Anda di halaman 1dari 13

Grammaire français

Les mots invariables.


► La Conjonction
Les mots invariables.

Les mots français se répartissent en neuf


catégories. Cinq variables et Quatre
invariables.
Les invariables sont :
- l’Adverbe : "hier, heureusement, ici, là bas";
- la Préposition : "vers, devant, en";
- la Conjonction : "mais, ou, et, donc, or, ni,
car, parce que";
- l’Interjection: "fi! Ah! Chtt!".
La conjonction
Les conjonctions sont des mots qui servent à
joindre, à relier, à mettre en rapport.

On distingue deux espèces de conjonctions :


les conjonctions de subordination et
les conjonctions de coordination.
les conjonctions de
coordination
 les conjonctions de coordination : elles servent à
joindre des éléments de même fonction (Le père et
le fils sont venus = les deux sont sujets), ou des
propositions de même nature (Il a gagné et il est
content). Les principales conjonctions de
coordination sont : mais, ou, et, donc, or, ni, car,
cependant, néanmoins, toutefois.

 La coordination marque le plus souvent l'addition


(et, aussi, bien plus, etc.), la cause ou
l'explication (car, en effet, etc.).
les conjonctions de
subordination
 les conjonctions de subordination : elles servent à
joindre deux propositions dont une est subordonnée à
l'autre (Il partira quand nous arriverons). Les principales
conjonctions de subordination sont : comme, lorsque,
puisque, quand, que, quoique, si. Il faut ajouter à cette
liste de très nombreuses locutions (à cause que, ainsi
que, à mesure que, après que, à moins que, au lieu
que, aussitôt que, pendant que, pourvu que, etc.).

 La subordination marque, le plus souvent, la


comparaison (Le père comme le fils...), la cause (Il ne
viendra pas puisque...), ou le temps (Il partira quand...).
La conjonction "Et"
 Et marque l'addition. Dans une énumération, seuls
les deux derniers termes, en général, sont
coordonnés par et (Rajoutez de l'huile, du sel, du
poivre et des épices). Lorsque et coordonne des
propositions, il peut exprimer diverses nuances, en
rapport avec le sens de ces propositions,
notamment la succession dans le temps (Continuez
tout droit et tournez à gauche au bout de l'avenue)
ou la conséquence (La nuit tombait et on distinguait
mal les contours des objets).
La conjonction "Ni "

 Ni sert à coordonner des éléments de rang


identique dans une structure négative. Il
fonctionne comme un équivalent de et… ne
pas. Il est le plus souvent répété devant
chacun des termes niés (Elle n'est ni grande
ni petite ; ni l'un ni l'autre n'est intervenu).
La conjonction " Ou "
 Ou marque, dans la plupart des cas, une alternative
(Vous préférez du café ou du thé ? C'est ça ou rien),
dont le caractère exclusif peut être souligné par la
locution ou bien… ou bien (Ils sont ou bien en retard
ou bien déjà partis). Entre les deux derniers termes
d'une énumération, la locution ou encore exprime
une possibilité complémentaire (Vous pouvez
prendre le train, l'avion ou encore votre voiture). Ou
peut aussi indiquer une équivalence entre un terme
rare et un terme plus courant ou une expression
définitionnelle (la géodésie, ou étude de la forme et
de la dimension de la Terre). Dans ce cas, le
second élément est employé sans déterminant.
La conjonction " Mais "

 Mais peut relier des mots (Il est tatillon mais


compétent), des propositions ou des phrases.
Sa valeur est généralement oppositive, c'est-
à-dire qu'il permet d'opposer un élément à un
autre en vertu d'un raisonnement implicite.
Ainsi, dans Il avait un avis contraire mais il
n'a rien dit, la seconde proposition va à
l'encontre de ce que la première laissait
attendre.
Les conjonctions "Or, donc et
car"
 Or, donc et car ne peuvent relier que des propositions.
 Or sert à introduire un nouvel élément dans un enchaînement
argumentatif (Il a prétendu ne pas avoir été mis au courant. Or,
un certain nombre de documents permettent d'établir sa
responsabilité dans cette affaire).
 Donc sert à introduire un élément qui a la valeur d'une
conséquence. Il fonctionne exactement comme un adverbe du
type par conséquent.
 Car, qui n'est pratiquement employé qu'à l'écrit, indique que la
seconde proposition est une explication de la première (On s'en
aperçut, mais trop tard, car personne n'y avait songé à temps).
Exercice 1 :
Dans ces phrases à trous choisissez entre mais, ou, et, donc, or, ni,
car.
Ta classe …………. la mienne vont faire la sortie à Tafoghalt.
Yacine devait venir me voir à 22h00 ce soir…………. il a été retardé.
Je ne bois …………. thé, …………. café.
Elle voulait crier …………. malgré sa bouche béante, aucun son ne
sortait.
Je suis en retard …………. j'ai raté mon train.
Que veux-tu manger ? Un fruit, un yaourt …………. un gâteau ?
Somia pensa qu'il fallait lui friser les cheveux; elle lui mit ………….
des papillotes.
Exercice 2 :
 Complétez le texte ci-dessous en vous servant des mots : mais -
ou - et - donc - or - ni - car.
(chacun des mots doit être utililisé et ne sera utilisé qu'une seule
fois)

Texte
Je passerais, avec plaisir, mes vacances à la mongage ............ ou à
l'étranger. Je reconnais volontiers que, en matière de vacances,
mes possibilités de choix sont limitées, puisque je ne trouve de
réel agrément, ni à la campagne, .............. ni à la mer. ....................
or
cette année, je dois choisir précisément entre la
campagne
et .............. la mer.
doncJ'irai ............... à la mais
campagne, .............
car à contre-coeur, ............... je dois avouer que
je manque d'argent.
Bibliographie :

 Encarta ;
 www.synapse-fr.com ;
 www.lepointdufle.net ;
 ininfo.bloguez.com ;
 http://www.etudes-litteraires.com
 http://etudedelalangue.canalblog.com