Anda di halaman 1dari 70

Retour sur la 7e Convention du génie

Le général de corps d’armée (2s) Françoise


et le général de division Chinouilh :
le génie au complet (l’active et la retraite).

Les adieux aux armes


du général de division
Debarnot.

Le colonel Gros,
chef de corps de l’ESAG,
félicite le chef de la
musique du 6e RG,
l’adjudant Poulain.

De gauche à droite :
lieutenant-colonel Frédéric Bay - lieutenant-colonel Coural -
colonel Charnin - colonel Jean Serveille - général de brigade
Pierre Hommey - général de corps d’armée Vincent.
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

◆ Éditorial du général
Mot du président de la FNG

ÉDITORIAL Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
GÉNÉRAL DE DIVISION Le génie secourt
JEAN-LOUP CHINOUILH Le génie instruit
Histoire
A savoir
commandant l’École supérieure Témoignage
et d’application du génie - Angers Expérience
FNG

A vec son numéro 2, notre revue « Vauban - la Lettre du génie » tend vers sa forme et son rythme
de croisière, en cherchant à satisfaire tous ses lecteurs. Dans l'ensemble, les échos sont bons mais il
s'agit de faire mieux et, pour cela, j'adresse quelques recommandations à nos rédacteurs d'articles, que
j'encourage et remercie d'avance de leur initiative.

Tout d'abord, il convient de rappeler que la répartition de nos pages s'effectue approximativement
ainsi : 50 % pour les activités et informations des composantes de notre arme, 25 % pour celles de la
Fédération nationale du génie, et le reste pour les sujets communs (histoire, dossiers, informations
générales, etc.).

En raison de la part importante qui leur est réservée, nos régiments, établissements et unités sont donc
invités à alimenter généreusement la rédaction en nouvelles fraîches et articles attractifs. Il est
souhaitable que ceux-ci soient courts, illustrés, et évoquent une activité originale, une idée à exploiter
ou un enseignement à tirer. Comme il doit veiller à une certaine rectitude grammaticale et
orthographique, le comité de lecture sera reconnaissant aux auteurs de soumettre leurs articles à un
bon littéraire de leur entourage, s'ils ne le sont pas eux-mêmes, avant de l'envoyer à l'école ; sa tâche
en sera ainsi allégée.

Quelques personnes ayant fait savoir que l'image de Vauban leur paraissait lointaine et surannée, je
réponds qu'au cours des siècles, notre armée n'a mis en avant que peu d'hommes de cette intelligence
et de cette envergure. Le maréchal de Vauban reste une bonne référence pour les sapeurs et les
nombreuses célébrations marquant, en 2007, le tricentenaire de sa mort feront mieux connaître sa
personnalité et son œuvre.

Au moment où je m'apprête à quitter, avec un pincement de cœur, l'École et le Génie, je passe le


témoin à mon camarade le général Tésan. Il détient tous les atouts pour veiller au mieux à l'avenir de
notre arme, mais il revient à chacun de relayer son action. Bon vent à tous et vive la Sape !

–1–
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
◆ Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
MOT DU PRÉSIDENT
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
DE LA FÉDÉRATION
Le génie instruit

NATIONALE DU GÉNIE
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

GÉNÉRAL
DE CORPS D’ARMÉE (2S)
FRANÇOISE
président de la FNG

L a Fédération Nationale du Génie (FNG) est née. Le 11 mai 2006,


l’assemblée générale extraordinaire de la FNAS a approuvé à l’unanimité les
nouveaux statuts de notre fédération, c’est un nouveau départ : la grande
famille du génie est, plus que jamais, réunie autour de l’ESAG, la maison
mère, et la FNG.

La Fédération nationale des anciens sapeurs-pompiers de Paris nous a rejoints, un contrat de


partenariat a été signé par les deux présidents lors du congrès national de la FNASPP le 18 mars à Blois,
finalisant ce rapprochement. Au-delà de la FNASPP, c’est toute la BSPP qui nous apporte son soutien.

Autre événement extrêmement important : les différentes associations, unions ou autres fédérations
d’armes ont décidé de se regrouper au sein de la RANAT (réunion des associations nationales de
l’armée de terre). Une convention a été signée entre l’armée de terre représentée par le général chef
d’état-major et la RANAT représentée par son premier président en exercice. Cet acte marque la
reconnaissance, par l’armée de terre, du rôle des différentes associations quant à leur vocation de
mémoire, de solidarité, de participation à l’esprit de défense et de soutien aux unités d’active.

Les choses avancent, mais il faut continer à se mobiliser afin de recruter de nouveaux adhérents
pour que nous soyons plus forts et plus efficaces dans nos différentes actions.

Deux dates à retenir : le 1er octobre : cérémonies des Éparges


le 26 novembre : la Sainte Barbe à Paris

–2–
Composition indicative de la nouvelle revue
60 pages d’information et d’actualité sur l’arme
4 pages de PRÉSENTATION
Couverture, éditorial et sommaire
Et pour la couverture, pourquoi pas vous ? Tout dépend de la qualité de la photo,
de préférence en format portrait…
Pensez
a ux phot
25 pages sur les ACTIVITÉS du génie os !
À travers ses trois composantes : combat, infrastructure et sécurité
Brèves (entre 800 et 1 000 signes) et reportages (maximum 10 000 signes)
Pensez
a ux phot
8 pages de DOSSIERS THÉMATIQUES os !

Pour approfondir des aspects historiques et présenter des études

15 pages pour les NOUVELLES DE LA FÉDÉRATION


Actualités et projets de la FNG

8 pages pour vous laisser la PAROLE


Courrier des lecteurs, promotion d’ouvrages
Encart central avec photos

Quelques conseils aux futurs rédacteurs…


Photo à 300 dpi en taille réelle
Une photo = un crédit photo et une légende
Un article est obligatoirement signé et
fourni sur support informatique
Transmission des photos et articles
10 semaines avant parution

Calendrier des parutions 2006 Contacts :


ESAG • Bureau communication
Avril-mai : n° 1 106, rue Éblé • BP 34125 • 49041 Angers cedex 01
Juin-juillet : n° 2 02 41 24 86 36
Septembre-octobre : n° 3 oci@esag.terre.defense.gouv.fr
Déc.-janv. : n° 4 www.genie-militaire.com

–3–
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition 1 Éditorial du général de division Chinouilh
◆ Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam 2 Mot du président de la FNG,
L’actualité en bref
Le génie combat le général de corps d’armée (2S) Françoise
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
3 Composition
A savoir
Témoignage
Expérience 4 Sommaire
FNG

5 Le courrier des lecteurs

7 In memoriam

13 L’actualité en bref

18 Le génie combat 3e RG : exercice régimentaire - « Ardennes 2006 »

22 Le génie construit EG de Lyon : installation du GIACM


EG de Strasbourg : inauguration des
abris à véhicules du corps de réaction Vauban, la Lettre du génie
est une publication de l’École supérieure
rapide européen et d’application du génie
106, rue Éblé - BP 34125
ESAG : voyage d’étude dans la région 49041 ANGERS CEDEX 01

de Marseille Directeur de la publication :


général de division Jean-Loup CHINOUILH

Rédacteur en chef :
27 Le génie secourt BSPP : manifestation anti CPE CBA Jean-François PLANTEC

Prévention : mieux vaut prévenir Rédacteurs en chef adjoints :


LTN Anne-Lise LLOUQUET
que guérir M. Louis-François DUPONT

Conception :
PAO : Mlle C. DOLO - M. F. GALISSON
33 Le génie instruit Visite du chantier CT61 PIR ESAG

Impression : PIAT Saint-Maixent


35 Histoire La traversée du Rhin par la première
Tirage : 7500 exemplaires
armée française, le 31 mars 1945
Diffusion : SIR MSF société de routage :
02 41 74 19 50
42 À savoir Pakistan 2005 : le génie au cœur de
crédit photo couverture : capitaine Cimbé
l’action Un PFM sur la Maine
lors de la 7e Convention du génie

45 Témoignage 3 questions à… l’adjudantMaratier Rédaction : Tél. 02 41 24 82 45 ou 86 36


Fax 02 41 24 83 16
intraterre :
47 Expérience Le 2e RG forme des militaires afghans jean-françois.plantec@esag.terre.defense.gouv.fr
anne-lise.llouquet@esag.terre.defense.gouv.fr
e-mail : oci@esag.terre.defense.gouv.fr
49 FNAS Honneurs à un grand ancien site non officiel : www.genie-militaire.com

La vie de nos amicales Commission paritaire : en cours


ISSN : 1779-2088

Nos peines et nos joies


Dépôt légal à parution
58 Portrait Charles Augustin Coulomb

–4–
Conservez vos anciennes photos

« Ce petit rappel pour les « anciens » est peut-être inutile… Mais, l’on ne sait jamais. Il se passe des jours où, sans vouloir s’analy-
ser outre mesure, l’envie vous prend de « faire du rangement ». Généralement, ce désir se manifeste au début du printemps où l’on
a l’impression d’un retour de forces inespérées…
« Alors, on ouvre les tiroirs, les armoires, les bureaux ; on inspecte les recoins devant lesquels on est passé cent fois en voyant tou-
jours le même tas de vieux bouquins à jeter. Puis, tout à coup, la décision intervient : « Je vais mettre toutes ces vieilleries au feu
ou à la poubelle ». (On a le choix.) Anciennes lettres jaunies, cartes postales écornées, photographies de famille ou de l’époque
lointaine des études primaires, vieille voiture de l’oncle Édouard, anciennes photos du régiment et du service militaire… De grâce,
non ! Retenez votre geste.
« C’est pourquoi, au cours du mois de janvier 2006, un général du génie en lisant la revue Vauban n° 152, page 66, (cliché en bas
et à droite) s’est reconnu, quand il était lieutenant et porte-drapeau du 9e bataillon du génie lors du défilé de la victoire du 8 Mai
1958, dans les rues de Mostaganem, noires de monde et blanches de burnous.
« C’est pourquoi, M. le général (2S) Jean Aubry, vice-président de l’ARAG à Lyon et occupé par beaucoup d’autres tâches dans
d’autres associations, me charge de communiquer à l’ensemble des sapeurs de la FNAS (FNG) ce qui suit dans son enthousiasmant
courrier :
« Le général (2S) Jean Aubry se reconnaît ou pense se reconnaître comme le porte-drapeau dans la photo de la garde au drapeau
du 9e BG. Il a servi au 9e génie, d’abord à Spire, d’octobre 1955 à avril 1956, puis d’avril 1956 à août 1958 avec le 9e bataillon
du génie en Algérie (Oran, Bérard près d’Alger, Montagnac, Boutrak, Cassaigne, Mazagran).
« À Mazagran, il a vécu le 8 Mai 1958 et a bien connu Louis-François Dupont comme l’un de ses adjoints dans ses fonctions des
services techniques du bataillon (le fameux SMT, service du matériel technique d’alors) et d’officier de renseignements. Le chef
de corps était le chef de bataillon Marcel Guérin. » - Jean Aubry, 30 janvier 2006
« Vous le constatez, chers lecteurs. Le fait de conserver en bon endroit vos « souvenirs », de quelque matière qu’ils soient, ne nuit
pas à la camaraderie et à la convivialité. On pourrait dire que cette « manie » les décuple. »
Louis-François DUPONT

La rédaction de Vauban, la Lettre du génie remercie monsieur Louis-François Dupont pour ce rappel ô
combien important !
En effet, anciens sapeurs et sapeurs d’active, gardez vos souvenirs, vos « reliques », elles peuvent un jour
faire resurgir un souvenir dans la pensée de l’un d’entre vous, fidèles lecteurs.
Conservez vos photos et dans la mesure du possible vous pouvez en faire profiter l’ensemble des sapeurs
en les envoyant (duplications…) à la rédaction de Vauban, la Lettre du génie et nous les publierons
volontiers au gré de l’actualité et des sujets abordés dans les prochains numéros de votre revue !

Quelques appels, quelques rappels… :

La rédaction, suite à la publication du premier numéro de


Vauban, la Lettre du génie a reçu quelques coups de
« La réunion des présidents FNAS/RTNO 2006 se déroulera à
téléphone de lecteurs avertis et attentifs.
Brest le 9 septembre 2006. Monsieur Joseph Moysan, prési-
En effet, suite à l’article du général (2s) Riche sur la guerre
dent de l’AASGF (amicale des anciens sapeurs du génie du
d’Algérie, certains d’entre vous se sont sentis lésés par
Finistère) est joignable pour tout renseignement complémen-
l’omission de quelques régiments, compagnies ou
taire. »
bataillons du génie.
Cet oubli sera rectifié ultérieurement… Joseph MOYSAN
Nous profitons de cette occasion pour vous rappeler que Groas Ouenan • 29880 PLOUGUERNEAU
cette rubrique est la vôtre ! N’hésitez pas à nous adresser 02 98 04 59 28
vos demandes, doléances, requêtes ou coups de cœur, par
courrier, mail ou fax.
Nous publierons tous les courriers !

–5–
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition Monsieur le Directeur,
Sommaire
◆ Le courrier des lecteurs
In memoriam Tout d’abord bravo pour votre n° 1 de Vauban, la lettre du génie. Effectivement, fusion très réussie.
L’actualité en bref Nouvelle présentation, nouvelle mise en page, tout est parfait.
Le génie combat Après ces très courts éloges, je me permets, suite à un entretien téléphonique avec l’une de vos
Le génie construit
Le génie secourt
rédactrices, de vous transmettre quelques « papiers » concernant une unité du génie (de l’air) engagée
Le génie instruit en Algérie durant la période de 1955 à 1964.
Histoire J’ai beaucoup apprécié l’article du général Riche, concernant « AFN 1952-1962 » la guerre d’Algérie
A savoir et les combats du Maroc et de la Tunisie, comme d’ailleurs chacun de ses articles parus dans notre
Témoignage
revue.
Expérience
FNG Je n’ai cependant pas trouvé trace de la 45e compagnie de terrain du génie de l’air mise sur pied par le
15e RGA, qui dès septembre 1955 a été engagée en AFN, ni du 45e bataillon allégé du génie de l’air,
auquel j’ai appartenu durant presque 3 ans (1959-1962) qui a été constitué le 1er avril 1956 à partir de
cette compagnie.
Il œuvrera ainsi en AFN jusqu’en 1964. Voir les détails dans les ordres du jour ci-joints que j’ai
soustraits de la décision n° 71 du 8 septembre 1980 du 15e RGA de Toul (les documents cités sont
disponibles à la rédaction de Vauban, la Lettre du génie, à l’ESAG).
Je vous joins également la photocopie d’un article concernant le génie de l’air en Algérie, paru dans le
Bulletin des forces aériennes qui doit dater du second semestre 1962.
J’ose espérer que ces renseignements peuvent vous être utiles, et en m’excusant de vous avoir
importuné, veuillez agréer Monsieur le Directeur, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Lieutenant-colonel du génie ER Claude BEHAGEAL

Le mot de la rédaction

Le général (2s) Riche apporte une réponse à cette remarque


mais aussi à celles qu’il a reçues à titre personnel et qui
font toutes état de l’absence de cette compagnie devenue
bataillon (BAGA).
La rédaction remercie tous les lecteurs qui par leurs
remarques constructives enrichissent la revue de tous les
sapeurs.

Réponse du général Riche au courrier des lecteurs :

Le président national honoraire Marcellin Richard nous signale l’oubli du 45e BAGA (bataillon allégé
du génie de l’air) dans la liste des unités du génie en Algérie en 1961 :
« Les sapeurs du 45e BAGA n’ont jamais considéré qu’ils étaient devenus des aviateurs bien que leur
tâche leur était prescrite par l’armée de l’air qui leur a assuré un soutien matériel particulièrement
important notamment pour la vie au désert.
« J’ai commandé le bataillon du 1er mai 1958 jusqu’au 15 août 1960 (2 ans 3 mois) : temps de
commandement assez exceptionnel. Je n’ai pas considéré là que j’avais quitté mon génie pour
l’armée de l’air.
« J’ai eu la chance immense d’y avoir là la responsabilité de chantiers prestigieux : piste d’aviation de
Tessalit, piste d’aviation au point zéro à Reggan, route point zéro-Reggan, piste d’aviation à
Hammagui… »

Vous avez raison Cher Président, c’est un oubli et vous n’avez pas changé
d’arme pour diriger ces travaux qui marquent certainement encore cette terre
d’Afrique. Une mauvaise relecture a créé cette omission fâcheuse et c’est
pourquoi vous devenez le premier lecteur à entrer dans la légende de notre
insigne nouveau Vauban, la Lettre du génie par cette très justifiée remarque, « premier »,
du 45e BAGA comme dans un certain nombre de nos associations, toujours pour le plus grand bien du génie,
en Algérie. notre génie.

Merci Cher Président.


B. RICHE

–6–
En quelques semaines, le génie a perdu deux des siens en opérations.
L'adjudant-chef Gilles Sarrazin (de la maison mère du génie) et le sapeur de 1re classe Kamel
Elward (du 17e RGP).
Leurs noms viennent s'ajouter à la longue liste des sapeurs ayant donné leur vie en servant la
France. À leur famille, leurs amis, leur unité d'appartenance, le ministre de la Défense,
Michèle Alliot-Marie, a exprimé sa douleur et sa sympathie. Vauban, la lettre du génie revient
sur ces moments douloureux qui rappellent à tout militaire que le métier des armes apporte
aussi souffrance et demande souvent abnégation.*

ADJUDANT-CHEF
GILLES SARRAZIN
L’adjudant-chef Gilles Sarrazin, de l’École supérieure et d’applica-
tion du génie, a trouvé la mort le 19 avril 2006 au Tadjikistan suite
à l’explosion d’une mine.

Détaché dans le cadre d’une mission de coopération placée sous


la tutelle du Programme de Développement des Nations Unies
(UNDP), l’adjudant-chef Gilles Sarrazin participait à la formation
au déminage et à la supervision technique des militaires tadjiks au
sein du centre d’action contre les mines au Tadjikistan.

« Âgé de 48 ans, marié, père


de deux filles, vous étiez
arrivé à la division de for-
mation au déminage au
cours de l’été 2005 où
vous occupiez les fonc-
tions d’instructeur.
« Vos qualifications, votre
expérience et votre exper-
tise étaient unanimement
reconnues au sein du
monde NEDEx/EOD.
« Les personnes qui vous ont
bien connu garderont de vous l’image d’un homme de conviction, professionnel,
passionné et empreint d’une grande modestie.
« Votre disparition nous rappelle l’exigence particulière de notre état de militaire et
la difficulté du métier qui était le vôtre, celui de démineur. »
DFD

* Cf Armée d’aujourd’hui n° 310, article « Mort pour la France », page 59.

–7–
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
◆ In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

Éloge funèbre de l’adjudant-chef Gilles SARRAZIN

Angers, le 24 avril 2006

Aujourd’hui, la Défense est en deuil.

Nous sommes réunis ici, à l’École supérieure d’application du génie d’Angers, pour rendre hommage à un homme
qui avait choisi de servir son pays et la paix, en exerçant un métier noble et difficile.

Toute la communauté militaire, comme l’ensemble de la Nation, se rassemble dans une émotion partagée, pour
soutenir sa famille et ses amis.

À Pascale son épouse, à Nelly et Hélène ses deux filles, et à sa famille je veux dire ma tristesse, ma compassion
et ma solidarité.

Adjudant-chef Gilles Sarrazin vous étiez animé d’une volonté sans faille de servir la France.

En 1977, appelé du contingent, vous commencez votre carrière militaire au 17e régiment du génie parachutiste de
Montauban. Passionné par le métier des armes, vous vous y engagez avec le grade de caporal en 1978.

Vous participez comme « sapeur-parachutiste » à plusieurs opérations extérieures au Liban, au Tchad, et vous êtes
cité à Beyrouth en 1983.

Nommé sergent en 1984, vous occupez les fonctions de chef de groupe dans des opérations extérieures en Afrique
centrale.

En 1987, vous êtes affecté au 19e régiment du génie de Besançon.

Votre expérience fait de vous un sous-officier remarqué et un modèle pour les jeunes cadres de votre compagnie.

Homme d’action vous rejoignez en 1990 le 13e régiment de dragons parachutistes à Dieuze. Vous y servez
successivement comme chef de quart radio, chef de peloton, puis chef de section transmissions. Vos qualités
naturelles de meneur d’hommes y sont unanimement saluées.

Avec le 13e RDP, vous êtes engagé successivement en Arabie Saoudite lors de l’opération Daguet, à Djibouti, puis
dans les Balkans à plusieurs reprises et à nouveau en Afrique.

Vous êtes promu adjudant le 1er juillet 1994.

En 1998, votre formation vous conduit au 31e régiment du génie à Castelsarrasin comme sous-officier NEDEX
(Neutralisation enlèvement destruction des explosifs).

Promu adjudant-chef en 1999, vous êtes à nouveau de toutes les OPEX, au Tchad au Kosovo et en Afghanistan.

En 2003, vous portez à nouveau le « béret rouge » au 2e régiment parachutiste d’infanterie de marine à La Réunion
où vous commandez le groupe des NEDEX.

–8–
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
◆ In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

En 2005, vous rejoignez l’École supérieure et d’application du génie d’Angers, comme formateur et sous-officier
NEDEX à la division de formation au déminage. Votre expertise technique et votre sens pédagogique aigu font de
vous un instructeur de très grande qualité.

Désigné en tant qu’expert pour participer à une opération au Tadjikistan, vous rejoignez Douchanbe le 10 mars 2006.
Vous y êtes chargé d’une mission de supervision de chantiers de déminage humanitaire pour l’ONU.

Le 19 avril, votre mission d’assistance au déminage tourne au drame.

Vous êtes mortellement blessé.

Adjudant-chef Gilles Sarrazin vous avez servi votre pays de façon exemplaire.

Ayant une très haute idée de votre métier, vous étiez passionné, réfléchi dans l’action et toujours digne d'éloges.

Vous resterez à jamais, dans la mémoire de vos frères d’armes, ici rassemblés.

Vous aviez embrassé sans réserve cette carrière d’exception, en mesurant l’exigence et les risques de votre
engagement.

Pourtant, votre disparition n’en est pas moins brutale et insupportable.

Nous ressentons tous comme une cruelle injustice votre perte, dans l’accomplissement de cette mission délicate.

En vous disant adieu aujourd’hui, je m’associe à la tristesse de votre épouse et de vos filles.

Avant de vous remettre la Légion d’honneur que justifie votre conduite, je m’incline devant votre courage.

Au nom de l’ensemble du Gouvernement, et en mon nom propre, je vous exprime solennellement toute l’admiration
de la France et des Français.

Vous avez rejoint dans l’éternité tous ceux qui, ayant choisi le métier des armes, sont allés jusqu’au bout de leur
vocation, de leur mission, de leur passion.

Nous ne vous oublierons jamais.


Signé
Michèle ALLIOT-MARIE
ministre de la Défense

–9–
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
LE 1 CLASSE KAMEL ELWARD
RE

◆ In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
DÉCÈS D’UN MILITAIRE FRANÇAIS
Le génie construit

EN AFGHANISTAN
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
Lundi 15 mai 2006
FNG

Hier matin (vers 8 heures, heure de Paris), le soldat de 1re classe Kamel Elward, du 17e régiment du génie parachutiste
(Montauban), déployé au sein du bataillon français dans le cadre de la FIAS (Force Internationale d’Assistance et de
Sécurité), a été grièvement blessé par une explosion lors d’une opération de dépollution au nord de l’aéroport de Kaboul.

Cette opération planifiée s’inscrivait dans le cadre des actions de déminage menées par le bataillon français pour assurer
la protection de la force.

Il a été immédiatement évacué vers l’hôpital militaire grec, sur l’aéroport de Kaboul, où il est décédé des suites de ses
blessures peu de temps après son admission (vers 10 heures, heure de Paris).

Le sapeur parachutiste de première classe Elward, originaire des environs de Pau, était âgé de 22 ans, célibataire et sans
enfant.

Il s’était engagé au 17e RGP il y a deux ans et demi.

Au cours de cette carrière, il avait brillamment réussi tous les examens qui ont jalonné son parcours et s’était notamment
illustré en mission de courte durée à la Réunion du mois d’octobre 2004 au mois de janvier 2005.

Éloge funèbre du sapeur parachutiste de 1re classe Kamel ELWARD

Pau, le 18 mai 2006

Nous sommes réunis aujourd’hui à Pau, en la maison mère des parachutistes, pour rendre un dernier hommage au
sapeur parachutiste de 1re classe Kamel Elward, tombé lundi en Afghanistan, en accomplissant sa mission au service
de la paix.

Toute la communauté militaire, et l’ensemble de la Nation, se rassemble dans une émotion partagée, pour soutenir
sa famille.

Les mots ont peu de poids face à la douleur que représente la perte d’un fils, d’un frère, d’un ami, d’un compagnon
d’armes.

Je veux néanmoins vous exprimer toute ma tristesse, ma compassion et ma solidarité.

En cet instant de profonde émotion, j’ai conscience des sacrifices que demande la France à ses soldats et à leur
famille, lorsqu’elle les envoie loin de nos frontières, pour rétablir et préserver la paix.

Sapeur parachutiste Kamel Elward, vous étiez animé du désir inébranlable de servir la France.

En novembre 2003, au jeune âge de 19 ans, vous souscrivez un contrat d’engagé volontaire de l’armée de terre, pour
servir au 17e régiment du génie parachutiste à Montauban.

La notoriété de ce régiment n’est plus à faire.

Depuis 1945, le génie parachutiste a participé à tous les conflits dans lesquels la France a été engagée.

– 10 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Les « paras » sont devenus, notamment depuis 1978 avec les opérations au Liban, des Le courrier des lecteurs
experts en matière de déminage, méritant ainsi leur surnom de « démineurs de l'espoir ». ◆ In memoriam
L’actualité en bref
Sur tous les théâtres d’opérations, leur béret rouge est synonyme d’espoir pour les populations. Le génie combat
Le génie construit
D’emblée, Kamel Elward, vous vous reconnaissez parfaitement dans cette communauté. Le génie secourt
Le génie instruit
Vous considérez le régiment comme votre seconde famille. Histoire
A savoir
Quelques mois après votre engagement, vous êtes breveté parachutiste et décrochez la Témoignage
qualification « MINEX 1 ». Expérience
FNG
Vous êtes un sportif complet qui aime donner le meilleur de soi-même, dans quelque
discipline que ce soit.
En permanence, vous recherchez le travail en équipe et êtes très apprécié de tous vos
camarades.
Vous exécutez toujours les missions qui vous sont confiées avec le plus grand sérieux.
D’octobre 2004 à février 2005, vous effectuez votre première mission hors de l’Hexagone,
à La Réunion. Votre excellent état d’esprit et votre disponibilité y sont remarqués.
En section isolée sur l’île d’Europa, vous prouvez toutes vos qualités. Polyvalent, vous
assurez, en plus de votre métier de sapeur parachutiste, celui de boulanger pour le soutien
de ce détachement coupé du monde.
Soucieux d’ouverture et de perfectionnement, vous profitez de toutes les opportunités qui
vous sont offertes, pour vous initier aussi bien à la plongée qu’à la conduite en mer.
Durant ces quatre mois, vous donnez la plus totale satisfaction à vos chefs, et vos mérites
sont récompensés par la distinction de 1re classe en mars 2005.
Dès votre retour en métropole, vous passez brillamment vos certificats militaire et
technique élémentaires, ainsi que le stage commando, confirmant les attentes de vos chefs.
En février 2006, vous rejoignez l’Afghanistan dans le cadre de l’opération PAMIR, en
qualité de sapeur démineur, au sein de la section génie du bataillon. Déjà expérimenté,
vous prenez, dès votre arrivée sur ce théâtre, toute la mesure de l’importance de votre
mission.
Le lundi 15 mai 2006, en tant que premier sondeur dans son cheminement, vous êtes
victime de l’explosion d’une mine anti-personnel, au cours d’une opération de dépollution
des abords de l’ancien camp de l’armée nationale afghane.
Cette mission périlleuse vous a coûté la vie, vous enlevant cruellement et brutalement à
l’affection de tous vos proches, famille et amis.
Sapeur parachutiste de 1re classe Elward, vous avez fait preuve, dans votre trop courte
carrière militaire, des plus belles qualités, accomplissant votre mission avec courage et
détermination, malgré les risques encourus.
Vous êtes allé au bout de vos convictions et avez servi votre pays de façon exemplaire,
jusqu'au sacrifice suprême.
En vous disant adieu ce jour, et avant de vous remettre la médaille militaire et la croix de
la valeur militaire justifiées par votre conduite, je m’incline respectueusement devant votre
courage.
Au nom de l’ensemble du gouvernement et en mon nom propre, je vous exprime
solennellement toute l’admiration de la France et des Français.

Vous resterez à jamais dans nos mémoires.


Signé
Michèle ALLIOT-MARIE
ministre de la Défense

– 11 –
Les uniformes du génie des gardes impériales
sous les premier et second Empire en 9 cartes postales
de Michel Pétard

Un
tirage
inédit !

Le lot de 9 cartes : 10 € (frais de port inclus)


Contact auprès de la cellule Culture d’arme :
02 41 24 85 05 ou 82 40
cca.musee.esag@wanadoo.fr

rédactiéon Châteaux et forteresses


La a aim
du Moyen Âge en Val de Loire
Après avoir visité plusieurs des châteaux bâtis autour du Val
de Loire au Moyen Âge, on pourrait « tout savoir » des
événements historiques dont ils ont été le théâtre, tout en
méconnaissant les défenses qui en faisaient des résidences
fortifiées et parfois même de véritables forteresses. En ce
domaine, devant des ruines souvent difficiles à comprendre ou
des monuments partiellement reconstruits, le visiteur est trop
souvent livré à ses seules connaissances historiques et
archéologiques.
Ce livre se propose de remédier à cette lacune, permettant
ainsi à l'amateur averti de « vieilles pierres », comme au simple
curieux, de profiter plus pleinement de ses visites. Ils y
trouveront un aperçu du contexte historique et des quelques
principes qui guidaient les bâtisseurs, des clés pour chercher à
mieux saisir les plans, les élévations et les systèmes défensifs
des châteaux et places fortes du Moyen Âge, dans une région
particulièrement riche en ce domaine.
Docteur en anthropologie historique, Daniel Schweitz a
notamment participé aux fouilles des châteaux de Lavardin,
Fréteval, Tours et Issoudun. Il a déjà publié des notices
présentant au grand public et aux amateurs certains des
grands châteaux médiévaux du Val de Loire.

– 12 –
>> LA 21E COMPAGNIE À FONTEVRAUD PHOTO ESAG

Le lundi 6 février 2006, un tir à la mitrailleuse 12,7 était organisé au camp


national de Fontevraud au profit des personnels de la 21e compagnie. Ainsi, sous
la houlette de l’adjudant-chef Médina, bon nombre de cadres et de sapeurs ont
pu apprendre ou réapprendre à tirer avec l’une des 4 pièces mises
PHOTO ESAG en batterie, et en même temps se faire plaisir. En effet, la totalité de
la dotation annuelle de la compagnie a été consommée à cette
occasion, soit 5 000 cartouches ! Chaque tireur a donc pu tirer au
moins une « bande de 100 ».
Les tireurs et les munitions étaient au rendez-vous, une météo favorable a
régné au cours de la journée, la disponibilité de la cellule tir du camp a permis
d’optimiser le temps imparti. Bref, cette occasion unique donnée à la
21e compagnie de pouvoir utiliser ses 4 mitrailleuses 12,7 a été pleinement
rentabilisée.

VIGIPIRATE <<
Engagé dans l’opération Vigipirate le jeudi 16 mars 2006, un trinôme commandé par le caporal-chef Tostivint patrouille dans la gare
du Nord. À 18 heures, une passante signale une altercation entre deux jeunes et des policiers dans la galerie marchande. Le premier
trinôme converge alors dans la zone et s’interpose immédiatement entre les policiers malmenés et les jeunes. La surprise de
l’intervention alliée à une attitude ferme des trois sapeurs a pour effet de faire reculer les jeunes qui ne savent pas quelle attitude
adopter face à des militaires malgré leur nombre important.
Le renfort du deuxième trinôme et l’arrivée sur zone d’une quinzaine de policiers permettent
de stabiliser momentanément une situation délicate. Les policiers décident de disperser les
jeunes de plus en plus nombreux sur la zone tandis que le personnel du 1er RG reste auprès
des deux policiers choqués.
Leur comportement et leur sang-froid témoignent de la parfaite maîtrise de l’emploi de la
force dans les missions Vigipirate et démontrent leurs qualités de soldat, sapeurs et
spécialistes.

Premier trinôme : Deuxième trinôme : Autre personnel étant intervenu :


• caporal-chef Tostivint • sergent Schaeffer • sergent-chef Cicuto
• caporal Lidec • caporal-chef Lebret • (adjoint du détachement)
• 1re classe Véga • caporal Renault PHOTO 1ER RG

>> LES INVALIDES

En 1671, Louis XIV décida la création de l’hôtel des Invalides destiné à PHOTO DROITS RÉSERVÉS

accueillir les vétérans de ses guerres.


La direction des travaux est confiée à l’architecte libéral Bruant. Dès 1674, les
premiers pensionnaires peuvent s’installer dans les bâtiments.
À partir de 1677, débute l’édification de l’église qui sera divisée ultérieure-
ment en église des soldats et en église du Dôme.
Le programme s’achèvera sous la direction de Jules Hardouin-Mansart en
1706.
L’église des soldats appelée église Saint-Louis ouvre sur la cour des Invalides.
L’église du Dôme qui donne sur la place Vauban est devenue nécropole mili-
taire. En 1840, le transfert du corps de l’empereur Napoléon Ier est décidé et
maintenant il repose dans un tombeau dû au sculpteur Visconti (1861).
En 1808, le cœur de Vauban est déposé aux Invalides.
En 1847, le corps du général Bertrand est mis dans un tombeau proche de
celui de l’empereur.
En 1848, le corps du général Duvivier tué pendant les émeutes est déposé aux Invalides.
En 1915, le corps de Rouget de Lisle est placé aux Invalides en attente de son transfert au Panthéon.
En 1931, le corps du général Roques, premier inspecteur de l’aéronautique est déposé aux Invalides.

– 13 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
LES REQUINS AU CENTAC <<
Sommaire
Le courrier des lecteurs Dans le cadre de la rotation au CENTAC du 3 au 14 avril 2006, la 3e compagnie de combat
In memoriam a détaché une section, renforcée de deux EBG et d’un MPG, au profit des Furieux de la
◆ L’actualité en bref 2e compagnie du 16e bataillon de chasseurs, le tout soutenu par sept mécaniciens du NTI.
Le génie combat Les toiles de tentes du bivouac Sainte-Suzanne, consacrées à l’équipement des personnels
Le génie construit
et des véhicules, à l’entraînement et à quelques reconnaissances du camp de Mailly
Le génie secourt
Le génie instruit (aujourd’hui beaucoup moins boisé que par le passé), ont hébergé le détachement durant la
Histoire première semaine. Puis, le dimanche soir, est arrivé l’ordre de mouvement. Signal de départ
A savoir de 96 heures d’exercice tactique durant lesquelles le sous-groupement Azur (soit trois
Témoignage sections et un TAC P du 16e BC, le peloton des forces avancées du 6/12 cuirassés, un élément
Expérience d’observation du 1er RAMa et bien sûr les sapeurs de Leclerc) allait se mesurer aux miliciens
FNG
et aux compagnies mécanisées Ocres de la FOR (ce) AD (verse).
Une excellente opportunité pour les personnels de la 3e CCG de démontrer leurs savoir-faire
dans les domaines de l’appui à la mobilité, à la contre-mobilité et de la
PHOTO 13 RG
e
sauvegarde-protection après leur projection en Côte d’Ivoire. L’occasion
aussi de pointer les faiblesses de chacun face à un ennemi manœuvrier
et sans complaisance pour qui se poste mal ou relâche sa vigilance ne
serait-ce qu’un instant. Un exercice qui a éprouvé la résistance physique
et mentale de chacun et qui a permis de remettre les choses à leur place.
Pour conclure : quinze jours riches d’enseignements et une excellente
base de travail pour encore améliorer le mordant des Requins. Avec de
surcroît un soleil improbable et pourtant une indéfectible fidélité durant
toute la rotation. Mais que demander de plus ?

Lieutenant SIMON

>> RÉUNION TRILATÉRALE DES DEP DU GÉNIE FRANÇAIS, BRITANNIQUE ET ALLEMAND (16-19 MAI 2006)

Pérennisant une tradition ancrée depuis une vingtaine d’années, les organismes allemand, PHOTO DROITS RÉSERVÉS

britannique et français chargés d’études doctrinales et de prospective au profit de leur génie


respectifs se sont retrouvés pour un séminaire annuel, à Munich, du 16 au 19 mai 2006.
Cinq officiers de l’ESAG participèrent à ce rendez-vous d’échanges et de discussions
puisque, aux côtés du colonel Henry, directeur des études et de la prospective, et de deux
de ses officiers, figuraient le lieutenant-colonel Orthen et le lieutenant-colonel Coutts, tous
deux officiers de liaison à l’école.
Au programme du séminaire, la participation à l’exercice « Hambourg », destiné à présenter
les savoir-faire du génie aux stagiaires de la « Führungs Akademie », l’équivalent de notre
Collège Interarmées de Défense, a constitué un temps fort. Les spectateurs de cette
démonstration ont pu relever le haut degré d’entraînement et le niveau technologique
incontestable qui caractérisent le génie allemand contemporain.
Par ailleurs, le séminaire s’articulait autour de présentations et d’échanges de points de vue
portant sur l’organisation, les structures, les équipements et la doctrine du génie. Si les
approches divergent parfois sensiblement d’un pays à l’autre, il n’en demeure pas moins que les grands problèmes rencontrés
à Minley, Munich ou Angers se caractérisent par une forte similitude : sous-représentation du génie dans les opérations
extérieures, budgets sous-dimensionnés pour garantir les plans d’équipements, définition et harmonisation de la notion de
« chief engineer », difficultés d’initier des programmes en coopération, adaptabilité des structures aux besoins opérationnels,
coopération interarmées,…
La qualité des échanges et la convivialité de l’accueil ont contribué à l’intérêt de cette réunion dont la prochaine édition se
déroulera à l’ESAG, en mai ou juin 2007.

Lieutenant-colonel THOMAS

LA FNAS (RE)DEVIENT LA FÉDÉRATION NATIONALE DU GÉNIE (1) <<


Ce 11 mai 2006 marquera une date d’une extrême importance pour notre fédération. En effet, avant de tenir son
assemblée générale ordinaire, la Fédération Nationale des Amicales de Sapeurs (F.N.A.S.) a décidé, au cours d’une
assemblée extraordinaire et à l’unanimité des présents et représentés, d’adopter ses nouveaux statuts.
Ceux-ci se traduisent d’abord par une appellation plus fédérative, Fédération Nationale du Génie
(F.N.G.), mais aussi par un fonctionnement simplifié par la suppression des structures régionales et
surtout par une volonté affichée d’orienter davantage la fédération vers des actions à caractère social
au profit de tous les adhérents, qu’ils soient anciens ou encore en activité, sans pour autant négliger le
devoir de mémoire et le maintien des liens de camaraderie qui est à l’origine de son existence.
Nous souhaitons prospérité et longue vie à cette F.N.G. que ses adhérents ont voulue et qu’ils ont
maintenant la volonté de faire vivre et de développer.

(1) Adoptée en 1966, cette appellation était ensuite tombée en désuétude et remplacée par celle de Fédération Nationale des Anciens Sapeurs
puis par Fédération Nationale des Amicales de Sapeurs.

– 14 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
>> UN PEU D’HISTOIRE, UN PEU DE GLOIRE… Composition
La vraie croix de Baugé, ancêtre de la croix de Lorraine Sommaire
Le courrier des lecteurs
Cette croix à deux croisillons représente la croix du Christ réalisée par assemblage de trois morceaux de bois In memoriam
taillés dans la vraie croix. Elle fut rapportée de Constantinople par le croisé Jean d’Alluye qui la vendit en 1244 ◆ L’actualité en bref
Le génie combat
aux moines Cisterciens de l’abbaye de La Boissière. Mais craignant l’insécurité qui régnait dans la région, les
Le génie construit
religieux la confient à Louis Ier d’Anjou. Le génie secourt
Le duc Louis Ier d’Anjou (1339-1384) en fait un ordre de Chevalerie Le génie instruit
PHOTO DROITS RÉSERVÉS symbolisé par une croix à double traverse qui va apparaître sur la tapisserie Histoire
de l’Apocalypse et sur la clef de voûte de la chapelle en construction dans A savoir
le château d’Angers. Louis Ier d’Anjou fait décorer la relique par un orfèvre. Témoignage
Elle devient un objet d’art de grande valeur comme le montre la Expérience
FNG
reproduction ci-contre.
Le petit-fils de Louis Ier, René Ier, le bon roi René (1409-1480) épouse
Isabelle de Lorraine et se rend en Lorraine avec la croix d’Anjou sur ses
bannières. Le petit-fils du roi René, René II duc de Lorraine va arborer sur ses étendards
cette croix pour lutter contre Charles le Téméraire.
À la suite des désastres de Morat et de Grandson (Suisse), le Téméraire se replie en
Lorraine mais il est tué et son corps est dévoré par les loups, sous les murs de Nancy
en 1477.
Pour célébrer cette victoire et la perpétuer, la croix à double traverse va devenir le
symbole de la famille ducale, de la nationalité lorraine et de la ville de Nancy. La
croix de Lorraine est née.
En 1940, le vice-amiral Muselier, d’origine lorraine, se rallie au général de Gaulle et
fait adopter la croix de Lorraine comme signe de ralliement des Forces Françaises
Insigne de la 9e BIMa
Libres.
Tous les insignes des unités des F.F.L. vont porter cette croix comme la 9e division
d’infanterie coloniale qui va devenir 9e DIMa, puis 9e BIMa.
Les sapeurs du 6e régiment du génie appartenant à cette grande unité portent donc sur la manche cette belle
croix à double traverse à bouts tréflés comme la vraie croix de Baugé. Pour un régiment angevin, c’est
superbe ! N’est-ce pas ?
La Vraie croix de Baugé (1) Général Bernard RICHE

(1) Les 6 extrémités de la croix à double traverse en bois ont été coiffées par une gaine d’or pur rehaussée par 17 rubis, 19 saphirs et 79 perles qui présentent ainsi un décor de
pierreries quel que soit le côté d’où l’on regarde cette croix, deux Christ en or repoussé sont cloués de l’avers et au revers de la croix.
(1) La traverse supérieure porte d’un côté un agneau pascal (sur la photo présentée) et de l’autre une colombe du Saint-Esprit. L’extrémité inférieure du fût est placée dans un
pied en argent revêtu d’or. Le reliquaire est connu actuellement sous le nom de vraie croix de Baugé. C’est cet aspect tréflé qui a été retenu pour la croix d’Anjou puis la
croix de Lorraine.

Besoin d’informations récentes ? Rendez-vous sur le :

W EBZ INE de l’ESAG

u r : e.com
s itair
il
enie-m
ww.g
w

– 15 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
« OPÉRATION ÉCOLIERS FRANC-COMTOIS » : <<
Sommaire DISTRIBUTION DES FOURNITURES AUX ENFANTS KOSOVARS
Le courrier des lecteurs
In memoriam Il y a 3 mois, le capitaine Julien sollicitait les écoles franc-comtoises PHOTO 19e RG
◆ L’actualité en bref
pour participer à l’opération humanitaire « écoliers franc-comtois soli-
Le génie combat
Le génie construit
daires ». Grâce à la solidarité des écoliers de Besançon ainsi qu’aux per-
Le génie secourt sonnels du 19, une dizaine de cartons, remplis de fournitures scolaires
Le génie instruit et d’habilement, ont pu être collectés et acheminés vers le Kosovo.
Histoire Fin mai, une partie de ces fournitures (le 40e RA prend le relais) a été
A savoir distribuée aux écoliers kosovars qui ont manifesté leur joie en offrant des
Témoignage dessins accompagnés de lettres de remerciement.
Expérience
FNG
Le 19e régiment du génie peut être fier d’avoir pu redonner le sourire à
ces enfants démunis, et de leur permettre d’accéder à l’un des droits
fondamentaux pour un enfant : le droit à l’éducation.

>> ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ASSOCIATION « MUSÉE DU GÉNIE »

Le 14 juin dernier, l’assemblée générale de l’association « Musée du Génie » s’est tenue à l’École supérieure et
d’application du génie. Les membres de l’association étaient conviés à cette assemblée générale ordinaire annuelle.
Nous avons dénombré quarante-deux membres présents. Le général de division Jean-Loup Chinouilh nous faisait
l’honneur d’être là, accompagné du chef de corps, le colonel Jean-François Gros. La présence de l’ancien maire de la
ville d’Angers, M. Jean Monier, a été remarquée. C’est un fidèle de nos assemblées annuelles. L’ordre du jour était bien
rempli, il a permis au président Dallemagne de faire un point précis du rapport moral, puis le trésorier,
Claude Takacs, a dressé le rapport financier. Un point de situation du projet de la cité du Génie a été abordé
ensuite par Jean Mouly. À l’issue les participants étaient invités à visiter le chantier de démolition du
bâtiment « le Quernon » ; chantier terminé au rez-de-chaussée et en cours de réalisation à l’étage.
Ceux parmi vous qui souhaiteriez en savoir plus, vous êtes cordialement invités à la lecture du prochain
bulletin de liaison de l’association qui paraîtra à l’automne.
Ce dernier donnera un compte rendu complet de cette assemblée. Pour ceux qui le désirent vous pouvez
rejoindre les rangs de l’association grâce au bulletin d’inscription inséré dans ce numéro. Nous sommes
PHOTO ESAG actuellement 1160 adhérents, rejoignez-nous !

LES ANCIENS DU 4E RG AUPRÈS DU CAPITAINE (ER) ALAIN LIARD <<

Il y a bientôt 11 ans, le capitaine Liard, alors commandant


d’unité de la 1re compagnie de combat du 4e RG faisait une
chute en escalade lors d’un stage à l’EMHM (École militaire
de haute montagne). Grièvement blessé, il est depuis
pensionnaire dans une structure adaptée proche de Salon-
de-Provence. Chaque année, son ancien chef de corps, le
général Dorange-Patoret, lui rend visite et a d’ailleurs, par
PHOTO ??????????

son exemple, instauré une tradition chez ses anciens


De gauche à droite :
subordonnés. CBA Thierry Boué (6e RG),
Quelques officiers du 4e RG ayant connu le capitaine Liard CBA Frédéric Bonini (RTSE/BSI),
se sont ainsi retrouvés autour de lui pour lui témoigner leur CNE (ER) Alain Liard,
affection le samedi 1er juillet. CBA J.-F. Plantec (ESAG).

>> L’ADIEU AUX ARMES DU GÉNÉRAL DE DIVISION DEBARNOT

Lors de la prise d’arme de la


Convention du génie, le 16 juin
2006, en présence de tous les
drapeaux et fanions de l’arme, le
général Debarnot a fait ses PROCHAINE SAINTE BARBE <<
adieux aux armes. Le général DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU GÉNIE
d’armée Cuche a donné lecture
d’un ordre du jour élogieux sur La célébration nationale de la Sainte Barbe se déroulera à Paris le
la carrière de celui qui fut entre dimanche 26 novembre 2006 selon le programme suivant :
autre, chef de corps du 71e RG et - 9 h 45 dépôt de gerbe à l’Arc de Triomphe
commandant de la brigade de - 11 heures cérémonie religieuse dans la chapelle du Val de Grâce.
sapeurs pompiers de Paris. - 12 heures cocktail
Si vous souhaitez recevoir une invitation pour cette cérémonie
inscrivez-vous auprès de votre président d’amicale avant le 26 août.
Merci d’avance
PHOTO ESAG
Général RIGOUX

– 16 –
www.genie-militaire.com

– 17 –
7 mars 2006, 13 heures : le parc des expositions de Charleville-Mézières est tenu par une milice
composée d’une vingtaine de civils. Les PAT (1) du 3e RG, à peine dropés par hélicoptère, s’infiltrent
par la Meuse pour atteindre les conduites d’évacuation des eaux du parc. Dans quelques instants, ils
vont prendre contact avec l’ennemi et rendre compte de la situation. « Ardennes 2006 » vient de
commencer !

EXERCICE RÉGIMENTAIRE : « ARDENNES 2006 »


« AU CŒUR DE LA VILLE,
Aspirant BONNE
OCI du 3e RG LE 3 GÉNIE À LA MANŒUVRE »
E

L’exercice régimentaire « Ardennes PHOTO 3E RG mécanisée se dirige vers le


2006 » s’est déroulé du 7 au 9 mars Nord, le 3e RG s’est vu
2006 dans Charleville-Mézières confier une mission de sécu-
intra-muros. Cet exercice interarmes a risation sur les arrières de la
rassemblé pendant 3 jours une brigade. Cette zone est
force venant de 10 unités diffé- fortement menacée par un
rentes comprenant 800 personnes haut degré d'insécurité, ris-
et 200 véhicules dont 4 Leclerc, quant de compromettre la
les engins du 3, 20 VAB, 50 PL, manœuvre de la brigade
2 Gazelles et 3 Pumas. engagée dans l'action princi-
pale avec tous ses GTIA (2) à
À cette occasion, le 3e régiment du dominante blindée ou infan-
génie a innové et exploré de nouvelles terie.
voies qui pourraient se révéler pro- UN EXERCICE
metteuses avec l’évolution des mis- Constitué à partir des unités conser-
sions dévolues au génie dans le cadre
INTERARMES ORIGINAL vées aux ordres du 3e régiment du
des Actions en Zone URbaines génie renforcées de deux compagnies
(AZUR), dont la 1re brigade mécanisée d’infanterie des 1er RI (3) et 1er RTir (4),
est une des deux brigades pilotes.
UN THÈME CLASSIQUE
d’un peloton de chars Leclerc, d’un
QUI PREND EN COMPTE détachement du 501e RCR (5), d’une
LES CONFLITS RÉCENTS… section d’appui mortier du 8e RA (6) et
de divers éléments divisionnaires
Le thème tactique est classique : une d’appui (ASA (7) et ALAT (8) notam-
(1) Plongeur de l’Armée de Terre
(2) Groupement Tactique InterArmes région instable où des ethnies s’affron- ment), le GTIA B est chargé d’assurer
(3) Régiment d’Infanterie tent, dans laquelle une milice terro- la sécurité de la zone arrière de la bri-
(4) Régiment des Tirailleurs riste profitant du désordre menace de gade. Celle-ci inclut la localité de
(5) Régiment de Circulation Routière
déstabiliser la région et où une force Carolomasziir et constitue un nœud
(6) Régiment d’Artillerie
(7) Artillerie Sol-Air multinationale est envoyée pour réta- routier vital pour la logistique de l’en-
(8) Aviation Légère de l’Armée de Terre blir la paix. Alors que la 1re brigade semble de la division. Cette mission

– 18 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
sera assurée jusqu’au 9 mars après- PHOTO 3E RG
Composition
midi avec la relève par les éléments de Sommaire
la 25e brigade d’infanterie. Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
◆ Le génie combat
… AVEC DEUX OBJECTIFS MAJEURS Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Le premier objectif était d’entraîner Histoire
A savoir
tous les participants à réagir face à des Témoignage
situations aussi réalistes que possible. Expérience
Le second, outre l'entraînement dans FNG

le cadre de missions spécifiques au


génie dans un cadre interarmes, était
De même, de nombreux incidents ont de passage, franchissement amphibie,
d’expérimenter le commandement
été distillés tout au long de l’exercice reconnaissance, dépollution et démi-
d’un GTIA par un régiment du génie
avec attaque de convoi logistique avec nage de zone, participation à la saisie
(déjà réalisé en format Proterre lors de
blessés (et donc EVASAN), prise de points, participation à la fouille
la commémoration du 60e anniversaire
d’otages à la préfecture et à l’usine d’habitations en milieu urbain.
du débarquement en Normandie). Le
désaffectée, attaque d’un point de
chef de corps, tout en restant le
contrôle par un terroriste et attaque à La section AZUR a notamment pu
conseiller, doit commander son GTIA
la roquette sur le PC du GTIA. mettre en application l’expérience
de façon directe avec les traditionnels
acquise lors des nombreux exercices
« OPO » (9) et des « FRAGO » (10).
auxquels elle a participé dans le cadre
de son mandat.
TROIS JOURS
UN ENNEMI INTELLIGENT ET RÉACTIF
D’EXERCICE Elle s’est particulièrement distinguée
lors de la prise de la Macérienne, une
Afin d’augmenter le réalisme de PARTICULIÈREMENT friche industrielle, où il a fallu succes-
l’exercice, une compagnie de milice a DENSES sivement faire franchir une zone
été mise sur pied à partir des sections
minée à la compagnie du 1er RI,
à l’instruction de la CAS1 (11), compre-
appuyer la reconnaissance de l’usine
nant trois sections d’infanterie motori- POUR LES UNITÉS JOUEUSES qui avait été valorisée par la section
sées (FGI (12), FGE (13), section de DU GÉNIE… du lieutenant Gardes, puis mettre en
marche) et une section génie (FSI [14]),
place une travure PAA sur un fossé
aux ordres du capitaine Cornée.
Le commandement du GTIA a été antichar pour que le TC1 de la com-
assuré par un PCR (15) en shelter. Sa pro- pagnie rejoigne son unité.
La mission de cette unité était de tenir
tection a été effectuée par l’UIR (16) dans
les points névralgiques de la zone de
le cadre des MICAT (17). Cette unité a Enfin, jouant la milice, les sapeurs à
manœuvre située en centre-ville, dont
aussi réalisé un check point qui prenait l’instruction ont pu mettre en pratique
notamment les principales emprises
en compte les RETEX (18) des conflits où tous les savoir-faire acquis au cours
du régiment. Cette défense a été assu-
sont engagés Israéliens et Américains. des semaines précédentes et ce, dans
rée avec des mines, pièges et barri-
le cadre d’un exercice interarmes et
cades de véhicules comme savent si
Si la compagnie d’appui a mis en face à des troupes aguerries.
bien le faire les sapeurs du 3 ! Les
œuvre ses moyens de franchisse-
joueurs avaient donc face à eux une
ment PAA et EFA, les compagnies de Les groupes du 2e RG ont quant à eux
opposition réaliste et décidée « à
combat ont réalisé une grande partie assuré la production d’eau et d’électri-
vendre chèrement sa peau »… Par
de leurs missions : activation de points cité pour le TC2 et le PC.
ailleurs, une vingtaine de personnels
civils a participé en tant que réfugiés
et manifestants devant le PC du GTIA ! PHOTO 3E RG

(9) Ordre d’Opération


(10) FRAgmentary Order
(11) Compagnie d’Administration et de Soutien
(12) Formation Générale Initiale
(13) Formation Générale Élémentaire
(14) Formation de Spécialité Initiale
(15) Poste de Commandement Régimentaire
(16) Unité d’Intervention de Réserve
(17) MIssions Communes à l’Armée de Terre
(18) RETour d’EXpérience

– 19 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition … AINSI QUE POUR LES UNITÉS PHOTO 3E RG

Sommaire SPÉCIALISÉES DU RÉGIMENT


Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref Les PAT du lieutenant Petiau ont été
◆ Le génie combat
Le génie construit
particulièrement actifs pendant ces
Le génie secourt trois jours. Grâce aux reconnaissances
Le génie instruit et contacts pris par le sergent-chef
Histoire
A savoir
Palmont, ils ont pu réaliser un grand
Témoignage nombre de missions. Le premier jour a
Expérience débuté avec le droppage par un Puma,
FNG
une infiltration suburbaine depuis la
Meuse vers le parc des expositions,
puis la reconnaissance des berges en
… COMME POUR LES UNITÉS
vue du franchissement amphibie pour
DE MÊLÉE ET D’APPUI… la saisie d’une tête de pont au niveau L’emploi des appuis ALAT, artillerie et
du parc des expositions.Le second jour circulation a été réalisé dans un envi-
Les unités de mêlée ont pu mettre en a vu l’intervention de la section pour la ronnement urbain dans lequel ils
œuvre leurs savoir-faire classiques : saisie d’un pont et le désamorçage n’ont pas toujours l’habitude d’être
conquête d’un espace de manœuvre, d’un dispositif de mise de feu mis en employés. Pour la circulation, il a fallu
mise en place et activation de check place par les miliciens. Puis en s’infil- par exemple appuyer dans ce cadre le
point, extraction de ressortissants, trant en zodiac par la Meuse, l’action mouvement des EFA, PAA et Leclerc,
conquête de points clés du terrain s’est poursuivie par la libération trois matériels majeurs. La SAM a pu
(usine et dépôt militaire), fouilles d’ha- d’otages détenus à la préfecture et le effectuer deux mises en position de tir
bitations, reconnaissances, combat en suivi de la reconnaissance des berges avec mise en place par Puma et réali-
localité. départ et arrivée pour le franchisse- ser un franchissement sur EFA.
ment du TC 2. Enfin, les PAT sont inter-
Grâce aux moyens présents, quelques venus en soirée pour l’exfiltration
actions particulières ont pu être d’une autorité dans une zone tenue par … ET PERMIS UN CONTACT
conduites : héliportage d’une compa- l’ennemi en centre-ville de Charleville. PRIVILÉGIÉ AVEC LA POPULATION
gnie dans une agglomération, saisie
d’une position minée et piégée, fran- Les EOD (19) de l’adjudant-chef Cette action a entretenu et développé
chissement par moyens du génie, Plubeau ont quant à eux multiplié les l’image du régiment au niveau local et
zodiacs, PAA et EFA, raid artillerie interventions sur les pièges, véhicules régional, en exposant à la population
héliporté d’une SAM, EVASAN, et colis suspects, employant également une situation assez fréquente en opé-
contrôle de zone en ville, contrôle de les chiens spécialisés en recherche ration, fondée sur le contrôle de foule
foule, appui mouvement, appui feu d’explosifs du 132e BCAT. Le point avec emploi de tous les moyens à la
pour les Leclerc, l’ALAT et l’artillerie, d’orgue a été la réalisation d’un check disposition d’un GTIA (chiens, EBG,
escorte de convoi pour la circulation point en prenant en compte les RETEX Leclerc…). Les matériels de l’armée
et l’ALAT. Observation, reconnais- de l’Irak et du conflit israélo-palesti- de terre ont par ailleurs été présentés
sance et transport de troupe ont été les nien. L’organisation de ce check point aux écoliers de la ville. Les regards et
missions permanentes de l’ALAT. visait à protéger le personnel contre sourires de ces enfants qui ont pu tou-
toute attaque terroriste. cher, monter dans les engins militaires
PHOTO 3E RG
et poser toutes sortes de questions aux
servants des matériels exposés ont
confirmé que cet exercice, en plus de
UN EXERCICE RICHE son aspect opérationnel, a participé à
D’ENSEIGNEMENTS… leur éducation civique donnant peut-
être envie à certains de passer de
l’autre côté de la barrière dans une
… QUI A OFFERT AUX PARTICIPANTS dizaine d’années !
UN ENTRAÎNEMENT RÉALISTE…
Afin de garantir le bon déroulement
Les trois sous-groupements ont eu un d’un tel exercice en zone urbaine, une
maximum de liberté pour organiser collaboration étroite avec les autorités
leur action. À leur demande, ils pou- administratives et territoriales fut
vaient être renforcés de moyens adap- indispensable, permettant de bénéfi-
(19) Élément Opérationnel de Dépollution
tés (EBG, EFA, NEDEX (20), chiens…) cier d’un environnement sûr grâce à
(20) Neutralisation, Enlèvement et Destruction en fonction de leur mission et des dif- une présence policière constante et de
des EXplosifs ficultés rencontrées. quelques aménagements.

– 20 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Enfin, grâce à l’étroite collaboration PHOTO 3E RG
Composition
entre les médias, la ville et le régi- Sommaire
ment, les Carolomacériens ont pu Le courrier des lecteurs
In memoriam
suivre jour par jour le déroulement de L’actualité en bref
l’exercice dans les journaux et à la ◆ Le génie combat
télévision. En effet, il a été nécessaire Le génie construit
Le génie secourt
d’informer la population en amont et Le génie instruit
pendant l’exercice pour obtenir l’ad- Histoire
hésion générale et pour lui éviter A savoir
Témoignage
d’éventuelles gênes. Cette opération a Expérience
ainsi été menée de concert avec le ser- FNG
vice communication de la ville et les
médias.
PHOTO 3E RG

« Ardennes 2006 » a pris en compte


tous les théâtres où la 1re brigade
mécanisée sera déployée pendant
l’été 2006 : Kosovo, Afghanistan,
Afrique, et s’est inspiré des conflits
récents pour y ajouter des actions ter-
roristes et des manifestations de popu-
lation civile. Par ailleurs, il a autorisé
l’exploration de nouvelles pistes réa-
listes susceptibles de déboucher, pour
le génie, sur le commandement d'un
GTIA en OPEX tout en mettant en
avant l’importance du génie dans le
cadre de la conquête de zones
urbaines. En effet, compte tenu de la
complexité des réseaux urbains, des
multiples obstacles constitués par ces
mêmes réseaux et de la facilité de
valorisation de ceux-ci, rien n'interdit
d’imaginer que les armes de mêlée La prise en compte de la partie com- coopération avec la ville et ses services
pourraient être parfois subordonnées munication a permis d’obtenir l’adhé- a créé un environnement libre de toute
au génie dans le cadre de telles sion de la population et a grandement contrainte et les commandants d’unité
actions ! facilité le déroulement de l’exercice. La ont pu diriger librement leur action.

PHOTO 3E RG

Déroulement général de l’exercice


Mardi 7 mars
Midi : DEBEX avec reconnaissances, mise en place d’une couverture par
héliportage, conquête d'une tête de pont et franchissement.
Objectif tactique majeur de la journée : s’emparer et contrôler une zone
avec l’installation du PC du GTIA et de son TC2.

Mercredi 8 mars
Conquête de points sensibles dans Charleville-Mézières, fouilles de
bâtiments, contrôle de zone et activation de check points.

Jeudi 9 mars
Opération « Austerlitz » avec évacuation de population (et présentation de
matériels), interception à l’Est de la ville.
Midi : FINEX.

– 21 –
Ces articles constituant le chapitre « génie construit », sont comme d’habitude envoyés par les unités
de la composante infra. Depuis la création du SID, ils sont transmis à la rédaction de Vauban, la Lettre
du génie avec l’aimable autorisation de la DCSID.

Officier communication
INSTALLATION GIACM DU de l’EG de Lyon

DANS LE BÂTIMENT 0016 À QGF


octobre 2005 ont permis la réalisation
de 34 bureaux, 5 salles de réunions et
4 salles d’instruction pour un effectif
d’une centaine de personnes. Le rez-
de-chaussée a été partiellement réha-
bilité (sous-station de chauffage et
PHOTO EG LYON
accès au bâtiment sur les pignons).

Construit en 1844 pour les trois pre-


miers niveaux puis en 1912 pour le
quatrième, le bâtiment 0016 fait partie
des anciennes fortifications de la ville
de Lyon. Situé au bord du Rhône, il
abritait autrefois une fabrique de
vitriol d’où son nom de « fort de la
Vitriolerie », puis assura l’héberge-
ment d’une compagnie du 22e RI.

Les travaux réalisés par l’établissement


du génie de Lyon ont consisté en une
restructuration intérieure complète du
bâtiment afin d’accueillir le groupe-
ment interarmées d’actions civilo mili-
taires (GIACM) dont l’implantation au

PHOTO EG LYON

quartier Général Frère a été décidée D’un montant de 3,7 M€ TTC, répar-
en octobre 2000, au terme de sa mon- tis en douze corps d’état, les travaux
tée en puissance. Dans la perspective ont présenté, au 2e niveau, une parti-
de s’adapter aux besoins et aux mis- cularité nécessitant des techniques
sions de cette unité, les travaux entre- spécifiques (démolition d’une voûte
PHOTO EG LYON
pris en décembre 2004 et terminés en existante en béton armé et création de

– 22 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

PHOTO EG LYON

plancher avec des poutres PHOTO EG LYON

métalliques de section
très importante à encas-
trer dans les murs en
pierre des façades et les
murs de refends, carot-
tages de diamètre volumi-
neux dans les voûtes exis-
tantes pour passage des
réseaux de distribution
des fluides).

L’installation d’un espace


communication de la
région terre Sud Est et d’un
musée militaire au rez-de-
chaussée, est actuelle-
ment à l’étude.

Souhaitant respecter le
caractère de cet édifice,
l’établissement du génie
de Lyon, a obtenu un sub-
til mélange d’ancien et de
moderne, alliant le métal,
le bois et la pierre.

PHOTO EG LYON PHOTO EG LYON

– 23 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
INAUGURATION
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
DES ABRIS À VÉHICULES
◆ Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
DU CORPS DE RÉACTION
A savoir
Lieutenant ÉTIENNE
Témoignage Chef de la section architecture
Expérience
FNG
et études spécialisées RAPIDE EUROPÉEN

premier abri et con-


ditionnelle pour le
second).

Une inauguration offi-


cielle s’est déroulée le
mardi 25 avril 2006
en présence du lieute-
PHOTO EG STRASBOURG
nant-général Charles-
Henri Delcour, com-
mandant le CRRE, du
L’établissement du génie de Strasbourg général de division
vient de livrer le second abri à véhi- Patrick Marengo
cules et matériels, situé au quartier (France) chef d’état-
Aubert de Vincelles à Strasbourg, au major, d’une déléga-
profit du corps de réaction rapide tion de personnels des
européen. différentes nations,
des représentants de
Il s’agit de la construction de deux l’établissement du PHOTO EG STRASBOURG

abris de 4 400 m2 chacun permettant génie de Strasbourg :


le stockage de véhicules et matériels. le lieutenant-colonel Armand
Schumacher directeur adjoint,
La solution proposée par l’établisse- M. Michel Bert chef du
ment s’est orientée vers deux édifices bureau maîtrise d’œuvre et M.
en forme de parallélogramme compo- Lazaro Caplin, chargé d’af-
sés d’une charpente en lamellé-collé faires ayant suivi l’ensemble
de grande portée, reposant sur des des études et travaux ainsi que
poteaux béton ovoïdes afin d’offrir le du responsable de la société
maximum d’espace libre ainsi qu’une Eiffage ayant réalisé ces
hauteur de passage à 4,60 m. ouvrages. PHOTO EG STRASBOURG

L’opération d’un montant final de Le lieutenant-général Delcour


2,93 M€ a été réalisée par un marché a exprimé toute sa satisfaction pour ses félicitations aux différents inter-
à tranches (tranche ferme pour le cette très belle réalisation en adressant venants dans cette opération de qua-
lité, menée conformément aux prévi-
sions, dans un parfait climat de
PHOTO EG STRASBOURG
coopération.

Le lieutenant-colonel Schumacher,
avant de couper le ruban symbolique
aux couleurs de l’Europe, a décrit
brièvement les phases successives de
la construction de ces deux abris et
rappelé l’importance du rôle de
chaque intervenant, sa présentation
était appuyée par les précisions tech-
niques de M. Caplin.

– 24 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG

VOYAGE D’ÉTUDE Composition


Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
DU DIPLÔME TECHNIQUE 59 L’actualité en bref
Le génie combat
◆ Le génie construit

DANS LA RÉGION DE MARSEILLE Le génie secourt


Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
M. LE FLOC’H
FNG
Division de l’enseignement scientifique

PHOTO ESAG ment depuis septembre 2005 le nou-


veau Service Infrastructure de la
Défense (SID).

L’organisation en collaboration avec


l’établissement du génie de Marseille
ainsi que le partenariat de la base
aérienne d’Istres et de la direction des
travaux maritimes de Toulon permet-
taient aux stagiaires d’appréhender les
nouvelles spécificités du SID, dans les
domaines de la conduite d’opération,
de la programmation, des schémas
directeurs, de l’intégration urbaine, et
des techniques de mise en œuvre.

Dans ce contexte, et après une pré-


sentation de l’établissement du génie
de Marseille, les stagiaires ont décou-
SID/EGM - Gendarmerie de Beauvau, 300 logements. vert les infrastructures de la base
aérienne 125 à Istres
Comme chaque année, les officiers- PHOTO ESAG
et le 25e régiment du
stagiaires de l’École supérieure et d’ap- génie de l’air spécia-
plication du génie à Angers en der- lisé dans les travaux
nière année de formation du diplôme de terrassement et de
technique option sciences de l’ingé- piste.
nieur, techniques opérationnelles d’in-
frastructure effectuent un voyage de fin Une journée complète
d’études ayant pour objectif d’enrichir fut consacrée à la
leur culture d’ingénieur. visite des installations
portuaires de la base
Cette année, la 59e promotion du navale de Toulon et au
diplôme technique et son encadre- bâtiment technique
ment, se sont rendus en région terre abritant depuis 18
Sud-Est du 28 mai au 3 juin 2006, mois le centre de for-
pour visiter des opérations d’infra- mation pratique et
structure en cours de réalisation, des d’entraînement à la
bâtiments civils et militaires mar- sécurité (CFPES) qui
quants et des réhabilitations de sites enseigne la lutte
industriels en rapport avec l’activité contre l’incendie et
du bâtiment et des travaux publics. les voies d’eau à bord
des navires. Pour
Dans une volonté d’accompagner compléter cette
l’actualité, la division de l’enseigne- approche, la direction
ment scientifique a orienté ce voyage des travaux maritimes
de fin d’études sur les missions et les de Toulon avait pro-
grands projets des organismes qui for- SID - Construction de l’hôpital de Toulon. grammé une visite

– 25 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
PHOTO ESAG Tigre au Luc et des nouvelles instal-
Sommaire lations pour le char Leclerc au 1er
Le courrier des lecteurs et au 11e régiment de cuirassiers à
In memoriam
L’actualité en bref
Carpiagne.
Le génie combat
◆ Le génie construit
Le génie secourt Enfin, les visites du projet urbain
Le génie instruit d’intérêt national « Euroméditerran-
Histoire
née » et du chantier de la gare Saint-
A savoir
Témoignage Charles confrontaient les stagiaires
Expérience aux enjeux de la rénovation urbaine
FNG
et aux réalisations techniques dans
le secteur civil.
de chantier du futur
hôpital militaire Sainte- Ce voyage d’études, orienté sur l’infra-
Anne. structure de la défense, se devait aussi
d’inclure des visites basées sur le
Le programme de ce devoir de mémoire avec notamment la
séjour s’appuyait aussi visite au mont Faron du mémorial du
sur la visite du chan- débarquement en Provence et du
tier de la nouvelle musée du 1er régiment étranger à
caserne de gendarme- Aubagne, sanctuaire d’un esprit mili-
rie de Beauvau à taire, fait de dévouement et d’abnéga-
Marseille, de la pré- tion, qualités essentielles que ne doi-
sentation de l’école vent jamais oublier nos ingénieurs
franco-allemande du Euroméditerrannée - Rénovation du bâtiment des anciens docks. militaires.

PHOTO ESAG PHOTO ESAG

SID/EGM - EFA - Tigre. Base aérienne 125 à Istres.

PHOTO ESAG

Le port de Toulon
depuis le mémorial
du Mont Faron.
CPE : la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, sans cesse au cœur de l’action et de
l’actualité, a prouvé encore une fois, au mois de mars, qu’aucune manifestation n’est sans
risque et que toute intervention doit être appréhendée avec la plus grande rigueur.
Prévention : « Mieux vaut prévenir que guérir », « à cœur vaillant rien d’impossible », tels sont
les adages que l’on pourrait utiliser pour résumer l’article du chef de bataillon Faure.
En effet, prévenir les risques incendie des infrastructures signifie, entre autres, prendre en
compte les évolutions architecturales, appliquer les réglementations et pour le chef de
bataillon Faure suivre une formation dans le civil afin d’optimiser le bureau prévention.
Explications…

MANIFESTATIONS
Caporal Julien CHENIVESSE
ANTI CPE Cellule communication

Le mois de mars a vu la jeunesse fran- PHOTO BSPP - R. DUSSERT

çaise descendre dans les rues de nom-


breuses villes. Sur front de contesta-
tion contre la loi sur le contrat
première embauche (CPE), les étu-
diants et lycéens, rejoints par les
syndicats, ont manifesté avec déter-
mination leur désaccord. Malheureu-
sement, des incidents ont chaque fois
émaillé ces rassemblements, amenant
les forces de l’ordre à intervenir. La
brigade, au cœur des événements, a
répondu une nouvelle fois présente
en agissant avec sang-froid et profes- Dès lors la configuration des événe- UN DISPOSITIF
sionnalisme. Retour sur le dispositif ments fut tout autre.
mis en place.
APPROPRIÉ
C’est avec une extraordinaire violence À LA SITUATION
que des centaines de jeunes casseurs
Au cours des trois grandes manifesta- sont venus en fin de cortège s’en Consciente que ces rassemblements
tions qui ont eu lieu les 18, 23 et 28 prendre aux mobiliers urbains, devan- de foule peuvent amener de nom-
mars, le nombre de manifestants n’a tures de magasins, voitures, rappelant breuses interventions, la BSPP, en rela-
cessé de croître, allant jusqu’à plu- au passage les événements du mois de tion avec la préfecture de police de
sieurs centaines de milliers de per- novembre dernier. Paris, a mis en place un dispositif
sonnes le mardi 28 mars. Bien qu’il propre à ces manifestations. Ainsi, lors
s’agisse de manifestations pacifistes, Extrêmement mobiles, par petits du rassemblement du jeudi 27 mars,
des groupes étrangers aux revendica- groupes, ils dépouillèrent étudiants et partant de la place d’Italie jusqu’à la
tions ont provoqué les forces de lycéens de leur portable ou simple- place des Invalides, le Bope renforce
l’ordre, place de la Sorbonne. ment pour les agresser gratuitement. les CS situés à proximité du parcours,

– 27 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
◆ Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

par dix PS et cinq VSAV gelés à cet


effet. Les officiers de permanence sont
renforcés par des officiers supplémen-
taires et le VPC 4 est armé.

Au BCOT du 2e groupement d’incen- PHOTO BSPP - R. DUSSERT


die, une cellule est dédiée exclusive-
ment aux manifestations pour gérer
l’emploi des moyens. une pluie de projectiles en tout genre
alors qu’il intervient pour secourir
une personne blessée grièvement.
PRIORITÉ L’intervention dans ces conditions
À LA SÉCURITÉ devient extrêmement difficile. Aussi,
tous les équipages des engins interve-
DU PERSONNEL nants agirent en tenue de feu et
casque en permanence. Fortement
Malgré la forte présence policière, les médiatisées, ces manifestations rap-
casseurs provoquent de nombreux pellent l’intérêt d’agir avec rapidité et
dégâts. Le PS du CS Colombes reçoit rigueur. PHOTO BSPP - R. DUSSERT

PHOTO BSPP - R. DUSSERT

– 28 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG

MIEUX VAUT PRÉVENIR Composition


Sommaire
Le courrier des lecteurs
Chef de bataillon FAURE In memoriam
QUE GUÉRIR Bureau prévention de la BSPP
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
◆ Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
La sécurité contre l’incendie a de tout aux installations classées pour la pro- A savoir
temps préoccupé les sociétés. Évo- tection de l’environnement (ICPE). Témoignage
Expérience
luant avec le niveau de leurs connais- Enfin, le règlement propre au Code du FNG
sances, elle en reflète les évolutions travail.
technologiques. Cette sécurité
intègre trois paramètres : la préven- Dans l’acte de construire propre aux L’OUVERTURE
tion, la prévision et les moyens de ERP, le contrôle de la mise en applica-
lutte contre l’incendie. tion de ces règlements relève d’une À UNE APPROCHE
La prévention contre les risques d’in- commission de sécurité (communale COMPLÉMENTAIRE
cendie pratiquée aujourd’hui en ou départementale) qui délivre un avis POUR LA MISE
France repose sur des textes régle- technique concernant le niveau de
mentaires en constante évolution sécurité. C’est sur la base de cet avis EN SÉCURITÉ
depuis le début du xxe siècle ; toute- technique que le maire, autorité de DE BÂTIMENTS
fois, grâce aux progrès informatiques police, peut prendre des arrêtés direc-
initiés depuis une dizaine d’années, tement exécutoires (arrêté de ferme-
TRÈS PARTICULIERS,
une approche nouvelle émerge - ture ou d’ouverture au public de l’éta- VOIRE EXCEPTIONNELS
l’Ingénierie de Sécurité Incendie (ISI) blissement). PAR NATURE
- qui exige des adaptations et des
qualifications particulières. Membre de droit au sein de cette com-
Fort de son expérience, le chef de mission, le sapeur-pompier y figure Aujourd’hui, le règlement de sécurité
bataillon Hubert Faure, nous éclaire comme conseiller technique en incendie autorise l’usage de l’ISI (arrê-
sur les évolutions qui touchent un matière de prévention incendie. tés en désenfumage et en résistance au
domaine bien connu de la BSPP : La feu du 22 mars 2004).
prévention dans les établissements Mais cette réglementation qui a fait
recevant du public. ses preuves est parfois remise en ques- À la différence de l’approche précé-
tion par certains acteurs (maîtres dente, bien connue des sapeurs-pom-
d’œuvre ou d’ouvrage) qui la voient piers, qui édicte une mise en sécurité
LA PRÉVENTION trop rigide. des bâtiments par rapport à des textes
génériques d’essence ministérielle,
AUJOURD’HUI En effet, les règles qu’elle impose sont l’ISI propose une mise en sécurité « au
d’autant plus contraignantes que la cas par cas » , dont les règles « sur
On qualifie de descriptive une régle- nature des bâtiments à construire ou à mesure » sont établies localement
mentation qui décrit de « bout en rénover permet difficilement de les (commission départementale).
bout » le principe de mise en sécurité intégrer. C’est particulièrement le cas
des bâtiments. Telle est la réglementa- pour le patrimoine ancien à réhabili- Fondée sur des bases scientifiques
tion française qui, articulée par grands ter, mais également pour les bâtiments solides incluant notamment la valida-
secteurs d’activité autour de cinq à construire faisant l’objet d’innova- tion d’essais et l’usage de la simula-
règlements principaux, précise l’en- tions architecturales hors du commun. tion au moyen d’ordinateurs, l’ingé-
semble des exigences techniques à nierie de sécurité incendie apparaît
respecter pour les bâtiments à PHOTO BSPP
aujourd’hui pertinente pour modéliser
construire ou à rénover. à la fois le feu, son développement et
le comportement structurel de la
Ainsi, on discerne : le règlement matière. Dans le cadre de la mise en
propre aux établissements recevant du sécurité des bâtiments, l’ISI permet de
public (ERP), à l’habitation, aux dégager des solutions qui peuvent dif-
immeubles de grande hauteur (IGH), férer de celles apportées par la régle-
mentation descriptive.
PHOTO BSPP

Mais, par son caractère marginal - en


terme de nombre de dossiers traités
par le bureau prévention, l’ingénierie
Essais de comportement au feu. de la sécurité incendie (ISI) constitue

– 29 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
◆ Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage Simulations en désenfumage.
Expérience
FNG
Pour autant, cette mutation est néces- Ayant rejoint les rangs de la brigade de
saire. En effet, le caractère désormais sapeurs-pompiers de Paris en sep-
aujourd’hui une approche nouvelle réglementaire de l’approche ISI est tembre 1995 et suivi la formation offi-
dont les outils (logiciels sur ordina- favorable au développement de sa fré- cier qui inclut notamment l’obtention
teurs) et la bibliographie de référence quence d’occurrence dans les dossiers. du brevet de prévention, j’ai pris part
(essentiellement anglo-saxonne) res- à des commissions communales de
tent totalement méconnus des sapeurs- sécurité.
pompiers français. UNE EXPÉRIENCE
BRIGADE DOUBLÉE Ce premier passage (1995/2000) au
Force est de constater que, dans le sein de la brigade de sapeurs-pom-
cadre de la mise en sécurité des
D’UNE FORMATION piers de Paris m’a donc permis de
bâtiments par le truchement de l’ISI, EXTÉRIEURE connaître et d’appliquer la réglemen-
les sapeurs pompiers, jusqu’à présent tation descriptive.
utilisateurs de règles nationales, Le bénéfice d’une formation à l’exté-
deviennent, avec d’autres acteurs, des rieur peut renforcer l’ouverture du Dans le cadre d’un diplôme technique
créateurs de règles locales et spéci- bureau prévention de la brigade de TOI (2), s’en est suivie une scolarité de
fiques pour lesquelles ils sont mal sapeurs-pompiers de Paris à cette deux années (3) à l’ESTP (4) dont le cur-
armés. approche. sus universitaire impose la réalisation
d’un stage de quatre mois [TFE (5)].
PHOTO BSPP
Conscient de la plus-value pouvant
être apportée par ce stage, je l’ai
orienté dans la perspective de mon
retour à la brigade de sapeurs-pom-
piers de Paris, affectation d’après sco-
larité déjà connue à la date de la pré-
paration de ce stage.

Ainsi, après l’obtention d’accords de


principe avec les acteurs incontour-
nables de l’ISI en France que sont le
CSTB (6) et le CTICM (7), une conven-
tion de stage liant l’ESTP avec la BSPP
a été signée. Cette dernière m’a
envoyé deux mois au CSTB (du 7 mars
2005 au 6 mai 2005) et deux mois au
Le Grand Palais - Dossier traité par le département « Paris » du bureau prévention de la brigade CTICM (du 9 mai 2005 au 8 juillet
de sapeurs-pompiers de Paris. 2005).

(1) Dossiers traités en approche ISI partielle traités par le département Paris du bureau prévention de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris : le Palais de
Tokyo, la Cité de la Musique, le Quai Branly, la Maison de la Radio, la Salle Pleyel, la Maison des Sciences de l’Homme, le Grand Palais et le Petit
Palais.
(2) TOI : Technique opération infrastructure.
(3) Les deux années réalisées à l’ESTP correspondaient aux deux dernières années du cursus universitaire qui en compte trois.
(4) ESTP : École spéciale des travaux publics.
(5) TFE : travail de fin d’étude.
(6) CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment.
(7) CTICM : Centre technique industriel de la construction métallique.

– 30 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
L’expérience acquise à l’extérieur m’a CONCLUSION Composition
permis (très spécifiquement dans le Sommaire
cadre de ce TFE) d’approcher la La réglementation descriptive, certes
Le courrier des lecteurs
In memoriam
démarche d’ingénierie de sécurité critiquée par certains acteurs du L’actualité en bref
incendie pratiquée par des orga- monde de la construction parce que Le génie combat
nismes, pionniers en la matière : Le trop paralysante, a fait ses preuves.
Le génie construit
◆ Le génie secourt
CSTB et le CTICM. Néanmoins, on ne peut pas écarter le Le génie instruit
Histoire
fait qu’un nouveau défi bâtimentaire A savoir
Au terme de ce stage, je crois que impose l’emploi récurrent, parce plus Témoignage
cette discipline ne repose pas seule- souple, de l’ISI en complément de Expérience
ment sur la maîtrise technique d'outils cette réglementation. Aussi, sa maî-
FNG
scientifiques - qui, soit dit en passant, trise s’imposera pour l’ensemble des
ont aujourd’hui atteint un bon niveau officiers ayant à parler conception.
de performance - mais qu’elle est une défi posé à la brigade de sapeurs-pom-
véritable démarche fondée sur l'ana- piers de Paris et par là même d’attirer
Au terme de dix mois passés au sein l’attention de mes camarades du génie
lyse des risques et impliquant une du bureau prévention et après la réali-
chaîne d'acteurs. sur une nouvelle approche bâtimen-
sation de ce stage TFE, je remercie taire :
tous ceux qui m’ont permis de clôturer
Cependant, je crois également que ce ainsi ma scolarité, de participer « Parfois détruire,
constat mérite d’être nuancé : l’évolu- modestement à relever ce nouveau souvent construire, toujours servir ! »
tion de l’ISI est aujourd’hui « mise
entre parenthèses », voire compro-
mise, par les exploitants qui acceptent
difficilement les contraintes liées à la
mise en sécurité de leurs établisse- ISI - définition
ments en ingénierie.
L’ingénierie de la sécurité incendie est définie comme « l’applica-
Enfin, des efforts, à porter sur la for- tion des principes de l'ingénierie, des règles et des jugements d'ex-
mation des pompiers, exigent la défi- perts fondés sur une évaluation scientifique des phénomènes du
nition claire de leurs prérogatives, de feu, de ses effets et de la réaction et du comportement humain.
référentiels pédagogiques et la mise Cette application a pour but de :
en place de formations. • quantifier le risque d'incendie et ses effets ;
• évaluer les mesures optimales de protection et de prévention
L’expertise détenue par le bureau pré-
nécessaires pour limiter, dans un contexte défini, les consé-
vention, tant par son personnel ayant
déjà eu à traiter de dossiers relevant
quences des incendies ;
de l’ISI que par mon expérience • protéger les vies humaines, les biens, l'environnement et le patri-
acquise à l’extérieur par ailleurs, est moine. »
un gage prometteur pour l’avenir.

Avec Allô 18, le magazine de nos camarades


pompiers, Soldats du feu est une des bonnes
revues traitant de ce sujet passionnant
que sont les pompiers.

SOLDATS DU FEU
5-7, rue Marcelin-Berthelot
92762 ANTONY Cedex
01 55 59 52 53
julien@aboservices.com

– 31 –
BULLETIN D’ABONNEMENT 3 numéros par an
France 20 €
Étranger 30 €
Abonnement collectif (unités du génie)
50 exemplaires 400 €
100 exemplaires 600 €

NOM : ............................................................ Prénom : .................................................... Grade : ........................................................

Adresse : ..................................................................................................................................................................................................................

Code postal : .................................................. Ville : ......................................................... Pays : ........................................................

Renvoyez le bulletin ci-dessus (ou sa photocopie) accompagné d’un chèque à l’ordre de :


• l’Association des amis du génie : OU • FNG :
Vauban, la Lettre du génie Fort-Neuf de Vincennes
Abonnement 3 et 5, cour des Maréchaux
106, rue Éblé – BP 34125 – 49041 ANGERS Cedex 01 75012 PARIS

BD serbo-croate
version cyrillique à destination
des populations serbes

Votre unité part


dans les Balkans,
ne partez pas sans
Mille et une mines

Contacts : 02 41 24 82 45 ou 8636
oci@esag.terre.defense.gouv.fr

– 32 –
Angers, le 16 juin 2006

ORDRE DU JOUR N° 21
(lu le 16 juin 2006 pour la prise d’arme de la Convention du génie à Angers)

Devant nous, sur cette place d’armes, tous les emblèmes de nos formations sont aujourd’hui
déployés. Chacun porte une histoire, qu’elle soit d’ingénieurs, de sapeurs ou de géographes, mais
tous réunis, ils portent l’Histoire de France. Évocateurs des origines de notre arme, les fanions nous
rappellent ces temps prestigieux où les ingénieurs du roi entouraient la France de fières citadelles
souvent attaquées mais rarement prises. Les drapeaux, l’étendard, gardent sur leur étoffe le souvenir
et le nom de faits d’armes glorieux, de victoires éclatantes, de campagnes mémorables qui, pendant
des siècles, ont propagé dans le monde les idées de la France et le renom de nos armées. Au gré du
vent se dévoilent des noms illustres comme Fleurus, Constantine, Sébastopol, Camerone, Laos,
Madagascar, Pékin, La Marne, Dardanelles, Verdun, El Alamein, Strasbourg, Indochine, A.F.N. et
bien d’autres.

Mais ces emblèmes ne sont pas seulement les supports de la mémoire des gloires passées. Avec leurs
gardes ils représentent 22 000 hommes et femmes, dont plus de 8 000 de la brigade des sapeurs
pompiers de Paris, qui servent aujourd’hui dans toutes nos unités, fidèles à leurs chefs et fiers de
leurs missions. Tous agissent avec dévouement et trouvent leur motivation dans l’aventure au
quotidien, dans l’imprévu, dans ce danger que chacun pense pouvoir surmonter mais qui pourtant
mène à la mort certains de nos camarades. Le drapeau de l’École, quant à lui, constitue le point
d’ancrage de nos jeunes sapeurs et futurs cadres, qui s'aguerrissent en apprenant le métier des armes
au travers du code du soldat, des règlements militaires et des exercices d’application sur le terrain.

Malgré leur diversité, toutes les composantes du génie et de la fonction « agencement de l'espace
terrestre » sont animées d’une volonté commune de continuer à œuvrer, non pas sous la même
autorité, mais avec le même esprit. Entre la force d’action terrestre, la direction centrale du service
d’infrastructure de la défense, l’état-major de la BSPP, les commandements du service militaire
adapté, du génie de l'air et des formations militaires de la sécurité civile, l’École du génie se présente
comme la maison-mère qui accueille et encourage. Elle sert de plaque tournante des idées et de
catalyseur des énergies. Elle entretient notre culture d’arme et notre fierté d’appartenir à une même
famille vouée au service de la Nation.

Au même titre que les autorités politiques et militaires peuvent compter sur ces hommes, ceux-ci
attendent beaucoup de leurs chefs et placent en eux leurs espoirs. Espoir que les arbitrages financiers
n’altèrent pas la cohérence de leurs capacités, espoir que soient maintenus en nombre suffisant et
en ordre de marche les engins qui leur servent à remplir leur mission, espoir que les mesures liées
à la condition du personnel leur permettent de faire vivre normalement leur famille qui, elle aussi,
supporte bien souvent les contraintes de la vie militaire.

Alors que se termine cette Convention du génie, toujours liée au souvenir du maréchal de Vauban
dont nous célébrerons l’année prochaine le tricentenaire de la mort, nous aurons dans quelques
instants une pensée pour deux de nos frères d’armes, l’adjudant-chef Sarrazin et le sapeur de
première classe Elward morts récemment en service lors d’opérations de déminage en Asie centrale.
Leurs noms restent gravés dans nos mémoires et nos vœux accompagnent ceux qui ont repris leur
mission là où s’est arrêtée brutalement leur action.
Signé GDI Jean-Loup CHINOUILH
commandant l’ESAG
DÉCORATIONS MILITAIRES FRANÇAIS
1939
1 • NATIONALES
Croix de la Médaille militaire
Légion d’honneur

Créée en 1802 Créée en 1852

2 • COMMUNES À CES CONFLITS


Croix Croix Médaille Médaille
du combattant du combattant des blessés coloniale (1)
volontaire militaires

Créée en 1953 Créée en 1930 Créée en 1916 Créée en 1893


adaptée en 1981
L’insigne officiel est une - Somalie
- 1939-1945 agrafe métallique ornée AGRAFES - Éthiopie
AGRAFES - Indochine Médaille d’une étoile émaillée rouge. - Érythrée
- Corée Elle se porte sur le ruban de - Lybie
des évadés
- Afrique du Nord la médaille commémorative - Koufra
correspondante. - Bir Hakeim
- Fezzan Tripolitaine
- Tunisie 1942-1943
Créée en 1926 - Extrême-Orient
- Madagascar

3 • POUR LA GUERRE 1939-1945


Croix Croix de guerre Médaille Médaille
de la libération 1939-1945 de la résistance des services volontaires
dans la France Libre
Créée en 1939
Créée en 1940 modifiée en 1944 Créée en 1943 Créée en 1946

Médaille Médaille Médaille Médaille


de la déportation de l’internement de la déportation de l’internement
pour faits de résistance pour faits de résistance politique politique

Créée en 1948 Créée en 1948 Créée en 1948 Créée en 1948

Croix du combattant Médaille Médaille Médaille


volontaire commémorative de la campagne de la France
de la résistance de la guerre 1939-1945 d’Italie libérée

Créée en 1954 Créée en 1946 (agrafes*) Créée en 1953 Créée en 1947

* AGRAFES : France - Norvège - Afrique - Italie - Libération - Allemagne - Extrême-Orient - Grande-Bretagne - URSS -
Atlantique - Méditerranée - Manche - Mer du Nord - 1939-1940 - 1941 - 1942 - 1943 - 1944 - 1945 -
Engagé volontaire - Défense passive - agrafe avec étoile rouge pour chaque blessure homologuée.

(1) La médaille coloniale devient la médaille d’outre-mer par décret du 6 juin 1962 du président de la République Charles de Gaulle au moment de la fin de la
guerre d’Algérie (1954-1962).
ES DES CONFLITS 1939-1945/TOE/AFN
-1962
4 • POUR LES TERRITOIRES D’OPÉRATIONS EXTÉRIEURES (TOE)
4.1 • Indochine 1945-1954 Médaille commémorative
d’Indochine

Créée en 1954

4.2 • Madagascar 1947-1949 Médaille coloniale


avec agrafe Madagascar
Croix Créée en 1947
de guerre TOE
4.3 • Corée 1950-1953 Médaille commémorative
de Corée
Créée en 1921

Créée en 1952

4.4 • Suez 1956 Médaille


du Moyen-Orient

Créée en 1956

5 • POUR LA GUERRE D’ALGÉRIE LES COMBATS DU MAROC


ET DE LA TUNISIE 1952-1962 (2)
Croix de la Médaille commémorative
valeur militaire des opérations de sécurité - Algérie
et de maintien de l’ordre AGRAFES - Tunisie
- Maroc
- Sahara
Créée en 1956 Créée en 1956 - Mauritanie

6 • CRÉÉES APRÈS CES CONFLITS


6.1 • Ordre national créé en 1963 6.2 • Titre de reconnaissance de la Nation créé en 1993
Croix de chevalier Médaille Médaille
de l’ordre national d’Afrique du Nord de reconnaissance
du Mérite de la Nation

Créée en 1963 Créée en 1997 Créée en 2001


N’est plus attribuée à partir - 1939-1945
de 2001. AGRAFES - Indochine
- Opérations extérieures
- Afrique du Nord

(2) Le 1er juillet 1962 est la date de l’indépendance de l’Algérie, mais la fin officielle d’attribution des médailles est juillet 1964. La période 1964-1967 n’est pas
considérée comme campagne de guerre.
ANNUAIRE DES CORPS
(tenant compte du PAM été 2006 - information envoyée par les corps)

ANGERS
ÉCOLE SUPÉRIEURE ET D’APPLICATION DU GÉNIE

Général de brigade Jean Pierre TÉSAN


Colonel adjoint : col. Jean-François GROS
Chef de corps : col. Yves LE COUSTER

P/OFF : lcl Alain THÉVENOT - 283 30


PSO : major Denis CONA - 285 21
PEVAT : cch. Stéphane DRAPEAU - 276 01
FT : 02 41 24 82 99 • PNIA : 821 491 82 99
esag.terre.defense.gouv.fr

STRASBOURG METZ
er e
1 RG 2 RG

Chef de corps : lcl Jean-Jacques SOUCASSE Chef de corps : col. Stephen COURAL

P/OFF : cne Yves DUMAS - 38 49 P/OFF : cne Philippe VUYLSTEKE


PSO : adc. Jean-Luc KIRSTEN - 38 05 PSO : major Michel MANSUY
PEVAT : cch. Michel BEIGBEIDER - 39 71 PEVAT : Stéphane LOUVEZY
FT : 03 90 23 38 02 • PNIA : 821 671 38 02 FT : 03 87 15 + n° poste • PNIA : 821 572 + poste
jean-marc.vendeville@rg1.terre.defense.gouv.fr christophe.lassauge@rg2.terre.defense.gouv.fr

CHARLEVILLE-MÉZIÈRE VERSAILLES
e e
3 RG 5 RG

Chef de corps : lcl Roland LECŒUR Chef de corps : col. Didier PORTE

P/OFF : cdt Michel LALLEMAND - 33 57 P/OFF : cne GROSS - 60 71


PSO : adc. Patrick BLANZIN - 33 40 PSO : adc. LEFEBVRE - 61 72
PEVAT : cch. Claude MERCIER - 33 83 PEVAT : cch. KERMEL - 61 77
FT : 03 24 41 33 69 • PNIA : 821 081 33 69 FT : 01 39 67 20 11 • PNIA : 821 781 20 11
rg3@rg3.terre.defense.gouv.fr cellule.informatique@rg5.terre.defense.gouv.fr

LAUDUN APT
1er REG 2e REG

Chef de corps : col. Philippe LEJEUNE Chef de corps : lcl Frédéric BOUCHER

P/OFF : cne FRANCINI P/OFF : cba. MORVAN


PSO : major ROSO PSO : major MORRISON
PEVAT : cch. TEYSSIER PEVAT : cch. BOUGAULT
FT : 04 66 50 52 99 FT : 04 90 74 82 11 • PNIA : 821 843 82 11
PNIA : 821 302 5 + poste (200-299)
7 + poste (300-399)
ANGERS VALDAHON
e e
6 RG 13 RG

Chef de corps : col Guillaume DE JERPHANION Chef de corps : col. Éric RAVIER

P/OFF : cne DUMAINE - 72 50 P/OFF : cba. Pierre TENAILLEAU - 74 81


P/LTN : ltn JURAS PSO : adc. Alain DAVANZO
PSO : adc. RABALLAND - 72 41 PEVAT : cch. Yann LETENDARD
PEVAT : cch. BOISSE - 72 67 FT : 03 81 26 75 99 • PNIA : 821 253 75 99
FT : 02 41 33 72 99 • PNIA : 821 491 72 99 courrier@rg13.terre.defense.gouv.fr
saf@rg6.terre.defense.gouv.fr

MONTAUBAN BESANÇON
e e
17 RGP 19 RG

Chef de corps : lcl (ta) Michel ESPARSA Chef de corps : lcl (ta) Rémi FOUILLAND

P/OFF : cba. GRIBAUT - 72 19 P/OFF : cdt Gilles ARGOUD - 29 05


P/LTN : ltn CHOLLET - 74 15 PSO : adc. Philippe TAVANO - 28 96
PSO : adc. BOULIN - 72 83 PEVAT : cch. Olivier LAUDY - 21 40
PEVAT : cch. GOBERVILLE - 73 06 FT : 03 81 87 23 95 • PNIA : 821 251 23 95
FT : 05 63 21 + poste • PNIA : 821 821 + poste secretariat-cdc@rg19.terre.defense.gouv.fr
brcp@rgp17.terre.defense.gouv.fr

ISTRES CASTEL-SARAZIN
e e
25 RGA 31 RG

Chef de corps : col. Christian BAILLY Chef de corps : col Christophe ABAD

P/OFF : cne LARELLE - 28 21 P/OFF : cba. LALUBIN - 87 85


PSO : adc. SCHERCOUSSE - 80 89 PSO : adc. VERGONNIER - 87 60
PEVAT : cch. RIBOLDI - 80 96 PEVAT : cch. BOSCHIERO - 78 72
FT : 04 42 41 + poste • PNIA : 811 125 + poste FT : 05 63 32 87 99 • PNIA : 821 824 47 99
25rga@laposte.net castelsarrasin@rgfm31.terre.defense.gouv.fr

DÉPENDANT DU SGA
PARIS
SERVICE INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE

Directeur central : général de division Alain ADDE

P/OFF : cba. Damien BOURREAU - 95 21


PSO : major TOUSSAINT - 95 92
FT : 01 30 97 94 02
POUR EMPLOI : MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR
PARIS
BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS

Général commandant la BSPP : général PERICO

P/OFF : cne Philippe GIRVES - 01 47 54 68 32


PSO : major PADAY - 01 45 82 58 06
PEVAT : cch. CAFFIER - 01 53 11 83 18

PARIS XVIII E
PARIS XIII E

1er groupement d’incendie 2e groupement d’incendie

Chef de corps : col Frédéric MONARD Chef de corps : col Gilles MALIE

FT : 01 53 11 83 18 FT : 01 45 82 58 18
groupement1@pompiersparis.fr commandantgroupement2.incendie@pompiersparis.fr

COURBEVOIE RUEIL
e
3 groupement d’incendie Groupement
formation-instruction
Chef de corps : col Philippe BOUTINAUD
Chef de corps : col Jean-Noël CLADY

FT : 01 49 04 74 18 FT : 01 45 10 88 18
commandantgroupement3.incendie@pompiersparis.fr commandantgroupement.instruction@pompiersparis.fr

PARIS XVII E

Groupement des services

Chef de corps : lcl Michel BEAUBIE

FT : 01 47 54 68 18
commandantgroupement.services@pompiersparis.fr

DÉPENDANT DU MINISTÈRE DE L’OUTRE-MER


PARIS
COMMANDEMENT DU SERVICE MILITAIRE ADAPTÉ

Général Rémy FRETILLE

FT : 01 53 69 20 00
www.outre-mer.gouv.fr
POUR EMPLOI : MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR

SÉCURITÉ CIVILE

PARIS
COMFORMISC

Chef de corps : général Michel BAUCHET CANONNE

P/OFF : cdt Antoine BEDIN - 01 56 04 73 25


PSO : adc. Jean-Mary GEBHARD - 01 56 04 74 90
PEVAT : cch. Grégory ANDRZEJEWSKI - 01 56 04 75 15
FT : 01 56 04 76 33
emmanuel.liaigre@interieur.gouv.fr

NOGENT-LE-ROTROU
Unité d’intervention et d’instruction
de la sécurité civile n° 1

Chef de corps : col Jean-Jacques MORNAT

P/OFF : cba. SAUNIERE - 46 60


PSO : adc. WONG - 46 93
PEVAT : cch. BOURGEOIS - 47 26
FT : 02 37 53 46 48

CORTÉ
Unité d’intervention et d’instruction
de la sécurité civile n° 5

Chef de corps : cba. Louis BONFILS

P/OFF : cba. SAUNIERE - 46 60


PSO : adc. WONG - 46 93
PEVAT : cch. BOURGEOIS - 47 26
FT : 04 95 45 17 00

BRIGNOLES
Unité d’intervention et d’instruction
de la sécurité civile n° 7

Chef de corps : col Bruno GUION DE MERITENS

P/OFF : cba. HUGONY - 53 04


PSO : adc. HARDY - 53 63
PEVAT : cch. TAMBOUL - 53 42
FT : 04 94 77 53 00
usc7@club-internet.fr
Grâce au continuum de la formation des officiers, les futurs commandants d’unité passeront
4 semaines de plus au sein de la Maison-Mère lors de leur formation avant leur temps de
commandement. Ces quelques semaines supplémentaires correspondent à un transfert de modules du
DEM vers le CFCU. Explications en page 21 par le CBA Bavay, chef du CFCU.
Ci-dessous, un peu de tourisme architectural dans le vieil Angers.

LES STAGIAIRES DE LA DIVISION


DE L’ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE
Capitaine GALLO
SUR LES ROUTES Stagiaire du CT 61

Le certificat technique 61 de la divi- PHOTO ESAG

sion enseignement scientifique a pu


visiter ce lundi 15 mai un chantier
route dans la région d’Angers.

Organisée par le lieutenant Druais,


responsable du cours route pour les
CT, cette visite fut l’occasion de mettre
en application les différents cours qui
nous ont été dispensés.

Nous avons pu poser les questions


diverses et variées sur les terrasse-
ments, l’assainissement, la pose de
béton mais aussi sur les techniques de
chantier et la gestion des personnels.
Cette après-midi chaude et agréable a
regroupé, lors de cette visite les mas-
tères, les diplômes techniques et les

certificats techniques, autour de la Le deuxième chantier tout autant inté-


société Sacer qui a pu faire profiter de ressant a pu mettre en avant l’impor-
ses techniques de routes surtout dans tance d’une préparation de qualité du
les domaines d’assainissement mais sol pour la pose d’un béton bitumi-
aussi pour la mise en place du béton neux, ce fut aussi l’occasion de voir
bitumineux. les performances du finisseur sur une
petite parcelle.
Dans un premier temps, la visite d’un
lotissement en cours de terrassement a Force est de constater qu’il est capital
montré l’importance des réseaux pour chacune des formations de voir
PHOTO ESAG
d’eau en adduction et assainissement. sur le terrain évoluer les différents

– 33 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG PHOTO ESAG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
◆ Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

engins des travaux publics


afin d’appréhender avec
plus d’aisance la com-
plexité de ce métier.

En fin de scolarité, les cer-


tificats techniques ont
acquis les connaissances
théoriques nécessaires afin
d’analyser, de comprendre
et enfin de donner les solu-
tions adéquates pour solu-
tionner les problèmes du
bâtiment, sans omettre
qu’il faudra maintenant
acquérir les techniques
pratiques pour suivre et
conseiller leur chantier. PHOTO ESAG

AVIS AUX COLLECTIONNEURS…

Les éditions Lavauzelle ont une


tradition d’éditeur militaire bien
établie depuis le XIXe siècle.
Elles rééditent, en fac-similé,
et reliés demi-cuir, les
« introuvables » de la pensée
et de l’histoire militaire.
L’ESAG a prêté à cette
maison d’édition certains
ouvrages rares, qui sont donc
maintenant disponibles pour
les amateurs et plus
particulièrement pour les
sapeurs anciens ou actuels.

– 34 –
LA TRAVERSÉE DU RHIN
PAR LA PREMIÈRE ARMÉE FRANÇAISE
le 31 mars 1945
Lieutenant-colonel du génie (TH) Marcellin RICHARD (Ce document a reçu l’approbation
Président national honoraire de la FNG de la cellule culture d’arme)

Notre Arme du génie, dans cette lequel, le 13 mai 1944, flotte fière- mission que le lendemain après une
longue guerre de 1939 à 1945, ment le drapeau tricolore. Il ouvre la très forte préparation d’artillerie qui
route de San Giorgo, partageant large- aura pour effet de neutraliser la
a connu ses heures de gloire
ment la victoire sur cette ligne Gustav, défense. Toulon tombe le 27 août
chèrement payées. Il est bon ouvre la route sur Rome et accélère la 1944 et les derniers forts le 28 août.
d’en rappeler ici quelques- fin de la campagne d’Italie. Fin de
unes, pour aller d’étape en campagne que ne connaîtra pas le
lieutenant-colonel Berthézène, dis- LA LIBÉRATION DE PARIS
étape jusqu’à la libération de
Strasbourg et de toute l’Alsace, paru en avant des lignes françaises, au
Elle va mettre à l’honneur les sapeurs
cours d’une reconnaissance avancée,
puis à la préparation de la tra- de la 2e section de la 3e compagnie du
le 25 juin 1944.
versée du Rhin, objet essentiel 13e BG dont les hommes sont les
de ces pages. sapeurs de Leclerc dans sa 2e DB. Le
LA LIBÉRATION DE TOULON 24 août au soir, la division est arrêtée
aux portes de Paris, bloquée au sud à
BIR HAKEIM 1942 EN AOÛT 1944
EN JUIN Antony, au sud-est à Fresnes. Pour le
général Leclerc, il doit être possible de
Le véritable vainqueur, le capitaine Pour l’assaut des forts, les compagnies passer ! Le capitaine Dronne est
Gravier, par ses immenses champs de 71/2 et 101/2 du génie fournissent des l’homme qu’il faut : « Passez par où
mines, a fait perdre deux précieuses sections d’assaut armées de lance- vous voudrez, mais il faut entrer. Droit
semaines à Rommel qui voulait faire flammes, de lance-roquettes, et de sur Paris ! ». La 2e section de la 13/3
sauter au plus vite ce verrou pour charges d’explosifs. Elles ont pour fait partie avec un peloton de chars du
conquérir l’Égypte. mission de neutraliser les casemates et 501e RCC et une section d’infanterie
organes de défense. Pour l’attaque du sur half-track, de cette petite colonne.
fort d’Artigues où 700 Allemands Dans la nuit, la porte d’Italie, le pont
LA CAMPAGNE D’ITALIE EN MAI 1944 retranchés refusent de se rendre, la d’Austerlitz puis l’hôtel de ville sont
section de la compagnie 71/2, partie atteints. Le capitaine Dronne se pré-
Lors de l’offensive alliée contre la en avant, est prise sous le feu ennemi. sente à la préfecture de police de
ligne Gustav, le 87e bataillon du génie Le lieutenant chef de la section est tué, Paris, salué par l’ovation des Parisiens.
est aux ordres du lieutenant-colonel des sapeurs tombent, nombreux. Un La 2e section fait le coup de feu tout au
Berthézène. Couvrant le flanc droit de groupe réussira cependant à réduire long de ce parcours et va se faufiler
l’armée américaine, il assure le au silence une casemate isolée. Mais aux côtés du capitaine jusqu’au parvis
contournement Est de Monte-Cassino. le feu ennemi redouble de toutes parts de Notre-Dame. Une grande page
Il répare des ponts détruits, ouvre des et il faudra attendre la nuit pour que d’histoire écrite en cette nuit du 24
pistes en pleine montagne, et toujours, soient dégagés les sapeurs encore août 1944. Les sapeurs de Leclerc
démine, enlevant le mont Majo sur valides. Les rescapés ne réussiront leur étaient avec les premiers.

– 35 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Ces incendies neutralisés, il avance Rhin (1), chez nous, de Bâle à
Sommaire vers le pont de Kehl. On n’ira pas plus Lauterbourg, pendant que les armées
Le courrier des lecteurs loin, les troupes allemandes se mani- anglaises et américaines s’enfonce-
In memoriam
L’actualité en bref
festant violemment en défense. Et dès raient en Allemagne. La Ire armée fran-
Le génie combat ce 23 novembre 1944, le général çaise doit franchir le Rhin de vive
Le génie construit Vaterodt, commandant la garnison force et pénétrer au cœur de
Le génie secourt
Le génie instruit allemande, se rend au général Leclerc. l’Allemagne à coups de canon. Mais
◆ Histoire Le 26 novembre, place Kléber, la céré- on ne peut franchir en zone française
A savoir monie militaire est sobre mais émou- pour voir se dresser devant nous la
Témoignage
Expérience vante. Honneur est rendu au général double barrière de la Forêt Noire et
FNG Leclerc. Là, parmi les drapeaux et des innombrables casemates du
étendards des unités entrées les pre- Westwall.
mières dans Strasbourg, celui du 13e
Et jusqu’à la prise de Strasbourg, le bataillon du génie qui a su illustrer sa
génie de la 2e division blindée aux fière devise « A me suivre, tu passes ».
ordres du chef de bataillon Gravier, le Strasbourg est libérée, mais plus
héros de Bir Hakeim, va être dans les qu’une ville, elle est un symbole, né
combats les plus difficiles, construi- dans les sables de Kouffra. Et là, il y a
sant des ponts malgré les réactions de le Rhin et, au-delà, l’Allemagne encore
l’ennemi et des bombardements, réta- à vaincre. Dans l’immédiat, il faut
blissant des itinéraires et déminant réduire les troupes ennemies acculées
presque chaque jour. Citons les opéra- au Rhin. La première armée française,
tions d’octobre 1944 pour la libéra- aux ordres du général de Lattre de
tion de Baccarat. Le 31 octobre est Tassigny, vient de forcer la trouée de
payé un lourd tribut : 36 tués et 120 Belfort, de conquérir Mulhouse, et
blessés. Puis la rude bataille dans les poursuit son effort vers le nord pour se Il faut aller plus au nord, en territoire
imposants décors des Vosges du 13 au joindre aux troupes alliées. Cet hiver allemand, amis aussi en zone améri-
22 novembre 1944. Pour franchir cette 1944-1945 sera très dur en Alsace en caine. Grâce à la hauteur de vue et à
chaîne de monts et atteindre la trouée raison des soubresauts des Allemands. l’amicale compréhension du général
de Saverne, il faut procéder par débor- Après avoir essuyé une immense Devers, le général de Lattre de
dement, au nord comme au sud, en faillite en Ardennes, ils font glisser Tassigny peut réaliser son plan d’opé-
empruntant des cheminements peu leurs forces vers l’Alsace, jusqu’à rations.
praticables. Le génie travaille en avant Kilstett, 8 km au nord de Strasbourg.
pour assurer le passage, la réussite La région est toujours enneigée. On Du 15 au 18 mars 1945, nos troupes
étant basée sur la vitesse et la surprise. s’y battra jusqu’au 31 janvier 1945, percent la ligne Siegfried et repoussent
comme au sud, pour liquider la poche l’ennemi hors d’Alsace, au-delà de la
À Saverne, libérée le 22 novembre de Colmar, ce qui sera fait par la 2e DB Lauter. Sur 15 km, de Lauterbourg à
1944, le général Leclerc pointe sa venant de Strasbourg et la Ire armée Salmbach, un large créneau face au
canne vers les bords brumeux du Rhin française venant du sud. Palatinat est acquis. Il faut sans répit
et plus particulièrement sur la flèche pénétrer en territoire allemand, courir
de Strasbourg qui en émerge. Pour C’est vers le 10 février 1945 que l’on au Rhin plus au nord pour franchir au
réussir la charge sur Strasbourg, il ne considère achevée la « campagne nord de Karlsruhe et marcher sur la
faut pas laisser à l’ennemi le temps de d’Alsace ». Enfin, on pourra regarder trouée de Pforzheim et Stuttgart.
se ressaisir. Tard dans la nuit de ce 22 le Rhin et se dire : « il faut aller là-bas,
novembre parvient l’ordre de foncer sur cette rive droite, au plus vite ». Le 24 mars la ligne Siegfried est fran-
sur la ville. À 9 h 15, Massu en est à 5 chie et nous bordons le Rhin jusqu’à
km. Les sapeurs sont encore à Leimersheim, soit sur plus de 25 km.
l’œuvre, aux ordres du lieutenant- ET NOUS VOICI Le génie est déjà à l’ouvrage. Sous
colonel Gravier. C’est le lieutenant l’impulsion du général Dromard, com-
REVENUS À NOTRE
Cholley (futur général Cholley, décédé mandant le génie de la Ire armée, les
en 2004) qui, parti avec les spahis, SUJET PRIMORDIAL reconnaissances sont lancées plus au
s’est engouffré par un itinéraire propre nord, en zone américaine, pour trou-
dans Strasbourg, atteint le port. Ayant Il nous faut obtenir des Alliés, pour la ver les points de passage les plus favo-
passé les ponts et les écluses intacts, il Ire armée française, la place qui lui rables. Le site de Germersheim rallie
rejoint Rouvillois au pont de bois du revient dans la bataille d’Allemagne. les suffrages mais il est dans cette zone
petit Rhin qui est en train de brûler. Elle ne peut rester en couverture sur le américaine prospectée.

(1) Le président Roosevelt voulait voir l’armée française, au mieux, réduire les poches de résistance allemandes qui existent sur le terri-
toire et au pire, qu’elle reste en garde face au Rhin…

– 36 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Sollicité le 28 mars, le général Devers PHOTO CELLULE CULTURE D’ARME - ESAG (2006)
Composition
accorde au général de Lattre la zone Sommaire
de Germersheim ayant pour limite Le courrier des lecteurs
In memoriam
nord la ville allemande de Spire L’actualité en bref
incluse. La Ire armée dispose mainte- Le génie combat
nant d’un créneau de plus de 40 km Le génie construit
Le génie secourt
sur le Rhin, au nord de notre frontière. Le génie instruit
◆ Histoire
À sa gauche, la VIIe armée américaine A savoir
Témoignage
vient de franchir le Rhin dans la région Expérience
de Mannheim et pousse vers le sud- FNG
est. Pour nous, il n’y a plus une heure
à perdre. Par téléphone, le général de
Lattre donne l’ordre de franchir le un groupe de combat
Rhin dans la journée du 31 mars. On avec son armement.
objecte : c’est bien court comme délai Qu’importe, on y va !
pour mettre en place hommes et maté- Ce sera d’abord le
riel. Mais la décision est prise. Envers corps franc du 3e RTA,
et contre tout, quoi qu’il arrive, nous aux ordres du lieute-
franchirons le Rhin dans la nuit du 30 nant Bouda. Dans la
au 31 mars. nuit d’encre, le bateau
gonflé avec un com-
Sous les ordres du général de presseur disponible,
Monsabert, deux divisions d’infanterie est porté à la rive. Vers
vont donner l’assaut au fleuve. Au 2 heures du matin, le
nord, la 3e DIA (division d’infanterie sous-lieutenant Riera
Stèle commémorative édifiée sur le lieu exact du franchissement. (futur général Riera
algérienne) du général Guillaume pas-
sera à Spire. Au sud la 2e DIM (division décédé le 1er janvier
d’infanterie marocaine) du général 1997) choisit dans sa
Carpentier passera le fleuve vers bateaux propulsés disponibles. C’est section un sous-officier pilote et 7
Germersheim, car elle est chargée de bien peu mais avec ce peu, en y met- rameurs qui vont pagayer à cheval sur
l’action majeure. Deux plages d’em- tant détermination, courage, abnéga- les plats bords. Il fait embarquer le
barquement sont prévues : plage nord tion jusqu’au sacrifice de sa vie, on ne groupe et saute lui-même dans l’em-
pour le 151e RI, plage sud pour le 4e pourra que gagner cette bataille pri- barcation.
RTM (régiment de tirailleurs maro- mordiale de la traversée du Rhin.
cains). Deux jours pour rassembler au La rive badoise est abordée dans le
plus près et réparer ce peu de matériel calme de la nuit. Les deux chefs se ser-
Voyons l’essentiel de ce qui s’est passé
de franchissement récupéré ici et là et rent la main. Les tirailleurs débarquent
sur ces 3 points choisis pour le fran-
essayer les propulseurs. Pratiquement, et s’enfoncent vers l’intérieur avec
chissement d’assaut.
il n’y a qu’une cinquantaine de prudence. Un quart d’heure d’attente
pour le canot, afin de recueillir le
groupe en cas de trop forte réaction de
À SPIRE l’ennemi. Rien. Retour à la plage
d’embarquement. Cette première
Le 30 mars, les sapeurs du 83e bataillon rotation a duré 50 minutes. Et l’on
du génie sont au repos dans le petit recommence, si bien que, toujours
village de Harhauser, aux portes de la dans le même calme, une compagnie
ville. Mais dès 18 h 30 arrive l’ordre au complet pourra passer. À l’aube,
de reconnaître une plage d’embarque- six bateaux pneumatiques, renfort
ment en vue d’une traversée immi- escompté, arrivent. L’action prend de
nente et de repérer tous les bateaux l’envergure.
d’embarquement pouvant être utilisés
pour transporter soit des hommes, soit Quand, vers 8 h 30, les Allemands se
du matériel, sur la rive opposée. À manifestent, la première tête de pont
21 heures, force est de constater que française sur la rive droite du Rhin
l’on ne dispose que d’un flotteur n’est pas loin d’être établie. L’effectif
pneumatique (2) pouvant transporter de deux compagnies est de l’autre

(2) Après l’effondrement du pont de Remaggen, les Américains avaient réclamé la totalité des moyens de franchissement dont disposait
la Ire armée, celle-ci n’ayant pas à franchir.

– 37 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG PHOTO CELLULE CULTURE D’ARME - ESAG (2006)
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
◆ Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

côté. Les fusants enne-


mis commencent à
arroser la plage d’em-
Monument commémoratif (4) édifié par la 101/1 (LTN Vidal) à Germersheim.
barquement. Elle est
reportée à l’aval du
grand pont de Spire, détruit. Les pas- des feux d’armes automatiques instal- compagnie. À 9 heures, 2 compagnies
sages pourront s’achever sans casse lées dans une île de la rive gauche, la du 4e RTM ont franchi le Rhin. Mais la
sensible. Au soir, le premier bataillon flottille doit se réfugier dans le bras position de nos tirailleurs marocains,
est passé. La tête de pont est solide- mort du vieux Rhin d’où elle est par- rivés au perré de la berge par les tirs et
ment tenue. Nos éléments de tête se tie. Plus tard, dans la journée, vers 14 les mines de l’adversaire, est très cri-
sont déjà enfoncés de 4 kilomètres en h 30, le 151e RI, ayant nettoyé la résis- tique. Vers midi, ils sont violemment
pays de Bade. À 22 heures, le génie (3) tance de l’île de Grüninsen d’où contre-attaqués. Un combat s’engage
entreprend la construction d’un pont étaient partis les feux, renouvelle sa jusqu’au corps-à-corps. L’adversaire
de bateaux de 10 tonnes. Les ponts, ce tentative de franchissement. Appuyé est finalement repoussé. Cependant,
sera un autre sujet. Nous en dirons par les canons des tanks destroyers du ses armes lourdes continuent de
l’essentiel le moment venu. Spire est 2e dragons, il parvient, vers 16 heures, balayer le fleuve. Et néanmoins, le
pour nos troupes une chance énorme à jeter une section de l’autre côté du passage se poursuit par bateau isolé.
fort bien saisie. Mais, un peu au sud, fleuve. Mais nous avons perdu 10 Passagers et sapeurs propulsistes sont
l’affaire est beaucoup plus chaude. bateaux sur 12 ! À 18 h 30, nouvel admirables de cran et de courage. Le
échec. On abandonne cette plage reste du 151e RI, ramené de la plage
nord. Le reste du 151e RI passera par la nord, est dans ce nombre. Le 1er
À GERMERSHEIM plage sud. bataillon, dès la rive atteinte, se rabat

De la plage nord, c’est le 151e RI qui La plage sud de Germer-


doit passer à Mechtersheim. L’élan est sheim, elle, va connaître une
programmé pour 5 heures, le 31 mars, journée du 31 mars particuliè-
mais il ne pourra commencer qu’à 6 rement ardente dans la
heures. La préparation d’artillerie a volonté de vaincre de ceux
duré 30 minutes, toute l’artillerie du que le sort a mis là, au mépris
corps d’armée étant en position de tir. des sacrifices qui vont être
Dans la nuit du 30 mars, les propul- demandés.
seurs et les bateaux nécessaires ont été
reçus des Américains. Tout a été pré- C’est la 3e Cie du 101e RG,
paré par la 1re compagnie du 101e RG, aux ordres du lieutenant
aux ordres du lieutenant Vidal (actuel- Perdu (actuellement général,
lement général, 2s) qui va devoir assu- 2s) qui va devoir assurer le
rer le passage. passage. Le 4e RTM doit fran-
chir… avec le minimum de
L’ennemi, qui a décelé nos préparatifs, pertes ! À 6 h 40, une section
réagit violemment avec son artillerie est jetée par 12 bateaux sur la
et ses mortiers sur la plage d’embar- rive badoise. Une deuxième
quement. La première tentative vague de 15 bateaux à 7 h 50
échoue. Prise de flanc et de revers par fait passer la valeur d’une

(3) Il s’agit des compagnies 101/2, 101/4, 17/5 et deux compagnies du 151e RG.
(4) Il s’agit là du second monument. L’original, arraché par une péniche nonchalamment amarée, est actuellement conservé par le 1er
RG, héritier du 101e RG.

– 38 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
le long du fleuve et enlève les case- Composition
mates qui durant toute la journée Sommaire
s’étaient acharnées sur nos troupes. Le courrier des lecteurs
In memoriam
Grâce à cet acharnement dans la L’actualité en bref
volonté de réussir, au soir de ce 31 Le génie combat
mars 1945, quatre bataillons – un du Le génie construit
Le génie secourt
3e RTA par Spire, deux du 4e RTM et Le génie instruit
un du 151e RI par Germersheim, ont ◆ Histoire
pris pied sur la rive badoise du Rhin. A savoir
Témoignage
Le lendemain, ces deux têtes de pont Expérience
n’en formeront plus qu’une sur une FNG
largeur de 20 kilomètres. Elle s’étend
vers l’est jusqu’à l’autostrade
Francfort-Karlsruhe. Et les chars sont 8 h 30 une section de la
là. Car à mi-chemin entre la zone 96/1 en « utilty boat » sans
d’assaut de Spire et celle de dommage ! Elle va réussir à
Germersheim, à Mechtersheim, ce 31 faire l’aménagement prévu
mars, la 16e compagnie d’équipage de sur la rive ennemie pour le
pont du 96e bataillon du génie a réussi débarquement des chars et
à construire et à manœuvrer une por- des véhicules. Rive gauche,
tière-traille qui, très vite, va jeter sur la un premier essai est fait
rive ennemie les premiers tanks des- pour traverser la cinque-
troyers et les premiers chars qui per- nelle. Hélas, un coup au but
mirent d’élargir rapidement la zone va couler le bateau, tuant le
française sur la rive droite du Rhin. sergent-chef Cadix.

Ce n’est en définitive que vers 16 forte cadence. La mission du 96e BG,


VOICI L’HISTOIRE heures que la portière de transport là, est terminée. Mais sur la liste des
pourra réussir la traversée de la cin- tués et blessés du bataillon ont été
DE CETTE GLORIEUSE quenelle. Très vite, sur la rive enne- douloureusement inscrits les noms de
VICTOIRE TECHNIQUE mie, elle est attachée à un gros arbre. 2 sous-officiers et de 18 sapeurs. Nous
QUI A COÛTÉ Sur la rive gauche, elle est mise en ne pouvons pas tourner la page de
tension avec le treuil d’un gros camion cette héroïque journée à Germer-
DE LOURDS SACRIFICES brockway et un jeu de moufles et de sheim sans rendre un hommage plein
poulies. L’aménagement de la rive de reconnaissance à tous ces propul-
La mission était de tendre une cinque- départ, très marécageuse, est achevé sistes qui étaient aux commandes
nelle au travers du Rhin. Celle qui a dans la nuit. Mais la tension ne peut dans leur bateau. Ils appartiennent au
été reçue est de 20 mm avec 450 m de être réalisée, contrariée par la vitesse 101e RG, 1re et 3e Cies, ainsi qu’au 17e
long. C’est la 96/16 qui est chargée de du courant d’une part, et des passages régiment colonial du génie. Sur 90, 55
ce travail. La rive gauche, chez nous, successifs des autres embarcations sont morts à leur poste. Hommage
est à aménager par des travaux impor- d’autre part. aussi aux héros de la portière-traille à
tants. La rive ennemie aussi. Ce sera la Mechtersheim.
mission de la 96/1. Dès le 31 mars au La tension de la traille reprend le
matin, la 96/16 est à la tâche. Deux 1er avril à 13 h 30. Elle se déroule cor- Enfin, nous ne pouvons garder sous
« utility boat » sont mis à l’eau. La por- rectement et à 16 h 30, la première por- silence le franchissement du Rhin
tière de lancement de la cinquenelle tière Treadway est accrochée et passe par la 9e DIC, le 2 avril 1945, à
est construite avec 2 bateaux, puis une enfin. Le premier tank destroyer du 2e Leimersheim (10 kilomètres au sud
portière de 4 flotteurs de classe 40. À dragons embarque et franchit le Rhin, de Germersheim). Le général de Lattre
ce 1er avril. Et les rotations ont tient à ce que l’on s’empare au plus
pu se succéder, assurées par la vite de Karlsruhe qui se trouve au sud
96/1 en dépit d’accidents de de notre tête de pont. Ce sera la tâche
matériel jusqu’au 2 avril au de la 9e DIC.
matin. Auront alors franchi 5
tanks destroyers, 5 chars légers, Les matériels nécessaires au franchis-
2 automitrailleuses et une sement sont prélevés à Spire et
dizaine de véhicules. Germersheim. 12 bateaux M2 sont
pilotés par les sapeurs de la 2e Cie du
La relève est prise par le 211e 71e BG et 4 storm-boats par les pro-
bataillon de ponts lourds dont pulsistes de la 101/3. C’est le 21e RIC
les portières vont débiter à que l’on fait traverser sans difficulté et

– 39 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
À Spire, le 31 mars 1946, le général de
Sommaire Lattre de Tassigny a pu conclure son
Le courrier des lecteurs discours par ces phrases :
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat « Comme à Toulon, comme à Mar-
Le génie construit seille, dans les Vosges, à Belfort, à
Le génie secourt
Strasbourg et à Colmar, la Ire armée
Le génie instruit
◆ Histoire française a su entreprendre une
A savoir tâche hors de proportion avec les
Témoignage
Expérience
faibles moyens dont elle disposait,
FNG imposer son ascendant à l’adver-
saire et jouer dans la bataille
d’Europe le rôle que la France atten-
le soir, les unités de la dait d’elle. Demain, en effet, ce sera
9e DIC ont progressé pour le 1er CA du général Bethouart
de 5 km au-delà du et le 2e CA du général de Mont-
fleuve. Le 3 avril, c’est la marche sur D’où le pont de Germersheim sabert, la ruée victorieuse du Rhin
Karlsruhe, occupée dès le lendemain, construit en matériel Treadway par le au Danube, le coup de boutoir au
4 avril. Mission remplie pour la 9e 88e bataillon du génie entre le 5 et le cœur du dispositif ennemi, l’éclate-
DIC. Bien sûr, sans attendre, furent 7 avril, démonté le 15 avril. À Maxau, ment de Freudenstadt, l’encercle-
construits les ponts nécessaires au le pont construit le 8 avril dessert ment de Stuttgart et l’enveloppe-
franchissement pour le matériel rou- directement Karlsruhe. Il est emprunté ment de la Forêt Noire.
lant et les blindés, complétant les par 4 000 véhicules chaque jour. « Demain, ce sera Kehl, ce sera
moyens discontinus. Et, à cela, nous
Constance, ce sera Ulm, nos dra-
devons consacrer quelques lignes.
PUIS EN ALSACE peaux plantés sur le sommet du
Tyrol autrichien, la reddition des 19e
À Spire, un pont de 10 tonnes en
À Beinheim, face à Rastat, le 16 avril, et 24e armées allemandes.
matériel français modèle 1935 (5) est
commencé dès le 31 mars. Il sera un pont en matériel Treadway est « Demain, ce sera la signature de
ouvert le 2 avril au matin. Il ne permet construit par le 88e BG avec le maté- l’acte de capitulation sans reddition
pas le passage des blindés. Ils doivent riel démonté à Germersheim. du Reich à Berlin. L’Allemagne
emprunter le pont américain de nazie définitivement abattue et pour
Mannheim ou les moyens discontinus. À Kehl est construit du 15 au 20 avril notre Patrie, grâce à l’héroïsme de
par le 180e bataillon du génie son armée, la route retrouvée vers
un pont Bailey flottant sur son destin de grande puissance.
péniches, double voie classe
40. Son débit atteindra 7 à « Franchissement du Rhin, victoire de
8 000 véhicules par jour en l’audace, de la volonté et du cou-
raison de l’importance de rage, victoire du soldat de France.
Strasbourg comme nœud de Honneur à vous, mes compagnons
communication. d’armes, qui avez su faire de ces
heures des heures que l’Histoire
À Brisach, presque face à retiendra.
Colmar, un pont est réalisé « Tels nos petits sapeurs propulsistes,
avec difficulté le 27 avril en vous vous êtes lancés poitrine
utilisant le reliquat du matériel découverte vers l’inconnu et le com-
de Germersheim. bat. Messagers de nos espérances,
vous avez symbolisé la foi du Pays
Enfin, à Kembs, tout au sud de dans ses destinées.
l’Alsace, un pont Bailey fixe est
« Honneurs à vous, nos héros, nos
construit par le 152e RG sur les
morts, dont le sacrifice demeurera
ruines du barrage, du 25 au 28
pour toujours attaché au souvenir de
avril. Ce sera le deuxième pont
cette victoire.
permanent de fort tonnage dont
disposera l’armée française « Tous, vous avez bien mérité de la
entre Ludwigshafen et Bâle. France. »

(5) Il s’agit du modèle 1935/1944, ainsi nommé car en septembre 1944, le général Dromard, prévoyant de franchir le Rhin, fait adapter
le modèle 1935. Il en sera construit 500 m de pont. Ces deux ponts connaîtront des fortunes diverses mais finiront coulés, l’un lors
d’une crue, l’autre percuté par un train de péniches.

– 40 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Nous voilà parvenus à la fin de la pré- notre esprit le souvenir de ces journées Composition
sentation d’ensemble de ce que fut, majeures dans ces conflits où s’est déci- Sommaire
pour la Ire armée française, cette dée la marche vers la victoire au prix de Le courrier des lecteurs
In memoriam
époque de la traversée du Rhin. lourds sacrifices trop mal connus. Le L’actualité en bref
franchissement du Rhin, le 31 mars Le génie combat
Le mot de la fin ? Il ne sera pas écrit sans 1945, en est l’une des principales. Le génie construit
Le génie secourt
une forte émotion après la mise en Le génie instruit
forme de ces pages. La fin des conflits Sachons rendre hommage aux artisans ◆ Histoire
est encore commémorée dans nos villes de cette victoire et comme a su le faire A savoir
Témoignage
et villages. Le 11 novembre 1918 et le 8 le général de Lattre de Tassigny parti- Expérience
mai 1945, nos amicales sont là avec culièrement à nos petits propulsistes. FNG
leurs drapeaux. Le devoir de mémoire Oui, honneur à eux et surtout à ceux
est encore bien ressenti. Mais dans cet que ce dévouement a conduits à une
ensemble, sachons ramener souvent à mort glorieuse.

NOTES DE LA CELLULE CULTURE D’ARME


La stèle (photo ci-contre) est actuellement dans le Carré PHOTO CELLULE CULTURE D’ARME - ESAG (2006)

militaire français du cimetière de Spire. Elle fut réalisée


grâce aux efforts du capitaine Vidal. Édifiée à l’origine dans
le cimetière de Lemersheim, elle fut déplacée en 1956,
ainsi que les restes des sapeurs tombés à Germersheim.
Elle sombre dans l’oubli et ne sera identifiée qu’en mars
2006 au cours d’une mission des cellules culture d’arme et
audiovisuelle. Elle sera authentifiée grâce aux documents
personnels du général (2s) Perdu et du JMO de la 101/1
(Ltn Vidal).

Les trois monuments présentés dans cet article sont entrete-


nus par M. Guy Lesueur, représentant du Souvenir français
en Rhénanie Palatinat. Il convient de souligner l’abnégation
de M. Lesueur qui entretient depuis plus de quinze ans,
seul, et sur ses fonds personnels, ces monuments élevés à
la gloire du génie…

Si d’aventure, une association voulait entrer en contact


avec M. G. Lesueur, la cellule culture d’arme transmettra
son adresse.

BIBLIOGRAPHIE
Jacques DESJOUY : Chroniques drolatiques pour des années cruelles – Muller Éditions – Paris – 2002
Général PERDU : Notes personnelles (fond général Perdu)
Collectif : Le génie dans la campagne de France et d’Allemagne – dactylographié – 1945 (fond général Perdu).
Collectif : Mémorial du génie Italie France Allemagne – Collection Musée du génie (C 751/C8)

– 41 –
Fin 2005, le Pakistan subissait de plein fouet un tremblement de terre meurtrissant le pays.
L’article du lieutenant-colonel Fix fait ici le récit de l’action vérifiée lors de cette catastrophe.
Le génie français a ainsi pu y confronter son savoir-faire à celui des sapeurs espagnols,
italiens et polonais…

PAKISTAN 2005 : LCL Pascal FIX


Chef infrastructure
logistique du génie
LE GÉNIE AU CŒUR DE L’ACTION au HRF de Valence

Le 8 octobre 2005, un tremblement de de moyens de l’OTAN à PHOTO HRF

terre, de magnitude 7,6 sur l’échelle la demande d’un pays,


de Richter, ébranlait la région du non-membre de l’OTAN
Cachemire au nord-est du Pakistan. de surcroît, premier
engagement de la NRF,
première fois que
Alors que les premières estimations
l’Espagne avait la res-
(très nettement en dessous de la réa-
ponsabilité d’un engage-
lité) faisaient état de 25 000 morts et
ment terrestre…
50 000 blessés, le Pakistan demandait
l’aide de l’OTAN.
La demande initiale,
s’appuyant sur les
Le 11 octobre, le Conseil de l’Atlan- besoins, faisait état de
tique Nord approuvait un soutien cinq bataillons du génie,
aérien pour transporter vers le Pakistan disposant d’une forte
des produits de première nécessité capacité de construction
(couvertures, tentes et médicaments). Campement dans la vallée de la rivière Mahl.
(horizontale et verticale).
Les moyens prévus pour
Parallèlement, l’OTAN se préparait à la NRF étaient limités à une compa- major [JCL : joint command Lisbon]
déployer une partie des moyens de gnie légère espagnole et une compa- assumait le commandement de l’en-
la NRF (NATO response force). Les gnie mixte polonaise. Mais, rapide- semble de l’opération (cf NDRT).
moyens terrestres (principalement du ment, la Grande-Bretagne proposait
génie et de soutien médical) étaient une compagnie légère, spécialisée L’équipe de liaison et de reconnais-
placés sous le commandement du PC montagne, tandis que l’Italie mettait sance du LCC (land component com-
HRF (high readiness force) de Valence. sur pied une compagnie de travaux (cf mand), arrivée à Islamabad le 23
bataillon du génie). octobre, a établi les premiers contacts
Pour des raisons évidentes, le rédac- avec les autorités militaires pakista-
teur se contentera d’évoquer les Après une petite semaine de planifica- naises (surtout du génie) pour mener
actions du génie et leur impact. tion, le PC HRF envoyait une équipe des reconnaissances aériennes et ter-
de reconnaissance à Lisbonne (un restres et trouver une zone de déploie-
La mission fut préparée avec soin, car, chef d’équipe, un sapeur [le rédac- ment et de travail. Après bien des dif-
pour l’armée espagnole, il s’agissait de teur], un transmetteur et un logisti- ficultés, la localité d’Arja, à 90
faire face à de nombreuses « pre- cien) pour arrêter les détails pratiques kilomètres au nord-est d’Islamabad,
mières fois » : premier déploiement avec l’échelon supérieur, dont l’état- fut retenue. Située au débouché ouest

– 42 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
◆ A savoir
Témoignage
Expérience
FNG

quitter leurs quelques


têtes de bétail qu’ils ne
pouvaient emmener
avec eux.

Les unités du génie


ont donc fait effort
pour rétablir les itiné-
raires dans la vallée
de la Mahl et des val-
lées secondaires qui y
aboutissent. Dans les
de la vallée de la rivière Mahl, elle avoir emporté les routes. Dans les loca- localités, le travail principal a consisté
présentait l’avantage de n’être qu’à lités, les éboulements de bâtiments ont à se concentrer sur les bâtiments
douze heures (!!!) de route en camion contraint bien des gens à quitter leur publics, mais limités aux écoles, aux
de la capitale. Dès leur arrivée, les habitation, tandis que les bâtiments pri- centres de soins ou administratifs.
éléments de soutien (espagnol et polo- vés ébranlés gardaient leur destination
nais) ont commencé l’installation (cf première, soit de logement, soit Il n’a pas paru souhaitable de se pré-
campement et panorama). Celle-ci se d’échoppes, avec tous les risques d’ef- occuper de la prison ou de la salle de
faisait au rythme des avions, cette fondrement que pourrait entraîner un police, ces tâches ont été laissées au
mise en place étant effectuée par voie nouveau tremblement de terre violent bataillon du génie pakistanais. En
aérienne, y compris pour les engins et (près de 200 répliques ont été enregis- effet, toutes les actions des forces de
matériels. Ainsi, notre étonnement (cf trées ; selon les spécialistes, le tremble- l’OTAN résultaient d’une demande
cellule génie) fut grand lorsque l’offi- ment de terre du 8 octobre aurait dis- officielle des autorités pakistanaises,
cier de liaison polonais demanda un sipé moins de 20 % de la puissance avec lesquelles se faisaient les recon-
emplacement pour 70 shelters, la plu- totale accumulée). Il y a cependant eu naissances et qui, par ailleurs, assu-
part pour loger le personnel. peu de réfugiés, les gens répugnant à raient notre protection.

PHOTO HRF
LES ACTIONS DU GÉNIE
Au-delà des drames humains, les
conséquences les plus visibles du trem-
blement de terre étaient bien évidem-
ment les glissements de terrain et les
éboulements de bâtiments. De nom-
breux véhicules avaient été détruits,
notamment des moyens du génie,
généralement utilisés pour rétablir les
itinéraires principaux, suite aux glisse-
ments de terrain, fréquents dans cette
région. C’était d’ailleurs une des justifi-
cations de la demande d’aide du
Pakistan. D’autre part, dans certains
fonds de vallée, les glissements de ter-
rain avaient créé des barrages, après

– 43 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
PHOTO HRF CIMIC (sous responsabi-
Sommaire lité française) pour réhabi-
Le courrier des lecteurs liter l’adduction d’eau de
In memoriam
L’actualité en bref
source pour Arja ou
Le génie combat contribuer à soutenir la
Le génie construit reprise des cours en distri-
Le génie secourt
Le génie instruit buant du matériel sco-
Histoire laire. D’autre part, l’achat
◆ A savoir du matériel de construc-
Témoignage
Expérience tion et la location de
FNG machines dans le secteur
local ont participé à la
reprise économique.
La structure des com-
pagnies désignait clai- Sur l’axe principal de
rement la compagnie Dhulli à Arja, la réfection
italienne pour le de murs de soutènement a
déblaiement de gra- certes créé des bouchons
vats dans les localités, mais a aussi permis de
tandis que les compagnies espagnole produisait 20 m3 par jour, la produc- montrer l’action concrète des sapeurs
et italienne se concentraient sur les iti- tion pouvant atteindre 50 m3 en cas de sur le terrain, et de comparer là encore
néraires. La difficulté d’accès de cer- besoin. La distribution se faisait sur les l’organisation des chantiers, vue par
taines zones a d’ailleurs conduit à points de production ou par le moyen les sapeurs espagnols, italiens et polo-
monter une mission avec hélitransport de camions-citernes, fournis par l’ar- nais.
par CH 47. mée pakistanaise ou par l’élément de
soutien espagnol.
Dans les villages, quelques camps de En conclusion, cette mission aura per-
toile ont été montés, principalement mis, suite à une catastrophe, de véri-
par des ONG. La construction de bâti- fier la validité du concept de la NRF.
ments en bois demandée à l’OTAN IMPACT
L’ampleur des dégâts est telle que
aurait abouti à une injustice qu’il a été beaucoup reste encore à faire, mais,
décidé de ne pas cautionner. Sur quels Les conséquences de l’action des
agissant à la demande du président de
critères en effet sélectionner 3 ou 4 forces de l’OTAN furent rapidement
la République islamique du Pakistan,
familles parmi toutes celles qui atten- visibles. L’hôpital multinational, sous
l’OTAN a montré qu’elle savait aussi
daient un abri ? Les gens continue- responsabilité hollandaise, a traité de
conduire avec brio une mission d’ac-
raient à vivre dans des tentes, même si très nombreux patients et réalisé près
tion humanitaire.
toutes n’étaient pas adaptées à la de 160 grosses opérations. Ses trois
rigueur de l’hiver, les bâtiments équipes médicales mobiles (dont une
Enfin, le rédacteur tient à remercier les
construits (94 au total) serviraient de française) se sont déplacées dans un
spécialistes de l’ESAG pour les
centres de soins et d’écoles, ce qui, grand nombre de villages isolés.
réponses techniques qu’ils lui ont
soit dit en passant, correspondait à données dans les meilleurs délais,
une des priorités du gouvernement La même liberté d’action fut laissée notamment pour déterminer les possi-
pakistanais. Il convient de noter que, aux sapeurs qui furent ainsi les pre- bilités de renforcement de ponts
si de nombreuses écoles ont été miers étrangers jamais vus de mémoire Bailey d’un type inconnu du GEN
détruites, la volonté de poursuivre les d’homme dans certaines zones. 415.
cours a été très forte. Bien des institu-
teurs ont installé leurs classes en plein À côté des livraisons par héli-
air, profitant des derniers beaux jours coptères de toutes prove-
pour ne pas laisser les élèves désœu- nances, très médiatisées, l’ar-
vrés. La construction de ces bâtiments, mée pakistanaise utilisa
qualifiés de « semi-permanents », a été également un régiment de
essentiellement confiée à la compa- transport par animaux. Des
gnie britannique, venue avec peu de mules ont ainsi contribué à
matériels mais une grande expérience approvisionner des zones de
de la vie en zone montagneuse. très faible densité de popula-
tion.
La fourniture d’eau potable à la popu-
lation s’appuyait sur les capacités de Mais l’OTAN a apporté un
la section lituanienne qui, avec ses 3 soutien important, grâce aux
équipements de purification d’eau, projets préparés par le groupe PHOTO HRF

– 44 –
« 3 questions à… » est une rubrique destinée à donner le point de vue d’un sapeur œuvrant à
l’extérieur de l’arme du génie. Le premier à s’être prêté au jeu des questions-réponses est
l’adjudant Alain Maratier du Groupement Interarmées Actions Civilo-Militaires (GIACM), le
seul sapeur de cette formation.

3 QUESTIONS À…
L’ADJUDANT MARATIER
Le GIACM est au
quartier général Frère à Lyon. (GIACM DE LYON)

1) Mon Adjudant, vous êtes le Ses missions sont multiples : la marine, de l'armée de l'air, de la
seul sapeur du GIACM. Ne gendarmerie ainsi que des services de
• actions au profit des forces enga-
santé et des essences. De plus, tous les
vous y sentez-vous pas un gées visant à créer un environne-
ans, le GIACM se voit confier l'organi-
peu seul ? ment favorable à l'action militaire
sation de stages CIMIC par l'OTAN,
ou en menant des actions auprès de
preuve de sa reconnaissance au
la population locale afin d'amélio-
Seul représentant de l’arme du génie niveau international.
rer son acceptation de la force ;
au GIACM, cette affectation ne
manque en rien d’originalité ! • actions au profit de l'environne- Ce sont des militaires spécialisés dans
ment civil consistant à rétablir au la conduite des actions civilo-mili-
En plus des savoir-faire traditionnels plus vite les fonctions vitales d'un taires, maîtrisant les langues étran-
du sapeur, la diversité des missions pays (reconstruction économique, gères et ayant une connaissance
permet, à qui veut s’impliquer, d’ac- rétablissement de l'état de droit et approfondie des acteurs civils sur le
quérir des formations complémen- des services publics) ; terrain (organisations internationales
taires civiles intéressantes. • enfin les actions d'aide humani- et organisations non gouvernemen-
taire en soutenant les activités des tales).
Créé en juillet 2001, le Groupement organisations huma-
Interarmées Actions Civilo-Militaires nitaires ou en se sub-
(GIACM), commandé par le colonel stituant momentané-
Bernard Hué (TDM), est constitué de ment à celles-ci
98 personnels permanents, 96 com- quand elles ne sont
pléments d'active et 350 réservistes ou pas en mesure d'as-
experts civils. surer leur mission.

Structure interarmées unique et aty- Basé à Lyon au quartier


pique vouée à la projection et à Général-Frère, le GIACM
l'action, le GIACM, depuis sa créa- assure parallèlement la
tion, est intervenu et intervient en formation de ses per-
Afghanistan, en Côte d'Ivoire, au sonnels dans un cadre
Kosovo, au Tchad, au Tadjikistan, au interarmées puisqu'il est
Bénin, au Cameroun, en Indonésie et constitué de personnels
en Haïti. de l'armée de terre, de

– 45 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
◆ Témoignage
Expérience
FNG

Je suis employé en tant


que surveillant infra. et
spécialiste « eau et
assainissement », for-
mation complémen-
taire acquise au
GIACM à travers un Le GIACM est souvent sous les feux des médias…
cursus de formation
civile universitaire : cycle « eau et affectation tant pour les nombreuses le contact. Cela est facile en OPEX
assainissement en situation de crises OPEX qu’elle offrait que pour les et même en France car nous tra-
internationales » , les formations opportunités de formation et de déve- vaillons régulièrement avec le centre
« eau » niveau 4 et 5 étant réservées loppement personnel. MINEX de l’ESAG qui assure nos sen-
aux officiers. sibilisations mines et qui, comme
nous, travaille beaucoup avec l’ONG
3) Comment vivez-vous votre BIOFORCE de Lyon.
2) Comment arrive-t-on au
GIACM ? condition de sapeur loin du
C’est malheureusement aussi parfois
génie ? revenir à la maison mère pour y enter-
Je suis arrivé au GIACM au retour d’un rer un frère d’arme, mais en même
séjour OM sur proposition de la Bien que vivant loin de l’arme et de temps, retrouver « la famille »…
DPMAT ; je correspondais au profil, la maison mère , il est de mon devoir
surtout linguistique. J’ai accepté cette de ne pas couper le fil et de conserver
… et toujours en bonne compagnie.
Après des années de troubles et de guerre, l’Afghanistan connaît une période d’accalmie très relative.
Exit les Talibans et, sur le modèle des démocraties occidentales, le pays s’est doté d’une armée.
Plusieurs nations qui s’étaient unies dans la lutte contre les terroristes se sont engagées auprès de la
nouvelle armée afghane pour former ses cadres et soldats. C’est dans ce cadre que le capitaine
Nicolas a participé à la formation des officiers afghans au cours d’une mission de quatre mois. Récit…

Capitaine Jean-Marc NICOLAS


Chef de la section instruction LE 2 E
RÉGIMENT DU GÉNIE
du 2e RG

FORME DES MILITAIRES AFGHANS

À son arrivée au BOI PHOTO 2E RG

du 2e RG, mon chef,


le lieutenant-colonel
Mircher fut frappé par
ma mauvaise mine
consécutive à 2 ans
de travaux forcés à la
section instruction du
bureau et m’autorisa à
partir en cure en
Afghanistan. Décision
qui me réchauffa le
cœur.

Je suis donc parti le 6


septembre pour tenir
un poste de conseiller
pour la formation des
officiers de la nou-
velle armée afghane.

En effet l’Afghanistan,
après 10 ans d’occu- À l’heure du thé.
pation par l’armée soviétique de 1979
à 1989, de tensions internes et un Cette formation par niveau et par spé- France d’un effectif de 35 personnels)
régime taliban qui fut chassé du pou- cialité est dévolue à de nombreuses sont stationnés dans camp américain
voir par la coalition emmenée par les nations : les Américains forment les de Phoenix, sur une ancienne zone
Américains suite au 11 septembre MdR, les Anglais les sous-officiers et industrielle dans Kaboul est.
2001, veut se reconstruire sous l’im- les Français, les officiers ; les
pulsion de la communauté internatio- Roumains enseignent la technique Tous les jours, nous rejoignons KMTC
nale. Un des volets de la mission amé- char sur T62 et les Allemands la tac- (Kaboul Military Training Center)
ricaine « Enduring freedom » est la tique ; les Mongols dispensent l’ins- l’école de formation de l’ANA
formation de la nouvelle armée truction mortier. Tous ces détache- (Afghane National Army) pour y tenir
afghane. ments d’instruction (EPIDOTE pour la notre poste. Ma fonction était double :

– 47 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG PHOTO 2E RG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
◆ Expérience
FNG

d’une part, conseiller auprès du chef


du 1er bataillon qui comprenait une
section de CDS, une section de CDU
et une d’officier d’état-major et d’autre
part, responsable de la programmation
de l’instruction sur 11 semaines pour
Une des plaines d’entraînement de l’armée afghane.
les 4 bataillons à l’instruction en
simultané.
Je n’ai rencontré au cours de cette Le vendredi est consacré à l’entretien
Avec un interprète afghan à mes côtés, mission que des gens très attachants, du véhicule (P4 blindée), aux achats
j’assistais à des cours, conseillais et ayant soif d’apprendre, voulant réussir, de tapis et autres souvenirs auprès des
anticipais l’organisation des exercices. reconnaissants devant la France et commerçants locaux autorisés à entrer
Mission très intéressante, enrichis- ayant à cœur de ne pas décevoir. sur le camp, au sport dans l’immense
sante et intense au rythme hebdo- et magnifique salle américaine ou aux
madaire d’une sortie terrain de 36 KMTC est un creuset formidable qui sorties touristiques lorsque le niveau
heures et d’un tir AK 47 ou RPG7 ou doit permettre à l’Afghanistan de pan- d’alerte le permet. Ce cadre de travail
Dragonnov. Notre terrain d’exercice : ser ses plaies, de se reconstruire et international est très enrichissant, les
la plaine de Chamali que j’ai parcou- d’installer une démocratie. En effet, rencontres furent nombreuses et les
rue en long, en large et en travers toutes les ethnies s’y côtoient alors échanges se sont intensifiés au rythme
avec mon sac à dos, le PA au que certaines ont été opposées par le de l’évolution de mon anglais.
ceinturon et le FAMAS à l’épaule par passé et beaucoup se sont combat-
56° C en septembre et – 18° C en tues : anciens militaires, Talibans Rentré d’Afghanistan le 2 février,
décembre et janvier avec bivouac sous repentis ou moudjahiddines. j’ai repris le travail avec le teint bronzé,
tente individuelle roumaine. Merci une énergie emmagasinée à 1800 m
lieutenant-colonel Marotte d’avoir Nous travaillons au rythme de l’armée sur le plateau de Kaboul mais j’en suis
entretenu ma rusticité sur l’îlot 1 à afghane : fin de la semaine le jeudi déjà convaincu, une piqûre de rappel
Valdahon ! soir, reprise le samedi. s’imposera l’année prochaine.

PHOTO 2E RG

– 48 – Les stagiaires du capitaine Nicolas.


HONNEURS À UN GRAND ANCIEN

LE 13 E
RÉGIMENT DU GÉNIE FÊTE LE 64 E
ANNIVERSAIRE
Lieutenant SILLARD
Officier communication DE LA BATAILLE DE BIR HAKEIM
La bataille de Bir Hakeim est devenue les Français libres, en particulier pour forte dans la nuit du 10 au 11 juin
depuis le 12 juin 2005, la fête du régi- l’arme du génie qui a joué un rôle 1942, sauvant ainsi les trois quarts des
ment, un symbole exprimant la fierté décisif en posant en trois mois effectifs de la 1re DFL et le tiers de ses
des « sapeurs de Leclerc ». Cette quelque 132 000 mines, en enfouis- matériels. Le général De Gaulle lui
bataille célèbre la première victoire sant la division et en participant logi- remet la croix de compagnon de la
des Français Libres sur les Allemands. quement au combat, en particulier en libération le 12 août 1942.
remplaçant de nuit, sous un déluge de
En effet, après conquis une grande feux les mines relevées le jour par le Après la campagne de Tunisie, en
partie de l’Europe, les armées alle- génie ennemi. mars 1943, nommé commandant
mandes invaincues se ruaient sur auprès du général Leclerc et chef du 2e
l’Union Soviétique et envahissaient Le lieutenant-colo- bataillon du génie de la 2e DFL, il ras-
l’Afrique du Nord. Bir-Hakeim, dans nel Gravier fut, pour semble à Sabratha, en Libye, les
le désert de Libye, était la dernière sa part, le premier sapeurs de la France Libre, des fantas-
position du barrage de Tobrouk sur chef de corps du 13e sins du corps franc d’Afrique et des
lequel la VIIIe armée britannique en bataillon du génie, engagés d’Afrique du Nord et de
retraite pouvait espérer arrêter la pro- le 1er octobre 1943, Corse, que rejoindront plus tard des
gression inexorable des blindés de mais aussi le héros évadés de France.
Rommel vers le canal de Suez. Cette de la bataille de
position était, alors, tenue par la 1re Bir Hakeim. Et c’est Quand la 2e DFL se transforme en 2e
division des Français Libres (1re DFL). avec beaucoup d’émotion que le division blindée (2e DB), le 2e bataillon
La bataille de Bir-Hakeim qui a duré colonel Bunouf, président de l’Ami- du génie devient 13e bataillon du
quinze jours, a permis la victoire d’El cale des anciens, a rendu hommage génie le 1er août 1943 à Tamara.
Alamein et a de ce fait changé le cours à ce soldat qui s’est illustré lors des Débarquant d’Angleterre le 1er août
de l’histoire. Cet événement a eu à combats de la Seconde Guerre mon- 1944, le 13e bataillon du génie
l’époque un retentissement immense. diale. Commandant le génie de la « ouvre la route » à la 2e DB pendant
C’est un sujet de gloire légitime pour 1re DFL le 15 décembre 1941, il réalise toute la campagne de France.
le plan de défense
de Bir Hakeim « à
la Vauban » ,
consistant d’abord
en un gigantesque
minage.

La position tiendra
deux semaines, du
27 mai au 11 juin,
face à un ennemi
largement supé-
rieur en nombre.
De plus, il effectue Les cendres du colonel Gravier sont répandues
la sortie de la place au pied du monument au Morts.

– 49 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
Le génie secourt
Le génie instruit
Histoire
A savoir
Témoignage
Expérience
◆ FNG

Il est nommé lieute-


nant-colonel par le
général Leclerc le 10
novembre 1944.

L’ultime volonté du
lieutenant-colonel
Gravier a été de
rejoindre les siens en

Cette cérémonie fut éga-


lement l’occasion pour le
général Lafontaine et le
colonel Ravier de
remettre la médaille mili-
taire aux adjudants-chefs
Arnaud, Corne, Davanzo,
Ganiez, Garde, Trillo et
Zilio.

Afin de clore cette céré-


monie, les compagnies
du régiment ont défilé
devant les autorités
civiles et militaires pré-
léguant ses cendres au 13e régiment sentes. Elles étaient suivies des
du génie, par disposition testamen- anciens du 13e bataillon du génie sur
taire. Cette cérémonie a marqué à des véhicules d’époque.
jamais la communion des sapeurs de
Leclerc avec leur fondateur, puisque
les cendres du défunt ont été disper-
sées au pied du mât des couleurs, par
les colonels Bunouf et Ravier ainsi que
par le chef de bataillon Tenailleau. Au
même moment, l’adjudant-chef
Davanzo, président des sous-officiers
et le caporal-chef Letendart, président
des militaires du rang, ont jeté une
poignée de sable du désert de Libye et
une poignée de sable de la plage
d’Utah Beach. Ces gestes symboli-
saient ainsi le parcours d’un soldat
qui, des premières victoires de la
France Libre en 1942 à la campagne
de Libération du territoire en 1944, a
servi avec un courage et une abnéga-
tion exemplaire.

– 50 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG

CHANCELLERIE Composition
Sommaire
Le courrier des lecteurs
In memoriam
L’actualité en bref
CONSEIL FÉDÉRAL DU 9 MARS 2006 Le génie combat
par Danièle G
Le génie construit
UYOT
Le génie secourt
Le génie instruit
Le conseil fédéral de la Fédération Françoise, président national, demande Histoire
nationale des amicales de sapeurs aux membres présents de bien vouloir A savoir
Témoignage
(FNAS), convoqué par lettre du 7 observer une minute de silence à la Expérience
février 2006, s’est réuni, ce jour, 9 mémoire de deux camarades récem- ◆ FNG
mars 2006, dans les locaux de la délé- ment disparus : Alain Cuggia, respon-
gation militaire départementale du sable administratif de la revue fédé-
Val-de-Marne, au Fort Neuf de rale, et le colonel Jean Vial, précé- RTSE). La séance est ouverte à 10 h
Vincennes, à Paris (XIIe arr.). Avant demment président de l’amicale de 15. Les points portés à l’ordre du jour
d’ouvrir la séance, le général Marcel l’Hérault (et président adjoint en sont ensuite examinés et discutés.

RELEVÉ DE DÉCISIONS par Jean-Loup BONTÉ, secrétaire national

A) Approbation du procès- C) Point sur le bilan financier E) Adhésions des amicales


verbal du conseil fédéral de l’année 2005 de la direction IdF, EGP
du 26 novembre 2005 et 32e RG
Information sur le pré-bilan
Le compte rendu de la réunion du de l’exercice 2005 Les candidatures ayant pour objet
conseil fédéral en date du 26 novembre l’adhésion à la Fédération des ami-
2005 est approuvé à l’unanimité. Résultat en déficit de 7 500 €, mais le cales suivantes : Direction du génie
président, invité par la fédération en Ile-de-France, Établissement du
nationale des anciens sapeurs pom- génie de Paris (EGP) et 32e régiment
B) Devenir de la revue fédérale piers de Paris (FNASPP) lors de leur du génie (32e RG) sont acceptées à
congrès, le 18 mars à Blois, signera à l’unanimité.
Suite à l’arrêt des impressions par les cette occasion la convention FNAS-
imprimeries ou points d’impression de FNASPP et se verra remettre un
l’armée de terre au profit d’organismes chèque de « cotisation ». L’avoir réel F) Questions diverses
extérieurs - dont les associations et de la FNAS au 31 décembre 2005
fédérations d’armes - Vauban et la s’établit à 58 286 €. Fonctionnement de la chancellerie
Lettre du génie fusionnent dès le mois
d’avril. Les membres du conseil fédé- À compter de la réception du pré-
ral en prennent acte. sent relevé de décisions, les dossiers
D) Application des mesures
transitoires (mai 2006 - relatifs aux propositions dans l’ordre
Il est décidé que les prochains articles du Mérite fédéral seront direc-
émanant des amicales devront parve- septembre 2007) tement adressés par les amicales au
nir à Louis-François Dupont, rédacteur siège de la Fédération à l’adresse
de la revue, pour le 15 avril au plus Les mesures transitoires, telles que suivante :
tard, en vue d’une insertion dans le décrites dans le document joint à la
n° 2 de la nouvelle revue qui sera convocation relative au présent FNAS – Chancellerie
publiée à l’occasion de la « Vauban », conseil fédéral, sont approuvées à BP 111 - 00481 ARMÉES
les 15 et 16 juin prochains à Angers. l’unanimité moins une voix.

– 51 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
Présence d’un délégué auprès dessin, tout en fermant avec elles le
Sommaire de l’ESAG dessin de l’hexagone symbolisant à la
Le courrier des lecteurs fois les fortifications de Vauban et le
In memoriam
L’actualité en bref
Le conseil fédéral se prononce à l’una- « pré carré ».
Le génie combat nimité pour le maintien d’un délégué
Le génie construit auprès de l’École supérieure et d’ap- Désignation d’un chargé de mission
Le génie secourt
Le génie instruit plication du génie (ESAG). pour les abonnements à Vauban
Histoire
A savoir
Témoignage Logo futur de la FNG Suite au décès de notre camarade
Expérience Alain Cuggia, la candidature de Bruno
◆ FNG
Six projets sont présentés. Celui por- Allart est présentée aux membres du
tant le n° 6 est retenu moyennant les conseil. Celle-ci est acceptée à l’una-
adaptations suivantes : ne garder que nimité des conseillers présents et
les lettres « FNG » afin d’équilibrer le représentés.

LA PRESSE MET L’ACCENT


SUR LE TRICENTENAIRE DE VAUBAN EN 2007 par Louis-François DUPONT

Lu récemment dans plusieurs quoti- Brisach, Besançon, Briançon, Mont- On peut dire qu’il a fallu patienter trois
diens l’intérêt grandissant porté par les Dauphin, Villefranche-de-Conflent, siècles pour que la personnalité rayon-
associations à la future célébration du Montlouis, Blaye, Saint-Martin-de-Ré, nante de Vauban soit entièrement per-
tricentenaire du maréchal de Vauban, Camaret, Belle-Ile, Tatihou Saint-Vaast çue. Au-delà de l’ingénieur militaire si
mort à Paris le 30 mars 1707. la Hougue, et, bien sûr, le domaine de brillant à enlever les sièges et à bâtir
Bazoches-en-Morvan, propriété du plus de 130 fortifications, on se plaît à
Ce grand serviteur de l’État, au même vivant du maréchal (appartenant à pré- considérer que cet homme bourgui-
titre qu’un Colbert ou qu’un Louvois, sent au vicomte Arnaud de Sigalas qui y gnon du Morvan était aussi simple,
attaché à son souverain le roi Louis a reçu l’amicale du 1er régiment du compétent et généreux envers ses ingé-
XIV, n’a pourtant pas obtenu de la part génie en mai 2005) ainsi que la simple nieurs et la troupe qu’avec ceux qui
de son Roi un hommage suprême lors pierre tombale où il repose dans l’église dans l’ombre œuvraient pour la beauté
de ses obsèques à l’église Saint-Roch Saint-Hilaire du modeste village. de son domaine agricole et forestier. Le
(Paris Ier arrondissement). Sa majesté principe de la définition de « l’honnête
ne se déplaça point… Commémorations prévues en 2007 : homme » est devenu la réalité du
1er janvier : lâcher de ballons dans les moment. Que cette franchise demeure
Irrité par le ton des textes de « La villes possédant l’une de ses fortifica- dans l’arme du génie à laquelle nous
Dixme royale », cet ouvrage, d’abord tions. sommes tous très attachés.
publié aux Pays-Bas, fut condamné. Il
n’était point de mise lors d’une royauté 24 janvier : cérémonie aux Invalides
monarchique, de dénoncer, même cor- autour de son cénotaphe.
rectement, les abus de taxes ou d’im- En février : l’hôtel de la Monnaie
pôts… Vauban, au fort de son honnê- lance une pièce à son effigie.
teté foncière, ne pouvait pas supporter En mars : exposition dans l’église du
le déséquilibre en la matière : il préco- dôme des Invalides par le musée de
nisait un impôt égal pour tous. l’Armée.

Prélude à l’année 2007, l’association En septembre : cérémonies de l’arme


Vauban s’est déplacée le 30 mars du génie à Besançon (21, 22, 23 sep-
2006 à Bazoches-en-Morvan et a tembre).
déposé une gerbe sur la tombe du En novembre : colloque sur le thème
maréchal. On sait que Napoléon Ier « Vauban urbaniste, Vauban archi-
avait fait placer son cœur aux tecte » au palais de Chaillot à Paris.
Invalides en 1808, en face du tom-
beau du maréchal de Turenne. Il est bien certain qu’un grand nombre
de colloques, de manifestations sur
Les sites majeurs retenus pour les célé- des thèmes touristiques, des rallyes
brations Vauban 2007 seraient les cita- équestres, des cérémonies militaires se Armes du maréchal de Vauban (musée
delles suivantes : Arras, Longwy, Neuf- dérouleront un peu partout en France. historique de la citadelle de Belle-Ile-en-Mer).

– 52 –
Nos peines
DÉCÈS DU COLONEL JEAN VIAL par Christian ROFFAT

Le départ de notre camarade et ami le drapeaux et d’une nombreuse assistance sence de Bernard Loiseau, le président
colonel Jean Vial nous laisse dans une parmi laquelle les généraux du génie de la FNAS de la RTSE venu de
profonde tristesse. Après avoir lutté Brousse, Chavanier, Perry et Sautel Grenoble ainsi qu’une délégation des
contre la maladie avec un courage entourés de nombreux anciens sapeurs. amicales du Var, du Vaucluse et du
exemplaire et une sérénité remar- Gard emmenées par leurs présidents
quable, il nous a quittés le 24 février Le colonel Xicola, directeur adjoint du MM. Bizien, Delorme et Marotta.
2006, nous laissant dans un désarroi à génie Ile-de-France, a fait le déplace-
la hauteur de l’amitié que nous lui ment depuis Paris et représentait les Un grand merci à ceux qui sont venus
portions. anciens directeurs de l’établissement honorer la mémoire de notre ancien
du génie de Montpellier. La directrice président en participant à ce qui fut
Jusqu’aux derniers jours, Jean Vial s’est actuelle, le lieutenant-colonel Olivan, une belle et émouvante cérémonie.
préoccupé des problèmes de l’asso- était accompagnée d’une forte déléga- Merci à tous ceux qui ont participé à
ciation et de la FNAS. tion de ses personnels. son organisation.

La cérémonie religieuse s’est déroulée le De nombreux présidents et membres À sa famille, l’ensemble de l’associa-
mardi 28 février en l’église Don Bosco d’associations amies étaient présents. tion adresse son affectueux soutien
de Montpellier en présence de quatorze C’est ainsi que l’on remarquait la pré- dans cette terrible épreuve.

Allocution prononcée le 28 février 2006 en l’église Don Bosco de Montpellier


lors des obsèques de notre ami Jean Vial
par le général (2S) Jacques PERRY

« Mon Colonel, Cher et Grand Ami Jean,

C’est dans nos Vosges natales que tout a commencé, dans ces moments tragiques du martyr de Saint-Dié, dont ton papa
était maire. Devant la terreur et le malheur qui accablaient nos familles, le brillant lycéen de math. élém. que tu étais,
avait trouvé sa voie : l’armée. Délaissant pour un temps la préparation au concours de Saint-Cyr, tu t’engages avec
enthousiasme au 5e régiment de spahis algériens. C’est la campagne d’Allemagne, où, maréchal-des-logis, tu obtiens une
première et magnifique citation, exaltant ton audace et ton sang-froid : ton véhicule blindé détruit, tu récupères la
mitrailleuse et tu permets à ta patrouille en mauvaise posture de se dégager et d’anéantir un fort détachement ennemi.
La guerre terminée, tu reprends tes études : admis au concours de Saint-Cyr 1944, tu entres à Coët. avec le groupe que
l’on appelle alors la 7e série, ou encore la promo Indochine, qui plus tard formera l’essentiel de la Rome et Strasbourg. À
la sortie de l’école, pas d’état d’âme, tu choisis de servir dans le génie et outre-mer, au sein de l’artillerie coloniale qui
offrait seule cette possibilité.
Tu es donc devenu sapeur, toute ta vie sera consacrée avec passion et efficacité aux missions d’instructeur et de bâtisseur.
Après une formation de base à l’EAG, une année au centre d’instruction des opérations amphibies d’Arzew et une année
au 4e régiment du génie, tes aspirations sont comblées : tu pars en Indochine où tu vas servir pendant 5 ans.
C’est là où, lieutenant, puis capitaine dès 1953, tu vas montrer la pleine mesure de tes remarquables qualités à la fois de
chef et de spécialiste. Dans ces opérations où le génie joue un rôle ingrat, mais primordial, souvent ignoré quand arrive
le moment des récompenses, tu te distingues par ton omniprésence seul ou presque dans des zones à hauts risques. Ta
préoccupation au 22e, puis au 26e bataillon de génie légion, est le maintien en état opérationnel de nos engins et leur
mise à disposition de nos unités : quelques-uns se souviennent de ce parachutage d’un bull-dozer à Dien Bien Phu,

– 53 –
SOMMAIRE
Vauban • la Lettre du génie
Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Composition
intervention réussie uniquement grâce à ton sens de l’organisation, à ta compétence technique,
Sommaire à ton audacieux courage. Tout cela est exprimé dans une nouvelle et très belle citation, qui
Le courrier des lecteurs mentionne en outre ton action déterminante dans la remise en état des bacs de Ninh Giang
In memoriam
L’actualité en bref
sous la pression de l’ennemi Vietminh en mai 1954.
Le génie combat De retour d’Indochine, tu complètes ta formation à l’École supérieure de Versailles et tu
Le génie construit retrouves l’Allemagne, en direction de travaux pendant deux ans à Coblence, puis Baden
Le génie secourt
Le génie instruit Baden.
Histoire Mais le capitaine Vial s’accommode mal de ces affectations : l’Algérie, dont tu es devenu et
A savoir resteras passionné, t’appelle. Te voilà patron d’une compagnie d’électro-mécaniciens à Aïn
Témoignage
Expérience Sefra. Responsable de l’exploitation de 13 centrales et de 300 km du barrage électrifié algéro-
◆ FNG marocain, chargé du minage des points de passage des rebelles, tu mérites une nouvelle
citation, à la hauteur des précédentes : on y met en exergue
l’organisateur courageux, dynamique, toujours et partout
présent, particulièrement estimé pour ces qualités et l’efficacité
de ses initiatives.
Après deux années sur le barrage, tes qualités te font affecter à
l’état-major de la base interarmées de Mers-el-Kébir : tu y sers
trois ans, tu y es nommé chef de bataillon en 1963 et chevalier
de la Légion d’honneur en 1965, avec l’expression renouvelée
de l’estime de tes chefs des trois armées. Ce qui te vaut
l’affectation suivante, à savoir le centre d’expérimentations du
Pacifique : tu sers deux ans à Papeete, où tu retrouves la grande
famille du génie légion.
Tu reviens en métropole, et, consécration pour un sapeur, tu es
choisi pour le poste de chef d’état-major de la 4e brigade de la
8e division à Beauvais, poste important que tu quittes comme
lieutenant-colonel en 1971 avec des notes élogieuses.
Tu prends alors le commandement de l’important Centre
national d’instruction du génie à l’Ardoise. Tu y marqueras
pendant deux ans l’empreinte de ta solide expérience et
l’exemplarité de ta réussite à ce poste de niveau national. C’est
là que tu décides de mettre fin avant l’échéance à une carrière
de trente années de services de grande qualité.
Tu recevras en 1975 la croix d’officier de l’ordre national du
Mérite et tu seras promu au grade de colonel en 1980. Ce sera
le dernier hommage de cette armée que tu n’as cessé d’aimer
profondément pendant toute ta vie : hommage qu’aujourd’hui
au nom de tous tes frères d’armes, sapeurs, Saint-Cyriens,
légionnaires, et tous les autres si nombreux ici présents, je
t’exprime du fond du cœur. Au revoir, Mon Colonel, au revoir,
Jean, cher grand ami. »

Quelques représentants de la FNG


lors de la 7e Convention du génie.

– 54 –
Vauban • la Lettre du génie SOMMAIRE

Éditorial du général
Mot du président de la FNG
Allocution prononcée le 28 février 2006 en l’église Don Bosco Composition
Sommaire
de Montpellier lors des obsèques de notre ami Jean Vial Le courrier des lecteurs
par Christian ROFFAT In memoriam
L’actualité en bref
Le génie combat
Le génie construit
« Mon Cher Jean, Le génie secourt
Le génie instruit
Après la brillante carrière de soldat qui vient de nous être retracée, tu refuses l’inactivité de la Histoire
A savoir
retraite en t’engageant dans une deuxième carrière, civile cette fois, avec la même énergie, la Témoignage
même foi et une réussite exemplaire. Expérience
◆ FNG
Pendant plus de douze ans, tu occupes des postes importants de direction dans un grand
groupe de travaux publics où tu as pu mettre en valeur tes compétences. Tu as ainsi apporté
ton aide technique à plusieurs pays d’Afrique et tu as été notamment directeur d’une grande entreprise œuvrant dans toute
l’Afrique de l’ouest où tu as eu plus de cinq cents personnes sous tes ordres, et tes qualités de chef ont été reconnues par
tous, de l’ouvrier à l’ingénieur.
À l’issue de ces deux carrières bien remplies, tu t’engages dans le monde associatif au profit de tes camarades de l’arme
et du service du génie. C’est ainsi que tu rejoins en 1987 les rangs de notre association des anciens sapeurs du génie de
l’Hérault. Tes qualités humaines et tes compétences unanimement reconnues t’ont tout naturellement propulsé à la
présidence que tu assuras pendant quatorze ans de 1990 à 2004.
Tu as été un président à la main ferme mais toujours bienveillant, d’une extrême gentillesse et qui a donné à notre
association une dimension et un rayonnement importants. De surcroît, tu assumes depuis l’an 2000 la présidence de la
Fédération des amicales du génie de la zone méditerranéenne et tu es, à ce titre, membre du Conseil national de la FNAS.
Ta présidence aura été marquée par une progression très importante de nos effectifs. Ton humanité t’a toujours amené à
te soucier des camarades dans la solitude ou le besoin. Ton sens de la communication t’a conduit à créer notre bulletin
de liaison, « La Ligne à Hommes », ce qui a permis de resserrer les liens nous unissant.
Ton dynamisme, tes qualités de chef et d’organisateur t’ont permis de mettre sur pied avec brio les cérémonies et les
festivités du vingtième anniversaire de notre association en 2004. Tu as maintenu des contacts privilégiés avec
l’Établissement du génie de Montpellier et toute la chaîne génie. J’ajouterai à ces qualités ton sens de l’humour et ton
calme qui te permettaient de résoudre au mieux et rapidement les problèmes de l’association.
Au nom de toute la communauté du génie élargie à l’ensemble de la zone Méditerranée, je prie Jeannine, ton épouse qui
a toujours œuvré affectueusement à tes côtés, Marie-Claude et Joëlle, tes filles, cette famille à laquelle tu étais si attaché,
d’accepter l’expression de nos sentiments attristés.
Au revoir, Jean, avec toi nous perdons un ami et un conseiller de grande valeur, mais tu resteras dans notre cœur et sois
assuré que « Choupette » sera entourée de toute notre affection et de notre soutien pour l’aider dans ces moments
difficiles. »

– 55 –
ENQUÊTE DE
ENQUÊTE SATISFACTION
DE SATISFACTION

Vauban, la Lettre du génie


1. Avez-vous lu le premier numéro de Vauban, la Lettre du génie ?
Oui Non

2. Combien de temps, en moyenne, consacrez-vous à la lecture du magazine ?


Moins d’une demi-heure Une heure Plus d’une heure

3. La périodicité trimestrielle vous paraît-elle ?


Excessive Suffisante Insuffisante

4. Le contenu de la revue répond-t-il à vos attentes ?


Tout à fait Plutôt oui Plutôt non Pas du tout

5. Classez les rubriques par ordre de préférence :


L’actualité en bref Histoire À savoir
Le génie combat Coup d’œil sur… Nos peines, nos joies
Le génie construit Témoignage La vie de nos amicales
Le génie secourt Expérience Le courrier des lecteurs
Le génie instruit

6. Vauban, la Lettre du génie vous paraît-il ?


Complet Incomplet

7. Souhaiteriez-vous des rubriques supplémentaires ?


Oui Non Sans opinion

8. Si oui, dans quel(s) domaine(s)

9. Le contenu des articles vous semble-t-il ?


Très pertinent Pertinent Peu pertinent

10. Que pensez-vous du titre choisi pour cette nouvelle revue, fruit de la fusion entre la Lettre du génie et
Vauban ?
Très satisfaisant Satisfaisant Peu satisfaisant

11. La diffusion de la revue se fait-elle de manière satisfaisante dans votre unité ?


Oui Non

12. La livraison sous film transparent vous convient-elle ?


Oui Non

13. Le prix de l’abonnement vous paraît-t-il raisonnable ?


Oui Non

– 56 –
B U L L E T I N
D ’ A D H É S I O N
Association reconnue d’intérêt général. Association « Musée du Génie »
Réduction d’impôt égale à 60 % du montant des versements effectués.
(Envoi d’un reçu fiscal à partir de 20 euros)

Contact
ESAG/Cellule culture d’arme
Lieutenant-colonel Voyer – Commandant Garnier de Labareyre
106, rue Éblé – BP 34125 ANGERS Cedex 01
Tél. : 02 41 24 85 05 ou 02 41 24 82 40 – Fax : 02 41 24 83 39

J’ADHÈRE à l’association « Musée du Génie »


bulletin à retourner à l’adresse suivante :
association « Musée du Génie » - ESAG - BP 34125 - 49041 ANGERS Cedex 01

COTISATION ANNUELLE COTISATION À VIE


❒ membre actif : 10 euros minimum (20 euros avec reçu fiscal) ❒ membre à vie : 300 euros
❒ membre bienfaiteur : 50 euros (avec reçu fiscal) (avec reçu fiscal)
❒ collectivité militaire ou de réserve, association : 25 euros
❒ société civile : 150 euros (avec reçu fiscal)
❒ membre partenaire (entreprise) : 1000 euros

NOM : .................................................. Prénom : .............................................

Année de naissance : ................... Profession ou grade : ..............................

Adresse : ................................................................................................................ Signature


Code postal : ................................. Ville : .........................................................

N° tél. : ................................................

À ............................................................ le ..........................................................

BULLETIN D’ADHÉSION DES CORPS ET FORMATIONS D’ACTIVE


(collective, non personnalisée, cette adhésion ne remplace pas les adhésions individuelles des membres de l’organisme)

1 euro par cadre d’active officier et sous-officier ; gratuit pour les EVAT
(ex. : régiment comptant 40 officiers, 150 sous-officiers et 700 EVAT : cotisation de 190 euros pour l’ensemble)

UNITÉ : ..........................................................................................................................

Adresse postale : ..........................................................................................................

N° tél. : ................................................

❒ ........................ cadres d’active x 1 euro TOTAL : ......................... euros


À ................................................................... le ..........................................................

Signature

– 57 –
CHARLES AUGUSTIN COULOMB
BIOGRAPHIE Charles Augustin COULOMB
Né à Angoulême (Charente), le 14 juin 1736.
Fils de Henry, inspecteur des domaines du roi, et de
Catherine Bajet.
Épouse N. Leproux des Ormeaux.
Décédé à Paris (Seine), le 23 août 1806.

ÉTATS DE SERVICE
Fait ses études à Paris.
1760-1761 Il est élève à l'école de Mézières en 1760-1761.
1761 (novembre) Ingénieur ordinaire et lieutenant réformé. Affecté à
la Martinique pour la construction du fort
Bourbon, il y reste jusqu'en 1772.
1767 Capitaine. Le climat rend sa santé précaire et il
rentre en France.
1773 À Bouchain, puis à Rochefort (1776). Il écrit une théorie
sur les machines simples qui lui vaut un prix offert par
l'Académie des sciences pour le meilleur mémoire écrit sur
ce sujet. Il sert à l'île d'Aix, puis à Cherbourg jusqu'en 1782.
1781 Membre de l’Académie des sciences (mécanique et physique
expérimentales). Il en était membre correspondant depuis le 6 juillet 1774.
1783 Commissaire du roi près des états de Bretagne, chargé par le ministre de la Marine d’établir un rapport
sur le projet de canalisation de la Vilaine. Il se prononça pour le rejet de ce projet, ce qui, dans un
premier temps, lui valut une disgrâce. Les états de Bretagne se rangèrent néanmoins à son avis.
1784 Intendant des eaux et fontaines de France.
1786 Major ingénieur en chef. Conservateur des plans et reliefs.
1789 Lieutenant-colonel du génie. Il est intendant des eaux et fontaines de France et conservateur des plans-
reliefs.
1791 Il démissionne de ses fonctions et se consacre à l'éducation de ses enfants, mais aussi à ses découvertes.
En effet, il a présenté à l'institut une série de notes sur des sujets très divers : un mémoire sur la stabilité
des voûtes, un compte rendu de ses expériences sur l'élasticité des métaux qui le conduisent à
déterminer les lois de la torsion des fils métalliques et à construire un appareil pour la mesure des
petites forces appelé balance de torsion. Avec cet instrument, il détermine les lois des attractions et des
répulsions électriques, il montre que les corps électrisés s'attirent en raison inverse du carré de leur
distance comme les corps célestes et il peut étudier la distribution de l'électricité et du magnétisme dans
les corps ; ce sont les premières mesures que l'on obtient dans le monde sur ces phénomènes. Ce sont
aussi ces résultats fournis par Coulomb qui vont permettre à Poisson de transformer en théorie
mathématique ce qui n'était qu'un ensemble de faits observés au hasard, sans lien apparent.
1802 Commissaire pour l'organisation des études universitaires.
1805 Inspecteur général de l'Université.

DISTINCTIONS HONORIFIQUES

• Chevalier de Saint-Louis en 1781.


• Chevalier de la Légion d’honneur le 4 frimaire an XII (26 novembre 1803).

– 58 –
PUBLICATIONS
« Recherches sur la meilleure manière de fabriquer les aiguilles aimantées, de les suspendre, de s’assurer qu’elles sont dans
le véritable méridien magnétique » Paris, Recueil de l’Académie, Savants étrangers, t. IV, 1780.
« Observations théoriques et expérimentations sur l’effet des moulins à vent, et sur la figure de leurs ailes », Paris, Mémoires
de l’Académie, 1784.
« Mémoires sur l’électricité et le magnétisme », Mémoires de l’Académie, 1788-1791.
« Mémoire sur l'électricité et le magnétisme » (S. l. n. d.), in-8°, 36 p., pl. gravées [Extrait du Journal de physique, octobre 1793].
« Mémoires de Coulomb » (publié par A. Potier.). Paris, Gauthier-Villars, 1884, in-8°, XVI-414 p., fig. [Collection de
mémoires relatifs à la physique, publiés par la Société française de physique. T. Ier].
« Mémoires relatifs à la physique », Paris, librairie scientifique et technique, 2002, 413 p., couv. ill., 21 cm [reproduction
en fac-similé de l'édition de Paris, Gauthier-Villars, 1884, Collection des mémoires relatifs à la physique].
« Recherches sur les moyens d'exécuter sous l'eau toutes sortes de travaux hydrauliques sans employer aucun épuisement »,
Paris, C.-A. Jombert, 1779, in-8°, 24 p. et pl. [2e éd. : Paris, Dupont, 1797, 35 p. et pl. ; 3e éd. : Paris, Bachelier, 38 p. et pl. ;
4e éd. : Paris, Bachelier, 41 p. et pl.].
« Théorie des machines simples, en ayant égard au frottement de leurs parties et à la raideur des cordages », Paris, Bachelier,
1821, [reproduction en fac-similé : Paris, A. Blanchard, 2002, [8]-368 p.-X f. de pl., couv. ill., 21 cm].
« Recherches théoriques et expérimentales sur la force de torsion et sur l’élasticité des fils de métal », Mémoires de
l’Académie, 1787.
« Mémoires sur les frottements de la pointe des pivots », Mémoires de l’Académie, 1797.
« Expériences relatives à la circulation de la sève dans les arbres », Mémoires de l’Institut, t. II, 1797.
« Résultat de plusieurs expériences destinées à déterminer la quantité d’action que les hommes peuvent fournir par leur
travail journalier », Mémoires de l’Académie, 1797.
« Détermination théorique et expérimentale des forces qui ramènent différentes aiguilles aimantées à saturation à leur
méridien magnétique » Mémoires de l’Académie, t. III, 1801.
« Expériences destinées à déterminer la cohérence des fluides », Mémoires de l’Académie, t. III, 1801.
« Nouvelle méthode de déterminer l’inclinaison d’une aiguille aimantée », Mémoires de l’Académie, t. IV, 1803.
« Résultat des différentes méthodes employées pour donner aux limes et barreaux d’acier le plus grand degré de
magnétisme », Mémoires de l’Académie, t. IV, 1803.
« Rapport fait à l'Académie des sciences », le 29 janvier 1791.
« Rapport… sur la navigation de Redon à Rennes », procès-verbal de vérifications des communications indiquées entre les
rivières de Vilaine et de Mayenne.
LAPLACE (Pierre-Simon de), COULOMB (Charles-Augustin de), BORDA (Jean-Charles), « Rapport fait à l'Académie royale
des sciences, le 19 mars 1791, d'un mémoire important de M. Blanc sur la fabrication des armes de guerre », (Paris), impr.
de Moutard, 1791, in-4°, 11 p.
« Coulomb's memoir on statics : an essay in the history of civil engineering » (publiés par Jacques Heyman). London,
Imperial college press, Distrib. by World Scientific Pub. Co, cop. 1997, IX-211 p., ill., 23 cm [Contient : « Essai sur une
application des règles de maximis & minimis à quelques problèmes de statique, relatifs à l'architecture, par M. Coulomb »,
p. 1-40. – bibliographie, index]

BIBLIOGRAPHIE
STEWART GILLMOR (C.), Coulomb and the evolution of physics and engineering in the eighteenth-century. Princetown
University press, 1971, 328 pages.
HAMILTON (S.-B.), Charles Auguste de Coulomb, Trans. Newcomen Soc. (London) 17 (1938), 27-49.
LYUBIMOV (Yu-A.), The memoirs of Coulomb - the beginning of modern electromagnetism (Russian), History and
methodology of the natural sciences XXX (Moscow, 1983), 101-129.

ICONOGRAPHIE
• Portrait à l’huile sur toile par Louis Hierle (1894).
• Portrait au musée du Génie (Angers), sans doute copie du précédent.

NOTES DIVERSES
Les physiciens du monde entier ont retenu son nom pour définir l'unité de mesure de quantité d'électricité et de charge
électrique.

« Tous ceux qui ont connu Coulomb savent combien la gravité de son caractère était tempérée par la douceur de son âme
et ceux qui ont eu le bonheur d’approcher de lui à leur entrée dans la carrière des sciences ont gardé de sa bienveillance
le plus tendre souvenir. » (Biot)

– 59 –
Parfois détruire Souvent construire

Toujours servir