Anda di halaman 1dari 68

19 Édition française I.

2009
Éditorial

Chers lecteurs,

La présence, dans une ville et dans chacun des quartiers qui la composent,
d’infrastructures, de services publics et privés, d’activités de production
différentes, d’éléments architecturaux et d’aménagements (volumes, formes,
couleurs, parcours, mobilier urbain, qualité et densité des espaces verts, etc.),
d’environnements sains et d’atouts socioculturels (activités politiques, culturelles
et associatives ; lieux et activités de rassemblement et revêtant un pouvoir
d’attraction) créent la qualité de l’urbanisme.
L’évolution rapide des technologies de la lumière artificielle oblige aujourd’hui
les projeteurs à revoir leurs critères et leurs méthodes. L’objectif est désormais
de conjuguer réduction de la consommation énergétique et mise en valeur des
espaces architecturaux et du paysage urbain.
Dans l’article consacré à son expérience de designer-éclairagiste, Martin Lupton
souligne à quel point la lumière artificielle est devenue l’un des outils les plus
importants en matière de qualité de l’environnement et des espaces urbains, de
gestion des ressources écologiques et donc, indirectement, de préservation de la
cohésion sociale. Cela ouvre de nouvelles perspectives pour tous ceux qui vivent
en ville, où les décors changeants créés par la lumière offrent un mode de vie
plus dynamique tout en apportant des réponses efficaces au plan énergétique.
Comme toujours, la solution passe par une utilisation créative des technologies
que la recherche met à notre disposition. L’architecture en est le meilleur exemple.
Dès l’origine, les expositions universelles ont été le théâtre privilégié
d’expérimentations ; la dernière édition de Saragosse, que nous vous présentons
dans ce numéro, l’illustre parfaitement.
« Better city, better life », telle est la devise de la prochaine EXPO qui se tiendra
à Shanghai en 2010. Une devise qui n’est pas sans rappeler le slogan « Better
Light for a Better Life » qu’iGuzzini a imaginé en 2002 pour sa campagne
publicitaire. Nous pourrions donc parler de « Better light for a Better city » afin
de mettre davantage l’accent sur le rôle prépondérant que la lumière joue dans
l’amélioration de la qualité de vie au sein de la cité contemporaine, qu’on y vive
ou qu’on y passe, pour travailler ou en simple touriste.

Adolfo Guzzini
19 Incontroluce I. 2009

Table des matières

II Éditorial

Les Marches
2 Prix Inarch Ance Marches

Étude
6 Conversation avec Martin Lupton

Projets
12 Le David de Donatello
retrouve sa splendeur
14 Napapijri Store
16 La fondation Capucci
18 Le sanctuaire de Bibi Heybat
20 Farnborough Business Park
22 Le quartier général
de Richemont Chine
26 L’Expo 2008 dans la lumière
30 Le nouveau siège de DBI Plastics
32 L’univers BMW
34 Le musée civique de Frisingue
36 L’éclairage de la nouvelle
agence phare de Kuoni
38 Le musée des Sciences
et Techniques islamiques
40 La Nuit du feu
42 Éclairage intérieur du siège
de la société Zentiva
44 Le nouveau siège de la ČSOB

Culture d’entreprise
46 iGuzzini illuminazione UK :
le nouveau siège des lighting partners
54 Le divin humain
Connaître la forme
56 VIDEOА,
Mario Sasso et l’image électronique
58 Ron Arad. No discipline
60 Gabriele Basilico. Moscou verticale
61 Éclairer les lieux d’art
62 iGuzzini Chine participe
au forum économique Europe-Chine
ABB08 - Biennal d’architecture
de Pékin 2008
63 Loghi d’Italia
Storie dell’arte di eccellere
Les Marches Prix Inarch Ance Marches

Moie, 23 janvier 2009


Texte de Maria Luisa Polichetti Canti,
Présidente de l’Inarch des Marches

La cérémonie de remise du prix Inarch Ance fonction et la forme du bâtiment ont été notés.
Marche 2008, parrainé par la région des Le prix se divise en trois catégories : construction
Marches, a eu lieu le 23 janvier 2009. nouvelle, requalification et jeune projeteur.
Cette première édition organisée par la section Les vainqueurs étaient également en lice pour
régionale de l’Institut national d’architecture a le prix national de l’Inarch, auquel participaient
permis de constater l’excellente qualité globale d’autres projets régionaux retenus par le jury.
de l’architecture contemporaine des Marches. Dans l’ensemble, les candidatures reçues se sont
Réuni le 13 novembre 2008, le jury a illustrées par une production architecturale de
sélectionné les 42 projets qui répondaient au qualité, attentive aux matériaux et au rapport
critère numéro un de la récompense nationale, avec le territoire. La volonté de réduire les temps
à savoir l’implication active de tous les intervenants et les coûts de construction incite de plus en
du processus de construction (donneur d’ouvrage, plus souvent à délaisser la maçonnerie classique
projeteur, entreprises de BTP). Le rapport de au profit du préfabriqué. Lorsque le client, public
l’édifice avec le territoire et le bâti existant, ou privé, prône une architecture de qualité et
l’apport qualitatif du projet pour la région, la manifeste, dans le même temps, le désir et le
qualité intrinsèque du bâtiment et donc les courage de se démarquer des canons traditionnels,
innovations technologiques utilisées, les modalités il offre un terrain fertile à une expérimentation qui
de construction, le choix des matériaux et leur ne peut que donner des résultats positifs. Même
viabilité, ainsi que la correspondance entre la s’ils sont tenus par les contraintes qu’impose la
portée régionale de leurs travaux, les concepteurs
font preuve, dans de nombreux projets, d’une
ouverture évidente quant aux dernières tendances
internationales en matière de culture architecturale.
En analysant les études présentées, on se rend
toutefois compte que l’emploi de sources d’énergie
alternatives, les possibilités de réaliser des
économies et l’approche biocompatible des
bâtiments sont limités.
La cérémonie de remise des prix s’est tenue en
public au sein même de l’édifice couronné dans
la catégorie « restructuration », à savoir l’ancienne
briqueterie de Moie. Cela a eu pour avantage de
renforcer encore les liens entre l’Inarch et la région
des Marches, et de permettre à l’assistance de
découvrir l’édifice « en direct ». Fulvio Irace,
responsable de la section « architecture » de la
Triennale, et Adolfo Guzzini, président de l’Inarch,
étaient présents.

2
Photo : Esa Studio

1. Les lauréats
2. Photo publiée avec l’aimable autorisation
du cabinet d’étude

Vainqueur de la catégorie « construction nouvelle »

Lycée professionnel des métiers de l’hôtellerie Voici un bel exemple de collaboration et


et de la restauration d’intégration des personnes impliquées dans
S. Benedetto del Tronto (AP) le projet, et notamment de la personne publique.
Le bâtiment apparaît comme un élément
Conception : Enzo Eusebi - Nothing Studio « qualifiant » dans un cadre hétérogène et
Martinsicuro (PE) dépourvu de toute connotation ; c’est un trait
Donneur d’ouvrage : province d’Ascoli Piceno d’union important entre le bâti urbain du début
Maître d’œuvre : Edil Steel - Atessa (CH) du XXe siècle et l’expansion contemporaine
qui se caractérise par un déficit qualitatif.
La réalisation d’une construction de qualité
malgré un budget très restreint a été très
appréciée par le comité de sélection.
incontroluce 19

3
Les Marches Prix Inarch Ance Marches

Vainqueur de la catégorie « requalification »

Nouvelle médiathèque et nouveaux bureaux L’ensemble architectural de l’ancienne briqueterie Cette nouvelle médiathèque est aujourd’hui
de la communauté de communes de Maiolati de Maiolati Spontini se compose de deux un véritable « plus » pour la région de Maiolati
Spontini à Moie (AN) bâtiments très différents. Le premier, adossé à la Spontini, tant au plan économique que social
carrière, était destiné au travail de l’argile, tandis et urbain.
Conception : Nazzareno Petrini que le second abritait un four Hoffman en ellipse La qualité de son architecture réside dans le fait
et Anna Serretti, architectes où l’on cuisait la terre. que l’histoire du lieu a été respectée, mais aussi
Donneurs d’ouvrage : commune de Maiolati Le projet a consisté à rénover l’intégralité du dans l’utilisation, à l’intérieur de l’usine, de
Spontini et communauté de communes complexe. Les structures d’origine ont été matériaux modernes compatibles avec l’endroit
Maître d’œuvre : EDIL ATELLANA Soc. Coop. A.r.l. restaurées moyennant un redimensionnement et à même de créer des espaces conformes
et autres des éléments portants en acier. aux méthodes de travail et d’étude actuelles.

4
3.4. Photos publiées avec l’aimable autorisation
du cabinet d’étude

Vainqueur de la catégorie « jeune projeteur »

Immeubles résidentiels rue Annibal Caro Les choix qui ont guidé ce projet ont obéi à les processus de transformation urbaine à une
à Senigallia (AN) deux paramètres : d’une part, l’évolution des petite échelle en réinterprétant les valeurs du
rapports entre rue et résidence, qui impose de lieu et de ce qui préexistait. L’intégration de
Conception : Ceccarelli Marco Maria trouver des logements adaptés, et d’autre part, l’ensemble dans le paysage urbain permet une
Donneur d’ouvrage : Sema Costruzioni snc le chaos visuel qu’offre l’hétérogénéité du bâti lecture attentive de l’histoire de la cité et de
Maître d’œuvre : Globo costruzioni srl en dehors des limites historiques de la ville, sa situation actuelle. Satisfaisante, la relation
d’où le besoin de proposer une construction forme-fonction se conjugue à la capacité
à la géométrie très simple, voire « abstraite ». d’utiliser des matériaux traditionnels et
Le travail accompli privilégie bien sûr la qualité des matériaux nouveaux.
de l’habitat, mais il donne aussi à réfléchir sur
incontroluce 19

5
Étude Conversation
avec Martin Lupton

En votre qualité d’expert de l’éclairage, que pensez-vous du rapport entre lumière


et architecture et lumière et espace ?

Je crois que la lumière est une composante réfléchie et active de l’architecture.


L’éclairage devrait être subordonné à l’architecture, et enrichir l’expérience de la
personne à l’intérieur de l’espace. À mon sens, il est important de mettre les gens
au centre du projet d’éclairage pour que ce ne soit pas au final qu’un simple zoom
sur le point de vue du lighting designer ou de l’architecte.
Ce que je veux dire, c’est que la lumière ne devrait pas être théâtrale, belle, source
d’inspiration, mais construite autour de l’expérience de l’espace. D’après moi, l’éclairage
doit impérativement reposer sur un concept fort imaginé via une collaboration franche
Martin Lupton, directeur-éclairagiste et réciproque. Les meilleurs projets sont ceux qui résultent de nombreuses influences
et propositions de designers-éclairagistes, architectes, paysagistes, ingénieurs et artistes.
B.Eng (hons), PhD Je trouve que ce brassage entre de multiples expériences est l’un des aspects les plus
President Elect, Professional Lighting Design
Association (PLDA), marquants de mon métier de lighting designer. C’est vraiment une science et un art à la fois.
Member Society of Light and Lighting (MSLL),
CIBSE
Dans quelle mesure la lumière influence-t-elle la vie aujourd’hui, et notamment,
Arrivé en 2002 au poste de directeur du groupe la lumière artificielle dans la vie quotidienne ?
BDP Lighting, vainqueur du prix international,
Martin Lupton dirige aujourd’hui 22 designers à
temps plein entre Londres, Manchester et Dublin, Très bonne question ! Dans les pays développés, je crois pouvoir dire sans me tromper
et collabore étroitement avec les architectes, que la lumière artificielle n’influence plus seulement la vie, elle en fait partie intégrante,
designers d’intérieur et paysagistes de la société, au même titre que la voiture, Internet, l’ordinateur, le téléphone portable ou l’électricité,
et de nombreux architectes et développeurs
indépendants. Pour lui, c’est en combinant
même si on ne s’en rend compte que lorsqu’on en est privé. C’est un peu paradoxal
les multiples influences liées à l’architecture, de parler de cela dans une revue sur l’éclairage, mais il m’arrive souvent de penser
à l’ingénierie, au théâtre, à l’art et à l’élaboration à l’obscurité. Comment amener les gens à apprécier le noir et, ce faisant, leur faire
du produit que le design s’exprime le mieux comprendre le monde naturel qui nous entoure et leur expliquer à quel point il est
dans l’éclairage professionnel.
Son intérêt pour le design des lampes lui est important de réduire l’éclairage ? Dans beaucoup de villes du monde, l’illumination
apparu en doctorat, à la Liverpool School of se fait jusqu’à l’aveuglement, or les espaces et les immeubles trop éclairés oblitèrent
Architecture, alors qu’il planchait sur une l’efficacité de la vision. Je pense que la communauté professionnelle devrait se
méthode de conception de l’éclairage pour
les espaces commerciaux. regrouper et mener des initiatives à cet égard.
M. Martin a fait partie de plusieurs comités
CIBSE et du groupe de conseil d’une revue
mondialement reconnue, Lighting Research
& Technology. Il est, en outre, très actif au sein Tout au long de votre carrière de designer-éclairagiste, avez-vous remarqué
de la Professional Lighting Design Association, un développement ou une évolution de l’éclairage architectural ?
dont il a été élu président. Rapporteur de Pouvez-vous nous parler de votre expérience en la matière ?
nombreuses conférences au Royaume-Uni et
en Europe sur l’éclairage naturel et artificiel,
il rédige régulièrement des articles pour J’ai eu la chance de travailler avec des personnes intelligentes et chevronnées, mais
la presse nationale et internationale. je suis encore plus comblé actuellement, car je collabore avec une équipe de jeunes
designers de talent tout à fait exceptionnels. À titre personnel, j’ai vu le métier de
designer de l’éclairage architectural se modifier en permanence, surtout parce que
j’ai fréquenté différentes équipes et subi leur influence. La technologie a bien entendu
pesé dans cette évolution, mais d’après moi, le principal changement concerne le
rôle du lighting designer. Nous sommes impliqués dans les projets plus en amont
qu’auparavant. On intègre davantage les équipes de concepteurs, d’où une
multiplication des façons de travailler et des références.
J’aime voyager, rencontrer des gens différents aux quatre coins du monde, des artistes,
des étudiants, des lighting designers et des professeurs, mais aussi visiter des endroits
et des bâtiments extraordinaires. Tout cela a optimisé l’idée que je me fais de l’éclairage
architectural. Je crois que lorsque son développement s’arrêtera, il sera temps pour moi
aussi de raccrocher. Pour lors, j’apprends chaque jour quelque chose de nouveau, c’est
enthousiasmant !

6
Texte et images fournis Photos : publiées avec l’aimable autorisation de BDP
par Martin Lupton - BDP.
Les projets présentés par le lighting designer 1. Guerrilla Lighting
sont réalisés avec des appareils d’éclairage
de plusieurs fabricants.

Guerrilla Lighting, Manchester anywhere & anytime », consiste en une série


de systèmes lumineux éphémères créés par
En vogue depuis quelques années, le terme un groupe de personnes à l’aide de simples
guerrilla lighting exprime un concept qui, dans torches électriques. Ces « lumières de guérilla »
cette réalisation de BDP, souligne l’importance apparaissent et disparaissent en quelques minutes
d’une bonne illumination et le rôle d’une étude après avoir été immortalisées par des photographes
professionnelle dans la création de solutions professionnels. Plusieurs pays européens ont déjà
d’éclairage viables. La version proposée par accueilli ce type d’installation, qui s’est vu décerner
la société de M. Lupton, intitulée « Anything, le Lighting Award britannique et américain.
incontroluce 19

7
Étude Conversation
avec Martin Lupton

2 3

Comment le développement de la technologie de l’éclairage a-t-il contribué à ce Maggie’s Open House, Londres
changement, selon vous ?
À l’occasion de la Night Hike, le marathon
Les progrès techniques ont accru les possibilités quant à la méthode d’intégration et à nocturne organisé chaque année dans les rues
la localisation des lampes. Ils permettent une plus grande précision dans l’emplacement de Londres par l’association d’aide aux malades
de la lumière au sein d’un volume architectural. Ce supplément d’efficacité et de fiabilité du cancer Maggie’s, BDP Lighting a été invité à
nous offre aussi une plus grande liberté au moment de concevoir l’illumination et ses illuminer l’arc de Wellington, ligne d’arrivée pour
dispositifs. Dans un certain sens, l’élargissement du choix des sources et la complexité les 15 000 courageux. Les participants ont pu
écrire dessus en lettres de lumière tandis que
technologique ont légitimisé la fonction du lighting designer en tant que spécialiste ès
les clichés pris par la photographe Sanna Fisher
éclairage de l’équipe de projeteurs.
Payne étaient projetés peu de temps après sur le
monument. De nombreux coureurs ont fait de ce
moment le fait saillant de la soirée. L’installation
D’après vous, qu’est-ce qu’une bonne scène urbaine de nuit ? était signée iGuzzini UK, généreux partenaire de
l’événement.
Une bonne scène urbaine de nuit, c’est une scène composée de plusieurs strates,
de zones d’ombre et de transitions simples, où l’on contrôle les lampes focalisées
sur des détails architecturaux (horizontaux ou verticaux) et qui donne le sentiment
d’une agréable surprise, d’un enchantement. Il faut tenir compte du contexte, des
matériaux et de leur utilisation, mais par-dessus tout, du facteur humain. La scène
de nuit doit être élaborée en pensant d’abord à la personne, à ses interactions et
à son expérience sociale. Il serait bon de toujours relever ce défi-là et de confronter
nos projets aux critères majeurs que sont l’intégrité conceptuelle, le paramètre humain,
la qualité du design et la viabilité.

8
2.3. Night Hike 2008
4. Princesshay

Princesshay, Exeter

Le projet de requalification du centre-ville a


donné naissance à des bâtiments commerciaux
et résidentiels, certains autour d’un vieil hospice
en ruine. L’objectif était de créer un espace public
sûr en valorisant sa signification historique et en
proposant, à cet endroit, un point de chute et de
rencontre aux habitants d’Exeter. Les motifs de
l’artiste Patricia MacKinnon-Day constituent le
foyer (conceptuel et esthétique) du site, où des
lampes savamment dissimulées et intégrées dans
la structure des portes de verre grâce au travail
de BDP font office de principales sources
lumineuses.

4
incontroluce 19

9
Étude Conversation
avec Martin Lupton

5 6

Face à la diminution des ressources énergétiques, que devrions-nous faire dans Cardinal Place, Londres
le secteur de l’éclairage pour préserver l’environnement ?
Cardinal Place est un ensemble plurifonctionnel
Je crois que c’est une question à laquelle tout le petit monde de l’éclairage doit essayer composé de trois immeubles de bureaux,
de répondre. Il faut prendre le problème à bras-le-corps. Chaque fois qu’ils proposent d’allées piétonnes et d’espaces verts.
une installation, les lighting designers et fournisseurs que nous sommes doivent assumer Le projet a permis la création d’une nouvelle
place, d’un jardin suspendu et de zones
la responsabilité relative à la consommation d’énergie qui sera faite par l’utilisateur.
couvertes abritant cafés, restaurants et
Cette charge mérite d’être respectée. Les éclairagistes sont des professionnels qui n’ont
commerces qui constituent le cœur du projet
d’impact que sur une petite partie de l’illumination, mais ils devraient aussi être des
et devraient attirer les touristes vers le palais
promoteurs, tant sur le plan du design qu’en matière de viabilité. On devrait montrer de Buckingham et les autres curiosités locales.
l’exemple. L’une des solutions, c’est de faire entendre notre voix dans le débat général. Le soir, ces établissements et ces boutiques
C’est d’ailleurs ce qu’a entrepris l’association Professional Lighting Design Association reçoivent la visite des riverains et des
(www.pld-a.org), qui s’efforce de faire reconnaître officiellement la profession de lighting employés de bureaux.
designer. Il faut nous unir à d’autres acteurs de l’éclairage, producteurs, ingénieurs, etc.,
et commencer à œuvre ensemble, non pas en suivant la voix du plus fort, mais en
partageant nos vues et en délivrant un message unique. Dans notre corporation,
bon nombre de décisions sont encore prises de manière disparate, sans appréhender
la question dans toute sa complexité. À nous de nous faire une place qui permettra
aux professionnels de l’éclairage d’être consultés quant à l’avenir du métier et des
ressources énergétiques.

10
5.6. Cardinal Place
7. LiverpoolONE

LiverpoolONE, Liverpool

Achevé en 2008, LiverpoolONE est le résultat


d’une requalification effectuée sur une superficie
de quelque seize hectares en centre-ville.
On y trouve trente bâtiments indépendants,
une zone commerciale de 150 000 m², un
cinéma multiplex, des restaurants, des cafés,
des appartements, un hôtel, des bureaux, des
parkings et un Chavasse Park refait à neuf qui
couvre, lui, près de deux hectares en plein milieu
du site. BDP Lighting a conçu le plan directeur
du projet et réalisé, d’après ce dernier, l’éclairage
des rues et des immeubles.

7
incontroluce 19

11
Projets Le David de Donatello Promoteurs
Ministère des Biens et Activités
culturels, direction du Patrimoine
retrouve sa splendeur historique, artistique, ethno-
anthropologique et des
musées de la ville de Florence,
Présidence du conseil des ministres,
Service de la Protection civile,
Musée national du Bargello,
Florence (Italie) Conseil régional de Toscane

Après un an de restauration, la sculpture Bertolaso, qui représentait l’administration ayant


du David de Donatello a été officiellement financé l’opération pour le 40e anniversaire des
présentée aux autorités, le 28 novembre 2008. inondations de Florence (4 novembre 1966).
Le musée du Bargello a accueilli la cérémonie Mis au point par iGuzzini, un nouveau dispositif
de restitution dans la salle du bronze en d’éclairage a été installé dans la salle à cette
présence du ministre des Biens et Activités occasion, qui permet de prolonger les heures
culturels, Sandro Bondi, de la directrice du d’ouverture au public. La règle numéro un de
musée, Beatrice Paolozzi Strozzi, du président cette intervention commandait d’opter pour
du Conseil régional de Toscane, Riccardo des appareils non invasifs, que ce soit par leur
Nencini, de la directrice du Patrimoine historique, présence ou par les faisceaux lumineux projetés.
artistique, ethno-anthropologique et des musées Autre exigence de la direction : limiter les ombres
de la ville de Florence, Cristina Acidini, ainsi que au maximum, voire les éviter totalement.
du chef du service de la Protection civile, Guido L’éclairage général est donc assuré par des

12
Projet et direction de la restauration Balayage en 3D Copie du David Photos : Andrea Vierucci
Beatrice Paolozzi Strozzi Département d’électronique et de
télécommunications, université de Réalisation de la copie en bronze 1.2. Salle du David
Enquête scientifique et conseils Florence - Carlo Atzeni Fonderie Ferdinando Marinelli,
CNR, Institut de physique appliquée Dorures
Nello Carrara - Salvatore Siano ; Direction du chantier Giuseppe Montagna
Centre de restauration, direction et de l’aménagement Réalisation du socle
archéologique de Toscane - Maria Cristina Valenti Meridiana Restauri - Alberto Casciani
Anna Rastrelli et Marcello Miccio ; Réalisation de l’aménagement
Atelier des Pierres dures - Annamaria Opera Laboratori Fiorentini Spa
Giusti ; El.En. Spa - Alessandro Zanini

projecteurs fabriqués tout spécialement et dotés


d’une optique Flood tournée vers le haut.
Ils utilisent des lampes à iodures métalliques
de 150 W et sont montés par groupes de 4
sur les appuis de fenêtres intérieurs le long des
grands côtés de la salle, et par groupe de 3
sur les fenêtres des petits côtés, soit un total
de 38 appareils.
La température de couleur de 3 000 °K fait
ressortir les teintes des enduits et des œuvres
exposées tout en les réchauffant.
Pour l’illumination directe des murs, et
notamment ceux où des pièces sont accrochées,
des projecteurs Tecnica équipés de lampes
halogènes de 100 W et d’optiques Spot et Flood,
et de 75 W avec optique à 24° ont été retenus.
Ces systèmes sont dimmables, ce qui signifie
que l’intensité du flux lumineux peut varier et
donc compenser les ombres. Les Tecnica, qui
disposent, par ailleurs, d’un cylindre anti-
éblouissement et d’un réflecteur, sont orientés
vers les parois de manière rasante, précisément
afin d’éblouir le moins possible. L’éclairage de
la sculpture du David et de sa copie mélange
lumière tombante et lumière d’appoint.
Les deux statues sont séparées d’environ 3
mètres et placées à des hauteurs différentes.
L’originale, qui se dresse à 1,05 mètre du sol,
était susceptible de projeter des ombres ;
aussi a-t-on employé sur chacun 2 projecteurs
Tecnica avec lampes dichroïques de 75 W
et ouverture de 8°.
Posés via un rail sur le support des moniteurs
destinés aux visiteurs, des minispots Cerchio
sont pointés de bas en haut, vers le visage
du David, afin de supprimer l’ombre portée
du chapeau. Les lampes affichent ici une
ouverture de 10°.
incontroluce 19

13
Projets Napapijri Store Client
VF International

Projet architectural
et système d'exposition
DeCarloGualla

Milan (Italie)

Napapijri, en finnois « cercle polaire arctique »,


c’est le nom choisi dans les années 1990
par une société italienne spécialisée dans
les vêtements professionnels et de sport.
En référence aux premiers explorateurs des
pôles, l’entreprise a adopté comme devise une
annonce qu’Ernest H. Schackleton avait publiée
en 1913 dans un journal anglais : « Recherche
hommes pour voyage dangereux. Petit salaire,
froid extrême, de longs mois dans le noir complet,
risque permanent, pas de garantie de retour ».
Depuis le début de la précédente décennie,
Napapijri s’est développée et a gagné ses galons
de marque internationale.
L’éclairage de son magasin milanais entend refléter
l’atmosphère évocatrice des voyages dans les terres
lointaines, en quête de nouveaux horizons.
L’entrée est marquée par deux cubes de Barrisol
qui changent de couleur et sur lesquels des vidéos
sont projetées. Ils abritent 3 systèmes différents :
4 Compact Easy RGB dévolus à leur rétro-
éclairage, un dispositif de tubes fluorescents pour
l’éclairage de secours, et des projecteurs servant
à réaliser les images sur les faces des cubes,
le tout étant géré par le système Color Equalizer.
Les salles d’exposition et les collections pour
homme, femme et enfant sont illuminées par
des encastrés Deep Minimal équipés de sources
mixtes de 70 W HIT CDM-R111 à cônes étroits
et de 75 W HALO QR111, ce qui offre le
meilleur rendu chromatique possible.
Dans la première salle de la boutique, des
encastrés LedPlus créant des jeux de lumière
parmi les vêtements ont pris place au sol dans
un grand meuble-conteneur. L’aménagement se
distingue également par une passerelle qui court
à travers le magasin et le long de laquelle photos
et peintures peuvent être exposées lors d’expos
temporaires. Il ne s’agit donc pas seulement d’un
commerce, mais d’un véritable espace culturel.

14
Conseiller Photos : Germano Borrelli
Arifida Group - Chiasso
1. Zone centrale avec le globe terrestre
Éléments de décoration 2. Structure de la boutique
Galleria Quadri
3.4.5. Lumière colorée et variable

2 3

Pour éclairer tableaux et clichés, des Trimmer à


source HALO 75 W QR 111 ont été posés sur rail
et installés dans un logement du faux plafond afin
de ne pas être trop intrusifs. La même solution a
été retenue pour les Trimmer 70 W HI-PAR 30 qui
illuminent les différents rayons de la deuxième salle.
Fixés sur les montants de la passerelle à l’aide
d’un rail, quelques projecteurs Tecnica pourvus de
lampes aux halogénures métalliques de 20 W et
de lampes dichroïques de 50 W éclairent les zones
d’exposition en contrebas. Des encastrés Pixel Plus
de 70 W avec lampes aux halogénures métalliques 4 5

sont logés verticalement dans l’épaisseur du faux


plafond autour de la grande lucarne, au centre de
la pièce, au profit du gros globe terrestre, qui
constitue le noyau de la boutique.
Dans les cabines d’essayage, enfin, on a installé
des Deep Minimal à lampes dichroïques de 50 W
et une réglette fluorescente sous le banc.
incontroluce 19

15
Projets La fondation Capucci Donneur d’ouvrage
Fondation Capucci

Promoteurs
Centre de la mode italienne de Florence
Fondation du musée des Tissus de Prato
Fondation Edoardo Garrone
Fondation Santander
Association BAICR Sistema Cultura
Florence (Italie)

L’aménagement de la fondation Roberto- Dans sa mise en place, les œuvres prennent


Capucci, née en 2005, à l’intérieur de la énormément de relief grâce à un environnement
villa Bardini a consisté à créer huit salles nu, simple, épuré. Elles s’imposent d’elles-mêmes,
d’exposition aux 3e et 4e étages, ainsi et les couleurs, les tissus, les formes rejaillissent
qu’une librairie. avec d’autant plus de force que les supports sont
Ces espaces permettent de retracer le parcours infiniment discrets. Le cadre se devait d’être neutre
du couturier à travers ses vêtements et ses et abstrait, et le choix des optiques adapté.
dessins. Un système de panneaux et d’estrades Les glaces qui habillent les murs donnent à lire
en miroir mettent en valeur ses créations. l’exposition dans sa globalité tout en intégrant la
Cette collection constitue un véritable musée dimension humaine que lui confère le reflet du
de la culture figurative contemporaine ; c’est visiteur. La circulation dans la villa est cohérente,
d’ailleurs sous cet angle que M. De Lucchi, et l’on pourra découvrir toutes les salles en suivant
1 l’architecte, a abordé l’agencement des lieux. la ligne thématique tracée par la sélection

16
Directeur général Photos : Giuseppe Saluzzi
et directeur des archives
Enrico Minio 1. Extérieur de la villa Bardini
2.3. Aménagement intérieur
Projet architectural
et d’éclairage
Michele De Lucchi, Enrico Quell
et Alessandro Ciancio

homogène des pièces exposées. et autres experts des styles vestimentaires


L’agencement du musée sera, du reste, de ces 50 dernières années peuvent la consulter
constamment remis à jour pour des raisons librement. Afin de répondre à ce nouvel agencement
techniques, mais aussi pour renouveler l’intérêt et à la nécessaire pureté des volumes voulue par
de la collection. l’architecte, des appareils d’éclairage offrant un
Fruit d’un archivage commencé en 1951, impact visuel minime ont été choisis. Équipés
celle-ci comprend 400 créations, 300 de projecteurs Metro, les rails standard fixés au
illustrations, 22 000 croquis, 20 cahiers plafond se calquent, en un peu moins grand,
de maquettes, 150 documents audiovisuels, sur le périmètre de chaque salle.
50 000 articles de presse et autant de Les lampes dichroïques des zones d’exposition
photographies. Cette mine d’informations, affichent une puissance de 100 W, contre
les professionnels du secteur, étudiants 50 W dans la galerie des dessins.
des métiers de la mode et du costume,

3
incontroluce 19

17
Projets Le sanctuaire de Bibi Heybat Client
Islamic Charity Foundation
of Azerbaijan

Installation
PBC Company

Assistance partenariat
A+A
Bakou (Azerbaïdjan)

Lieu de culte majeur du monde islamique dont


il est le troisième le sanctuaire, Bibi Heybat abrite
la sépulture de quatre membres de la famille de
Mahomet depuis la fin du VIIe siècle, ainsi que
la tombe de la fille de l’imam Musa al-Kazim.
Ce rendez-vous des pèlerins est un exemple
d’architecture orientale. Il porte le témoignage
des anciennes inscriptions gravées dans la pierre
ou calligraphiées, mais aussi de l’art décoratif.
Exposé, comme tous les édifices religieux, à la
répression du socialisme soviétique jusqu’à la
chute de l’URSS, il a perdu sa riche bibliothèque,
totalement détruite, en 1934.
Si, plus récemment, Bibi Heybat a été restauré
à diverses reprises, ce n’est qu’en juillet 2008
que le site a rouvert ses portes après avoir fait
peau neuve. La très belle décoration des premier
et deuxième étages, de la rotonde centrale et
du hall sont désormais visibles.
La mosquée, dont la coupole a été entièrement
reconstruite, arbore en différents endroits
des extraits du Coran rédigés en verre coloré.
1 L’ensemble est éclairé au moyen d’appareils
de série tels que le Light Up Walk professionnel,
le Linealuce Wall-Washer, le Woody et le Miniwoody.

18
Photos : Giuseppe Saluzzi

1.2. Vues d’ensemble


3. Partie supérieure de la rotonde

3
incontroluce 19

19
Projets Farnborough Business Park Requalification urbaine
et projet architectural
Bruce Gilbreth Architects

Conseiller paysagiste
du Business Park
Clive Macdonald

Farnborough (Royaume-Uni)

Le Farnborough Business Park se situe non loin anciens et rénové le paysage existant avec
de l’aéroport de Farnborough à l’emplacement l’aide de Peter Fischer Landscape Design.
de l’ancienne usine RAE (Royal Aircraft La société Allies & Morrison, quant à elle,
Establishment), rachetée en 1999 par le Slough a restructuré l’un des bâtiments historiques
Estates Group afin d’en faire une zone industrielle et ajouté deux immeubles de bureaux.
urbaine à requalifier. C’est là également que l’on Les solutions d’éclairage des espaces publics,
trouve le plus ancien hangar à dirigeables du du paysage et des façades, ainsi que le design
Royaume-Uni. Ambitieux, le projet a permis de conceptuel de certains volumes intérieurs,
transformer ce site historique en un nouveau ont été réalisés d’après les préconisations
pôle économique avec magasins, espaces de de Light Bureau (LB).
détente et bureaux. Épaulé par le conseiller Les conseils de cette entreprise ont d’ailleurs
paysagiste Clive Macdonald, le cabinet Bruce abouti à une illumination satisfaisant aux
Gilbreth Architects a eu la charge de nombreuses exigences des différentes parties
l’aménagement urbain et de la conception intéressées, à savoir les deux cabinets
architecturale de tout le parc d’affaires. d’architecture, les conseillers paysagistes, le
Ses confrères de Julian Harrap Architects, qui Farnborough Air Science Trust, particulièrement
ont assumé les mêmes responsabilités pour le attentif aux coûts au même titre que l’English
centre historique, ont repensé les monuments Heritage, et enfin la Direction de l’aviation civile.

20
Restructuration et rénovation Conseil en éclairage Photos : James Newton
des bâtiments historiques Light Bureau
JHA - Julian Harrap Architects 1. Bâtiment Q134
Peter Fischer Landscape Design Assistance partenariat 2. Arches du hangar
iGuzzini illuminazione UK Ltd.
Autres restructurations 3. Vue de la zone
et projet d’immeubles de bureaux
Allies & Morrison

Light Bureau a commencé à travailler sur une Maxi Woody de 150 W installés dans des cavités,
idée de JHA consistant en une réinterprétation au pied de chacune des arches, et dotés de
moderne des lanternes présentes sur le site à réfracteurs offrant une distribution elliptique
l’origine. Dessinés par LB et conçus par iGuzzini du flux lumineux.
avec des composants standard, les appareils Light Bureau et JHA ont imaginé une grille spéciale
éclairent les voies d’accès de l’Heritage Quarter, qui, non seulement, atténue l’éblouissement, mais
l’une des trois zones du site. empêche l’accumulation de saletés dans les
Light Bureau a modifié les appareils en y apposant cavités et dissimule les appareils. Par ailleurs,
une optique routière et un verre dépoli pour le cône. afin de garantir un éclairage stable dans le
Grâce à cette démarche et à l’utilisation de sources respect des normes de sécurité, les lampes ont
aux halogénures métalliques, l’aspect traditionnel été placées sous les bancs, entre les plantes,
a pu être conservé tout en assurant un excellent et surtout, les surfaces verticales alentour sont
rendu chromatique et une atmosphère agréable. illuminées. Toute la zone est ainsi perçue comme
Dans la zone Square, où les systèmes sur mât « plus lumineuse » qu’avant. On y trouve aussi
ont totalement disparu, la lumière attire l’attention de nouveaux immeubles de bureaux, les 200
sur les arches d’un hangar pour dirigeables et 250, en arrière-plan du hangar et de la place.
hautes de 29 mètres. Entre ces deux bâtiments, au centre de la plate-
La structure est éclairée au moyen de projecteurs forme aéroportuaire, se dresse l’imposant Q134, 3

siège de l’ancienne tour de contrôle. Light Bureau


a souhaité éclairer la grande façade de l’édifice
à l’aide d’encastrés de sol installés en rangées
alternées afin de créer un rythme tout le long
de la construction.

incontroluce 19

21
Projets Le quartier général Client
Richemont Group

de Richemont Chine Projet de protection


du patrimoine culturel
Kokaistudios en collaboration
avec le professeur Giuseppe Tonini

Shanghai (Chine)

Propriétaire de marques de luxe telles que Cartier, Le site remonte au début des années vingt.
Van Cleef & Arpels, Piaget, Vacheron Constantin, En 1921, le seigneur Jiang, qui avait fait sa
Jaeger-LeCoultre, IWC, Panerai et Montblanc, fortune dans le secteur du BTP à Shanghai,
le groupe Richemont a décidé de restructurer érigea la première maison, aujourd’hui à l’est,
un complexe historique de Shanghai et de le en recourant à des techniques de construction
transformer à l’attention de sa très sélect clientèle. d’avant-garde, très recherchées pour l’époque,
L’ensemble, connu sous le nom de « villas puis en fit une copie six ans plus tard.
jumelles » et répertorié parmi les actifs les plus Un couloir relie les deux bâtisses pour en faire
importants du patrimoine historique de la ville, un seul et unique système. Le premier occupant
s’étend sur 4 200 m² et cinq constructions. des lieux avait aussi prévu une dépendance côté
Il comprend les anciennes villas au centre, nord afin d’y abriter sa collection d’automobiles
le nouvel immeuble avec galerie et bureaux au et divers services. Rasé après la Révolution,
nord, les bâtiments réservés aux services à l’ouest, ce bâtiment avait été remplacé dans les années
et le parking souterrain au sud, sous le jardin. 1990 par une autre structure restée inachevée

22
Projet architectural Conception et décoration des intérieurs Matériaux et équipements Photos : Charlie Xia
et décoration des intérieurs ShanghArt & Richemont Parsons and Brinckerhoff avec l’aimable autorisation de Kokaistudios
Kokaistudios Bureau des marques
Kokaistudios Design éclairage 1.3. Façades des « villas jumelles »
Décoration des intérieurs Vacheron Constantin Kokaistudios 2. Jardin aquatique du bâtiment nord
Kokaistudios Projet de paysage
Décoration des intérieurs Alfred Dunhill DLC Assistance partenariat
Alfred Dunhill et Lui Design iGuzzini Chine
Décoration des intérieurs KEE Club Projet structurel
KEE Club et Lui Design Zhang Ming Architectural Design

et aujourd’hui totalement remodelée au bénéfice


d’un musée et de bureaux.
Entamé en avril 2007, le projet présentait une
complexité telle qu’un directeur technique et des
conseillers de niveau international ont dû être
recrutés. Après analyse minutieuse d’un groupe
de spécialistes de la restauration, la phase de
construction à proprement parler a pu commencer,
avec restructuration interne au programme.
Le réaménagement de l’intérieur du site, dont
le coup d’envoi a été donné début 2008, s’est
achevé en août de la même année. La stratégie
adoptée prévoyait de rénover, avant toute chose,
les surfaces originelles cachées sous des
enduits pauvrement appliqués lors d’une
précédente tentative de ravalement. Il a été
décidé de conserver tous les détails encore
présents, tels que les vieilles fenêtres en acier,
le parquet de bois, les plafonds, les escaliers et
les décorations des premiers temps, dans le but
de renouer avec la villa initiale. Le plus difficile
dans ce type de travaux, ce sont toujours la
modernisation des services et la consolidation
de la structure. L’équipe a eu recours à des
solutions innovantes et personnalisées pour
ménager au maximum l’aspect original des
maisons tout en gagnant en efficacité du point
de vue du développement durable.
Deux boutiques unimarques réalisées entièrement
selon les desiderata du client ont ouvert dans
ces habitations historiques. Aux deux premiers
étages de la villa est, la maison Vacheron
Constantin jouit d’un espace élégant propre
à accueillir les plus grands collectionneurs
de montres du monde. 3
incontroluce 19

23
Projets Le quartier général
de Richemont Chine

Aux deux premiers étages de la villa ouest, Chez sa petite sœur, la décoration conjugue
Dunhill a recréé un environnement unique qui finitions de bois naturel et design simple et
rappelle la nationalité britannique de la marque. moderne. Concernant le côté nord du site, un
Les troisième et quatrième niveaux sont occupés plan permettant de réutiliser une partie de la
par Kee Club, un célèbre club privé originaire de structure d’origine, d’effacer les traces des années
Hongkong chargé par Richemont de gérer club 1990 et de composer un espace harmonieux tout
et restaurant réservés à sa clientèle de prestige. autour de l’édifice a été imaginé.
Les intérieurs primitifs des maisons reflétaient Les petites dimensions de cette zone ont pu
deux styles différents que l’on retrouve aujourd’hui. être décuplées grâce à de grandes baies vitrées qui
La bâtisse la plus ancienne affiche une laissent entrer généreusement la lumière naturelle.
combinaison chromatique de noir et blanc aussi Au nord de la construction, l’architecte a élaboré
gracieuse que raffinée, avec en double point un espace calme en liaison avec la galerie d’art ;
d’orgue les vitraux colorés et le superbe escalier une belle composition de marbre y reflète la
de bois conçu il y a plus de 80 ans par les lumière du jour et se reflète la nuit dans le
meilleurs menuisiers de Shanghai. miroir de l’eau.

24
4. Intérieur de la villa la plus ancienne
5. Prime aux tons naturels dans la villa la plus récente

L’entrée du bâtiment a fait l’objet d’une attention Le site a également vu naître un showroom,
toute particulière : un auvent en laiton des plus un club, des bureaux et un musée ; aussi la
modernes invite les visiteurs à pénétrer dans société iGuzzini a-t-elle fourni l’éclairage
l’espace et attire le regard sur le jardin aquatique, convenant le mieux à ces différents volumes.
juste derrière. Par leur éclairage, les appareils Les showrooms Vacheron Constantin et Dunhill
iGuzzini instaurent une continuité entre l’aspect sont donc équipés de suspensions Le Perroquet
diurne et l’aspect nocturne de l’ensemble. et Gabbiano, idéales pour les salles d’exposition
Des projecteurs Miniwoody positionnés aux et autres galeries.
premier, deuxième et troisième étages mettent Dans les bureaux, on retrouve le Quasar, outil
la façade et l’extérieur du portique néoclassique parfait des intérieurs où l’on travaille sur écran
en évidence, tandis que des encastrés de sol informatique.
illuminent l’auvent. Enfin, des encastrés Pixel Plus et des projecteurs
Quant aux fenêtres, elles ont les faveurs du Glim Cestello ont été retenus afin de projeter un large
Cube, un système qui dessine de petits cubes faisceau lumineux tout en limitant le contraste
de lumière. ombre/lumière des objets éclairés.
incontroluce 19

25
Projets L’Expo 2008 dans la lumière Projet architectural
Inaki Alday
Margarita Jover

Projet d’éclairage
Maurici Gines

Assistance partenariat
Saragosse (Espagne) iGuzzini illuminazione España SA
De juin à septembre 2008

Berceau de l’une des universités les plus


prestigieuses du monde, Saragosse a accueilli
l’exposition internationale consacrée à l’eau en
2008. Sujet de préoccupation planétaire, l’eau
est le bien vital autour duquel les civilisations
passées se sont développées et les grandes villes
se sont étendues. À l’occasion de l’événement
intitulé « Expo 2008. Eau et développement
durable », la cité aragonaise a fixé des objectifs
très précis à ses habitants : réduire encore la
consommation d’eau potable, accroître le nombre
d’espaces verts, défendre la biodiversité, et
améliorer la qualité et la richesse de l’offre
territoriale.
Cent sept pays étaient représentés pour autant
de pavillons dont la reconversion donnera
naissance au parc d’affaires le plus important
et le plus moderne d’Europe.
Le long des allées sinueuses qui évoquent le
dynamisme aquatique, les visiteurs ne sont pas
confrontés à une succession linéaire de pavillons,
mais à un enchaînement d’espaces et de volumes
traversés par des cascades, des zones humides
et des jeux d’eau répartis sur plusieurs niveaux
que relient entre eux escaliers et ascenseurs.
Comme l’eau, la lumière et l’alternance jour/nuit
créent une variation. La société iGuzzini est
intervenue dans différents secteurs de l’Expo,
souvent avec des produits spéciaux. Parmi
les pavillons institutionnels, trois projets se
distinguent en raison de leur modernité.
Le pont de Zaha Hadid sort des sentiers battus
pour conjuguer le thème de la mobilité à celui
de l’eau. Long de 270 mètres et porté par une
pile unique, cet ouvrage de béton, de verre et
de métal a été conçu pour héberger expositions,
rencontres et autres manifestations à thème.
Imaginé par Enrique Soberano et Fuensanta Nieto,
le palais des congrès évoque, quant à lui, toute la
flexibilité de la zone aujourd’hui dévolue à l’Expo.

26
Photos : Josè Hevia

1. Une voie d’accès


2. Le pavillon japonais

Par son architecture forte, il entend transformer à l’entrée, est plongée dans une lumière
Saragosse en ville de conférences nationales bleue inspirée du thème de l’exposition ;
et internationales. La simplicité des finitions on a l’impression de se trouver sous l’eau.
favorise le dialogue avec l’extérieur, alors que Des encastrés Light Up placés autour des
le découpage lumineux des encastrés met en colonnes et du volume composent des ondes
exergue les renfoncements et les inclinaisons lumineuses. Le grand espace intérieur s’articule
des structures. autour d’une rampe qui descend du 43e étage
Création d’Enrique de Teresa, la tour d’eau, pour envelopper l’incroyable sculpture en 3D
bâtiment transparent fait de verre et d’aluminium reproduisant, à grande échelle, l’impact d’une
et haut de 73 mètres, donne corps au thème goutte d’eau dans une flaque.
« L’eau pour la vie ». Sa structure ouverte Signe imposant, cette rampe unique a été
tend à se dématérialiser et paraît aussi légère une aubaine pour la mise en place de
qu’une éclaboussure. La première salle, l’éclairage.
incontroluce 19

27
Projets L’Expo 2008 dans la lumière 3. Salle d’entrée de la tour d’eau avec lumière bleue
4. Sculpture représentant une goutte entrant en contact
avec une étendue d’eau

Du fait de la profondeur limitée des plafonds, Les canaux, l’aqueduc, les voies d’eau navigables,
il s’appuie sur des encastrés Easy, parfaitement les équipements d’épuration sont les acteurs d’un
adaptés au changement de vision qu’offre la rampe. paysage qui joue aussi un rôle didactique quant
L’Expo ayant pour vocation d’être traversée, au contrôle de la qualité de l’eau. Étroitement
explorée, regardée, le projet a dû tenir compte des liée au projet d’architecture, l’éclairage crée une
différentes perspectives visuelles et du mouvement transition entre l’artificiel et le naturel. Les espaces
des visiteurs. Dans ces conditions, la stratégie a les plus proches de la ville sont aussi les plus
consisté avant tout à établir un plan de lumière éclairés ; en s’approchant du fleuve, la sensation
artificielle facilitant l’orientation dans le déplacement de lumière se fait plus délicate.
tout en éclairant efficacement les zones de passage. Conçu tout spécialement pour cette zone, le
Les encastrés de plafond, dont la disposition fait système d’éclairage comprend un grand mât
penser à un ciel étoilé, répondent à ces exigences. sur lequel la source lumineuse peut être placée
Le parc métropolitain marque, pour sa part, une à différentes hauteurs.
pause entre la ville et la nature qui l’entoure.

28
incontroluce 19

29
4
Projets Le nouveau siège de DBI Plastics Client
DBI Plastics A/S

Conseil projet et éclairage


Architetto MAA Anders Noehr –
KHR architecs

Conception de l’installation électrique


NH Gruppen A/S
Stenmagle (Danemark)

Les lucarnes sont éclairées, quant à elles, par des


appliques Lingotto émettant vers le haut et dont
le filtre rouge fournit une lumière de référence
à la nuit tombée. À l’intérieur, des systèmes
Le Perroquet en suspension ou encastrés dans
le plafond éclairent l’atrium et les bureaux.
À noter que les encastrés peuvent être couplés
au système de ventilation. La rénovation de
l’usine de Stenlille a permis la pose de systèmes
d’éclairage permettant d’expulser l’air vicié et
de disperser la chaleur produite par les appareils
eux-mêmes, puis de réutiliser cette énergie
pour réchauffer l’air qui entre.

À l’été 2008, DBI Plastics a inauguré une unité de loin, la campagne alentour étant très dégagée,
de production moderne comportant 6 675 m² de surplombent ces accès. L’éclairage installé dans
bureaux à Stenmagle, au Danemark. Distant de l’unité de production actuelle, lors de sa
seulement trois kilomètres de l’usine actuelle de modernisation, ayant donné entière satisfaction,
Stenlille, ce nouveau bâtiment accroît la capacité le nouveau bâtiment lui a emboîté le pas, tant
de production d’une entreprise qui travaille dans dans le choix des appareils que dans celui de
le secteur des solutions de protection en plastique la ligne conceptuelle. Au dehors, des mâts dotés
de qualité supérieure. Sur ce nouveau site destiné de systèmes iRoad pour les parkings et les zones
à la fabrication en salle blanche, les modèles à forte circulation font leur office, tandis que des
LEAN et les objectifs « zéro défaut » ont exigé iWay éclairent la façade des bureaux afin de ne
une approche très soignée. pas gêner les espaces de travail à l’intérieur.
L’édifice se caractérise par deux grandes rampes Les rampes tirent avantage de Lingotto posés
de chargement qui coupent la structure en en appliques qui accentuent l’efficacité des rais
plusieurs parties. Des lucarnes en verre visibles de lumière pour les autocars en marche arrière.

30
Assistance partenariat Photos : Ole Ziegler
iGuzzini illuminazione DK
1. Atrium
2.3. Effets de lumière sur le toit en verre

incontroluce 19

31
Projets L’univers BMW Client
BMW

Projet architectural
Coop Himmelb(l)au - Wolf D. Prix

Projet d’éclairage
a-g Licht GbR, Wilfried Kramb,
Michaela Kruse
Munich (Allemagne)

Dominé par un double cône de 28 mètres de haut, dans un feu d’artifice de couleurs.
ouvert, lumineux et voué au dialogue entre la Malgré une taille imposante, l’ensemble se distingue
marque et sa clientèle de par le monde, le BMW par son ouverture au monde extérieur et se fond
Welt de l’architecte Wolf D. Prix est l’un des harmonieusement dans le canevas architectural
bâtiments de communication les plus imposants de de l’Olympiapark et du centre BMW existant.
la scène internationale en ce début de XXIe siècle « Nous avons dépassé les limites du possible »,
L’immense structure du toit, qui s’étend sur a déclaré Wolf D. Prix, du cabinet autrichien Coop
16 000 m², ressemble à un nuage suspendu sur Himmelb(l)au, en évoquant cet ouvrage dont
l’édifice, tandis que l’acier inondé de perles de iGuzzini illuminazione a éclairé bon nombre de
verre et d’impressionnantes baies vitrées scintillent zones essentielles.

32
Assistance partenariat Photos : Architekturfotografie Engel ha rdt-Sellin
iGuzzini illuminazione
Deutschland GmbH 1. Schlepptreppe
2. Espace d’exposition

Sous la Schlepptreppe du double cône, des La lounge VIP constitue une particularité
encastrés Trimmer illuminent une partie des architecturale du BMW Welt, où tout renvoie
automobiles exposés. Par souci d’homogénéité exclusivement à la marque. Verre, aluminium,
visuelle, cet appareil a été employé dans ses bois prisés, matériaux de la meilleure qualité
différentes versions, ici comme ailleurs dans le et système d’encastrés Frame composent
BMW Welt. Ainsi un modèle spécial installable un environnement raffiné et original qui
dans le faux plafond, via un canal, a-t-il été étudié. la distinguent du reste.
On peut aussi y loger, outre les groupes optiques, L’architecte avait demandé un éclairage
des haut-parleurs, des détecteurs d’incendie, des discret, réservé et néanmoins polyvalent
caméras de surveillance et des antennes W-LAN. pouvant s’inscrire naturellement dans
Près de 1 000 canaux de ce type ont été le contexte architectural des lieux sans
posés dans tout le bâtiment. dominer visuellement.
incontroluce 19

33
Projets Le musée civique de Frisingue Donneur d’ouvrage
Historischer Verein, Frisingue

Projet architectural et d’éclairage


Deppisch Architekten

Assistance partenariat
iGuzzini illuminazione Deutschland

Frisingue (Allemagne)

Située tout près de Munich, l’antique cité de s’est chargé de la restructuration et de la


Frisingue abrite depuis 1890 une association restauration du site en adoptant un concept
historique et un musée civique (Stadtmuseum) totalement nouveau pour l’exposition des œuvres.
fondés par les habitants. Au milieu des années Le musée possède des tableaux, des dessins et
1960, les deux organes ont élu domicile dans des sculptures illustrant l’histoire millénaire de
l’Asamgebäude, un grand immeuble jadis siège la ville. Du fait de la multitude des pièces, de
de l’Institut supérieur épiscopal fondé en 1697 la diversité des matériaux et des différents états
et administré par des bénédictins jusqu’à la de conservation, l’éclairage se devait d’offrir une
sécularisation. scénographie optimale aux inestimables chefs-
Le cabinet d’architecture munichois Deppisch d’œuvre et exclure tout dégât éventuel dû à la

34
Photos : Deppisch Architekten, Munich

1.2. Deux salles

lumière, aux ultraviolets ou aux infrarouges.


Éblouissement et reflets étaient à proscrire
impérativement pour ne pas fausser la perception
que l’observateur aurait des objets. S’agissant
du musée, le donneur d’ouvrage souhaitait, en
outre, un système sobre et léger dans la forme,
et capable de projeter une lumière directe ou
indirecte afin que les salles ne soient pas
surchargées par un trop grand nombre d’appareils.
Les architectes ont trouvé dans le système
modulaire Composit à plusieurs lampes, et
dans une réglette pour tube fluorescent T16,
la solution au problème.
Le Composit, c’est pour le projeteur un éclairage
direct pointé sur les œuvres et un éclairage
général indirect dans les salles en un seul produit.
Enfin, les peintures à l’huile et les acryliques de
la pinacothèque ont été placées sous la lumière
d’une série de projecteurs Le Perroquet montés
sur rails.

2
incontroluce 19

35
Projets L’éclairage de la nouvelle Client
Kuoni

agence phare de Kuoni Projet architectural


et d’éclairage
Andrin Schweizer Company

Assistance partenariat
iGuzzini Schweiss
Zurich (Suisse)

Le tour-opérateur suisse Kuoni a ouvert une ils avaient imaginé un future store moderne,
nouvelle agence à un endroit stratégique de tourné vers une clientèle plus jeune.
Zurich. Ancien hôtel de luxe construit entre Pour l’agence principale de la place Bellevue,
le XIXe et le XXe siècle, le bâtiment de la place le but était de souligner la particularité de
Bellevue a été entièrement refait à neuf pour l’endroit choisi.
proposer un cadre adapté à une clientèle très Seule contrainte imposée aux architectes :
exigeante. Les architectes du cabinet zurichois conserver la structure à deux étages de l’édifice
Andrin Schweizer Company, qui ont travaillé avec la galerie et les escaliers. Pour le reste, ils
sur l’intérieur du local, avaient déjà collaboré ont eu carte blanche. Aussi ont-il opté pour un
avec le voyagiste : près du siège du groupe aménagement conforme à l’activité de la
Kuoni, sur la Hardstrasse, à l’ouest de Zurich, marque. Dans les murs, des niches ont été

36
Photos: Günter Laznia

1. Vue de l’extérieur
2. Détail de l’intérieur

pratiquées afin d’exposer de beaux objets


originaires des quatre coins du monde.
Les matériaux sélectionnés appellent, eux aussi,
au voyage ; à la base en bois de chêne s’ajoutent
le cuir et les finitions en bronze qui ornent tables
et niches, et font immanquablement penser
aux valises. L’équipe a également planché sur
l’éclairage. Depuis la rue qui passe devant
l’immeuble, on peut voir, derrière trois fenêtres
hautes, autant de grands lustres ronds qui
occupent toute la hauteur des lieux et ont
davantage pour mission de capter l’attention que
de constituer une véritable source de lumière.
La boutique est illuminée essentiellement par
des encastrés et des lampes logées dans les
niches, toutes très discrètes.
Quant au choix des appareils, il a fallu tenir
compte du fait que la puissance maximale de
l’éclairage était limitée par la capacité de la
climatisation. C’est la raison pour laquelle des
systèmes Minimal équipés de lampes halogènes
offrant d’excellentes performances en termes
d’intensité et de reproduction des couleurs
ont été installés au plafond.

2
incontroluce 19

37
Projets Le musée des Sciences Donneur d’ouvrage
Ministère de la Culture et du Tourisme

et Techniques islamiques Parrainage


Communauté urbaine d’Istanbul

Istanbul (Turquie)

Le parc Gülhane d’Istanbul accueille depuis


mai 2008 le premier musée des Sciences
et Techniques islamiques du monde. Créé sous
la tutelle du ministère turc de la Culture et du
Tourisme grâce à la cession des écuries royales
par la Communauté urbaine d’Istanbul ce
musée abrite des objets illustrant l’apport de
la culture musulmane au monde scientifique et
au développement général de la science moderne.
Administré par le ministère suscité, il a été
réalisé avec la collaboration du Comité de
recherche scientifique et technologique de
Turquie (TÜBITYAK), de l’Académie des sciences
turque (TÜBA), de la Communauté urbaine
d’Istanbul et du professeur Sezgin de l’université
de Francfort. Tous ont fait don de pièces qui
étaient en leur possession (livres, dessins,
cartes, matériels) et, pour certains, fabriqués
de nouveaux exemplaires d’anciens outils.
Pour lors, le musée expose 140 objets différents,
mais ce chiffre devrait atteindre 800 d’ici
quelque temps. On y trouvera également
1 une bibliothèque d’histoire et des sciences.

38
Contributions scientifiques Photos : Engin Gerçek
Comité de recherche scientifique
et technologique de Turquie - TÜB TAK 1.2.3. Aménagement intérieur des différentes salles
Académie des sciences turque - TÜBA,
Fuat Sezgin - Université de Francfort,
Institut d’Histoire des sciences
arabo-islamiques

Assistance partenariat
Tepta Aydınlatma

Le musée occupe une surface de 3 550 m² Par endroits, le plafond mérite, lui aussi, un peu
répartie sur trois bâtiments. Certains éléments, d’attention : dans trois salles, on y a en effet
qui sont des copies d’originaux datant du VIIIe reproduit sur Barrisol des œuvres de Nusret Çolpan.
au XVIe siècle, constituent des dispositifs ou L’éclairage du musée repose sur l’utilisation de
des outils utilisés en géographie, astronomie, rails standard équipés de projecteurs Le Perroquet
océanographie, géométrie, optique, médecine, et Tecnica. Là où les rails n’ont pas été possibles,
pharmacie, minéralogie, physique, mécanique, ce sont des encastrés Pixel et Deep Frame qui
architecture, ou pour faire la guerre. mettent l’espace en lumière.
incontroluce 19

39
Projets La Nuit du feu Donneur d’ouvrage
Parc de Chevetogne
Bruno Belvaux, directeur

Projet architectural
du centre d’information
BURO5
Chevetogne (Belgique) Assistance partenariat
28 octobre 2008 iGuzzini Benelux

Le parc provincial de Chevetogne est un espace


naturel où l’art, la nature et le bien-être ont leur place.
Les bois, parcs et jardins de cette ancienne
propriété privée ont suscité l’intérêt de la province
de Namur, qui a souhaité la transformer en une
zone naturaliste ouverte au public. La collectivité
a trouvé en Bruno Belvaux, directeur, et son équipe
l’esprit d’initiative et le dynamisme nécessaires
pour exploiter au mieux les nombreuses ressources
de Chevetogne et en faire le cadre idéal d’activités
culturelles et d’animations en tous genres.
La collaboration entre iGuzzini Benelux et la région
de Chevetogne remonte à 2002. À l’époque,
notre société avait pris part à la mise en place
de l’éclairage du centre d’interprétation de la
nature, dont le cabinet BURO5 de Namur avait
réalisé le projet architectural. En octobre 2008,
iGuzzini Benelux a été invitée à prendre en
charge l’illumination du parc et du château pour
la « Nuit du feu », une manifestation réunissant
plus de 10 000 personnes. Cet événement féerique
a, du reste, servi de laboratoire en plein air pour
la société qui a pu y expérimenter bon nombre 1
de ses solutions d’éclairage.
Ainsi, le centre d’information sur la nature a-t-il
été équipé d’appareils Woody RGB, mais aussi
de Radius et de Miniwoody, tandis que des Light
Up mettaient le perron en évidence. Dans le parc,
un grand nombre d’arbres ont été éclairés grâce
à des Light Up à optique Spot et Super Spot.
Les festivités ont été suivies d’une série d’initiatives
réparties sur plusieurs journées au cours desquelles
plus de 100 architectes, conseillers techniques et
designers-éclairagistes ont pu apprécier la qualité
de nos installations.

40
Photos : Olivier Papegnies

1.2.3.4.5. Effets de couleurs réalisés pour l’événement

5
incontroluce 19

41
Projets Éclairage intérieur du siège Client
Zentiva a.s.

de la société Zentiva Projet architectural


Ranný architects, s.r.o.
Ing. arch. Mojmír Ranný
Ing. akad. arch. Rudolf Netík

Prague (République tchèque)

Fondée en 2003, la société Zentiva a.s. a avalé


ses homologues Léčiva et Slovakofarma pour
former l’une des plus grosses entreprises de
République tchèque. Si elle a récemment étendu
ses activités à l’Europe centrale et orientale, elle
doit son succès à la famille Fragner, à laquelle
elle est intimement liée depuis l’origine, en 1857.
Il y a six ans, le bâtiment administratif a subi des
travaux de rénovation et d’agrandissement sous la
houlette des cabinets Ranný architects et Spektra
Praha. La conception et la mise en œuvre de
l’éclairage ont constitué une partie essentielle du
projet dans cet immeuble de dix étages. Bien
que la plupart des murs soient percés de grandes
fenêtres permettant de jouir pleinement de la
lumière naturelle, une attention de tous les
instants a été accordée à l’éclairage artificiel des
salles de travail en raison de la finalité même
du bâtiment. Des faux plafonds à caissons ou
en placoplâtre ayant été posés dans toute la
construction.
Les appareils, à l’aspect et aux performances
identiques, devaient être facilement installables
dans ces deux types de surface. Le donneur
1
d’ouvrage et les architectes souhaitaient un
éclairage artificiel agréable et doux, sans
contraste fort et très semblable à la lumière
diffuse du jour. Par ailleurs, il importait que
les systèmes soient très efficaces, dotés de bons
écrans et respectant un seuil de luminance
inférieur à 1 000 cd/m², qui convient aux zones
de travail abritant des écrans informatiques.

42
Projeteur principal Photos : Petr Jan žura
Spektra Praha, s.r.o.
Ing. Milan Šraml 1.2. Hall avec éclairage naturel et artificiel
3. Salle de réunion
Assistance partenariat
Etna, s.r.o. 4. Postes de travail

Pour répondre à ces besoins, des encastrés Wide


avec ballasts électroniques, tubes fluorescents
T16 et optiques Dark Light ont été retenus.
La puissance installée de l’éclairage intérieur
est de 97 kW, celle de l’éclairage des bureaux,
de 2,3 W/m²/100 lux.
Le hall d’entrée et la réception sont, eux aussi,
équipés de systèmes Wide. Des écrans diffuseurs
micropercés montés sur les appareils offrent le
meilleur éclairage possible et assurent une
continuité avec la lumière du jour. Cependant,
même si les murs nord et sud sont entièrement
vitrés, le hall est relativement grand et l’éclairage
diminue sensiblement vers le centre. C’est
pourquoi des lucarnes ont été aménagées
au-dessus de la réception, que des appareils
linéaires à tubes fluorescents illuminent.
Ici, les couloirs ne sont pas seulement des
voies de communication, mais des galeries
d’exposition. Les plus représentatifs sont d’ailleurs
pourvus d’encastrés orientables à lampes
halogènes pouvant faire varier l’éclairage des
murs ornés de tableaux. De plus, afin de faire
comprendre qu’il ne s’agit pas de couloirs
3
ordinaires, des Linealuce à lampe fluorescente
sont logés dans le sol. Ce flot de lumière
brillante vise à mettre en évidence le prestige
de la société Zentiva.
Outre l’éclairage intérieur dans sa totalité, Etna
a participé à la conception et à la réalisation
de l’éclairage des cours, de la façade nord et
de l’entrée de l’édifice, à l’extérieur.

4
incontroluce 19

43
Projets Le nouveau siège de la ČSOB Client
ČSOB
(Ceskoslovenska obchodni banka)

Projet architectural
Josef Pleskot - AP ateliér

Directeur des travaux


Ivo Koukol - ČSOB
Prague (République tchèque)

Le siège de la ČSOB, l’un des principaux et des paysages uniques. Le projet a donc
organismes bancaires de République tchèque, harmonieusement intégré le bâtiment dans le
s’étend sur quelque 60 000 m² grâce au travail cadre environnant au point d’en faire quasiment
d’AP Atelier. L’investisseur voulait se servir de le reflet. Utilisé comme jardin, le toit a permis
ce nouvel immeuble pour encourager les d’éliminer quelques éléments techniques du
salariés à travailler davantage ensemble, créer corps de la construction. L’immeuble a été
une cohésion, un esprit d’équipe, mais aussi construit comme un grand « treillis », une
susciter une envie professionnelle et sociale gigantesque grille posée dans un vaste écrin
chez chacun d’eux. L’organisation architecturale de verdure et convenant parfaitement au repos
a tout de suite débouché sur un espace de ou à la pause du personnel. L’idée était de créer
travail flexible autorisant les transformations un bâtiment où tout soit équilibré et où l’ajout
dynamiques, conformément aux exigences d’équipements voués aux économies d’énergie
et aux caractéristiques typiques d’un ne se fasse pas au détriment de la luminosité
siège moderne. pendant la journée ou de la vue sur la végétation.
Le quartier du nouveau siège de la ČSOB En dernier lieu, les concepteurs ne voulaient
présente, par ailleurs, des qualités naturelles pas perdre les eaux de pluie (utilisables par

44
Projet d’éclairage Partners Assistance Photos : Petr Jan žura
Lubomír Benýšek, Elis Praha Etna, s.r.o.
1.2. Extérieur du bâtiment
Entreprise de construction 3. Vue de l’atrium central
Skanska CZ

Consultants
John Eisler
DEWG
Buro Happold

Critère de poids quant au lieu de travail, la


flexibilité spatiale offre un large éventail de
possibilités d’aménagement et de transformations.
Pour que l’endroit soit optimal du point de vue
pratique, psychologique et social, on s’est efforcé
d’utiliser au mieux la lumière du jour, la végétation,
les composants naturels et d’autres facteurs
agissant positivement sur l’état d’esprit afin
d’effacer les aspects négatifs qu’entraîne une forte
concentration d’individus dans un espace de
travail ouvert. Concernant l’éclairage artificiel, très
individualisé, la préférence est allée aux lampes de
sol Y Light pour tubes fluorescents de 4 x 55 W,
car elles répondent à la nécessaire souplesse des
espaces et aux besoins des utilisateurs.

l’irrigation), ni voir l’espace vert remplir


uniquement une fonction esthétique, mais
l’utiliser pour faire de l’ombre et favoriser
la création de biotopes.
Les atriums et les endroits couverts permettent
un bon éclairage des lieux, empêchent la
surchauffe des façades et atténuent les effets
sur l’environnement. De fait, la végétation
produit de l’oxygène, garantit le plus grand
calme, même fenêtres ouvertes, et confère un
sentiment d’intimité. En partant d’une grille de
8,1 x 8,1 m, on a imaginé une trame modulaire
incluant trois grands atriums et cinq lanterneaux
répartis dans l’édifice. Les zones de bureaux ont
été conçues sous la forme de grands volumes
ouverts rappelant une structure cellulaire.
3
incontroluce 19

45
Culture d’entreprise iGuzzini illuminazione UK :
le nouveau siège des lighting partners

Guildford (Grande-Bretagne)

En collaboration avec le cabinet Lewis & Hockey, la catégorie « nouveaux bâtiments ». La Guildford
basé à Guildford, l’architecte Pier Luigi Copat a Society est affiliée au Civic Trust, une fondation
imaginé le nouvel « iGuzzini Partners Assistance » comptant plus de 600 membres dont la vocation
britannique, sis désormais à Peasmarsh, est de préserver le patrimoine de la cité et de ses
Guildford, dans le Surrey. Le siège se compose alentours en faisant la promotion de normes de
d’un immeuble de bureaux de deux étages et planification et de réalisation architecturale très
d’un entrepôt à baies vitrées dont le revêtement strictes. Le Design Award a été créé à Guildford
gris ressemble à l’aluminium, l’un des matériaux dans les années 1970 pour récompenser les
caractéristiques des appareils iGuzzini. créations nouvelles, les progrès dans le domaine
La construction a d’ailleurs été primée aux de l’environnement et les projets de conservation
Guildford Society Design Awards 2008 dans de la ville. Après l’exposition photographique

46
Photos : Gabriele Basilico

1. Extérieur du bâtiment
2. Showroom

organisée par RIBA Surrey afin de faire connaître


les œuvres recensées dans le comté, la Guildford
Society a invité ses membres et le public à visiter
l’exposition et à exprimer leur opinion sur les
projets réalisés depuis la précédente remise
des prix, deux ans auparavant.
Les trophées ont été remis au président de
la Guildford Society, Lord Onslow, pendant
la cérémonie qui s’est tenue le 9 octobre
2008 au Holy Trinity Church Hall.
incontroluce 19

47
Culture d’entreprise iGuzzini illuminazione UK :
le nouveau siège des lighting partners

48
3.4. Vues de l’intérieur

4
incontroluce 19

49
Culture d’entreprise iGuzzini illuminazione UK : 5.6. Vues de l’extérieur

le nouveau siège des lighting partners

50
incontroluce 19

51
6
7

52
Culture d’entreprise iGuzzini illuminazione UK : 7.8. Extérieur du bâtiment

le nouveau siège des lighting partners

8
incontroluce 19

53
Culture d’entreprise Le divin humain
Connaître la forme

Prague, du 20 novembre 2008 au 31 janvier 2009

1 2 3

La nouvelle édition du projet « Connaître la forme » Le sculpteur Jiří Kačer a, lui aussi, souhaité
a eu lieu à l’Institut culturel italien de Prague en évoquer par l’éclairage l’émersion du Satyre hors
même temps que l’exposition « Le divin humain », de la mer. La statue apparaît ainsi pleine de ses
organisée par le Musée tactile national Omero mystères. Il a voulu des murs verts rappelant
d’Ancône. De nombreuses personnalités de la l’onde, avec une atmosphère très sombre et une
culture tchèque sont venues utiliser la lumière illumination qui gagne en intensité en marquant
selon leur sensibilité propre et proposer des le passage des profondeurs marines à la lumière
interprétations lumineuses de la copie sur Satyre du soleil. La couleur des murs vire lentement du
dansant de Mazara. Le système de commande vert au bleu ciel, jusqu’à ce que le Satyre soit
Master Pro, qui contrôle aussi bien les projecteurs éclairé intensément. L’architecte Ludvík Grym, en
Tecnica que les Linealuce RGB placés dans la revanche, n’a pas appréhendé la statue comme
structure abritant la statue, a permis de façonner un objet en trois dimensions, mais comme une
des effets lumineux avec variation en intensité photographie, l’image d’un moment d’extase vécu
comme en température de couleur, mais aussi de de nuit. La lumière commence par une lueur
colorer la lumière dans énormément de nuances. dans la partie basse, puis monte comme si un
Historien de l’art et directeur du musée de Kutna feu embrasait la scène.
Hora, Ivan Neumann a inventé une illumination Chez le violoniste Václav Hudeček, le Satyre est
faisant jaillir la sculpture, la lumière étant alors un bijou dans une boîte de velours azur. Alors
comme l’eau qui glisse dessus et descend des que les parois sont chargées d’un bleu intense,
yeux vers le dos. Les parois changent de couleur les projecteurs réchauffent le bronze en créant
en passant du vert initial au bleu. un fort contraste chromatique.

54
Photos : Petr Jan žura

1. Václav Hudeček
2. Jǐrí Kačer
3. Ivan Neumann
4. Ludvík Grym
5. Marie Kuncová et Josef Cerha
pendant la mise au point de leurs scènes lumineuses

Les interprétations de Marie Kuncová et Josef


Cerha, malvoyants, sont très particulières,
notamment pour ce qui concerne la toile de fond,
dans un cas ardente, dans l’autre totalement éteinte.
L’exposition s’est tenue dans la chapelle de la
Vierge Marie et de San Carlo Borromeo, siège
historique de l’Institut culturel italien, grâce
à la précieuse collaboration de son directeur,
Umberto Rinaldi.

incontroluce 19

55
Culture d’entreprise VIDEOА,
Mario Sasso et l’image électronique

Musée d’Art moderne de Moscou


et galerie Zourab Tsereteli, du 29 octobre au 30 novembre 2008

L’exposition « VIDEOА, Mario Sasso elle a accueilli la « tour des trilogies », l’œuvre
et l’image électronique » est une sélection de 7 mètres de haut que Mario Sasso avait
d’œuvres électroniques mettant en relief la réalisée pour le groupe Fimag, en 1997.
poésie urbaine de Sasso. Les quinze créations Témoignage de la philosophie du groupe en
ont été exposées selon différents thèmes ayant matière de production, elle reprend, sur une
trait au regard que l’artiste porte à l’art, à la cité, musique de Nicola Sani, les trois thèmes de
à la télévision, au temps et à la communication, la lumière, de l’eau et de la couleur dans une
aux gens qui vivent l’espace urbain et à la structure qui évoque la verticalité des métropoles.
peinture. Quant à la galerie Zourab Tsereteli, Elle a reçu le prix Guggenheim en 1998.

56
Photos : Giovanni Vignetti

1.2. Vues de l’installation

incontroluce 19

57
Culture d’entreprise Ron Arad.
No discipline

Centre Pompidou, à Paris,


du 20 novembre 2008 au 16 mars 2009

Pour la première fois en France, une exposition


monographique est consacrée à Ron Arad, et
c’est au Centre Pompidou que cela se passe.
Les principales créations du designer sont
présentées, telles que la bibliothèque Bookworm,
la chaise Tom Vac et le fauteuil Oh Void, ainsi
que des prototypes, des productions en série
limitée et des projets architecturaux.
La lampe PizzaKobra, pour laquelle Ron Arad
avait reçu le Red Hot Award de l’éclairage, est
également exposée. iGuzzini est partenaire de
l’événement.

58
Photos : Georges Meguerditchian

1.2.3. Vues de l’installation

3 incontroluce 19

59
Culture d’entreprise

Gabriele Basilico. Moscou verticale


Cité de l’Architecture et du Patrimoine,
Palais de Chaillot, à Paris,
du 23 octobre au 30 novembre 2008

« Moscou verticale » est un projet


photographique de Gabriele Basilico,
secondé par l’architecte Umberto Zanetti.
Cette exposition est organisée dans le cadre
du mois de la photographie, à Paris. À cette
occasion, l’Institut culturel italien de la capitale
a proposé une série de rencontres sur le thème
de la photo en Italie et une table ronde sur
l’architecture, la ville et la photographie.
La raison d’être de cette manifestation, c’est
la volonté de documenter les métamorphoses
du paysage urbain moscovite en choisissant
un point de vue inhabituel, le sommet des
tours staliniennes, symboles de cette période
de l’Histoire qui aurait fait de la mégapole
russe un monument abouti du socialisme.
L’exposition, qui a reçu le concours d’iGuzzini
à Paris, voyagera dans d’autres musées
prestigieux et conclura son périple à Moscou
même, au musée d’architecture Shchusev.

60
Cultura dell’azienda

Éclairer les lieux d’art


Musée égyptien de Turin
1er décembre 2008

Le 1er décembre 2008, au statuaire du Musée


égyptien de Turin, iGuzzini a fait la promotion
de la table ronde « Éclairer les lieux d’art »,
l’un des rendez-vous du Torino Word Design
Capital, témoignant ainsi de son rôle de
« partner for a better light » de quelques-uns
des plus grands architectes et des plus
prestigieux musées du monde. Le scénographe
Dante Ferretti et l’architecte Gérard Foucault
étaient présents à cette rencontre qu’animait
Chiara Aghemo. Leur expérience en matière de
projets et d’aménagement (par exemple, dans
la restauration du Musée égyptien et de la
galerie de Savoie) a permis d’approfondir une
série de thèmes culturels relatifs à la lumière
sur les lieux d’art. Auteur de l’éclairage du
statuaire qui accueillait l’événement, la société
iGuzzini s’est illustrée par sa capacité à mettre
en scène la pensée de MM. Ferrerri et Foucault,
en assurant des mises en lumière qui sont
aussi des mises en valeur des espaces,
intérieurs comme extérieurs, et des sculptures
dont elle révèle les formes, les matières,
la beauté et le caractère unique.

À droite :
Eleni Vassilika, directrice du Musée égyptien de Turin
Ruben Abbattista, du comité Torino World Design Capital,
Dante Ferretti
Dante Ferretti et Gérard Foucault
incontroluce 19

61
Culture d’entreprise

iGuzzini Chine participe au forum ABB08 - Biennal d’architecture


économique Europe-Chine de Pékin 2008
Lago Changzhou Tian-mu Beijing Design Park 751, Pechino
25 et 26 octobre 2008 du 22 octobre au 6 novembre 2008

Le Forum économique Chine-Europe a eu


lieu en octobre dernier près du lac Changzhou
Tian-mu, en Chine. Il s’agit de l’équivalent de
l’Ambrosetti Forum, la conférence internationale
sur l’économie qui, depuis 1975, se tient
chaque année début septembre à l’hôtel Villa
d’Este de Cernobbio, sur les rives du lac de
Côme. Des chefs d’État, des ministres, des prix
Nobel et des hommes d’affaires se sont
retrouvés pour évoquer les difficultés auxquelles
l’économie mondiale et la société moderne
sont aujourd’hui confrontées. Le Forum Chine-
Europe s’est fixé comme objectif de créer un
canal direct laissant plus de place à la
compétitivité des entreprises chinoises et
européennes, et de leur offrir les moyens
nécessaires pour interagir avec les chefs de
gouvernement, nouer des contacts, identifier
des partenaires potentiels et de nouveaux
marchés. Les progrès enregistrés dernièrement
dans le domaine des sciences et des
technologies, et les tendances qui se profilent
pour l’économie et la société de demain ont La troisième édition de la biennale d’architecture perspectives de développement de l’écocité du
également fait l’objet de débats. iGuzzini Chine de Pékin 2008 (ABB08), dont le thème était « La XXIe siècle. iGuzzini Chine a présenté d’importants
a été invitée à participer à l’événement afin de ville de l’écologie et du bâtiment », s’est organisée projets réalisés récemment dans le pays, tels que
présenter la société iGuzzini et sa philosophie autour de trois axes : l’exposition thématique, la la Hong Kong Star Avenue, le Hong Kong Science
en matière d’économies d’énergie, une présentation des œuvres d’architectes et d’étudiants Park, le grand théâtre national de Chine, le
philosophie qui s’est illustrée récemment en architecture, et une série de forums de discussion. Shanghai Oriental Art Center et le Sino-Italian
à travers des initiatives de recherche et L’exposition a porté sur le rapport entre urbanisme Ecological and Energy Efficient Building, à Pékin.
développement dans le domaine de l’énergie et design architectural, l’étude des politiques, la Le public de la biennale s’est, en outre, montré
verte et de l’efficacité énergétique. façon d’économiser les ressources, l’harmonisation très intéressé par la philosophie qui préside à la
écologique dans la construction des centres relation entre éclairage et individu, et entre
urbains en Chine, l’échange des expériences architecture et environnement.
nationales et internationales dans le BTP, et les

62
Culture d’entreprise

Loghi d’Italia
Storie dell’arte di eccellere
Musée national du château Saint-Ange, à Rome
du 21 novembre 2008 au 8 février 2009

L’exposition « Logos d’Italie. Histoires de l’art


d’exceller » est un projet qui entend mettre en
valeur la mémoire historico-culturelle des
entreprises de la Botte dans leur croissance et
leur vocation à porter l’identité intellectuelle d’un
pays. Cet événement ne donne pas seulement à
voir des images, mais des objets, des documents,
des œuvres d’art. Il s’articule en trois grandes
rubriques : histoires de logos, histoires de noms,
et lieux d’amour. Dans la première, il est question
de l’entreprise, de sa communication, de son
rapport à l’art, au design et à l’innovation.
La deuxième, en revanche, est consacrée aux
personnes qui ont fait la société, à ces
entrepreneurs qui se sont distingués au fil du
temps par leurs qualités et leur professionnalisme.
La troisième a trait aux lieux où ces entreprises se
sont développées. C’est l’histoire du Made in Italy,
des produits mis en exergue par le talent
graphique et artistique d’hommes qui sont su les
interpréter, les rendre plus vivants et plus proches
du consommateur. Cette exposition a été organisée
par Innovarte et réalisée en collaboration avec la
commission culturelle de la Confindustria et de
Museimpresa.
incontroluce 19

63
19 Incontroluce I. 2009

Incontroluce
Revue semestrielle internationale
sur la culture de la lumière
XIe année, 19

Rédaction
Centre d’études et de recherche iGuzzini
Fr.ne Sambucheto, 44/a
62019 Recanati MC
+39.071.7588250 tel.
+39.071.7588295 fax
rc@iguzzini.it
iGuzzini illuminazione spa
62019 Recanati, Italy
via Mariano Guzzini, 37
+39.071.75881 tel.
+39.071.7588295 fax
iguzzini@iguzzini.it
www.iguzzini.com
Vidéo : 071-7588453

Projet graphique
Studio Cerri & Associati

Éditeur
iGuzzini illuminazione spa

Ont collaboré à ce numéro


iGuzzini illuminazione Benelux Bvba/Sprl
iGuzzini illuminazione China Ltd.
iGuzzini illuminazione Danmark
iGuzzini illuminazione Deutschland GmbH
iGuzzini illuminazione España S.A.
iGuzzini illuminazione Schweiz AG
iGuzzini illuminazione UK
A+A, Azerbaijan
Etna s.r.o., Repubblica Ceca
Tepta Aydınlatma, Turquie

Photo de couverture
Giuseppe Saluzzi

Achevé d’imprimer en : Avril 2009


Tecnostampa, Recanati

Errata Corrige
Incontroluce 17
Champs Libre
Projet d’eclaraige
Piero Castiglioni
Incontroluce 18
Vulcano Buono
Projet d’eclaraige
Piero Castiglioni

La rédaction décline toute responsabilité quant


aux inexactitudes et aux omissions dont pourrait
être entachée la liste des crédits relatifs aux projets
et fournis par nos collaborateurs.
Toute réintégration ou rectification sera effectuée
dans le prochain numéro.
Incontroluce XIX / Les Marches : Prix Inarch Ance Marches / Étude : Conversation avec
Martin Lupton / Projets : Le David de Donatello retrouve sa splendeur / Napapijri Store /
La fondation Capucci / Le sanctuaire de Bibi Heybat / Farnborough Business Park / Le quartier
général de Richemont Chine / L’Expo 2008 dans la lumière / Le nouveau siège de DBI Plastics /
L’univers BMW / Le musée civique de Frisingue / L’éclairage de la nouvelle agence phare de Kuoni /
Le musée des Sciences et Techniques islamiques / La Nuit du feu / Éclairage intérieur du siège
de la société Zentiva / Le nouveau siège du CŠOB / Culture d’entreprise : iGuzzini
illuminazione UK : le nouveau siège des lighting partners / Le divin humain. Connaître la forme /
VIDEOА, Mario Sasso et l’image électronique / Ron Arad. No discipline / Gabriele Basilico.
Moscou verticale / Éclairer les lieux d’art / iGuzzini Chine participe au Forum économique
Europe-Chine / ABB08 - Biennal d’architecture de Pékin 2008 / Loghi d’Italia - Storie
dell’arte di eccellere

9.1935.000.0

Minat Terkait