Anda di halaman 1dari 8

3- La flexion simple

3- La flexion simple POUTRE SIMPLE LINTEAU COUVERTURE
POUTRE SIMPLE LINTEAU
POUTRE SIMPLE
LINTEAU
3- La flexion simple POUTRE SIMPLE LINTEAU COUVERTURE

COUVERTURE

3- La flexion simple

3.1 Introduction - considérations générales

. On définit la flèche f comme la déformation maximale d’un élément de structure soumis à une flexion simple (Mf)

. La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l’élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section.

. Si F et h ne changent pas, la flèche f la plus grande se trouve sur l’axe de symétrie car (Mf est maximal sur cet axe).

POUTRE SIMPLE
POUTRE
SIMPLE

3- La flexion simple

. Si F et la hauteur de l’élément sont constantes, la flèche f est inversement proportionnel à la largeur b de l’élément (pour un même matériau).

h b2 b1
h
b2
b1

f 1 . b 1 = f 2 . b 2 = cte

. Si b =cte, on remarque que

f . h 1 3 = f . h 2 3 = cte

h 1

3- La flexion simple . Si F et la hauteur de l’élément sont constantes, la flèche

h 2

LA HAUTEUR D’UNE POUTRE A BEAUCOUP PLUS D’IMPORTANCE QUE SA LARGEUR D’UN POINT DE VUE DES FLEXIONS SIMPLES

3- La flexion simple

LA HAUTEUR D’UNE POUTRE A BEAUCOUP PLUS D’IMPORTANCE QUE SA LARGEUR D’UN POINT DE VUE DES FLEXIONS SIMPLES

Autrement dit :

Si non lamellé collé Et non riveté b 1 + b 2 x . h x.h
Si non lamellé collé
Et non riveté
b 1 + b 2
x . h
x.h
b 2
b 1

3- La flexion simple

3.2 Décomposition du phénomène P o
3.2 Décomposition du phénomène
P
o

Il existe un plan tel que la matière ne subit pas de déformations longitudinales. C’est le plan neutre (axe neutre ou fibre neutre) Po On remarque :

. Au dessus de Po, la matière subit un effort de compression (raccourcissement) . Au dessous de Po, la matière subit un effort de traction (allongement)

Ces deux efforts sont d’autant plus forts que l’on s’éloigne de l’axe neutre

3- La flexion simple

  • 3.2 Décomposition du phénomène

On doit constater que les sollicitations de flexion provoquent :

. Des contraintes normales n aux sections droites . Des contraintes de traction d’un côté du plan neutre . Des contraintes de compression de l’autre côté du plan

neutre

. Des contraintes de cisaillement longitudinales (et donc par réciprocité transversales)

Comment connaître n et t en chaque point ?

3- La flexion simple

3.3- Moment et Module díinertie - Contrainte normale

. L’axe neutre est défini par le centre de gravité de la section

. On peut dÈfinir le Moment díinertie de la section 7/ ‡ líaxe neutre [unitÈ m 4 ]

. et le Module díinertie en m 3

I =

∫∫

y 2 dS

S

y (S) v I v=y max v= distance ‡ líaxe neutre
y
(S)
v
I
v=y max
v= distance ‡
líaxe neutre

Axe neutre

3- La flexion simple

3.3- Moment et Module díinertie

Ainsi, on peut montrer quíen 1 pt quelconque repÈrÈ par y dans une section de moment díinertie I et de module díinertie I/v, soumise ‡ la flexion due ‡ Mf,

La contrainte normale est

n = Mf / (I/y)

et elle a donc pour valeur maximale

n max = Mf / (I/v)
n max = Mf / (I/v)

V=y max (V= distance max ‡ líaxe neutre )

T (S) Mf y v
T
(S)
Mf
y
v

Axe neutre

3- La flexion simple

3.3- Moment et Module díinertie

. La rÈpartition de la contrainte de cisaillement longitudinale et

transversale est donnÈe par :

t = ( T. W ) / ( I . L) avec W = ∫∫ S y dS

. La contrainte tangentielle est nulle sur les fibres les plus extÈrieures et maximales sur la fibre neutre.

. Cíest pour cela, que pour quíun profilÈ en H on ne tient compte que de lí‚me pour calculer t max et t moyen

L A.N. S y o x t
L
A.N.
S
y
o
x
t

3- La flexion simple

3.3- ConsÈquences

La conception cherche ‡ placer la matiËre la plus grande distance possible de líaxe neutre en gardant au niveau de celui-ci le minimum pour rÈsister ‡ la contrainte tangentielle

1- une poutre de bois prÈsente toujours une hauteur supÈrieure sa largeur et peut mÍme prÈsenter une ‚me díÈpaisseur plus faible

3- La flexion simple 3.3- ConsÈquences La conception cherche ‡ placer la matiËre ‡ la plus

3- La flexion simple

3.3- ConsÈquences

2- Les profilÈs díacier prÈsentent des ailes qui constituent líessentiel du moment díinertie (alors que lí‚me rÈsiste au cisaillement ou sont creux, le mÈtal central níayant que trËs peu de rÙle.

3- Les tÙles ne sont pas utilisÈes sans ondulation ou plissage.

3- La flexion simple 3.3- ConsÈquences 2- Les profilÈs díacier prÈsentent des ailes qui constituent líessentiel

3- La flexion simple

3.3- ConsÈquences

4- Un plancher níest pas posÈ avec de longues portÈes mais sur des solives permettant díavoir avec moins de bois plus díinertie, elles-mÍme Èventuellement supportÈes par des poutres de grandes hauteur.

3- La flexion simple 3.3- ConsÈquences 4- Un plancher níest pas posÈ avec de longues portÈes

3- La flexion simple

3.4- Mise en pratique

Dans la pratique, I et I/v sont donnÈs. (cf documentation jointe)

. Par ex, pour les sections rectangulaires,

I

= b. h 3 / 12

I/v = b. h 2 / 6

. pour les profilÈs

I

= S. h 2 / 2 I/v = S.h

  • b

h

  • h

3- La flexion simple

3.4- Mise en pratique

La sollicitation de flexion peut entraÓner des concentrations de contraintes. On simplifie alors :

. La contrainte normale maximale ne pas dÈpasser Ra (en traction comme en compression)

. La contrainte maximale tangentielle ne pas dÈpasser Rag

. La flËche ne doit pas dÈpasser une valeur fixÈe (la dÈformation ne doit pas dÈpasser une certaine valeur)

(en gÈnÈrale donnÈe par la RÈglementation) par exemple, les dÈformations maximales du gros-úuvre sont fixÈes de telle sorte que le second-úuvre ne souffre pas

3- La flexion simple

3.4- Mise en pratique

B- DÈformation : on vÈrifie que la flËche maximale est infÈrieure ‡ une valeur donnÈe par :

(n max et t max se situant respectivement au niveau de Mf max et T max pour une section constante)

avec tmax :

 
 

t max = k . T / S R ag

 

avec k

= 3/2

avec k = 3/2 ; k = 4/3 ; k=1 et S = S

; k = 4/3

avec k = 3/2 ; k = 4/3 ; k=1 et S = S

; k=1 et S = S me

ï FlËche : f = (fonction connue de charge, E, I, l) 1/ N

N = 150 pour console ou partie sans circulation N = 200 ÈlÈments supportant une couverture N = 300 ÈlÈments supportant matÈriaux verriers, pannes N= 400 pour les solives N = 500 pour les poutres maîtresses (avec circulation)

InÈquations díÈquarrissage A- RÈsistances au contraintes ï n max = Mf / (I/v) Ra

ï t max = T. W0 / (I/L0) Rag

(dans le cas gÈnÈral)

B- DÈformation : on vÈrifie que la flËche maximale est infÈrieure ‡ une valeur donnÈe par

3- La flexion simple

Exercice : Soit une panne de section constante sur appuis simples supportant une charge uniformÈment rÈpartie p = 800 daN/m sur sa longueur l de 5m. Quelles dimensions lui donner selon quíelle est :

PANNE
PANNE

* bois

(Ra = 10MPa MPa)

E = 7 500 MPa

Rag = 1,2

* Acier

(Ra = 160MPa MPa)

E = 200 000 MPa

Rag = 100

DonnÈes :

Mf max = (p.l 2 ) / 8 au centre la poutre T max = (p.l) / 2 aux appuis f = (5 p.l 4 ) / (384 E.I) Panne => f 1/300 Comment faire : Calculer Mfmax, Tmax et f et appliquer les inÈquations díÈquarrissage