comportant pas le fer
mettent en lumière des interactions souvent transposables (avec prudence !) aux bases fer.
A cet effet, la large compilation des diagrammes de phases de systèmes ternaires et
binaires à base de carbone et d'azote publié par Holleck constitue un document fort utile
Eo1841. Quelques exemples suivent concernant des diagrammes établis pour des tempéra-
tures données. Lorsque les équhbres se conservent à plus basse température, les domaines
de solubilité des phases ont tendance à diminuer mais jamais à s'élargir.

Les carbures M7C3 et


Les métaux de transition en tête des deux groupes VI (Cr, Mo et W) et VI1 (Mn) forment
deux carbures similaires Cr23C6/Mn23C6et Cr7C3/Mn7C3.Ces carbures sont des phases
primaires de solidification dans les systèmes Cr-C et Mn-C. Leurs nappes Ziqztidn~ont un
large domaine de composition dans les systèmes ternaires correspondants Fe-Cr-C ou
Fe-Mn-C. La stabilité de M7C3 diminue avec la température au profit de M23C6.Les deux
carbures admettent une large proportion de fer en substitution, comme le montrent les
sections isothermes à 600 OC de Fe-Cr-C et de Fe-Mn-C figures 4-13-1 et 4-13-2 A et B.
86 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 4-13-1 :
Système Fe-Mn-C, section isotherme
à 600 OC. La section est calculée
dans le cas de l'équilibre stable avec
le graphite. Dans le cas du système
métastable, le domaine de la cémen-
tite s'étend jusqu 'au binaire Fe-C.
Le manganèse apparaît comme élé-
ment stabilisateur de la cémentite.

Ils admettent aussi une large proportion de cobalt et une faible proportion de nickel, de
niobium, de vanadium, de molybdène et de tungstène. Dans les systèmes Cr-Mo-C et
Cr-W-C le domaine de substitution dans M23C6est plus étendu que dans M7C3à la diffé-
rence du cas du fer (figures 4-13-2 A, B et C) [Cha72]. Dans le carbure Cr23C6seuls huit
atomes de chrome (sur 92) peuvent être remplacés par des atomes de tungstène ou de
molybdène [Hab66].

Les carbures M2C et MC


Les métaux lourds W et Mo du groupe VI (Cr, Mo et W) forment des carbures de type
M2C et MC (de structure hexagonale à nepas confondre avec les carbzlres MC c~biques).Les
carbures MoC et WC ont un domaine de solubilité complet de l'un à l'autre. Ils ont une
stoechiométrie stricte (Mo, W)C et n'admettent pratiquement aucun autre élément en subs-
titution. Les carbures Mo2C et W2C sont aussi complètement solubles entre eux. Pour
chacun le domaine de solubilité du carbone autour de la composition nominale est étroit,
de 2 à 3 %. La solubilité du chrome est très étendue (fig. 4-13-2 C) ; les solubilités du
titane, du tantale, du vanadium et du niobium sont plus limitées et celles du fer, du cobalt
et du nickel sont nulles.

Les carbures q
Ce sont deux carbures ternaires respectivement de type W3Fe3C et W6Fe6C dans lesquels
le fer peut être substitué par un autre métal de transition et le tungstène par un autre
élément lourd, soit une formule (Mo,W,Nb,Ta),(Mn,Fe,Co,Ni),Cavec x = 3 ou 6. Le
diagramme présenté pour le système Fe-W-C (fig. 4-13-2 D) est une version d'origine
expérimentale dans laquelle les deux carbures q sont distincts lJ?o170]. Savoir s'il s'agit de
deux carbures distincts ou d'un seul avec un large domaine de solubilité est encore un sujet
de controverse. Les diagrammes calculés ne prennent en compte qu'un seul carbure.

Les carbures de fer


Parmi les métaux du groupe VI11 (Fe, Co et Ni), seul le fer forme un carbure de type M3C
stable dans les conditions habituelles en métallurgie. Certains carbures de fer sont isomor-
phes de ceux des premiers éléments du groupe VI (Cr) et du groupe VI1 (Mn). Cependant
L E S DUGRAMMES DE PHASES

Figure 4-13-2 :
A) Système Fe-Cr-C (graphite),
section isotherme à 600 OC calculée
dans le cas du système stable avec le
graphite.

B) Système Fe-Cr-C (cémentite),


section isotherme à 600 OC calculée
dans le cas du système métastable ;
le domaine de la cémentite s'étend
jusquau binaire Fe-C.

C) Système Cr-Mo-C,
s e c t i o n i s o t h e r m e à 1 3 0 0 OC
d'après le tracé expérimental
[Cha 721.

D) Système Fe- W-C,


section isotherme à IO00 OC, tracé
expérimental d'après [PoE70].
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS E T DES FONTES

Figure 4-13-3 :
Système Cr-N-C, partie riche en
chrome du diagramme de phases.

Fe7C3 est métastable. Les possibilités de substitution du fer dans la cémentite sont bien
définies. Le manganèse est très soluble (fig. 4-13-1). Le chrome est également relativement
soluble, mais une forte proportion induit la formation des carbures spécifiques du chrome
(Fe,Cr),C3 et (Fe,Cr)23Cb. Par contre, le silicium et le nickel ne sont pas admis dans M3C
ou peut-être en très faible proportion. Ce fait est invoqué à propos du ralentissement de la
transformation perlitique (voir g 10-3). Le molybdène et le tungstène sont admis dans
M3C jusqu7à des teneurs de l'ordre de 5 %. Lorsque la teneur est plus forte, il s'agit d'un
carbure de stœchiométrie Fe2(Mo,W)C dont la structure cristallographique est très
proche de celle de la cémentite avec laquelle il peut être confondu. Ce carbure 6 est appelé
aussi cémentite du molybdène.

Les carbo-nitrures et carbo-borures


De nombreux nitrures sont rencontrés dans les aciers : VN, AIN, TiN, BN, Cr2N et des
nitrures de fer lors de la nitruration. VN est miscible avec les nitrures des éléments du
groupe IV (Ti, Zr, Hf). Cr2N admet une teneur importante de molybdène. L'azote a une
solubilité très faible dans les carbures M7C3,M23C6,M6C (fig. 4-13-3). E n définitive, les
deux seuls carbures susceptibles de devenir des carbonitrures sont MC (type VC) et M2C
(type Mo2C). Les diagrammes de phases des systèmes complexes à base fer correspon-
dants aux aciers ne sont pas toujours disponibles mais les systèmes contenant N, B et C et
les éléments métalliques servent encore de guide [Ho184], [Rog98]. Enfin, le carbure
M23C6est connu pour être susceptible de devenir un carbo-borure.
Genèse de la microstructure
de solidification

La plupart des métaux et alliages sont élaborés à l'état liquide. Ils prennent leur forme de matériaux
par une transformation : la solidification. Celle-ci laisse des traces identifiées sous forme d'une micro-
structure de solidification, laquelle comporte des défauts que l'opérateur doit contrôler. Par ailleurs,
la microstructure est un traceur. E n effet, l'examen des défauts permet d'identifier les mécanismes
qui leur ont donné naissance, remontant ainsi aux conditions dans lesquelles la solidification s'est
opérée.

5-1 Partition du soluté lors de la transformation du


liquide en solide : point de vue phénoménologique

L'état d'équilibre distinct des effets cinétiques


Lors de la cristallisation d'un liquide comportant plusieurs constituants différents, le cristal
n'a généralement pas la même composition que le liquide. Ainsi la glace qui cristallise à
partir d'eau salée est moins riche en sel. Pendant la cristallisation,la composition du solide
formé n'est pas constante. Des gradients se forment. Plus généralement, la concentration
se trouve répartie dans le matériau en fonction du déroulement de la solidification. Bien
entendu, la concentration moyenne reste celle du liquide initial. Par souci de simplicité, les
raisonnements sont présentés ici dans le cas d'un système à deux constituants nommés
solvant et solfité. Ils sont généralisables aux systèmes à plusieurs constituants. La démarche
comporte deux étapes : d'abord déterminer l'équilibre correspondant à l'état globalement
imposé au système, ensuite analyser les effets cinétiques, diffusion ou autres phénomènes
transitoires.

Solidification réversible, règle du levier


La solidification est supposée réversible. Ce concept implique plusieurs hypothèses :

les deux phases sont à la même température


chaque phase a une composition unique, XJ pour le solide et XL pour le liquide
les deux phases sont en équilibre à l'interface.
MICROSTRUCTURE DES ACIERS E T DES FONTES

Figure 5-1-5 :
Diagramme de phases Cr-Ni calculé. Les
données chiffrées sont les limites de solubi-
lité à la température eutectique et la conode
à 1700 OC qui sert à calculer le coefficient
de partage et la pente du liquidus.
x, = 18,8 %
Xs= 7,8 % à 1700 OC
XL= 18,s % à 1700 OC
k = 7,8/18,8 = 0,4
k<l

Par la deuxième condition, la conservation des atomes prend la forme de la règle du levier
dite aussi règle des segments inverses. Elle est écrite pour un système formé de n atomes :
Régle du levier n Xo = n f X s + n (1 -8 XL (5-1-1)
Elle permet de calculer la fraction solidef lorsque la concentration initiale et les concentra-
tions respectives du solide et du liquide sont connues :

Par la condition d'éqdibre à I'inte$ace, la composition du liquide et celle du solide sont


fonction d'une seule variable, la température. La fraction solide exprime le taux de trans-
formation du solide en liquide. Elle augmente lors d'un abaissement de température. Mais
le raisonnement s'applique aussi lors d'une élévation de température, c'est l'idée de trans-
formation réversible. Les équilibres sont représentés par le diagramme de phases, simplifié
couramment sous la forme de deux paramètres:
le coefficient de distribution à l'éqiulibre k k = Xs/XL, et la pente du liquidas m
T = Tsth-m'XL (5- 1-3)
De ces deux paramètres un troisième en dérive, commode pour caractériser le comporte-
ment de l'alliage lors de la solidification, c'est l'intervalle de solidification ou différence
entre les températures de liqzidus et de solidus ATo = TL- Tu.
Figure 5-1- 7 :
Répartition du soluté dans le solide lors de la solidiji-
cation d'un alliage Ni-Cr à 7,8 % de nickel, tracé
d'après la relation ScheiGGulliver avec lapproxima-
tion k = 0,4 figure 5-1-5).
Pour simplifier, la solidification est considérée
comme unidirectionnelle le long d'un barreau. Le
grisé simule le gradient de concentration ainsi créé.
Les traits pleins sont conformes aux équilibres de
phases locaux, la ligne en traits pointillés indique
l'extrapolation de la relation S-G

Conditions non réversibles : modèle Scheil-Gulliver


La condition de réversibilité implique la mise en équilibre de toute la phase solide par
diffusion complète, ce qui correspond mal aux conditions techniques. Celles-ci sont
souvent mieux représentées par le modèle Scheil-Gulliver dont voici les hypothèses :

il y a équilibre à l'interface,
le liquide est parfaitement homogène,
il n'y a pas de diffusion dans le solide.

La troisième hypothèse est la différence essentielle par rapport à la règle du levier. Le


solide ne participe à aucun échange, il est figé immédiatement après sa formation.

Comme pour la règle du levier, le système solide/liquide est supposé confiné, c'est à dire
que le nombre de moles est inchangé par la transformation. La conservation du soluté est
exprimée pour la transformation infinitésimale f +f+ df :

où Xs est la concentration du solide correspondant à une fraction$

Par la première condition, XS= mL Lorsque k peut être considéré comme constant dans
l'intervalle de solidification, la relation ci-dessus devient après intégration depuis Xo,
concentration initiale du liquide.

- (1 -k)
Equation Scheil-Gulliver : XS = kXO ( 1 -f ) (5-1-8)

Un exemple d'application est proposé pour le système Cr-Ni (figures 5-1-5 et 5-1-7).
Lorsque k < 1 (cas présent), le soluté est rejeté dans le liquide. En conséquence ce dernier
s'enrichit progressivement, à mesure que f augmente. La relation intégrée prévoit un enri-
chissement sans limite lorsque f tend vers l'unité. En réalité, la composition du solide ne
peut pas dépasser la limite de solubilité prévue par le diagramme de phases. Le liquide
92 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES PONTES

correspondant à cette limite est à la composition eutectique et se solidifie en formant deux


phases dont la composition moyenne est celle de l'eutectique.
L'aire totale sous la courbe X s = fonctionw représente la composition moyenne,
c'est-à-dire la composition initiale. L'aire sous courbe est plus grande en fin de barreau,
cela traduit le fait que le solutéy est rejeté et s'y accumule. Plus le coefficient de partage k
est faible, plus le rejet sera conséquent.
Si k > 1 l'évolution est inverse. C'est le solvant pur qui se forme en fin de barreau.
Limitations du formalisme simplijié
La relation dite Scheil-Gulliver ou S-G a été proposée par Gulliver en 1922 et reprise indé-
pendamment par Scheil en 1942. Elle constitue la base de discussion des phénomènes de
ségrégation. Cependant, elle est insuffisante à bien des égards.
Considérer le coefficient de partage k et la pente du liqzidas m comme constants revient à
linéariser liquidas et solidas. Cette approximation peut être généralisée aux systèmes à
plusieurs constituants pour le début de la solidification. Les autres étapes du chemin de
cristallisation nécessitent des formulations adaptées. Un calcul plus juste peut alors être
effectué pas à pas en introduisant les données représentatives des équilibres de phases.
Par ailleurs, les hypothèses S-G sont très limitantes. L'hypothèse du liquide parfaitement
homogène est plausible seulement s'il y a un fort brassage, car la convection naturelle ne
suffit pas à le rendre homogène. Même dans ce cas, il existe une couche limite au voisinage
de l'interface qui n'est pas affectée par le brassage. La deuxième hypothèse limitante est
l'absence totale de diffusion dans le solide qui vient d'être formé. Or une telle diffusion
existe, elle est appelée rétrod~sionet elle dépend de la diffusivité propre de chaque élément
(voir g 6-3). La diffusivité est élevée pour les éléments interstitiels comme le carbone,
l'oxygène ou l'azote. Mais elle peut effectivement être considérée comme négligeable pour
les autres éléments en première approximation.

5-2 Partition du soluté, point de vue local


Couche de diffusion à l'interface liquide-solide
L'attention se focalise sur l'interface noté par l'indice supérieur I et sur son voisinage
I I
immédiat. La composition du solide CS est différente de celle du liquide CL qui lui
donne naissance. Donc, la progression de l'interface à la vitesse V produit un transfert de
soluté sous forme d'un flux dans le liquide et d'un flux dans le solide. Ce dernier flux est
négligé habituellement. Le bilan de soluté s'exprime alors, par unité de temps :

I I
Ici les compositions sont représentées par des concentrations volumiques CL et CS
pour respecter l'équation aux dimensions du flux. est le coefficient de diffusion du
soluté dans le liquide. Considérons qu'il y a équilibre entre le solide et le liquide à
Figure 5-3-1 :
Front plan en croissance permanente, cou-
che de dzflusion et surfusion solutale.
La courbe noire C(z) représente la distribu-
tion dans le liquide en avant de l'interface
expriméepar la relation 5-2-3:
La courbe grise est la transformée de Teq(z)
en prenant pour chaque valeur la tempéra-
ture correspondante du liquidus dans le dia-
gramme de phases. La droite représente le
gradient thermique dans lefour.

l'interface et que le barreau supposé infini progresse dans des conditions permanentes.
I I
Alors Cs = Co et CL = Co/k et le gradient chimique GC à l'interface, à l'état permanent
s'exprime :

Dans ce cas, l'intégration est possible à partir du repère ? = O de l'interface. Elle donne la
distribution du soluté en avant de l'interface (fig. 5-3-1) :

Les solutés pour lesquels k est inférieur à l'unité sont rejetés par l'interface, la concentra-
tion décroît depuis l'interface vers le liquide (GC < O). Les solutés pour lesquels k est
supérieur à l'unité sont absorbés par l'interface (Gc > O). L'excès ou le manque s'étale sur
une zone appelée couche de diffusion dont l'épaisseur peut être asslrnilée à 6 = DL/ l Z

5-3 L'interface en croissance


Stabilité de l'interface plane
Une première approche consiste à considérer la stabilité de la couche limite (fig. 5-3-1).
Pour chaque valeur C'(si) il existe une température de liquidus et une seule Teq(i.$, ce qui
permet de tracer la courbe transformée Teq(d.Il convient de comparer Teq(dà la tempéra-
ture effective imposée par le four T(d notée gradient thermique. Dans le cas représenté
figure 5-3-1, la frange liquide au voisinage immédiat du front a une température effective
qui est inférieure à sa température d'équilibre. C'est la surfusion constitutionnelle :

AT = - '(?) (5-3-2)
La surfusion dans cette frange disparaît dans le cas limite où la courbe T(d (gradient ther-
mique dans le four) devient tangente à Teqiz' Cette condition est formulée par le critère de
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 5-3-5 :
Evolution de laforme dufiont solide-liquide en fonction des
conditions relatives à G et V :

fiont plan : V I VpC

cellules : V > VpC

dendrites : V » VpC

surfusion constitutionnelle vil531 (relation 5-3-3). L'indice supérieur I signifie qu'il s'agit
des valeurs d'équilibre à l'interface.

En supposant pour simplifier le gradient G fixé, il vient une valeur critique de la vitesse
notée VPCpour la transitionplan/ cellules :

Lorsqu'il n'y a pas de surfusion constitutionnelle, l'interface est plane. Elle épouse une
isotherme voisine de l'isotherme du hquidus, l'écart étant la surfusion de croissance donné
par la relation 5-1-4. En avant de l'interface, la température dépasse celle de l'équilibre
liquide/solide, donc la solidification y est thermodynamiquement impossible. La concen-
tration du solide formé est uniforme dans tous les plans ou surfaces parallèles à l'interface.
Lorsqu'il y a surfusion constitutionnelle, le front plan n'est plus stable. L'expérience
montre que sa forme évolue : il se forme un système de dépressions, puis des sillons
liquides qui cloisonnent des protubérances, dites cellules de solidification. Pour des surfu-
sions plus fortes, les cellules se transforment en dendrites caractérisées par la présence de
branches latérales dites secondaires et même quelquefois de branches tertiaires comme le
montre le schéma 5-3-5.

Conséquences de la morphologie cellulaire ou dendritique


Lors de la transformation du liquide en solide, la propagation du front laisse dans le maté-
riau des traces nommées microstructures de solidzfication, différentes suivant que le front est
plan, cellulaire ou dendritique.
Figure 5-3-6 :
A) Schéma illustrant la crois-
sance de cellules avec le rejet de
soluté dans le sillon intercellu-
laire.
B) Profil de concentration le
long de diamètres transversaux
avec Xp concentration à la
pointe et Xe,, la concentration
maximale dans les sillons où se
forme un eutectique.

frontplan : la solidification s'opère à une seule température, donc la concentration est


uniforme dans tous les plans parallèles à l'interface. Si la croissance n'est pas permanente
la composition varie dans la dü-ection de la croissance, par exemple suivant la loi S-G. C'est
la ségrégation classique.
front nonplan, cellulaire ou dendm'tique : une simplification usuelle consiste à considérer un
front comme un ensemble de protubérances adjacentes schématiquement assimilables à un
ensemble de dendrites ou de cellules dessinées figure 5-3-6 A.
Considérons une tranche perpendiculaire aux axes des protubérances (et à la vitesse), f ~ e
par rapport au matériau. Le mouvement du four déplace le champ de température, la
température uniforme de la tranche s'abaisse. La première zone qui est solidifiée pendant
la progression du front est la pointe, pointe de la dendrite ou de la cellule, dont la compo-
sition est Xp Lorsque le front avance dans cette tranche, la proportion de solide augmente
autour de chaque pointe jusqu'à ce que la tranche soit entièrement solidifiée. La zone entre
les protubérances est appelée sillon interdendritique ou intercellulaire. Pour simplifier,
Brody et Flemings ont supposé que le liquide de cette tranche est confiné, qu'il n'a pas
d'échanges avec les autres tranches et qu'il est homogène [Bro66], pow66]. Les échanges
de soluté se font seulement perpendiculairement au sens de déplacement du front de soli-
dification. Dans ces conditions, la loi S-G s'applique dans les conditions transversales à la
croissance. Il suffit d'établir une relation entre la fraction solidifiée et la géométrie locale
des protubérances (voir plus loin $ 6-3).
Il en résulte une modulation de concentration dans les dimensions transversales à la
vitesse qui est tracée sur la figure 5-3-6 B. Si le coefficient de partage A est inférieur à
l'unité, la concentration est minimale pour X = Xp sur l'axe des protubérances. Elle
augmente avec la distance à l'axe jusqu'à la limite de solubilité. Au delà, un constituant
biphasé se forme, par exemple une plage eutectique (comme dans le cas présenté figures
5-1-7 et 5-3-6). Si A est supérieur à l'unité, la concentration décroît de X = Xp jusqu'à O
(solvant pur). Dans tous les cas, il en résulte une modulation de composition dans les
dimensions transversales au mouvement global du front de solidification. Cette modula-
tion a une périodicité qui reflète la périodicité A.. des dendrites. Elle est typique de la
micro-s&r&ation dendm'tique.
96 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Compétition de croissance entre front plan, cellules, dendrites


et entre phases stables et métastables
Les phénomènes cinétiques associés à la croissance du front solide/liquide ont reçu une
formulation théorique exploitable au moins dans trois cas simples F.ur981 :
le front plan déformé par des protubérances périodiques analysées en termes de pertur-
bations du front susceptibles de le déstabiliser (école Mullins, Sekerka) ;
la croissance des pointes de protubérances isolées (école Kurz, Glicksman, Trivedi) ;
le faisceau périodique de protubérances considéré comme un ensemble en croissance
(Hunt)
Le moteur de la transformation est la surfusion AT=Tq-T, différence entre la tempéra-
ture du liquidas de l'alliage et la température locale de l'interface. Cette surfusion est consi-
dérée comme résultant de quatre contributions [Kur98]:
AT = AT, -t AT, + AT, + ATk (5-3-7)
AT,, surfusion thermique résultant du gradient de température noté G,
AT,, surfusion chimique résultant du gradient de concentration Gc (relation 5-2-2),
AT,, surfusion due à la courbure de l'interface qui change l'état d'équilibre local,.
ATk, surfusion cinétique, due à la fixation des atomes à l'interface, souvent considérée
comme négligeable.
Les termes formant AT sont en fait couplés. Par exemple, la distribution du soluté rejeté
influence le rayon à la pointe de la dendrite, et réciproquement le rayon influence le champ
de diffusion.
Pour un alliage donné, si la croissance s'effectue à l'état permanent avec un front plan, la
surfusion est ATo. Dans les conditions réelles, la surfusion est fonction de G et I ZPour
simplifier, considérons la comme fonction de V seul, en fixant G, comme dans le cas des
solidifications dirigées. L'analyse en perturbations, de même que le modèle en faisceau,
montrent que la croissance à front plan est limitée à l'extérieur de deux vitesses critiques :
soit V < VpCtransition à basse vitesse ;
soit VAC < V transition à grande vitesse.
Vpc est la vitesse critique du critère de surfusion constitutionnelle (relation 5-3-3). Un
gradient de température effectif positif stabilise la croissance en front plan.
VAc est la vitesse absolue chimique, elle fait intervenk l'énergie de l'interface, par para-
mètre Gibbs-Tbompson.

r v a u t environ IO-^ m.K pour la plupart des liquides en équilibre avec leur solide. L'inter-
prétation est que lorsque V augmente, la périodicité des protubérances diminue. La
distance sur laquelle la diffusion fait ressentir son effet devient très petite. La limite appa-
raît lorsque la périodicité devient trop fine pour engendrer des effets de ségrégation
significatifs.
Figure 5-3-9 :
Croissance en régime permanent d'un alliage pour dzflérentes vitesses V dans un gradient thermique
de 5 "C/cm. La courbe en traits pleins représente les espacements des branches primaires Ap. La
courbe en pointillés la surfusion globale AT Il y a une discontinuité au passage de laferrite à l'austé-
nite fond gris). Les morphologies correspondant à à chaque régime sont indiquées. Pour situer la
fourchette de vitesses de la courbe, les loupes indiquent respectivement la vitesse de croissance de
monocristaux VMet la vitesse de tirage en coulée continue d'acier Vcc Le tracé est une application
du programme "ALLOY" Université d'Oxford U.K. [Hun97a].

Les résultats sont exploités sous forme de diagrammes représentant AT fonction de V et,
suivant les modèles, A fonction de V ou R fonction de I/; A étant la périodicité du réseau
et R le rayon de la pointe de la dendrite [Tri94]. Des observations in-szh sur des alliages
transparents ont permis de montrer le mode d'évolution des protubérances en branches et
la relation entre les espacements secondaires et le rayon à la pointe de la dendrite [Esa85].

Un exemple est présenté à partir de l'approche de Hunt wun961. Un code numérique issu
de cette approche permet de calculer la surfusion globale en fonction des conditions de
gradient thermique G, de la vitesse de front de solidification V avec le choix de trois
modes de refroidissement. Les résultats ont été calculés pour un alliage fer-carbone à
1'5 Nat. de carbone (0'33 % pds) proche de la transformation péritectique (fig. 5-3-9).
Cette composition a été choisie car elle offre la possibilité d'une compétition entre l'austé-
nite et la ferrite. Pour chaque couple de conditions G et la phase qui se forme, consi-
dérée commephase stable, est celle dont la température d'interface TI est la plus élevée :

TI = T$ - AT Pb avecph = austénite y ou ferrite 6. (5-3-10)


A cause de cette condition, il y a changement de phase primaire entre l'austénite et la
ferrite pour la composition de l'exemple présenté. Le diagramme de phases prévoit la
98 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

température de liquidas de 1512 OC pour la ferrite et par extrapolation 1506 OC pour


l'austénite.
La composition du solide formé localement est celle de l'équilibre à T = TI.Dans le cas de
la croissance à front plan, la surfusion est égale à ATo et la composition est égale à la
composition initiale (voir diagramme de phases figure 5-1-5). Le calcul montre que le front
plan est prédit pour des vitesses totalement irréalisables pour l'exemple présenté où le
gradient choisi est faible et la teneur en soluté relativement forte. L'adoption de valeurs
plus grandes pour G aurait décalé les courbes vers la droite. Dans le cas des régimes de
croissance intermédiaires, les protubérances du front sont à la température TI. La pointe
des protubérances, cellules ou dendrites a la composition d'équilibre correspondant à cette
température, d'autant plus éloignée de la composition initiale que la surfusion est plus
forte. Le long du sillon entre les protubérances, la composition et la température locale
sont modulées périodiquement jusqu'aux valeurs de croissance eutectique. De même que
la surfusion passe par un minimum pour des vitesses de croissance intermédiaires, la
composition à la pointe de la dendrite passe par un maximum, c'est la valeur laplasproche de
la conode du diagramme de phases.
Le front de solidification progresse en balayant en avant une couche enrichie en soluté
dont l'épaisseur 6 diminue avec la vitesse. Le fait que 6 soit plus grand ou plus petit que le
demi-espacement dendritique influe sur la morphologie et permet de délimiter la transition
cellules/dendrites, dendrites arrondies/dendrites pointues. Le calcul prévoit deux régimes
de croissance dendritiques : un régime de dendrites à espacement régulier pour lequel les
dendrites se stabilisent à un espacement donné par interaction entre elles, et un régime
dans lequel les conditions n'autorisent plus une interaction stabilisante [Wan97b].
Dans cette gamme de compositions proches d'une transformation péritectique, le système est
très sensible aux conditions de solidification. U n exemple de composition critique, où la ciné-
tique de croissance peut favoriser une phase plutôt qu'une autre, est celui des aciers inoxyda-
bles 18/10 représentés sur le diagramme Fe-Ni-Cr à proximité de la ligne monovariante
Liq./a/y. II a été étudié expérimentalement par solidification unidirectionnelle et par ATD ;
dans ce dernier cas, les thermogrammes enregistrés à la montée ou à la descente en tempéra-
ture mettent bien en évidence la présence de surfusion [Bob88], [Fre72]. La phase primaire
peut basculer de l'austénite à la ferrite e n fonction de la vitesse de refroidissement. C'est
l'austénite qui est susceptible de présenter de fortes surfusion de solidification.

Espacement des dendrites primaires


Le modèle en faisceau confirme une loi de variation formulée antérieurement en fonction
de G, V et d'une constante qui regroupe les données thermodynamiques du système à la
température considérée jHun77l :

Les raisonnements précédents supposent que G et V sont contrôlés et que le régime est
permanent. C'est le cas des expériences de solidification dirigée. Les conditions techniques
de solidification d'un acier, soit en lingot, soit en coulée continue, sont telles que G et V
changent localement. De plus, la comparaison ne peut s'établir que pour la zone de cristal-
lisation colonnaire (voir $ 15-1). Or la croissance colonnaire concerne une faible propor-
tion proche de la zone de peau. Même dans ce cas, l'exploitation des micrographies est
délicate car la mesure de l'espacements des branches primaires doit être effectuée dans un
plan parallèle au front de solidification. Cette condition est difficile à remplir lorsqu'on
examine une pièce après sa solidification complète. En conséquence, la mesure de l'espa-
cement primaire est rarement exploité.
Les vitesses élevées correspondant à la partie droite du diagramme de la figure 5-3-9 sont
atteintes seulement dans des cas exceptionnels, soit lors de la solidification de produits très
minces (gouttelettes ou rubans dont la taille est de l'ordre de 10 à 100 Pm, soit dans le cas
de refusion par faisceau d'énergie (faisceau laser, ou bombardement d'électrons). Dans
tous les cas, G et V varient localement. G peut prendre des valeurs très grandes. Dans les
zones solidifiées le plus rapidement, la microstructure est très fine avec un espacement de
quelques micromètres et s'apparente à une structure de cellules régulières à cause de
l'absence de branches secondaires bien formées.

5-4 Evolution de la microstructure dendritique

Maturation des dendrites


Les branches secondaires des dendrites naissent et se développent par la formation de
protubérances à partir de la pointe de l'axe primaire (fig. 5-4-1). De même, des branches
dites tertiaires peuvent se former à partir des branches secondaires. La dendrite native est
extrêmement ramifiée. L'interface solide/liquide a une aire très grande par unité de
volume. Cette situation est une source d'instabilité parce qu'elle est coûteuse en énergie.
Au cours de la solidification deux phénomènes distincts sont couplés :
la fraction solide augmente au détriment du liquide ;
la forme de la dendrite se reconstruit pour réduire l'aire de l'interface. Différents méca-
nismes opèrent et contribuent à faire évoluer la forme des branches.

Reconstruction de la géométrie à fraction solide constante


Considérons une microstructure à deux phases ayant une forte aire interfaciale, des
dendrites en contact avec le liquide, ou bien des grains équiaxes en suspension dans le
liquide, ou encore plus généralement des particules dispersées dans une matrice. Suppo-
sons les phases homogènes et conformes au diagramme de phases en nature et composi-
tion. Pourtant le système continue à évoluer en température, l'état d'équilibre
thermodynamique n'est pas atteint. Le moteur de ce changement est la diminution
d'énergie d'interface. Le système tend à adopter une forme plus globulaire.
L'énergie libre du système est composée de termes volumiques et de termes surfaciques.
Les termes volumiques n'interviennent plus puisque les proportions et compositions des
phases sont en accord avec le diagramme de phases. Seuls restent les termes surfaciques
MICROSTRUCïURE DES ACIERS E T DES FONTES

Figure 5-4-1 :
Micrographie électronique en élec-
trons secondaires de dendrites ren-
dues apparentes dans la retassure de
solidzjkation d'un lingotin d'acier.
Les axes primaires sont le tronc
principal de la dendrite, les bran-
ches secondaires, perpendiculaires
au tronc et symétriques. Des bran-
ches tertiaires sont observables sur
la droite de la micrographie. Les
angles de raccordement entre les
branches dépendent de la cristallo-
graphie de la phase formée. Dans
les structures cubiques la direction
de croissance préférentielle est
[100] et l'angle 90 4
Document INPG Grenoble, Fr

dont l'ordre de grandeur est beaucoup plus faible. Le potentiel chimique de chaque soluté
comporte un terme lié à la courbure locale de l'interface. Habituellement un rayon de
courbure moyen <R> est pris en compte, combinaison des deux rayons de courbure prin-
cipaux RI et R2. La relation Gibbs-Thompson exprime la variation de potentiel :

<s énergie d'interface liquide/solide en ~ m -p~le, potentiel chimique en mole-', A 7 est


l'entropie de fusion par unité de volume en J ~ - ~ K - ' .

La différence de potentiel chimique au voisinage des particules induit un transport de


soluté. Ce transport a lieu principalement par diffusion, il est donc activé thermiquement.
Le transport se fait depuis les fortes courbures vers les faibles courbures. Si les particules
sphériques sont isolées, le transport se fait depuis les plus petites particules vers les plus
grosses. Dans le cas de la structure dendritique, le réarrangement intervient dès les
premiers stades de l'évolution. A plus long terme, un deuxième phénomène devient
visible, c'est le grossissement de la structure. Le rayon moyen <R> augmente et suit
approximativement un loi en fonction du temps t du type :

< ~ > ~ -( f<)R > ~ ( ~ = =


o )K t avec K=constante (5-4-3)
Une autre formulation est proposée prenant en compte une surface spécifique Sv qui est
la surface interfaciale par unité de volume pour un système multiphase. Sv est un para-
mètre indépendant de la forme de l'interface et décroît de façon monotone lorsque la
microstructure grossit globalement. Dans le cas d'un mécanisme diffusif, la décroissance
de Sv est exprimée par [Mar961 :
Figure 5-4-5 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-1,3 C-12,7Mo trempé en
cours de solidification dirigée,
effectuée avec une vitesse de tirage
de 6,6 cm/h. Elle illustre les pre-
miers stades de la maturation des
dendrites : en A deux branches
secondaires se soudent; en B le sou-
dage des branches a emprisonné des
gouttes de liquide. Certaines bran-
ches se dissolvent et leurs voisines
comblent l'espace libre.
La zone en contraste blanc corres-
pond au liquide refroidi rapidement,
c'est un constituant eutectiquefin.
Document INPG Grenoble, Fr

La relation 5-4-3, qui donne l'évolution de <R>, a une formulation s i d a i r e à la loi LSW
(g 13-3). Pourtant cette dernière est adaptée à la croissance de particules très dispersées et
dont la proportion volumique est faible, ce qui correspond à des conditions fort éloignées
de la transformation des dendrites dans une zone pâteuse. Le seul point commun est la
minimisation de l'énergie d'interface. En effet, dans le cas des dendrites, il y a une forte
proportion de phase solide et une très faible distance entre les grains. De plus, la surface
interfaciale dendritique présente un large éventail de courbures (positives et négatives), ce
qui induit des gradients de solutés et des flux importants. Le transfert diffusif de matière
obéit à des mécanismes différents de ceux invoqués pour des particules dispersées.
D'après les résultats expérimentaux, l'évolution de la taille des particules, grains, précipités
ou dendrites suit approximativement une loi du même type que LSW

Premier stade : évolution dendritique pendant la solidification


Coalescence des branches
Les dendrites ont une forme compliquée avec une grande surface dont la courbure varie
en chaque point, depuis les courbures positives des branches jusqu'aux courbures néga-
tives des cous (fig. 5-4-1). La différence de potentiel chimique entre les cous et la masse
des branches induit un épaississement de ces dernières, et la dissolution des cous peut
aboutir au détachement de la branche. Certaines branches se dissolvent et leurs voisines
comblent l'espace libre. D'autres branches se soudent et c'est la coalescence au sens
propre du terme, parjonction de dezix branches adjdcentes pour en former une seule. Corrélati-
vement, du liquide est piégé à la base des branches (fig. 5-4-5). Rappelons que la dendrite
est un monocristal, toutes les branches ont la même orientation cristalline ce qui facilite la
jonction des branches adjacentes.
Ce phénomène complexe de grossissement et d'évolution morphologique appelé
matziration est souvent évoqué à tort sous le nom de coalescence. Dans le cas de composés à
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 5-4-6 :
Micrographie électronique illustrant
la morphologie d'une dendrite de
carbure NbC primaire dans une
matrice d'austénite. Le début de la
croissance des branches latérales
est nonfacettée, les petites branches
sont arrondies alors que l'extrémité
des plus grosses est franchement
facettée (voir aussi les figures
5-613B et 7-1-3 montrant le même
échantillo~).
Document lNPG Grenoble, Fr

FEgrcre 5-4- 7 :
Micrographie é lectronique de
l'alliage Fe-2,2C-20,5Mo, composi-
tion sur le diagramme de phases
figure. 6-5-1 de 1O,&-1 2Mo % at.
L ëchantillon a été refroidi dans un
four d3ATDà 5 'Clmin depuis l'état
liquide.
Des globules sont observables dans
la matrice austénitique. Les dendri-
tes sont entourées de deux carbures
eutectiques M6C et MosC (les plus
Jins). A remarquer que les carbures
M6C apparaissent poreux; devenus
instables, ils se redissolvent. Document INPG Grenoble, Fr

caractère facetté, la maturation des dendrites se fait en adoptant les plans de croissance
plus facile (fig. 5-4-6).
Globularisation du liquide piégé
Lorsque le liquide piégé est en proportion minoritaire, il est globularisé. Le fait est connu
pour le liquide interdendritique piégé en fm de solidification. Comme le liquide se rétracte
au refroidissement, des micropores peuvent être générés. La formation de globules gros-
siers polyphasés comme ceux de la figure 5-4-7 est moins banale; elle a été observée dans
la matrice austénitique d'alliages contenant des éléments alphagènes (Mo, W, V, Nb).

Deuxième stade: grossissement des grains


La microstructure continue à évoluer après destruction du squelette dendritique par gros-
sissement des grains et aussi des précipités ($ 13-3). Le phénomène complexe est illustré
par l'exemple d'un alliage Fe-11Mo-1,3C-4Cr-lVqui a été élaboré sous forme de poudre à
microstructure dendritique trèsjne par pulvérisation à l'eau. L'échantillon à étudier a été
préparé par pré-frittage de la poudre pendant un temps très court, juste suffisant pour la
Figure 5-4-8 :
Micrographies électroniques d'un alliage Fe-1IMo-1,3C-4Cr-1 J! L'échantillon a été élaboré par
frittage de poudres préalliées avec une microstructure initiale est très$ne. Les images au même gros-
sissement illustrent l'évolution de la microstructure pour des maintiens respectivement de 10 et
80 min à 1242 OC. Le constituant eutectique très fin qui délimite les grains apparaît en contraste
blanc. Document INPG Grenoble, Fr

compacter et souder les grains. Ensuite, des maintiens de différentes durées permettent
d'observer les premiers stades de l'évolution. Toutefois, le cas présenté est différent de
celui des aciers usuels de métallurgie des poudres (chap. 16) à cause de la composition non
classique, et de la température de maintien élevée qui laisse une proportion de phase
liquide plus grande que ce qui est habituellement toléré.
A l'issue du pré-frittage la microstructure est encore fine avec des grains de quelques
micromètres. De ce fait, un maintien de 10 min à 1242 OC suffit à obtenir la mise en équi-
libre, la proportion des phases est supposée stabilisée. Mais la microstructure a déjà subi
une maturation, les grains apparaissent relativement globulaires, sans branchement dendri-
tique (fig. 5-4-8-10 mn). Les petits îlots de liquide intragranulaire visibles proviennent de
liquide piégé en cours de croissance entre des branches de dendrites. Leur alignement
laisse deviner le réseau origmal de branches secondaires. Au bout d'un maintien en tempé-
rature plus long, la microstructure est plus grossière, les grains, aussi bien que les îlots
liquides, sont plus gros et plus globularisés (fig. 5-4-8-80 mn). Les mesures confirment une
évolution conforme à la relation 5-4-3.
Grossissement en milieu multiphasé
Un alliage pré-fritté a été maintenu pendant 40 min à une température légèrement en
dessous de la température de formation de l'eutectique (température déterminée
par ATD). Trois phases sont en équilibre: l'austénite, le liquide et le carbure eutectique
M&. Les grains d'austénite sont délunités par un constituant eutectique. Les carbures sont
classés en différentes populations suivant leur taille et leur localisation (fig. 5-4-9) :
Les constituants eutectiques. Ce sont les carbures très fins formés par la solidification du
liquide intergranulaire au moment de la trempe, à l'issue du temps de maintien.
Les carbures intergranulaires, les plus grossiers, qui sont localisés dans le sillon
inter-granulaire ou à proximité et sont probablement toujours restés au contact du liquide.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figwe 5-4-9 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-12,7Mo-1,3C (fig.
6-5-1) obtenu par pré-frittage de
poudres alliées. L'échantillon a
subi un maintien isothermependant
40 min suivi d'une trempe. La tern-
pérature a été choisi dans un
domaine à trois phases
y/M6C/liquide. A remarquer les
carbures eutectiques, très fins,
intergranulaires, les carbures gros-
siers aussi intergranulaires, les
carbures isolés dans la matrice,
intragranulaires.
Document INPG Grenoble, Fr

Ils ont grossi facilement dans la phase liquide avec une cinétique presque aussi rapide que
si les carbures étaient libres dans le liquide. Le seul effet limitant provient de ce que les
échanges se font quelquefois à travers des zones étroites, des corridors intergranulaires.
Les carbures intragranulaires sont à l'origine des carbures eutectiques fins qui ont été
piégés par la progression des grains. Dès qu'ils sont incorporés dans le solide, ils grossis-
sent moins vite. La cinétique de grossissement est intermédiaire entre celle prévisible pour
des échanges complètement en phase liquide ou complètement en phase solide.
Les grains d'austénite ont un grossissement qui est significativement freiné par la présence
des particules de carbures. Ce constat est obtenu par comparaison des résultats expérùnen-
taux obtenus à des températures proches, juste au dessus ou en dessous de la température
d'apparition de la troisième phase fl)ur97a].

5-5 Espacement des branches secondaires


Loi de variation
Les branches secondaires se forment à partir des perturbations initiales périodiques laté-
rales sur le tronc principal. Mais immédiatement après leur formation, le mécanisme
prépondérant de l'évolution est la maturation, comme l'ont montré des observations in-sitzi
sur des alliages transparents Psa851. L'espacement ils est la valeur moyenne mesurée entre
des branches secondaires rattachées à l'axe primaire. Les relations trouvées expérimentale-
ment pour cet espacement cadrent bien avec les lois de grossissement de particules
(figures 5-5-2 et 5-4). En conséquence, le principal paramètre est le temps pendant
lequel les branches sont en contact avec le liquide. Ce temps est le temps local de sokdzfi~adoon
eJ, défini par le temps que l'alliage a passé entre les températures de liqztidzis TLet de solidas
Ti-
Figure 5-5-2 :
Espacements des branches secon-
daires en fonction du temps local de
solidification Bs pour différents
aciers de type aciers 2 outils avec
des teneurs en carbone de l'ordre de
1 % (ligne continue). Pour un acier
A avec une teneur de 0,5 % l'espa-
cement est plus large (ligne en poin-
tillés).
Adapté d'après [Jq92]

La plupart des mesures de ils ont été effectuées sur des lingotins solidifiés unidirectionnel-
lement sur refroidisseur (chi4 czasting) et munis de thermocouples. Alors 0s se lit directe-
ment sur les courbes température/temps, Plus rarement, As est mesuré à partir
d'expériences de solidification unidirectionnelle. Trois paramètres servent à définir les
conditions de solidification : Vla vitesse d'avancée de l'isotherme TL en un point donné,
GL le gradient thermique dans le liquide e t p la vitesse de refroidissement. Seuls deux des
trois paramètres sont indépendants puisquep = GL. K

QS est un paramètre difficile à déterminer avec précision parce que différentes interpréta-
tions sont possibles pour évaluer la température Ts de la fin de solidification. Pour les
alliages peu chargés en carbone, peut être confondu avec le sodidgs Siermodynamique,
c'est-à-dire l'intervalle de solidification est alors ATo (fig. 5-1-5). Pour les alliages chargés
qui forment des eutectiques, la température Ts peut être assimilée à la température du
dernier eutectique. En fait, le grossissement des branches est d'abord ralenti par l'appari-
tion du premier eutectique puis s'arrête lorsque la quantité de liquide devient trop faible et
que les grains sont partiellement bloqués. Dans l'exemple présenté figure 5-4-5, les grains
sont figés avec le deuxième eutectique à 1200 O C et la proportion du troisième eutectique
est rnumne.
L'expérience conduit à des lois reliant ils à Bj et à p sous forme de fonction puissance :

r B
/ ~= osn (5-5-3)

L'exposant n varie de 0,2 à 0'45. Il faut remarquer que la relation 5-4-3 conduit à n = 0'33
avec une loi en t1I3.
3 3
Ar (Os) - As ( O ) = BOs (5-5-4)

La régularité de ces lois est suffisamment fiable pour que ils constitue le meilleur marquage
de la cinétique de refroidissement pour une pièce industrielle [Ter771et exemple fig. 21-3-6.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 5-5-5 :
Front de croissance d'un alliage
Fe-O, 15 C obtenu par modélisation
en champ multi-phase avec prise en
compte de la diffusion du soluté.
G = 150 "Cfcm;p=-1,5 ' U s . La
simulation montre comment les den-
drites moins déviées par rapport au
gradient de température recouvrent
les autres. A remarquer dans les
sillons entre deux grains les bran-
ches tertiaires gui constituent de
nouveaux troncs de dendrites.
Document Access, Aachen, G ;voir
aussi [Tia98]

Les travaux expérimentaux citées ci-après comportent les lois pour les branches primaires
et secondaires : Oac761, Der771, [Oka78], [Tah82], Pis891.
Seule l'observation de la micrographie d'un échantillon trempé en cours de solidification
unidirectionnelle permet de mesurer l'espacement des branches primaires Ap à partir des
coupes transversales de l'échantiuon correspondant à une température donnée. L'observa-
tion des coupes longitudinales renseigne sur l'évolution de la maturation des dendrites et
permet de mesurer l'espacement des branches secondaires ;ls le long des troncs primaires.
Chaque étape de l'évolution de l'alliage est représentée par une tranche du meme échan-
tillon (figures 6-1-1,6-3-1,6-3-8).

Modélisation en champs de phases


Une approche récente permet d'obtenir une image tSs réaliste de l'évolution de la micro-
structure vis-à-vis des problèmes de coalescence, de rétrodiffusion dans la phase solide ou
même de sélection d'orientation de grains IT)anOO], [Tia98]. L'interface liquide/solide n'est
pas considérée comme un seuil brutal mais comme une mince zone diffuse dans laquelle
sont pris en compte tous les échanges thermiques et diffusifs de façon couplée. Cette
méthode exige un maillage de calcul très fin dans la zone liquide/solide. Un exemple de
croissance/ évolution dendritique est présenté figure 5-5-5.

5-6 La microstructure eutectique


La solidification eutectique dans un alliage binaire
La solidification eutectique est la transformation du liquide en un solide composite formé
de deux phases notées par la suite a et f3. Dans un alliage binaire, l'équilibre correspondant
est invariant. Pour comparer avec le cas considéré précédemment dans lequel une phase
unique est formée, ici l'intervalle de solidification théorique A& est nul, comme pour la
solidification d'un corps pur.
Figure 5-6-1 :
Schéma dupont liquide/solide d'un eutectique régu-
lier entre a (gris) et p (blanc), montrant la courbure
des interfaces a/l, P/l. En arrière du front, il y a
régression de p. A l'interface, il y a équilibre au
joint triple l/alP.

Sur les micrographies, les plages du matériau dans lesquelles les phases a et P sont formées
par croissance eutectique sont habituellement faciles à distinguer, à cause des particularités
géométriques de la structure, particularités présentées ci-dessous, et aussi parce que les
particules correspondantes sont habituellement plus fines que les cellules ou dendrites
correspondant aux mêmes conditions. Comme par ailleurs les propriétés d'emploi sont
spécifiques aussi, les métallurgistes parlent de l'eutectique comme constituant structural.
Le fait que le liquide donne naissance à deux phases simultanément impose des conditions
particulières qui conditionnent la morphologie de croissance. Plus généralement, la forma-
tion simultanée des deux phases a et P à partir du liquide impose :
l'existence de points triples, où les trois phases a , P et le liquide sont en contact et en
équilibre (voir figure 5-6-1 et $ 7-2). Chaque interface apporte sa propre énergie interfa-
ciale le long de la ligne de jonction, de sorte que les interfaces sont nécessairement cour-
bées à l'échelle de la lamelle.
un transfert de soluté. Le transport s'effectue principalement par diffusion dans une
direction globalement tangente à l'interface liquide/solide.
La croissance de chaque phase se comporte selon ses propres caractéristiques physico-
chimiques liées à sa composition, et cristallographiques.Il en résulte différentes morpholo-
gies distinguées en deux catégories d'après l'observation expérimentale :
les eutectiques rhuliers et les eutectiques non-rhuliers.

Les constituants eutectiques réguliers


Si les deux phases sont de nature métallique, alors le constituant eutectique est dit régulier,
ce qui signifie qu'il suit des règles géométriques simples. Il est formé de lamelles ou de
fibres régulièrement espacées. L'option entre lamelles ou fibres est liée à la proportion
respective des phases. Lorsqu'une des phase est minoritaire, en proportion inférieure à un
tiers, elle forme des fibres car la formation de plaques serait trop coûteuse en énerge de
surface nécessaire pour un rapport surface/volume défavorable. Les lamelles ou les fibres
croissent perpendiculairement à l'interface. Une périodicité ilest définie, soit associée à la
distance interlamellaire, soit à la distance interfibre. La forme du front suit pratiquement
une isotherme TI (front eutectique plan), mis à part les sillons correspondant aux nœuds
triples entre le liquide et les deux solides.
108 h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Comme dans le cas des dendrites, la croissance eutectique se fait avec une certaine
surfusion résultant de la formation d'une couche de diffusion et de l'effet de courbure.
Dans la gamme de vitesses moyennes, le principal effet de surfusion est dû à l'accumula-
tion ou au manque de soluté à l'interface de croissance créée par le rejet ou l'absorption de
soluté lors de la progression du front de solidification. Une relation relie la surfusion à la
vitesse de progression du front de solidification V [Mag88], p<ur90] :

L'espacement interlamellaire il dépend essentiellement de la vitesse de croissance et suit la


relation :

K et K' sont des constantes propres au système.


Même dans des conditions expérimentales permanentes, la valeur mesurée pour la périodi-
cité résulte d'ajustements en réponse aux fluctuations locales. Le mécanisme est relative-
ment bien identifié pour la structure lamellaire ou fibrée tfac661. Une lamelle excédentaire
(donc A trop petit) est étouffée par l'élargissement de ses voisines. A l'opposé, un il local
trop grand s'accompagne d'une surfusion trop forte qui suscite la formation d'une lamelle
nouvelle par branchement latéral. L'observation expérimentale montre une distribution de
il relativement étroite pour les structures eutectiques régulières, l'écart ne dépassant pas
20 %. La relation 5-6-3 est habituellement appliquée à la valeur moyenne mesurée, notée
<A>.
2
V(A) = constante (5-6-4)
La relation 5-6-3 a reçu une justification théorique qui découle de l'expression de la
surfusion de diffusion et de la surfusion de courbure [lac661 ce qui conduit à deux rela-
tions en fonction de trois variables : la surfusion (TI- TE), la vitesse V et l'espacement il.
Le résultat aboutit à une relation 5-6-5, dont la courbe représentative possède un
extremum.

La question est de savoir quelle solution le système va adopter ? Il est démontré que tous
les espacements plus petits que Am (espacement de l'extremum) sont instables vis-à-vis des
fluctuations. En outre, les espacements trop grands (par exemple il > 2Am) donnent lieu à
des creux de liquide dans l'interface qui sont source d'instabilité pis80].
Cette formulation avait été initiée pour la croissance eutectoïde, avec la même indétermi-
nation [Hil71]. A cette occasion avait été proposé le principe de croissance à l'extremum.
En fait, les mesures sur les eutectiques réguliers permettent de proposer la relation :
Une structure biphasée eutectique peut se former dans les alliages à plus de deux éléments.
Cependant, la composition du liquide eutectique n'est plus la même que celle de
l'ensemble des deux phases solides ; l'équilibre eutectique n'est pas invariant. L'écart de
composition entre le liquide et la composition moyenne du solide entraîne la formation de
ségrégations. La surfusion à l'interface est changée à cause du gradient chimique dû au
rejet de soluté. Du point de vue de la morphologie, les ségrégations ont pour effet la
rupture du front eutectique globalement plan et la dégénérescence en cellules et dendrites.
La modulation du front inclut plusieurs espacements interlamellaires qui constituent des
cellules eutectiques.

Les constituants eutectiques non-réguliers


Parmi de nombreux exemples, deux sont techniquement importants parce qu'ils sont la
base d'alliages de fonderie : Al-Si et Fe-graphite. D'après le critère de classification
non-régulier, une des phases au moins (par exemple le silicium ou le graphite) est
non-métallique. L'observation de la figure 5-6-7 montre que cette phase a une croissance
$ce#ieJ c'est-à-dire que ses particules croissent en plaques ou barreaux ou profilés, dont les
faces allongées sont des plans cristallographiquement denses. Une seule phase facettée
dans le couple eutectique suffit à imposer une microstructure irrégulière.
La croissance de la phase facettée est orientée par les caractères cristallographiques ;les
plaques ne sont pas perpendiculaires à la direction de croissance. En fait la croissance n'est
pas permanente. Elle est dominée par la germination de branches latérales, qui viennent
plus ou moins périodiquement corriger la périodicité locale, mais avec le retard et la
surfusion propre aux phénomènes de germination. En conséquence, la croissance de ces
eutectiques irréguliers se fait avec une forte surfùsion et avec une interface non isotherme.
Entre la pointe d'une particule facettée et le fond du golfe liquide entre deux particules
indiquée figure 5-6-7, l'écart de température peut être sensible P a g 8 7 , pis8O], [f0n8l].
La périodicité géométrique n'est pas satisfaite localement, mais seulement en moyenne
globale (notation <A>), avec une distribution très large. Cette valeur moyenne suit

Figure 5-6-7 :
Schéma de l'interface d'un eutectique irrégulier. Noter qzle
le front de solidz$cation n'est pas isotherme, que les pla-
ques de la phase facettée (en gris) ne sont pas parallèles et
que la formation de plaques intercalaires se fait par bran-
chement latéral quand l'espacement devient suffisamment
large (Ag). La croissance s'arrête lorsque l'espacement
atteint une valeur minimale (Abr).La loupe indique un golfe
liquide entre deux lamelles dont l'espacement est devenu
trop grand.
Adapté d'après [Fis80].
110 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

approximativement la loi cinétique ci-dessus. Toutefois certains auteurs font intervenir un


effet du gradient thermique.

Les eutectiques des systèmes fer-graphite et fer-cémentite


Le système Fe-C présente deux équilibres eutectiques différents, Fe-graphite (ylgr.) et
Fe-cémentite (ylcém), dont les température sont respectivement 1153 et 1147 OC (voir
fig. 4-4-1). L'eutectique ?/gr. est appelé gris car le graphite apparaît toujours sombre sur la
micrographie qu'il soit attaqué ou non-attaqué (figures 5-6-8, 5-6-9), alors que la cémentite
non-attaquée apparaît blanc brillant sur les figures 5-6-10 A et B. Dans le cas des fontes
non alliés, la cémentite et l'austénite apparaissent avec les mêmes contrastes en micros-
copie électronique une légère attaque est nécessaire pour observer les phases. D'autres
micrographies de fontes blanches et grises sont visibles plus loin (chap. 21).
Trois constituants solides sont en compétition : l'eutectique gris, l'eutectique blanc et les
dendrites d'austénite. La surfusion de croissance est différente pour chaque phase ou
chaque constituant suivant la vitesse de croissance. Pour une composition donnée, la

Figure 5-6-8 :
Micrographie électronique d'un
fonte hypereutectique grise. Le gra-
phite primaire apparaît sous forme
plus grossière. Le graphite est sous
la forme de rubans ou pétales Cfla-
kes).
Document CTIF Paris, Fr.

Lédeburite Fe-Fe$

Eutectique gris Fe-graphite

Dendrite austénite primaire

Figure 5-6-9 :
Micrographie électronique d'un
échantillon solidzjk? unidirection-
nellement puis trempé en cours de
solid$cation de façon à matériali-
ser lefiont liquide/solide.L'alliage
est hypoeutectique, d'où la pré-
sence de dendrites primaires
d 'austénite.
Document INPG Grenoble, Fr
Figure 5-6-10 :
A) Micrographie électronique de l'eutectique Fe-Fe3C solidiJié dans des conditions lentes.
B) Micrographie électronique d'une fonte légèrement hypoeutectique solidifiée rapidement. La micro-
structure est plus fine et il n 'y a pratiquement plus de branchements secondaires. Les plaques de
cémentite se présentent en éventail. (Attaque nital)
Document INPS Grenoble, Fr

Figure 5-6-11 :
Température de croissance calculée en fonc-
tion de la vitesse de croissance pour un gra-
dient donné pour l'alliage eutectique
Fe-4,28C. Trois constituants sont en compéti-
tion: l'eutectique austénite/graphite (Eut. Gr),
l'eutectique austénite/cémentite (Eut.cém.), et
les dendrites d'austénite (Dend. aust.). En
traits noirs, la courbe pour le constituant
dont la température d'intep-face est la plus
élevée. Aux faibles vitesses, 1 'eutectiquegra-
phite se forme, puis l'eutectique cémentite
aux vitesses moyennes, des dendrites dausté-
nite et enjîn l'eutectique graphite aux gran-
des vitesses. D'après [Jon8O].

compétition de croissance peut se discuter à l'aide d'un diagramme température-vitesse.


Le consta't~antdont la températwe d'inteface e.rt l a p h élevei: occ~pel'espace (fig. 5-6-1 1) u0n8OJ.
La s.ufzasion de croissdnce de l'eutectique gris est plus grande que celle de l'eutectique blanc
pour plusieurs raisons dont, en particulier, la différence de concentration entre les phases à
former qui est beaucoup plus grande dans le cas de l'eutectique gris et nécessite un flux
plus important de carbone.
La transition entre les deux formes devrait être observée quand les deux températures de
croissance sont égales. Or, il a été montré expéwimentalement que la température de transi-
tion n'est pas la même suivant que la croissance débute en eutectique gris et passe à
112 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

l'eutectique blanc ou bien inversement passe du blanc au gris wil681, D0n811, Pag88].11
existe des couples vitesse/température de transition pour chaque régime. La transition
grislblanc est mal définie, plus aléatoire que la transition blanc/gris. L'eutectique gris se
maintient pour des valeurs de surfusion correspondant à l'eutectique blanc.
La transition gris/blanc est illustrée par la micrographie (fig. 5-6-9) d'un échantillon de
fonte solidifié unidirectionnellement et trempé en cours de solidification.La zone solidi-
fiée lentement comporte uniquement l'eutectique gris assez grossier. La zone solidifiée
rapidement comporte l'eutectique blanc et quelques plages d'eutectique gris à structure
très fine. Ces dernières plages sont proches des branches secondaires des dendrites.
L'explication est probablement que la ségrégation de solidification a enrichi en silicium le
liquide un peu confiné entre les branches secondaires et facilité ainsi la formation de
l'eutectique gris. En effet, les vitesses de transition de blanc à gris et de gris à blanc chan-
gent à cause de la présence d'éléments d'alliage. Le chrome, le phosphore et le manganèse
facilitent la germination de la cémentite, tandis que le silicium, l'aluminium, le titane et le
soufre accroissent la surfusion à partir d'un certain seuil de concentration et favorisent
ainsi l'eutectique gris. Les fontes techniques contiennent des éléments à tendances oppo-
sées, comme du silicium et du manganèse Wo1851, Cl(ag801 (voir chap. 21 et fig. 21-3-4).

Morphologie des constituants eutectiques


Il est toujours tentant de vouloir reconnaître les carbures dans un acier à leur morphologie
de solidification. Il est vrai que la morphologie de certains carbures eutectiques est caracté-
ristique et possède souvent des qualificatifs exclusifs et évocateurs. Les carbures M7C3
sont dits en fer de lance (figures 6-3-6, 6-3-7, 8-2-2, 12-3-2 et 21-4-2), Mo& en plume
(fig. 5-6-12), VC en fibres (figures 5-6-13 A, 6-3-7 et 6-34), NbC en écriture chinoise
(fig. 5-6-13 B), M& en arête de poisson (figures 5-6-13C, 6-5-4 C, 6-5-10,10-3-3), MnS en
corail (fig. 5-6-14).
L'eutectique Fe-Fe& est tellement caractéristique que le mot lédebu.tlr;ite est devenu une réfé-
rence morphologique (fïg. 5-6-10). En général, les carbures se développent en fonction des

Figure 5-6-12 :
Micrographie électronique d'un
alliage du système Fe-Mo-C pré-
sentant la microstructure eutecti-
que y/MoLC
Document lNPG Grenoble, F:
Figure 5-6-13 :
Micrographies électroniques
d'échantillons ayant subi une atta-
que profonde pour dissoudre par-
tiellement la matrice.
A) système Fe-V-C. Les carbures
fibrés de l'eutectique Fey/VC
rayonnent à partir du centre de la
cellule. La matrice est partiellement
transformée en cell~les perlitiques.
Les lamelles de cémentite sont plus
fines que les fibres d'au moins un
ordre de grandeur:

B) système Fe-Nb-C. Les carbures


NbC de 1 'eutectique Fq/NiSC sont
disposés en lamelles branchées per-
pendiculairement. A remarquer des
aiguilles dans la matrice gaible
contraste), il s'agit de martensite.
Sur un coupe polie, les carbures ont
la morphologie dite en écriture chi-
noise.

C) système Fe-Mo-C. Les carbures


M6C de l'eutectique Fey/%C for-
ment des lamelles. Certaines ont des
branchements à 120 O, la morpholo-
gie est dite en arêtes de poisson fis-
hbone).
Documents INPG, Grenoble, F
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 5-6-14 :
Eutectique FcyIMnS dans un acier
de type AlSI 303 après attaque pro-
fonde. Les sulfures apparaissent
sous forme de bâtonnets intercon-
nectés.
Document CRU- Ugine Savoie
Imphy, groupe Arcelor:

axes de croissance les plus faciles. La morphologie peut refléter ainsi la symétrie de la
structure cristalline, comme par exemple le carbure NbC qui présente des raccordements à
90 O témoignant d'une symétrie cubique.

La morphologie de la microstructure eutectique n'est cependant pas une caractéristique


intrinsèque. Elle dépend de la vitesse de solidification. Les eutectiques présentent tous une
morphologie plus régulière aux grandes vitesses de solidification, les plaquettes ou les
fibres ne sont plus branchées et peuvent même devenir lamellaires (fig. 5-6-10).

Les phases elles-mêmes changent de morphologie en fonction d'éléments d'addition. Par


exemple, le carbure VC, habituellement sous forme de fibres, devient très facetté lorsqu'il
comporte un peu de tungstène. La cémentite est aussi davantage facettée lorsqu'elle est
alliée au manganèse. Enfin, la lédeburite est lamellaire, presque régulière dans l'alliage
fer-carbone pur.

5-7 La microstructure péritectique

La transformation péritectique dans les alliages à base fer


Dans le système binaire Fe-C, il se produit une réaction invariante (à pression fure) de type
péritectique à 1393 OC : Ferrite S + Liquide -+ Austénite. La ferrite 6 disparaît lors du
refroidissement en dessous de la température péritectique Tp. Une seule phase solide
subsiste, de sorte qu'il n'y a pas de constituant péritectique analogue au constituant eutec-
tique. Toutefois, la transformation induite par le passage au nouvel équilibre laisse des
traces reconnaissables sur la microstructure. Afin d'analyser le mécanisme de la transfor-
mation, deux types de conditions sont considérés : les conditions sans diffusion dans Le
solide, S-G, et des conditions admettant une certaine diffusion sans toutefois atteindre
l'équilibre global de la règle du levier.
Figare 5-7-1 :
Schéma de la croissance péritecti-
que dans un gradient de température
dans les conditions S-G, sans d g u -
sion dans le solide. La dendrite pri-
maire est la ferrite 6 dans laquelle
les ségrégations de solidification
sont figurées en nuances de gris,
1 'austénite y se développe la tem-
pérature péritectique au contact de
laferrite.

Transformation dans les conditions Scheil-Gulliver


Les étapes de la solidification d'un alliage Fe-C sont schématisée dans l'hypothèse d'une
solidification sous forme de cellules (fig, 5-7-1). De la température de lipidas TL jusqu7à la
température péritectique Tp,il y a cristallisation de la ferrite avec ségrégation du carbone.
Le solide est enrichi au fur et à mesure que se construit la cellule, le liquide est également
enrichi jusqu'à la composition du liquide péritectique à la température Tp Alors commence
la deuxième étape avec la solidification de l'austénite péritectique qui se développe à partir
du liquide et entoure la phase primaire. La microstructure est classique, l'étymologie même
du mot péritectique y fait référence, car phi signifie qui entoure, qui enveloppe. Enfin, le
chemin de cristallisation aboutit à la formation d'un eutectique qui ne figure pas sur le
schéma, dont la proportion calculée avec la relation 5-1-8 peut être considérée comme
négligeable.

Transformation avec prise en compte de la surfusion et de la diffusion


dans la phase solide
En réalité, il y a dtffusion partielle dans la phase solide. C'est surtout vrai pour le carbone
et les éléments interstitiels dont la diffusivité est grande dans cette gamme de tempéra-
tures. Par ailleurs, même dans des conditions de croissance stationnaire, chaque phase se
forme avec une surfusion de croissance propre, ce qui modifie la température de transi-
tion. La diffusion est limitée, en conséquence les phases ne sont pas homogènes et sont
donc globalement hors d'équilibre, mais les équilibres entre lesphases sont respect& localement aax
iîatefaces. Lorsque l'échantillon est disposé dans un gradient thermique, les équilibres inter-
faciaux s'établissent à chaque niveau de température. A partir du schéma de la figure 5-7-2
analysons les mécanismes qui influent sur la microstructure à deux niveaux d'échange :
entre le Liquide et les solides 6, y, et entre les solides 6 et y.

Les échanges via le liquide sont schématisés d'après une analyse de Hillert [Hi1791 et
[I<er96] (fig. 5-7-2). L'austénite péritectique croit à la température Tp- ATp avec une
certaine surfusion AT' tributaire des conditions de vitesse et gradient et de la
physico-chimie de chaque phase. A cause de cette surfusion, la solidification de la ferrite
primaire se poursuit de façon métastable entre Tp et Tp- ATp. Une coache de dzffztsion
s'établit tout le long de l'interface solidelliquide pour respecter l'équilibre interfacial. Les
phases solides formées à Tp- ATp ont pour composition respectivement C6 et C, et les
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figare 5-7-2 :
Schéma de la croissance péritectique pour une conzgura-
tion de diagramme de phases de type Fe-C et une cornposi-
tion initiale Co dans les conditions avec di&usion partielle
dans la phase solide.
A la température Tu-ATu le liquide est en équilibre locale-
ment avec 6 et mec y. L& teneurs en carbone sont dflérentes suivant la phase avec laquelle il est en
contact.
Adapté d'après [Hi1791 et [Ker96].

liquides à leur contact Cu et CL,. Du fait des différences de composition, des échanges
de soluté se produisent à travers le liquide qui est plus riche en carbone à l'interface avec
l'austénite, ce qui induit un transport diffusif du carbone excédentaire à travers le liquide
vers la ferrite. Le liquide enrichi engendre alors une refüsion locale au contact de la ferrite.
La zone refondue a une étendue qui dépend de la chimie du système et des conditions de
progression du front. Des .microstructures très diverses peuvent en résulter. Si la zone
refondue s'étend transversalement, il peut aussi se former des poches de liquide piégé et
même former des bandes transverses par coupure complète de la phase primaire. Il y a
alternance de la germination et de l'étalement d'une phase sur l'autre [Tri95], [8oe00],
pLOl].
Plus en arrière du front, à des températures plus basses, l'austénite croît au contact du
Liquide par solidification. Cette phase de la transformation est appelée ici en raccourci
Pour les compositions initiales proches de la composition péritec-
solidifi~ationpérZtectiqzae~
tique, TL est proche de Tp et les dendrites primaires sont peu proéminentes par rapport au
front de solidification. La présence de cette zone liquide entre elles fait que les phases
semblent avancer de façon décalée. Il y a alternance de deux phases comme dans une
structure eutectique, mais avec une croissance complètement découplée.
Dans les tranches dont la température est inférieure à Tp-ATp, l'austénite se développe en
phase solide au contact et aux dépens de la ferrite par transformation péritectique. Elle est
appelée azasténite de régression. Dans le cas des alliages Fe-C, la mise en équilibre est rapide et
l'austénite progresse sur les deux fronts. La transformation de régression ne se produit pas
pour tous les systèmes, elle est liée à la configuration du diagramme de phases.
L'alliage Fe-Ni fournit un autre exemple (fig. 5-7-3). La phase primaire est la ferrite 6, puis
l'austénite péritectique. En phase solide, la proportion ferrite/austénite change en fonction
de la température (Pj 4-8). L'évolution a été étudiée à partir de l'examen des tranches d'un
barreau solidifié unidirectionnellement et trempé en cours d'expérience. Lors de la trempe,
la progression de la transformation est stoppée (fig. 5-7-3A). A l'issue du refroidissement
Figure 5-7-3 :
Micrographie optique en contraste interférentiel d'un alliage Fe-4,7Ni (% pds) solidzj2 unidirection-
nellement dans les conditions: V=41,7 p / s : G ~ = 4 * 1 iY.s/m2
0 ~ et trempé en cours déxpérience;
A) section tranversale à 0,9 mm en dessous de l'interface liquide/solide. Les flèches indiquent laposi-
tion de l'interface 6/y au moment de la trempe.
B) section tranversale à 1,3 mm en dessous de la pointe des dendrites. La solid$cation est terminée,
La ferrite est réduite à un mince squelette au centre de l'ancienne dendrite.
Document E.l?FL Swizerland, [Fan971

lent, la ferrite primaire a presque disparu, il ne reste plus qu'un mince squelette riche en
fer, au centre des anciennes branches dendritiques (fig. 5-7-3 B), pun98], PoeOO].
Lorsque les aciers contiennent d'autres éléments que le carbone, la transformation
progresse à partir de l'interface 6 / y en rejetant les solutés en excès qui s'accadmdent en adne couche de
dgusion à PaPzte+ce. La mise en équilibre reste locale pour tous ces éléments (excepté les
interstitiels) car les échanges entre la ferrite primaire instable et le liquide doivent se faire à
travers l'austénite péritectique qui constitue une barrière de diffusion. La formation d'une
couche de diffusion se produit surtout en présence d'éléments d'alliage alphagènes rejetés
lors de la formation de l'austénite. La sursaturation dans la couche de diffusion dépend de
la température, elle donne lieu à toutes sortes de transformations, il y a un véritable
marquage (figure 5-7-4 et voir aussi plus loin g 6-5), Pre761, [Pie90], [Ker96].
L'évolution de la microstructure d'un alliage Fe-C-Mn au cours de la transformation péri-
tectique a été représentée à partir de calculs par la méthode de champs de phases en uuli-
sant les données des équilibres de phases (SSOL-SGTE Solution) et des coefficients de
diffusion du carbone et du manganèse dans l'austénite et la ferrite 6 (fig. 5-7-5). La
concentration en carbone apparaît homogène dans chaque phase (fig. 5-7-5 B).
Des ségrégations de solidification sont marquées dans l'austénite formée au contact du
liquide. Et surtout, le liséré plus foncé marque la couche de diffusion en avant de l'austé-
nite de régression (figures 5-7-5 C et D).
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 5- 7-4 :
Schéma de la croissance péritecti-
que
En gris clair, la ferrite primaire. En
gris hachuré, I'austénite obtenue
par solidification. En gris moyen,
I'austénite obtenue par transforma-
tion en phase solide à partir de
l'interface 6Iy. En gris foncé, une
couche de diffusion induite par le
rejet de soluté de la transformation
péritectique. La largeur de la cou-
che de diffusion diminue avec la
température.

Figure 5-7-5 :
Front de croissance pour un alliage Fe-0,2C-1Mn.
Conditions de croissance :p= -1 "Us,
G =200 "C/cm, Tpointe=15 16 OC, ilp=200 Pm.
Modélisation en champs de phases avec MICRESS*
A) répartition des phases: liquide L, y, 6
B) répartition du carbone avec les concentrations les
plus faibles en noir;
C) répartition du manganèse avec les concentrations
les plus faibles en noir;
D) agrandissement de la zone refroidie lentement de
C qui montre la couche de dzflusion en avant du fron~
de l'austénite.
*MICRESS, ACCESS lnzestrasse 0-52072 Aachen
Transformatioaa de la microstructure
en milieu Biqialde/soBide

La genèse de la microstructure est difficile à reconstituer lorsque les transformations successives ont
accumuk et embroui22é les traces. C e chapitre est consacré à l'étude de quelques cas indépendants les
uns des azctres, U n e doubk motivation a orientée le choix des exemples :
l'illustration des possibilités, mais aussi des limites, de l'interprétation des mécanismes par la
microstructure ;
la présentation de la microstructure d U n large éventait de constituants.

6-1 Les solidifications contrôlées

La technique Bridgman-Stodebarger dite Bridgman


Dans le chapitre précédent, il a été question plusieurs fois de barreaux dans lesquels le
front macroscopique de solidification progresse unidirectionnellement. De telles techni-
ques ont été utilisées à partir des années 50. Dans la technique Bridgman, l'échantillon est
totalement refondu au départ dans son creuset, à l'exception d'une extrémité qui sert de
germe. Il est déplacé à travers un four horizontal ou le plus souvent vertical, avec une
vitesse constante (Vdrage imposée). Le four crée un champ thermique G constant. Suivant
les valeurs locales de Vfet de Gfau front de solidification, différents régimes de solidifica-
tion s'établissent (front plan ou dendrites) qui peuvent évoluer le long du barreau. Les
transitions à grandes vitesses ne sont habituellement pas possibles par la technique Brid-
gman, les isothermes sont déformées parce que le matériau ne se refroidit pas assez vite.
Les vitesses très lentes requièrent des installations sophistiquées car la moindre instabilité
engendre des irrégularités de croissance et la formation de bandes transversales indésira-
bles. La gamme de vitesses de tirage est comprise le plus souvent entre 1 et 50 cm/h,
généralement plus élevée que la gamme de vitesses nécessaire aux conditions de front plan
dans les alliages métalliques. Un thermocouple à l'intérieur du creuset permet de connaître
le gradient thermique. Les gradients thermiques obtenus sont de quelques degrés par
centimètres jusqu'à plusieurs centaines suivant les installations.
LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

La méthode est applicable pour fabriquer des monocristaux, par exemple des halogénures à
l'état pur utilisables pour l'optique. I l s'agit alors de croissance à front plan. Dans le
domaine métallurgique, les aubes de turbines en superalliages, dites monocristallines, sont
produite par la technique Bridgman. La croissance se passe en régime dendritique. Le quali-
ficatif monocristallin met l'accent sur l'absence de désorientation majeure, donc l'absence de
joint de grains dans tout l'échantillon. Des astuces de sélection de grain (germe,chicanes) per-
mettent d'obtenir une pièce effectivement monogranulaire.

La solidification dirigée
Ce type de solidification contrôlée accompagnée d'une trempe en cours d'expérience est
utilisé pour étudier l'évolution de la microstructure de l'échantillon pendant la croissance
dendritique. Le dispositif expérimental consiste à déplacer le creuset (ou le four) à une
vitesse programmée, constante, à travers un gradient thermique fixe imposé par le four.
En choisissant un creuset et le barreau associé suffisamment longs, avec une faible section,
les transferts thermiques ne sont pas affectés par l'avancée du barreau et un étatpermanent
peut s'établi~Alors, la vitesse de progression du front Vfpeut être confondue avec la vitesse
de tirage Vtjragc De même, la composition chimique reste constante le long du barreau
excepté dans la zone de l'interface liquide/solide. Chaque tranche se met en équilibre en
fonction de la température locale. La trempe a pour effet de figer le liquide à un moment
donné. L'examen des coupes transversales associées à la mesure in-sita de température
donne une image précise de l'état de l'alliage au moment de la trempe. La zone liquide au
moment de la trempe est reconnaissable au fait que la microstructure est très fine à cause
de la rapidité de la solidification, ce qui permet de délimiter l'interface solide/liquide. Un
gradient thermique faible étale les zones de transformation sur une plus grande longueur
de barreau.
L'examen micrographique permet de tracer l'évolution de la proportion de liquide et sa
distribution dans le solide déjà formé. L'analyse et l'identification des phases formées
permettent de reconstituer le chemin de cristallisation. D'un point de vue formel, le
processus de solidification ne se déroule pas dans des conditions réversibles, ni même dans
les conditions Scheil-GulLiver à cause de la rétrodiffusion et de la surfusion de croissance.
En conséquence, le chemin de cristallisation n'est pas l'un de ceux décrits $ 4-6 mais une
situation intermédiaire. La méthode ne convient pas pour tous les systèmes. Par exemple,
lorsqu'il y a formation de phases dont la densité est bien différente de celle du liquide, des
phases peuvent décanter (WC, NbC, Tac) ou flotter (VC, Tic, graphite) aux vitesses lentes
et se retirer de la zone où elles ont été formées. L'interprétation de la microstructure est
alors brouillée.
Le premier cas choisi illustre bien l'évolution en milieu liquide/solide (fig. 6-1-1). C'est un
acier dont l'intervalle de solidification est long, 146 OC entre le liquidas à 1 396 OC et le
solidus expérimental à 1250 OC. Pour une vitesse de tirage de 7 cm/h et un gradient moyen
autour de 70 OC/cm, une tranche mettra 30 min pour se solidifier complètement. Pendant
ce temps, la microstructure se transforme profondément comme il apparaît sur la coupe
longitudinale du lingot. Les branches secondaires grossissent au fur et à mesure que la
Figure 6-3-1 :
Schéma (droite) et micrographies optiques (gauche) d'un acier
X200Cr12 solidiJié unidirectionnellement avec une vitesse de tirage
de 7 cm/h, et trempé en cours d'expérience. Le barreau qui consti-
tue le lingot mesure environ 40 cm avec une section de 0,8 cm de
diamètre.
La fraction encore liquide au moment de la trempe a une micro-
structure fine qui permet de la distinguer de la fiaction déjà solidi-
fiée. La structure dendritique évolue au premiers stades comme
l'exemple précédent iig. 54-51. Mais 1'intemalle de solidz~cation
de l'alliage est grand donc le temps de contact des dendrites avec le
liquide long, ce qui entratne lefiactionnement des branches de den-
drite et laperte totale de leur interconnexion.
Document INPG Grenoble, Fr adapté d'après [f)ur80b]

fraction solidifiée augmente et aussi coalesce. Le stade extrême est la dégénérescence


complète du réseau dendritique où chaque branche devient une unité libre dans le liquide,
un grdin indépendant de l'orientation initiale de la dendrite. Ce stade est atteint parce que le
solide est resté longtemps en contact avec le liquide. Dans la zone médiane trempée plus
tôt dans le déroulement du processus, les branches secondaires des dendrites sont soli-
daires du tronc primaire. Il est alors possible de mesurer un espacement secondaire.
L'espacement des troncs primaires ne peut être mesuré que sur les coupes transversales.

Solidification unidirectionnelle sur refroidisseur


De nombreuses études sur la solidification dendritique ont été réalisées par solidification
unidirectionnelle sur refroidisseur ou chill casti~g.La solidification se déroule avec des
isothermes pratiquement planes, mais en régune transitoire avec une vitesse et un gradient
variables. Un réseau de thermocouples suffisamment fins et sensibles est disposé en divers
points, Les enregistrements de la température en fonction du temps pendant la coulée
122 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

indiquent les vitesses de refroidissement et éventuellement détectent la surfusion. Cette


technique est utile pour étudier la solidification colonnaire.

6-2 L'analyse thermique


L'analyse thermique
L'analyse thermique simple AT et l'analyse thermique différentielle A T D sont des
méthodes très sensibles pour déterminer les accidents thermiques lors du refroidissement
ou du chauffage d'un échantillon. Les problèmes classiques de la pratique de la méthode:
comme l'étalonnage et le choix de références sont traités dans des ouvrages techniques
[Mi184], [Wen64]. Il existe pour les aciers un recueil comprenant des courbes d'analyse
thermique en correspondance avec les micrographies Uer77l. L'interprétation. du signal est
plus délicate dès qu'il ne s'agit plus de corps purs et en conséquence qu'il ne s'agit plus de
réactions invariantes [Fre79a]. Un. exemple de courbe d'analyse thermique simple et de la
courbe dérivée associée est présenté figure 6-2-1. Le refroidissement programmé d'un
lingotin d'acier d'environ 35 g est suivi par un thermocouple immergé dans le creuset. Du
point de vue théorique, l'échantillon qui se refroidit est nécessairement soumis à des
gradients thermiques, le signal donné par le thermocouple de mesure doit être analysé par
référence à l'échantillon considéré comme un mini-lingot.
Deux thermocouples au moins sont actifs en analyse thermique différentielle ; ils sont
placés respectivement un proche de l'échantillon et un autre proche d'un témoin inerte.
Une température qui sert de référence et la différence de température entre les deux

Figure 6-2-1 :
Exemple d'analyse thermique simple
pour un échantillon d'acier de 35 g ini-
tiallementfondu. La courbe en traits
pointillés est la température du four. Les
courbes en traits pleins sont la tempéra-
ture de l'échantillon en fonction du
temps T et la courbe dérivée dT/dt. Les
accidents sont:
1- Début de croissance de la phase pri-
maire.
2- Température de croissance des den-
drites considérée comme température de
liquidus.
3- Les pointes de dendrites atteignent le thermocoq e au centre de 1ëchantillon, Le régime des
échanges thermiques change.
4- Début de laformation de la seconde phase.
5- Maximum de la réaction de solidiJicationde la seconde phase, le maximum de température est con-
sidéré comme température de formation de la seconde phase.
6- Fin de la solidiJication, la température est considée comme température de solidus.
Document extrait de "A guide for solidification of steels", éditions Jerkontoret [Jer77]
thermocouples sont enregistrées sur un thermogramme. Les échantillons sont petits,
usuellement entre 200 mg et 2 g suivant les installations. Enfin, les thermocouples ne sont
pas en général en contact direct avec l'échantiuon. Un exemple de courbe accompagne une
micrographie plus loin, figure 6-5-2.
La surfusion de solidification
La valeur de la température de solidification mesurée est toujours décalée par rapport à la
température d'équilibre lue sur le diagramme de phases à cause de la surfusion. La
surfusion a plusieurs origines (g 5-3) : la surfusion de croissance due principalement à la
couche solutale en avant de l'interface et la safasion degermination qai n'existepas en solid$-
cation dimgée dans les con&tions permanentes. Les déviations dépendent des méthodes.
Un contrôle a- posteriori de la surfusion de germination peut être effectué en analysant la
courbe d'analyse thermique simgle relevée par le thermocouple en proche contact avec
l'échdntillon. La surfusion se traduit par un crochet de la courbe dû à la remontée de tempé-
rature. Pour éviter la surfusion, il est recommandé de ne pas trop surchaufferl'échantillon
par rapport à la température de liquidus. Une surchauffe de plus de 20-30 OC dans la
gamme de température des aciers favorise un retard de germination. Léxplication est peut
être la destruction d'arrangements précurseurs du germe dans le liquide ou encore la dissolu-
tion de quehues rares inclusions comme des carbonitrures réfractaires, tels que Nb(CN), qui
sont connus pour jouer un rôle d'agents germinants. Les très petits échantillons ((300 mg)
sont davantage sensibks à ia surfusion.
Une méthode est proposée pour s'affranchir de la surfusion de croissance [Old62]. La
température de a'iqaids TL est déterminée à partir d'expériences à différentes vitesses de
refroidissement. La valeur de TL ainsi mesurée diminue lorsque la vitesse de refroidisse-
ment augmente. La température choisie est l'extrapolation à vitesse zéro sur la courbe
T L / V Cette méthode adaptée à 1'ATD consiste à faire subir au même échantillon
plusieurs cycles fusion/solidification à différentes vitesses de refroidissement. L'extrapola-
tion n'est valable que pour la température de transformation d'une phase homogène
comme le liquide. Elle n'est pas transposable aux transformations en phase solide dans un
solide comportant des ségrégations de solidification. Notons que la déviation de tempéra-
ture entre la température extrapolée et la température mesurée est faible pour la gamme
des vitesses de refroidissement lentes, de l'ordre de 2 à 5 OC/mul. Dans l'exemple cité par
[Old62], la déviation est de 5 O C pour une vitesse de refroidissement assez rapide de
100 OC/&.
Interprétation des thermogrammes
Malheureusement YATD fournit seulement les températures des accidents thermiques. La
méthode est aveugZe7 c'est-à-dire sans contrôle des transformations qui se passent effecti-
vement dans l'échantillon. Cela donne lieu à bien des erreurs d'interprétation. 11 est absolu-
ment nécessaire de compléter les résultats par des observations micrographiques, ou
cristallographiques. Une interprétation appuyée sur un diagramme de phases peut être
erronée si le diagramme est incomplet ou inexact ou bien mal utilisé, de fajon inadaptée
aux conditions de l'expérience. L'erreur la plus fréquente consiste à faire correspondre les
accidents thermiques lors dzt refroidissement au franchissement de domaines lus sur une
124 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

isoplète à la verticale de la composition initiale. Cette lecture implique un état d'équilibre


global à toutes températures, dans les conditions de la règle du levier (g 4-6). Cette
pratique est acceptable, à la rigueur, dans le cas d'échantillons frittés ou nanocristallins
parce que leur microstructure est très fine et l'équilibre peut s'établir rapidement compte
tenu des courtes distances entre chaque phase. La condition n'est plus remplie après la
fusion de l'échanullon à cause des ségrégations de solidification. Chaque zone de l'échan-
ullon envoie le signal correspondant à la composition locale, d'où un brouillage complet.
La deuxième erreur fréquente consiste à admettre qu'une vitesse de chauffage ou de
refroidissement suffisamment lente permet l'établissement d'un état d'équilibre chimique
global. La vitesse souvent choisie de 5 OC/min, pour une expérience d'ATD, est un bon
compromis pour avoir un signal correct. Cependant, la microstructure d'un échantillon
solidifié dans de telles conditions, ou d'un échantillon brut de solidification est, en général,
hétérogène et grossière. L'état d'équilibre n'est pas atteint à tous les stades de l'expérience
et les accidents thermiques mesurés ne correspondent pas aux transformations prévisibles
pour l'alliage à l'équilibre. En conséquence, pour mesurer les températures de transforma-
tion en phase solide, il sera toujours préférable de choisir un échantillon initial dans lequel
la microstructure est fine, de l'ordre de grandeur de la distance de diffusion à la tempéra-
ture considérée. Il faut un échanullon préparé par trempe, ou bien ayant subi un traitement
thermomécanique, et ne pas le chauffer jusqu'au début de fusion. Enfin, il est recom-
mandé de toujours examiner la microstructure en fin d'expérience sur une section verticale
de l'échantillon pour vérifier l'homogénéité de répartition et l'absence de modification de
l'alliage par oxydation, décantation ou de flottation.
Les aires sous pics sont proportionnelles au dégagement de chaleur, donc à la quantité du
constituant correspondant. Mais elles peuvent rarement être utilisées quantitativement car
la chaleur latente varie en fonction de la composition des phases impliquées. D'un point de
vue pratique, il faut retenir que le signal est faible pour une phase minoritaire.

Solidification interrompue par trempe en cours d'analyse thermique


Pour faire correspondre sans ambigztité un accident thermique avec une transformation
déterminée du chemin de cristallisation, il est utile d'observer des échantillons trempés au
moment où le signal se manifeste sur le thermogramme d'analyse thermique différentielle
en cours. La structure de solidification figée par la trempe permet d'identifier quelle trans-
formation était en cours.
L'exemple présenté est un alliage du système Fe-Mo-C, (le point représentatif de l'alliage se
trouve pour une composition Fe-8,8Mo-17,2C en pourcentage atomique figure 6-5-1). Le
thermogramme normal en refroidissement continu jusqu'à l'ambiante, présente trois acci-
dents thermiques à 1107,1080 et 1065 OC. Au cours d'un autre cycle un échantillon a été
trempé en dessous de 1080 OC, après passage du deuxième accident sur le thermogramme.
Sur la micrographie de la figure 6-2-2 le liquide trempé a une microstructure plus fine, ce
qui permet de reconstituer le chemin de cristallisation. La phase primaire est l'austénite y,
visible sur un morceau de dendrite en contraste noir, en second le constituant eutectique à
Figure 6-2-2 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-1 6,ZMo-4C refroidi dans
un four dYATDà 5 " C h i njusqu'à
1075 OC puis trempé. La microgra-
phie présente trois constituants :des
dendrites primaires y en contraste
noir, un constituant eutectique à
deux phases y15 (Fe2MoC) et un
constituant eutectique à trois phases
y/t/Fe3Cavec des grandes plaquet-
tes sombres de Fe3C. Les zones à
microstructure$ne, soit une partie
de y15 et y/t/Fe3Ccorïespondent au
liquide solidifié rapidement.
Document INPG, Grenoble, Fr ;
voir [Gir95/

deux phases y/t-Fe2MoC avec un morphologie grossière au contact de la dendrite et un


morphologie fine en pourtour. La morphologie de l'eutectique y/4 est tout à fait semblable
à celle de la lédeburite y/Fe3C. La solidification n'est pas achevée au moment de la trempe.
L'accident de 1080 OC correspond donc à la formation de l'eutectique y/&. L'accident à
1065 OC correspond au constituant eutectique à trois phases ylt/Fe3C avec des longues
plaquettes sombres de cémentite [Gir95]. Une morphologie similaire avec de telles
plaquettes est formée dans le système Fe-W-C (fig. 6-4-2 B).

6-3 Les chemins de cristallisation


Effet de la rétrodiffusion sur les chemins de cristallisation
Dans le contexte d'une solidification d'acier à caractère industriel, ni les conditions réversi-
bles de la règle du levier, ni celles de Scheil-Gulliver ne sont réalistes. Des échanges de
solutés non négligeables se passent entre le liquide et le solide en cours de formation,
surtout dans le cas des alliages à base fer pour lesquelles les températures de l'intervalle de
solidification sont relativement élevées. Le modèle S-G permet de déterminer une ampli-
tude maximale de ségrégation ou taux maximal de ségrégation. Le taux de ségrégation est
un terme familier en pratique industrielle, c'est le rapport entre les concentrations mini-
male et maximale mesurées dans la matrice.
Le problème est d'évaluer l'ampleur de la rétrodiffusion dans le solide juste formé pendant
le temps où il est en contact avec le liquide. Il est clair que la diffusion du carbone ou
d'autres éléments interstitiels est très active et, compte tenu de la diffusivité élevée, la
pénétration ne se limite pas à une couche superficielle du solide. Il est donc admis que les
éléments interstitiels ont un comportement conforme à la règle du levier. Par contre, la
profondeur de pénétration des éléments métalliques est beaucoup plus limitée.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-3-1 :
Ségrégation de solidzfication dans l'alliage Fe-12Cr-l,65C-0,5M0-0,5 W-0,25 (désigné dans la spé-
czjkation ASTMstandard A681-89a, UNS T30402). Un échantillon a été trempé en cours de solidzj?-
cation unidirectionnelle et la microstructure observée à chaque niveau.
A) micrographie en électrons absorbés' dirne zone qui était à 1300 O C au moment de la trempe,
c'est-à-dire 93 OC en dessous de la température expérimentale de liquidus. Les aiguilles claires au
centre des grains sont de la martensite.
# Les conditions de travail à la microsonde électronique se prêtent à la mesure du courant d'échan-
tillon ou électrons absorbés qui sont complémentaires des électrons émis (rétrodzflusés, secondaires).
Le contraste est de cefait inversé et les carbures contenant le molybdène apparaissent sombres.
B) profil de concentration en chrome obtenu à partir de pointés tous les deux micromètres environ le
long du tracé indiqué par une barre claire.
Echantillon Aubert et Duval, Les Ancizes, FK

Les paramètres à considérer sont, comme pour tout problème de diffusion, la température,
la durée de maintien, et la taille de la structure. La première modélisation à ce sujet fait
intervenir ces paramètres à travers un coefficient correcteur au modèle S-G [Bow66]. Ce
coefficient est un nombre sans dimension de Fourier a = 4ùs+/i12 où ùsest le coeffi-
cient de diffusion dans le solide lié à la température, Os le temps local de solidification et il
l'espacement interdendritique primaire. En fait, il apparaît que la correction de rétrodiffu-
sion est faible, et que sa variation en fonction de la vitesse de solidification peut souvent
être considérée comme négligeable pour les solutés d'éléments en substitution car deux
effets se compensent. D'après le coefficient de Fourier, lorsque la solidification est rapide,
OS au numérateur est petit et il au dénominateur varie de même et, inversement pour les
faibles vitesses.
La microstructure d'un acier à outils riche en chrome et en carbone dlustre la répartition
des ségrégations (figures 6-3-1 et 6-3-2). Les échantillons ont été prélevés dans un barreau
solidifié unidirectionnellement et trempé en cours d'expérience. Pour un échantillon
figure 6-3-1 la solidification s'est faite lentement sur une centaine de degrés ; pour l'autre
échantillon de la figure 6-3-2 elle a été rapide lors de la trempe. Le taux de ségrégation
Figure 6-3-2 :
Micrographie électronique en élec-
trons absorbés du même alliage que
celui de la figure 6-3-1 dans une
zone qui était liquide au moment de
la trempe et qui a formé une micro-
structure très fine. Des dosages
ponctuels ont révélé une ségrégation
du même ordre que celle mesurée
dans les dendrites grossières Cfig.
6-3-1). Le pourtour des dendrites,
enrichi en chrome, a été moins sen-
sible à l'attaque chimique.
Echantillon Aubert et Duval, Les
Ancizes, FK

déterminé expérimentalement est effectivement tout à fait comparable pour les grosses
dendrites solidifiées lentement et les petites dendrites solidifiées rapidement.
Des modèles plus sophistiqués prennent en compte la maturation de la structure Po1991.
La difficulté de modélisation des échanges diffusifs provient du fait que la dendrite a une
forme compliquée, ni axiale, ni sphérique, et de plus évolutive. Il est donc difficile de faire
correspondre exactement le profil de concentration attendu en travers d'une dendrite avec
la fraction solidifiée. Au point de vue expérimental, une difficulté est de localiser précisé-
ment le centre de la dendrite (minimum de ségrégation pour k < 1) sur une section quel-
conque d'un échantillon autre qu'une coupe transversale. Plusieurs mesures sont
nécessaires pour valider le résultat.
Un autre effet s'ajoute à la rétrodiffusion pour diminuer le taux de ségrégation, c'est la
surfusion à la pointe de la dendrite. La composition Cp à la pointe de la dendrite est
définie par l'équilibre à la température de liquidus diminuée de la surfusion (fig. 5-3-9)' elle
est plus riche en soluté pour k < 1. La surfusion augmente avec la vitesse de solidification.
La relation Cp = k.Co n'est approchée que lorsque la cinétique n'est pas trop grande
comme dans la solidification de lingots.
En définitive, il est pratiquement impossible de s'affranchir d'un certain taux de ségréga-
tion en fin de solidification. Ce taux ne varie pas beaucoup dans la gamme courante des
vitesses de solidification. Or, l'hétérogénéité significative due aux microségrégations a des
répercussions importantes sur les transformations ultérieures en phase solide en induisant
une précipitation localisée ou une transformation martensitique non uniforme par
exemple. Les propriétés mécaniques ou la sensibilité à la corrosion en supportent les
conséquences (voir figure 6-3-2). Il faut alors opérer des traitements thermiques pour
effacer ou atténuer les ségrégations. A ce stade, la cinétique d'homogénéisation d@end beaucoup de
lajnesse de la microstructure. En première approximation, le temps nécessaire pour un certain
128 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

t
"155 L 2:-

......
---
Rétrodiffusion
145 Scheil-Guiliver

130@ , , , , , , , , , !
O 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1.0
B fraction solidifiée

Figure 6-3-3 :
Solidflcation d'un alliage Fe-1 Kr-l, l C
A) tracés de chemins de cristallisation sur la projection du liquidus du système métastable
Fe-Cr-Fe3C (voir j 4-6) suivant les trois gammes de conditions:
avec dzflusion (levier), le chemin s'arrête à l'épuisement du liquide lorsque la composition globale
correspond à la composition du solidus, c 'est la ligne en gris terminéepar uneflèche
sans dzflusion (Scheil-Gulliver)le chemin continuejusqu 'à 1 'eutectiqueFe/Fe3C qui est 1 'aboutisse-
ment des lignes eutectiques.
avec dzflusion partielle (rétrodE£fusion)et pour des conditions de refroidissement de 0,5 "CS-' et un
espacement secondaire de 50 p.
B) fiaction de solide en fonction de la température dans chacun des cas considérés (le calcul n 'apas
été prolongé au delà de l'eutectique dans les conditions avec diffusion).
Document INPG Grenoble, Fr.

taux d'homogénéisation varie en fonction du carré de l'espacement de la modulation de


composition.
Depuis les premières tentatives de prise en compte de la diffusion autour des années 70 de
nombreux modèles ont été proposées [Kra97]. Les plus récents incorporent le calcul des
équilibres de phases dans les systèmes multiconstitués. Les codes de calculs thermodyna-
miques permettent de calculer pas à pas la composition du solide et liquide en équilibre en
fonction de la température, dans les conditions de la règle du levier ou dans les conditions
S-G. Une difficulté provient de la précision insuffisante des données thermodynamiques
classiques des diagrammes de phases. Des données spécifiquement ajustées à une gamme
de composition ont été optimisées, par exemple, pour les aciers de type 18/10 @îïe98c].
Le calcul de chemin de cristallisation est fait pas à pas, à partir des conodes à la température
considérée. Si le coefficient de partage calculé est trop faible par exemple, le liquide sera trop
enrichi. Le glissement se répercute et s'amplifie à chaque nouveau pas de calcul. C'est pour-
quoi, ce type de calculs requiert u n e excellente précision dans la détermination des coeffi-
cients de partage des éléments solutés, s i n o n l a prédiction de l a f i n d u c h e m i n de
cristallisation peut être complètement erronée.
Certains codes de calcul intègrent une diffusion partielle avec une échelle d'espace donnée
[Hil99a]. Le cas présenté figure 6-3-3 a été calculé à l'aide des logiciels DICTRA et Ther-
mocalc pour un alhage simplifié à trois éléments dans une gamme de composition compa-
rable. Dans l'exemple précédent, le profil expérimental (fig. 6-3-1) est relativement proche
du profil calculé à partir de la fraction solidifiée en assimilant la dendrite à une sphère. Il
faut surtout retenir que, dans ce cas, l'accord entre l'expérience et le calcul est très bon
pour les valeurs extrêmes au centre et au bord des dendrites.

Chemin de cristallisation avec ségrégation dans les carbures


La ségrégation à l'intérieur de la matrice est un phénomène banal. Par contre la ségréga-
tion au sein des carbures ou des composés est plus rarement prise en compte. Le premier
exemple illustre le cas de carbures de type MC cubique. Les alliages du système Fe-V-C-Ta
forment par solidification un eutectique entre l'austénite et un carbure de type MC mixte
(V,Ta)C. Dans le système à base fer, le carbure mixte semble exister à haute température,
sur toute la gamme de composition entre VC et Tac. La solidification eutectique débute
par la formation d'un carbure riche en tantale, pratiquement Tac, se poursuit avec un
appauvrissement constant en tantale et finit par un carbure très riche en vanadium. Le
carbure présente un aspect de phase continue, le gradient de concentration est illustré par
un fort contraste dû à la différence de numéro atomique entre le vanadium et le tantale
(fig. 6-3-4A). D'après les diagrammes de phases ou plus précisément les sections
pseudo-binaires entre les carbures (fig. 4-12-3), @30184], ou entre les carbures et certains
nitrures, la miscibilité est effectivement grande au dessus de températures de l'ordre de
1000-1 300 OC.
Décomposition des carbures
Les composés mixtes sont souvent instables, leur décomposition est observée dans
plusieurs systèmes en dessous de 1000 OC environ [Adn92]. Par exemple, le carbonitrure
mixte (V,Nb)(C,N) se décompose lentement et forme NbC et VN. Cependant, des
carbures mixtes peuvent subsister longtemps dans les aciers à des températures où ils sont
métastables. L'expérience acquise pour les aciers des centrales thermiques montre que
l'évolution vers 500 OC dure plusieurs années ($ 20-1). Pour revenir à l'exemple précédent,
les carbures observés sur les micrographies agrandies des figures 6-3-4 C et D apparaissent
décomposés en carbures respectivement riches en tantale et riches en vanadium
c + @,Ta) c+(V,BC.)
Changement de composition discontinu
Le deuxième exemple concerne les carbures eutectiques de type M7C3 et M3C ayant incor-
poré un élément d'addition, par exemple ( F ~ , C ~ , M Oou ) ~ (CF~~ , C ~ , M O )Ces
~ C .carbures
sont hétérogènes dans les alliages bruts de solidification. Le phénomène est bien visible
sur les micrographies des échantillons quand l'élément en substitution est une élément
lourd comme le molybdène ou le tungstène. La teneur de l'élément en substitution ne suit
pas une progression continue au sein de la même phase, comme dans le cas d'un phéno-
mène de ségrégation ordinaire. Des zones bien limitées sont visibles sur les images en
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-3-4 :
Micrographies électroniques d'un échantillon d'alliage Fe- V-Ta-C refroidi lentement à 5 OC/min
depuis l'état liquide.
A) dendrites d'austénite y entourées d'eutectique y/(yTa)C. La partie la plus sombre du carbure est
très riche en vanadium et la partie claire en tantale.
B) après attaque chimique profonde, les carbures (yTa)C apparaissent entourés de cémentiteformée
en phase solide (bordure grise lisse). La matrice est perlitique avec quelques précipités secondaires
VC qui ne contiennentpas de tantale (points noirs).
C) agrandissement des carbures MC à contraste clair: Le contraste a dû être poussé pour observer la
démixtion, ce qui empèche de distinguer la bordure de cémentitepourtant présente)
D) agrandissement des carbures MC à contraste sombre. La bordure gris clair est la cémentite, le
cœur gris foncé le mélange des deux carbures dissociés.
Document INPG Grenoble, Fr

microscopie électronique à balayage. La variation de composition se fait par paliers avec


une transition brutale (fig. 6-3-5). La zone de transition a été observée en microscopie
électronique à transmission, elle n'a révélé aucun changement de structure cristalline d'une
zone à l'autre. Dans le cas du carbure ( F ~ , C ~ , M O )il~ aC été
, remarqué que les teneurs
respectives en molybdène des différentes zones sont dans un rapport 1 , 2 ou 3. Tout se
passe comme si chaque zone correspondait au remplissage de certains sites dans la maille
du carbure suivant un ordre défini.
Figure 6-3-5 :
Micrographie électronique en électrons rétrodiffusés d'alliages bruts de solidification:
A) Carbures eutectiques dans un alliage Fe-3,3C-IdCr-3Mo-IMn-O,5Si :carbures eutectiques Mo2C
en contraste blanc et M7C3 dans lequel apparaît un double contraste gris qui correspond à deux con-
centrations différentes en Mo respectivement 1,3 et 5 % atomique [De-831.
B) Carbures eutectiques dans un alliage Fe-3,8C-4,6Mo. Le fond noir est la matrice austénitique, le
constituant blanc est l'eutectique yIYM3C et les carbures gris sont M3C avec respectivement 1,7; 3,4
et 5,1 % at. Mo [Gir95].
Document INPG, Grenoble, Fr

Chemin de cristallisation avec succession d'eutectiques


Les systèmes ternaires Fe-C-X (où X est un élément carburigène) forment divers consti-
tuants eutectiques. Cela se traduit sur les diagrammes de phases par la présence d'une ligne
monovariante eutectique jalonnée de plusieurs transformations pseudo-péritectiques. Dans
les conditions de refroidissement usuelles (quelques degrés par minute), les constituants
sont observables avec leur microstructure eutectique caractéristique.
Le premier exemple est une fonte alliée au niobium refroidie lentement au cours d'une
expérience d'ATD (fig. 6-3-6) [l(es87l. D'après la micrographie il est possible d'interpréter
trois étapes du chemin de cristallisation, soit dans l'ordre :
formation de dendrites primaires d'austénite,
formation de l'eutectique y/M7C3,
formation de l'eutectique y/NbC.
L'eutectique y/M7C3 q" entoure l'austénite a une morphologie assez grossière caractéris-
tique. L'eutectique y/NbC se forme dans le sillon interdendritique des dernières zones à se
solidifier au niveau de joints triples. La structure de solidification de ce dernier liquide est
souvent fine. La raison est peut être que la chaleur latente de solidification est facilement
dissipée par ce petit volume car la surface d'échange est relativement importante (le
rapport volume/surface est proportionnel au rayon pour une sphère).
Un deuxième exemple est celui d'une fonte au vanadium. D'après la micrographie de la
figure 6-3-7 le chemin de cristallisation comporte trois étapes qui sont dans l'ordre :
formation de dendrites primaires d'austénite,
formation de l'eutectique y/VC,
formation de l'eutectique y/M7C3.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-3-6 :
Micrographie électronique de
l'alliage Fe-2,1 C-14,7Cr-1Nb
refroidi depuis l'état liquide à
2,5 "C/min. Au centre des dendrites
l'austénite a été transformée en
martensite d'ou le contraste clair.
Dans le sillon interdendritique se
trouvent les carbures eutectiques
M7C3 noirs et les carbures eutecti-
ques NbC blancs.
Document INPG, Grenoble, Fr
[Kes8 71

Figure 6-3-7 :A:


A) Micrographie électronique de 1 'alliage Fe-2,4C-5,4Cr-6V refioidi depuis
l'état liquide à 5 "C/min. La proportion volumique de carbures mesurée sur
une grand nombre de plages similaires est: 5,2 % VC et 12,8 % M7C3.
B) Schéma de la microstructure correspondante obtenue par solidzjkation
dirigée. Les carbures VC,formés en premie~sont en cellules globulaires,
alors que les carbures M7C3seprésentent enfer de lance et de façon relati-
vement orientée.
Document INPG: Grenoble, Fr ;voir aussi [De-841

Les proportions des deux eutectiques sont grandes et la microstructure est grossière pour
les deux. L'ordre dans lequel se forment les eutectiques est plus difficilement interprétable
d'après la microstructure. La réponse devient claire après une expérience de solidification
dirigée : c'est l'eutectique y/M& qui apparaît en dernier, de façon bien décalée en tempé-
rature par rapport à l'eutectique y/VC.
Figure 6-3-8 :
Structure de solidzfication observée sur
l'alliage
l7e-2,4C-O,9Si-0,9Mn-0,1Ni-2,9Cr-
3,4Mo-5,9 V solidzJié unidirectionnelle-
ment avec une vitesse de tirage de 9
cm/h et un gradient moyen de 95 OC/cm
(gradient non linéaire).
A) Micrographie électronique d'une
section longitudinale. La phase pri-
maire claire est l'austénite, la phase
sous forme de points ou deJibres est le
carbure de vanadium VC. Dans la zone
à microstructureJine du liquide trempé
il y a des cellules y/VC et une zone
noire qui correspond à la Jin de solid$-
cation aussi transformée en Jins consti-
tuants eutectiques.
B) Agrandissement destiné à repérer
l'apparition des cellules de l'eutectique
fibré y/VC grâce à la différence de taille
de la microstructure. La double flèche
indique la zone correspondante sur la
micrographie et 1agrandissement.
Document INPG Grenoble, Fr

La comparaison des deux images figures 6-3-6et 6-3-7A amène un commentaire sur la trem-
pabilité des ces nuances. En présence de niobium, la teneur en carbone de l'austénite reste
faible à toutes températures, et en particulier à la température eutectique au moment de 2a
solidification (voir produits de solubilité tableau 17-2-5).Il en résulte une meilleure aptitude
de la matrice à se transformer en martensite. En présence de vanadium, la solubilité du car-
bone est plus élevée au moment de la solidification mais diminue au cours du refroidissement
engendrant la formation de précipités secondaires de carbures de vanadium. Cependant les
teneurs en carbone et en vanadium restent trop élevées pour permettre une transformation
martensitique. Il faut un traitement thermique vers 900 OC qui renforce la précipitation,
abaisse davantage les teneurs en carbone et vanadium pour rendre possible la formation de
martensite. Ce point a un grand intérêt pratique car l'alliage offreune meilleure résistance à
l'abrasion quand les carbures VC sont enchâssés dans une fine martensite.
Le troisième exemple est destiné à dlustrer comment repérer le début de solidification d'un
constituant eutectique y / V C sur une micrographie. L'échantillon est une fonte alliée au
vanadium (l,7C-l,2Si-l,lMn-O,BNi-3,6Cr-l JMo-4JV) dont les deux premières étapes du
chemin de cristallisation sont similaires à l'exemple précédent IJay921. L'échantillon a été
solidifié unidirectionnellement et trempé en cours d'expérience. La formation des premiers
constituants y et y / V C est repérable sur les figures 6-3-BA et B par une microstructure
134 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

plus grossière. Toutefois, un repérage précis nécessite l'examen minutieux de coupes trans-
versales. La proportion du constituant eutectique est grande. En fin de solidification, il y a
concentration de molybdène et de chrome dans le sillon interdendritique qui donne lieu à
la formation d'autres constituants eutectiques en faible proportion.

Morphologies non caractéristiques


Les constituants eutectiques des cas précédents sont bien distincts et différenciables par
des morphologies caractéristiques mais ce n'est pas toujours aussi évident. Différentes
raisons font que des transformations métastables se substituent aux transformations
stables, notamment la difficulté de germination d'une phase. Dans le cas de compositions
proches de la transition entre différentes réactions, un changement de la vitesse de solidifi-
cation peut facilement modifier les valeurs de surfusion de croissance et induire une modi-
fication importante de la microstructure.
Un premier cas assez courant est celui d'un eutectique ternaire dans lequel la proportion
d'une phase est faible. La morphologie reste celle d'un eutectique biphasé. L'eutectique du
système Fe-V-C, soit y/M3C/VC en est un exemple. Cet eutectique est bien identifié
comme eutectique ternaire grâce à la température de formation et à la configuration des
conodes. Or, même les examens à fine échelle d'alliages trempés juste en dessous de la
température eutectique ne révèlent pas la cémentite attendue en faible proportion. Par
contre, un maintien à la température eutectique la fait apparaître.
Le second cas est un échantillon brut de solidification du système Fe-C-Cr-V. La microgra-
phie de la figure 6-3-9 présente des agglomérats dans les zones interdendritiques. Pour ces
alliages, l'addition de certains éléments V, Nb, à faible teneur change la réaction
+
pseudo-péritectique y + M7C3 M3C du système Fe-Cr-C en une réaction eutectique
y+ M3C+ M7C3+y [De-841, [Lai91]. Des carbures M7C3 et M3C sont effectivement
identifiés, ils sont imbriqués, pas vraiment caractéristiques d'une morphologie eutectique
triphasée. La microstructure ne permet pas de distinguer s'il s'agit d'une réaction

Figure 6-3-9 :
Micrographie électronique de
l'alliage Fe-4,4Cr-1,6V-1C refroidi
à 5 "C/min depuis l'état liquide. Le
constituant eutectique comporte
deux carbures M7C3 en contraste
sombre et M3Cplus clair (le con-
traste a été renforcé). La matrice est
de 1 'austénite transformée en $ne
perlite.
Formule approchée des carbures:
M7c3 = (Fe3,jCr.Z!, 5 vl) c3
M3C = (Fe1,5CrrVo,5)C
Document INPG Grenoble, Fc voir
aussi [De-841
eutectique ou péritectique. Il faut étayer le raisonnement par la détermination de conodes à
plusieurs températures.

La discrimination entre les carbures M 7 C 3 , M 3 C et M23C6 est quelquefois difficile pour les
alliages d u système Fe-Cr-C e n l'absence d'éléments d'alliage ; le contraste e n microscopie
électronique à balayage est pratiquement nul. La difficulté est la même avec les attaques chi-
miques. C o m m e ces phases croissent facilement e n relations d'accolement, il faut une obser-
vation attentive pour les détecter.

Comment disparaissent les carbures hors équilibre


dans une réaction pseudo-péritectique ?
Les exemples précédents ont montré que des carbures de solidification restent présents
dans l'alliage malgré la réaction pseudopéritectique qui aurait dû les faire disparaître au
moins partiellement. Dans les alliages multiconstitués, il est normal que de nombreuses
phases coexistent, compte tenu de la règle de la variance. Toutefois, les phases devenues
hors d'équilibre sont observables à cause d'une cinétique très lente de transformation.

Les carbures ne se redissolvent pas en général par un processus inverse de leur formation,
c'est-à-dire par un amincissement progressif. Quand les relations d'accolement sont possi-
bles entre les carbures, par exemple M7C3 et M3C, ou encore M7C3 et M23C6,le carbure
péritectique germe et se développe au dépens du carbure devenu instable. Il y a transfert
des éléments d'un carbure à l'autre. Certains carbures comme M6C se dissolvent suivant
un autre mode, ils se désagrègent et deviennent poreux. Dans les zones intérieures au
carbure délaissées par le carbone, il y a même la possibilité de formation locale de phases
transitoires, par exemple de la ferrite dans les zones riches en éléments alphagènes. Les
carbures M6C en cours de dissolution ont un aspect mité (fig. 6-3-10).

Le second exemple de la figure 6-3-11 est une fonte blanche proche de celle présentée
figure 6-3-8. L'échanullon provient d'une grosse pièce de fonderie dont le refroidissement
a été lent. Les carbures M6C de solidification se sont totalement décomposé en laissant
diffuser du molybdène dans la matrice et en reformant localement des carbures en

Figure 6-3-10 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-Mo-C avec des carbures
M6C en cours de dissolution.
Document INPG, Grenoble, Fr
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-3-11 :
Micrographie électronique micro-
sonde de l'alliage 1,7C-1,ZSi-I, I Mn
0,8Ni-3,dCr-1,7Mo-4,7V refroidi
lentement dans une grosse pièce de
fonderie. Le contraste renforcé fait
ressortir les plages enrichies en Mo
par la dissolution des constituants
eutectiques. Les petits carbures
blancs, aciculaires sont Mo2C. Les
carbures noirs grossiers sont les
carbures eutectiques VC et les
points noirs abondants sont les car-
bures VC de précipitation.
Document INPG Grenoble, Fr

Figure 6-3-12 :
Micrographie électronique de
l'alliage Fe-20Co-52Cu brut de
coulée illustrant la zone de partage
des deux liquides.
Document INPG, Grenoble, Fr

plaquettes (MoCr)&. Un traitement thermique classique ne suffit pas à homogénéiser la


matrice et le molybdène reste concentré dans des plages élargies autour de l'ancien consti-
tuant eutectique. Les plages affectées par la redissolution sont visibles sur la micrographie
électronique. La différence de concentration, même faible, confère à ces plages un
comportement propre vis-à-vis de la transformation martensitique/bainitique et de la
précipitation. Les phases indésirables comme ( M O C ~ ) ~etCl'hétérogénéité du matériau ont
une incidence significative sur les propriétés mécaniques ultérieures.

Chemin de cristallisation avec séparation de liquides


Certains systèmes présentent une démixtion en phase liquide. L'alliage mère se sépare en
deux (ou plus) liquides. Dans toute une gamme de composition il est donc impossible de
préparer les alliages par fusion. Cette démixtion a lieu pour les systèmes Fe-Cu-X avec
X=Co, Cr en particulier. Il se forme des gouttes lors de la séparation des liquides qui
coalescent très facilement à moins d'un fort brassage. Les îlots de liquide sont grossiers et
uniformes en composition. Lorsque la première phase à solidifier est la phase majoritaire,
elle entoure l'autre d'un carcan qui joue le rôle de lingotière à travers laquelle les échanges
pour la mise en équilibre chimique sont limités. La conséquence est la présence de deux
larges zones dont la solidification s'est déroulée de façon indépendante. La microstructure
doit être interprétée comme celle de deux alliages différents (fig. 6-3-12). Ce phénomène
est susceptible de se produire à fine échelle, par exemple dans la zone liquide au cours du
frittage des mélanges de poudres contenant du cuivre.

6-4 Les chemins de cristallisation métastables


Système Fe-W-C: effet de la décantation
Le système Fe-W-C est un casse-tête. La détermination expérimentale des équilibres
liquide/solide se heurte à plusieurs difficultés. La plus apparente est l'effet de décantation
sur les précipités de carbures de tungstène WC qui s'accumulent au fond du creuset et,
moins visible, une décantation gravitaire du tungstène au sein du liquide. La deuxième
difficulté vient de la formation de composés intermétalliques très stables dont la crois-
sance se fait au prix d'une forte surfusion. De ce fait, les chemins de cristallisation sont
difficiles à interpréter. Il y a de multiples phases d'aspect primaire de solidification,
formées manifestement à partir de l'alliage liquide. Cette déduction provient du fait que
leur développement n'est jamais arrêté par une autre phase.

La microstructure de deux échantillons solidifiés lentement est présentée figure 6-4-1.


Sur la micrographie W13 l'austénite apparaît primaire sous forme de dendrite. Il en est
de même pour quelques grands rubans de graphite et pour les carbures WC décantés au
fond du creuset sous forme de précipités facettés grossiers. Dans les zones interdendriti-
ques, il y a trois phases : y, graphite (en filaments fins) et M6C (carbure blanc). La combi-
naison y/M6C est caractéristique de la structure de cet eutectique. 11 semble qu'un
eutectique ternaire y/M6C/graphite soit présent. La microstructure évoque celle d'une
fonte grise dans laquelle le jeu des ségrégations à permis la formation de fonte blanche.
Sur la micrographie W20, le puzzle est encore plus compliqué. Il est possible de recenser
quatre phases au moins : y, Fe3C, WC, M6C. Plusieurs ont une morphologie de phases
primaires de solidification comme l'austénite, les carbures décantés WC et la cémentite
sous forme de grandes aiguilles. Le constituant eutectique ternaire y/Fe3C/M6C est
présent en forte proportion dans la partie supérieure de l'échantillon. Le constituant eutec-
tique ternaire y/Fe3C/WC peut aussi être observé dans une bande large d'environ un milli-
mètre, proche des carbures décantés WC.
Sur la micrographie W30 (fig. 6-4-2A) les dendrites d'austénite sont observées à côté
des grandes plaques de carbure M3C. L'austénite s'est formée difficilement au prix d'une
surfusion, surfusion atteinte lorsque le liquide appauvri en carbone par la solidification de
la cémentite a une composition franchement hypoeutectique d'où la morphologie dendri-
tique. En fait, l'observation de plusieurs phases d'apparence primaire de solidification est
banale. Plusieurs autres systèmes présentent le même phénomène, souvent dans le cas de
compositions hypereutectiques avec un composé intermétalhque très réfractaire.
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-4-1 :
Micrographies électroniques de coupes verticales d'échantillons d'ATD; les alliages ont été élaborés
par fusion et trempe enJin de solidzjkation
W13) alliage Fe-12,6 W-3,96C refroidi à 5 "C/h.
W20) alliage Fe-19,8 W-3,1C refroidi à 2 "C/h.
y = austénite, c = cémentite, q = M6C, g = graphite.
Document INPG Grenoble, Fr

Système Fe-W-C: l'eutectique ternaire


Il y a une forte proportion du constituant eutectique ternaire y/M6c/Fe3C dans les deux
échantdlons W20 (fig. 6-4-1) et W30 (fig. 6-4-2). L'expérience montre que ce constituant se
retrouve dans les échantillons bruts de solidification, même dans ceux qui ont été solidifiés
lentement. Les trois phases sont très imbriquées avec une morphologie caractéristique et
témoignent sans ambiguïté d'une croissance couplée stable (fig. 6-4-2B). La température
eutectique correspondante de 1085 OC est reproductible. La morphologie eutectique est
tout à fait similaire à celle de l'eutectique ternaire y/Fe3C/Fe2MoC du système Fe-Mo-C.
En définitive, trois constituants eutectiques ternaires ont été observés dans le système
Fe-W-C : y/M6C/Fe3C, y/WC/Fe3C et y/M6C/graphite. Le diagramme de phases du
système Fe-W-C existe dans la littérature sous plusieurs versions assez différentes mais
aucune n'est compatible avec les observations expérimentales ci-dessus. Le point de diver-
gence le plus significatif est l'eutectique ternaire. Le plus surprenant est la proposition de
sept solutions pour cet eutectique (tableau 6-4-3). Cinq phases entrent en jeu : l'austénite,
la cémentite, le carbure WC, le carbure M6C et le graphite. Toutes les combinaisons
Figure 6-4-2 :
Micrographies électroniques d'un alliage Fe-30 W-4,3C solidijZ lentement.
A) dans la partie supérieure au dessus des carbures décantés, la composition est macroscopiquement
homogène avec trois constituants uniformément répartis: les grandes aiguilles grises de cémentite,
les dendrites noires dausténite et la matrice.
B) le constituant eutectique est composée de trois phases imbriquées: contraste noir pour l'austénite,
contraste gris pour la cémentite et contraste blanc pour le carbure Fe3W3C.[She92b].
Document INPG, Grenoble, Fr

semblent possibles à condition d'inclure l'austénite. Au point de vue expérimental, il


semble que l'observation micrographique dans certaines études citées tableau 6-4-3 a été
limitée à la reconnaissance des phases grossières les plus apparentes sans prendre en
compte certains constituants visibles seulement dans des conditions difficiles d'agrandisse-
ment et de contraste, en particulier entre l'austénite et le cémentite.

Tableau 6-4-3 :Compositions et températures des dzflérents eutectiques du système Fe- W-C.
Constituants Composition % pds Température OC Références
y/WC/graphite 4,2C-4,9W 1140 calculé, données [Gus871
~/YFe3c 3,9C-12,8W 1122 calculé en excluant WC, données [Gus871
y/M6C/Fe3C 3,9C-13,2W 1121 calculé en excluant WC et 5, données [Gus871
y/M6C/Fe3C 3,9C-19,8W 1085 expérimental (fig. 6-4-2 A) [She92b]
y/M&/graphite 4,2C- 12,6W 1121 [UhrSO]
y/WC/graphite 4,2C-5,l W 1143 [Uhr801

Système Fe-W-C: le diagramme de phases calculé


Le diagramme de phases calculé n'est pas satisfaisant. Une lacune est qu'il ne prend pas en
compte le carbure K - F ~ ~ W COr,
. ce dernier carbure figure sur les sections isothermes du
système Fe-W-C rapportées par Hollek [Ho184], en particulier sur celle à 1250 OC. Le
désaccord majeur est le fait que le domaine de la phase WC envahit une large gamme de
compositions trop étendue aussi bien sur la nappe liquidus que dans les domaines d'équi-
libre en phase solide. L'eutectique ternaire calculé est y/WC/Fe3C. Cependant, le calcul
140 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

fait en excluant la phase WC permet cependant de tracer une surface lïgudzis dans laquelle
se retrouvent certaines correspondances avec la microstructure.

La calcul thermodynamique n'est certes pas parfait mais ce n'est pas la seule raison de
désaccord. Plusieurs questions méritent d'être posées.
Est-ce un problème de préparation des échantillons ? La phase WC, se formant transitoi-
rement dans le liquide lors de la fusion des éléments, deviendrait très difficile à redissoudre
complètement, ce qui justifierait les carbures décantés.
Est-ce un problème de germination ? La phase WC est très facettée, caractéristique à asso-
cier avec une surfusion de croissance élevée et qui est peut être très élevée. Cette surfusion
fait qu'une forte sursaturation chimique est nécessaire pour que WC puisse se former à
partir du liquide. Sinon, d'autres phases se forment suivant la logique d'un diagramme de
phases métastable. Les chemins de cristallisation peuvent alors s'interpréter en l'absence de
WC, ce qui arrive lorsque la décantation a eu pour effet bénéfique d'en débarrasser le
paysage micrographique.

6-5 La transformation péritectique

Chemin de cristallisation avec solidification péritectique 61y


Le système Fe-Mo-C est, comme Fe-W-C, un système de base pour les aciers à outils avec
lequel il a beaucoup de similitudes, en particulier les mêmes types de phases. Il ne présente
cependant pas de difficulté et les diagrammes de phases calculés et expérimentaux sont en
bon accord. Les écarts acceptables portent sur l'étendue des nappes et les températures de
transformation mais ne changent pas fondamentalement le diagramme.

Figure 6-5-1 :
Projection du liquidus du système
Fe-Mo-C, Les points remarquables
sont:
quasipéritectiques:
U4 à 1276 OC
L+6 -)M&+y
U3 à 1157 OC
L+M6C -)M2C+y
péritectique ternaire PI à 1O80 OC
L+M2C+y -6
eutectique ternaire E l à 1O65 OC
Liq y+M3C+k +
Le chemin de cristallisation tracé par
la ligne pointillée grise est celui de
l ' a l l i a g e F e - 2 3 , 3 M o - l , l C soit
A A - A A A A Fe-1 4,4Mo-5,3C %. at.
4 8 6 6 3 f i 2 8 3 2 3 6 4 0
Adapté d'après [Gir95]
Une composition a été choisie dans la nappe primaire de la ferrite 6 pour un alliage
Fe-23,3Mo-1,lC pour associer les résultats expérimentaux d'analyse thermique différen-
tielle et les microstructures. Le chemin de solidification prévu dans les conditions S-G a
été tracé sur la projection du liquidus (version expérimentale [Gir95]) de la figure 6-5-1). Il
comporte six étapes:
1) formation de la ferrite primaire 6; 2) formation de l'austénite y ;
3) formation de l'eutectique y/M6C; 4) formation de l'eutectique y/M2C ;
5) formation de l'eutectique ylE, ; 6) formation de l'eutectique ternaire flE,/M3C.
La morphologie des divers constituants eutectiques a été présentée précédemment pour
d'autres nuances : figure 6-3-3 pour y/M6C, figure 5-47' pour y/M6C et y/M2C, figure 6-2-2
pour y15 et une microstructure similaire figure 6-4-2 pour y/E,/M3C.
Interprétation du thermogramme
Le thermogramme de l'alliage précedent est commenté en détails figure 6-5-2. 11 est
marquée par trois accidents thermiques seulement. Les trois transformations détectées
sont les trois premières du chemin de cristallisation, les autres ne sont pas détectables soit
parce que le liquide est épuisé, soit en proportion trop faible. Les courbes sont toujours
délicates à interpréter parce que la solidification progresse de façon continue et de ce fait
les signaux ne sont pas toujours facilement séparables. Les pics sont étales à la différence
d'un corps pur pour lequel le signal est brutal. Une claire compréhension de ce qui se
passe le long du chemin de cristallisation est nécessaire pour interpréter les accidents ther-
miques. L'apparition d'une nouvelle phase change les chaleurs spécifiques et aussi une
chaleur latente plus importante est dégagée à ce moment à cause de la surfusion. C'est le
changement de régime qui indique le début d'une transformation. Les points Am, Bm et
Em sont les débuts de la fusion pour des constituants et Ad, Bd et Ed, les fins de solidifi-
cation des mêmes constituants. Le point Fm est la fin de fusion, il correspond à Fd début
de solidification,c'est le hquidus. Le point Cd est l'apparition de la phase péritectique y et G
la formation de l'eutectique y/M6C.Les sommets des pics Cm, Ed, Bd, Ad indiquent la fin
d'une absortion ou dissipation de la majeure partie de chaleur latente correspondant à une

Figure 6-5-2 :
Thermogramme de 1 'alliage Fe-23,3Mo-1,l C
établi avec une vitesse de chauffage et de
refroidissement de 5 "C/min.
La ligne grise est le tracé de la température,
la ligne noire est le tracé de la différence de
température entre I'échantillon et un témoin
inerte. Unpetit palier P sur la courbe de tem-
pérature marque le fort dégagement de cha-
leur latente en Cd détecté par le thermocou-
ple de mesure proche de I'échantillon. La
zone grise est le changement de régime ther-
mique.
Adapté d'après [Gir95]
142 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

transformation. Le retour vers un régime régulier a lieu en Dm et Dd pour un des consti-


tuants.

Marquage de la transformation par précipitation


Les transformations successives laissent des traces visibles sur la microstructure. Il a été mon-
tré (§ 5-7) comment la ferrite 6 primaire de solidification devient instable e n dessous de la
température péritectique et se transforme e n austénite. Ainsi, e n dessous de la température
péritectique le liquide se solidifie sous forme d'austénite qui entoure la ferrite (fig. 6-5-3). A
partir de l'interface entre l'austénite de solidification et la ferrite démarre la croissance de
l'austénite e n phase solide qui se développe vers le centre de la dendrite. Ld phase ainsi for-
mée est l'austénite de régression. S a croissance est alimentée par la diffusion d u carbone
depuis le liquide à travers l'austénite de solidification et s'accompagne d u rejet d'éléments
alphgènes ( M o , W, Si, N b , C r et autres) e n avant d u front de transformation. Il y a une
accumulation très localisée de ces solutés dans une couche de diffusion. C e phénomène est
tout à fait banal dans les systèmes à base fer contenant des éléments à la fois alphagènes et
carburigènes. La couche d'accumulation est soumise à de nombreuses transformations très
variées qui sont un marquage de la transformation péritectique.
La microstructure de l'alliage précédent trempé dès le début de la solidification, à l'appari-
tion du premier pic (figures 6-5-4A et B), confirme bien la solidification péritectique, alors
que la microstructure après un refroidissement lent jusqu'à la température ambiante est
complètement différente et beaucoup moins lisible (fig. 6-5-4 C).

La trempe de l'échantillon a figé une microstructure de solidification relativement rapide


(figures 6-5-4A et B) et le chemin de cristallisation peut s'interpréter à l'aide du
diagramme de phases figure 6-5-1 par rapport aux conditions S-G. Parmi la succession des
constituants trois sont observables, c'est-à-dire des dendrites de ferrite, une fine bordure
d'austénite et le constituant eutectique extrêmement fin. L'image à fort grossissement
révèle que l'austénite s'est développée au dépens de la ferrite dans la zone correspondant à
la couche enrichie en déposant des strates de carbures parallèlement à l'interface. La
morphologie évoque un mécanisme analogue à la précipitation interphase courbe.

Dans le même alliage refroidi lentement, à 5 OC/rnin, la ferrite a complètement disparu, il


ne reste que deux phases y et M6C (fig. 6-5-4C). Considérons seulement les dendrites. La
bordure vierge de tout précipité est l'ancienne austénite de solidification. Au centre, les
précipités ont grossi et se sont transformés. La transition entre l'ancienne ferrite primaire
et l'austénite est soulignée par la présence de chapelets de précipités.

Figure 6-5-3 :
Rappel simpliJié du schémajig. 5-7-4: den-
drite de ferrite primaire (zone claire); austé-
nite (zone grise); couche de diffusion qui
concentre les éléments rejetés (zone noire)
par la transformation 6Iy.
Figure 6-5-4 :
Micrographies électroniques d'un alliage Fe-23,3Mo-1,l C, refroidi depuis l'état liquide à 5 OC/min
jusqu 'à apparition du premier pic sur le thermogrammepuis trempé.
A) les dendrites de ferrite primaire 6 sont en contraste noir, la bordure transformée est en contraste
gris, les constituants eutectiques très fins constitués de y et divers carbures riches en molybdène sont
en contraste blanc.
B) l'agrandissement prouve la présence d'une bordure d'austénite de solidzfication (la bordure noire
colorée et indiquéepar uneflèche). La bordure stratifiée est l'austénite transformée.
C) Micrographie électronique du même alliage refroidi depuis 1 'état liquide à 5 "C/minjusqu'à la
température ambiante. La phase en contraste noir est lausténite et la phase claire est le carbure M6C.
La partie centrale des dendrites dans laquelle les carbures ont précipité garde une trace du contour de
l'ancienneferrite. Document INPG, Grenoble, Fr ;voir aussi [Gir95].

Marquage de la transformation péritectique 6/y


avec précipitation discontinue
Le second exemple est un alliage très riche en chrome (environ 24 %) et, de ce fait, la
ferrite 6 primaire de solidification reste stable. La séquence de solidification comporte trois
étapes expliquées figure 6-5-5 : 6, y, M7C3/y. Lors du refroidissement, la phase 6 se trouve
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-5-5 :
Micrographie électronique d'un échantillon de l'alliage Fe-O,86C-23,8Cr-1,9Si-2,lNi solidijk? et
refroidi à 150 OC/h. Le schéma illustre la position des phases dans un grain dendritique. Au centre la
phase 6 primaire de solidzjkation, entourée par la phase péritectique y, elle même entourée par le
constituant eutectique M7C3/y. Uneprécipitation cellulaire de M7C3 a pris naissance à l'intevface 64.
La micrographie correspond à la zone centrale.
Document INPG Grenoble, Fc voir aussi [De-8.51

sursaturée, d'où une précipitation discontinue de carbures M7C3 qui prend naissance au
joint de phase 6/y marqué par un chapelet de carbures. La précipitation se développe à
l'intérieur de la ferrite alimentée par la diffusion du carbone en sursaturation dans l'austé-
nite à travers l'interface pe-851. Compte tenu de la température à laquelle se passe cette
transformation, l'activité du carbone peut être considérée comme uniforme dans l'échan-
tillon. La précipitation s'arrête lorsque la teneur en carbone a diminué pour atteindre le
seuil tolérable imposé par le produit de solubilité des éléments carburigènes. Dans cet
exemple, il y a marquage de la réaction péritectique par les précipités mais il n'y a pas
d'austénite de régression.

Marquage de la transformation péritectique


avec transformation eutectoïde
Comme précédemment, l'exemple choisi est un alliage riche en chrome (environ 16 O/O).
L'alliage a la même teneur en carbone que l'alliage ci-dessus mais une teneur en chrome
plus faible et de ce fait la composition tombe dans la nappe de cristallisation primaire de
l'austénite. D'après la micrographie (fig. 6-5-6) la séquence de solidification comporte les
trois premières étapes suivantes : y, 6, M7C3/6. Une transformation s'amorce à partir de
l'interface &/y. La frontière de la transition y/6 est visible par le fait que 17austéniteest
transformée en martensite en lattes lors du refroidissement. La ségrégation des éléments
Figure 6-5-6 :
Micrographie électronique d'un échantillon de 1 'alliage Fe-O,8 7C-l6Cr-O,7Mn-2,8Mo-O,31Si solid@
et refroidi à 600 "C/h.Le schéma illustre la position des phases dans un grain dendritique.
Document INPG Grenoble, Fr

alphagènes crée une accumulation dans la ferrite 6. La transformation de la ferrite dans la


zone enrichie se fait par une transformation eutectoïde, 6 + y+M6C, d'ou le nom de
perlite 6 donné au constituant formé [I<uo54], [Kuo55], [De-851. La morphologie en
cellules de perlite lamellaire est caractéristique. Il faut remarquer que dans ce cas comme
dans le précédent, la transformation se passe dans la ferrite grâce à l'accumulation
d'éléments alphagènes et carburigènes et du drainage du carbone depuis l'austénite.

Marquage par refusion lors de la transformation &/y métatectique


Il est connu que plusieurs sortes de sulfures sont formés dans les aciers, ils sont même
classés en fonction de leur morphologe en types 1, II et III (g 19-6). L'exemple d'un acier
inoxydable de type AIS1 303 enrichi en soufre a été choisi pour illustrer une genèse de
microstructure exceptionnellement compliquée. Toute une cascade de transformations a
lieu dans la couche de diffusion de la transformation péritectique 6/y, lesquelles transfor-
mations s'échelonnent dans un court intervalle de température.
Le chemin de cristallisation de l'alliage est esquissé sur la projection du liquidus du système
ternaire Fe-Ni-Cr de la figure 6-5-7, d'après l'expérience présentée plus loin figure 6-5-8D.
Les deux premières étapes sont la formation de la ferrite 6, puis la formation d'austénite,
elles correspondent à celles du système ternaire modèle. Tout devient très compliqué dans
l'alliage contenant du soufre. L'évolution de la microstructure est commentée pas à pas à l'aide
des schémas pour trois niveaux de températures (figures 6-5-8 A, B, C en relation avec les
micrographies D et E d'un échantillon trempé) :
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 6-5- 7 :
Projection de la nappe liquidus du système
Fe-Ni-Cr et chemin de cristallisation de 1 'alliage
Fe-1 ~ C ~ - ~ N ~ - I , ~ M ~ - O , ~reconstitué
~C-O,~MO-
approximativement sur le modèle ternaire.

O 10 20 30
Fe Ni pds%

Structure de solidification
Le schéma A correspond à la température de la réaction péritectique, seule la ferrite est
solide (en gris). Sur le schéma B tout est solidifié, il y a l'effet cumulé de la solidification et
des transformations en phase solide. Observons d'abord seulement la structure de solidifi-
cation de la zone qui était encore liquide en A. L'austénite péritectique se solidifie autour
de la ferrite, sa composition évolue en fonction du chemin de cristallisation. Comme les
solutés rejetés sont des éléments alphagènes, le liquide enrichi dans le sillon interdendri-
tique forme à nouveau de la ferrite, une ferrite plus riche en chrome (22Cr-11,5Ni) que la
phase primaire (autour de 16,8Cr-9,3Ni). Appelons cette dernière phase ferrite a parce
qu'elle est plus proche de la phase a-Cr, mais c'est la même phase que 6. Elle apparaît en
contraste légèrement plus clair sur la micrographie figure 6-5-8 D. Enfin le liquide est
suffisamment enrichi en soufre pour former le sulfure (MnCr)S par réaction monotectique
et le constituant eutectique (MnCr)S/a. L'eutectique a une morphologe cellulaire avec des
sulfures interconnectées à la manière d'un corail (fig. 5-6-14). Quelquefois le liquide eutec-
tique est un mince film qui donne en se solidifiant un alignement de précipités.
Austénite de régression
Toujours sur le schéma B, observons la structure de transformation en phase solide.
L'austénite se développe vers l'intérieur aux dépens du grain de la ferrite en rejetant les
éléments alphagènes et le soufre dans la couche de diffusion. Lorsque la concentration en
soufre atteint un certain seuil, la réaction qui transforme la ferrite en austénite devient une
réaction métatectique c'est-à-dii-e une réaction qui engendre du liquide (6 + y + Liq).
Les mécanismes proposés sont fondés sur les diagrammes de phases Fe-S et Fe-Mn-S
(g 4-9). La couche de diffüsion devient un film mince liquide continu qui s'étale le long de
l'interface et draine les éléments rejetés. Le liquide métatectique s'enrichit en soufre puis il
atteint une concentration limite à partir de laquelle il se sépare en deux liquides dont l'un
est très riche en soufre et l'autre riche en fer. Ce dernier liquide au cours du refroidisse-
ment donne lieu à une réaction monotectique contribuant à augmenter la proportion de
liquide riche en soufre (LI + a + L2) La phase L2 est néanmoins en faible proportion et,
du fait des énergies interfaciales, elle devient sphérique. La goutte de liquide ainsi formée
Figure 6-58 :
Evolution de la microstructure d'un alliage Fe-1 7Cr-8Ni-1,5Mn-O,04C-0,2Mo-0,3S de iype AISI 303
solidz$é depuis la température de liquidus à 5 "C/minpuis trempé à 1414 OC, en dessous de la trans-
formation péritectique.
A, B) schémas représentant les étapes antérieures à la trempe.
C) schéma représentant la microstructure après la trempe.
D) micrographie électronique de l'échantillon attaqué au nital. M est la martensite.
E) micrographie électronique d'une zone agrandie d'un échantillon non attaqué qui révèle trois
phases :l'austénite (gris clair), laferrite (gris moyen) et (MnCr)S (noir).
Document INPG Grenoble, Fr; voir aussi [Tas02].

se solidifie ensuite suivant une réaction eutectique y/(Mn,Cr)S. L'avancée du front de


transformation dans la bordure reconquise par l'austénite laisse des petits précipités
submicroniques de sulfures. Ces sulfures sont appelés ici suFres métatectique-monotectiques. La
progression de l'austénite de régression est relativement lente lors du refroidissement à
5 OC/min, elle converge à partir de l'interface 6/y initial. Elle envahit finalement tout le
grain de ferrite.
Transformation de la ferrite 6 lors de la trempe
Le processus de régression est interrompu lorsque l'échantillon est trempé (fig. 6-5-8 8).
La phase 6 au centre du grain devient très instable. De grandes lattes d'austénite se
forment, visibles sur les figures 6-5-8 C et D. Le processus précédent de rejet des solutés
alphagènes et du soufre se reproduit, la couche de diffusion devient liquide, il y a sépara-
tion en deux liquides puis solidification (fig. 6-5-8 E). La différence la plus visible entre les
sulfures précédents issus de la régression et les sulfures de la zone trempée est la fmesse de
148 LA MICROSTRUC~URE DES ACIERS ET DES FONTES

la taille de ces derniers car la séparation de phases 6Iy se passe plus vite et à une tempéra-
ture plus basse que les réactions précédentes engendrant une couche de diffusion plus
fuie. Néanmoins, ce sont encore des sulfures mixtes (MnCr)S issus de la couche de diffu-
sion donc des sulfures métatectiques et/puis monotectiques.
L'examen des échantillons par microscopie électronique (fig. 6-5-8 E) permet de valider la
précédente interprétation. La ferrite issue de la séparation 6/y apparaît en traces long-ilignes
sombres sur l'échantillon attaqué. Les zones de ferrite sont parsemées de sphérules noirs
submicroniques identifiés comme des sulfures (voir micrographie électronique agrandie de
l'échantillon non attaqué fig. 6-5-8 E). La transformation martensitique signalée par M sur
la figure 6-5-8 D dans l'alliage trempé brouille un peu la microstructure finale au centre du
grain. La bordure homogène du grain reste austénitique, elle est épargnée à cause de la
ségrégation qui abaisse la température M p En fin de solidification, l'alliage comporte
quatre phases a, y, la martensite et des sulfures de tailles diverses.
En résumé, plusieurs catégories de sulfures sont créées. Les sulfures les plus grossiers sont
d'origine monotectique ou eutectique en pourtour de dendrite et les plus fins divisés en
deux populations différentes d'origine métatectique-monotectique. Ces suFres appanciennent
à la même catkorie des szi@res de Srpe II ($ 19-6). La distinction entre les sulfures générés dans
la couche de diffusion n'est généralement pas faite. Pourtant plusieurs tailles de sulfures
sont repérables, même dans le produit préparé à l'échelle du procédé industriel illustré
figure 19-6-1.

Marquage par ségrégation entraînant une refusion


La formation de liquide n'implique pas forcément une réaction métatectique. Une ségréga-
tion locale peut entraîner un effet de refusion. L'exemple présenté (fig. 6-5-9) est celui d'un
alliage riche en vanadium et en carbone. Le chemin de cristallisation comprend trois
étapes : 6 (1411 OC), y (1373 OC) et y/VC (1 364 OC) (voir diagramme de phases 4-12).
La progression de l'austénite par transformation péritectique concentre le vanadium dans
la ferrite devant le front de transformation. Il suffit que localement la concentration en

Figure 6-5-9 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-l,47C-9V refroidi depuis
l'état liquide à 5 "C/min. L'échan-
tillon a subi une attaque profonde
(annexe 22-4).
Document INPG, Grenoble, Fr
[Kes88a].
TRANSFORMATION
DE LA MICROSTRUCTURE EN MILIEU LIQUIDE/SOLIDE 149

vanadium augmente de 1 ii 2 O/O pour rejoindre une composition sur la ligne monovariante
eutectique. La disposition des carbures de vanadium suivant des aurkoles concentriques
suggkre la re fusion d'une zone de composition eutectique, puis sa re-solidification. Le
processus se rkpkte en cascade.

Marquage et sCgrCgation dendritique


Le dernier exemple concerne un acier i ouuls, banal de type T, (T pour s i p f i e r riche en
tungstkne). Le chemin de cristallisation comporte les trois premikres ktapes 6, y et y/M&.
La microstructure visible figure 6-5-10 prksente une morphologie de solidification clas-
sique. Les carbures eutectiques sont grossiers et fragdes et les propriktks mkcaniques sont
mauvaises i l'ktat brut de solidlfication. Les traitements thermomkcaniques sont indlspen-
sables i l'kchelle industrielle, pour modifier complktement la microstructure et confkrer au
matkriau des propriktks mkcaniques acceptables (voir $18-3).
Cette micrographie est trks riche du point de vue de la mktallurgie structurale car plusieurs
types de marquages coexistent. Sont observables : des cellules de 6 perlite, des prkcipitks
en aurkoles, des prkcipitks ripartis de faCon continue. La remarque est que la formation
d'aurkoles intervient seulement dans de petites branches de dendrite. Or, la diffkrence
entre les branches primaires les plus grosses et les branches secondaires est une diffkrence
de composition due au fait que les branches secondaires se forment plus tardivement dans
un liquide enrich par la skgrkgation solutale. La conclusion est que la morphologie est t r k s
sensible i de faibles variations de la composition locale.

Figure 6-5-10 :
Micrographie en klectrons absorbks
d'un e'chantillon d'acier a outils
(Fe-O,52C-3,8Cr-O,5Mo- I V-l8,8 W)
refroidi a 5 "C/min depuis le point
de fusion a 1476 "C.
Diflkrents types de morphologies sont distingue's:
A) rkpartition continue des prkcipitks;
B) aurkoles de prkcipitation le long d 'une interface de rkgression,
C) cellules;
D) chapelet de carbures ii 1'interface 6ly formks au dkbut de la transformationpkritectique;
E) eutectique y/M& avec la morphologie en ar2tes de poisson.
Document INPG, Grenoble, Fr
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
Grains, joints de grains et interfaces

Le thème "grain et joints de graios" est très vaste, il véhicule u n grand nombre de notions qui sont
invoquées pour expliquer des mécanismes dans des domaines très différents, comme la corrosion ou
les propriétés mécaniques. Il nécessite, de ce fait, l'usage d'un vocabulaire commun rigoureux afin
d'éviter toute confusion.

7-1 Généralités
Le grain et le joint de grain
La structure du grain et du joint de grain fait partie des connaissances fondamentales
nécessaires pour interpréter le comportement des matériaux métalliques. Le sujet est
approfondi dans de nombreux ouvrages de métallurgie générale [Cah83], @?or92], @?hi021
ou plus spécialisés p<au89], [Sut96].
Un grain est un monocmital, c'est-à-dire qu'il existe une continuité du réseau cristallin et de
son orientation dans tout le grain. Les grains adjacents de la même phase ayant des orien-
tations différentes sont séparés par une surface immatérielle appelée joint de grain. Les
réseaux s'étendent avec toute leur régularité jusqu'au joint. Le changement d'orientation
d'un grain à l'autre est brutal dans la plupart des matériaux métalliques. Il se produit sur
quelques rangées atomiques, soit une épaisseur de l'ordre de 0'1 à 1 nm. Un joint de grain
est défini dans l'espace par la désorientation du réseau cristallin du grain par rapport à
celui de son voisin et par l'orientation du joint par rapport au grain. Dans la région du
joint certains atomes sont déplacés de leur position normale dans le réseau, ce qui
engendre une grande quantité de défauts analysables en lacunes et en dislocations ; ainsi,
de l'énergie est accumulée.
Les propriétés du joint de grain sont très affectées par le changement d'orientation d'un
grain à son voisin. Si l'amplitude des angles est faible, soit une valeur inférieure de trois à
dix degrés environ, les défauts s'organisent en un réseau bidimensionnel de dislocations
appelés sous-joints dont le comportement à la déformation ou à la corrosion est celui des
dislocations mises en jeu. Si l'amplitude est plus forte, les défauts sont plus nombreux
mais restent très localisés sur une zone de quelques rangées atomiques. Une telle zone
interagit avec les défauts cristallins. C'est une source ou un puits pour les dislocations
152 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

mobiles et pour les défauts ponctuels engendrés au cours d'une déformation plastique. Les
énergies libres d'excès associées à des joints à forte désorientation sont souvent du même
ordre de grandeur, autour de 500-600 ~ / (erg/cm2). m ~ C'est l'énergie à prendre en
compte dans le cas des joints quelconques de forte désorientation.
L'énergie du joint se répartit en deux composantes, une énerge de de;foormatiandu réseau et
une énergie chimique provenant de la rupture des lidisons. Le joint de grain classique accu-
mule une forte énergie chmique due à la rupture de toutes les liaisons et pratiquement
aucune contrainte. Le joint de macle est un cas particulier de joint pour lequel les orienta-
tions cristallographiques des deux cristaux sont symétriques l'une de l'autre. Il y a concor-
dance parfaite entre les réseaux de part et d'autre du joint, seule la séquence d'empilement
a changé au niveau du joint. Le joint de macle a une très faible énergie puisqu'il n'y a ni
rupture de liaisons ni déformation du réseau.

Les joints de phases


Ce sont des joints entre des phases différentes qui ont donc des structures cristallograph-
ques et des paramètres de maille distincts. Les joints interphases s'arrangent souvent de
façon particulière suivant des joints cohérents ou semi-cohérents. Un joint cohérent est un
joint dont les atomes sont en concordance avec les deux réseaux qu'il limite (fig. 7-1-1).

Figure 7-1-1 :
A) Image en microscopie à transmission à
haute résolution illustrant la configuration
de l'interface entre y cfc et a cc. La phase y
a l'orientation [ o ï l ] et a l'orientation
[OOl]. L'interface est pratiquement paral-
lèle au faisceau incident et c'est un plan
{ i lily.
Document CEA Grenoble, Fr, voir aussi
[Pen89].
B) Dessin représentant une zone au centre de l'image avec les colonnes d'atomes perpendiculaires au
plan de figure, la ligne en pointillé représente lejoint de phase égalementperpendiculaire au plan de
Jigure. Le tracé provient d'une simulation eflectuée en rapport avec les orientations expérimentales.
Les cercles entourent des dislocations de désaccord paramétrique (mis fit en anglais) distantes de
2,6 nm.
Document INPG Grenoble, Fr (voir [Bon94])
Il est semi-cohérent si la correspondance apparaît périodiquement comme dans un vernier
en quelque sorte ; c'est le désaccord paramétrique (mi@). L'accommodation peut être
assurée par la présence de dislocations coins périodiques.
L'existence de joints en cohérence pa$aite est improbable, car cela implique des espace-
ments interatorniques rigoureusement identiques pozlr certainsplans dans les deux phases.
Pourtant, une bonne cohérence entre deux phases est très fréquente car la germination est
énergiquement moins coûteuse, donc plus facile, lorsqu'il s'agit de former une phase en
bonne coïncidence avec la matrice. Le système s'adapte souvent en créant une phase méta-
stable en position de semi-cohérence (voir g 13-1). Le joint cohérent accumule une forte
énergie de déformation pour faire concorder les interfaces mais l'énergie chimique est
minime dans le cas des métaux, puisque les liaisons n'ont pas été rompues.
Les plans d'accolement sont les plans privilégiés de contact entre deux phases, ils sont
appelés plans d'habitat (habitplanes). Ces plans peuvent être irrationnels, c'est-à-dire sans
orientation cristallographique simple à une échelle macroscopique. Cependant, à l'échelle
atomique, ils peuvent apparaître comme des successions de terrasses pour lesquelles les
relations de bonne cohérence sont simples (voir fig. 9-3-1).

Interface facettée, interface rugueuse, plans denses


La notion de plan dense est utile essentiellement pour les structures cristallines compactes
comme la structure cubique face centrée et la structure hexagonale compacte. Un plan
dense est un plan qui comporte une forte densité d'atomes sans avoir obligatoirement
l'arrangement de compacité maximale. La distance entre atomes est plus courte que dans
les autres plans du même cristal et le nombre de liaisons avec les atomes des autres plans
est plus faible. De ce fait, c'est le plan qui gardera le mieux sa cohésion lors d'une défor-
mation plastique. Les glissements, les cisaillements se produiront d'abord préférentielle-
ment le long des plans denses. Cela se traduit énergétiquement par une plus faible énergie
de fautes d'empilement entre plans denses. C'est, en général, un plan défini par de faibles
indices de Miller. La notion de plan dense sert à visualiser le caractère non isotrope de la
déformation plastique ou des transformations de phases. Néanmoins, dans la structure
cubique centrée comme la ferrite, il n'y a pas de plan compact comme dans la structure
cfc, il y a seulement des plans cristallographiques plus denses. Par contre, il y a des direc-
tions compactes, typiquement suivant la direction [ I l llcc, les atomes sont en contact les
uns avec les autres (voir fig. 3-1-1). La déformation plastique reste non isotrope.
Un acier austéno-ferritique constitue un bon exemple pour illustrer la différence de
comportement entre la ferrite et l'austénite. L'acier a été traité à 1120 OC pendant six
heures puis trempé à l'eau. La structure biphasée classique se forme à haute température et
elle est préservée par la trempe (fig. 7-1-2A). Un traitement ultérieur de 1000 h à 400 OC a
provoqué la décomposition de la ferrite a en a et a', deux phases de même structure cris-
talline que la ferrite mais dont une est riche en chrome (4.Ces précipités submicroniques
non visibles à l'échelle des micrographies sont en fait des fluctuations spatiales de concen-
tration en chrome résultant d'une décomposition de type spinodal (voir $ 13-1).
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 7-1-2 :
Micrographie optique (A) et électro-
nique à balayage (B) d'un acier aus-
téno-ferritique de composition:
O,038C-22,l Cr-1O,4Ni-1,2Si-0,7Mn,
L'échantillon a été déformé plasti-
quement de 1O,5 %. La phase en
contraste sombre est a et la matrice
claire est l'austénite y.
Dans l'austénite, les dislocations
sont dissociées et ont tendance à se
propager dans le plan de glissement
initial, ce qui donne des traces recti-
lignes ou anguleuses. Dans la fer-
rite, les dislocations, majoritaire-
ment de type vis, ne sont pas
dissociées et peuvent changer à tout
moment de plan de glissement, ce
qui donne des traces sinueuses.
Document INPG, Grenoble, Fr
adapté d'après [Ver9 71, voir aussi
[Bér97]

L'échantillon a subi une forte déformation plastique qui a permis de mettre en évidence
les lignes de glissement continues d'une phase à l'autre (fig. 7-1-2 B). Ce trajet des lignes de
glissement est possible seulement s'il existe une continuité entre les plans denses des deux
phases, soit une relation d'orientation par exemple (111)y // (110)a.

Une interface est dite facettée lorsqu'elle présente des larges zones planes à l'échelle
atomique. Cette notion se réfère au processus de croissance. Par exemple lors de la
progression d'une interface liquide/solide, un atome qui vient s'intégrer au solide a
plusieurs possibilités : soit se poser sur une zone plate de l'interface et la nouvelle interface
accroît le nombre de liaisons atomiques ouvertes de quatre, soit se placer contre une
marche le nombre de liaisons atomiques ouvertes sera augmenté de deux, ou s'intégrer
dans un coin, ce qui n'apporte pas de changement. La sélection du site est commandée par
le bilan énergétique. Ld m i ~ ~ a n sefera
c e doncpr~érentiellementszlr les coins e t les marches.

Les plans à hauts indices présentent un grand nombre de sites pour un attachement facile
des atomes, ils forment des interfaces dites rugueuses correspondant à une croissance
isotrope sans plan vraiment privilégié. Les plans à faibles indices (type plans denses)
forment plus facilement des interfaces facettées. La croissance plus difficile des interfaces
facettées nécessite une plus grande force motrice, c'est-à-dire une plus grande sufusion
d'origine chimique comme la sursaturation, ou d'origine thermique comme la surfusion.
La facette qui se forme correspond au plan dont la croissance est la moins facile, la plus
lente. Les carbures de niobium très facettés de la figure 7-1-3, illustrent une telle
croissance.
Figure 7-1-3 :
Micrographie d'un alliage Fe-Nb-C
solid@ lentement.
Des carbures de niobium se sont
développé dans le liquide puis ont été
piégés par la solidzjîcation des den-
drites d 'austénite.L'attaque profonde
de la matrice révèle les facettes de
croissance :La flèche blanche de
droite signale un cube parfait qui a
crû suivant les plans {100) et la jlè-
che du bas signale un plan {Ill).
Document INPG, Grenoble, Fr voir
aussi [Kes88a]

La structure du cristal joue un rôle, une grande anisotropie favorise un développement en


terrasses parce que les cinétiques et les énergies d'attachement des atomes sont très diffé-
rentes suivant les plans. La présence d'impuretés peut, suivant leur nature chimique,
inhiber la croissance en empoisonnant les sites potentiels ou au contraire, la faciliter en
offrant de nouveaux sites [Kur98].

Notion de grain dans les alliages


En métallurgie des aciers, le grain se crée rarement à l'état d'un cristal homogène et
compact mais résulte plutôt d'une solidification dendritique. La dendrite est un édifice
complexe, ~ J J Hd ' m sedgerme, qui comporte un tronc principal ou branche primaire et des
branches secondaires et tertiaires, c'est un édifice complètement rigide dont l'ensemble
constitue un grain. C'est un monocristal, car les branches sont issues de croissance privilé-
giée de certaines directions et sont en continuité avec le réseau cristallin (fig. 7-1-4). Par
contre, le grain peut être inhomogène en composition. Comme la croissance dendritique
génère des ségrégations, une fluctuation de composition est souvent observable à l'inté-
rieur du grain entre les diverses branches (fig. 7-1-5).

La différence d'orientation entre les grains a une influence sur le comportement en défor-
mation, puisque les plans de glissement facile et de clivage changent au franchissement
des joints qui eux mêmes peuvent constituer des points faibles. La figure 7-1-6 présente
une surface de fracture fragile dans un acier ferritique inoxydable X2CrMoTi29-4 (1,4592)
sur laquelle les grains individuels sont révélés par à la fois des facettes de clivage intergra-
nulaires et des régions de décohésion intragranulaire.

La notion de grain existe pour des constituants polyphasés eutectiques ou eutectoïdes dans
la mesure où les phases croissent avec des orientations préférentielles définies et couplées
(fig. 6-4-2 B). Les grains composites sont alors constitués de plusieurs phases interconnec-
tées de façon rigide entre elles. Ce sont des grains polyphasés au sens cristallographique.
L'unicité de la structure biphasée est soulignée par le vocabulaire qui s'y rapporte : colo-
nies, cellules, nodules.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 7-1-4 :
Micrographie électronique de deux
grains dendritiques observés dans
une retassure, dans un barreau
d'acier 1OOCr6 brut de solidiJica-
tion. Les branches de dendrites sont
parallèles à l'intérieur de chaque
grain car elles sont issues du même
germe (voir fig. 5-5-5). Le grain
comprend une multitude de bran-
ches.
Document INPG Grenoble, Fr

Figure 7-1-5 :
Micrographie électronique en élec-
trons rétrodiffusés de la structure
brute de solidification d'un acier
3 6 N i C r M o 1 6 ( n o r m e NE EN
10 02 7). Le contraste clair souligne
le réseau dendritique car le molyb-
dène s'est accumulé dans le sillon
interdendritique. Un paquet de lat-
tes de la transformation martensiti-
que orienté dans la direction du trait
traversent cette zone jusqu'à la
ligne sinueuse souligné en noir.
Cette observation illustre la conti-
nuité du réseau cristallin d'une
branche de dendrite à l'autre.
Document INPG, Grenoble, Fr

Figure 7-1-6 :
Micrographie électronique d'une
rupture mixte fragile et intergranu-
laire dans un acier X2CrMoTi29-4
(1,4592).
Document CRU-Ugine Savoie
Imphy, groupe Arcelov.
Dans le cas des alliages à forte proportion d'un constituant eutectique comme les fontes,
les notions de grain et surtout de joint de grain perdent toute leur signification. En effet, le
monocristal de la dendrite primaire longtemps en contact avec le liquide dégénère à cause
de la coalescence, il se retrouve morcelé en particules monogranulaires noyées au milieu de
l'agrégat eutectique dans le sillon interdendritique (fig. 6-1-1).

7-2 Caractéristiques associées aux joints de grains


Diffusivité et ségrégation intergranulaires
Le joint de grain est une zone perturbée avec une forte concentration de défauts (lacunes,
dislocations). En conséquence, le transport atomique se fait plus aisément, la zone inter-
granulaire se comporte comme un court-circuit de diffusion. Le rapport DdDv entre la
diffusion intergranulaire et la diffusion volumique est grand, souvent de plusieurs ordres
de grandeur. Il dépend de la température et suit approximativement la relation :

Di/ D, = Do, ;/Do, ,. e.yb(AH,)/(kq (7-2-1)


où Test la température en Kelvins, AH, la différence des énergies d'activation de diffu-
sion, Do, i/ Do, ,les valeurs extrapolées pour T = O. La différence est très sensible aux
basses températures où la pénétration intergranulaire est la plus effective.
Le joint est déjà un site privilégié de germination à cause de l'énergie disponible par les
défauts qui lui confère une énergie supérieure à celle du réseau intergranulaire, mais c'est
aussi un site de croissance plus facile à cause de la diffusivité accrue. Cette énergie peut
être diminuée par la migration d'atomes de soluté au joint entraînant un enrichissement
local très conséquent qui peut atteindre 100, voire 1000 fois la teneur globale [Bér94]. Ce

également de former des précipités. Soit cini


sont les atomes de type interstitiels C, N, B et P qui sont le plus susceptibles de ségréger et
la concentration en soluté au joint :

O
où c, est la concentration dans la solution solide, T la température en Kelvin, QJl'énergie
d'interaction des atomes de soluté avec le joint de grain correspondant à la différence
d'énergie d'un atome situé au joint ou bien dans le réseau normal. Le processus Limitant
est tout de même la diffusion à l'intérieur du grain de telle sorte que la ségrégation est
fonction décroissante de la température, si bien qu'en pratique le phénomène de ségréga-
tion est surtout sensible aux températures intermédiaires.
Les échanges thermodynamiques peuvent être modélisés en prenant en compte la struc-
ture particulière du joint. Le modèle le plus simple est de considérer l'interface comme un
zone ayant une certaine épaisseur et de l'assimiler à une phase spécifique [Hi199b]. Cette
façon de voir est proche de la réalité, car dans certains cas, l'interface est une couche
mono-moléculaire avec des liaisons de type différent. Un exemple bien connu est celui de
158 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

la ségrégation du phosphore qui forme une couche à la surface du joint dans laquelle des
concentrations de 20 % en phosphore sont mesurées alors que l'alliage contient seulement
une teneur très faible de quelques dizaines de ppm. Il s'agit d'une monocouche correspon-
dant à la formule Fe3P avec des liaisons spécifiques. Le joint est alors très fragilisé Pri901.
Dans le cas des aciers, le problème est compliqué par l'interaction entre le phosphore et le
carbone. Les flux respectifs dépendent de la température et peuvent conduire à une inver-
sion de la ségrégation du phosphore au profit du carbone [Gut77], [Gut82], [Cow98].
A cause du changement d'orientation à travers le joint de grain, les directions de glisse-
ment facile coïncident rarement. En conséquence, les joints de grains sont des obstacles
efficaces à la propagation des dislocations et il en résulte zm renforcement du matériaa. Des
fortes contraintes sont engendrées localement en tête des empilements, aussi ce méca-
nisme de blocage est à utiliser avec discernement, seulement si la ductilité est suffisante
pour supporter un fort niveau de contrainte. Le recours à la précipitation intergranulaire
pour inhiber un possible grossissement de grain après la recristahsation peut conduire à
unefragihation dujoint après revenu excessif ou survieillissement. C'est le cas des aciers
faiblement ahés pour lesquels l'addition d'aluminium et d'azote procure un renforcement
significatif en bloquant les joints de grains par formation de nitrure d'aluminium, à condi-
tion de respecter des conditions normalisées. Dans le cas des pièces moulées en aciers au
carbone, les précipités de carbures peuvent provoquer une rupture intergranulaire.
Dans certaines conditions, les atomes de soluté collectés pendant une transformation sont
entraînés avec mouvement des parois du grain et se maintiennent en position interfaciale
au joint de grain. Le phénomène est connu sous le nom de drainage du soluté.

Forme d'équilibre du joint en contact avec du liquide


Lorsque deux grains adjacents sont en contact avec une phase
liquide métallique, il s'établit une situation dans laquelle les trois
énergies interfaciales des phases prises deux à deux s'équilibrent en
fonction de la température. Les angles adoptés au point triple de
rencontre des phases traduisent cet état et la pénétration du liquide
dans le joint en dépend. Dans le cas de deux grains de la même
phase (fig. 7-2-3) deux énergies interfaciales interviennent, YIG
Figure 7-2-3 : énergie de joint de grain, et ~ S énergie
L entre le solide et le liquide :
Forme d'équilibre
du joint de grain
Le métal encore liquide adopte entre les grains une morphologie
propre à réduire l'énergie interfaciale. L'angle @ change en fonction des valeurs relatives de
YIC; et y& c'est-à-dire que le liquide soit s'étale en une fme couche continue, soit se répartit
en gouttes ovoïdes qui une fois solidifiées forment un chapelet le long de l'interface et un
tétraèdre compact au joint triple. Un exemple de la pénétration du cuivre liquide entre des
grains de poudre de fer est illustré par la micrographie (fig. 7-2-5).
GRAINS, JOINTS DE GRAINS ET INTERFACES

Figure 7-2-5 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-Cu. Les particules de
poudres de fer ont été comprimées
avec 3 % de poudre de cuivre,
chauffées ( 3 " C / m i n ) j u s q u ' à
11O0 OC et immédiatement refroidies
(40 "C/min). Le cuivre liquide a
pénétré comme en témoigne le bon
étalement du liquide intergranu-
laire. Un maintienplus long conduit
à la dzflusion du cuivre dans lefer et
à la disparition du liquide.
Document INPG, Grenoble, Fr ;
voir aussi [DubOO]

Une notion associée est la mouillabilité, c'est-à-dire, en pratique, la propension du liquide à


s'étaler sur la surface du solide considéré. Cette propriété est reliée aux interactions poten-
tielles entre les deux phases pour former des liaisons à l'interface solide/liquide. Une
bonne moudlabilité correspond à une énergie interfaciale réduite. Lorsque le diagramme
de phases indique une absence de réactivité, un faible mouillage est prévisible. C'est la
raison pour laquelle la plupart des métaux mouillent les surfaces oxydées alors que les
métaux nobles ne les mouillent pas. De nombreux d'autres facteurs interviennent encore,
comme la propreté des interfaces et leur orientation [Smi48], [Eus83], [Ger85], [Ger98].
Dans le cas du fer, les énergies d'interface varient dans une large proportion suivant le
métal liquide en contact et aussi sous l'effet d'élément additifs même à très faible teneur
(annexe 22-2). Ces aspects sont essentiels pour de nombreuses applications, notamment le
soudage et le frittage en phase liquide. La mouillabilité joue aussi un rôle important dans la
morphologie des inclusions et la fragilisation/corrosion par le métal liquide (Pb, Na).

Taille des grains


La taille de grain est la taille moyenne du grain définie à partir du nombre de grains par
unité de volume. Elle est habituellement exprimée par le diamètre moyen dont la valeur
exacte dépend de la méthode de mesure. La taille de grain a une forte influence sur les
propriétés mécaniques (voir 14-1). Ce sont les ségrégations ou même les précipitations
qui permettent souvent de révéler la frontière entre grains par une attaque chimique, élec-
trochimique ou thermique. L'attaque chimique classique est encore le meilleur révélateur
bien que le dosage des attaquants et les conditions opératoires relèvent souvent d'une
connaissance très empirique. De nombreux livres ou publications détaillent les recettes des
réactifs d'attaque appropriés Pav941, [Hab66], [Pec77], Fac9O], Fan89], Fan991 et un
tableau sommaire se trouve en annexe 22-4. Les attaques par traitements thermiques sont
pratiquées pour les aciers, mais elles ont l'inconvénient de ne pas révéler l'état du métal
avant traitement [Kra80]. L'utilisation de l'analyse d'images a permis un affinement consi-
dérable de l'exploitation des mesures faites à partir de surfaces polies.
L A MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Orientation des grains


Les différents grains d'un métal ou alliage ont souvent des orientations réparties de façon
non aléatoire par rapport à la géométrie de la pièce concernée. En particulier, à l'issue du
laminage à froid, les grains d'acier ferritique présentent deux orientations principales par
rapport au plan de la tôle, appelées a et y, qui ont des comportements différents vis-à-vis
des propriétés physiques et mécaniques (ces appellations sont sans rapport avec les phases
du même nom). Une forte proportion de grains orientés y garantit une bonne formabilité
et, par conséquent, une aptitude à l'emboutissage profond. Il est important de connaître la
fraction volumique des grains en fonction des différentes orientations de façon à optimiser
les paramètres influants du laminage à chaud, principalement le taux de réduction. La
recristallisation peut être orientée de façon à obtenir une forte proportion de grains avec
l'orientation y pendant le laminage à froid par un contrôle du taux de réduction.
La méthode des figures de pôles à l'aide des rayons X est couramment utilisée pour
obtenir une statistique d'orientation des grains. La microscopie électronique permet de
visualiser les contrastes d'orientation entre les grains mais cette méthode est lourde à
mettre en œuvre tout en ne permettant d'explorer qu'une très petite surface. Des progrès
récents exploitent les électrons rétrodiffusés du microscope à balayage en conjonction
avec un microscope à émission de champ ([HumOl]). Un exemple est présenté avec deux
images de la même plage d'un acier inoxydable ferritique laminé. La figure 7-2-6A corres-
pond à la direction <110> ditejbre a qui est défavorable pour la mise en forme et la figure
7-2-6B à la direction <111> ditejbre y favorable.

Figure 7-2-6 :
Cartes d'orientation des grains pour une même plage d'un échantillon d'acier AISI 430 (acier inony-
dable ferritique à 17 %Cr) après laminage à froid et recuit vers 900 OC. Le niveau de gris indique la
proximité d'une orientation cristallographique donnée par rapport à une direction macroscopique de
la tôle, noir très proche et blanc en dehors d'un cône de 20 O autour de cette direction:
A) grains orientés <11O> parallèlement à la direction de laminage fibre a);
B) grains orientés Cl11> perpendiculairement au plan de la tôle @bre y). Certains grains sont blancs
dans les deux images, ils n'appartiennent à aucune de ces deux familles d'orientation.
Document Ugine-CRIIsbergues, groupe Arcelor et INPG Grenoble, Fr
La diffusion est omniprésente dans l
a plupart des transformations métallurgiques et son rôle sera
beaucoup évoqué tout a u long d u texte. Après les définitions de base des lois de la diffusion, l'objectif
de ce chapitre est de présenter trois cas classiques dans lesquels les effets de la diffusion sur la micro-
structure sont très visibles. Les atomes sont transférés à partir d'une interface : 1 ) entre deux solides
(zone appauvrie), 2 ) entre un solide et un gaz (la cémentation), 3) entre un liquide et u n solide (la
galvanisation). Ces exemples correspondent à des phénomènes importants à l'échelle industrielle.

8-1 La diffusion chimique

Généralités
La diffusion est un phénomène qui implique le déplacement des atomes par rapport à
leurs voisins. Dans un réseau cristalLin, le déplacement s'effectue par des sauts à une posi-
tion voisine suivant deux mécanismes soit par migration à travers les vides du réseau, les
sites interstitiels, soit par échange de position avec les sites inoccupés proches voisins du
réseau c'est-à-dire les lacunes. D'autres mécanismes plus complexes mettent à profit des
interactions avec l'ensemble des défauts par exemple dans le cas de la diffusion interfaciale
où il y a localement accumulation de défauts divers le long d'une interface (joint de grain
ou joint de phases). Les atomes de faible encombrement sont les seuls à pouvoir migrer à
travers les sites interstitiels, ce sont l'hydrogène, l'oxygène, l'azote, le carbone. Les atomes
plus gros sont contraints de migrer dans les seuls sites vacants en libérant à leur tour un
nouveau site. La fréquence de saut dépend de l'élément diffusant et pour un même
élément, fortement de la température. Dans le cas des hautes températures elle peut
atteindre des chiffres colossaux de l'ordre de plusieurs milliards de fois par seconde.
Cependant les déplacements atomiques s'effectuent aléatoirement dans toutes les direc-
tions, si bien qu'à l'échelle macroscopique le déplacement moyen est beaucoup plus limité.
Au point de vue métallurgique, c'est ce d4lacement apparent qui détermine la pénétration
d'un élément dans le réseau.
Les lois fondamentales macroscopiques qui gouvernent la diffusion chimique sont les lois
de Fick inspirées par les travaux de Fourier sur la conduction de la chaleur. La première
étude mathématique du phénomène a été faite par Fick en 1855. Les phénomènes de
162 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

diffusion chimique jouent un rôle important en métallurgie car ils permettent au système
d'évoluer vers un état d'équilibre. Cependant, ce sont des phénomènes lents, beaucoup
plus lents que la diffusion thermique, aussi l'état d'équilibre sera rarement atteint. Il faut
donc prendre en compte le régime transitoire précédant l'établissement d'un éventuel
régime permanent.
La première loi de Fick exprime le fait que la densité de flux est proportionnelle au
gradient de concentration :

J est la quantité de matière qui traverse la surface unitaire pendant l'unité de temps qui
s'exprime en kg.m-2.s-1 ou en at.m-2.s-1suivant que l'on définit un flux de masse ou un
flux atomique. D est la constante de proportionnalité ou coefficient de diffusion qui
s'exprime en m2.s-l ; 6 est la concentration volumique en kg.m9 ou at.m-3. A remarquer
que le chimiste exprime plutôt un pourcentage qui est une fraction. C'est équivalent à une
densité atomique ou massique. Le signe "-"exprime que le flux se produit vers les basses
concentrations, il s'agit d'une perte par rapport à la concentration initiale qui tend à homo-
généiser spatialement un gradient initial.
La première loi de Fick n'est strictement valable que pour une diffusion selon l'axe des x,
dans le cas d'un système binaire à une seule phase et isotrope, maintenu à température et
pression constantes. Remarquons l'analogie de cette loi avec la loi de transmission de
chaleur par conduction, c'est-à-dire le flux proportionnel au gradient de température. La
loi d'Ohm a également la même forme, l'intensité est proportionnelle à la tension. Plus
généralement, on suppose souvent que le flux est proportionnel à la force thermodyna-
mique qui lui donne naissance.

Le coefficient de diffusion
Les cas de diffusion les plus simples sont ceux pour lesquels on peut considérer que la
difhsion ne modifie pratiquement pas la composition. Le coefficient de diffusion D peut
alors être traité comme indépendant de la concentration locale. C'est le cas de l'autodiffu-
sion ou de l'hétérodiffusion dans les alliages dilués. Cependant, le coefficient de diffusion
varie fortement avec la température. Lorsque le phénomène de diffusion est simple, les
valeurs expérimentales du coefficient D suivent la loi d7Arrhénius:

L'énergie d'activation Q vaut habituellement de 50 à 250 kJ/mole. Pour l'autodiffusion


l'élément à plus basse température de fusion diffuse en général plus vite. Les lois appro-
chées suivantes donnent un bon ordre de grandeur :
Q/ TF=0,0147 ~JK-';Q = 15LF;D L p ) = 1o - cm2s-l
~ avec R = 8,316 J mole-' K-l

où LFest la chaleur latente de fusion et DLp, le coefficient de diffusion dans le liquide à


la température de fusion. Quelques valeurs de coefficients de diffusion sont présentées
LA DIFFUSION

fi
(annexe 22-5). Les données sont souvent difficiles à comparer parce qu'elles portent sur
des gammes de températures particulières. La technique expérimentale utilisée (par
exemple interdiffusion ou traceur) peut introduire aussi une erreur systématique [Alb74].
Aussi, des valeurs un peu différentes de celles du tableau sont indiquées par adleurs pour
ces mêmes éléments [Hon95]. De toutes façons, il y a une grande différence de diffusivité

où t est le temps en secondes. La profondeur de pénétration de


l'élément diffusant est proportionnelle à I. C'est une première approximation bien utde, en
163

entre les éléments interstitiels et les éléments de substitution qui se traduit par plusieurs
ordres de grandeur entre les valeurs de ces coefficients. La diffusivité des éléments en
substitution est en partie liée à leur numéro atomique, les éléments lourds sont supposés
diffuser moins vite. La relation n'est cependant pas si simple puisque le nickel, le cobalt et
le cuivre diffusent plus lentement dans la ferrite que des métaux plus lourds.
Un paramètre très simple à calculer, et évocateur pour le métallurgiste, est la longueur de
diffusion / =

particulier pour interpréter la microstructure. Les chiffres suivants extraits de l'annexe 22-5
illustrent la comparaison pour une heure de traitement à une température de 910 OC (tran-
sition aly) : la pénétration du carbone est de 1080 pm dans la ferrite, de 192 pm dans
l'austénite. Celle du nickel dans l'austénite est 0,2 Pm, ce qui paraît bien faible mais il
convient de la comparer au rayon atomique de 0,167 nm pour le fer, ou à la distance d'un
saut de 0,26 nm (le paramètre de madle de y-Fe =0,37 nm soit une distance 0,37/* m).
Lorsque les solutions solides s'écartent significativement des solutions diluées, les coeffi-
cients de diffusion intrinsèques peuvent être très différents des coefficients d'autodiffu-
sion. Des relations d'après Kaufman et al [Zac62] prédisent la variation de la diffusivité du
carbone dans l'austénite en fonction de la concentration locale. E n fait, dans le cas du
système binaire A-B, il faudrait en toute rigueur traiter le problème du système ternaire
A-B-lacunes. Les problèmes liés à la diffusion des éléments sont traités dans les ouvrages
de métallurgie physique [Cah83], por921, [Bér94], phi021 et des ouvrages spécialisés
phi9 11.

8-2 Zones affectées par la diffusion


Zone déchromée
Dans les aciers austénitiques fortement alliés, la mise en équilibre local crée un appauvris-
sement en chrome au voisinage des carbures. Le phénomène est bien connu car il y a
sensibilisation (sensitixation en anglais) lorsque la composition locale passe en dessous du
seuil de 12 % de chrome, seuil pour lequel l'aptitude à former un film de passivation est
diminuée. La déchromisation engendre une corroion trer localisée [Sta69], fred711, Pho831,
Lac901. Une parade est le traitement thermique dit de désensibilisation.
Considérons l'évolution d'un alliage Fe-Cr-C pendant le refroidissement depuis l'état
liquide. La composition initiale est choisie de façon à ce que l'alliage forme des dendrites
primaires d'austénite et un constituant eutectique avec des carbures de chrome. Quatre
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 8-2-1 :
ProJils de concentration en chrome au voisinage des carbures (en gris) pour quatre étapes lors du
refroidissement
A: Ségrégation de solidzjkation au voisinage du carbure eutectique
B: Epaississement du précipité et formation de la zone appauvrie en chrome.
C: Précipitation dans la matrice dont la teneur en carbone diminue.
D: La matrice est totalement homogène avec une teneur en chrome inférieure à la concentration en A
et B mais supérieure au minimum de la zone appauvrie.

étapes sont distinguées illustrées par les schémas de la figure 8-2-1 : les étapes C et D
pouvant aussi représenter des traitements thermiques après refroidissement.
A) S@r@ationde solidzjication dendmtiqzie. L'état initial considéré est celui de la fin de solidifica-
tion dans lequel la concentration de la matrice au voisinage du carbure eutectique est celle
de l'équilibre matrice/carbure à la température eutectique TE.
B) Formation de la ?one appazivrie. L'échantillon subit une étape de refroidissement lent
jusqu'à la température TI.La solubilité en chrome de la matrice diminue, la sursaturation
doit être résorbée, mais comme la force motrice de la germination est insuffisante pour
créer des germes, la matrice reste sursaturée en chrome. Par contre, le germe existe déjà à
l'interface carbure/matrice, alors l'éqiulibre s'établit par échanges diffusifs à travers l'inter-
face provoquant l'épaississement du précipité. La sursaturation est relaxée à une distance
approximativement de la longueur de diffusion.
C) Prénpiation dans la mahice. Un maintien à une température plus basse TIIpermet la préci-
pitation. L'équilibre s'établit au contact de chaque précipité. La matrice s'appauvrit locale-
ment en chrome sur une distance de diffusion. Le potentiel chimique du carbone peut être
considéré comme uniforme dans toute la matrice, compte tenu de la diffusivité du
carbone. A cause de la précipitation la matrice s'appauvrit en carbone, y compris au voisi-
nage du carbure eutectique. Un nouvel équilibre est imposé à l'interface du carbure eutec-
tique. D'après le diagramme de phases Fe-Cr-C (figures 4-7-1, 19-1-2 B et C), la teneur en
chrome peut remonter dans le sillon appauvri. Le flux de diffusion est alors dans le sens
+
carbure matrice. La largeur cette zone de relargage est faible puisque la température est
LA DIFFUSION 165

plus basse (en supposant la vitesse de refroidissement constante). C'est le profil de type
observé en pratique dans un alliage brut de refroidissement.

D) De'ken~ibdkziion.Après un long maintien, la matrice devient totalement homogène avec


une teneur en chrome inférieure à la concentration moyenne en A et B mais supérieure au
minimum de la zone appauvrie. Cette faible différence a une importance exceptionnelle
parce que la concentration de la matrice se trouve alors au dessus du seuil de passivation.
L'alliage n'a plus de zone susceptible de subir une corrosion localisée, d'où le nom de
désensibilisation donné à ce traitement.

Pour les aciers alliés le problème est plus compliqué car la mise en équilibre nécessite
l'échange de plusieurs éléments dont les cinétiques de diffusion sont différentes ;parmi les
plus courants, le carbone, le chrome, le nickel, le molybdène. La diffusion au voisinage de
l'interface est le mécanisme qui commande la croissance des carbures tant qu'il subsiste
une sursaturation de la matrice. C'est la diffusion de l'élément le plus lent qui est le
processus limitant. L'élément important pour la sensibihté à la corrosion est le chrome.

La zone appauvrie est directement observable dans le cas examiné figure 8-2-2 pour lequel
la zone déchromée (indiquée par des flèches) est dépourvue de précipité et les carbures
eutectiques M7C3 adjacents apparaissent épaissis.

Le phénomène se rencontre dans des aciers moulés riches en carbone, bruts de solidifica-
tion à microstructure grossière [Dur80a]. Cette zone est préférentiellement corrodée
(fig. 8-2-3). Dans un autre exemple tout à fait représentatif de la microstructure des fontes
blanches (figures 12-3-2 AZ et BZ), la zone appauvrie est révélée par une aptitude diffé-
rente de la matrice pour se transformer en bainite.

La plupart des aciers ne présentent pas de carbures d'origme eutectique car ils contiennent
peu de carbone. De plus ils sont forgés, laminés et traités thermiquement, ce qui réduit les
précipités à l'état de débris très rapprochés et l'homogénéisation complète est facilement
atteinte. La corrosion localisée apparaît au niveau des précipités secondaires et surtout aux

Figure 8-2-2 :
Micrographie électronique d'un
échantillon d'acier type 25-20
(0,5C-24,9Cr-24,5Ni-l,8W-l,9Si-
1,9Mn). L'alliage a subi une solid$-
cation et un refroidissement relative-
ment lent simulant les conditions
d'obtention d'une pièce de fonderie.
L'alliage présente des dendrites
d 'austénite entourées d'eutectique
interdendritique M7C3/y. Le recuit
de 90 h à 750 "Cprovoque la préci-
pitation des carbures secondaires
M23c6.
Document INPG,Grenoble, Fr
MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 8-2-3 :
Micrographie électronique du même
acier que celui de la figure 8-2-2
(0.5C-24,9Cr-24,5Ni-1.8 W-1,9Si-
1'9Mn) corrodé par un mélange de
clinker et de Na2S04pendant 140 h,
à 1'air, à 700 OC. Le profond sillon
entoure les carbures eutectiques et
correspond à la zone appauvrie en
chrome.
Document INPG, Grenoble, Fr

joints de grain [Tho83]. Les joints de grains sont une zone privilégiée de formation de
précipités créant une zone appauvrie sur le contour du joint. Le phénomène est très
nuisible dans le cas des aciers austénitiques (g 19-3). Il se produit également avec les aciers
ferritiques mais, dans ce cas, la diffusivité de tous les éléments est grande dans la ferrite si
bien que la passivation par homogénéisation est beaucoup plus immédiate.

8-3 La cémentation

Paramètres de la diffusion superficielle


Les éléments interstitiels ont une grande diffusivité dans l'austénite à haute température.
Quand un acier est placé en contact avec un milieu à forte activité du carbone ou de
l'azote, ces derniers pénètrent en quelques heures jusqu'à une profondeur de quelques
millimètres. Dans la zone superficielle enrichie, l'austénite est susceptible de former une
martensite plus dure que dans la zone intérieure moins riche. Ce phénomène est à la base
de traitements superficiels qui sont utilisés dans de nombreuses applications où il y a
intérêt à avoir une zone de surface dure et résistante à l'abrasion et une zone à cœur plus
ductile.
La source de carbone ou d'azote est un solide, un liquide ou un gaz en contact avec l'acier.
Dans le cas le plus classique où l'acier est dans un enceinte dans laquelle se trouve du
graphite et de l'oxygène, un équilibre s'établit (équilibre de Boudouard) qui dépend de la
température et de la pression. Les potentiels chimiques, donc les concentrations ou les
pressions partielles de CO et CO2, sont bien définies. La source de gaz, sans cesse renou-
velée par diffusion ou convection, est considérée comme inépuisable et maintient une
concentration chimique constante en contact avec l'acier. La concentration dans l'acier à
l'interface est imposée par l'égalité des potentiels chimiques dans chaque phase. Le
carbone diffuse dans le fer à partir de l'interface.
LA DIFFUSION 167

Les lois de Fick de la diffusion admettent dans ce cas une solution analytique qui permet
de calculer le gradient de concentration :

où ceq est la concentration d'équilibre à l'interface du soluté, co la concentration initiale


dans le fer, c la concentration à la distance 7 de l'interface au bout du temps t. La pénétra-
tion est de l'ordre du millimètre au bout de deux heures à 900 OC (annexe 22-5). Il se
forme de la cémentite en surface quand la limite de solubilité du carbone dans l'austénite
est atteinte. La présence d'éléments d'alliage dans l'acier change de façon significative le le
gradient d'activité du carbone sous l'interface et ralentit généralement la pénétration du
carbone si bien que le procédé est peu employé dans le cas des aciers alliés.
La diffusion mixte de carbone et d'azote est complexe car les équilibres sont différents (les
deux éléments se partagent les mêmes places dans les sous-réseaux des sites interstitiels) et
les diffusivités sont différentes. C'est toujours la cémentite qui se forme en premier bien
que ce ne soit pas forcément la phase prévisible. Cette cémentite provisoire se forme parce
que l'absorption de l'azote à l'interface est lente au premier stade de la réaction. Ultérieure-
ment les phases d'équilibre se forment à son contact, c'est-à-dire la phase E - F ~ ~ ( N , C et ) ~ - ~
la phase y'-Fe4N 1, entre le fer et le carbure E (pu-001.

Microstructure de la zone cémentée


L'exemple choisi est celui de la cémentation d'un acier ordinaire à 0'2 % de carbone pour
lequel le traitement vise une carburisation profonde, jusqu'à une profondeur de l'ordre de
4 mm obtenue au bout de 10 h à une température de 1000 OC (fig. 8-3-2 A). L'austénitisa-
tion ultérieure pendant 4 h à 870 OC change un peu la répartition du carbone. La concen-
tration d'équdibre à l'interface de l'acier en contact avec l'atmosphère carburante est plus
faible. De ce fait il y a une perte superficielle et la zone concentrée en carbone s'étale vers
l'intérieur de la pièce. Le profil final est représenté en gris. Trois modes de refroidissement
ont ensuite été utilisés : un refroidissement lent, une trempe à l'air et une trempe dans
l'azote liquide. Les mesures de dureté sont reportées figure 8-3-2 B, les indications A, B et
C correspondent aux micrographies des figures 8-3-3 A, B et C. La dureté intrinsèque de
la martensite augmente avec la teneur en carbone de l'austénite mère. Pour les fortes
teneurs en carbone, il y a un effet opposé parce que la transformation est incomplète à
cause de l'abaissement des températures Ms et MF (voir g 11-2).
Les micrographies des échantillons trempés à température ambiante confirment que la
transformation martensitique est presque complète à une profondeur de 1500 Fm dans
l'échantdlon (fig. 8-3-3 B), alors qu'il reste beaucoup d'austénite non transformée à proxi-
mité du bord (fig. 8-3-3 A). Pour cette dernière zone, une trempe dans l'azote liquide
induit une transformation complète et en conséquence un accroissement de dureté. Enfin,
la micrographie de la bordure de l'échantdlon refroidi lentement est caractéristique d'une
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 8-3-2 :
Pénétration du carbone dans un acier à Fe-0,2C.
A) Les courbes en traits noirs représentent le pourcentage pondéral de carbone calculé pour des
maintiens en atmosphère carburante à 1000 OC de respectivement 1, 4 et 10 h. La courbe en trait gris
représente une estimation de la teneur en carbone après un maintien de 10 h à 1O00 "Cpuis de 4 h à
870 "Cpour I'austénitisation.
B) Microdureté en fonction de la distance à la surface de l'échantillon pour les trois modes de refroi-
dissement. Les rectangles (A), (B) et (C) correspondent aux micrographies de lafigure 8-3-3.

composition hypereutectoïde à cause de la présence de cémentite aux joints de grains


entourant la structure perlitique (fig. 8-3-3 C).

Procédés de cémentation et de nitruration


Tous les procédés utilisent des températures telles que l'élément diffusant (carbone ou
azote) diffuse dans le fer à l'état d'austénite et que la pénétration atteigne une profondeur
de l'ordre du millimètre. Ils visent tous à obtenir un durcissement superficiel tout en
conservant une bonne ductilité interne. Divers procédés peuvent être choisis suivant la
pièce à traiter. Il en existe trois classes : la cémentation, la nitruration et la carbo-nitrura-
tion [Ash92]. Le traitement d'austénitisation est dissocié à cause de la gamme de tempéra-
ture différente et aussi de la nécessité de tremper pour obtenir de la martensite.
Dans le cas de la cémentation le carbone est apporté par un solide, un liquide ou un gaz :
- un solide :un procédé ancien consiste à empaqueter le fer dans de la poudre constituée
principalement de charbon de bois ou de coke et de carbonates alcalins ;
- un liquide : le fer est immergé dans un bain de sel fondus comportant du cyanure de

sodium. Le traitement est bien contrôlable mais délicat d'utilisation à cause de la haute
toxicité des sels et des vapeurs ;
- ungax :la source de carbone est généralement un hydrocarbure ou du gaz naturel.

La température de traitement est d'environ 925 OC.


Dans le cas de la nitmration l'azote est apporté par un liquide ou un gaz :
- un liquide : le bain est un bain de sels contenant du cyanure vieilli pour le transformer en
cyanate ;
- ungax : l'azote est apporté par craquage de l'ammoniac. La nitruration sous plasma est
LA DIFFUSION

Figure 8-3-3 :
Micrographie électronique de pla-
ges de l'échantillon d'acier à 0,2 %
de carbone cémenté
A) zone à environ 200 pm du bord
après trempe à l'air. La structure est
martensitique et comporte une assez
large proportion d 'austénite rési-
duelle qui apparaît en contraste
clair.

B) zone à environ 1500 pm du bord


après trempe à l'air. La structure est
martensitique et comporte unefaible
proportion dausténite résiduelle

C) zone à environ 200 pm du bord


après refroidissement lent. La struc-
ture est perlitique, c'est la micro-
structure d'un acier hypereutec-
toïde avec des cellules de perlite et
des précipités grossiers de cémentite
intergranulaire.
La présence de ces carbures confére
un léger accroissement de dureté à
peu près uniforme sur toute la
région hypereutectoïde.
Document INPG, Grenoble, Fr
170 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

une variante efficace et non polluante. Les températures de traitement sont respectivement
de 550 OC (liquide) et 500-565 OC (gaz).
La carbo-nitraration utilise comme la nitruration un procédé d'immersion en sels fondus
comportant des cyanures. Il existe aussi un procédé en phase gazeuse avec un mélange
d'hydrocarbure et d'ammoniac et également la méthode par plasma.

8-4 Notion de couple de diffusion


Deux métaux pressés l'un contre l'autre le long d'une surface plane et portés à une tempé-
rature donnée constituent un couple de diffusion. Il s'établit un équilibre thermodyna-
mique à l'interface, puis avec le temps, des flux de diffusion croisés tendent à établu: l'état
d'équilibre à longue distance. Considérons le cas de deux morceaux de fer et de chrome
portés à 1400 OC. Les deux phases en contact, soit &Fe côté fer et a-Cr côté chrome, ont
la même structure cristallographique et sont totalement miscibles entre elles. Le profil de
concentration instantané peut être calculé pour chaque élément à partir de l'interface ; il
résulte de l'application des lois de Fick et à la forme d'une sigmoïde. Au cours du temps, la
zone affectée par la présence de deux éléments s'étale et son épaisseur varie en fonction de
t% (fig. 8-4-1A).
Le même couple de diffusion porté à 1000 OC met en contact deux phases différentes y-Fe
cfc et a-Cr cc. L'équilibre s'établit à l'interface. Le diagramme de phases prédit une zone
de composition interdite entre les deux solutions solides limites où il ne peut pas y avoir
de phase unique. Comme les flux de diffusion ne sont pas a priori identiques, l'interface
progresse du côté ou le flux est le plus intense. Le changement de composition est brutal

Figure 8-4-1 :
A) Profil de concentration en chrome à 1400 OC pour deux
temps différents. Il y a continuité puisque c'est la même phase
pour toutes les compositions
B) Profil de concentration en chrome à 1000 OC au voisinage de
l'interface et diagramme de phases Fe-Cr renversé avec en
ordonnée la teneur en chrome entre O et 30 %. Il y a disconti-
nuité à 1 'interface entre les deux phases.
(voir diagramme completfig. 4-4-2)
LA DIFFUSION 171

au passage d'une phase à l'autre ;il n'y a pas dans l'échantillon de zone de transition à deux
phases.
La représentation (fig. 8-4-1B) fait correspondre les couches successives attendues avec le
diagramme de phases. Cependant, attention, cette présentation peut induire en erreur, car
le profil ainsi obtenu en présence de plusieurs composés n'est absolument pas représen-
tatif de l'épaisseur des couches successives. L'épaisseur des strates dépend seulement de la
diffusivité des éléments dans chaque phase. Certains composés intermétalliques sont
considérés comme de véritables barrières de diffusion parce que la diffusivité y est faible et
ils sont exploités comme tels. Il est aussi possible qu'une phase n'apparaisse pas si les flux
opposés se compensent exactement.

8-5 La galvanisation
Couple de diffusion Fe-Zn
Quand le fer pur est plongé dans du zinc
liquide à une température de 450 OC les Tableau 8-5-1 :Structure des phases du système
Fe-Zn et phase principale du système Fe-Zn-Al,
flux diffusifs croisés donnent naissance à
Fe2A15.
toute une série de phases intermédiaires.
Phases Zn at% Symbole de Groupe
Ce sont a-Fe, r l , r2,61, <, q-Zn avec
Pearson d'espace
respectivement les domaines lisibles sur le
aFe 0-3 cI2 1m3m
diagramme de phases (tableau 8-5-1 et
r1 68-74 ~152 133m
figure 8-5-2). Le fait que le zinc soit liquide
I-2 78,6-8 1 cF408 ~33m
change simplement les cinétiques de réac-
61 86,5-92 hP555 P63/m~
tion. C'est pourquoi la diffusion est dite
6, FeZn13 92,5-94 mC28 C2m
réactive. Les phases se disposent en
rl Zn 1O0 hP2 P63/mc
couches lorsque la surface initiale du fer
Fe2AlS 0-12 OC* Cmcm
est bien plane et que les flux sont unidirec-
tionnels. La transition entre deux phases se
produit à l'interface intepha~eoù les phases en équilibre sont en contact deux par deux. Le
schéma (fig. 8-5-3 A) rapporte la structure obtenue expérimentalement par contact du fer
avec le zinc liquide à 450 OC.
Dans ce cas, la réalité expérimentale diffère du schéma prévisible. Le zinc liquide a une très
forte réactivité vis-à-vis du fer, si bien qu'il se passe de nombreux événements dans les
quelques premières secondes de contact. D'après les observations, la phase qui se forme
en premier au contact du liquide est la phase Guivie des autres phases plus riches en fer.
Cette phase 6 bénéficie de relations d'accolement préférentiel avec le fer, ce qui facilite une
croissance de type épitaxial. En conséquence, l'orientation des grains du fer en substrat a
une incidence sur la microstructure. Lorsque les grandeurs thermodynamiques des
composés considérés ont des valeurs proches, la force motrice pour faire germer une
phase plutôt qu'une autre n'est pas décisive. La phase ri a plus de difficulté à germer si la
172 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 8-5-2 :
Diagramme de phases Fe-Zn.
La ligne à 450" C représente la
température usuelle de mise en
contact du zinc avec lefer:
D'après [Mas901

f Fea
.O*.. \ I

Figure 8-5-3 :
A) Schéma montrant la stratifïca-
tion typique des phases formées
quand le fer est au contact du zinc
liquide pendant une heure à 450 OC,
la couche formée est de l'ordre de
100-200 Pm.
B) Profil de concentration corres-
pondant. La phase 61 a deux mor-
phologies correspondants à deux
gammes de compositions différen-
tes. La phase 6 dite compacte croît
vers le fer alors que la phase 6 dite
palissade croît vers le zinc liquide.
Schéma adapté d'après [Gra80] et
[Fer 761

température de l'expérience est proche de la température de réaction péritectique qui la


forme et quelquefois elle n'apparaît pas. Un seuil d'énergie chimique de 400 ~ / c mest~
considéré comme nécessaire pour qu'une phase puisse se former.

La diffusion est active suivant plusieurs modes, en mode intergranulaire et en mode intra-
granulaire. Habituellement, la diffusion au joint de grain est considéré comme plus rapide
(le joint a la réputation d'être un court circuit de diffusion). Mais il peut arriver que la
diffusion soit plus rapide à l'intérieur du grain suivant les caractéristiques des composés
intermétalliques formés. Cet aspect a une incidence sur la morphologie des différentes
strates de phases. Enfin, la diffusion peut être anisotrope dans les composés intermétah-
ques et favoriser un développement non plan de l'interface.

La phase 61 se présente sous deux morphologies avec des gammes de composition


différentes : 61k dite compacte et 61p ditepalissade (pillar-Me), ce qui a fait longtemps
supposer la présence de deux phases différentes (fig. 8-5-3B). En fait il s'agit d'une seule
LA DIFFUSION 173

phase et la différence provient de mécanismes de formation différents suivant que la phase


se construit au contact avec la phase riche en zinc ou de la phase riche en fer. L'anisotropie
de structure de fibres de la phase 61p pourrait aussi s'expliquer par une diffusion préféren-
tielle le long des axes POO].
Après les premières secondes de la réaction, une fois les couches formées, le régime
devient purement diffusif et l'épaississement obéit à une loi parabolique classique en t".
L'exposant obtenu expérimentalement pour chaque phase englobe tous les modes diffu-
sifs. Il est faible, inférieur au coefficient 0'5 classique pour les phases Tl et c-FeZn13. Il est
fort pour la phase 61 (entre 0,5 et 0'68). Cela veut dire que cette dernière phase croit plus
vite que les autres composés. La couche 61 agit comme une barrière de diffusion entre le
fer et le zinc. Elle inhibe la formation des autres composés intermétalliques et elle a un
rôle stabilisateur pour maintenir l'ordonnancement régulier des strates.

Effet ternaire : équilibres de phases et chemins de diffusion


La présence d'un élément d'addition au système Fe-Zn apporte une modification des équi-
libres de phases et la formation de nouvelles phases même pour de faibles concentrations.
L'effet de l'aluminium est surtout connu parce qu'il est jugé bénéfique en formant le
composé Fe2A15 (tableau 8-5-1). Pour chaque additif X, le diagramme de phases Fe-Zn-X
est l'outil indispensable pour interpréter les mécanismes de formation des couches. Le
système Fe-Al-Zn a été le plus étudié et il est aussi le plus controversé. Un consensus
semble acquis pour un tracé de la section isotherme à 450 OC qui permet d'expliquer le
processus industriel [Che90b], Fer921, [Tan95a]. Le système Fe-Ni-Zn a aussi été très
étudié Fer941, [Tan95b], Fer95a1, [peu98].
Les diagrammes sont établis à partir de la caractérisation des phases observées sur des
couples de diffusion, habituellement avec des durées de maintien en température relative-
ment courtes. Il est reconnu qu'il faut considérer avec prudence les diagrammes obtenus
de cette manière et admettre qu'ils ne sont pas représentatifs de l'état d'équilibre thermo-
dynamique. Certaines phases ne se forment pas toujours. En relation avec la non-forma-
tion d'une phase, les phases voisines peuvent avoir une extension excessive comme 61 dans
le système Fe-Zn-Al Fer95b] ou encore comme r2dans le système Fe-Zn-Ti. La gamme
de températures à laquelle se passent les réactions rend difficile la mise en équilibre
compte tenu de la forte réactivité dg lipide alors que la mise en équilibre à l'état solide est
lente, même probablement extrêmement lente dans les composés intermétalliques.
Dans un système ternaire, chacun des éléments diffuse de part et d'autre de l'interface avec
sa propre diffusivité qui change en fonction de la composition locale. Les points représen-
tatifs des compositions globales de chaque tranche en avant de l'interface initiale décrivent
une ligne appelée chemin de diffusion. La variance est augmentée d'une unité par rapport
au système binaire, il y a un degré de liberté supplémentaire. Le chemin de diffusion peut
emprunter plusieurs tracés et traverser, en particulier, des domaines à trois phases [Ure73],
Fep98al. Le fait qu'une phase ne se forme pas peut s'expliquer thermodynamiquement
par considération des chemins de diffusion. Par contre, la large extension des lunites d'une
174 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

phase, excessive au point d'empiéter le domaine d'une autre phase, reste un problème de
métastabilité.
En conclusion pratique, dans le cas des systèmes multiconstitués :
la microstructure n'est plus formellement astreinte à croître en strates monophasées
mais peut présenter des zones polyphasées ;
des anomalies peuvent apparaître à cause de la difficulté de germination d'une phase
considérée comme stable ;
les éléments présents dans l'acier passent en solution dans le bain de zinc et peuvent,
même à très faible teneur, imposer la formation de nouvelles phases dans le bain ou dans
le revêtement.

Les procédés industriels de galvanisation


La galvanisation est connue depuis le 18èmesiècle, elle a pour objectif de former une
couche protectrice à base de zinc sur le fer pour assurer la résistance à la corrosion. Il
existe deux types de procédés différents suivant qu'il s'agit de pièces à la forme définitive
(glissières de sécurité routière par exemple) ou bien de pièces destinées à être mise en
forme (tôles).
Le premier procédé est dit galvanisation àfafon. Il consiste à tremper une pièce dans un bain
de zinc liquide saturé en fer. La température typique du bain est de 450 OC. Les métaux
interagissent très rapidement en formant les diverses couches de composés intermétah-
ques représentées figure 8-5-3. Ces phases dures rendraient impossible toute opération de
mise en forme poussée sans dégradation du revêtement. Certains éléments présents dans
l'acier entravent la formation d'un bon revêtement. Le silicium produit un effet
indésirable : l'épaississement significatif de la couche de galvanisation. Il empêche l'obten-
tion d'une couche stable, régulière et suffisamment fine. Le sllicium passé en solution est
rejeté lors de la progression de l'interface parce qu'il est très peu soluble dans la phase 6. Il
diffuse dans le liquide et tous les flux de diffusion sont interactivement modifiés. Une
précipitation a lieu dans le bain en avant de l'interface liquide/soL.de qui forme une croûte
rigde. Ce mécanisme est connu sous le nom d'effet Sandeh @3é1-941,Fep98bI.
Le second procédé est la galvanisation en continu. Il consiste à faire plonger puis essorer en
continu une pièce d'acier dans un bain de zinc. L'exigence de couche fine et uniforme est
impérative pour les pièces destinées à être mises en forme. C'est pourquoi l'aluminium est
ajouté au bain pour réguler les réactions entre l'acier et le zinc. Une teneur d'aluminium
autour de 0'2 % induit la formation très rapide d'un couche stabilisante de Fe2A15, fine
(quelques centaines de nanomètres) et bien répartie. Cette phase contient du zinc à la
température de sa formation mais elle est peut être métastable car sursaturée en zinc. A la
sortie du bain le revêtement est composé d'une couche de Fe2A15ainsi que du zinc liquide
entraîné. L'essorage permet de réguler l'épaisseur du film liquide qui est ensuite solidifié.
Le revêtement ainsi obtenu, dont l'épaisseur est habituellement autour d'une dizaine de
micromètres, est formé majoritairement de zinc provenant du bain. Cette microstructure
LA DIFFUSION

Figure 8-5-4 :
Echantillon de fer pur traité à
460 O C dans un bain à 0,18 % Al
pendant 20 min. Les précipités
entourant la cavité sont la phase
Fe2AlS. Barre=l O pm
Une attaque chimique a dissous les
composés formés entre le fer et le
zinc sauf Fe2Alg. L'arborescence a
disparu et la couche Fe2A15 qui la
recouvrait a été désolidarisée de son
substrat. On observe à l'emplace-
ment vide l'émergence d'un joint tri-
ple de ferrite.
Document Sollac et IRSID, groupe
Arcelor ;voir [Lep98a]

est garante d'une bonne aptitude à la mise en forme de l'acier revêtu, ce qui n'est pas le cas
avec le procédé de galvanisation à façon.
L'efficacité de la barrière de diffusion constituée par la phase Fe2A.15dépend beaucoup des
conditions opérationnelles, de la composition de l'alliage et de celle du bain [Gut95].
L'effet de ces barrières est transitoire et joue seulement pendant un temps limité à quel-
ques minutes, au bout duquel des protubérances finissent par apparaître à la surface de la
couche inhibitrice (côté fer) puis s'étalent en arborescences (outburst). Les arborescences
croissent et se multiplient latéralement jusqu'à recouvrement total de la surface par des
composés Fe-Zn, ce qui n'est pas l'effet souhaité. Le phénomène se produit même si la
composition du bain correspond à la gamme de composition correcte impliquant un équi-
libre avec Fe2A15.De nombreux mécanismes sont proposés [Zer02]. Il est prouvé expéri-
mentalement que le joint de grain de l'acier, en particulier, constitue un maillon fragile,
comme il apparaît sur la figure 8-5-4. En conséquence, la taille de grains joue également un
rôle sur la cinétique de la réaction [Jor97].
Par opposition, lorsque la diffusion intergranulaire est négligeable devant la diffusion intra-
granulaire, il ne se produit plus d'enrichissement localisé déstabilisateur. C'est sans doute
par ce mécanisme que le phosphore a un effet favorable en inhibant la formation des
arborescences.
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
La décomposition de n'causténite

Ce sont principalement les transformations en phase solide qui conditionnent lu microstructure d'un
acier et par voie de conséquence ses propriétés mécaniques. Ce chapitre propose quelques repères pour
marquer les différentsmécanismes qui les gouvernent.

9-1 Les classes de transformations en phase solide


Quelques caractéristiques sont habituellement avancées pour classer les transformations à
partir des mécanismes mis en œuvre. Par exemple, selon une classification proposée par
Christian (citée dans [Cah83]), les transformations sont dites homogènes ou hétérogènes,
activées thermiquement ou athermiques, avec une interface cohérente ou incohérente,
diffusive ou displacive. Dans le cas de la décomposition de l'austénite lors du refroidisse-
ment, c'est le caractère diffusif ou displacif qui sert de critère. Il permet de définir deux
modes de déplacement des atomes qualifiés de mode "mtlrtaire" difplaczzou "civil" dz&$
La transformation diffusive est une transformation commandée par la diffusion atomique.
Lorsque la température est suffisamment élevée la diffusion est très active, elle peut opérer
à longue distance car la migration des atomes est activée thermiquement. L'ultime aboutis-
sement de la transformation diffusive est la mise en équilibre thermodynamique du
système. La précipitation est une transformation diffusive, de même que la décomposition
eutectoïde des aciers à 727 OC (transformation perlitique) :
austénite y (cfc) + ferrite a (cc) + cémentite Fe&.
La transformation displacive implique un déplacement coopératgd'atomes inférieur à une
distance interatomique, principalement un cisaillement. Elle provoque un changement de
la structure cristallographique de la phase mère. La phase obtenue est une phase méta-
stable, au sens thermodynamique, qzli a la même composition qae lapbase mère. Dans le cas des
aciers, la transformation displacive typique est la transformation martensitique :
austénite y (cfc) + martensite a' (qc).
Ce nom a été choisi en mémoire du métallographe allemand Martens qui l'avait mis en
évidence dans les aciers. Outre les aciers, les alliages et les composés intermétalliques, les
céramiques, les composés minéraux, les gaz solidifiés et les polymères sont susceptibles de
subir une transformation martensitique.
178 MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Les transformations mettant en jeu simultanément une diffusion limitée et du cisaillement


sont plus difficiles à analyser, les mécanismes sont complexes. C'est typiquement le cas de
la transformation bainitique.

9-2 Comment représenter les transformations?

Les produits formés en fonction de la composition


Les produits ou constituants formés lors de la décomposition de l'austénite dépendent de
la composition initiale de l'austénite mère, et de la température à laquelle se produit la
transformation s'il s'agit d'une décomposition isotherme, ou bien de la vitesse de refroidis-
sement s'il s'agit de refroidissement anisotherme. Ces constituants comportent essentielle-
ment une phase de type ferritique associée à des carbures, avec à une grande diversité de
microstructures. Une description rigoureuse des caractéristiques morphologiques distinc-
tives, sous le nom de classification de Dubé, constitue une référence depuis les années 50.
Une cartographie positionne les divers constituants dans l'espace composition/tempéra-
ture du diagramme Fe-C. Cette courbe (fig. 9-2-1) est appelée TCP (Temperature-Compo-
sition-Produit), elle délimite des domaines dans lesquels tel ou tel constituant est
susceptible d'apparaître en premier lors d'un traitement thermique isotherme avec l'austé-
nite comme état initial.

A la lumière des interprétations modernes et de l'énorme masse de résultats expérimen-


taux disponibles à l'échelle internationale, plusieurs chercheurs ont revu cette représenta-
tion [Zha92], [Zha95]. La nouvelle courbe TCP de la figure 9-2-1 a gagné des limites de
domaines plus précises et de nouvelles subdivisions avec la distinction entre les domaines
des bainites inférieure et supérieure. Elle traduit aussi le fait que l'on peut obtenir la
martensite maclée même pour les faibles teneurs en carbone avec des cinétiques de

Figure 9-2-1 :
Schéma TCP (Température-Composi-
tion-Produit) indiquant les phases métasta-
bles susceptibles de se former :
la ferrite intragranulaire (notée RJ. G), la
Cém.
ferrite de Widmanstütten (F Wid.), la perlite
& la bainite supérieure Bg la bainite infé-
rieure BJ la martensite en lattes M. lattes et
la martensite en plaquette ou Martensite
maclée, la cémentite de joint de grain (Cém
J. G) et la cémentite de Widmanstütten (Cém.
Wid-).Dans la suite du texte les appellations
200
- anglaises seront utilisées, en particulier la
Martensite maclée ferrite de joint de grain est dite GBA, la
martensite maclée TM et la martensite en
i 1 1 1 l l 1 1 l lattesLM(§9-5).
0,4 08 13 1,s 28 Schéma d'après [Zha92]
Carbone pds%
refroidissement très rapides. A la différence des courbes T'IT et TRC qui suivent, cette
représentation n'apporte aucun renseignement d'ordre cinétique.

Les transformations isothermes


Les transformations considérées sont commandées par un mécanisme de germination et
croissance pour lequel la représentation classique est la courbe TTT comme Taux de
transformation, Temps, Température. Elle est établie pour un état initial défini par :
un acier de composition donnée ;
après un traitement thermique d'austénitisation à une température T, pendant une
durée t en principe suffisante pour former l'austénite ;
dans un état de taille de grain déterminé.
La procédure expérimentale consiste à abaisser brutalement la température de l'échantillon
à la température de maintien isotherme. L'évolution de la transformation est suivi par
diverses méthodes physiques et métallographiques, principalement la dilatométrie. Le lieu
des points où la transformation a un certain degré d'avancement, soit par exemple 5 %,
50 % et 95 %, dessine une courbe représentative de la cinétique de la transformation. La
courbe doit se lire excl~sivementlignepar ligne en fonction de la température (figures 9-2-2,
9-2-3, et plus loin $ 10-2).
Les divers produits de transformation recensés sont la ferrite, la cémentite, la perlite, la
bainite supérieure ou inférieure et la martensite. Une transformation distincte est liée à
chacun des produits de décomposition et chaque transformation possède un maximum de
cinétique de transformation en fonction de la température, ou de façon plus imagée a sa
propre courbe en forme de C sur les diagrammes Tm: L'examen de la bibliothèque de
courbes révèle l'existence de multiples optima et laisse présager la mise en œuvre de méca-
nismes propres à chaque transformation. De nombreuses courbes ont globalement une
forme en double C, en E, correspondant aux transformations perlitique, bainitique. Cepen-
dant, lorsque les aciers ne sont pas alliés, les transformations sont immédiates. Le début de
la transformation est mal défini, en particulier dans le cas de courbes anciennes qui n'ont
pas été établies avec des appareillages assez rapides. Les courbes se chevauchent et il n'est
pas possible de déconvoluer les multiples optima, en supposant qu'ils existent.
Deux exemples sont proposés figures 9-2-2 et 9-2-3 pour dlustrer et relativiser l'apport des
courbes TîT pour des aciers proches en composition. La représentation de la figure 9-2-2
est assez exceptionnelle et intéressante parce que les courbes en C sont clairement
marquées permettant de discriminer toutes les transformations [Zha95]. La plupart des
courbes disponibles ont des tracés beaucoup moins bien définis. En fait, les conditions
d'établissement de cette courbe sont inhabituelles par le grand nombre de mesures et un
échelonnement serré en température. En outre, l'acier contient des éléments d'alliage, du
molybdène, du nickel et du chrome. Il sera montré plus loin ($10-3) que l'effet des addi-
tions est de séparer les transformations en mettant en jeu des mécanismes différents.
Dans le deuxième exemple relatif à un acier Fe-C-Mn peu allié, la courbe TTT tracée
figure 9-2-3 [QuiOl] ne marque pas la séparation en bainite supérieure et inférieure.
180 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

1
Figure 9-2-2 :
Ferrite Diagramme de transformation
(pris%)
F~-O.G!C-O.~C~-I.~N~-O.~MO isotherme de l'acier à 0,42 %C
après traitement d'homogénéi-
600
700
sation de 2 h à 1000 OC puis,
après mise en forme de l'échan-
2 I ( C" Bainite supérieure tillonpar laminage, une austéni-
..0> tisation à 1000 OC pendant
O Bainite inWieure
F
300
5> Martensite en lattes
2 min. Courbes tracéespar Zhao
et col. à partir de mesures de
Martensite rniclée
magnétométrie et des observa-
tions métallographiques de
Morozov et col.
1 10 1O0 1000 1 Hr Schéma d'après [Zha95]
Temps, secondes

Figure 9-2-3 :
Diagramme de transformation isotherme de l'acier
Fe-O,5C-O, 7Mn après traitement d'austénitisation à
I l O0 OC pendant 15 min. Les mesures ont été efSectuées
par dilatométrie.
la température Ael représente la température de la
transformation eutectoïde et la température Ae3 la tem-
pérature du solvus de lausténite à l'équilibre.
Les rectangles représentent les micrographies corres-
pondantes visibles plus loinfigures 12-2-2 et 12-3-1.
Document IRSID, groupe Arcelor:

2 0 0 1 l
1 10 1 O0 1000
Temps,secondes

h n effet, les mesures de la cinétique de transformation en fonction de la température ne


présentent pas de variation significative révélant un changement de régime, même au
niveau du décrochement signalé par une flèche, bien que la position des points suggère
une séparation possible en deux nez de courbes. Cet exemple montre que les mécanismes
mis en œuvre au cours des transformations ne peuvent pas toujours être élucidés au seul
examen des courbes.
L'augmentation brutale de la vitesse de transformation à l'approche de la température Ms
(fig. 9-2-3) a été souvent détectée. Ce phénomène, appelé swing back, est considéré comme
la formation de martensite isotherme suivie de son adoucissement donnant une structure
équivalente à celle de la bainite inférieure.

Les courbes en refroidissement continu


La représentation la plus pratique au point de vue de l'uulisation industrielle est la courbe
TRC (Taux de transformation en Refroidissement Continu) dont un exemple est présenté
figure 9-2-4. Les points de début et de fin de transformation sont reportés sur des lignes
représentant le refroidissement de l'échantillon en un temps t figurant à l'extrémité de la
Figure 9-2-4 :
Courbe TRC de l'acier Fe-0,SC-O,7Mn dont TOC Fe-0,5C-0,7Mn (pds%)
la courbe TTT se trouvefig. 9-2-3. Elle a été Taille de grain 15pm
900
obtenue expérimentalement par dilatométrie. Austénitise 15 minutes A 805°C
La courbe se lit exclusivement le long des
lignes de refroidissement depuis le tempéra-
ture d'austénitisation. Les courbes coupent
les domaines correspondants à l'apparition
des phases : F =ferrite; F+C=perlite;
B = b a i n i t e (indiquée a u s s i F + C ) e t
M= martensite.
Les chzflres sur les courbes indiquent lepour-
centage d'austénite transformée à la sortie
du domaine.

courbe. Pour beaucoup de courbes, le refroidissement suit une loi classique de dissipation
de chaleur en t%. La courbe se lit exclusivement le long des lignes de refroidissement. En
toute rigueur, une courbe TRC ne peut pas et ne doit absoliment pas être dédzde de la courbe
TTT du même acier [Zha92].
Ces courbes ont un caractère technique, elles sont établies dans des conditions expérimen-
tales définies de façon normalisée par rapport aux dimensions de l'éprouvette et au fluide
de refroidissement qui est habituellement l'air, l'huile ou l'eau. Ce fluide gouverne la ciné-
tique de refroidissement. L'intensité des échanges thermiques dépend des conductivités
intrinsèques de la pièce et du fluide, et surtout de la couche limite de contact entre elles.
Cette dernière est le plus souvent une couche gazeuse de vaporisation ou encore une
couche solide de précipitation. La valeur de la conductivité est pratiquement à diviser par
l'épaisseur de couche limite. De plus, l'efficacité pour un fluide en convection naturelle
peut être plus que doublée avec une forte agitation. Quelques valeurs dans le tableau 9-2-5
rendent compte de l'intervalle de variation. La faible vitesse du refroidissement à l'air
liquide par comparaison avec un simple refroidissement à l'eau s'explique principalement
par un effet d'écran dû à la vive ébullition au contact de la pièce chaude. Cependant, l'air
liquide ou l'azote liquide sont couramment employés pour effectuer des trempes parce que
la température atteinte se trouve en dessous de la température de fin de transformation
martensitique [Kra80].
Il existe un type de représentation peu connu, c'est le tracé T(T), soit température de
transformation versus la vitesse de refroidissement. Ces courbes présentent des plateaux
aux températures BS et Ms de début des transformations bainitiques et martensitiques
respectivement. Elles ont l'intérêt de mettre en évidence le fait que les températures Bj et
Ms sont spécifiques et indépendantes de la vitesse de refroidissement [Zha93]. Par contre,
182 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Tableau 9-2-5 :Comparaison des vitesses de refioidissement normalisées dans d i f f é n t s milieux.


La référence est le refioidissement d'une bille de 4 mm de diamètre en acier nichrome
refroidie à 1 810 "Ch dans l'intervalle 717-550 OC. Adapté d'après les données citées dans [Kra80].
Eau 10% NaCl Eau à 18°C (Référence) Huile Hydrogène Air liquide Air Vide
environ 2 1 environ 0,2 0,05 0,04 0,028 0,011

de nombreux autres facteurs peuvent affecter le démarrage de la transformation après


complète austénitisation. D'une façon générale, la taille de grains, la persistance de ségré-
gations, la présence de précipités résiduels, ou l'état contraint ont une incidence sur le délai
d'apparition des premiers germes, soit le temps d'incubation. La germination est toujours
facilitée par les hétérogénéités. Les tracés des courbes TTT et TRC sont sensibles aux
variations de conditions initiales. Mais l'effet principal sur le décalage des courbes
s'explique par l'action d'éléments d'addition (voir aussi figures 10-3-1,18-1-2).
Signalons que les températures sont habituellement notées A l pour la transformation
eutectoïde, A3 pour la transformation y f) a + y, c'est-à-dire le franchissement du solv~s
(llm.ttedu domaine monophasé) de l'absténite. L'indice "c" est ajouté pour indiquer qu'il
s'agit de températures mesurées au cours du chauffage qui présentent un décalage vers les
plus hautes températures à cause de la cinétique de la mise en équilibre. De même l'indice
'Y pour les températures mesurées au cours du refroidissement.

9-3 Les mécanismes de croissance


Mobilité des interfaces
Il est clair que plusieurs types de transformations distinctes existent et possèdent leur
propre fourchette de température. Deux phénomènes principaux sont invoqués pour
expliquer l'effet de la température. Ce sont le déplacement des intefaces et le fhx des échanges
dzffzj5s. Les paragraphes suivants sont consacrés à présenter brièvement les outils de
raisonnement nécessaires pour I'interprétation des mécanismes.
Dans une gamme de composition et de température compatibles avec la formation de
ferrite proeutectoïde, un précipité de ferrite croit par progression de l'interface aly de la
ferrite aux dépens de I'austénite. Au franchissement de l'interface les atomes changent
d'ordonnancement cristallographique. Lorsque leur processus d'attachement est aléatoire,
sans site ni direction privilégiés, l'interface est dite "rugueuse". La propagation se fait faci-
lement dans toutes les directions. Le déplacement de l'interface est un phénomène activé
thermiquement ;il sera rapide aux températures élevées, l'interface est mobile. Un abaisse-
ment de température diminue la mobilité du front de la transformation.
Certaines relations d'orientations entre l'austénite et la ferrite impliquent une coïncidence
cristallographique parfaite (interface cohérent) ou quasi parfaite (interface semi-cohérent)
entre les deux phases. Les plans en bonnes relations de coïncidence sont souvent les plans
les plus denses (voir 7-1) par exemple (111}y et (1lO}a. De telles interfaces ne peuvent
Figure 9-3-1 :
Schéma illustrant la structure de
I'interface constituée de terrasses et
de marches. Lajlèche D indique le
mouvement de I'interface en cours
de croissance et lafléche marquée P
la progression macroscopique de
1 'interface.

plus se déplacer de façon isotrope, elles sont inhibées par une relation de cohérence ou
semi-cohérence avec la phase mère. Les dislocations de désaccord paramétrique qui
accommodent l'interface constituent un ancrage limitant le mouvement. Il faut dépasser
un certain seuil énergétique, c'est-à-dire une certaine température, pour les débloquer par
un mécanisme de montée des dislocations. Au dessous de ce seuil, la progression de
l'interface est énergétiquement plus économe si elle se fait par déplacement latéral des
marches de croissance. La microstructure présente alors des interfaces facettées qui s'éten-
dent le long de plans cristallographques définis.

Structure des interfaces


A l'échelle atomique l'interface ferrite/austénite générée par croissance latérale apparaît
structurée en différentes sortes de marches plus ou moins espacées et plus ou moins
hautes (fig. 9-3-1). Les marches de croimnce sont les larges marches (ledges en anglais), d'une
hauteur de l'ordre d'une dizaine de rangées atomiques limitant les terrasses et dont la
hauteur dépend de la température de la transformation. Les terrasses comportent des
marches dites marches strzlctzlrales de seulement une à deux rangées atomiques qui permet-
tent d'accommoder les défauts de coïncidence entre deux réseaux.
Les terrasses et les marches structurales sont immobilisées par leurs dislocations d'ancrage.
Les nez des terrasses ont aussi des plans partiellement cohérents ; cependant, d'un point
de vue énergétique, il est plus facile aux atomes de venir s'y furer. Alors la transformation
progresse par extension latérale des terrasses, autrement dit par déplacement des marches
de croissance Fur781, [Aar90].
Le plan d'habitat classique déterminé par microscopie électronique conventionnelle est le
plan moyen joignant tous les nez des terrasses. Ce plan a toute probabilité d'être irra-
tionnel, il n'est pas caractérisé par une relation d'orientation simple entre des plans à faible
indice de Miller. Il a été appelé par certains auteurs TapHP (TEM apparent Habit Pbne)
pour le distinguer du plan des terrasses à l'échelle atomique AHP (Atomic Habit Plane). Le
plan d'habitat peut considérablement s'écarter du plan d'accolement à cause de la présence
des marches de croissance. Dans le cas de ferrite bainitique le plan d'accolement moyen
apparent (HP) peut s'écarter jusqu'à vingt degrés du plan d'accolement le plus fréquent,
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 9-3-2 :
Micrographie MET en contraste
inversé d'un acier Fe-Mo-C. Elle
illustre la présence de marches le
long de l'interface aly. Quelques
marches sont soulignées S et des dis-
locations sont indiquéespar D et un
mur de dislocationspar DD.
Document Université McMaster,
Hamilton, Can.
D'après [Pur781

plan dense (11l ) y , et l'écart augmente avec la teneur en carbone et l'abaissement de la


température de transformation.

Le mouvement synchrone de trains de marches a été détecté au cours d'observations MET


in sita,à 800 OC (fig. 9-3-2). Les marches sont situées le long de l'interface aly, elles sont
régulièrement espacées. La représentativité d'observation sur lames minces peut être discu-
table, cependant les résultats sont cohérents avec les observations classiques d'interfaces
interphases macroscopiquement facettées. A l'échelle atomique, les interfaces se présen-
tent sous l'aspect d'une succession de terrasses dont les contremarches occupent une
dizaine de rangées atomiques, 3 nm environ Fur781.
L'interface cémentite/austénite présente des particularités similaires. L'observation opti-
ques de plaquettes de cémentite primaire de précipitation révèle une grande diversité de
plans d'habitat. Les observations fines en microscopie électronique montrent la présence
de terrasses groupées laissant supposer un développement par déplacement latéral de
l'interface par marches de façon similaire à celui de la ferrite [Cow87], [Spa90], [Man99a].

Des considérations cristallographiques suggèrent la possibilité que la cémentite soit


générée par un mécanisme displacif des atomes de fer directement à partir du réseau austé-
nitique, seuls les atomes de carbone diffusant de façon aléatoire. La formation de marten-
site pourrait constituer une étape intermédiaire car la transition de la martensite à la
cémentite requiert des mouvements de mise en ordre limités. L'hypothèse displacive été
formulée par plusieurs auteurs (cités par [Cow87]), elle a le mérite de justifier la facilité de
croissance de la cémentite, même à des températures relativement basses, et aussi le fait
qu'elle se forme souvent en priorité de façon métastable dans les aciers alliés pour laisser
ensuite la place aux véritables phases d'équilibre.

Pour une gamme de températures suffisamment élevées, la propagation des interfaces est
isotrope. Par contre, dans la gamme de température en dessous de 800 OC approximative-
ment, la migration ne peut se faire que par développement latéral de terrasses (croissance
par marches). L'interface macroscopique progresse dans une direction perpendiculaire par
empilements successifs des terrasses. Les véritables échanges de soluté ne se font pas à
l'interface macroscopique mais au nez des terrasses sur les marches de croissance. La
présence d'éléments d'alliage a une influence sur la mobilité à travers la cristallographie des
plans d'accolement.

Croissance définie par la direction du plan invariant


Dans la gamme de températures plus basses, vers 300 OC, la force motrice de la transfor-
mation de l'austénite est suffisamment grande pour surmonter le manque de mobilité de
certains plans en opérant une transformation par cisaillement. Par contre la croissance doit
obéir à d'autres conditions, par exemple avoir lieu dans un plan de déformation minimale.
La transformation martensitique est une transformation qui possède un plan invariant
(Invariant Plane Strdin). Pour satisfaire les relations interfaciales en laissant le réseau cristallin
intact (Lattice Invariant Deformation) il faut des glissements et rotations. A l'échelle atomique
apparaîtront des terrasses et des marches pour assurer la cohérence mais qui n'ont en
aucun cas un rôle de croissance. En résumé, la croissance est encore anisotrope mais sur la
base de mécanismes complètement différents (voir $ 11-1). La cinétique est très rapide
puisque la diffusion ne constitue plus un processus lunitant.

9-4 Les échanges diffusifs à l'interface

Equilibre à l'interface : notion d'équilibre restreint


Lorsque les phases en présence, soit l'austénite et la ferrite, ont la composition de l'équi-
libre et sont complètement homogènes, il y a équilibre thermodynamique, appelé quelque-
fois méta-équilibre. C'est le cas idéal rarement atteint, c'est pourquoi il convient
d'envisager des modes qui prennent en compte de façon plus réaliste les diffusivités des
éléments en fonction de la température. Hultgren a montré dès 1947 que le soluté X d'un
alliage Fe-X-C n'était pas toujours redistribué entre les phases d'équilibre et qu'il faudrait
considérer un équilibre restreint aztx éhents interstitiels très mobiles, idée reprise par Hillert
w80].Trois modes principaux sont distingués en fonction de la répartition du carbone et
des autres éléments en substitution à l'interface (figures 9-4-1 A, B et C). L'objectif est de
modéliser correctement les cinétiques de transformation liées à la croissance d'interface et
à la redistribution des éléments d'alliage en respect de règles thermodynamiques de l'équi-
libre à I'interfdce.Les paramètres indispensables sont les concentrations de tous les éléments
à l'interface migrant. La possibilité de représentation graphique des diagrammes ternaires
permet d'étayer le raisonnement. En présence de deux phases, la règle de la variance fait
qu'une infinité de solutions est possible respectant l'équilibre thermodynamique local à
une température donnée. Ces solutions correspondent à un faisceau de conodes dans le
domaine biphasé concerné de la section isotherme du diagramme de phases. Parmi ces
conodes, une seule passe par le point représentatif de la composition globale de l'alliage
(Xo,Co). Cette conode est l'état d'équilibre ultime. Les étapes intermédiaires satisfont des
conditions d'équilibre restreint à l'interface et prennent en compte les flux de diffusion.
186 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Compte tenu des conditions choisies, l'équilibre à l'interface est imposé. Un critère de
conservation de masse associée aux cinétiques de diffusion permet de choisir la conode
représentative de cet équilibre. Elle sera dite conode opérante ou conode active, elle est
différente en fonction du mode de partage du soluté.
Equilibre thermodynamique local: mode LE (ou PLE)
Considérer un équilibre local signifie admettre que l'équilibre thermodynamique s'est établi
à l'interface, et à l'ipzteface sezlement, par répartition de tous les éléments entre les deux
phases, aussi bien interstitiels que de substitution. L'élément en substitution reste à la
composition initiale au delà d'une longueur de diffusion estimée à 2(DT)'/z. L'élément
interstitiel a une activité constante dans tout l'échantillon. Dans le cas reporté sur un
diagramme de phase schématique (fig. 9-4-1A) la composition initiale est Xo et Co. Une
ligne d'isoactivité du carbone est tracée dont le prolongement dans le domaine biphasé
passe par ce point. Elle coupe la limite du domaine de l'austénite en un point qui a la
même valeur d'activité du carbone et peut de ce fait être considéré comme appartenant à
la conode active KLE. Une seule conode du diagramme de phases passe par ce point.
L'autre extrémité de la conode indique la composition de la ferrite. Cette conode déter-
mine les conditions d'équilibre local avec partition qui sont compatibles avec la conserva-
tion de masse des deux éléments diffusant à des vitesses très différentes. Ce mécanisme est
désigné PLE (PartitioningLocal E q z i b b ~ ~ m ou) simplement LE. La construction géomé-
trique de la figure 9-4-1A définit une ligne qui est le lieu des points d'intersection de la
ligne d'isoactivité du carbone et de la droite horizontale correspondant à la concentration
X dans la ferrite déterminée par la conode active. Cette ligne est dite enveloppe de parti-
tion nulle, elle marque la limite du domaine dans lequel les conditions de partition sont
réalisables. Au delà, la construction aboutit à une configuration dans laquelle la réaction est
privée de force motrice [Hi180].
Equilibre sans redistribution de soluté: mode NPLE
Une autre construction proposée au delà de la ligne de partage précédemment définie
figure 9-4-1B est assortie de nouvelles hypothèses. Puisqu'il n'y a pas de redistribution, la
concentration en X est constante sauf à l'interface où la largeur du pic de soluté est
estimée de l'ordre de 0,l nm. La ligne à X constant donne la composition de l'austénite
mère et de la ferrite fille. Elle intercepte la limite du domaine de la ferrite en un point qui
permet de déterminer la conode active donc les compositions de part et d'autre de l'inter-
face. Ce mode est appelé équilibre local sans partition NPLE (Non/Neglzgeable Partitioning
LocalEqzilib?izim).
Para-équilibre :mode PE
Le mode précédent prévoit une accumulation du soluté, un pic de concentration au voisi-
nage de l'interface. Dans la gamme des températures les plus basses, compte tenu des
vitesses et des concentrations auxquelles ces conditions s'appliquent, la largeur du profil
de concentration diminue. Quand la largeur du pic approche la dimension atomique, le
concept d'équilibre local pert toute signification physique. Une autre approche considère
que la composition interfaciale est déterminée par un pseudo équilibre local pour lequel le
Figure 9-4-1 : Equilibre local
Schémas de sections isothermes Fe-C-X illustrant la avec partition.
répartition, à une température donnée, du carbone,
du fer et d'un soluté X en substitution dans trois
modes d'échanges. Co et Xo sont les teneurs
initiales; K les conodes actives. Les profils de con-
centration de chaque élément au voisinage de
l'interface sont reportés à côté des axes pour chaque
cas

A) équilibre local LE, la ligne en pointillés est


l'enveloppe de partition nulle.

B) équilibre local sans partition de soluté NPLE,

C) para-équilibre PE

D) récapitulation des domaines de composition


Equilibre local
thermodynamiquementpossibles pour chaque mode

\
sans partition.
compte tenu des hypothèses de départ. Il est exclu
que les quatre modes (avec l'équilibre global)
entrent en compétition ensemble. Un mode peut être
inopérant à cause des aspects cinétiques incompati-
bles avec la température choisie pour la section iso-
therme.
Document INPG Grenoble, Fr ;
adapté d'après [Phi021

X% -
---
Para-équilibre
Enveloppe de
partition nulle

LE

Fe C%
188 Zlll MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

la teneur en X reste la même dans les deux phases. Un nouveau diagramme de phases estpris en
compte dont les équilibres sont calculés de façon classique par minimisation de l'énergie
libre sous la condition de même teneur en soluté dans les deux phases. Le potentiel
chimique du carbone est uniforme le long, et de part et d'autre, de l'interface. Le nouvel
état d'équilibre est appelé para-équilibre (Para-Equilibhm)PE. Les limites de phases sont
établies (fig. 9-4-1 C) entre lesquelles les lignes X =constante constituent autant de possi-
bilités de conodes actives. Une seule conode passe par le point de composition initiale.

Effet de la température et des éléments d'alliage


La projection de toutes les conditions possibles sur une même section figure 9-4-ID
permet une comparaison. Cependant, il faut prendre en compte une dimension supplé-
mentaire qui est la température. La température modifie les limites de phases et la diffusi-
vité de chaque élément pour un alliage donné. La nature de l'élément en substitution a une
incidence également sur les limites de phases et sur la diffusivité. Chacun des différents
modes évoqués estpossible sedement dans unegamme restreinte de température en fonction du rôle
plus ou moins actif de la diffusion.
Dans le cas de l'équilibre local avec partition, l'établissement d'un potentiel chimique de
carbone uniforme nécessite une température relativement élevée, dans la gamme au dessus
de 600 OC. Le mode d'échange diffusif est caractérisé par une faible vitesse de déplacement
de l'interface afin de maintenir l'équilibre interfacial local. En général le mode PLE
s'installe pour de faibles sursaturations et la cinétique est gouvernée par les éléments dont
la diffusivité est la plus lente, en l'occurrence les éléments de substitution.
Le mode équilibre local sans partition NP-LE peut être décrit par une répartition locale du
carbone entre l'austénite et la ferrite avec une surconcentration à l'interface. En principe, la
vitesse de déplacement de l'interface est beaucoup plus rapide puisqu'elle est commandée
par la seule diffusion du carbone. Cependant, pour certains auteurs, la diffusion des
éléments de substitution n'est pas une simple diffusion inter-granulaire, exclusivement
limitée à l'interface rugueuse en train de se déplacer. Il faut supposer une diffusion
intrd-granulaire sur une très courte distance.
Lorsque la température est basse, la diffusion des atomes X ou Fe devient difficile, il faut
considérer qu'il y a seulement redistribution du carbone entre les phases. C'est le mode PE
qui est adapté. La transformation est dite reconstructive. Tous les atomes Fe ou X se
déplacent à travers l'interface incohérente, ils participent simplement au changement de
structure cristallograpluque. La vitesse de déplacement de l'interface qui est commandée
par la seule diffusion du carbone (ou d'autres interstitiels) peut être très rapide, cependant
moins rapide que dans le cas de la transformation displacive de type martensitique. En
mode PE la ferrite contient un peu de carbone, davantage que prévu par l'équhbre ther-
modynamique et moins que dans le cas de la transformation martensitique.
E n résumé les modes actifs sont par ordre de températures décroissantes: équilibre
complet, équilibre local avec partition, équilibre local sans partition, para-équilibre. Ces
mécanismes constituent des outils de raisonnement [Bha90], [Bha92]. Ils sont très utiles
pour interpréter le rôle des éléments d'alliage pendant la transformation perlitique. Ils sont
aussi utilisés comme arguments dans la querelle de la bainite. Dans le cas de la transforma-
tion bainitique, l'existence de modes diffusifs partiels est étayée par des preuves expéri-
mentales. Ce sont des observations indirectes comme des mesures de paramètre de maille
qui montrent que l'austénite résiduelle s'enrichit en carbone au cours de la transformation.
A cause de cet enrichissement la réaction est souvent incomplète. Le changement de
composition prouve la redistribution du carbone dans une gamme de température corres-
pondant au mode sans redistribution pour les autres éléments.
Des dosages à la sonde atomique près de l'interface, avec une résolution spatiale et
chunique à l'échelle atomique, ont montré que les éléments solutés (Mn, Ni, Mo, Cr) ne se
distribuent pas lors de la croissance de la bainite. Une autre façon d'aborder le problème
est de comparer, par analyse chimique, les carbures formés dans le même acier initial
pendant les transformations perlitique ou bainitique. Les carbures perlitiques révèlent une
plus forte concentration en éléments d'alliage que les carbures bainitiques de même type.
Les carbures perlitiques sont plus proches de la composition d'équilibre que les carbures
bainitiques.
Le passage d'un mode à l'autre (Equilibre Local/Para-équilibre) pour un alliage donné en
fonction de la température n'est pas progressif. 11 existe une température de transition
pour laquelle il y a basculement. Cette température dépend de la composition de l'alliage
en relation avec la diffusivité de chaque élément.
Dans le cas du mode NP-LE, il peut se produire un effet dit drainage à l'interface qui
avance de façon reconstructive. Les éléments en substitution sont piégés et tirés le long du
front de la transformation (solrrte drad. Il en résulte un freinage. Plusieurs approches théori-
ques prennent en compte ce piégeage et les phénomènes de diffusion associés wil99bl.
Les paramètres concernant, soit la mobilité de l'interface, soit la diffusivité interactive du
carbone au voisinage de l'interface, sont difficilement accessibles expérimentalement. De
ce fait, les modélisations commencent à prendre le relais de l'expérimentation. Une
approche prédictive est possible à l'aide de programmes associant les données thermody-
namiques d'équilibre et les données de diffusion. Le logiciel DICTRA utilise les
sous-programmes de Thermo-Calc PorOO]. Il est à prévoir qu'une banque de données
pourra compléter la bibliothèque de courbes TTT dans un proche avenir.

9-5 Formation de la ferrite et de la cémentite primaires


La ferrite
La ferrite dite proerrtectoiae se forme lors du refroidissement d'alliages Fe-C hypo-eutectoïde.
Elle se présente sous diverses morphologies classées d'après leurs caractéristiques comme
il est indiqué sur la courbe TCP (fig. 9-2-l), [Zac62] :
une ferrite en précipités grossiers localisés aux joints de grains est dite alliotriomorphe
( G M Grain Borrndary Al~ohiomo~hs). Les précipités similaires mais répartis aléatoirement
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 9-5-1 :
Micrographie électronique d'un
acier C35E4 (XC38) refroidi à une
vitesse constante de S°C/min. Atta-
que nital. Le joint de grain est souli-
gné par endroits par la ferrite de
type GBA et des aiguilles de ferrite
de Widmanstatten. La matrice com-
porte aussi des précipités "idiomor-
phes" plus fins, formés à plus basse
température qui ont une morpholo-
gie mal définie, quelquefois en den-
drites.
Document INPG Grenoble, Fr

Figure 9-5-2 :
Micrographie optique, après attaque nital et
métabisulJite de sodium, d'un acier de composi-
tion Fe-0,16C-1,4Mn qui a subi une austénitisa-
tion à 1250 OC pendant 15 min suivi d'un refroi-
dissement de l'ordre de 20 "C/sjusqu 'à 840 OC et
déformation à cette température avant refioidisse-
ment contrôlé à 50 "Chjusqu 'à 700 OC, maintien
pendant 1 min et enfin trempe à l'eau. La ferrite
est en contraste clair et la martensite de la
matrice en contraste sombre.
A) la déformation en torsion est nulle,
B) la déformation en torsion est 0,4 à 3,6 cycle/s,
C) la déformation en torsion est 0,8 à 3,6 cycle/s.
Documents INPG Grenoble et IRSID, groupe Arcelov:

dans le grain est dit idiomo~he;


une ferrite en longues plaquettes, ou aiguilles suivant la section de coupe, alignées le
long de plans préférentiels est appelée ferrite de Widmansta~en;
une ferrite en fines plaquettes lenticulaires à l'intérieur du grain est dite aciculai~e.
La micrographie d'un échantillon d'acier C35E4 refroidi lentement comporte plusieurs
variétés de ferrite (fig. 9-5-1) : des précipités GBA grossiers en chapelet tout le long du
joint, des précipités de Widmanstatten en plaquettes parallèles et des précipités intragranu-
laires idiomorphes beaucoup plus petits, dispersés dans la matrice. La ferrite GBA germe
dans un joint de grain d'austénite en relation d'accolement avec un des grains, suivant
l'orientation classique Kurdjumov-Sachs et se développe aux dépens du grain d'austénite
adjacent avec lequel elle n'a aucune relation privilégiée. En l'absence de déformation, la
ferrite de type GBA aux joints de grains est grossière (fig. 9-5-2A). Le traitement mécani-
ques de torsion à chaud facilite la germination. Les défauts créés constituent des sites de
germination et favorisent l'obtention d'une ferrite plus fme (figures 9-5-2 B et C) .
Dans le cas des très faibles teneurs en carbone, la ferrite formée avec un sous-refroidisse-
ment important se présente sans caractéristique microstructurale bien évidente, sous
forme compacte, dite massive. Toutefois, l'appellation de ferrite massive a été contestée
avec l'argument qu'il s'agit tout simplement d'une bainite très peu carburée.
Lorsque la réaction y +a est rapide, la ferrite peut se présenter sous forme de grains
allongés, avec une grande densité de dislocations qui accommodent la déformation,
comme la ferrite de Widmanstatten. Le cas se rencontre pour une précipitation dans la
zone de température proche du nez de la courbe de transformation [Sak84].

La cémentite
De même que la ferrite, la cémentite diteproezltectoide se forme initialement au joint de
grains et se développe également sous forme de précipités grossiers, de plaquettes de type
Widmanstatten ou bien de lattes pour les teneurs plus riches en carbone et des tempéra-
tures plus basses (fig. 9-5-3A). Les carbures précipitent aux joints de grains dans les
alliages hyper-eutectoïdes en un réseau grossier, comme la ferrite dans les aciers
hypo-eutectoïdes. Les phases précipitées sont cependant très différentes. Dans un cas la
ferrite confère une grande ductilité à l'ensemble alors que dans l'autre la cémentite cons-
titue un édifice rigide et relativement fragile (voir dureté des phases, annexe 22-8).
Les aciers au manganèse ont souvent été choisis pour étudier la formation de cémentite
proeutectoïde parce que la température de formation de martensite est abaissée, ce qui
autorise un plus grand intervalle de température. D'autre part, la formation de cémentite
n'entraîne pas de ségrégation car le manganèse est soluble dans la cémentite. Les deux
types de microstructure obtenues sont difficiles à distinguer sur la figure 9-5-3 A ; ce sont
des plaquettes lisses monolithiques et des paquets de lattes plus grossiers qui forment des
blocs striés (fig. 9-5-3 B). A l'échelle atomique, un bon accord de coïncidence est observé
entre les plans denses des deux phases cémentite et austénite, avec des coïncidences entre
terrasses plutôt que plan à plan. Les relations de coïncidences sont de type Pitsch (tableau
10-1-4) pour les monolithes et Farooque-Edmonds pour les paquets de lattes van99al.
LA MICROSTRUCXURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 9-5-3 :
Micrographies électroniques d'un acier Fe-l,34C-13,lMn ayant subi divers maintiens isothermes.
A) section polie d'un échantillon traité pendant 50 s à 650 OC puis trempé; deux types de morpholo-
gies de cémentite de Widmanstatten sont observés: des plaquettes à l'aspect très lisse et des paquets
de lattes dont l'épaisseur apparaît irrégulière.
B) échantillon traité pendant 500 s à 750 OC puis trempé. Latte de cémentite de Widmanstatten avec
des stries parallèles à la direction longitudinale flèche blanche). Les jlèches noires indiquent la sur-
face polie avant l'attaque chimiqueprofonde.
Document Naval Research Laboratory, WashingtonDC, USA, voir aussi [Man99a]
Avant que les observations métallurgiques soient couramment pratiquées, l'aspect irisé de la surface
de certaines structures avait été remarqué et associé a u reflet des perles, d'où le n o m de perlite.

10-1 La transformation eutectoïde du système Fe-C


Germination et croissance de la perlite
La réaction eutectoïde est très semblable à la réaction eutectique qui donne naissance à
deux phases à partir d'une troisième, mais dans le cas présent, la phase mère est une solu-
tion solide. La transformation du système Fe-C est l'exemple type. En dessous de la
température de l'équilibre invariant à 727 OC, l'austénite se transforme, y ++
a + Fe&.
Les deux phases se forment de façon coopérative adoptant une structure caractéristique en
lamelles alternées appelée perlite (fig. 10-1-1). Le terme est associé à la transformation et
par extension à la microstructure. Tout autre constituant associant la ferrite et la cémentite
obtenues autrement que par la transformation eutectoïde ne doit pas être appelé perlite
(par exemple dans le cas d'un revenu).
La perlite peut germer à partir de ferrite, de cémentite où même tout simplement au joint
de grain vierge de tout précipité. Lorsque la ferrite perlitique germe en premier, elle est en
relation d'accolement avec l'austénite-mère suivant l'orientation classique de Kurdjumov-
Sachs (voir plus loin tableau 11-1-3). Lorsque c'est la cémentite perlitique qui germe en
premier, elle est aussi en relation d'accolement avec le grain d'austénite. Dans les deux cas,
la perlite se développe, comme pour la ferrite alliotriomorphe, au dépens du grain adjacent
avec lequel il n'y a aucune relation d'orientation et l'interface de croissance reste globale-
ment incohérente. La germination se produit sélectivement aux joints de grains qu'elle
décore (fig. 10-1-2).
La perlite croit de façon discontinue, la zone transformée où est apparue le germe
progresse dans la zone non transformée, c'est-à-dire dans l'austénite. La progression est
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 10-1-1 :
Micrographie typique de la perlite
lamellaire a/FeJC dans un acier
Fe-0,SC-O, 7Mn. Les cellules sont
clairement délimitéespar le change-
ment d'orientation, cependant elles
sont internes à un même grain
d 'austénite mère. L'espacement est
difJicile à mesurer car il dépend de
l'angle de coupe. A partir de la sta-
tistique d'un grand nombre de mesu-
res sur la même coupe, une exploita-
tion mathématique permet de
remonter à l'espacement réel.
Document IRSID, groupe Arcelor.

Figure 10-1-2 :
Micrographie optique après attaque
nital d'un échantillon d'acier
Fe-O, 55C-5,4Mn austénitisé pen-
dant 20 min à 1200 OC, puis recuit
pendant 16jours à 625 OC. Les cel-
lules perlitiques apparaissent en
contraste sombre, la matrice est
martensitique.
Document University of Virginia,
USA ;voir [HutOl]

Figure 10-1-3 :
Schémas de croissance perlitique dans le cas de la progression par marches:
A) cellule en croissance à partir du joint de grain ;
B) interface de croissance à l'échelle microscopique avec les marches mobiles ;
C) répartition des précipités dans le cas d'une précipitation interphase dans laferrite, par exemple de
carbures VC.
LA TRANSFORMATION PERLITIQUE 195

globalement isotrope et forme des cellules appelées aussi nodules ou encore colonies
(fig. 10-1-3 A). Au sein d'une même cellule, la ferrite et la cémentite sont deux monom'staux
interpénétrés avec des relations d'accolement définies, constituant un monocristal biphasé.

Les relations d'orientations cristallographiques préférentielles ont été beaucoup étudiées,


mettant en lumière des résultats parfois contradictoires. Les trois principales orientations
de la perlite ainsi que celles rencontrées pour la cémentite proeutectoïde sont indiqués
dans le tableau 10-1-4. La corrélation entre telle ou telle orientation et la composition
initiale ou le sous-refroidissement, n'est pas vraiment convaincante. Par contre, l'orienta-
tion peut dépendre de la phase au contact de laquelle s'est produit la germination. Des
observations fines ont montré qu'une germination à partir de la cémentite pour les
compositions hypereutectoïdes produit un perlite avec les orientations de Pitsch/Petch
van99bl. En conséquence, un même grain d'austénite peut générer des cellules perliti-
ques avec plusieurs couples d'orientations à cause de voisinages différents au joint. Le joint
est rarement envahi par une seule phase, à moins de composition fortement hypereutec-
toïde, il y a des zones de contact yly, et d'autres de contact cémentitely.

Tableau 10-1-4 :Principales orientations cristallographiques entre la cémentite et lausténite et entre


la cémentite et la ferrite de la perlite. Les plans d'habitat atomiques sont mentionnés.

Type Relation Plan d'habitat


FarooqueIEdrnonds écart 3" de
cémentitelausténite ; O]c // [02i]y; [OO~IC
[lOO]c // [ l 1 2 1 ~[O1 // [512]y
PitschPetch (1OO)c // (554)~;( 0 1 0 ) ~// (11 0 ) ~(001)~
; // (%)Y
cémentitelausténite
PitschPetch: perlite (001)c // (52i)a; (010)c écart 2-3" de [113]a (00 1)c // (2i 5 ) a
(100)c écart 2-3" de 1131]a
Bararyatski: perlite (100)c // (0il)a; (O10)c // ( 1 i i ) a ; ( 0 0 1 ) ~// (211)a ( 0 0 1 ) ~// (11Z)a
Isaichev: perlite [010]c // [ l l l l a ; (101)c //(11T)a (101)c //(11T)a

Structure et espacement lamellaires


Suivant les alliages et les conditions thermiques, la perlite se présente sous forme de
lamelles régulières, bien parallèles à l'intérieur d'un grain ou bien sous forme de faisceau de
lamelles plus ou moins courbes. En microscopie électronique à transmission, l'interface
cémentitelferrite révèle des marches de quelques nanomètres de hauteur qui permettent
d'ajuster les changements de direction ou d'épaisseur des lamelles, leur courbure macros-
copique (figures 10-1-3 B, C et 10-1-5). Dans la gamme des températures de la transfor-
mation perlitique, dzférenh modes de c~oiwamesontpossib/e~et en particulier la progression par
marches (g 9-3). La croissance de chaque phase s'effectue par progression latérale de
marches mobiles et le front global de la transformation avance perpendiculairement par
empilement des terrasses ainsi formées. Le mode de croissance prend en compte la cristal-
lographie de chacune des phases par les relations d'accolement et la diffusivité des
éléments. La croissance des deux phases est synchronisée. C'est la cinétique de balayage
MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 10-1-5 :
Lamelle de cémentite perlitique.
Micrographie en transmission d'un
acier XC5O traité à 550 OC.
Document IRSID, groupe Arcelor:

pour chaque phase qui adapte l'espacement interlamellaire par formation de décrochement
sur l'interface ferrite/cémentite. Une preuve expérimentale du mécanisme proposé est la
détection de marches et éventuellement la précipitation interphase dans la ferrite perlitique
(figures 10-1-3 B et C). La précipitation se produit sélectivement sur les larges faces des
terrasses immobiles plutôt que sur les nez de marches mobiles [Hac87a], [Hac87b],
[Zho91], [Zho92], Fou95bI.
A la différence d'une croissance classique de précipité, le développement des cellules
biphasées se fait par diffusion à l'interface perlite/austénite en adaptant l'espacement inter-
lamellaire à l'écart avec la température d'équilibre [Zac62]. L'espacement inter-lamellaire
peut varier dans une large gamme de valeurs, de quelques micromètres à quelques
centièmes de micromètres. Les modèles et l'expérience établissent la corrélation avec le
sous-refroidissement, c'est-à-dire l'écart entre la température effective de la transformation
T et la température de la réaction eutectoïde TE pour la composition considérée. L'espace-
ment S est inversement proportionnel au sous-refroidissement dont la valeur peut
atteindre plusieurs centaines de degrés. La perlite peut se former à une température aussi
basse que 35 OC dans le cas d'aciers à grains grossiers. L'espacement interlamellaire est
exprimé par :

la constante A dépend des grandeurs thermodynamiques du système.

Dégénérescence de la microstructure
Lors de maintien en température la microstructure évolue vers une configuration énergéti-
quement plus économe en diminuant le rapport surface/volume des lamelles de cémentite.
Ces dernières se transforment en globules d'où le nom de perlite globulaire, et la matrice
ferritique devient continue. Cette transformation s'accompagne de la perte des relations
d'accolement préférentiel. Des traitements thermiques sont quelquefois pratiqués pour
obtenir ce résultat et adoucir l'acier et le rendre plus ductile.
Des zones de lamelles plus grossières peuvent être observées au milieu de cellules perliti-
ques. Ce phénomène n'est pas rare, il est difficile à repérer compte tenu du fait que l'espa-
cement lamellaire apparaît irrégulier sur une coupe qui sectionne obliquement la plupart
des lamelles de la figure 10-1-7. Un mécanisme possible est la coalescence discontinue.
LA TRANSFORMATION PERLITIQUE

Figure 10-1- 7 :
Micrographie électronique d'un
acier Fe-0,SC-O, 7Mn à structure
perlitique avec une attaque pro-
fonde. Une zone entre des cellules
ou dans ce cas à un joint de grain
triple, a un espacement interlamel-
laire signzficativementplus grand.
Document INPG, Grenoble et
IRSID, groupe Arcelor

A partir d'une structure déjà constituée de cellules perlitiques, de nouvelles cellules nais-
sent aux joints de grains et se développent selon un mécanisme de diffusion au front de la
transformation. La structure se réorganise complètement, les nouvelles lamelles ont un
espacement deux à trois fois plus grand. Il est possible d'imaginer que la recalescence joue
un rôle en activant la diffusion.

Eutectoïde divorcé
Dans certaines conditions de refroidissement suffisamment lentes et à une température
proche de la température de transformation eutectoïde, la croissance de la cémentite a lieu
sans aucune coopération avec la ferrite, la croissance est dite divorcée ou découplée
Fer98bl. La matrice à la composition eutectoïde est transformée directement en une
dispersion de carbures de cémentite ultrafins, bien sphéroïdaux dans une ferrite à grains
fins. Cette dernière transformation est connue sous le nom de DET (Divorced Eutectoid
Tran.$ormation). Il s'agit d'un passage direct à une morphologie globulaire.

10-2 Cinétique de la transformation perlitique

La croissance des cellules


La transformation perlitique est de type discontinue, c'est-à-dire qu'une zone transformée
assimilée à une cellule où sont apparues les phases stables progresse aux dépens de la zone
non transformée où subsiste la phase mère sursaturée (figures 10-1-2 et 10-1-3 A). Elle est
gérée par un processus de germination des cellules puis de leur croimnce et obéit à des lois
classiques de type Johnson-Mehl-Avrarni.

y, = 1 - exp(-kP) (10-2- 1)
oùy est la fraction transformée, k et n des paramètres expérimentaux.
198 LA MICROSTRUC~UREDES ACIERS ET DES FONTES

Figure 10-2-2 :
A) Courbe de la relation 10-2-1 tracé pour une tem-
pérature.
B) Report d'un état davancement donné, par exem-
ple 5 %, 50 % et 95 % dausténite transformée pour
chaque température.

y est représentée par une sigmoïde en fonction de log(t) pour chaque température. Une
courbe peut être tracée dans laquelle des valeurs où la transformation a un certain degré
d'avancement sont sélectionnées (fig. 10-2-2). L'usage est de considérer le début de la
transformation poury à 1 ou 5 %, la moitié de la transformation à 50 O/O et la fin de trans-
formation à 95 ou 99 O/O. Le lieu des points représentatifs en fonction de la température
dessine la courbe TTT comme Taux de transformation, Temps, Température présentée
tj 9-2.

Ces courbes sont dites courbes en nez ou en "C" car elle présente un maximum de cinétique.
L'existence d'un optimum s'explique par l'opposition de deux effets : à température peu en
dessous de la température eutectoïde (au dessus d u nez) le sous-refroidissement est faible et,
par conséquent, la force motrice chimique nécessaire pour la germination est faible, la taille
critique que les germes doivent atteindre pour être viables est plus grande et ils sont en nom-
bre limité malgré une diffusion plus active qui accroît la probabilité pour que le germe se
développe rapidement, par contre, à température plus basse, le nombre de germes est élevé
mais leur croissance est faible.

10-3 Rôle des éléments d'addition

Aspect phénoménologique : modification des courbes TTT


La cinétique de transformation est très variable selon la composition de l'alliage. Cet effet
est témoigné par les courbes TTT dont la littérature comporte une riche bibliothèque où
figurent la plupart des produits commerciaux classiques. Trois courbes TTT typiques sont
présentées (fig. 10-3-1). La fraction transformée est tracée en fonction du temps en échelle
logarithmique et de la température. La taille de grain initiale est mentionnée car il faut
considérer que la germination de la perlite a lieu préférentiellement et presque exclusive-
ment aux joints de grains, ce paramètre a donc une incidence sur la cinétique.
TRANSFORMATION PERLITIQUE 199

Les aciers choisis ont pratiquement la même teneur en carbone et de faibles écarts en
éléments d'alliage. Pourtant les courbes correspondantes sont très différentes. La courbe
de l'acier C35E4 est une courbe en nez. La rapidité de la transformation rend impossible
de mesurer la cinétique au nez de la courbe. La courbe TTT de l'acier 37Cr4 est décalée à
cause d'une teneur de 0,9 % en chrome (la norme est autour de 1 %). Pour l'acier
36NiCrMo16 les deux domaines perlitiques et bainitiques deviennent deux courbes en nez
distinctes avec un fort décalage pour le domaine perlitique à cause de la présence de
davantage de chrome, de nickel et aussi de 0'23 Oo/ de molybdène. Les transformations sont
beaucoup plus lentes.
Tous les éléments d'addition, y compris le carbone, mais excepté le cobalt, modifient les
courbes TTT. Ils retardent h germination, ralentissent la croixsance e t mod$ent des équilibres de
phases. Certains éléments comme le manganèse, le silicium, le soufre, le phosphore où
l'aluminium sont toujours présents en faible quantité comme résidus de l'élaboration et les
effets sont considérés comme négligeables faute de meilleure approximation. Des addi-
tions plus significatives modifient le domaine de l'austénite qui est diminué par des
éléments alphagènes, comme le chrome et le silicium, ou augmenté par les éléments
gammagènes comme le nickel et le manganèse. En conséquence, la température A l de la
transformation eutectoïde est élevée par les alphagènes et abaissée par les gammagènes
(voir $4-4 et 14-3).

Retard de la germination
Le fait observé est que le temps nécessaire pour l'apparition de la perlite ou temps d'incu-
bation est augmenté. Les courbes de début de transformation sont décalées vers la droite.
Les mécanismes suivant lesquels les éléments d'alliage retardent la germination sont
complexes. Comme pour toutes les germinations, la diffusion joue un rôle significatif
Ipus9OI.
En pratique, il est connu qu'un grain grossier retarde la germination, l'alliage est privé de
sites riches en défauts qui sont des sites potentiels de germination. Le joint de grain est
aussi un lieu privilégié d'échanges diffusifs.
La germination de la perlite est souvent celle d'un eutectoïde divorcé, c'est-à-dire que l'une
ou l'autre des phases sert de germe. Dans ce cas, l'inhibition de la formation de la ferrite
ou de la cémentite retarde la transformation. Cet argument est évoqué pour le nickel. Par
ailleurs, certains éléments d'alliage qui ségrègent aux joints de grains changent localement
la force motrice chimique de germination. Un exemple particulièrement significatif est
celui du bore qui retarde considérablement la germination de ferrite aux joints de grains
[Sak84].
Le bore a focalisé l'intérêt dans les années 60. Cet élément est efficace même à très faible
concentration globale car le rapport de concentration en bore entre le joint de grain et Za zone
intergranulaire peut devenir très grand et croît avec l'abaissement de température. Le pro-
blème est que le bore est susceptible de s'associer à d'autres éléments pour former des phases,
des carbo-borures ou boro-nitrures comme C r B N , parfois fragilisantes, donc néfastes.
200 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 10-3-1 :
Courbes TTT (taux de transformation-temps-tempéra-
ture) de trois aciers de teneurs en carbone similaires
respectivement :C35E4 (1'1035)' 3 7Cr4 (1,5135) et
36NiCrMo16 (1,6773). Les compositions en pourcen-
tages massiques sont indiquées dans le tableau sui-
vant dans lequel les éléments principalement respon-
sables de la mod$cation des courbes sont indiqués en
gras. Les autres éléments et impuretés ont des teneurs
faibles classiques pour ce genre d'aciers soit
Mn-O, 6% et Si-O, 3 %.
C Ni Cr Mo

La grosseur de grain des échantillons initiaux est


10-12 (échelle normalisée). Ces derniers ont été aus-
ténitisés à 850 OC pendant 30 min. Cette température
est choisie au dessus des températures Ac1 transfor-
mation de la perlite en austénite au chauffage et Ac3
transformation de toute la ferrite résiduelle en austé-
nite au chauflage.

Les échantillons ont été portés très rapidement à dzflé-


rentes températures pour subir un maintien isotherme
au cours duquel sont détectés les changements struc-
turaux. Les courbes de début et Jin de transformation
sont indiquées en traits pleins. Les phases présentes
sont marquées A pour austénite, Fpour ferrite, Cpour
cémentite et Mpour martensite. F+Cpeut correspon-
dre aussi bien à la perlite qu'à la bainite.
D'après 1 'Atlas de 1 'IRSID, [Atlas]
LA TRANSFORMATION PERLITIQUE 201

Pour éviter ces inconvénients, la procédure d'élaboration de l'acier a u bore doit comporter des
étapes supplémentaires comme la neutralisation de l'azote résiduel avec d u titane par forma-
tion de carbo-nitrure insoluble.
Les éléments carburigènes (Cr, Mo, W, V, Ti, Nb) sont connus pour retarder sélectivement
la germination de la perlite.

Mécanismes de ralentissement de la cinétique de croissance


L'effet des éléments d'alliage a été établi dans la première moitié du 2oèmesiècle avec la
constitution de toute une bibliothèque de courbes TTT pour l'optimisation des nuances
d'aciers. L'étude des mécanismes de la transformation a commencé et s'est poursuivie
pendant toute la seconde moitié du siècle et est devenu un sujet d'actualité à cause des
progrès dans la modélisation de phénomènes diffusifs complexes. Les références suivantes
indiquent d'une part quelques repères fondamentaux: [Zen46], [Cah62], [Hi171], [Hon76],
[Hil81], [Hi198], d'autre part des études sur le comportement au niveau de l'interface:
(paz761, [Fri77J, Few851, Fac99bl.
Lors de la croissance de la cellule de perlite, les échanges diffusifs se font essentiellement
le long de l'interface c t l y qui est considérée comme un véritable court circuit de diffusion.
Comme le carbone diffuse très rapidement, l'équilibre thermodynamique peut s'établir
facilement à l'interface de croissance pour les alliages Fe-C, la croissance est commandée
principalement par la diffusion du carbone. Les éléments métalliques dont la diffusité est
inférieure de plusieurs ordres de grandeur à celle du carbone, s'échangeront plus difficile-
ment même à travers le joint de grain. Il faut alors considérer que s'établissent des équili-
bres locaux à l'échelle atomique, sur les quelques dizaines de rangées que comporte chaque
lamelle. Ces équilibres ont lieu entre ferritelausténite et cémentite/austénite respective-
ment, avec la condition à respecter que le potentiel chimique du carbone soit le même
partout à l'interface. Suivant les hypothèses, différents types d'équilibres déjà détaillés $ 9-4
ont été définis et sont pris comme référence de façon classique [Hi198]. Les équilibres
suivants associés à différents modes de croissance sont rencontrés dans une gamme de
température décroissante.
L'équilibre thermodynamique total requiert une diffusion à longue distance de tous les
éléments, ce qui n'est possible que pour les plus hautes températures. Une telle situation
n'est jamais atteinte en pratique industrielle.
Le mode en équilibre local (LE) donne naissance à "l'ortho-perlite" qui apparaît sous deux
morphologies suivant deux gammes de conditions.
Les conditions d'équilibre local à l'interface sont applicables pour le carbone et le soluté.
Mais, de plus, l'équilibre global est établi pour le carbone, son potentiel chunique s'égalise
à longue distance. Il a été montré que de telles conditions favorisent un ralentissement de
la croissance et un accroissement de l'espacement interlamellaire au cours d'une transfor-
mation isotherme. Ces conditions correspondent à unefaible ~ u ~ s i et o trne
n vitesse de moirsance
lente. C'est la perlite divergente qui se forme (fig. 10-3-2), VutOl].
Dans l'autre gamme de conditions, l'équhbre local est établi vis-à-vis du carbone et des
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 10-3-2 :
Micrographie optique après attaque
nital d'un échantillon d'acier
Fe-O,55C-5,4Mn austénitisé pen-
dant 20 min à 1200°C, puis recuit
pendant 16 j à 625 OC. La matrice
entourant les cellules perlitiques est
martensitique.
Document University of Virginia,
USA, voir [HutOl]

solutés seulement à l'interface (NP-LE). Il ne se produit plus de flux de soluté à longue


distance, l'espacement se maintient constant. La perlite déja montrée figure 10-1-1 est dite
constante.
Lorsque la température est assez basse, c'est le mode depara-équilibre (PE) qui s'établit
dans lequel seul le carbone diffuse à l'interface ou bien un mode intermédiaire de type
(NP-LE) avec équilibre local vis-à-vis du carbone et redistribution partielle des éléments
lourds sans mise en équilibre (voir g 9-4). Les phases de la perlite formées dans ces condi-
tions n'ont pas une composition conforme aux équilibres de phases. Ainsi, la cémentite
peut se retrouver trop riche en nickel, en cuivre ou trop pauvre en chrome. L'équilibre se
rétablit par diffusion entre les lamelles en arrière du front de transformation. Le retour à la
composition d'équilibre peut provoquer le rejet d'un élément d'alliage. Par exemple, des
précipités de cuivre ont été observés à l'interface ylcémentite [Kha93].

Comportement des éléments d'alliage


Le comportement est propre à chaque élément d'alliage en fonction de sa répartition entre
la cémentite et la ferrite et de sa diffusivité. Le silicium est soluble dans la ferrite dans
laquelle il diffuse facilement, par contre il n'est pas admis dans la cémentite (ou peut être
avec une teneur extrêmement faible). En conséquence, c'est la diffusion du silicium qui
commande totalement la cinétique et constitue une étape lunitante. L'effet ralentisseur est
considérable, il est sensible même à l'état de trace dans l'alliage initial [Tnd97], [IInd02].
Pourtant, une fois présent dans l'alliage, la concentration ne semble pas avoir d'influence
sur la vitesse de croissance globale de la perlite. La perlite se forme de façon similaire dans
les aciers avec des teneurs de l'ordre de 0,4 à 0'7 % de silicium et dans les fontes grises
dans lesquelles la teneur en silicium est beaucoup plus forte, de l'ordre de 2 à 3,4 % de sili-
cium [Lac99b].
Cet effet est plus modéré pour d'autres éléments quand ils sont en faible concentration, ou
bien lorsqu'ils peuvent se partager entre la cémentite et la ferrite comme c'est le cas pour
le manganèse, le chrome et le cobalt.
LA TRANSFORMATION PERLITIQUE 203

Le cas du nickel est particulier. Il ne se redistribue mal entre les phases (aussi bien austé-
nite/ferrite que austénite/cémentite) et la croissance est possible seulement en mode de
para-équilibre. L'explication tient peut être à une solubilité probablement très faible dans la
cémentite et à une faible diffusivité dans la ferrite.
Les hypothèses sur de tels échanges diffusifs locaux s'appuient sur des résultats expéri-
mentaux et des modélisations. La transition entre les deux modes équilibre
local/para-équilibre est franche et se passe à une température propre à chaque composi-
tion d'alliage en fonction de la difhsivité des divers éléments [Tew85].

Formation d'autres structures perlitiques


De nombreuses réactions eutectoïdes sont dites perlitiques, elles se rencontrent dans les
aciers contenant des éléments d'alliage susceptibles de former d'autres carbures que la
cémentite. Dans la gamme de températures de la perlite classique, deux autres perlites
lamellaires de type y + a + carbure peuvent se former en fonction de la teneur en
chrome, correspondant respectivement aux réactions y -+a+ M23C6(aciers à 10-12 %Cr)
et y+ a + M7C3 (aciers à 5 % Cr) Kay981.
En comparaison avec les alliages Fe-C, la structure perlitique peut être un peu plus fine
pour une transformation à température donnée si l'écart avec sa prope température d'équi-
libre est plus grand. L'effet est limité et n'a pas d'incidence significative sur les propriétés
mécaniques. A haute température, c'est la ferrite 6 qui se décompose dans les aciers riches
en tungstène ou en molybdène par une réaction perlitique autour de 800-1 100 OC
[ K u o ~ ~(T(uo551,
], [Fri77] en formant la perlite 6 : 6 6 y + M6C.
L'exemple de la figure 10-3-3 est celui d'un acier à outils au tungstène. La perlite 6 s'est
formée pendant un refroidissement continu lié à l'avancée d'un barreau de solidification
unidirectionnelle dans un gradient thermique. La trempe en cours d'expérience a permis
de figer tous les stades de l'évolution. Le cœur de la dendrite formé au début de la solidifi-
cation est constitué de ferrite 6 entouré d'austénite. L'interface 6/y est matérialisé sur la
micrographie par un chapelet de précipités, un marquage similaire aux cas présentés 6-5) (s

Figure 10-3-3 :
Micrographie électronique d'un
échantillon d'acier à outils type T
(Fe-0,52C-3,8Cr-0,5Mo-1V-18,8W)
solidifié unidirectionnellement et
trempé en cours de tirage.
Les précipités interdendritiques
grossiers, en arêtes, sont les carbu-
res eutectiques M6C.
Document INPG, Grenoble, Fr
204 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

à propos de la transformation péritectique. Le front de transformation progresse à partir


de cet interface, de la bordure vers le centre. L'observation est que l'espacement lamellaire
diminue en direction du centre de la dendrite. Entre la température du début de la trans-
formation et le moment de la trempe qui a figé le front, il y a un intervalle de plusieurs
centaines de degrés. Aussi, les espacements accommodent l'évolution des échanges diffu-
sifs qui changent à la fois à cause de la température et d'aneprobable s&r@ation.
Une préc$itation discontinue génère le même type de morphologie que la perlite. Dans le
domaine de stabilité de l'austénite de nombreuses précipitations adoptent, en fonction des
conditions, une structure cellulaire biphasée. Ce ne sont pas des perlites mais de simples
précipitations cellulaires. Citons la précipitation de M23C6,O (fig. 19-8-3), Cr2N ([Van95],
[Kik9O]), Ni3Ti (fig. 22-2-55).

10-4 La redissolution de la perlite

L'ziusténitisation
En général, les structures perlitique, bainitique et martensitique se transforment en austé-
nite au chauffage de façon relativement rapide. Pour la plupart des aciers, le temps d'austé-
nitisation est fxé à 30 min, ce qui prend en compte largement une redissolution complète
aux températures supérieures à 800 OC. La redissolution de la perlite ne pose pas vraiment
de problème. Par contre l'étape plus difficile est l'homogénéisation de l'austénite à cause
surtout des ségrégations de solidification, des phases eutectiques ou de carbures
proeutectoïdes.
La germination de l'austénite est instantanée dans le cas des aciers ordinaires, par contre la
présence d'éléments d'alliage a un effet retardateur qui est traduit par des temps d'incuba-
tion plus longs. La croissance est commandée par diffusion dans laquelle les éléments
d'alliage jouent un rôle ralentisseur en fonction de leur diffusivité [Sht99b]. Compte tenu
de la gamme de température plus élevée que pour la transformation perlitique, la diffusion
est plus rapide. Il faut considérer que la diffusion est active suivant trois modes : intergra-
nulaire, interfacial aux interphases et intragranulaire. La différence de cinétique entre la
diffusion inter et intra granulaire est moins sensible que pour les basses températures,
cependant une différence subsiste puisque la température est encore loin du point de
fision de la matrice. Deux cas sont présentés en rapport avec la morphologie de la perlite :
La perlite est globulaire
Une analyse fine révèle que le mécanisme de formation de l'austénite est assez complexe et
se fait en une succession d'étapes décrites de façon schématique figure 10-4-1 à partir de
l'observation du comportement lors du chauffage rapide en continu d'un acier eutectoïde
(figures 10-4-2 A et B) [I<a198]. La première apparition d'austénite est localisée le plus
souvent aux joints de grains ou à l'interface entre les colonies perlitiques, en relation
d'accolement sur la ferrite du grain adjacent. Le carbone nécessaire provient de la redisso-
lution de carbures et il trouve un chemin de diffusion plus rapide le long des joints de
LA TRANSFORMATION PERLITIQUE

Figure 10-4-1 :
Premiers stades de la formation dausténite
en chaufSage continu et rapide d'une struc-
ture perlitique globulaire.
A) diffusion du carbone principalement au
joint de grain,
B) germination et croissance des lattes,
C) coalescence en arrière des lattes,
D) à température plus élevée, ou pour des
temps de maintien plus long, croissance du
grain d'austénite par diffusion interfaciale
et intergranulaire alimentée par la dissolu-
tion des carbures perlitiques.
Adapté d'après [Ka198]:

Figure 10-4-2 :
Micrographie électronique en transmission d'un échantillon d'acier Fe-O, 68C-0,67Mn-0,24Si qui a
été transformé au stade de perlite globulaire puis chaufléjusqu 'à 785 OC, avec une vitesse de chauf-
fage de 1200 "Ch et enfin trempé. Des lattes sontformées des deux côtés d'un joint de grainferritique
A) champ clair sur lequel les lattes apparaissent en contraste sombre
B) champ sombre (220)y qui met en évidence deux contrastes dans les lattes. certaines sont transfor-
mées en martensite M (contraste sombre) et d'autres non Au (austénite en contraste clair). Les lattes
non transformées sont supposées plus riches en carbone (hls plus bas), elles sont situées proches des
joints, donc de la source de carbone.
Document Université de Lille (Fr), voir aussi [Ka1981

grain. Le premier stade de croissance, qui se produit dans la gamme de température


740-780 OC, est l'apparition d'austénite sous forme de lattes de type Widmanstatten
formées par la progression latérale de terrasses (fig. 10-4-2 B). Les lattes semblent
progresser par germination sympathique et forment des gerbes. La morphologie rappelle
celle d'une bainite. Cependant, le vocabulaire amténite de Widmansta#en sera préféré dans ce
cadre par souci pédagogique, pour réserver l'étiquette bainite au seul cas de la transforma-
s
tion eutectoïde selon Hdlert [Hi1001 (voir 12-1). L'effet de la température relativement
élevée fait que les lattes de même orientation coalescent rapidement en arrière du front de
croissance. L'élévation de température devrait permettre ensuite au grain d'austénite de se
développer de façon isotrope à partir du joint de grain (morphologie de type GBA),
d'autant plus que la croissance orientée des lattes est bloquée par les globules encore
206 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

présents et que la croissance isotrope est renforcée par la dissolution de tous les carbures
intragranulaires.
La perlite est lamellaire
La transformation des lamelles au chauffage a aussi été observée [Sht99b]. Dans les aciers
ordinaires, l'austénite germe principalement à partir des interfaces entre les cellules perliti-
ques et également à l'interface interlamellaire austénite/cémentite. La germination est
instantanée et la croissance rapide. L'austénite progresse à l'intérieur des lamelles aux
dépens de la ferrite, et simultanément les lamelles de cémentite s'amincissent. Cet amincis-
sement opère par dissolution latérale de marches ou de terrasses et peut isoler transitoire-
ment des particules en arrière du front de transformation. La présence d'éléments d'alliage
est capable de retarder la transformation et de constituer une étape limitante. La croissance
de l'austénite n'est plus commandée par la seule diffusion du carbone mais plutôt par celle
du soluté, en l'occurrence le chrome. Toutefois, le manque de preuves expérimentales
concernant le déroulement précis du processus oblige à recourir à des hypothèses fondées
essentiellement sur les différences de diffusivité des divers éléments.

Dissolution des carbures alliés


Le rôle inhibiteur du chrome est plus clairement apparent dans le cas d'acier fortement
allié, autour de 10 O/o de chrome, pour lequel la perlite à dissoudre est constituée de ferrite
et d'un carbure de type (Fe,Cr) 7C3riche en chrome. La première phase de dissolution est
toujours le départ du carbone et des zones privées de carbone apparaissent à côté des
carbures [Sht99a]. Ces zones qui ont hérité de la même composition en éléments métah-
ques que le carbure, se transforment en la phase d'équilibre correspondant à la composi-
tion locale. Le carbure riche en chrome laissera place à des îlots de ferrite alliée a-Cr qui se
transforme en austénite quand la diffusion de t0n.r les éléments est significative.
En général, la dissolution de carbures alliés est compliquée à cause de la formation
possible de précipités transitoires. Amsi, la décomposition des carbures M2&6 au chauf-
fage engendre localement une précipitation discontinue avec une structure biphasée fibrée
+
qui progresse dans l'austénite : M23C6 M6C + a. La ferrite se retransforme ultérieure-
ment en austénite [Sht97]. En résumé, c'est la diffusivité propre à chaque élément à l'inté-
rieur de sa phase qui est le paramètre essentiel de la redissolution. Une micrographie de
redissolution de carbures a été présentée figure 6-3-10.
La transformation nraartensitique

La microstructure de la martensite n'a vraiment été découverte et comprise que vers 1890 par le
métallographe Adolph Martens.

11-1 La transformation displacive


La forme stable à haute température de l'alliage fer-carbone est l'austénite, solution solide
d'insertion de carbone dans le fer de structure cfc. Un refroidissement suffisamment lent
aboutit à la formation, à basse température, des phases conformes à l'équilibre thermody-
namique, soit la ferrite et le graphite. Un refroidissement plus rapide aboutit à la formation
de la ferrite et la cémentite suivant un équilibre métastable. La réaction s'effectue grâce à la
diffusion du carbone dans les deux cas. En cas de refroidissement très rapide il se forme
une .re.ulephasethermo&zamiq.uementmétastable : la martensite. La martensite présente la même
composition, donc la même teneur en carbone que l'austénite originelle. La transformation
met en œuvre un mode "militaire" pour le transfert des atomes de la phase mère au
produit. C'est-à-dire que les atomes se déplacent de façon coopérative (comme des soldats
dans un défilé) d'une distance inférieure à la distance interatomique. Par opposition, le
déplacement des atomes par diffusion est un mode dit "civil".
La martensite peut être considérée comme une solution solide sursaturée de carbone dans
le réseau du fer alpha. Les atomes de carbone occupent les sites interstitiels dans la direc-
tion [001]a.La tétragonalité de la martensite s'explique par l'occupation sélective des sites
interstitiels d'un seul des trois sous-réseaux. Une question se pose, à savoir si cette tétra-
gonalité observée à température ambiante est le fait de la transformation displacive ou s'il
y a eu, ultérieurement, une mise en ordre des atomes de carbone. La dernière hypothèse
est la plus convaincante compte tenu de la mobilité probable des atomes de carbone à ces
températures [T<ur72].
Pour les alliages binaires Fe-C et également Fe-N la structure de trempe est quadratique
centrée de paramètres a et c, les paramètres varient linéairement en fonction de la teneur
en carbone :
MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

XC et XN sont respectivement la concentration exprimée en nombre d'atomes de carbone


ou d'azote pour 100 atomes de Fe, a et c sont en nanomètres [Chegoal, [Che91]. La
quadraticité est d'autant plus forte que la teneur en carbone ou en azote est élevée. Elle est
accompagnée d'un accroissement de la dweté de la martensiteformée.

Modèle de Bain (1924) et aspects cristallographiques


Bain a proposé un modèle de transformation en se fondant sur les valeurs expérimentales
des paramètres de maille respectifs Fax721. Le modèle propose une déformation homo-
gène qui implique une dilatation de 12 % suivant deux axes et une contraction de 20 %
suivant le troisième. La croissance devra se faire dans le plan de déformation minimale.
Cependant le modèle de Bain ne convient pas parfaitement car il ne comporte pas de plan
invariant dont la présence avec un effet de relief de surface associé est prouvée expérimen-
talement. De plus, le changement structural doit satisfaire les relations interfaciales entre le
produit et la phase mère. Pour réaliser une telle interface il faut prévoir que des déforma-
tions supplémentaires accompagnent le processus de transformation. Ce sont des glisse-
ments, des maclages, des fautes d'empilement qui permettent de retrouver un plan
d'accolement invariant où la déformation moyenne est nulle Por921.
Dans la plupart des cas pour les alliages ferreux, l'interface martensite-phase mère est une
interface semi-cohérente. La cohérence est assurée localement, le désaccord paramétrique
s'accumule et doit être relaxé périodiquement. Une configuration fréquente des orienta-
tions cristallographiques se rencontre avec des plans compacts parallèles et des directions
compactes parallèles. C'est le cas des relations d'orientation Kurdjumov et Sachs (K.S.)
reportées dans le tableau 11-1-3. Les autres relations sont moins simples mais proches. En
particulier, celles de Nishiyama peuvent se déduire de K.S. par une rotation de 5 "16 '
autour de [101]. Les variations chimiques modifient les paramètres réticulaires et peuvent
en conséquence changer les relations d'orientation. Les relations I<S se rencontrent dans
les aciers avec une faible ou moyenne teneur en carbone. Les relations sont plus souvent
de type N pour les aciers à forte teneur en carbone. Enfin, elles sont compliquées, en
général avec des plans d'indices de Miller élevés, dans le cas des aciers alliés. Les plans
d'habitat, définis comme le plan moyen de la plaquette, sont aussi d'indices élevés.

Tableau 11-1-3 : Orientations cristallographiques classiques des plans d'accolement


dans la martensite des aciers

Relations d'orientations Plans d'habitat


Kurdjumov et Sachs (K.S.) (1 ll)A // (01 l ) ~[ O // [ l ï i ] ~
, T~]A proche de (1 11 )
Nishiyama (N) (1 1 l)A // ( 1 0 1 ) ~ [; l z l ] //~ [1 OÏ]M proche de (225)
Greninger et Troiano (1 1 l)A // (01 1 ) ~ [?,s,17]A
; // [7,n,17]M proche de (259)
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE

11-2 Caractéristiques de la transformation

Thermodynamique de la transformation
Comme il n'y a pas de changement de composition, on peut considérer la transformation
comme un changement de phase dans un système à un seul composant. La martensite
peut se former à partir et en dessous de la température Te correspondant à un équilibre
métastable. Cependant l'énergie libre motrice dont dispose le système à Te n'est pas suffi-
sante pour créer l'interface et pour effectuer la déformation élastique voire même plastique
de la phase mère. C'est pourquoi la transformation débute en fait à une température MJ
(Martensite Start) inférieure à Te. De même au chauffage, il se produit un décalage entre la
température de début de formation de l'austénite AS(Azi~tenite Start) et Te.
La transformation martensitique n'est pas réversible au sens thermodynamique puisqu'il
ne s'agit pas de phases d'équilibre. Elle peut être réversible au sens cristallographique.
Lorsque la variation de volume est faible, la transformation peut effectuer un cisaillement
inverse au chauffage et revenir à l'état initial. Dans le cas des aciers, la formation de
martensite entraîne une déformation plastique trop forte pour être effacée de façon réver-
sible, un effet de relief subsiste.

Certains alliages sont bien connus pour accomplir une transformation réversible appelée effet
mémoire. C'est le cas d u système Fe-Ni. Dans ce cas, l'énergie libre est faibk, elle est insuffi-
sante pour provoquer une déformation plastique et la croissance des plaquettes s'arrête avant
que la limite élastique de la phase mère soit atteinte. La martensite est dite e n équilibre
thermo-élastique. Lorsqu'on abaisse la température, les plaquettes se développent à nouveau,
pour se rétracter ensuite quand on élève la température, d'où la possibilité d'effets spectacu-
laires à température proche de la température ambiante.

Germination de la martensite
La cinétique globale de la transformation dépend des étapes de germination et de crois-
sance. En fait, ces dernières sont bien difficiles à distinguer compte tenu de la rapidité de
la transformation. Aussi on peut admettre que l'énergie d'activation est pratiquement nulle
pour la croissance et que la cinétique est entièrement gouvernée par le processus de germi-
nation. La germination est la formation d'un embryon qui devient stable sous certaines
conditions énoncées dans un modèle classique. Appliqué à la martensite, le modèle prédit
des dimensions tout à fait excessives pour l'embryon. Il faut donc supposer que d'autres
paramètres facilitent la germination, par exemple la présence de défauts importants tels
que des défauts d'empilement répétés, des combinaisons de défauts et la pré-existence de
sites préférentiels dans la matrice. Le nombre de tels défauts est probablement limité, aussi
divers processus sont évoqués. Ils sont tous fondés sur le fait que la formation de la
martensite, accompagnée d'une dilatation, induit de sévères perturbations plastiques et
élastiques dans l'austénite. Le lecteur peut trouver dans la littérature la description de
divers mécanismes de germination sympathique [Bha92], germination autocatalytique
[Ols81] et l'analyse des forces motrices [Gho94].
210 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS E T DES FONTES

La germination semble possible si le germe est au départ une plaquette aplatie semi-cohé-
rente ou bien encore totalement cohérente avec la matrice comme les zones GP dans les
alliages d'aluminium. Le germe se présente sous la forme d'un ellipsoïde maclé pour lequel
l'énergie d'interface est plus faible. La force motrice est la différence d'énergie libre
chimique entre l'austénite et la martensite. Elle doit permettre la création de l'interface,
s'opposer au travail de friction interfacial et compenser les déformations engendrées lors
de la transformation. Suivant l'état du matériau avant la transformation, la force motrice
peut être assistée par l'élimination des défauts présents dans l'austénite. Dans un modèle
développé par Ghosh [Gho94], l'énergie de germination critique AGG prend en compte la
différence d'énergie chimique volumique, une contribution elle aussi volumique de
l'énergie de déformation, un terme d'énergie interfaciale liée à la taille des défauts et un
terme de travail interfacial lié à la composition chimique.

Rôle des contraintes, du champ magnétique


En général un état contraint requiert un sous-refroidissement moindre pour initier la
transformation. Cela se traduit de façon pratique par la définition d'une température Mk,
début de la transformation du matériau sous une charge x, correspondant à une contrainte
mécanique définie. Cette température est un peu plus élevée que Ms, donc plus proche de
Te. La contrainte peut avoir pour o r i p e une charge, une pression isostatique Kak991, une
transformation chimique ou des impacts (voir plus loin figures 11-3-4B et 21-4-10).
L'application d'un champ magnétique est aussi susceptible d'élever la température MJ. Le
phénomène a été observé dans des aciers Fe-Ni-C qui développent une martensite lenticu-
laire ou en plaquette. L'effet est anisotrope car les premières plaquettes formées dans une
matrice vierge ont tendance à s'orienter en fonction du champ magnétique [Kak99].

La martensite E des aciers alliés


Du fait de la présence de fortes teneurs en éléments d'alliage, les aciers inoxydables dits
austénitiques ont une température Ms très basse et ne forment pas de martensite. Toute-
fois, des maintiens prolongés à très basse température, inférieure à Ms7 peuvent en initier
la formation. La transformation peut être aussi induite par déformation plastique. A
température inférieure à Md c'est la formation d'une phase hexagonale compacte appelée
martensite E (voir [Bla73], Fec77], [Bro79], [Osh76], [Lac90]). Les produits de transforma-
tion sont essentiellement la phase a' martensite cubique centrée et la phase E hexagonale
compacte. Plusieurs mécanismes peuvent intervenir :
+ -+
soit la phase E est une étape intermédiaire y E a',
+
soit la transformation est directe y a' qui peut quelquefois se transformer en phase E.
La transformation se produit dans le cas d'aciers autour de 18 Oo/ de chrome et avec une
faible teneur en éléments interstitiels de l'ordre de 0'1 %. La composition initiale et plus
précisément la teneur en nickel joue un rôle à travers les espacements des plans réticulaires
compacts et l'énergie de fautes d'empilement associée. Le paramètre important est le para-
mètre de maille c de la phase E . Le caractère de phase intermédiaire est d'autant plus
marqué que ce paramètre c diminue à partir de sa valeur théorique (0,415 nm) pour se
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE

Figure 11-2-1 :
Micrographie électronique en trans-
mission illustrant la formation de
rnartensite E (longues plaques fines
en contraste sombre) et a ' (petites
zones claires à 1 'intersection des
plaques sombres)
Acier inox de type 304L déformé à
10 % sous 77 K
Document Université McMaster
Hamilton, Can. voir aussi [Spe03]

rapprocher d'une valeur plus faible (0,408 nm). Alors les plans denses de la phase E n'ont
plus l'espacement de ceux de l'austénite, mais ils ont celui des plans denses de la phase a'.
La transformation E +a' peut s'effectuer sans création de nouvelles dislocations.

Dans le cas de l'acier de type 304 déformé à 77 I< de la figure 11-2-1, la martensite E se
forme à partir de fautes d'empilement, de maclages répétés dans l'austénite. L'intersection
de deux systèmes de glissement conduit à la formation de martensite a'. La martensite a'
induite par plasticité ne possède pas les mêmes relations d'orientation avec l'austénite que
la martensite de trempe, dite thermique.

Rôle des éléments d'addition


La température de début de la transformation martensitique est représentée par le point
Ms et la fin de transformation par le point MF. AU contraire de la transformation perli-
tique, ces températures sont en général indépendantes de la vitesse de refroidissement. En
conséquence le début de la transformation est représenté par une droite sur les
diagrammes TRC. Il en est de même pour le point MF. L'écart de température entre Ms et
MF est de l'ordre de 200 O C , chiffré à 215 OC par certains auteurs (annexe 22-6). Lorsque la
trempe est effectuée à une température entre Ms et MF la transformation est incomplète, il
reste de l'austénite dite résiduelle. La proportion d'austénite transformée croît en fonction
de l'écart par rapport à Mx suivant une loi non linéaire. Toutefois, même à la température
MF, il n'est pas toujours possible d'obtenir une transformation complète à cause de fortes
contraintes engendrées par la transformation elle-même, parce que la passage de l'austé-
nite à la martensite correspond à une dilatation du volume concerné qui peut atteindre
5 %. La faible proportion d'austénite restant est appelée austénite retenue.

Les éléments d'addition de type interstitiel, carbone et azote abaissent fortement MS. En
conséquence, il n'est pas possible d'obtenir une transformation complète à la température
ambiante pour un acier contenant plus de 0,7 OO/ de carbone (fig. 11-2-2). Les éléments en
substitution abaissent tous MJ, sauf l'aluminium et le cobalt. De nombreuses relations
empiriques ont été établies dès les années 40 (citées par [Kra80]) pour évaluer Ms en
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 11-2-2 :
Intuence de la teneur en carbone sur les
températures Ms de début de transfor-
mation martensitique dans les aciers au
carbone. La température MF est environ
200 OC en desssous. La courbe schéma-
tique en gris est le résultat d'une compi-
lation de Marder et Krauss, la courbe en
pointillés est celle de Mirzayev et al.,
cité dans [Zhu951

fonction de la composition de l'alliage. Elles l'ont été pour un domaine de composition


donné et s'appliquent seulement à la composition d'une matrice homogène (annexe 22-6).
C'est la raison pour laquelle une correction doit être faite pour certains éléments. La teneur
en azote prise en compte doit être celle l'azote libre, obtenue en soustrayant la proportion
d'azote impliquée dans des précipités, de niobium par exemple. Une relation récente est le
résultat d'une compilation vaste qui inclue les systèmes binaires concernés [Zha92]. Cette
longue formule est la seule qui distingue la martensite en lattes (LMJ et la martensite en
plaquettes ou martensite maclée (TMJ. Cependant, il manque la contribution d'éléments
importants dans le domaine des aciers comme V, W, Ti, Si et Al. Une modélisation prédic-
tive a été faite en considérant d'une part la somme des contributions énergétiques de
déformation et de travail de friction interfacial lors de la transformation martensitique et
d'autre part la température d'équilibre thermodynamique métastable Te de la martensite. Te
est calculée à partir de banques de données thermodynamiques. L'estimation revient à
déterminer le sous-refroidissement nécessaire à la germination/croissance. L'erreur est
estimée inférieure à 40 OC. Cette approche est très prometteuse mais elle est actuellement
limitée par la connaissance peu précise des grandeurs thermodynamiques de la phase
mar tensitique ahée [Gho94].
Rappelons que la dureté intrinsèque de la martensite croît avec la teneur en carbone de
l'austénite mère. Mais la dureté globale de l'acier plafonne lorsque la transformation n'est
plus complète à cause de l'abaissement de MT
Au dessous du point Ms la transformation s'effectue pendant le refroidissement, elle cesse
lorsque la température est maintenue constante, la transformation est dite anisotherme. Si
on abaisse de nouveau la température la transformation démarre avec un certain retard;
phénomène désigné sous le nom de stabilisation thermique de la martensite.
La transformation n'est pas thermiquement activée, elle est dite athermique. Mais ce n'est
plus exact pour des aciers alliés par exemple Fe-Ni-Mn ou Fe-Ni-Cr. La croissance n'est
pas thermiquement activée, par contre la germination l'est.
La croissance est extrêmement rapide. La vitesse de formation des plaquettes de marten-
site a pu être évaluée à environ 105 cm/s. La vitesse de propagation de l'interface a été
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE

Figure 11-3-1 :
Micrographie d'un acier X46Cr13
1,4034 trempé à l'air illustrant la
formation de martensite en lattes.
La structure est morcelée en blocs
avec des lattes groupées, alignées
parallèlement les unes aux autres.
La flèche blanche indique la jonc-
tion de deux groupes de lattes d'un
même grain. Les blocs sont arrêtés
aux anciens joints de grains de
l'austénite, ici le joint triple indiqué
par laflèche noire
Document CRU- Ugine Savoie
Imphy, groupe Arcelor.

estimée à un tiers environ de celle des ondes élastiques dans le même solide soit environ
1015 cm/s, ce qui indique qu'il n'y a pas, ou peu, d'activation thermique et implique une
transformation sans diffusion. Le seuil de vitesse est tellement élevé qu'il a été admis
pendant longtemps que rien ne pouvait inhiber la transformation. Plus récemment, des
trempes ultra rapides ont révélé que chaque acier a une lunite de vitesse de refroidissement
capable de supprimer la transformation [Zha95].

Morphologie de la martensite
Martensite en lattes
La martensite en lattes est observée dans les aciers hypoeutectoïdes peu ou moyennement
alliés. Ce type de morphologie est caractérisé par la présence de blocs, des paquets de lattes
grossièrement parallèles et observables au microscope optique. Les lattes sont longues et
d'une largeur de l'ordre de 0'5 pm (figures 11-3-1 et 11-3-2). Les angles de raccordement
entre les lattes sont le plus souvent faibles. Les orientations préférentielles sont du type
K.S. et le plan d'habitat du type (111) (tableau 11-1-3). De ce fait, quatre f a d e s d'orien-
tations équivalentes sont observées à l'intérieur d'un même grain, mais ne constituent pas
de nouveaux grains. Le maclage entre les lattes est rare dans les aciers ordinaires mais
fréquent dans les aciers contenant du nickel. Le développements des blocs de lattes est
stoppé à la rencontre du joint de grain. Une matrice avec des grains grossiers forme de
larges blocs. Lorsque la l'austénite mère contient des précipités, le développement de ces
blocs est entravé, la microstructure est alors plus fine. Cet effet est souvent recherché car
les propriétés mécaniques sont améliorées. Des exemples de martensite en lattes figurent
par ailleurs dans d'autres chapitres (figures 7-1-5, 8-3-3, 18-1-3, 18-2-1). Lorsque la trans-
formation est incomplète à cause des fortes contraintes générées par la transformation,
.TA MICROSTRUCTURE DES ACIERS E T DES FONTES

Figure 11-3-2 :
Micrographie électronique en trans-
mission de l'acier X12Cr13
(1,4006) traité une heure à 985 OC
puis trempe à l'huile et revenu de 4 h
à 400 OC. Les lattes sont longilignes
avec une épaisseur très faible (0,l à
0,2 pm) par rapport aux deux autres
dimensions. L'intérieur des lattes est
caractérisé par une très forte den-
sité de dislocations.
Document CRY-Imphy Ugine Préci-
sion, groupe Arcelor.

Figure 11-3-3 :
Micrographie électronique en transmission d'un échantillon d'acier 1OOCr6 trempé après austénitisa-
tion à 1050 OC,
A) vue globale avec des grandes plaquettes de martensite, lausténite résiduelle, très sombre, a une
forte densité de dislocations.
B) vue agrandie montrant les lignes de macles à l'intérieur des plaquettes.
Document Ecole des Mines de Nancy, Fr et IWT Bremen, All., Adapté d'après [Sch99]

l'austénite retenue se trouve sous forme de fines bandes, entre les lattes, non visibles en
microscopie optique.

Martensite en plaquettes
La martensite en plaquettes est observée dans les aciers moyennement riches en carbone
ou très riches. Toutefois, rappelons que même les aciers hypoeutectoïdes peuvent former
une martensite maclée à condition que le sous-refroidissement soit suffisant (voir courbe
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE

Figure 11-3-4 :
Microgaphies optiques d'échan-
tillons trempés à température infé-
rieure à Ms (-196°C).
A ) et B) acier Fe-25Ni-0,66C
(Ms z -1 50 OC). L'échantillon B a
subi une transformation sous con-
trainte constante de 500 MPa. Il en
résulte un épaississement des pla-
quettes de martensite, et une distri-
bution des macles modifiée, plus
visible par les stries transversales
(voir agrandissement); C) acier
Fe-2ONi-O,5C (Ms z -35 OC).
Document INPL, Nancy, Fq
voir aussi [Li-98a], [Gau95]

TPC figure 9-2-1). Elle se présente sous la forme d'un enchevêtrement de plaquettes indi-
viduelles selon des angles bien définis. Cette martensite est qualifiée de martensite acicu-
laire. Cependant, l'appellation convient mal car chaque plaquette a davantage une forme
lenticulaire analogue à celle des macles de déformation lorsqu'elle sont observées en trois
dimensions. La microscopie électronique révèle au sein de chaque plaquette une
sous-structure très fine constituée de macles parallèles, c'est pourquoi ce type de marten-
site est mieux définie par l'appellation de martensite maclée ou TM (TzvinnedMartensite),
(voir figures 11-3-3 et 11-3-4).
Les plans d'habitat de la martensite en plaquettes sont d'indices élevés (225)' (259)' d'où
un nombre important d'orientations possibles au sein d'un même grain. Les plaquettes se
présentent comme un enchevêtrements de plaquettes de différentes tailles. Les premières
plaquettes se développent facilement dans l'austénite jusqu'aux joints de grains, puis la
progression des plaquettes devient de plus en plus difficile au fur et à mesure qu'avance la
réaction (fig. 11-3-4). L'accroissement des contraintes dues au changement de volume a un
double effet de freiner le développement des plaquettes et de créer des défauts favorisant
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 11-3-5 :
Micrographie électronique d'un
acier
Fe-O,8C-0,34Si-0,lMn-1,2Cr-l W
brut de solidification. Les zones
interdendritiques enrichies essen-
tiellement en tungstène (contaste
clair) sont dépourvues de plaquettes
de martensite.
Document INPG, Grenoble, Fr

ainsi la germination de nouvelles plaquettes. Ce dernier processus est appelé germination


a~tocataSytique.Les générations successives de plaquettes sont de plus en plus petites.

La martensite en plaquettes est aussi observée dans les aciers chargés en éléments d'alliage.
La température MSest abaissée en fonction de la proportion d'éléments d'addition. La
proportion d'austénite résiduelle est forte, d'autant plus forte que le point Msest bas. Par
exemple la proportion de martensite est plus grande pour l'échantillon dont le point Mx
est à -10 O C (fig. 11-3-4 C) que pour celui dont le point Msest à -150 OC (fig. 11-3-4A)
[Gau95], Pi-98al. La contrainte constante exercée sur l'échantillon induit un épaississe-
ment des plaquettes, comme le montre la comparaison des micrographies A et B. La
matrice des aciers au nickel présentent souvent un fort maclage (fig. 11-3-4A), la progres-
sion des plaquettes de martensite suit les plans cristallins et dévie sa direction au joint de
macle. La micrographie C de l'acier qui présente de larges plaquettes permet de remarquer
l'arête centrale des plaquettes qui est un joint de macle. En général, la martensite des aciers
à faible carbone ou nickel avec le plan d'habitat ( 2 2 5 ) ~forme d'abord la région maclée à
partir de laquelle se développe le reste de la plaquette, tandis que la martensite des aciers à
fort carbone ou nickel avec le plan d'habitat (259)y est complètement maclée.

Les aciers ahés présentent de fortes ségrégations des éléments lorsqu'ils sont bruts de soli-
dification. La température Msen relation avec la composition n'est pas uniforme et suit le
tracé des ségrégations dendritiques. Un premier exemple de la figure 11-3-5 est celui d'un
acier à ouuls. Sur la micrographie électronique les zones martensitiques dessinent le réseau
des dendrites. Les zones interdendritiques sans martensite sont enrichies en tungstène
comme en témoigne le contraste plus clair en électrons rétrodiffusés. Les plaquettes
peuvent traverser des branches adjacentes et présentent les mêmes familles d'orientation
d'une branche à l'autre parce que toutes les branches d'une même dendrite ont la même
orientation cristallographque.

Le deuxième exemple est un acier riche en chrome et en carbone, presque une fonte. Sur
la figure 11-3-6 la martensite est mixte avec des grandes plaquettes noyées dans des lattes
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE

Figure 11-3-6 :
Micrographie optique d'un alliage
Fe- 12Cr-3Mo-0,7Mn-0,3Si-l C
refroidi à 60 "C/h depuis l'état
liquide et trempé en fin du cycle
d'ATD. La zone au centre des grains
est martensitique, le bord est resté
austénitique (contraste clair uni-
forme) et la zone intergranulaire est
1 'eutectique y/M7C3. Les petits car-
rés noirs sont des empreintes de
microdureté Kckers qui correspon-
dent à 920 Hv au centre dans la
zone martensitique et à 376 HV
dans 1 'austénite.
Document INPG: Grenoble, Fr, voir
aussi [De-831

au centre du grain. Les contours des grains ou branches de dendmtes sont matérialisés par les
carbures de l'eutectique Y/M7C3.Le bord de la dendrite est plus riche en éléments d'alliage
que le centre, la différence de composition s'élève à 2 O/O pour le chrome et à 0,76 O/o pour
le molybdène. L'écart de température Mx qui en résulte peut être évalué autour de 60 OC.
La teneur en éléments ségrégés est suffisante pour abaisser Mxau dessous de la tempéra-
ture ambiante de la trempe. Une trempe dans l'azote liquide pourrait aboutir à une trans-
formation totale de l'austénite.

11-4 Adoucissement et revenu de la martensite

Stades précurseurs et adoucissement dans l'intervalle 200-450°C


La martensite est une phase métastable qui tend à revenir vers un état stable grâce à la
diffusion du carbone plus ou moins activée suivant la température. La migration du
carbone est effective dès la température ambiante. Les atomes de carbone initialement
répartis régulièrement dans le réseau de la martensite se redistribuent suivant différents
modes. Ils ségrègent sur les défauts du réseau. Tous les atomes de carbone ne sont pas
logés dans les mêmes sites (octaédriques et tétraédriques) (f, 3-1) et ne subissent pas les
mêmes contraintes. En conséquence, ils modifient la configuration par des transferts entre
différents types de sites. Il y a enrichissement local en carbone, puis formation d'amas à un
stade plus avancé [Che91].
Une seconde étape est le grossissement des amas quand la population d'atomes de
carbone isolés diminue et que les amas constituent des embryons de carbures. Pendant le
stade précurseur à la précipitation, il a été observé que la ségrégation dans les sites octaé-
driques orientés suivant l'axe c de la martensite aboutit à l'établissement d'une structure
modulée (microstructure "tweed") à l'échelle du nanomètre et qui est peut être respon-
sable du comportement fragile de la martensite non adoucie [Ols83].
218 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Dans l'intervalle de température 50-160 OC les premiers carbures précipitent en cohé-


rence avec la matrice.
Vers 250 OC plusieurs types de carbures peuvent précipiter : le carbure de Hagg ou
6-Fe& monoclinique ou le carbure E dans les alliages contenant du silicium, E-Fe2C,
hexagonal. Ces carbures se développent dans des plans préférentiels (voir plus loin
fig. 13-1-2). Simultanément, la matrice martensitique a' est appauvrie en carbone. Elle
évolue pour donner une autre martensite tétragonale a" à plus bas carbone, donc avec une
quadraticité moins prononcée, et de ce fait moins contrainte et en conséquence moins
dure. L'évolution s'arrête au stade de la martensite a". Un effet de la précipitation est
détectable par une simple attaque chimique. La martensite fraîche reste inattaquée, alors
que la martensite adoucie réagit.
L'adoucissement de la martensite est un exemple typique de précipitation continue avec
des étapes de pré-précipitation qui sont la formation d'amas puis de phases métastables
cohérentes. Dans le cas des alliages d'aluminium ce processus bien connu est appelé
durcissement structural car c'est le renforcement dû aux précipités qui est prépondérant.
Dans le cas de la martensite, c'est l'adoucissement de la matrice qui est prépondérant.
La formation de martensite a" a pour conséquence indirecte de relaxer les contraintes
imposées à l'austénite retenue adjacente. Cette dernière peut alors effectuer les transforma-
tions prévisibles en fonction de sa composition et de la température, soit former de la
martensite soit de la bainite. Pour une température de traitement inférieure à 250 OC, cette
étape aboutit à un alliage avec de bonnes propriétés mécaniques grâce à une structure
homogène de martensite adoucie et de bainite.
La structure martensitique se dégrade d'autant plus que la température augmente au delà
de 250 OC. La gamme de températures 250-400 OC induit diverses modifications structu-
rales peu souhaitables par leurs conséquences sur les propriétés mécaniques. C'est vers
350 OC que la cémentite apparaît associée avec les autres carbures [Ma-831, [Sch75]. La
martensite a" perd progressivement son carbone et se transforme en ferrite tandis que des
plaquettes de cémentite (Fe3C orthorhombique) se forment parallèlement aux plans
(110)a et se développent en bâtonnets dans la direction [ I l l ] a par coalescence. Il y a
toujours des relations d'orientation entre les carbures et la martensite qui correspondent
approximativement à une épitaxie sur des plans denses. Cette microstructure est fragile et
le phénomène est connu sous le nom de fragilisation des 500 degrés Farenheit.

Cas de la martensite Fe-N


La martensite obtenue à partir d'alliages Fe-N subit un adoucissement à la température
ambiante avec redistribution des atomes d'azote suivant trois modes :
ségrégation sur les défauts du réseau ;
transfert d'une faible proportion des atomes d'azote des sites de type a et b aux sites
octaédriques de type c dans la maille de la martensite ;
enrichissement local de manière ordonnée impliquant la majorité des atomes pour
former des précipités cohérents Fe16N2[Che90a].
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE 219

Avec le temps, ces précipités deviennent incohérents. Pour comprendre la différence de


comportement entre les deux martensites à l'azote ou au carbone, il faut considérer deux
composantes de l'interaction interstitiel-interstitiel : une composante élastique répulsive
pour l'azote et le carbone, une composante électronique répulsive pour l'azote et attractive
pour le carbone. L'interaction doublement répulsive dans le cas de l'azote provoque une
mise en ordre à longue distance alors que dans le cas du carbone l'interaction chimique
électronique prédomine et induit la formation d'amas plutôt qu'une mise en ordre [Bot77].
En présence d'éléments d'alliage comme le chrome ou le nickel, la prise en compte de
liaisons entre les éléments de la matrice et les interstitiels peut renforcer ou inhiber l'un ou
l'autre des phénomènes.

Le revenu de la martensite
Le revenu est le traitement thermique dans la gamme de température 500-700 OC (en
dessous de Al) pendant lequel la martensite se transforme en restituant les phases de
l'équilibre thermodynamique : ferrite et carbures, ou cémentite pour les aciers ordinaires
(équilibre encore métastable par référence à l'équilibre ferrite et graphite). Ce sont les
mêmes phases que pour la perlite mais réparties avec une microstructure différente parce
qu'elle a pour origine une précipitation continue, elle est quelquefois appelée sorbite. La
matrice ferritique est continue et présente une grande ductilité. Les précipités de cémentite
sont très fins mais pas suffisamment pour conférer un durcissement structural significatif
à l'ensemble.

Aux tout premiers stades du revenu, c'est la cémentite ou bien le carbure de Hagg qui
précipitent (figures 11-4-1 et 11-4-2). Même dans le cas des aciers alliés susceptibles de
former d'autres carbures thermodynamiquement stables, les premiers précipités sont de
type cémentite [Gho77]. Ils ont une composition très proche de celle de la matrice, avec la
même proportion d'éléments métalliques. Cette observation faite sur des carbures ayant
atteint une taille approximative de 50-150 nm, implique leur formation dans des condi-
tions de para-équilibre malgré l'effet retardateur des éléments d'alliage. Le système évolue
lentement avec le temps vers une mise en équilibre des phases. Les carbures d'équilibre
germent probablement de façon indépendante, hétérogène sur des dislocations et se déve-
loppent ultérieurement. A cet égard, le cobalt a un effet bénéfique indirect sans participer
vraiment à la formation de précipités. Il retarde le réarrangement des dislocations i,e. la
restauration et, de ce fait, préserve un grand nombre de sites potentiels de germination.

La température de revenu est plus élevée dans le cas des aciers très alliés contenant des
éléments alphagènes, puisque le domaine de l'austénite est déplacé vers de plus hautes
températures. La transformation des carbures devient très complexe et se fait en plusieurs
étapes en fonction de la diffusivité et du rang de stabilité des phases [Sht77]. Par exemple,
la séquence dans un acier Fe-4Mo-0,2C est Fe&-+ Mo&-+ M&. Le remplacement de la
cémentite par un autre carbure peut s'effectuer de deux manières :
soit par une transformation in-situ. Les carbures alliés germent à l'interface
cémentite/ferrite en plusieurs sites et grossissent jusqu'à disparition de la cémentite en la
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figrcre 11-4-1 :
Micrographie électronique en trans-
mission d'un échantillon d'acier
1OOCr6 austénitisé pendant 20 min
à 1050 OC puis maintenu 1 h à
355 OC suivi d'un refroidissement
par trempe à 1 'huile à 60 OC. Pré-
sence de carbures alignés le long de
plans préférentiels relativement
grossiers. Ces carbures se trouvent
dans certaines zones qui ont été
transformées en martensite à côté de
zones de bainite supérieureformées
lors du maintien.
Document Ecole des Mines de
Nancy, Fr et IWT Bremen, All.,
Adapté d'après [Sch99]

Figure 11-4-2 :
Micrographie électronique en trans-
mission avec extraction sur répli-
que, les précipités sont de la cémen-
tite. L'échantillon d'acier X12Cr13
a été traité pendant 4 h à 450 OC
puis trempé.
Document CRY-lmphy Ugine Préci-
sion, groupe Arcelor:

remplaçant par une dispersion plus fme ;


soit par une germination croissance indépendante. Les nouveaux carbures germent sur
les dislocations, les joints de lattes ou les anciens joints de grains de l'austénite. Les
carbures grossissent par transfert du carbone de la cémentite For921.

Durcissement secondaire
De nombreux carbures sont susceptibles de précipiter dans les aciers alliés pendant les
revenus entre 500 et 600 OC. Les particules de Fe3C sont partiellement dissoutes et le
carbone s'associe à d'autres métaux ayant une plus grande affinité pour lui que le fer pour
former divers précipités : M7C3, M23Cb,Mo2C, Tic, V4C3, ( M o C ~ ) ~ W2C C , [Spe72],
Fic781, 1T(ra80]. Les précipités ainsi formés à une température peu élevée sont nombreux,
très fins, dispersés et se développent généralement selon des relations d'orientation privilé-
giées avec la matrice [Por92]. Il en résulte un effet durcissant qui peut atteindre une
centaine de points en dureté Vickers.
LA TRANSFORMATION MARTENSITIQUE

Figure 11-4-3 :
Micrographie électronique de
l'acier 1 OOCr6 après trempe et
revenu. Les carbures globularisés
sont très fins dans une matrice de
ferrite. Les flèches signalent des
carbures plus grossiers qui sont des
carbures de précipitation secon-
daire intergranulaire. Ces carbures
étaient présents dans l'austénite
avant la transformation martensiti-
q u e . La d u r e t é c h u t e d e p u i s
800 -900 H vpour la martensite
vers 200 H v ;la ductilité devient
alors excellente.
Document INPG Grenoble, Fr

Il a été constaté que les carbures avec des faibles chaleurs de formation, de structure
complexes comme M7C3, M6C, M23C6, forment en général des dispersions grossières
(fig. 11-4-3). Si le maintien en température est prolongée, les précipités grossissent et
perdent la cohérence. Certaines phases résistent mieux au grossissement et ont une plus
grande stabilité. Par exemple, les températures limites de stabilité de quelques carbures
sont : V4C3 (600-625 OC), (h40,Cr)~C(570 OC), M7C3 (500 OC). En conclusion, l'adoucis-
sement provoqué par le départ du carbone de la martensite est compensé dans l'acier
anciennement martensitique par un durcissement secondaire de type structural tant que les
précipités ne grossissentpas et ne perdentpas leur cohérence.
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
La transfomation bainitique

« R e mechanism of bainite formation has been the subject of numerous original research papers and
reviews for almost a century but without any signs of controversies being resolved. For beginners and
even for experts in rehted fields this wealth of information has been very confusing...»
M . Hillert in "Preface to the Viewpoint Set on : Bainite" [Hi1021
La confusion persiste malheureusement. L'option choisie dans ce chapitre a été de faire parler les
images.

12-1 Les structures bainitiques

Qu'est ce que la bainite?


Le point commun des microstructures bainitiques est que toutes développent une ferrite à
caractère souvent aciculaire et riche en dislocations. Deux types de microstructures se
forment, soit dans la gamme haute des températures limitée par le domaine de la perlite,
c'est la bainite supérieure avec une morphologie en paquets de lattes, soit dans la gamme
basse limitée par le domaine de la martensite avec une morphologie en plaquettes indivi-
duelles, et c'est la bainite inférieure.
Les diverses ferrites bainitiques sont plus dures que les ferrites car la densité de disloca-
tions est élevée. Cette densité dont la valeur est autour de 1015 m-2 diminue de l'ordre d'un
facteur dix lorsque la température de transformation s'élève entre 400 et 700 OC. La micro-
dureté d'une bainite varie entre 300 et 500 Hv
Il est maintenant admis que la transformation bainitique se produit sans redistribution des
éléments d'alliage en substitution et que les conditions d'équilibre à l'interface sont celles
définies comme para-équilibre (PE) o u d'équilibre local sans "partition" (NP-LE).
Prenons l'exemple- d'un acier contenant du cuivre, aucun précipité n'est détectable en
microscopie à transmission classique dans la ferrite ou la cémentite bainitique formées à

9. Le mécanisme de la formation de la bainite a été le sujet de nombreuses publications originales


de recherche et revues pendant presque un siècle mais sans le moindre signe d'une solution aux
controverses. Pour les débutants et même les experts dans ces domaines cette puissance d'infor-
mation a été source de confusion.
224 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

350 OC. Par contre, les précipités apparaissent après un revenu de plusieurs heures à/au
dessus de 500 OC [Fou96]. Cela montre qu'il n'y a pas eu de partage du cuivre lors de la
transformation en bainite supérieure.
Au point de vue cinétique, la transformation n'est pas aussi rapide que la transformation
martensitique. La vitesse de germination et la vitesse de croissance sont contrôlées par la
diffusion du carbone [Qui02].
Dans la gamme de températures considérée, la croissance est restreinte à des intefaces
mobiles à l'exclusion de certaines interfaces en cohérence avec l'austénite et ancrées par des
dislocations d'accommodation (g 9-3). La croissance se fait par un mécanisme de terrasses.
L'alternative d'interprétation est que soit les atomes Fe + X se mettent en place de façon
reconstructive par échanges dans le seul espace de l'interface incohérent au nez des
terrasses, soit ils se mettent en place de façon displacive comme pour une martensite. En
tout cas, ce sont les atomes Fe et les solutés en substitution qui participent au changement
de cristallographie [Aar90], [Bha92], [QuiOl].

La polémique
Un constituant a été appelé bainite dès 1934, en l'honneur de Bain qui avait remarqué une
microstructure particulière en 1933. La transformation bainitique reste un sujet d'actualité
depuis plus d'un demi-siècle. En effet, la base des principaux mécanismes novateurs a été
énoncée dès 1946 par Zener [Zen46]. C'est l'idée d'une croissance contrôlée par la diffu-
sion du carbone dans l'austénite qui a été développée dans les années soixante et n'a pas à
l'époque remportée une adhésion totale [Zac62].
L'extrême complexité de la transformation bainitique a été révélée par beaucoup d'études.
L'usage de techniques fines, comme la microscopie électronique en transmission in situ' est
venu étayer certaines interprétations Fur781. Mais plusieurs mécanismes restent proposés,
et ils suscitent encore de vives controverses. Deux écoles de pensée ont opposé leurs
points de vue : les défenseurs de l'aspect displacif et les défenseurs de l'aspect diffusif
Fur841, [Aar90], [Ohm91], [Bha90], Pey911, [Bha92], [Hil95]. Plusieurs articles ou livres
cités sont des synthèses comportant des centaines de références et qui développent des
argumentations très fouillées, fondées le plus souvent sur des observations expérimentales.
L'interprétation displacive est fondée sur l'affirmation que la formation de la ferrite baini-
tique met en jeu un mécanisme displacif comme la transformation martensitique. Il y a
similitude avec les morphologies de la martensite. Les critères mis en avant sont que la
transformation bainitique engendre un effet de relief et l'existence de relations d'orienta-
tions particulières. Cela a constitué longtemps un argument en faveur de l'interprétation
displacive et un des points les plus fortement controversés. Selon la théorie phénoménolo-
@que dite PTMC (PbenomenogicalTheoy OfMartemite CtystaZIogr@&) ce relief est le témoin de
l'existence d'un plan invariant (IPS, Invaridnt Plane Strain) induit par la transformation.
Cependant, l'effet de relief est susceptible d'accompagner des précipitations en plaques
dans bien d'autres systèmes, sans répondre pour autant à l'ensemble des critères de la
transformation martensitique. Ces aspects cristallographiques au crédit du modèle displacif
LA TRANSFORMATIONBAINITIQUE 225

ne prouvent cependant pas l'absence de diffusion. Dans un modèle displacif la ferrite


hérite de la même composition que la phase mère au moment où elle se forme. Cepen-
dant, comme la température de formation est plus élevée que celle de la transformation
martensitique la diffusion du carbone n'est plus négligeable. Cette diffusion à plus ou
moins longue distance suivant la température génère aposteriori la formation de carbures
extra ou intra lattes des bainites supérieures et inférieures.

L'interprétation diffusive affirme que la diffusion à courte distance est nécessaire au voisi-
nage de l'interface de croissance pour induire le changement de structure. La diffusion des
atomes substitutionnels s'effectue à l'échelle atomique par des sauts individuels aléatoires
peu coordonnés, activés thermiquement. Il s'agit de reconstruire l'interface en quelque
sorte, d'où l'appellation de diffusion reconstructive. Ce mécanisme ne préjuge en rien de la
redistribution des éléments substitutionnel par diffusion à longue distance.

Dans le cadre de cet ouvrage, l'objectif est de présenter seulement quelques aspects les plus
fondamentaux des transformations de façon simplifiée, en retrait par rapport à la pokmique.
Seulement, il y a le problème d u vocabulaire, les mots qui sont attachés à des mécanismes ne
doivent pas être équivoques et la définition doit être claire avec u n cadre d'application bien
délimité pour éviter toute confusion. E n conséquence, des définitions ont été choisies. C e sont
celles de Hillert qui mettent en avant des critères physico-chimiques [HilOO]. La bainite est
définie comme une structure eutectoïde, donc avec deux phases qui sont formées a u front de
la transformation.

La bainite supérieure

La bainite supérieure dans les aciers hypoeutectoïdes


Les lattes de bainite supérieure prennent naissance au joint de grain et se développent en
groupes ou paquets d'une dizaine d'unités (fig. 12-2-1). Elles apparaissent comme des
plaquettes sur une section plane mais en fait ce sont des rubans irréguliers en trois dimen-
sions. Alors que la croissance d'une cellule perlitique peut traverser un joint de grain, les
lattes de bainite ne le traversent jamais, ce qui révèle une plus grande dépendance vis-à-vis
de l'orientation du grain.

Les lattes apparaissent comme de mini-grains colonnaires, d'épaisseur irrégulière et surtout


de longueur limitée. L'observation suggère une compétition stoppant certaines lattes suivie
par la croissance sympathique de nouvelles. La nécessité de respecter une certaine cohé-
rence avec l'austénite induit une déformation qui amplifie avec la longueur de la lattes et
qui, en définitive, est susceptible de stopper leur croissance. Néanmoins, la contrainte
répercutée dans la phase mère à l'extrémité des lattes crée des sites favorables pour une
nouvelle germination. Selon certains auteurs, l'empilement de lattes formant le faisceau
progresse de façon séquentielle [Bha92]. En tout cas la vitesse moyenne de progression est
bien inférieure à celle de la martensite, ce qui renforce l'interprétation diffusive. Au bout
d'un certain temps la transformation devient totale (fig. 12-2-2).Les lattes sont regroupées
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 12-2-1 :
Micrographie électronique d'un
acier Fe-O,5C-5Ni après traitement
thermique à 450 OC pendant une
heure. La matrice est constituée de
perlitefine 8 et de martensite M. Au
centre quelques lattes de ferrite bai-
nitique F en contrastefoncé.
Document INPG Grenoble et IRSID,
groupe Arcelor ;voir aussi [Qui021

Figure 12-2-2 :
Micrographie électronique d'un
alliage Fe-O,5C-0,7Mn, après atta-
que nital. Traitement isotherme à
500 OC pendant une heure. La tem-
pérature d'apparition de la bainite
supérieure est 525 O C . La phase en
contraste clair est la cémentite.
Document INPG Grenoble et IRSID,
groupe Arcelor.

en paquets imbriqués suivant des directions privilégiées comme dans le cas de la


martensite.
Le mode de croissance de la bainite supérieure a quelquefois été rapprochée de celui de la
perlite, avec la différence qu'il s'agit de la seule croissance de la ferrite aux dépens de
l'austénite sans aucun couplage avec la croissance des carbures. En prenant pour analogie
les modes de solidification, la croissance perlitique est à comparer avec la croissance eutec-
tique et la croissance bainitique avec la croissance dendritique ou plutôt avec la croissance
péritectique avec la phase pro-péritectique en avant du front. D'ailleurs des modèles simi-
laires sont établies pour la bainite et les dendrites [Tri70]. L'analogie est confirmée par la
micrographie (fig. 12-2-1) sur laquelle il est remarquable que la perlite a une structure plus
fine que celle de la bainite pour une même température de formation. La transformation
se passe entièrement en phase solide, alors la cristallographie joue un rôle significatif. A cet
égard, il y a des similitudes avec la transformation martensitique par exemple des relations
LA TRANSFORMATION BAINITIQUE

Figure 12-2-3 :
Micrographies optiques d'échantillons d'un acier Fe-O, 07C-l,5Mn-O,3Si-O,04Al-0,04V-O,04Nb
austénitisés à 11O0 OC pendant 15 min,
puis refroidis respectivement à 25 "C/spour A et à 95 OC/s pour B.
Document IRSID, groupe Arcelor:

d'orientations I<S entre ferrite/austénite, relations classiques de la martensite. Le plan


d'habitat macroscopique du groupe de lattes est (1 10) a proche de (11 1 ) ~ .

Une des caractéristiques principales de la bainite supérieure est de ne comporter aucune


précipitation dans les lattes. Le carbone diffuse à partir du front, il est accumulé puis piégé
entre les lattes. La surconcentration ainsi créée induit la formation de cémentite entre les
lattes. Dès lors, dans la mesure où les phases croissent de façon associée, la transformation
est de type eutectoïde.

L'épaisseur des lattes semble croître avec la température de maintien isotherme, une varia-
tion de 0'2 pm à 2 pm environ pour une gamme de températures de 425 à 570 OC. Une
tendance semblable a été observée pour les lattes de martensite. De même, la vitesse de
refroidissement a une influence sur l'espacement des lattes, comme le montrent les figures
12-2-3A et B).

La bainite supérieure dans les alliages riches en silicium


Le silicium a un double rôle : d'une part, comme le nickel, il ralentit très fortement la ciné-
tique de formation de la bainite et d'autre part il inhibe la formation de carbures dans la
zone interlatte. Le fort enrichissement en carbone empêche la transformation de l'austé-
nite résiduelle aussi bien en ferrite qu'en martensite. Les aciers qui contiennent plus de
1,5 % de silicium produisent un constituant sans carbure et avec une forte proportion
d'austénite résiduelle. L'effet de l'aluminium a été moins étudié mais semble assez sirni-
laire. En tenant compte de la définition rigoureuse de la bainite qui la classe comme une
décomposition eutectoïde particulière avec formation de ferrite plus de carbures, de telles
structures ne répondent pas à la définition de bainite mais plutôt à celle de la ferrite de
Widmanstatten. Dans le cas présenté figure 12-2-4, elle peut être qualifiée de structure de
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 12-2-4 :
Micrographie électronique, après
attaque nital, d ' u n acier
Fe-O,5C-I,5Mn-I,5Si. Le traitement
isotherme a été effectué à 450 O C
sur l'alliage après austénitisation.
La structure ressemble à celle d'une
bainite supérieure mais n'a pas de
cémentite. La phase en contraste
clair est de l'austénite partiellement
transformée en martensite dans les
îlots les plus larges.
Document INPG, Grenoble et
IRSID, groupe Arcelor.

Document INPG Grenoble et IRSID, groupe Arcelor:

Widmanstatten compacte pour exprimer le fait que la transformation envahit tout le grain.
Cet effet du silicium est mis à profit pour une gamme d'aciers T.R.I.P. (voir 17-3)
L'exemple présenté sur la micrographie de la figure 12-2-5 est celui d'un acier riche en sili-
cium. L'échantillon a subi deux maintiens à 600 OC et à 400 OC suivis d'une trempe. Les
constituants visibles sur la micrographe se sont formés au cours de quatre étapes :
1) la ferrite primaire germe à 600 OC au joint de grain en relation d'accolement avec l'austé-
nite et croît dans le grain adjacent ;
2) la bainite germe à 400 OC à partir de la ferrite de joint de grain et se retrouve aussi en
cohérence avec l'austénite ; dans l'autre grain la perlite se forme au voisinage du front
ferritique qui a été enrichi en carbone lors da formation de la ferrite primaire ;
3) la bainite germe à partir de la ferrite perlitique lorsque s'arrête la zone enrichie en
carbone ;
4) lors de la trempe l'austénite résiduelle se transforme en martensite.
LA TRANSFORMATION BAINITIQUE

Figure 12-2-6 :
Micrographie électronique en trans-
mission d'un échantillon d'acier
1OOCr6 austénitisé pendant 20 min
à 1050 OC puis maintien de 1 h à
355 OC suivi d'un refroidissement
par trempe à l'huile à 60 OC. La
microstructure est celle d'une bai-
nite supérieure. Les carbures for-
ment un film continu de lamelles
plus ou moins régulières entre les
lattes de ferrite bainitique.
Document Ecole des Mines de
Nancy, Fr et I WT Bremen, A 11.
Adapté d'après [Sch99]

La martensite, comme la ferrite, n'est pas attaquée, cependant elle a un aspect lisse alors
que la ferrite apparaît rayée par le polissage. Ce contraste topographique provient de la
différence de dureté des phases. La perlite a une structure très fuie, plus fine que celle de la
bainite. La principale remarque est que la présence de ferrite favorise la germination de la
bainite. Les lattes bainitiques ont germé en cohérence avec, soit la ferrite proeutectoïde,
soit la ferrite perlitique. Cette micrographie laisse présager la complexité des microstruc-
tures obtenues après un refroidissement continu !

La bainite supérieure dans les aciers riches en carbone


La proportion de carbone insoluble dans la ferrite bainitique augmente avec la teneur
initiale de l'acier. Le carbone piégé dans la zone interlatte forme des carbures en un film
continu au lieu du chapelet discontinu dans le cas des aciers à faible carbone. Les relations
de cohérence interfaciales entre les lattes en sont un peu masquées. Il y a risque de confu-
sion avec la perlite. La micrographie présentée figure 12-2-6 s'apparente à de la bainite
supérieure. Quelquefois les appellations de perlite bainitique ou de bainite perlitique sont
employées pour de semblables structures, soulignant la perplexité des observateurs. Une
perlite extrêmement fine peut se former à des température inférieures à Bs, avec un fort
sous-refroidissement mais il s'agit d'une authentique perlite. La caractéristique principale
proprement bainitique est la présence d'une ferrite riche en dislocations qui confère une
certaine dureté. Rappelons quelques fourchettes de valeurs de microdureté : ferrite
70-190 Hv, austénite 190-350 Hv, bainite 300-550 Hv, martensite 700-950 HV (sauf
pour les très faibles teneurs en carbone).
Un autre type de microstructure qui se forme avec une forte proportion d'austénite
retenue est appelé bainite granulaire parce qu'elle comporte de larges îlots à demi trans-
formés en martensite [Bha92]. Lorsque la transformation est limitée, les zones transfor-
mées apparaissent comme des cellules ayant germées de préférence aux joints de grains ou
sur des précipités et inclusions telles que des oxydes visibles sur la figure 12-2-7. Ces
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES PONTES

Figure 12-2- 7 :
Micrographie électronique après
attaque nital d'un alliage
Fe-O,9C-0,3Cr-O, 1 V brut de
forgeage ;en icône une zone ou la
bainite a germé au joint de grain
(trait noir) et sur une inclusion
d'oxyde flèche).
Document INPG Grenoble, Fr

Figure 12-2-8 :
Micrographie électronique après
attaque profonde d ' u n alliage
F e - 3 , 3 C - 9 , 2 V-2Si refroidi à
300 OC/h. Le joint de grains est sou-
lignée par une ligne pointillée. Les
bâtonnets clairs qui croissent à par-
tir du joint sont de la cémentite
entourée de ferrite. Certaines lattes
de cémentite sont irrégulières, en
tronçons comme dans les deux pla-
ges indiquées par des cercles. La
matrice a été transformée en perlite.
Les carburesfoncés sont des carbu-
res eutectiques VC. Ils sont entourés
de halos de cémentite parce qu'ils
ont constitué des germes pour la
précipitation de la cémentite secondaire (comme dans l'exemple de IaJigure 6-3-4).
Document INPG Grenoble, Fr

cellules ont une morphologie échevelée par comparaison avec celles des cellules perlitiques
observées figure 10-1-2.

La bainite inverse
Le nom de bainite inverse est attribué à la bainite qui se forme aussi dans les aciers hyper-
eutectoïdes mais dont la cémentite germe et croît en avant du front et s'entoure de lattes
de ferrite à l'inverse de ce qui se passe avec les aciers hypoeutectoïdes. L'exemple présenté
figure 12-2-8 est un acier allié. La germination a démarré principalement à proximité de la
cémentite interdendritique délimitant les grains. La cémentite bainitique croît sous forme
de lattes. Des irrégularités d'épaisseur de certaines lattes de cémentite témoignent que la
LA TRANSFORMATION BAINITIQUE 231

germination a eu lieu de façon répétitive suivant un processus proposé pour la ferrite et dit
gmpathipe [Bha92]. Le reste de la matrice a été transformé en perlite.

Microstructures atypiques
Une morphologie très particulière est observée dans les alliages riches en carbone et en
molybdène [De-831. Pour les deux exemples illustrés par les micrographies des figures
12-2-9 A et B, la microstructure se caractérise par un réseau à l'apparence d'aiguilles
enchevêtrées et orientées suivant des directions privilégiées constituées de carbures très
fins. Elle est observée dans des alliages bruts de solidification, dans le voisinage des
carbures eutectiques sur le pourtour des dendrites d'austénite où la ségrégation a
concentré le molybdène. Dans la nuance riche en chrome désignée A (figures 12-2-9 A et
AZ) l'image en microscopie à transmission montre des aiguilles irrégulières, constituées
par des empilements de fins précipités cuboïdes orientés à 45 O de la direction principale.

Figure 12-2-9 :
Acier
Fe-O,9C-ll,3 Cr-O, 7Mn-2,95Mo-O,3Si,
refroidi à 150 OC/h.
A) image de la matrice et du carbure eutec-
tique grossier M7C3 en contraste gris.
AZ) image TEM de la matrice avec les
aiguilles sombres constituées par un empi-
lement de précipités cuboïdes de carbures
Mo2 C orientés à 45 O de la directionprinci-
pale et entourés deferrite (contraste clair).

B) Acier Fe-1,33C-6,8Cr-2,4Mo-0,2Si,
trempé au cours du processus de solidijka-
tion unidirectionelle. Image de la zone interdendritique après attaque Vïllella :zone transformée à
côté d'un carbure eutectique grossier M7C3 et un constituant eutectiquefin avec Mo2C.
Document INPG Grenoble, Fr, voir aussi [De-831, [De-851
232 LA MICROSTRUC~UREDES ACIERS ET DES FONTES

Les carbures Mo2C sont entourés de ferrite avec pour relations d'orientations ;
(001)Mo2C// (001) a et [120]Mo2C // [Il l]a.
L'orientation est similaire à celle de carbures E dans la martensite. Or ces carbures ont la
même structure que Mo2C. Dans l'autre nuance désignée B (fig. 12-2-9 B), les aiguilles ou
plaquettes similaires sont aussi des carbures de type M2C, plus précisement (Mo,C~)~C.
Une telle microstructurepourrdit être assimilée à une bainite inverse en ce sens que les carbures
croissent accompagnés d'un liseré de ferrite identifié dans les deux alliages. La matrice de
l'alliage A entourant les doubles aiguilles ferrite/carbure, est constituée d'austénite avec
une forte densité de précipités M6C cohérents en orientation proche de l'orientation
cube/cube (fig. 12-2-9 AZ). La matrice de l'alliage B comporte des précipités M 2 4 6 aussi
cohérents. Les conditions de refroidissement et la composition ont sans doute une
influence sur la morphologe des carbures M2C qui apparaissent quelquefois très facettés,
ou bien plus arrondis, mais toujours en empilements. Des microstructures de ce genre ont
été observées dans des alliages fer-chrome-carbone, localisées près des joints de grains
IJun961, [Kay98].
De multiples qualificatifs sont utilisés pour décrire des microstructures atypiques, comme
f e a t b e ~(en plumes), starhke (en étoiles), spi& (aiguillé). Une certaine confusion en résulte
qui traduit la difficulté à interpréter et même quelquefois différencier une perlite d'une
bainite supérieure.

12-3 La bainite inférieure

La bainite inférieure dans les aciers hypoeutectoïdes


La bainite inférieure possède diverses caractéristiques qui lui sont propres [Pic67],
[Ohm71], [Bha92]. Par comparaison avec la martensite, elle ne comporte pas de maclage,
les plans d'habitat sont irrationnels et surtout le carbone de l'austénite mère n'estpas integrdlement
transféré dans la ferrite bainitique. Ce dernier point établi expérimentalement est, de plus,
confirmé par la présence d'austénite résiduelle enrichie en carbone. Elle se forme à des
températures relativement basses, autour de 350 OC, auxquelles la diffusivité du carbone
est limitée. Le rôle du cisaillement au moment de la transformation reste encore un grand
point d'interrogation.
Au point de vue morphologique, la bainite inférieure se présente sous la forme de blocs de
lattes adjacentes de même orientation qui constituent une sorte de plaquette. Les blocs de
lattes sont distincts et souvent séparés par de l'austénite résiduelle comme dans la marten-
site en plaquettes. C'est ce qu'illustre la figure 12-3-1 pour un acier moyennement riche en
carbone. La séparation entre les lattes n'est visible que grâce au changement d'orientation
apparent des précipités de carbures qui se forment à l'intérieur des lattes sous la forme de
bâtonnets ou de micro-plaquettes.
Il y a une abondante littérature au sujet de la transition bainite supérieure/bainite infé-
rieure, et en particulier sur la température à laquelle se produit la transition.
L A TRANSFORMATION BrnITIQUE

Figure 12-3-1 :
Micrographie électronique d'un
acier Fe-0,SC-O,7Mn après attaque
nital. L'échantillon a subi un traite-
ment isotherme à 325 OC après aus-
ténitisation. La phase sombre est de
l'austénite non transformée. Les
précipités sont alignés suivant un
angle défini de l'ordre de 60 O par
rapport à la direction de la pla-
quette.
Document INPG et IRSID, groupe
Arcelor:

Les résultats analysés par Zhao et Notis [Zha95] et par Bhadeshia (Bha921 révèlent une
grande complexité. Par exemple, la température Bs est définie différemment suivant le
mode de refroidissement par paliers isothermes ou continu, ce dernier mode déterminant
une valeur BS-cinétique. Une troisième température, BJ-microstructural, a été définie par
Aaronson comme étant la plus haute température à laquelle la bainite est détectée. Compte
tenu de la disparité entre les expériences et les compositions des alliages étudiés, il est diffi-
cile de mettre en évidence l'influence des paramètres, en particulier celle de la teneur
initiale en carbone. Une tendance semble montrer cependant que la formation de bainite
supérieure est facilitée dans les aciers à bas carbone et celle de bainite inférieure facilitée
dans les aciers à fort carbone. Tout se passe comme si la sursaturation interfaciale en
carbone ne pouvait pas être résorbée par l'austénite au delà d'un certain seuil parce que la
diffusivité du carbone diminue en fonction de sa concentration.

La bainite dans les aciers à fort carbone


Le premier exemple de la figure 12-3-2 illustre la formation de plusieurs types de consti-
tuants à cause de l'hétérogénéité de composition. Ce sont des échantillons d'acier à fort
carbone brut de solidification ayant refroidi plus ou moins lentement depuis l'état liquide
[pur80b]. Les carbures interdendritiques sont des carbures M7C3 et la matrice est austéni-
tique. Au contact des carbures eutectiques, il s'est formé une zone appauvrie avec un
gradient de concentration en chrome et en carbone (expliqué $8-2). La largeur de la zone
appauvrie dépend du temps de maintien en température, elle est plus limitée pour l'échan-
tillon refroidi rapidement (figures 12-3-2 B et C). Les températures Bs pour la transforma-
tion en bainite supérieure ou inférieure dépendent de la composition locale, si bien que des
constituants différents se forment. Sur le pourtour des grains et au contact des carbures
eutectiques la bordure noire a été identifiée comme de la bainite supérieure. Entre l'austé-
nite et la bainite supérieure, dans une zone supposée être moins appauvrie en carbone, des
petits grains aciculaires en contraste clair ont été identifiés comme de la bainite inférieure.
LA MICROSTRUCSURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 12-3-2 :
Acier Fe-2C-12Cr après solidijka-
tion dirigée
A) tirage à 7 cm/h ;micrographie
optique montrant la configuration
globale avec la matrice austénite,
les carbures eutectiques interden-
dritiques (contraste clair), la bai-
nite supérieure (contrastefoncé), la
bainite inférieure en clair entre la
matrice et la bordure noire de bai-
nite supérieure. AZ) micrographie
électronique agrandie de la zone
bainitique.
BZ) tirage à 60 cm/h ;microgra-
phie électronique de la zone bainiti-
que[Dur80b].
Document INPG Grenoble, Fr

Le deuxième exemple d'un acier a h é à fort carbone (fig.12-3-3) dustre encore la forma-
tion de plusieurs types de constituants. L'échantdlon a subi une solidification unidirection-
nelle suivie d'une trempe en cours d'expérience. Les dendrites d'austénite formées sont
grossières, les premières plaquettes de bainite peuvent croître sur une grande longueur. Ces
plaquettes initiales apparaissent comme des lattes décalées correspondant au modèle de
germination coopérative dit sympathique. Les contraintes induites par la transformation
ont un double rôle : premièrement elles limitent la croissance des plaquettes, et deuxième-
ment les perturbations plastiques et élastiques induites créent des défauts qui favorisent la
germination d'autres plaquettes. Ce processus est dit azitocata&iq~e(fig. 12-3-3 A). En plus,
la formation de bainite inférieure provoque un rejet partiel de carbone dans la matrice qui
inhibe la poursuite de la transformation en élevant MT La précipitation à l'intérieur des
lattes est caractéristique de la bainite inférieure mais, dans le cas de cette composition, il se
LA TRANSFORMATION BAINITIQUE

Figure 12-3-3 :
Micrographies d'un acier,
Fe-1,33C-6,8Cr-2,4Mo-O,2Si.
Echantillon trempé en cours de soli-
dzjkation unidirectionelle déjà pré-
senté Bgure 12-2-9 C; attaque Vil-
lella. La matrice au centre des
dendrites de l'alliage est observée.
A) micrographie optique d'une large
plage.
B) micrographie électronique et BZ)
zone agrandie sur la même plage.
C) micrographie électronique d'une
zone refroidie plus lentement que la
zone B), CZ) zone agrandie et D)
micrographie électronique en trans-
mission révélant les carbures baini-
tiques.
Document INPG Grenoble, Fr, voir
aussi [De-831
236 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

forme aussi une précipitation de carbures entre les lattes révélatrice de la ségrégation
partielle du carbone (figures 12-3-3 B et BZ). Les précipités interlattes sont surtout
présents dans les plus petites lattes formées postérieurement aux grandes lattes et, par
conséquent, dans une matrice plus chargée en carbone.
Une autre microstructure a été observée dans une autre zone du barreau (figures 12-3-3 C
et CZ), il s'agit de bainite avec arête centrale ferritique dite midrib. Une semblable rnicro-
structure a été étudiée dans des aciers hypereutectoïdes non alliés par Okamoto et Oka au
cours de transformations isothermes [Oka86]. Ces auteurs proposent un mécanisme de
transformation en deux étapes. La martensite isotherme apparaît en un premier temps
dans un intervalle de température de 200 à 150 OC en très fines plaquettes. Une telle
martensite se forme seulement dans les aciers alliés ou riches en carbone. La plaquette
constitue l'arête centrale à partir de laquelle se développe latéralement la bainite au cours
de la seconde étape identifiée figure 12-3-3 D. Des structures avec arête centrale et
maclage de part et d'autre d'une zone non maclée ont été signalés et qualifiées de marten-
site dans des aciers au nickel ou au cobalt. Le mode de formation de telles structures a
suscité de nombreuses interrogations [Shi72].

Bainite inférieure ou martensite auto-adoucie?


Dans les aciers ordinaires les carbures de la bainite inférieure sont très fins. Il s'agit de
cémentite ou de carbures de type E en présence de silicium. Dans les aciers alliés, toutes
sortes de précipités sont susceptibles de se former en association avec du chrome et du
molybdène en particulier. La martensite ne comporte pas de précipités, mais le traitement
d'adoucissement ou le simple refroidissement un peu long provoque leur formation. La
question est: comment reconnaître post mortem une bainite inférieure d'une martensite
auto-adoucie? Autrement dit, est-ce que les carbures se forment dans la bainite en arrière
du front de transformation et c'est alors une erreur de l'appeler bainite? Ou bien est-ce
qu'ils se forment coopérativement au moment de la construction du front interfacial ? Des
arguments sont en faveur d'une formation sur le front. Ils sont fondés, en particulier, sur

Figure 12-3-4 :
Micrographie électronique en trans-
mission d'un échantillon d'acier
1OOCr6 austénitisé pendant 15 min à
860 "Cpuis soumis à un maintien de
2 h à 220 O C suivi d'un refroidisse-
ment par trempe à l'air. La micro-
structure est celle d'une bainite infé-
rieure. Les carbures sont inclinés à
50-60 "par rapport à l'axe de lapla-
quette.
Document Ecole des Mines d e
Nancy, Fr et I W T Bremen, All.
Adapté d'après [Sch99]
LA TRANSFORMATION BAINITIQUE

Figure 12-3-5 :
Micrographie électronique d'une
fonte à graphite sphéroïdal dite bai-
nitique d ' u n alliage Fe-C-Si-Mn
après un traitement de trempe étagée.
Le traitement d'austénitisation a
homogénéisé la matrice sans dissou-
dre les sphéroïdes (en noir à gauche
de l'image) car le carbone est excé-
dentaire. Le maintien à une tempéra-
ture de l'ordre de 350-400 OC a
transformé la matrice en une struc-
ture aiguillée. Les plages plus claires
sont 1'austénite résiduelle.
Document INPG Grenoble, échan-
tillon prototype Renault

la rapidité de la précipitation. Les précipités de la bainite inférieure sont alignés dans la


ferrite suivant une direction bien définie avec un angle entre le plan d'habitat de la ferrite
et les carbures d'environ 57 O (fig. 12-3-4). Bhadeshia [Bha92] mentionne que le caractère
le plus remarquable de la bainite inférieure est que les carbures se forment à l'intérieur de
la ferrite selon un seul varidnt cristallographique alors que l'adoucissement de la martensite
forment plusieurs variants de ces mêmes carbures.

Ferrite de Widmanstatten dans les fontes au silicium


Après un traitement thermique dans la gamme de température bainitique, les fontes à
graphite sphéroïdal (riches en silicium ajouté comme élément graphitisant) forment une
structure en larges aiguilles ou plutôt en lentdes réparties de façon similaire à une bainite
inférieure (fig. 12-3-5). Ces fontes sont quelquefois dites bainitipies, mais le terme anglais
austempered, traduit par trempe étagée en référence au traitement thermique, est meilleur.
Les lentilles sont constituées de ferrite légèrement enrichie en carbone et avec une forte
concentration de dislocations. Lors de la transformation, seulement une faible proportion
de carbone est conservée dans la ferrite, l'excès contribue à enrichir l'austénite résiduelle
jusqu'à 2 %. La présence de silicium inhibe la formation de carbure aussi bien dans la
ferrite que dans l'austénite. De longs maintiens en température aboutissent à la précipita-
tion de carbures métastables dans la ferrite et dans l'austénite. Plusieurs carbures ou
silico-carbures ont été identifiés dans la ferrite [Sch75], [Bha92].

Le revenu de la bainite
Le revenu d'une structure bainitique apporte beaucoup moins de changement que le
revenu de la martensite. La raison essentielle est que la ferrite bainitique est moins sursa-
turée en carbone que la martensite. Les bainites supérieure ou inférieure comportent déjà
un fin réseau de cémentite ou autres carbures qui peuvent croître aux dépens du carbone
excédentaire. Dans le cas de certains aciers alliés, la cémentite bainitique n'est pas la phase
d'équilibre alors la cémentite disparaîtra lentement au profit d'autres carbures (voir 20-1).
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
La précipitation

Les phénomènes examinés dans les chapitres précédents sont reliés à la décomposition de l'austénite
dont les mécanismes se rencontrent seulement dans un nombre limité d'alliages. Par exemple, la
transformation martensitique existe aussi dans les alliages à base de titane. Par contre, la précipita-
tion est un phénomène très banal, commun à de nombreux matériaux. Cést l a transformation qui
donne naissance à une phase supplémentaire à partir d'une phase sursaturée.
Le mot même de précipitation appartient a u langage courant, d'ailkurs la pluie entre dans cette
définition, à tel point que les techniques pour la provoquer sont des inoculations d'agents germi-
nants, comme en métallurgie. Les considérations qui suivent sont décrites à propos de systèmes à base
de fer, mais elles sont généralisables à toutes sortes d'alliages à base de plomb, de nickel, de cuivre,
d'aluminium, etc.

13-1 La précipitation continue


Germination et croissance de précipités
La précipitation consiste en la formation locale d'îlots d'une nouvelle phase B à partir
d'une solution solide sursaturée A', suivant la relation A'+A + B. A est la même phase
que A' avec la composition corrrespondant à l'équilibre thermodynamique. C'est une
transformation commandée par la diffusion à longue distance dans le cas le plus général.
La diffusion à courte distance intervient seulement dans les cas particuliers de transforma-
tions allotropiques des corps purs ou encore de la transformation ordre-désordre.
La précipitation est dite continwe quand les précipités de type ponctuel germent partout
dans la phase mère et grossissent indépendamment par transport diffusif de soluté
pon76]. Les précipités apparaissent répartis aléatoirement dans la matrice. Cependant leur
germination est dans la plupart des cas hétérogène' c'est-à-dire elle a lieu sur des sites énergé-
tiquement favorables. L'énergie nécessaire pour créer un germe critique peut s'exprimer :

où AGR est l'enthalpie libre de germination dans le cas du germe critique, AGv est
l'enthalpie libre chimique proportionnelle au volume v du germe, sy est l'énergie nécessaire
pour créer l'interface du germe, E est un terme lié à l'énergie élastique emmagasinée au
niveau de défauts ou de joints de phases.
240 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Le germe devient stable lorsque AGR i O . Comme le volume du germe augmente davan-
tage que sa surface à une température donnée, la relation est satisfaite pour une taille
critique du germe. Le sujet est développé dans des ouvrages généraux [Cah83], @?or92].
Il y a économie d'énergie lorsque la germination s'effectue, soit aux joints de grains, soit
de façon intergranulaire à partir de défauts. Il est bien connu que la diminution de la t d e
de grains ou la multiplication de défauts par écrouissage multiplie le nombre de sites possi-
bles. Les défauts utiles sont différents suivant les éléments transférés, les caractéristiques
cristallographiques des phases concernées et les conditions de température et de contrainte
pré-existante ou engendrée par la précipitation à cause des différences volumiques. Il a été
mentionné le rôle important des fautes d'empilements dans le cas de la transformation
martensitique, mais le plus souvent ce sont les dislocations qzii constitzient les sites favorables (voir
plus loin fig. 13-3-3). Cependant, la précipitation dans certains aciers inoxydables est
assistée par la présence de lacunes où d'amas de lacunes, par exemple dans le cas d'alliages
dans lesquels une forte concentration de défauts a été figée au moment de la trempe. Le
phénomène devient significatif en présence d'une faible concentration en bore ou en
phosphore. Ces éléments de petite t d e , mais cependant plus volumineux que les intersti-
tiels classiques, migrent sur ce type de défaut, retardent la restauration et rendent disponi-
bles des sites de germination Pav731, [Row72].
Une autre économie significative d'énergie peut aussi être faite s'il est possible de diminuer
le terme d'énergie d'interface ypar création d'un germe cohérent avec la matrice. Certaines
impuretés ou inclusions fournissent des interfaces susceptibles d'être en cohérence avec la
phase à germer et jouent donc le rôle d'agents nucléants efficaces. La formation d'une
phase métastable présentant des plans en bonne concordance avec la matrice peut se révéler
globalement une meilleure réponse énergétique que la phase thermodynamiquement
stable, bien que moins favorable par rapport à la seule différence d'enthalpie chimique des
deux phases. Lugermination pm'mitive de phases métdstables est zin mécanime extrêmementfréqzient et
il y a de nombreux exemples pour les alliages à base de fer comme, par exemple, la forma-
tion de carbures de type E lors du revenu de la martensite ($ 11-4). Ce genre de précipita-
tion est souhaité car il engendre habituellement un durcissement de l'alliage, appelé
d~rcissementstmctzira4 sans altérer sa ductilité. Il s'agt d'une réponse provisoire car la phase
thermodynamiquement stable finit par l'emporter à plus ou moins long terme. Comme la
phase stable ne bénéficie pas toujours de plans d'accolement préférentiels, l'évolution du
précipité s'accompagne de la perte de cohérence, d'un changement de morphologie et de
la duninution du pouvoir durcissant.
Cependant les précipités de phases stables peuvent aussi se développer dans des plans
préférentiels qui ne sont pas forcément des plans de bonne coïncidence mais plutôt
suivant une ligne invariante susceptible de relâcher les contraintes de cohérence [Dah84].
Un champ de contraintes peut orienter la précipitation en favorisant la formation d'aligne-
ments de précipités. La précipitation est facilitée de proche en proche par les contraintes
générées en avant du précipité qui vient de se former [Toh99].
Figure 13-1-2 :
Images en microscopie électronique à transmission d'un échantillon d'acier contenant 56 ppm de
carbone, 300 ppm de manganèse et 12 ppm d'azote. Il a subi un recuit à 670 OC suivi d'une trempe,
puis un vieillissement à 250 OC pendant 30 min pour A et pendant 24 h pour B.
A) présence majoritaire de fins carbures E coexistant avec des carbures Fe3 C.
B) présence majoritaire des carbures Fe3Cplus grossiers.
Document IRSID, groupe Arcelor ;voir aussi [MauOl].

L'exemple de la précipitation métastable est fourni par un acier doux. Après recuit à
670 OC, les échantillons ont subi un vieillissement à 250 OC respectivement de 30 min. et de
24 h. Deux types de particules sont observables. Sur la figure 13-1-2 A, les carbures iden-
tifiés comme carbures E de structure hexagonale se distinguent par une forme allongée et
orientée moins grossière que celle des précipités de cémentite. Les relations d'orientation
avec la ferrite observée sur la lame mince de la figure 13-1-2 B sont :
<100>ferrite // <1OO>carbures E et <100>ferrite // 4 1O>cémentite.
Après le vieillissement prolongé les précipités de cémentite sont majoritaires et il y épais-
sissement des plaquettes. Les carbures métastable E se sont dissous à leur profit. La densité
de carbures est plus importante que dans l'échantillon vieilli 30 min. suggérant que la
germination de Fe3C n'était pas achevée après le premier traitement thermique.
Le système Fe-Cu fournit un autre exemple avec la précipitation du cuivre dans le fer
[Goo73], [Lle95], [DesOl], [Hab02]. Ce phénomène a été beaucoup étudié car il est
responsable du durcissement structural des aciers par le cuivre observé, en particulier,
dans les aciers utilisés dans l'industrie nucléaire. La solubilité du cuivre est plus faible dans
la ferrite que dans l'austénite. Mais surtout, elle duninue beaucoup dans la ferrite avec la
température jusqu'à atteindre des valeurs très faibles (fig. 4-10-1). Après une trempe de la
ferrite sursaturée, un maintien isotherme vers 500 OC induit la précipitation. Dès les
premiers stades du traitement, un durcissement est constaté, bien qu'aucun précipité ne
soit observable en microscopie électronique en transmission conventionnelle. Des
méthodes plus fines comme la sonde atomique (FIM-Atom Probe) ou la diffraction des
rayons X aux petits angles sont nécessaires pour mettre en évidence le stade précurseur
dans lequel le précipité est un amas cohérent de structure cc. Lors d'un maintien en
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 13-1-3 :
Micrographie électronique en trans-
mission de précipités de cuivre dans
la ferrite. Echantillon après 100 h à
500 OC. Les précipités très petits,
sont arrondis et correspondent à la
phase cubiqueface centrée.
Document INPG, Grenoble, Fr, voir
aussi [DesOI]

Figure 13-1-4 :
Précipitation dans un alliage
Fe-Cu-Co solidzfié rapidement puis
recuit pendant dix jours à 800 OC.
La phase cuivre est en contraste
clair. La précipitation a eu lieu dans
la ferrite. (voir diagramme de pha-
ses Jigure 4-10-4).
Document INPG Grenoble, Fr

température plus prolongé, les précipités grossissent, se transforment en phase d'équilibre


cfc y-Cu. Par ailleurs, il a été montré dans le cas d'un alliage Fe-1,4Cu (Yo at.) que la dureté
est maximale au bout d'environ 1 h. L'alliage comporte un très grand nombre de précipités
dont la taille n'excède pas 2'4 nm. Au bout de 100 h, toujours à 500 OC, la précipitation est
encore très fme, mais les précipités ont atteint la structure cfc stable (fig. 13-1-3).
Un alliage Fe-Cu-Co a été préparé par fusion et solidification rapide. Le liquide s'est séparé
en deux phases liquides qui se sont solidifiées indépendamment (fig. 6-3-12). La partie
riche en cuivre a été traitée à 800 OC pendant 10 jours puis trempée. Sur la micrographie
de la figure 13-1-4 apparaissent la phase cuivre interdendritique et les précipités dans la
matrice qui sont relativement grossiers mais orientés, de type Widmanstatten.

Décomposition spinodale
En considérant la précipitation comme la réaction A' +
A+B, dans le processus de germi-
nation classique le germe formé a d'emblée la composition B et la structure d'une phase
stable ou métastable différente de la matrice. La frontière entre la phase mère et le préci-
pité est une interface interphase franche A/B qui marque un changement de cristallogra-
phie et de composition. L'équilibre thermodynamique s'établit au départ à l'interface et le
précipité, de même que la matrice, évoluent par transferts diffusifs d'atomes respectant cet
équilibre interfacial (fig. 13-1-5A).
Un autre mode de précipitation est connu pour
certaines solutions solides. Le premier stade est
une transformation appelée décomposition ginodale
[Por92], Fhi021. La courbe d'enthalpie libre de
mélange en fonction de la composition comporte
deux points d'inflexion ou points spinodaux qui
encadrent un domaine de composition. Le lieu de
tels points à toutes les températures constitue la
courbe spinodale chimique (fig. 13-1-6). Dans la
gamme de compositions limitées par cette courbe
toutes lesfluctzlations de composition sont déstabilirantes. Figure 13-1-6 :
Au lieu d'être amorties par la diffusion, elles sont Solvus, spinodale chimique et spino-
amplifiées au cours du temps. Des zones de
compositions différentes se construisent de façon
continue sans inte$ace matérialisée, issues d'me germination sans laformation d'un germe critique en
quelque sorte (fig. 13-1-5 A). Cependant, les variations de composition produisent des
variations du paramètre cristallin qui ont pour effet d'engendrer des contraintes pour
maintenir la cohérence du réseau. A l'enthalpie libre de mélange, il faut donc ajouter un
terme d'énergie élastique. Compte tenu de cette barrière énergétique, il convient de consi-
dérer une courbe spinodale modifiée dite spinodale cohérente qui limite vraiment le
domaine de composition un peu plus restreint pour la précipitation spinodale. La transfor-
mation des fluctuations en précipités caractérisés est très lente et, à l'état final, les compo-
sitions sont semblables à celles qui résulteraient d'une précipitation classique.
La solution solide Fe-Cr, homogène à haute température, se sépare en deux phases autour
de 475 OC, a riche en fer et a' riche en chrome qui ont la même structure et des paramè-
tres de maille très proches (fig. 4-4-2). Les micrographies des figures 13-1-5B et C illus-
trent la structure modulée avec des zones de fluctuation de l'ordre de 0,7 nm de diamètre,
soit environ une dizaine d'atomes. Un autre alliage, proche en composition de l'exemple
précédent, a été vieilli plus longtemps (fig. 13-1-5D). La microstructure générée est
diphasée avec une morphologie très imbriquée en trois dimensions. Elle est qualifiée de
structure bi-percolée, c'est-à-dire avec une continuité des chemins au sein de chaque
phase. La structure est susceptible de devenir plus grossière au cours du temps, toutefois,
semble-t-il, plus lentement qu'une structure de précipitation classique w 9 5 ] , [Sim89].
Certains éléments d'alliage des aciers contribuent à réduire l'écart paramètrique entre les
phases jumelles a et a' et favorisent la précipitation [So178]. La décomposition spinodale
donne lieu à un durcissement, éventuellement une fragilisation de l'alliage, ou une
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 13-1-5 :
A) Profil de concentration schématique du soluté en sursaturation dans la matrice, à plusieurs stades
d'avancement de la précipitation pour une
précipitation classique et spinodale :
1) début, II) stade avancé, III) fin de préci-
pitation. Cp, Ci et Cm sont respectivement
les teneurs en soluté du précipité, de
l'alliage initial, de la matrice à l'équilibre.

B) Micrographie électronique en transmis-


sion d ' u n alliage expérimental
Fe-28Cr-1OCo traité à 950 OC pendant 1 h
puis maintenu en deux paliers à 680 et
615 OC pendant 80 min. La décomposition
est révéléepar des amasflous.

C) refroidissement entre 615 et 525 "Cpen-


dant 12 h. Les précipités sont bien formés
au bout de 12 h. Les nodules sont la phase
a l majoritaire et a 2 est la matrice et a la
composition initiale analysée dans les
mêmes conditions.

Composition et fiaction volumique Fv

Document Imphy Ugine Précision, groupe


Arcelor:

D) Micrographie électronique en transmis-


sion d'un alliage Fe-29,5Cr-12,5Co vieilli
132 h à 566 OC. Lame normale à [100].
Une des phases a beaucoup plus subi l'atta-
que laissant bien visible la continuité de la
structure percolée.
Document INPG, Grenoble, Fr ;voir aussi
[Sim89]
modification des propriétés magnétiques dans les nuances avec cobalt. Ce mode de durcis-
sement, plutôt évité, est connu sous le nom de fragilisation des 475.

13-2 La précipitation discontinue

La précipitation discontinue à microstructure perlitique


La précipitation discontinue, dite cellulaire, est localisée. Elle divise le matériau en deux
régons, une région non transformée où subsiste la phase mère sursaturée A' et une région
transformée assimilée à une cellule où se développent les phases thermodynamiquement
stables A et B. La transformation progresse à partir d'un front interfacial au sein duquel se
font majoritairement les échanges de soluté. La cinétique de transformation est
commandée par les échanges diffusifs comme dans le cas de la transformation perlitique.
La morphologie générée est très semblable à la morphologie perlitique mais les réactions
sont différentes (voir figures 6-5-5,19-8-3,20-2-5) :
A'-+ A+B est une précipitation et A -+ B+C est une transformation eutectoïde

La précipitation interphase
La transformation dite "précipitation interphase" est discontinue puisqu'il s'agit d'une
transformation qui progresse sur un front et non pas de germination aléatoire, cependant
le résultat a l'apparence d'une précipitation continue. La caractéristique distinctive est la
répartition des précipités en rangées dans des plans régulièrement espacés et parallèles. Les
précipités sont très fins mais relativement rapprochés, aussi quand le volume de phase
précipitée est important cela prend l'aspect d'une plaque irrégulière. Il est reconnu que ce
mode de précipitation est associée au développement de la matrice par marches ou
terrasses. La progression du nez des marches remplace l'austénite par de la ferrite. Dans
les conditions de para-équilibre le carbone excédentaire diffuse à partir de ce front de
déplacement, créant une surconcentration locale. Logiquement, les marches incohérentes
devraient constituer des sites favorables de germination des carbures. En fait, ces derniers
germent à la frontière a/? sur la terrasse immobile qui est une interface plane de basse
énergie. La raison est que les marches se déplacent trop vite pour permettre la germination
sur les marches For921. Les carbures apparaissent intégrés à la ferrite quand une rangée
supplémentaire les recouvre, ce qui implique une marche suffisamment haute pour
pouvoir progresser malgré l'obstacle des précipités (voir exemple figures 13-2-1A, B et C).
Il a été montré, par exemple, que des carbures sont en relation d'accolement avec à
la fois la ferrite et l'austénite. La précipitation interphase est associée à une croissance en
cohérence (K.S.) avec l'austénite Fon801. L'espacement des rangées dépend de la tempé-
rature, il est plus grand pour les températures plus élevées FagOl]. L'échantillon de la
micrographie figure 13-2-1 B a été refroidi immédiatement après le forgeage, la précipita-
tion a dû se faire à une température plus basse et un temps de maintien en température
moins long que celui de la micrographie figure 13-2-1A. Les précipités VC sont beaucoup
plus fins et plus rapprochés.
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 13-2-1 :
Précipitation interphase de carbures de type MC dans un acier
A) Micrographie électronique en transmission montrant les précipités VC dans un acier
Fe-O,049C-0,30Mn-O,126V laminé à chaudpuis traité à 700 Ocpendant 2 h.
B) Micrographie électronique en transmission montrant les précipités VC dans un acier
Fe-O,38C-1,5Mn-O,5Si-O,1 V brut deforgeage et refioidi à 18 OC/mznjusqu 'à la température ambiante.
Les lignes dans la direction des précipités encadrent une zone où ils sont alignés. (échantillon Asco-
métal-CREAS, Amnéville, Fr)
C) Micrographie électronique en transmission en champ sombre montrant la précipitation interphase
courbe de T i c dans un acier Fe-O,052C-0,18Mn-O,12Ti laminé à chaudpuis traité à 700 OC pendant
2 h.
Documents IRSID, groupe Arcelor:

La précipitation interphase peut également se faire sur des interfaces à haute énergie et
non planaires pour lesquelles la migration ne se fait pas exclusivement par empilement de
terrasses. La répartition des précipités apparaît sous la forme de lignes courbes et porte le
nom de précipitation interphase courbe (fig. 13-2-1C). Cette forme est plus probable aux
plus hautes températures (au dessus de 700°C) pour lesquelles les mouvements des inter-
faces interphases de haute énergie sont plus faciles. Les deux formes plane et courbe
peuvent alors être observées dans le même échantdlon [Sak84]. De nombreux exemples de
précipitation interphase planaire ou courbe se rencontrent lors de la formation de carbures
et aussi carbonitrures dans les aciers. Ils sont plus fréquents avec les éléments comme le
niobium, le titane et le vanadium qui ont une très forte affinité pour le carbone et pour
Figure 13-2-2 :
Micrographie électronique en trans-
mission d'un échantillon d'acier
Fe-0,35C-0,9Mo observé 15 min
après le début de refroidissement
depuis 950 jusqu'à 550 OC. La
structureJibréeferrite plus carbures
Mo2C estformée à l'interface d y .
Document McMaster University,
Hamilton, Can. ;voir [Pur 781

l'azote, et dont les produits de solubilité des carbures et carbonitrures sont très petits
même dans l'austénite. Au cours du refroidissement, la précipitation de carbures tels que
Mo2C, Cr7C3, Cr23C6,W2C, M6C peut être générée. La précipitation interphase peut
donner lieu à un léger durcissement. C'est le mode principal de renforcement de la ferrite
des aciers microalliés [Gla97], [Sak84]. Le cuivre donne également lieu à une précipitation
interphase dans la ferrite Fou95al et aussi dans la cémentite P a 9 3 1 .

La précipitation fibrée
La précipitation avec une morphologie en fibres est un autre processus qui se produit dans
les aciers alliés en compétition avec la précipitation interphase, dans des conditions de
température et pour des concentrations pour lesquelles la croissance de la ferrite est forte-
ment inhibée. Ce mode a été étudié principalement dans des aciers au molybdène pour
lesquels ce sont des fibres Mo2C et se rencontre également avec W2C, VC, Cr7C3 et Tic.
La répartition des fibres très fies, de 10 à 50 nm en moyenne, peut être régulière ou tota-
lement désordonnée. Les deux structures fibrée et interphase peuvent se retrouver au sein
du même grain en fonction de l'orientation de l'interface et de la gamme de température
[Ain79], [Hon80], Fur781. La micrographie de la figure 13-2-2 est extraite d'observations
i n - s i t ~en microscopie à transmission de l'interface a / y en croissance. Les carbures fibrés
Mo2C semblent se former directement à l'interface a / y .

13-3 Evolution des précipités


Evolution isotherme
Le mécanisme de précipitation classique schématisé figure 13-1-5 prend en compte la mise
en équilibre de l'alliage. En fait, le phénomène est complexe. Même lorsque les phases ont
atteint leur composition d'équilibre, elles continuent à évoluer [Ven82], [Voo84]. La force
motrice est la diminution d'énergie d'interface. Le phénomène est appelé mirissement
d'ostwald. 11 a été beaucoup étudié et relié par une modélisation générale classique (LSW
pour Lifshtz, Slyozov et Wagner) avec l'hypothèse d'une proportion de phase précipitée
248 LA M I C R O S T R U ~ U R EDES ACIERS ET DES FONTES

Figure 13-3-1 :
Evolution de précipités Nb(CN) dans un
acier contenant 699 ppm de carbone,
66 ppm d'azote et 843 ppm de niobium.
La courbe est dérivée de l'histogramme
de distribution en taille des précipités.
Au bout de 126 h de maintien à 650 O C
le rayon moyen des précipités a doublé
et leur nombre diminué de moitié par
1 2 3 4 5 6 7 comparaison avec l'état au bout d'une
Rayons des prdcipitbs Nb(CN) nm
heure de maintien. D'après un document
Irsid, groupe Arcelor:
-

temps de maintien densité de précipités (PJblPm3) rayon moyen (nm)

faible et d'une distance entre les précipités beaucoup plus grande que leur rayon.
L'exigence d'équilibre local impose l'égalité des potentiels chimiques de part et d'autre de
l'interface, potentiels qui sont fonction du rayon de courbure local selon la relation de
Gibbs-Thompson. Puisque la matrice est supposée homogène, c'est le rayon de courbure
local qui doit évoluer de façon à satisfaire le potentiel imposé. Il en résulte un transfert de
matière par diffusion entre les précipités qui joue de telle sorte que les précipités les plus
petits, les plus instables, ont tendance à se dissoudre alors que les plus gros grossissent.
Les éléments d'alliage peuvent renforcer ou inhiber le processus de grossissement suivant
qu'il participent ou ne participent pas à la croissance du précipité [Bjo72].

L'exemple d'un acier micro-ahé est présenté figure 13-3-1.La courbe montre une diminu-
tion du nombre de précipités et une évolation en taille. Les analyses ponctuelles sur les préci-
pités révèlent une évolation en composition qui se traduit par une différence entre les précipités
les plus gros et les plus petits. Au début de la précipitation, lors de la création du germe,
l'état de cohérence entre le précipité et sa matrice peut modifier localement l'état d'équi-
libre et favoriser une composition pour laquelle le désaccord paramétrique est plus faible.
Puis la situation évolue au fur et à mesure que grossit le précipité et que change la compo-
sition de la matrice. Des gradients de composition peuvent apparaître au sein du précipité
en fonction de l'évolution de la composition de la matrice.

Précipitation anisotherme
En pratique, au cours du refroidissement d'un alliage, les précipités formés à haute tempé-
rature évoluent, coalescent pendant que d'autres précipités se forment. De plus la transfor-
mation de l'austénite en ferrite s'accompagne dans la plupart des cas d'une W n u t i o n de
solubilité des solutés (Nb, Ti, V par exemple) et, en conséquence, d'une nouvelle étape de
précipitation. Les mécanismes sont aussi modifiés car les possibilités de relations d'accole-
ment sont différentes. Enfin, lorsque le refroidissement se passe lors du laminage et du
forgeage, les déformations plastiques créent des sites de germination et influent sur la
Figure 13-3-2 :
Micrographie électronique d'un
a c i e r microallié c o n t e n a n t
3 000 ppm de niobium et 300 ppm
de carbone. Trois populations de
précipités sont observables :
- des précipités en chapelet aux
interfaces (joints, anciens joints et
sous joints),
- des précipites alignés de type
interphase,
- des précipités intragranulaires
classiques.
Document Irsid, groupe Arceloi:

Figure 13-3-3 :
Micrographie électronique en trans-
m i s s i o n d ' u n a c i e r HSLA
O, 07C-1,35Mn-O, 047Ti-O,086Nb.
Champ sombre pour révéler les pré-
cipités aiguillés (Nb,Ti)C. L'échan-
tillon a été examiné brut de fabrica-
tion, après laminage à chaud et
bobinage. La taille de grains est de
l'ordre de 3 Pm.
En médaillon le diagramme de dg-
fraction associé aux précipités, le
cercle blanc correspondant au spot
de diffraction utilisé. Document
University of British Columbia,
Can. et INPG Fi: ;voir [ChaOl]

répartition des précipités. Il en résulte plusieurs populations de précipités qui ont des loca-
lisations et des morphologies différentes en fonction de leur histoire thermique.
L'acier microallié présenté figure 13-3-2 comporte trois populations de carbures de
niobium. Les précipités inter-granulaires sont les plus grossiers, ils se sont formés en
premier à haute température. Ces précipités aux joints de grains sont bordées de zones
dépourvues de précipités révélatrices de la formation de zones appauvries en niobium
(selon le mécanisme expliqué $ 8-2). Les précipités intra-granulaires apparaissent différents
suivant les zones, soit de type interphase, soit de type continu classique. La coexistence de
ces deux types de précipités est couramment observée (en prenant en compte le change-
ment d'apparence en fonction de l'angle d'observation). Un autre exemple de précipitation
anisotherme avec des précipités inter et intragranulaires figure plus loin à propos des aciers
inoxydables martensitiques (fig. 19-1-4).
Un second exemple (fig. 13-3-3) illustre la formation de précipités mixtes @b,Ti)(C,N)
dans la ferrite. L'interprétation d'une micrographie similaire du même échantillon a
soulevé une polémique (voir références groupées [ChaOl]). L'argumentation porte sur
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 13-3-4 :
Micrographie électronique à balayage d'un pré-
cipité TiN extrait sur réplique. Le précipité
cuboïdal mesure environ 200 pm d'arête. Des
précipités de suljkres de titane apparaissent col-
lés au nitrure.
L'acier initial est un acier de type IF de compo-
sition Fe-1,5Ti-0,025C-O,035N qui a subi un
recuit à 765 OC
Document IRSID, groupe Arcelor:

l'origine des précipités. Ont-ils été formés dans l'austénite, ou dans la ferrite, ou suivant un
processus de type interphase ? D'après les auteurs, ces précipités ont été formés dans la
ferrite, ils sont très fins et fortement allongés sur une direction alors que les précipités
formés dans l'austénite sont habituellement plus massifs. Ils sont localisés sur les disloca-
tions avec une orientation préférentielle de type Baker-Nutting ( ( 1 0 0 ) ~// (100)a et [011]p
// [OlOIa). En fait de nombreux paramètres influent sur la morphologie et la répartition
des précipités : l'état de la matrice (sites de germination), la nature de la matrice (relations
d'accolement différentes avec la ferrite ou l'austénite), la composition initiale (sursatura-
tion qui conditionne la cinétique de précipitation) et enfin la vitesse de refroidissement. Le
débat bien argumenté éclaire sur la difficulté de l'interprétation d'une succession de trans-
formations. La discussion fait ressortir le fait que le processus de précipitation est très
sensible aux conditions de laminage et de bobinage, ainsi qu'à la vitesse de refroidissement
entre ces deux étapes. C'est cette dernière vitesse qui est déterminante pour la précipita-
tion interphase. D'autre part, compte tenu de la limite de solubilité des interstitiels très
basse, un faible écart de composition est susceptible de changer la température d'appari-
tion des précipités.
Des précipités de carbures, nitrures ou carbonitrures peuvent être observés dans les aciers
de type HSLA ou IF sous forme de cuboïdes bien facettés qui ne proviennent pas d'une
précipitation en phase solide. Ces précipités se sont formés en phase liquide probablement
dans le sillon interdendritique enrichi en soluté (par exemple TiN figure 13-3-4). D'autres
éléments minoritaires ou des impuretés peuvent aussi être ségrégés, expliquant ainsi la
présence de sulfures sur le précipité TiN (Ti4C2S2OU TiS). Dans le cas du titane et égale-
ment du soufre, les coefficients de partage entre le liquide et le solide sont très faibles
d'où une forte ségrégation. Ces amas mixtes de précipités peuvent se produire soit par
simple agglomération d'inclusions dans le bain liquide soit par la formation d'empilements
de phases différentes par croissance en phase solide grâce à des relations d'accolement
favorables entre elles.
Les mat6riaux ferreux :
aciers et fontes

((It is now truer than ever that steels are the most important group of engineering materials, for they
are continually evolving to meet new needs and challenges, and this is really the main justification
for doing research in this field. »
R.F.K. Honeycombe 2 9th Hatfield memorial kcture 6 December 1979 [ ~ o n 8 0 ] ' ~

((L'acier, le plus polyvalent de tous les matériaux structurels est présent dans pratiquement tous les
secteurs : bâtiment et travaux publics, transports (automobile, construction navale), emballage,
ameublement, outils, mécanique, produits industriels et grand public. ..
Par ailleurs, par son très bas coût intrinsèque, sa facilité de récupération, et son aptitude au recy-
clage, qui se traduit déjà par le plus haut taux de recyclage effectif,l'acier est particulièrement bien
adapté au développement de cycles de multiples utilisations. »
M Giget, "Propriétésfonctionnelles et choix des matériaux", Le Livre de l'Acier, [Bér94].

10. Il est maintenant plus vrai que jamais que les aciers sont le plus important groupe de matériaux
pour le génie mécanique, car ils évoluent constamment pour répondre à de nouveaux besoins et
performances, et c'est en réalité la principale justification pour faire de la recherche dans ce
domaine.
Diese Seite wurde absichtlich leer gelassen
L.sptimisatisn des nuances d9aciers

La qualité la plus moderne de l'acier est, sans doute, sa très grande adaptabilité. Malgré le fait que
le tonnage global consommé ait tendance à rester stable, le choix de nuances s'est considérablement
enrichi pour répondre à des exigences de plus e n plus ciblées et rigoureuses. Côté utilisateur, le choix
d'une nuance commence par la comparaison de performances techniques qui constituent une base
objective pour la. sélection en vue d'une utilisation donnée [Ash92], [Ash99], [AshOZ]. Côté concep-
teur, en amont, il est nécessaire que l'optimisation repose sur l'anabse scientifique rigoureuse des
mécanismes impliqués. U n e bonne compréhension des phénomènes garantit une certaine souplesse
d'adaptation et fournit la base d'un contrôle de qualité performant. Cependant, les critères scientifi-
ques ne sont pas les seuls à la base d u développement d'une nuance : il faut prendre en compte le
coût d u procédé de production, le coût des éléments, les effets sur l'environnement, les possibilités de
recyclage et aussi des impératifs d'ordre stratégique ou politique.

14-1 Qualités de comportement mécanique


d'un matériau
Les mécanismes de durcissement
Le durcissement est la plupart du temps l'objectif recherché. C'est un renforcement qui se
traduit principalement par un essai uniaxial traduisant l'accroissement des valeurs de la
limite d'élasticité et la résistance à la rupture. Quatre mécanismes sont en général invoqués : le
durcissement par écrouissage, le durcissement lié à la taille de grain, le durcissement par
solution solide et le durcissement par précipitation. Les deux derniers modes, réservés aux
seuls alliages, dépendent complètement des équilibres physico-chimiques. L'effet de
renforcement est souvent exprimé par l'augmentation de la limite élastique LEà 0'2 O/O
d'allongement. Des formules empiriques, adaptées à chaque type de nuance, expriment
cette limite ; elles résument l'effet de tous les paramètres en jeu avec des coefficients qui
illustrent leurs poids respectifs Fic781.
Durcissement lié à la taille de grain
Les joints de grains sont des obstacles au mouvement des dislocations, à cause de la diffé-
rence d'orientation des deux cristaux qu'ils séparent. La propagation d'une déformation à
travers l'interface nécessite l'activation de nouveaux systèmes de glissement. En consé-
quence la contrainte d'écoulement croit lorsque la taille de grain décroit. Cependant,
h MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 14-1-1 :
Micrographie optique d'un acier
peu allié, laminé en phase austéniti-
que, à une température suffisam-
ment basse pour qu'il n 'y ait pas de
recristallisation. Les grains sont
fortement écrouis, disloqués. Cette
microstructure typique de l'écrase-
ment dû au laminage est appelée
pancake structure.
L'attaque au moyen d'une solution
d'acide picrique à 4 % révèle les
a n c i e n s j o i n t s de g r a i n s de
1 austénite.
Document groupe Arcelor.

comme les joints de grains sont des zones à forte énergie accumulée, une tendance natu-
relle tend à minimiser cette énergie en réduisant la surface de joints par grossissement de
grains. De nombreux paramètres ont une influence sur la stabilité du grain, en particulier
la présence de précipités intergranulaires bloquant un éventuel grossissement et la
présence d'éléments en solution solide qui peuvent freiner la mobilité des parois de grain.
La taille du grain de solidification a une influence en se répercutant même après de
nombreuses transformations en phase solide.
Durcissementpar écrouissage
Le martelage d'un métal produisant un durcissement qui disparaît lorsque le métal est à
nouveau chauffé est un phénomène bien connu et exploité depuis longtemps par les forge-
rons. Ce renforcement intervient après des opérations de laminage, de tréfdage, d'embou-
tissage ou toute autre mise en forme mécanique. La déformation plastique augmente
considérablement la densité de défauts à l'intérieur de la structure cristalline. Elle
engendre, en particulier, la création et la propagation de dislocations dont la densité peut
s'élever jusqu'à 10'' ou 1012 cm-', valeurs à comparer avec 10' cm-2 pour un monocristal.
A chaque dislocation est associé un champ de contraintes à longue distance qui rend le
glissement des dislocations de plus en plus difficile au fur et à mesure que la déformation
progresse et que leur nombre augmente. Cependant, le durcissement s'accompagne d'une
perte de duculité, d'une diminution de l'aptitude à l'allongement. Dans la plupart des cas, il
faut choisir un compromis enee le durcissement et une perte de ductilité modérée.
La modification de la microstructure due au laminage s'observe par l'écrasement des
grains qui deviennent aplatis et fortement écrouis, en structure pancake (le mot français
équivalent "crêpe" n'est pas utilisé) (fig. 14-1-1). Cependant, cette microstructure n'est pas
stable, elle évolue en fonction de la température et du temps de maintien à cette tempéra-
ture. L'évolution s'accompagne toujours d'un adoucissement. Trois étapes sont
distinguées : la restauration, la recristallisation et le grossissement de grains. La première,
qui demande le moins d'énergie, consiste en une redistribution ou une élimination de
certains défauts. Elle est appelé restamation car le cristal est partiellement restauré dans une
meilleure qualité cristalline. Les dislocations sont peu mobiles à basse température mais
elles se réarrangent lorsque la température est suffisante afin de diminuer l'énergie du
système. Elles se groupent en écheveaux qui délimitent des zones de cristal parfait formant
ainsi une structure en sous-grains. Cette structure caractéristique du métal écroui constitue
encore une barrière effective, un obstacle au glissement ultérieur des dislocations. Cepen-
dant, la restauration diminue faiblement la dureté. Seule une élévation de température du
matériau écroui jusqu'à une température proche de Tf12 peut induire la recristallisaation.
Cette transformation consiste en la germination globalement isotrope et la croissance de
nouveaux grains moins disloqués. Chaque grain ainsi régénéré retrouve une densité de
dislocations correspondant à l'état initial. Si la température de recristallisation est bien
adaptée, le nombre de grains recréés est beaucoup plus grand que le nombre initial.
L'objectif de renforcer le métal par une tadle de grain fme est atteint. A température plus
élevée il se produit un grossissement et la coalescence des grains et l'effet de renforcement
disparaît. E n définitive, l'optimisation du renforcement mécanique est essentiellement
maîtrisée par le contrôle des températures des traitements thermomécaniques, comme le
laminage à chaud, pendant lesquels se produit une recristallisation.

Tableau 14-1-2 : Effet des étapes de restauration- recristallisation- grossissement de grains,


Tf est la température de fusion du métal exprimée en Kelvins
1 : Travail à froid II : Restauration au III : Recristallisation IV: Grossissement de
cours du temps, T<Tfl2 T proche Tfl2 grains, T>Tfl2
Métal écroui à Arrangement des dislo- Germination et croissance Grossissement et
forte densité de cations en écheveaux, d'un grand nombre de grains coalescence des grains
dislocations polygonisation dans les grains disloqués
Métal dur et peu Léger adoucissement Adoucissement qui donne un Adoucissement excessif
ductile métal ductile mais davantage
renforcé que l'état initial

Durcissement par solution solide


Ce durcissement résulte de la présence d'éléments d'alliage en substitution ou en intersti-
tiels. Dans le cas des atomes placés en substitution, la distorsion du réseau due à la diffé-
rence de taille avec les atomes constitue une entrave au mouvement des dislocations qui
doit être surmontée par une augmentation de la contrainte appliquée. Dans le cas des
atomes interstitiels, le champ de contrainte induit dépend de la configuration de l'espace
libre entre les atomes. Un atome de carbone placé dans un site octaédrique du fer cfc
engendre un champ de contrainte symétrique, alors que placé dans un site tétraédrique du
fer cc le champ de contrainte est dissymétrique. Les distorsions induites par les interstitiels
dans le réseau quadratique centré de la martensite produisent un renforcement considéra-
blement plus grand qu'un simple effet de solution solide.

Une autre interaction à caractère chimique provient de la différence de liaisons avec les
voisins. Si les atomes étrangers sont suffisamment mobiles, ils peuvent migrer vers les
dislocations, et former un "nuage" ou atmosphère de Cottrell. Les dislocations sont bloquées
256 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

AREMPa
Austénite

A 0,s 1
Pds %
%5 2 23 BO 2 4 6 8
At%
IO 14 16 18

Figure 14-1-3 :
A) Renforcement par solution solide dans des aciers contenant de la ferrite et de la perlite de type
HSLA; B) Renforcement de lausténite.
d'après [Pic 781

ou ancrée3 par le nuage d'impuretés. C'est le cas des aciers extra-dom qui vieillissent à cause
de la migration de l'azote et du carbone. La migration se produit à température ambiante
pour l'azote et vers 100 OC pour le carbone. Cet effet est différent du freinage considéré
dans les paragraphes précédents : une fois la dislocation arrachée à son nuage, elle se meut
librement. A température moyenne (200-400 OC), les atomes interstitiels sont très mobiles,
aussi il se produit une succession d'ancrages et de désancrages. C'est le vieillissement dyna-
mique en cours de déformation, effet Portevin-Le Chatelier qui permet d'interpréter les
crochets répétés sur la courbe de traction [Cah83].

L'effet des éléments d'alliage sur la ferrite est bien connu mais l'intérêt pratique est faible à
cause de la limite de solubilité très basse pour les éléments les plus durcissants comme le
carbone et l'azote (fig. 14-1-3 A). L'austénite peut aussi être renforcée par des éléments
d'addition (fig. 14-1-3 B). Le problème à gérer est la chimie du système car les éléments les
plus efficaces sont les éléments interstitiels susceptibles de générer des précipitations indé-
sirables et les éléments alphagènes qui déstabilisent l'austénite.

Durcissement par la présence de précipités


Les précipités constituent un obstacle au passage des drslocations à travers le matériau.
Les précipités cohérents peuvent être traversés et cisaillés par les dislocations de la matrice.
La contrainte nécessaire au cisaillement dépend de la taille des particules (elle augmente
avec celle-ci) et de leur nature (module de cisaillement propre de la particule). Lorsque le
désaccord paramétrique entre la matrice et les précipités est grand, il engendre des
contraintes de cohérence qui interagissent avec les dislocations. Les précipités incohérents
ne peuvent pas être traversés puisqu'il n'y a pas de continuité du plan de glissement. Ils
sont contournés. La contrainte nécessaire au contournement est inversement proportion-
nelle à la distance entre particules. Cependant même des précipités cohérents ne peuvent
pas être cisaillés au dessus d'une taille critique, ils doivent alors être contournés.
Globalement, la contrainte d'écoulement dépend de la distance entre les particules, de leur
taille, de la fraction volumique de précipité et des modules de cisaillement propres à la
phase concernée. Par exemple, dans les aciers martensitiques, un traitement thermique aux
environs de 500 OC peut provoquer la précipitation continue de carbures cohérents qui ont
un effet durcissant pour des temps de revenu courts ou une température ne dépassant pas
600 OC. Ce mécanisme est un durcissement de type structural, appelé durcissement secon-
daire. D'une manière générale, le durcissement maximal est observé pour de très fins
précipités (10 nm ou moins). La coalescence ouplzisprébsément le m&rissementdesprécipith annzile
L'effet dzircissant. Le maintien d'un renforcement structural à haute température est difficile
parce que les précipités grossissent facilement ou encore se dissolvent. Il est cependant
réalisable en présence de certaines phases qui sont stabilisées par de forts ancrages de
cohérence (voir $20-3).
La présence de gros précipités, d'agrégats ou de seconde phase massive crée un effet de
renforcement limité, en particulier si cette dernière est intrinsèquement faible. C'est le cas
des précipités de carbures secondaires dans l'austénite, de la perlite ou de la présence
d'îlots de ferrite dans les aciers duplex.

La ténacité
Pour un matériau donné, l'aptitude à résister à la propagation d'une fissure sous l'effet
d'une contrainte se traduit par la valeur de résilience qui exprime l'énergie emmagasinée lors
de l'impact qui produit la rupture. La mesure est effectuée sur des éprouvettes normali-
sées, entaillées auxquelles on fait subir un choc à l'aide d'un mouton Charpy. L'entaille
simule une fissure avec un rayon de courbure reproductible en tête de la fissure. La téna-
cité exprime l'aptitude à résister en fatigue et se mesure de même sur une éprouvette
entaillée et pré-fatiguée. La ténacité est un paramètre critique dépendant de la chimie de
l'alliage. Il est corrélé avec la limite d'élasticité avec une tendance opposée (fig. 17-2-4).
si le matérian estfragile, c'est-à-dire non ducule, il n'y a pas de déformation plastique et le
rayon de courbure en tête de la fissure reste petit. Le comportement en tête de fissure
demeure essentiellement élastique ce qui conduit à des contraintes très élevées favorisant
le développement de la fissure qui se propage le long de plans préférentiels. La rupture,
dite fragile, présente un faciès en faisceaux de plan clivés (figures 14-1-4 B et 21-4-7 A).
L'énergie dissipée est faible puisqu'aucun mécanisme de relaxation par propagation d'une
déformation plastique n'est opérant.
si le matémazi est dzictile, il y aura émission de dislocations en tête de la fissure et propaga-
tion d'une déformation plastique qui émoussera la fissure de façon à la rendre moins
critique et à la stopper. La plasticité conduit à un endommagement qui se traduit par
l'apparition de cavités au niveau des inclusions et des joints de grains. La rupture, dite
ductile, se caractérise par un faciès en cupules lorsque les obstacles privilégiés sont les
précipités (figures 14-1-4 C et 21-4-7 B) et par un faciès en blocs lorsque les obstacles
sont les joints de grains (fig. 7-1-6). L'énergie dissipée est grande car le travail plastique
accompli est conséquent.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 14-1-4 :
Faciès de rupture de l'acier 1035
ou C35E4 constitué de ferrite et de
perlite:
Al, A2) macrographies d'éprouvet-
tes rompues vers 20 OC; les zones
claires brillantes flèches) sont les
zones à rupture fragile et les zones
sombres sont celles à rupture duc-
tile. (section de 1 cm2 normalisée
de l'essai Charpy) ;

B) micrographie électronique de la
zone fragile; à observer les zones
planes de clivage, des ruptures
rayonnant autour d'une plage cen-
trale appelées rivières, des ruptu-
res avec des sillons profonds cor-
respondant à une décohésion
intergranulaire ;

C) micrographie électronique de la
zone ductile; à observer: les cupu-
les, la présence de précipités au
fond de quelques cupules et la
large plage de perlite au centre
d'un large cratère ;

D) micrographie électronique de la
zone frontière, qui illustre la diffé-
rence de taille des deux faciès.
Figure 14-1-5 :
Comportement en ténacité (essai Charpy) à
basse températurespour les dzflérentesfamilles
d'aciers inoxydables.
Adapté d'après un document Ugine, groupe
A rcelo~

La mobilité des dislocations est liée à la structure cristallographique du matériau ; elle est
faible à basse température dans les matériaux à structure cubique centré. De ce fait, la
température joue un rôle en permettant aux dislocations de franchir les obstacles par glis-
sement dévié. Les énergies mises en jeu diffèrent considérablement suivant le mode de
rupture, soit de 20 à 70 J dans le cas de la figure 14-1-4. Le phénomène est critique pour
les aciers ordinaires parce que la température de transition ductile/fragile est proche de la tempé-
rature ambiante (voir plus loin figure 17-2-2 l'effet du carbone). Dans un large intervalle
de température le faciès de rupture est mixte (figures 14-1-4 A et D). La proportion de
zone fragile/ductile est variable, ce qui donne un large étalement des valeurs d'énergies
dans l'intervalle de transition (fig. 14-1-5). La transition n'existe pas pour les matériaux à
structure cubique faces centrées, comme les aciers en phase austénitique.
Au point de vue pratique, une bonne ténacité est la plupart du temps nécessaire. La solu-
tion réside soit dans la suppression ou la neutralisation des éventuelles sources de micro-
fissures par la diminution de la teneur en éléments précipitant aux joints de grain ; soit
dans la modification de la structure cristalline en rendant le glissement dévié plus facile
(rôle du nickel).
Il suffit d'évoquer le naufrage tragique d u Titanic en 1912 pour apprécier l'importance de
cette caractéristique. Le paquebot a sombré lors de son voyage inaugural à cause de la rup-
ture fragile de l'acier, l'effet d u choc contre l'iceberg a été catastrophique compte tenu de la
température de l'eau à 2 OC. L'acier était performant à l'époque, d'ailleurs u n paquebot frère
sur le même modèle, l ' o l y m p i c , est resté plus de vingt ans e n e n sewice [Fel98]. Les Liberty
ships américains construits pendant la Seconde Guerre mondiale fournissent un autre exem-
ple spectaculaire. Des fissures amorcées en eaux froides dans la coque entièrement soudée ont
développé ultérieurement des ruptures totales cassant le bateau e n deux, en l'absence de tout
effort anormal. C e problème fut résolu, dans la deuxième moitié d u siècle, par la mise a u
point d'aciers capables d'équiper des bateaux brise-glace ou des constructions sibériennes.

La formabilité
C'est l'aptitude du matériau à être mis en forme, sa capacité à subir une déformation
importante sans déchirure lors de laminage ou d'emboutissage profond. La formabilité
260 LA MICROSTRUC~UREDES ACIERS ET DES FONTES

d'un matériau est d'autant plus élevée que sa limite d'élasticité est basse et que sa capacité
d'écrouissage est élevée. C'est cette dernière qualité qui est mise à profit dans le cas des
aciers TRIP. La ductilité propre du matériau est l'exigence essentielle, mais elle doit être
similaire pour les inclusions éventuelles sinon il se produit une décohésion. Certaines
inclusions sont relativement ductiles et ne sont pas nocives, d'autres sont des phases dures
sans ductilité comme des carbures par exemple qui doivent être évitées. La propreté inclu-
sionnaire est maîtrisée au moment de la préparation du métal (g 15-4) @?hi02].

La dureté
La dureté d'un matériau est caractérisée par une mesure macroscopique qui détermine
l'enfoncement d'un indenteur, par exemple une pointe de diamant, sous une charge
donnée. La zone concernée doit englober un volume représentatif du matériau et
comporter éventuellement plusieurs phases. De nombreuses de phases très dures sont
présentes dans des matériaux composites, enchassées dans une matrice comme dans le cas
des fontes, ou bien combinées avec un simple liant (annexe 22-8)' (g 21-2). Elles contri-
buent à la dureté globale. Mais le comportement du matériau est lié également aux
propriétés de la matrice et à la cohésion entre le précipité ou l'inclusion et la matrice. Une
grande dureté est souvent associée à une bonne résistance à l'usure abrasive.

14-2 Le rôle des éléments d'addition

Les éléments dits "résiduelsyy


Certains éléments sont présents à faible teneur dans l'acier ; ce sont des impuretés intro-
duites non intentionnellement. Certains sont introduits au contact avec l'atmosphère
pendant la fusion ou d'autres opérations à chaud : ce sont l'oxygène, l'azote, l'hydrogène
(sous forme de gaz dissous ou combinés). D'autres éléments sont délibérément ajoutés
dans le bain liquide pour neutraliser l'oxygène et/ou le soufre : ce sont le manganèse, le
silicium, l'aluminium, le magnésium ou le calcium qui se transforment en oxydes. Ces
derniers éléments sont retenus en majeure partie dans le laitier, à l'exception d'une faible
proportion incorporée dans le bain et qui subsiste comme éléments d'alliage inévitables.
Le manganèse en addition, ou le plus souvent présent dans les matières premières,
provoque la précipitation de M n 0 sous forme d'inclusions. L'oxyde M n 0 est cependant
moins néfaste que F e 0 qui précipite aux joints de grains. L'acier est dit effervescentà cause
d'un dégagement de CO le long du front de solidification résultant de la ségrégation du
carbone et de l'oxygène dans le métal liquide (m'mminggrades en anglais). L'utilisation de
déoxydants plus puissants comme le silicium ou l'aluminium conduit à l'acier dit calmé
(killed en anglais) qui est utilisé en coulée continue, c'est-à-dire majoritairement. Dans ce
cas, l'oxygène, moins ségrégé, ne provoque plus de dégagement gazeux. Il se forme cepen-
dant des précipités sous forme d'oxydes mixtes susceptibles d'initier des criques. L'acier
obtenu est plus homogène et contient davantage de carbone et de silicium qui ont un effet
durcissant mais il est moins déformable. L'acier calmé est plus coûteux.
Enfin certains éléments sont présents de toutes façons dans l'acier à cause des impuretés
contenues dans les matières premières : Si, Al, P, As et S ou encore introduites à l'état de
traces provenant des mitrailles et riblons de récupération : Ni, Cr, Cu, Sn, etc. Le plomb,
l'étain, l'antimoine et l'arsenic sont reconnus comme impuretés nocives, car elles fragilisent
les joints de grains dans les soudures ou après revenu [Gut77].

Les micro-additions
Ce sont des additions délibérées avec des teneurs de l'ordre de quelques ppm à 1 %.
Excepté dans le cas des interstitiels, elles modifient peu les équilibres des phases majeures.
Les effets sont multiples et interactifs, ils sont rappelés brièvement :
Précipitation dans le bain liquide. Certains éléments comme le niobium ou le titane dont la
solubilité est très faible en présence de carbone et d'azote jouent le rôle de piège pour
diminuer la teneur en interstitiels. De même le manganèse est utilisé pour neutraliser le
soufre. En outre, les précipités réfractaires formés dans le liquide jouent un rôle d'agents
de germination.
Précipitation due à la ségrégation interdendritique. Des phases mineures se forment en fin de
solidification à partir du liquide ségrégé dans les sillons interdendritiques. Le point de
fusion est localement abaissé avec le soufre (sauf en présence de suffisamment de manga-
nèse pour combiner tout le soufre sous forme de MnS) et avec le phosphore, créant un
risque de brûlure.
Ségr&ation auxjoints de grains en phase solide. Certains éléments diffusant facilement favori-
sent une précipitation aux joints comme le phosphore, le bore, le carbone et l'azote où ils
se combinent avec des éléments à faible solubilité pour former des composés, par exemple
AlN. La conséquence sur les propriétés peut être un renforcement mécanique par freinage
des dislocations, ou bien une fragilisation.
Précipitation lors du revenu de la martensite. Cette précipitation provoque un durcissement
secondaire qui est en fait un durcissement structural complexe par la précipitation de fins
carbures alliés, dispersés. Les principaux éléments qui forment des carbures sont, par ordre
de stabilité croissante : Mn, Cr, W, Mo, V, Ti, Zr, Ta et Nb.
Pré@itdtion engendrant un durcissement structural. Ce sont soit des éléments très peu solubles à
basse température, comme le cuivre, des éléments d'addition indépendants du carbone qui
peuvent former des précipités de composés intermétalliques.
Effetsgr la trempabilité. La trempabrltté est l'aptitude d'un alliage à subir une transforma-
tion martensitique par trempe. Elle dépend de la valeur de la température Ms et du retard
des transformations perlitique et bainitique. A teneur limitée l'effet sur Ms est négligeable
alors que presque tous les éléments d'alliage améliorent plus ou moins la trempabilité en
retardant les transformations. Les éléments à faible produit de solubilité ont un effet
induit : en retirant le carbone de l'austénite ils élèvent MS.
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 14-3-1 :
Evolution du domaine de lausténite illustréepar la superposition d 'isoplètes calculéespour dzfléren-
tes teneurs en éléments d'addition pour les systèmes ternaires Fe-graphite-Si et Fe-cémentite-Mn. Le
système de comparaison à concentration marquée O est le système Fe-cémentite en gris.
Le silicium réduit le domaine de lausténite, il est alphagène. Le manganèse élargit ce domaine, il est
gammagène. L'effet est sensible même pour des teneursfaibles.

14-3 Les éléments d'alliage


Rôle alphagène/gammagène des éléments d'alliage
Les éléments susceptibles de modifier sensiblement les équilibres de phases par rapport au
diagramme de référence Fe-C sont considérés comme des éléments d'alliage. Les éléments
qui agrandissent le domaine de stabilité de l'austénite y sont dits gammagènes et l'exemple
typique est le nickel. Les éléments qui duninuent ce même domaine au profit du domaine
a (ou 6) sont dits alphagènes, l'exemple typique est le chrome. Les diagrammes de phases
fer-chrome et fer-nickel ont été présentés figures 4-4-2 et 3-3-3, deux autres exemples sont
reportés pour le manganèse gammagène et le silicium alphagène (fig. 14-3-1). Les
diagrammes de phases des éléments gammagènes se retrouvent sous deux configurations.
Les éléments Ni, Mn, Co, Pt, Pd, Ru, Rh, Os, Ir, forment avec le fer y un domaine de solu-
bilité totale à haute température et à l'état solide (type Fe-Ni). Les éléments C, N, Cu, Au,
Zn comportent un domaine lirmté pour 17austénite.
Les diagrammes de phases des éléments alphagènes se retrouvent aussi sous deux configu-
rations. Les éléments Cr, W, Mo, V, Ti, Si, Al, P, Be, As, Sn, Sb donnent avec le fer y un
domaine de solubilité limité de tous côtés par un domaine à deux phases (type Fe-Cr). Les
éléments S, B, Zr, Ta, Nb, Ce donnent une autre configuration dans laquelle le domaine y
est rétréci sans toutefois former la ferrite a.Il y a équilibre entre y et un composé du fer.
L'origine de cette influence gammagène ou alphagène doit être recherchée dans les simili-
tudes des structures cristallines. La plupart des éléments gammagènes cristallisent dans le
système cfc, isomorphe de l'austénite. Tous les éléments alphagènes sont de structure
cubique centrée ou bien forment un composé cubique centré.

Les équivalents
Il est commode d'évaluer le pouvoir alphagène ou gammagène par référence au chrome et
au nickel. Des équivalents, Eqc, et Ewi,sont déterminés par des formules établies par
ajustement empirique des coefficients pour chaque élément. Les domaines de l'austénite
ou de la ferrite peuvent alors être définis par des diagrammes bi-dimensionnels pour une
certaine température d'austénitisation ; ce sont les courbes noires de la figure 14-3-2. Un
renseignement complémentaire essentiel est la trempabilité interprétée par une deuxième
série de courbes grises limitant les zones où la transformation martensitique est totale ou
seulement partielle en fonction des températures Ms et MF.

Les diagrammes de ce type ont été établis pour prédire la structure de soudures. Le
premier chronologiquement est celui de Schaeffler en 1949 [Sch49], modifié par la suite
notamment par DeLong en 1960 [pelbO] et en 1973 [Lon73]. Une version du diagramme
de Schaeffler est souvent utilisée (fig. 14-3-2) [Lac90]. Les diagrammes diffèrent essentiel-
lement par les formules d'équivalents qui comportent plus ou moins d'éléments d'alliage
(annexe 22-3). Des formules ont été adaptées aux alliages coulés et d'autres affinées à une
certaine gamme de compositions, par exemple pour les aciers à 12 O/o de chrome ou les
aciers duplex en fonction du niveau de concentration d'éléments sensibles [Kra80],
[CamOO]. Plus récemment, une confrontation entre ces formules et celles résultant de
calculs thermodynamiques a montré un excellent accord pour les éléments alphagènes et
une médiocre concordance pour les éléments gammagènes, surtout le manganèse Pnd021.

Le chrome a aussi pour effet de former la phase o fragilisante dans la gamme de tempéra-
ture 500/820 OC (diagramme de phases figure 4-4-2). D'autres éléments stabilisent ou
renforcent la phase o comme le silicium et le molybdène, ils sont dits sigmagènes. Plusieurs
éléments sont à la fois alphagènes et sigmagènes, ce qui explique une tendance à
confondre les deux rôles. Ce rapprochement n'est pas vraiment justifié car la phase o est
un composé électronique dont la formation dépend d'une optimisation du nombre d'élec-
trons mis en commun, alors que la phase a est une solution solide de substitution. Un
autre effet dû au chrome est de provoquer une démixtion, une séparation de phases a et a'
vers 475 OC qui est fragilisante. Cette tendance n'est pas partagée avec tous les autres
éléments alphagènes.

Classification des aciers en familles


Il est toujours difficile de proposer des catégories pour un produit aussi riche en diversité
que les aciers. Dans l'optiqgepbsico-chimiste de cet ouvrage, la classification est choisie en
fonction de la microstructure commune à l'intérieur d'un famille. A cet égard les
diagrammes empiriques de Schaeffler ou DeLong constituent d'excellents guides.
LA MICROSTRUCTüRE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 14-3-2 :
Diagramme de Schaefler
les courbes noires définissent des
domaines de phases ;les courbes
grises limitent respectivement la
zone où les points MS et MF sont au
dessus de la température ambiante
(transformation totale) et la zone ou
seul le point MS est au dessus de la
température ambiante (transforma-
tion partielle entre les d e n )

Les aciers d o ~ et
x micro-aZliés, de structure ferritique, sont proches du fer pur. Ils sont très
ductiles. Ces aciers sont situés dans la zone attribuée à la ferrite a sur le diagramme de
DeLong. Ils servent à fabriquer des produits plats pour emboutissage, des tôles destinées à
être revêtues. Les aciers micro-alliés offrent un compromis entre une bonne ductilité et
une bonne ténacité. Ils peuvent servir aussi à fabriquer des tôles ou des produits longs
pour la construction.
Les aciers à traitements thermiques sont peu alliés, de structure austénitique à chaud, et
martensitique, bainitique ou perlitique après traitement. Ils sont situés dans le domaine
indiqué Martensite. Les aciers alliés à forte teneur en carbone comme les aciers à outils et
les aciers rapides ont une matrice qui dépend aussi complètement des traitements therrni-
ques mais ils contiennent en plus des carbures primaires ou secondaires. Ils servent à fabri-
quer des produits longs, des pièces devant résister à l'abrasion, des roulements.
Les aciers inoqdables martensitiques comportent une teneur élevée en chrome pour assurer
la résistance à la corrosion. Ils sont situés dans le domaine indiqué M. Ils servent à fabri-
quer des pièces devant résister à l'abrasion et la corrosion, de la boulonnerie.
Les aciers inoxydables austénitiques comportent du chrome alphagène et des éléments
gammagènes. Le domaine est concentré autour de l'ovale gris clair. Il servent à fabriquer
des cuvelages et récipients pour l'industrie alimentaire, des garnissages d'appareils électro-
ménagers...
Les aciers inox_ydablesferm'tiquesalliés, de structure ferritique, comportent majoritairement
des éléments alphagènes dont le chrome. Ils se situent dans le domaine indiqué Ferrite. Les
aciers austéno-jerm'tiques très alliés sont représentés par l'ovale gris foncé. Ils sont utilisés
pour fabriquer des pièces pour l'industrie pétrolière, chimique ou nucléaire.
Les aciers et superalliages contenant dufer capables de conserver de bonnes propriétés mécani-
ques et une bonne tenue à la corrosion après de longs maintiens en température (voire
même de très longues durées). Cette famille regroupe des alliages bien différents pour du
matériel performant : turbines, industrie chunique, centrales, aéronautique).
Une récapitulation du rôle des éléments d'alliage est proposée en annexe 22-7.
Macrostructures de solidification

La macrostructure est une image de la structure d u métal à une échelle visible à l'œil nu. C'est essen-
tiellement la répartition en zones des grains générés par la solidification. Les deux principales zones
(zone colonnaire et zone équiaxe) se retrouvent, indépendamment de la taille d u lingot, aussi bien
dans un cordon de soudure de quelques millimètres de large que dans u n gros lingot de forge et même
à l'échelle géologique.

15-1 Les produits de solidification de l'acier


La plupart des produits d'aciers sont préparés à partir de l'état liquide. Au cours de cette
étape, la composition est ajustée et éventuellement le bain est débarrassé de solutés ou
d'inclusions nuisibles. L'acier est solidifié sous diverses formes suivant l'application recher-
chée. Les pièces de fonderie sont un cas particulier parce que la solidification leur donne
leur forme définitive adaptée à leur usage (pièces destinées à l'industrie hydraulique ou
chimique: corps de pompes, aubes de turbines, vannes). Tous les autres produits sont soli-
difiés en blocs presque parallélépipédiques qui reçoivent leur forme définitive par une
opération de laminage ou de forgeage. La coulée en lingot est pratiquée pour de grands
lingots de forge ou encore de petits lingots pour des nuances particulières. A l'heure
actuelle, la plus grosse partie du tonnage de la production d'aciers usuels est préparée par
coulée continue sous forme soit de brame pour les produits plats, soit de bloom ou de
billette pour les produits longs. L'ordre de grandeur des dimensions est de 5 à 40 cm
d'épaisseur sur une largeur atteignant 2,5 m pour les brames, et de 15 à 40 cm de côté pour
les blooms et de 10 à 15 cm de côté pour les billettes dans les cas de sections carrées. La
coulée continue en brames minces ou en plaques minces vise à obtenir un produit
"presque aux cotes", Near-Net Sbape Casiings, Tbin Slab Casting ou St@ Caxiings Pir981.
Par ailleurs, certaines applications imposent que le matériau soit soumis à un double cycle
de fusion et de solidification, comportant pour finir une refusion d'électrode consom-
mable évoquée plus loin.
LA MICROSTRUCïURE DES ACIERS ET DES FONTES

La macrostructure de solidification est par définition


l'ensemble de la structure de grains et la répartition des
défauts à l'échelle du produit. Les propriétés d'usage en
dépendent. En effet, dans le cas des pièces de fonderie,
c'est la seule structure car la plupart de ces pièces sont
utilisables après un simple traitement de détentionne-
ment. Les autres produits solidifiés subissent des traite-
ments thermiques ou thermomécaniques tels que le
forgeage ou le laminage. Cependant, ces traitements
n'effacent pas la structure de défauts, ni les ségréga-
tions de solidification jBér97I. Les défauts de solidifica-
tion sont partiellement transformés chimiquement, ils
sont déformés, étirés, mais ils conservent leur environ-
nement et restent identifiables dans le produit final. Le
contrôle de la qualité finale passe par une maîtrise de
toute la chaîne de traitements.

15-2 Structure de solidification


d'un acier en coulée continue
Caractéristiques de la coulée continue
L'idée de couler le métal de façon continue ou
semi-continue date d'il y a cent ans. Le procédé de
coulée continue pour les aciers a été développé pendant
la deuxième moitié du 2oèmesiècle [Wo192] et est actuel-
lement utilisé pour environ 98 % de la production. Le
Figure 15-1-1 :
Coulée continue d'acie~ procédé consiste à couler le métal à travers une lingo-
schéma. tière sans fond, généralement en cuivre refroidi. A son
contact, le liquide forme par solidification une enve-
loppe qui sert de moule. Le front de solidification
progresse à partir de cette enveloppe vers l'axe du produit. L'enveloppe, très mince au
départ, est maintenue par des rouleaux de soutien et refroidie par pulvérisation d'eau. Le
lingot est extrait de la lingotière à une vitesse de l'ordre de un mètre par minute. La zone
liquide centrale est appelée puits liquide, la profondeur dans l'axe peut atteindre 14 m
[Sta82], [Gat95], [Bér94].
La distribution du liquide et du solide est décrite schématiquement suivant une section
axiale (fig. 15-1-1). En section transversale en partant de la surface vers l'axe, il y a une
couche complètement solide (gris foncé), puis le squelette dendritique cohésif gorgé de
liquide (gris moyen) et le liquide (gris clair) dans la partie axiale contenant des cristaux en
suspension sauf dans la partie supérieure surchauffée.
Figure 15-2-1 :
Section transversale d'un
bloom d'acier inoxydable.
La démarcation entre la
zone colonnaire et la zone
équiaxe est très franche, ce
fait est lié au brassage élec-
tromagnétique lors de la
coulée continue. Largeur
205 mm.
Document CRU- Ugine
Savoie Imphy,
groupe Arcelor:

Les différentes zones solidifiées


La figure 15-2-1 présente la macrographie d'une section transversale d'un bloom d'acier
inoxydable. La forme des grains et leur orientation permet de distinguer deux zones :
au centre du produit, la zone équiaxe, ainsi nommée parce que les grains ont des orienta-
tions aléatoires
à la périphérie, la zone colonnaire. Les grains sont allongés perpendiculairement à la
surface du produit. Un examen attentif de cette zone révèle que la taille des grains colon-
naires augmente depuis la surface vers le cœur. A la surface, une zone de grains très fins
constitue la zone dite de peau, ici peu visible.
Le mécanisme de formation de cette structure met en jeu des phénomènes thermiques,
hydrodynamiques et physico-chimiques. Le procédé fonctionne à l'état permanent. Pour
décrire la macrostructure, il suffit de considérer l'évolution d'une tranche de matériau qui
descend à travers un champ de température fixe par rapport à la lingotière. Les premiers
cristaux se forment lors du contact du liquide contre la paroi de la lingotière à travers une
très fuie couche de laitier. Le refroidissement est brutal ce qui donne une microstructure
très fine de la zone de peau sur une zone très mince, large de quelques millimètres, qui
apparaît sur les coupes comme une peau d'où son nom français (en anglais chill ?one).
Quelques marques spécifiques de cette zone sont liés au déplacement du lingot à travers la
lingotière, ce sont des rides d'oscillations peu profondes en général [BérOO].
La figure 15-2-2 illustre la structure de la zone de peau avec des dendrites fines en bordure
qui deviennent plus grossières vers l'intérieur au sein d'un même grain. Une ride a replié le
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS E T DES FONTES

Figure 15-2-2 :
Zone de peau à la bordure d'une
brame d'acier inoxydable type 304.
Coupe transversale et attaque Lichte-
negger et Bloesch. Les dendrites sont
fines en bordure, et quatre à cinqfois
plus grossières à quelques millimè-
tres du bord.
Deux défauts sont visibles: P la trace
d'une ride d'oscillation et S une zone
de ségrégation associée.
Document CRU-Ugine Savoie Imphy,
groupe Arcelor:

métal et laissé une marque visible à cause des changements d'orientation des grains et des
ségrégations associées.

La zone colonnaire est constituée de grains qui se développent à partir des grains de la
zone de peau et croissent perpendiculairement au front de solidification. La sélection des
grains se fait par l'orientation cristalline. Même dans le cas de métaux qui cristallisent dans
un système cubique, c'est-à-dire un système peu anisotrope, certaines directions d'orienta-
tion des grains ont une croissance plus rapide et finissent par prédominer. Le front de soli-
dification suit pratiquement la progression de la surface isotherme à la température du
liqzIidzIs. La croissance de la zone colonnaire progresse depuis les parois vers le centre du
lingot suivant des grains longilignes car le métal liquide se refroidit principalement par
conduction thermique à travers le solide déjà formé.

La structure colonnaire crée des difficultés lors de la mise en forme de l'acier à cause de son
anisotropie cristalline qui se manifeste par une déformation orientée. Toutefois, il existe quel-
ques cas pour lesquels une structure colonnaire est favorable, par exempte celui des alliages
magnétiques de type Al-Ni-Co parce que l'énergie magnétique emmagasinable est supérieure
pour une texture orientée.

Extension relative des zones colonnaire et équiaxe


La présence de la zone équiaxe implique que les cristaux ont été formés en suspension
dans le liquide et ont pu adopter librement n'importe quelle orientation cristalline. Donc le
liquide s'est trouvé en surfusion après évacuation de la surchauffe à travers la zone colon-
naire. La surfusion est relative à la composition locale du liquide enrichi par les rejets de
soluté. La croissance secondaire de ces nombreux cristaux équiaxes bloque le développe-
ment de la zone colonnaire. L'origine des multiples germes qui donnent naissance aux cris-
taux équiaxes reste un sujet de controverse. Plusieurs auteurs s'accordent sur l'hypothèse
de la double origine des cristaux équiaxes :fragmentation des dendrites et germination en volzime.
En un premier temps les branches de dendrites détachées du front de croissance colon-
naire sont entraînées par les flux convectifs où elles peuvent évoluer longtemps si la
température n'est pas trop élevée. Durant cette étape, elles peuvent refondre partiellement
à la rencontre de liquide plus riche en soluté ou simplement coalescer. En fin de processus
se produit une germination hétérogène massive.
Les proportions respectives des zones colonnaire et équiaxe dépendent de différents
facteurs. En premier lieu interviennent les caractéristiques physico-chimiques de l'alliage,
en particulier son intervalle de solidification. En second lieu viennent les conditions ther-
miques, la surchauffe de l'alliage, ainsi que l'intensité du flux de chaleur extrait. Enfin il
faut considérer les conditions hydrodynamiques, convection naturelle ou brassage. La zone
colonnaire est d'autant plus épaisse que la surchauffe du liquide est grande par rapport à la
température de liquidus [Bér94]. Cette zone étant indésirable, une façon de la limiter est
d'abaisser et d'homogénéiser la température du puits liquide. Le procédé courant consiste
à imposer un brassage dans le bain par des forces électromagnétiques qui accélère l'évacua-
tion de la surchauffe. Ce brassage dit é'lectromagnéhque a, en outre, l'effet de limiter la ségré-
gation clinique dans le bain.

15-3 La structure de solidification d'un grand lingot


La structure de grains
La structure de grains d'un lingot est toujours plus compliquée que celle produite par
coulée continue car il n'y a pas d'état stationnaire. L'échelle de temps dépend de la taille du
lingot, le refroidissement peut durer de une heure à plusieurs jours ; le temps local de soli-
dification peut atteindre plusieurs dizaines d'heures (35 h pour un lingot de 180 t
Pan981). De même que pour la coulée continue, trois zones caractéristiques (zone de
peau, zone colonnaire et zone équiaxe) sont distinguées par référence à la taille, la forme et
l'orientation des cristaux Pes891 (fig. 15-3-1).
La zone colonnaire est formée de grains allongés suivant la direction perpendiculaire à la
surface. Elle occupe une couronne extérieure d'épaisseur variable entre le sommet et le bas
du lingot. La zone équiaxe présente une grande diversité de la taille de grains qui a conduit
à distinguer différentes régions dans le schéma simplifié.
La différence de densité entre le liquide et le solide fait que les cristaux équiaxes décantent
progressivement. Ils finissent par s'accumuler dans le bas du lingot formant un cône de
sédimentation. Il est admis que cette sédimentation intervient à une période relativement
précoce de la solidification. Les dendrites les plus anciennes sont les plus globularisées,
elles ont perdu toute structure dendritique lisible (zone ZGI sur la figure 15-3-1).Au fur et
à mesure que le liquide se refroidit les grains grossissent jusqu'à être pris en masse comme
un sorbet (zones ZEg et M sur la figure 15-3-1).

La ségrégation à l'échelle du lingot


Le squelette dendritique se développe à une température à laquelle les échanges solutaux
sont très actifs. Les éléments à forte diffusivité comme le carbone, l'azote et l'oxygène
diffusent facilement dans le solide déjà formé et les conditions sont loin d'être conformes
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

à l'évolution de type S-G. Ce ne sont pas non plus celles de l'équilibre thermodynamique.
Les éléments d'alliage comme le manganèse, le chrome et le nickel ont une plus faible
diffusivité mais comme leur répartition est peu différente entre le liquide et le solide, ils
ségrègent peu. Le silicium, le soufre et le phosphore ségrègent davantage et leur teneur
peut augmenter dans le liquide jusqu'à atteindre dans la dernière fraction solidifiée des
Figure 15-3-2 :
Macroségrégation chimique en carbone dans un lingot de 65t
(hauteur 3,5 m et diamètre 1,8 m). Durée de solidzjkation 20 h.
Acier de îype 22CrNiMo6-4.
La partie gauche du dessin est une esquisse de la structure de
grain des diffërentes zones du lingot: zone colonnaire, zone
globulaire dans le cône sédimenté, zone dendritique équiaxe en
haut du lingot. Remarquer à mi-hauteur une zone intermé-
diaire entre la zone colonnaire et la zone globulaire où les den-
drites sont désorientées mais pas équiaxes.
La partie droite du lingot est divisée en régions de composition
chimique approximativement uniforme. Le signe «-N indique
une concentration en carbone inférieure à la composition glo-
bale et les signes «+» et K + + Ndes concentrations supérieures,
1 'écart est de l'ordre de 20 %par rapport à la concentration
moyenne.
Les ségrégations en V apportent également desfluctuations qui
n 'ontpas été rapportées.
Dessin adapté d'après un document INPL, Nancy, Fr,
[Ma2951

compositions de liquide eutectique abaissant les températures de fin de solidification en


dessous de 900 OC.
En définitive, la ségrégation dendritique engendre une couche de diffusion en avant du
front à l'échelle de quelques micromètres. Les solutés sont redistribués dans le liquide
grâce aux courants de convection thermo-solutale. Ce transport à l'échelle macroscopique
est à l'origine des macroségrégations. Dans le cas d'un soluté dont le coefficient de partage
est inférieur à un, par exemple carbone ou soufre, les dendrites formées au début de la
solidification ont une composition moins riche que la composition globale, alors que les
dendrites formées en fin de solidification ont une composition plus riche parce que le
liquide a été enrichi par ségrégation. Sur la figure 15-3-2 sont indiquées les zones plus
riches et moins riches que la composition initiale. Il apparaît que le cône de sédimentation
des premières dendrites correspond bien à une région dont la concentration en carbone
est inférieure à la concentration initiale, la ségrégation dans cette zone est dite ségrégation
négative Fle761, [Ols86], [Maz95].
La ségrégation à l'échelle du produit entier (fig. 15-3-2) est appelée ségrégation majeure.
Elle est considérée comme un défaut seulement si cette ségrégation peut interagir avec les
traitements thermiques. Par exemple, une différence de composition entre deux zones
peut induire un écart de contraction thermique à l'origine de contraintes internes graves
pouvant aller jusqu'à la rupture fragtle.
272 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

15-4 Qualité de la structure de solidification

Les mésoségrégations
Tous les lingots, y compris les lmgots ESR, VAR ou produits de coulée continue, peuvent
présenter des ségrégations à une échelle intermédiaire entre celle des dendrites ou celle du
produit pourvu qu'ils soient d'une taille suffisamment importante (100 mm ou plus). Ce
sont les ségrégations localisées ou mésoségrégations [Hu173], Uac831, [Les89]. Les zones
ségrégées sont caractérisées par une forme allongée dont la dimension étroite est de
l'ordre de 10 mm, dans laquelle la composition locale a subi une variation brutale. Il y a
trois catégories de mésoségrégations. Les plus évidentes sont les sé@&ations en A nommées
aussi veines sombres à cause de leur aspect sur la section verticale, de leur &sposition en
couronnes tronconiques à partir de la tête du lingot à la limite de la zone colonnaire
(fig. 15-4-1). Les s&régations en V sont localisées dans la zone équiaxe au centre du lingot.
(fig. 15-4-1). Les ségrégations en canazix (en anglais cbannel segregates) se manifestent par de
simples taches rondes lorsque la coupe leur est perpendiculaire, d'où le nom de freckles
(taches de rousseur en anglais). Dans ces zones les micrographies comportent localement
des populations de dendrites de tadle anormale, souvent associées aussi à une proportion
anormalement élevée de phases mineures à caractère eutectique et de présence de pores.
Enfin, la ségrégation axiale se manifeste le long de l'axe de symétrie du produit, lingot ou
produit de coulée continue, également par un saut de composition associé à une propor-
tion élevée de phases eutectiques.

Figure 15-4-1 :
Empreinte Baumann (image du soufie) d'un lingot d'acier calmé de
35 t d'acier mi-dur allié, coulé en chute sous vide.
Les lignes presque verticales sont les traces de ségrégation en A, les
zones pâles centrées sur 1 'axe au milieu du lingot sont les ségréga-
tions en K
Document d'après [Pok67].
La section du lingot qui mesure 2,9 m de hauteur est visible au musée
du fer à Nancy Jarville. Fr:
PYLACROSTRUCTURES DE SOLIDIFICATION 273

Macroségrégation et mésoségrégation impliquent un transport de soluté sur des échelles


macroscopiques, par différents mécanismes. Les vitesses de ces transports restent faibles,
comparables à la vitesse de progression des isothermes, de l'ordre de quelques micromè-
tres par seconde.
Considérons à part la ségrégation qui résulte de la sédimentation des cristaux équiaxes
visible sur les figures 15-3-1 et 15-3-2. Les cristaux équiaxes sont plus denses que le liquide
et tombent lentement en pluie. Ils sont d'autant plus pauvres en soluté qu'ils ont été
formés tôt dans le processus de solidification.
Un autre transport est celui qui résulte des courants de liquide interdendritique dans le
milieu pâteux. Les courants sont activés par différents moteurs du mouvement du liquide :
le changement de volume associé à la solidification elle-même. C'est le moteur principal
de la ségrégation inverse ;
la convection gravitaire, thermique et solutale ;
la déformation du tissu dendritique. Le squelette formé par l'imbrication des dendrites
partiellement solidifiées, dit ~ o n e p d t e m e doit
, être considéré comme une éponge qui peut:
soit absorber le liquide libre, soit rejeter du liquide interdendritique, suivant les déforma-
tions auxquelles le squelette est soumis de la part de l'extérieur. En particulier, la différence
de vitesse de refroidissement entre le cœur et la peau provoque une déformation d'origine
thermique. L'édifice formé par les dendrites équiaxes est mécaniquement instable jusqu'à
ce que la fraction solide dépasse environ 66 %. La déformation peut survenir de façon
brutale, par propagation d'un cisaillement. C'est l'une des interprétations proposées pour
la formation des V s&r&és dans les lingots et les produits coulés en continu Ple761. De
même que dans les lingots statiques, les mésoségrégations en V observées en coulée
continue sont d'autant plus importantes que l'acier est riche en carbone [Eng83], ph-851.
Macro-ségrégation et méso-ségrégation constituent des défauts graves [Jac83], Wei791.
L'échelle des ségrégations rend une homogénéisation ultérieure difficile. Ces défauts sont à
craindre principalement lorsque la composition comporte une teneur élevée en carbone,
ainsi qu'une teneur élevée en éléments lourds (tungstène, molybdène, par exemple), et
lorsque la taille du produit induit une vitesse de solidification lente, par exemple dans le
cas des grands lingots de forge ou des gros cylindres de laminoirs [Sha86]. Ces
méso-ségrégations empêchent l'application de la coulée continue aux aciers à roulement
riches en carbone [Bir85]. Certains modèles numériques sont conçus pour prendre en
compte les couplages entre les phénomènes thermiques, hydrodynamiques et
physico-chimiques à l'origine des ségrégations wan981, [Com98].

Inclusions
Les inclusions sont des particules non-métalliques qui se trouvent dans le produit solidifié.
Considérons à part les inclusions, dites exogènes, de fragments de matériaux réfractaires
des conteneurs que le laitier a entraînés. Ces inclusions peuvent être évitées par contrôle
des outils de coulée (filtres, barrages etc.). Les autres inclusions, dites endogènes, sont des
particules formées par cristallisation à partir du liquide. Elles résultent des impuretés non
274 MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

métalliques, principalement l'oxygène, auquel s'associe le soufre, combiné éventuellement à


l'azote et au phosphore [Gat95]. Lorsque les pièces d'acier comportent de telles inclusions
de taille grossière, celles-ci peuvent être à l'origine de fissures de fatigue [Met86]. La
maîtrise de la quantité, la distribution, la taille et la nature de la plupart de ces inclusions
peut être assurée par une pratique rigoureuse de la fusion de façon à réduire le taux
d'impuretés. L'industrie de l'acier est parvenue à fabriquer des tôles ultraminces, dites
fedards, ou des fils de diamètre de 13 Pm, dix fois plus petits que le diamètre moyen d'un
cheveu.
De nombreuses inclusions précipitent sous forme de particules en suspension dans le
liquide. La plupart sont éliminées par décantation jusqu'au laitier de couverture, de poche,
répartiteur et lingotière, mais il en reste. La forme de la coulée continue joue un rôle
important : la coulée verticale est plus favorable à la décantation. Les machines modernes
verticales-courbes (toute la lingotière est située dans la partie verticale) réalisent un
compromis entre cette exigence et la commodité d'une coulée horizontale pour fabriquer
des produits plats.
La plupart des inclusions sont constituées d'oxydes. De ce fait, la teneur en oxygène du
bain liquide avant solidification est un facteur critique. Elle est Liée au traitement de
désoxydation opéré par addition d'éléments réducteurs comme l'aluminium et le silicium.
L'affinité des divers éléments d'alliage pour l'oxygène conditionne la formation des inclu-
sions d'oxydes. Le soufre est aussi une impureté qui peut être contrôlée par addition de
manganèse, de calcium ou de magnésium. Ainsi, plusieurs classes d'inclusions doivent être
distinguées suivant le traitement du métal liquide. Certaines inclusions ductiles, comme les
sulfures, sont quelquefois tolérées car elles suivent la matrice dans la déformation plas-
tique. Les sulfures ont un mode de formation particulier qui est analysé g 6-5 et 19-6. Le
problème des inclusions se pose aussi à propos des fontes car certaines phases constituent
des agents de germination [Ska93].

Porosité
Les pores sont des manques de matière localisés. Une origine possible est la contraction
volumique associée à la solidification (environ 10 O/O),qui crée un manque de matière
chaque fois qu'une poche de liquide est isolée de la surface libre, par exemple une poche
interdendritique. La taille moyenne des pores est proportionnelle à la taille de la poche
liquide. Si elle est petite, de l'ordre de un micromètre ou moins, elle est sans conséquence.
La plupart des pores sont dues à des bulles de gaz provenant du rejet de soluté lors de la
solidification. Ces gaz sont principalement le monoxyde de carbone, l'oxygène, l'azote et
surtout l'hydrogène. Comme pour les inclusions, la maîtrise de la teneur en pores dépend
des traitements de fusion et d'affinage. L'acier liquide de la filièrefonte a été purifié par un
traitement à l'oxygène et le bain est saturé. Même les aciers de la filièrefe~~ailZes,
qui ne sont
pas traités à l'oxygène, contiennent toujours une certaine teneur d'oxygène qui provient de
la charge elle même, ou de l'atmosphère. L'azote est introduit dans l'acier par réaction avec
l'air. Cependant, il peut quelquefois être ajouté comme élément d'alliage dans des nuances
particulières. L'hydrogène provient de l'humidité ambiante ; sa teneur est très sensible à
l'état hygrométrique de la charge et des réfractaires de l'installation.
Lorsque la saturation vis-à-vis de certains éléments est atteinte par ségrégation au cours de
la solidification, il y a rejet de la phase gazeuse sous forme de bulles. Le front colonnaire
est marqué par le chemin suivi par les bulles. Une sursaturation est nécessaire pour assurer
la germination des bulles. Les bulles peuvent se regrouper et coalescer au front de solidifi-
cation. La plupart s'échappent à la surface du liquide, mais certaines peuvent être piégées
dans la zone pâteuse ou entre deux zones de front de solidification et se transforment en
trous ou macropores dans le solide. La teneur nominale d'un bain d'acier liquide est de
l'ordre de 2 à 4 ppm d'hydrogène, 10 à 80 ppm d'azote suivant le procédé uttlisé. Le cas est
surtout critique pour les aciers qui restent ferritiques pendant la majeure partie de l'inter-
valle de solidification à cause d'une grande teneur en éléments alphagènes. La solidification
commence par la formation de ferrite 6 pour laquelle les coefficients de partage pour
l'oxygène, l'hydrogène et l'azote sont faibles, plus faibles que dans le cas de l'austénite. La
saturation est atteinte avant la fin de solidification par concentration du gaz dissous dans le
liquide interdendritique restant, alors qu'un réseau dendritique est déjà constitué. Il y a
rejet d'éléments gazeux mais le réseau entrave le mouvement des bulles et les piège, créant
ainsi des micropores.
Dans l'édifice cristallin instable de la zone pâteuse, les écarts de dilatation entre le solide et
le liquide engendrent des fissures, des effondrements, des criques. Dans le meilleur des cas
le liquide comble les cavités, sinon il reste une fissuration interne source d'amorce de
rupture. Dans la coulée continue, la position des rouleaux (cintrage/décintrage), la pres-
sion qu'ils exercent permet de réparer ce type de fissuration par soudage à haute
température.

Contrôle en amont de la solidification


Affinage
Dans le cadre d'une pratique moderne en aciérie, le convertisseur à oxygène et le four à arc
électrique opèrent seulement un affinage grossier. L'avantage de l'arc électrique par
rapport au convertisseur est que la charge parvient plus rapidement à fusion. L'ajustement
fin de composition, incluant le carbone et le contrôle des impuretés (oxygène, soufre,
phosphore, azote) sont effectués séparément, souvent par transfert en poche vers des
installations spécifiques. Il existe de nombreux procédés différents pour lesquels seule-
ment quelques caractéristiques principales sont mentionnées ici. Des ouvrages spécialisés
comportent des descriptions détaillées dont Le livre de L'acier [Bér94].
Ces procédés utilisent diverses combinaisons de brassage, laitier, injection de gaz et traite-
ments sous vide, accompagnés quelquefois de réchauffage. Le carbone est éliminé par
injection d'oxygène et le monoxyde de carbone produit est lui-même éliminé par brassage,
traitement sous vide ou dilution. L'injection d'un gaz neutre, l'argon en particulier,
provoque une agitation et entraîne les bulles de gaz (CO + azote), facilitant leur évacuation
en surface. L'oxydation du carbone est activée par la dilution gazeuse qui diminue la
276 LA MICROSTRUCTUREDES ACIERS ET DES FONTES

pression partielle du monoxyde de carbone. Le soufre est éliminé par une réaction entre le
métal et le laitier en milieu réducteur. L'hydrogène est éliminé sous vide. Deux procédés
courants, associés à la fabrication des aciers inoxydables sont AOD (Argon Oxygen Decarbza-
n'sing) ou VOD (Vaczawz Oxygen Decarbmsind.
Certains aciers spéciaux sont souvent produits par refusion d'une charge à l'arc électrique
et affinage en poche sous vide dans un four à induction ; c'est le procédé VIM (Vaczazam
Indzaction Melting). Cette étape est considérée comme un affinage supplémentaire qui permet
d'opérer, sans risque d'oxydation, l'addition d'éléments d'alliage réactifs tels que l'alurni-
nium ou le titane et l'élimination des impuretés volatiles et des gaz. Ce procédé est utilisé
en fonderie parce que la fusion rapide limite le temps d'interaction entre le creuset, la
charge et l'atmosphère, ainsi que l'évaporation des éléments les plus volatils.
Refusion
Dans de nombreux cas, le métal issu de la fusion par induction sous vide est coulé sous
forme d'électrode, électrode consommable destinée à être refondue. Dans ce procédé, la pointe
de l'électrode est progressivement fondue par l'arc électrique dans une lingotière de cuivre
refroidie, en une sorte de coulée semi-continue. La refusion opère une solidification
dirigée du bas vers le haut du lingot, produisant une macrostructure de solidification plus
uniforme que celle du lingot VIM : taille de grains plus fine, macroségrégation réduite.
Deux procédés (VAR et ESR) peuvent être choisis en fonction de l'affinage supplémen-
taire associé à chacun. Le procédé VAR (VaczazamArc Remelting) effectué sous vide permet
d'abaisser significativement la porosité et la teneur en inclusions gazeuses. Au cours de la
refusion ESR (ElectroSlagRemeltind, l'alliage de l'électrode est transféré aussi par fusion
progressive à travers un laitier chauffé par conduction électrique. Le rôle du laitier est
protecteur et conducteur ; c'est un mélange d'oxydes, de chaux et de fluorures respectant
l'équilibre acido-basique du métal liquide. Son rôle vise également à éliminer le soufre par
échange c h q u e . Dans le cas d'alliages complexes pour des applications particulièrement
exigeantes, par exemple pour les alliages résistants à haute température évoqués g 20,
plusieurs opérations de refusion permettent d'atteindre un niveau élevé de propreté inclu-
sionnaire et de pureté. Ces techniques sont préconisées encore pour la préparation d'aciers
moulés fortement alliés, ainsi que celle des aciers au carbone destinés aux pièces moulées à
forte section pour lesquelles la présence d'hydrogène est très néfaste.
Le frittage fut le moyen ancestral pour obtenir du fer compact après réduction du minerai.

16-1 Le frittage

Le procédé
Au 2oèmesiècle, le procédé de frittage a été dynamisé par le progrès technologique et le
souci de rentabilité parce qu'il permet d'obtenir despiècespresqzleprêtes à l'emploi. En outre,
le frittage permet d'accéder à des gammes de compositions spécifiques qui ne peuvent pas
être fabriquées par les moyens classiques parce que l'un des constituants est trop réfrac-
taire ou bien parce que la solidification donne une microstructure impropre à l'usage.
Le procédé comporte essentiellement deux opérations distinctes ou confondues suivant
les cas : 1- agglomérer des poudres et 2- traiter l'agglomérat de telle sorte qu'il acquière
une bonne cohésion. La première étape consiste à presser et mouler les poudres à chaud
ou à froid pour donner à un objet une forme proche de la forme définitive. Un additif
liant, une sorte de cire, maintient une faible cohésion mécanique, puis est éliminé dans la
suite des opérations. Le traitement suivant est la consolidation à chaud qui consiste en un
maintien en température suffisamment long pour souder et éventuellement compacter
l'ensemble des grains de poudre. Les deux opérations sont confondues lorsque la poudre
est pressée à chaud sous une pression élevée. Signalons une méthode plus sophistiquée qui
consiste à chauffer les poudres sous pression isostatique de l'ordre de 100 MPa HIP (Hot
Isostatic PressinyJ. Cette méthode est destiné à fabriquer un produit à pleine densité.
Les mécanismes mis en œuvre sont bien différents suivant les poudres mises en présence
et les températures de travail ; citons le simple auto-soudage, le soudage par l'intermédiaire
d'un constituant inerte ou bien par l'intermédiaire d'un constituant réactif avec la poudre
de base. Le temps de maintien en température doit être adapté à l'obtention d'une bonne
compacité, un temps trop long induit un grossissement de grains classique (voir $ 5-4).
Le procédé a une grande versatilité car de nombreux métaux ou alliages peuvent être
obtenus sous forme de poudres. La principale utilisation consiste à fabriquer des pièces à
la forme voulue en économisant de la matière première et du travail d'usinage surtout dans
278 L MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

le cas de formes compliquées comme des pignons. Le procédé ouvre de larges possibilités
pour fabriquer des matériaux composites impossibles à obtenir autrement, des matériaux
poreux, ou encore des matériaux hétérogènes à gradient de composition.
Quelques exemples d'aciers industriels et d'alliages à base fer ont été choisis pour flustrer
les principaux mécanismes de frittage pour différents types de poudres. Le livre Powder
Metallztr- ofIron and Steel [Ger981 comporte une étude complète des procédés et des
produits à base de fer.

Les poudres
Une poudre est un matériau sous une forme qui a une grande surface par rapport au
volume et elle a accumulé en conséquence une énergie d'interface significative. Dès que les
conditions thermiques sont favorables, le système tend à rédztire l'énergie intefaciale par
soudage des grains en un premier stade ; c'est la force motrice de la transformation.
L'énergie thermochimique mise en jeu est relativement faible et dépend beaucoup des
poudres en présence et de leur état de surface. Les caractéristiques des poudres imposent
le choix du procédé de frittage et conditionnent les propriétés mécaniques. Citons quel-
ques exemples :
Le fer ex-carbonyle provient de la décomposition du gaz Fe(C0)5 en donnant une
poudre très fine à particules sphériques de quelques micromètres (fig. 16-1-1 A). La
méthode est utilisable pour préparer du nickel et du cobalt ;
L'éponge de fer est obtenue directement à partir de la réduction du minerai. C'est une
poudre grossière à grains très irréguliers et très poreuse (méritant son nom d'éponge). La
taille moyenne est autour de 80 pm avec des grains inférieurs à 212 Pm (taille du tamis) ;
La poudre atomisée est obtenue par pulvérisation d'un métal ou d'un alliage liquide dans
un contre-courant de vapeur d'eau (jet à haute pression) ou de gaz inerte. Les gouttelettes
sont solidifiées rapidement. La structure des gouttes, très variable, dépend des conditions
du procédé et surtout de l'alliage de départ. La taille moyenne est aussi autour de 80 Pm
(fig. 16-1-1 B). Le refroidissement rapide forme une microstructure de solidification
dendritique fine et provoque la formation de martensite. Il est nécessaire d'adoucir la
poudre par un traitement thermique avant de la compacter. Quand il s'agit d'aciers alliés
les poudres obtenues sont davantage poreuses (fig. 16-1-1 C) ;
La poudre dite "prédiffusée" est un mélange de poudre de fer grossière (atomisée par
exemple) avec les éléments d'alliage, soit le nickel, le cuivre, le molybdène, dans les propor-
tions voulues, ajoutés sous forme de poudres élémentaires très fines. Le mélange ainsi
produit subit un traitement thermique. L'opération a lieu en continu dans un four sous
atmosphère réductrice à une température un peu inférieure au point de fusion le plus bas
des éléments présents. Les fines particules des éléments d'alliage s'agglomèrent sur les
particules de fer plus grossières (procédé Distaloy, figure 16-1-1 C) ;
La poudre précipitée est obtenue par précipitation en phase aqueuse d'hydroxydes, ou
autres sels insolubles, qui sont ensuite séchés et réduits. La méthode est applicable
Figure 16-1-1 :
A) Poudre de fer pur ex-carbonyle
obtenue par décomposition chimi-
que du composé Fe(CO)5 gazeux
qui se décompose au chauflage dans
les conditions normales en donnant
du fer finement divisé ;la taille
moyenne est 4 pn environ.
Le nickel et le cobalt peuvent être
préparés de la mêmefaçon.
Document Eurotungstène Poudres,
Grenoble,Fr

B) Poudre de fer atomisée ASClOO.029 de très haute pureté et grande compressibilité. Taille moyenne
<200 pn, autour de 80 pn
C) Poudre de fer prédiffusée avec deJines particules de cuivre, nickel et molybdène agglomérées
Distaloy AE. Document Hoganas

D) Micrographie électronique d'une


poudre obtenue par coprécipitation
de Cu, Fe et Co. Les agglomérats
ont une taille moyenne de 7 à 10 pn
et les grains constitutifs de 0,4 pm
environ
Document Eurotungstène Poudres,
Grenoble, Fr
280 LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

seulement à certains métaux comme le fer, le nickel, le cobalt et le cuivre et peut être
utilisée pour fabriquer des mélanges de poudres dites CO-précipitées.La poudre obtenue
est assez grossière, mais c'est un agglomérat de grains extrêmement fins, sub-microniques
(fig. 16-1-1 D). Le tungstène est obtenu aussi par voie chimique puis réduction de sels ;
La poudre broyée est obtenue par broyage de métaux ou d'alliages suffisamment fragiles
comme le chrome ou le manganèse.

16-2 Les aciers frittés en phase solide


Frittage d'alliage «prédiffusé» Fe-Ni-Cu-Mo-C
La poudre prédiffusée, c'est -à-dire comportant les éléments d'alliage voulus, est mélangée
avec les quantités nécessaires de graphite et de liant en poudre. L'ensemble est comprimé,
puis fritté à 1120 OC pendant 25 min suivi d'un refroidissement de l'ordre de 1 "C/s. Typi-
quement, pour une pression de 500 MPa et 0,6 % de carbone, le matériau a une macrodu-
reté de 200 Hvlo et une densité de 7. La valeur de la densité donne une idée de la
compacité de l'acier dont la valeur est 7,8 à pleine compacité. La porosité a une distribu-
tion en taille autour de 10 Pm.
Pendant le frittage, les éléments des particules satellites diffusent dans le fer et inversement
du fer diffuse dans les particules. Le nickel diffuse mal et seulement en phase solide ; un
gradient de concentration est généré autour des anciennes particules qui atteint jusqu'à
30 O/O de nickel. Une telle concentration locale explique pourquoi certaines zones se main-
tiennent austénitiques. Même un temps de maintien plus long, de 4 h, laisse subsister de
tels îlots. Le cuivre se distribue mieux, la raison est que le cuivre pur fond à la température
de frittage et, une fois fondu, il coule entre les grains par capillarité, à la fois entre les
grains d'éléments d'alliage et ceux de l'agglomérat de fer (voir fig. 7-2-5). De ce fait, les
concentrations maximales trouvées après frittage autour des anciennes particules de cuivre
sont faibles, autour de 5 à 7 %. Paradoxalement, le molybdène diffuse bien aussi à
1 120 OC, car il transforme transitoirement le fer en ferrite autour des particules de molyb-
dène. Or la diffusivité est beaucoup plus élevée dans la ferrite.
Les ségrégations générées par le procédé font que l'échantillon réagit à la trempe en fonc-
tion de la composition locale. Dans la zone proche des pores, l'effet des éléments d'alliage
favorise le maintien de l'austénite puis de martensite ou bainite qui confèrent de la dureté
au matériau. Dans les zones loin des pores, non atteintes par la diffusion du nickel, du
cuivre ou du molybdène pendant le frittage, il subsiste des îlots de fer non allié trans-
formés au refroidissement en ferrite et en perlite (fig. 16-2-1). Ce procédé permet de
préserver la bonne ductilité des grains de fer qui facilite la compression et une medleure
densification du produit [Hog99].
Figure 16-2-1 :
Micrographie optique d'un échantillonfritté d'alliage Fe-O,6C-4Ni-1,5Cu-O,5Mo. La microstructure
après frittage présente une conJiguration compliquée avec de la ferrite F (îlots clairs), de la perlite
bien lamellaire 8 de 1 'austénite non transforméeA (gris clair) des zones de martensite Met de bainite
B en gris foncé. Les pores Po dessinent d'anciens joints de grains ou les vides intergranulaires.
Echantillon Federal Mogul, Le Pont de Claix, Fr

Les aciers "préalliés" type Fe-Mo-C


Ces alliages sont fabriqués à partir d'un mélange de poudre homogène à la proportion
voulue en fer et molybdène et de carbone sous forme graphite. La poudre alliée est
préparée par pulvérisation. L'avantage est que l'alliage peut avoir une concentration homo-
gène en fin de frittage. Cet alliage reste très compressible ce qui permet par recalibration
de former des pièces à haute densité, c'est-à-dire avec un faible taux de porosité résiduelle.
Il est utilisé pour fabriquer des pièces mécaniques durcie superficiellement par traitement
thermochimique. La macrodureté après frittage vaut 135Hv10pour une densité de 7 et un
pourcentage de carbone de 0,2.

La microstructure présentée figure 16-2-2 est formée de ferrite, de perlite et de pores. Les
pores ont un grand éventail de taille, certains dessinent des joints de grains mais il y a
beaucoup d'autres pores plus petits alignés qui correspondent à d'anciens sillons interden-
dritiques. Il s'agit, en principe d'un frittage en phase solide mais il est probable qu'une
hsion transitoire amorce le début de frittage. En effet, le système Fe-Mo-C (voir plus haut
LA MICROSTRUCTURE DES ACIERS ET DES FONTES

Figure 16-2-2 :
Micrographie optique d'un échan-
tillon fritté à 1120 OC pendant
25 min de 1 'alliage Fe-0,2C-1,SMo.
La microstructure après frittage
présente de la ferrite en contraste
clair, de la perlite en contraste gris
et des porosités en noir. La perlite
n'a pas un structure lamellaire
régulière à cause de la présence de
molybdène.
Echantillon Federal Mogul, Le Pont
de Claix, Fr

figure 6-5-1) comporte un eutectique ternaire à la température de 1065 OC, ce qui rend
possible la formation de liquide eutectique au contact du carbone dans les zones ségrégées
en molybdène. Cet aspect est lié à la structure de la poudre.

16-3 Les aciers frittés


avec une phase liquide transitoire

Les alliages fdttés à partir des poudres élémentaires Fe-Cu et Fe-Cu-C


Ce type de frittage associant à la poudre de fer une proportion de poudre de cuivre de
l'ordre de 1,5 à 4 % est couramment pratiqué. A la température de frittage, la poudre de
cuivre est liquide (TF=1083 OC). Les particules fondent. Le liquide coule dans les inters-
tices et pénètre le long des joints de grains grâce à une bonne mouillabilité. Il se produit
une consolidation rapide des grains de fer. Ce phénomène est plus ou moins actif suivant
le bilan d'énergie interfaciale des phases en contact (schématisé fig. 7-2-3). Néanmoins, le
cuivre a aussi un rôle perturbateur. Lorsque la teneur dépasse 2,5 O/O il se produit un
gonflement pendant le frittage dû aux changements de phases associés [Dub02]. La
présence de carbone est connue pour réduire cet effet. La microstructure finale sur la
micrographie figure 16-3-1 est un mélange de ferrite et de perlite. La lunite de solubilité du
cuivre dans le fer est de l'ordre de 7 à 9 O/O dans la gamme de température et elle est très
faible à basse température. Au refroidissement il se produit une précipitation dans les
zones de ferrite affectées par la diffusion du cuivre. La précipitation est de type structural,
elle est durcissante (voir fig. 13-1-3).

Certaines associations de poudres élémentaires peuvent présenter une phase liquide transi-
toire sans qu'aucun des points de fusion des éléments ne soit inférieur à la température de
frittage. C'est le cas lorsque deux éléments sont susceptibles de former un eutectique à une
température inférieure. Le frittage est alors appelé frittage activé.
Figure 16-3-1 :
Micrographie optique d'un échan-
tillonJFittéd'alliage Fe-O,5C-2,2Cu.
La microstructure après frittage
présente de la ferrite et de la perlite.
Macrodureté pour une densité de 7:
Hv=180
Echantillon Federal Mogul, Le Pont
de Claix, Fr

16-4 Les alliages frittés composites Fe-Cu-Co


Frittage en phase solide
Les alliages Fe-Co-Cu forment deux liquides non miscibles, rendant impossible la prépara-
tion de certaines compositions. Le frittage apporte une solution. Ces alliages peuvent être
préparés soit à partir de poudres élémentaires de façon classique, soit à partir de poudres
préalhées par coprécipitation. Le frittage est opéré sous pression mécanique de 35 MPa
pendant un temps court, de 3 à 7 min, dans une gamme de température de l'ordre de
750-850°C. Toutes les poudres et les phases possibles restent à l'état solide.
Ces alliages sont appelés ici composites pour souligner qu'ils sont constitués d'un agglo-
mérat de phases identiques aux métaux purs d'origme. Suivant la composition et la tempé-
rature de frittage entre 700 et 900°C, trois phases peuvent se former : a-Fe, y-Co et y-Cu.
Le cuivre admet très peu de fer ou de cobalt en solution solide et réciproquement les solu-
tions solides a-(Fe,Co) et y-(Co,Fe) admettent très peu de cuivre (g 4-10). Les phases se
mettent en équilibre rapidement pendant le temps du frittage du fait qu'elles sont très divi-
sées. Des microstructures bien différentes sont obtenues suivant que le frittage est opéré
soit à partir des poudres élémentaires (fig. 16-4-1A), soit à partir des poudres co-précipi-
tées (figures 16-4-1 B et C). Les poudres CO-précipitéesgénèrent une structure plus fine, la
différence d'échelle est d'un ordre de grandeur. Les mesures de dureté indiquées témoi-