Anda di halaman 1dari 23

13/06/2013

Phyllosilicates : généralités

Phyllosilicate : silicate en feuillet

Différence entre phyllosilicate et argile ?


Argile = phyllosilicate de taille < 2µm
Argiles et phyllosilicates
Les phyllosilicates présentent une particularité : leur structure est
organisée en plans successifs (à toute échelle)

Phyllosilicates : généralités Phyllosilicates : généralités

Les argiles et le cycle géologique


Elles sont partout !!!!

d’après Eslinger &


Peaver (1988)
D’après Eslinger & Peaver (1988)

Phyllosilicates : structures Phyllosilicates : structures

La couche tétraédrique
Silicates en couches de tétraèdres ou phyllosilicates

Les phyllosilicates : composés de la juxtaposition de couches de tétraèdres et Structure idéale


d’octaèdres empilées les unes sur les autres → couches lamellaires (feuillets)
Les feuillets doivent être électriquement neutre

La couche tétraédrique :

Polymérisation
couche tétraédrique
chargée 6-

1
13/06/2013

Phyllosilicates : structures Phyllosilicates : structures

La couche octaédrique Empilement des couches

Octaédriques Tétraédriques

Couche octaédrique chargée 6+

Feuillet trioctaédrique Feuillet dioctaédrique


Cations divalents (Mg, Fe) Cations trivalents (Al, Fe)

3 sites possibles et 2
répartitions des octaèdres
Brucite
2 sites occupés sur 3 Mg (OH)2 Tridymite
3 sites occupés sur 3 possibles
(par ½ maille)
possibles (par ½ maille) SiO2
=> un site vacant

Phyllosilicates : structures Phyllosilicates : structures

Empilement des couches Le feuillet TO ou 1:1

Couche tétraédrique
couche octaédrique
chargée 6+
3 sites possibles Couche octaédrique

couche tétraédrique
chargée 6- (Si2O5)2- (OH)4 Mg3 ou Al2

Phyllosilicates : structures Phyllosilicates : structures

Le feuillet TO ou 1:1 Le feuillet TOT ou 2:1


Le minéral est constitué par l’empilement des feuillets

d(001) = 7,2 Å
Couche tétraédrique
Couche Tétraédrique
Feuillet TO Couche octaédrique
Couche Octaédrique
Espace interfoliaire
Couche tétraédrique
Couche Tétraédrique
Feuillet TO
Couche Octaédrique
Liaisons fortes iono-covalentes
Espace interfoliaire feuillet électriquement neutre
Couche Tétraédrique
Feuillet TO (Si4O10)4- (OH)2 Mg3 ou Al2
Couche Octaédrique

2
13/06/2013

Phyllosilicates : structures
Les argiles TO
Le feuillet TOT ou 2:1
Le minéral est constitué par l’empilement des feuillets

Couche Tétraédrique

Couche Octaédrique Feuillet TOT


d(001)
Couche tétraédrique

Espace interfoliaire
Couche Tétraédrique
d(001) = 9,36 Å Feuillet TOT
Couche Octaédrique

Couche tétraédrique
Liaisons interfoliaires
Espace interfoliaire Van der Waals
Couche Tétraédrique

Couche Octaédrique Feuillet TOT


Couche tétraédrique

(Si4O10) (OH)2 Mg3

Phyllosilicates : structures des TO Phyllosilicates : structures des TO

feuillet TO dioctaédrique (Si2O5)2- (OH)4 Al2


Kaolinite
d(001) = 7,2 Å

feuillet TO trioctaédrique (Si2O5)2- (OH)4 Mg3


Serpentine

Phyllosilicates : structures des TO

(i) Phyllosilicates TO Alumineux : les kaolins


Kaolinite Si2 O5 (OH)4 Al2
Dickite
Nacrite

Halloysite Si2O5 (OH)4 Al2 , 2(H2O)

(ii) Phyllosilicates TO Magnésiens : les serpentines


Lizardite Si2 O5 (OH)4 Mg3
Chrysotile
Antigorite

3
13/06/2013

Phyllosilicates : structures des TO Phyllosilicates : structures des TO

Enroulé ?

Des tubes et des sphères

Sphérique...

Plates avec les


bords relevés ?

Phyllosilicates : structures des TO Phyllosilicates : structures des TO

(i) les substitutions isomorphiques homovalentes  Mg2+ par Fe2+


(iii) Phyllosilicates TO Ferrifères :
le minéral reste électriquement neutre

Phyllosilicates TO Ferriques  Si2 O5 (OH)4 Fe3+2


Ferrikaolinite (hypothétique) (ii) les substitutions isomorphiques hétérovalentes  Si4+ par Al3+
Hisingérite (Minéral courbe « oignon », TOT pour certains)  Si4+ par Fe3+
le minéral présente un déséquilibre électrique
Phyllosilicates TO Ferreux  Si2 O5 (OH)4 Fe2+ 3
Serpentine ferreuse : Greenalite ?
Équivalant TO de la Minnésotaïte Localisation des substitutions :
Minéral synthétique (Jasmund et al., 1975) (i) les substitutions tétraédriques  Si4+ par Al3+ ou par Fe3+
 Si4+ par Ge4+
(ii) les substitutions octaédriques  Mg2+ par Fe2+
 Mg2+ par Al3+ ou par Fe3+
 Charge du feuillet d’origine tétraédrique et/ou octaédrique

Phyllosilicates : structures des TO Phyllosilicates : structures des TO

Déficit de charge Déficit de charge


Berthièrine
Substitution isomorphique d’un Si 4+ par un Al 3+
Si2-x Alx O5 (OH)4 R2+a R3+b c
avec a + b + c = 3 b – x = 2c x varie de 0,45 à 0,9
(Si2O5)2- (OH)4 Mg3 (Si Al O5)3- (OH)4 Mg3 R3+ : Al majoritaire, de 0,37 à 1,03
3+
Fe de 0,01 à 0,27
Serpentine R2+ : Fe2+ majoritaire de 1,33 à 1,84
7– 6+ Mg2+ de 0,08 à 0,66
Déficit de charge = 1 : de 0,04 à 0,27
Contrairement au TOT, impossibilité d’insertion d’un cation compensateur
interfoliaire
 Nécessité de créer une substitution couplée
Odinite Si 1,85 Al0,15 O5 (OH)4 R2+1,05 R3+1,35 0,6
Si4+  Al3+ en couche tétraédrique  Déficit de charge
Mg2+  Al3+ en couche octaédrique  Excédent de charge avec R3+ essentiellement Fe et R2+ essentiellement Mg

(Si Al O5)3- (OH)4 Al Mg2 Amésite

4
13/06/2013

Phyllosilicates : structures des TO Phyllosilicates : structures des TO

Gîtologie des Kaolins


cas idéalisé de l’altération d’un granite

pp pp pp précipitations
Solutions très diluée
(milieu peu confinés)
hydroxydes Al (gibbsite)
Front
d’altération IA A
I Succession verticale de Horizonation Oxydes et hydroxydes Fe
Progression
minéraux primaires et liée à la nature
de
IIB B
II secondaires : début de
l’altération différentiation en
des phases
« horizons » secondaires Argiles type kaolinite 1:1
C
III
Argiles type smectite 2:1
Stade 1 Stade 2 Stade 3

Solutions concentrées Équilibre avec le granite


Approfondissement
Effet du temps … Horizonation (milieu confiné)
Perte de matière : eaux de surface

5
13/06/2013

Phyllosilicates : structures des TOT


Les argiles TOT
(Si4O10)4- (OH)2 Mg3 Talc

Substitution isomorphique d’un Si 4+ par un Al 3+


(Si3 Al O10)5- (OH)2 Mg3 K Phlogopite (Mica)

7– 6+ K = cation compensateur
cation interfoliaire

Charge = - 1 1+
du feuillet

Un minéral est électriquement neutre, donc ajout d’un cation


compensateur de charge dans l’espace interfoliaire

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

De façon plus générale :

(Si4-x Al x O10) (OH)2 Mg3 Nax


Avec x est le montant de la charge du feuillet
 Classification des TOT en fonction de x

Charge Nature de Minéraux types


Sous-groupe
(par demi maille) l'interfoliaire Dioctaédrique Trioctaédrique
Pyrophyllite Talc
~0 vide
Si4 O10 (OH)2 Al2 Si4 O10 (OH)2 Mg3
Montmorillonite-Beidellite Saponite
0,3 à 0,6 cation hydraté SMECTITES
Si3.5 Al0.5 O10 (OH)2 Al2 Na0.5 Si3.6 Al0.4 O10 (OH)2 Mg3 Ca0.2
Vermiculites dioctaédriques Vermiculites trioctaédriques
0,6 à 0,9 cation hydraté VERMICULITES
Si3.2 Al 0.8 O10 (OH)2 Al2 Mg0.4 Si3.3 Al0.7 O10 (OH)2 Mg3 Ca0.35
Illite / Glauconite
0,8 à 0,9 K ILLITE
Si3.15 Al0.85 O10 (OH)2 Al2 K0.85
Muscovite / Céladonite Phlogopite
1 K MICAS
Si3 Al O10 (OH)2 Al2 K Si3 Al O10 (OH)2 Mg3 K
Margarite Clintonite
2 Ca MICAS DURS
Si2 Al2 O10 (OH)2 Al2 Ca Si2 Al2 O10 (OH)2 Mg3 Ca

Phyllosilicates : structures des TOT

Smectite [Si4-x (Al,Fe3+) O10] (OH)2 (Al,Fe3+)2 Nax

x varie de 0,3 à 0,6

d(001) = 12 Å à 14 Å

6
13/06/2013

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

Smectite Smectite

La garniture interfoliaire est constituée d’alcalins (Na, K, Cs, Rb) et


d’alcalino-terreux (Ca, Mg, Sr)

Les cations interfoliaires sont échangeables

La capacité d’échange cationique (C.E.C.) est de 100 à 150 meq/g ce


qui est à peu près du même ordre que les résines échangeuses d’ions

Certains cations interfoliaires sont hydratables


K  pas d’hydratation  d(001) = 10 Å
Na  Hydratation à « 1 couche d’eau »  d(001) = 12 Å
Ca & Mg  Hydratation à « deux couche d’eau »  d(001) = 14 Å

Gonflement des smectites


Smectites = argiles gonflantes

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

Smectite Smectite
Processus de deshydratation/réhydratation
Hydratation du cation interfoliaire
30 120
Réhydratation
40
100
50

Température (°C)
Humidité (%)

60
80

70

60
80

90
40
100 Déshydratation

110 20
17 16 15 14 13 12 11
Distance interlamellaire (A)

Ce phénomène de déshydratation est réversible (Montmorillonite calcique)

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

Effet du gonflement des smectites sur une habitation Smectite


 2ème coût de l’assurance habitation (après inondations)
Smectite dioctaédrique Smectite trioctaédrique

Beidellite
Charge Si3,5 Al0,5 O10 (OH)2 Al2 Na 0,5
Saponite
tétraédrique
augmentation de la charge

Si3,5 Al0,5 O10 (OH)2 Mg3 Ca 0,25


Nontronite
Si3,5 Fe3+0,5 O10 (OH)2 Fe3+2 Na 0,5

Stévensite

Charge Montmorillonite Si4 O10 (OH)2 Mg2,5 0,5 Na 0,5


octaédrique Si4 O10 (OH)2 Al1,5 Mg0,5 Ca 0,25
Hectorite
Si4 O10 (OH)2 Mg2,5 Li0,5 Ca 0,25

7
13/06/2013

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

Vermiculite [Si4-x (Al,Fe3+) O10] (OH)2 (Al,Fe3+)2 Mg 1/2 x Illite / glauconite = micas déficitaires
Avec x varie de 0,6 à 0,9 Illite : Si3.15 Al0.85 O10 (OH)2 Al2 K0.85

d(001) = 9,8 Å
Illite

Gisements de vermiculites formés par l’action des eaux sur des micas de biotite et
phlogopite, se retrouve dans des massifs de roches basiques ou ultrabasiques

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

Micas Si3 Al1 O10 (OH)2 Al2 K 1 Muscovite

Les micas sont des phyllosilicates et ne


sont pas compris dans les argiles …

Structure
de la
muscovite

Phyllosilicates : structures des TOT Phyllosilicates : structures des TOT

Micas Micas Si3.85 Al0.15 O10 (OH)2 (Fe2+, Fe3+, Mg, Al )2 K1


Céladonite

Seul mica appartenant au groupe des argiles

Altération de basalte (associée à la nontronite ou à la saponite)


Rieder et al. (1998) Nomenclature of Micas, Canadian mineralogist, v. 36

8
13/06/2013

Phyllosilicates : structures des TOTO


Les argiles TOTO : Les Chlorites
Feuillet
« Talc »
Chargé -1 Feuillet
d(001) = 14 Å chlorite
Feuillet
« brucite »
Chargé +1

Phyllosilicates : structures des TOTO Phyllosilicates : classification générale

Dioctaédrique / Dioctaédrique Dioctaédrique / Trioctaédrique Trioctaédrique / Trioctaédrique

Dombassite Sudoïte Clinochlore Argiles 1:1 Argiles 2:1 Argiles 2:1:1


(Si3 Al) O10 (OH)2 Al2 (Al2 Mg0.5 ) (OH)6 (Si3 Al) O10 (OH)2 Al2 (Mg2 Al) (OH)6 (Si3 Al) O10 (OH)2 Mg3 (Mg2 Al) (OH)6
ou TO ou TOT ou TOT + O
Cookeïte Chamosite
(Si3 Al) O10 (OH)2 Al2 (Al2 Li) (OH)6 (Si3 Al) O10 (OH)2 Fe2+3 (Fe2+2 Al) (OH)6

Pennantite
7 mm (Si3 Al) O10 (OH)2 Mn2+3 (Mn2+2 Al) (OH)6 Smectites Micas Vermiculites Chlorites
Alumineuses :
Nimite Kaolinite,
(Si3 Al) O10 (OH)2 Ni3 (Ni2 Al) (OH)6 nacrite, dickite, Montmorillonite, Illite, Tri- or di- Sudoïte,
halloysite beidellite, muscovite, vermiculite chamosite
Baileychlore
(Si3 Al) O 10 (OH)2 Zn3 (Zn2 Al) (OH)6 Magnésiennes: saponite, ... biotite, … ,…
serpentine,
chrysotile,… Fonction de la charge du feuillet
Les différentes chlorites
Sans substitutions 2:1 avec une couche
octaédrique interfoliaire
Pyrophyllites (Al)
Talc (Mg)
Clinochlore (+ Andradite)

Phyllosilicates : argiles fibreuses


Les argiles fibreuses Sépiolite

Inversion des tétraèdres

9
13/06/2013

Phyllosilicates : argiles fibreuses Phyllosilicates : argiles fibreuses

Palygorskite
Sépiolite

Phyllosilicates : les interstratifiés


Les interstratifiés
Les différentes entités décrites précédemment ont des dimensions différentes suivant l’axe c
mais voisines dans les autres plans (plan ab d’allongement des feuillets) autorisant
l’empilement de ces feuillets de nature différente dans un assemblage dit « interstratifié »
Les interstratifiés les plus communs

Illite/Smectite : I/S
Kaolinite/Smectite : K/S
Chlorite/Smectite : C/S
Talc/Chlorite
Chlorite/Serpentine
Mica/Vermiculite

Interstratifié lizardite/chlorite/brucite/talc

Phyllosilicates : les interstratifiés Phyllosilicates : les interstratifiés

Les interstratifiés
Interstratifié ordonné (R:1) à structure tri périodique
Association au sein d’un même cristallite de feuillets de nature différente.

cookéite
14Å
Feuillet Talc paragonite
9,6Å

Interstratifié Feuillet Chlorite


Talc/Chlorite

Feuillet Talc la saliotite: un minéral

10
13/06/2013

Phyllosilicates : les interstratifiés Phyllosilicates : les interstratifiés

Illite : 10Å
Smectite-EG : 17Å

Phyllosilicates : les interstratifiés Phyllosilicates : les interstratifiés

Interstratifié régulier : Surstructure


Interstratifié régulier Talc/Chlorite  d(001) = 23,4 Å
23,4 Å = 9,4 Å + 14 Å
Talc Chlorite

Interstratifié irrégulier : pas de Surstructure


Interstratifié irrégulier Talc/Chlorite  d(001) = ½ 23,4 Å = 11,7 Å
11,7 Å = ½ (9,4 Å + 14 Å )
Talc Chlorite

Phyllosilicates : les interstratifiés Phyllosilicates : les interstratifiés

MET Corrensite

11
13/06/2013

Phyllosilicates : propriétés Phyllosilicates : propriétés

La plasticité

plasticité

Il lissa l’argile avec les mains, en forme de tablettes, et il y


déposa les paroles ; jusque-là, personne n’avait déposé des
paroles sur l’argile.
Enmerkar et le seigneur d’Aratta, poème épique.

Phyllosilicates : propriétés Phyllosilicates : propriétés

Capacité d’adsorption d’eau et de gonflement : argiles gonflantes


Matériaux lamellaires possédant des propriétés dues à :
(i) Leur forme (plan 001) et leur surface spécifique
(ii) Leur capacité de gonflement et d’adsorption : eau, cations…
(iii) Leurs plasticité

Surface spécifiques : surface totale par unité de masse du produit accessible


aux atomes et aux molécules (importantes en raison de leur petite taille)

Conséquences 

d’après La Nature (1981)

Phyllosilicates : propriétés Phyllosilicates : propriétés

Effet du gonflement des smectites sur une habitation L’adsorption


Pour deux raisons essentielles :
 2ème coût de l’assurance habitation (après inondations) (i) Matériaux finement divisés
(ii) Matériaux pseudo-bidimentionnel
argile-A + B+ ↔ argile-A,B + B+ + A+ ↔ argile-B + A+
La capacité d’échange cationique (CEC) :
mesure la capacité d’une argile à échanger
des cations. Elle dépend de la charge totale.

d’après Eslinger & Peaver (1988)

12
13/06/2013

Etude des phyllosilicates

La séparation des argiles

La décantation par gravité est régie par la Loi de Stokes

2gr 2 (r s - r l )
Etude des argiles V=
9h
V = vitesse de chute (cm/sec)
g = accélération de la pesanteur (980 cm/sec2)
r = rayon d’une particle sphérique (cm)
rs = densité de la particle (g/cm 3)
rl = densité du liquide (g/cm 3)
h = viscosité du liquide (poise)

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

ATD-TG Aluminosilicate de Ca (+spinelle)

Mélange kaolinite -
calcite

Avant Après

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Infra rouge à transformée de Fourier (IRTF) Infra rouge à transformée de Fourier (IRTF)

13
13/06/2013

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

 la Diffraction des Rayons X

goniomètre

Géométrie du système ????


Loi de Bragg 2d(hkl)sinQ =nl

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Contrairement aux autres minéraux : Par contre, la d(001) diffère pour les argiles
Utilisation limité des DRX Poudres
Talc / pyrophyllite d(001) = 9,3-9,4 Å
Pourquoi ?
Smectites d(001) = 12 - 15 Å
Vermiculites d(001) = 14 Å
Toutes les argiles présentent pratiquement la même structure dans le plan
(a-b) Illite d(001) = 9,8 Å
Sauf : (060) ou (06,33) → caractère di ou trioctaèdrique Micas d(001) = 10 Å
Chlorites d(001) = 14 Å
Argiles TO d(001) = 7,2-7,3 Å
Sépiolite d(001) = 12 Å

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Préparation Préparation
d’une lame orientée d’une lame glycolée

14
13/06/2013

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Problème 1

kaolinite talc illite kaolinite talc illite


7Å 9.3Å 10Å 7Å 9.3Å 10Å

3.5Å 4.6Å 5Å 3.5Å 4.6Å 5Å

Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta

Difficile de conclure…
vermiculite smectite chlorite vermiculite smectite chlorite
14Å 14Å 14Å 14Å 14Å 14Å

7Å 7Å 7Å 7Å 7Å 7Å

Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates


Problème 2
SOLUTION : traitements des argiles
Mélange de 3 phases • Chauffage à 550°C : fermeture des feuillets
kaolinite smectite chlorite

• Glycolage (spray d’éthylène glycol) : gonflement
14Å 14Å

3.5Å 7Å 7Å Les argiles ne réagissent pas de la même manière à ces différents traitements

Degrés 2 théta Degrés 2 théta Degrés 2 théta

Échantillon : kaolinite + chlorite + smectite…

14Å
Comment savoir si c’est réellement un

mélange ou une phase 2:1 pure ?

Degrés 2 théta
Toujours difficile de conclure

Etude des phyllosilicates

• Chauffage à 550°C : fermeture des feuillets


• Glycolage (spray d’éthylène glycol) : gonflement

kaolinite


3.5Å
Perte de cohérence :
DRX « plat »

Pas de variation

Degrés 2 théta

15
13/06/2013

Etude des phyllosilicates

Talc

Pas de variation
9.3Å

4.6Å

Degrés 2 théta

Etude des phyllosilicates

illite

Pas de variation
10Å

Degrés 2 théta

Etude des phyllosilicates

smectite

10Å

17Å 5Å
14Å

8.5Å 7Å

Degrés 2 théta

Gonflement à 17Å à l’éthylène glycol


Fermeture à 10Å après chauffage à 550°C

16
13/06/2013

Etude des phyllosilicates

vermiculite

10Å

15Å

14Å 7.5Å

Degrés 2 théta

Gonflement à 15Å à l’éthylène glycol


Fermeture à 10Å après chauffage à 550°C

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

chlorite

14Å

Degrés 2 théta

Pas de variation

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Illite : 10Å
Smectite-EG : 17Å

17
13/06/2013

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Caractérisation des différents types d’argiles : la DRX sur lame orientée Identification des phases argileuses en DRX : EXEMPLE

d (001) sur lame orientée


Type d’argile Chauffage
Normal Glycol 500°C 1) Préparation séchée à l’air (AD) : pic à 15
Å  présence de smectite et/ou vermiculite
Kaolinite 7.2 Å 7.2 Å - (et/ou chlorite)
TO Halloysite 10 Å 10.8Å -
Serpentine 7.2 Å 7.2 Å 7.2 Å 2) Préparation à l’éthylène glycol (EG) : pic à
17 Å  présence de smectite
Pyrophyllite 9.3 Å 9.3 Å 9.3 Å
Talc 9.3 Å 9.3 Å 9.3 Å 3) Préparation chauffée (300°C) :
pic à 10 Å  présence de smectite
Smectites 12 Å - 15 Å 16 Å - 18 Å 10 Å pic à 14 Å  présence de chlorite
TOT
Vermiculite 14 Å 14 Å 10 Å
Illite 9.8 Å 9.8 Å 9.8 Å 4) Préparation chauffée (550°C) : plus de pic
à 7 Å  présence de kaolinite
Micas 10 Å 10 Å 10 Å
TOTO Chlorite 14 Å 14 Å 14 Å

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Lame orientée
14.39 Å
Utilisation des diffractogrammes de poudres

7.32 Å

12.10 Å
7.82 Å - Minéralogie
Lame Chauffée 500°C
9.98 Å - Turbostratisme
- di ou trioctaèdrique
10.28 Å

4 6 8 10 12 14 10.86 Å
° 2O Co K
Alpha
14.06 Å
11.67 Å
7.26 Å
9.71 Å
13.98 Å
7.61 Å
11.90 Å
4 6 8 10
° 2O Cu KAlpha

9.99 Å

4 6 8 10 12 14
° 2Q Cu K
Alpha

18
13/06/2013

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates

Etude des phyllosilicates Etude des phyllosilicates


Altération continentale d’un granite en climat tempéré
Les diffractogrammes des rayons X en lames orientées (avec traitements éthylène glycol et chauffage) de 2
échantillons A et B sont reportés ci-dessous. Le diffractogramme A représente la minéralogie des phyllosilicates dans
un échantillon de granite, l’échantillon B correspond à ce même granite après altération. Après avoir déterminés les
phases, concluez brièvement sur les phénomènes mis en jeu.

Naturel
A B
10.05
Éthylène glycol 14.30
9.98
Chauffé 550°C
16.90
4.98 4.98 15.30
7.30
14.30
7.30
7.14

22 16 10 4 22 16 10 4

°2θ CuK °2θ CuK

Argilogénèse Argilogénèse

Les argiles et le cycle géologique Argilogénèse ou origine des minéraux argileux


Elles sont partout !!!! Les modes de formation des minéraux argileux nous renseignent sur :
• les conditions d’altération ou niveau de la source (paléoclimatologie)
• les conditions de transport (paléoocéanographie)
• les conditions géochimiques environnementales (origines)
• la localisation des gisements

d’après Eslinger & Peaver (1988) d’après Velde (1995)

19
13/06/2013

Argilogénèse Argilogénèse

Les argiles des milieux sédimentaires : héritage Les argiles des milieux sédimentaires : héritage

Mise en suspension

Argiles

Limons

Apports éoliens Sables

Limite eau douce – eau salée

Transport en suspension

dépôt

Grano-classement estuarien
d’après Velde (1995)
Adapté de Eslinger & Peaver (1988)

Argilogénèse Argilogénèse

Les argiles des milieux sédimentaires : héritage Les argiles des milieux sédimentaires : héritage

Transport des argiles : variation latérale de la minéralogie en fonction de la


distance de transport

kaolinite

illite

Smectite ou interstratifiés

chlorite Erosion physique des roches acide avec


adaptélimitée
altération chimique de Velde (1995)

Direction de transport des sédiments Kaolinite : contrôle climatique Illite : érosion physique croissante des roches
acide avec ralentissement de l’hydrolyse
Smectite : distribution confuse due
à l’altération et l’authigenèse Chlorite : érosion physique des roches acide
Adapté de Eslinger & Peaver (1988) avec altération chimique limitée

Argilogénèse Argilogénèse

Les argiles des milieux sédimentaires : héritage Les argiles des milieux sédimentaires : néoformation

Formation in situ d’argile, elles sont peu abondante dans le conditions sédimentaires
kaolinite

Tropique distribution totale

Distribution minéralogique et
granulométrique des matières
particulaires dans différentes
rivières
Montagne
→ Influence du climat et du relief
→ Distributions totales différentes

Amazone

Diamètre des particules


d’après Weaver (1989) d’après Velde (1995)

20
13/06/2013

Argilogénèse Argilogénèse

Diagenèse et faible métamorphisme : transformation et néoformation Diagenèse et faible métamorphisme : transformation et néoformation
Réactivité
Phénomène de Minéraux Minéraux Minéraux Minéraux
très réactifs moins réactifs peu réactifs non réactifs
diagenèse :
transformation d’un Smectite, Quartz, feldspath-K,
vermiculite, biotite, muscovite,
sédiment en roche kaolinite, silice pyroxène, amphibole,
glauconite Grenat, zircon,
magnétite
amorphe, sépiolite, berthiérine
palygorskite, zéolite

60 - 80°C

Temps × température
Montmorillonite, kaolinite Zone de persistance des
Diagenèse : toutes les minéraux sédimentaires
modifications physiques et
chimiques qui se produisent Interstratifiés I/S,
kaolinite
dans un sédiment après son
dépôt et avant le Zone de disparition des
minéraux sédimentaires
métamorphisme
Illite, chlorite, dickite
180 -210°C
Métamorphisme de très faible grade

Adapté de Meunier (2003)

Argilogénèse Argilogénèse

Diagenèse et faible métamorphisme : transformation et néoformation Diagenèse et faible métamorphisme : transformation et néoformation
Argiles Cristallinité de l’illite

Interstratifiés I/S % smectite dans les I/S


100 50 0
Illite
0
1000 Chlorite
Bassin de Pologne
Kaolinite
Bassin de Douala
Profondeur (m)

Evolution de la composition des


Température (°C)

2000 assemblages argileux dans une série


jurassique de 4000m d’épaisseur en France
100
→ Disparition de la kaolinite vers 3000 m et de Mer du Nord
la smectite vers 3500 m
3000

220
Adapté de Chamley (1989)
4000 Adapté de Meunier (2003)

Argilogénèse Argilogénèse

Argiles des sols : transformation et « néoformation » Hydrolyse des argiles


Dans des conditions environnementales stables, les 2 processus d’altération (physique et Réaction chimique entre un sel et de l’eau pour former une base et un acide : départ
chimique) peuvent se combiner : des ions les plus mobiles (Na, K, Ca, Mg, Sr) puis les éléments de transition (Mn, Cu,
fragmentation des roches mères  percolation d’eau modifiant la structure et la composition Ni, Co, Fe) puis Si. L’Al est l’élément le moins mobile
de la roche mère  développement des horizons de sol

% argile

Argile > roche

Roche > argile

Exemple d’hydrolyse en climat tempéré humide (d’après


Chamley, 1989)

21
13/06/2013

Argilogénèse Argilogénèse

Les différents stades de l’hydrolyse


Facteurs favorisant l’hydrolyse :

a) Abondance de minéraux solubles


b) Composition de la roche (évaporites > carbonates > silicates)
c) Petite taille des minéraux
d) Présence d’acides organiques (activité bactérienne)
e) Conditions de drainage
f) Humidité et température (accélérateur de réaction)

QUID : végétation

L’intensité de l’hydrolyse donne des minéraux de moins en moins riches en cations

Drainage peu intense : bisiallitisation (smectites)


Drainage moyen : monosiallitisation (kaolinites)
Drainage intense : allitisation (minéraux secondaires = oxydes)

Argilogénèse Argilogénèse

Les 3 modes de formation des constituants minéraux : héritage – transformation -


néoformation

Argilogénèse Argilogénèse

22
13/06/2013

Argilogénèse Argilogénèse

Paramètres contrôlant le degré d’altération


• climat (température, humidité, alternance saisonnière)  rôle sur l’hydrolyse
• relief : degré de drainage et de confinement
• nature de la roche mère  séquences minérales formées Forêt
équatoriale
• temps : durée des processus
Forêt
tempérée

désert

Profondeur du sol
D’après Beauchamp (2002) D’après Velde (1995)

Argilogénèse Argilogénèse

Influence du climat et du substrat (roche mère) Influence du temps

Roches magmatiques acides de Roches magmatiques basiques de


Californie (Weaver, 1989) Californie (Weaver, 1989)

D’après Protz et al. (1984) et Righi et


Meunier (1995)

23