Anda di halaman 1dari 5

 Dosage des ions chlorure présents dans une eau

Par la méthode de Mohr


1. Introduction :
L'eau contient toujours de chlorures, mais en proportion très variable. Ainsi, les eaux provenant
des régions granitiques sont pauvres en chlorures, alors que les eaux des régions sédimentaires
en contiennent d'avantage. D'ailleurs, la teneur en chlorures augmente avec le degré de
minéralisation d'une eau.
2. Principe de dosage :
Les chlorures (CL-) sont dosés en milieu neutre par solution titrée de nitrate d'argent (AgNO3)
en présence de chromate de potassium (K2CrO4). La fin de la réaction est indiquée par l'apparition
de la teinte rouge caractéristique du chromate d'argent.
3. Mode opératoire :
1. Mesurer avec la fiole jaugée 50 ml d’eau à analyser.
2. Verser dans un erlenmeyer de 250 ml.
3. A l’aide d’une pipette gradué de 0 à 5ml on prend 3ml de chromate de potassium (à 50
g/l). on le verse à l’erlenmeyer qui contient l’eau à analyser.
4. Sur une pipette de 20 ml on prélève 20 ml de solution de nitrates d’argent (de
concentration c = 0,025 mol/l, à conserver à l’abri de la lumière).
5. Dosage de la solution de nitrate d’argent.
6. Agitation avec un agitateur magnétique, jusqu’à l’apparition de la couleur rouge
indique donc la fin du dosage

4. Lecture des résultats :


a) l’eau du robinet
Le volume de tombé de burette qui atteint le point d’équivalent est VTB = 27.3 ml
Dans laquelle on a apparition de la couleur rouge.
 l’équation de la réaction de dosage.

Ag+ + Cl- → AgCl(s)


 la concentration molaire volumique des ions Cl- pour l’eau de robinet :
D'après l'équation de la réaction :
Ag+ + Cl- → AgCl(s) ,
On a à l'équivalence, la relation :
n (Ag+) = n (Cl-)
soit : [Ag+] × Veq = [Cl-] × V
or : D'après l'équation de dissolution du nitrate d'argent, [Ag+] = C = 0.025 mol/L
d'où : [Cl-] = (C × Veq) / V

= (0.025*27.3)/53 = 0.012877 mol/l

 concentration massique volumique :


on a CMassique = Cmolaire * Masse molaire
= 0.012877 * 35.5
= 0.4571 g/l = 457.13 mg/l
Alors la concentration massique du chlorure de l’eau de robinet est de : C = 475.13 mg/l
B) L’eau minérale « Ain atlas »
Le volume de tombé de burette qui atteint le point d’équivalent est VTB = 1ml.
la concentration molaire volumique des ions Cl- pour l’eau de robinet :
On a à l'équivalence, la relation :
n (Ag+) = n (Cl-)
soit : [Ag+] × Veq = [Cl-] × V
or : D'après l'équation de dissolution du nitrate d'argent, [Ag+] = C = 0.025 mol/L
d'où : [Cl-] = (C × Veq) / V

= (0.025*1)/53 =4.716*10-4 mol/l


 concentration massique volumique :
on a CMassique = Cmolaire * Masse molaire
=4.716*10-4 * 35.5
= 0.01674 g/l = 16.74 mg/l
L’étiquettes indique que la teneur en cl- dans l’eau minérale est de 12.42 mg/l, cette différence
dus aux analyses plus précises et /ou matériels très développés utilisé au niveau de l’usine de
« Ain atlas ».
 Le nitrate d’argent est un solide. Combien faut-il peser de nitrate d’argent pour préparer
500 ml de solution de concentration 0,025 mol.l-1 ?
On a n = C/V =M/m
Alors : m(AgNO3) = [Ag+] * V solution * M(AgNO3)
AN: m (AgNO3) = 0,025×0, 5×169, 9 = 2, 12 g.
Donc la masse qu’il faut peser pour preparer 500 ml de solution de concentration est :

m (AgNO3) = 2.12 g
Traitement par floculation/coagulatio.

1. Introduction :
Les substances indésirables les plus difficiles à éliminer dans les eaux naturelles sont celles qui
possèdent une très petite taille (particules colloïdales causant la turbidité) et celles qui sont
dissoutes (matières organiques causant la coloration de l’eau et la formation des trihalométhanes
(THM)).
Ces substances portent habituellement une charge électrique négative qui empêche les
particules de s’agglomérer les unes aux autres pour former des particules plus volumineuses
(flocs) et faciliter leur enlèvement par sédimentation et filtration.
2. Principe :
Il faut déstabiliser les colloïdes (diminution des répulsions électrostatiques) pour augmenter leur
taille et permettre leur décantation.
En ajoutant un réactif chimique de charge opposé (sels de fer ou d’aluminium) qui permet
l’agglomération des colloïdes.

3. Matériels :
 Un floculateur de laboratoire avec 6 agitateurs à hélice entrainés par un moteur électrique
à vitesse variable.
 Bécher de 500 ml.
 Verrerie de laboratoire.
4. Mode opératoire :
1- On remplit 4 flacons par 500 ml d’eau brute.
2- On injecte en quantité croissante le coagulant (chlorure ferrique (FeCl3)), avec une
agitation de 120 tours /min pendant 2 min. (au niveau de la séance de TP On à
injecter pour tous les béchers 2 ml de coagulant, pour que tous les étudiants pouvant
observer la manipulation). Cette partie a pour but de déterminer la concentration
optimale en coagulant (FeCl3).
3- On ajoute 2 ml de floculant (poly électrolyte) dans chaque flacon avec une vitesse
de 40 tours /min pendant 20 min.
4- On note le délai d’apparition des flocs à partir du début de l’agitation lente.
5- On relève les hélices et on laisse décanter pendant 30 min.

Le but de jar-test est de déterminer la concentration optimale en floculant et enfin la vitesse


d’agitation adéquate aux paramètres déterminés en amont (concentration coagulant/floculant
optimal).
Avant d’entreprendre le jar-test, un certain nombre de paramètres doivent être effectuées sur
l’échantillon à traiter :
 Le pH.
 L’oxydabilité
 Turbidité.
 Conductivité.

Pour le choix de la concentration optimal du Coagulant et floculant. Se base au premier lieu sur
l’observation par l’œil nu au bécher le moins turbide de tous les bécher.
Avant le passage au turbidimètre.