Anda di halaman 1dari 5

CRETTAZ Romain -- HERITIER Martin -- BONVIN Jérôme labo physique

-Laboratoire de physique-
Expérience de Milikan

BUT :

Le but de ce laboratoire est de montrer expérimentalement que la charge électrique est quantifiée et
de mesurer la charge élémentaire.

Pour cette expérience, on utilise un condensateur plan posé horizontalement, entre lequel on
propulse des gouttelettes d'huile.

THEORIE :

On va donc propulser des gouttelettes d'huile dans un condensateur plan, mesurer la tension U
nécessaire à immobiliser une gouttelette parmi les autres et mesurer la vitesse limite v lim de chute
en enlevant le champ électrique.

Oy

Il y a donc 4 forces agissants à des instants différents sur la gouttelette chargée négativement, la
force électrique F e , la poussée d'Archimède FA , la force de pesanteur FG et une force de
frottement laminaire F  frot .

En analysant l'équilibre des forces selon la deuxième loi de Newton en 1) et sur l'axe Oy on a :

FG – Fe – F A = 0 ⇔ F e = F A − FG F A = air⋅g⋅V immergé

4 4
F G = m⋅g m =  goutte⋅V goutte V goutte = ⋅⋅r 3 donc m = ⋅⋅r 3⋅ goutte
3 3
1
CRETTAZ Romain -- HERITIER Martin -- BONVIN Jérôme labo physique

4 4 U
On a alors : F G = ⋅⋅r 3⋅goutte⋅g , F A = ⋅⋅r ⋅air⋅g et
3
F e = q⋅
3 3 d

4
F A − F G = ⋅⋅r 3⋅g⋅ g − air 
3

4 d
donc q = ⋅⋅r 3⋅ g −  air ⋅g⋅ (1) où l'on connait tout sauf q et r
3 U

Ensuite, on applique la deuxième loi de Newton à la situation 2) lorsque la gouttelette est à vitesse
limite v  lim  et donc lorsque l'accélération est nulle. Il n'y a plus de force électrique, par contre il y
a une force de frottement laminaire Ffrot .

Selon Oy : F G = F A  F frot ⇔ m⋅g = air⋅g⋅V immergé  6⋅⋅r⋅v lim⋅

(  cste de viscosité)
4 4
⋅⋅r 3⋅ goutte⋅g = ⋅⋅r 3⋅air⋅g  6⋅⋅r⋅v lim⋅
3 3
4
⋅⋅r 3⋅g⋅ goutte −air  = 6⋅⋅r⋅v lim⋅
3
4
⋅⋅r 2⋅g⋅ goutte −air  = 6⋅⋅v lim⋅
3

r=
 6⋅⋅v lim⋅ 3
⋅g
⋅ ⋅
1
4 goutte − air 

r=
 9⋅v lim⋅

1
2⋅g  goutte − air 
(2)

On met ensuite ensembles les équations (1) et (2) et on obtient :

4
3
9⋅v ⋅
q = ⋅⋅ lim  g − air ⋅
2⋅g
1

 g −  air  U
d⋅g 9⋅v lim⋅
⋅ ⋅
1

2⋅g  goutte − air 

q=
18⋅⋅v lim⋅⋅d
U 
v ⋅
⋅ lim ⋅
1
2⋅g  goutte −  air 
(3)

en groupant le tout, on obtient : q=


 162⋅2⋅3⋅d 2⋅v lim3
g⋅ goutte − air ⋅U
2
(3)'

2
CRETTAZ Romain -- HERITIER Martin -- BONVIN Jérôme labo physique

MANIPULATIONS :

Nous avons donc utilisé l'appareil de Milikan qui crée les conditions nécessaires à l'expérience. Le
mode de prise de mesures était de repérer une gouttelette d'huile parmi les autres, ensuite de régler
la tension du condensateur de façon à ce que la gouttelette soit immobile. Pour finir nous coupions
le courant électrique en chronométrant au même instant le temps de chute de la gouttelette pour une
distance donnée. Grâce à cela nous pouvions connaître la charge grâce à l'équation (3).

MESURES :

Les constantes sont :


• Viscosité de l'air à 20 °C :  = 1.8⋅10-5 [ Pa⋅s ]
• Charge élémentaire : e = 1.6⋅10-19 [ C ]
-3
• distance parcourue par la gouttelette : x = 2⋅10 [ m ]
kg
• masse volumique de l'huile : huile = 875.3[ ]
m3

kg
• masse volumique de l'air à 20 °C : air = 1.3 [ ]
m3

q=
 162⋅2⋅3⋅d 2⋅v lim3
g⋅goutte − air ⋅U
2 ⇔ q = 1.98⋅10-10⋅
v lim
U
2

x 2⋅10-3 m q
No mesure U ±10 [ V ] t±0.5 [ s ] v lim = = [ ] q [C]
t t s e

1 155 26.7 7.49 ⋅10-5 8.28 ⋅10-19 5.18

2 65 74.6 2.68 ⋅10-5 4.23 ⋅10-19 2.64

3 150 15.6 1.28 ⋅10- 4 1.91 ⋅10-18 11.9

4 140 28.5 7.02 ⋅10-5 8.32 ⋅10-19 5.2

5 205 14.9 1.34 ⋅10- 4 1.50 ⋅10-18 9.38

6 125 5.02 3.98 ⋅10-5 3.98 ⋅10-19 2.49

7 160 15.7 1.27 ⋅10- 4 1.77 ⋅10-18 11.1

8 145 2.86 6.99 ⋅10-5 7.98 ⋅10-19 4.99

3
CRETTAZ Romain -- HERITIER Martin -- BONVIN Jérôme labo physique

L'erreur absolue E abs  x  sur x étant de ±1 mm

1
• Erreur relative sur x : E rel  x  = =5 %
2∗10- 3

• Erreur relative sur v lim : E rel v lim  = E rel  x  + E rel t 

• Erreur relative sur U : E rel U  = 10


⋅100
valeur

Erreur relative sur 0.5


• t : E rel t  = ⋅100
valeur

• Erreur relative sur q : E q = 1⋅( 3⋅E ( v ) + 2⋅E ( U ) )


rel rel rel
2

Calcul des erreurs relatives, en % :

No mesure E rel U  E rel t E rel  x  E rel v lim  E rel q

1 6.45 1.87 5 6.87 16.8

2 15.4 6.7 5 5.67 23.9

3 6.67 3.21 5 8.21 19

4 7.14 1.75 5 6.75 17.3

5 4.88 3.36 5 8.36 17.4

6 8 1 5 6 17

7 6.25 3.18 5 8.18 18.5

8 6.9 1.75 5 6.75 17

4
CRETTAZ Romain -- HERITIER Martin -- BONVIN Jérôme labo physique

q q q q
No mesure −E abs   E abs q
e e e e

1 4.31 5.18 6.04

2 2.01 2.64 3.27

3 9.69 11.9 14.2

4 4.3 5.2 6.1

5 7.75 9.38 11.1

6 2.06 2.49 2.91

7 9 11.1 1.31

8 4.14 4.99 5.84

DISSCUSSION DES RÉSULTATS :

L'erreur est relativement élevée. Cela est dû à différents facteurs :

• Premièrement, il est dur d'observer les gouttelettes à travers le microscope.


• Ensuite, parfois la goutte se déplace trop vite pour calculer précisément le temps.
• Il n'est pas facile de faire stagner les gouttes avec la tension.
• Pour finir les appareils n'offrent pas une précision excellente.

Par contre, malgré le taux d'erreur élevé, le résultat recherché est compris dans les valeurs, c'est à
dire des valeurs entières.

Pour augmenter la précision, il faudrait faire plus de mesures.