Anda di halaman 1dari 9

COMPTE-RENDU DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L’UNSS

Vendredi 15 mai 2009


Saône et Loire
Inspection Académique – Mâcon

Présents :

Excusés :
M. François BOURGUIGNON Inspecteur d'Académie

M. Dominique LOTTE Vice - Président représentant le Président du Conseil Général

M. François BACOT Directeur du service des sports du Conseil Général

M. Jean Philippe DOREAU Représentant les chefs d’établissement de collège

M. Pierre BOITET Représentant les chefs d’établissement de lycée

M. Christian BECQUET Représentant le syndicat national de l'éducation physique (FSU)

Mme Elise CABATON Représentant le syndicat des enseignants (UNSA)

Mme Véronique BOUJU Présidente départementale de la P.E.E.P

M. Antoine ATAMURA Représentant la Présidente départementale de la F.C.P.E.

Mme Maryse HUGUENY Représentant des associations sportives

Mme Cathy LEPETZ Directrice du service régional U.N.S.S

M. Damien BAILLET Coordonnateur Jeunes officiels

M. Stéphane GUIGUET Coordonnateur Jeunes officiels

M. Eric MOUCHET Coordonnateur Jeunes officiels

Mme Sandrine BALLAND Coordonnateur du district de Louhans

Mme Sylvie EYZAT Coordonnateur du district de Mâcon

Mme Nadine THERVILLE Directrice adjointe du service départemental

Mme Sophie BRET Directrice du service départemental

M. Arnaud MONTEBOURG Président du Conseil Général

M. Christian DURAFOUR Directeur départemental de la jeunesse et des sports

Page 1
M. Bernard PONCEBLANC Président du CDOS

M. Jean-Pierre BARBIER Représentant les chefs d’établissement de lycée professionnel

Mme Odile BERTHELOT Représentant les chefs d’établissement de collège

Mme Patricia BAUDRAND Présidente départementale de la F.C.P.E.

Mme Françoise CUSIN Médecin scolaire

M. Bernard BLOIN Représentant des associations sportives

M. Franck TOURNERET Représentant des associations sportives

M. Quentin HERAUD Représentant des élèves

M. Charles MENUT Représentant des élèves (suppléant)

La séance est ouverte par Monsieur BOURGUIGNON qui remercie tous les participants.

Monsieur l’Inspecteur d’académie rappelle que le fonctionnement de l’UNSS en Saône et Loire est
extrêmement positif et l’investissement fourni est au bénéfice des élèves. Il est sensible aux notions de
respect d’autrui et d’attitude citoyenne développées et mises en œuvre par l’UNSS de ce département.

Monsieur l’Inspecteur d’académie informe le conseil départemental que Monsieur DOREAU quittera le
département à la rentrée pour la ville de Lons Le Saunier. Monsieur DOREAU confie qu’il a vécu le sport
scolaire durant sa scolarité et qu’il tient beaucoup à l’UNSS.

La parole est donnée à Madame Bret.

1) Approbation du compte-rendu du conseil départemental du 13 février 2009

Il est approuvé à l’unanimité.

2) Le bilan financier

Il est certifié par le commissaire au compte et joint dans le dossier.

3) La ville de Mâcon

Rappel des faits :

Madame Bret avait fait part du courrier de Monsieur BERTHAUD – adjoint aux sports de la ville de Mâcon -
lors du précédent conseil départemental, informant le service départemental que la municipalité ne
subventionnera plus les associations sportives de Mâcon.

Mesdames THERVILLE et BRET ont été reçues par Messieurs BERTHAUD et VESCHAMBRE (Directeur du
service des sports) le mercredi 18 février, ces derniers ont reconnu que les AS de l’UNSS ont le même statut
que n’importe quel club. La proposition était la suivante : contre un bilan financier et un budget prévisionnel,
les AS pourront continuer d’être subventionnées (en 2008 et à l’avenir). Jeudi 19 février, Monsieur

Page 2
VESCHAMBRE a demandé par téléphone à Madame Bret de ne pas informer les AS, la réunion de la veille
n’étant pas officielle d’après la mairie.

Le district s’est réuni en Assemblée Générale exceptionnelle afin de trouver une solution à ce problème de
subvention non versée en 2008 et non reconduite pour la suite.

L’article de presse du journal de Saône et Loire ci-joint dans le dossier est paru le 16 avril.

Une réunion a été provoquée par la mairie le 4 mai avec les chefs d’établissement, Présidents d’AS. Le
contenu de la réunion a été le suivant :

- Une demi-heure de présentation de la politique de la mairie en faveur du premier degré et des


sections sportives (il ne s’agit pas de l’UNSS)

- Puis le coût des installations sportives mises à disposition de l’UNSS : 12000 €

Exemple pour les collégiades du 18 juin 2008 au COSEC Saint Exupéry

- 12 chaises : 37,80 €
- 5 tables : 20,75 €
- 1 podium couvert : 832,00 €
- 1 sono : 108,20 €
- 6 containers : 117,60 €
- déco florale : 191,75 €
- forfait : 16,00 €
- mise à disposition du gymnase : 8h X 55,58 € = 444,64 €

TOTAL 1 768,74 €

Pour information : nous n’avons pas eu le podium.

- Enfin Monsieur COURTOIS, Sénateur Maire, a poursuivi en affirmant que les communes ne
conservent les compétences qu’en matière de sport scolaire pour l’école primaire suite à la loi de
décentralisation. Ce serait au conseil général d’intervenir pour les collèges et le conseil régional pour
les lycées.

Pour conclure, Madame BRET propose de lire le dernier courrier de Monsieur Jean BERTHAUD en date du 6
mai 2009 dans lequel sont précisées les compétences des collectivités territoriales en matière de soutien au
sport scolaire mais également que la ville de Mâcon attribuera, à titre exceptionnel, une subvention
correspondant à la répartition fournie en 2008 par le district UNSS de Mâcon.

La ville de Mâcon est précurseur sur la suppression des subventions aux associations sportives du sport
scolaire. Toutes les autres communes et communautés de communes aident financièrement les AS locales.

Monsieur BACOT répond que le conseil général intervient au niveau du service départemental (compétence
départementale) et qu’il ne faut pas confondre AS, district et service départemental. Il précise que l’image de
l’UNSS dans le mouvement sportif est rayonnante. En effet la réputation des jeunes officiels est très bonne et
l’UNSS constitue une pépinière pour le mouvement sportif (CDOS).

Monsieur BECQUET indique que les associations sportives de l’UNSS sont au même niveau que les clubs
civils.

Monsieur BACOT précise que la loi de décentralisation ne date pas d’hier (1982-1985). Serait-ce une
coïncidence au regard des attaques nationales de l’UNSS ? La période semble être choisie.

Page 3
4) Le détachement

Le dernier courrier de Monsieur BOUJON, Directeur national de l’UNSS en date du 3 avril 2009 n’apporte
pas d’élément nouveau..

Le SNEP est reçu sur ce dossier par le Ministre vendredi 15 mai à 9h et une conférence de presse est
organisée ce même jour à 11h30 dans les locaux du SNEP. Nous pouvons supposer obtenir des informations
au cours de la journée.

Monsieur l’Inspecteur d’académie a reçu le courrier du SNEP 71 de Monsieur PERROT qui pose très bien les
problèmes notamment juridiques. Le rectorat et l’inspection académique ne disposent d’aucune information. Il
s’interroge sur le manque d’information dont disposent les personnels concernés. Il faudra modifier les
statuts :

Monsieur l’Inspecteur d’académie rappelle que l’UNSS contribue largement au service public de l’Education.

Monsieur l’Inspecteur d’académie revendique en tant que Président du conseil départemental le droit à
l’information.

Mesdames BRET et LEPETZ confirment que les postes vacants et susceptibles d’être vacants à la rentrée
prochaine ne sont toujours pas parus au BO.

Monsieur BECQUET poursuit en indiquant que 183 postes de directeurs ne pèsent pas lourd. La procédure se
déroule dans une totale opacité et que la situation est en train de « pourrir ».

Monsieur DOREAU explique que « la pompe est amorcée ». Si les bases sont fragilisés, les édifices
tomberont. Les chefs d’établissement deviendront par conséquent les « rois de la convention » et devront
bientôt travailler avec un cabinet de juriste dans leur établissement.

Madame LEPETZ donne les chiffres suivants : en 10 ans, l’effectif d’élèves scolarisés a diminué de 18000 et
le nombre de licenciés a augmenté de 1000.

5) La suppression du demi-poste de directeur adjoint

a. Les soutiens

Mesdames BRET et THERVILLE remercient tous les auteurs de courriers et messages de soutien : Monsieur
MONTEBOURG a formulé une question écrite à Monsieur DARCOS (détachement et suppression du demi-
poste), courrier du conseil général par l’intermédiaire de Monsieur DRAPIER, conseiller général du canton de
Bourbon Lancy, de Madame Véronique BOUJU, Présidente de la PEEP, de Monsieur ROGIC, ex-directeur du
service départemental de l’UNSS, du SNEP et de tous les professeurs d’EPS. Nous avons été reçues à
plusieurs reprises par le conseil général et Monsieur l’Inspecteur d’académie ainsi que par Monsieur Voisin,
député de Saône et Loire.

b. Lecture et analyse du courrier de Madame le Recteur

Les principaux points :

- Madame le Recteur reconnaît le travail effectué par les services de l’UNSS dans l’académie.

- La démarche visant à redéployer devant les élèves 1000 enseignants mobilisés sur diverses missions
est nationale.

- Madame le Recteur rappelle les moyens mis à disposition de l’UNSS:

• mobilisation de moyens financiers gageant de 6 emplois de directeurs (académiques et


départementaux)

Page 4
• 3 ETP pour les coordonnateurs de district sous forme d’HSA

• 120 ETP pour les forfaits d’AS : 3 heures intégrées à l’obligation de service des enseignants EPS

- Madame le Recteur indique qu’il est important de relativiser l’effort attendu de l’UNSS en la matière,
au titre de la préparation de la rentrée 2009.

Madame BRET explique que malgré la baisse des effectifs scolarisés en 2008-2009 par rapport à 2007-2008,
le nombre de licenciés en Saône et Loire continue d’augmenter : 44 361 élèves scolarisés en 2007-2008
contre 43548 en 2008-2009. Pourtant, le nombre de licenciés a augmenté de 2.5%, à ce jour, par rapport à la
fin de l’année scolaire dernière.

- Proposition de Madame le Recteur : sur les 120 ETP mobilisés au titre de l’AS des EPLE, l’équivalent
de 2 ETP seraient redéployés en faveur de l’UNSS.

L’ensemble des membres du conseil départemental s’interroge sur la façon de traiter à l’identique les 4
départements.

Madame LEPETZ intervient dans ce sens : il serait bien de privilégier la Saône et Loire, département le plus
étendu géographiquement, avec deux grandes villes et le nombre de licenciés le plus important des 4
départements. L’Yonne et la Nièvre sont moins étendus et les compétitions se déroulent davantage sur la
grande ville du département, leur nombre de licenciés est moins conséquent. La Côte d’Or est le département
qui se rapproche le plus de la configuration de la Saône et Loire mais dont la proximité avec le service
régional implique quelques facilités. Pour conclure, s’il y a un demi-poste à préserver, ce serait celui de la
Saône et Loire.

Monsieur LUCIANA, secrétaire général formule cette proposition : sur les 120 ETP mobilisés au titre de l’AS
des EPLE, l’équivalent de 2 ETP seraient redéployés en faveur de l’UNSS. Plutôt que de perdre des forfaits
d’AS en cas de difficultés de fonctionnement, deux fois 3 heures soit 2 forfaits pourraient être attribués à
chaque service départemental.

Madame LEPETZ précise que la Nièvre a donné son accord, la Côte d’Or est réticente mais pense que cette
solution est la moins pire, comme la Saône et Loire, l’Yonne est contre mais ne peut décider seul puisque
Monsieur DUPLESSIS, directeur départemental, a refusé le détachement et n’effectuera pas la rentrée 2009 à
l’UNSS.

Madame HUGUENY dit que la situation lui rappelle le retour au combat Soisson.

Cette situation fait penser à la refonte de la carte des agents comptables selon Monsieur BOITET.

Monsieur l’Inspecteur d’académie espère que la situation puisse évoluer suite à la quantité de courriers de
soutien reçus par Madame le Recteur de la part de tous les acteurs et partenaires de l’UNSS de la Saône et
Loire. Monsieur LUCIANA a perçu la spécificité de notre département. La réponse de Madame le Recteur fut
que la récupération des 26 ETP dont 2 en EPS (4 demi-postes de directeurs départementaux adjoints) est
obligatoire.

Monsieur l’Inspecteur d’académie ajoute qu’il faut être vigilant à ne pas « cogner » sur les autres
départements dans la bataille pour la Saône et Loire.

Madame THERVILLE précise qu’elle sait toujours enseigner et si elle doit perdre son demi-poste au service
départemental, elle reprendra un temps complet dans son établissement . Toutefois, pour travailler dans un tel
service et adhérer au sport scolaire, il faut être militant. Elle indique qu’elle est un « pur produit » du sport
scolaire.

Page 5
Monsieur GUIGUET déplore que les 2 forfaits soient pris sur des établissements en difficulté au plan
statistique au lieu de redynamiser les AS qui en ont besoin. Il précise que l’on parle toujours en terme de
chiffres et que les élèves sont oubliés.

Monsieur MOUCHET confirme et ajoute que le terme « statistique » est de plus eu plus utilisé et que la notion
de rentabilité s’impose petit à petit. Or, tous les établissements ne sont pas à l’abri une saison des baisses des
effectifs. Par conséquent, si les chiffres sont en baisse, les forfaits seront retirés ; à l’inverse, en cas de
progression, le forfait n’est pas plus là et ne sera pas rétabli.

Madame THERVILLE explique que répondre par l’affirmative à la proposition du rectorat, c’est déjà se faire
« couper le bras ».

Une réunion académique aura lieu le 12 juin avec les directeurs et directeurs adjoints. Elle conclut que rien
n’interdit de poursuivre la bataille mais que le service régional devra se positionner au 1er septembre.

c. Fonctionnement du service départemental

Madame THERVILLE et madame BRET travaillent en complémentarité et harmonisent leurs compétences


pour apporter une dynamique et répondre aux besoins du sport scolaire en Saône et Loire avec l’aide des
coordonnateurs de district et des professeurs d’EPS.

Les missions : permanence et travail au service départemental avec suivi des dossiers, organisation du
calendrier des rencontres départementales et académiques, gestion des compétitions sur le terrain réparties
sur 31 mercredis de l’année scolaire, diffusion des résultats, gestion des finances, mutualisation des
remboursements, présence aux assemblées générales des sept districts, aux réunions techniques, aux
commissions mixtes avec les comités sportifs, aux réunions du conseil départemental reflètent les diverses
tâches à assumer. Elles doivent également contribuer au rayonnement du service avec le Conseil Général, le
CDOS, le Conseil Régional, la vie sportive départementale la semaine et le week-end.

Le travail est énorme et varié. La Saône et Loire, par son étendue géographique, entraîne des déplacements
longs en temps et en distance pour assister aux diverses réunions ou pour assurer la gestion informatique et
le secrétariat des compétitions sur le terrain.

Madame THERVILLE est une collaboratrice précieuse dont l’investissement personnel contribue au
rayonnement du sport scolaire en Saône et Loire. Sa connaissance géographique et structurelle du
département, ses relations avec les partenaires sportifs et les collectivités territoriales, sa disponibilité, son
militantisme pour le sport scolaire sont des atouts non négligeables au fonctionnement du service
départemental. Pour information, Madame THERVILLE effectue 10 heures sur des moyens rectoraux mais ce
sont en réalité au moins le double effectué sur des moyens personnels et la passion pour ce métier sans
compter les heures passées au téléphone et par mail pour finaliser les dossiers. Pour l’Education Nationale,
Madame THERVILLE devrait être une chance tellement son dévouement est important.

Madame BRET rappelle quelques dossiers spécifiques attribués à Madame THERVILLE en plus des missions
plus générales mentionnées ci-dessus: athlétisme indoor, estival, cross, badminton collège, sports collectifs
lycées et VTT.

d. Les conséquences

→ la question de l’arrêt ou transformation de la mutualisation

La mutualisation est mise en place depuis septembre 2007 pour les rencontres de niveaux inter - districts et
départemental. Le principe est le suivant : les AS commandent les bus et font la répartition des élèves
transportés par AS avec un bordereau, puis envoient au service départemental qui règle la facture.

Suite à la dernière réunion des coordonnateurs de district (lundi 26 janvier 2009), la mutualisation est
appréciée par la majorité des AS.

Page 6
Monsieur l’Inspecteur d’Académie insiste pour que le service départemental ne renonce pas à la
mutualisation. L’ensemble du conseil départemental s’accorde pour affirmer que la mutualisation est très
positive et que sa suppression entraînerait d’énormes difficultés financières pour les AS les plus isolées.

Madame BRET est consciente des difficultés qu’engendrerait la suppression de ce principe de solidarité mais
ne voit pas dans quelle mesure elle pourra continuer à passer 1 journée et demi par semaine minimum sur le
traitement des factures et l’élaboration des quote-part sans l’aide Madame THERVILLE sur les autres
dossiers. Comment choisir ce qui pourra être conservé et ce qui sera supprimé ?

→ la présence de la directrice sur les compétitions sera plus rare

→ la révision du calendrier et les questions qui en découlent : aucune nouvelle activité, plus de journée de
rencontre supplémentaire, plus de collégiades … Comment vont se gérer les activités qui demandent un
traitement par logiciel ? Il va falloir une formation pour les professeurs spécialistes, mais qui va l’assurer ? Les
professeurs auront-ils le temps d’apprendre ? Comment gérer le cross départemental avec 1351 coureurs et
l’athlétisme estival avec 350 athlètes ? Pour illustration de l’investissement du service départemental, l’accueil
de 1351 jeunes sur notre cross départemental demande une logistique réfléchie et pertinente. Cela va de la
confection de 1500 dossards, à l’achat de 1500 goûters pour les jeunes, de l’organisation du transport des
compétiteurs au transport de matériel : banderoles UNSS et conseil général, ordinateurs et imprimantes,
photocopieuse, matériel de secrétariat, dossier de presse, tee-shirts jeunes officiels, gilets et matériel de
sécurité, la liste est longue , le tout entassé dans deux modestes véhicules personnels pour le transport sur
le lieu de compétition. A la rentrée, il ne restera qu’un véhicule personnel.

→ impossibilité de couvrir toutes les réunions (AG techniques et départementales, 7 AG de district 2 fois par
an, les réunions avec les coordonnateurs de districts (4 par an), les 6 commissions mixtes départementales,
réunions avec les collectivités, les partenaires…)

→ la résidence administrative de Madame THERVILLE facilitait le transport de matériel et des récompenses


sur la moitié nord du département. Exemple des derniers transports en date : celui des 300 t-shirts attribués
pour le RAID 2009 par le conseil général auprès de l’entreprise de flockage à Sanvignes les Mines, le matériel
pour le championnat départemental d’athlétisme collège par équipe : tout ne tient pas dans un véhicule et le
fait que Madame THERVILLE en prenne une très grande partie permet une installation du site en amont très
importante car le jour même de la compétition il y a beaucoup de tâches à accomplir.

→ impossibilité de donner des suites favorables pour les nouvelles activités : mutualité française « bouge, une
priorité pour ta santé »…

Madame LEPETZ explique qu’il faudra mutualiser les moyens. La charge de travail sera telle qu’il faudra faire
des choix. Elle rappelle qu’elle souhaite que le poste de Madame THERVILLE soit conservé mais qu’il faut
également prévoir une solution de rechange.

Monsieur BACOT propose une résistance plus forte et d’indiquer ce qui ne se fera pas à la rentrée 2009
compte tenu de la spécificité de la Saône et Loire.

Monsieur LOTTE ajoute qu’il est dommage de briser les élans et que de se trouver devant de telles difficultés
est usant. Il ne comprend pas les logiques comptables, la Saône et Loire ne mérite pas le même traitement. Il
pose la question de négocier si deux ou trois départements acceptent ces conditions, dans quelle mesure ne
pourrait-on pas négocier les moyens de notre département ?

6) La fin de l’année scolaire

a. Bilan des jeunes officiels

Page 7
Monsieur GUIGUET expose le bilan des jeunes officiels de l’année scolaire 2008-2009.

Le pôle « responsabilisation » offre aux jeunes gens et jeunes filles la possibilité d’exercer la fonction de jeune
juge ou arbitre après une formation et une certification propre à chaque niveau de compétition.

1183 jeunes ont officié en 2008-2009 (+64 par rapport à 2007-2008). 620 en niveau district, 375 sont de
niveau départemental, 169 de niveau académique et 19 sont des jeunes officiels nationaux.

Une aide importante est fournie par le conseil général pour l’achat de tee-shirt « jeunes officiels » et de
matériels pédagogiques réservés aux formations.

b. Le festi benj

Le premier festival des benjamins se déroulera du 3 au 6 juin 2009. Il représente l’accès au niveau national de
compétition pour les catégories benjamins et benjamines. Les deux collèges qualifiés :

- Roanne - handball garçons et volley mixte : le collège J. Moulin MARCIGNY

- Bordeaux - rugby garçons et basket filles : le collège R. Cassin PARAY

c. Le 9ème RAID UNSS/CONSEIL GENERAL

L’UNSS va reconduire cette organisation autour de Cormatin du 1er au 5 juin 2009. Dans cette perspective,
250 à 300 élèves de seize collèges se préparent activement à bénéficier du 9ème RAID des Activités
Physiques de Pleine Nature.

Madame BRET remercie le conseil général pour la subvention attribuée à cette épreuve mais également toute
l’aide financière et matérielle accordée chaque année. Ce soutien est vital pour le service départemental.

d. Les COLLEGIADES 2009

La septième édition aura lieu le mercredi 17 juin 2009 en deux parties à Chalon sur Saône :

- le matin : fête des AS autour d’initiations et de rencontres sportives : karting, aviron, accrobranche,
aviron, challenge des collégiades de rugby féminin et réservation du centre nautique

- l’après-midi : palmarès au Colisée destiné aux jeunes sportifs et arbitres ayant accompli des
performances remarquables au cours de la saison sportive scolaire, voire sur plusieurs années. La
journée se terminera par une boom.

7. Questions diverses

Monsieur BOITET présente la nouvelle section sportive « équitation » au lycée la Prat’s (Cluny) et le dispositif
interne d’excellence.

Monsieur BECQUET rappelle que le prix de la licence sera augmenté de 9% à la rentrée 2009 et que cette
augmentation est inadmissible.

Madame BOUJU demande le prix de la licence pour les familles.

Madame LEPETZ lui répond que les AS les proposent pour 20 € en moyenne.

Plus rien n’étant à l’ordre du jour, Monsieur Bourguignon remercie les participants et lève la séance à midi.

Page 8
A Mâcon, le 13 mai 2009.

Le Président du Conseil Départemental La secrétaire de séance

Monsieur Bourguignon Madame BRET

Compte-rendu signé et envoyé par Internet le 9 juin 2009

Page 9