Anda di halaman 1dari 2

Le texte final de Copenhague inclut la taxe de transaction globale

Le jeu d'Obama pour contourner le Congrès et approuver le transfert massif de richesse au


gouvernement mondial

Paul Joseph Watson


Prison Planet.com
Vendredi, le 18 décembre 2009
(Traduction française : Jean-Paul de Montréal)

La finale sur le projet d'accord de Copenhague qui a été conclu dans les premières heures de
vendredi matin, inclut des dispositions pour une taxe mondiale sur les transactions financières qui
seront payées directement à la Banque mondiale, comme le Président Obama se prépare à
contourner le Congrès en approuvant un transfert massif de richesse de l'Amérique dans les mains
des globalistes.

Comme Lord Monckton, Alex Jones et d'autres avertis, la notion que les globalistes ne
réaliseraient rien à Copenhague a probablement été une ruse depuis le début. L'élite semble
résolue pour enfoncer l'action du lion de leur ordre du jour, qui inclurait une taxe
gouvernementale globale massive d’un coût d'au moins 3,000 $ par an pour chaque famille
américaine peinant déjà sous une récession dévastatrice, le taux de chômage doublé et une
réduction du niveau de vie.

Hillary Clinton est arrivée hier pour rallier les leaders mondiaux autour d'une résolution et
l’image de Barack Obama est réglée pour qu’il soit dépeint comme étant le sauveur du monde
sauvant ce qui a été prévu depuis le début comme une conférence condamnée à échouer.

"Le sommet" est chancelant", a dit Obama ce matin. "Nous manquons de temps. Le temps pour
les parlementations est fini. Il est préférable pour nous d'agir que de parler. La question est,
avançons nous ensemble ou séparément."

L'accord final ne peut pas forcer les pays à respecter des objectifs d'émission de CO2, mais il
graissera les dérapages pour la plus grande hausse fiscale dans l'histoire humaine, un fait que les
grands médias ont complètement omis de souligner dans leurs couvertures médiatiques.

Monckton a mentionné sur l’émission d'Alex Jones la semaine dernière que la version
préliminaire dissimulée de l'accord de Copenhague a représenté une usurpation de pouvoir
gouvernementale mondiale "à une échelle inimaginable," et a mandaté la création de 700
nouvelles bureaucraties aussi bien qu'un colossal organe de nouveaux impôts incluant le
prélèvement de 2% tant sur le PIB (produit intérieur brut) que sur chaque transaction financière
internationale.

Monckton a dit que le nouveau gouvernement mondial décrit dans le traité aurait les pouvoirs de
taxer l'économie américaine à la mesure de 2% du PIB(produit intérieur brut), imposer une
nouvelle taxe de 2% sur chaque transaction financière ….et pour fermer efficacement les
économies de l'ouest, transférer vos emplois aux pays du Tiers-Monde."

Comme la fuite du texte danois le décrit, de tels impôts, affectés au "financement sur le climat",
iront directement dans les coffres du FMI et de la Banque mondiale. Ces fonds seront utilisés
pour pourvoir d'argent l'imposition d’une gouvernance mondiale que le Secrétaire général de
L'ONU Ban Ki-moon a promis qu’elle serait réalisée à Copenhague.

Le Sydney Morning Herald annonce que le texte final, "Propose une gamme de mécanismes
innovateurs pour augmenter les fonds, aux limites d'une taxe sur les carburants de transports
aériens et maritimes à une taxe sur les transferts financiers."

Cela formerait la partie d'un engagement initial de 10 milliard US par an de 2010 à 2012,
s’élevant à 50 milliard US annuellement avant 2015 et 100 milliard US avant 2020, bien que ces
figures de chiffres augmenteront inévitablement si l'ONU cède à la peur préfabriquée sur le
climat comme il l’a fait à chaque conférence climatique successive depuis le Sommet de la Terre
à Rio en 1992.

Les grandes lignes du traité, "Pénalités ou amendes pour le non respect," des pays développés et
la création d'une police internationale pour "mettre en application ses pouvoirs en imposant des
pénalités financières illimitées sur n'importe quels pays dont l'exécution conformément à ce traité
qu'ils n'aiment pas," a mentionné Monckton à l’émission d'Alex Jones, affirmant que la prise de
contrôle gouvernementale mondiale totale "s’est élevé à une à une échelle inimaginable".

"Nous assistons à une usurpation pour le pouvoir absolu et le contrôle financier absolu dans le
monde entier par l'ONU et sa bureaucratie associée de 700 nouveaux organismes
bureaucratiques," a dit Monckton, ajoutant que si l'accord était signé par Obama, les États-Unis
cèderaient leur liberté "à une dictature sinistre" étant formée sous le prétexte fallacieux du
réchauffement climatique.

Source : http://www.prisonplanet.com/final-copenhagen-text-includes-global-transaction-tax.html