Anda di halaman 1dari 102
présenté par Cours sur le Design d’Écovillages
présenté par
Cours sur le
Design
d’Écovillages

Une introduction aux principes fondamentaux du design d’écovillages urbains et ruraux en quatre semainesprésenté par Cours sur le Design d’Écovillages Une contribution officielle à la Décennie des Nations Unies

Une contribution officielle à la Décennie des Nations Unies pour l'Éducation du Développement Durabledesign d’écovillages urbains et ruraux en quatre semaines Programme d'études conçu et organisé par l’équipe

Programme d'études conçu et organisé par l’équipe pédagogique GEESE (Enseignants Globaux d'Écovillages pour une Terre Durable)officielle à la Décennie des Nations Unies pour l'Éducation du Développement Durable www.gaiaeducation.net

www.gaiaeducation.net

Table des Matières

Préambule

Page 03

Objectifs

Page 05

Dimension Vision du Monde

Page 07

Aperçu

Page 07

Module 1: Vision du Monde Holistique

Page 10

Module 2: Communication et Réintégration avec la Nature

Page 12

Module 3: L’Éveil et la Transformation de la Conscience

Page 15

Module 4: Célébration de la Vie: La Créativité et l'Art

Page 17

Module 5: La Spiritualité Socialement Engagée

Page 20

Bibliographie et Ressources

Page 23

Dimension Sociale

Page 27

Aperçu

Page 27

Module 1: Construction d'une Communaté Diversifiée

Page 29

Module 2: Aptitudes Communicatives

Page 33

Module 3: Emancipation personnelle et Qualité de gestion

Page 37

Module 4: La Santé et Le Soin

Page 40

Module 5: Contact Local, Biorégional et Global

Page 44

Bibliographie et Ressources

Page 48

Dimension Économique

Page 53

Aperçu

Page 53

Module 1: L'Économie Mondiale vers la Durabilité

Page 55

Module 2: Une Source de Revenus Juste

Page 59

Module 3: Les Entreprises Sociales

Page 62

Module 4: Banques et Monnaies Communautaires

Page 65

Module 5: Questions légales et financières

Page 67

Bibliographie et Ressources

Page 70

Dimension Écologique

Page 74

Aperçu

Page 74

Module 1: Construction et Adaptation Écologiques

Page 76

Module 2: Alimentation Locale

Page 80

Module 3: Technologie Adaptée

Page 82

Module 4: Réstauration de la Nature et Reconstruction Après les Catastrophes

Page 85

Module 5: Design d'Ecovillage Intégré

Page 88

Bibliographie et Ressources

Page 93

La Pedagogie Vivre et Apprendre

Page 97

Bibliographie et Ressources

Page 99

Epilogue

Page 101

— 2

Préambule

"Comment définir une communauté? Quel en est le lien? Certains répondront que c’est la foi. D’autres que c’est la défense d’une idéologie, comme la démocratie ou la lutte contre la pauvreté. Certaines communautés sont homogènes, d’autres multiculturelles. Certaines, comme les écoles ou le villages, sont petites. D’autres ont la taille d’un continent. Qu’est-ce qui nous unie dans une communauté internationale? Au sens large, c’est la vision partagée d’un mode meilleur pour tous. L’union fait la force."

Kofi Annan- Secrétaire général des Nations Unies

Le monde dans lequel nous vivons change rapidement et se transforme sous nos yeux. Plus que jamais, l’humanité doit relever des défis pour devenir plus sage, plus mature et plus com- préhensive. Quantité de sujets graves et urgents requièrent notre attention immédiate comme par exemple: la dégradation de notre environnement, ce qui comprend notamment la réduc- tion de la couverture terrestre et forestière, l’avancée du désert, la diminution des espèces marines, la réduction de l’habitat et donc l’extinction d’espèces menaces; ainsi que la fossé grandissant entre riches et pauvres qui a pour résultats l’exploitation, la pauvreté qui apporte son lot de malnutrition et de surpopulation; la désintégration de familles et de communautés, voire même parfois de cultures entières; une urbanisation incontrôlée qui mène l’aliénation sociale, au déplacement de populations, au sentiment de déconnexion avec le monde naturel; l’atténuation du sentiment de conscience et d’objectif spirituels; le réchauffement planétaire et le trou dans la couche d’ozone. Et aujourd’hui le spectre de l’épuisement des réserves pétro- lières apporte de nouvelles menaces, notamment la hausse des prix à venir et d’autres conséquence pouvant même aller jusqu’à la déclaration d’une guerre pour pouvoir disposer des réserves d’énergie restantes.

Tous ces problèmes sont aujourd’hui bien fondés. Mais la prise de conscience ne représente que la moitié de notre projet pédagogique.

Au milieu de ces défis, on entrevoit la perspective, souvent nourrie par ces mêmes défis, d’un extraordinaire développement de la conscience et du potentiel humain. Les gens et les com- munautés se regroupent pour demander la responsabilité, à un niveau local, de leur situation. Par là-même, ils outrepassent les limites précédentes et développent de nouveaux talents, de nouvelles connaissances et de nouvelles approches. Paradoxalement, la plupart des solutions les plus novatrices reposent sur une forme de sagesse intemporelle et pérenne, jusqu’à pré- sent totalement ignorée. Or la possibilité d’une humanité nouvelle, plus dynamique et revital- isée impose la prise en main des défis du monde d’aujourd’hui.

Le Global Ecovillage Network (GEN) croit que la manière idéale de traiter ces problèmes est de le faire à travers l’éducation, pas l’éducation dans le sens scolaire

du terme mais une nouvelle approche plus globale particulièrement destinée à conjuguer les défis et opportunités du 21ème siècle.

Dans cette nouvelle forme d’éducation, l’évaluation détaillée et objective de l’état de notre planète est suivi par des solutions régionales, communautaires et adaptées au lieu où elles seront appliqués; c’est une éducation qui rendre les gens et les communautés plus indépen- dants en leur apportant des connaissances pour mieux construire leur mode de vie et en les rendant plus sûrs d’eux-mêmes; c’est une éducation qui est universelle dans ses principes

— 3

mais qui, dans la pratique, est appliquée au niveau local, afin de préserver la diversité cul- turelle; c’est une éducation où les recherches théoriques sont suivies par des applications pra- tiques; une éducation qui reconnaît la valeur des connaissances quotidiennes utiles et déter- minantes; une éducation qui peut être utile aux populations du Nord comme du Sud, aux so- ciétés de sur- comme de sous-consommation; c’est une éducation centrée sur les problèmes inextricablement liés et transdisciplinaires se rapportant à la transition vers la culture durable; c’est une éducation qui recherche et dépasse les limites du potentiel humain; une éducation qui promeut et facilite l’évolution la situation sanitaire à l’échelle de la planète; une éducation qui souligne et démontre l’efficacité de modèles en place ou de prototypes dans la conception de communautés à la fois à la pointe de la technologie, sacrées et durables; en bref, c‘est une éducation qui reconnaît et reconnecte toute ces dimensions pour plus de dignité, une meil- leure qualité de vie et une existence qui ait un sens.

Voilà l’éducation qu’apporte ce cours sur le design des écovillages, une éducation qui vise à faciliter la transition vers le développement durable.

Nous présentons actuellement ce cours de design des écovillages pour compléter et aider à la création d’un standard pour les Nations Unies, dans le cadre de “La Décennie d’Éducation pour le Développement Durable, 2005-2014”

M u d o n n o d i e s i V 3. Infrastructures
M
u
d
o
n
n
o
d
i
e
s
i
V
3.
Infrastructures
appropriées:
la solidarité
de base
2. Renforcement de
3./4. Technologies vertes
4.
Créativité, culture
eau at énergie
2.
Aliments locaux
art,
entrepreneuriat
5.
1.
gouvernance
La bonne
Approche systémique
au design écologique
1.
Bâtiment vert
5. Ouverture
à l’extérieur
l
a
Fierté de sa culture
i
5.
1. Transformer
l’économie
c
n
o
m
c
o
i
o
E
q
u
e
global
S
4. Importance des valeurs
de vie protecteurs
2.
Moyens
la terre
3. Responsabilité
pour
3.
Economie
locale
2. Eveil spirituel holistique
4. Mutuels
– Epargne local
E
c
homme nature
o
l
1. Relation
o
spirituel
5.
Juridique et nancier
g
i
q
u
e

— 4

Objectifs

Le cours de design des écovillages (CDE) a pour but préparer les mentalités à la transition vers une culture mondiale durable. La différence entre ce cours et les autres formes d’éduca- tion sur le développement durable, qui fleurissent en ce moment, est que le lieu même de no- tre cours est précisément dans ces modèles de communauté durable, les écovillages. Alors que tous les écovillages déjà existants ont institués des programmes éducatifs varies selon leurs tempéraments et leurs capacités, le CDE vise à créer un modèle standard qui puisse être adapté à tous. A ce titre, il se focalise sur les principes, aspects et thèmes fondamentaux né- cessaires dans une introduction exhaustive au développement et à la conception de com- munautés durables. Ainsi le CDE se résume à cela : un cours d’initiation de quatre semaines qui donne un aperçu complet des considérations pour la mise en oeuvre de communautés réellement durables, ce que sont les écovillages.

Le CDE est un projet de Gaia Education, qui fait parti de GEN (Global Ecovillage Network). Gaia Education - fondé officiellement au mois de juillet 2005 - est une association internation- ale d'enseignants d'écovillages. Ils sont unis dans le but de partager leurs nombreuses expé- riences et leçons valables dans le design et le développement des écovillages vécus pendant ces dernières années.

Le CDE est, dans sa structure, organisé comme un patchwork composé des 4 dimensions pri- maires et intrinsèques de l’expérience humaine : les dimensions Ecologique, Sociale, Ecolo- gique et Spirituelle /Culturelle. Ces quatre dimensions contiennent toutes cinq modules, ce qui fait au total vingt sujets à aborder. Tandis que les bases de ce patchwork, les "dimensions", représentant un archétype, resteront les mêmes, les titres et les contenus des différents “modules” pourront fluctuer et évoluer au cours du temps. Ainsi ce cours est crée pour être flexible par nature ; il peut donc être adapté afin de remplir les besoins uniques d'un projet spécifique ou pour souligner les différentes forces et traditions spécifiques des écovillages qui accueillent le cours. De même la durée de quatre semaines est recommandée mais pas fixée et le contenu du cours peut être condense dans de plus petits ateliers, répartis sur une péri- ode plus longue ou peuvent être dispensés en blocs dans des lieux et à des moments diffé- rents. Cette flexibilitée innée donne au programme la possibilitée d'être impliqué dans les établissements plus traditionnels, qui n'ont pas encore atteint le status d'écovillage, ainsi que dans les domaines académiques, proféssionels, urbains, etc.

L'enseignement du CDE peut être considéré comme "holistique" – entendant par là qu'il s'ef- force de couvrir et de présenter les diverses considérations et facettes de la conception d'un écovillage comme un tout complet et indivisible. Le CDE peut aussi être décrit comme facteur d'intégration puisque toutes les considérations essentielles dans la conception d'un authen- tique écovillage reçoivent la même attention et sont également représentées, d'autant plus que chacune n'existe qu'en relation avec l'autre, dans le cadre de ce tout. Enfin, le CDE peut être considéré comme "holographique" car l'essence même du cours est distribuée en tous temps et lieux et peut donc être reconstituée facilement ; à condition bien sûr que les objectifs ne soient pas soumis à des influences partiales.

L'équipe de développement de cours et de programmes mondial Gaia Education est composée d'éducateurs expérimentés et accomplis partout dans le monde et a pour but ce créer une équipe de concepteurs d'écovillages compétents et informés. Ces diplômés auront les outils, les connaissances et le savoir nécessaires pour faciliter le développement d'une communauté durable et pour initier leurs propres projets d'écovillages. Ainsi le CDE est non seulement vi- sionnaire mais aussi très fonctionnel, il s'intéresse principalement aux applications et est basé

— 5

sur les solutions. De plus il vise à répondre aux besoins et aux désirs de personnes réelles dans des circonstances réelles dans un monde en plein changement qui pourrait avoir besoin d'être guidé. Les diplômés seront tels des graines dispersées dans le vent : certains trouveront un sol fertile où ils pourront recréer ce procédé organique, holistique et intégré qu'est la con- ception d'un réel écovillage.

Encore une fois, le but du CDE est d'introduire un sujet très complexe. Le format de ce cours sera expérimenté sur plusieurs années, en commençant par la formation même des édu- cateurs, en améliorant toutes les modalités du cours jusqu'à ce qu'il soit accessible, com- préhensible et utile à toutes les personnes intéressées. Le CDE peut être considéré comme une approche pédagogique à part entière ou comme un supplément à des programmes déjà existants sur le développement durable ; en réalité, les partenariats entre académies et com- munautés sont activement encouragés.

En principe, tout ceci pose les bases pour éventuellement arriver au terme d'un programme de design d'écovillages de quatres ans qui mène à un diplôme universitaire l'équivalent d'un B.A. américain. Ce programme serai complet, exhaustif, multidimensionnel, transdisciplinaire et visé par l'Etat. Ce genre d'éducation formalisé devient de plus en plus pertinent avec l'avance du 21e siècle; le CDE bénéficie d'une position unique et d'une importance globale pour ainsi initier les prototypes d'un tel programme diplômée.

En conclusion, le CDE contient et représente les valeurs clés d'un écovillage idéal? C'est-à- dire : honorer l'unité grâce à la diversité, célébrer les diverses cultures et idéologies, pratiquer l'égalité tant raciale et culturelle ainsi que la parité, promouvoir la justice sociale et la con- science environnementale, s'efforcer de maintenir la paix et le libre-arbitre, et, en général, respecter la Terre étant donné qu'elle est notre foyer.

Ainsi, puisse cette éducation sur le design d'écovillages aider à restaurer des communautés brisées, à créer de nouvelles communautés fonctionnant sur un modèle viable de développe- ment durable, à régénérer les écosystèmes endommagés, à faire renaître un sentiment d'op- timisme et, en général, à revitaliser la Vie sur Terre, pour notre génération comme pour les suivantes.

— 6 —
— 6 —

Dimension Vision du Monde

Aperçu

Jusqu'à présent, le sujet du développement durable est présenté en tant que trois thèmes structurants: l'économie, le domaine social, et l'écologie (ou l'environnement). Ceux-ci sont considérés comme les domaines fondamentaux de l'expérience humaine ob- ligatoirement addréssés dans tout scénario du développement durable. Le CDE reconnaît une quatrième dimension - celle que l'on appelle "Vision du Monde" ou "Worldview" en anglais. Ceci reconnaît qu'il éxiste toujours des influences culturelles silencieuses et sou- vent cachées qui puissent , en fait, prédéterminer les relations économiques, sociales et écologiques.

Chaque culture, chaque sous-groupe, chaque vague historique semble guidée, informée et dirigée par des interpretations particulières de la nature de la réalité. Trouvant ses origi- nes dans le domaine des sciences, le terme "paradigme" est maintenant couremment util- isé pour décrire ce mélange interactif de croyances, philosophies, et mythes qui, ensem- ble, crée une lentille culturelle acceptée à travers laquelle nous percevons le monde. Les paradigmes , bien sur, changent avec la découverte ou la création d'information et de sa- voir nouveaux. et aussi avec le développement des êtres humains qui deviennent plus prêts à contempler des vérités plus profondes et plus larges.

Il est clair que, selons les écritures et pensées répandues dans le monde occidental d'au- jourd'hui, que l'Occident vit un changement de paradigme - une nouvelle vision du monde qui complémente et s'allie aux anciennes philosophies des traditions de sagesse mondiales. Cette nouvelle vision, cette évolution de conscience, auront un impacte énorme en raison des effets unifiants de la globalisation culturelle. L'humanité de nos jours constitue une grande famille, un peuple, une unité terrestre. De même, nous pouvons éprouver notre planète, selon les photos prises par les astronautes, comme un super-organisme vivant et réspirant - Gaia. Cette nouvelle vision est définie tel une évo- lution du mécanique à l'holistique, ou du matériel àu spirituel , en tant qu'interprétations de la nature de la réalité. La conscience précède le physique; les idées créent la forme. L'objectif de la dimension Vision du Monde du CDE serai, alors, l'articulation des paramètres de cette évolution dans sa relation au design et à la réalisation des modèles de développement durable communautaires.

L'esprit est mystérieux et infini, ineffable et pourtant partout et en tout. Les noms du Divin sont innombrables, ainsi que les pratiques spirituelles et les différentes croyances qui exis- tent sur notre planète. Mais l'Unité aime la diversité, c'est pourquoi notre but en tant que concepteurs d'écovillages n'est pas de définir ni même d'imposer une spiritualité de groupe. Au contraire il nous incombe de faciliter l'exploration des royaumes spirituels, indi- viduellement et collectivement. Nous nous engageons, nous-même et le groupe, dans une quête spirituelle, tout en restant le plus humble possible, et en gardant toujours à cœur d'appliquer notre ressenti et nos révélations pour l'amélioration des communautés du- rables, pour le bien de tous.

Nous devons nous positionner au milieu, où le sens émerge, entre les ordres implicites et les ordres explicites, utilisant le pouvoir temporel pour promouvoir les images primordiales afin de diriger l'évolution, vire même afin de devenir l'évolution elle-même.

— 7

La spiritualité est l'essence même d'un système culturel, et lui donne tout son sens, son but et sa direction à suivre. Composée d'un condensé des valeurs partagées, de l'éthique et des croyances, la spiritualité d'une culture est le fondement qui permet de légitimer sa structure socio-économique et sa relation avec un monde qui dépasse le cadre restreint de l'humain, c'est-à-dire son écologie cosmique en quelque sorte. Alors qu'il y a des valeurs et des éthiques communes à toutes les traditions spirituelles (par exemple, l'amour, la compassion, le pardon, la pitié, le respect pour ce qui apporte la vie et nous nourrit, etc.), chaque culture pratique et célèbre sa spiritualité d'une manière qui reflète sa propre situa- tion dans le monde. Avant le triomphe mono culturel de la "mondialisation", diverses tradi- tions spirituelles et culturelles s'étaient développées pour apporter des solutions complexes et métaphysiques aux défis et aux opportunités que réserve la vie dans un lieu précis. Ainsi, en plus d'offrir des explications sur la dimension vaste, cachée et sublime de la vie, les traditions spirituelles et culturelles partout dans le monde ont eu diverses pratiques pour pérenniser les personnes qui y croyaient.

C'est pourquoi, contrairement à la plupart des programmes pédagogiques qui préfèrent ne pas s'étendre voire même ignorer ce sujet délicat, notre cours sur le design d'écovillages intègre la dimension spirituelle et culturelle de nos existences dans son cursus. Le pro- gramme du CDE étudie la spiritualité ainsi que toutes ses expressions culturelles comme l'art, la musique, les rites, les cérémonies, l'apparat, la conscience du corps et de l'esprit, et diverses pratiques qui visent à développer notre conscience et notre compréhension des besoins et des vœux d'un tout. Les écovillages sont considérés comme un lieu créé minu- tieusement pour permettre à la dimension spirituelle de la vie de se développer dans toute sa splendeur. Chaque écovillage, selon son environnement local et éco-culturel particulier, pourra accentuer une tradition spirituelle plus qu'une autre, mais, en général, la vision des écovillages encourage et tolère les perspectives œcuméniques spirituelles. Les idéaux de respect mutuel, de confiance, de coopération, d'harmonie, de beauté et d'entité sont fon- damentaux et intrinsèques à la vie dans un écovillage. Matérialiser ces idéaux dans la vie quotidienne grâce à une pratique certes disciplinée mais aussi festive de la spiritualité donne aux écovillageois une connaissance approfondie de la nature humaine et leur per- met de ressentir les voies mystérieuses dont ils font partie.

Pour obtenir un programme éducatif le plus complet possible, le but est de créer un cursus universel qui puisse être accessible à des personnes de tous milieux culturels. Ainsi, le cur- sus cherche à étudier et à se concentrer sur les thèmes et les valeurs communs à toutes les traditions spirituelles. En même temps, l'accent est particulièrement mis sur l'individu et la l'évolution personnelle : c'est à ce sujet précis que nous souhaitons préparer les fu- turs concepteurs d'écovillages. En effet les êtres humains (et particulièrement l'Homo sa- piens sapiens) ont dans l'ensemble créé un bouleversement sur cette planète mais la solu- tion est dans le cœur et dans l'esprit de chacun d'entre nous. Et c'est dans nos cœurs et nos esprits que le vrai changement aura lieu. La transition vers un futur durable est l'ex- pansion de tant de consciences. Nous croyons que toute personne qui suivra ce cours bé- néficiera au moins d'une évaluation objective des dimensions spirituelles de la vie, particu- lièrement lorsque celles-ci sont rattachées à la conception et à l'installation d'écovillages et de modèles de communautés durables.

— 8

La dimension Vision du Monde du CDE étudie ces aspects vitaux de l'existence humaine dans les 5 modules suivantes:

Module 1: Vision du Monde Holistique – une articulation de la nature de la transition dans laquelle nous vivons en ce moment, où nous intégrons la science et la spiritualité, pour l'émergence d'une nouvelle vision mondiale;

Module 2: Communication avec la Nature – un guide pour la réintégration de l'être humain avec le monde naturel, en tant que pratique spirituelle;

Module 3: L'Éveil et la Transformation de la Conscience – une déscription presque poétique sur les conséquences d'un engagement avec le voyage spirituel;

Module 4: Célébration de la Vie: Art et Créativité – nous nous rappellons l'aspect cé- lébratoire de la vie en communauté ainsi que la réunification avec la Source que repré- sente l'expression artistique créative; et finalement,

Module 5: La Spiritualité Socialement Engagée – le point de vue qui dit qu'une vie spirituelle bien vécue est une vie de service social actif, et que les deux sont inséparables de nos temps.

— 9 —
— 9 —

Module 1: Vision du Monde Holistique

Objectifs

1. Formuler une vision du monde compréhensive qui prend en compte les dimensions scienti- fiques et spirituelles des liaisons réciproques et des relations, du niveau personnel au ni- veau planétaire

2. Présenter les trouvailles de la science moderne qui montrent l'existence d'une base spiritu- elle définie sous-jacente à la réalité

3. Apprendre aux élèves un nouveau vocabulaire pour décrire leur vision holistique du monde

4. Développer la sensibilité et la réceptivité à la Nature nécessaires pour réconcilier science et spiritualité et pour rapprocher en même temps les paradigmes culturels orientaux et occi- dentaux

5. Apporter une conscientisation instinctive de l'interconnexion de la vie non seulement en tant que métaphore, mais comme vérité vivante pour laquelle nous sommes responsables

Contenu

L'éducation traditionnelle nous a poussé à croire que le monde et le cosmos sont composés d'objets distincts, isolés et matériels – tous séparés des autres et fonctionnant selon des lois très rationnelles, déterminées et mécaniques. Toutefois, cette vision du monde est maintenant discréditée, et comme l'a dit Thomas Berry, "l'univers n'est pas un assemblage d'objets mais plutôt une communion de sujets." Ainsi, il y a une compréhension émergente qui perçoit l'uni- vers comme un ensemble inextricable et unifié de systèmes vivants liés dans un réseau com- plexe de relations. Cela introduit une nouvelle vision du monde holistique ou intégrale.

Il éxiste de plus en plus d'évidence simultanée dans plusieurs disciplines scientifiques au soutien de cette vision mondiale intégrée. Dans les domaines de la physique, la biologie, la psychologie, la théorie des systèmes, la physiologie, la théorie de la complexité - il éxiste un thème commun:

au delà du monde physique observable éxistent des modèles ou principes qui organisent ou in- fluencent le monde observé et vécu. La science découvre qu'il éxiste plus au-delà du visible.

Ces découvertes sont en train de rapidement changer notre compréhension du réèl. On a maintenant compris que la réalité physique est basée sur un réseau de relations dynamiques – et pas uniquement sur des parties atomiques. La physique moderne montre que ce qui nous apparaît comme stable, concret et inerte est au contraire le résultat d'interactions entre des myriades d'éléments en mouvement : des champs d'énergie, des particules, et des charges animées par des dynamiques internes. La leçon que nous devons en tirer est simple : la soci- été humaine et sa relation avec le monde naturel doit refléter ce réseau de vie dynamique et inextricable si nous voulons vivre en harmonie avec la Terre.

De nouvelles découvertes montrent que la conscience influence la matière sans question; le monde physique et notre monde mental humain sont liés d'une manière pas encore comprise. Les découvertes dans les domaines de la physique et des sciences de la vie nous mènent vers une convergence remarquable entre la nouvelle compréhension scientifique et les enseigne- ments spirituelles traditionelles. Les dynamiques non-linéaires et la théorie de la complexité montrent que le cosmos est construit comme un énorme hologramme. La structure résultante, parfois nommée fractale ou holarchie, est composée d'une vaste tapisserie détaillée faite des

10

interactions entre la matière et la conscience, dans laquelle chaque partie fondamentale (ou "holon") contient l'essence du tout: "Dessus comme dessous" ("As above, so below").

En dépit de cette grandeur exquise et l'attirance de cette Vision du Monde, elle peut facilement constituer une abstraction intellectuelle vide à moins qu'elle soit basée dans des applications liées à la vie palpable mondaine. Et voici l'importance des écovillages qui puissent représenter des prototypes inspirants pour le futur. Tel un holon individuel réplique une vaste holarchie, l'écovillage représente un point focal concentré de dimension humaine qui démontre les possi- bilités propices de la société interconnectée en gros. Les écovillages traîtent non seulement les nombreux symptômes de la civilisation non-durable, mais aussi tiennent le rôle de guéris- seur systématique.

Aujourd'hui les écovillages représentent les meilleurs laboratoires expérimentaux pour étudier de nouveaux modèles de culture humaine. Le modèle de l'écovillage promeut une perspective de systèmes, en mettant l'accent sur les connexions entre les activités, les procédés et les structures et en développant une compréhension plus large et plus tolérante des communau- tés durables. Dans la vie dans les écovillages et même dans leur conception, les interactions et connexions sont mises en lumière, visibles par tous. Par exemple, on peut voir comment la production d'aliments biologiques est liée aux monnaies complémentaires qui sont à leur tour liées aux modalités durables de l'économie, liées aux procédures de prise de décisions, liées à l'intégrité dans les interactions humaines, ce qui est lié à l'amour, ce qui est lié à la nature, liée à la construction écologique, etc.

En conclusion, de crainte que les inspirations et les aspirations ci-dessus soient vues comme des notions imaginaires de mystiques rêveurs ou d'écologistes utopiques, rappellons nous des mots d'Albert Einstein qui nous dit avec sûreté:

"Les êtres humains font partis du Tout

Nous

vivons nos êtres, nos pensées et nos émotions, en

séparation du reste

une

genre de délusion optique de notre conscience. Cette délusion est une

prison pour nous, et nous limite à nos désirs personnels et à une affection que pour quelques êtres qui nous sont proches. Notre travail est de nous libérer de cette prison en agrandissant notre cer- cle de compassion pour contenir toutes les créatures vivantes, et toute la nature dans sa beauté."

Activités pédagogiques expérimentales

Visualiser l'écovillage comme un hologramme. Quels éléments de la société voulez- vous inclure dans votre écovillage? Discussion en petits groupes.

Visualiser le corps en hologramme. L'oreille, la main, le pied, l'iris de l'eouil, tous con- tinennent l'éssence de tout le corps. Recevez un massage aux pieds et sentez les con- nections avec le reste du corps.

Tester pour l'eau avec des roseaux de saule ou trouver des points d'énergie avec des baguettes en métal

Éxercice de l'Imagination: Percevez le corps lié au centre galactique: Le centre de mon corps et le centre de la galaxie deviennent un avec la conscience Gaïenne.

Visualisation des atomes agrandissantes: Percevz le corps comme une multitude d'a- tomes vibrantes qui s'énergisent jusqu'å qu'ils couvrent l'univers.

Spéculez en petits groupes le genre de recherche scientifique qui résulterait de cette vision du monde.

11

Module 2: Communication et Réintégration avec la Nature

Objectifs

1. Développer la sensibilité et la receptivité vers la Nature nécéssaire pour le déssinage compétent et inspiré des écovillages

2. Réaliser que le soin de la Nature est fondamental à toute discussion sur la durabilité

3. Apprendre à ecouter à la Nature comme enseignant et guide

4. S'engager à honorer et réstaurer la Nature, à commencer avec nos propres corps

5. Finalement, reconnecter avec la Nature en corps, cerveau et ésprit

Contenu

La séparation imaginée ou perçu de la Nature est à la base des problèmes les plus graves de nos jours. La civilisation, la culture des villes, paraît avoir eu, comme un de ses buts, le rem- placement de la Nature avec un environnement fabriqué - comme éxemple, les méga-villes faîtes de bloques de béton carrés et abrutissants, vidées de vie non-humaine, abstractions machinées qui noyent les écologies une fois en éxistence par-dessous. Après plusieurs géné- rations de ce genre de vie urbaine et artificielle, il apparurent les philosophies et religions qui parlaient de la séparation entre êtres humains et la Nature; et finalement une vision de l'homme comme supérieur à la Nature. Comment pourrai-ce être possible? L'humanité est, et a toujours êtê , une partie intégrale de la Nature, ayant apparu seulement recemment pen- dant la trajéctoire de 3.5 milliard d'ans de la biologie évolutionnaire que représente la vie sur Terre. Cette fierté humaine qui voit la Nature comme éxploitable et dispensable a résulté dans une quantité de forces déstructives insoumises qui puissent (sans exaggeration) eventuelle- ment terminer la vie sur Terre.

Ayant accepté ce fait. il paraiterai vitalement important de Communiquer et Réintégrer avec la Nature; et alors de quelle manière initier cet apprentissage?

Sans souscrire au mythe du "sauvage noble", les cultures indigènes vivant prôche de la Terre sont généralement vus comme ayant une connection avec la Nature - car elles développent des relations intimes et réciproques avec les forces de la vie des lieux dans lesquels elles se trouvent. Les peuples indigènes qui vivent prôches de la terre co-évoluent de manières bé- néfiques avec leur environnement ~a travers de longues périodes de temps. Ceci est la clé pour la durabilité - cet engagement intime et continue à un endroit, où les habitants recon- naîssent l'avantage dans l'entretien de la santé et l'intégrité de la Nature locale. Ce sont dans ces conditions de survie que les habitants resteront liés et sensibles à la Nature.

Les écovillages se trouvent dans une position idéale pour l'éducation sur ce thème: Communi- cation et Réintégration avec la Nature. Qu'il soit urbain, suburbain ou rural, une caractéris- tique définissante de l'écovillage est "l'intégration inoffensive des activités humaines dans le monde naturel". Que ca sonne idéaliste, ceci est un bon point de départ, car la réintégration est nécéssaire. Voici quelques principes et pratiques employées par les écovillages du monde pour accomplir cette réintégration:

L'usage du rituel et de la cérémonie pour honorer le cycle des saisons, les phases lunaires et les 4 ou 7 directions

12

L'usage du Feng Shui, Vastu, la Géometrie Sacrée et autres disciplines géomancières pour placer, auspicieusement, les constructions en accord avec les points énergetiques et les lignes de lay

Préserver des parties de la terre pour les fonctions naturelles

Identifier et préserver les endroits spéciaux - forêts, sommets de collines, promon- toires, lieux aquatiques - comme sites sacrées

Création des lieux de méditation et sanctuaires

Construction des temples terrestres, autels et sanctuaires

Utilisation de pratiques architecturales et de placement pour bien mélanger les con- structions avec le paysage

Régénération de terrains abîmés

Intégration de la Nature dans les écovillages même en gardant leur visibilité

Avec l'usage de ces principes et pratiques, et plus, les écovillages aident à guérir la séparation entre l'homme et la Nature et à créer les conditions d'éxistence optimales. Avec ce genre de conditions, il y a un renouvellement de communication et réintégrationavec la Nature simple- ment par les activités quotidiennes.

Avec cette module, les dimensions Spirituelles et Écologiques du programme sont jointes. Avec l'expansion de la conscience et de l'identité que crée une pratique spirituelle continue, la

responsabilité pour le soin de la Terre devient naturel. La Réintégration avec la Nature fait par- tie de la pratique spirituelle car la Vie est perçu comme un Tout indivisible, dont l'intégrité dépend de la santé et de la vitalité de tout ses éléments. La Nature vierge et intacte puisse devenir une source de renouvellement spirituel, qui apporte la solitude ainsi que des réponses aux questions profondes. L'acte de planter et de soigner les jardins fertils, de respecter et de régénérer la force de vie d'un endroit, de guérir les plaies de séparation en nous et dans les autres - sont tous des actes spirituels, car ils soutiennent l'évolution planétaire ainsi que le potentiel vivant de tous les êtres concernés: L'être humain comme agent conscient et régéné-

rateur de la biosphère

puisse

ceci être la mission spirituelle de la prochaine éspèce humaine?

Trois milliards et demi d'années fait longtemps; il éxiste quelque chose intrinsèquement dura- ble dans le fonctionnement de la Nature. Quand l'Homme pourra laissé tomber son "hubris" (sentiment de supériorité) et voir la Nature comme enseignant et guide, il découvrera beau- coup de leçons importantes. Le corps humain est une orchestration céllulaire magnifique, le résultat d'une longue évolution; donc, nos propres corps sont le contexte le plus intime pour cette Réintégration avec la Nature. Allez trouver un endroit naturel et intact - un parque ou votre propre jardin. Restez tranquil pour un moment. Ouvrez tous vos sensations. Est-ce que la Nature a quelque chose à vous dire?

Voici les mots de David Holmgren, le co-originateur de la Permaculture, un système de design pour les systèmes humains basé sur les systèmes trouvés dans la Nature. Il exprime nos sen- timents:

"Une partie de du problème avec notre psychologie occidentale courante est que nous sommes séparés de la Nature et ne sentons pas ses limites. Il est clair que le point maximum de l'énergie et sa déscente détruirons une fois pour toute cette perception fausse. Aussi, devons-nous réaliser que nous sommes non plus une contradiction de la Nature, son déstructeur, mais que nous avons une place dans la Nature, et que nous pouvons la réclamer."

13

Activités expérimentales pédagogiques

Il y a place pour beaucoup de flexibilité et de créativité dans cette module.

On pourrait apprendre simplement en faisant une promenade consciente dans la Nature.

On pourrait inclure l'écriture de poèmes, histoires ou réflexions personnelles. Peut- être une rencontre prôche avec un arbre, le percevant dans sa fonction totale dans son environnement, et non seulement comme du bois ou des branches.

On pourrait créer un rituel ou une cérémonie pour nous honorer en tant qu'individu ou groupe.

On pourrait s'asseoir tranquilement dans la forêt en observant. Ou peut-être pourrait-on incorporer la voix d'une grenouille ou d'une rivière, pour raconter au groupe leurs perspectives.

Aussi, pourrait-on faire une analyse Vastu ou Feng Shui, ou établir un autel ter- restre aux quatre (ou sept) directions.

Dans tous les cas, l'expérience serait plus forte avec un accent sur la joie et la célé- bration, le manger et le feu au centre du lieu.

— 14 —
— 14 —

Module 3: L'Éveil et la Transformation de la Conscience

Objectifs

1. S'exercer à voir notre vie sur la planète en relation avec le cosmos.

2. Explorer à profondeur les missions et objectifs que l'on se fixe dans la vie

3. Initiation ou approfondissement des pratiques pouvant mener à une transformation de conscience

4. Imaginer les déstinations du voyage spirituel

Contenu

Il vient un temps dans la vie des gens quand, à travers une "expérience pic" ("peak experi- ence"), ils vivent un état non-ordinaire de la réalité dont l'intensité secoue leurs fondations. Les sentiments qui accompagnent cette expérience peuvent être: un écstase incomparable, un sens de connéxion avec tout l'Univers, un sens de paix et de satisfaction continue, une compréhension intuitive de la nature de la réalité qui ne demande aucune éxplication, une sorte d'amour-gentillesse pour toutes créatures. La tendence est de vouloir s'attacher à ces sentiments, et de rester infiniment dans cet état; mais bientôt, les sentiments se fanent, et quand retourne la densité, les initiés retiennent une expérience d'une vision plus vaste et plus magnifique de celles qu'ils ont connues. Pour certains, cette "expéreince pic" puisse constituer un éveil qui les lance assuremment sur le chemin de l'esprit.

Voici l'histoire de Leieh Tzu qui voulait connaître l'illumination – la transformation de la con- science. Son désir était si grand qu'il voyagea dans des contrées éloignées en quête des plus grands professeurs aux enseignements les plus sages. Leieh Tzu était un étudiant sincère et il pratiqua régulièrement tout ce qu'on lui apprit. Un jour, après des années de voyages, Leieh Tzu expérimenta cet éclair de perspicacité, cette fusion spontanée avec l'ineffable infini qui est connu sous le nom d'illumination. Et que fit-il avec cette transformation de sa conscience ? Il retourna immédiatement sur son coussin, dit adieu à ses pairs et retourna dans sa ferme où il avait laissé sa femme pour l'aider dans les tâches quotidiennes, nourrir les cochons, tailler le bois, désherber le jardin. Et il resta dans cette ferme jusqu'à la fin de sa noble vie.

Il se trouve que le voyage vers cette transformation n'est pas une ascension régulière mais plutôt une spirale qui semble parfois monter, parfois descendre. Le voyage est la destination. Il n'y a rien à atteindre seulement la vie à vivre. Tenter de se raccrocher au bonheur suprême ne peut être que source de déception ; il est préférable de créer les conditions dans lesquelles ce bonheur suprême est susceptible d'émerger continuellement, spontanément, au bénéfice de tous. C'est la voie de la Nature, et c'est une des fonctions d'un écovillage.

Cependant, quelque chose a bien changé. Le centre de gravité est différent. L'idée de revenir à l'ancien style de vie étroit et égocentrique semble particulièrement dégénérescent. La trans- formation de la conscience est une expansion de la conscience. Mon identité commence à in- clure de plus en plus le monde autour de moi. Je ne suis plus un individu isolé mais une partie intégrante d'une communauté, et cette communauté humaine évolue au cœur d'une com- munauté naturelle dans une niche écologique, niche écologique qui n'est qu'un écosystème parmi tant d'autres dans notre hôte Gaia ; et Gaia elle-même fait partie du système solaire, système qui n'est qu'un des nombreux autres qui fourmillent dans la galaxie. Cette galaxie

15

possède un centre galactique bien définie ou des systèmes naissent, spontanément, d'eux- mêmes. Au fur et à mesure que mon identité se fond dans cet ensemble, je deviens plus re- sponsable. Mes pensées et actions ont réellement des conséquences : elles peuvent influer sur la qualité de ces systèmes qui naissent au cœur de la galaxie.

Une qualité commune aux personnes qui se sont trouvées sur ce chemin est une humilité pro- fonde et sincère, ainsi qu'un réel et respectueux émerveillement pour la grandeur et la mag- nificence du Grand Mystère. Toutes les traditions spirituelles et religieuses semblent être au service de quelque chose : au service d'un plus grand tout, au service de ceux qui souffrent ou sont moins fortunés, et ce service n'est basé que sur l'amour et la compassion, dans un but d'expiation et de pardon, et finalement, ce service n'est rendu que parce qu'en regardant dans les yeux de l'autre je me suis dit que je ne pouvais qu'essayer d'aider.

Activités pédagogiques expérimentales

Chaque matin nous aurons le temps consacré pour la méditation silencieuse à option, avec n'importe quelles techniques préférées par les participants, dans un lieu spéci- fiquement approprié. Nous offrirons aussi la méditation guidée comme partie du pro- gramme, pour tous les étudiants, pendant les heures du cours.

Nous pratiquerons aussi la visualisation positive.

Hatha Yoga, Chi Kung, Tai Chi et d'autres disciplines de mouvement corporel sont très encouragées et seront offerts ou bien par les instructeurs ou bien par d'autres étudi- ants.

Aussi, nous instituterons plusieurs rappels de "conscientisation" pendant la journée.

Le partagement des rêves est une autre forme d'étudier les procédé personnels et en groupes.

— 16 —
— 16 —

Module 4: La Célébration de la Vie: La Créativité et l'Art

Objectifs

1. Présenter l'art comme un merveilleux instrument pour la croissance et la transformation et accessible à tous, quelles que soient leurs connaissances et capacités

2. Reconnaître et réclamer la créativité illimitée comme étant notre véritable nature, émanant d'une source universelle, aussi naturel que le fleurissement d'une fleur

3. Créer un espace de beauté et de stimulation où l'inspiration et l'intuition sont mises en va- leur, et où la créativité coule inintérrompue, une célébration de la Vie

4. Concevoir les célébrations communautaires comme une expression de l'Art du groupe, res- sentir les liens qui en découlent, et apprendre que la vie en communauté permet aux membres de développer une culture de la célébration

5. Enseigner que la forme la plus haute de la créativité, en tant qu'individuellement ou en communauté, est pour que nos vies deviennent des travaux d'Art

Contenu

L'art n'est pas réservé qu'aux artistes: c'est une façon d'ajouter la beauté, la grace et la célébration à tout ce que l'on fait. Quand on pratique l'Art, c'est un moyen d'accéder une source universelle de créativité - la source de la Vie même. Quand les êtres deviennent de plus en plus à l'aise dans l'expression de leurs rêves, désirs, voeux, visions artis- tiquement, la vie devient une célébration en couleur, qui se source d'un centre créatif continuellement renouvelable. Cette connéxion artistique active avec la source créative de la Vie est une manière puissante d'activer le développement personnel, la guérison et la transformation.

Dans une communauté, il éxiste des opportunités créatives qui permettent la capacité de se fondre dans une vision plus large permet à chacun d'entre nous de mêler son ego dans un grand tout, ce dont on sort grandi et changé. Si un artiste travaille seul, il n'entraînera pas un mouvement ; en effet c'est en côtoyant les autres et en appréciant leur art, en en reconnaissant les éléments qui émanent de l'inconscience collective - les méssages, l'in- formation, ou la symbologie pour tout le groupe.

L'idée de "créativité collective" n'est pas liée au prestige et à l'exaltation d'un seul individu mais au contraire est fondée sur l'énergie combinée de tous ceux qui ont contribué à l'œuvre. Une telle synergie peut couler à travers une communauté, et soutenir et élever tous dans un courant d'air de productions créatives et collectives. On trouvait une synergie similaire dans les ateliers du début de la Renaissance qui était tenus par plusieurs "maes- tros" qui bénéficiaient de l'échange de leurs connaissances.

Ce phénomène encourageant peut aussi être semé dans les terres fertiles et créatives des écovillages d'aujourd'hui. Quand l'Art évolue d'un passe-temps à temps partiel vers une attitude envers la vie à temps complét, alors le développement d'artisanats, indus- tries domestiques, guildes, ainsi que cours, tailleurs et studios d'expressions artistique différentes, peuvent produire une source de subsistance matérielle ainsi que de subsis- tance spirituelle. Les écovillages sont à l'origine d'une nouvelles renaissance artistique. L'art des écovillages aura (et dans certains cas a déjà) pour but d'exprimer des nouveaux

17

concepts de beauté et d'harmonie basés sur des valeurs écologiques et spirituelles ainsi que sur la diversité culturelle. En conséquence cette forme d'art sera l'expression unique d'un lieu.

Les célébrations sont un facteur important de la cohésion de toute communauté. Nous devons réapprendre ces fêtes et les recréer en accord avec une nouvelles vision du monde et avec un nouveau système de croyances. En effet, elles sont un expression commune de l'art et de la créativité. Célébrer la vie, les évènements cosmiques et mondiaux, et les rites de passages représente une forme collective d'art facilitée par la vie en communauté. Les écovillages ont déjà développé certains aspects d'une nouvelle culture mondiale commune et ont à offrir en même tant qu'ils empruntent aux cultures traditionnelles du monde en- tier, en imbriquant des idées anciennes dans un contexte actuel.

Visiter n'importe quel écovillage du monde et là vous verrez une gamme d'expressions ar- tistiques créatives: le chant, la dance, le théatre, la musique, et toutes formes de rituel, cérémonie et célébration. L'art comme thérapie, transformation personnelle, symbolisme colllectif, l'art dans l'environnement, comme architecture, travail, et comme un moyen d'expression de la force de vie créative qui coule à l'intérieur: là, les écovillages démontrent une culture de célébration de la vie par le moyen de l'art et la créativité.

Chacune de ces dimensions seront appliquées chaque jour et chaque semaine du cours. L'art devra se concentrer sur l'expression individuelle aussi bien que sur celle du groupe. Nous voulons souligner que toutes les personnes sont foncièrement créatives; pour cer- taines, créer une vie colorée et dynamique est leur forme d'expression favorite. En mettant l'accent sur des styles de vie innovants, progressistes et autonomes, le développement du- rable et la créativité vont de paire.

Honorer les Phases Diverses de la Vie

La Vie change constamment: un flux perpetuel de cycles, saisons, et stages de dévelop- pement. Dans les cultures traditionnelles, les rites de passage furent célébrés pour les transitions importantes - naissances, mort, maturation - pour donner le pouvoir aux indi- vidus et pour communiquer le savoir cumulatif du groupe. Il semble éxister une corrélation intime entre les cultures qui honorent ces jonctions profondes et les cultures de paix et de durabilité. Plusieurs disent que la perte de ces rites de nos jours est une facteur impor- tante pour le chaos dans lequel nous nous trouvons: il n'y a pas beaucoup d'adultes ou d'anciens qui vivent, pour transmettre ce savoir – ainsi il n'y a plus de continuité.

La monoculture stérile de consommation veut que nous nous investissons dans un "été éternel", une jeunesse perpetuelle. En communauté, en apprenant des traditions anciennes et en redéssinant les nôtres, nous réinventons des rites de célébration et de deuil et nous commémorons les passages de la vie. En partageant les douleurs et les joies de nos vies, on trouve en nous une plus grande capacité d'aimer et de donner que l'on pensait, et ceci est très créatif.

18

Activités pédagogiques expérimentales

Rituels/cérémonies: Créer des rituels autour des cycles de la Lune, du Soleil, ou sur le lieu du cours, les besoins de chacun de nous, ou sur tout ce qui pourra être utile dans notre cours concernant le procédé de création de rituels et cérémonies comme moyens de célébration, de soulagement et de cohésion

Chants: des chants Taize, des chants des Amérindiens, ou encore des chants Afro- américains, contemporains, des canons, des chants du cœur, de la Terre ou de l'arc-en-ciel

Danses: Rondes, danses libres voire peut-être des danses africaines pour s'assouplir et achever une conscience du corps entier

Des ateliers d'imagination du futur, une méthode créative pour comprendre la vision de chacun et du groupe

Des jeux pourront améliorer l'apprentissage et permettre aux participants d'être pré- sents de tout leur être

Théâtre improvisé et représentation

Peinture, sculpture, construction et design libre

Le Jeu de la Vie (Pour les explications voir Damanhur: The Real Dream)

— 19 —
— 19 —

Module 5: La Spiritualité Socialement Engagée

Objectifs

1. Lier ensemble les chemins de transformation spirituelle "intérieure" et changement so- cial "extérieur"

2. Placer l'éveil spirituel et la transformation de la conscience sur l'agenda de change- ment social

3. Placer l'activisme du changement social sur l'agenda spirituel

4. Soutenir et faciliter la collaboration entre les groupes spirituels et de changement so- cial, pour avancer synergistiquement les buts de chacun

5. Inspirer et donner plein pouvoir aux nouveaux practiquants de la spiritualité sociale- ment engagée en utilisant des examples puissants de pionniers radicaux

Contenu

Pour des milliers d'années il a éxisté une tradition qui dit que les aspirants spirituels et les ascétiques devaient grimper la montagne ou entrer le désert ou la forêt pour fuire le chaos et le bruit de la société et du marché. Isolés dans la beauté pure de la nature, les aspirants pou- vaient trouver la tranquilité nécéssaire pour se plonger dans la rêverie spirituelle, loin des pro- blèmes mondiaux. Récemment, le bruit et la pollution du monde les ont suivi à la montagne. Le ciel pur et bleu des monastères montagneux est maintenant abîmé par la pluie acide et le changement climatique qui approche, pendant que les forêts abondantes se trouvent de plus en plus dimiunuées par la scie du bucheron. Les problèmes intractables de la société sont maintenant présent dans tous les coins du monde.

Aujourd'hui l'aspirant est appelé du sommet de la montagne pour s'engager dans le monde, comme partie de sa discipline spirituelle. La crise de la civilisation moderne est tellement grave que nous nécéssitons des transformations radicales pour notre survie, sinon pour notre vie, et nous demandons aux aspirants spirituels de prendre leur part dans la facilitation de cette transformation.

Il y a aussi depuis longtemps un modèle parallèle dans la direction séculaire du changement social: une focalisation exclusive sur la réforme sociale et économique sans donner trop d'at- tention aux dimensions sutiles spirituelles ou philosophiques de la vie. Les directeurs impor- tants du changement social ont fait de grands éfforts pour ne pas s'associer aux religions ou aux associations spirituelles. Le changement social était vu comme une innovation culturelle et pratique, dirigé par la nécéssité sociale et basé sur des structures légales, scientifiques et commerciaux. La spiritualité et la transformation de la conscience étaient vu comme non per- tinent car elles venaient de valeurs et de pratiques privées qui n'avaient guère d'impacte dans le monde réèl du pragmatisme.

Mais les leaders du changement social découvrent que leur mission est impossible sans un changement énorme dans la conscience et les valeurs humaines. Comme example: les sup- porteurs dediés de l'énergie solaire ont battu longuement et durement pour l'adoption de l'énergie solaire propre et décentralisé dans les pays du Tiers Monde. plutôt que l'energie nu- cléaire dangereuse et les combustible fossiles polluantes - et puis ont appris que l'adoption de leur politiques par la Banque Mondiale et l'IMF s'est traduit en une éxpansion d'installations de

20

télévisions solaires dans les villages indigènes éloignés qui montraient le pire des publicités et de la TV commerciale occidentale (MTV, Dynasty, Dallas). En quelques années, le tissu social de ces dernières cultures durables sur la terre a été décimé par cette invasion technologique. Cette ironie éxtrême est que ces vertus écologiques d'énergie renouvelable ont permis l'influ- ence de McDonald sur les Bushmen africains, ainsi que le remplacement des chansons des Aborigènes australiens par les chansons de MTV.

La leçon est simple: la spiritualité sans le changement social est faible, et le changement so- cial sans la spiritualité est aveugle. La transformation spirituelle sans le changement social et écologique est finalement futil, " comme si l'âme pouvait être sauvé pendant que la biosphère est détruite" (Theodore Roszak). Et la réforme sociale et écologique dans l'absebce d'un éveil spirituel se montre fatal, comme si la biosphère pouvait être protégée pendant que perit l'ame de l'humanité.

"L'éveil spirituel" veut dire implanter l'amour et la sagesse dans les coeurs et l'intelligence de l'humanité. Sans cette transformation. même les innovations sociales et écologiques les plus intéréssantes seraient rapidement dépassées par l'expansion de la consommation ainsi que la surpopulation rapide globale. La transformation de la conscience et des valeurs n'est plus un luxe éxclusif, mais un impératid pour les masses.

Heureusement, pendant la dernière décénnie, on a vu une croissance d'initiatives nouvelles fermant le chasme entre le changement social et la pratique spirituelle. De nouvelles formes innovatives de "spirituaité socialement engagée" arrivent de plusieurs directions. Des groupes bouddhistes et hindous qui auparavant se concentraient sur leurs disciplines contemplatives déscendent dans la rue, pendant que les leaders de changement social deviennent de plus en plus intéréssés dans la méditation. Bien que pas nouveau, ce domaine de la spiritualité reçoit maintenant plus d'attention. La Isha Upanishad, écriture sacrée ancienne hindoue, prévient des maux d'une vie dévouée qu'à la méditation, ou qu'à l'action, et exalte les vertus d'une vie dévouée à l'action et la méditation.

Aujourd'hui, de nouveaux pionniers dans le monde de la spiritualité socialement engagée in- spirent des millions sur terre. Le maître bouddhiste Sulak Sivaraksa a révolutionné la réforme sociale et la pratique bouddhiste en Taïlande, au Laos, et en Birmanie. Le maître Zen Thich Nhat Hanh était un activiste pour la paix instrumental pendant la guerre de Vietnam. Swami Agnivesh a libéré des milliers d'esclaves travailleurs. B.R. Ambedkkar a emmené le boud- dhisme aux "intouchables" indiens. et Vandana Shiva a facilité des réformes écologiques im- portantes en Inde. Aung San Suu Kyi est une Ghandi feminine en Birmanie. Nicanor Perlas est sud-africain. Dans chaque tradition, il éxiste des pionniers inspirants.

Un exemple important de la spiritualité socialement engagée est le mouvement Sarvodaya au Sri Lanka. Fondé par le Dr. Ariyatne, avec son fils Vinya qui dirige, la philosophie Sarvodaya est une combinaison pratique de principes bouddhistes et ghandiennes. Sarvodaya a travaillé pour offrir le travail aux villages pauvres, en établissant des camps pour faciliter la construc- tion d'immeubles, routes, puits, et d'autre infrastructure nécéssaire. Mais l'objectif principal de Sarvodaya n'était pas le progrès économique, mais l'éveil. Sarvodaya enseigne comment s'en- gager avec le monde et comment se désengager - une illustration parfaite de la spiritualité socialement engagée.

Les racines de la spiritualité socialement engagée est aussi forte dans les traditions occidenta- les. Les prophécies juives articulent le plus grand cri pour la justice et la dignité humaine de toutes les écritures sacrées. La fois crétienne a une longue tradition de service. La Mère Té- rèse est très visible; et aussi inspirante est Dorothy Day, qui a fondé le mouvement Travail- leur Catholique qui a crée 185 "maisons d'hospitalité" pour les pauvres et pour combattre

21

l'oppression sociale. Thomas Merton et les Frères Berrigan étainet des pionniers contre la guerre de Vietnam.

Les quakers ont été les premiers dans le domaine de l'activisme social pendant des siècles, est ont établi le Chemin de Fer Sous-Terrain pour sauver les esclaves. Croyant que Dieu réside en tous, les Quakers voient chaque humain comme ayant valeur infinie. Les Quakers opposent la guerre et la violence dans toutes ses formes, promouvoient l'intégration raciale et ethnique, et soutiennent les femmes leaders dans leurs organisations depuis les années 1700.

L'activiste islamique Badshah Kahn était un musulam dévoué qui était reconnu comme le "Frontier Ghandi". Kahn organisa la première et la plus grande armée non-violente dans les années 1930 - une force de 100,000. Connue comme les "Serviteurs de Dieu", cette force suiva les enseignements non-sectaires islamiques de Kahn comme un code moral, avec le pacifisme à son centre. Sans armes, l'armée de Kahn se mit courageusement face à l'armée britannique. Plusieurs ont péri avant que les britanniques capitulérent finalement.

Le maître Sikh Tara Singh remarqua une fois: "L'humanité a survécu la pauvreté, mais je me demande si l'on pourra survivre la richesse". La spiritualité socialement engagée tient grande promesse non seulement pour la survie de l'humanité, mais pour sa prosperité. Avec le rem- placement des acquisitions matérielles avec les trésors spirituels, on s'éloigne de l'extraction in- céssante des ressources externes finis, et on se tourne aux ressources infinies du coeur. Et alors puisse la malédiction de la richesse incontrolée se dissoluer dans la cure de l'amour infini.

Activités Pédagogiques Experimentales

Méditation guidée sur l'attachement aux possessions matérielles, et les valeurs sociales de réputation et de renommé. "Experimentations avec la verité" pour relacher ces at- tachements

Introduction de Satyana Institute et leurs "Principes de Spiritualité Engagée" et autres systèmes de principes d'engagement spirituel comme la "Déclaration de 'Common Ground'" de Findhorn. Exploration de l'application de ces principes dans nos vies.

Exercice experiemental avec l'identité de classe et conditionnement basé sur le degré de richesse (d'après le travail de Jenny Ladd, Arnie Mendel)

Création de projets en groupe pratiques sur l'activisme spirituel socialement engagé, pour travailler sur un probllème particulier social ou écologique utilisant les principes ci- dessus.

La cultivation des pratiques contemplatives (meditation, prière) pour apporter l'énergie transformative et la clarté vers un conflit ou problème social

Pratique du pouvoir de témoignage de l'injustice sociale ou environnementale (par ex- emple, Les Femmes en Noir)

22

Bibliographie et Ressources

Module 1: Vision du Monde Holistique

DVD

What the Bleep Do We Know? - 2005, Fox

Livres

A New Science of Life – Rupert Sheldrake, 1995, Park Street Press

Chaos: Making a New Science – James Gleick, 1988, Penguin

Complexity: Life at the Edge of Chaos – Robert Lewin, 2000, U. of Chicago Global Healing: Essays and Interviews on Structural Violence, Social Development and Spiritual

Healing – Sulak Sivaraksa, 1999, Thai Inter-Religious Commission for Development

Spiral Dynamics: Mastering Values, Leadership and Change – Don Edward Beck and Christopher

Cowan, 1996, Blackwell Business

The Web of Life: A New Understanding of Living Systems – Fritjof Capra, 1996, Anchor Zoence – The Science of Life: Discovering the Sacred Spaces of your Life – Peter Dawkins, 1998,

Weiser Books

Evolution: The Grand Synthesis – Erwin Lazslo, 1987, New Science Library

Revelation: The Birth of a New Age – David Spangler, 1976, The Rainbow Bridge

Gaia: A New Look at Life on Earth – J.E. Lovelock, 1979, Oxford University Press

Gaia: The Human Journey from Chaos to Cosmos – Elisabet Sahtouris, 1989, Pocket

The Universe Story – Brian Swimme and Thomas Berry, 1992, HarperSanFrancisco

A Brief History of Everything – Ken Wilber, 1996, Shambhala A Theory of Everything: An Integral Vision for Business, Politics, Science and Spirituality – Ken

Wilber, 2001, Shambhala

At Home in the Universe: The Search for the Laws of Self-organization and Complexity – Stuart

Kaufmann, 1995, Oxford University Press

Chaos, Gaia, Eros: The Three Great Streams of History – Ralph Abraham, 1994, Harper

San Francisco

Synchronicity: The Bridge between Matter and Mind – F. David Peat, 1987, Bantam

23

Module 2: Communication et Réintégration avec la Nature

Livres

Coming Back to Life: Practices to Reconnect Our Lives, Our World – Joanna Macy, 1998, New

Society Publishers

The Hidden Connections: A Science for Sustainable Living – Fritjof Capra, 2004, Anchor

Deep Ecology for the 21st Century – George Sessions, 1995, Shambhala

Ecology, Community, and Lifestyle – Arne Naess, 1989, Cambridge

In the Absence of the Sacred – Jerry Mander, 1991, Sierra Club Books

Indigenous Traditions and Ecology – John A. Grim, ed., 2001, Harvard Reweaving the World: The Emergence of Ecofeminism – Irene Diamond and Gloria Feman Oren-

stein, 1990, Sierra Club Books

The Way: An Ecological Worldview – Edward Goldsmith, 1998, U. of Georgia

The Sacred Balance: Rediscovering Our Place in Nature – David Suzuki, 1998, Prometheus Books

The Chalice and the Blade – Riane Eisler, 1987, Harper San Francisco

The Dream of the Earth – Thomas Berry, 1988, Sierra Club Books

The Fifth Sacred Thing – Starhawk, 1994, Bantam

The Practice of the Wild – Gary Snyder, 2004, Shoemaker and Hoard

Thinking Like a Mountain: Toward a Council of All Beings – John Seed, et al., 1988, New Soci-

ety Publishers

Sacred Land, Sacred Sex: Rapture of the Deep – Dolores LaChapelle, 1988, Kivaki

The Taoist I Ching – Thomas Cleary, trans., 1986, Shambhala

Dharma Gaia – Allan Hunt Badiner, 2005, Parallax Press

Feng Shui: The Ancient Wisdom of Harmonious Living for Modern Times – Eva Wong, 1996 Shambhala Sacred Geometry: Philosophy and Practice – Robert Lawlor, 1982, Thames & Hudson

Module 3: L'Éveil et la Transformation de la Conscience

DVD

The Four Noble Truths - H.H. The XIV Dalai Lama, 1999, Mystic Fire Productions

Livres

Sayagyi U Ba Khin Journal – Vipassana Research Institute, 1994, Carto Prints

The Life Divine – Sri Aurobindo, 1985, Lotus Press

24

The Phenomenon of Man – Tielhard de Chardin, 1959, Wm. Collins Sons & Co.

The Planetarization of Consciousness – Dane Rudhyar, 1970, Aurora Press

The Kali Yuga Odyssey – J. T. Ross Jackson, 2000, Robert D. Reed

Essence & Purpose of Yoga – Raphael, 1990, Element

The Book of Lieh-Tzu – A. C. Graham, 1990, Columbia University Press

A Path with Heart: A Guide through the Perils and Promises of Spiritual Life – Jack Kornfield,

1993, Bantam

After the Ecstasy, the Laundry: How the Heart Grows Wise on the Spiritual Path - Jack Kornfield,

2001, Bantam

Shambhala: The Sacred Path of the Warrior – Chogyam Trungpa, 1988, Shambhala

The Prophet – Kahil Gibran, 1962, Alfred A. Knopf

The Way of the Shaman – Michael Harner, 1990, HarperSanFrancisco

Living in the Heart: How to Enter into the Sacred – Drunvalo Melchizedek, 2003, Light Technol-

ogy Publications

The Power of Now: A Guide to Spiritual Enlightenment – Ekhart Tolle, 1999, New World Library

Module 4: La Célébration de la Vie: La Créativité et l'Art

Vidéos

Sacred Dances – Findhorn Foundation

Livres

Damanhur: The Real Dream: The Story of the Extraordinary Italian Artistic and Spiritual Commu-

nity - Jeff Merrifield, 1998, HarperCollins

Timeless Beauty: In the Arts and Everyday Life – John Lane, 2004, Green Books

The Beauty of Craft: A Resurgence Anthology – Maya Kumar Mitchell, ed., 2005, Green Books

Creativity: Flow and the Psychology of Discovery and Invention - Mihalyi Csikszenmihalyi, 1997,

Harper Perennial

Creativity: Unleashing the Forces Within – Osho, 1999, St. Martin’s Press

Freeing the Creative Spirit – Adriana Diaz, 1992, HarperSanFrancisco

The Artist’s Way: A Spiritual Path to Higher Creativity – Julia Cameron, 1992, Tarcher/Putnam Higher Creativity: Liberating the Unconscious for Breakthrough Insights – Willis Harman, 1984,

Jeremy P. Tarcher

Taize – a booklet from Findhorn with wonderful circle songs

25

Module 5: La Spiritualité Socialement Engagée

Video

Entertaining Angels: The Dorothy Day Story - 1996

Livres

Culture, Conflict, Change: Engaged Buddhism in a Globalizing World – Sulak Sivaraksa, 2005,

Wisdom Publications

Buddhism at Work: Community Development, Social Empowerment, and the Sarvodaya Movement

– George Bond, 2004, Kumarian Press

How to Change the World: Social Entrepreneurs and the Power of New Ideas – David Bornstein,

2004, Oxford University Press

Shaping Globalization: Civil Society, Cultural Power and Three-folding – Nicanor Perlas, 2003,

New Society Publishers

Freedom from Fear and Other Writings – Aung Sun Suu Kyi, 1995, Penguin Principles of Socially Engaged Spirituality – Satyana Institute, www.satyana.org Socially Engaged Spirituality: Essays in Honor of Sulak Sivaraksa – David W. Chappell, ed.,

2003, Kumarian Press

Staying Alive: Women, Ecology, and Development – Vandana Shiva, 1994, Zed Books The Power of Nonviolence: Writings by Advocates of Peace – Howard Zinn, 2002, Beacon Press Creating True Peace: Ending Violence in Yourself, Your Family, Your Community, and the World

Thich Nhat Hanh, 2003, Free Press

The Path of Compassion: Writings on Socially Engaged Buddhism – Fred Eppsteiner, ed., 1988,

Parallax Press

Alternative Conceptions of Civil Society – Simone Chambers, 2001, Princeton University Press

A Quaker Book of Wisdom: Life Lessons in Simplicity, Service, and Common Sense – Robert L.

Smith, 1999, HarperCollins

Contemplation in a World of Action – Thomas Merton, 1999, Notre Dame Nonviolent Soldier of Islam: Badshah Kahn, A Man to Match his Mountains – Eknath Easwaran,

1999, Nilgiri Press

Quaker Spirituality: Selected Writings – Douglas V. Steere, ed., 1984, Paulist Press

A Penny a Copy: Writings from the Catholic Worker – Tom Cornell, Robert Ellsberg and Jim For-

est, eds., 1995, Orbis

Internet

Catholic workers home page www.catholicworker.com

26

Dimension Sociale

Aperçu

"Le prochain Bouddha n'aura pas la forme d'un individu. Le prochain Bouddha pourrait avoir la forme d'une communauté; une communauté qui pratique la compréhension et l'amour-gentillesse, une communauté qui vit avec conscience. Ceci puisse être la chose la plus importante que l'on puisse faire pour la survie de la terre."

Thich Nhat Hanh

L'évidence archéologique démontre que le modèle social primordial des être humains est une vie en petites bandes de clans égalitaires prôche de la Nature. Aujourd'hui nous devons réinventer consciemment des façons coopératives et harmonieuses de vivre ensemble. Donc, l'ensemence- ment, la croissance, et la reconstruction de communautés intentionelles ainsi que de réseaux de communautés sont des pas vitaux vers un futur plus vivable et durable. En tant que "centre de vivre et apprendre" prototypes, dans lesquels des individus provenant d'une variété de cultures, chemins spirituels et contextes économiques , éxplorent la synergie d'une acceptation de la di- versité ensemble, les écovillages inspirent une nouvelle culture globale de paix et prospérité. En avançant vers un lieu agrandissant d'accord mutuel, respect et amour-gentillesse, nous pouvons utiliser le potentiel et l'ingénuité humaines pour le bénéfice de tous. Si nous pouvons créer la paix entre nous-même, dans nos groupes locaux sociaux en premier, alors ces qualités bénévoles de courtoisie, confiance et bonne volonté pourront s'éparpiller et se multiplier.

L'industrialisation et l'exploitation massive de carburant fossile ont apporté une société de surcon- sommation et un sentiment de dépendance mais ont aussi d'autres effets pernicieux annexes, comme un individualisme agressif, une aliénation sociale, de plus en plus de problèmes de dépen- dance et un éclatement des cellules familiales. Toutefois l'hémisphère Nord a des leçons à tirer de l'hémisphère Sud où les structures sociales traditionnelles sont encore préservées. L'organisation sociale des villages traditionnels apparaîtrait comme le modèle le plus durable et qu'il faudrait donc reproduire. Il est possible que la plupart des pays en voie de développement du Sud ne pas- sent pas par le stade du pays industrialisé, un stade de développement trop individualiste, et en- trent immédiatement dans un futur post-industriel basé sur la connaissance et les écovillages. Si tel est le cas, il est d'autant plus important de souligner le rôle stratégique de l'éducation dans le développement durable.

Une vie sociale passionnante est un des principaux attraits de la vie en écovillages et dit être leur plus grande force. Dans le cadre de vie fourni par les écovillages, les habitants apprécieront de nombreux avantages inaccessibles aux individualistes forcenés. Parmi ces avantages on trouve par exemple un lieu sûr et protégé pour les enfants et où les adultes servent encore de modèles ; plus de temps pour la famille et les amis et moins de temps passé à faire le transport vers un tra- vail stressant ; plus d'opportunités pour les industries domestiques, dans le commerce ou l'agri- culture, ce qui est peut-être le résultat d'un effort commun avec les autres membres de la com- munauté ; les femmes y trouvent le moyen de combiner le travail et l'éducation de leurs enfants ; du temps libre pour pratiquer des activités créatives comme la musique et le théâtre avec ses voisins ; les repas partagés peuvent devenir réguliers, de même partager les bureaux, les maga- sins et les espaces de loisirs permet d'acheter moins de terrain, ce qui réduit le besoin de posses- sion ; enfin les écovillages permettent l'intégration de personnes différentes, des personnes âgées, de façon à leur offrir une vie meilleure.

27

Il n'est pas étonnant que nos ancêtres se soient organisés spontanément en petites sociétés ; en effet les besoins élémentaires humains sont ainsi remplis plus facilement et cela offre plus de temps libre. Cela ne signifie pas que la communauté vit sans travailler. En effet être en groupe requiert une vigilance constance quant à nos comportements, une conscience accrue des besoins et des particularités des autres. Notamment pour les personnes élevées dans la société désin- carnée de l'individualisme, apprendre les subtilités de l'interaction respectueuse et profitable à tous dans une communauté peut se révéler difficile. Mais ensuite ce sera comme une seconde na- ture, aussitôt qu'il réalisera qu'il fait désormais partie intégrante de l'héritage et de la condition humaine.

La construction d'une communaté saine, harmonieuse et coopérative dans un environnement non- traditionnel est un projet dont les défis ne doivent pas être sous-éstimés: La reconnexion avec d'autres êtres à travers les barrières et les frontières de la mécompréhension et de la malcommu- nication demande une intention claire, ferme et calme. Une des raisons principales pour la disso- lution des écovillages et autres communautés intentionelles est le conflit. Et alors, la création d'une communauté avec succés demandera un procédé de guérison dans lequel nous sortons des cycles de douleur et de violence qui ont couru à travers l'histoire humaine, et prenons la respon- sabilité pour l'initiation de nouveaux modèles; le fait est que ce procédé de guérison est nécés- saire, et les habiletés sociales constructives et saines peuvent être enseignées et apprises! Les relations de paix et de productivité peuvent être un choix conscient et délibéré plutôt que laissé a la chance capriceuse et au hasard.

Ainsi, la dimension sociale de CDE introduit ces sujets sensibles et offrent les moyens et les outils nécessaires pour les traiter efficacement. Les écovillages, comme modèles idéales de communatés durables, offrent des opportunités uniques pour le développement et l'application du langage et des techniques pour élever les sutilités de l'interaction humaine vers la surface, où elles peuvent être éxaminées, travaillées et augmentées. Avec cette partie du programme, nous voulons part- ager autant du corps de savoir rassemblé, et toujours en croissance, de nos expériences, que possible. Notre but est de faciliter la création de nouvelles communautés et le renouvellement de celles qui éxistent. Les communautés fleurissent quand leurs membres puissent fleurir!

La dimension sociale commence par le

Module 1 – Construction d'une Communauté Diversifiée - qui discute les fondements de la construction d'une communauté, et enseigne les principes et les compétences qui construisent un atmosphère de confiance.

Module 2 – Aptitudes Communicatives: Facilitation, Résolution des Conflits et Prise de Décision – comme son nom l'indique, est un apprentissage dans l'art des décisions et la facilita- tion des groupes. On étudie la redirection de l'énergie de conflit vers le développement, l'inspira- tion et une compréhension mutuelle plus profonde.

Module 3 - Emancipation Personnelle et Qualité de Direction – donne des leçons pour bien distinguer le "pouvoir de l'intérieur" du "pouvoir sur" , et le développement des habiletés de leader qui puissent servir le groupe et le monde comme partie importante de la prise de responsabilité.

Module 4 – Santé et Soins – décrit les avantages sociaux à vivre dans un lieu prévu pour opti- miser le bien-être et le confort. Enfin,

Module 5 – Contact Local et Global - aide à élargir notre perspectif et comprendre la valeur de la création des réseaux de contact ("networking"). Avec vue sur les dimensions du temps et de l'espace, il y a une plus grande conscientisation des fils qui nous lient aux générations du passé et du futur, ainsi qu'aux communautés du monde.

28

Module 1: Construction d'une Communaté Diversifiée

Objectifs

6. Apprécier le pouvoir immense pour le changement social qui éxiste dans la construction d'une communautee

7. Apprentissage de la naissance d'une communauté: organiser un groupe central, créer une vision commune, la colle communaire, un atmosphère de confiance et de bonne volonté

8. Incorporer les affaires du coeur dans toutes nos actions

9. Acquire les qualités de clémence, empathie et reconciliation dans nos relations

10. Acceptation de la diversité et ses richesses dans nos vies

Contenu

Le Pouvoir de la Construction d'une Communauté

"Jamais doutez qu'un petit groupe de citoyens engagés puisse changer le monde; en fait, ce n'est que ça qui puisse le faire."

Margaret Mead

Créer une communauté peut faire toute une différence! Il y a une intélligence de groupe qui est beaucoup plus sage que n'importe individu; il éxiste un potentiel de groupe plus vast que n'importe éffort individuel. Nous vivons en communauté comme parti du Réseau de la Vie de tooute manière; et alors c'est notre choix coonscient d'accepter ce fait et de prendre la re- sponsabilité pour la création d'une forme communautaire bien exprimé et bien organisée.

En essence, le respect pour la Vie veut dire prendre soin pour toute communauté. Bien que nous nous concentrons dans ce module sur la création de la communauté humaine, ceci inclut les mémes qualités nécéssaires pour nos relations avec le monde naturel . Nous nécéssitons la pensée et l'action connectées dans chaque domaine., ainsi que le développement d'une ca- pacité de plus en plus fine d'observation et de communicaiton sensibles. Quand on sort d'un espace de jugement interne, où on croit qu'on sache tout, on bénéficie d'une nouvelle per- spective. Ceci permettera la veritable individualité des qualités personnelles de chacun. Et ainsi ceci engendre la coopération et le partage. La construction d'une nouvelle culture globale est la cumulation de ce travail individuel et collectif.

Le Début

Les communautés fortes viennent des individus forts. Il est souvent le plus facile de com- mencer un nouveau projet avec un groupe petit mais dedié. Les communautés retrouvent une colle cohésive avec une vision commune qui est simple, claire et authentique. Un des pre- miers buts est d'articuler et d'enregistrer cette vision commune. Une fois que les objectifs col- lectifs et les principes fondamentaux sont clairement acceptés par tous, ceci constitue de la terre saine pour le développement du groupe. Comme dit Diane Leaf Christian, la vision doit représenter quelque chose avec laquelle chaque membre du groupe puisse s'identifier, puisse

29

se sentir inspiré, et puisse s'engager. Il éxiste plusieurs techniques pour ce travail (par ex., Tailleurs Futurs)

L'amitié, le soin, et le soutien mutuel: ces qualités lient la communauté ensemble. Dans une ambiance de confiance, les procédé communales coulent aisément, avec plaisir et joie. Mais la confiance doit être cultiveée et croît avec la communication profonde du coeur. Quand on se montre authentiquement, avec nos faiblesses et nos forces, quand on s'exprime du coeur et du cerveau, la confiance arrive naturellement. Et un sens d'aise dans le groupe est crée. Nous voyageons vers la découverte ensemble. Une communauté est comme un jardin: si les inter- actions humaines sont bien soignées, les fruits sont abondants.

Les Affaires du Coeur

En communauté, une structure sociale et même une architecture est nécéssaire qui miroite les aspects differents de la nature humaine. Nous devons intégrer nos coeurs, émotions,âme et ésprit avec nos intélligences pour trouver des solutions qui étreignent la Vie. Nous nécéssi- tons le temps et l'espace pour le travail visionnaire, pour parler pratiquement et pour la prise de décisions, pour l'expression créative des sentiments dans le grand groupe ainsi qu'avec les intimes, pour la célébration et le silence, et, finalement, pour travailler ensemble.

Dans plusieurs groupes, le contenu (ce qui est dit, le problème discuté) est addressé tandis que le procédé (les sentiments qui coulent du groupe) est négligé. Ceci arrive parce que les gens craignent le dérivement des expressions émotionelles non-productives. Néanmoins, les sentiments peuvent avoir un impact négatif sur le groupe s'ils immobilisent, ou, contraire- ment, puisse énergiser le groupe s'ils sont exprimés avec beauté, dignité et puissance.

Pour ceci, diverses techniques éxistent, est il importe de trouver le bon "match" pour le con- texte social et culturel. Partager les histoires et les reflections personnelles chaque jour per- met une connexion du coeur. Partager et jouer les rêves puissent illustrer ce qui se passe au niveau de l'inconscient collectif. Quelques techniques appropriées incluent la Communication non-Violente, le Co-Counseling, et le "Forum" encouragent la communication introspective en groupe. La musique, les jeux et le rire encouragent l'ouverture des coeurs et la légèreté parmi nos compatriotes humains de nouveau.

Les Qualités de la Reconciliation et le Pardon

"Le plus grand qu'on est, le plus facile il est d'admettre nos érreurs"

Desmond Tutu

En communauté, il éxistera prfois des moments douloureux ensemble. Le pardon et le de- mande de pardon est un art profond. Comme si un procédé continuel de nettoyage fut nécés- saire dans nos vies quotidiennes, pour ne pas se trouver dans un état d'amertume. Il y a la douleur moins grande d'un mot dur, l'impatience ou la colère. Ceci est lié à la douleur plus im- portante en taille qui vient de l'histoire humaine: l'abus, la torture, le viole, le meurtre Dans plusieurs pays, les communautés et les individus qui demandent la paix sont menacés. Regar- der dans la profondeur du mal humain est térrifiant, et on préfère l'ignorer ou le cacher. En communauté, nous pouvons créer un espace pour pouvoir exprimer cette douleur profonde. Qu'en écoutant les histoires des victimes et des acteurs , les larmes puissent couler et la gué- rison commencer. En exemple, nous pouvons regarder le procédé de "vérité et de reconcilia- tion" en Afrique du Sud comme chemin de transformation après le trauma d'Apartheid.

30

"Le pardon permet se rappeler du passé sans être hôtage. Sans le pardon il n'y a pas de progrès, pas d'histoire linéaire, seul un retour au conflit et aux cycles de conflit. Ceci est une très ancienne leçon."

De l'introduction à "Le Pardon et la Reconciliation"

Accepter la Diversité

Les écovillages se concentrent sur l'idée de "l'unité dans la diversité", qui mélange le dévelop- pement d'individus forts avec l'habilité de synergiser leurs dons uniques, pour réaliser des rêves ensemble. Pour arriver à la synergie (où le résultat est plus que la somme des parties) nous devons inspirer le meilleur en nous. Nous devons être aussi curieux des besoins, des tal- ents et des visions des autres comme les notres. Nous devons pratiquer l'art de se réjouir dans la beauté des autres. Chaque être humain a sa propre place et sa propre mission. Comme dans la Nature, chaque partie d'un organisme vivant est interconnecté et en commu- nication avec toutes les autres parties.

A travers l'histoire, nous avons utilisé nos identités ethniques, religieuses et culturelles pour nous séparer des autres. Aujourd hui, pendant que la monoculture réduit la diversité des éspèces chaque jour, nous apprécions nos différences d'expéreinces et de savoir. En cercle, nous partageons toutes les possibilités d'expression et de perspectives possible, vers un but partagé. Tout le monde tient une partie de la vérité globale.

Création d'une Communauté

Après l'établissement d'un groupe central, un groupe plus grand puisse être attiré avec le procédé qui suit:

Apprendre par l'exemple des autres communautés existantes

Une fois le terrain acquis, il est possible de tenir un CDE ou un Cours de Permaculture qui produira beaucoups d'idées et de plans créatifs, infusera une énergie positive de célébration pour la terre, et aussi pourrait résulter en une aide supplémentaire après le Cours.

Des cours de facilitation et prise de décision pourront aider à etablir des structures so- ciales importantes

L'organisation de groupes de travail et le déléguement du travail suit

La création d'un Secretariat et le début de rencontres obligatires

Une obligation mensuelle financière est nécéssaire tot dans le procédé pour voir qui est sérieux

Il est très important de maintenir un sens de célébration pour ainsi re-énergiser les motivations du groupe qui puisse se fatiguer pendant un procédé long et qui demande du temps et qui puisse durer plusieurs années.

31

Activités Pédagogiques Expérimentales

Plusieurs des idées suivantes puissent être trouvées dans d'autres publications Gaia. Voir:

Rondes avec Baguette Parlante/Talking Stick Circles

Partage des rêves et des histoires

Partage des histoires personnelles

Le Forum (de ZEGG en Allemagne)

Co-counseling

Partager et analiser ce qui se passe dans le groupe

Etude des visions des autres communautés

Création d'une vision commune

Tenir un “Futures Workshop,” dévelopé par Robert Jungk (See Ecovillage Living)

Arranger le groupe comme organisme sain: qui ferait quoi?

Nouveaux Jeux (voir le website)

— 32 —
— 32 —

Module 2:

Aptitudes Communicatives: Conflit, Facilitation et Prise de Décision

Objectifs

1. Discuter la gamme de définitions de "consensus" et pourquoi c'est la forme de prise de dé- cisions préférée par les écovillages.

2. Comprendre le rôle de facilitant dans les procédé participatoires et comment il diffère de la direction traditionnelle et autocratique

1. Rechercher les bases de la communication avec compassion et comment résoudre les con- flits

2. Considérer les relations entre la planification, le retour de l'information ("feedback"), la réflection et l'évaluation dans la vie communautaire

3. Offrir une expérience d'une décision facilitée, par consensus

Contenu

Toutes les installations humaines, y inclus les écovillages, doivent décider comment se gou- verner. Comme le but des écovillages est d'expérimenter avec de nouvelles façon de vivre qui encouragent l'expréssion de la créativité ainsi que les capacités de direction (voir Module 3), ceci demande des procédé de gouvernement qui soutiennent cette intention. Cette Module se concentrera sur l'organisation interne socio-politique des écovillages, ainsi que les difficultés souvent encontrées, et les habiletés utiles. Les techniques participatoires donnent aux gens une voix dans les décisions qui affèctent leurs vies. Nous devons apprendre à communiquer effectivement pour être membres utiles d'un écovillage, ou n'importe quel autre groupe.

Les Procédé de Prise de Décision Par Consensus

Le consensus est une manière d'arriver à une décision soutenue par tous les membres du groupe, en contraste avec la règle de la majorité. Ceci dépend de la croyance fondamentale que tout le monde tient une partie de la vérité. Alors, chaque membre du groupe doit avoir l'éspace et le temps pour être entendu. Certains individus ne peuvent pas dominer le groupe. Avec le consensus, comme dans les écosystèmes, chaque individu gouverne et est gouverné par la communauté dans un réseau de relations réciproques.

Pour assurer le pouvoir et la magique du consensus, les principes et éléments suivants doivent être en place: un engagement fondamental et informé au procédé du consensus, la volonté de partager le pouvoir, un objectif en commun et la facilitation utile, y inclus l'usage d'agendas et de règlements. Nous explorerons ces principes et leur utilisation. Les groupes doivent offrir un espace non seulement pour la planification, mais aussi pour le feedback, la reflection et l'évaluation. (Que-ce-qui s'est bien passé? Que-ce-qui pourrait mieux aller? Comment allons- nous comme individus et comme groupe?)

Comme la majorité des personnes a peu d'expériences avec l'écout de leur voix intérieures, parfois en conflit, et encore moins les voix des autres avec qui ils puissent ne pas être d'ac- cord, le consensus peut être difficile à atteindre. Pour éviter la friction dans les meetings, le groupe doit adopter des regles de base qui sont d'accord avec leurs normes et leurs principes.

33

Ceci peut être l'utilisation d'un facilitant, l'obligation de la participation par tous, l'obligation de parler que pour soi-même, pas d'intérruptions et la focalisation sur la solution.

Avec le consensus, il n'y a pas de votes. Des idées et des propositions sont introduites, discu- tées, et finalement décidées, avec trois options:

Donnez son consentement: Quand tout le groupe dit "oui" (sauf ceux qui rèstent à part) , on arrive au consensus. Ceci ne veut pas dire qu'on aime tous les aspects de la proposition, mais ca veut dire qu'on soutien la décision en solidarité avec le groupe, même so on a des différences.

Se mettre à part: Ceci veut dire qu'une personne ne peut pas soutenir la proposition personnellement, mais accepte son adoption par le reste du groupe. S'il éxiste beau- coup de gens "à part", le consensus n'est pas atteint.

Bloquer: Ceci prévient l'avancement vers une décision, pour le moment. Le blocage est une affaire sérieuse, à réserver que dans la condition ou un individu croît vérita- blement que la proposition en discussion, si adoptée, violerait les morals, éthiques ou la sécurité du groupe en entier.

Les alternatifs au consensus peuvent être: consensus-moins-un. la majorité par 75%, où une autre méthode apropriée à la situation.

Facilitation

"Faciliter" veut dire "faire facile". Le facilitant rend le procédé du groupe plus facile. Elle/Il est un serviteur-leader, qui sert le groupe en tant que leader pour le procédé de prise de décision du groupe. Ses résponsabilités incluent:

une conscientisation des besoins et des objectifs du groupe en entier

la préparation du lieu de rencontre avec l'équipement nécéssaire

la création d'un atmosphère de confiance et de sécurité

égalisation de la participation

attention à ce que l'agenda est suivi

focaliser l'énergie du groupe

exposition de conflits et suggestion de procédé pour leur résolution

rassemblement des accords; essai de consensus

conclure les rencontres

organisation des activités suivantes

Avec entrainement, il est possible de devenir un bon facilitant. C'est une bonne idée d'é- changer de roles dans le groupe. Les qualités d'un bon facilitant incluent la patience, l'équili- bre émotionnel et la fortitude physique, ainsi que l'habileté de bien écouter et de formuler et assimiler les pensées dans un langage concis et clair. Nous avons besoin de la flexibilité et la volonté d'expérimenter, avec une attitude positive envers la solution des problèmes et les per- sonnes. La cultivation de l'intégrité, l'humour et la chaleur personnelle ainsi que notre ca- pacité d'intégrer le criticisme sont des qualités importantes pour assurer que nous servions bien le groupe.

34

Aptitudes Communicatives

Les habiletés décrites sont fortement liées à la communication non-violente (M. Rosenberg) mais aussi inspirées par les maîtres bouddhistes comme Thich Nhat Hanh et d'autres. Com- muniquer du coeur est éssentiel pour construire la communauté. L'objectif est d'augmenter et fortifier notre habileté à répondre compassionnement aux autres et même à nous même, et surtout en situations de conflit. Notre responsabilité personnelle pour nos actes et nos réponses est très importante. La pratique de l'éoout profond encourage le respect, l'attention et la sympathie. Avec les mots conscients, avec l'amour-gentillesse, nous pratiquons la géné- rosité et la confiance parmi les individus.

Pour résoudre les conflits, apprendre l'art de s'exprimer avec des observations refléchies sans évaluer est un bon point de départ. Et puis, nous devons devenir conscient de nos sentiments et les utiliser comme indicateurs qui montrent si nos besoins sont satisfaits ou pas. Nous pouvons éxprimer nos sentiments sans attaquer ou accuser les autres. Ceci minimise les réactions défensives dans les autres.

Avec l'entrainement à reconnaître nos besoins profonds et ceux d'autres, nous pouvons

Ceci veut dire qu'on peut faire des demandes sans

nous attendre à ce qu'elles soient satisfaites. Comme tous les êtres humains ont les mêmes besoins de base - ceci permet la connection et la compréhension mutuelle profonde. Focaliser sur la clarification de ce qui est observé, senti, et necéssité, plutôt que diagnoser et juger, nous découvrons la beauté de notre compassion. Ceci est la clé pour créer un courant entre nous et les autres basé sur un don mutuel du coeur. Une fois que nous pouvons recevoir des messages hostiles et critiques sans offense , sans nous perdre, ou sans perdre notre confi- ance, on saura qu'on est sur le bon chemin.

clairement articuler ce dont nous désirons

La Résolution des Conflits

Les conflits sont inévitables. Ils font parti de nos vies comme les tempètes pour la variété climatique. En fait, dans les groupes veritablement diverses, les différences sont un signe de santé et de créativité. La leçon la plus importante est de changer notre attitude d'une évita- tion des conflits vers une attitude d'intérêt et d'ouverture. Ceci veut dire sortir de la perspec- tive "gagnant-perdant" vers une perspective "gagnant-gagnant". Les solutions "gagnant- gagnant" deviennent possibles après que toutes les parties concernées ont été entendue et comprises.

Souvent, quand nous regardons une situation comme "conflictuelle", ceci veut dire que nous avons perdu notre sens de connectivité, d'appartenance, ou de compréhension. Avant d'être d'accord ou pas d'accord avec les opinions d'un autre, essayez de comprendre ce que l'autre personne ressent ou ce dont il a besoin. Au lieu de dire "non", dîtes quel besoin en vous vous prévient de dire "oui". Si vous vous sentez faché ou contrarié, devenez consciente du besoin plus profond qui n'est pas satisfait et comment vous pourrez le satisfaire, au lieu de penser à ce qui ne va pas avec leas autres ou avec vous-même.

Les obstacles à l'interaction harmonieuse incluent: les allergies émotionelles, le rang et le privilège, les racines culturelles et structurelles du conflit, le bavardage, les attaques person- nelles et le cynicisme.

35

Activités pédagogiques expérimentales

Les capacités de facilitation pourront être enseignées et modelées tout au long de la forma- tion, en utilisant selon les cas : un planning précis, la préparation des réunions, les règles de base d'un tel procédé, une évaluation des réunions, la création d'un environnement coopératif, la mise en oeuvre de différents facteurs de facilitation, les outils nécessaires à une meilleure conscience de soi, la création d'un environnement de réflexion, la dynamique du groupe, et les capacités de facilitation au sein de la communauté.

Quotidiennement il y a aura des contrôles et des échanges entre les participants. Les in- structeurs des modules devront se rencontrer chaque jour pour intégrer les opportunités de construction communautaire dans le cursus au fur et à mesure qu'elles se présenteront.

— 36 —
— 36 —

Module 3: Emancipation personnelle et Qualité de gestion

Objectifs

1. Comprendre la différence entre pouvoir répressif et pouvoir créatif

2. Définir l'émancipation personnelle comme la prise de responsabilités dans notre réalité intérieure et extérieure et comme un retour à l'expression naturelle de notre pouvoir per- sonnel.

3. Voir comment un groupe d'individus peut devenir plus que la somme de chacune de leurs aptitudes : la synergie

4. Prendre la tête d'un groupe : intégration des qualités de leader.

Contenu

Le status quo dans les relations de pouvoir dans notre système planétaire n'a pas mené aujourd'hui à la paix, à la justice ou à la distribution égalitaire des richesses pour tous. Bien que les pouvoirs humains sont maintenant souvent associés à la cruauté et à l'aliénation, le pouvoir en lui-même n'est ni bon ni mauvais. Nous sommes des individus conscients, doté du libre arbitre et devons, à ce titre, prendre nos responsabilités en ce qui concerne l'exercice du pouvoir. Le pouvoir est défini ici par notre habilité à créer, à soutenir, à changer et à influ- encer des personnes, de groupes et des systèmes de vie. C'est notre capacité à contribuer consciemment au procédé d'évolution. Afin de pouvoir prendre une position positive en ce qui concerne l'émancipation personnelle, nous devons faire la différence entre deux types de pouvoirs : le pouvoir répressif qui est une domination sur la vie et le pouvoir créatif qui est une part intégrale de la force vitale et créative.

Le pouvoir répressif réprime l'expression de la force vitale chez les individus, la société et la nature. Le pouvoir répressif trouve son fondement dans une vision du mode basée sur la peur et le manqué de confiance. Voici certaines suppositions qui font qu'aujourd'hui, certaines personnes qu'opter pour un pouvoir répressif est justifié :

Il n'y a plus assez de ressources pour tout le monde sur la planète

Dans la théorie de la lutte pour la survie de Darwin, seul le plus fort peut gagner ; ainsi les êtres humains agissent toujours dans leur propre intérêt

De bonnes défenses et une certaine forme de rigidité sont nécessaires à notre survie dans cet environnement hostile car le moindre signe de faiblesse serait utilisé par les autres.

Le mode est constitué d'entités séparées (ainsi je suis séparé de ce qui m'entoure)

Être sensible veut dire faire les choses que l'on ne veut pas faire

Cependant, quand nous nous protégeons contre le "feedback" non-voulu de notre environne- ment sur un gros plan, nous manquons de l'information vital. Nous devons nous ouvrir pour faire partie saine d'un environnement sain.

Le pouvoir créatif implique un don de notre sagesse et beauté pour enrichir le procédé de la vie. Le pouvoir créatif n'est pas une qualité que l'on possède, mais plutôt des procédé que l'on rencontre. Les suppositions qui penchent en faveur d'un pouvoir créatif sont les suivantes:

37

Notre planète est, par nature, un lieu d'abondance

La vie nous veut du bien

Les solutions viables sont celles qui satisfont les besoins de toutes les personnes con- cernées, et qui mènent à situation de donnant-donnant où tout le monde est gagnant. Ces situations sont toujours possibles.

Les solutions viables sont obligatoirement basées sur le respect des besoins de tous les êtres vivants sur Terre.

Les hommes ont les mêmes besoins fondamentaux partout dans le monde (nourriture, abri, travail intéressant, amour et respect)

Retrouver notre pouvoir

Le système global engendre des sentiments de déséspoir en nous. Beaucoup d'entre nous avons laissé tomber, parfois sutilement, l'idée de notre survie personnelle anisi que raciale sur la planète. Les médias nous remplissent avec de fausses informations et une imitation bon marché de la réalité, et nous laissons les choses avancer. Cependant, si nous observons l'état d'affaires, il semble que le temps est plus que mûr pour se réveiller et reeclamer notre pouvoir personnel et notre éspoir.

La receptivité en combinaison avec la vigilance pour percevoir la réalité nous donnerons de l'information inestimable sur ce que nous devons faire. Le pouvoir créatif s'éveille en nous lor- sque nous nous laissons aller et lorsque nous permettons à nos talents naturels de s'exprimer. La communauté peut jouer un rôle important dans ce procédé. Les réactions des personnes qui nous entourent peuvent nous donner des informations vitales sur nous-même. Comment percevoient les autres nos faiblesses et nos forces? Aussi, les écovillages nous offrent plein d'opportunités pour nous exprimer dans des espaces nouveaux et inconnus de la vie. Nous nous sentons plus motivés pour utiliser notre pouvoir créatif lorsque le don de notre beauté et de notre expression artistique sont nécessaires à la communauté. De la forte connexion à la vie qui nous entoure jaillissent des impulsions qui améliorent la vie de tous.

Pouvoir populaire ou "Grassroots Power"

Il y éxiste assez de responsabilité pour que tous le monde prenne sa part. Prendre la direction dans un domaine demande beaucoup de travail. Après avoir fait l'expérience de diriger un groupe par nous même, nous apprécions la direction des autres. Les "Oies Sauvages" ("Wild Geese") sert comme une expréssion puissante de cette idée: il y a toujours une oie à la tête pour protéger celles qui sont en arrière du vent et pour diriger. Dès qu'elle se fatigue, une autre prend sa place. La leçon: en groupe nous ommes plus fort. En communauté, tous sont invités à prendre leur rôle de leader dans leurs domaines naturels d'expertise.

Pour construire la communauté, la frontière entre le pouvoir représsif et le pouvoir créatif est fine, est une source de dispute. Les modèles de direction doivent changer selon le besoin du groupe et la situation, ainsi que selon l'autorité naturelle et changeante de ses membres. Il est très important de créer la transparence sur les questions de rang et de privilège. Les gens de rang doivent surtout pouvoir travailler avec et intégrer la critique.

38

Dans plusieurs sociétés, l'autorité ne croît pas naturellement et avec flexibilité du talent et de la sagesse individuelle; au lieu de cela, elle est déterminé par les facteurs de langage, sexe, éducation culturelle, status et couleur de la peau. Nous devons accepter et surmonter ces frontiéres pour bénéficier au maximum du potentiel humain! La clé réèlle du "grassroots power" est l'expréssion la plus haute de la compassion et de l'amitié.

Les qualités pour éxercer le pouvoir créatif

Servir notre destinée personnelle aussi bien que la destinée de la communauté et faire profiter la communauté de nos dons.

Être clair quant aux objectifs que nous nous fixons lorsque l'on exerce le pouvoir

Savoir que le pouvoir est un service et que nous devrons donner sans rien attendre en échange

Avoir conscience et oser montrer tant nos forces que nos faiblesses

Voir le fauteur de troubles comme un professeur éventuel

Être capable de voir à grande échelle et apprécier ce qui se passe dans la seconde

Essayer de voir la vérité dans tous les points de vue

Encourager les autres à devenir eux-mêmes des leaders

En sachant que tout change, nous devons laisser la vie suivre son cours et apprécier le moment présent

Apporter de la conscience à chaque situation, accepter plutôt que juger

Activités pédagogiques expérimentales

Partager et analiser nos observations du groupe: comment la société verrait-elle ce groupe en tant que pouvoir? Comment est-ce que le groupe se voit lui-même?

Organisation du groupe en un organisme sain: qui prendra la direction dans quel con- texte?

Quête visionnaire/Cérémonie de l'Arbre: ressouder nos liens avec la nature pour ret- rouver qui nous sommes et pourquoi nous vivons

Prendre le temps de renvoyer l'image des qualités qu'une personne incarne

Echange d'histoire de pouvoir : raconter des moments de notre vie où l'on s'est senti puissant et où l'on accompli des choses extraordinaires

Créer de l'art comme manière d'exprimer le pouvoir personnel, ce à quoi il ressemble et ce que l'on ressent

Prendre la tête du groupe à tour de rôle

39

Module 4: La Santé et Le Soin

Objectifs

1. Voir l'être humain comme un être holistique, l'union d'un corps, d'un esprit et d'une âme

2. Comprendre comment nous nous guérissons en guérissant notre relation avec la Terre

3. Dans le cadre d'une guérison, ne pas se limiter à voir les symptômes mais aussi prêter at- tention aux besoins de la personne, ce qui inclus des besoins spirituels

4. Accepter la sagesse des méthodes traditionelles de guérison et trouver un équilibre avec le savoir médical moderne

5. Reconnaître que chaque personne est unique et que pour chacune d'entre elles, le chemin vers la guérison est spécifique et personnel car la santé regroupe des aspects physiques mais aussi émotionnels et spirituels

6. Mieux vaut prévenir que guérir

Contenu

La Santé Égale l'Intégralité

La santé ne se limite pas à éviter les maladies, c'est aussi un mode vie. Être en bonne santé inclut non seulement le corps physique, mais aussib les dimensions mentales, émotionelles,soci- ales et spirituelles de l'éxistence. Dans les sociétés modernes, il y a une tendence vers la ségré- gation des parties différentes de la vie; par éxemple, au travail il est acceptable de se pousser, d'accumuler des tensions et de s'épuiser parce qu'on peut acheter notre réhabilitation en va- cances; ou il est acceptable d'être détaché, froid et impersonnel dans le monde car les relations et l'intimité appartiennent au monde privé. Dans les écovillages, tous ces aspects sont réinté- grés dans une vie holistique, ou l'intégralité est l'objectif conscient. Vivre à l'intérieur d'un ré- seau de relations significatives est fondamental pour la santé et le soin; se sentir accepté, aimé et nécéssaire crée une joie de vivre avec espoir et une oouverture envers le nouveau.

Dans ce genre de situations, la maladie puisse être vue comme un indicatif, un message qui nous apporte de l'information sur le statut de nos alentours - communauté, société et nature - tant que nos états individuels. Nous pouvons apprendre à comprendre, réctifier et changer la maladie au lieu d'éssayer de se débarasser des conditions aussi vite que possible. Dans le système global, les personnes agées et malades qui ne peuvent plus travailler et se soigner perdent leur valeur économique. En communauté, nous avons une opportunité de créer un nouveau précédent de solidarité et de soin pour chacun.

Dans ces temps, avec les désastres naturels de plus en plus fréquents, la solidarité et le soin communautaires sont la façon la plus importante pour la survie pendant les temps de choque et de trauma. La santé est une question collective, et non seulement individuelle.

Le Soin de nos Corps

Si mon corps fait parti du corps social, la guérison de mon corps soutiendra la guérison du corps social. La santé durable commence avec la réconnection de l'écart raison-corps qui est le résutat de la civilisation industrielle. Nous n'avons pas des corps, nous sommes des corps; la raison n'est pas une substance à part mais plutôt l'interface noétique présente entre un

40

corps et son environnement. Le soin du corps - l'air frais, l'eau pure, la nourriture saine, l'ex- ercice régulier, le touche et l'affection - est la stratégie la plus importante pour garder la santé optimale. Comment voyez-vous votre relation avec votre corps? Pourrait-elle s'améliorer? Nous expérimenterons avec plusieurs éxercices de conscience corporelle qui aiderons a regag- ner un savoir plus profond sur cette relation. Il éxiste aussi des méditations qui soutiennent l'exploration du corps et ses sensations; un bénéfice de cette pratique est la perception du corps comme camp énergique, avec ses blocages et lieux denses.

Au niveau énergetique, nous sommes tous des êtres spirituels imbuent de lumière divine - il éxiste un corps éthéré superimposé sur et précédant au corps physique. Les blocages émo- tionnels tel le jugement, la rancoeur ou le désir fort diminuent nos lumières, et alors ceci doivent être dépassés et débarassés. Finalement, c'est une question de vibration et le dé- barassement des obstacles et des blocages à la circulation vibratoire. Du perspectif des chak- ras, nous devons restituer le mouvement libre du prana à tous les niveaux de notre système corps-énergie; c'est qu'à ce point que nous pouvions agir et bouger avec une grace dignifiée et autonome et que nous pouvions réclamer notre essence d'être irradiant la lumière divine et brillante.

L'énergie sexualle est l'expression naturelle d'un corps sain. La force créative de vie agit, monte et demande de sortir. La passion que l'on ressent est une passion pour la vie même. Quand on se joint avec un autre avec une étreinte sexuelle chaleureuse, amoureuse, affec- tueuse, on arrive à ressentir un complètement, une satisfaction et une réunification des polari- tés primordiales - Yin et Yang. Dans cette danse sacrée de Shakti et Shiva , l'être humain est réuni avec, fusionné avec et bientôt consommé par, les mêmes ènergies créatives qui ont naissé l'Univers. En communauté, les opportunités qui feront bouger l'énergie séxuelle se présenteront souvent. En agissant d'une façon mure et responsables, nous pouvons con- sciemment diriger ces forces de vie potentes vers des directions productives et guérissantes; nous pouvons infuser le corps social avec une lumière chaleureuse, amante et vitales. Ou, au contraire, si nous laissions courrir nos passions, si nous vivions nos fantaisies séxuelles sans regard aux conséquences, nous prenons le risque de relacher des forces déstructives dans le corps social. Le choix est le notre. L'énergie sexuelle réprimée est un gros problème dans le monde aujourd'hui.

Guérir Notre Relation avec la Terre

En soigant notre relation avec la Terre, nous nous soignons. Les vieux tribus montraient le re- spect pour cette interconnection dynamique de la vie planétaire. Pour trop longtemps, la civili- sation occidentale utilise la Terre comme un reservoir de ressources éxploitable et comme un récipient pour les résidus empoisonnés de l'indutrialisation. La pollution de l'air, l'eau, la terre et la nourriture nous rend malade. Les pays riches consomment bien plus de leur portion équi- table et durable, et nous savons que ce mode de vie égoiste et vorace limite les chances pour un futur sain et prospère pour les enfants du monde.

Nous savons bien plus sur les effets de nos actions ainsi que nos responsabilités que nous voulions admettre. Bien sur que nous sentions la douleur des autres, qui réverbère en nous. Si nous prenons pas les pas pour agir responsablement, pour soigner ces plaies, nous portons la culpabilité, la peur et la colère, et nous devenons malade. Au lieu de nous soumettreà ce déni, nous pouvons vivre nos vies en amour avec la Nature et la Vie - le chemin au bien-être optimal. Où que nou créons la vie durable, nous rerentrons dans l'amour et commençons la guérison: ca nous soigne quand nous marchons doucement et respectueuesement sur la

41

Terre, ca nous soigne de savoir que nous cherchons de tout coeur pour les solutions qui bé- néficieront le monde; ca nous soigne de savoir que nous protégeons le bien-être des autres et que nous laissons un patrimoine sain pour nos enfants.

Accepter la Sagesse des Méthodes de Soin Traditionelles

Quand nous réétablissons une relation de respect et honneur avec la Terre, nous sommes na- trellement invités à reconnecter avec les méthodes traditionelles de soin. En commençant par les bases de consommation de nourriture saine qui pousse localement, et la collection des herbes qui nous sourissent pendant nos promenades, nous maintenons des corps sains en as- similant les forces de vie des endroits où nous habitions. Le système moderne de santé qui dépend des pharmaceutiques synthétiques, nie une relation vivante avec la Nature. Les téchniques de la médecine moderne puissent être importantes dans des cas radicaux d’inter- vention ; mais la fondation de santé est forcemment basée sur une routine de prévention ho- listique, les approches ‘douces’. Dans les écovillages nous voyons une complémentarité de médecines et de thérapies. Comme chaque être humain est unique, il a un chemin à la santé et au bien-être unique et personnel, qui demande une éxploration de toutes les options.

Les Alternatifs Communales à l'Assurance Médicale

La création d'un nouveau précédent de solidarité et de soin communautaire a des conséquences financières définitives. Au moment de désastre et de détrèsse, notre in- terdépendence devient apparente. La majorité des sociétés modernes ont développé des pro- grammes de pension et d'assurances médicales pour remplacer les réseaux perdus de soin social des communautés du passé. Ces structures institutionnalisées, cependant, avec leur anonymité et indifférence inhérentes, sont totalement incapables de satisfaire les demandes les plus urgentes, ni le besoin à long terme faire partie.

De plus, cette liaison entre le soin de l'individu et le système global économique crée une dépendence sur les corporations transnationales avaricieuses pour satisfaire les besoins lo- caux, ce qui est complètement contradictoire. Le capitalisme est déssiné pour éxploiter le capital naturel et social le plus vite et le plus éfficacement possible - il n'apartient pas dans le domaine du soin. Dans la majorité des pays, la solidarité sociale a été systématiquement défaite, surtout au niveau communautaire, tandis que les pauvres deviennent plus pauvre. L'écovillage est une solution pour réclamer la responsabilité du soin au plan local. Bientôt, nous pourrons voir les principes du design des écovillages appliquer aux communités de re- traités, quand les baby-boomers qui veillissent décoouvrent que le gouvernement et les corpo- rations ne sont pas préparés à aider.

Un exemple d'un fonds populaire alternatif est le Artabana-Network. Les communautés Arta- bana de Solidarité sont des petits groupes de 20-30 membres, fondés en 1987. Il éxiste couremment plus de 100 groupes en Allemagne et en Suisse. Ils essayent de créer des condi- tions optimales de soin individuel en fournissant du soutien financier et autre, pour que leurs membres puissent suivre le chemin de soin préféré. Au cas de maladie, les membres s'oc- cupent de toous leurs besoins médicaux et financiers. En même temps, les paiements sont faits vers des fonds locaux de solidarité Artabana, disponible en moments de difficultés finan- cières causées par des urgences médicales. Si les fonds locaux se trouvent insuffisants, les fonds regionaux et nationaux Artabana deviennent accéssibles. Provenant d'un lieu de soutien mutuel parmi des gens qui se connaissent, l'expéreince montre que les fonds nécéssaires sont toujours là quand on en a besoin.

42

Activités Pédagogiques Expérimentales

Établir un modèle à échelle écovillage d'un système de santé préventatif

Déssiner une clinique de santé sur place pour participants et visiteurs, pour les ques-

tions de santé

ainsi que pour les ordonnances

Déssiner et construire un jardin herbale médicinal, après de la recherche; préparer et gouter les thés herbales

Préparer les infusions et pommades

Pratiquer les techniques de soin tel: chi gong, polarité, acupréssion, le travail de la renaissance à travers la réspiration, relache de stress à travers le prana

Ronde de massage

Conscience par les méditations corporels et jeux

Éxercises aérobiques

Frisbee et volleyball

Communication sur la séxualité ouverte et inter-sexe; application pas nécéssaire!

— 43 —
— 43 —

Module 5: Contact Local, Biorégional et Global

Objectifs

1. Apprendre à respécter la communauté de ceux qui ont vécu, ceux qui vivent et ceux qui vont vivre

2. Apprendre à construire des relations amicales avec nos voisins et visiteurs: surmonter le concept de "nous" et "eux"

3. Design pour une écologie sociale, avec un équilibre d'éspace public et privé

4. Quels sont les possibilités de catalyser la durabilité régionale: le biorégionalisme

5. Élargir notre porté: le "networking", échange et éducation, le soutien et la solidarité globales

Contenu

La Communauté à Travers le Temps

Les fils de l'histoire courent à travers le Réseau de la Vie. Où que nous oommençons à con- struire notre communaté, quand nous nous plongeons dans l'histoire du lieu, nous compre- nons mieux le présent. Les paysages ont été continuellement changé et transformé par les mains humaines. Il peut y avoir une sagesse sublime et une expérience ancienne locale in- culqué dans, disons, l'emplacement d'une route ou la forme d'un toit. Les intentions pro- fondes ne se divulguent pas nécéssairement du premier coup; mais ce n'est qu'après une ob- servation méticuleuse que les formes commencent à se voir. Comprendre les lignes et les courbes d'un paysage cultivé est similaire à la lécture d'un livre: l'information est là si nous pouvions apprendre le dialècte local.

Quand nous entrons un certain térritoire, nous entrons une certaine culture, une manière spé- ciale de voir et d'être dans le monde, une manière distincte de nous éxprimer différente de la nôtre. Tout ce qu'un peuple a vécu dans cet endroit particulier: les guerres, les difficultés, les diffusions ethniques, ainsi que les temps de bonheur et de paix simples, créent la mentalité et l'humeur du lieu. Ca prend du temps pour s'accoutumer et s'acculturer à un endroit - obser- vant, écoutant et se submergeant dans le flot de la vie locale.

Nous vivons aussi dans un temps où les cultures changent rapidement et sévèrement avec la globalisation néolibérale qui continue et qui fond la richesse de la diversité en une monocul- ture de consommation abrutie, monotone, uniforme et superficielle. Dans plusieurs pays, à cause du déplacement massif des coutûmes et traditions indigènes. les modèles générales de vie du lieu doivent être redécouverts. Dans d'autres pays, les cultures indigènes nécéssitent le soutien et l'assistance déséspérément pour leur survie.

Quand les cultures sont décimées, de grands corps de savoir sont perdus, des connaissances adaptées aux conditions bio-géographiques de la région. Nous pouvons préserver et relancer ce savoir précieux en écoutant les histoires des anciens avec le folklore et les mythes locaux, en recherchant les sources archéologiques, et en honorant le langage et les célébrations locales.

En habitant dans des communautés inter-générationelles, une qualité ancienne renaît. Les jeunes et les vieux s'emmenent de la joie et l'amour. On profite largement de la sagesse et de l'expéreince des anciens; en voyant les enfants grandir, nous comprenons mieux le sens de notre travail. La communauté est un continuum d'éspace et de temps, étreignant ceux qui ont vécu, ceux qui vivent, et ce qui ne sont pas encore là.

44

Créer des Relations Amicales avec les Voisins

A travers le temps vertical, le Réseau de la Vie s'étend horizontalement dans le présent. Les

écovillages, pour être durable, doivent se lier au vertical ainsi qu'à l'horizontal. Comme la Na- ture qui travaille avec des membranes céllulaires perméables et des systèmes ouverts; nous devons initier et maintenir une communication ouverte avec la communauté élargie dans laquelle nous constituons une partie.

Parfois il est plus facile de se connécter avec un réseau international d'amis comme nous qu'avec nos propres voisins. Classiquement, les constructeurs de communauté veulent créer un changement, pour addresser les problèmes de la société avec de nouveaux modèles expé- rimentales. Beaucoup de ces idéalistes ont été déplacé ou déraciné, et alors se sont dédiés à effectuer la transformation. La population qui entoure l'écovillage est traditionellement raci- née depuis des générations, fixé dans leur manière de vivre, mais qui néanmoins vivent dans un présent non-durable. Il reste un défi d'équilibrer un idéalisme orienté sur le futur et pro- gréssif avec des perspectives conventionnels et conservateurs. Bien que les communautaires puissent apporter une inspiration pour un changement positif, ils peuvent seulement avancer avec leur vision tant qu'ils relachent l'insistance d'avoir raison. L'humilité, la réciprocité et l'humour sont éssentiels pour un langage qui permettra la compréhension et le bienvenue. Nous trouvons un soutien pour notre vision dés que les bénéfices se sentent. Ceci puisse être un procédé lent, mais nous éspérons qu'il apportera de l'éspoir à une région et en même temps qu'il nous établisse un fondement sécure.

Hospitalité

L'hospitalité généreuse est une qualité centrale dans toutes les cultures de paix. En tant que communautés intentionelles, si nous voulons construire des relations avec nos voisins et de- venir une inspiration pour le monde, nous devons nous rendre transparents et facile à visiter; nous devons surmonter les tendences à l'exclusion et l'isolement. Mais comment recevoir les invitées soigneusement quand ils arrivent continuellement semaine après semaine, passionés pour connaitre la vie en communauté? Une partie de la réponse se troouve dans le design de

site et les solutions architecturales. Des plans soigneux pour l'influx d'invités, le respect pour

la vie privée et le bien-être des résidents, est un critère important pour le procédé de design.

L'Habitation en Coopération ("Co-Housing")

Voici une façon modérée d'introduire un idealisme social dans une communauté en éxistence. Le CoHousing facilite une forme d'habitation compacte, l'aménagement éfficace de la terre, et la réduction de la consommation résidentielle. Il encourage l'interaction humaine et soutien les membres désavantagés de la société. Le CoHousing est un nouveau genre d'habitation coopéra- tive qui intègre des maisons privées autonomes avec des services publics partagés ainsi que les espaces communs comme les cuisines, salles à manger, espaces de cours et tailleurs, bureaux et endroits pour enfants. Les résidents C0Housing comprennent une communauté intentionelle. Ils vivent ensemble partageant la propriété et les ressources. Ils ont une vie sociale riche avec des repas partagés. Ils aspirent aux relations sociales importantes et un sens fort de communauté. Pour beaucoup de puristes, le CoHousing n'est qu'un pas dans la bonne direction; mais comme moyen d'assimiler et faire accepter les principes et pratiques d'écovillage par la société typique, ce modèle tient une place valable dans l'évolution vers la communauté durable. Les écovillages mures incorporeront des groupes CoHousing dans leur infrastructure résidentielle.

45

Le Biorégionalisme

Le développement de solutions au niveau de la biosphère est trop pour la plupart des person- nes, mais nous pouvons au moins addresser ce qui est nécéssaire dans nos régions particu- lières. Travaillez plutôt pour la compatibilité avec les systèmes de vie sociaux et économiques locaux chez noous. Chaque personne vit dans une biorégion spécifique et un élément éssen- tiel dans le Réseau de Vie planétaire. Même des petits éfforts pour améliorer les conditions locales peuvent vraiment aider un aspect du Tout. Ces efforts ont des résultats tangibles visi- bles et vivables ainsi que des impactes croissants sur d'autres aspects sociaux et naturels. Ceci constituent des objectifs compréhensibles et réalistes.

Nous devons nous familiariser avec les lieus dans lesquels nous vivons pour des raisons socia- les et culturelles. Les points focaux suivants peuvent aider à identifier les points de départ de base pour la réstauration et la gestion de la vie:

Donnez la priorité aux projets actifs - apprendre en faisant du travail éssentiel pour achever la santé de la nature

Réstaurer et garder les caractéristiques naturels autant que possible - la santé du tissu social sera amélioré avec cette restauration

Developper des moyens durables pour satisfaire les besoins humains de base -nourri- ture, eau, énergie, habitation, matériaux et information sont éssentiels

Soutenez la vie en place avec le maximum de diversité des aspects économique et cul- turel à la politique et la philosophie - ceci inclut des activités proactives pour présenter des alternatives positives ainsi que des protèstes contre la dévastation écologique, la disruption et l'injustice sociale.

Augmenter la conscientisation des questions importantes à la biorégion à travers les médias publiques, la participation dans la politiques locale et l'éducation, locale et globale

Le Networking International

Il y a certainement un côté positif au procédé de globalisation. Les premiers cosmonautes nous ont raconté l'éxpérience dramatique en voyant notre belle planète bleue comme une de- meure vulnérbale dans l'univers vaste. Comme habitants terrestres, nous réspirons le même air, nous regardons les mêmes étoiles et nous partageons les mêmes besoins. Chacun puisse décider de devenir partie de la solution au lieu de partie du problème; et nous pouvons nous soutenir à choisir la beauté simple et vivre ce que nous croyons. Dans le travail pour un futur durable, nous pouvons profiter immensemment d'un échange et d'un soutien interntional. A travers GEN et d'autres réseaux , nous pouvons déssiner une carte de notre Terre qui se rem- plit lentement avec des points et des nodes de lumière et d'espoir, avec des êtres qui travail- lent ensemble pour un futur vivable et paisible.

Comme partie de ce Module, le travail et les accomplissements de plusieurs organisations et réseaux internationaux qui travaillent pour la justice sociale, la solidarité et la durabilité seront revus et documentés.

46

Activités Pédagogiques Expérimentales

Les étudiants peuvent, en petits groupes, créer un marché local, pour échanger des produits provenant de leurs lieus d'origine

Etudiants peuvent créer un festival culturel pour partager avec le village local

Etudiants peuvent interviewer des anciens locaux et écouter leurs histoires

Visiter des écovillages et des projets de cohousing ou autres communautés inten- tionelles dans larégion sera une manière très valable de pratiquer le contact

Rassembler une liste d'organisations internationales dans des domaines d'intérêt di- verses formera une base pour un réseau global

Partager profondément vos différences de vision mondiale

Observation à pied dans la région locale pour lire le langage du paysage

Méditation ou visualisation du paysage il y a 100 ans, 200 ans, et 500 ans et dans 20, 50 et 100 ans. Voyez le paysage et la vie des gens changer.

— 47 —
— 47 —

Bibliographie et Ressources

Module 1

Videos

Learning from the NAAM Movement in Burkino Fasso – Dola Bonfils, Denmark

Visions of Utopia – Community Catalyst Project, 2002

The Future of Paradise – David Kanaley

Straight from the Heart – Findhorn Foundation, 1995

Livres

Buddhism at Work: Community Development, Social Empowerment and the Sarvodaya Movement

– George Bond, 2003, Kumarian Press

No Future without Forgiveness – Desmond Tutu, 2000, Image

Builders of the Dawn – Corinne Mc Laughlin and Gordon Davidson, 1986, Sirius Publishing

Cohousing: A Contemporary Approach to Housing Ourselves – Kathryn McCamant and Charles

Durett, 1994, Ten Speed Press

Creating a Life Together – Diana Leafe Christian, 2003, New Society Publishers

Creating Community Anywhere – Carolyn R. Shaffer and Kristin Anundsen, 1993, Jeremy P. Tarcher

Ecovillage Living: Restoring the Earth and Her People – Hildur Jackson, ed., 2002, Green Books Eurotopia: Directory of Intentional Communities and Ecovillages in Europe, Volker Peters Verlag 2005

Forgiveness and Reconciliation – Raymond G. Helmick, S.J. and R. Petersen, eds., 2002, Tem- pleton Foundation Press

From Utopian Dreaming to Communal Reality: Co-operative Lifestyles in Australia – Bill Metcalf,

1995, UNSW Press

Tomorrow’s Children: A Blueprint for Partnership Education in the 21st Century – Riane Eisler,

2000, Center for Partnership Studies

Relational Learning for a Sustainable Future: An Eco-spiritual Model – Mary Westfall Sitting in the Fire: Large Group Transformation Using Conflict and Diversity – Arnold Mindell,

1995, Lao Tse Press

Towards a New Culture – Dieter Duhm, 1993, Verlag Meiga

Wisdom of the Communal Elders: Ecospirituality and Social Experimentation - Bill Metcalf Ecovillage at Ithaca: Pioneering a Sustainable Culture – Liz Walker, 2005, New Society

Communities Directory – Fellowship of Intentional Community, updated regularly

48

Module 2

Livres

Facilitation and Consensus Manual – Beatrice Briggs www.iifac.org Creating Harmony: Conflict Resolution in Community – Hildur Jackson, 2000, Gaia Trust

A Manual for Group Facilitators – Brian Auvine, et al, 1977, Center for Conflict Resolution

Building United Judgment: A Handbook for Consensus Decision-Making – Michel Avery, et al.,

1981, Center for Conflict Resolution

Facilitator's Guide to Participatory Decision-Making – Sam Kaner, et al., 1996, New Society

Publishers

Great Meetings! Great Results – Dee Kelsey, 2004, Hanson Park Press

How to Make Meetings Work: The New Interaction Method – Michael Doyle and David Straus,

1993, Jove Books

Nonviolent Communication: A Language of Compassion – Marshall Rosenberg, 1999, Pud-

dleDancer Press

On Conflict and Consensus: A Handbook on Formal Consensus Decision-Making – C.T. Lawrence

Butler and Amy Rothstein, 1998, Foods Not Bombs Publishing

The Skilled Facilitator: Practical Wisdom for Developing Effective Groups – Roger Schwarz,

2002, Jossey-Bass

The Deep Democracy of Open Forums – Arnold Mindell, 2002, Hampton Roads

The Art of Mindful Living: How to Bring Love, Compassion and Inner Peace into Your Daily Life

Thich Nhat Hanh, 2000, Sounds True

Communicating in the Small Group: Theory and Practice – Beatrice G. Schultz, 1989, Harper & Row Damanhur – The Real Dream: The Story of the Extraordinary Italian Artistic and Spiritual Com-

munity – Jeff Merrifield, 1998, HarperCollins

How to Mind Map – Tony Buzan, 2002, HarperCollins

Six Thinking Hats – Edward Debono, 1999, Back Bay Books,

Handbook of Group Facilitation – Sandy Schuman, ed., 2005, International Association of Fa- cilitators

The Fifth Discipline – Peter Senge, 1994, Currency

Warriors of the Heart – Danaan Perry, 1995, Findhorn Press

Internet

Center for Nonviolent Communication www.cnvc.org – Books, tapes, courses, etc.

49

Community at Work www.communityatwork.com – Workshops on facilitation skills, organiza- tional development, and more

Institute for Cultural Affairs www.icaworld.org – Facilitation and group process trainings around the world

International Association of Facilitators www.iaf-world.org – Sponsors an annual conference, group facilitation listserv, publications

International Association for Public Participation www.iap2.org – Trainings and publications

related to effective citizen involvement

International Institute for Facilitation and Consensus www.iifac.org – Beatrice Briggs, director.

Website, electronic monthly publication, courses

Process Work Center www.processwork.org – Trainings based on the work of Arnold Mindell

Module 3

Livres

Power and Sex – Scilla Ellworthy

Mit Sanfter Macht – Scilla Ellworthy

Das Weibliche Prinzip – Scilla Ellworthy The Tao of Leadership – John Heider Change the World Without Taking Power – John Holloway Despair and Personal Power in the Nuclear Age – Joanna Macy Rückkehr zur Schöpfung - Manitonquat War Prevention Works, 50 Stories of People Resolving Conflict – Dylan Mathews Sitting in the Fire - Large Group Transformation Using Conflict and Diversity – A. Mindell Parable of the Tribes: The Problem of Power in Social Evolution – Andrew B. Schmookler Ritual: Power, Healing and Community – Malidoma Some Welcoming Spirit Home: Ancient African Teachings to Celebrate Children and Community -

Sobonfu Some

Leadership and the New Science. Discovering Order in a Chaotic World – Margaret Wheatley Sex, Ecology and Spirituality - The Spirit of Evolution – Ken Wilber

50

Module 4

Livres

Gesundheit: Bringing Good Health to You, the Medical System, and Society through Physician Service, Complementary Therapies, Humor, and Joy – Patch Adams, 1998, Healing Arts Press

Medical Marriage: Partnerships between Orthodox and Complementary Medicine – Cornelia

Featherstone and Lori Forsythe, 1997, Findhorn Press

Perfect Health: The Complete Mind/Body Guide – Deepak Chopra, 1991, Harmony Books

Wellness Workbook – John Travis and Regina Sara Ryan, 1988, Ten Speed Press

Integrative Medicine – Benjamin Kligler, 2004, McGraw-Hill Professional

The Complete Book of Chinese Medicine: A Holistic Approach to Physical, Emotional and Mental

Health – Wong Kiew Kit, 2002, Cosmos Publishers

Textbook of Ayurveda – Vasant Lad, 2001, Ayurvedic Press

Holism and Beyond: The Essence of Holistic Medicine – John Diamond, 2001, Enhancement

Books

Manifesto for a New Medicine: Your Guide to Healing Partnerships and the Use of Alternative

Therapies – James Gordon, 1997, Addison-Wesley

The Healing Power of Humor – Allen Klein, 1989, Tarcher

Body: Recovering Our Sensual Wisdom – Don Hanlon Johnson, 1992, North Atlantic Books

Body, Spirit and Democracy – Don Hanlon Johnson, 1994, North Atlantic Books

Body Awareness as Healing Therapy – Moshe Feldenkrais, 1994, North Atlantic Books

The Spell of the Sensuous – David Abram, 1996, Vintage Books

The Mind of the Cells – Satprem, 1982, Institute for Evolutionary Research

Module 5

Livres

In the Tiger’s Mouth: An Empowerment Guide for Social Action – Katrina Shields, 1994, New So-

ciety Publishers

Promise Ahead: A Vision of Hope and Action for Humanity’s Future – Duane Elgin, 2000, Quill

Images of Organization – Gareth Morgan, 1986, SAGE Publications

Ecovillages: A Practical Guide to Sustainable Communities – Jan Martin Bang, 2005, New Soci-

ety Publishers

Subcoma – P.M.,Paranoia City Verlag 2000

Sustainable Community: Learning from the Cohousing Model – Graham Meltzer, 2005, Trafford

51

Senior Cohousing: A Community Approach to Independent Living – Charles Durrett, 2005, Ten

Speed Press

Discovering your Life-Place: A First Bioregional Workbook – Peter Berg, 1995, Planet Drum

Foundation

Home! A Bioregional Reader – Van Andruss, Christopher Plant, Judith Plant and Eleanor Wright, 1990, New Society Publishers

Boundaries of Home: Mapping for Local Empowerment – Doug Aberley, ed., 1993, New Society

Publishers

Sustainable Communities: A New Design Synthesis for Cities, Suburbs and Towns – Sym Van der

Ryn and Peter Calthorpe, 1986, Sierra Club Books

Internet

— 52 —
— 52 —

Dimension Économique

Aperçu

Aujourd'hui, l'économie est à l'heure de son hégémonie, en tant que "discipline maîtresse" avec tous les autres sujets et valeurs liés à elle. Hélas, l'écologie est plutôt vue comme une sous-catégorie de l'économie que l'inverse. En conséquence, l'environnement est d'abord con- sidéré comme une banque de ressources pour la mise en œuvre des activités humaines. Notre tâche, lorsque nous nous dirigeons vers le développement durable, est de renverser cette ten- dance, de faire en sorte que l'économie soit une sous-catégorie de l'écologie. Avec cette nou- velle façon de voir les choses, l'échelle et la nature des activités économiques seront automa- tiquement limitées par les ressources disponibles des différents écosystèmes de notre planète.

Pour pouvoir atteindre cette nouvelle vision des choses, nous devons toutefois commencer par comprendre clairement comment nous en sommes arrivé à la situation actuelle. Seulement ainsi nous pourrons dépasser le fatalisme de nos dirigeants qui insistent sur le fait qu'il n'y a pas d'alternative à la mondialisation néo-libérale et nous pourrons comprendre les différents choix politiques qui ont mené à la création de ce système aussi peu naturel et durable. En fai- sant cela, nous commencerons à voir différents choix que nous devons (et que nous pouvons) prendre pour créer une société plus juste, plus durable et plus centrée sur l'environnement. C'est pourquoi le cours économique débute par une explication des forces et des intérêts qui régissent l'économie mondiale actuelle, et des types de politiques nécessaires pour diriger l'é- conomie dans une voie plus durable. Or cette "Analyse de l'économie mondiale" constituera le premier module de la dimension économique.

Si il est vrai que des changements structurels sont nécessaires au niveau mondial, nous re- marquons que les pays émergents ont aussi un besoin important d'économies alternatives basées sur leur environnement local ; ainsi un nouveau système commence déjà à fleurir alors que l'ancien commence à s'effriter. C'est dans ce contexte que les écovillages ont un rôle im- portant à jouer, dans la recherche, la mise au point et l'apprentissage d'approches alternatives à la vie économique.

Les structures économiques actuelles et les incitations au rendement sont telles que les produc- tions à petite échelle, pour les besoins locaux et utilisant des matières premières sont peu rent- ables. Or ce sont exactement ce genre de productions dont nous avons besoin si nous voulons vivre sur la Terre sans en épuiser les ressources. Etant donné que ces structures et ces incita- tions commencent à changer, notre comportement économique a besoin d'être bien informé en ce qui concerne certains choix éthiques: Comment définir ce qui est suffisant? Quelle est la rela- tion entre les degrés de consommation purement matérialiste et le bien-être humain? Notre richesse dépend-elle de la dégradation de l'environnement non-humain? Dans quels cas peut-on choisir de consommer moins ou de plus que nécessaire? De telles questions éthiques formeront le contenu de notre second module intitulé: Une Source de revenues plus juste.

Les écovillages et autres communautés qui cherchent à être plus durables ont trouvé un cer- tain nombre de façons d'améliorer leurs propres économies, même dans le cadre d'une économie mondiale qui favorise les entreprises à grandes échelle, et nous étudierons ceci dans notres troisième et quatrième modules : Renflouer les économies locales.

La troisième module étudie l'Esprit d'entreprise social, qui est devenu de plus en plus significa- tif ces dernières années. C'est une forme d'esprit d'entreprise où le rendement financier est l'une (et généralement pas la plus importante) des motivations des personnes impliquées. Les

53

entreprises sociales, une caractéristique de plus en plus courante dans les écovillages, s'en- gagent à fournir suffisamment d'emplois aux personnes marginalisées et désavantagées, à restaurer les écosystèmes endommagés, et à remplir les besoins de la communauté, comme les soins aux enfants et aux personnes âgées et l'apport de nourriture saine et organique. Ce module étudiera à la fois la théorie et la pratique de l'esprit d'entreprise social et aidera les auditeurs du cours à comprendre comme, de façon pratiques, ils pourront être plus impliqués dans la création et le soutien de telles entreprises dans leur propres communautés. Nous étudierons aussi la gamme de services et de biens qui sont adaptés aux entreprises écovil- lages.

Module quatre explore l’autre dimension principale de Renflouer les Économies Locales : la création des banques et des monnaies communautaires. L'un des outils majeurs créés par les écovillages est la création de banques communautaires qui mettront les avoirs des mem- bres à la disposition de la communauté afin d'investir dans les entreprises et les initiatives lo- cales, tandis que le système monétaire local continue à faire en sorte que l'argent soit insufflé dans la communauté plutôt que d'être perdu vers l’économie speculative au large.

Le dernier module de la dimension économique étudie les Aspects légaux et financiers de la création d'écovillages et d'entreprises sociales. Cela inclut comment créer un climat d'abon- dance et comment distinguer les différents types de financements. On soulignera notamment l'importance de faire coïncider la possession et les structures légales choisies pour les écovil- lages et les entreprises sociales avec les différents types de financements choisis pour les développer. Les participants sont encouragés à visualiser comment ils pourront utiliser les ou- tils acquis dans le programme en Economie pour crèer leurs propres projets dans leurs com- munautès chez eux.

— 54 —
— 54 —

Module 1: L'Économie Mondiale vers la Durabilité

Objectifs

Développer une compréhension :

1. Du fonctionnement actuel de l'économie mondiale

2. Des conséquences de ce fonctionnement sur les gens, la société et les écosystèmes

3. Des raisons pour lesquelles l'économie mondiale a connu un tel développement

4. De comment l'économie mondiale pourrait être plus juste, plus durable et plus résistante

5. Des changements nécessaires pour atteindre un tel but

Contenu

Ces 250 dernières années ont été témoins d'une croissance sans précédent de l'activité économique, de la consommation, de la diminution des ressources, d'une explosion démo- graphique et des émissions de CO2. De plus ces 50 dernières années, cette tendance s'est amplifiée de manière exponentielle : nous en sommes donc passer d'une situation où pour la majorité de la population mondiale (même dans les pays industrialisés du Nord) la production et la consommation étaient basé sur l'environnement local à une situation où les biens sont exportés par avion ou bateau à des milliers de km partout sur la planète. Or cela est même vrai en ce qui concerne des produits périssables ou ayant des caractéristiques géographiques et culturelles bien particulières, comme par exemple les produits alimentaires. La plupart des pays importent et exportent environ les mêmes quantités d'aliments identiques, dont de la viande et des produits laitiers.

Le résultat est une augmentation immense pendant le dernier siècle de ‘l’empreinte écolo- gique’ que les humains laissent sur la Terre. Ça veut dire, avec l’augmentation de la consom- mation vers des moyens de production et de distribution qui demandent un usageplus intensif de ressources et d’énergie, ainsi l’impact écologique de nos activités économiques a augmenté dramatiquement. On éstime que depuis les années 1970, nous consommons le capital naturel de la Terre et non, comme auparavant, l’intérêt annuel. De plus, si tout le monde conssomait au niveau d’un nord-américain typique nous aurions besoin de ressources égale à 5 Terres (la logique silencieuse de la mentalité dominante du ‘développement’).

Trois questions se posent :

1. Comment en est-on arrivé là ? Quels facteurs économiques, politiques, culturels, et spiri- tuels sont les bases de la mondialisation de l'économie ? Quelles décisions spécifiques ont abouties à la création de notre système économique ?

2. Quelles sont les conséquences d'une telle gestion des affaires économiques?

3. Que pouvons nous y faire ?

Ces questions seront discutées en petits groupes puis en commun notamment quant aux causes, conséquences et solutions. (En général, de petits groupes seront organisés selon des lignes régionales et culturelles pour tout le cursus concernant l'économie – les catégories suivantes sont notamment pertinentes : le Nord urbain, le Nord rural, le Sud urbain et le Sud rural.) Le but ici est d'encourager une pensée critique et systématique plutôt que d'accepter une interprétation pré mâchée et édulcorée.

55

Les sujets principaux qui devront être abordés dans chacune de ces trois domaines de ques- tionnement seront les suivants :

Que-ce la globalisation ?

Une discussion des dimensions différentes de la globalisation. Ceci aidera souvent les étudi- ants á distinguer entre la globalisation ‘culturelle’ (souvent considéré comme un développe- ment positif) et la globalisation ‘économique’ (souvent accompagné par des conséquences so- ciales, économiques, et écologiques troublantes).

Pourquoi somme nous arrivés à la globalisation ?

Comment et pourquoi la mondialisation est née ? Les participants sont encouragés à voir ce procédé non pas comme inévitable (ce que suggèrent la plupart des politiciens) mais comme le résultat de choix politiques spécifiques (et réversibles).

Thèmes clés:

Accepter les limites de la croissance sur une planète finie.

Conséquences du paradigme réductionniste newtonien.

Fin de la régulation et libéralisation des marchés de produits, de services et financiers.

Allocations conséquentes offertes aux grands groupes (“Small is Beautiful, Large is Subsidised” – Helena Norberg-Hodge).

Un système fiscal qui encourage l'intensité du capital aux dépends de l'intensité du travail.

Délégation de la plupart des coûts sociaux et environnementaux

Les travaux des principales organisations économiques internationales – Organisation Mondiale du Commerce, Banque Mondiale et Fond Monétaire International

Conséquences ?

Lorsqu'ils aborderont les conséquences de la mondialisation économique, les participants sont encouragés à penser systématiquement – afin d'avoir de nouvelles idées et impressions – aux diverses conséquences notamment dans les domaines ci-dessous :

Concentration des pouvoirs politique et économique

Equité mondiale et droit du travail

Salubrité de l'habitat pour les autres espèces

Biodiversité

Diminution des ressources

Salubrité des sols et de l'atmosphère

Création et gestion des déchets

Cohésion sociale et intégrité de la communauté

Qualité de vie, santé mentale, etc.

Faire discuter chacun des groupes sur les conditions et conséquences dans leur propre con- texte culturel et géographique est un apprentissage mutuel important.

56

Que pouvons-nous faire ?

A quoi ressemblerais un économie plus juste et plus équitable et plus durable ? Quels changements politiques seraient nécessaires ? Parmi les changements proposés ces dernières années voici parmi les plus intéressants :

Un changement paradigmatique vers une vision mondiale holistique des liens entre per- sonnes

Contraction & Convergence – un modèle créé par le Global Commons Institute et qui vise à donner à tous les adultes sur la planète le même droit d'émettre des gaz à effet de serre à un niveau durable.

Restructurer les impôts en allégeant les taxes aux personnes (taxes sur le revenus, sur l'emploi, sur les bénéfices, sur la valeur ajoutée, et sur le capital) et en augmentant les taxes sur l'utilisation des ressources et sur la pollution (taxes sur les énergies, charges sur l'eau, sur les embouteillages, taxes sur la création de déchets, etc.)

Mettre fin aux aides étatiques pour des activités dommageables à l'environnement et non durables (subventions pour l'exploitation à grande échelle d'énergie, pour l'agriculture in- dustrielle, pour l'exploitation des combustibles fossiles, recherches et développement en faveur de grandes corporations, avantages fiscaux pour ces mêmes corporations, etc.)

Création de subventions pour des activités favorables à l'environnement et durables (agri- culture biologique et à petite échelle, exploitation dénergie à petite échelle, stockage de l'énergie, développement de transports en communs moins coûteux en énergie, etc.)

Introduire une taxe sur le terrain

Créer un revenu citoyen

Effacer la dette internationale

Promouvoir le commerce équitable

Réformer, abolir ou remplacer les corps économiques internationaux, notamment la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International et l'Organisation Mondiale du Commerce

Introduire une taxe mondiale (payable comme des intérêts à tous les pays) sur :

Les activités polluantes

Les activités qui utilisent des ressources communes, comme les compagnies aériennes, la navigation, la pêche en haute-mer et le forage off-shore

Les dépenses militaires et le commerce d'armes

Le commerce mondial

Les transactions monétaires internationales

Activités pédagogiques expérimentales

Ecological Footprint Analysis (EFA), ou l'analyse des empreintes écologiques est un outil qui permet de mesurer les besoins en consommation de ressources et en assimilation des dé- chets d'une population humaine définie dans une région correspondante.

Utiliser les cartes ‘Global Steps’ créées par Best Foot Forward (www.bestfootforward.com) pour calculer les empreintes individuelles.

57

Faire en sorte que les membres du groupe originaires de différentes régions du monde se mettent en cercles qui représenteraient les empreintes écologiques de leur pays (Les Américains du Nord formeront un très grand cercle, les Européens un cercle rela- tivement grand, les habitants de pays émergents seront un peu à l'étroit et les habi- tants de pays du Tiers Monde seront dans un cercle très serré). Un rythme lent de per- cussions pourra être joué tout au log de cet exercice. Les membres du groupe devront prendre le temps de s'observer les uns les autres. Cet exercice ne vise pas à générer un sentiment de culpabilité dans les plus grands cercles, il ne s'agit que d'un exercice d'observation méditative où il faut observer sans porter de jugement. Et puis, retour- nez à vos groupes larges et/ou petits et discutez vos émotions. (Il y aura plein de temps après pour discuter des solutions possibles : le rôle du facilitant n’est que d’as- surer que les réactions et discussions restent au niveau des émotions à ce stage).

Immédiatement après l'exercice défini ci-dessus (avant le débat de groupe) préparer un cercle plus grand (pour représenter la Terre). Faites entrer les habitants des pays en voie de développement et laissez leur le temps d'apprécier l'espace. Ensuite les autres pourront les rejoindre dans le cercle jusqu'à ce que l'espace y soit limité. Les percus- sions doivent jouer en continu durant les exercices précédents. Pendant que les mem- bres du groupe seront en train de marcher, lire (un certain nombre de fois) le passage suivant de l'engagement fait en 1993 lors de la Journée de la Terre par Oren Lyons, le gardien de la foi de la nation d'Onondaga : “Dans notre style de vie … dans chacune de

nos décisions, nous devons toujours penser aux sept générations d'enfants à venir … Lor- sque nous marchons sur la Terre, notre Mère nourricière, nous posons nos pieds précau- tionneusement car nous savons que les générations à venir nous regardent. Nous ne les oublions jamais."

Biographies de Produits

L’instructeur/facilitant devrait présenter des études de cas et des éxamples qui illustrent les longues distances, et souvent les sources multiples, du trajet de la plupart de notre nourriture ainsi que nos produits consommés. (Les journaux, les magazines et les ressources péda- gogiques contiennent beaucoup de tels éxemples). Les étudiants seront alors invités à développer leur curiosité au sujet des biographies des objets qui les entourent. La recherche et la présentation d’une biographie d’un produit puisse devenir le sujet bd’un devoir.

Visualisation de la Transition

Par une méditation guidée, encourager les étudiants à envisager leurs lieus de demeure au présent. Notez les diverses manières dont les vies des gens sont dépendentes sur les éner- gies fossiles bon marchées et d’accès facil Encouragez les à imaginer comment les choses seraient autrement si l’on vivait dans la limite de notre empreinte écologique. Demandez –les à imaginer la production de leur nourriture, où et comment les gens voyageraient, l’apparence des constructions et des établissements humains, la source de l’énergie et des services médias, etc. Et puis, demandez une réflexion des changements clés qui seraient nécéssaire- ment mis en place pour initier la transition.

58

Module 2: Une Source de Revenus Juste

Objectifs

1. Faciliter l'intégration du cœur et de l'esprit dans les choix économiques et dans les déci- sions sur le style de vie

2. Aider les participants à développer une plus grande connexion avec le but de leur vie

3. Promouvoir des choix de revenus qui contribuent au bien-être et à la salubrité de notre environnement plutôt qu'ils ne le détraquent.

Contenu

“Les luxes d'aujourd'hui seront nécessaires demain". Cette ancienne maxime n'a peut-être jamais été aussi vraie qu'aujourd'hui. Il y a juste 50 ans, le pourcentage des revenus d'une famille dans le monde industrialisé dépensé pour l'alimentation s'élevait à 22% ; aujourd'hui, il ne représente plus que la moitié de ce montant. Pourtant, l'idée de dépenser plus pour une nourriture de bonne qualité, produite localement – afin de promouvoir le bon développement des hommes comme de l'environnement – est encore difficile à imaginer pour beaucoup, étant donné que la plupart de leurs autres dépenses leurs paraissent essentielles, comme les voy- ages à l'étranger, les loisirs, les télévisions, les fruits et légumes hors saisons et toutes sortes de biens matériels.

Toutefois, de nombreuses recherches suggèrent que, en dehors d'un certain niveau de prospé- rité matérielle (niveau largement dépassé dans le monde industrialisé), une plus grande richesse en biens matériels, plutôt que de rendre un être humain plus heureux aurait tendance à avoir l'effet contraire. C'est une leçon difficile à apprendre pour nous ; en effet le niveau de consommation en Occident ne cesse d'augmenter d'année en année.

En accord, ce module introduirera le concept ‘d’abondance durable’. Ceci implique qu’il y a beaucoup de richesse qui n’est pas matériel (mais qui a tendance à être sous-valué dans l’é- conomie du marché). Ceci inclut le capital social (construit par le service vers et la connexion profonde avec sa communauté) et le capital écologique (vivre comme partie d’un éco-système sain et durable). Ceci est lié avec l’émergence récente d’indicateurs alternatifs de bien-être (alternatif à l’usage conventionnel des systèmes purement monétaires comme le PDB).

Ainsi, les valeurs auront un rôle capital à jouer dans la transition vers une société plus juste, plus durable et plus épanouissante. Les raisons sont les suivantes : a) les changements struc- turels n'ont jamais suffit à une transformation effective, une transformation plus profonde, basée sur les valeurs est aussi nécessaire ; et b) aucune innovation technologique ne peut nous ramener à un équilibre durable avec les capacités nourricières de notre planète ; dans le monde industrialisé, nous aurons besoin de trouver un moyen de redéfinir notre qualité de vie en dehors des critères de consommation.

La présentation des communautés, des initiatives et des individus dans le contexte des écovil- lages qui ont réussi une telle redéfinition de leurs vies est au coeur de ce module. Cela inclut :

Des personnes qui ont choisi de réduire leurs revenus et de simplifier leurs vies pour passer plus de temps dans des domaines créatifs ou avec leur famille.

Les agriculteurs dans les communautés qui travaillent plus longtemps pour un prix qui serait jugé inacceptable par beaucoup.

59

Des personnes qui aident et prêtent attention aux autres volontairement uniquement pour le plaisir de servir leur communauté.

Des artistes communautaires créant des actes de beauté insouciante et gaie pour leur propre compte.

Les consommateurs qui acceptent de payer plus pour des produits locaux ou pour des produits issus du commerce équitable en raison des avantages pour sa communauté et/ou pour des communautés à l'autre bout du monde.

Ce module sera évidemment très basé sur l'expérience et il sera difficile à enseigner en dehors du contexte de l'écovillage. Il s'adresse au cœur et à l'imagination plutôt qu'à l'intellect. Le but est d'effectuer une transformation dans le cœur et l'esprit des participants basée sur une re- mise en question profonde du lien présumé entre consommation matérielle et bonheur.

Les participants seront encouragés à engager leurs esprits, leurs cœurs, leurs mains et leurs âmes pour produire et préparer leur nourriture, pour créer leur propre forme d'art et de loisirs, pour prendre soin des autres, pour développer une meilleure compréhension de ce qu'ils ont à offrir, et pour définir le sens de leur vie de manière à s'épanouir.

Sur un plan plus conceptuel, les participants recevront une présentation des tentatives récen- tes de développer des indicateurs alternatifs pour mesurer le progrès social et économique, initiatives qui passent des mesures conventionnelles des flux monétaires et de la croissance à des indicateurs basés sur l'accès aux services, la qualité de vie, le bonheur et le bien-être écologique.

Véritablement, la cultivation de nourriture pour la communauté et le soin des jeunes et des vieux sont les occupations les plus honorables et vitales ; cependant, dans la rationale de l’é- conomie capitaliste, ces occupations sont marginalisées. L’agriculture locale et à petite échelle, en particulier, a toujours été à la base de la vie communautaire ; et nous attendons que dans le futur au carbon réduit, cette source juste de revenus regagnera son statut.

Activités pédagogiques expérimentales

Que-ce la Richesse ?

Invitez les étudiants à créer une liste de 10 choses (matérielles et attribus moins tangibles comme ‘l’amour’) qui contribuent le plus à leur qualité de vie et leur bien-être. Quand ils auront fini, ils peuvent partager leurs listes à haute voix – suivi par une discussion en groupe au sujet de la qualité matérielle ou autre des richesses sur leurs listes.

Le Jeu des Indicateurs

Récemment, des communautés autour du monde cherchant un alternatif au PDB ont défini des indicateurs plus biocentriques et amusants pour mesurer le bien-être de leurs communautés et écosystèmes. Ceci a inclus le nombre de saumons ou oiseaux prédateurs fertils, le taux d’asthmatiques parmi les enfants, le nombre d’étudiants qui marchent ou cyclent à l’éco- le…Demandez aux étudiants de considérer et discuter des indicateurs qu’ils aimeraient intro- duire dans leurs propres communautés.

60

Inventaire de Revenu Plus Juste

Proposer aux participants de dresser un inventaire des connaissances et ressources qui pour- raient être développés ou convertis en sources de revenus plus juste. (Cela pourra être au ni- veau d'un individu ou au niveau de la communauté dont il fait partie, ou bien sûr au niveau du groupe qui suit ce module – selon ce qui semblera le plus utile.)

Visualisation d’un Revenu Plus Juste

Plonger les participants dans un état méditatif et de relaxation profonde. Puis leur demander d'envisager les trois scénarios suivants, en leur laissant beaucoup de temps pour chaque :

4. Imaginer votre communauté/campus/famille/ville (selon le cas le plus adapté). Observer les détails : y a-t-il des gens dans le paysage ? Sont-ils heureux ? Que mangent-ils ? D'où vient cette nourriture ? Quels genres de bâtiments peut-on voir ? Quels modes de trans- port ? Quels loisirs ?

5. Maintenant imaginer cette situation comme vous aimeriez qu'elle soit – une fois encore, le médiateur s'attardera sur les points présentés ci-dessus.

6. Quel est votre rôle (petit ou important, unique ou multiple) dans la promotion de la trans- formation du premier au second scénario ?

Engagements

Immédiatement après cet exercice, regroupez tous les participants qui expliqueront un changement ou une action qu'ils souhaitent entreprendre, avec le soutien du groupe.

— 61 —
— 61 —

Module 3: Les Entreprises Sociales

Objectifs

1. Explorer des idées sur le genre d’entreprises qui seraient le plus idéal pour l’échelle et les caractéristiques des écovillages et des voisinages locaux.

2. Explorer le concept et l'expérience des entreprises sociales

3. Examiner ce type d'entreprises sociales qui tendent à se développer dans les écovillages

4. Aider les participants à envisager que les activités des entreprises sociales puissent être impliquées dans le lancement ou le soutien.

Contenu

Couremment, les incentives économiques present en faveur de la production et la distribution en masse et contre la production et la consummation locales bases sur les matériaux et resources locales. Néanmoins, il y a beaucoup que les écovillages et les autres communautés peuvent faire, meme sous les conditions courantes, pour developer leurs propres economies locales.

Le premier pas pris par les communautés qui veulent regagner le contrôle de leur destin économique est de faire une etude des flux d’argent et de ressources qui entrent et sortent de l’économie locale. Ceci démontre tous les produits et les services qui entrent la communauté de l’extérieur et qui ainsi causent la perte de la richesse monétaire pour l’économie locale. La communauté peut ainsi explorer lesquels de ces produits et services elle pourrait elle meme produire. Cet éxercice s’appelle ‘Boucher les Fuites’ (voyez ci-dessous dans les éxercices pour plus de details).

Le modèle ‘d’entreprise sociale’ est ideal pour les communautés locales qui veulent developer leurs economies en satisfaisant des buts sociaux et écologiques. Les entreprises sociales sont un élément clé de la "troisième voie économique" qui se situe entre les secteurs publics et privés, cherchant à combiner les aspects positifs de ces deux formes économiques. Elles cou- vrent un large éventail de structures de propriété et d'activités et peuvent être définies en bref comme des entreprises dont le but premier est de fournir des avantages sociaux ou environne- mentaux, et pour lesquelles générer des bénéfices ou un retour sur investissement n'est que secondaire.

Le modèle de l'entreprise sociale est dans l'idéal adapté au paradigme émergent holistique et au contexte des écovillages car il permet l'achèvement de buts qui ont souvent été perçu comme concurrents :

L'accomplissement d'objectifs sociaux (emploi, service d'assistantes maternelles, soins aux personnes âgées, etc.) et environnementaux (reforestation, projets de rénovation) tout en réalisant des bénéfices

Servir les investisseurs autant que la communauté locale (dans le contexte de l'écovil- lage, ce sont en général les mêmes personnes)

Associer personnel payé et volontaires

Produire des biens et des services tout en apprenant aux autres à suivre leur propre voie

Commercer avec les monnaies conventionnelles et alternatives

62

De plus, en raison de la priorité donnée aux préoccupations sociales et environnementales, les groupes environnementaux et leurs structures de propriété généralement au niveau communal ont accès à des fonds qui ne sont pas disponibles pour des entreprises privées et conventionnelles.

On pourra donner des exemples d'entreprises sociales dans ou hors d'écovillages. Notamment à Findhorn on trouve le "Phoenix Shop" qui a été racheté par une émission d'actions com- munautaires, au Danemark, le |Folk Centre pour l’Énergie Renouvelable a été instrumental dans la promotion de groupes de citoyens locaux et d’agriculteurspour le financement des moulins à vent ; à Damanhur, en Italie, plus de 30 commerces locaux ont été financé par un système monétaire local ; en Hongrie, Galgafarm a financé le développement de leur propre écovillage avec une ferme biologique et un projet d’hotel local .

Un exercice de visualisation visera à mettre les participants dans des rôles qu'ils pourraient éventuellement jouer dans la création ou le soutien à une société au sein de leur propre com- munauté, que ce soit intentionnel ou non. Ils seront ainsi invités à réfléchir sur les biens et services qui pourraient nourrir leur communauté et sur la contribution qu'ils peuvent apporter pour en assurer l'accès.

Enfin, nous considérerons l'audit social comme une outil pour s'assurer que les entreprises restent au service de leurs communautés. Cet outil comprend une analyse à trois niveaux différents, une surveillance des bénéfices selon une mesure conventionnelle, mais aussi sa performance sociale (comment l'entreprise est perçue par ses clients, son personnel, ses bé- névoles, ses fournisseurs et voisins, etc.) et enfin sa performance environnementale.

Activités Pédagogiques Expérimentales

Boucher les Fuites

Séparer le groupe en petits group d’affinités, par éxemple, habitants ruraux, suburbains et urbains. Les groups doivent déssiner les flux d’argent qui sortent et entrent leurs economies locales. Quels biens et services achètent-ils à l’extérieur et lesquels produisent-ils eux-mêmes. Quels biens et services peuvent représenter les meilleures opportunités pour la substitution d’imports?

Social enterprise slide-show (Jonathan Dawson, Alan Heeks)

Un show de diapos d’économies des écovillages et autres economies locales du monde nous emmenent des idées sur le genre de biens et de services qui se prêtent à la production petite echelle par des enterprises locales.

Un Panel d’Entrepreneurs d’Écovillages

Questions et réponses avec entrepreneurs locaux

Visualisation sur les Entreprises Sociales

Inviter les participants à envisager leur propre communauté (intentionnelle ou non). Faites les méditer sur les biens et services qui sont fournis ou qu'ils aimeraient fournir. Il y en a-t-il qui

63

les attire particulièrement (comme la vente de produits alimentaires, la préparation de nourri- ture, le soin aux enfants, les loisirs, les considérations environnementales, etc.) ? Faites les s'interroger seuls puis en petits groupes sur la façon dont ils peuvent contribuer à la création ou à la gestion d'une entreprise qui fournit ces biens ou services.

— 64 —
— 64 —

Module 4: Banques et Monnaies Communautaires

Objectifs

1. Promouvoir une comprehension de l’argent et comment elle fonctionne

2. Fournir des informations sur la façon dont les écovillages et autres communautés (inten- tionnelle ou conventionnelle) dans le monde ont réussi à développer des économies locales florissantes.

3. Fournir des informations spécifiques sur le lancement et la gestion de banques et systèmes monétaires communautaires.

Contenu

La façon dont l’argent est crée et circule est un agent principal de l’économie global non- durable qui éxiste. La majorité de l’argent en circulation est crée par les banques en forme de prêts avec l’intêret attaché. Ceci implique un impératif de croissance quand les emprunteurs doivent accroître leur revenpour repayer le capital et l’intêret. Le méchanisme de repaiement d’intêret redistribue la richesse monétaire des pauvres (emprunteurs) aux riches (prêteurs), qui aggrave de plus les inégalités de revenu.

Au plan international, la dérégulation des marchés financiers commencé dans les années 1980 permet un mouvement immédiat du capital partout sur la planète avec une seule touche de bouton : Ceci a resulté en une hausse dramatique de la vulnérabilité des systèmes financiers globaux, des communuatés locales et des écosystèmes fragiles quand les entreprises arrivent à être facilement transférés à de nouveaux endroits qui offrent des salaires plus bas ou des régulations environnementales moins sévères.

Un aspect du système monétaire globale qui crée la disfonction sociale, écologique et géo- politique est l’usage du dollar US comme monnaie principale de réserve. Ceci permet aux pays un commerce international en monnaie unique ainsi qu’une protection de leurs monnaies contre la spéculation monétaire aggréssive. Ceci fournit une subvention annuaire immense pour l’économie américaine, qui lui permet, parmi autres choses, de soutenir une machine militaire gigantesque, en gardant l’architecture globale économique en place.

Beaucoup de travail à été fait pour développer des modèles de systèmes monétaires qui en- couragent une plus grande résilience, l’équitabilité et la durabilité écologique. Ceux-ci incluent un nombre d’aspects différents :

Une ré-introduction de contrôles sur la mobilité du capital

Le transfert de responsabilité pour la création de l’argent des banques au gouverne- ments

Le prêt d’argent à des taux d’intêret bas ou nul

L’introduction de monnaies diverses qui opèrent à niveaux différents : communauté, ville, nation, région, monde et

La création d’une réserve internationale de monnaie indépendante de toutes monnaies nationales

65

Actuellement, les incitations économiques pèsent très nettement en faveur de la production et de la distribution de masse, aux dépends de la production et de la consommation au niveau local et n'utilisant que des matières premières locales. Néanmoins, il y a plusieurs choses que les écovillages et autres communautés peuvent faire même dans l'état actuel des choses pour renflouer et développer leur économie locale.

L'argent est à l'économie locale ce que le sang est au corps. Or, aujourd'hui, les économies locales souffrent d'une réelle hémorragie financière. Ceci devient un cercle vicieux : le moins il éxiste de produits et de biens produit localement, le plus l’argent laisse le système local et le moins il éxiste pour acheter et investir dans les entreprises locales qui auront de plus en plus de difficultés à produire pour satisfaire les besoins locaux.

L’importance d’avoir un contrôle local de l’argent est bien éxpliqué pr l’économiste Richard Douthwaite: ‘Si les habitants d’un local ne peuvent pas commercer entre eux sans utiliser l’argent venu d’en dehors, leur économie locale restera à la mercie d’évènements extérieurs. Le premier pas qu’une communauté doit prendre pour achever plus d’autonomie est alors l’établissement de son propre système monétaire.’

Les écovillages ont trouvé deux façons d’addresser le problem de l’hemorragie: Première- ment, ils créent leur propre systèmes d'échanges commerciaux locaux (LETS, en anglais) ou bien des systèmes monétaires communautaires. L’histoire, les atouts et les faiblesses des différents systèmes seront explorés. Les étudiants bénéficieront d’une observation d'une mon- naie communautaire en vigueur et seront guidés à comment établir une monnaie com- munautaire adaptée au contexte de leur lieu d’habitation.

Le deuxième instrument pour encourager la circulation continue de l’argent dans les écono-

mies locales serait la création de leur propre banque ou des institutions similaires qui permet- tent aux membres de l'écovillage ou à leurs amis d'investir dans les entreprises de la com-

Nous explorerons l'histoire des établissements de

crédits, du micro-crédit ainsi que d’autres banques communautaires. Les étudiants auront l’opportunité d’observer une banque communautaire en activité et seront guidé dans l’établis- sement d’une telle institution.

munauté ou dans d'autres initiatives

Finalement, pour rassembler les idées des modules 3 et 4, les meilleurs résultats dans la créa- tion d'économies communautaires efficaces seront présentés, ce qui inclut le mouvement Sar- vodaya au Sri Lanka, la coopérative Mondragon en Espagne, la communauté Maleny en Aus- tralie et l'écovillage de Damanhur en Italie.

Activités Pédagogiques Expérimentales

Jeux LETS – Illustre le système LETS. Les étudiants réent une liste des biens et des services qu’ils puissant offrir et puis commencent à échanger entre eux-mêmes, sans échanger l’argent ou autre forme de monnaie en papier.

Séssion pratique avec ceux qui ont crée des banques communautaires et des systems monétaires pour explorer le design, la creation et la gestion des schemas.

66

Module 5: Questions légales et financières

Objectifs

1. Mieux comprendre les différentes options légales et financières qui s'offrent aux écovillages et aux entreprises sociales et apprendre à identifier les solutions les mieux adaptées à des contextes spécifiques.

2. Familiariser les étudiants avec les études de faisabilité et les planifications commerciales

3. Permettre aux participants d'utiliser les différents outils qu'ils auront reçu dans les modules précédents en créant leur propres projets et entreprises sociales.

Contenu

Il y a des myriades de structures légales et de propriété qui peuvent être choisies pour la créa- tion d'une entreprise sociale et d'un écovillage. De plus, les options varient selon les régions et parfois même selon les pays dans une même région du monde. (Ainsi les professeurs devront avoir de bonnes connaissances dans la législation en vigueur dans le pays des participants.

Deux points sont capitaux pour déterminer les structures légales et de propriété appropriées :

1. Elles doivent refléter les principes économiques et sociales de base du groupe :

Les bénéfices doivent-ils être partagés équitablement entre tous les membres de l'en- treprises ou de l'écovillage ou certains doivent-ils recevoir une rémunération plus im- portante que d'autres ?

Les revenus de personnes travaillant en dehors du village doivent-ils être mis en com- mun ou ces personnes peuvent-elles conserver une partie de leurs revenus?

Les entreprises doivent-elles être au nom d'une personne privée, de la commune, ou leur capital doit-il être divisé en actions ?

Dans le cas d'une propriété en actions, les voies au conseil administratif doivent-elles être au pro rata de l'investissement ou tous les investisseurs devront-ils avoir les mêmes droits ?

Dans le cas d'un écovillage, le terrain doit-il être possédé de manière privée ou com- mune? L'augmentation de la valeur de ce terrain devra-t-elle profiter aux individus ou à la communauté ? De l'argent doit-il être mis de côté pour loger les membres les plus pauvres de la communauté qui n'auraient pas les moyens d'acheter un logement ? Si oui sous quelle forme ?

2. Elles doivent être conformes aux sources de financement prévues

Dans la plupart des contextes, des structures légales et de propriété spécifiques sont requises afin de permettre aux écovillages et aux entreprises sociales de recevoir des subventions gouvernementales, des dons ou pour effectuer un appel d'offres.

Dans la plupart des pays, différentes formes légales existent pour les entreprises à but lucratif ou non, ou pour les entreprises sociales.

67

Toutes ces questions doivent peser les du choix de la structure légale et de propriété.

Il est nécessaire de réfléchir à l'avance aux sources de financement à court et long terme qui seront prévues pour lancer l'entreprises puis pour aller de l'avant. Il existe 4 types de gestions de capital qui pourront être appliquées dans le contexte des écovillages :

1. Le capital de base – pour les études de faisabilité, la planification, les permis de construire et autres autorisations

2. Capital par action – l'argent d'investisseurs qui généralement partagent le droit de pro- priété, le contrôle mais aussi les risques du projet

3. Emprunts/dettes – ce qui généralement implique la rémunération d'intérêts

4. Aides, subventions et donations

Il y a ensuite sept sources potentielles de capital :

Des membres de l'écovillages ou des employés de l'entreprise

Le soutien d'individus qui peuvent être liés localement au projet ou des actionnaires

Des "mécènes", des amis riches dans le cercle du business et qui partagent les valeurs du projet

Des associations à but non lucratif comme les groupes humanitaires, les fondations et d'autres prestataires de services (par exemple, l'écovillage Epidaure en Suisse est en partie financé par le ministère suisse de la Jeunesse en raison de son action auprès des jeunes défavorisés et des réfugiés)

Des "parrainages" de la part d'entreprises plus importantes (comme des associations pour le logement, ou des groupes d'agriculture biologique) qui partagent les intérêts du projet

Le gouvernement – local, national ou régional

Des programmes d’aide étrangèrs

Une matrice est présentée, montrant quelles sources sont les plus aptes à fournir tel ou tel capital et des exemples probants seront étudiés dans chacun des cas. Ensuite les sources de financement choisies sont relatées aux structures légales et de propriété les plus susceptibles d'attirer ces mêmes financements.

Toutes ces informations seront transmises dans un soucis d'abondance mais les participants devront comprendre que les techniques pour identifier et mobiliser des financements sont plutôt rares : le succès dépend généralement de la création d'une vision à laquelle le partici- pant doit tellement adhérer qu'il devient un agent de son développement régulier.

Les participants reçoivent ensuite une enseignement sur les principales questions liées aux finances, notamment sur les ratios risques/rentabilité (des stratégies pour la collecte de fonds dans le cadre de projets risqués) ; sur la sécurité ( le genre de nantissement requis par les créanciers et les risques que cela implique) ; sur le taux d'endettement (le rapport entre capi- tal par actions et emprunts) ; et sur les taux équitables (ou comment définir et négocier des taux d'intérêts en faveur de l'emprunteur).

68

Les participants retournent dans les groupes définis selon leurs régions d'origines et discutent des options financières et légales pertinentes dans leurs contextes particuliers.

Les participants seront aussi initiés à la théorie et à la pratique des études de faisabilité et les planifications commerciales. Des modèles pertinent et concret seront proposées sur chacun et les participants ont l’opportunité, seul ou en groupe, de créer leurs propres documents.

Pour fermer, une méditation guidée engendra une révision du cours en Economie en entier, offrant aux participants un soutien pour qu’ils reconnectent avec chacun des outils qu’ils devraient maintenant contenir dans leur sac à outils en économie communautaire – les em- preintes écologiques, les engagements vers un ‘Revenu plus Juste’, Boucher les Fuites, ban- ques et monnaies communautaires, des idées pour entreprises sociales, une connaissance des options légales, de propriété et financières, etc. Ils sont invités à choisir un projet – la créa- tion d’un écovillage, l’établissement d’une entreprise sociale, le soutien d’une entreprise soci- ale – et à considérer comment mieux utiliser le sac d’outils pour réaliser leurs rêves.

Ensuite ils pourront au choix :

Retourner dans ces groupes basés sur leur appartenance à une région pour y décrire à tour de rôle leur vision, en demandant le soutien des autres membres pour la mettre en pratique ; ou

Créer des groupes autour d'un petit nombre de "champions", des participants qui ont des idées bien définies sur un projet spécifique qu'ils souhaitent développer.

Le cursus se termine avec l'un (ou plusieurs) des exercices suivants selon le temps disponibles et selon ce qui paraît approprié :

Présentations des projets devant le groupe au complet

Des engagements pour des actions futures

Une courte évaluation : Qu'est-ce qui s'est bien passé et qu'est-ce qui aurait pu être amélioré ?

Appréciations

Activités Pédagogiques Expérimentales

La creation d’études de faisabilité et de planifications commerciales

69

Bibliographie et Ressources

Module 1

Video/DVDs

Ancient Futures: Learning From Ladakh – International Society for Ecology and Culture

Peak Oil: Imposed by Nature – Tropos Dokumentar, troposdoc@hotmail.com

The End of Suburbia: Oil Depletion and the End of the American Dream – The Electric Wallpaper

The Battle for Seattle – Independent Media, seattle.indymedia.org

Livres

The Case Against the Global Economy – Jerry Mander and Edward Goldsmith, 1996, Sierra Club Books

The Limits to Growth; The 30-Year Update — Donella Meadows, Jurgen Randers and Dennis Meadows, 2004, Chelsea Green

Beyond Globalisation: Shaping a Sustainable Global Economy – Hazel Henderson, 1999, Kumar-

ian Press

Ancient Futures: Learning from Ladakh – Helena Norberg-Hodge, 1992, Sierra Club

Globalisation and it Discontents – Joseph Stiglitz, 2002, Penguin Steady State Economics: The Economics of Biophysical Equilibrium and Moral Growth – Herman

Daly, 1977, W. H. Freeman and Co.

Transforming Economic Life: A Millennial Challenge – James Robertson, 1998, Green Books

The Growth Illusion – Richard Douthwaite, 1990, Green Books

Our Ecological Footprint – Mathis Wackernagel, 1996, New Society Publishers

Sharing Nature’s Interest: Ecological Footprints as an Indicator of Sustainability – N. Chamber,

et al., 2000, Earthscan

Eco-economy – Lester Brown, 2001, Earthscan

Contraction and Convergence – Aubrey Meyer, 2000, Green Books

Natural Capitalism – Paul Hawken, Amory Lovins and L Hunter Lovins, 1999, Little, Brown & Company

The Post-Corporate World: Life after Capitalism – David Korten, 1999, Kumarian The Party’s Over: Oil, War and the Fate of Industrial Societies – Richard Heinberg, 2003, New

Society Publishers

Resource Wars: The New Landscape of Global Conflict – Michael T. Klare, 2002, Metropolitan/Owl

70

Confessions of an Economic Hitman – John Perkins, 2004, Berrett-Koehler

The Final Empire: The Collapse of Civilization: The Seed of the Future – Wm. H. Kotke, 1993,

Arrow Point Press

Internet

World Development Movement www.wdm.org.uk

Third World Network www.twnside.org.sg

Global Ecovillage Network www.ecovillage.org

Module 2

Video

Ancient Futures: Learning From Ladakh – International Society for Ecology and Culture

Livres

Small is Beautiful: A Study of Economics as if People Mattered – E.F. Schumacher, 1973,

Harper & Row

The Post-Development Reader – Majid Rahnema, 1997, Zed Books

Living Lightly: Travels in Post-consumer Society – Walter and Dorothy Schwartz, 1988, Jon

Carpenter

Standing on Earth – Wendell Berry, 1991, Golgonooza

The Power in Our Hands – Tony Gibson, 1996, Jon Carpenter

The Reinvention of Work: A New Vision of Livelihood for Our Time – Mathew Fox, 1994, Harper Voluntary Simplicity: Toward a Way of Life that is Outwardly Simple, Inwardly Rich – Duane

Elgin, 1993, William Morrow

On Right Livelihood – J. Krishnamurti, 1992, HarperCollins

Mindfulness and Meaningful Work: Explorations in Right Livelihood – Claude Whitmeyer and

Ernest J. Callenbach, 1994, Parallax Press

Internet

E.F. Schumacher Society www.schumachersociety.org

International Society for Ecology and Culture www.isec.org

71

Module 3

Video

Creating Prosperous Communities: Small-Scale Cooperative Enterprise in Maleny – Alister

Multimedia, 2002

Livres

Building a Life Together: Growing Ecovillages and Intentional Communities – Diana Leafe Chris-

tian, 2003, New Society Publishers

Bringing the Food Economy Home: Local Alternatives to Global Agribusiness – Helena Norberg-

Hodge, Todd Merrifield and Steven Gorelick, 2003, ISEC

Living in the Cracks: A Look at Rural Social Enterprise in Britain and the Czech Republic – Nadia,

Johanisova, 2005, FEASTA

The Ecology of Commerce – Paul Hawken, 1994, Harper Collins

The Natural Advantage – Alan Heeks, www.thenaturaladvantage.com

After the Crash – Guy Dauncey, 1996, Green Print

The Emergence of Social Enterprise – Carlo Borzoga and Jacques Defourny, 2004, Routledge

For the Common Good – Herman Daly and John Cobb, Jr., 1994, Beacon Press

The Social Enterprise Sourcebook – Jerr Boschee, 2001, Northland Institute

Enterprising Nonprofits: A Toolkit for Social Entrepreneurs – J. Gregory Dees, et al., 2001, John

Wiley & Sons

Internet

FEASTA, Foundation for the Economics of Sustainability www.feasta.org International Society for Ecology and Culture www.isec.org.uk

Redefining progress www.redefiningprogress.org

Module 4

Video

Brave New Economy – New Economics Foundation, London

Livres

Short Circuit: Strengthening Local Economies for Security in an Unstable World – Richard

Douthwaite, 1996, Green Books

72

New Money for Healthy Communities – Thomas H. Greco, Jr., 1994, self-published

Money: Understanding and Creating Alternatives to Legal Tender – Thomas H. Greco, Jr., 2001,

Chelsea Green

The Future of Money – Bernard Lietaer, 2001, Century

Funny Money: In Search of Alternative Cash – David Boyle, 2000, Flamingo Going Local: Creating Self-reliant Communities in a Global Age – Michael Schuman, 2000,

Routledge

Interest and Inflation Free Money: Creating an Exchange Medium that Works for Everybody and

Protects the Earth – Margit Kennedy, 1995, Seva

Localisation: A Global Manifesto – Colin Hines, 2000, Earthscan Bioregional Solutions for Living on One Planet – Pooran Desai and Sue Riddlesdale, 2002,

Green Books

Shifting Direction: From Global Dependence to Local Interdependence – Helena Norberg-Hodge,

1998, ISEC

The LETSystem Design Manual – Michael Linton and Angus Soutar, www.gmlets.u-net.com

Internet

New Economics Foundation www.neweconomics.org

Zero Emissions Research Institute – www.zeri.org – leaky bucket model

Module 5

CD-ROM

Brave New Economy – New Economics Foundation, London

Livres

Building a Life Together: Growing Ecovillages and Intentional Communities – Diana Leafe Chris-

tian, 2003, New Society Publishers

The Seven Rules of Spiritual Success – Deepak Chopra, 1995, New World Library

Environmental Economics – R. Kerry Turner, et al., 1993, Johns Hopkins Press

Designing the Green Economy: The Post-industrial Alternative to Corporate Globalization – Brian

Milani, 2000, Rowman & Littlefield

73

Dimension Écologique

Aperçu

Les préoccupations écologiques sont fondamentales dans le développement et la conception d'écovillages et de communautés durables. Etymologiquement, le préfixe "éco" veut d'abord dire "habitat", pas dans le sens limité de la "maison" par exemple mais plutôt en référence à l'environnement local qui nous entoure et mous apporte ce dont nous avons besoin. Un village écologique, ou écovillage, se doit donc d'être intégré au paysage de manière à apporter un profit mutuel. Les concepteurs s'assureront que ces fonctions nourricières de la nature seront non seulement préservées mais aussi améliorées si possible. Ici il s'agit de travailler avec la Nature plutôt que contre elle. Le but final est la création de "systèmes de vie" autonomes, qui peuvent se maintenir, se régénérer et assumer leur vie propre.

Malheureusement, les pratiques de développement et de conception actuelles prêtent une at- tention insuffisante aux relations nécessaires et bénéfiques pour l'homme comme l'environ- nement qui existent entre le lieu d'un écovillage et l'environnement locale qui lui fournit ce dont l'homme a besoin. En effet, influencées par les mentalités mécaniques de notre ère in- dustrielle, ces pratiques utilisent un "modèle" standardisé d'installation, de codes et de spécifi- cations qui devraient être applicables à toutes les situations. Dans la plupart des cas il arrive donc qu'un schéma abstrait soit appliqué arbitrairement en marge de l'environnement local, ce qui revient à détruire les riches interactions avec le monde naturel. Les installations effec- tuées selon ce schéma très mécaniques sont comme des machines et par là même n'entrent pas pas dans le cadre du développement durable. Les systèmes durables (qui sont suscepti- bles de perdurer indéfiniment) sont calques sur les écosystèmes naturels. Donc par définition, un écovillage est intégré dans son écologie locale de manière positive.

Si chaque nouveau projet de développement de écovillage ou de communauté durable est considéré comme une opportunité unique, comme un défi créatif afin d'intégrer l'habitat hu- main dans une niche écologique particulière, alors la conception d'écovillage devient un art et une science naturels à la fois intéressants et exigeants. Une compréhension efficace des diffé- rentes disciplines (comme la conception de Permaculture, le design écologique et la conception de systèmes complets) est une condition préalable, et notamment la compréhension de la façon dont ces disciplines interagissent et peuvent être utilisées dans la conception intégrée d'un écovillage en prenant en compte les paramètres sociaux et spirituels. Il est aussi requis de bien comprendre les lois et les procédés naturels et la manière dont ils peuvent être appli- qués à un scénario de conception.

Le concepteur d'écovillages devient un vrai chef d'orchestre multidisciplinaire, capable de tra- vailler et de transmettre des connaissances dans des domaines aussi variés que l'ingénierie, la botanique, l'architecture paysagiste et le feng shui. Même avec tout ceci, une habileté en com- munication et socialisation – ainsi qu’une compréhension des besoins profonds des autres – puissent être les connaissances les plus importantes à posséder et cultiver pour un déssinateur.

Un concepteur d'écovillage efficace devra aussi acquérir un sens de l'observation développé, prendre le temps de créer de bonnes relations avec un site particulier, en comprenant peu à peu ses qualités et attributs uniques, ses cycles de vie, ses saisons et ses périodes. Compren- dre et répertorier ces inconvénients fait partie intégrante du travail de concepteur d'écovil- lages. Or jusqu'à présent les concepteurs standard se jetaient dans un projet, pour en tirer un maximum de profit immédiat, sans se soucier des conséquences désastreuses que leurs ac-

74

tions pourraient avoir à long terme. Les écovillages sont construits par leurs futur habitants, et leurs déscendants, qui éxplique l’attention donnée aux conséquences à long terme.

L'Ecologie, en tant que discipline, est l'étude des relations dynamiques et interdépendantes dans le gigantesque réseau qu'est la Vie. Aucun système vivant ne peut survivre seul, comme une entité isolée. Tous ces systèmes sont inextricablement liés par des échanges d'énergie, de nutriments, ou encore d'informations. Scientifiquement parlant, la Vie va à l'opposé de l'en- tropie : son évolution va plutôt vers une complexité, une diversité et une interactivité toujours croissantes …. Et ainsi va la beauté. Les déssinateurs de systèmes d’habitation humaine du- rables employer ace genre de comprehension écologique dans tout leur travail. Les modules suivants ont pour but d'inculquer une alphabétisation écologique, c'est-à-dire une base de connaissances fonctionnelles qui peut influencer non seulement notre jugement mais aussi no- tre manière de voir la Vie comme une célébration de l'achèvement organique.

Module 1 – Construction écologique – commence à enseigner comment construire des bâtiments plus sains, plus respectueux de l'environnement et moins consommateurs en éner- gie, tout en conservant les caractéristiques locales et traditionnelles.

Module 2 – Alimentation locale – cherche à rendre les participants conscients qu'il est né- cessaire de produire de la nourriture localement que ce soit pour la santé des individus ou pour le bien-être de notre planète.

Module 3 – Technologie Adaptée – donne un aperçu des technologies de pointe ainsi qu'une réelle appréciation de leur efficacité.

Module 4 - Rendre ses droits à la Nature et reconstruire après une catastrophe – montre comment les écovillages peuvent être une manière holistique de regénerer la santé de l’environnement local. Un Design d’Ecovillage Intégré s’avèreutil pour la reconstruction après une catastrophe, naturelle ou non.

Module 5 – est intitulé justement ça – Le Design d’Ecovillage Integré. est une introduction très brève et très condensée du procédé organique même par lequel les concepteurs intègr- eront l'écovillage dans son écologie, et ainsi créant un microcosme à l’échelle humaine du macrocosme, une représentation holographique et focalisée du cosmos en entier. Ceci est la culmination de toutes les modules précédentes du CDE, en concept et en pratique.

— 75 —
— 75 —

Module 1: Construction et Adaptation Écologiques

Objectifs

1. Evaluer de manière objective les problèmes inhérents aux techniques de construction modernes

2. Augmenter la familiarité avec les technologies de construction ’vertes’, parfois aussi appe- lées alternatives, dont les designs constituent des structures plus saines, moins consom- matrices en énergie et moins dommageables pour l'environnement

3. Acquérir la conscience de la nécessité du choix des matériaux et du style architectural en fonction des régions

4. Assumer les conséquences de structures ayant été mal conçues, y inclus l’adaptation des modèles urbains et suburbains mal déssinés

5. Promouvoir la réhabilitation et la ré-habitation des établissements partiellement ou en- tièrement abandonnés, pour reconstruire l’identité culturelle perdue

Contenu

Ce module étudie dans les détails les problèmes d'une construction saine et offre une variété de solutions pour les régler. Les différents matériaux seront étudiés un à un, dans le cadre de la santé à la fois du constructeur et du futur habitant, mais aussi vis-à-vis des conséquences environnementales et du confort de l'utilisateur. Le concept d'énergie incarnée sera exploré au maximum. L'enseignement fournira notamment aux étudiants des connaissances pour le de- sign et la construction, ou l’adaptation, de leur propre résidence durable.

Ce module souligne l'importance de l'isolation et de la préservation de l'énergie plutôt que de l’addition de téchnologies supplémentaires. Il revient beaucoup moins cher et il est beaucoup plus efficace sur le long-terme de mettre l'accent dès le début sur l’éfficacité énergétique au dé- but du procéssus de design même du projet plutôt que d'avoir à s'adapter plus tard. Ce module penche aussi en faveur de l'utilisation de designs traditionnels et d'une approche biorégionale locale, basée sur les connaissances traditionnelles d'une région et sur ses techniques.

Des considérations spécifiques incluent :

L’installation d'une résidence

Aspect, Aspect, Aspect!

L'influence du climat au sol

Incendie! Inondation! Penser à concevoir en vue de catastrophe

Installation – relation avec les infrastructures qui serviront de base et le terrain

Concevoir pour le confort

Principes de design solaire passif

Isolation passive et active

Le mur qui respire

L' importance de la ventilation

76

Concevoir selon un budget

Importance de la taille

Constructions et coûts partagés

Conséquences de l'utilisation d'un matérial sur le coût

Des bâtiments de toutes formes et en toutes sortes de matériaux

Construction en bois

Brique ou vernis briqué

Blocs de béton

Terre battue/ Terre glaise

Lambris

Palme

Dômes/Géodes

Balles de paille

Maisons souterraines et abris sous-terrains

Maisons en forme de A

Maisons sur pilotis

Constructions en pierre

Construire pour la santé (inclus l’ABC des inquiétudes)

Y a-t-il des raisons de s'inquiéter ?

Signes d'alerte

Allergies

Armes biologiques

Pouvez-vous sentir cette odeur ?

Vos meubles sentent-ils mauvais ?

Champs électrique et magnétique

Chauffage et cuisine

Empoisonnement au plomb

Sensibilité à divers produits chimiques

Pesticides

Radiation

77

Que peut-on y faire ? (réponses aux polluants)

Chauffage

Electricité

Matériaux de construction

Bois de construction et produits dérivés

Tissus et fibres

Peintures, vernis, et colorants

Adhésifs/détachants

Produits métalliques

Plastiques

Entretien domestique

Pesticides et fongicides

Polluants et toxines dans la maison

Beaucoup d’endroits sur la Terre ont été habité intensivment ou cultivés pour des milliers d’années, et partiellement ou complètement abandonnés pendant ces dernières décénnies – la raison primaire étant l’’exode des endroits ruraux vers les villes. L’éxemple classique se trouve dans les collines du bassin Méditérrannéen, mais ceci éxiste aussi en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Les principes de la Construction et l’Adaptation Verte s’appliquent aussi bien aux établissements en gros qu’aux résidences particulières. La réstauration et la ré- habitation d’établissements abandonnés ou dépopulés voudra dire une attention aux coutûmes, aux lois, à l’économie, à la flore et la faune, à l’histoire et aux traditions locales d’un lieu pour aboutir à une réinvigoration et une réplication de la culture locale. La commu- nication avec les anciens qui ont choisi de rester – des individus dotés d’une connaissance pro- fonde et mûre de leur térritoire – fourniront une source valable d’information.

D’autres points à considérer :

Observer l’établissement : lisez son histoire, sa culture et sa vie communautaire à travers son architecture, sa structure générale et ses détails

Rechercher des sources orales et écrites, y inclus des photos aériennes

Identifier des modèles de chaos et d’ordre dans les plans originaux de l’établissement, ou les sphères privés et publiques se sont mélangés, pour maximiser ‘l’éffet frontière’.

Trouver des marques distinctes des traditions de la région (motifs de couleurs, styles de fenêtres et portes, autres motifs, les séparations, constructions accéssoires, etc) et introduisez les naturellement dans lle design

Les Principes du Design d’Ecovillage, soulignés dans ce module et d’autres, sont aussi qualifiés pour guider et informer l’adaptation de modèles d’établissements urbains et suburbains sou- vent disfonctionnels en éxistence. Nous attendons que ce genre d’adaptation deviendra plus important avec l’avènement des éffets ‘peak oil’ ou ‘le pic du pétrôle’.

78

Activités Pédagogiques Expérimentales

Vis-à-vis du lieu et de la saison, ceci puisse inclure:

Le design d’une petite maison en utilisant des matériaux et un style local

Evaluer l’éfficacité énergétique des immeubles en existence sur le site

Mélanger les ingredients pour la construction’cob’ (terre, sable et paille) et faire des briques ou un four.

Participer dans la construction d’un immeuble de balles de paille

Participer activement dans la reconstruction ou la renovation d’immeubles sur site

Redéssiner sur papier de nouvelles fonctions pour des éspaces privés et publiques

Participer activement dans la réstauration de linfrastructure agriculturale

— 79 —
— 79 —

Module 2: L’ Alimentation Locale

Objectifs

1. Rendre les participants conscients de l'importance de produire, distribuer et consommer la nourriture au niveau local

2. Relier la santé et le bien-être personnelle s et planétaires

3. Imprimer une conscience de la non-durabilité des modèles courants de production et de consommation globales

4. Enoncer les différentes méthodes et techniques de production de nourriture biologique

5. Fournir un contexte pour une expérience directe, pratique et basée sur le corps

Contenu

C'est un large sujet de préoccupations. C'est pourquoi comme tous les modules du CDE, ce module n'est qu'une introduction. D'un côté, il y a de réelles et graves préoccupations poli- tiques et macro-économiques, comme production locale contre importation, pouvoir central contre pouvoir décentralisé, traçabilité de notre nourriture, effets délétères sur l'environne- ment de l'agriculture industrielle basée sur la consommation d'énergie fossile, pertes des ex- ploitations familiales et des communautés agricoles, business agricole, subventions de l'Etat, multinationales, problèmes de confiance économique au niveau local, la perte des connais- sances indigènes et des stocks génétiques, etc.

D'un autre côté, il y a une partie plus intéressante du "comment faire" productif, proactif et amusant: comment cultiver les fruits à l'échelle de l'individu et de la communauté, comment intégrer les animaux dans le système de production alimentaire, intégrer les plantes comesti- bles dans le paysage lors de la conception des jardins, sans compter la question de moisson- ner, préparer et enfin consommer la nourriture produite, etc. Ce module cherche un équilibre dans ce large spectre de questions.

Introduction à la politique alimentaire

Quel est le vrai coût de la nourriture ?

La nourriture pourrait coûter à la Terre

Politiques alimentaires au Nord et au Sud

Quelles solutions?

Qu'est-ce qu'un régime durable ?

Cultiver vos propres légumes

Introduction à la science de la terre

Améliorer votre sol au niveau organique

Que signifie NPK ?

Contrôler les mauvaises herbes

80

Etablir un jardin bio-intensif sans bêcher

Le rôle des légumineux dans la cultivation biologique

Eléments et planification de la culture : Permaculture Zones 1 et 2

Jardins pour des endroits plus petits, jardinières pour des pots ou des balcons

Introduction à la botanique

Gestion intégrée des nuisibles

Irrigation

Mûres

Forêts Alimentaires: fruits, noix, plantes médicinales

Design des vergers : établissement et maintenance

Garder les graines

Bétail et aquaculture

Planifications alimentaires à l'échelle de la communauté la "Community Supported Ag- riculture" (CSA), le partage des récoltes, les coopérations, et les "Farmer’s Markets"

Rotation des Plantes

L’horticulture integrée et multi-couche

Le jardinage biodynamique

Activités pédagogiques expérimentales

Selon différentes variables comme la saison, la situation géographique, le temps et les res- sources disponibles, ces différentes activités sont possibles :

Faire du compost ou du thé purin`

Mêttre en boîte, préserver et conserver les cultivés

Inoculer les graines de légumineux

Collecter et réutiliser les déchets végétaux

Elaguer les vergers déjà existants

Concevoir et installer un jardin potager

Concevoir un système intégré de production alimentaire

Concevoir et/ou construire un poulailler ou un tracteur de poulets

Concevoir un système de rotation et de fourrage si le village a du bétail – vaches, mou- tons et/ou chevaux

Bêcher en double un jardin biodynamique

Dans l'idéal, les étudiants se verront donner la chance de créer un petit jardin très tôt dans le déroulement du cours et devront semer puis récolter les légumes qu'ils pourront manger en salade lors du repas qui fêtera leur diplôme 4 semaines plus tard !

81

Module 3: La Technologie Adaptée

Objectifs

1. Atteindre une meilleure compréhension des technologies de pointe

2. Apprécier de manière réaliste ce qui est actuellement possible afin de chercher de meil- leures solutions

3. Evaluer lesproblèmes d’énergie aux plans locaux. régionaux et globales

4. Etudier un grand nombre de technologies applicables au design d'écovillages, pas seule- ment dans le domaine des énergies renouvelables

Contenu

Ce module étudiera les technologies adéquates pour les routes et les infrastructures d'accès, pour la communication, l'énergie, l'eau, les eaux usées et pour le recyclage

Qu'est-ce qu'une technologie adaptée ?

Prix bas, durée de vie élevée

Peu d'énergie incarnée

Peu de maintenance

Légale

Sûre

Produite localement

Des solutions doivent être trouvées et mises en oeuvre pour utiliser le moins d'énergie possible

Les attentes de ces infrastructures incluent des choix adaptés à la culture et au climat. Il est important que ces techniques s'accordent avec les conditions locales et qu’elles puissent être intégrées et maintenues par les habitants.

Routes et infrastructures d'accès

Ce cours couvre suffisamment d'informations pour permettre à l'étudiant en design d'être un participant actif dans les décisions. C'est pourquoi une compréhension basique des termes de l'ingénierie leur est enseignée.

Critères de design ( dont les échantillons et séries, les coupes et remplissages, les "standards" du design de routes)

Choix des matériaux

Responsabilités

Maintenance

Calculer le recrutement