Anda di halaman 1dari 6

BOUCLE DE SEINE

NOT R E T E R R I TO I R E
Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est
un document de planification intercommunale
LES SOCIALISTES
fixant les axes de priorité et les objectifs partagés PROPOSENT
par toutes les communes dans l’organisation future
d’un territoire commun sur le moyen et long terme. La consultation sur le
Le SCOT est obligatoire (loi SRU) et la CCBS SCOT et les projets de
élabore actuellement le sien. Ce SCOT scénarii pour le futur
permettra, dixit le site internet de la se font en ordre
CCBS, «davantage de cohérence dispersé et l’accès
sur le territoire de la Boucle à l’information
de la Seine, une plus grande des citoyens sur
concertation avec la la nature et les
population et les forces enjeux du SCOT
vives du territoire dans est largement
toutes les étapes de insuffisant car
son élaboration et les moyens
d’affirmer un principe utilisés sont peu
de développement attractifs  : panneaux
durable alliant et diaporama mis en
développement place dans des locaux
économique, progrès municipaux souvent
social et protection de dans des conditions peu
l’environnement » satisfaisantes (espace exigu,
bruit ambiant), accessibilité peu
évidente du sujet sur le site internet
de la CCBS.

UN SCOT et
La définition des choix d’aménagement
de développement d’un territoire
AUJOURD’HUI de 170 000 habitants pour les prochaines décennies
mérite un autre traitement, et l’organisation d’un vrai
SANS AMBITION débat public sur le modèle de ceux organisés sur le
RER E.

Les élus socialistes et apparentés constatent que Au-delà de la méthode, les élus socialistes et apparentés
ce SCOT sans ambition est élaboré de manière veulent également rappeler les principaux enjeux
totalement opaque. La CCBS, au lieu d’assurer économiques et sociaux pour l’avenir de la Boucle et
la maîtrise d’ouvrage globale pour l’ensemble proposer des pistes d’action dans 4 domaines : l’habitat
du territoire par une concertation effective avec et le logement, le développement économique, l’activité
l’ensemble des élus et des populations concernées, agricole et le réseau des transports.
laisse l’initiative à chaque maire d’organiser celle-ci
selon son humeur.
Bertrand Rabany
Porte-parole des élus socialistes et apparentés
Conseiller municipal de Carrières-sur-Seine
URBANISME ET LOGEMENT :
s ’e n g a g e r v e r s u n e s o c i é t é s o b r e e n
carbone et riche de sa cohésion sociale

Chacun le sait : l’urbanisme et le logement sont des


domaines qui évoluent lentement, mais qui conditionnent
beaucoup la qualité de vie. Raison de plus pour que les ENJEU DE L A CONSOMMATION
lignes directrices de ce domaine soient choisies avec le plus ÉNERGÉTIQUE :
grand soin. L’énergie, principal responsable du réchauffement
climatique, devra être compatible avec les objectifs de la
Pour le Parti Socialiste, l’urbanisme et le logement doivent loi Grenelle, soit un effet de serre divisé par 4 d’ici 2050.
nous aider à résoudre quatre enjeux principaux. Cela est possible au travers de mesures comme :
• Imposer dès maintenant les règles de la RT2012,
réaliser quelques opérations phares,
ENJEU DU DÉVELOPPEMENT : • Tenir compte des effets du réchauffement prévu
La population de l’Ile de France continue à croître, la (atténuer / adapter) tant dans les nouvelles constructions
CCBS doit apporter sa contribution. Situons nous donc que dans les rénovations,
dans la logique du PLH récemment adopté, soit une • Définir un socle commun de règles à mettre dans les
croissance modérée de 700 logements par an. Mais ceux- PLU pour permettre une meilleure utilisation des énergies
ci devront répondre à des exigences strictes : renouvelables (en particulier le solaire), et une bonne
• Offrir une réelle mixité urbaine, et en particulier se gestion des eaux pluviales (absorption sur le terrain),
donner comme objectif d’être conforme à la loi SRU • Optimiser l’utilisation de l’énergie du SITRU en
(20% de logement social sur chaque commune) en délimitant des nouvelles zones de chauffage urbain.
2020 L’engagement simultané d’un Plan Climat Energie
• Ré-équilibrer l’offre de logements pour permettre aux Territorial, avec ce SCOT, devrait permettre une bonne
jeunes de démarrer dans la vie et de s’installer dans la cohérence des objectifs.
CCBS,
• Exiger une qualité architecturale sachant concilier
verdure et densité, ce que l’on sait bien faire aujourd’hui.

ENJEU DE L A QUALITÉ DE VIE :


Ce sont les règles d’urbanisme qui permettront une bonne
qualité de vie, et pour cela, il faut :
ENJEU DE LA • Privilégier la proximité de quartier pour la vie courante
C O N S O M M AT I O N D ’ E S PA C E : (présence de petits commerces) et construire des pôles
Sachons préserver nos espaces verts et agricoles tels qu’ils d’attraction spécifiques (commerce, cultures, loisirs, …)
sont définis dans le SDRIF, et pour cela il convient : facilement accessibles en transports en commun,
• D’éviter le mitage du territoire, de conserver les espaces • Ne pas mettre de barrières entre les quartiers et interdire
verts de la Plaine, et donc accepter une densification dans les lotissements verrouillés,
les centres villes, • Rendre cet urbanisme compatible avec une politique
• De préserver une végétation importante (trames vertes) de transports hiérarchisés, privilégiant les modes doux
sur l’ensemble de la CCBS, (vélo, marche à pied) pour les faibles déplacements,
• D’être exemplaire pour les nouveaux projets en • Rénover en s’appuyant sur la valeur de l’historique des
appliquant les critères et règles des éco-quartiers. quartiers.
DÉVELOPPEMENT
É C O N O M I Q U E : s ’e n g a g e r pour
créer des emplois sur place

Les analyses économiques, même exemples passés (implantation d’un Partant de ces constatations, nous
celles utilisées par la CCBS dans laboratoire pharmaceutique) pour en pouvons suggérer quelques pistes de
son diagnostic, montrent que la faire une généralité. réflexions qui devront être soumises
situation de l’emploi dans nos aux différentes parties prenantes
communes de la Boucle est loin Nous proposons de définir une avant de se traduire en plan d’action
d’être satisfaisante : le taux de politique de développement pour un « service du développement
chômage reste élevé, le nombre dynamique qui tienne compte : économique de la CCBS »
d’emplois implantés localement • - De la situation géographique (service qui n’existe pas à ce jour !) :
est extrêmement faible : à peine un : la Boucle de Seine est prise • - Renforcer l’activité agricole et
emploi pour deux actifs. en tenaille entre La Défense et en faire un point d’appui pour
le territoire de Seine Aval qui une activité de transformation
développent chacun un grand (artisanale ou semi-
UN PLAN nombre de mètres carrés de industrielle),
VOLONTAIRE bureaux ; il serait inefficace et • - Attirer des éco-activités
irresponsable de vouloir entrer travaillant en réseau avec les
ET COHÉRENT en compétition sur ce segment laboratoires de recherches d’EDF
très encombré, (Chatou) et de La Lyonnaise des
La création d’emplois sur notre • - De la présence sur la Eaux (Croissy-sur-Seine),
territoire nécessite de la part de Plaine de Montesson de • - Inciter à la création de
nos élus une volonté affirmée, un productions agricoles qui PME de services de proximité
engagement sur des principes et peuvent servir de pilier à un (notamment les services à la
un plan d’actions cohérent et développement d’activités personne) en soutenant la mise
efficace. aval comme l’agroalimentaire, en commun de moyens par
Pour notre part, dans cette période le conditionnement ou la exemple par l’implantation de «
où se déplacer devient de plus en transformation de produits, boutiques de gestion »,
plus difficile en terme de qualité de • - De la structure actuelle de • - Accompagner les TPE et PME
vie et de moins en moins responsable l’activité économique et des en créant et en soutenant des
en terme économique et écologique, entreprises présentes pour groupements d’employeurs,
nous préconisons plus que jamais le envisager un renforcement des • - Investir dans une plateforme
rapprochement domicile / travail. points forts et un maillage des de télétravail qui permettrait
entreprises, aux entreprises implantées à
Les scenarii présentés par la CCBS • - De la qualité et de la formation l’extérieur de notre territoire
ne présentent pas une réelle stratégie des habitants, qu’ils soient actifs (à La Défense par exemple) de
de développement économique et se ou demandeurs d’emploi. développer le travail à distance
contentent de mentionner quelques pour leurs employés.

Centre de recherche EDF de Chatou


AMÉNAGEMENT DE LA
P L A I N E   : s ’e n g a g e r p o u r
préserver le caractère écologique
et agricole
Depuis que les pouvoirs publics (Etat Par sa position au milieu des dimensions du développement
comme collectivités territoriales) de la Boucle de la Seine
interviennent sur l’aménagement
de la Boucle, la Plaine de (transports, logement, développement
du territoire, c’est-à-dire depuis les Montesson est le centre économique…) ; il va de soi que ces
années 60, la question de l’avenir névralgique du territoire propositions intègrent la protection
de la plaine est une préoccupation de la CCBS : de l’espace central qu’est la Plaine
constante des élus locaux. de Montesson pour laquelle nous
- espace de liaison entre les proposons la mise en œuvre d’une
On peut ainsi se souvenir de la création communes du nord et du sud, stratégie de protection et de mise en
en 1988 d’un syndicat intercommunal elle est une voie de passage et valeur sur la base de quelques grands
d’études et de programmation (SIEP), un lieu d’implantation pour les principes :
de la décision du schéma directeur infrastructures de transports,
de la Région Ile de France en 1994 - tout d’abord limiter les quelques
de maintenir une zone verte (parc et - espace agricole, elle est un point constructions de logements nécessaires
cultures), du lancement en 2003 de la d’appui pour le développement sur le pourtour de la Plaine,
rédaction d’un Livre Blanc (publié en de l’agriculture péri-urbaine et les
2006), des interventions conjointes de activités économiques associées, - mettre l’accent sur la protection
la SAFER et de la région Ile de France environnementale  : protection de
(via son Agence des Espaces Verts) - espace vert, elle est une respiration la biodiversité en particulier dans la
pour maintenir le foncier agricole … pour les urbains et une réserve partie « parc urbain », orientation des
sans oublier les tentations de l’Etat de biodiversité pour les espèces méthodes de productions maraîchères
(rapport Pommelet en 2003) et du naturelles, vers une moindre utilisation
département (schéma directeur d’avril de phytosanitaires et vers une
- réserve foncière, elle peut susciter consommation raisonnée de l’eau,
2005) qui auraient vu sans déplaisir de fortes tentations pour les urbanistes
la densification des constructions sur constructeurs avides de plus-values - mettre en place les moyens de
l’espace libre. immobilières … soutien et d’incitation permettant
le maintien d’une agriculture péri-
Nous avons affiché des positions urbaine économiquement viable et
et des propositions claires sur chacune écologiquement responsable.
TRANSPORTS : s ’e n g a g e r p o u r
désaturer et désenclaver.
Les habitants de la CCBS subissent habitants et limiter les pollutions. Tangentielle Nord,
des conditions individuelles Pour accompagner un tel projet - le renforcement des lignes de bus
difficiles de transport pour leurs global, nous préconisons de définir existantes, avec des parties d’itinéraire
relations domicile – travail (temps une politique pour les transports protégées (voie réservée),
pris important, inconfort, coût, internes à la CCBS offrant - de nouvelles liaisons en site propre
pollutions supportées - gaz, bruits, des alternatives à la voiture en (éventuellement en tramway),
encombrements) et dont le coût développant : reliant des pôles majeurs actuels
collectif de plus en plus lourd ou futurs envisagés : lycée, centre
est supporté par les collectivités • Les transports en commun, avec nautique, zone commerciale, gare
(traitements contre les pollutions, des fréquences, amplitudes et temps autoroutière, ...
bilan carbone, réchauffement de parcours attractifs.
climatique).

Pour aller vers des transports


améliorés et plus responsables en
terme économiques et écologiques,
une volonté affirmée et un
engagement sur des principes et
des plans d’actions de nos élus sont
nécessaires.

AGIR POUR LES


TRANSPORTS
INTRA-CCBS Nous suggérons d’étudier les pistes
• Les circulations douces (vélo,
prenant en compte :
Une politique de développement qui piéton), avec des voies offrant
- la réalisation accélérée des lignes
permet le rapprochement domicile confort et sécurité des trajets.
de tramway prévues T2 jusqu’à
- travail reste la plus efficace pour Les actions à entreprendre sont :
Sartrouville Les Indes et de la
diminuer les transports subis par les - l’élargissement des trottoirs les plus
fréquentés, l’enlèvement des obstacles aux poussettes et est également indispensable pour permettre de s’inscrire
l’accessibilité aux handicapés, dans les développements de l’Ile de France.
- l’implantation des zones 30 dans les centres denses,
permettant les axes partagés et contre-sens cyclables, Une politique des transports doit prendre en compte la
- la réalisation d’un réseau cohérent de pistes cyclables saturation des infrastructures ferroviaires, qui assurent la
desservant les pôles d’activités, avec des garages à vélos plus grande part des déplacements actuels hors CCBS.
sécurisés dans ces pôles. La CCBS doit suivre activement les études menées sur
les projets de nouvelle ligne (Ouest parisien, Normandie)
• Des lignes de bus dans la Boucle desservant les pôles et leur incidence pour l’amélioration de la circulation des
d’emploi (zones d’activités de Sartrouville, de Carrières RER A. La création d’au moins un arrêt dans la Boucle
sur Seine, ...) et les pôles de services (zone de la Borde, du futur RER E doit être fermement revendiquée.
centres commerciaux, centres administratifs communaux,
lycées, collèges, ....) avec les zones d’habitation à fortes D’autres pistes de travail pour diversifier les moyens de
densités, et non pas seulement les gares RER. sortie de la CCBS peuvent être avancées :

- lignes de bus avec des sites propres à la traversée des


AGIR POUR ponts pour améliorer le débit et la vitesse (aménager les
ponts de Chatou, Le Pecq, Maisons Laffitte comme le
DIVERSIFIER LES pont de Bezons) vers les zones d’emplois et de services
(St Germain-en-Laye, Rueil-Malmaison,) ;
TRANSPORTS HORS - créer des itinéraires de circulations douces pour rejoindre

CCBS Nanterre (ses emplois et son université), St Germain-en-


Laye, Argenteuil, par le biais d’encorbellements aux ponts
routiers (Chatou, Le Pecq, Maisons Laffitte, A14, ...) ou
Une politique d’accompagnement des transports hors aux ponts ferroviaires (Houilles - Nanterre, ...) pour des
de la Boucle, là encore en offre alternative à la voiture, pistes cyclables et trottoirs piétons.

Comité de villes Chatou Houilles Sartrouville


Jacqueline Penez (PS) : Florian Bohême (PS) : Revelyne Chabrun (PS) :
PS et apparentés jacqueline.penez@wanadoo.fr florianboheme@florianboheme.com revelyne.chabrun@wanadoo.fr
Boucle de la Seine Didier Perrière (PS) Nicole Abarrategui (PS) Sylvie Piejus (PS)
Aïcha Boughali (app) Janick Giroux (PS) Jacques Vitrac (PS)
3 bis rue de l’Eglise
Virginie Hébert (PS)
78800 Houilles. Montesson
Croissy sur Seine
Dominique Boisdé (PS) : Frédérique Rogé (PS) : Le Vésinet
Carrières sur Seine dominique.boisde@wanadoo.fr frederiqueroge@free.fr André Michel (PS) :
Bertrand Rabany (PS) : Anne Pinilla Lopez (app) andre_michel1@yahoo.fr
Annie Claude Motron (app)
bertrand.rabany@wanadoo.fr Thomas Jeannoutot (PS) Lucien Desvaux (PS)
Catherine Coicadan (PS)
Olivia Ayme (PS)