Anda di halaman 1dari 3

I walus n tmeṣkiwt n yimazraren imsuddimen imaziγen

(Pour la reconstitution des séries dérivationnelles amazighes)


Sγur / Par: D.Messaoudi

Deg talit taqburt, tutlayt tamaziγt Jadis, la langue amazighe était unifiée; pour
tella teddukel ; γef waya, amawal-is cela, son vocabulaire était constitué de
yella yettwasker s yimazraren séries dérivationnelles riches en dérivés.
imsuddimen yenkelwin aṭas s Mais, à cause de la pression qu’ont exercée
sur tamazight certaines langues,
yisuddimen. Maca, s tsebbiwt n
particulièrement l’arabe, ces liens-là qui lient
tussda gant γef tmaziγt kra n les mots les-uns aux autres dans la même
tutlayin, ladγa taεrabt, gezmen série se sont brisés ; ainsi, le système qui
yemγunen-nni yeqqnen awal γer unifiait jadis la langue amazighe est-il
wayeḍ deg yal amazrar; s wakk-a, partiellement détruit et des dialectes
yerreẓ wamuri unagraw yezdin zik commencent-ils à se former et à se
tamaziγt, sakkin bdant tentaliwin la distinguer petit à petit jusqu’à ce qu’ils
d-ttbanent d la ttemgarradent imik deviennent comme on les voit de nos jours.
s imik armi uγalent am akk-a tent-
Donc aujourd’hui, si l’on veut rapprocher un
nettwali ass-a.
tant soit peu ces dialectes, il faudrait
reconstruire les séries rompues avec des
Ihi ass-a, ma nra ad d-nsiẓ, xerṣum mots amazighs tels qu’ils étaient prononcés
kra, yal tantala γer ultma-s, yessefk dans tamazight ancienne. Cette méthode-ci
ad nales i tmeṣkiwt n yimazraren- est conseillée surtout à tout chercheur dans
nni s wawalen imaziγen akk-n le domaine de la lexicographie amazighe.
ttwameslayen deg tmaziγt taqburt.
Tarrayt-a telha ladγa i kra n win Voici donc ci-dessous la méthode que nous
yellan d amnaday deg taγult n appliquerons dans l’organisation des mots ;
useknawal amaziγ. l’Astérix (*) qui précédera un mot indique la
néologie.
Hattan dγa ikessar-a tarrayt ara
neḍfer deg usuddes n wawalen ;
tatrit (*) ara yezwiren awal temmal
tasnulfugurit.

Aẓar: Racine :
A. amyag → 1) amyag amagnu → a) n tigawt A. verbe → 1) verbe ordinaire → a) d’action
– b) n waddad – 2) amyag uxliḍ - 3) amyag b) d’état – 2) verbe mixte – 3) verbe
uddis – 4) aswaγ → a) n umyag amagnu – b) composé – 4) factitif → a) du verbe ordinaire
n uttwaγ – 5) attwaγ → a) n umyag amagnu – b) du passif – 5) passif → a) du verbe
– b) n uswaγ – 6) amyaγ → a) n umyag ordinaire – b) du factitif – 6) réciproque → a)
amagnu – b) n uswaγ. du verbe ordinaire b) du factitif.
B. isem → 1) isem amagnu – 2) isem uddis – B. nom → 1) nom ordinaire – 2) nom
3) isem n tigawt aswaγ – 4) isem n tigawt composé – 3) nom d’action causatif – 4)
attwaγ – 5) isem n tigawt n uttwaγ aswaγ – nom d’action passif – 5) nom d’action du
6) isem n wallal – 7) isem n umeggay – 8) passif causatif – 6) nom d’instrument – 7)
aramyag. nom d’agent – 8) déverbatif.
C. arbib → 1) analaw – 2) anabaw. C. adjectif → 1) positif – 2) négatif.
D. amernu → 1) analaw – 2) anabaw. D. adverbe → 1) positif – 2) négatif.
E. tanzeγt. E. préposition
Imedyaten :

GM :
A. (1/a) gmu (pousser, croître) – (4) segmu, segmi (faire pousser / croître, élever
des animaux) ; sgem (pousser, donner des branches) – (5/a) *nnegmu
(devenir grand) – (5/b) * ttwasegmu (ê. élevé en parlant d’animaux).
B. (1) tagmawt (croissance, épanouissement) ; tagemmi (place où poussent des
plantes, jardin) – (3) asegmu, asegmi (fait de faire croître, de faire élever) ;
asgam (fait de croitre) – (7) *amsegmaw (éleveur) – (8) isigem (bébé) ;
isegmi (jeune pousse)1

SL :
A. (1/a) sel (entendre) – (4) *sesl (faire entendre) – (5/a) ttwasel (ê. entendu) –
(6/a) myesl (s’entendre mutuellement) – (6/b) msesl (se faire entendre
mutuellement).
B. (1) timesliwt (entente) ; tamsislit (phonétique) – (2) tasniselt, tasenmeslit
(phonologie) ; amesladday (phonème) ; *imesliw-imeẓriw (l’audio-visuel) –
(7) *amesla (entendeur, auditeur).
C. (1) *amettwasell (audible), imsisli, *amsislan (phonétique) ; asenmesli,
*asniselan, *asenmeslaw (phonologique) – (2) *armettwasell (inaudible).
D. (1) *msislani (phonétiquement) ; *sniselani, *senmeslawi
(phonologiquement).

ḌFR :
A. (1/a) ḍfer (suivre) – (4) seḍfer (faire suivre) – (5/a) ttwaḍfer, *ttuneḍfer (ê.
suivi) – (5/b) ttuseḍfer (se faire suivre par qlq) – (6/a) myeḍfar (se suivre) –
(6/b) mseḍfar (se faire suivre mutuellement).
B. (1) *taḍfert (suite) ; *aḍeffar (suiviste) – (3) aseḍfer (fait de faire suivre, *le
suivi) – (4) attwaḍfer (fait d’être suivi) – (7) ameḍfar (suiveur, *disciple).
C. ḍeffer, deffer, deffir (derrière).

S tarrayt-a, yezmer umnaday ad d-yaf Par cette méthode, le chercheur pourra


anida yegzem umazrar amsuddim akken découvrir où se situent les lacunes dans
ad yales tuqqna-s s wawalen inekẓen chaque série dérivationnelle afin qu’il puisse
ara d-yerḍel seg tentaliwin niḍen, neγ les combler soit par des emprunts aux
autres dialectes amazighs, soit par la
ara d-yesnulfu s usuddem. S wakk-a
création de nouveaux mots par le procédé
dγa, nezmer ad nekki deg usebγer n de dérivation. Ainsi, l’on pourra contribuer à
tutlayt-nneγ akken imaslayen-is ad l’enrichissement de notre langue afin que
izmiren ad d-ssenfalin yes-s s teshelt. ses locuteurs puissent s’exprimer aisément.

_______________________
1. Гef yirem-a, walit Chaker (1991, p 198)