Anda di halaman 1dari 6

e document s’inscrit dans la continuité

AVANT-PROPOS des travaux sur les indicateurs de déve-


loppement durable que l’Ifen avait entamés à la
fin des années quatre-vingt-dix. Leur objectif était
double : d’une part, s’insérer dans la dynamique
des débats internationaux relatifs à la mesure du
développement durable et, d’autre part, élaborer
des méthodes permettant d’aboutir à des indica-
teurs en nombre limité, fiables et comparables.

I l nous faut souligner que les 45 indicateurs


présentés ici ne sont ni exhaustifs, ni figés : ils
constituent une contribution forcément partielle
à des problématiques traduites directement de la
définition issue du rapport de la Commission
Brundtland : "le développement durable est un type
de développement qui permet de satisfaire les besoins
des générations présentes sans compromettre la capa-
cité des générations futures à répondre aux leurs".

C ompte tenu de ses missions, l’Institut a, par


ailleurs, plutôt mis l’accent sur des indica-
teurs environnementaux (consommation de res-
sources, émissions) dont la sélection a souvent été
limitée par la rareté ou la mauvaise qualité des
informations.

U n exercice plus large mené actuellement


dans le cadre du Commissariat général du
Plan permettra, au début 2004, de communiquer
au Parlement une liste d’indicateurs résultant
d’une réflexion interministérielle approfondie.

3 Etudes et travaux n°41


UNE CROISSANCE SOUTENABLE
AXE 1 :
L'un des principaux enjeux du
développement durable réside dans la
capacité d'une économie à générer une
croissance de long terme, pérenne.
La création de richesses apparaît comme une
condition nécessaire du développement et du
progrès économique et social.
Mais cette croissance doit prendre en compte
le maintien des stocks de capitaux (humains,
économiques, naturels) et la bonne gestion du
patrimoine naturel.

L'axe 1 a ainsi pour objet de caractériser


l'activité productive de la société du point de
vue du développement durable. Dans cette
perspective, les indicateurs doivent apporter
des éléments de réponse aux deux questions
suivantes :
• constate-t-on un couplage ou un découplage
entre la croissance économique et celle des
utilisations de capitaux ou de ressources ?
Peut-on assurer une croissance "éco-efficace" ?

• assiste-t-on à une meilleure organisation


de la structure productive à l'égard
de l'environnement ?

MODULE 1 : Une croissance


"éco-efficace"

MODULE 2 : Intégration de
l’environnement dans
la structure productive
Le développement durable repose sur la

ET RESSOURCES CRITIQUES
préservation et la valorisation des patrimoines

AXE 2 : PATRIMOINES
économique, naturel, humain, institutionnel
et culturel. Certains patrimoines apparaissent
"critiques" au regard des prélèvements ou des
rejets dont ils sont l'objet ou encore de leur
caractère symbolique. Il s'agit d'assurer leur
entretien et leur valorisation pour les
transmettre aux générations futures.
Dans cette perspective, les activités humaines
doivent chercher à limiter les pressions sur ces
éléments patrimoniaux.
L'enjeu du progrès technique (recyclage,
substitution) est ici sous-jacent pour que se
reconstituent des marges de manœuvre dans
l'utilisation de ces patrimoines.

Les indicateurs retenus cherchent à illustrer :


• le degré d'exploitation des patrimoines et
des ressources au regard des stocks
disponibles, afin de juger de la pérennité des
modes de développement ;

• l'état des patrimoines et capitaux


"critiques", pour évaluer la valeur du legs
qui est transmis aux générations futures.

MODULE 3 : Utilisation durable


des ressources

MODULE 4 : Entretien
et transmission
de nos patrimoines

47 Etudes et travaux n°41


La durabilité du développement interroge
l'intégralité des échelles géographiques, du
local au global. Ce troisième axe aborde la
dimension géographique du
développement, à la fois dans sa répartition
sur le territoire français (distribution spatiale
de la population et des pressions sur
l’environnement ou des risques), mais
également par rapport au rôle de la France
dans le monde, dans le domaine de la
réduction de la pauvreté, de la préservation

AXE 3 : DIMENSION SPATIALE


ET PERSPECTIVES GLOBALES
des ressources naturelles globales et de la
gouvernance mondiale.

Les indicateurs s’attacheront à répondre aux


questions suivantes :
• assiste-t-on à la concentration des inégalités
spatiales (économiques, sociales et
environnementales) sur le territoire ?

• quel rôle joue la France au sein de la


régulation mondiale ?
Quelle est sa contribution aux enjeux
environnementaux planétaires tels que la
lutte contre l’effet de serre ?

MODULE 5 : Répartition et inégalités


spatiales

MODULE 6 : Relations de la France avec


le reste du monde

75 Etudes et travaux n°41


Si le développement durable est caractérisé
par le souci de préserver l’avenir des
générations futures, il prend également à son
compte les questions liées aux aspirations des
générations présentes. Cet axe aborde l'étude
de la satisfaction des besoins présents sous
l'angle des inégalités subies, mais aussi sous
celui des perceptions de l'état du pays et de ses
institutions par les Français eux-mêmes.
Les thématiques abordées se réfèrent ainsi
autant aux écarts de revenus entre catégories
sociales qu'aux inégalités d'exposition aux
risques, à la vitalité d'une démocratie
participative ou encore à l'évolution des
comportements de désaffection.

Les indicateurs ont vocation à apporter des


éléments de réflexion concernant les
interrogations suivantes :
• les inégalités se sont-elles accrues au sein de
la société ?

AXE 4 : SATISFACTION DES BESOINS


DES GÉNÉRATIONS PRÉSENTES
• quel est l'état d'esprit général de la société
française et quelles sont les perceptions des
Français à l'égard de la préservation de
l'environnement, de la démocratie ?

MODULE 7 : Inégalités et exclusions

MODULE 8 : Comportements
d’insatisfaction

93 Etudes et travaux n°41


Dans une perspective de long terme, la prise
en compte des générations futures et
la capacité de la société, de l'économie et
des systèmes écologiques à s'adapter dans le
temps et à mettre en œuvre une certaine
résilience sont autant de dynamiques qui
fondent le succès d'une stratégie de
développement durable.
Ce dernier axe se propose de développer des
indicateurs permettant de porter un jugement
sur les chances et les faiblesses de la société
française à cet égard. L'accent est mis, d'une
part, sur la capacité d'organisation de la
société au regard des dynamiques de long
terme et, d'autre part, sur la vulnérabilité
résultant de son histoire. Principes de
responsabilité et de précaution, flexibilité et
développement de la réactivité sont autant de
stratégies à même de répondre aux enjeux de
l'avenir. Les thématiques abordées ont ainsi
trait aux investissements pour le long terme,
aux dépenses consacrées à la recherche et à la
formation continue, au suivi des pollutions
rémanentes et à la mise en œuvre de dispositifs
de prévention des risques et des crises.
Deux questions clés structurent cet axe :
• quels sont les efforts de la société pour
réduire sa vulnérabilité ?
• la société a-t-elle accru sa capacité à
répondre à des ruptures ou des crises ?
ET GÉNÉRATIONS FUTURES

MODULE 9 : Principes de responsabilité


AXE 5 : LONG TERME

et de précaution

MODULE 10 : Vulnérabilité et
adaptation à l’imprévisible

115 Etudes et travaux n°41