Anda di halaman 1dari 232

CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Mars 2017

Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations profondes


sous actions sismiques des bâtiments à risque normal
AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations
profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 2 / 232
Membres du Groupe de Travail
Président Patrick BERTHELOT BUREAU VERITAS
Animateur Michel GLANDY SOFFONS
Secrétaire Michel GLANDY SOLETANCHE-BACHY-PIEUX
Membres rédacteurs
Delphine AUVIGNE A-I-A INGENIERIE
Anne BERGÈRE TERRASOL
Stéphane BRÛLÉ MÉNARD
Nicolas CASENAVE BUREAU VERITAS
Fahd CUIRA TERRASOL
Frédéric DURAND STRUCTURE GEOTECHNICS
Damien FOLLIARD FUGRO
Jean-Robert GAUTHEY SPIE FONDATIONS
Eric JANDEL FONDASOL
Emmanuel JAVELAUD EDF
Sandrine JUSTER LERMITTE ARCADIS
Dominique KUSTER BUREAU VERITAS
Julie MAUCOTEL BOTTE FONDATIONS
Nicolas NAYRAND FRANKI FONDATION/BUREAU VERITAS
Pierre-Alain NAZÉ GEODYNAMIQUE ET STRUCTURE
Dominique NIBEL BOTTE FONDATIONS
Alain PECKER CONSULTANT
Gildas POTIN TRACTEBEL Engie
Alexandre REYNAUD FUGRO
Mathieu ROBY TRACTEBEL Engie
Gurvan SAYER SOCOTEC/CTE
Didrik VANDEPUTTE EDF
Jean-Paul VOLCKE FRANKI FONDATION

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 3 / 232
Ont également participé à la rédaction
Pascal AGUADO APAVE/GEOTEC
Eric ANTOINET ANTEA

Nader ASTHARI APAVE


Luis CARPINTEIRO SOCOTEC

Yves GUILLON CONSULTANT


Serge LAMBERT KELLER
François LARGESSE IMSM
Pierre de LAVERNÉE SOLETANCHE-BACHY
Estelle NARCY KELLER

Olivier PAL EIFFAGE


Olivier PAYANT SOCOTEC
Panagiotis KOTRONIS ECOLE CENTRALE DE NANTES
Léo QUIRIN KELLER
Paul QUISTIN ANCO
Pierre-Eric THEVENIN OXAND

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 4 / 232
SOMMAIRE

AVANT-PROPOS…………………………………………………………………………………………………………………………………………19

1. PRÉAMBULE ......................................................................................................................................... 21

1.1. BASES DU GUIDE .................................................................................................................................... 21

1.2. OBJET DU GUIDE .................................................................................................................................... 21

1.3. SYNOPTIQUE DU DIMENSIONNEMENT ......................................................................................................... 21

1.4. CLASSES DE SOLS .................................................................................................................................... 23

1.5. STRATÉGIE DE CONCEPTION DES BÂTIMENTS................................................................................................. 25

1.5.1. Conception « non dissipative » ou « élastique » ........................................................................... 27

1.5.2. Conception « dissipative » ou « ductile » ...................................................................................... 27

1.6. MODÉLISATION DE L’INTERACTION « BÂTIMENT-FONDATIONS » ...................................................................... 29

1.7. QUELQUES COMMENTAIRES POUR L’APPLICATION DE L’EC8 AU CAS DES FONDATIONS PROFONDES ......................... 30

1.7.1. Rappels concernant la prise en compte de l’EC8 dans la réglementation française ..................... 30

1.7.2. Rappels concernant la prise en compte de l’EC8 sur l’excitation sismique ................................... 31

1.7.3. Rappels concernant la prise en compte de l’EC8 sur la conception parasismique ........................ 32

1.7.4. Prise en compte de l’interaction dynamique sol-structure sur le calcul de la structure ................ 32

2. RETOUR D’EXPÉRIENCE ......................................................................................................................... 32

2.1. OBSERVATION POST-SISMIQUE .................................................................................................................. 33

2.1.1. Séismes en France ......................................................................................................................... 33

2.1.2. Séismes à l’étranger ...................................................................................................................... 34

2.1.3. Campagne expérimentale ............................................................................................................. 42

2.2. CE QU’IL CONVIENT DE RETENIR DU RETOUR D’EXPÉRIENCE.............................................................................. 42

2.2.1. Mécanisme de rupture .................................................................................................................. 42

2.2.2. Causes de ruine ............................................................................................................................. 44

2.2.3. Classifications des sols à l’échelle internationale.......................................................................... 46

2.2.4. Prise en compte de la liquéfaction ................................................................................................ 47

3. EFFETS À CONSIDÉRER POUR LE DIMENSIONNEMENT .......................................................................... 48

3.1. GÉNÉRALITÉS ......................................................................................................................................... 48

3.2. LES PRINCIPES DU CALCUL SISMIQUE ........................................................................................................... 48

3.3. L’ANALYSE PAR FORCES LATÉRALES ............................................................................................................. 49

3.3.1. Conditions d’application ............................................................................................................... 49

3.3.2. Calcul de l’effort horizontal total .................................................................................................. 49

3.3.3. Synoptique de calcul ..................................................................................................................... 50

3.4. L’ANALYSE MODALE SPECTRALE ................................................................................................................. 50

3.4.1. Les masses sismiques .................................................................................................................... 50

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 5 / 232
3.4.2. La raideur de la structure .............................................................................................................. 51

3.4.3. Les modes propres et combinaisons ............................................................................................. 51

3.4.4. A propos du spectre de réponse et de l’Interaction Sol-Structure ................................................. 52

3.4.5. A propos de l’amortissement ........................................................................................................ 53

3.5. LES EFFETS DU SÉISME.............................................................................................................................. 54

3.5.1. Combinaisons d’actions apportées en pied de structure .............................................................. 54

3.5.2. Combinaisons d’actions en tête de fondations ............................................................................. 56

4. PRINCIPES DE CONCEPTION DES PIEUX ................................................................................................. 57

4.1. CONDITIONS AUX LIMITES ......................................................................................................................... 57

4.1.1. Généralités .................................................................................................................................... 57

4.1.2. Prise en compte des diaphragmes ................................................................................................ 58

4.1.3. Conditions en tête ......................................................................................................................... 61

4.1.4. Conditions en pied......................................................................................................................... 63

4.1.5. Synthèse des conditions aux limites .............................................................................................. 64

4.2. CONDITIONS ET CLASSES DE DUCTILITÉ ........................................................................................................ 64

4.2.1. Dimensionnement des fondations pour des structures conçues en DCL ....................................... 64

4.2.2. Dimensionnement usuel des fondations en capacité (DCM)......................................................... 65

4.3. CONDITIONS D’ACTION DU SÉISME VERTICAL ................................................................................................ 65

4.4. PRINCIPES DE MODÉLISATION DE L’INTERACTION DE LA STRUCTURE AVEC LES FONDATIONS .................................... 65

4.4.1. Méthode 1..................................................................................................................................... 66

4.4.2. Méthode 2..................................................................................................................................... 67

4.4.3. Cas particuliers des soutènements................................................................................................ 68

4.4.4. Exemple......................................................................................................................................... 70

4.5. ECHANGES DE DONNÉES ENTRE LE BET STRUCTURES, LE GÉOTECHNICIEN ET L’ENTREPRISE DE FONDATIONS PROFONDES
........................................................................................................................................................... 71

4.5.1. Données à fournir par le BET Structures ....................................................................................... 71

4.5.2. Données à fournir par le Géotechnicien ........................................................................................ 71

4.5.3. Données à fournir par l’Entreprise de Fondations Profondes ....................................................... 73

5. LIQUÉFACTION ET DÉGRADATION CYCLIQUE ........................................................................................ 74

5.1. CAS DU TRAITEMENT DE SOL « ANTI-LIQUÉFACTION » .................................................................................... 74

5.2. CAS SANS TRAITEMENT SYSTÉMATIQUE DE SOL « ANTI-LIQUÉFACTION » ............................................................ 75

5.2.1. Présence de lentilles discontinues ................................................................................................. 75

5.2.2. Présence de couches de faible épaisseur et continues à l’échelle du projet. ................................ 76

5.3. DÉGRADATION CYCLIQUE.......................................................................................................................... 77

5.4. FROTTEMENT NÉGATIF ............................................................................................................................. 78

5.5. SYNTHÈSE ............................................................................................................................................. 80

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 6 / 232
6. DÉTERMINATION DES EFFETS INERTIELS ............................................................................................... 80

6.1. PRÉAMBULE .......................................................................................................................................... 80

6.2. LOIS DE COMPORTEMENT HORIZONTAL ....................................................................................................... 81

6.2.1. Modélisation selon la loi « p-y » ................................................................................................... 81

6.2.2. Calcul du module de réaction linéique horizontale « Ki » ou KD » ................................................. 82

6.2.3. Réduction en cas de couche sensible à la liquéfaction .................................................................. 87

6.3. LOIS DE COMPORTEMENT VERTICAL ............................................................................................................ 88

6.3.1. Méthode élasto-plastique ............................................................................................................. 88

6.3.2. Tassement, méthode forfaitaire ................................................................................................... 89

6.3.3. Recommandation .......................................................................................................................... 89

6.3.4. Allongement, méthode forfaitaire ................................................................................................ 89

6.3.5. Module d’élasticité du béton ........................................................................................................ 90

6.4. CALCUL DES ÉLÉMENTS DE LA MATRICE DE RIGIDITÉ POUR LES EFFETS INERTIELS ................................................... 90

6.4.1. Choix de la méthode ..................................................................................................................... 90

6.4.2. Calcul à partir de la méthode « p-y » et « t-z » ............................................................................. 93

6.4.3. Calcul à partir de la méthode pseudo-élastique ........................................................................... 94

6.5. CALCUL DES EFFETS SUR LES PIEUX .............................................................................................................. 95

6.6. MÉTHODE AUX ÉLÉMENTS FINIS AVEC UTILISATION DES LOIS DE DÉGRADATION DES SOLS ....................................... 95

7. CALCUL DES EFFETS CINÉMATIQUES ..................................................................................................... 95

7.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ........................................................................................................................ 95

7.2. DÉFINITIONS PRÉALABLES ......................................................................................................................... 97

7.2.1. Evaluation des vitesses des ondes de cisaillement et des modules de cisaillement ...................... 97

7.2.2. Calcul du module de réaction horizontale « Kc » ........................................................................... 98

7.2.3. Définition des conditions en tête du pieu ...................................................................................... 99

7.3. CALCUL DE LA DÉFORMÉE EN CHAMP LIBRE « G(Z) » ...................................................................................... 99

7.3.1. Introduction .................................................................................................................................. 99

7.3.2. Méthode forfaitaire .................................................................................................................... 100

7.3.3. Application aux multicouche ....................................................................................................... 103

7.3.4. Compléments aux études particulières ....................................................................................... 108

7.3.5. Choix de la méthode du g(z), tableau récapitulatif ..................................................................... 109

7.4. CALCUL DES EFFETS SUR LES PIEUX ............................................................................................................ 110

8. CUMUL DES EFFETS CINÉMATIQUES ET DES EFFETS INERTIELS............................................................ 110

8.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ...................................................................................................................... 110

8.2. MÉTHODE DE CUMUL PROPOSÉE.............................................................................................................. 111

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 7 / 232
9. DIMENSIONNEMENT ET CRITÈRE DE JUSTIFICATION ........................................................................... 112

9.1. RÉSONNANCE ...................................................................................................................................... 112

9.2. VÉRIFICATIONS DE TYPE GEO SOUS SOLLICITATIONS SISMIQUES ..................................................................... 112

9.3. VÉRIFICATIONS DE TYPE STR SOUS SOLLICITATIONS SISMIQUES....................................................................... 112

9.3.1. Taux de travail de l’acier de béton armé .................................................................................... 112

9.3.2. Taux de travail du béton ............................................................................................................. 113

9.3.3. Aciers de frettage ........................................................................................................................ 113

10. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DES PIEUX EN BÉTON ARMÉ ............................................................. 113

10.1. PRINCIPES GÉNÉRAUX ............................................................................................................................ 113

10.2. DÉFINITIONS DES ZONES SPÉCIFIQUES ....................................................................................................... 114

10.2.1. Schématisation des zones spécifiques .................................................................................... 114

10.2.2. « Zone spécifique haute » ...................................................................................................... 114

10.2.3. « Zone spécifique intermédiaire ou basse » ........................................................................... 115

10.2.4. Cas particulier des zones liquéfiables non traitées................................................................. 116

10.2.5. Zones courantes ..................................................................................................................... 116

10.3. BÂTIMENTS DCL .................................................................................................................................. 116

10.4. BÂTIMENTS DCM................................................................................................................................. 117

10.4.1. Longueur minimale de la cage d’armatures en DCM ............................................................. 117

10.4.2. Caractéristiques minimales des armatures longitudinales .................................................... 118

10.4.3. Caractéristiques des armatures transversales ....................................................................... 119

10.5. SYNTHÈSE ........................................................................................................................................... 120

10.6. AUTRES TYPES DE PIEUX ......................................................................................................................... 120

10.6.1. Pieux inclinés .......................................................................................................................... 120

10.6.2. Micro pieux et Pieux métalliques ........................................................................................... 120

10.7. BARRETTES DE FONDATION ..................................................................................................................... 122

10.7.1. Principes constructifs ............................................................................................................. 122

10.7.2. Bâtiments DCL ........................................................................................................................ 122

10.7.3. Bâtiments DCM ...................................................................................................................... 122

10.8. PAROI MOULÉE .................................................................................................................................... 123

10.8.1. Paroi moulée non liée à une superstructure ou supportant un bâtiment conçu en DCL ........ 123

10.8.2. Paroi moulée supportant un bâtiment conçu en DCM ........................................................... 123

11. ECRAN À BASE DE PIEUX OU PAROI MOULÉE ...................................................................................... 123

11.1. CALCUL DE LA POUSSÉE ACTIVE DES TERRES SOUS SÉISME .............................................................................. 123

11.1.1. Cas d’un sol frottant et cohérent ........................................................................................... 123

11.1.2. Cas d’un sol non drainé .......................................................................................................... 124

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 8 / 232
11.1.3. Effort dû à la poussée des terres sur les Structures enterrées................................................ 124

11.2. CALCUL DE LA POUSSÉE PASSIVE (BUTÉE) DES TERRES SOUS SÉISME ................................................................. 124

11.3. COEFFICIENT DE RÉACTION...................................................................................................................... 124

11.4. COEFFICIENT D’AMPLIFICATION TOPOGRAPHIQUE « ST » .............................................................................. 124

11.5. PIEUX DE PAROI COMPOSITE ................................................................................................................... 125

11.6. POTEAUX PRÉFONDÉS ............................................................................................................................ 125

12. EXEMPLE D’APPLICATION ................................................................................................................... 126

12.1. DESCRIPTION DE L’OUVRAGE ................................................................................................................... 126

12.2. CONTEXTE GÉOTECHNIQUE ..................................................................................................................... 128

12.3. CONTEXTE SISMIQUE ............................................................................................................................. 129

12.4. DÉFINITION DES HYPOTHÈSES DE CALCUL ................................................................................................... 130

12.4.1. Définition des pieux ................................................................................................................ 130

12.4.2. Calcul des modules de réaction et des raideurs ..................................................................... 132

12.4.3. Matrice de rigidité horizontale ............................................................................................... 133

12.4.4. Raideur verticale .................................................................................................................... 136

12.4.5. Effet cinématique ................................................................................................................... 137

12.4.6. Descentes de charge par analyse modale spectrale .............................................................. 139

12.4.7. Analyse par forces latérales ................................................................................................... 141

12.5. PREMIÈRE ÉTAPE DE CALCUL OU PRÉDIMENSIONNEMENT .............................................................................. 143

12.5.1. Principe de calculs .................................................................................................................. 143

12.5.2. Résultats de la répartition des efforts horizontaux ................................................................ 143

12.5.3. Dimensionnement .................................................................................................................. 145

12.6. DEUXIÈME ÉTAPE DE CALCULS (MÉTHODE COMPLÈTE OU SIMPLIFIÉE) .............................................................. 146

12.6.1. Diamètre initial de la méthode itérative ................................................................................ 146

12.6.2. Processus itératif avec le BET Structures ................................................................................ 147

12.6.3. Résultats après dernière itération .......................................................................................... 148

12.7. ANALYSE DE L’EXERCICE ......................................................................................................................... 152

12.7.1. Diamètres ............................................................................................................................... 152

12.7.2. Effort tranchant global ........................................................................................................... 154

12.7.3. Traction dans les pieux ........................................................................................................... 157

12.7.4. Comparatif sur les pieux 9 et 29 ............................................................................................. 158

12.8. CONCLUSIONS DE L’EXERCICE .................................................................................................................. 158

13. SYNTHÈSE ........................................................................................................................................... 159

13.1. RÔLE DU BET STRUCTURES .................................................................................................................... 159

13.2. RÔLE DU BET GÉOTECHNIQUE ................................................................................................................ 160

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 9 / 232
13.3. RÔLE DE L’ENTREPRISE DE FONDATIONS PROFONDES ................................................................................... 160

13.4. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ................................................................................................................ 161

13.5. MODÉLISATION .................................................................................................................................... 161

ANNEXE A : RÉFÉRENCES NORMATIVES ET RÉGLEMENTAIRES ..................................................................... 166

ANNEXE B : DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE ..................................................................................................... 168

ANNEXE C : CARACTÉRISTIQUES DES BÂTIMENTS DCL ................................................................................. 170

ANNEXE D : LESSLOSS .................................................................................................................................. 172

ANNEXE E : SYNTHÈSE DES DIFFÉRENTES MÉTHODES DE CONSTRUCTION DE G(Z)....................................... 174

ANNEXE F : MÉTHODE AVEC DÉGRADATION, EXEMPLE ............................................................................... 175

F.1 MÉTHODE AUX ÉLÉMENTS FINIS AVEC UTILISATION DES LOIS DE DÉGRADATIONS DES SOLS ........................................ 175

F.1.1 Détermination des lois de dégradation des sols ......................................................................... 175

F.1.2 Calcul non linéaire des raideurs horizontales en tête de pieux ................................................... 177

F.1.3 Présentation des résultats de calculs .......................................................................................... 177

F.1.4 Utilisation dans un programme d’analyse modale spectrale ..................................................... 178

F.2 EXEMPLE ................................................................................................................................................. 179

F.2.1 Maquette géotechnique ............................................................................................................. 179

F.2.2 Calculs linéaires ........................................................................................................................... 179

F.2.3 Calculs aux éléments finis volumiques en non linéaire ............................................................... 180

ANNEXE G : MÉTHODE US ARMY ................................................................................................................. 183

ANNEXE H : CALCUL D’INTERACTION SOL-STRUCTURE (ISS) ......................................................................... 185

H.1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE ...................................................................................................................... 185

H.2 MÉTHODE COUPLÉE .............................................................................................................................. 187

H.3 MÉTHODE DÉCOUPLÉE ........................................................................................................................... 187

H.4 MOUVEMENT D’INTERACTION CINÉMATIQUE ............................................................................................. 187

H.4.1 Détermination des impédances des pieux .................................................................................. 188

H.4.2 Détermination de la réponse inertielle ....................................................................................... 189

H.5 SOLLICITATIONS SUR LES PIEUX ................................................................................................................ 192

H.5.1 Modèle d’un pieu isolé ................................................................................................................ 193

H.5.2 Modèle du système de fondations profondes ............................................................................. 193

ANNEXE I : EXEMPLE .................................................................................................................................... 194

I.1 GÉOMÉTRIE DU PROJET............................................................................................................................... 194

I.2 MATRICE DE RIGIDITÉ PSEUDO-ÉLASTIQUE ...................................................................................................... 194

I.3 RIGIDITÉ VERTICALE PAR LA MÉTHODE DE FRANK ET ZHAO ................................................................................. 195

I.4 EFFET CINÉMATIQUE .................................................................................................................................. 196

I.4.1 g(z) selon Madera ....................................................................................................................... 196

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 10 / 232
I.4.2 Exemple pieu diamètre 72 cm ..................................................................................................... 201

I.5 RÉPARTITION DE L’EFFORT HORIZONTAL AU PRORATA DES DIAMÈTRES ET DES X,Y ................................................... 202

I.6 DESCENTES DE CHARGE ÉLÉMENTAIRE DE LA DERNIÈRE ITÉRATION ....................................................................... 205

I.6.1 Avec couplage ............................................................................................................................. 205

I.6.1 Sans couplage – appuis articulés ................................................................................................ 207

I.6.2 Sans couplage – appuis articulés et/ou encastrés ...................................................................... 210

I.7 SPECTRE .................................................................................................................................................. 212

I.8 COMPARATIF SUR LES PIEUX N° 9 ET 29 ......................................................................................................... 214

I.9 FERRAILLAGE : EXEMPLE DES PIEUX N° 9 ET 29................................................................................................ 224

I.9.1 Pieu n° 9 ............................................................................................................................................ 224

I.9.2 Pieu n° 29 .......................................................................................................................................... 227

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 11 / 232
Liste des FIGURES et des TABLEAUX
Figure n° 1 : Logigramme général de dimensionnement (d’après Alain Pecker) ................................... 22
Figure n° 2 : Spectre de réponse élastique (d’après l’EC8-1) .......................................................................... 26
Figure n° 3 : Principe du coefficient de comportement .................................................................................... 26
Figure n° 4 : Spectre de calcul de réponse élastique (d’après EC8-1) et rappel des paramètres S, TB,
TC et TD. .................................................................................................................................................................... 27
Figure n° 5 : Différents types de modélisation ..................................................................................................... 29
Figure n° 6 : Principe constructif à partir de longrines .................................................................................... 32
Figure n° 7 : Pont traversant le Big River .............................................................................................................. 35
Figure n° 8 : Salinas Bridge ........................................................................................................................................ 35
Figure n° 9 : Pont de Showa à Niigata, 1964 ........................................................................................................ 36
Figure n° 10 : Schéma de rupture des pieux au droit du Pont de Showa à Niigata, 1964 ................... 36
Figure n° 11 : Pieux d’appui du bâtiment NHK cisaillés par la diffusion latérale pendant le
tremblement de terre de Niigata, 1964 (Hamada, 1991) [3] .............................................................. 37
Figure n° 12 : Corrélation entre les dommages survenus aux pieux et les conditions du site –
bâtiment NHK (Doi et Hamada, 1992) [4] .................................................................................................. 37
Figure n° 13 : Exemple de phénomène et de typologie des désordres sur une pile de pont suite au
passage du tsunami du séisme de Tohoku en 2011 au Japon. A gauche : arrachement du
tablier. A droite : désordre de flexion sur les piles (Kawashima, 2012) [8]. ................................... 39
Figure n° 14 : Pont de l’autoroute 1, Wastonville, Loma Prieta (1989). Retour d’expérience ........... 40
Figure n° 15 : Localisation de l'épicentre du séisme (source USGS) ............................................................ 41
Figure n° 16 : Affaissement et déversement vers la mer du radier du port de pêche de Kashiwazali
(photos AFPS). ....................................................................................................................................................... 41
Figure n° 17 : Modes de rupture observés lors des tremblements de terre (Wilson 1998) [9]. .......... 43
Figure n° 18 : Mécanismes de rupture d’un pieu dans un sol liquéfiable (Boulanger at al. 2003)
[10]. ........................................................................................................................................................................... 44
Figure n° 19 : Illustration de la déformation latérale excessive. Séisme d’El Mayor-Cucupah du 4
avril 2010 au Mexique. Vue du pieu de fondation sous l’angle nord-est de la culée du pont
Drew Road. Photo de Mc. Crink, 4/8/10. (N32.761742, W115.690290).......................................... 45
Figure n° 20 : Illustration du mode de rupture des pieux dans un sol multicouche avec remblais en
tête selon Tokimatsu (1997) [11] Mécanisme de rupture suite au déplacement latéral induit
par la liquéfaction des sols. .............................................................................................................................. 46
Figure n° 21 : Peignes de longrines et zone de dallage non armé (d’après FD P06-031) .................... 61
Figure n° 22 : Définitions de Zancrage et Zpied ........................................................................................................... 64
Figure n° 23 : Modélisation d’un pieu par une matrice de rigidité en tête ................................................ 66
Figure n° 24 : Vs à considérer dans le cas où le pieu est représenté par une matrice de rigidité ...... 67
Figure n° 25 : Vs à considérer dans le cas d’une modélisation des pieux toute hauteur avec des
ressorts disposés le long du pieu. .................................................................................................................... 67

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 12 / 232
Figure n° 26 : Modélisation des pieux avec soutènement ................................................................................ 69
Figure n° 27 : Modélisation des pieux intérieurs et extérieurs avec soutènement.................................. 70
Figure n° 28 : Exemple de bâtiment où la description du mouvement sismique n’est pas la même à
la surface du sol et à la base des fondations du bâtiment. .................................................................... 70
Figure n° 29 : Critères de liquéfaction liés à l’épaisseur de la lentille ......................................................... 75
Figure n° 30 : Critères de liquéfaction liés à la répartition des lentilles .................................................... 76
Figure n° 31 : Essai au scissomètre : cohésion de pic et cohésion résiduelle (d’après G. Philipponnat
at al. Fondations et ouvrages en terre 2008) [17] ................................................................................... 77
Figure n° 32 : Prise en compte du frottement négatif ....................................................................................... 79
Figure n° 33 : Loi de dégradation du sol en fonction du domaine de déformation ................................ 81
Figure n° 34 : Modèle de type « p-y » d’un pieu sous sollicitations latérales ............................................ 82
Figure n° 35 : Loi de réaction frontale .................................................................................................................... 83
Figure n° 36 : Loi de mobilisation de la réaction tangentielle ....................................................................... 85
Figure n° 37 : Longueur de calcul des frottements latéraux .......................................................................... 86
Figure n° 38 : Détermination de cL en fonction du facteur de sécurité vis-à-vis de la liquéfaction Fs
.................................................................................................................................................................................... 87
Figure n° 39 : Modèle de type « t-z » d’un pieu sous sollicitations verticales ........................................... 88
Figure n° 40 : Principe de comportement d’un pieu soumis en tête soit à un effort horizontal soit à
un moment.............................................................................................................................................................. 91
Figure n° 41 : Modélisation du couplage par décalage du point de liaison. ............................................. 92
Figure n° 42 : Modélisation des trois conditions d’appuis en rotation........................................................ 93
Figure n° 43 : Comportement d’un pieu sous les effets cinématiques a) Pieu ancré b) Pieu non ancré
dans un substratum sismique pour différentes conditions en tête..................................................... 96
Figure n° 44 : Spectre de réponse élastique en déplacement ....................................................................... 100
Figure n° 45 : Déformation du sol en monocouche non compris substratum ........................................ 102
Figure n° 46 : Déformation du sol en bicouche non compris substratum ................................................ 103
Figure n° 47 : Profil de sol multicouche................................................................................................................ 103
Figure n° 48 : Principe de discrétisation profil multicouche ........................................................................ 106
Figure n° 49 : Détermination de la période d’un sol « T » par application successive de la méthode
du bicouche (Madera) [21] ............................................................................................................................. 107
Figure n° 50 : Principe de calcul g(z) pour un multicouche.......................................................................... 108
Figure n° 51 : Conditions d’ancrage du pieu dans le substratum sismique ............................................. 109
Figure n° 52 : Schéma des zones « structurelles » ............................................................................................ 115
Figure n° 53 : Coupe type micropieu avec double tube................................................................................... 121
Figure n° 54 : Principe constructif d’une cage de paroi moulée .................................................................. 122
Figure n° 55 : Principe de construction du bâtiment ...................................................................................... 126

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 13 / 232
Figure n° 56 : Plan d’implantation des appuis ................................................................................................... 127
Figure n° 57 : Spectre élastique et spectre de calcul ....................................................................................... 129
Figure n° 58 : Déformation en champ libre g(z) ............................................................................................... 138
Figure n° 59 : Vecteurs sismiques horizontaux élémentaires ....................................................................... 141
Figure n° 60 : Spectre de calcul ............................................................................................................................... 142
Figure n° 61 : Détermination du CL en fonction du facteur de sécurité vis-à-vis de la liquéfaction
.................................................................................................................................................................................. 173
Figure n° 62 : Variation du module de cisaillement pour différents indices de plasticité (Ip) avec
pour un sable Ip = 0 et une argile Ip > 50 % (Vucetic et Dobry, 1991) [23]. .................................. 176
Figure n° 63 : Variation de l’amortissement pour différents indices de plasticité (Ip) avec pour un sable
Ip = 0 et une argile Ip > 50 % (Vucetic et Dobry, 1991) [23]. ................................................................... 176
Figure n° 64 : Transformation de la courbe non linéaire « effort appliqué en tête / déplacement en
tête », en une série de segments de droite ................................................................................................. 177
Figure n° 65 : Modèle géotechnique servant d'exemple ................................................................................... 179
Figure n° 66 : Présentation du modèle de calcul ................................................................................................. 180
Figure n° 67 : Variation de l’amortissement pour différents indices de plasticité (Ip) avec pour un sable
Ip = 0 et une argile Ip > 50 % (Vucetic et Dobry, 1991) [23]. ................................................................... 181
Figure n° 68 : Résolution d’un problème d’Interaction Sol-Structure décomposée suivant le théorème
de Kausel................................................................................................................................................................ 186
Figure n° 69 : Géométrie du projet........................................................................................................................... 194
Figure n° 70 : Graphique des raideurs verticales en fonction de la charge verticale par diamètre .... 195
Figure n° 71 : Déformation en champ libre suivant les différentes méthodes ........................................... 200
Figure n° 72 : Etude cinématique sous FOXTA pour un pieu de diamètre 72 cm libre en tête .............. 201
Figure n° 73 : Etude cinématique sous FOXTA pour un pieu de diamètre 72 cm encastré en tête ...... 201
Figure n° 74 : Spectres de calcul ............................................................................................................................... 213
Figure n° 75 : Comparaison des efforts tranchants suivants les différentes modélisations .................. 215
Figure n° 76 : Comparaison des efforts tranchants suivants les différentes modélisations .................. 216
Figure n° 77 : Courbe des moments fléchissants ................................................................................................. 218
Figure n° 78 : Comparaison des moments fléchissants suivants les différentes modélisations ........... 219
Figure n° 79 : Courbes des déformées ..................................................................................................................... 222
Figure n° 80 : Comparaison des déformées suivant les différentes modélisations................................... 223
Figure n° 81 : Pieu n° 9 - Epures de ferraillages des moments féchissants ................................................. 224
Figure n° 82 : Pieu n° 9 - Epures des efforts tranchants .................................................................................... 226
Figure n° 83 : Pieu n° 29 - Epures des moments fléchissants ........................................................................... 228
Figure n° 84 : Pieu n° 29 - Epures des efforts tranchants .................................................................................. 230

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 14 / 232
Tableau n° 1 : Tableau des classes de sol avec des ordres de grandeur des valeurs de pl, EM et qc
d’après le Guide technique AFPS/CFMS : Procédés d’amélioration et de renforcement de sols
sous actions sismiques – 2013 [1] .................................................................................................................. 24
Tableau n° 2 : Classes de sol pour un substratum à une profondeur < 30 m. ........................................... 25
Tableau n° 3 : Comparaison des classifications de sol dans différents pays sur la base de la vitesse
moyenne des ondes de cisaillement sur les 30 premiers mètres en profondeur depuis la
surface du sol (Vs, 30). D’après Pitilakis (2004) [12] ................................................................................. 47
Tableau n° 4 : Valeurs de Tc en fonction des classes de sols et des zones de sismicité ........................... 49
Tableau n° 5 : Coefficient de corrélation φ en fonction du type d’action variable ................................. 51
Tableau n° 6 : Valeurs de calculs d’actions à utiliser dans les combinaisons d’actions accidentelles
et sismiques (d’après EN 1990 / 2002, annexe A1) ................................................................................. 56
Tableau n° 7 : Conditions aux limites en fonction des différents cas d’encastrement possibles ........ 64
Tableau n° 8 : Coefficients etRd pour le calcul de la composante sismique ........................................ 65
Tableau n° 9 : Synthèse sur les lentilles liquéfiables .......................................................................................... 76
Tableau n° 10 : Travaux préalables et autres actions en cas de sols liquéfiables ou en présence de
risque de dégradations cycliques ................................................................................................................... 80
Tableau n° 11 : Valeur de β2 en fonction du type de sol ................................................................................... 83
Tableau n° 12 : Valeur de β en fonction du type de sol ..................................................................................... 84
Tableau n° 13 : Valeurs de  en fonction de la zone de sismicité avec ........................................... 85
Tableau n° 14 : Raideur en cas d’appui isolé ........................................................................................................ 93
Tableau n° 15 : Matrice simplifiée de souplesse .................................................................................................. 94
Tableau n° 16 : Expression des coefficients de la matrice de rigidité élastique en fonction de 3
modèles de sols ...................................................................................................................................................... 94
Tableau n° 17 : Coefficients moyens d’amortissement interne de sol et coefficients de réduction
moyens (± un écart-type) pour la vitesse Vs des ondes de cisaillement et pour le module de
cisaillement G, jusqu’à une profondeur de 20 m. ...................................................................................... 99
Tableau n° 18 : Définition du spectre d’élasticité en accélération et en déplacement ........................... 100
Tableau n° 19 : Choix de la méthode g(z) en fonction des conditions d’ancrage du pieu dans le
substratum sismique et du profil de sol. ...................................................................................................... 109
Tableau n° 20 : Extrait du guide AFPS/CFMS [1], prise en compte des effets inertiels et
cinématiques, à appliquer en DCL et DCM ................................................................................................ 111
Tableau n° 21 : Dispositions constructives concernant la longueur des cages ...................................... 117
Tableau n° 22 : Section minimale des armatures longitudinales hors « zone spécifique haute »... 118
Tableau n° 23 : Section minimale des armatures longitudinales en « zone spécifique haute » ....... 118
Tableau n° 24 : Dispositions constructives des pieux coulés en place. ...................................................... 120
Tableau n° 25 : Maquette géotechnique .............................................................................................................. 128

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 15 / 232
Tableau n° 26 : Coefficient d’amortissement...................................................................................................... 130
Tableau n° 27 : Capacités maximales STR........................................................................................................... 130
Tableau n° 28 : Dispositions maximales pour les armatures longitudinales de l’exercice ................ 131
Tableau n° 29 : Capacités maximales GEO en kN ............................................................................................. 131
Tableau n° 30 : Raideurs surfaciques du sol ....................................................................................................... 133
Tableau n° 31 : Matrice de souplesse élastoplastique ..................................................................................... 134
Tableau n° 32 : Matrice de rigidité élastoplastique ......................................................................................... 134
Tableau n° 33 : Rigidité horizontale...................................................................................................................... 134
Tableau n° 34 : Matrice de rigidité pseudo-élastique ..................................................................................... 135
Tableau n° 35 : Rigidité horizontale pseudo-élastique ................................................................................... 135
Tableau n° 36 : Raideur horizontale dans le cas d’un monocouche........................................................... 135
Tableau n° 37 : Raideurs verticales selon la méthode de Frank & Zhao .................................................. 136
Tableau n° 38 : Raideurs verticales selon la méthode forfaitaire............................................................... 136
Tableau n° 39 : Module de réaction linéique pour calcul cinématique (à partir de G)........................ 138
Tableau n° 40 : Moment et effort tranchant sous effet cinématique ......................................................... 139
Tableau n° 41 : Résultats de la répartition des efforts horizontaux – pieux articulés ........................ 145
Tableau n° 42 : Résultats de la répartition des efforts horizontaux – pieux articulés ou encastrés
.................................................................................................................................................................................. 146
Tableau n° 43 : Tableau récapitulatif des diamètres pour le calcul de la première itération ......... 147
Tableau n° 44 : Tableau récapitulatif des diamètres à l’issue de la dernière itération (avec
couplage - approche 1) .................................................................................................................................... 149
Tableau n° 45 : Tableau récapitulatif des diamètres à l’issue de la dernière itération (approche 2-
cas 2 :sans couplage – pieux articulés) ...................................................................................................... 150
Tableau n° 46 : Tableau récapitulatif des diamètres à l’issue de la dernière itération (approche 2 –
cas 1 : sans couplage – pieux articulés et/ou encastrés) ..................................................................... 151
Tableau n° 47 : Comparaison des diamètres de pieu à l’issu de la convergence ................................... 152
Tableau n° 48 : Efforts tranchants globaux suivant EX.................................................................................. 155
Tableau n° 49 : Efforts tranchants globaux suivant EY.................................................................................. 156
Tableau n° 50 : Résultante des efforts tranchants globaux .......................................................................... 157
Tableau n° 51 : Efforts de traction globaux ........................................................................................................ 158
Tableau n° 52 : Champs d’application de la catégorie DCL en fonction du type de construction ;
a) bâtiments en BA, b) bâtiments en CM c) bâtiments en maçonnerie .......................................... 170
Tableau n° 53 : Valeur du coefficient CL ............................................................................................................... 172
Tableau n° 54 : Logigramme de synthèse des g(z) et des différentes méthodes.................................... 174
Tableau n° 55 : Récapitulatif des raideurs horizontales en fonction de l’incrément de charge ...... 182
Tableau n° 56 : Récapitulatif des raideurs en rotation en fonction de l’incrément de charge ......... 182

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 16 / 232
Tableau n° 57 : Matrice pseudo-élastique suivant le modèle de sol ........................................................... 194
Tableau n° 58 : Raideurs verticales retenues pour l’exemple....................................................................... 196
Tableau n° 59 : Résultats intermédiaires de la méthode de Madera sans prise en compte de la
variation de densité........................................................................................................................................... 197
Tableau n° 60 : Résultats intermédiaires de la méthode de Madera avec prise en compte de la
variation de densité........................................................................................................................................... 198
Tableau n° 61 : Période et g(z) du multicouche suivant les différentes méthodes ............................... 199
Tableau n° 62 : Répartition de l’effort horizontal au prorata des diamètres pour le premier calcul –
appuis articulés................................................................................................................................................... 202
Tableau n° 63 : Répartition de l’effort horizontal au prorata des diamètres pour le premier calcul –
appuis articulés et/ou encastrés .................................................................................................................. 204
Tableau n° 64 : Descentes de charges élémentaires statiques de la première itération avec
couplage ................................................................................................................................................................ 206
Tableau n° 65 : Descentes de charges élémentaires sismiques de la première itération avec
couplage ................................................................................................................................................................ 207
Tableau n° 66 : Descentes de charges élémentaires statiques de la première itération sans couplage
– appuis articulés ............................................................................................................................................... 208
Tableau n° 67 : Descentes de charges élémentaires sismiques de la première itération sans
couplage – appuis articulés ............................................................................................................................ 209
Tableau n° 68 : Descentes de charges élémentaires statiques de la première itération sans couplage
– appuis articulés et/ou encastrés ............................................................................................................... 210
Tableau n° 69 : Descentes de charges élémentaires sismiques de la première itération sans
couplage – appuis articulés et/ou encastrés............................................................................................ 211
Tableau n° 70 : Diamètre du pieu 29..................................................................................................................... 214

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 17 / 232
AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations
profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 18 / 232
Avant-Propos
Dans le cadre de l’application de la norme NF EN 1998 (Eurocode 8) relative au calcul des structures
pour leur résistance aux séismes, l’Association Française du Génie Parasismique (AFPS) a le plaisir de
présenter son Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations profondes sous
actions sismiques des bâtiments à risque normal. Sur mandat de l’AFPS, cet ouvrage a été réalisé
sous la présidence de Patrick BERTHELOT, assisté par Michel GLANDY, animateur et secrétaire d’un
groupe de travail constitué d’auteurs représentant les différentes composantes de l’Art de
Construire.
L’initiative de cet ouvrage a pour origine le constat de la nécessité d’apporter à la fois des précisions
mais aussi des compléments d’informations sur la conception et le dimensionnement des fondations
profondes en zones sismiques. En effet, dans le domaine des fondations des ouvrages, la dynamique
des sols et l’Interaction Sol-Structure ont nettement contribué à l’évolution du dimensionnement
des fondations profondes au cours des dernières décennies. Cette évolution s’est manifestée avec
les deux événements majeurs que sont le référentiel des textes de l’Eurocode et notamment de
l’Eurocode 8 en 2005 ainsi que le nouveau zonage sismique de la France défini par l’Arrêté du 22
octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux
bâtiments de la classe dite « à risque normal ». De nouveaux enjeux sont ainsi apparus sans que les
outils nécessaires à la pratique quotidienne de la justification et du dimensionnement soient encore
complétement détaillés ou explicités.

Par exemple, l’Eurocode 8 intègre de façon plus appuyée les concepts d’effets cinématiques sur les
éléments d’infrastructure avec une classification des sols aboutissant à des spectres forfaitaires de
réponse élastique bien plus contrastés que ceux jadis décrits dans les Règles PS applicables aux
bâtiments (PS92). Cela a eu pour conséquence un enjeu grandissant sur la caractérisation des sols
par des essais in situ adaptés (valeurs mesurées dans la gamme dite des « petites déformations »),
une meilleure définition du modèle géotechnique (nombres de couches, notion de raideur relative
des sols, etc.) dont une définition plus précise du substratum géotechnique ou sismique. Pour ces
sujets liés au sol et à sa déformation sous sollicitation sismique, l’un des objectifs de ce Guide a été
d’apporter à la fois une synthèse des pratiques en vigueur à l’échelle internationale mais aussi
d’offrir des recommandations de dimensionnement aux Concepteurs et aux Bureaux de Contrôle.

D’autre part, le développement des recommandations concernant le concept d’Interaction Sol-


Structure dans l’Eurocode 8 entraîne notamment le recours à une meilleure collaboration et
coordination des échanges entre les spécialistes de la structure et ceux des fondations profondes. Ce
travail visant à rechercher une harmonisation dans le vocabulaire et les échanges entre les
« techniciens du sol » et ceux des « structures » est, avec les recommandations sur la prise en
compte et la gestion de l’aléa liquéfaction, l’une des contributions majeures et spécifiques de ce
Guide.

Afin d’illustrer les notions rassemblées et développées dans ce Guide, on présente un exemple
détaillé d’application en dernière partie d’ouvrage. Il permet à chacun de s’approprier les étapes
successives du dimensionnement de pieux avec la prise en compte des exigences réglementaires et
normatives.

Stéphane Brûlé

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 19 / 232
AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations
profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 20 / 232
1. Préambule
1.1. Bases du Guide

Les Eurocodes constituent le nouveau référentiel réglementaire depuis l’Arrêté du 22/10/2010.


En particulier, les normes NF EN 1998-1, NF EN 1998-5, leurs Annexes Nationales, le Fascicule de
Documentation FD P 06-031, la norme NF EN 1997-1 et la norme NF P 94-262 constituent le socle de
la rédaction du présent Guide.

1.2. Objet du Guide

L’objet de ce Guide est de fournir une aide pratique d’utilisation des documents réglementaires pour
la conception et le dimensionnement des fondations profondes des bâtiments à risque normal situés
en zone sismique (au sens de l’Arrêté du 22/10/2010 et de ses modifications, des Décrets 2010-1254
et 2010-1255).
Ce Guide complète ce qui est prévu dans la norme NF P 94-262 concernant les calculs sismiques, à
savoir la clause 11 du chapitre 1-Domaine d’application.
Ce Guide explicite et complète les chapitres de la norme NF EN 1998-1 et de la norme NF EN 1998-5
qui développent les conditions de sol et les actions sismiques, les méthodes d’analyse de la
fondation et de la structure et les dispositions constructives des fondations profondes.
En particulier, ce Guide précise les dispositions constructives traitées par les Eurocodes sismiques,
pour chaque type de fondations profondes, notamment en matière de longueur et de
caractéristiques des armatures.
L’ensemble des chapitres de ce Guide concerne les pieux forés, les barrettes ou les parois à base de
pieux, les pieux avec refoulement de sol, les micropieux et les inclusions rigides du domaine 1 (c’est-
à-dire nécessaires à la justification de la portance et de la stabilité).
En particulier, le chapitre 10 concernant les dispositions constructives complète le Guide AFPS
/CFMS « Procédés d’amélioration et de renforcement des sols sous actions sismiques-2013 » [1].
De ce fait, ce Guide remplace tous les chapitres concernant les fondations profondes des guides
précédents.
Commentaire : Par souci de simplification, toute référence à la norme NF EN 1998 et à ses annexes
nationales (NA) est appelée EC8.

1.3. Synoptique du dimensionnement

Le dimensionnement des fondations fait intervenir principalement :

 Le BET Structures.

 Le BET Géotechnique.
 Le BET de l’Entreprise de Fondations.
Dans le cadre d’une modélisation d’Interactions Sol-Structure (ISS, Cf. annexe H), le synoptique
général du dimensionnement peut être représenté de la manière suivante (Cf. Figure n° 1).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 21 / 232
Figure n° 1 : Logigramme général de dimensionnement (d’après Alain Pecker)

Dans le cadre de ce Guide, on propose une adaptation de ce logigramme. Les principales étapes sont
les suivantes :
 1/. Le BET Géotechnique définit au stade de la conception le modèle géotechnique (Vs, G,
Vs, 30, potentialité de liquéfaction), propose la classe de sols et donc le « spectre de calcul en
surface ».
 2/. Le BET Structures définit la structure, propose la classe de ductilité, explicite le
coefficient de comportement retenu « q », et calcule une première descente de charges
(statique et sismique) en considérant cette structure globalement encastrée [Cf. § 1.6.a de
ce Guide].

 3/. Le BET de l’Entreprise de Fondations Profondes ou le BET Géotechnique propose des


pieux (type et diamètre) en regard de la descente de charges statiques. En adéquation avec
la descente de charges dynamiques (essentiellement les efforts horizontaux qu’il répartit en
première approche au prorata des diamètres), il fournit, par diamètre de pieu, une
première matrice de rigidité au BET Structures.
Commentaire : Le choix du diamètre du pieu est fondamental pour la suite du calcul. Ce
choix dépend de la faisabilité d’exécution, de la portance GEO vis-à-vis du sol et de la
résistance STR en termes de résistance de matériaux. Vis-à-vis du calcul STR, on peut soit
augmenter le ferraillage longitudinal jusqu’à un pourcentage acceptable (sans dépasser
3 %) soit augmenter le diamètre. Dans le dernier cas, cela revient à augmenter la raideur du
pieu, réduire la période et in fine augmenter les efforts.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 22 / 232
 4/. Le BET Structures finalise son modèle [itération(s)] et donne une nouvelle descente de
charges, avec une répartition des efforts inertiels.
o Commentaire : En fonction du projet et du BET Structures, les étapes 2, 3 et 4
peuvent être regroupées.
o Commentaire : Le BET Structures détermine si, pour le bâtiment et non pour les
fondations, il est nécessaire d’établir un calcul en fourchette des valeurs des raideurs
des appuis que constituent les têtes de pieux. Ce calcul en fourchette permet d’une
part de couvrir la dispersion « naturelle » des paramètres géotechniques (par
exemple les modules pressiométriques, les épaisseurs des couches, etc.), d’autre
part les incertitudes liées aux essais de non linéarité du sol en interaction avec les
pieux. Il est d’usage de mener un tel calcul avec des valeurs de raideurs de 2/3 à 3/2
autour de la valeur moyenne.

 5/. A partir des efforts inertiels, le BET de l’Entreprise de Fondations [ou le BET
Géotechnique en mission de conception de projet (par exemple mission G2 PRO selon la
norme NF P 94 500)] redimensionne les fondations. A ce stade, et selon les cas, il faut
prendre en compte les effets cinématiques qui, le plus souvent, influencent le ferraillage
(nature et longueur) pour les pieux en béton armé.
 6/. En cas de changement de diamètre des fondations profondes, il y a nécessité de
prévenir le BET Structures et de revenir à l’étape 4.

1.4. Classes de sols

Le premier paramètre intervenant pour la conception et le dimensionnement des fondations


concerne la classe de sol.
Les différentes classes de sols sont explicitées au § 3.1 de l’EC8-1. Les ordres de grandeurs des
valeurs de « pl », « EM » et « qc » adaptées à la géotechnique française sont détaillés dans le tableau
suivant :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 23 / 232
Tableau n° 1 : Tableau des classes de sol avec des ordres de grandeur des valeurs de p l, EM et qc d’après le Guide
technique AFPS/CFMS : Procédés d’amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques – 2013 [1]

Paramètres Ordre de grandeur


Classe de

Description du profil
sol

Vs, 30 NSPT
stratigraphique Cu qc EM pl
(coups/30 (kPa) (MPa) (MPa) (MPa)
(m/s) cm)
Rocher ou autre formation
géologique de ce type
A comportant une couche > 800 − − > 100 >5
superficielle d'au plus 5 m de
matériau moins résistant.
Dépôts raides de sable, de
gravier ou d'argile sur-
consolidée, d'au moins
> 1,2 (argile)
plusieurs dizaines de mètres > 3,5 (argile)
B 360 − 800 > 50 > 250 25 − 100 2,0 à 5,0
d’épaisseur, caractérisés par > 20 (sable)
(sable)
une augmentation progressive
des propriétés mécaniques
avec la profondeur.
Dépôts profonds de sable de
densité moyenne, de gravier ou De 1 à 3,5
0,5 à 1,2
d'argile moyennement raide (argile)
C 180 − 360 15 − 50 70 − 250 5 − 25 (argile)
ayant des épaisseurs de De 6 à 20
0,8 à 2 (sable)
quelques dizaines à quelques (sable)
centaines de mètres.
Dépôts de sol sans cohésion de
densité faible à moyenne (avec
ou sans couches cohérentes < 1 (argile) < 0,5 (argile)
D < 180 < 15 < 70 <5
molles) ou comprenant une < 6 (sable) < 0,8 (sable)
majorité de sols cohérents
mous à fermes.
Profil de sol comprenant une
couche superficielle d'alluvions
avec des valeurs de Vs de classe
E C ou D et une épaisseur
comprise entre 5 m environ et
20 m, reposant sur un matériau
plus raide avec Vs > 800 m/s
Dépôts composés ou contenant
une couche d'au moins 10 m
d'épaisseur d'argiles
S1 < 100 − 10 − 20 < 0,6 < 0,2
molles/vases avec un indice de
plasticité élevé (Ip ou PI > 40) et
une teneur en eau importante.
Dépôts de sols liquéfiables,
d'argiles sensibles ou tout autre
S2
profil de sol non compris dans
les classes A à E ou S1
En dehors des classes S1 et S2, il est nécessaire de préciser les critères de classification lorsque le
substratum (Vs > 800 m/s) se trouve à une profondeur inférieure à 30 mètres. Pour le classement de
ces sols, nous proposons de prendre en compte le tableau n° 2 suivant :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 24 / 232
Tableau n° 2 : Classes de sol pour un substratum à une profondeur H < 30 m.

H = profondeur du substratum Valeur de Vs en m/s Classe de sol


<5m A
Vs, H ≤ 360 E*
5 < H < 20 Vs, H > 360 B
100 < Vs, 30 ≤ 180 D
H > 20 m 180 < Vs, 30 ≤ 360 C
360 < Vs, 30 ≤ 800 B

 Vs, H : moyenne harmonique des Vs sur la hauteur H.


 Vs, 30 : moyenne harmonique sur 30 m intégrant les valeurs du substratum si
20 m ≤ H < 30 m.

 * Commentaire : Pour appartenir à la classe de sol E, le profil de sol doit comprendre une
couche d'alluvions (Vs < 360 m/s) reposant sur un matériau plus raide (Vs > 800 m/s) se
situant au moins à environ 5 m et au maximum à 20 m de profondeur.
Pour les classes de sols A, B, C, D et E et concernant les spectres de réponse élastique, la forme est
définie par la clause (1) du § 3.2.2.2 de l’EC8-1 (Cf. Figure n° 2) ; les paramètres S, TB, TC et TD sont
fixés par l’Arrêté du 22 octobre 2010 (on retient en général η = 1 pour ξ = 5 % avec η : coefficient
correcteur de l’amortissement ξ).
Pour les sols de classes S1 et S2, il convient de mener des études particulières pour définir l’action
sismique et déterminer les valeurs des paramètres S, TB, TC et TD (Cf. EC8-1 § 3.1.2 (4) + Note).

1.5. Stratégie de conception des bâtiments

Les différents types de conception sont décrits par la clause (2) du § 2.2.2 de l’EC8-1 et par les
clauses (1) et (2) du § 5.3.1 de l’EC8-5.
La résistance et la capacité de dissipation d'énergie à conférer à la structure dépendent de la façon
dont il est fait appel à son comportement non linéaire. En pratique, un tel arbitrage entre résistance
et capacité de dissipation d'énergie est caractérisé par les valeurs du coefficient de comportement
« q » et les classes de ductilité associées.
Le principe de ductilité est fondé sur le fait qu’au cours d’un séisme donné les déplacements
obtenus lorsque la structure se plastifie sont du même ordre que ceux que l’on obtient par l’analyse
élastique. La sollicitation sismique se traduit en termes de déplacements.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 25 / 232
Se T 
 2,5
Se T 
 1
T
2,5  1 a gS
a gS TB 3.00

B C
2.50 Se T  T
 2,5 C
a gS T
Accélération Se(T)/agS
2.00

1.50 Se T  T T
 2,5 C 2D
a gS T
1.00 D

0.50

0.00
0.00 TB 0.50 TC 1.00 1.50 TD
2.00 2.50 3.00 3.50 4s
4.00
Période T(s)
4.50

Figure n° 2 : Spectre de réponse élastique (d’après l’EC8-1)

Figure n° 3 : Principe du coefficient de comportement

Il est alors possible d’opter pour un comportement non linéaire des matériaux, ce qui permet de
diviser les efforts issus de l’analyse élastique par un coefficient « q » dit de comportement, dont la
valeur est fonction de la capacité de dissipation d’énergie de l’élément considéré (Cf. Figure n° 3).
Plus « q » se rapproche de 1, plus le comportement de la structure est élastique.
Plus « q » est grand, plus grande est la capacité de dissiper de l’énergie générant ainsi un effort
sismique plus faible.
Sous sollicitations sismiques, la conception des bâtiments fait appel à un spectre de calcul pour
l’analyse élastique « Sd(T) » [en accélération], réduit par rapport au spectre de réponse élastique
grâce à l’introduction du coefficient de comportement « q ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 26 / 232
Pour les classes de sols A, B, C et D, la forme du spectre de calcul pour l’analyse élastique
(horizontale) est définie par la clause (4) du § 3.2.2.5 de l’EC8-1 et les paramètres S, TB, TC et TD pour
les zones 1 à 4 et zone 5 sont fixés par l’Arrêté du 22 octobre 2010 (Cf. Figure n° 4).

Sd T   a gS
2,5
 2 T  2,5 2 
Sd T   a gS     q
 3 TB  q 3 3.00

B C  2,5  TC 
a gS  
Sd T   
2.50
Accélération Sd(T) en m/s² q  T 
 0,2a
2.00  g

 2,5  TC TD 
a gS  
Sd T   
1.50
q  T2 
 0,2a
1.00 D  g

0.50

0.00
0.00 TB 0.50 TC 1.00 1.50 TD
2.00 2.50 3.00 3.50 4.00
Période T(s)
4.50

Classe de sol S TB TC TD S TB TC TD

A 1,00 0,03 0,20 2,50 1,00 0,15 0,40 2,00

B 1,35 0,05 0,25 2,50 1,20 0,15 0,50 2,00

C 1,50 0,06 0,60 2,00 1,15 0,20 0,60 2,00

D 1,60 0,10 0,60 1,50 1,35 0,20 0,80 2,00

E 1,80 0,08 0,45 1,25 1,40 0,15 0,50 2,00

Zones 1 à 4 Zone 5

Figure n° 4 : Spectre de calcul de réponse élastique (d’après EC8-1) et rappel des paramètres S, TB, TC et TD.

Pour les sols de classe S1 et S2, il convient de mener des études particulières pour définir l’action
sismique et pour déterminer les valeurs des paramètres S, TB, TC et TD (Cf. EC8-1 § 3.1.2 (4) + Note).

1.5.1. Conception « non dissipative » ou « élastique »

La conception « élastique » consiste à dimensionner la structure et la fondation de telle façon que


leurs matériaux constitutifs restent dans leur domaine réversible de comportement (sans dissipation
d’énergie). Aucune réparation post-sismique n’est en principe à prévoir.
Dans cette conception, q = 1

1.5.2. Conception « dissipative » ou « ductile »

Le choix de la classe de ductilité est principalement guidé par la zone de sismicité et/ou le type de
structure, pour chaque matériau.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 27 / 232
Dans le cadre de ce Guide, les bâtiments peuvent être conçus soit pour une capacité de dissipation
limitée (ductilité limitée DCL) soit moyenne (ductilité moyenne DCM).
Dans cette conception q > 1.
Commentaire : Dans la pratique, compte-tenu des accélérations sismiques rencontrées en France, la
classe de ductilité DCH (ductilité haute) ne sera pas traitée dans ce Guide [Cf. Eléments de conception
des bâtiments - Exigences réglementaires et normatives (2016) - Bureau Veritas - Editions Le
Moniteur].

1.5.2.1. Conception DCL

La notion de ductilité limitée pour la structure (DCL) autorise des incursions limitées hors du
domaine élastique des matériaux.
Pour ces structures faiblement dissipatives, les dispositions constructives de l’ouvrage n’améliorent
que dans une proportion très faible la ductilité de l’ensemble de la structure. Le coefficient de
comportement est limité à q ≤ 1,5 pour les constructions en béton armé, et entre 1,5 et 2 pour les
bâtiments métalliques.
Par ailleurs, selon la clause (3) du § 4.4.2.6 de l’EC8-1, aucun dimensionnement en capacité n’est
nécessaire (en d’autres termes le coefficient de sur-résistance « Rd  » est pris égal à 1). Les
actions sur les fondations découlent directement du modèle de calcul de la structure.
Commentaire : « Rd  » est défini au § 4.2.2.1 de ce Guide

1.5.2.2. Conception ductile DCM

La conception dite « ductile » consiste à autoriser des incursions hors du domaine élastique de
comportement des matériaux dans certaines parties de l’ouvrage porté afin de dissiper de l’énergie
et diminuer les niveaux d’efforts transmis au reste de la structure.
Il convient de noter qu’un certain niveau d’endommagement de la structure est ici accepté, voire
même recherché, ce qui optimise la réponse dynamique de la structure, mais peut conduire à des
travaux de réparation non négligeables à la suite d’un tremblement de terre significatif.
Les dispositions constructives de l’ouvrage en DCM ont pour objet de mettre la structure en état de
supporter quelques cycles de déformations post-élastiques répétés ou alternés, d’amplitude
relativement modérée sans rupture fragile.
Pour un niveau de ductilité élevé, le coefficient de comportement « q » retenu par le BET Structures
pourra lui aussi être élevé ; les forces sismiques inertielles seront alors réduites. Cependant, dès lors
que q > 1,50, la conception sera accompagnée de l’application du principe de dimensionnement en
capacité par l’intermédiaire d’un coefficient de sur-résistance « Rd .  ».
Il n’est pas nécessaire après application de ce coefficient de sur-résistance que les efforts induits
soient supérieurs à ceux correspondant à la réponse élastique de la structure dans la situation
sismique de calcul q = 1.
Ce principe consiste à surdimensionner certaines zones vis-à-vis des sollicitations issues du modèle
de calcul (notamment effort tranchant et/ou flexion composée), ou issues de dispositions
constructives mises en œuvre, pour éviter des phénomènes pouvant remettre en cause la stabilité
de l’ouvrage.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 28 / 232
Ce principe permet d’assurer une hiérarchie appropriée des résistances des divers composants
structuraux (principe de zones « fusibles »), de manière à conduire à la configuration voulue des
rotules plastiques et pour éviter les modes de rupture fragile.
Cette approche est celle suivie dans l’EC8-5 qui requiert que les actions de calcul (agissant sur la
fondation) soient inférieures à la résistance de calcul de ces fondations vis-à-vis du glissement et de
la rupture par perte de capacité portante. La raison principale sous-jacente à l’adoption de
fondations non dissipatives (élastiques) est que les fondations profondes sont généralement
difficiles à inspecter pour détecter des dommages éventuels, et à réparer après séisme.

1.6. Modélisation de l’interaction « bâtiment-fondations »

L’interaction entre bâtiment et fondations profondes peut être modélisée de plusieurs manières qui
sont illustrées sur les schémas ci-dessous :
a) Modélisation sans interaction avec les fondations : avec structure encastrée et/ou appuis
rotulés localement bloqués en translations horizontale et verticale.
b) Modélisation avec interaction avec les fondations en prenant en compte les flexibilités
globales de l’ensemble des pieux.
c) Modélisation avec interaction avec les fondations et Interaction Sol-Structure prenant en
compte la raideur des liaisons sol/pieux sur toute la longueur de chaque pieu.

Figure n° 5 : Différents types de modélisation

En général, la prise en compte de la souplesse des fondations profondes diminue les efforts sur
celles-ci mais augmente les déplacements et les rotations. Elle peut donc de ce fait avoir une
influence défavorable et, dans le respect de la clause (9) du § 4.3.1 de l’EC8-1, elle doit donc être
prise en compte dans le modèle.
De plus, conformément à la clause (2) du chapitre 6 de l’EC8-5, « les effets de l’Interaction Sol-
Structure (ISS) sur les pieux doivent être évalués, pour toutes les structures, conformément au § 5.4.2
de l’EC8-5 ».
Pour la démarche de dimensionnement de la structure et des fondations profondes, la modélisation
a) [avec structure encastrée] n’est pas suffisante. Elle ne constitue qu’une première étape de calcul
et doit donc se poursuivre par des modélisations de type b) ou c). On peut s’affranchir de cette
première étape sous réserve de savoir calculer les matrices de rigidité (Cf. § 6.4 de ce Guide).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 29 / 232
Dans le cas de ces modélisations usuelles, l’interaction cinématique n’est pas prise en compte : il est
supposé que le mouvement d’interaction cinématique est identique au mouvement donné en
champ libre, ce qui revient à négliger la modification du mouvement sismique due à la présence des
fondations profondes dans le sol et à l’effet de clouage du sol.
La modélisation ISS (Interaction Sol-Structure) permet, entre autres, de prendre en compte cette
interaction cinématique ; cette modélisation ISS est développée en Annexe H.
La conception du bâtiment et de son système de contreventements doit intégrer la faisabilité des
fondations profondes. Par conséquent, des itérations de calcul peuvent s’avérer nécessaires,
entraînant des modifications des fondations profondes. Ces itérations nécessitent alors d’affiner la
stratégie et les hypothèses de modélisation en tenant compte des recommandations expliquées
dans ce Guide.

1.7. Quelques commentaires pour l’application de l’EC8 au cas des fondations


profondes

1.7.1. Rappels concernant la prise en compte de l’EC8 dans la réglementation française

Au sens de l’Arrêté du 22 octobre 2010 et suivant les Articles 3 et 4, les règles de construction
applicables aux bâtiments sont celles des EC8-1 et EC8-5.
Au sens de la loi Spinetta de janvier 1978, différents Codes régissant la Construction ont été
aménagés et plusieurs articles ont été ré-écrits dont en particulier l’article R 111.38 du Code de la
Construction et de l’Habitation (CCH) rendant obligatoire le contrôle technique du fait de la sismicité
pour :
 Alinéa 4 – bâtiment situé en zone sismique 4 ou 5 dont le dernier plancher est à plus de 8 m
de hauteur.
 Alinéa 5 – bâtiment de catégorie III ou IV situé en zone de sismicité 2, 3, 4 ou 5.
Lorsque le contrôle technique est obligatoire en raison de la sismicité, le Code de l’Urbanisme
prévoit des attestations spécifiques de contrôle technique en début et en fin de projet. En
particulier, au sens de l’article R 431-16, le contrôleur technique doit remettre au Maître d’Ouvrage
une attestation préalable qui doit être jointe au dossier de demande de Permis de Construire.
En outre, au sens de l’article A 431-11, pour permettre l’établissement de cette attestation
préalable, le Maître d’Ouvrage remet au contrôleur technique un dossier comprenant :

 a) Le projet de construction en phase de dépôt du permis de construire.


 b) Les éléments géotechniques faisant apparaître la ou les classes de sols et le site sismique.
 c) Les informations permettant le classement de l’ouvrage en catégorie au sens de la
réglementation sismique applicable.
 d) Une notice explicative portant sur le cheminement des charges verticales et horizontales
et sur le principe de fondation et de soutènement.
Donc, dès la remise de la Demande de Permis de Construire et au sens des § 3.1 et 3.2 de l’EC8-1 et
du § 4.2 de l’EC8-5, la ou les classes de sol doivent être fournies. Au sens du § 4.1 de l’EC8-5, une
évaluation du site doit être effectuée.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 30 / 232
La notice explicative sur le principe de fondation et de soutènement, en référence aux chapitres 5
et 7 de l’EC8-5, est la preuve qu’une réflexion a eu lieu dans l’équipe de conception sur les types de
fondations retenues (superficielles, profondes), sur la potentialité de la liquéfaction ou non, sur la
nécessité de traitement de sol et sur les types d’ouvrages de soutènement déplaçables ou non
déplaçables.
Il importe donc que tous ces éléments liés à la géotechnique du site ainsi qu’à l’interaction sol-
fondation-ouvrage soient proposés par le Géotechnicien pour répondre aux demandes légales.

1.7.2. Rappels concernant la prise en compte de l’EC8 sur l’excitation sismique

Le § 3.2.2.1 de l’EC8-1 définit l’action sismique par le mouvement dû au séisme en un point donné
de la surface du sol. Cette action est représentée par un spectre de réponse élastique en
accélération.
La surface du sol au droit de laquelle s’applique cette valeur d’accélération est supposée exempte de
construction (en champ libre), en surface et en profondeur dans le sol.
Cependant, dans le cadre de ce Guide, les rédacteurs ont souhaité rappeler qu’il peut y avoir la
nécessité d’étudier de façon plus détaillée les effets de l’action sismique sur les fondations
profondes, notamment quand ces dernières sont des fouilles de grande profondeur, soutenues par
exemple par des ouvrages de type « paroi moulée » ou des soutènements à base de pieux.
Dans ce cas en effet, deux aspects doivent être pris en compte :
 Les valeurs d’accélération retenues pour dimensionner l’ouvrage doivent refléter la
géologie du site ainsi que les contrastes mécaniques des sols.
 L’Interaction Sol-Structure, notamment en cas de fort contraste de déformabilité entre un
ouvrage enterré « raide » (barrettes, pieux de gros diamètres, parois moulées) et le sol.
Le signal sismique incident (amplitude, contenu fréquentiel) est modifié par les formations
géologiques de surface reposant sur des sols de consistance rocheuse, mais aussi par l’effet de
surface libre, même si les matériaux de surface sont eux-mêmes de consistance rocheuse. Que ce
soit pour des sols de classe B à E ou pour un sol plus compact de type A, la valeur d’accélération
appliquée au point bas d’une fouille de grande profondeur peut être différente de celle définie à la
surface libre en l’absence de fouille.
Il s’agit alors de définir, par traitement du signal, ce que seraient les caractéristiques du signal
sismique estimé au niveau de la tête des fondations profondes, avant son passage dans les sols
situés entre la base de la fouille et la surface (action de déconvolution). Pour cela, l’EC8 autorise, en
fonction de la nature de l’application et des informations disponibles, la description du mouvement
sismique fondé sur l’utilisation d’accélérogrammes artificiels (Cf. EC8-1 § 3.2.3.1.2) ou
d’accélérogrammes enregistrés ou simulés (Cf. EC8-1 § 3.2.3.1.3).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 31 / 232
1.7.3. Rappels concernant la prise en compte de l’EC8 sur la conception parasismique

L’EC8 [Cf. partie 1 § 4.2.1.6 (1)P et partie 5 § 5.1] spécifie que la conception parasismique des
structures suppose une homogénéité du système de fondation conduisant à une transmission
d’excitation sensiblement synchrone sur toute l’emprise de la construction.
Cette homogénéité d’excitation et de réaction est jugée satisfaite si les fondations sont disposées
dans le même plan horizontal et si des longrines, un plancher ou un dallage « armé » adéquat sont
prévus en tête des pieux.

Figure n° 6 : Principe constructif à partir de longrines

En absence de ces dispositions, les effets induits dans la structure par des déplacements relatifs
horizontaux au niveau de la fondation doivent être évalués, et des dispositions appropriées pour
adapter le dimensionnement doivent être prises (Cf. EC8-5 § 5.4.1.2 (1)P).
Commentaire : L’évaluation des déplacements doit tenir compte de la raideur horizontale des pieux,
qui varie suivant :
 Les conditions géotechniques (notamment l’épaisseur des couches de sol).

 Les conditions de site (surcharges dissymétriques).


Une évaluation de ces déplacements est proposée dans la clause (6) du § 3.3 de l’EC8-2.

1.7.4. Prise en compte de l’interaction dynamique sol-structure sur le calcul de la


structure

Ce point déjà évoqué au § 1.6 est développé dans le chapitre 4 et plus particulièrement au § 4.4,
dans le chapitre 6 et dans l’Annexe H de ce Guide.

2. Retour d’expérience
Le retour d’expérience montre que l’interaction « sol - fondation - superstructure » joue un rôle
primordial dans les dommages subis par les pieux et les structures.
Les pieux sont souvent utilisés pour soutenir des structures lourdes et de grande envergure, telles
que des bâtiments à plusieurs étages, des ponts, des viaducs, des plates-formes pétrolières, etc. sur
des sols mous. A travers leur ancrage dans les sols, ils permettent d’assurer la stabilité verticale des
structures mais également de résister aux efforts latéraux ou de basculement induits par le
chargement sismique.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 32 / 232
Le retour d’expérience concernant les conséquences sur les fondations des actions sismiques est,
encore aujourd’hui, relativement pauvre, d’autant plus que ces fondations restent le plus souvent
enterrées et que les dégâts sont inobservables contrairement à ceux des structures.
Bien que le retour d’expérience concerne plus principalement les ponts (et les gammes de périodes
propres associées), les dommages constatés permettent toutefois d’analyser leurs causes et de
mieux les prendre en compte dans les constructions futures.

2.1. Observation post-sismique

Les observations post-sismiques concernent les enregistrements en stations des phénomènes


sismiques d’une part, et l’observation du comportement des modèles réduits de laboratoires tels
que les essais en centrifugeuse d’autre part.

2.1.1. Séismes en France

La sismicité de la France métropolitaine étant modérée, typique des régions intracontinentales à


faible taux de déformation, les accélérations de référence réglementaire agr à prendre en compte y
sont inférieures à 0,16 g à comparer à des accélérations de 1 g souvent observées dans des pays à
plus forte sismicité et à l’observation d’accélérations pouvant atteindre 4 g (Suzuki at al. 2010 [2]).
Le territoire métropolitain connaît une sismicité faible pour la plus grande partie de son territoire.
Certaines régions de la métropole sont néanmoins soumises à une sismicité non négligeable. Il s’agit
notamment des Alpes, des Pyrénées, de la Provence, de l’arrière-pays niçois ou de l’Alsace, classés
pour partie en zone de sismicité moyenne (zone 4). Les régions Auvergne, Vallée du Rhône, Grand
Ouest (Massif Armoricain) et Nord disposent quant-à-elles d’un niveau de sismicité modérée
(zone 3).
Les départements français de Guadeloupe et de Martinique se trouvent en revanche dans l’arc des
Petites Antilles caractérisé par une sismicité relativement élevée et sont classés en zone 5.
Les plus forts séismes répertoriés en France métropolitaine, ainsi que dans les départements
français de Guadeloupe et de Martinique, présentent des magnitudes comprises entre 3,4 et 7,4 sur
l'échelle de Richter, mais les observations post-sismiques n’ont pas mis en évidence de désordres sur
les fondations des ouvrages endommagés.

2.1.1.1. Séisme de Martinique (Windward Islands – 29 novembre 2007)

Ce séisme est le plus puissant ressenti aux Antilles depuis 1974, avec une magnitude M w estimée à
7,4 (source USGS) et un épicentre localisé à environ 30 km du Nord de la Martinique. Il a été ressenti
dans tout l'arc Antillais et même en Guyane. Les dégâts provoqués par ce séisme ont été
d’importance variable. Néanmoins, en Martinique, de nombreux bâtiments ont subi des dommages
importants (effondrement d’une dalle sur une dizaine de véhicules à Fort-de-France, effondrement
d’un bâtiment abritant une banque au Lamentin...).

2.1.1.2. Séisme de Guadeloupe (Leeward Islands - 21 novembre 2004)

Un séisme de magnitude Mw = 6,3 (Centre de Données Sismologiques des Antilles) s’est produit dans
l’arc des petites Antilles entre le sud de la Guadeloupe (îles des Saintes) et la Dominique.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 33 / 232
Le séisme a provoqué des morts et a causé des dégâts importants aux Saintes (Terre de Bas), à Basse
Terre, et à la Dominique (de nombreuses habitations ont été très endommagées et d’autres
complétement détruites) ; il est le plus important enregistré dans l'archipel de la Guadeloupe depuis
le séisme de 1843 (d’intensité à l’épicentre de IX-X sur l'échelle macrosismique MSK 1964). Les
phénomènes de liquéfactions n’ont pas été formellement identifiés même s’ils ont pu être suspectés
à Terre de Haut à Marigot.

2.1.2. Séismes à l’étranger

Les observations post-sismiques des tremblements de terres survenus en France métropolitaine,


ainsi que dans les départements français de Guadeloupe et de Martinique, n’ont pas mis en
évidence de désordres sur les fondations des ouvrages endommagés. C’est pour cela que la suite de
cette analyse est menée surtout sur les grands séismes survenus à l’étranger, où le retour
d’expérience est basé sur des observations post-sismiques de grands séismes survenus au Japon et
en Californie, parfois proches des limites tectoniques et pour lesquels la magnitude sur l’échelle de
Richter est supérieure à 6,5. Ce choix est fait pour montrer les effets exacerbés se manifestant sur
les fondations profondes.

2.1.2.1. Séisme de San Francisco (1906)

Ce violent séisme a eu lieu le matin du 18 avril 1906, le long de la faille de San Andreas, et il a frappé
la ville de San Francisco, en Californie. Il a été estimé à une magnitude Mw = 7,9 (Berkley
Seismological Laboratory), et les secousses furent ressenties de l'Oregon à Los Angeles, et à
l'intérieur des terres jusqu'au centre du Nevada. Le tremblement de terre et l'incendie qui en a
résulté restent à ce jour parmi les plus grandes catastrophes naturelles ayant touché une grande
ville américaine.
Les dommages observés ont été concentrés sur les bords du rivage historique qui, pendant les
années 1850, avaient été remblayés par des sables de dunes, des sables limoneux et des gravats.
Sous ce remblai, des dépôts cohésifs beaucoup plus raides ont été identifiés. Les fortes secousses
dans cette zone de la ville ont généré la liquéfaction généralisée des sols sableux entraînant la ruine
des nombreuses structures avant que le feu n’achève leur destruction.
On a pu observer les dégâts significatifs suivants :
 U.S. Post Office : un bâtiment fondé sur pieux a subi des tassements différentiels
importants dus à la rupture massive du sol (liquéfaction).

 Pont traversant la Big River : les piles situées du côté Nord de la rivière se sont déplacées, ce
qui a provoqué l’effondrement d’une des travées (Cf. Figure n° 7).

2.1.2.2. Séisme de Niigata (1964)

Le séisme s’est produit le 16 juin 1964 à Niigata, une ville de la côte occidentale de Honshū au Japon,
avec une magnitude MJMA de 7,5 Japan Meteorological Agency).
La stratigraphie de la ville de Niigata est principalement constituée de sables lâches d’une épaisseur
globale de 20 à 30 m. Lors du séisme, la couche de sable saturé a été liquéfiée sur des épaisseurs
importantes, produisant ainsi de nombreux dégâts sur les structures dont plusieurs fondées sur
pieux.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 34 / 232
Un des plus gros sinistres a été l’effondrement du pont de Showa. Celui-là, traversant la rivière
Shinano, se développait sur une largeur de 24 m et une longueur de 304 m, avec 12 travées
constituées par des poutres composites. Chaque pile était fondée sur une seule rangée de neuf
pieux tubulaires de 25 m en acier. Après le séisme, cinq des travées (G3 à G7) sont tombées dans la
rivière (Cf. Figure n° 9 et Figure n° 10).

Figure n° 7 : Pont traversant le Big River

 Salinas Bridge : la pile Sud du pont a subi un déplacement vers le sud d’environ 2 m
(Cf. Figure n° 8).

Figure n° 8 : Salinas Bridge

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 35 / 232
L’effondrement du pont a été généré par la liquéfaction du terrain de la rive gauche et du lit de la
rivière. Les déplacements du sol pendant et après le séisme ont provoqué un glissement sur
plusieurs mètres de la rive gauche vers le centre de la rivière qui, en entraînant les fondations, a
provoqué la chute des tabliers.

Figure n° 9 : Pont de Showa à Niigata, 1964

Figure n° 10 : Schéma de rupture des pieux au droit du Pont de Showa à Niigata, 1964

Le bâtiment NHK est un bâtiment de 4 étages, fondé sur des pieux en béton armé de 30 cm de
diamètre et de 11 à 12 m de longueur. Lors de la réalisation des travaux de réhabilitation de la
structure en 1985, soit environ 20 ans après le séisme, ces pieux ont pu être observés. Les experts
ont conclu que les désordres constatés étaient le résultat de déplacements métriques au niveau
horizontal. Deux zones de ruptures apparaissent : la première vers 3 à 4 mètres de la tête de pieu et
une seconde plus profonde, là où la raideur du sol augmente.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 36 / 232
Figure n° 11 : Pieux d’appui du bâtiment NHK cisaillés par la diffusion latérale pendant le tremblement de terre
de Niigata, 1964 (Hamada, 1991) [3]

Figure n° 12 : Corrélation entre les dommages survenus aux pieux et les conditions du site – bâtiment NHK (Doi
et Hamada, 1992) [4]

2.1.2.3. Séisme de Kobé (1995)

Avec une magnitude Mw = 6,9 (International Seismological Center), le séisme de Kobé fut un des
tremblements de terre les plus destructifs qui aient frappé le Japon pendant les dernières années
(jusqu’au séisme de Tohoku en 2011). Les dommages au niveau des fondations profondes sont
essentiellement dus à la liquéfaction des sols.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 37 / 232
Quelques exemples :

 Higashima Gas Turbine Termal Power Station où le système de fondation de la station


thermique était constitué de pieux en béton précontraint de 0,40 m de diamètre. Des
fissures (horizontales et longitudinales) ont été observées sur chaque pieu à différentes
profondeurs.
 Hanshin Expressway : sur la pile de l’autoroute Hanshin, fondée sur des pieux de 1 m de
diamètre et de 14 m de longueur, il a été observé des fissures d’environ 2 mm à proximité
de la tête des pieux. Celles-ci n’ont pas entraîné de dommages à la superstructure.
 Iles Port et Rokko : ces îles artificielles ont été construites à l’aide de matériaux granulaires
dragués dans la mer. La liquéfaction des sables peu compactés a entraîné des déplacements
latéraux de l’ordre de 30 cm au niveau du sol et des dégâts à certains bâtiments (ruptures
en tête de pieux ou juste au-dessous de la couche porteuse). En particulier, un bâtiment de
4 niveaux s’est incliné vers la mer. Les excavations autour des pieux ont mis en évidence des
fissures liées à la compression et au cisaillement du côté mer, et à des fissures de flexion du
côté opposé.

2.1.2.4. Séisme de Tohoku (2011)

Le séisme de Tohoku du 11 mars 2011, dont l’épicentre se situait en mer avec une magnitude Mw
égal à 9, est l’événement sismique le plus important jamais enregistré au Japon (Midorikawa at al.
2012) [5]. Il s’agit d’un séisme interplaque occasionné par la subduction de la Plaque Pacifique qui a
produit des déformations crustales majeures avec une zone d’influence estimée à 500 x 200 km. La
Péninsule Ojika s’est déplacée de 5,3 m horizontalement dans la direction sud-est et s’est abaissée
de 1,2 m d’après le Geospatial Information Authority of Japan.
Selon les différents réseaux d’enregistrement du signal sismique au Japon (K-net, KIK-net, etc.), des
pics d’accélération horizontale compris entre 0,5 et 1 g ont été atteints sur de nombreuses stations
et ont atteint 2,8 g à la station K-net de Tsukidate (Midorikawa at al. 2012) [5] pour des durées
pouvant dépasser 200 s.
Des phénomènes de résonance des ouvrages avec les conditions géologiques (les effets de site) ou
de liquéfaction des sols ont entraîné de nombreux dommages aux structures (Tokimatsu at al.
2012) [6].
Ce séisme a généré un important tsunami qui, ravageant la Côte Pacifique du Japon, a causé à lui
seul le décès et la disparition de près de 20 000 personnes (Takahashi at al. 2012) [7]. Les hauteurs
d’inondation ont varié de 5 à 15 m avec des effets locaux d’amplification (marques d’inondation à
plus de 30 m de hauteur !). Ce tsunami a généré des sollicitations latérales qui ont entraîné des
désordres dont certains exemples figurent ci-dessous (Cf. Figure n° 13 : Kawashima, 2012) [8].
Concernant les ouvrages d’art sur pieux, le type de sollicitation latérale rencontrée lors du passage
du tsunami est représenté en Figure n° 13.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 38 / 232
Figure n° 13 : Exemple de phénomène et de typologie des désordres sur une pile de pont suite au passage du
tsunami du séisme de Tohoku en 2011 au Japon. A gauche : arrachement du tablier. A droite : désordre de
flexion sur les piles (Kawashima, 2012) [8].

Les phénomènes de liquéfaction survenus à Tokyo lors du séisme de Tohoku ont été observés dans
la Baie de Tokyo, dans les remblais hydrauliques d’aménagement récent et dans le bassin de la
rivière Tone (Tokimatsu at al. 2012) [6]. En certains endroits, le tassement a pu dépasser 50 cm
entraînant parfois la mise à nu des fondations profondes. L’importance de la liquéfaction a varié
selon l’épaisseur de remblais et de dépôts alluvionnaires, du niveau de la nappe, du type
d’amélioration de sol et de l’exécution des remblais (matériaux, engins…).
A Sendai et dans la zone de la Baie de Tokyo, des immeubles fondés sur pieux ont subi des rotations
et des tassements avec parfois des signes de liquéfaction des terrains.
A Onagawa et Rikuzentakata, villes affectées par le tsunami, la rupture de fondations sur pieux a
conduit au renversement de bâtiments. Selon Tokimatsu [6], ces ouvrages plutôt anciens n’auraient
pas été dimensionnés au séisme. Les zones de ruptures se situaient essentiellement au niveau des
têtes de pieu. Ceux-là, déjà affaiblis par le séisme, n’auraient pas pu supporter ensuite les efforts de
la vague d’inondation (poussée latérale et poussée d’Archimède).

2.1.2.5. Séisme de Loma Prieta (1989)

Le séisme de Loma Prieta en 1989, qui a été provoqué par un décrochement le long de la faille de
San Andreas, a atteint une magnitude Mw = 6,9 (USGS).

 Une traction excessive au niveau de la liaison des pieux (inclinées ou verticaux) avec le
chevêtre a occasionné des dommages importants sur différents ouvrages et en particulier
sur le bâtiment Public Container Wharf on 7th Street terminal Complex ou sur le quai
Matson Terminal Wharf.
 Près de Wastonville, plusieurs pieux, supportant un pont de l’autoroute 1, ont pénétré dans
le tablier causant ainsi son effondrement. Les experts ont constaté un décollement
horizontal du sol de 30 à 45 cm autour des pieux (argiles molles en tête). Il semble que la
grande déformation des pieux ait entraîné leur rupture en flexion et en cisaillement au
niveau de leur tête (Cf. Figure n° 14).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 39 / 232
Figure n° 14 : Pont de l’autoroute 1, Wastonville, Loma Prieta (1989). Retour d’expérience

2.1.2.6. Séisme de Chuetsu – Oki (2007)

Le séisme de Cheutsu-Oki au Japon, de magnitude Mw = 6,6 (USGS), s’est produit le 16 juillet 2007 le
long de la côte ouest de Honshu, au large de la ville de Kashiwazaki, dans la zone de convergence de
la mer du Japon entre les plaques d’Amur et d’Okhotsk. Le foyer a été estimé à une profondeur de
10 km (Cf. Figure n° 15).
Le port de Kashiwazaki est un port dont l’importance est régionale à nationale. Il comprend un port
de pêche, ainsi que du transport de passagers et de fret. Le cumul des quais représente une distance
de 2 kilomètres, tandis que le plus long quai mesure 400 mètres. Les conséquences du séisme sur la
zone portuaire sont imputables aux phénomènes de liquéfaction des sols et des remblais. Plusieurs
quais du port de pêche de Kashiwazaki ont subi des déplacements verticaux et horizontaux pluri-
décimétriques : tassement des plates-formes (jusqu’à 50 cm observés), basculement des parois
ancrées, tassements autour du terminal passager (Cf. Figure n° 16).
Ce type de dégâts est classique pour de telles structures. Il avait déjà été constaté avec une toute
autre ampleur lors du séisme de Kobé (1995).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 40 / 232
Figure n° 15 : Localisation de l'épicentre du séisme (source USGS)

Figure n° 16 : Affaissement et déversement vers la mer du radier du port de pêche de Kashiwazali (photos
AFPS).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 41 / 232
2.1.3. Campagne expérimentale

Une grande variété des tests a été réalisée sur des modèles réduits en laboratoire par les chercheurs
qui tentent de fournir des paramètres et de valider les méthodes analytiques d’Interaction Sol-
Structure. Ces méthodes expérimentales se sont intéressées essentiellement au comportement
chargement-déformation des systèmes sol-pieu à la fois individuellement et en groupes, en petites
et en grandes déformations, chargés statiquement, de manière monotone, cyclique ou dynamique
(sismique), en excitant la tête du pieu ou la masse du sol, et en couvrant une variété de types de
pieux et de conditions de sol.
Lorsque les structures sont fondées sur des fondations profondes, les pieux peuvent reprendre tout
ou une partie des charges latérales. A ce jour, plusieurs programmes de recherche sont en cours de
réalisation pour tenter de proposer une méthode pour la prise en compte des chargements latéraux
à caractère répétitif ou cyclique appliqués à des pieux lors d’un tremblement de terre. L’analyse
réalisée dans le cadre de ces programmes de recherche se base essentiellement sur les essais en
centrifugeuse effectués sur des pieux forés ou battus, soumis à des chargements cycliques ou
statiques, fondés dans les sables ou dans les sols argileux.
Certains de ces résultats expérimentaux sont repris dans les chapitres suivants afin de proposer des
approches de dimensionnement des fondations profondes soumises à des sollicitations sismiques.

2.2. Ce qu’il convient de retenir du retour d’expérience

2.2.1. Mécanisme de rupture

Les observations et les analyses post-sismiques montrent que l’Interaction Sol-structure joue un rôle
primordial dans les dommages sismiques subis par les pieux et les structures.
Vis-à-vis d'une excitation sismique, deux phénomènes importants apparaissent :
 Les pieux, forcés à suivre le mouvement du sol, tendent à résister par leur rigidité. En
conséquence, les pieux peuvent avoir un déplacement différent de celui du sol en champ
libre (les efforts cinématiques génèrent des cisaillements et des flexions sur toute la
hauteur des pieux).
 Le mouvement de la fondation induit des vibrations dans la superstructure ; les forces
d'inertie, générées dans la superstructure, produisent des efforts dynamiques qui sont
transmis aux pieux et au sol en contact.
 Il est à noter que les fondations profondes n’affranchissent pas du phénomène de
liquéfaction ou de la perte de résistance des sols. L’estimation des poussées des terres sur
les pieux (lateral spreading) et des coefficients de réaction doit prendre en compte ce
phénomène.

 Les modes de rupture observée suite à des séismes sont directement liés aux interactions
cinématiques et inertielles. La Figure n° 17 illustre différents modes de ruptures d’un
groupe de pieux soumis à un chargement sismique (développement de contraintes élevées
en tête du pieu ou dans le chevêtre, tassement excessif du sol, concentration des efforts à
l’interface entre des couches de sol de rigidités différentes…).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 42 / 232
Arrachement au niveau Rupture en tête due à la Rupture du chevêtre
du chevêtre flexion et/ou cisaillement

Rupture à l’interface. Flexion et Déformation latérale Rupture par dépassement de la


/ou cisaillement excessive capacité portante (efforts sismiques
+ importants / service)

Figure n° 17 : Modes de rupture observés lors des tremblements de terre (Wilson 1998) [9].

Les mécanismes de rupture observés sur des sols liquéfiables sont identifiés par Boulanger [10] sur
la Figure n° 18. Les désordres ne sont pas toujours liés aux ruptures en grand déplacement latéral,
mais peuvent être liés directement au frottement négatif avec tassement de la couche liquéfiée.

Tassement du sol autour des


Perte de la capacité portante Cisaillement du pieu
pieux

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 43 / 232
Rupture par déplacement latéral Perte de la capacité portante et Rupture liée au moment de
du sol glissement de terrain renversement du bâtiment

Rupture liée à l’effet cinématique Rupture liée à une instabilité générale

Figure n° 18 : Mécanismes de rupture d’un pieu dans un sol liquéfiable (Boulanger at al. 2003) [10].

2.2.2. Causes de ruine

D’après les observations post-sismiques présentées précédemment, les principales causes des
dommages provoqués par des séismes peuvent être classées comme suit (Cf. Figures n° 19 et 20) :
 La réaction du sol environnant sur les pieux, qui provoque sur ceux-ci un mouvement
imposé et par conséquent qui induit des contraintes de flexion et de cisaillement dans
l’élément de la fondation, notamment lorsque la stratigraphie présente de forts contrastes
de raideurs entre deux couches successives. Il s’agit des efforts cinématiques.

 La réponse de la superstructure qui induit, au niveau des fondations profondes, des efforts
axiaux et horizontaux importants ainsi que des moments. Il s’agit des efforts inertiels,
lesquels se cumulent aux efforts statiques et le cas échéant aux efforts cinématiques.
 Les forts contrastes de raideur entre deux sols qui entraînent un déplacement différentiel
important au niveau de l’interface avec désordres associés.

 La liquéfaction dans une couche qui se traduit par une diminution de la rigidité latérale du
sol ainsi que par un tassement des couches situées au-dessus. Ainsi, la liquéfaction
provoque au niveau des fondations profondes :
o un risque de déplacement latéral important,
o une perte significative de la résistance latérale,

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 44 / 232
o des contraintes résiduelles significatives,
 Commentaire : Un tassement des sols situés au-dessus de la couche
liquéfiable peut entraîner un frottement négatif sur les pieux (Cf. § 5.4 de ce
Guide).

 La liquéfaction et l’écoulement latéral (lateral spreading) : apparition de contraintes


résiduelles significatives dans le pieu dues au déplacement permanent de tout ou partie du
pieu.
Si la liquéfaction se déclare sur une colonne de sol importante (plusieurs mètres), il peut se
déclencher un phénomène de « lateral spreading ». Dans ce cas, les effets sur les fondations
profondes sont considérables.
A noter également que si les pieux inclinés présentent en théorie une configuration favorable à la
reprise des efforts horizontaux, l’expérience des séismes passés montre au contraire qu’ils peuvent
avoir un comportement réel médiocre du fait de leur faible capacité à supporter les tassements de
sol induits souvent observés lors des tremblements de terre. Leur utilisation en construction neuve
de type bâtiment (à risque normal au sens de ce Guide) est par conséquent déconseillée sauf si leur
bonne performance (en termes de forces et de déplacements) est prouvée par des moyens de calcul
adéquats.

Figure n° 19 : Illustration de la déformation latérale excessive. Séisme d’El Mayor-Cucupah du 4 avril 2010 au
Mexique. Vue du pieu de fondation sous l’angle nord-est de la culée du pont Drew Road. Photo de Mc. Crink,
4/8/10. (N32.761742, W115.690290).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 45 / 232
Figure n° 20 : Illustration du mode de rupture des pieux dans un sol multicouche avec remblais en tête selon
Tokimatsu (1997) [11]. Mécanisme de rupture suite au déplacement latéral induit par la liquéfaction des sols.

2.2.3. Classifications des sols à l’échelle internationale

En France, les sols se classent selon les mêmes critères de vitesse de cisaillement « Vs, 30 » sur les 30
premiers mètres de profondeur avec des limites comparables entre classes de sol.
Les accélérations de calcul sont aussi fonction de la catégorie de l’ouvrage. Les paramètres de sol
« S » et des accélérations « ag » sont définis dans les annexes nationales de chaque pays européen et
par décret en France. Les classes particulières S1 et S2 définies dans l’EC8 ne donnent pas de spectre
de dimensionnement.
En revanche, les accélérations sont définies à l’échelle nationale. Le Tableau n° 3 illustre, à titre
d’exemple, les limites de valeur de vitesse de cisaillement « Vs, 30 » entre classes de sol proposées
lors de l’élaboration de différents codes sismiques internationaux.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 46 / 232
Tableau n° 3 : Comparaison des classifications de sol dans différents pays sur la base de la vitesse moyenne des
ondes de cisaillement sur les 30 premiers mètres en profondeur depuis la surface du sol (V s, 30). D’après Pitilakis
(2004) [12]

2.2.4. Prise en compte de la liquéfaction

L’EC8 demande d'améliorer les sols susceptibles de se liquéfier sous séisme y compris en cas de
choix de fondations profondes. Les premiers retours d’expérience de qualification de l’aléa et de
traitement à base de techniques de renforcement ou d’amélioration de sol depuis la mise en
pratique de l’EC8 montrent l’importance de la pertinence des études de sols spécifiques à la
liquéfaction sous peine de surévaluation du phénomène et du dimensionnement des fondations
(Brûlé at al. 2014) [13].
A la faveur du Workshop de l’ASCE à San Francisco en 1994, la réaction latérale des pieux dans des
sols susceptibles de liquéfaction a été examinée en utilisant une méthode visant à dégrader la
courbe « p-y » selon les caractéristiques de sol (Moccia, 2009) [14].
Tenant compte des recommandations de l’EC8 et des conclusions sur les missions post-sismiques sur
l’aléa liquéfaction, le présent Guide technique propose de rappeler les conditions de zonage
sismique imposant l’analyse de la liquéfaction et de définir sa propre méthode forfaitaire pour le
traitement de cet aléa.
A ce titre, le Guide distingue deux cas de figures pour le traitement des sols par travaux spécifiques
[traitement nécessaire et traitement non systématiquement nécessaire (Cf. chapitre 5)] selon les
caractéristiques géométriques des sols suspects de liquéfaction. Quand le traitement est considéré
comme non nécessaire, il est précisé l’approche retenue pour justifier spécifiquement les fondations
profondes vis-à-vis de cet aléa.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 47 / 232
3. Effets à considérer pour le dimensionnement
3.1. Généralités

Au sens de l’EC8, les fondations profondes doivent être calculées en tenant compte des effets de
l’action sismique dans toutes les directions. Ces effets sont de deux types :
a. Les forces d’inertie, directement liées à l'entraînement des masses des structures par les
mouvements du sol.
b. Les sollicitations cinématiques (externes aux fondations), issues des déformations
différentielles du sol sur la hauteur des fondations, générées à l'occasion du séisme, même
en l’absence de masse de structure portée.
Les principes de détermination des effets inertiels sont exposés au chapitre 6.
Concernant l’évaluation des effets cinématiques, deux phénomènes sont à distinguer :
 L’effet cinématique sur le pieu, explicité dans le présent Guide.
 L’interaction cinématique, c’est-à-dire la modification du mouvement sismique due à la
présence dans le sol des éléments de fondations profondes. Dans le cas du présent Guide,
l’interaction cinématique n’est pas prise en compte parce que l’approche retenue est celle
généralement remployée pour les bâtiments courants sur fondations profondes : cela
revient à négliger la modification du mouvement sismique due à la présence dans le sol des
éléments de fondations profondes et à l’effet clouage des pieux. Cette interaction
cinématique est néanmoins abordée dans la méthode de calculs d’Interaction Sol-Structure
(ISS) développée dans l’Annexe H, et plus particulièrement dans le § H.4.
La concomitance des efforts inertiels et des efforts cinématiques est détaillée au chapitre 8.
Par ailleurs, la prise en compte de la susceptibilité de la liquéfaction et celle de la dégradation
cyclique sont étudiées au chapitre 5.

3.2. Les principes du calcul sismique

Au sens du § 4.3.3.1 de l’EC8-1, les modèles et les méthodes de calcul sismique peuvent faire appel
soit à des méthodes d’analyse élastique linéaire avec coefficient de comportement « q », soit à des
méthodes non linéaires.
Dans le cas de méthodes non linéaires, on pourra utiliser une méthode directe d’intégration
temporelle (calcul dynamique) ou l’analyse de la poussée progressive (« push over », calcul
statique).
Dans le cas de méthodes élastiques avec coefficient de comportement « q », on pourra utiliser, selon
que le bâtiment est régulier ou non, une analyse par forces latérales ou une analyse modale
spectrale.
L’analyse modale spectrale est la méthode de calcul retenue par quasiment tous les BET Structures.
Néanmoins, on présente successivement les deux méthodes.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 48 / 232
3.3. L’analyse par forces latérales

3.3.1. Conditions d’application

Suivant les clauses (1)P et (2) du § 4.3.3.2.1 de l’EC8-1, ce type d’analyse peut être appliqué aux
bâtiments dont la réponse n’est pas affectée de manière significative par les contributions de modes
de vibration de rang plus élevé que le mode fondamental dans chaque direction.
Ces exigences sont considérées comme satisfaites dans les bâtiments qui remplissent les 3
conditions suivantes :

 Ils respectent les critères de régularité en élévation définis suivant le § 4.2.3.3 de l’EC8-1.
 Ils respectent les critères de régularité en plan définis suivant le § 4.2.3.2 de l’EC8-1 et le
tableau 4.1 du § 4.2.3.1 de l’EC8-1.
 Ils présentent dans les 2 directions des périodes de vibration « T1 » inférieures aux valeurs
suivantes :

où « TC » est la limite supérieure des périodes correspondant au palier d’accélération


spectrale constant (Cf. Figure n° 2 et n°4).
Les valeurs de « TC » sont rappelées dans le Tableau suivant en accord avec celles de l’Arrêté du 22
octobre 2010 :

Tableau n° 4 : Valeurs de Tc en fonction des classes de sols et des zones de sismicité

Classes de sol Zone de sismicité 1 à 4 Zone de sismicité 5

A 0,20 0,40

B 0,25 0,50

C 0,40 0,60

D 0,60 0,80

E 0,45 0,50

3.3.2. Calcul de l’effort horizontal total

Connaissant l’ordonnée du spectre de calcul pour la période « T1 », soit « Sd(T1) », on détermine


l’effort tranchant sismique à la base de la structure « Fb » au moyen de l’expression suivante
(Cf. EC8-1 § 4.3.3.2.2) :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 49 / 232
Avec :

 m : masse totale du bâtiment, au-dessus des fondations ou du sommet d’un soubassement


rigide, calculée conformément à la clause (2) du § 3.2.4 de l’EC8-1.
  : coefficient de correction ; sa valeur est égale à  = 0,85 si T1 ≤ 2 .TC et si le bâtiment a
plus de 2 étages, autrement  = 1,0
Pour déterminer les périodes de vibrations « T1 » dans les deux directions, des expressions
approchées peuvent être utilisées et sont proposées dans les clauses (3) et (5) du § 4.3.3.2.2 de
l’EC8-1. On peut aussi utiliser, pour les bâtiments en béton armé, une formule enveloppe T = N/25
où « N » est le nombre d’étages (Cf. BRGM : rapport final GEMGEP 2005) [15].
Une enveloppe haute de la valeur de « Fb » est obtenue en considérant « Sd(T1=TC) » qui est déduit
de la partie horizontale du spectre de calcul pour l’analyse élastique.

3.3.3. Synoptique de calcul

Il est détaillé dans l’exemple d’application (Cf. chapitre 12) pour le comparer à la méthode itérative
prenant en compte les raideurs. Il est préférentiellement à utiliser dans un calcul d’avant-projet et
permet d’avoir un ordre de grandeur de la géométrie des pieux.

3.4. L’analyse modale spectrale

Connaissant les masses et les raideurs de l’ouvrage, on détermine les modes de vibration qui,
couplés avec le spectre de calcul (tenant compte du coefficient de comportement « q »), permettent
d’obtenir la réponse sismique de l’ouvrage et ainsi de déterminer les efforts sismiques dans la
structure.

3.4.1. Les masses sismiques

Dans le calcul sismique, la masse associée aux charges permanentes doit être combinée avec la
masse associée aux charges variables comme définie dans le § 3.2.4 de l’EC8-1, avec i = . i

∑ 𝐺𝑘,𝑗 " + " ∑ Ψ𝐸,𝑖 ⋅ 𝑄𝑘,𝑖

Mais en fait l’équation devrait s’écrire :

𝐺𝑘,𝑗 𝑄
∑ ⁄𝑔 + ∑ |Ψ𝐸,𝑖 ⋅ 𝑘,𝑖⁄𝑔|
𝑘 𝑖

Soit : M = M(G) + i . M(Q)


L’accélération de la pesanteur « g » apparaît dans l’équation parce que les charges permanentes et
variables (G et Q) sont dues à la pesanteur et sont donc exprimées en unités de forces (Newton ou
kiloNewton), alors que les actions sismiques résultant de l’inertie du bâtiment dépendent des
masses (kilogrammes ou tonnes).

Or pour les bâtiments : M = M(G) + . . M(Q) + . ’ . M(N) avec N pour les charges de neige.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 50 / 232
Les coefficients « Ψ2, i » (ou « Ψ’2, i ») sont les coefficients associés aux valeurs quasi-permanentes des
actions variables données dans l’EC0 en fonction des catégories d’actions (Cf. tableau n° A.1.1 de
l’EC0).
 2 : coefficient de masse partielle (tous locaux) :
o habitation (A) : 0,30
o bureaux (B) : 0,30
o lieux de réunion (C) : 0,60
o commerces (D) : 0,60
o stockage (E) : 0,80
o parkings véhicules < 30 kN (F) : 0,60
o parkings véhicules > 30 kN (G) : 0,30
 2’ : coefficient de masse partielle (N = neige) :
o altitude < 1 000 mètres : 0,00
o altitude > 1 000 mètres : 0,20
Le coefficient de corrélation «  » rend compte de la probabilité de présence simultanée des charges
variables lors de l’occurrence du séisme ; il est défini dans le § 4.2.4 de l’EC8-1

Tableau n° 5 : Coefficient de corrélation φ en fonction du type d’action variable

Type d’action variable Etage 

Toit 1,00
Catégorie A à C* Etages à occupations corrélées 0,80

Etages à occupations indépendantes 0,50

Catégorie D à F*, archives 1,00

Catégories définies dans l’EN 1991-1-1-2002

Commentaire : Il est recommandé de supposer les occupations des étages comme indépendantes si
chaque étage est utilisé par un occupant différent. Dans la plupart des autres cas, il convient de
supposer que les occupations sont corrélées.

3.4.2. La raideur de la structure

Sauf justification particulière, la rigidité à la flexion et au cisaillement à prendre en compte pour le


calcul des structures en béton est celle d’une section fissurée égale à la moitié de la rigidité d’une
section non fissurée [Cf. EC8-1 § 4.3.1 (6) et (7)].
Commentaire : A titre conservateur, au stade de la conception, cette clause n’est pas retenue pour le
dimensionnement des pieux.

3.4.3. Les modes propres et combinaisons

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 51 / 232
Le calcul de la raideur de la structure et des masses sismiques va permettre de connaître :

 La période du mode fondamental si une analyse par forces latérales est effectuée
(bâtiments réguliers). Dans ce cas, la réponse sismique de la structure est obtenue en
déterminant l’accélération de calcul pour le mode fondamental de vibration par lecture du
spectre de calcul.
 Les périodes des modes propres si une analyse modale spectrale est effectuée (bâtiments
réguliers et irréguliers). Dans ce cas, la réponse sismique de la structure est obtenue en
déterminant l’accélération de calcul pour chaque mode par lecture du spectre de calcul.
Les combinaisons de types quadratiques ou autres (CQC ou SRSS) permettent de combiner les
modes pour obtenir l’effort sismique par direction : Ex, Ey et éventuellement Ez.

3.4.4. A propos du spectre de réponse et de l’Interaction Sol-Structure

Le spectre de réponse des structures est un outil pour estimer la réponse d’un bâtiment au séisme.
En général il s’agit de réponse en accélération (mais il existe des spectres en déplacement et en
vitesse).
Le spectre de réponse est un graphique sur lequel on lit les valeurs maximales de l’amplification du
mouvement de sol. Il caractérise le type de sol. Il est évalué pour le pic du mouvement sismique et il
est établi pour un amortissement relatif donné.
Les spectres de réponses ne prennent pas en compte, entre autres, l’Interaction Sol-Structure : les
constructions sont considérées comme parfaitement encastrées dans un sol infiniment rigide.
L’importance de l’effet de cette interaction sur le spectre dépend de plusieurs facteurs :
 La dimension de la fondation de l’ouvrage par rapport aux longueurs d’ondes les plus
importantes.
 La raideur de la fondation par rapport au sol.
 Le type et la profondeur de la fondation.
 Les premières périodes naturelles de vibration de la structure comparées avec les périodes
dominantes du terrain.

 L’élancement et le degré de linéarité de l’ouvrage.


Au sens de la clause (2)P du chapitre 6 de l’EC8-5, l’Interaction Sol-Structure doit toujours être
considérée pour les fondations sur pieux.
L’Interaction Sol-Structure pour les structures sur pieux peut être prise en compte de deux façons
différentes :
 Soit en représentant la rigidité et l’amortissement du sol et des pieux par la rigidité en tête
de pieu.
 Soit en modélisant le pieu par des éléments de poutre connectés à des ressorts et
amortisseurs représentant l’interaction entre le sol et le pieu.
La première approche ne fournit que les efforts en tête de pieu, qui doivent être redistribués le long
du pieu pour obtenir les efforts internes à celui-ci. La deuxième approche donne directement les
efforts internes au pieu résultant de l’interaction inertielle mais au prix de calculs plus importants.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 52 / 232
Dans le cadre de ce Guide, nous détaillerons plus spécifiquement la première approche.

3.4.5. A propos de l’amortissement

L’amortissement est une propriété dynamique d’un système mécanique qui s’oppose aux
déformations et aux déplacements.
La réponse des structures soumises aux forces sismiques, variables au cours du temps, dépend en
particulier des propriétés d’amortissement des matériaux constitutifs de la structure, des
assemblages des différents éléments de structure et des liaisons avec le milieu environnant, et donc
de l’Interaction Sol-Structure.
L’amortissement d’une structure en oscillation représente la capacité de cette structure à réduire
l’amplitude des oscillations par dissipation d’énergie sous forme de chaleur. L’amortissement est
caractéristique de chaque structure.
Il se compose :

 De l’amortissement structural représentant la principale cause de dissipation d’énergie. Il


comporte deux termes : un amortissement visqueux dépendant de la fréquence et un
amortissement d’hystérésis indépendant de la fréquence et ayant son origine dans la non-
linéarité du comportement des éléments structuraux.
 Des amortissements externes qui correspondent à des frottements divers. On classe dans
cette famille le frottement entre les fondations et le sol (ou amortissement géométrique),
pris en compte dans les modèles de l’Interaction Sol-Structure. Pour le sol, il convient
également de considérer l’amortissement interne du sol, causé par le comportement
inélastique du sol sous chargement cyclique et l’amortissement radiatif, causé par la
propagation des ondes sismiques à partir de la fondation.
L’amortissement structural et les amortissements externes liés aux frottements sont convertis en un
amortissement équivalent exprimé en termes d’amortissement effectif « ξ » qui est un des
paramètres du calcul du comportement dynamique. Il est exprimé en pourcentage de
l’amortissement critique [c’est-à-dire l’amortissement strictement suffisant à un oscillateur déporté
de sa position d’équilibre pour qu’il revienne au repos sans effectuer d’oscillations (100 % de
l’énergie est dissipée sur un cycle)].
Dans les calculs de type élastique en utilisant un spectre de calcul « Sd(T) », l’amortissement effectif
est « intégré » dans le coefficient de comportement.
Pour les calculs d’Interaction Sol-Structure (Cf. Annexe H), il y a nécessité d’utiliser l’amortissement
interne et l’amortissement radiatif du sol. L’amortissement interne du sol est obtenu par exemple
par un essai à la colonne résonnante. A défaut de mesure directe, on utilisera le Tableau 4.1 du
§ 4.2.3 de l’EC8-5 rappelé au § 7.2.2 de ce Guide.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 53 / 232
3.5. Les effets du séisme

3.5.1. Combinaisons d’actions apportées en pied de structure

Par utilisation du § 4.3.3.5 de l’EC8-1, l’effet total du séisme apporté en pied de superstructure, soit
AEd, est obtenu en combinant les efforts sismiques par direction Ox, Oy et Oz, respectivement EEdx, EEdy
et EEdz.
La réponse inertielle associée à une excitation sismique selon l'axe principal Ox génère un vecteur
force EEdx dont les 3 composantes sont notées EEdxx, EEdxy et EEdxz.

 EEdxy est généralement faible par rapport à EEdxx.


 EEdxz représente la composante verticale.
La réponse inertielle associée à une excitation sismique selon l'axe principal Oy génère un vecteur
force EEdy dont les 3 composantes sont notées EEdyx, EEdyy et EEdyz.
 EEdyx est généralement faible par rapport à EEdyy.

 EEdyz représente la composante verticale.


La réponse inertielle associée à une excitation sismique selon l'axe principal Oz génère un vecteur
force EEdz dont les 3 composantes sont notées EEdzx, EEdzy et EEdzz.

 EEdzz représente la composante verticale.


En pratique et d’après les valeurs fournies par l’Arrêté du 22 octobre 2010, il n’y a pas lieu de
prendre en compte la composante verticale de l’action sismique EEdz en zones de sismicité 1 à 4. En
revanche, elle sera à prendre en compte en zone de sismicité 5 (avg > 0,25 g) et pour les bâtiments
de catégories III et IV.
Dans ce dernier cas, et par application de la clause (3) du § 4.3.3.5.1 de l’EC8-1 et de la clause (4) du
§ 4.3.3.5.2 de l’EC8-1, on applique les 24 combinaisons de Newmark, et on peut ainsi calculer
E = EF, E :

𝐸⃗ = ±𝐸
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑑𝑥 ± 0,3. 𝐸𝐸𝑑𝑦 ± 0,3. 𝐸𝐸𝑑𝑧

𝐸𝑥 ±𝐸𝑥𝑥 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑥 ± 0,3. 𝐸𝑧𝑥


𝐸⃗ = (𝐸𝑦) = (±𝐸𝑥𝑦 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑦 ± 0,3. 𝐸𝑧𝑦)
𝐸𝑧 ±𝐸𝑥𝑧 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑧 ± 0,3. 𝐸𝑧𝑧

𝐸⃗ = ±0,3. ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑥 ± ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑦 ± 0,3.⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑧
𝐸𝑥 ±0,3. 𝐸𝑥𝑥 ± 𝐸𝑦𝑥 ± 0,3. 𝐸𝑧𝑥
⃗𝐸 = (𝐸𝑦) = (±0,3. 𝐸𝑥𝑦 ± 𝐸𝑦𝑦 ± 0,3. 𝐸𝑧𝑦)
𝐸𝑧 ±0,3. 𝐸𝑥𝑧 ± 𝐸𝑦𝑧 ± 0,3. 𝐸𝑧𝑧

𝐸⃗ = ±0,3. ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑥 ± 0,3. ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑦 ± ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑧

𝐸𝑥 ±0,3. 𝐸𝑥𝑥 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑥 ± 𝐸𝑧𝑥


𝐸⃗ = (𝐸𝑦) = (±0,3. 𝐸𝑥𝑦 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑦 ± 𝐸𝑧𝑦)
𝐸𝑧 ±0,3. 𝐸𝑥𝑧 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑧 ± 𝐸𝑧𝑧

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 54 / 232
Dans le cas où le séisme vertical est négligé, on retient les 8 combinaisons suivantes :

𝐸⃗ = ±𝐸
⃗⃗⃗⃗𝑥 ± 0,3. ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑦
𝐸𝑥 ±𝐸𝑥𝑥 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑥
𝐸⃗ = ( ) = ( )
𝐸𝑦 ±𝐸𝑥𝑦 ± 0,3. 𝐸𝑦𝑦

𝐸⃗ = ±0,3. ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑥 ± ⃗⃗⃗⃗
𝐸𝑦
𝐸𝑥 ±0,3. 𝐸𝑥𝑥 ± 𝐸𝑦𝑥
𝐸⃗ = ( ) = ( )
𝐸𝑦 ±0,3. 𝐸𝑥𝑦 ± 𝐸𝑦𝑦
Pour calculer l'effort horizontal sismique, les 8 combinaisons horizontales de Newmark (EF, DHi) à
appliquer sont les suivantes :
 CNH1 : [(+1,0.EEdxx +0,3.EEdyx)2 + (+1,0.EEdxy +0,3.EEdyy)2]0,5

 CNH2 : [(+1,0.EEdxx -0,3.EEdyx)2 + (+1,0.EEdxy -0,3.EEdyy)2]0,5


 CNH3 : [(-1,0.EEdxx +0,3.EEdyx)2 + (-1,0.EEdxy +0,3.EEdyy)2]0,5

 CNH4 : [(-1,0.EEdxx -0,3.EEdyx)2 + (-1,0.EEdxy -0,3.EEdyy)2]0,5


 CNH5 : [(+0,3.EEdxx +1,0.EEdyx)2 + (+0,3.EEdxy +1,0.EEdyy)2]0,5
 CNH6 : [(+0,3.EEdxx -1,0.EEdyx)2 + (+0,3.EEdxy -1,0.EEdyy)2]0,5

 CNH7 : [(-0,3.EEdxx +1,0.EEdyx)2 + (-0,3.EEdxy +1,0.EEdyy)2]0,5


 CNH8 : [(-0,3.EEdxx -1,0.EEdyx)2 + (-0,3.EEdxy -1,0.EEdyy)2]0,5
Pour calculer l'effort vertical sismique, les 8 combinaisons verticales de Newmark (CNVi) à appliquer
sont les suivantes :
 CNV1 : +1,0.EEdxz +0,3.EEdyz
 CNV2 : +1,0.EEdxz -0,3.EEdyz
 CNV3 : -1,0.EEdxz +0,3.EEdyz

 CNV4 : -1,0.EEdxz -0,3.EEdyz


 CNV5 : +0,3.EEdxz +1,0.EEdyz
 CNV6 : +0,3.EEdxz -1,0.EEdyz
 CNV7 : -0,3.EEdxz +1,0.EEdyz,

 CNV8 : -0,3.EEdxz -1,0.EEdyz


Pour obtenir l’action sismique « Aed », on combine les différentes combinaisons de Newmark CNHi et
les CNVi deux à deux.
Commentaire : Dans le cas de la méthode complète (Cf. § 6.4.1.1 de ce Guide), le travail sur les
combinaisons de Newmark s’applique également pour les moments CNMi
Comme proposé au § 6.4.3.4 de l’EC0, les combinaisons d’actions pour les situations de projets
sismiques sont les suivantes, où Ed est l’état limite ultime sismique :

𝐸𝑑 = 𝐸{𝐺𝑘,𝑗 ; 𝑃 ; 𝐴𝐸𝑑 ; Ψ2,𝑖 . 𝑄𝑘,𝑖 } 𝑗 ≥ 1 ; 𝑖 ≥ 1

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 55 / 232
La combinaison des actions entre parenthèses { } peut s’exprimer par :

∑ 𝐺𝑘,𝑗 "+"P"+"𝐴𝐸𝑑 "+" ∑ 𝜓2,𝑖 . 𝑄𝑘,𝑖


𝑗≥1 𝑖≥1


 « Gkj » désigne les actions permanentes.

 « P » désigne l’action de la précontrainte lorsqu’il a lieu.

 « AEd » est la valeur de calcul de l’action sismique. « AEd » inclut le coefficient d’importance
« γI » correspondant soit à l’état limite ultime, soit à l’état limite de limitation des
dommages ; « AEd » correspond à l’effort sismique déduit des 8 ou 24 combinaisons de
Newmark.

  « 2, i » désigne le pourcentage des valeurs quasi permanentes des actions variables
présentes lors du séisme. Les valeurs représentatives des « 2, i » sont données dans le
Tableau n° 9.2 et A1.1 de l’EC0.
Commentaire : Le Guide propose d’associer le risque sismique avec un niveau de nappe phréatique
quasi permanent, donc de prendre les eaux basses EB comme niveau quasi permanent de référence.

Tableau n° 6 : Valeurs de calculs d’actions à utiliser dans les combinaisons d’actions accidentelles et sismiques
(d’après EN 1990 / 2002, annexe A1)

Ces combinaisons d’actions donnent les effets de calcul de l’état limite ultime sismique « Ed » : ce
sera le torseur à utiliser pour le dimensionnement de la structure.
Mais ce n’est pas encore celui à utiliser directement pour le dimensionnement des fondations.

3.5.2. Combinaisons d’actions en tête de fondations

On doit tenir compte du § 5.3.1 de l’EC8-5 (incidence du dimensionnement de la structure)


concernant la clause (1)P « Structure dissipatives » et la clause (2)P « Structure non dissipatives ».
Ainsi, pour une classe de ductilité de type DCL, il n’y a pas de notion particulière de
dimensionnement en capacité.

Pour une classe de ductilité DCM, il y a lieu de retenir un coefficient de surcapacité « Rd .  »,
calculé par le BET Structures ou forfaitaire tel que défini au § 4.2.2 de ce Guide.
Finalement, le torseur des efforts à retenir pour le calcul des fondations est le suivant :
𝐸𝐹𝑑 = 𝐸𝐹,𝐺 + 𝛾𝑅𝑑 . Ω . 𝐸𝐹,𝐸

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 56 / 232
 Effet dû aux actions non sismiques :

o EF, G =  Gk, j + « P » +  2, i . Qk, i


o EF, G =  Gk, j + « P »
 Effet dû aux actions sismiques (égal à l’action sismique) et obtenu comme expliqué au
§ 3.5.1 précédent :
o EF, E = AEd
Commentaire : Il est d’usage d’effectuer les combinaisons sismiques avec ou sans les charges
variables (affectées de 2) et avec les forces sismiques issues d’une analyse modale spectrale unique
où les charges variables sont affectées de « ϕ . 2 ». Néanmoins, cette méthode est simplificatrice et
peut être affinée dans certaines situations de projet via une seconde analyse modale spectrale sous
charges permanentes seules pour le jeu de combinaison :
 Gk, j + « P » + AEd
On attire l’attention sur certains systèmes de contreventement qui font apparaître des efforts
d’arrachement élevés dont l’ancrage dans la structure et la reprise dans le sol peuvent être difficiles à
réaliser et qui peuvent nécessiter des analyses locales (Cf. § 6.3.4 de ce Guide).

4. Principes de conception des pieux


4.1. Conditions aux limites

4.1.1. Généralités

On rappelle que « les fondations et leurs liaisons avec la superstructure doivent assurer une
excitation sismique uniforme de l'ensemble du bâtiment » [Cf. EC8-1 § 4.2.1.6 (1)P], et qu’il est donc
recommandé de relier les pieux par un diaphragme (dalle ou dallage armé) ou par un réseau de
longrines, tout en restant conforme au § 5.4.1.2 de l’EC8-5.
Pour le calcul des éléments de fondations profondes, il est nécessaire de définir des conditions aux
limites en pied et en tête (en termes de déplacement ou de forces.)
Ces conditions dépendent de la liaison d’une part en tête de la fondation avec la structure et d’autre
part en pied suivant le degré d’ancrage dans le substratum sismique. Par conditions, on entend les
déplacements horizontaux et les rotations suivant X et Y ainsi que le torseur d’efforts dans les
mêmes directions, Z étant l’axe vertical.
Elles s’associent de la manière suivante :
 Déplacement et rotation.

 Déplacement et moment.
 Effort tranchant et rotation.

 Effort tranchant et moment.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 57 / 232
On appellera conventionnellement, en référence aux valeurs de calcul du § 5.4.2 de l’EC8-5 :

 Torseur d’efforts inertiels et statiques apporté par la structure en tête de fondation.


o NEd (z=0) = NEd0 : effort normal en tête,
o VEd (z=0) = VEd0 : effort horizontal en tête,
o MEd (z=0) = MEd0 : moment en tête.
 Efforts internes dans la fondation en fonction de la profondeur « z » soumise aux efforts
inertiels et statiques, ainsi que dans certains cas aux efforts induits par les déformations en
champ libre (efforts d’origine cinématique).
o N(z) : effort normal à la profondeur z,
o V(z) : effort horizontal à la profondeur z,
o M(z) : moment à la profondeur z.

4.1.2. Prise en compte des diaphragmes

4.1.2.1. Introduction

Il existe trois situations de projet différentes pour la détermination des efforts inertiels.

4.1.2.1.1. Présence d’un diaphragme rigide en tête des pieux

a/. La première descente de charges issue de l’analyse modale spectrale ne tient pas compte de la
réalité physique de répartition des résultantes horizontales et de blocage de la torsion d’ensemble.
b/. Une redistribution doit être effectuée a posteriori. Elle doit considérer les effets globaux de
l’effort tranchant et du moment de torsion le cas échéant. Elle s’effectue au prorata des rigidités des
éléments de fondations :
 En première approche, elle peut se faire au prorata des diamètres et du type de liaison
(rotule ou encastrement) de chaque appui.

 D Dx 
H i  VEd   i  d  i i 2 
 D  Di x i 
 i i i 
 Avec :

o Di = i . i où i = 1 quand le pieu est libre en rotation et 2


quand il est encastré ;
o i : diamètre des pieux ;
o xi : coordonnée suivant l’une des directions horizontales
dans le repère GXY ;
o G : centre de raideur des pieux calculé sur la base des
« Di » (Cf. Tableau n° 64 et Tableau n° 65 de l’annexe I.5) ;
o Ved : effort horizontal total (également noté « Fb » dans
l’EC8) ;

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 58 / 232
o d : distance entre l’effort horizontal et le centre de raideur
des pieux.
 Sinon, l’Entreprise de Fondations (ou le Géotechnicien) devra avoir reçu une première
descente verticale par appui pour calculer le diamètre du pieu et en définir sa matrice de
rigidité.
c/. Le plus souvent la redistribution nécessite un dialogue et une itération avec le bureau d’études
de fondations (ou, en phase conception, avec le Géotechnicien).
Au terme de cette redistribution, le BET Structures donne les torseurs en tête des pieux qui
comprennent :

 Les composantes verticales issues du modèle.

 Les composantes horizontales : efforts tranchants et moments.

4.1.2.1.2. Présence d’éléments justifiant un comportement global non isotrope

Il s’agit par exemple de files rigides dans une seule direction, de voiles, ou de diaphragme souple.
L’analyse de la répartition se fait au cas par cas comme décrit au § 4.1.2.1.1.c précédent.

4.1.2.1.3. Absence de diaphragme rigide en tête des pieux

La descente de charge issue de l’analyse modale spectrale donne les torseurs en tête de pieux sans
qu’une redistribution ne soit nécessaire. Le BET Structures les communique au bureau d’études de
fondations.
Commentaire : Conformément à la clause (2)P du § 5.2 de l’EC8-5, « les effets des déplacements
horizontaux relatifs entre les éléments verticaux doivent être pris en compte dans le choix de la
rigidité de la fondation dans son plan horizontal ».
Commentaire : Conformément à la clause (1)P du § 5.4.1.2 de l’EC8-5, « les effets supplémentaires
des actions induits dans la structure par des déplacements relatifs horizontaux au niveau de la
fondation doivent être évalués et des dispositions appropriées pour adapter le dimensionnement
doivent être prises ». Une approche des valeurs de déplacement peut être faite selon la clause (6) du
§ 3.3 de l’EC8-2.

4.1.2.2. Nature du diaphragme

Dans le cas de bâtiments, et conformément à la clause (2) du § 5.4.1.2 de l’EC8-5, le liaisonnement


horizontal entre fondations est rendu nécessaire (afin de répondre à la clause (1)P du § 5.4.1.2 de
l’EC8-5), sauf dans les deux cas suivants :

 Sols de classe A.

 Sols de classe B et zone 2 (faible sismicité).


Le diaphragme rigide en tête des pieux est assuré par la présence :
 De longrines bi-directionnelles immédiatement en tête des pieux et encastrées vis-à-vis
d’effets de rotation horizontaux (cas de torsion) le cas échéant. Ces longrines doivent alors
être dimensionnées pour transmettre ces efforts en conformité avec le § 5.8.2 de l’EC8-1 et
avec l’Annexe Nationale correspondante.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 59 / 232
 D’un plancher porté.
o Les poutres du plancher inférieur d’un bâtiment peuvent être considérées comme
des longrines pour autant qu’elles soient situées à une distance des têtes de pieux
inférieure à 1 m.
o Commentaire : Ces dispositions permettent de ne pas créer des poteaux courts.
 D’un dallage, à condition qu'il soit également situé à moins de 1 m des têtes de pieux
[Cf. EC8-5 § 5.4.1.2 (2) et (3)].
Commentaire : Ces dispositions permettent de ne pas créer des poteaux courts.
Dans ce cas, le dallage doit être liaisonné aux têtes de pieux et le ferraillage minimum est
égal à 0,4 % dans chaque direction conformément au § 5.5.2.1 de la norme NF P 11-213-1
(DTU 13.3).
Ce dallage, en particulier les zones jouant le rôle de longrines, doit être étudié et
dimensionné vis-à-vis des efforts sismiques [Cf. l’EC8-5 § 5.4.1.2 (6)].
Commentaire : La proposition formulée dans le § 5.8.2 de la FD P06-031 consistant à réaliser
un réseau de peignes, comme représenté sur la figure suivante, pourra être envisagée dans
le cas d’ouvrage de grandes dimensions type hall industriel ou centre commercial. Il suffit de
prévoir une longrine périphérique et de relier par des longrines les éléments porteurs de
pourtour à ceux adjacents à l’intérieur du bâtiment. Ce réseau de peignes périphériques
enserre un dallage central constitué d’un ensemble de parties de dallage séparées, entre
elles et vis-à-vis des éléments porteurs, par des joints : de ce fait ces parties de dallage
central ne sont pas armées (zone hachurée de la Figure n° 21).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 60 / 232
Figure n° 21 : Peignes de longrines et zone de dallage non armé (d’après FD P06-031)

4.1.3. Conditions en tête

Les conditions en tête doivent être définies par le BET Structures.


Les pieux peuvent être régis par les conditions en tête suivantes.

4.1.3.1. Conditions sur les déplacements

Le pieu d’un bâtiment suit globalement (en fonction de sa raideur) les déplacements du sol imposés
par l’action sismique en champ libre « g(z) » provenant de l’effet cinématique (Cf. § 7.3 de ce Guide).
Les déplacements en tête de fondations sont également liés aux efforts dits « inertiels »
(Cf. chapitre 6).
Dans l’approche de ce Guide, ces deux phénomènes sont dissociés. Leur cumul fait l’objet du
chapitre 8.

4.1.3.2. Conditions sur les rotations

La liaison en tête des pieux se traduit par une matrice de rigidité ou par une matrice de souplesse.
On peut simplifier, en première approche, par une liaison libre ou par une liaison encastrée. On
détaille dans les chapitres suivants les différents cas.

4.1.3.2.1. Hypothèse d’un « encastrement élastique » : méthode complète avec couplage

La condition d’encastrement parfait, ou celle d’un pieu articulé, est bien évidemment théorique et
pas forcément représentative de la réalité qui est le plus souvent régie par des conditions
intermédiaires.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 61 / 232
Dans ce cas de conditions intermédiaires, on peut définir un encastrement élastique avec sa matrice
de rigidité telle que :

 N Ed (0)   KVV 0 0   v
    
 VEd (0)    0 K HH K HM . u 
 M (0)   0 K MM   θ 
 Ed   K HM

Avec :

 KVV : raideur verticale.


 KHH : raideur horizontale.
 KMM : raideur en rotation.
 KHM : raideur couplée (rotation/translation horizontale).
Le calcul de ces raideurs est développé au chapitre 6.

4.1.3.2.2. Méthode simplifiée sans couplage

L’ingénieur Structure peut simplifier les conditions d’appuis en tête, en prenant soit un appui
parfaitement articulé, soit un appui parfaitement encastré. Dans ce cas, il n’y a que la raideur
horizontale.
La condition d’appui peut être différente selon la direction du séisme.

4.1.3.2.2.1. Hypothèse encastrée (c.-à-d. rotation bloquée en tête)

Il s’agit d’un pieu parfaitement encastré dans un chevêtre rigide défini par une
rotation bloquée au niveau de l’interface pieu/ structure tel que ϴ(0) = 0.
Le chevêtre est généralement libre vis-à-vis des déplacements horizontaux
(Cf. § 4.1.4.1 de ce Guide).

4.1.3.2.2.2. Hypothèse articulée, (c.-à-d. rotation non bloquée en tête, et


moment nul en tête)

Il s’agit d’un pieu libre en rotation tel que ϴ(0) ≠ 0.


Le pieu est également libre en translation (Cf. § 4.1.3.1 de ce Guide).

4.1.3.3. Principe de calcul

En conformité avec le § 1.6.a de ce Guide, si le BET Structures n’a pas prévu de définir
par appui la première matrice de souplesse permettant la première itération donnant
les torseurs d’efforts en tête de pieu, il faut répartir le total des efforts horizontaux
comme décrit au § 4.1.2.1.1 b de ce Guide.
Commentaire : Cette première matrice de rigidité peut être réduite à « KHH », avec
module constant et KVV = KMM = KHM = 0

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 62 / 232
Commentaire : Dans le cas d’ouvrages courants où les études de conception ne proposent pas une
matrice de rigidité, on pourra se rattacher aux deux premières conditions, « encastrement » ou «
libre en tête » en tenant compte des remarques du § suivant.
Au terme de cette première descente de charges, le BET Géotechnique ou l’Entreprise de Fondations
définit par appui une matrice de souplesse directement dépendante de la raideur des pieux suivant
les principes énoncés précédemment afin que le BET Structures tienne compte, dans l’estimation
des descentes de charges pour son bâtiment, de conditions d’appuis plus proches de la réalité.
Des itérations sont faites entre le BET Structures (qui calcule les modes de vibrations et le torseur
des efforts générés en tête de fondations) et le concepteur des fondations qui affine les raideurs sur
la base de ces torseurs d’efforts, jusqu’à convergence des modèles.

4.1.4. Conditions en pied

Les conditions en pied de fondations dépendent des conditions réelles d’encastrement des
fondations dans le substratum (soit géotechnique soit sismique) et de la nature même de la
fondation (pieux, barrettes) :
 Substratum sismique : par convention, formation continue dont la vitesse des ondes de
cisaillement est telle que Vs > 800 m/s.
 Substratum géotechnique : formation dans laquelle la fondation est ancrée, sans être
nécessairement confondue avec le substratum sismique.
En référence à la norme NF P 94-262 (Cf. annexes F et G) et sous conditions sismiques, lorsqu’on a
un ancrage minimum dans le substratum sismique supérieur ou égal à 3 diamètres (ou 3 B avec B
largeur de la plus petite dimension de la fondation), on considère une rotation nulle au toit du
substratum (en cas où on ne modélise pas le substratum).
Dans tous les cas, en pied de pieux (Zpieu : Cf. Figure n° 22), on considère que l’effort tranchant et le
moment fléchissant sont nuls, donc que le déplacement n’est pas nul. Néanmoins, en fonction du
moment d’inertie de l’élément de fondation, on pourra considérer éventuellement les efforts de
rappel en pied (exemple des barrettes dans le sens de l’inertie principale).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 63 / 232
4.1.5. Synthèse des conditions aux limites

Tableau n° 7 : Conditions aux limites en fonction des différents cas d’encastrement possibles

Cinématique + inertiel
Condition d’appui de la
Condition Déplacement
fondation u  V M

Encastré dans la
0 0 VEd0  0 MEd0  0
structure
En tête libre
Articulé 0 0 VEd0  0 MEd0 = 0

Encastrement élastique 0 0 VEd0 / u (0) 0 MEd0 / (0) 0

V(zancrage) ≠
Ancrage ≥ 3B dans le M(zancrage) ≠ 0***
0 0 0***
substratum sismique
V(zpied) = 0* M(zpied) = 0*
En pied libre
V(zancrage) ≠ M(zancrage) ≠ou≈
Autre cas** 0 0 0*** 0****

V(zpied) = 0* M(zpied) = 0*

* Pour les barrettes (et/ou pour certains pieux de grande inertie), on pourra prendre en compte en
pied une réaction élastique (en termes de raideur horizontale et en rotation) induisant un moment
de rappel et un effort tranchant.
** Ancrage dans le substratum géotechnique ou inférieur à 3.B dans le substratum sismique.
*** Moment maximal M(zancrage) et effort tranchant maximal V(zancrage) de retournement dans la zone
d’ancrage.
**** dépend de la longueur de la fondation dans le substratum géotechnique.

Zancrage

substratum
Zpied

Figure n° 22 : Définitions de Zancrage et Zpied

4.2. Conditions et classes de ductilité

4.2.1. Dimensionnement des fondations pour des structures conçues en DCL

Au sens de la clause (2)P du § 5.3.1 de l’EC8-5 et de la clause (2) du § 2.2.2 de l’EC8-1, aucun
dimensionnement en capacité n’est exigé.
Les actions de dimensionnement pour les fondations découlent directement du modèle de calcul de
la structure.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 64 / 232
4.2.2. Dimensionnement usuel des fondations en capacité (DCM)

4.2.2.1. Principe

Au sens de la clause (1)P du § 5.3.1 de l’EC8-5, les effets de l’action sur les éléments des fondations
doivent être déduits de considérations de dimensionnement en capacité en tenant compte
d’éventuelles sur-résistances. A défaut d’un calcul en capacité exact (nécessitant de connaître la
résistance de l’élément porté par la fondation), on applique le Tableau n° 8 pour estimer « Rd  »

Tableau n° 8 : Coefficients «  »et « Rd » pour le calcul de la composante sismique

Effort vertical Effort horizontal

 Rd  Rd

DCM avec diaphragme et q > 1,5 1 1,4 1 1,4

DCM sans diaphragme avec q > 1,5 Rd . = Max (1,4 ; q/1,5)

Commentaire : La surcapacité ne s’applique que si q >1,5

4.2.2.2. Conduite à tenir si q > 1,5

Au stade de l’appel d’offres, sans précision fournie par le BET Structures, on suppose que les effets
du coefficient de surcapacité sont intégrés dans la descente de charges.
A la fin de la phase de conception, la formalisation de la descente de charges prenant en compte ou
non le coefficient de surcapacité devra être fournie par le BET Structures.
La clause (3)P du § 5.8.1 de L’EC8-1 laisse entendre qu’on pourrait ne pas prendre en compte les
coefficients de sur-résistance. Cependant, cet article est en contradiction avec la clause (1)P du
§ 5.3.1 de l’EC8-5 qui prime sur l’EC8-1, et avec le Fascicule de Documentation FD P 06-031. Ces deux
textes imposent un dimensionnement en capacité pour les structures dissipatives (DCM) pour
lesquelles q > 1,5. On ne peut donc pas appliquer la clause (3)P du § 5.8.1 de l’EC8-1.

4.3. Conditions d’action du séisme vertical

En zone de sismicité 5, lorsque « avg » est supérieure à 0,25 g (2,5 m/s2) d’après la clause (1) du
§ 4.3.3.5.2 de l’EC8-1 et en conformité avec les valeurs de « avg/ag » fournies par l’Arrêté du 22
octobre 2011 modifié par l’Arrêté du 19 juillet 2011, il y a lieu de prendre en compte la composante
verticale de l’action sismique. En revanche, en zone de sismicité 1 à 4, il n’y a pas lieu de prendre en
compte la composante verticale de l’action sismique.
Néanmoins, cette considération ne doit pas faire occulter que, dans tous les cas, les efforts
horizontaux dus au signal sismique peuvent générer des charges verticales non négligeables dans
certains éléments des fondations (effets de balancement de la structure).

4.4. Principes de modélisation de l’interaction de la structure avec les fondations

Conformément au § 1.6 de ce Guide, la modélisation sans interaction avec les fondations ne peut
être utilisée qu’au titre d’un prédimensionnement (première étape), et doit être poursuivie par l’une
ou l’autre des méthodes « 1 » et « 2 » suivantes. Dans cette première étape, on considère que le

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 65 / 232
bâtiment est bloqué à sa base (appuis fixes en X, Y et Z). Cette modélisation tient compte des
fréquences propres du bâtiment considéré sans influence de ses fondations.
Il y a deux méthodes pour prendre en compte les effets de l’interaction avec les fondations :
 La méthode 1 consiste à modéliser chaque pieu par une matrice de rigidité en tête de pieu,
en n’oubliant pas de prendre en compte les effets de groupe conformément à ce que
préconise la norme NF P 94-262.

 La méthode 2 consiste à modéliser les pieux toute hauteur avec des ressorts le long du pieu,
en n’oubliant pas de prendre en compte les effets de groupe conformément à ce que
préconise la norme NF P 94-262.

4.4.1. Méthode 1

Les fondations sont modélisées par une matrice de rigidité (ressort) située en tête de ces fondations
(Cf. Figure n° 23).
Ces matrices de rigidité sont développées au chapitre 6. Il existe deux méthodes pour calculer ces
matrices, qu’on appelle « méthode complète » et « méthode simplifiée » développées au § 6.4 de ce
Guide.
De ce fait, le calcul mené par le BET Structures prend en compte les déplacements supplémentaires
du bâtiment liés aux matrices de rigidité.

Figure n° 23 : Modélisation d’un pieu par une matrice de rigidité en tête

Dans ce modèle, l’accélération à prendre en compte pour les efforts inertiels est celle définie à la
base du bâtiment, donc à la tête des pieux.
La « Vs, 30 » et le profil stratigraphique utilisés pour obtenir la classe de sol et la définition du spectre
sont définis à partir de la tête du pieu. De ce fait, le sol situé entre le terrain naturel et la tête de
pieu n’est pris en compte ni dans le calcul de la « Vs, 30 » ni dans la définition du profil
stratigraphique. On doit reprendre les calculs de « Vs » depuis la tête du pieu jusqu’au substratum
sismique pour définir les déformations en champ libre (Cf. Figure n° 24).
Commentaire : La prise en compte du spectre correspondant à la classe de sols définie par le terrain
sous la tête de pieu (en champ libre) n’est théoriquement licite que lorsque les pieux sont flexibles par
rapport au sol, ce qui correspond à une interaction cinématique nulle (Cf. § 1.6 de ce Guide).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 66 / 232
TN

Vs

Substratum sismique

Figure n° 24 : Vs à considérer dans le cas où le pieu est représenté par une matrice de rigidité

4.4.2. Méthode 2

On modélise la réaction du sol sur les pieux par une série de ressorts tout au long du pieu et à sa
base.
Dans ce modèle, l’accélération à prendre en compte pour les efforts inertiels est celle définie en tête
de pieux.

4.4.2.1. Pour les efforts inertiels

La « Vs, 30 » et le profil stratigraphique utilisés pour obtenir la classe de sol et la définition du spectre
sont définis à partir de la tête du pieu. De ce fait, le sol situé entre le terrain naturel et la tête du
pieu n’est pris en compte ni dans le calcul de la « Vs, 30 » ni dans la définition du profil
stratigraphique.

4.4.2.2. Pour les effets cinématiques

La « Vs,30 » et le profil stratigraphique utilisés pour obtenir la classe de sol et la définition du spectre
sont définis à partir de la tête du pieu. De ce fait, le sol situé entre le terrain naturel et la tête du
pieu n’est pris en compte ni dans le calcul de la « Vs, 30 » ni dans la définition du profil stratigraphique
(Cf. Figure n° 25).

Vs pour les effets


cinématiques et inertiels

Substratum sismique

Figure n° 25 : Vs à considérer dans le cas d’une modélisation des pieux toute hauteur avec des ressorts disposés
le long du pieu.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 67 / 232
4.4.3. Cas particuliers des soutènements

4.4.3.1. Cas avec pieux intérieurs

Dans le cas d’infrastructure fondée sur pieux obligatoirement reliés par un diaphragme constitué par
le plancher bas, la 1ère méthode s’applique préférentiellement.
Sauf spécifications particulières et dispositions géométriques défavorables, il est admis de mobiliser
la pression en butée sur les parois d’infrastructures.
Pour les calculs des pieux de fondation (aussi bien à l’intérieur de la fouille qu’en périphérie), on
retient une vitesse « Vs1 » calculée à partir de la tête des pieux ce qui permet de définir les efforts
inertiels du bâtiment et les déplacements cinématiques (Cf. Figure n° 26).
Pour les calculs du soutènement au-dessus du fond de fouille, on retient une vitesse « Vs2 » calculée
à partir du terrain naturel.
Dans le cadre de cette méthode 1, l’équilibre global du bâtiment est vérifié en prenant en compte :

 La part des efforts statiques et des efforts dynamiques apportés par la structure calculée à
partir de « Vs1 », à la fois pour les fondations centrales et pour la fiche des soutènements
périphériques ; les fondations centrales et ces fiches de soutènements seront modélisées
de la même manière par des ressorts appliqués en fond de fouille.
 La poussée statique et l’incrément de poussée dynamique calculé à partir de « Vs2 » (*).

 Et enfin la butée limitée à la poussée passive statique, calculée avec une obliquité nulle
selon la clause (6)P du § 7.3.2.3 de l’EC8-5 (*) sans tenir compte, par défaut, des efforts de
frottement horizontaux sur les faces latérales.
o Commentaire : Si on veut tenir compte des efforts de frottement horizontaux sur les
faces latérales et par application de la clause (3) du § 5.3.2 de l’EC8-5, la butée sera
limitée à 30 % de la valeur précédente.
o (*) Pour les calculs de poussée-butée, on considère les coefficients partiels suivant la
clause (3) du § 3.1 de l’EC8-5.
o Commentaire : La possibilité d’atteindre la poussée passive statique se fonde sur le
principe que, la structure étant intégrée au modèle, la compatibilité des
déplacements est vérifiée ; par simplification, le coefficient de réaction pris en
compte pour la détermination de la butée mobilisée du côté opposé à l’incrément
dynamique en poussée est le même qu’en situation statique.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 68 / 232
Pd : Incrément de poussée dynamique
Kp : Poussée élasto-plastique passive
Fe : Force extérieure sur le sol

Substratum sismique
Figure n° 26 : Modélisation des pieux avec soutènement

4.4.3.2. Cas avec pieux intérieurs et extérieurs

Comme dans le cas cité précédemment mais où un débord du bâtiment à l’extérieur du


soutènement nécessiterait la réalisation de pieux depuis le terrain naturel, la modélisation suivante
peut être retenue (Cf. Figure n° 27)
Pour les calculs de la structure, on retient « Vs1, 30 » calculé depuis le fond de fouille terrassé à
l’intérieur du soutènement.
 Pour les calculs de soutènement on retient « Vs2, 30 » calculée depuis le terrain naturel.
 Les pieux intérieurs sont modélisés par des ressorts en tête.

 Les pieux extérieurs sont modélisés par des ressorts en tête, et soumis aux déformations de
« Vs2, 30 ».
Pour appliquer cette modélisation, il convient de s’assurer que la majeure partie des masses excitées
ainsi que le contreventement du bâtiment se situent à l’intérieur de l’enceinte de soutènement.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 69 / 232
Fe Fe

P d
Kp (=0)

Vs2 pour le calcul du


soutènement et la
déformation des
Vs1 pour efforts
pieux extérieurs
Pd : Incrément de poussée
Pd : Incrément dynamique
de poussée dynamique inertiel et
Kp : Poussée élasto-plastique passive cinématique
Kp : Poussée élasto-plastique passive
Fe : Force extérieure sur le sol
Fe : Force extérieure sur le sol
Substratum sismique

Figure n° 27 : Modélisation des pieux intérieurs et extérieurs avec soutènement

4.4.4. Exemple

Citons le cas du bâtiment avec plusieurs niveaux de sous-sol dans lequel des planchers parfaitement
liaisonnés aux parois sont réalisés (Cf. Figure n° 28).
Prenons l’exemple d’un sol en place de classe E (5 m < hsol < 20 m), avec le niveau bas du bâtiment
fondé par pieux dans un sol de consistance rocheuse (VS > 800 m/s).

Figure n° 28 : Exemple de bâtiment où la description du mouvement sismique n’est pas la même à la surface du
sol et à la base des fondations du bâtiment.

L’ouvrage de soutènement sera dimensionné avec une accélération définie à partir d’un spectre de
réponse pour un sol de classe E.
Le bâtiment sur pieux sera justifié à partir d’un spectre de réponse, soit de classe A si hr < 5 m, soit
de classe E dans le cas contraire.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 70 / 232
4.5. Echanges de données entre le BET Structures, le Géotechnicien et l’Entreprise
de Fondations Profondes

4.5.1. Données à fournir par le BET Structures

Le BET Structures doit fournir a minima :


 Le type de ductilité du bâtiment : DCL, DCM.
 La valeur du coefficient de comportement « q ».
 La valeur de « Rd .  », réelle ou forfaitaire au sens du Tableau n° 8 du § 4.2.2.1 de ce
Guide.

 A minima pour les bâtiments réguliers une analyse par force latérale permettant de définir
l’effort horizontal « VED » suivant les séismes EX et EY (et leur point d’application).
 Une première analyse par la méthode modale spectrale en considérant des appuis fixes
permettant ainsi de définir une première valeur de « VED, EX » et « VED, EY » et leur point
d’application.
 Les conditions de liaison en tête des fondations profondes.
 Une redistribution des efforts devant être effectuée en utilisant la formule du § 4.1.2.1.1 de
ce Guide.
 Et in fine :
o l’analyse modale spectrale en considérant des appuis élastiques au niveau des têtes
de pieux,
o le torseur des efforts en tête de pieu des cas de charges élémentaires (pour les cas
de charges statiques et pour les cas de charges sismiques) issu du modèle de calcul
avec majoration [par le coefficient de sur-résistance (Cf. § 4.2.2 de ce Guide).

 Les périodes propres fondamentales de la structure.


o Commentaire : Il doit vérifier l’impact de ces périodes propres vis-à-vis de la période
du sol. Si les périodes propres fondamentales de la structure sont voisines de la
période propre du sol (à ± 20 %), un examen particulier doit être mené pouvant
conduire à une analyse en Interaction Sol-Structure (Cf. Annexe H).

4.5.2. Données à fournir par le Géotechnicien

Dans le cadre de la conception, le Géotechnicien doit fournir les données en phase avant-projet
suivie d’une phase projet.

4.5.2.1. Phase d’avant-projet

Elle peut être raccordée à la mission de type G2 AVP au sens de la norme NF P 94-500.
Le Géotechnicien doit fournir :

 Les hypothèses générales concernant l’aléa sismique.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 71 / 232
 La (ou les) classe de sol sismique selon l’EC8-1.

 Le site sismique au sens du § 4.1.1 de l’EC8-5.


 Des informations préliminaires concernant le risque de rencontrer sous la nappe des sols
liquéfiables : analyse d’identification GTR, analyse qualitative de la résistance mécanique
des sols (ne concerne pas les zones de sismicité 1 et 2).

 Des propositions qualitatives concernant le traitement éventuel si le risque de liquéfaction


est manifeste.
 Une maquette géotechnique avec pour chaque couche :

o les valeurs caractéristiques : « pl », « pf », « EM », «  » (si essais au pressiomètre


Ménard), « qc », « fr » (si essais au pénétromètre statique ou CPT), N (si essais SPT),
o les paramètres permettant le calcul du frottement latéral et du terme de pointe,
o une approche de « Gmax »,
o une estimation du poids volumique.
 Une première estimation de la période propre du sol.
 Une proposition d’essais complémentaires à réaliser dans le cadre de la mission G2 PRO.
Exemple : Cross-hole, CPTU, CPT, SPT, mesures de perméabilité, analyses GTR
complémentaires, cisaillement cyclique…

4.5.2.2. Phase projet

Elle peut être raccordée aux missions de type G2 PRO et G2 DCE/ACT au sens de la norme NF P 94-
500.
Le Géotechnicien doit :
 Donner une maquette géotechnique comprenant :
o la nature des sols,
o la (ou les) coupes stratigraphiques,
o les caractéristiques géotechniques par couches :
 les valeurs de « EM », « pf », « pl » et «  »,
 les valeurs de « qc »,
 les valeurs de « G »,

 les coefficients «  »et «  »permettant de calculer les paramètres « Kf » et


les valeurs de seuils définis au § 6.2.2.2 de ce Guide.
Commentaire : La prise en compte de la couche de forme ne peut se faire que si les
contrôles de compacité autour des longrines et des têtes de pieux sont intégrés à la
G3 (essais à la plaque, au pénétromètre, …).
Commentaire : La partie supérieure (de l’ordre de 3 m) de la maquette
géotechnique jouant un rôle déterminant vis-à-vis de la rigidité en translation des
fondations profondes, ses caractéristiques devront être clairement spécifiées.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 72 / 232
 Définir la période propre du sol.

 Se prononcer sur le risque de liquéfaction : les essais complémentaires demandés à l’issue


de la G2 AVP doivent permettre de définir sans ambiguïté le risque ou l’absence de risque
de liquéfaction. En cas de rencontre de sols liquéfiables, et à partir des éléments proposés
au chapitre 5 ci-après, le Géotechnicien doit indiquer, en conformité avec le Tableau n° 9 et
le Tableau n° 10 :
 s’il s’agit d’une liquéfaction de masse : le Géotechnicien doit effectuer un
prédimensionnement du traitement et proposer, dans le cas d’une classe de
sols S2, une réévaluation de la classe de sols après traitement.
 s’il s’agit de lentilles discontinues et aléatoires, ou de couches de faibles
épaisseurs : le Géotechnicien doit donner une information sur les dimensions
de ces éléments en accord avec les § 5.2.1 et 5.2.2 de ce Guide.
o le Géotechnicien, en accord avec le Tableau n° 9 et le Tableau n° 10 du § 5.3 de ce
Guide, doit proposer s’il faut traiter ou non ; dans ce dernier cas, il doit donner les
hypothèses de calculs des fondations (absence de réaction frontale sur une hauteur
donnée, prise en compte du frottement négatif pour les couches sus-jacentes).

 Se prononcer sur le risque de dégradation cyclique au sens du § 5.3 et du Tableau n° 10 de


ce Guide.

 Fournir la mise à jour de la maquette géotechnique en fonction des éventuels traitements


présentés ci-dessus.
 Fournir au BET Structures un calcul de « dg » (ou de « dmax ») même si les fondations ne sont
pas à justifier vis-à-vis des effets cinématiques.
 Préciser la nécessité ou non de combiner l’interaction inertielle et cinématique. En cas de
réponse positive, le Géotechnicien devra donner la déformée du sol en champ libre.
 Vérifier que les pieux proposés sont compatibles avec les efforts sismiques d’une descente
de charges PRO, tant en diamètre qu’en ferraillage.

 Rajouter si nécessaire les problèmes de stabilité de pente.

4.5.3. Données à fournir par l’Entreprise de Fondations Profondes

En phase exécution, l’Entreprise de Fondations Profondes doit :

 La justification GEO de la portance statique et dynamique des fondations profondes en


fonction du diamètre, de la fiche et du type de pieux.

 La justification STR des fondations, et les plans de ferraillage des pieux.


Ces justifications sont établies sur la base :

 De la maquette géotechnique fournie par le Géotechnicien.


 De la descente de charges établie par le BET Structures en tenant compte du facteur de
surcapacité « Rd .  », fourni par le BET Structures dans le cas d’un calcul DCM.

 Des conditions d’appuis définies par le BET Structures.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 73 / 232
L’Entreprise de Fondations Profondes doit tenir compte des dispositions constructives minimales
(Cf. § 10 de ce Guide).

5. Liquéfaction et dégradation cyclique


La liquéfaction et la dégradation cyclique sont des phénomènes rhéologiques différents mais
entraînent des effets comparables vis à vis du dimensionnement des fondations, par exemple par la
prise en compte de frottement négatif.
Pour la prise en compte des problématiques liées à la liquéfaction et/ou à un écoulement latéral, il y
a lieu de se préoccuper, comme le demande l’EC8-5 dans le § 4.1.4 et dans l’annexe B, de la
continuité ou non de la couche à l’échelle du projet, de son épaisseur par rapport aux dimensions
des éléments de fondations et du niveau d’eau.
Commentaire : Le Guide propose d’associer le risque de liquéfaction avec un niveau de nappe
phréatique quasi permanent, donc de prendre les eaux basses EB comme niveau quasi permanent de
référence.
Au sens des Décrets et Arrêté de 2010, l’analyse de la liquéfaction n’est pas requise en zone de
sismicité 1 et 2 (sismicité très faible à faible).
Pour les autres zones, le Guide propose d’étudier l’influence de la liquéfaction sur le
dimensionnement des pieux à partir des 2 cas décrits aux deux paragraphes suivants (5.1 et 5.2).
Le paragraphe 5.1 expose les cas où on propose de traiter le sol, ce qui permet à la fois de redéfinir
une classe de sols (de A à E) avec le paramètre du sol « S » associé, de définir son spectre et les
efforts inertiels qui en découlent, et de définir la déformation en champ libre et les efforts
cinématiques associés.
Le paragraphe 5.2 expose des cas où on peut s’affranchir du traitement de sol, notamment dans le
cas de lentilles ou de couches liquéfiables de faible épaisseur (≤ 2 m).
Si d’autres possibilités que celles décrites au § 5.1 et 5.2 sont envisagées, des études spécifiques
doivent être menées pour la définition de l’action sismique, en particulier le spectre de calcul, la
déformation en champ libre, la réaction du sol, etc. Ces études sont le préalable nécessaire au
dimensionnement des pieux.
La dégradation cyclique est abordée au § 5.3 de ce Guide.

5.1. Cas du traitement de sol « anti-liquéfaction »

La liquéfaction peut se rencontrer dans un des cas suivants :


 Sol de classe S2.

 Epaisseur de sol liquéfiable plurimétrique ; cela correspond aux couches d’épaisseur


supérieure à 2 m.
 Mouvements de terrain de grande amplitude : « flow failure » (mouvements de plusieurs
dizaines de mètres) ou « lateral spreading » (mouvement de plusieurs décimètres). Ces
mouvements de terrains se produisent dès que la couche liquéfiée repose sur un
substratum non liquéfié présentant une légère déclivité (quelques degrés suffisent), dès
qu'il n'y a pas de confinement latéral des terrains et qu'il existe une possibilité de

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 74 / 232
mouvement latéral par exemple présence d'une berge de rivière ou d'un front de mer
(Cf. Chapitre 2 : Figure n° 20).
Avant réalisation des pieux, un traitement de sol « anti-liquéfaction » est mis en œuvre : le Guide
AFPS/CFMS [1] décrit diverses solutions.

5.2. Cas sans traitement systématique de sol « anti-liquéfaction »

Dans ces cas, la liquéfaction est localisée et on considère que les sols restent en classe D ou E
(éventuellement A ou C).
On se trouve en présence de sols liquéfiables, soit sous forme de lentilles discontinues, soit sous
forme de couches de faible épaisseur.

5.2.1. Présence de lentilles discontinues

La prise en compte d’une lentille dépend de son épaisseur et de son rapport au diamètre de la
fondation.
Les valeurs seuils sont les suivantes :
 Epaisseur de la lentille < 0,3 m

 Ou épaisseur de la lentille < diamètre du pieu / 2.


o Commentaire : On retient la plus grande des 2 valeurs ; dans le cas de projet avec
plusieurs diamètres de pieux, c’est le plus petit diamètre qui doit être utilisé.

Epaisseur de la lentille (m)

Diamètre du pieu
(m)

Figure n° 29 : Critères de liquéfaction liés à l’épaisseur de la lentille

Cela n’affecte pas la déformation en champ libre « g(z) » (Cf. § 7.3 de ce Guide) mais impacte le
coefficient de réaction du sol « k ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 75 / 232
Il n’y aura pas de traitement de sol « anti-liquéfaction » à condition que les pieux soient justifiés en
tenant compte d’un coefficient « k réduit » (Cf. § 6.2.3 de ce Guide).
La qualification d’une lentille en « discontinue » dépend de la distance verticale bord à bord des
lentilles dans un même plan vertical et de l’épaisseur cumulée de ces lentilles sur 20 m depuis le
terrain naturel (TN) comme résumé dans le Tableau 9 suivant :

Tableau n° 9 : Synthèse sur les lentilles liquéfiables

Epaisseur max « h » des lentilles ≤ 0,3 m ou ≤ / 2 > 0,3 m ou/ 2

Distance de bord à bord >1m ≤1m

Epaisseur cumulée >3m ≤3m >3m ≤3m

Traitement oui non oui non oui

kh Sol traité réduit * Sol traité réduit* Sol traité

* « k réduit » défini au § 6.2.3 de ce Guide.

TN

Figure n° 30 : Critères de liquéfaction liés à la répartition des lentilles

5.2.2. Présence de couches de faible épaisseur et continues à l’échelle du projet.

Cela correspond aux couches d’épaisseur inférieure à 2 m :


 Pour les bâtiments de catégories III et IV où il est nécessaire de calculer le « g(z) » et les
efforts cinématiques induits, il faut un traitement de sol « anti-liquéfaction ». Pour les
efforts inertiels et cinématiques, on retiendra le « k » du sol traité.

 Pour les bâtiments de catégorie II, seul le calcul inertiel est requis, et on le mènera avec un
coefficient de réaction « k » réduit (Cf. § 6.2.3 de ce Guide) ou celui du sol traité.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 76 / 232
5.3. Dégradation cyclique

Pour des argiles très molles, la clause (2) du § 4.1.5 de l’EC8-5 demande de prendre en compte la
possible dégradation cyclique de leur résistance au cisaillement sous l’effet de sollicitations
sismiques.
Les sols pouvant présenter une dégradation cyclique sont ceux appartenant (Cf. EC8-1 § 3.1.2) :

 A la classe de sols S1 : argiles molles/vases avec IP > 40 et cu de 10 à 20 kPa.


 A la classe de sols S2 : argiles sensibles (aucune valeur fournie).
Le Guide AFPS/CFMS [1] permet de préciser certaines valeurs :

 Pour les sols de classe S1, on se reportera à la figure n° A.1 de l’Annexe A du guide
AFPS/CFMS [1] (Cf. Tableau n° 1 du présent Guide) qui propose, en relation avec la valeur
de la cohésion non drainée, des valeurs de résistance de pointe au pénétromètre statique
« qc » et des valeurs de pression limite au pressiomètre « pl » à savoir : qc < 0,6 MPa et
pl < 0,2 MPa.
 Pour les sols de classe S2, on se reportera au chapitre 5.1 de ce Guide : à partir du CPT et
plus particulièrement des Figures n° 4.9 et 4.11 et du Tableau n°10 qui classe ces sols dans
la zone D (et suivant le type de sol dans la zone S1 au sens de la classification de Robertson
at al. (2009) [16].
La sensibilité de l’argile « St » est définie comme Su / Sr [ou cu / cr] : cohésion de pic sur cohésion
résiduelle (Cf. Figure n° 31).

Figure n° 31 : Essai au scissomètre : cohésion de pic et cohésion résiduelle (d’après G. Philipponnat at al.
Fondations et ouvrages en terre 2008) [17]

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 77 / 232
Comme exposé au chapitre 5.2.1 de ce Guide et dans le cas de lentilles discontinues d’argiles
sensibles, on pose : cL = 1/ St
La valeur de « St » est déterminée à partir :
 Soit directement d’essais au scissomètre.

 Soit d’essais au CPT en utilisant les corrélations suivantes (Robertson P.K. at al. 2009) [16] :

Avec
o qt : résistance de pointe, fs : frottement latéral,
o Nkt : facteur de corrélation de 10 à 20 avec 14 comme valeur « courante ».
Commentaire : Ces corrélations sont valables pour St < 10.
 Soit à partir d’essais de laboratoire avec mesure de « cr » après sollicitations cycliques.

5.4. Frottement négatif

Pendant l’action sismique, les terrains non traités qui rentrent en liquéfaction se déforment, entre
autres, verticalement.
De ce fait, ils entraînent vers le bas les terrains non liquéfiables situés au-dessus.
Ce mouvement différentiel entre le sol et le pieu crée sur le pieu un effort supplémentaire dirigé
vers le bas dénommé « Frottement négatif » (Cf. Figure n° 31) par analogie à celui envisagé sous
sollicitations statiques.
La valeur de cet effort est liée :

 Aux caractéristiques géotechniques de ces terrains non liquéfiables, c’est-à-dire sur « H ».


 A l’accrochage avec le pieu qui dépend de la mise en œuvre du pieu (sans refoulement ou
avec refoulement) et de la nature du contact pieu-sol (béton ou acier).
 A l’intensité de la déformation.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 78 / 232
Figure n° 32 : Prise en compte du frottement négatif

Dans le cas de liquéfaction des sols, on se situe plutôt dans un domaine de grande déformation et on
propose pour la détermination du frottement négatif une formulation en relation avec le frottement
latéral limite « qsi » des sols considérés :
𝐻
Fnsismique = π . B . ∑ qsi . Hi
𝑖=0

Avec « Hi » définies sur la Figure n° 31 et qsi = fsoli . pieu-soli


Les valeurs de « fsoli » et « pieu-soli » sont extraites de la norme NF P 94-262, à partir des tableaux
F.5.2.1 et F.5.2.2 de son Annexe F (méthode pressiométrique) ou G.5.2.1 et G.5.2.2 de son Annexe G
(méthode au pénétromètre statique). Les matériaux dénommés « Remblais » sont à rattacher, en
fonction de leur granulométrie, à la classe des « Sols Intermédiaires ».
Commentaire : Les valeurs de « qsi » sont, dans tous les cas, limitées à 50 kPa.
Commentaire : Sur la hauteur « h », dans le cas de terrain non traité subissant de la dégradation
cyclique, il peut être pris en compte une part de frottement négatif. Dans ce cas, la valeur de
frottement est calculée selon la formule suivante :
𝐻+ℎ
Fnsismique = π . B . ∑ (qsi . Hi + qsi. hi)
𝑖=0

Ce frottement négatif se développe post actions sismiques ; par conséquent il ne se cumule pas avec
l’action sismique. Cependant, une nouvelle sollicitation de calcul sismique (ELU) est à considérer :
𝐸𝐹,𝐷 = 𝐸𝐹,𝐺 + Fnsismique
Ensuite, le mouvement différentiel entre le sol et le pieu prend fin et le frottement négatif est
annulé et peut redevenir du frottement positif.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 79 / 232
5.5. Synthèse

A l’échelle du projet, en fonction de ces valeurs seuils et en reprenant les cas présentés
précédemment, nous pouvons proposer le Tableau n° 10 suivant :

Tableau n° 10 : Travaux préalables et autres actions en cas de sols liquéfiables ou en présence de risque de
dégradation cyclique

Entrants Actions

Catégorie de
Classe de sol Caractérisation Traitement préalable Autre action
bâtiment

Présence d’une instabilité


générale : Flow failure, II à IV Sur l’ensemble du site.
§ 5.1 S2 latéral Spreading

Epaisseur de sol liquéfiable Sous bâtiment avec


II à IV
plurimétrique débords.

Lentilles liquéfiables II à IV Cf. Tableau n° 9

Pour permettre le calcul


III et IV du g(z) et des calculs Le frottement négatif
D ou E cinématiques. induit sur la totalité
§ 5.2 éventuellement Couche continue
des horizons situés au-
A ou C liquéfiable de faible
dessus de la couche
épaisseur
II Pas obligatoire liquéfiable en absence
de traitement.

En présence de
§ 5.3 S1 II à IV A étudier au cas par cas
dégradation cyclique

Des études spécifiques doivent être menées pour la définition de l’action sismique, en particulier le spectre de calcul, la
Autres cas déformation en champ libre, la réaction du sol, etc. Ces études sont le préalable nécessaire au dimensionnement des
pieux.

6. Détermination des effets inertiels


6.1. Préambule

L’objectif de ce chapitre est de présenter toutes les méthodes (Cf. § 6.2 à 6.5 de ce Guide)
permettant de calculer les raideurs « K », verticales et horizontales, pour construire les matrices de
rigidité, par diamètre de pieu, proposées au § 4.1.3.2.1 de ce Guide, afin de calculer les effets
inertiels qui s’appliquent sur les fondations profondes (Cf. § 6.5 de ce Guide) :

 KVV : raideur verticale.


 KHH : raideur horizontale.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 80 / 232
 KMM : raideur en rotation.

 KHM : raideur couplée (rotation/translation horizontale).


Dans l’approche de ce Guide, on considère que les raideurs ne dépendent pas des fréquences, mais
seulement de la distorsion. Si on tient compte de la fréquence, on se reporte à l’annexe H. Cette
simplification est acceptable dans les cas couramment rencontrés (pour les gammes de fréquence
comprise entre 1 et 5 Hz) pris en compte dans ce Guide.
On présente deux méthodes :
 Une approche « élasto-plastique » aux coefficients de réaction (Cf. § 6.2, 6.3, 6.4.1 et 6.4.2
de ce Guide).

 L’approche pseudo-élastique (Cf. § 6.4.3 de ce Guide).


On rappelle qu’un sol n’est pas un matériau élastique linéaire et que son module de déformation ou
de cisaillement dépend de la déformation ou de la distorsion suivant la figure ci-après :
Les différents modules

Types de mesures
E/Emax Géophysique
G/Gmax (cross hole) Colonne
résonnante Triaxial et Oedomètre
100%

80%
Essais in situ

60%

40%

20%

0%

1.E-06 1.E-05 1.E-04 1.E-03 1.E-02 1.E-01



Plage d’étude des
éoliennes

Figure n° 33 : Loi de dégradation du sol en fonction du domaine de déformation

Dans le cadre de ce Guide, on retient les principes suivants :

 Pour le calcul des effets cinématiques, on prend en compte des modules correspondant à
des distorsions faibles.

 Pour le calcul des effets inertiels, on prend en compte des modules correspondant à des
plus fortes distorsions.

6.2. Lois de comportement horizontal

6.2.1. Modélisation selon la loi « p-y »

Le cas d’un pieu sous sollicitations latérales peut être valablement abordé par un modèle de type
« p-y » consistant à assimiler le pieu à une poutre sur ressorts frontaux élasto-plastiques comme le
schématise la Figure n° 34.
Commentaire : On peut prendre en compte la butée selon la loi « p-y » explicitée ci-après au niveau
de la tête de pieu en assimilant cette dernière comme un prolongement du pieu, sous réserve que la

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 81 / 232
tête de pieu soit coulée pleine fouille ou que le remblai contre la tête de pieu soit correctement
compacté et permette ainsi d’assimiler ce remblai au sol environnant.
Dans ce modèle, le pieu est caractérisé par un produit d’inertie « E.I » calculé en considérant (quand
il s’agit d’un pieu en béton) le module instantané du béton. La courbe de réaction latérale est définie
par couche et elle est construite à l’aide de deux paramètres :
 Un coefficient de réaction frontale caractérisant un comportement « élastique ».

 Un palier plastique.
Le calcul du coefficient de réaction frontal et du palier plastique pour définir les raideurs
horizontales de la matrice de rigidité est développé au § 6.2.2.2.1 de ce Guide.

Figure n° 34 : Modèle de type « p-y » d’un pieu sous sollicitations latérales

Le chapitre I-1 de l’annexe I de la norme NF P 94-262 définit pour un élément de fondation profonde
isolé la construction des lois d’interaction « sol-élément de fondation » décrivant le comportement
transversal des têtes de pieux soumises à des charges en tête (telles que celles des effets inertiels du
séisme sur la masse de la structure), à partir des résultats des essais pressiométriques.
Le chapitre I.4 de cette annexe comporte des principes de détermination de ces lois d’interactions à
partir de données mesurées au pénétromètre statique.
Le chapitre I.3 de la même annexe de la norme présente les principes de calculs en cas de
sollicitations sismiques.
Il s’agit de lois élasto-plastiques aux modules de réaction (Winkler).

6.2.2. Calcul du module de réaction linéique horizontale « Ki » ou « KD »

6.2.2.1. Préambule

Deux approches sont possibles pour le calcul des raideurs :

 Une approche forfaitaire : on majore les raideurs statiques CT (court terme ou de courte
durée d’application) basées sur le module pressiométrique ou sur « qc » par un facteur «  »
à définir (Cf. § 6.2.2.2 4 de ce Guide).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 82 / 232
o en fonction du taux de déformation qu’on peut relier directement à y/B.
o en fonction de la zone.
o et en fonction de la durée d’application de l’effort.
 Une approche non forfaitaire, basée sur lois de dégradation (Cf. Annexe F).
Comme exposé au § 6.1 de ce Guide, l’application de la méthode forfaitaire prend en compte
l’hypothèse d’une distorsion toute hauteur de l’ordre de 10-2 ; cette méthode est considérée
conservatrice par rapport à une méthode basée sur les lois de dégradation qui prend en compte des
distorsions plus faibles, mais qui impose des itérations pour définir ces distorsions.

6.2.2.2. Approche forfaitaire

6.2.2.2.1. Loi d’interaction pour la réaction frontale

La loi de mobilisation de la réaction frontale en fonction du déplacement du pieu est définie par la
Figure n° 35 :

Ki

Figure n° 35 : Loi de réaction frontale

 Un segment de droite passant par l'origine et de pente « Ki ».


o on appelle module de réaction linéique Ki = ki . B en MPa
o on appelle coefficient de réaction surfacique ki = p/B, en MPa/m
 Un seul palier « r2 ».
avec p = pression mobilisée,  = déplacement horizontal, B plus petite dimension de la fondation

6.2.2.2.2. Détermination de « r2 »

L'évaluation de « r2 » doit être effectuée suivant les indications ci-après :

 r2 = B . pl en cas d’essais au pressiomètre Ménard.

 r2 = B . qc / 2 en cas d’essais au pénétromètre statique (CPT).

Tableau n° 11 : Valeur de 2 en fonction du type de sol

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 83 / 232
6.2.2.2.3. Détermination de « Ki »

Le module « Ki » est calculé en fonction du module à court terme « Kf » et d’un coefficient «  ».


Ki = . Kf
 « Kf » est calculé à partir des formules du chapitre I.1.3 (2) ou I.4 (1) de la norme NF P 94-
262 selon le type d’essai in-situ respectivement pour les essais au pressiomètre Ménard et
pour les essais au pénétromètre statique (CPT) ;
o Méthode pressiométrique :

Avec Bo = 0,60 m
o Méthode pénétrométrique :

Tableau n° 12 : Valeur de  en fonction du type de sol

 «  »est un coefficient multiplicateur explicité ci-après.

6.2.2.2.4. Coefficient multiplicateur «  »

Les valeurs des modules « Ki » décrivant la mobilisation des efforts résistants en fonction du
déplacement peuvent être plus élevées que celles définies pour les courtes durées de sollicitations
statiques.
Cette augmentation est liée à la variation du module de cisaillement en fonction de la distorsion et à
la vitesse de l’action. Des indications sur ces rapports, hors prise en compte de la liquéfaction, sont
données dans les chapitres suivants.

On considère que «  » est lié à trois phénomènes :  = Min (3 ; 1.2.3)


Avec :
 1 : lié à la brièveté de l’action (Cf. tableau 13).

 2 : lié à la zone de sismicité (valeurs issues du guide AFPS/CFMS [1], Cf. tableau 13).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 84 / 232
 3 : lié à la déformation (distorsion) : dans les cas courants 3 = 1

Tableau n° 13 : Valeurs de  en fonction de la zone de sismicité avec 

Zone de sismicité 2 Zone de sismicité 3 Zone de sismicité 4 Zone de sismicité 5

 3 2 1,5 1

 1,5 1,5 1 1

avec 4,5 limité à 3 3 1,5 1

Commentaire : Dans certains cas, on pourra être amené à prendre en compte « 3 » pour tenir
compte du taux de distorsion à partir du rapport pmax / pl.
𝑝𝑚𝑎𝑥
 Si ( ) = 1,0 à 0,75 : 3 = 1
𝑝𝑙

𝑝𝑚𝑎𝑥
 Si ( 𝑝𝑙
) = 0,75 à 0,50 : 3 = 1,5

𝑝𝑚𝑎𝑥
 Si ( 𝑝𝑙
) = 0,50 à 0,25 : 3 = 2

𝑝𝑚𝑎𝑥
 Si ( ) < 0,25 : 3 = 3
𝑝𝑙

avec pl = pression limite et pmax = pression horizontale maximale exercée par le pieu sur le sol.

6.2.2.2.5. Variation de « Ki » en surface

On rappelle que pour les sollicitations statiques, selon le chapitre I.1.6 de l’Annexe I de la norme
NF P 94-262 pour les zones proches de la surface, le module de réaction du sol et la valeur de palier
doivent être minorés.
Sous sollicitations sismiques, on n’applique aucun abattement sur le palier, et on applique un
abattement de 0,7 sur le module linéique (sur une hauteur de 2  pour les sols cohérents et
4 pour les sols frottants).
On retient les mêmes règles d’abattement sur le cumul des actions statiques et sismiques.

6.2.2.2.6. Loi d’interaction pour la réaction tangentielle

Dans le cas de barrettes ou de paroi moulée, la loi de mobilisation de la réaction tangentielle en


fonction du déplacement de l’élément de fondation profonde est définie par la Figure n° 36.

Figure n° 36 : Loi de mobilisation de la réaction tangentielle

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 85 / 232
 Réaction tangentielle : rs = 2 . Ls . qs.

 Ls : longueur sur laquelle est calculé le frottement latéral : pour une barrette voir la Figure
n° 37 et pour une paroi moulée c’est le linéaire de la paroi dans le sens de l’effort suivant le
séisme Sx ou Sy.
  : déplacement de l’élément de fondation.

 Ki : défini au § 6.2.2.2.3 de ce Guide.

Figure n° 37 : Longueur de calcul des frottements latéraux pour une barrette

6.2.2.3. Approche non forfaitaire

Cette valeur de module de réaction linéique « Ki » peut aussi être calculée à partir du module de
cisaillement dynamique « G » selon les lois de dégradation.
Elle peut être déterminée de la façon suivante (Gazetas G. 1993) [18] :

 Ki = ki . B
 Ki =,2 . Esism [MPa]

 Esism = 2 . (1+) . G
Avec :

  : coefficient de poisson du sol (à défaut d’information plus précise, on retient


forfaitairement 0,30 pour les sols hors nappe et  = 0,45 sous nappe).
 G : module de cisaillement déterminé au niveau de déformation attendu pour l’action
inertielle sismique de calcul, en fonction de « Gmax » suivant le § 6.1 et l’Annexe F de ce
Guide.
Le contrôle du domaine de déformations peut se faire en évaluant l’amplitude de distorsion
moyenne « (z) » dans chaque couche, directement liée pour un pieu au déplacement latéral « y(z) »
issu d’un modèle de type « p-y ».
4  yz 
 z  
 B

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 86 / 232
La méthode est développée en Annexe F.

6.2.2.4. Réduction en cas d’effets de groupe

En matière de capacité résistante ultime sous charges statiques, il est généralement admis qu'un
entraxe de fondations supérieur à 3 diamètres permet de s'abstraire des interactions pieux/sol. A
moins de 3 diamètres, on applique les prescriptions de la norme NF P 94-262. Sous sollicitations
sismiques, on applique les mêmes principes en prenant en compte «  »(Cf. § 6.2.2.2.4 de ce
Guide).

6.2.3. Réduction en cas de couche sensible à la liquéfaction

On se reportera aux § 5.2.1 et 5.2.2 de ce Guide pour déterminer dans quels cas on peut retenir une
réaction latérale réduite.
Cette réaction latérale réduite « KL » peut être estimée par la relation suivante, au droit de chaque
lentille :
KL= cL . K avec K = Ki ou KD
On applique le même coefficient sur la valeur seuil : rh = cL . r2
La détermination du coefficient « cL » est proposée en fonction du facteur de sécurité vis-à-vis de la
liquéfaction « Fs » avec (Cf. Annexe D) :

 cL = 1 pour FS > 1,25


 cL = 0 pour FS < 0,50
 Raccordement linéaire entre les deux valeurs (Cf. Figure n° 38).

Figure n° 38 : Détermination de cL en fonction du facteur de sécurité vis-à-vis de la liquéfaction Fs

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 87 / 232
6.3. Lois de comportement vertical

Dans ce Guide, on présente deux méthodes usuelles représentatives du domaine de distorsion dans
le cas du comportement vertical :
 La méthode élasto-plastique : Cf. § 6.3.1 de ce Guide.

 La méthode forfaitaire : Cf. § 6.3.2 de ce Guide.

6.3.1. Méthode élasto-plastique

Les calculs de tassement sont menés conformément à la méthode des courbes « t-z » de
Frank/Zhao, Cf. annexe L de la norme NF P 94-262.
Vis-à-vis des actions verticales sismiques, les lois de comportements sont celles décrites dans
l’annexe L de la norme NF P 94-262 en multipliant les modules de réaction statiques à court terme
de cette norme par «  » où «  » est défini au § 6.2.2.2.4 de ce Guide.
Le cas d’un pieu sous sollicitations verticales peut être valablement abordé par un modèle consistant
à assimiler le pieu à une poutre sur ressorts longitudinaux élasto-plastiques comme le schématise la
Figure n° 39.
Dans ce modèle, le pieu est caractérisé par une rigidité axiale « E.S » (produit du module par la
section) calculée en considérant (quand il s’agit d’un pieu en béton) le module instantané du béton.
La courbe de réaction en frottement du sol est définie par couche et elle est caractérisée à l’aide de
deux paramètres :
 Un paramètre de pente « Kt ».
 Un frottement axial limite « qs » (pris identique à sa valeur en statique).

Figure n° 39 : Modèle de type « t-z » d’un pieu sous sollicitations verticales

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 88 / 232
La courbe mobilisation de la contrainte limite en pointe est caractérisée à l’aide de deux
paramètres :
 Un paramètre de pente « Kp ».
 Une contrainte limite en pointe « qb » (prise identique à sa valeur en statique).
Les raideurs « kt » et « kp » doivent être évaluées en cohérence avec le domaine de déformations
dans lequel le sol est sollicité.
Les valeurs de « kt » et « kp » sont ainsi obtenues :
 Selon le modèle pseudo-élastique décrit au § 6.4.3 de ce Guide.
 Par corrélation avec le module pressiométrique ou avec les valeurs de « qc » selon les
formules usuelles reprises dans l’annexe L de la norme NF P 94-262.
o Commentaire : On propose de majorer ces formules par le coefficient «  » défini au
§ 6.2.2.2.4 de ce Guide pour tenir compte de la brièveté de l’action, de la distorsion
et du zonage.

6.3.2. Tassement, méthode forfaitaire

Pour approcher la raideur verticale de la fondation, on peut utiliser la formule simplifiée suivante :
𝑬𝒃 .𝑨𝒄
Kz = avec le = Min {ln + 0,5 l* ; L}
𝒍𝒆

Avec :

 Eb : module de déformation du béton (Cf. § 6.3.5 de ce Guide).


 Ac : section transversale du pieu.
 L : longueur totale du pieu.
 ln : longueur sur laquelle aucun frottement latéral positif ne s’applique (longueur
neutralisée).

 l* : longueur fictive frottante permettant de reprendre par frottement latéral limite 100 %
de l’effort résultant vertical appliqué lors du séisme.

6.3.3. Recommandation

Dans le cadre de ce Guide et pour les ouvrages considérés, compte tenu que la raideur verticale a
une faible influence sur la répartition de la descente de charge verticale, une valeur de raideur
verticale par diamètre de pieu, correspondant au pieu le plus chargé pour ce diamètre, est
suffisante.

6.3.4. Allongement, méthode forfaitaire

Pour les pieux fortement sollicités en traction, une analyse locale peut être effectuée en remplaçant
les raideurs en compression par les raideurs en traction définies ci-dessous. Cette analyse nécessite
un dialogue et une itération entre le BET Structures et le bureau d’étude de l’Entreprise de
Fondations et/ou le BET Géotechnique.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 89 / 232
On peut utiliser les développements de Frank/Zhao (Cf. NF P 94-262, annexe L), ou utiliser la formule
simplifiée suivante :
𝑬𝒂 .𝑺𝒂
Kz = avec le = Min {ln + 0,5 l* ; L}
𝒍𝒆

Avec :
 Ea : module de déformation de l’acier = 210 000 MPa.

 As : section transversale de l’acier.


 L : longueur totale du pieu.

 ln : longueur sur laquelle aucun frottement latéral positif ne s’applique (longueur


neutralisée).
 l* : longueur fictive frottante permettant de reprendre par frottement latéral limite 100 %
de l’effort résultant vertical appliqué lors du séisme.
Pour le calcul de l’allongement, on ne retient comme rigidité axiale (produit E.S) du pieu que la
contribution des aciers. Cependant, si la contrainte moyenne de traction du béton sur la section
tendue du pieu est inférieure à fct / c. (en général valeur proche de 1,5 MPa), on peut rajouter le
produit Eb . Ac du béton.

6.3.5. Module d’élasticité du béton

On retiendra en simplification 30 000 MPa comme valeur de Eb (Cf. NF P 94-262).

6.4. Calcul des éléments de la matrice de rigidité pour les effets inertiels

Comme déjà proposé au § 4.4.1 de ce Guide pour le choix de la matrice de rigidité, on peut
appliquer soit la méthode complète, soit une méthode simplifiée.

6.4.1. Choix de la méthode

6.4.1.1. Méthode complète (avec couplage)

Le BET Géotechnique ou le BET de l’Entreprise de Fondations sait calculer le tassement « v », le


déplacement « y », la rotation «  », l’effort tranchant et le moment fléchissant d’un pieu à tout
niveau et en particulier en tête, soumis à :
 Une compression « Fc ».
 Soit à un effort horizontal « H », soit à un moment « M », soit au cumul des deux (Cf. Figure
n° 40).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 90 / 232
θ θ
y y
H M

Application Application
d’un effort d’un couple

H  K y K θ
Figure n° 40 : Principe de comportement d’un HH HM
 pieu soumis en tête soit à un effort horizontal soit à un moment
M  K HM y  K MM θ
6.4.1.1.1. Matrice de souplesse

On peut donc en déduire la matrice de souplesse horizontale en tête d’un pieu définie telle que :

 sHH sHM   H   y 
 .    
 sHM sMM   M   
Les termes de la matrice de souplesse sont obtenus comme suit :
 sHH = y/H avec y le déplacement obtenu sous (H ; M = 0)
 sHM = θ/H avec θ la rotation obtenue sous (H ; M = 0)

 sHM = y/M avec y le déplacement obtenu sous (H = 0 ; M)


 sMM = θ/M avec θ la rotation obtenue sous (H = 0 ; M)

6.4.1.1.2. Matrice de rigidité

On peut donc en déduire les composantes de la matrice de rigidité en tête de pieu :

 K HH K HM   y   H 
 .    
 K MH K MM     M 

 K HH K HM  1  sMM  s HM 
    
K MM  s HH sMM  s HM   s HM
2
 K HM s HH 
En règle générale (selon la convention du schéma ci-dessus) :
 KHH et KMM sont positifs.

 KHM et KMH sont négatifs.


 KHM = KMH (avec θ en radian). Pour les termes de couplage, on retient cette hypothèse pour
la suite.

6.4.1.1.3. Prise en compte du couplage

La prise en compte d’une condition d’encastrement « dit élastique » signifie qu’il y a continuité des
rotations et des déplacements entre le pieu et la structure (soit implicitement le transfert d’un effort
horizontal H et d’un moment M). Cette condition impose la prise en compte, dans le modèle
structure, de la matrice de rigidité présentée précédemment en tenant compte des termes de
couplage (KHM ≠ 0).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 91 / 232
Dans le cas où le modèle structure ne permet pas le traitement du couplage, il est possible de
s’affranchir des termes couplés en décalant le point de liaison par l’intermédiaire d’une barre
rigide comme le montre la Figure n° 41 ci-dessous.

Figure n° 41 : Modélisation du couplage par décalage du point de liaison.

6.4.1.2. Méthode simplifiée (sans couplage)

Dans la pratique, pour un appui et une direction donnés, le BET Structures peut choisir, en fonction
de la rigidité de l’élément porté, une représentation simplifiée parmi les deux options suivantes :
 Soit une rotation libre : moment nul.
 Soit une rotation bloquée :  = 0.
Commentaire : En général, la valeur de KH d’un pieu encastré est deux fois plus forte que celle pour
un pieu libre. De ce fait, cela canalise plus d’effort sur un pieu encastré.

6.4.1.2.1. Pieu articulé en tête

Dans le cas où le pieu est supposé libre en rotation (aucun transfert de moment en tête de pieu), sa
réponse peut être représentée par un ressort en translation dont la raideur est évaluée comme suit :
 Soit par un calcul direct de la réponse d’un pieu sous effort horizontal en tête « H », en
écrivant le rapport entre l’effort « H » appliqué et le déplacement « y » qui en résulte :
o KH = H/y = 1 / sHH (on rappelle que M = 0 par hypothèse).
 Soit à partir des termes de la matrice de rigidité décrite précédemment :

K H  K HH 
K HM 2
K MM

6.4.1.2.2. Pieu encastré en tête

Dans le cas où le pieu est supposé parfaitement encastré en rotation ( = 0), sa réponse peut être
représentée par un ressort en translation dont la raideur est évaluée comme suit à partir de la
matrice de rigidité décrite précédemment :

K H  K HH 
K HM 2
K MM

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 92 / 232
6.4.1.2.3. Approche pratique

Une approche intermédiaire consiste à adapter la condition d’appui à la rigidité de l’élément


structure porté comme le schématise la Figure n° 42 et synthétisée suivant le Tableau n° 14 :
 Pour un pieu situé sous un voile : dans la direction du voile, la raideur (en translation) en
tête du pieu est alors calculée avec rotation bloquée (Cf. § 6.4.1.2.2 de ce Guide). Dans la
direction perpendiculaire, la raideur en tête est calculée avec rotation libre (Cf. § 6.4.1.2.1
de ce Guide).
 Pour un pieu situé sous deux voiles croisés : dans les deux directions, la raideur (en
translation) en tête du pieu est calculée avec rotation bloquée (Cf. § 6.4.1.2.2 de ce Guide).

 Pour les autres cas (appui isolé), la raideur est calculée avec rotation libre (Cf. § 6.4.1.2.1 de
ce Guide).

Tableau n° 14 : Raideur en cas d’appui isolé

Raideur en tête Raideur en tête


Elément structure portée
selon Ox selon Oy

Voile selon Ox KH (M=0) = KHH KH (M=0)

Voile selon Oy KH (M=0) KH (M=0) = KHH

Deux voiles croisés KH (M=0) = KHH KH (M=0) = KHH

Appui isolé KH (M=0) KH (M=0)

Figure n° 42 : Modélisation des trois conditions d’appuis en rotation

6.4.2. Calcul à partir de la méthode « p-y » et « t-z »

Le calcul se fait en appliquant les lois de réaction « p-y » et « t-z » définies dans les § 6.2 et 6.3 de ce
Guide. Cette méthode permet de traiter un terrain multicouche avec des lois de réaction affectées
par couche.
Dans le cas d’un monocouche caractérisé par un module de réaction « K » constant, on peut
simplifier les calculs de déplacements en tête en fonction du tableau suivant :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 93 / 232
Tableau n° 15 : Matrice simplifiée de souplesse

Condition en tête Déformation en tête Moment max Rotation en tête

Liaison Effort y Mmax y’

Encastré (y’=0) H H/(K.lo) -0,50.H.lo

Libre (Mtête=0) H 2.H/(K.lo) 0,32.H.lo -H.l0²/(2.E.I)

Libre M et H 2.M/(K.lo²)+2.H/(K.lo) -H.lo²/(2.E.I)-M.lo(E.I)

Avec E = module d’Young du matériau du pieu, I = inertie du pieu, lo = (4.E.I/K)0.25


Dans ce dernier cas, cette méthode est valable sous réserve de vérifier que, pour le déplacement
calculé « y », la réaction linéique mobilisée P = K . y ne dépasse pas le seuil de plasticité (à
comparer à « r2 », Cf. § 6.2.2.2.2 de ce Guide).

6.4.3. Calcul à partir de la méthode pseudo-élastique

Cette méthode est valable pour un pieu foré dans un terrain homogène pour lequel la loi de
variation du module de déformation en fonction de la profondeur est connue et peut être
caractérisée soit par :
 Un module uniforme : E(z) = Es
 Une variation linéaire avec la profondeur « z » : E(z) = Es . z/d

 Une variation hyperbolique avec la profondeur : E(z) = Es . (z/B)0,5


Dans ce cas, l’expression des coefficients de la matrice de rigidité est donnée dans le tableau suivant
sur la base des indications du tableau C1 de l’annexe C de l’EC8-5.

Tableau n° 16 : Expression des coefficients de la matrice de rigidité élastique en fonction de 3 modèles de sols

K VV K HH K MM K HM
Modèle de sol
dE s dE s d 3 Es d 2 Es


E z   E s .
z 1.55  
1.80   0.60 0.35 0.14 0.80  0.17  0.60
d 

 
 
0.5
z
E z   Es .  1.10 
1.90   0.79 0.28 0.15 0.77  0.24 0.53
d   

E z   E s 1.900.67    1.08 0.21 0.16 0.75  0.22 0.50

Ep L
Avec :  et   ,
Es d

 Ep : module des pieux.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 94 / 232
 Es : module d’Young du sol à une profondeur égale au diamètre du pieu = 3 . G (d’après
l’Annexe C de l’EC8-5).
 L : longueur du pieu.
 d : la plus petite dimension de la fondation profonde.
Commentaire : Cette méthode ne permet pas d’apprécier la phase plastique du comportement du sol,
ce qui peut conduire dans certains cas à des résultats optimistes.

6.5. Calcul des effets sur les pieux

Le BET Structures donne le torseur d’efforts en tête de pieu comme proposé au § 4.5 de ce Guide.
Le dimensionnement des pieux est mené en considérant :

 Tous les couples de valeurs concomitantes (effort normal, effort tranchant, moment
fléchissant) en tête de pieu.
 Ou l’enveloppe des deux couples (Vmin ; Tmax et Mmax) et (Vmax ; Tmax et Mmax).
L’estimation de la courbe de moments dans le pieu est établie conformément aux calculs élasto-
plastiques au module de réaction en intégrant la plastification du sol (avec r2 = B . pl), en ne prenant
en compte les modifications près de la surface du sol qu’en termes de module (Cf. § 6.2.2.2.5 de ce
Guide).

6.6. Méthode aux éléments finis avec utilisation des lois de dégradation des sols

Celle-là suppose que le sol présente un comportement isotrope élastique non linéaire. Les calculs
sont effectués en 3D, ce qui nécessite la détermination des paramètres suivants :
 G ou E : module de cisaillement ou module d’Young.
 : coefficient de Poisson.
Nous proposons la démarche suivante :

 Détermination des lois de dégradation des sols.


 Calcul non linéaire des raideurs horizontales en tête de pieux.
 Présentation des résultats de calculs.
 Utilisation dans un programme d’analyse spectrale.
Cette démarche est développée en Annexe F.

7. Calcul des effets cinématiques


7.1. Présentation générale

Sous actions sismiques, le sol se déplace horizontalement. En absence de pieu, ce déplacement


latéral « g(z) », fonction de la profondeur « z », est appelé « déplacement du sol en champ libre ».
Les calculs d’un pieu soumis à un déplacement libre du sol, associé à un torseur d’efforts en tête, ont
fait l’objet de différentes publications (Cf. norme NF P 94-262, annexe K).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 95 / 232
Par extension de la théorie du module de réaction appliquée aux pieux sollicités horizontalement en
tête, et traversant une couche de sol dont les déplacements libres sont nuls, on admet que les
efforts sur un pieu soumis à des poussées latérales du sol sont, à un niveau de cote « z » donné,
fonction de la différence « y(z) - g(z) » entre le déplacement d’équilibre « y(z) » et le déplacement
libre du sol noté « g(z) ».
Deux cas peuvent se présenter selon l’encastrement ou non du pieu dans une couche résistante.
a)

b)

Figure n° 43 : Comportement d’un pieu sous les effets cinématiques a) Pieu ancré b) Pieu non ancré dans un
substratum sismique pour différentes conditions en tête

On pourra modéliser l’action induite sur le pieu par la loi suivante :

 p = kc . [y(z) - g(z)].
 y(z) : déformation (obtenue par itération) du pieu soumis à « g(z) » et aux conditions aux
limites.
 kc : coefficient de réaction surfacique pour les sollicitations cinématiques.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 96 / 232
En conséquence pour définir les effets cinématiques sur un pieu, il faut définir :

 La déformation du sol en champ libre « g(z) ».


 Les valeurs du coefficient de réaction surfacique « kc ».
 Les conditions en tête de pieu limitées aux deux cas suivants : rotulées ou encastrées dans
les mêmes conditions que pour le calcul inertiel.
Commentaire : Pour obtenir un « g(z) », il est nécessaire d’étudier préalablement le risque de
liquéfaction. Si ce risque est avéré (Cf. chapitre 5), un traitement anti-liquéfaction est nécessaire, et le
calcul du « g(z) » prendra en compte les nouveaux paramètres de sol.

7.2. Définitions préalables

7.2.1. Evaluation des vitesses des ondes de cisaillement et des modules de cisaillement

7.2.1.1. « Vs, max » et « Gmax »

Il convient de définir un profil de sol avec la définition des « Vs » et des « Gmax » en fonction de la
profondeur de la tête de la fondation jusqu’au substratum sismique.
On rappelle que le substratum sismique correspond à un sol dont les « Vs » de cisaillement sont
supérieures à 800 m/s.
Dans certains cas, on pourra se limiter à une hauteur de sol suffisante pour définir « Vs, 30 » et « Vs »
sur toute la hauteur du pieu jusqu’à 5 m sous la base du pieu.
Au sens de la clause (5) du § 4.2.2 de l'EC8-5, les valeurs de « Vs, max » (« Vs » élastiques ou moins de
10-5 de distorsion) et donc de « Gmax » sont obtenues préférentiellement à partir de mesure in situ
(par exemple : cross-hole, down-hole, up-hole, sismocône). Et au sens de la clause (6) du § 4.2.2 de
l'EC8-5, des estimations du profil de « Vs » peuvent être obtenues par des corrélations empiriques en
utilisant la résistance à la pénétration in situ (essais CPT) ou par des méthodes géophysiques de
surface (type MASW par exemple).

7.2.1.2. Approche forfaitaire pour la détermination de « Vs » et « G »

La valeur du module de cisaillement compatible avec le niveau de déformation du séisme est


déterminée à partir du module de cisaillement « Gmax » et du rapport d’accélération de sol « α.S »
(Cf. § .2.3 de l’EC8-5). Ces valeurs sont à prendre en compte pour des sols de classe C et/ou D
(Vs, 30 < 360 m/s), avec  = ag / g [Cf. Tableau n° 17 du § 7.2.2 de ce Guide].
Pour des sols plus raides ou plus souples, on se référera au § 7.2.2 de ce Guide.

7.2.1.3. Approche non forfaitaire

Le module de cisaillement dynamique effectif « Gi » et le coefficient d’amortissement matériel « βi »


de chaque couche de sol peuvent également être déterminés à partir d’un calcul de propagation
d’onde en champ libre, sur une colonne de sol 1D.
Dans ce cas, le sol est caractérisé par une loi de comportement linéaire équivalente, définie par les
courbes d’évolution de la raideur et de l’amortissement matériel en fonction de la déformation de
cisaillement du sol : Gi / Gmax = f() et βi = g().

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 97 / 232
Ces courbes d’évolution peuvent être issues de la littérature (ex : Seed at al. 1970 [19]) ou être
déterminées à l’aide d’essais mécaniques de laboratoire, tels que les essais de colonne résonnante
et les essais triaxiaux cycliques.
Outre la description du sol par une loi de comportement linéaire équivalente, le calcul de la réponse
d’une colonne de sol 1D en champ libre nécessite la génération d’accélérogrammes compatibles
avec le spectre d’aléa sismique en champ libre du site étudié.
Le mouvement sismique est ensuite injecté en un point de la colonne de sol (qui peut être en
surface ou en profondeur selon le mode de définition de l’aléa sismique). La réponse de l’ensemble
de colonne de sol est déterminée à partir de la donnée de ce mouvement.
A chaque pas de temps de calcul de l’accélérogramme, le module de cisaillement ainsi que
l’amortissement matériel sont actualisés à partir de la déformation de cisaillement calculée et des
lois « Gi / Gmax » = f(γ) et « βi » = g(γ). Une résolution itérative est réalisée à chaque pas de calcul,
jusqu’à convergence. Puis l’analyse est ensuite menée à l’instant de calcul suivant.
A l’issue du calcul de la réponse de la colonne de sol 1D en champ libre, les quantités suivantes sont
déterminées :
 Le module de cisaillement dynamique effectif « Gi », compatible avec le niveau de distorsion
induit par le mouvement sismique imposé.
 L’amortissement matériel (hystérétique) « βi », compatible avec le niveau de distorsion
induit par le mouvement sismique imposé.
 La déformée du sol « g(z) ».

7.2.2. Calcul du module de réaction horizontale « Kc »

La valeur du module de réaction linéique « Kc » est obtenue à partir du module de cisaillement


dynamique « G » du sol selon les lois de dégradations.
Elle peut être déterminée de la façon suivante (Gazetas G. 1993) [18] :

 Kc = k c . B
 Kc =,2 . Esism [MPa]
 Esism = 2 . (1+) . G
Avec :
  : coefficient de poisson du sol (à défaut d’information plus précise, on prendra
forfaitairement 0,30 pour les sols hors nappe, = 0,45 sous nappe).
 G : module de cisaillement déterminé au niveau de déformation attendu pour l’action
cinématique sismique de calcul (Cf. § 6.1 de ce Guide).
Dans le cas de l’approche forfaitaire, le module de cisaillement « G » est proposé dans la clause (2)
du § 4.2.3 de l’EC8-5 en fonction de « Gmax », du rapport d’accélération de sol «  . S » (= ag/g), et
pour les classes de sol C et D, avec une nappe phréatique à faible profondeur et sans matériaux
ayant un indice de plasticité « IP » supérieur à 40.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 98 / 232
Tableau n° 17 : Coefficients moyens d’amortissement interne de sol et coefficients de réduction moyens (± un
écart-type) pour la vitesse « Vs » des ondes de cisaillement et pour le module de cisaillement « G », jusqu’à une
profondeur de 20 m.

Il est recommandé de retenir les valeurs du module de cisaillement « G » supérieures au module


moyen pour les classes de sols plus raides (classes A et B) et avec une nappe plus profonde, et les
valeurs inférieures au module moyen pour les classes de sols plus mous (classes de S1 et S2).
Pour la classe de sol E, il est sécuritaire de rattacher la valeur du module de cisaillement « G » à celle
de la classe de sol C ou D.

7.2.3. Définition des conditions en tête du pieu

Les différents types d’appuis en tête sont définis au § 4.1.3 de ce Guide.


Dans le cas de calculs cinématiques, on se limite au cas de la rotation bloquée en tête.

7.3. Calcul de la déformée en champ libre « g(z) »

7.3.1. Introduction

Sauf étude particulière, l’EC8 propose un calcul du déplacement au niveau du sol « dg » qui
correspond à la déformée en champ libre maximale qui va du substratum sismique jusqu’à la
surface.
dg = 0,025 . ag . S . TC . TD
Cette formule découle directement du spectre de réponse élastique en déplacement « SDe(T) »
obtenue par transformation directe du spectre de réponse élastique en accélération « Se(T) » à partir
de la relation suivante [Cf. EC8-1 § 3.2.2.2 (5)] :
SDe(T) = Se(T) . [T / (2 . ]²
Pour les structures ayant une période de vibration longue, l’action sismique peut être représentée
sous la forme d’un spectre de réponse en déplacement « SDe(T) » [Cf. EC8-1-annexe A]. Cette relation
est valable lorsque la période de vibration du bâtiment est inférieure à 4 secondes.
Dans le cas d’une étude particulière basée sur des informations disponibles, l’EC8-1 permet de
reconsidérer la valeur de calcul « dg » si le calcul conduisait à une autre valeur.
Nous recommandons donc de procéder :

 Soit à des méthodes forfaitaires en considérant la déformée en tête égale à « dg ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 99 / 232
 Soit à d’autres méthodes de calcul du « g(z) » permettant de déterminer la période
équivalente du premier mode de vibrations du profil multicouche pour apprécier le
déplacement relatif « dmax » au niveau du sol, sur la base d’investigations in situ.

7.3.2. Méthode forfaitaire

7.3.2.1. Déformation maximale en champ libre

On retient le déplacement au niveau du sol « dg » proposé dans l’EC8 qui est lié au spectre et donc à
la classe de sol, à la zone de sismicité, à l’accélération horizontale de calcul et au paramètre de sol
« S ». A partir de la relation entre le spectre de réponse élastique et l’accélération, il est possible
d’en déduire le spectre de réponse élastique en déplacement et le calcul de « dg », avec η = 1 pour
5 % d’amortissement (Cf. Tableau n° 18) :

Tableau n° 18 : Définition du spectre d’élasticité en accélération et en déplacement

Période T(s) Se(T) SDe(T)= Se(T) . (T/2.)²

T = 0 (PGA) ag.S /

0 ≤ T ≤ TB ag.S.[1+T/TB.(2,5-1)] 0,025.ag.S.[1+T/TB.(2,5-1)].T²

TB ≤ T ≤ TC ag.S.2,5 0,025.ag.S.2,5.T²

TC ≤ T ≤ TD ag.S.2,5.TC/T 0,025.ag.S.2,5.TC.T

TD ≤ T ≤ TE ag.S.2,5.TC.TD/T² 0,025.ag.S.2,5.TC.TD = 2,5.dg

TE ≤ T ≤ TF ag.S.TC.TD/T².[2,5+(T-TE)/(TF-TE).(1-2,5)] 0,025.ag.S.TC.TD.[2,5+(T-TE)/(TF-TE).(1-2,5)]

T > TF (PGD) ag.S.TC.TD/T² 0,025.ag.S.TC.TD = dg

Le déplacement au niveau du sol « dg » proposé dans l’EC8-1 est donc déterminé pour une période
supérieure à « TF » (Cf. Figure n° 44).

Figure n° 44 : Spectre de réponse élastique en déplacement

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 100 / 232
7.3.2.2. Développé du g(z)

L’EC8-1 et l’EC8-5 ne proposent pas de méthode pour développer ensuite « g(z) », nécessaire au
dimensionnement des fondations profondes. En l’absence d’une étude particulière, on propose de
retenir les approches simplifiées suivantes dans le cas d’un contexte géotechnique simple (sol
homogène ou simple bicouche).

7.3.2.3. Monocouche sur substratum

Un profil de sol est considéré comme homogène lorsque les deux conditions sont remplies :

 La vitesse des ondes de cisaillement ne décroît pas notamment avec la profondeur.


 Les vitesses des ondes de cisaillement ne présentent pas de variations brutales :
1/√6 < Vsmax, i+1 / Vsmax, i < √6 avec Gmax= ρ . Vsmax²
Dans le cas d’un profil homogène « dénommé monocouche », le calcul de la période de vibration du
mode fondamental « T » est donné par la formule suivante :

𝜌
T = 4 . H √𝐺

Où :
 ρ : masse volumique apparente du sol = /g en 1000 kg/m3 = t/m3.
  : poids volumique apparent en kN/m3.
 g : accélération de la pesanteur en m/s².
 Vsmax : vitesse d’onde de cisaillement en m/s.

 Gmax : module de cisaillement en kN/m² (kPa).


 T : période du monocouche.

  : pulsation ( = 2 𝜋 / T).
 G : module de cisaillement compatible avec le niveau de déformation du séisme.
 H : hauteur du monocouche.
La développée du « g(z) » à partir de « dg » correspond à la déformée du mode fondamental qui est
définie par la relation suivante :
𝜋. 𝑧
𝑔(𝑧) = 𝑑𝑔 . 𝑋(𝑧) = 𝑑𝑔 . cos( )
2. 𝐻
Avec ω = Vs / (2.H), on obtient la relation suivante :

𝜔. 𝑧
𝑔(𝑧) = 𝑑𝑔 . 𝑐𝑜𝑠 ( )
𝑉𝑠

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 101 / 232
Le profil « g(z) » du sol sur la hauteur « H » du monocouche pour une déformée en tête « dg » est
présenté ci-après :

d = dg

g(z)

d=0

Substratum sismique Vs ≥ 800 m/s

Figure n° 45 : Déformation du sol en monocouche non compris substratum

7.3.2.4. Bicouche (hors substratum)

Dans le cas d’un ensemble de deux couches homogènes d’épaisseur respective « h1 » et « h2 », la


développée « g(z) » sur la hauteur de la première couche « h1 » est identique à la méthode du
monocouche. Au-delà, nous proposons une autre fonction (Pecker A. at al. 1999) [20] :
 pour z ≤ h1 :
𝜔𝑧
𝑔(𝑧) = 𝑑𝑔 cos ( )
𝑉𝑠1
 pour h1 < z ≤ h1 + h2 :
𝜔. ℎ1
cos ( ) 𝜔(ℎ1 + ℎ2 − 𝑧)
𝑉𝑠1
𝑔(𝑧) = 𝑑𝑔 sin ( )
𝜔. ℎ2 𝑉𝑠2
sin ( )
𝑉𝑠2

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 102 / 232
Le profil « g(z) » sur la hauteur « H » du bicouche pour une déformée en tête « dg » est présenté ci-
après :

d = dg

h1, Vs1

h2, Vs2

d=0

Substratum sismique
Vs ≥ 800 m/s

Figure n° 46 : Déformation du sol en bicouche non compris substratum

Commentaire : Dans le cas du bicouche, la développée de « g(z) » de la première couche est identique
au calcul du monocouche.

7.3.3. Application aux multicouche

7.3.3.1. Présentation

Un profil de sol multicouche est constitué d’un ensemble de couches homogènes.

H1 Par couche :
ρ1 G1 V1 T1
 : masse volumique.
Gi : module de cisaillement.
Hi ρi Gi Vi Ti H
Vi : vitesse.
Ti : période.
Hn ρn Gn Vn Tn

Figure n° 47 : Profil de sol multicouche

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 103 / 232
La déformation maximale « dmax » est calculée à partir de la relation suivante :
𝑇². 𝑎𝑚𝑎𝑥
𝑑𝑚𝑎𝑥 =
4 . 𝜋²
 amax : accélération de calcul définie par ag = agr . 1 . S
o agr : accélération pour un sol de rocheux (classe A).

o : coefficient d’importance du bâtiment.


o S : paramètre de sol.
 T : période équivalente du premier mode de vibration du profil de sol multicouche.
On présente ci-après plusieurs méthodes permettant le calcul de cette période équivalente « T ». La
méthode de Rayleigh simplifiée et la méthode de Madera (Souloumiac 1986) [21] n’assimilant pas la
déformée du sol à un quart de sinusoïde (méthode d’Ambraseys : Cf. Souloumiac 1986 [21])
permettent de mieux appréhender la variabilité du profil de sol multicouche. Elles sont de ce fait
bien adaptées pour la prise en compte de la déformée « g(z) » dans le cas des fondations profondes.

7.3.3.2. Méthode de Rayleigh simplifiée

La période de vibration se déduit de la pulsation en appliquant la relation fondamentale :


2. 𝜋
𝑇=
𝜔
Dans la procédure de Rayleigh, l’algorithme est basé sur l’équation donnant la pulsation :
𝐻 𝑑𝑋
∫0 𝜌 . 𝑉 2 . ( 𝑑𝑧 )²𝑑𝑧
𝜔² = 𝐻
∫0 𝜌. 𝑋 2 . 𝑑𝑧

équation obtenue en égalant l’énergie cinétique totale maximale et l’énergie potentielle du système
lorsqu’il vibre librement dans le mode fondamental.
La procédure considérée conduit à une méthode de résolution itérative à convergence rapide qui
peut amplement se simplifier si on admet une densité constante ρ(z) = ρ et si on fait l’hypothèse
d’une variation linéaire de la déformée entre les points extrêmes d’une même couche (Dobry at al.
1976) [22].
Dans ces conditions et en partant du pied du profil (X1 = 0), on peut estimer « X » la déformée à
chaque interface de couches :
𝐻−𝑧𝑖
Xi+1 = Xi + 𝑉𝑖²
. 𝐻𝑖

Hzi : désignant le milieu de la couche considérée.


et, à partir de ces valeurs, utiliser une version modifiée de l’équation pour estimer la valeur de la
pulsation :
𝑧 𝑑𝑋
∑𝑛1 𝑉𝑖 ² . ∫𝑧 𝑖+1 ( )²𝑑𝑧
𝑖 𝑑𝑧
𝜔² = 𝑛 𝑧𝑖+1 2
∑1 ∫𝑧 𝑋 . 𝑑𝑧
𝑖

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 104 / 232
Cette dernière équation peut être notablement simplifiée si les variables « dX/dz » et « X » sont
remplacées par des valeurs moyennes dans chaque couche :
X = 0,5 . (Xi + Xi+1)
𝑑𝑋 𝑋𝑖+1 − 𝑋𝑖 𝐻 − 𝑧𝑖
= =
𝑑𝑧 𝐻𝑖 𝑉𝑖 ²
L’équation se transforme donc comme suit :

𝐻−𝑧 2
4 . ∑𝑛1 ( 𝑉 𝑖 ) . 𝐻𝑖
𝑖
𝜔² =
∑𝑛1(𝑋𝑖 + 𝑋𝑖+1 )2 . 𝐻𝑖

7.3.3.3. Méthode de Madera

La méthode consiste à déterminer la période équivalente du premier mode de vibration du profil


multicouche pour apprécier le déplacement relatif au niveau du sol, et à évaluer la forme de la
déformée du profil correspondant à ce mode fondamental.
La détermination de la période équivalente du sol peut être calculée à partir de l’application
successive de la méthode du bicouche.
La solution de ce système de deux équations différentielles exige quatre conditions aux limites.

 Contrainte de cisaillement nulle à la surface libre.


 Déplacement relatif nul à l’interface du substratum rocheux.

 Continuité des contraintes de cisaillement à l’interface 1/2.


 Continuité des déplacements à l’interface 1/2.
L’équation de référence ci-dessous donne alors la période équivalente du bicouche :
ρ2 H2 T1 π T1 π T2
. . = tan ( . ) . tan ( . )
ρ1 H1 T2 2 T 2 T
Pour un profil multicouche, on appliquera successivement la procédure précédente au bicouche
constitué de la couche i et des couches 1 à i-1 dont on aura au préalable déterminé la période
équivalente des couches i-1.
Comme le montre la Figure n° 48, la première étape consiste à déterminer la période équivalente
des deux premières couches « T2 » déduit des périodes fondamentales « T1 » et « T2 ».
La deuxième étape consiste ensuite à déterminer la période équivalente des trois premières couches
« T3 » déduite de la période équivalente des couches précédentes « T*2 » issue de la première étape
et de la période fondamentale « T3 ».
La période équivalente du profil multicouche sera alors déterminée en itérant ces étapes jusqu’à la
dernière couche du profil.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 105 / 232
H1 ρ1 G1 V1
T1 T*2

H ρ2 G2 V2 T2 T*3
2

H3 ρ G V T3 T*i
3 3 3

T*n-1
T*n
H ρi Gi Vi Ti
i

Hn ρn Gn Vn Tn

Substratum sismique Vs ≥ 800 m/s

Figure n° 48 : Principe de discrétisation profil multicouche

Pour des densités de couches contiguës présentant une faible variation, il peut être envisagé de
prendre :
ρ2 H2 H2
. ≈
ρ1 H1 H1
Pour des densités de couches contiguës très différentes, on pourra considérer ces densités par la
hauteur des couches correspondantes.
Ainsi, la période équivalente des deux premières couches étant rigoureusement donnée par la
solution de l’équation de référence, la période équivalente des trois premières couches sera
obtenue en combinant la couche de rang 3 avec la couche équivalente aux deux premières couches,
l’équation de référence se transformant comme suit après pondération des densités par les
hauteurs correspondantes :
ρ3 . H3 𝑇2∗ 𝜋 𝑇2∗ 𝜋 T3
. = tan ( . ) × tan ( . )
ρ1 . H1 + ρ2 . H2 T3 2 T 2 T
On procédera par récurrence jusqu’à la dernière couche qui, combinée avec les (n-1) couches
précédentes, donne la période équivalente des n couches, par résolution de l’équation suivante :
∗ ∗
ρn . Hn 𝑇𝑛−1 𝜋 𝑇𝑛−1 𝜋 Tn
𝑛−1 . = tan ( . ) × tan ( . )
∑1 ρ𝑖 . H𝑖 Tn 2 T 2 T
Avec dans les équations précédentes 𝑇𝑖∗ désignant la période équivalente des i premières couches.
L’équation de référence, pour des densités de couches contiguës présentant une faible variation,
peut être résolue avec l’abaque suivant :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 106 / 232
T / T1 100

10

0,4
0,3
0,2
0,15
0,1
1
0,01 0,1 1 10
T2/T1

Figure n° 49 : Détermination de la période d’un sol « T » par application successive de la méthode du bicouche
(Madera) [21]

Pour utiliser la résolution graphique donnée par l’abaque de la Figure n° 49 dans le cas où les
densités de couches contiguës présentent une variation significative, il suffit de remplacer :
H1 ρ1 H1
par .
𝐻2 ρ2 H2
Et
H1 + ⋯ + Hi−1 ρ1 H1 + ⋯ + ρi−1 Hi−1
𝑝𝑎𝑟
𝐻i ρi 𝐻i
La déformée maximale du sol en surface est déterminée par la relation suivante :

𝑇𝑛² . 𝑎𝑚𝑎𝑥
𝑑𝑚𝑎𝑥 =
4. 𝜋²
Pour « i » couches de sol, la déformée « di » est déterminée par la relation suivante :

𝑇𝑖² . 𝑎𝑚𝑎𝑥
𝑑𝑖 =
4. 𝜋²
Où :
 amax : accélération en champs libre du sol.
 Tn : période du multicouche.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 107 / 232
 H : hauteur du monocouche.
La Figure n° 50 présente le calcul de « g(z) » pour un multicouche.

d2 d3 di dn-1
dmax
H1
T*2
H T*3
2
dmax - d2
H3 T*i
dmax - d3
T*n-1
T*n
H
i
dmax - di

dmax - dn-1
Hn
dmax - dmax=0

Substratum sismique Vs ≥ 800 m/s

Figure n° 50 : Principe de calcul g(z) pour un multicouche

7.3.4. Compléments aux études particulières

Dans le cas d’une stratigraphie complexe, le calcul de la réponse temporelle d’une colonne de sol 1D
en champ libre peut être utilisé afin de déterminer le profil de déplacement « g(z) » de la colonne de
sol.
Le calcul de la réponse d’une colonne de sol 1D permet en effet de déterminer, à chaque pas de
temps, le profil de déplacement en champ libre (historique de déplacement en chaque nœud de la
colonne de sol).
Ce profil de déplacement en champ libre « g(z) » est ensuite appliqué à un modèle représentant
l’Interaction Sol-Structure (Cf. Annexe H).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 108 / 232
7.3.5. Choix de la méthode du « g(z) », tableau récapitulatif

Tableau n° 19 : Choix de la méthode « g(z) » en fonction des conditions d’ancrage du pieu dans le substratum
sismique et du profil de sol.

CONDITIONS METHODE Déformée g(z)

Pieu non ancré dans le quart


Monocouche Forfaitaire dg
substratum sismique de sinusoïde
et
Approche
en sol homogène Bicouche Forfaitaire dg
A. Pecker

Pieu ancré Etudes

dans le substratum sismique Particulières dmax calculé Déduit des


[Cf. annexe E déplacements
ou (Rayleigh simplifié
Synthèse des calculés à chaque
profil de sol multicouche Madera) interface de couche
différentes
méthodes de g(z)]

Commentaire : Les 2 méthodes « Rayleigh simplifiée » [21] et « Madera » [21] peuvent aussi être
proposées dans le cas d’un monocouche ou d’un bicouche pour mieux apprécier le « g(z) ».
On rappelle qu’un profil de sol est considéré comme homogène lorsque les deux conditions sont
remplies :
 La vitesse des ondes de cisaillement ne décroît pas notablement avec la profondeur.
 Les vitesses des ondes de cisaillement ne présentent pas de variations brutales :
1/√6 < Vsmax, i+1 / Vsmax, i < √6 avec Gmax = ρ.Vsmax²

Cas 1 Cas 2

H1 ρ1 G1 V1 T1

Hi H
ρi Gi Vi Ti

Hn ρn Gn Vn Tn

Substratum sismique Vs ≥ 800 m/s

Figure n° 51 : Conditions d’ancrage du pieu dans le substratum sismique

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 109 / 232
7.4. Calcul des effets sur les pieux

L’estimation de la courbe de moments et des efforts tranchants dans le pieu est établie
conformément aux calculs élasto-plastiques aux coefficients de réaction en fonction de la différence
« y(z) - g(z) » entre le déplacement d’équilibre « y(z) » et le déplacement libre du sol noté « g(z) ».
On rappelle que « y(z) » est la déformation (obtenue par itération) du pieu soumis à « g(z) » et aux
conditions aux limites (Cf. § 4.1 de ce Guide).
On rappelle également que l’on doit intégrer la plastification du sol (à comparer à « r2 »,
Cf. § 6.2.2.2.2 de ce Guide), et ne prendre en compte les modifications près de la surface du sol
qu’en termes de module (Cf. § 6.2.2.2.5 de ce Guide).

8. Cumul des effets cinématiques et des effets inertiels


8.1. Présentation générale

La synthèse des cas à prendre en considération pour l’étude des effets inertiels et cinématiques sur
les pieux est présentée dans le Tableau n° 20. Elle a été exposée dans le Guide technique
AFPS/CFMS [1].
Elle fait référence à la clause (6)P du § 5.4.2 de l’EC8-5 demandant à ce que toutes les conditions
soient « réunies simultanément » et en prenant en compte les remarques 1 et 2 suivantes, à savoir :
 Le profil du sol est de classe D, S1 ou S2 et contient des couches consécutives dont la rigidité
diffère nettement (Cf. Remarque 1).
 La zone est de sismicité modérée ou forte, c'est-à-dire lorsque le produit « ag.S » dépasse
0,10 g (0,98 m/s²) et la structure supportée est de catégorie d’importance III ou IV
(Cf. Remarque 2).
Remarque 1 : La classe de sol E est définie comme « un profil de sol comprenant une couche
superficielle d’alluvions avec des valeurs de Vs de classe C (Vs compris entre 180 et 360 m/s) ou de
classe D (Vs < 180 m/s) et une épaisseur comprise entre 5 m environ et 20 m, reposant sur un
matériau plus raide avec Vs > 800 m/s. Ainsi la rigidité entre les couches C et D et le matériau plus
raide diffère nettement. Elle fait donc bien partie de la définition proposée par l’EC8-5.
Remarque 2 : Les différentes zones de sismicité (très faible, faible, modérée, moyenne et forte) ainsi
que le produit « ag.S », bien que proposées dans l’EC8-5, ont été définis réglementairement par les
Décrets et Arrêté du 22 octobre 2010. Et comme la structure supportée est de catégorie III ou IV, la
zone 2 au sens français est à prendre en compte.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 110 / 232
Tableau n° 20 : Extrait du guide AFPS/CFMS [1], prise en compte des effets inertiels et cinématiques, à
appliquer en DCL et DCM

Légende : « I » pour inertiel, « C+I » pour le cumul des effets cinématiques et inertiels.
Les effets cinématiques et les effets inertiels ne sont pas nécessairement concomitants.
La somme des effets inertiels et cinématiques ne correspond pas à une simple addition.

8.2. Méthode de cumul proposée

Le cumul des effets cinématiques et inertiels peut s’exprimer suivant 2 solutions en fonction du
rapport α de la période de la structure à celle du sol :
On pose : α = T Structure / Tg
Avec
 Tstucture : période propre fondamentale de la structure (éventuellement par direction).

 Tg : période du sol (Cf. § 7.3) calculée sur la hauteur moyenne des fondations.
o Commentaire : Dans le cas d’un sol homogène, la période du sol vaut 4.H/Vs
Les 2 solutions sont :

 Soit la période propre de la structure est inférieure ou proche de la période propre du sol
(α ≤ 1,2) : alors on retient l’addition des deux phénomènes. Les effets cinématiques et les
effets inertiels sont en phase.
Σ = |I(z)| + |C(z)|
o Commentaire : Lorsqu’on ne dispose pas encore de calculs déterminant la période
fondamentale du bâtiment, c’est cette formule qu’on retiendra.

 Soit la période propre de la structure est plus élevée que la période propre du sol (α > 1,2) ;
les effets cinématiques et les effets inertiels ne sont pas en phase. A défaut d’une analyse
temporelle, on appliquera la somme quadratique des effets inertiels et cinématiques.
 = [I(z)² + C(z)²]0,5

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 111 / 232
9. Dimensionnement et critère de justification
En préliminaire, il convient de rappeler que la justification des fondations profondes sous situations
de calculs statiques (provisoire et en service, ELS et ELU, GEO et STR) doit précéder la justification
des calculs sismiques (Cf. NF P 94-262).
Après détermination des efforts et sollicitations suivant les paragraphes précédents, on peut
effectuer le dimensionnement des pieux.

9.1. Résonnance

On doit vérifier que la période propre du bâtiment « TStructure » (avec prise en compte de la raideur
des fondations) n’est pas trop proche de celle du sol « Tg ».

9.2. Vérifications de type GEO sous sollicitations sismiques

Conformément à la clause 11 du chapitre 1 de la norme NF P 94-262, on applique aux sollicitations


sismiques les mêmes coefficients partiels qu’à l’ELU sous combinaisons fondamentales à savoir :
o t = 1,10 pour des efforts de compression.
o t = 1,15 pour des efforts de traction.
Sous sollicitations sismiques, tous les sols, même peu frottants, ainsi que les Remblais (classés
généralement comme « des Sols intermédiaires ») peuvent développer du frottement positif ou
négatif s’ils sont situés au-dessus de couches liquéfiables (Cf. § 5.4 de ce Guide).

9.3. Vérifications de type STR sous sollicitations sismiques

Il est nécessaire de vérifier que le torseur de charges considéré (Ned, Ved, Med) est le plus défavorable
pour le dimensionnement STR de la fondation. En particulier pour la vérification des effets
cinématiques au droit du substratum, il convient de retrancher à l’effort normal de compression le
frottement limite (sauf justifications particulières tenant compte de la déformation verticale du
pieu).
Commentaire : Les combinaisons de charges les plus défavorables vis-à-vis des justifications relatives
aux efforts de flexion ne sont pas nécessairement les plus défavorables vis-à-vis des justifications à
l’effort tranchant.

9.3.1. Taux de travail de l’acier de béton armé

En accord avec l’EC2-1-1 : fyd = fyk / s où fyk = limite caractéristique d’élasticité de l’acier.
Pour des sollicitations de type ELU sismique, comme pour les sollicitations de type ELU accidentel,
s = 1,00.
Concernant l’équilibre de l’effort tranchant en cas de flexion composée avec traction prédominante,
l’approche en treillis simple proposée dans le guide d’application de l’EC2 (FD P18-717 du 4
décembre 2013) peut être retenue de même que la justification selon le BAEL.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 112 / 232
9.3.2. Taux de travail du béton

En accord avec la norme NF P 94-262, on pose, pour la contrainte du béton à l’ELU :

Avec :

Avec :
 k1, k2, k3 et Cmax définis dans la norme NF P 94-262.

 αcc = 1,00 pour un pieu armé et αcc = 0,80 pour un pieu non armé (dans ce cas on notera
fcd, pl).
 c = 1,30 d’après la Note 2 de la clause (3) du § 5.2.4 de l’EC8-1/NA.
On vérifie donc à l’ELU sismique :

cmax, d ≤ fcd pour un pieu armé ou cmax, d ≤ fcd, pl pour un pieu non armé.
Le calcul des sections à l’ELU est la procédure normale pour le niveau de séisme réglementaire.

9.3.3. Aciers de frettage

Pour garantir le comportement élastique du pieu sur toute sa longueur (c'est-à-dire l’absence de
rotule plastique), on limite la déformation du béton à 0,0035. Dans ce cas, aucun acier de frettage
n’est nécessaire et il n’y a pas lieu d’appliquer la formule 5.15 des clauses 7 et 8 du § 5.4.3.2.2 de
l’EC8-1.

10. Dispositions constructives des pieux en béton armé


10.1. Principes généraux

L’EC8-1 et son annexe nationale s’appliquent au dimensionnement des bâtiments et des ouvrages de
génie civil en zone sismique. L’EC8-5 et son annexe nationale contiennent des dispositions
spécifiques aux fondations, ouvrages de soutènement et aux aspects géotechniques.
Pour les ouvrages de fondations profondes et de soutènement, l’EC8-5 prime sur l’EC8-1.
Par ailleurs, le Fascicule de Documentation FD P 06-031 donne des explications et des
interprétations aux documents précédemment cités.
En conséquence :
 a/. Le présent Guide précise les dispositions constructives minimales d’armatures non
formulées dans l’EC8.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 113 / 232
 b/. La prescription « de comportement élastique » d’un pieu est une façon de formuler
l’exigence qu’il n’y a pas de rotules plastiques le long du pieu.
Commentaire : Dans certaines conditions, qui nécessiteront une étude spécifique, et comme
le prévoit la clause (7) du § 5.4.2 de l’EC8-5, la formation d’une rotule plastique en tête de
fondation peut être autorisée. Il convient alors de dimensionner les zones de formation
potentielle de rotules plastiques conformément au § 5.8.4 de l’EC8-1.
Dans le présent Guide, qui concerne uniquement les bâtiments à risque normal, nous n’avons ni
retenu ni étudié ce cas de rotule plastique. De ce fait, c’est la prescription b) qui est retenue et
développée dans ce Guide.
Par ailleurs, compte tenu du nombre important de cas à considérer en fonction, entre autres, des
zones de sismicité, des classes de sols et des catégories d’importance de bâtiment, il n’a pas été
possible de définir des armatures forfaitaires qui permettent de s’affranchir des calculs.
On doit donc toujours faire les calculs définis au chapitre 9 pour dimensionner le pieu vis-à-vis de
la résistance des matériaux (STR) en fonction des efforts inertiels et cinématiques.
En plus, on propose de définir des armatures minimales à mettre en œuvre dans des zones
particulières quels que soient les résultats des calculs, cela en termes de longueur de la cage et en
termes de composition.

10.2. Définitions des zones spécifiques

Conformément à la clause 1 du § 5.1.2 de l’EC8-1, la définition d’une zone critique est la suivante :
« Zone critique : région d’un élément sismique primaire où apparaissent les combinaisons les
plus défavorables des effets (M, N, V, T) des actions et où des rotules plastiques peuvent se
produire ».
Par application de l’exigence d’absence de rotule plastique dans les pieux que nous nous sommes
fixés dans ce Guide (Cf. § 10.1), il n’y a donc pas de zone critique dans les pieux mais des zones
spécifiques.

10.2.1. Schématisation des zones spécifiques

Dans ce qui suit, les différentes zones « structurelles » le long du pieu sont représentées et définies
en Figure n° 52.

10.2.2. « Zone spécifique haute »

La « zone spécifique haute » s’étend sur une distance correspondant à deux fois la dimension de la
section transversale B du pieu, à partir de la face inférieure de la semelle sur pieu.
Commentaire : On attire l’attention que les zones de moments max ne sont pas considérées comme
une zone spécifique haute.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 114 / 232
10.2.3. « Zone spécifique intermédiaire ou basse »

Les « zones spécifiques intermédiaires ou basses » se situent, sur une distance 2.B, de part et
d’autre d’une interface entre deux couches de sol présentant des rigidités au cisaillement
sensiblement différentes (c’est-à-dire avec un rapport de modules de cisaillement supérieur à 6).
Commentaire : On attire l’attention que les zones de moments max ne sont pas considérées comme
une zone spécifique haute.

Figure n° 52 : Schéma des zones « structurelles »

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 115 / 232
10.2.4. Cas particulier des zones liquéfiables non traitées

Dans le cas de zone liquéfiable non traitée (Cf. Tableau n° 10 – autres cas) et dans les cas des
lentilles du Tableau n° 9 de sol devant être traitées mais qui ne le seraient pas, on doit mener les
calculs inertiels, et cinématiques si besoin, en tenant compte d’un « kH » réduit conformément au
§ 6.2.3 de ce Guide. On applique les dispositions constructives du § 10.4.2.2 et 10.4.3.2 de ce Guide
sur la hauteur de cette zone augmentée de 2 diamètres de part et d’autre.

10.2.5. Zones courantes

Les zones « courantes » concernent toutes les autres zones.

10.3. Bâtiments DCL

Les pieux des bâtiments de classe DCL peuvent être conçus sans dispositions constructives
particulières [Cf. EC8-1 § 5.2.1 (2)] autres que les dispositions constructives des normes d’exécution
et de la norme NF P 94-262.
Il n’y a donc pas de notion de zones « spécifiques » ni « critiques » dans les pieux.
Sous le calcul des efforts inertiels, plusieurs cas peuvent se présenter :
 Le pieu reste entièrement comprimé. Au sens de la norme NF P 94-262, il pourrait ne pas
être armé. Néanmoins, les pieux seront armés au minimum sur 4 m sous le niveau de
recépage (NBR) avec un ferraillage au moins égal au minimum requis par les normes
d’exécution (valeurs rappelées au § 10.4.2.1 de ce Guide).
 Le pieu est mis en traction sous les sollicitations sismiques (cas fréquent au moins pour les
pieux périphériques d’un groupe de pieux sous structure globalement rigide) ; il doit être
armé jusqu’à sa base.
o Cependant, afin de préserver la qualité du pieu, les pieux pourront ne pas être
armés sur le dernier mètre.
 Le calcul conduit à la mise en place d’une cage de longueur supérieure à 4 m. En cas de
renfort d’armatures longitudinales par rapport au minimum requis par les normes
d’exécution, ce renfort doit :
o s’étendre sur une longueur minimale de 4 mètres sous le NBR.
o être prolongé jusqu’à la tête de la cage d’armatures dans le cas de pieux articulés en
tête.
La reprise des efforts cinématiques et des efforts inertiels est menée conformément à l’EC2 et à la
norme NF P 94-262.
La section maximale est égale à 3 % de « Ac » avec « Ac » surface de béton de la section transversale
du fût du pieu.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 116 / 232
10.4. Bâtiments DCM

10.4.1. Longueur minimale de la cage d’armatures en DCM

Lorsque le pieu peut être mis en traction sous les sollicitations sismiques (cas fréquent au moins
pour les pieux périphériques d’un groupe de pieux sous structure globalement rigide), il doit être
armé jusqu’à sa base.
Sinon, il doit être armé selon les dispositions constructives du tableau n° 21 suivant :

Tableau n° 21 : Dispositions constructives concernant la longueur des cages

Zones sismiques 2 et 3 Zones sismiques 4 et 5

Catégorie
d’importance I II III IV I II III IV
Classe de sol

A
Min (7 m ; 10.B)*
B

C 15 m* Toute Toute

D 30 m* hauteur hauteur

E 30 m*

S1 30 m*

S2 **

(*) sous NBR (niveau de béton recépé), ou profondeur atteinte par le pieu si celle-ci est inférieure.
(**) après traitement anti-liquéfaction, la classe de sol doit être réévaluée par le Géotechnicien au
plus tard en G2 PRO.
Sur les profondeurs dépassant ces longueurs, on peut ne pas armer les pieux sous réserve :

 Qu’ils soient entièrement comprimés.


 Que la contrainte de cisaillement « cp » soit inférieure
o à fcvd/10 lorsque la contrainte à l’ELUSismique « NEd / Ac » dépasse 0,3 . fck*
o sinon à fcvd avec fcvd = résistance de calcul en cisaillement
Cependant, afin de préserver la qualité du pieu, et dans tous les cas de figure, les pieux (y compris
en traction) pourront ne pas être armés sur le dernier mètre.
En cas de renfort d’armatures longitudinales par rapport au minimum cité précédemment, ce
renfort doit :
 S’étendre sur une longueur minimale de 4 mètres sous le niveau de béton après recépage
« NBR ».

 Etre prolongé jusqu’à la tête de la cage d’armatures dans le cas de pieux articulés en tête.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 117 / 232
10.4.2. Caractéristiques minimales des armatures longitudinales

10.4.2.1. En zone courante et en « zone spécifique intermédiaire ou basse »

Même si le calcul conduit à une section d’acier inférieure, il faut mettre en place un ferraillage au
moins égal au minimum requis par les normes d’exécution, de longueur définie dans le Tableau
n° 21.
La section minimale des armatures longitudinales hors « zone spécifique haute » est conforme aux
indications des normes d’exécution appropriées et elle est rappelée dans le Tableau n° 22 pour les
pieux forés ou vissés en béton armé (classes 1, 2 et 3 de la norme NF P 94-262 Annexe A1).

Tableau n° 22 : Section minimale des armatures longitudinales hors « zone spécifique haute »

Section nominale du pieu : Ac Section des armatures longitudinales : As

Ac ≤ 0,5 m² As ≥ 0,5 % . Ac

0,5 m² < Ac ≤ 1,0 m² As = 25 cm²

Ac > 1,0 m² As ≥ 0,25 % . Ac

Au sens de la norme d’exécution des pieux forés, le nombre minimal de barres est de 4 avec un
diamètre minimal de 12 mm.
La section maximale est égale à 3 % de « Ac ».
Lorsque l’équilibre des efforts inertiels implique la mise en place d’un renfort d’armatures
longitudinales, ce renfort doit :
 S’étendre sur une longueur minimale de 4 mètres sous le niveau de béton après recépage
« NBR ».
 Etre prolongé jusqu’à la tête de la cage d’armatures.

10.4.2.2. En « zone spécifique haute »

La section minimale des armatures longitudinales en « zone spécifique haute » est conforme au
Tableau n° 23 sur une distance correspondant à deux fois la dimension de la section transversale du
pieu «  », à partir de la face inférieure de la semelle sur pieu.

Tableau n° 23 : Section minimale des armatures longitudinales en « zone spécifique haute »

Section nominale du pieu : Ac Section des armatures longitudinales : As

Ac ≤ 0,5 m² As ≥ 1 % . Ac

0,5 m² < Ac ≤ 1,0 m² As = 50 cm²

Ac > 1,0 m² As ≥ 0,5 % . Ac

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 118 / 232
10.4.2.3. Recouvrements et ancrages

Les recouvrements en « zones spécifiques » sont à éviter autant que possible. Les longueurs de
recouvrements ou d’ancrage sont calculées suivants les indications de l’EC2 avec c = 1,30 et
1 = 1,00 (conditions d’adhérences bonnes).
Comme les recouvrements ne sont pas alternés, on retiendra α6 = 1,50 majorant les longueurs de
recouvrement de 50 %. Les spécifications de la clause (2)P du § 5.6.2.1 de l’EC8-1 ne se cumulent pas
avec ces dernières.
Commentaire : Les hauteurs de massifs de tête de pieux doivent permettre de respecter ces
recouvrements.

10.4.3. Caractéristiques des armatures transversales

Seule la clause 1 du § 6.2.1 de l’annexe nationale de l’EC8-2 interdit les spires dans les zones de
rotules plastiques. Etant donné que, dans ce Guide, tout comme dans le § 5.8.4 du Fascicule de
Documentation FD P06-031, le principe de formation de rotules plastiques dans les pieux n’est pas
retenu (déformation du béton limitée à cu2 = 0,0035) sauf exception (Cf. § 10.1.b de ce Guide), les
armatures transversales peuvent être composées de spires sur toute la hauteur armée.

10.4.3.1. Bâtiment DCM, hors « zone spécifique haute »

Il n’y a pas de dispositions minimales ou forfaitaires propres au séisme. On applique les dispositions
constructives des normes d’exécution et celles de la norme NF P 94-262.

10.4.3.2. Bâtiment DCM, en « zone spécifique haute »

Les armatures transversales doivent respecter les dispositions suivantes :


 Le premier cours d’armatures transversales doit être disposé à 5 cm au plus sous l’arase
inférieure du massif. Le diamètre minimal des barres est de 6 mm.
 L’espacement maximal des armatures transversales d’axe à axe (et de nu à nu si les
armatures transversales sont groupées) est de 12 fois le diamètre minimal des barres
longitudinales « dbL ». Il sera limité à 250 mm.
 Le rapport mécanique en volume des armatures de confinement est égal à ωwd = 8 % en
zone DCM :
o ωwd = (volume des armatures de confinement x fyd) / (volume du noyau fretté en
béton x fcd).
o fyd : valeur de calcul de la limite d’élasticité de l’acier.
o fcd : valeur de calcul de la résistance à la compression du béton.
Commentaire : Dans le cas où le béton est mis en place dans une chemise ou une gaine métallique
abandonnée après coulage, la section d’acier de cette chemise ou de cette gaine peut être prise en
compte. Toutefois, il convient de respecter les points suivants :
 Prise en compte de la corrosion.

 Respect du minimum de l’EC2.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 119 / 232
10.5. Synthèse

Les dispositions constructives des pieux coulés en place sont résumées dans le Tableau n° 24 :

Tableau n° 24 : Dispositions constructives des pieux coulés en place.

Type Coefficient de Dimensionnement Armatures Armatures


structure comportement en capacité, longitudinales transversales
valeur de Rd . 
Zone Autres Zone Autres
spécifique zones spécifique zones
haute haute

DCL q ≤ 1,5 (BA) Sans objet Cf. Tableau n° 19 Cas 1

DCM q ≤ 1,5 1 Cf. Tableau Cf. Tableau Cas 1


n° 20 n° 19

DCM q > 1,5 Cf. Tableau n° 6 Cf. Tableau Cf. Tableau Cas 2 Cas 1
n° 20 n° 20

Cas 1 : minimum des normes d’exécution (NF EN 1536, NF EN 12699, NF EN 14199) et de la norme
NF P 94-262. (Cf. § 10.4.3.1 de ce Guide).
Cas 2 : minimum décrit au § 10.4.3.2 de ce Guide.

10.6. Autres types de pieux

10.6.1. Pieux inclinés

Dans le cas de bâtiments à risque normal, la présence de pieux inclinés peut induire des torsions
parasites s’ils ne sont pas disposés symétriquement autour d’un axe vertical. De plus, travaillant
principalement en compression/traction, ils constituent un système moins ductile que des pieux
verticaux travaillant en flexion.
Il est donc recommandé, dans le cadre de l’utilisation de ce Guide, de ne pas utiliser des pieux
inclinés.

10.6.2. Micro pieux et Pieux métalliques

Les dispositions constructives qui suivent concernent les pieux métalliques (par exemple, battus ou
dans une berlinoise) et les micropieux de type II, III et IV.
Pour les micropieux, les dispositions ci-après ne s’appliquent que si l’armature est constituée d’un
tube métallique (dans le cas de micropieux de type I, on se reportera généralement au § 10 de ce
Guide).
La liaison entre le micropieu (ou pieu injecté ou pieu métallique) et la structure doit être rigide. Elle
doit être conçue pour résister à tout éclatement dans cette zone d’encastrement de la fondation.
Lorsque les pieux sont de faible inertie (en particulier s’il s’agit de micropieux) et qu’ils traversent sur
une hauteur H (Cf. Figure n° 53) des sols susceptibles d’être affectés par les séismes, des sols
compressibles et/ou de caractéristiques faibles (par exemple sol de classe S1), ils doivent comporter

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 120 / 232
sur toute cette hauteur, prolongée de 1 m minimum dans la couche plus résistante, une section
élargie appelée aussi « renfort d’inertie » constituée :
 Soit par l’augmentation de l’inertie du tube métallique de l’armature du micropieu.
 Soit par la mise en place d’un double tube métallique (Cf. Figure n° 53).
Dans le cas de groupe de micropieux (3 micropieux minimum), et en considérant qu’ils sont reliés
par un même chevêtre avec des dispositions symétriques, ils peuvent être inclinés pour reprendre
les efforts horizontaux, sous réserve de prendre en compte les effets de cette inclinaison y compris
dans le chevêtre.

Coulis de scellement

Figure n° 53 : Coupe type micropieu avec double tube

Pour les vérifications STR, on se référera à la norme NF P 94-262, à l’EC3-1-1 et à l’EC3-5.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 121 / 232
10.7. Barrettes de fondation

10.7.1. Principes constructifs

Figure n° 54 : Principe constructif d’une cage de paroi moulée

Les armatures transversales doivent être ancrées soit par crochet, soit à plat par soudure. Dans le
cas où des armatures longitudinales en compression sont nécessaires pour la justification des
sections en béton armé sous sollicitations sismiques, celles-là devront être maintenues par des
cadres ou des épingles qui s'opposeront à leur flambement.

10.7.2. Bâtiments DCL

Comme pour les pieux, les barrettes de fondation des bâtiments conçus en DCL ne possèdent pas de
zones « spécifiques » ni de zones critiques.
Les ferraillages minimaux seront ceux prescrits par l’EC2 et la norme NF P 94-262.

10.7.3. Bâtiments DCM

10.7.3.1. Définition des zones spécifiques

Pour les bâtiments conçus en DCM, les zones spécifiques sont définies suivant les mêmes principes
que pour les pieux, en remplaçant le diamètre « B » par la largeur de la barrette.

10.7.3.2. Armatures longitudinales

En zone spécifique haute, on propose de retenir :

 Al ≥ 0,5 % . Bh si Bh ≤ 1 m².


 Al = 50 cm2 si 1 m2 < Bh < 2 m2.

 Al ≥ 0,25 % . Bh si Bh ≥ 2 m2.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 122 / 232
Dans tous les cas il faut que Al ≤ 3 % . Bh.
En-dehors des zones spécifiques hautes, on a recours aux ferraillages minimaux de l’EC2 et de la
norme NF P 94-262.
En ce qui concerne les recouvrements, on se réfère au § 10.4.2.3 de ce Guide.

10.7.3.3. Armatures transversales Ah

Pour la zone « spécifique haute », section verticale transversale Ah > 0,1 % . Bvt.

10.7.3.4. Armatures transversales At

Pour la zone « spécifique haute », section verticale longitudinale At > 0,1 % . Bvl.

10.8. Paroi moulée

10.8.1. Paroi moulée non liée à une superstructure ou supportant un bâtiment conçu en
DCL

Les ferraillages minimaux seront ceux prescrits par l’EC2, la norme NF P 94-282 et la norme
d’exécution NF EN 1538.

10.8.2. Paroi moulée supportant un bâtiment conçu en DCM

10.8.2.1. Définition des zones spécifiques

Par analogie avec les barrettes, les zones spécifiques sont définies suivant les mêmes principes que
pour les pieux, en remplaçant le diamètre « B » par la largeur.
La hauteur découverte de ces parois n’est pas soumise aux dispositions constructives des
poteaux primaires.

10.8.2.2. Ferraillages minimaux

On retient les prescriptions proposées pour les barrettes, en assimilant à une barrette les éléments
structurels unitaires (cage + intercage).

11. Ecran à base de pieux ou paroi moulée


On se reportera à l’annexe E de l’EC8-5 pour plus de détails.

11.1. Calcul de la poussée active des terres sous séisme

11.1.1. Cas d’un sol frottant et cohérent

Lorsque le sol est défini par un couple de paramètres de cisaillement en comportement drainé
(’ ; c’), le coefficient partiel sur la cohésion drainée est pris égal à 1,25 comme pour tan’.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 123 / 232
11.1.2. Cas d’un sol non drainé

Dans le cas de couches de sols dont le comportement sous séisme est non drainé, la poussée
dynamique pourra être calculée en contraintes totales en se basant sur la méthode proposée dans le
rapport publié par l’US Army Corps of Engineers (Cf. Annexe G).
Le coefficient partiel sur la cohésion non drainée « Cu » est égal à 1,40.

11.1.3. Effort dû à la poussée des terres sur les structures enterrées

Dans le cas de structures enterrées, et pour la vérification sous sollicitations sismiques, on rappelle
que, comme défini au § 4.1.2 de ce Guide, le plancher bas doit jouer le rôle de diaphragme.
L’incrément de poussée dynamique s’applique jusqu’au niveau bas de ce plancher (Cf. Figure n° 26
et Figure n° 27 du § 4.4.3 de ce Guide).
L’incrément de poussée dynamique s’ajoute à une poussée statique active déterminée avec des
coefficients partiels de 1,25 sur tg ’ et 1,25 sur tg appliqués à la fin du phasage de construction.
Dans le cas des calculs pseudo-statiques au coefficient de réaction, la poussée dynamique peut être
calculée soit à l’aide de la formule de Mononobe-Okabe (Cf. EC8-5 Annexe E § E4), soit avec la
formule simplifiée E 19 de l’annexe E 9 de l’EC8-5, soit encore pour les sols purement cohérents
suivant l’Annexe G du Guide.
On peut substituer à ces méthodes un calcul aux éléments finis où la poussée des terres sera
soumise aux accélérations horizontale et verticale représentatives de celles agissant aux cours d’un
séisme.

11.2. Calcul de la poussée passive (butée) des terres sous séisme

En situation sismique, conformément à la clause (3) du § 3.1 de l’EC8-5, les valeurs des
caractéristiques de résistance des sols sont minorées. Conformément à l’approche 3, la butée
mobilisée « Bm, d » peut donc atteindre la butée mobilisable « Bm, k » : Bm, d = Bm, k.
Au sens de la clause (6)P du § 7.3.2.3 de l’EC8-5, la butée mobilisable (ou poussée passive
mobilisable) est calculée avec une obliquité nulle.

11.3. Coefficient de réaction

Quand on utilise les calculs aux coefficients de réaction, on admet de conserver le coefficient de
réaction statique défini dans la norme NF P 94-282.

11.4. Coefficient d’amplification topographique « St »

Conformément au § 7.3.2.2 de l’EC8-5, en l’absence d’études spécifiques, et en conformité avec


l’Arrêté du 22 octobre 2010 (le rapport « avg / ag » est toujours supérieur à 0,60), le coefficient
sismique vertical « kv » vaut toujours ± 0,5 kh.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 124 / 232
En présence de talus, pour les bâtiments de catégorie III ou IV, on doit prendre en compte un
coefficient d’amplification topographique « ST ».
𝑆 𝑎𝑔 𝑆
𝑘ℎ = 𝑆𝑇 . 𝛼. = 𝑆𝑇 . .
𝑟 𝑔 𝑟
 Pour 1 > 1 (Cf. Arrêté du 22 octobre 2010), c'est-à-dire pour des catégories d’ouvrages III et
IV, pour les ouvrages situés sur ou à proximité de pentes (buttes et versants longs), de
hauteur supérieure à 30 m et d’inclinaison supérieure à 15°.
o versants et pentes isolées : ST ≥ 1,2 pour les sites situés à proximité de la crête.
o butte dont la largeur en crête est notablement inférieure à la largeur à la base :

 à proximité de la crête : ST ≥ 1,4 si l’angle d’inclinaison moyen de la pente est


supérieur à 30°, ST ≥ 1,2 pour les angles inférieurs.
o Commentaire : En présence d’une couche lâche en surface, les trois valeurs
précédemment définies doivent être majorées de 20 %.
o NB : en cas d’analyse pseudo-statique, ST = 1 (Cf. EC8-5 A3).
o il est loisible de considérer une croissance linéaire de « ST » avec la hauteur depuis la
base du versant (ou de la butte), où « ST » est pris égal à 1.

 « (5) En présence de sols saturés sans cohésion, susceptibles de développer une forte
pression interstitielle, il convient que :
o a) le facteur « r » du tableau n° 7.1 du § 7.3.2.1 de l’EC8-5 ne soit pas supérieur à 1.
o b) le coefficient partiel vis-à-vis de la liquéfaction ne soit pas inférieur à 2.
 Commentaire : La valeur de 2 du coefficient partiel résulte de l'application de la clause (6)P
du § 7.2 de l’EC8-5 dans le cadre de l'application de la méthode simplifiée du § 7.3.2.2 de
l’EC8-5.

 (6) Pour les ouvrages de soutènement de hauteur supérieure à 10 m et pour des


informations supplémentaires concernant le facteur « r », Cf. Annexe E.2. de l’EC8-5.
 (7) Pour les murs autres que les murs-poids, les effets de l’accélération verticale peuvent être
négligés pour l’ouvrage de soutènement ».

11.5. Pieux de paroi composite

Pour les pieux, la hauteur découverte de ces pieux n’est pas soumise aux dispositions constructives
des poteaux primaires.

11.6. Poteaux préfondés

Pour la partie hors sol des poteaux préfondés servant en phase définitive de poteau primaire, les
dispositions de l'EC8-1 s'appliquent.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 125 / 232
12. Exemple d’application
L’exemple que nous développons ci-dessous a pour but de mettre en exergue les différentes étapes
de calcul que nous avons détaillées dans le texte.

12.1. Description de l’ouvrage

Le bâtiment est un ouvrage courant de bureaux en R+6 sans niveau de sous-sol.


La géométrie du projet est définie en Annexe I.1.
L’ouvrage est en zone de sismicité 3 et de catégorie d’importance III.

 Classe de ductilité moyenne (DCM).


 Coefficient de comportement q = 2,1.
Du fait de la présence d’un diaphragme, on retient Rd  = 1,4 (Cf. § 4.2.2.1 [Tableau n° 8] de ce
Guide).

Figure n° 55 : Principe de construction du bâtiment

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 126 / 232
Figure n° 56 : Plan d’implantation des appuis

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 127 / 232
12.2. Contexte géotechnique

Le tableau ci-dessous fournit la maquette géotechnique suivant le § 4.5.2 du Guide :

Tableau n° 25 : Maquette géotechnique

mesuré mesuré ou calculé calculé


classification
N° Couche

Cf. tableau
Haut Bas EM Pl Pf Vs, max ρ Gmax
B.2.1 et B2.2 3  
(m) (m) (MPa) (MPa) MPa (m/s) (t/m ) (kPa)
de la norme
NF P 94-262
1 0 1 145 1,80 37 949
3,8 0,6 0,35
2 1 2 152 1,80 41 478
granulaire lâche

3 2 3 158 1,80 45 163


Sol

Sables 4,4 0,7 0,41 0,33 0,30


4 3 4 158 1,80 45 163
5 4 5 165 1,80 49 005
4,8 0,8 0,47
6 5 6 165 1,80 49 005
7 6 7 330 2,00 217 800
Sol granulaire

11 1,3 0,76
8 7 8 330 2,00 217 800
dense

Sables 0,33 0,45


9 8 9 330 2,00 217 800
12 1,3 0,76
10 9 10 330 2,00 217 800
11 10 11 198 1,90 74 488
6 0,8 0,47
12 11 12 205 1,90 79 536
13 12 13 211 1,90 84 750
7 0,9 0,53
14 13 14 218 1,90 90 130
cohérent ferme

15 Argiles et 14 15 224 1,90 95 675


Sol

8 1,0 0,59 0,50 0,45


16 limons 15 16 231 1,90 101 386
17 16 17 238 1,95 110 085
9 1,1 0,65
18 17 18 244 1,95 116 286
19 18 19 251 1,95 122 656
10 1,3 0,76
20 19 20 400 1,95 312 000

21 20 21 41 3,3 1,94 800 2,10 1 344 000


cohérent dur

22 21 22 800 2,10 1 344 000


Marne et 117 7,8 4,59
Sol

23 Calcaire 22 23 800 2,10 1 344 000 0,50 0,45


marneux
24 23 24 800 2,10 1 344 000
124 8,3 4,88
25 24 30 800 2,10 1 344 000

On est en présence de sols de type C ou D sur H = 20 m reposant sur un substratum sismique


caractérisé par des Vs > 800 m/s : on est donc en classe E (Cf. § 1.4 [Tableau n° 2] de ce Guide).
Le niveau d’eau est à -6 m / PFT (Plateforme de travail).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 128 / 232
On considère qu’il n’y a pas de risque de liquéfaction.

12.3. Contexte sismique

On rappelle qu’on est en classe de sismicité 3, avec un bâtiment d’importance III.


On en déduit les paramètres de calculs suivants :

 Zone de sismicité : 3

 Classe de sol : E

 Catégorie d'importance : I = 1,20 -

 Paramètre de sol : S = 1,80 -

 Accélération maximale de référence au rocher : agr = 1,10 m/s²

 Accélération de calcul : ag = agr . I = 1,32 m/s²

 Rapport d’accélération du sol : . S = ag / g . S= 0,24 -

 Accélération maximale en surface du site : amax = agr . I . S = 2,38 m/s²

Les paramètres du spectre TB, TC et TD sont déduits de l’Arrêté du 22 octobre 2010 et valent :
TB = 0,08 s TC = 0,45 s TD = 1,25 s
On en déduit le spectre élastique et le spectre de calcul pour l’analyse élastique.

Spectres
7.00
6.00
5.00
4.00
3.00
S (T)

2.00
1.00
0.00
0 0.5 1 1.5 2
T (s)

Spectre de calcul Spectre élastique

Figure n° 57 : Spectre élastique et spectre de calcul

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 129 / 232
L’EC8-5 stipule que lorsque le produit « . S » est supérieur à 0,10 et pour des conditions locales de
sol de classe C ou D jusqu’à une profondeur de 20 m, il convient d’utiliser les coefficients
d’amortissement interne indiqués dans le tableau ci-dessous.

Tableau n° 26 : Coefficient d’amortissement

Rapport
Coefficient
d'accélération Vs / Vmax G / Gmax
d'amortissement
du sol :  . S

0,10 0,03 0,90 (+/-0,07) 0,80 (+/-0,10)

0,20 0,06 0,70 (+/-0,15) 0,50 (+/-0,20)

0,30 0,10 0,60 (+/-0,15) 0,36 (+/-0,20)

On retiendra un rapport « G/Gmax » égal à 0,50 dans les alluvions et le passage sableux puisque les
« Vs » des couches correspondantes sont assimilées à des sols de classe C ou D.
Par application du Tableau n° 20 du § 8.1 de ce Guide, en fonction de la zone de sismicité (3), de la
catégorie d’importance du bâtiment (III) et de la classe de sol (E), on doit prendre en compte le
cumul des effets cinématiques et inertiels.

12.4. Définition des hypothèses de calcul

12.4.1. Définition des pieux

12.4.1.1. Charge admissible STR des pieux en fonction des caractéristiques de béton

Les diamètres des pieux seront limités par le taux de travail du béton en compression simple à
l’ELScaractéristique et à l’ELUsismique avec αcc = 1 (pieux armés toute hauteur).

Tableau n° 27 : Capacités maximales STR

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

k1 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35 1,35

k2 1,14 1,09 1,05 1,05 1,05 1,05 1,05 1,00 1,00

k3 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20 1,20

fck 30 30 30 30 30 30 30 30 30 MPa

k3.fck* 23,39 24,46 25,40 25,40 25,40 25,40 25,40 26,67 26,67 MPa

0,3.k3.fck* 7,02 7,34 7,62 7,62 7,62 7,62 7,62 8,00 8,00 MPa

Qadm, ELS 972 1 559 2 300 3 102 4 024 5 065 6 226 7 882 9 352 kN

Qadm, sismique 2 493 3 997 5 898 7 954 10 317 12 987 15 963 20 209 23 979 kN

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 130 / 232
12.4.1.2. Hypothèse de ferraillage

La justification STR des pieux est faite de telle manière que le ferraillage ne dépasse pas les
dispositions maximales, par diamètre de pieu, définies dans le tableau ci-après :
Tableau n° 28 : Dispositions maximales pour les armatures longitudinales de l’exercice

Diamètre (m) 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22

Ferraillage base 5 HA14 5 HA16 5 HA20 7 HA20 8 HA20 8HA20 8 HA20 8 HA20 10 HA20

Renfort 5 HA14 5 HA25 5 HA32 7 HA32 8 HA32 8HA32 16 HA32 16 HA32 20 HA32

% ferraillage maxi 1,11 1,63 1,85 1,92 1,69 1,35 1,88 1,56 1,64

Le ferraillage de base est en accord avec les caractéristiques minimales des armatures longitudinales
§ 10.3.2.1 de ce Guide. Les renforts respectent a minima les prescriptions du § 10.3.2.2 de ce Guide
et au maxima les dispositions constructives des normes d’exécution et des principes de l’EC2-1 de
sorte que la section d’aciers reste inférieure à 3 % de la section de béton.
En fonction des efforts, un ferraillage optimisé peut être retenu comme vérifié ou proposé en
Annexe I.8 : comparatif sur les pieux 9 et 29.

12.4.1.3. Charge admissible GEO des pieux

Les pieux retenus pour le calcul sont des pieux « tarière creuse, classe 2, catégorie 6 » avec
enregistrement des paramètres de forage, ancrés dans les sols cohérents durs à partir de 20 m de
profondeur.
Les capacités portantes suivant les différentes combinaisons, pour un ancrage à -21,5 m/PFT
respectant le critère min(1,50 m ; 3.) dans le substratum, sont les suivantes :

Tableau n° 29 : Capacités maximales GEO en kN

ELS caractéristique ELS quasi-permanent ELU fondamental et sismique


(m)
Compression Traction Compression Traction* Compression Traction

0,42 2 009 907 1 644 329 2 656 1 239

0,52 2 652 1 123 2 170 408 3 559 1 534

0,62 3 357 1 339 2 746 486 4 562 1 829

0,72 4 112 1 554 3 364 564 5 647 2 124

0,82 4 932 1 770 4 035 643 6 838 2 419

0,92 5 825 1 986 4 766 721 8 149 2 714

1,02 6 771 2 202 5 540 799 9 548 3 009

1,12 7 740 2 418 6 332 878 10 983 3 304

1,22 8 795 2 634 7 196 956 12 560 3 599

* Borné à 0,15 . Rs

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 131 / 232
12.4.2. Calcul des modules de réaction et des raideurs

Les calculs sont réalisés à partir des résultats des essais pressiométriques pour les effets inertiels.

12.4.2.1. Coefficient de majoration « η »

Conformément au Tableau n° 13 pour une zone de sismicité 3, on en déduit les paramètres de


calculs suivants :

 η1 = 1,50.

 η2 = 2,00.
Cela nous conduit à retenir un coefficient η = 1,50 x 2,00 = 3,00 quelle que soit la valeur de η3.

12.4.2.2. Raideurs surfaciques

Les pieux seront calculés sous sollicitations sismiques horizontales en considérant les hypothèses
suivantes :

 Module CT (court terme) avec coefficient multiplicateur η = 3.


 Pour la zone proche de la surface, minoration du module de réaction frontale du sol « kf, »
sur une profondeur « zc » égale à 4.B par 0,7 (Cf. § 6.2.2.2.5 de ce Guide), à appliquer sur les
valeurs du Tableau n° 30.
 Limitation de la pression du sol à la pression limite « pl » (Cf. § 6.2.2.2.2 de ce Guide).
Pour simplifier le calcul, la détermination des raideurs est basée sur des caractéristiques moyennes
par couche.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 132 / 232
Tableau n° 30 : Raideurs surfaciques du sol

N° EM pl Diam en cm / ki (sism) en MPa/m


α
Couche MPa MPa 42 52 62 72 82 92 102 112 122
1
2
Sol
3
granulaire 4,3 0,7 0,33 170 137 117 110 104 98 94 90 86
4
lâche
5
6
7
Sol 8
granulaire 11,5 1,3 0,33 452 365 312 292 276 261 249 238 229
9
dense
10
11
12
13
14
Sol 15
cohérent 7,7 1,0 0,50 247 200 170 155 143 134 126 118 112
ferme 16
17
18
19
20
21 41,0 3,3 0,50 1 316 1 063 903 826 764 712 668 631 598
Sol 22
cohérent 23
120,4 8,0 0,50 3 864 3 121 2 653 2 426 2 243 2 091 1 963 1 853 1 757
dur 24
25

12.4.3. Matrice de rigidité horizontale

On présente deux approches : l’approche élasto-plastique et l’approche pseudo-élastique. Les


calculs sont faits avec les hypothèses suivantes : Eb = 30 000 MPa et I = inertie non fissurée.

12.4.3.1. Méthode élasto-plastique

Pour appliquer la méthode complète (avec prise en compte du couplage), on construit la matrice de
souplesse avec un logiciel élasto-plastique sur la base des hypothèses définies ci-avant. Les résultats
donnés ci-dessous correspondent à la partie du domaine élastique de la réponse.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 133 / 232
Tableau n° 31 : Matrice de souplesse élasto-plastique

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

SHH = y/H 0,0288 0,0233 0,0192 0,0155 0,0129 0,0110 0,0095 0,0083 0,0074 m/MN

SHM = y’/H 0,0207 0,0136 0,0095 0,0067 0,0050 0,0038 0,0030 0,0024 0,0020 rad/MN

SMH = y/M 0,0207 0,0136 0,0095 0,0067 0,0050 0,0038 0,0030 0,0024 0,0020 m/MN.m

SMM = y’/M 0,0296 0,0157 0,0092 0,0057 0,0038 0,0026 0,0019 0,0014 0,0011 rad/MN.m

On en déduit la matrice de rigidité suivante :

Tableau n° 32 : Matrice de rigidité élasto-plastique

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KHH 70 87 106 131 158 184 210 239 266 MN/m

KHM -49 -75 -110 -154 -208 -268 -331 -410 -483 MN/rad

KMH -49 -75 -110 -154 -208 -268 -331 -410 -483 MN.m/m

KMM 68 129 222 357 537 777 1050 1416 1787 MN.m/rad

Dans le cadre de la méthode simplifiée décrite au § 6.4.1.2 de ce Guide (sans couplage) pour des
appuis en rotation libre, les rigidités horizontales sont résumées dans le tableau suivant (en utilisant
le terme de la matrice de souplesse KH = H/y = 1/sHH).

Tableau n° 33 : Rigidité horizontale

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KH 35 43 52 65 78 91 105 120 135 MN/m

12.4.3.2. Méthode pseudo-élastique

Dans le cadre de la méthode complète (avec prise en compte du couplage) selon le § 6.4.1.1 de ce
Guide, on détermine la matrice de rigidité suivant le Tableau n° 16 du § 6.4.3 de ce Guide avec
l’hypothèse où le module « Es » est égal à 3G.
On trouvera, en Annexe I.2, les matrices pour les trois modèles de sols.
On détaille ci-dessous la matrice de rigidité pseudo-élastique pour « Es » constant.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 134 / 232
Tableau n° 34 : Matrice de rigidité pseudo-élastique

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KHH 96 119 142 165 188 211 234 257 280 MN/m

KHM -51 -78 -111 -149 -193 -243 -299 -361 -428 MN/rad

KMH -51 -78 -111 -149 -193 -243 -299 -361 -428 MN.m/m

KMM 74 141 239 374 552 780 1063 1407 1819 MN.m/rad

La rigidité horizontale, dans le cas de la méthode simplifiée (appui en rotation libre), est déduite de
la matrice de rigidité précédente, par la relation :
2
K HM
K H  K HH 
K MM

Tableau n° 35 : Rigidité horizontale pseudo-élastique

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KH 62 76 91 106 120 135 150 164 179 MN/m

12.4.3.3. Cas d’un monocouche avec K constant (Cf. § 6.4.2 de ce Guide)

On retient la valeur moyenne harmonique de la première couche pour définir un module


pressiométrique moyen « EM » de 4,3 MPa.
Pour être homogène avec le § 6.2.2.2.5 de ce Guide, on applique un abattement de 0,7 sur le
module linéique.
La raideur horizontale, dans le cas de la méthode simplifiée (appui en rotation libre), est la suivante :

Tableau n° 36 : Raideur horizontale dans le cas d’un monocouche

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KH 35 43 52 64 77 90 105 119 134 MN/m

12.4.3.4. Conclusion

L’approche suivant la méthode élasto-plastique (Cf. § 6.4.1.1 de ce Guide) et celle du monocouche


avec « K » constant (Cf. § 6.4.2 de ce Guide) fournissent des raideurs du même ordre de grandeur.
C’est en rapport avec la coupe géotechnique retenue et le rôle important joué par la couche
homogène sur les six premiers mètres.
En revanche, la méthode pseudo-élastique (Cf. § 6.4.3 de ce Guide) met en exergue des valeurs de
raideur plus fortes. Cela est la conséquence du domaine de déformations (ou de distorsions) plus
faibles retenu par cette méthode (on rappelle que Es = 3.G) qui n’est pas en accord avec celui
calculé.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 135 / 232
Cela confirme qu’il faut utiliser la méthode élasto-plastique plutôt que la méthode pseudo-élastique
comme précisé au § 6.1 de ce Guide.
En méthode simplifiée, on peut donc appliquer la méthode exposée au § 6.4.2 de ce Guide pour un
monocouche.

12.4.4. Raideur verticale

12.4.4.1. Hypothèses de calculs

Pour calculer les rigidités verticales, nous avons négligé le frottement latéral sur le premier mètre
en-dessous de la tête de pieu. Vis-à-vis des sollicitations verticales sismiques, les lois de
comportement, décrites dans la norme NF P 94-262, sont majorées par le coefficient η = 3,00
conformément au § 6.2.2.2.4 et au § 6.3.1 de ce Guide.

12.4.4.2. Méthode Frank/Zhao

Nous avons utilisé la méthode du § 6.3.1 de ce Guide pour calculer les tassements par pieu. La
raideur des pieux est déduite du graphique de l’Annexe I.3 sur la base des capacités portantes
sismiques maximales.

Tableau n° 37 : Raideurs verticales selon la méthode de Frank & Zhao

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KVV 275 373 471 556 638 718 792 869 943 MN/m

12.4.4.3. Méthode forfaitaire

Nous avons utilisé la formule simplifiée du § 6.3.2 de ce Guide pour calculer les tassements par pieu
sur la base de la capacité portante maximale sismique.

Tableau n° 38 : Raideurs verticales selon la méthode forfaitaire

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

Eb 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 30 000 MPa

Sb 0,139 0,212 0,302 0,407 0,528 0,665 0,817 0,985 1,169 m²

ln 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 m

l* 22,3 23,1 24 24,8 25,6 26,4 27,3 28,0 28,7 m

KZ 342 508 697 912 1 148 1 404 1 673 1 970 2 285 MN/m

12.4.4.4. Conclusion

On remarque que les raideurs avec la méthode forfaitaire sont supérieures à celles calculées avec la
méthode de Frank et Zhao (Cf. Annexe L de la norme NF P 94-262). C’est cette méthode forfaitaire
qu’on retient dans la suite de l’exercice.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 136 / 232
12.4.5. Effet cinématique

12.4.5.1. Module de réaction linéique à partir de « G » pour les calculs cinématiques

A partir des valeurs de « G » et des formules suivantes, on trouve les valeurs résumées dans le
tableau suivant :
 Kc = ,2 . Esism [MPa] avec Esism = 2 . (1 + ) . G

Tableau n° 39 : Module de réaction linéique pour calcul cinématique (à partir de G)

Gmax G Esism Kc (sism)


N° Couche G/Gmax 
(MPa) (MPa) (MPa) (MPa)

1 37,9 0,5 19,0 0,30 49 59


2 41,5 0,5 20,7 0,30 54 65
Sol 3 45,2 0,5 22,6 0,30 59 70
granulaire
lâche 4 45,2 0,5 22,6 0,30 59 70
5 49,0 0,5 24,5 0,30 64 76
6 49,0 0,5 24,5 0,30 64 76
7 217,8 0,5 108,9 0,45 316 379
Sol 8 217,8 0,5 108,9 0,45 316 379
granulaire
dense 9 217,8 0,5 108,9 0,45 316 379
10 217,8 0,5 108,9 0,45 316 379
11 74,5 0,5 37,2 0,45 108 130
12 79,5 0,5 39,8 0,45 115 138
13 84,8 0,5 42,4 0,45 123 147
14 90,1 0,5 45,1 0,45 131 157
Sol 15 95,7 0,5 47,8 0,45 139 166
cohérent
ferme 16 101,4 0,5 50,7 0,45 147 176
17 110,1 0,5 55,0 0,45 160 192
18 116,3 0,5 58,1 0,45 169 202
19 122,7 0,5 61,3 0,45 178 213
20 312,0 1 312,0 0,45 905 1 086
21 1344,0 1 1 344,0 0,45 3898 4677
22 1344,0 1 1 344,0 0,45 3 898 4 677
Sol
cohérent 23 1344,0 1 1 344,0 0,45 3 898 4 677
dur
24 1344,0 1 1 344,0 0,45 3 898 4 677
25 1344,0 1 1 344,0 0,45 3 898 4 677

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 137 / 232
12.4.5.2. Calcul de « Gi » et « Vi »

Pour « G/Gmax » égal à 0,5 dans les alluvions et le passage sableux, on en déduit « Gi » et « Vi » à
utiliser pour le calcul de g(z). Les tableaux de valeurs sont en annexe I.

12.4.5.3. g(z) selon Madera

Le profil de sol est considéré comme un multicouche avec un contraste de raideur entre les alluvions
et le substratum marno-calcaire ou encore avec le niveau sableux.
La méthode de Madera [21] et la méthode de Rayleigh simplifiée [21] sont appropriées pour le calcul
en champ libre.
Le Tableau n° 61 et le Tableau n° 62 de l’Annexe I.4 présentent les résultats du calcul de la période
correspondant au profil multicouche suivant la méthode de Madera [21]. La période du profil
multicouche est comprise entre 0,48 s et 0,51 s soit une déformation maximale de 1,41 à 1,51 cm.
Les périodes déterminées par application successive de la méthode de Madera permettent de
calculer la déformée à la base du profil considéré ce qui permet ensuite de tracer « g(z) ». La Figure
n° 71 de l’Annexe I.4 présente les déformations calculées suivant les deux méthodes de Madera que
l’on compare à la méthode de Rayleigh simplifiée. [Cf. Tableau n° 39].
On en déduit les courbes de g(z) tracées sur la figure suivante.

Déformation en champ libre g(z)


Déplacement (cm)
0.0 0.5 1.0 1.5 2.0
0
2
4
6
8
10
12
Profondeur (m)

14
16
18
20
22
24
26
28
30
sinusoïde
RAYLEIGH

Figure n° 58 : Déformation en champ libre g(z)

On constate que les profils de « g(z) » obtenus sont similaires (sauf pour la sinusoïde en partie
basse). On note les variations de pente à chaque interface de couche, à 6 et 10 m de profondeur
délimitant le passage sableux intercalé dans les alluvions, et à 20 m de profondeur marquant la
limite entre les alluvions et le substratum marno-calcaire.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 138 / 232
Nous retiendrons par la suite le profil de « g(z) » obtenu suivant la méthode de Madera avec
pondération des densités.

12.4.5.4. Détermination des efforts tranchants et des moments en champ libre

En appliquant une déformée imposée aux pieux, on trouve des moments fléchissants et des efforts
tranchants importants au contact du substratum. En Annexe I.4.2, on trouvera les éléments de
réduction pour un pieu de diamètre 72 cm.
Les valeurs sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau n° 40 : Moment et effort tranchant sous effet cinématique

Diamètre (cm) Moment fléchissant (kN.m) Effort tranchant (kN)

42 25 31

52 53 58

62 98 98

72 162 154

82 247 226

92 356 315

102 487 421

112 640 544

122 813 683

Les valeurs importantes d’effort tranchant sont dues à la différence de module à l’interface avec le
substratum. Elles conduisent à armer le pieu toute hauteur.

12.4.6. Descentes de charge par analyse modale spectrale

Pour cette première étape, grâce à une analyse modale spectrale, le BET Structures fournit les
données d’entrée suivantes, en considérant le bâtiment bloqué en pied sans encastrement sur les
pieux :
 Coordonnées {x ; y} pour chaque appui dans un repère donné.

 Torseurs verticaux « Fz » en statique et en dynamique pour chaque appui ; torseur global


{Fx ; Fy} pour chaque cas de séisme EX et EY avec son centre d’application.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 139 / 232
Tableau n° 41 : Premières descentes de charges verticales élémentaires

G Q EX EY G Q EX EY
Pieu n° Pieu n°
Fz (kN) Fz (kN)

1 68 25 0 188 17 75 23 128 11

2 46 17 119 17 18 75 23 128 11

3 46 17 119 17 19 69 20 169 11

4 69 20 169 11 20 69 20 187 11

5 59 24 26 4 21 74 23 141 12

6 63 25 29 5 22 74 23 141 12

7 60 24 27 10 23 69 20 187 11

8 59 24 31 3 24 57 24 17 6

9 100 45 6 14 25 183 69 297 539

10 102 46 5 18 26 183 69 297 539

11 102 46 5 18 27 58 24 17 6

12 100 45 6 14 28 96 35 261 313

13 63 25 29 5 29 96 35 261 313

14 59 24 26 4 30 85 32 144 74

15 60 24 27 10 31 85 32 144 74

16 59 24 31 3 32 152 53 0 478

Les calculs mettent en exergue une excentricité de l’effort horizontal par rapport au centre de
gravité des appuis.
Séisme suivant
Cas EX
FX FZ MZ
[kN] FY [kN] [kN] [kN.m]
7 952 6 2 97 272 -- excentricité par rapport à OXY 12,2 m
Séisme suivant
Cas EY
FX FZ MZ
[kN] FY [kN] [kN] [kN.m]
6 8 232 821 60 508 -- excentricité par rapport à OXY 7,35 m

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 140 / 232
VED_EX

VED_EY

Y
X

Figure n° 59 : Vecteurs sismiques horizontaux élémentaires

Comme nous le recommandons dans ce guide, la DDC intègre la majoration Rd . 
Commentaire : Le modèle présenté met en exergue que le séisme Ex ne génère majoritairement que
des efforts « Fx », comme pour le séisme Ey avec des efforts « Fy ».

12.4.7. Analyse par forces latérales

Cette analyse permet de déterminer à titre pédagogique l’effort horizontal total agissant à la base
du bâtiment, que l’on calcule selon l’analyse par forces latérales, en retenant les charges verticales
du modèle précédent.
L’effort total horizontal par direction est défini au § 3.3.2 de ce Guide tel que :
Fb = Sd .(T1) . m . 
Avec :

 Sd(T1) = ordonnée du spectre de calcul correspondant à la période du bâtiment.


 m = masse totale du bâtiment.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 141 / 232
  = coefficient de correction dont la valeur est égale à 0,85 pour notre bâtiment.
En première approche, on se place sur la partie horizontale du spectre de calcul définie par la Figure
n° 60 dont la valeur du plateau est déterminée à partir des paramètres du § 12.3 de ce Guide telle
que :

Sd(TC) = agr . I . S . 2,5 / q = 1,1  1,2  1,8  2,5 / 2,1 = 2,83 m/s²

Spectre de calcul
3.00

2.50

2.00
Sd (T)

1.50

1.00

0.50

0.00
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
TC = 0,45 s T (s)

Figure n° 60 : Spectre de calcul

 G = 26 158 kN
 Q = 9 796 kN
 E =  . 2 = 0,8  0,3 = 0,24
 G +E . Q = 26 158 + 0,24  9 796 = 28 509 kN
 soit m = 28 509 / 9,81 = 2 906 t (Cf. § 3.4.1 de ce Guide)

 Fx (EX) = Fy (EY) = 2,83  2 906  0,85 = 6 991 kN


 H = ((0,3 x 6 991 + 0) ² + (0,3 x 0 + 6 991)²) = 7 299 kN
Pour être homogène avec les descentes de charges du BET Structures incluant le coefficient de
surcapacité, l’effort horizontal global est lui aussi majoré par le coefficient de surcapacité forfaitaire
Rd .  = 1,4 (Cf. § 4.2.2 de ce Guide).
L’effort tranchant global en base de structure est donc de 10 218 kN (7 299 x 1,4) soit 20 % de plus
que l’effort horizontal global déterminé par l’analyse modale spectrale (Cf. § 12.7.2.3 de ce Guide).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 142 / 232
12.5. Première étape de calcul ou prédimensionnement

12.5.1. Principe de calculs

Cette étape consiste à dimensionner les pieux du bâtiment sur la base d’une descente de charge
établie avec l’hypothèse d’un bâtiment bloqué en pied (Cf. Tableau n° 41).
Ce calcul n’est valable que pour un avant-projet. Il est mené à titre pédagogique pour le comparer à
la méthode itérative prenant en compte les raideurs.
Les calculs sont menés de la manière suivante :

 Détermination du diamètre des pieux sous combinaisons de charges statiques et


dynamiques suivant « Fz » (compris Newmark), vis-à-vis de la contrainte de béton ainsi que
de la portance.
 Répartition des efforts horizontaux « Fx » et « Fy » sur les pieux au prorata de la section et du
type de liaison en fonction de leur position (x, y) pour chaque direction de séisme EX et
EY (Cf. § 4.1.2.1.1.b de ce Guide).
 Définition des combinaisons sismiques horizontales pour chaque pieu en appliquant
Newmark et calcul de la résultante.
 Calcul des moments induits et vérification du ferraillage en recherche de l’adéquation du
diamètre vis-à-vis de ces efforts horizontaux et de la descente de charges verticale sismique
fournie par appui, modification éventuelle de ces diamètres avec reprise de la procédure au
niveau de la répartition des efforts.

12.5.2. Résultats de la répartition des efforts horizontaux

On trouvera en Annexe I.5 le calcul détaillé des répartitions au prorata des diamètres, des conditions
d’appui et en fonction de leur position pour chaque direction de séisme EX et EY.
Les conditions d’appui d’un pieu peuvent être différentes selon la direction du séisme.
A titre pédagogique, on réalise deux modélisations :

 La première en considérant une réponse du bâtiment identique pour tous les pieux dans les
deux directions correspondant à des pieux libres en rotation.
 Une deuxième modélisation en considérant une réponse du bâtiment différente selon que
le pieu peut être considéré encastré ou articulé dans un voile suivant le sens de l’effort par
rapport à son inertie. On appliquera des coefficients de pondération « i » décrit au
§ 4.1.2.1.1.b de ce Guide sur les pieux tels que résumés dans le tableau suivant :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 143 / 232
Tableau n° 42 : Type de liaison sur chaque appui

Pieu n° αx; i αy; i Pieu n° αx; i αy; i

1 1 2 17 2 1
2 1 2 18 2 1
3 1 2 19 2 1
4 2 1 20 2 1
5 1 1 21 2 1
6 1 1 22 2 1
7 1 1 23 2 1
8 1 1 24 1 1
9 1 1 25 2 2
10 1 1 26 2 2
11 1 1 27 1 1
12 1 1 28 2 2
13 1 1 29 2 2
14 1 1 30 1 2
15 1 1 31 1 2
16 1 1 32 2 2

Sur la base de cette répartition, les pieux ont été vérifiés selon les critères STR et GEO, en prenant en
compte l’effet cinématique décrit au § 12.4.5 de ce Guide. Le diamètre des pieux a été ajusté en
fonction de ces critères.
Les efforts cinématiques sont cumulés aux efforts inertiels conformément au § 8.2 de ce Guide par
addition des phénomènes car α = T Structure / Tg < 1,2.
Le ferraillage est vérifié en flexion composée et vis-à-vis de l’effort tranchant en tête, à cause de la
forte incidence des effets inertiels, et au contact du substratum à cause de l’effet cinématique. Pour
ce dernier cas, on prend en compte le résidu de compression qui reste après mobilisation du
frottement limite.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 144 / 232
12.5.3. Dimensionnement

On trouvera les diamètres des pieux retenus dans le tableau ci-dessous :

 Cas 1 : Pieux libres en rotation


Tableau n° 41 : Résultats de la répartition des efforts horizontaux – pieux articulés

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 145 / 232
 Cas 2 : Pieux articulés ou encastrés suivant la raideur de la structure :

Tableau n° 42 : Résultats de la répartition des efforts horizontaux – pieux articulés ou encastrés

Le dédoublement des pieux s’est imposé vis-à-vis des efforts de traction importants (à fiche de pieu
égale).
Commentaire : La répartition des efforts horizontaux met en exergue des différences pour un même
diamètre compte tenu de la prise en compte du moment de torsion généré par la différence entre le
centre de gravité de l’effort et celui des pieux (Cf. Annexe I.5).
Commentaire : L’hypothèse d’un appui encastré génère environ 50 % d’effort en plus dans les pieux
par rapport à l’hypothèse d’un appui rotulé.

12.6. Deuxième étape de calculs (méthode complète ou simplifiée)

12.6.1. Diamètre initial de la méthode itérative

A partir de la première descente de charge en appuis fixes, le BET Géotechnique ou le BET de


l’Entreprise de Fondations donne le diamètre des pieux, en fonction des efforts statiques ELS sur la
base des critères STR et GEO.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 146 / 232
Pour l’exercice, les résultats obtenus sont les suivants :

Tableau n° 43 : Tableau récapitulatif des diamètres pour le calcul de la première itération

Pieu N° Diamètre (m) Pieu N° Diamètre (m)

1 0,42 17 0,52

2 0,42 18 0,52

3 0,42 19 0,42

4 0,42 20 0,42

5 0,42 21 0,42

6 0,42 22 0,42

7 0,42 23 0,42

8 0,42 24 0,42

9 0,52 25 0,72

10 0,52 26 0,72

11 0,52 27 0,42

12 0,52 28 0,52

13 0,42 29 0,52

14 0,42 30 0,52

15 0,42 31 0,52

16 0,42 32 0,62

12.6.2. Processus itératif avec le BET Structures

Sur la base du tableau précédent, le BET Structures réalise une première itération permettant au BET
Géotechnique ou au BET de l’Entreprise de Fondations de déterminer un nouveau jeu de diamètres
de pieu. Des calculs itératifs seront réalisés sur le même principe, en interaction entre le BET
Structures et le BET Géotechnique ou le BET de l’Entreprise de Fondations, jusqu’à convergence par
augmentation des diamètres ou modification du ferraillage lorsque cela est nécessaire suite à la
vérification de l’adéquation des diamètres de l’itération n-1.
L’exercice est mené suivant deux approches :
 Approche 1 : le BET Structures introduit une matrice de rigidité en chacun des appuis
représentant les pieux. Cette méthode est appelée méthode complète (avec couplage) car
elle donne en tête de pieux des couples d’efforts horizontaux et de moments.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 147 / 232
 Approche 2 : le BET Structures entre uniquement dans sa modélisation une raideur
horizontale en chacun des appuis représentant les pieux. Cette méthode est appelée
méthode simplifiée (sans couplage) car elle donne uniquement des efforts horizontaux. Les
calculs « sans couplage » sont réalisés dans deux cas :
o cas 1 en encastrant les pieux quand c’est le cas (sous contreventement, …) et en les
articulant dans les autres cas,
o cas 2 en supposant tous les pieux articulés.
Commentaire : Pour cet exercice, on a étudié le cas 2 de l’approche 2 dans un seul but
pédagogique. Ce scenario est naturellement à proscrire.
Pour l’exercice, le calcul itératif conduit à faire cinq à six itérations et on trouvera en Annexe I les
résultats de la dernière itération.

12.6.3. Résultats après dernière itération

Le processus itératif montre les évolutions des diamètres de pieu « avec couplage » ou « sans
couplage ». Les résultats sont présentés dans les tableaux ci-dessous :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 148 / 232
Tableau n° 44 : Tableau récapitulatif des diamètres à l’issue de la dernière itération (avec couplage -
approche 1)

Avec couplage
Diamètre (m)
Pieu n°
Initial Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 Itération 5

1 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52


2 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62
3 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62
4 0,42 0,72 0,82 0,82 0,82 0,82
5 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
6 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
7 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
8 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
9 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
10 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
11 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
12 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
13 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
14 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
15 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
16 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
17 0,52 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62
18 0,52 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62
19 0,42 0,72 0,72 0,82 0,82 0,82
20 0,42 0,72 0,82 0,82 0,92 0,92
21 0,42 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62
22 0,42 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62
23 0,42 0,72 0,82 0,82 0,82 0,82
24 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
25 0,72 1,02 1,12 1,22 1,22 1,22
26 0,72 1,02 1,12 1,22 1,22 1,22
27 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
28 0,52 0,62 0,72 0,72 0,72 0,72
29 0,52 0,62 0,72 0,72 0,72 0,72
30 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62
31 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62
32 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62

Portance Ferraillage Portance puis ferraillage

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 149 / 232
Tableau n° 45 : Tableau récapitulatif des diamètres à l’issue de la dernière itération (approche 2-cas 2 :
sans couplage – pieux articulés)

Sans couplage - Pieux articulés

Diamètre (m)
Pieu n° Diamètre de
Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 Itération 5
référence
1 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
2 0,42 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62
3 0,42 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62
4 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
5 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42
6 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42
7 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
8 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
9 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
10 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
11 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
12 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
13 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42
14 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42
15 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
16 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
17 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
18 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
19 0,42 0,62 0,72 0,72 0,72 0,72
20 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
21 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
22 0,42 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
23 0,42 0,62 0,72 0,72 0,72 0,72
24 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42
25 0,72 0,82 0,92 1,02 1,02 1,02
26 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,12
27 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42
28 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62
29 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62
30 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
31 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
32 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62

Portance Ferraillage Portance puis ferraillage

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 150 / 232
Tableau n° 46 : Tableau récapitulatif des diamètres à l’issue de la dernière itération (approche 2 – cas 1 :
sans couplage – pieux articulés et/ou encastrés)

Sans couplage - Pieux articulés et/ou encastrés

Diamètre (m)
Pieu n° Diamètre de
Itération 1 Itération 2 Itération 3 Itération 4 Itération 5 Itération 6
référence
1 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
2 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
3 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
4 0,42 0,72 0,82 0,82 0,82 0,82 0.82
5 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
6 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
7 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
8 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
9 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0.52
10 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0.52
11 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0.52
12 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52 0.52
13 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
14 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
15 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
16 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
17 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
18 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
19 0,42 0,72 0,82 0,82 0,82 0,82 0.82
20 0,42 0,72 0,82 0,82 0,82 0,82 0.82
21 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
22 0,42 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
23 0,42 0,72 0,82 0,82 0,82 0,82 0.82
24 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
25 0,72 1,02 1,12 1,12 1,12 1,12 1.12
26 0,72 1,02 1,12 1,22 1,22 1,22 1.22
27 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0,42 0.42
28 0,52 0,72 0,82 1,02 1,12 1,22 1.22
29 0,52 0,92 1,12 1,22 1,22 1,22 1.22
30 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
31 0,52 0,62 0,62 0,62 0,62 0,62 0.62
32 0,62 0,92 1,12 1,12 1,12 1,12 1.12

Portance puis
Portance Ferraillage
ferraillage

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 151 / 232
Commentaire : On aurait pu s’affranchir des dernières itérations imposées par un problème de
ferraillage en augmentant le ferraillage décrit au § 12.4.1.2 de ce Guide.

12.7. Analyse de l’exercice

12.7.1. Diamètres

Le tableau suivant donne le diamètre des pieux en fonction des différentes modélisations utilisés.

Tableau n° 47 : Comparaison des diamètres de pieu à l’issu de la convergence

Avec
Sans couplage Appuis fixes
couplage Sans couplage Appuis fixes
Pieu n° articulé et/ou articulés et/ou
(méthode articulé articulés
encastré encastrés
complète)
1* 0,52 0,62 0,52 0,62 0,72
2* 0,62 0,62 0,62 0,52 0,72
3* 0,62 0,62 0,62 0,52 0,72
4* 0,82 0,82 0,52 0,62 0,82
5 0,52 0,42 0,42 0,42 0,42
6 0,52 0,42 0,42 0,42 0,42
7 0,52 0,42 0,52 0,42 0,42
8 0,52 0,42 0,52 0,42 0,42
9 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
10 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
11 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
12 0,52 0,52 0,52 0,52 0,52
13 0,52 0,42 0,42 0,42 0,42
14 0,52 0,42 0,42 0,42 0,42
15 0,52 0,42 0,52 0,42 0,42
16 0,52 0,42 0,52 0,42 0,42
17* 0,62 0,62 0,52 0,62 0,62
18* 0,62 0,62 0,52 0,62 0,62
19* 0,82 0,82 0,72 0,62 0,82
20* 0,92 0,82 0,52 0,62 0,72
21* 0,62 0,62 0,52 0,62 0,72
22* 0,62 0,62 0,52 0,52 0,72
23* 0,82 0,82 0,72 0,52 0,72
24 0,52 0,42 0,42 0,62 0,42
25* 1,22 1,12 1,02 2  0,82 0,92 & 1,12
26* 1,22 1,22 1,12 2  0,82 0,92 & 1,12
27 0,52 0,42 0,42 0,42 0,42
28 0,72 1,22 0,62 1,02 1,02
29* 0,72 1,22 0,62 1,02 1,02
30* 0,62 0,62 0,52 0,52 0,72
31* 0,62 0,62 0,52 0,52 0,72
32* 0,62 1,12 0,62 1,12 1,12

Section
11,3 12,5 8,6 10,4 13,5
cumulée (m²)

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 152 / 232
Légende : * pieux sous contreventement encastrés dans une ou deux directions pour lesquels la
raideur est doublée.

12.7.1.1. Appuis fixes

La méthode sur appuis fixes :

 Maximalise et concentre les efforts de traction sur certains appuis, en bord du noyau
central, nécessitant d’augmenter le diamètre ou de les dédoubler.

 Concentre également les efforts horizontaux sur les appuis précédents, parce qu’ils sont
plus raides horizontalement, et sur les pieux avec une condition limite « encastré en tête ».
Globalement, pour les pieux ayant une condition « encastré en tête », on note que 72 %
d’entre eux voit leur diamètre augmenter.

 Soulage horizontalement les pieux avec une condition limite « articulé en tête » donnant
des pieux de plus faible diamètre qu’avec la méthode complète ou simplifiée vis-à-vis de la
vérification STR pour 71 % des pieux.
La section globale des pieux nécessaire sous appuis fixes avec condition « articulé et/ou encastré »
est la plus forte de toutes les solutions car elle cumule deux conditions de calculs défavorables, à
savoir des raideurs infinies verticalement et des raideurs pénalisantes horizontalement prenant
compte l’encastrement des contreventements.

12.7.1.2. Avec couplage (approche 1)

La solution « avec couplage » génère des pieux de diamètre supérieur à la solution « sans couplage »
avec condition « articulé » sur 63 % des pieux, les autres étant de diamètre identique.
De même par rapport à la solution « sans couplage » avec liaison « articulé et/ou encastré », la
solution « avec couplage » génère 38 % de pieux plus grands essentiellement sur les pieux articulés
et 13 % de pieux plus petits sur les pieux encastrés dans les contreventements.

12.7.1.3. Sans couplage (approche 2)

La méthode « sans couplage » dans le cas de la solution avec liaison « articulé et/ou encastré »
draine plus d’efforts pour les pieux avec liaison « encastrée » par rapport aux pieux avec liaison
« articulée ». Cela conduit à :

 Augmenter le diamètre des pieux encastrés :


o d’un diamètre dans 61 % des cas.
o et de deux diamètres voire plus dans 28 % des cas.
 Réduire les efforts sur les pieux articulés permettant de diminuer d’un diamètre dans
seulement 29 % des cas des pieux articulés.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 153 / 232
12.7.1.4. Synthèse sur les diamètres

Par rapport à la solution « avec couplage », on constate que :


 La solution « sans couplage » avec condition « articulé » sous dimensionne les pieux sous
les contreventements. En effet, il y a des explications à deux niveaux :
o au niveau des efforts inertiels globaux qui sont sous-estimés du fait de la souplesse
du système de fondation.
o au niveau de la répartition qui ne dépend que des diamètres et non des conditions
d’encastrement.
 La solution « sans couplage » avec liaison « articulé et/ou encastré » surdimensionne
certainement les pieux sous les contreventements. De la même manière, il y a des
explications à deux niveaux :
o au niveau des efforts inertiels globaux qui sont plus forts du fait de la moindre
souplesse du système de fondation.
o au niveau de la répartition qui dépend des diamètres et des conditions
d’encastrement.
La méthode « sans couplage » dans la solution avec liaison « articulée » conduit à rendre le bâtiment
plus souple que la solution « articulé et/ou encastré », à augmenter sa période pour finalement
réduire éventuellement le total des efforts horizontaux.
Ces conclusions sont en adéquation avec les sections globales des pieux obtenues. En effet, la
méthode « sans couplage » avec condition « articulé » fournit la plus faible section globale des pieux
alors que la méthode « sans couplage » avec condition « articulé et/ou encastré » donne une section
globale des pieux plus forte que celle de la méthode « avec couplage ».

12.7.2. Effort tranchant global

12.7.2.1. Séisme EX

Le tableau suivant montre que :


 L’effort horizontal déterminé par la méthode des forces latérales est supérieur de 23 % à
l’effort déterminé par appuis fixes.

 L’effort horizontal, calculé avec les raideurs, augmente, par rapport à la méthode par appuis
fixes, de 6 % dans le cas « avec couplage » ou « sans couplage » avec condition « articulé
et/ou encastré » alors qu’il est sensiblement identique pour la méthode « sans couplage »
avec condition « articulé ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 154 / 232
Tableau n° 48 : Efforts tranchants globaux suivant EX

Efforts globaux (kN)


Etape de calcul
Suivant X Suivant Y

Par forces latérales 9 787 0

Appuis fixes 7 952 6

Sans couplage Sans couplage

Avec couplage Articulés Avec couplage Articulés


et/ou Articulés et/ou Articulés
encastrés encastrés

1 7 770 7 504 7 448 2 2 2

2 8 218 8 232 7 854 2 2 2

3 8 386 8 344 7 980 2 2 2


Itération
4 8 428 8 400 8 008 2 2 2

5 8 442 8 414 8 022 2 2 2

6 8 428 2

Commentaire : Dans cette direction, la prise en compte des raideurs augmente la période et donc
diminue l’accélération, mais engendre des masses modales plus élevées sur les modes principaux. Le
cumul de ces deux effets explique l’augmentation de l’effort total avec appuis élastiques par rapport
aux appuis fixes.

12.7.2.2. Séisme EY

Le tableau suivant montre que :


 L’effort horizontal déterminé par la méthode des forces latérales est supérieur de 19 % à
l’effort déterminé par appuis fixes.

 L’effort horizontal, calculé avec les raideurs, diminue, par rapport à la méthode par appuis
fixes, de 10 % environ dans le cas « avec couplage » ou « sans couplage » avec condition
« articulé » et de 4 % pour la méthode « sans couplage » avec condition « articulé et/ou
encastré ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 155 / 232
Tableau n° 49 : Efforts tranchants globaux suivant EY

Efforts globaux (kN)


Etape de calcul
Suivant X Suivant Y

Par forces latérales 0 9 787

Appuis fixes 6 8 232

Sans couplage Sans couplage

Avec couplage Articulés Avec couplage Articulés


et/ou Articulés et/ou Articulés
encastrés encastrés

1 0 0 0 6 972 6 972 6 930

2 0 0 0 7 378 7 602 7 168

3 0 0 0 7 518 7 770 7 280


Itération
4 0 0 0 7 574 7 896 7 350

5 0 0 0 7 574 7 910 7 392

6 0 7 910

Commentaire : Dans cette direction, la prise en compte des raideurs augmente la période donc
diminue l’accélération, mais engendre des masses modales plus élevées sur les modes principaux.
Contrairement à la direction Gx, le cumul de ces deux effets diminue l’effort total avec appuis
élastiques par rapport aux appuis fixes.

12.7.2.3. Résultante des efforts

Le tableau suivant, qui présente la résultante des efforts horizontaux issus des combinaisons de
Newmark majorés par « Rd .  », montre que :
 La résultante déterminée par la méthode des forces latérales est supérieure de 19 % à celle
par appuis fixes.
 La résultante déterminée par la méthode des ressorts, quel que soit les modèles de calculs,
est équivalente à la méthode par appuis fixes à  3 % près.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 156 / 232
Tableau n° 50 : Résultante des efforts tranchants globaux

Etape de calcul Efforts globaux (kN)

Par forces latérales 10 218

Appuis fixes 8 574

Sans couplage
Avec couplage
Articulés et/ou
Articulés
encastrés

1 8 047 7 791 7 733

2 8 511 8 543 8 144

3 8 685 8 664 8 274


Itération
4 8 729 8 728 8 307

5 8 743 8 743 8 323

6 8 756

12.7.2.4. Synthèse sur les efforts horizontaux totaux

De tous ces éléments, on peut en tirer les différentes conclusions suivantes :

 La méthode approchée de l’analyse par forces latérales totales, sans calcul de la période du
bâtiment, donne des efforts horizontaux supérieurs à ceux de l’analyse spectrale en appuis
bloqués.
 Le total des efforts horizontaux déterminés par la méthode des ressorts est équivalent à
celui de l’analyse spectrale en appuis bloqués.

12.7.3. Traction dans les pieux

Les efforts globaux de traction sont présentés dans le tableau ci-dessous pour les différents calculs :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 157 / 232
Tableau n° 51 : Efforts de traction globaux

Etape de calcul Efforts globaux (kN)

Appuis fixes -22 932

Sans couplage
Avec couplage
Articulés et/ou
Articulés
encastrés

1 -9 296 -8 320 -7 734

2 -14 213 -14 790 -10 363

3 -15 701 -15 928 -11 192


Itération
4 -15 983 -16 182 -11 477

5 -16 060 -16 233 -11 632

6 -16 298

La méthode avec ressorts verticaux complète ou simplifiée réduit les efforts de traction de 35 % par
rapport à ceux de la méthode avec appuis fixes.
On remarque que ces efforts par la méthode « avec couplage » sont identiques à ceux de la
méthode « sans couplage » en condition « articulé et/ou encastré ».
La méthode « sans couplage » en condition « articulé » sous-estime les efforts de traction dans les
pieux. C’est une conséquence de la sous-estimation de l’effort horizontal.

12.7.4. Comparatif sur les pieux 9 et 29

On présente en annexe I.8 les sollicitations internes en efforts tranchants et en moments, ainsi que
les déformées, des pieux 9 et 29 de l’exercice.

12.8. Conclusions de l’exercice

Concernant les efforts inertiels, les différentes modélisations de calculs utilisées pour traiter
l’exercice nous amènent à formuler les conclusions suivantes :
 Vis-à-vis des efforts de traction (Cf. Tableau n° 53), la méthode avec appuis fixes surestime
la traction dans les pieux par rapport aux méthodes avec ressorts, complètes (avec
couplage) ou simplifiées (sans couplage), plus fidèles vis-à-vis du comportement réel des
pieux.

 En revanche, la méthode simplifiée (sans couplage) avec condition en tête « articulé » sous-
estime trop les efforts de traction. Cette méthode ne serait réaliste et acceptable que si
tous les pieux étaient articulés, ce qui est rarement le cas.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 158 / 232
 Par ailleurs, pour les efforts les plus importants, ne pouvant être justifiés que par des
dispositions spécifiques, il est possible d’étudier localement l’équilibre du bâtiment avec
des ressorts tenant compte uniquement des armatures.
 Vis-à-vis des efforts horizontaux (Cf. Tableau n° 52) et des moments induits, la méthode
simplifiée « sans couplage » avec conditions en tête « articulée et/ou encastrée ».
o sur-estime les efforts dans les pieux sous les éléments de contreventement (pour
lesquels on double la raideur du ressort de tête).
o sous-estime légèrement les efforts dans les pieux sous poteaux car elle concentre
plus d’efforts dans les pieux sous refends que dans la méthode complète.
Néanmoins, cette approche est satisfaisante car elle sécurise les fondations des éléments de
contreventement les plus importants pour participer à la stabilité sous sollicitations
sismiques.
De ce fait, l’approche simplifiée « sans couplage » avec condition en tête « articulée et/ou
encastrée » reste applicable.
La méthode « avec couplage » est plus réaliste vis-à-vis du comportement réel du nœud « pieu-
structure », et permet l’optimisation du système de fondation.
Concernant les efforts cinématiques, ils impactent :
 Systématiquement le ferraillage des fondations en partie basse.
 Eventuellement le ferraillage et le diamètre des fondations en partie haute en fonction des
conditions de liaison avec la superstructure.

13. Synthèse
En tout premier lieu, le Guide a eu pour but de définir les attendus des différents intervenants à
l’acte de construire, que sont en particulier les Maîtres d’œuvre, les BET Structures et
Géotechniques et les Entreprises de Fondations Profondes.
Le Guide s’est attaché à proposer des méthodes de calcul pour le dimensionnement des fondations
profondes en respectant les Eurocodes, les Normes d’exécution et les Normes d’Application
Nationale de dimensionnement. Rappelons toutefois que ce Guide n’a pas pour objectif le
dimensionnement du bâtiment porté par les Fondations.
Le Guide propose des dispositions constructives permettant ainsi de garantir une ductilité minimale
aux fondations profondes.
Pour éclairer les lecteurs du Guide, un exemple d’application d’un bâtiment R+6 sans sous-sol et
fondé sur pieux a été entièrement développé au Chapitre 12 et en Annexe I en suivant les
différentes recommandations exposées tout au long des chapitres du Guide.

13.1. Rôle du BET Structures

La liste des attendus du BET Structures est fournie au § 4.5.1 de ce Guide.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 159 / 232
Cette liste reprend toutes les interfaces structurelles dont ont besoin le Géotechnicien et
l’Entreprise de Fondations Profondes pour mener à bien le dimensionnement des fondations
profondes depuis la phase conception jusqu’à la phase exécution.
On attire l’attention du BET Structures sur le fait que les fondations profondes ne peuvent pas être
considérées comme des structures dissipatives. De la sorte deux cas se présentent :
 Soit la structure n’est pas dissipative et la descente de charges issue des calculs dynamiques
peut être prise sans adaptation particulière pour le dimensionnement des fondations.
 Soit la structure est dissipative et dans ce cas des adaptations particulières pour le
dimensionnement des fondations profondes sont à considérer en majorant les efforts d’un
coefficient de surcapacité « Rd .  » (Cf. § 4.2.2.1 de ce Guide) qui doit être intégré dans la
descente de charge fournie par le BET Structures.
Outre la descente de charges structurelle que doit fournir le BET Structures comme rappelé
précédemment, le BET Structures doit préciser au BET Géotechnique et/ou à l’Entreprise de
Fondations Profondes les conditions d’appui en tête de fondations profondes qu’il compte mettre
en œuvre (Cf. § 4.1.3 de ce Guide : « couplé », « articulé et/ou encastré » dans le cas de la méthode
simplifiée).
Le BET Structures doit fournir les efforts horizontaux globaux VED EX et VED EY issus soit des calculs par
la méthode des forces latérales lorsqu’elle est applicable, soit par la méthode de l’analyse modale
spectrale (Cf. § 3.2 de ce Guide).

13.2. Rôle du BET Géotechnique

La liste des attendus du BET Géotechnique est fournie au § 4.5.2 de ce Guide.


On attire l’attention du BET Géotechnique sur le fait qu’il doit fournir la maquette géotechnique au
BET Structures et à l’Entreprise de Fondations Profondes avec en particulier :

 La classe de sol.
 L’analyse du risque de liquéfaction et les solutions palliatives en cas de risque avéré. Dans le
cas de traitement de sol anti-liquéfaction, il appartient au BET Géotechnique de redéfinir la
classe de sol après traitement et fournir alors la nouvelle maquette géotechnique.
 La méthode de calcul de la déformation en champ libre (Cf. § 7.3 de ce Guide).

 Les effets cinématiques quand ces derniers sont requis (Cf. § 7.4 de ce Guide).
 Les raideurs dynamiques des fondations profondes en tenant compte des conditions
d'appui.

13.3. Rôle de l’Entreprise de Fondations Profondes

La liste des attendus de l’Entreprise de Fondations Profondes est fournie au § 4.5.3 de ce Guide.
L’Entreprise de Fondations Profondes doit faire la synthèse entre les données fournies par le BET
Structures et par le BET Géotechnique afin de produire les documents d’exécution des fondations.
On attire l’attention sur le fait qu’elle doit faire, le cas échéant, la combinaison des efforts inertiels
et des efforts cinématiques (I « + » C : Cf. Chapitre 8 de ce Guide).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 160 / 232
13.4. Dispositions constructives

Le Guide propose (Cf. Chapitre 10 de ce Guide) des dispositions constructives minimales pour les
bâtiments de classe DCM. Des dispositions complémentaires à celles de l’EC2 et de la norme NF P
94-262 sont proposées pour les bâtiments de classe DCL.
Par ailleurs, les valeurs minimales proposées sont en accord avec les normes d’exécution rappelées
dans le Tableau n° 24 (Cf. § 10.5 de ce Guide).
Pour les bâtiments de classe DCM, le Guide propose également :
 Un renfort d’armatures en zone spécifique haute (Cf. Tableau n° 23 § 10.4.2.2 de ce Guide).

 Des longueurs minimales de cages d’armatures (Cf. Tableau n° 21 § 10.4.1 de ce Guide).


Pour les bâtiments de classes DCL et DCM, la valeur maximale de pourcentage d’armatures
longitudinales est fixée à 3 % de la section totale du pieu.

13.5. Modélisation

Dans la mesure où le bâtiment est régulier, il est conseillé de mener un calcul par la méthode des
forces latérales (Cf. § 3.3 de ce Guide) permettant ainsi de définir un torseur global. Cette première
approche permet de distribuer en tête de pieux les efforts horizontaux.
A ce stade, on peut prendre en compte au niveau des pieux l’impact de la sollicitation sismique et
adapter les diamètres de pieux.
Cette approche, par la méthode des forces latérales, permet de minimiser le nombre d’itérations lié
aux adaptations provenant des variations de diamètre des pieux. En utilisant cette méthode avec la
prise en compte d’appuis fixes, on surestime l’effort sismique horizontal total et les efforts de
traction.
Suite à cette première adaptation, on peut déterminer les raideurs dynamiques des appuis et
entreprendre le calcul complet en analyse modale spectrale.
Rappelons que le fait d’ancrer certains pieux dans la structure engendre une concentration d’efforts
au niveau de ces pieux. A ce stade une réflexion peut être faite par le BET Structures pour définir la
façon la mieux adaptée pour équilibrer ces efforts sismiques au niveau des têtes de pieux.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 161 / 232
ABREVIATIONS ET SYMBOLES
Lettres latines
As section transversale d’acier
Ac section transversale de la fondation
ag accélération horizontale de calcul pour le sol de classe A (ag = 1 . agr)
agr accélération maximale de référence au niveau d’un sol de classe A
avg accélération verticale de calcul pour le sol de classe A
B petite dimension de la fondation, ou diamètre () pour un pieu circulaire
cu cohésion non drainée
CL 1/St
CL facteur de réduction de Kh

d plus petite dimension du pieu (appelée aussi B ou )


d distance entre l’effort horizontal et le centre de raideur des pieux
dg déplacement horizontal maximum du sol
dbl diamètre minimal des barres longitudinales
E module d’élasticité (module d’Young)
E(z) module d’Young en fonction de la profondeur z
Ep module d’Young du pieu
Eb module d’Young du béton
Ea module d’Young de l’acier
Es module d’Young du sol à 1 m de profondeur
EM module pressiométrique Ménard
EF, G effet des actions non sismiques ;
EF, E effet des actions sismiques.
fcvd résistance en traction du béton
fct résistance ultime du béton en traction
fr « friction ratio » au pénétromètre statique CPT
fs frottement latéral mesuré au pénétromètre statique
g accélération de la pesanteur (g = 9,81m/s2)
G module de cisaillement
Gmax module de cisaillement moyen à très faible déformation
Gd fraction de Gmax

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 162 / 232
g(z) déplacement du sol en fonction de la profondeur z
IP ou PI : indice de plasticité
k coefficient de réaction surfacique du sol en MPa/m
kf coefficient de réaction surfacique du sol en MPa/m
kh coefficient de réaction surfacique réduit du sol en MPa/m
K module de réaction linéique = k.B en MPa
Kf module de réaction linéique à court terme en MPa
Kr module de réaction linéique réduit en fonction de la liquéfaction = cL.K en MPa
Kt, d module de réaction dynamique de mobilisation du frottement en MPa
Kp, d module de réaction dynamique de mobilisation de la pointe en MPa
Kp coefficient de poussée élasto-plastique passive
L longueur du pieu
m masse totale du bâtiment, au-dessus des fondations ou du sommet d’un soubassement
rigide, calculée conformément à la clause (2) du § 3.2.4 de l’EC8-1.
N nombre de coups SPT
Nkt facteur de corrélation
p mobilisation du sol en kPa
pl pression limite au pressiomètre Ménard PMT
pf pression de fluage au pressiomètre Ménard PMT
q coefficient de comportement
qc résistance à la pénétration du cône CPT
qb contrainte limite en pointe
qs frottement axial limite
r mobilisation frontale linéique du pieu = p.B
r1 seuil de plasticité en kPa.m
r2 seuil limite de résistance horizontale du sol
S paramètre du sol
slmax espacement max des spires ou des cerces
St sensibilité de l’argile = Su/Sr ou Cu/Cr
T période de vibration d’un système linéaire à un seul degré de liberté
TB limite inférieure des périodes correspondant au palier d’accélération spectrale constante.
TC limite supérieure des périodes correspondant au palier d’accélération spectrale constante.
TD valeur définissant le début de la branche à déplacement spectral constant

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 163 / 232
Vs vitesse des ondes de cisaillement dans le sol
Vs; H moyenne harmonique des Vs sur la hauteur H
Vs; 30 moyenne harmonique sur 30 m intégrant les valeurs du substratum si H < 30 m
VS1 vitesse des ondes de cisaillement dans le sol calculée à partir de la tête des pieux
VS2 vitesse des ondes de cisaillement dans le sol calculée à partir du sol
y ou u ou : déplacement horizontal du pieu
w(z) tassement du pieu en fonction de la profondeur z

Lettres grecques

 coefficient Ménard

pd incrément de poussée dynamique


 amortissement du sol - Coefficient d’amortissement visqueux

 coefficient de correction d’amortissement visqueux


 coefficient multiplicateur
φ coefficient de corrélation rend compte de la probabilité de présence simultanée des charges
variables lors de l’occurrence du séisme ; il est défini dans le § 4.2.4 de l’EC8-1
 angle de frottement interne
' angle de frottement interne en contrainte effective
 diamètre du pieu
 coefficient d’importance du bâtiment
 taux de distorsion
Rd coefficient de sur-résistance
p facteur partiel
v0 contrainte totale verticale

'v0 contrainte effective verticale du terrain en place

 coefficient de Poisson


ϴ rotation,

 rapport de la résistance de calcul de la zone dissipative sur la valeur de calcul de l’effet de


l’action de ladite zone

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 164 / 232
Abréviations
AFPS Association Française de Génie ParaSismique
CFMS Comité Français de Mécanique des Sols
CQC combinaison quadratique complète
CRR Cyclic Resistance Ratio ; taux de résistance cyclique du sol (pour une magnitude de
7,5)
CSR Cyclic Stress Ratio : taux de contrainte cyclique induit par le séisme
CPT essai de pénétration statique au cône
CPTU essai de pénétration statique au cône avec mesure de la pression interstitielle
DCL classe de ductilité limitée
DCM classe de ductilité moyenne
DCH classe de ductilité haute
ELS état limite de service
ELU état limite ultime
GEO vérification de la portance vis-à-vis du sol
GTR Guide des Terrassements Routiers
ISS Interaction Sol-Structure
MASW Multichannel Analysis of Surface Waves
Mw magnitude de moment
MSK échelle de mesure graduée de 1 à 12 (Medvedev, Sponheuer, Karnik)
Mjma magnitude suivant le Japan Meteorological Agency
NBR niveau d’arase du pieu après recépage
SPT Standard Penetration Test
STR vérification des matériaux de la fondation
SRSS Square Root of Sum of Square
TN Terrain Naturel
USGS United States Geological Survey

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 165 / 232
Annexe A

Références normatives et réglementaires


NF EN 1990, Eurocode 0 – Bases de calcul des structures (indice de classement P 06-100-1).
NF EN 1991, Eurocode 1 – Actions sur les structures (indices de classement P 06-11n-1 avec 1≤n≤7
selon la nature des actions).
NF EN 1992-1-1, Eurocode 2 – Calcul des structures en béton – Partie 1-1 : Règles générales et règles
pour les bâtiments (indice de classement P 18-711-1).
FD P 18-717 – Eurocode 2 – Calcul des structures en béton – Application des normes NF EN 1992-1-1
et NF EN 1992-1-1/NA.
NF EN 1993-1-1, Eurocode 3 – Calcul des structures en acier – Partie 1-1 : Règles générales et règles
pour les bâtiments (indice de classement P 22-311-1).
NF EN 1993-5, Eurocode 3 – Calcul des structures en acier – Partie 5 : Pieux et palplanches (indice de
classement P 22-350).
NF EN 1997-1, Eurocode 7 – Calcul géotechnique – Partie 1 : Règles générales (indice de classement
P 94-251-1).
NF P 94-262 – Justification des ouvrages géotechniques, Normes d’application nationale de
l’Eurocode 7, Fondations profondes (indice de classement P 94-262).
NF P 94-282 – Calcul géotechnique, Ouvrages de soutènement, Ecrans (indice de classement P 94-
282).
NF EN 1536 – Exécution des travaux géotechniques spéciaux – Pieux forés (indice de classement : P
94-310).
NF EN 12699 – Exécution des travaux géotechniques spéciaux – Pieux avec refoulement du sol
(indice de classement : P 94-311).
NF EN 14199 – Exécution des travaux géotechniques spéciaux – Micropieux (indice de classement : P
94-313).
NF EN 1998-1, Eurocode 8 – Conception et calcul des structures pour leur résistance aux séismes –
Partie 1 : Règles générales, actions sismiques et règles pour les bâtiments (indice de classement P
06-030-1) avec son annexe nationale NF EN 1998-1/NA (indice de classement P06-030-1/NA).
NF EN 1998-2, Eurocode 8 – Calcul des structures pour leur résistance aux séismes – Partie 2 : Ponts
(indice de classement P06-032).
NF EN 1998-5, Eurocode 8 – Conception et calcul des structures pour leur résistance aux séismes –
Partie 5 : Fondations, ouvrages de soutènement et aspects géotechniques (indice de classement P
06-035-1) avec son annexe nationale NF EN 1998-5/NA (indice de classement P06-035-1/NA).
FD P 06-031 – Eurocode 8 – Calcul des structures pour leur résistance aux séismes – Application des
normes NF EN 1998-1 et NF EN 1998-1/NA.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 166 / 232
NF P94-500 – Missions d’ingénierie géotechnique – Classification et spécifications (indice de
classement P 94-500)
NF P06-013 – Référence DTU Règles PS92 : Règles PS applicables aux bâtiments, dites Règles PS92
Fascicule 62 Titre I – Règles BAEL 91 révisées 99.
Arrêté du 22/10/2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique
applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » ; modifié par les arrêtés du
19/07/2011, 25/10/2012 et 15/09/2014.
Décret n°2010-1254 du 22/10/2010 relatif à la prévention du risque sismique.
Décret n°2010-1255 du 22/10/2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
(liste des communes).
Code de la Construction et de l’Habitation.
Code de l’Urbanisme.
Loi n°78-12 du 4 janvier 1978 relative à la responsabilité et à l’assurance dans le domaine de la
construction dite Loi Spinetta.
Eléments de conception des bâtiments – Exigences réglementaires et normatives – Guide des
bonnes pratiques – Bureau Veritas – Editions Le Moniteur – septembre 2016.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 167 / 232
Annexe B
Documents de référence
[1] Guide AFPS/CFMS « Procédés d’amélioration et de renforcement des sols sous actions sismiques
- 2013 ».
[2] Suzuki W., Aoi S. et Sekiguchi H. (2010). Rupture process of the 2008 Iwate-Miyagi Nairuku,
Japan, earthquake derived from near-source strong-motion records, Bull. Seismol. Soc. Am. 100,
p.256-266.
[3] Hamada M., Wakamatsu K., Yasuda S. (1991). Liquefaction Induced Permanent Ground
Displacement in Niigata City. International Conferences on Recent Advances in Geotechnical
Earthquake Engineering and Soil Dynamics. 33.
[4] Doi M., Hamada M. (1992). A summary of case studies on liquefaction-induced ground
displacements, Proc. 4th Japan-US Workshop Liquefaction, Hawaï, pp. 1-6.
[5] Midorikawa S., Miura H. et Atsumi T. (2012). Strong ground motion during the 2011 off the
Pacific Coast of Tohoku Earthquake, Proceedings of the 9th International Conference on Urban
Earthquake Engineering and 4th Asia Conference on Earthquake Engineering, Tokyo (Japon), 6-8 mars
2012, p. 33-40.
[6] Tokimatsu K., Tamura S., Suzuki H. et Katsumata K. (2012). Geotechnical problems in the 2011
Tohoku Pacific earthquake, Proceedings of the 9th International Conference on Urban Earthquake
Engineering and 4th Asia Conference on Earthquake Engineering, Tokyo (Japon), 6-8 mars 2012, p.49-
61.
[7] Takahashi S., Kuriyama Y., Shimosako K., Tomita T. et Kawai H. (2012). Tohoku earthquake
tsunami disaster – Urgent survey in ports and coasts, Proceedings of the 9th International
Conference on Urban Earthquake Engineering and 4th Asia Conference on Earthquake Engineering,
Tokyo (Japon), 6-8 mars 2012, p.41-47.
[8] Kawashima K. (2012). Damage of bridges due to the 2011 Great East Japan Earthquake,
Proceedings of the 9th International Conference on Urban Earthquake Engineering and 4th Asia
Conference on Earthquake Engineering, Tokyo (Japon), 6-8 mars 2012, p.11-20.
[9] Wilson D.W. (1998). Soil-pile-superstructure Interaction at Soft and Liquefying Soil Sites. PhD
Thesis. University of California at Davis.
[10] Boulanger R.W., Kutter B.L., Brandenberg S.J., Singh P., et Chang D. (2003). Pile foundation in
liquified and lateral spreading ground during earthquakes: centrifuge experiments and analyses.
University of California at Davis, Rapport n° UCD/CGM-03/01.
[11] Tokimatsu K., Oh-oka H., Satake K., Shamoto Y. et Asaka Y. (1997). Failure and deformation
modes of piles due to liquefaction-induced lateral spreading in the 1995 Hyogoken-Nambu
earthquake, Journal Struct. Eng. AIJ (Japan), 495, pp 95-100.
[12] Pitilakis K., Gazepis C. et Anastasiadis A. (2004). Design response spectra and soil classification
for seismic code provisions, 13th World Conference on Earthquake Engineering 13WCEE, Vancouver
(Canada), 1-6 août 2004.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 168 / 232
[13] Brûlé S. et Javelaud E. (2014). Le traitement contre la liquéfaction des sols en France
métropolitaine. Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur JNGG2014,
Beauvais (France), 8-10 juillet 2014.
[14] Moccia F. (2009). Seismic pile interaction : experimental evidence. Mémoire de thèse,
Universita’ degli Studi di Napoli Frederico II (Italie).
[15] GEMGEP (2005). BRGM rapport final
[16] Robertson P.K. et Cabal K.L. (2009). Guide to Cone Penetration Testing for Geotechnical
Engineering.
[17] Philiponnat G. et Hubert B. (2008). Fondations et ouvrages en terre.
[18] Gazetas G. (1993). Dynamic Response of Pile Groups with Different Configurations. Soil
Dynamics and Earthquake Engineering.
[19] Seed H.B. et Idriss I.M. (1970). Soil Moduli and Damping Factors for Dynamic Response
Analyses. Earthquake Engineering Research Center.
[20] Pecker A. et Salançon J. (1999). Ground Reinforcement in Seismic Areas 11th Panamerican
Conference on Soil Mechanics and Geotechnical Engineering.
[21] Souloumiac R. (1986). Méthode simplifiée de calcul des pieux en zones sismiques. Annales
ITBTP n°441 – Janvier 1986.
[22] Dobry R., Oweis I. et Urzua A. (1976). Simplified Procedures for Estimating Fundamental Period
of a Soil Profile. Bulletin of the Seismological Society of America.
[23] Vucetic M. et Dobry R. (1991). Effect of Soil Plasticity on Cyclic Response. Journal of
Geotechnical Engineering.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 169 / 232
Annexe C
Caractéristiques des bâtiments DCL
D’après l’annexe nationale de l’EC8, il est recommandé de n’être en DCL qu’en zone 2.
Le champ d’application de la DCL pour les structures en béton exclut la catégorie d’importance IV.
La DCL est applicable aux bâtiments de catégories d’importance II et III et à la zone de sismicité 2.
Elle peut être étendue aux bâtiments d’importance II et III dans la zone de sismicité 3 moyennant en
complément le respect, pour les éléments participant au contreventement, des exigences des
clauses suivantes :
 Murs de grandes dimensions en béton peu armé (clause (4) du § 5.4.3.5.3 de l’EC8-1).

 Poteaux primaires des ossatures poteaux-poutres en béton (clause (3) du § 9.5.3 de l’EC2)
en retenant slmax = min (20 cm ; 10 « dbl ») et en prolongeant les cadres dans le nœud de
l’ossature.
 Structures horizontales supportant des éléments verticaux interrompus (clause (1)P du
§ 5.4.1.2.5 de l’EC8-1).

 Poutres des ossatures primaires : clauses (2) et (3)P du § 5.4.1.2.1, clause (2)P du § 5.6.1 et
clause (2)P du § 5.6.2.1 de l’EC8-1.

Tableau n° 52 : Champs d’application de la catégorie DCL en fonction du type de construction ; a) bâtiments en


BA, b) bâtiments en CM c) bâtiments en maçonnerie

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 170 / 232
AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations
profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 171 / 232
Annexe D
LessLoss
D’après LESSLOSS – Risk Mitigation for earthquakes and landslides Integrated Project et Japanese
Design Codes (JRA 1996).

Tableau n° 53 : Valeur du coefficient CL

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 172 / 232
Figure n° 61 : Détermination du CL en fonction du facteur de sécurité vis-à-vis de la liquéfaction

R l
FL  
L e
Avec :

l : contrainte de cisaillement cyclique entraînant la liquéfaction ;

e : contrainte de cisaillement induite par le séisme.

Au sens de la clause (11) du § 4.1.4 de l’EC8-5 et dans le cas d’une approche par corrélations
expérimentales, un sol est considéré comme liquéfiable si :

 e / l < 0,8
En posant :

l
CRR  : Cyclic Resistance Ratio ; taux de résistance cyclique du sol (pour une magnitude de
 vo'
7,5)

a
Et CSR  : Cyclic Stress Ratio : taux de contrainte cyclique induit par le séisme
 vo'
CRR
FS   FL
CSR
Dans ce cas et au sens de la clause (11) du § 4.1.4 de l’EC8-5, un sol sera considéré comme
liquéfiable si : FS = FL < 1,25.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 173 / 232
Annexe E
Synthèse des différentes méthodes de
construction de g(z)
Tableau n° 54 : Logigramme de synthèse des g(z) et des différentes méthodes.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 174 / 232
Annexe F
Méthode avec dégradation, exemple
F.1 Méthode aux éléments finis avec utilisation des
lois de dégradations des sols
Celle-ci suppose que le sol présente un comportement isotrope élastique non linéaire. Les calculs
sont effectués en 3D, ce qui nécessite la connaissance des paramètres suivants :

 G ou E (module de cisaillement ou module d’Young).


 : coefficient de Poisson.
Nous proposons la démarche suivante :

 Détermination des lois de dégradation des sols.


 Calcul non linéaire des raideurs horizontales en tête de pieux.
 Présentation des résultats de calculs.
 Utilisation dans un programme d’analyse spectrale.

F.1.1 Détermination des lois de dégradation des sols


Les modules associés à des distorsions inférieures ou égales à 10-5 sont déterminés :

 De préférence, à l’aide d’essais géophysiques (cross-hole, …).


 Eventuellement, à partir de corrélations entre essais pressiométriques ou
pénétrométriques et essais géophysiques.
 Les modules associés à des déformations comprises entre 10-5 et 10-3 proviennent d'essais
de laboratoire (colonne résonnante, triaxial cyclique). Les courbes de variation de G/Gmax (et
amortissement) en fonction de la déformation cyclique pour des matériaux de différentes
plasticités ont été proposées par Vucetic et Dobry (1991) [23].

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 175 / 232
Figure n° 62 : Variation du module de cisaillement pour différents indices de plasticité (I p) avec pour un sable Ip
= 0 et une argile Ip > 50 % (Vucetic et Dobry, 1991) [23].

Figure n° 63 : Variation de l’amortissement pour différents indices de plasticité (I p) avec pour un sable Ip = 0 et
une argile Ip > 50 % (Vucetic et Dobry, 1991) [23].

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 176 / 232
F.1.2 Calcul non linéaire des raideurs horizontales en tête de pieux
Il s’agit d’un calcul statique dans lequel on applique un chargement monotone croissant.
Le sol et le pieu sont modélisés par des éléments de type « solide » afin de prendre en considération
les dimensions réelles de l’interface sol/pieu. Le comportement non linéaire du sol est pris en
considération par l’introduction de fonctions de type déformation/contrainte.
On effectue le calcul décrit dans la méthode simplifiée et en appliquant en tête l’effort horizontal,
on doit s’assurer que :
 Le déplacement en tête est sensiblement identique à dx.

 Les contraintes axiales dues au moment de flexion sont sensiblement identiques à celles
obtenues dans le modèle simplifié précédent.

F.1.3 Présentation des résultats de calculs


Afin de permettre l’utilisation de la méthode modale spectrale, il est nécessaire de transformer la
courbe non linéaire « effort appliqué en tête / déplacement en tête », en une série de segments de
droite :

Figure n° 64 : Transformation de la courbe non linéaire « effort appliqué en tête / déplacement en tête », en
une série de segments de droite

 H < H1 : Kx1 (MN/m)

 H appartient à [H1 ; H2] : Kx2


 H < H1 : Kx1 (MN/m)

 H appartient à [H1 ; H2] : Kx2

 H appartient à [H2 ; H3] : Kx3


 H appartient à [H3 ; H4] : Kx4
Un exemple est développé au chapitre F-2.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 177 / 232
F.1.4 Utilisation dans un programme d’analyse modale spectrale
Le BET Structures introduit à la base de son modèle des ressorts dont la raideur horizontale est K x2
par exemple (NB : y compris influence ou non de l’encastrement). Il effectue ses calculs sismiques et
obtient un effort sismique égal à HE.
On vérifie si HE est dans l’intervalle [H1 ; H2].
Deux cas se présentent alors :
 Réponse positive : la convergence est assurée.
 Réponse négative : on modifie la raideur horizontale Kxi afin que HE soit compris dans
l’intervalle [Hi-1 ; Hi], puis on relance le calcul et le test décrit ci-dessus jusqu’à obtenir la
convergence entre l’effort horizontal sismique et la raideur horizontale.

F.1.4.1 Détermination des sollicitations dans le pieu


Le programme aux éléments finis permet de disposer du graphique non linéaire « contraintes axiales
/ effort horizontal » en tête de pieu et en profondeur.

De ce fait, le calcul du moment de flexion : M = max . (I ⁄ v) s’effectue directement à partir des


résultats du modèle aux éléments finis.
L’analyse est identique à celle des raideurs horizontales. Cependant, dans la pratique courante, nous
constatons que les variations de raideur verticales sont beaucoup plus faibles que celles des raideurs
horizontales. Aussi, une raideur constante par diamètre et longueur de pieu peut souvent être
utilisée.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 178 / 232
F.2 Exemple
F.2.1 Maquette géotechnique

Figure n° 65 : Modèle géotechnique servant d'exemple

Gmax = 8 . EM
Emax = 2.(1 + ).Gmax
A 10-3 : E = 2 EM/a, à 10-2 : E = EM/a

F.2.2 Calculs linéaires


Pieu diam. D = 600 mm

 P = K/D y avec K = 17 MPa

 y(pl) = (pl . D) / K = (0,3 x 0,6) / 17 = 0,01 m

F.2.2.1 Calcul analytique dans le cas d’un pieu libre en tête

 lo = ∜( = [(4 EI)/K] = ∜[(4 x 30 000 x 0,0064) / 17] = 2,6 m

 Ki pieu libre en tête = 0,5 . K . lo = 0,5 x 17 x 2,6 = 22 MN/m

 F (pl) = Ki . y (pl) = 22 x 0,01 = 0,22 MN


Le moment fléchissant maximum à lo/4 de la tête de pieu (2 m) a pour valeur :

 M (pf) = 0,32 . F (pf) . lo = 0,32 x 0,22 x 2,6 = 0,17 MN.m


 F(pf) = M/[(I⁄v)] = 0,18 / 0,021= 8,6 MPa

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 179 / 232
F.2.2.2 Calcul analytique dans le cas d’un pieu encastré en tête

 lo = 2,6 m (inchangé)
 Ki pieu encastré en tête = K . lo = 17 . 2,6 = 44 MN/m
 F (pf) = Ki . y (pf) = 44 . 0,01 = 0,44 MN
Le moment fléchissant maximum en tête de pieu a pour valeur :

 M (pf) = 0,50 . F (pf) . lo = 0,5 . 0,44 . 2,6 = 0,57 MN.m


 (pf) = M/(I⁄v) = 0,57 / 0,021 = 27 MPa

F.2.3 Calculs aux éléments finis volumiques en non linéaire


Le modèle de calcul retenu est représenté par la figure suivante :

Figure n° 66 : Présentation du modèle de calcul

Les variations des modules de cisaillement des différentes couches de sols sont proposées dans les
figures suivantes :

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 180 / 232
Figure n° 67 : Variation de l’amortissement pour différents indices de plasticité (Ip) avec pour un sable Ip = 0 et
une argile Ip > 50 % (Vucetic et Dobry, 1991) [23].

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 181 / 232
F.2.3.1 Résultats
Les raideurs horizontales en tête de pieu sont :

Tableau n° 55 : Récapitulatif des raideurs horizontales en fonction de l’incrément de charge

Ki (MN/m)

H en tête Pieu libre en tête Pieu encastré en tête

0,1 0,1
100 kN = 43 = 77
0,0023 0,0013

0,15 0,15
150 kN = 35 = 62
0,0043 0,0024

0,25 0,25
250 kN = 27 = 50
0,0093 0,0050

0,50
500 kN = 37
0,0135

22 44
Formule NF P 94-
(H = 220 kN) (H = 440 kN)
262

Les moments de flexion dans le pieu sont résumés dans le tableau suivant :

M = . (I ⁄ v) avec  = contrainte axiale maximale et I/v = D3/32

Tableau n° 56 : Récapitulatif des raideurs en rotation en fonction de l’incrément de charge

M (MN.m)

H en tête Pieu libre en tête Pieu encastré en tête

100 kN 0,072 0,070

150 kN 0,140 0,120

250 kN 0,220 0,227

500 kN 0,533

Formule NF P 94- 0,170 0,570


262 (H = 220 kN) (H = 440 kN)

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 182 / 232
Annexe G
Méthode US Army
Translationnal Response of Toe-Restrained Tretaining Walls to Earthquake Ground Motions using
CorpsWall slip (CWSlip) , Appendix A. Robert M. Ebeling et al, US Corps of Engineers, June 2007

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 183 / 232
AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations
profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 184 / 232
Annexe H
Calcul d’Interaction Sol-Structure (ISS)
Le synoptique du dimensionnement est le suivant [Figure n° 1 : Logigramme général de
dimensionnement (d’après Alain Pecker)].
 1/. Le BET Géotechnique définit le modèle géotechnique et le modèle sismologique d’une
part, en déduit le « spectre Rocher » et le « spectre en surface ».

 2/. Le BET Structures définit la structure, calcule une première descente de charges et
conçoit un principe de fondation.
 3/. A partir du « spectre en surface » et d’un premier principe de fondations, le BET
Géotechnique définit les éventuelles interactions cinématiques et les raideurs (et
éventuellement les impédances y compris éventuellement les amortissements), puis les
éventuels efforts cinématiques qui s’appliquent aux pieux.
 4/. A partir des raideurs (et éventuellement des impédances), le BET Structures construit
son modèle et donne les efforts inertiels en tête de fondation.

 5/. A partir des efforts inertiels et cinématiques, on peut alors dimensionner les fondations,
travail fait en général par le Géotechnicien en G2 PRO ou par l’Entreprise de Fondations.

 6/. En cas de changement du design des fondations, on revient à l’étape 4.

H.1 Présentation générale


Les calculs sismiques d’Interactions Sol-Structure ont pour objet de déterminer la réponse d’un
ouvrage en prenant en compte la présence des couches de sol sous-jacentes, ainsi que la
modification du mouvement sismique, au voisinage de la structure, induite par la présence de cette
dernière.
Loin de la fondation, en « champ libre », les couches de sol sont traversées par des ondes sismiques
(de volume et de surface). La nature des ondes est dictée par les caractéristiques de la source
sismique mais également par la géométrie et les caractéristiques mécaniques des terrains traversés.
Si on s’intéresse au mouvement de la fondation, les déformations du sol sont transmises à celle-ci et
engendrent un mouvement de la superstructure.
Même en l’absence de superstructure, le mouvement de la fondation est différent du mouvement
du champ libre du fait des différences de rigidité entre la fondation et le sol encaissant. Le champ
d’ondes incident est réfléchi et diffracté par la fondation et la surface, et modifie donc le
mouvement total du sol au voisinage de celle-ci : c’est l’interaction cinématique.
Par ailleurs, le mouvement induit sur la fondation développe des oscillations de la superstructure et
donne naissance à des forces d’inerties qui sont retransmises à la fondation sous formes de forces et
de moments : c’est l’interaction inertielle.
La résolution d’un problème d’Interaction Sol-Structure peut être décomposée de la façon suivante
(théorème de Kausel).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 185 / 232
Figure n° 68 : Résolution d’un problème d’Interaction Sol-Structure décomposée suivant le théorème de Kausel.

La solution complète du problème d’Interaction Sol-Structure peut être décomposée en différentes


étapes :

 1 : Détermination du mouvement d’interaction cinématique : il s’agit de déterminer le


mouvement sismique appliqué à la fondation, compte tenu des réflexions/diffractions dues
à la différence de raideur entre cette dernière et le sol. Cette différence de raideur
fondation/sol engendre une modification locale du mouvement sismique de champ libre.

 2 : Détermination des impédances dynamiques : il s’agit de déterminer la raideur ainsi que


l’amortissement, tous deux liés à l’Interaction Sol-Structure et fonction de la fréquence du
signal. Les impédances sont variables avec la fréquence de réponse de l’ouvrage. Elles
permettent de prendre en compte l’influence de l’interaction inertielle sur le mouvement
sismique appliqué à la structure. Elles déterminent, en effet, la fréquence d’Interaction Sol-
structure de l’ouvrage, qui dépend de la masse de l’ouvrage et des impédances ainsi
déterminées.
 3 : Détermination de la réponse inertielle de la structure : il s’agit de déterminer la réponse
inertielle de la structure, en prenant en compte la raideur d’Interaction Sol-Structure
(impédance), soumise au mouvement sismique d’interaction cinématique. Le mouvement
sismique appliqué, in fine, à la structure dépend donc :
o de la différence de rigidité fondation/sol, qui détermine le mouvement
d’interaction cinématique,
o des impédances, qui déterminent la raideur et l’amortissement d’Interaction Sol-
Structure,
o de la masse de l’ouvrage, qui entre, conjointement avec les impédances, dans la
détermination de la fréquence d’Interaction Sol-Structure, et donc impacte
directement la sollicitation appliquée à l’ouvrage.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 186 / 232
Le théorème de Kausel, présenté ci-avant, énonce le fait qu’un problème d’Interaction Sol-Structure
peut être résolu de façon directe, ou au contraire, en le décomposant en 3 problèmes
« élémentaires ».

H.2 Méthode couplée


Dans la méthode couplée, le sol, la fondation et la structure sont pris en compte dans un seul et
même modèle. Une étude de propagation d’ondes sismiques est menée à l’aide de ce modèle et
permet de déterminer la réponse du sol et des ouvrages éventuellement présents. Dans ce cas, les
composantes cinématiques et inertielles de l’Interaction Sol-Structure sont prises en compte sans
nécessité de déterminer des fonctions d’impédances.
La méthode couplée permet en particulier de traiter les problèmes d’Interaction Sol-Structure non
linéaires (ex : élasto-plasticité du sol, décollement, glissement), puisqu’il n’est pas fait usage d’une
superposition des effets. La mise en œuvre d’une méthode couplée repose sur la réalisation de
calculs transitoires, que le comportement du sol soit linéaire ou non linéaire. Lorsque le
comportement du sol est linéaire, la résolution peut être menée dans le domaine fréquentiel.

H.3 Méthode découplée


La méthode découplée est celle généralement mise en œuvre pour les situations usuelles telles que
celles couvertes par le présent guide. Stricto sensu, la méthode découplée repose sur un principe de
superposition (théorème de Kausel), qui n’est valable que sous une hypothèse de comportement
linéaire.

H.4 Mouvement d’interaction cinématique


La détermination du mouvement d’interaction cinématique, consiste à déterminer, à partir du
mouvement donné en champ libre, le mouvement modifié par la présence de la fondation
(supposée sans masse), qui interagit par son terme de raideur. Le paramètre qui régit l’interaction
cinématique est ainsi le rapport entre la raideur des fondations et la raideur du sol.
La détermination du mouvement d’interaction cinématique nécessite l’élaboration d’un modèle
d’Interaction Sol-Structure, dans lequel les couches de sol, ainsi que la fondation sont modélisées. Le
calcul nécessite également que des accélérogrammes compatibles avec le spectre d’aléa sismique en
champ libre aient été générés.
Le processus est alors le suivant :

 Les accélérogrammes donnés en champ libre sont déconvolués à la base du modèle de


calcul, incluant le sol et la fondation (supposée sans masse).

 Un calcul d’Interaction Sol-Structure est alors mené en appliquant le mouvement


déconvolué à la base du modèle.

 Le calcul de la réponse est alors mené, afin de déterminer le mouvement en chaque nœud
du modèle.
Le mouvement calculé au niveau de la surface du sol, « entre les fondations profondes », est modifié
par la présence de ces dernières, cela en raison de la réflexion et la diffraction du mouvement

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 187 / 232
sismique incident. La présence des fondations profondes, par effet de clouage, tend à « raidir » le
terrain encaissant. Cela se traduit par une atténuation du spectre de champ libre à basse fréquence
(ou dans les basses fréquences), et par une amplification du spectre à la fréquence du sol « raidi »
par les fondations profondes. L’importance de cet effet dépend de la densité surfacique de
fondations profondes et de l’inertie de chacune d’elle. C’est à cette étape que le ratio raideur des
pieux/raideur du sol intervient.
Le calcul du mouvement d’interaction cinématique permet l’atteinte de deux objectifs :
 Déterminer le mouvement applicable pour la détermination de la réponse inertielle de
l’ouvrage, en prenant en compte les impédances (Cf. détermination ci-après).

 Déterminer les efforts intérieurs induits dans les éléments de fondations profondes liés à
l’interaction cinématique. Ces efforts doivent ensuite être cumulés aux efforts induits par la
réponse inertielle de l’ouvrage.
Commentaire : Pour un bâtiment courant sur fondations profondes, il n’est pas usuel de déterminer
le mouvement d’interaction cinématique par la méthode exposée ci-dessus. En général, il est supposé
que le mouvement d’interaction cinématique est identique au mouvement donné en champ libre. Ce
qui revient à négliger la modification du mouvement sismique due à la présence des fondations
profondes dans le sol et à l’effet de clouage du sol.

H.4.1 Détermination des impédances des pieux


Dans le cadre du principe de superposition, après avoir déterminé le mouvement d’interaction
cinématique, il est nécessaire de déterminer l’impédance du système de fondation. Les impédances
peuvent être déterminées de façon numérique ou analytique.

H.4.1.1 Approche analytique


L’impédance d’un pieu unitaire peut être déterminée de façon analytique, à l’aide, par exemple de
l’approche proposée par GAZETAS [18].
Cette approche permet de déterminer les termes de raideurs d’un pieu unitaire : Khh, Kvv, Krr, Khr,
ainsi que la variation typique de ces termes avec la fréquence. Il en est de même pour les termes
d’amortissements correspondants.
Cependant, l’impédance globale du système de fondations n’est pas une somme simple des
impédances individuelles de chacun des éléments de fondations profondes. Les éléments suivants
sont à prendre en compte :
 Raideur d’ensemble conférée par la dalle de fondation et le contreventement de la
structure.

 Effets de groupe liés à l’espacement entre les fondations profondes. On considère en


général que les effets de groupe sont à prendre en compte si l’espacement centre à centre
des pieux est inférieur à 3 fois leur diamètre (ou 1,5 fois la somme de leur diamètre).
Dans le cas où le bâtiment n’est pas assimilable à une « boîte rigide » à cause de son
contreventement, il est légitime de calculer les impédances de pieux à l’aide d’un modèle de pieu
unitaire. L’impédance ainsi déterminée doit être ensuite pondérée en fonction de la proximité des
pieux entre eux et des éventuels effets de groupe.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 188 / 232
Dans le cas où le bâtiment est assimilable à une « boîte rigide » à cause de son contreventement, il
n’est pas légitime de raisonner à l’aide d’un modèle de pieu unitaire pour le calcul des impédances.
Dans ce cas, une approche numérique doit être mise en œuvre afin de déterminer l’impédance
globale du système de fondation.

H.4.1.2 Approche numérique


L’approche numérique pour la détermination des impédances repose sur la mise en œuvre d’outils
spécifiquement dédiés à cette problématique. Parmi ces outils, on peut citer le logiciel SASSI et le
logiciel MISS3D.
L’approche numérique peut être utilisée pour déterminer l’impédance d’un pieu unitaire, ou
l’impédance du système de fondation. Lorsque l’impédance d’un système de fondation est
déterminée, l’hypothèse de base est que les fondations profondes sont liées en tête, de façon rigide
et sans masse.
Un calcul est réalisé dans le domaine fréquentiel, afin de déterminer, à chaque fréquence de calcul :
 Les termes de raideurs (Kxx, Kyy, Kzz, Krxrx, Kryry, Krzrz), qui correspondent à la partie réelle de la
matrice d’impédance complexe.
 Les termes d’amortissement (βxx, βyy, βzz, βrxrx, βryry, βrzrz), qui sont déterminés à partir de la
partie imaginaire de la matrice d’impédance complexe.
La mise en œuvre de l’approche numérique du calcul d’impédance permet de prendre en compte de
façon directe les effets de groupes. Cependant, il est à noter qu’elle peut s’avérer lourde de mise en
œuvre pour les systèmes de fondation comportant un grand nombre d’éléments de fondations
profondes.

H.4.2 Détermination de la réponse inertielle


Après avoir déterminé le mouvement d’interaction cinématique et l’impédance du système de
fondation, la dernière étape du calcul d’Interaction Sol-Structure par méthode découplée consiste à
déterminer la réponse inertielle de l’ouvrage.

H.4.2.1 Modélisation des impédances


La modélisation des impédances doit être adaptée à la raideur de la superstructure :

 Dans le cas d’une superstructure souple, les impédances sont prises en compte de façon
individuelle ou par groupe de pieux, en prenant en compte la flexibilité de la dalle à laquelle
sont connectés les éléments de fondations profondes.
 Dans le cas d’une structure raide (assimilable à une « boîte rigide »), les impédances sont
prises en compte sous la forme d’une raideur globale, introduite au niveau de la dalle à
laquelle les éléments de fondations profondes sont connectés.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 189 / 232
On rappelle que, stricto sensu, les impédances comportent les caractéristiques suivantes :

 Variables en fonction de la fréquence de réponse de l’ouvrage (ce qui nécessite un calage


décrit dans le § ci-après).
 Composées d’un terme de raideur (partie réelle de l’impédance) et d’un terme
d’amortissement (déterminé à partir de la partie imaginaire de l’impédance).
De façon pratique, les impédances sont modélisées par des « matrices de rigidité » :
 Matrice de rigidité par pieu : khh, kvv, krr, khr, dans le cas d’une superstructure souple.
 Matrice de rigidité globale : kxx, kyy, kzz, krxrx, kryry, krzrz, dans le cas d’une superstructure
rigide.
Les courbes qui définissent l’amortissement du sol, issues du calcul d’impédance, sont
représentatives de l’amortissement total d’Interaction Sol-Structure, c’est-à-dire de la somme de
l’amortissement matériel du sol (lié à la distorsion des couches de sol), et de l’amortissement radiatif
(lié à la réflexion des ondes par la fondation et à leur propagation vers l’infini).
Dans le cas de cas d’un bâtiment classique, la méthode de référence de calcul est la méthode
modale spectrale (même si des méthodes plus élaborées, de type transitoire par exemple, peuvent
être mise en œuvre au besoin). La réalisation de telles analyses nécessite au préalable un calage des
raideurs de sol (processus itératif), afin de prendre en compte l’impédance calée à la fréquence de
réponse d’ISS de l’ouvrage (dans laquelle la masse de l’ouvrage entre en jeu).

H.4.2.2 Calage des impédances


Le calage des impédances consiste, par un processus itératif, à déterminer la raideur d’Interaction
Sol-structure, qui correspond au mode de réponse inertiel d’Interaction Sol-structure de l’ouvrage.
Dans le cadre du calcul d’Interaction Sol-Structure, jusqu’à ce stade de l’exposé, le terme de masse
de l’ouvrage n’est jamais entré en considération. La raideur de la fondation et du système sol-
structure a été prise en compte à ce stade :

 Pour la détermination du mouvement d’interaction cinématique.


 Pour la détermination des impédances.
Afin de prendre en compte le terme de masse de l’Interaction Sol-Structure (i.e. la modification du
mouvement sismique appliqué à l’ouvrage en raison de sa masse), un processus de calage itératif est
mis en œuvre.
Une fréquence de réponse d’ISS raisonnable est arbitrairement postulée, et les termes de raideur de
la matrice d’impédance sont pris en compte dans le modèle de calcul. Une analyse modale spectrale
est menée et les différents modes de réponse sont calculés. Le mode d’Interaction Sol-structure est
identifié en analysant l’énergie élastique mobilisée dans les ressorts de sol pour chacun des modes.
Le mode d’ISS est celui qui mobilise la plus grande énergie dans les ressorts de sol.
Lorsque la fréquence du mode d’Interaction Sol-Structure calculée est éloignée de la fréquence prise
en compte en entrée, un processus itératif est mis en œuvre. Les termes de raideur correspondant à
la fréquence calculée sont entrés dans le modèle et le calcul est repris, jusqu’à convergence du
processus.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 190 / 232
Dans le cas d’un bâtiment rigide et de masse importante, l’interaction inertielle a en général un rôle
important sur la réponse sismique d’ensemble : le mode d’Interaction Sol-Structure est à basse
fréquence (si le sol est mou). Ce mode est alors clairement identifiable. Il correspond en général à la
mobilisation d’une fraction importante de la masse totale de l’ouvrage (typiquement : bloc « raide »
ou massif sur un sol « mou »).
Dans le cas d’un bâtiment souple et de masse faible, l’interaction inertielle a en général un rôle
modéré sur la réponse sismique d’ensemble : le mode fondamental de l’ouvrage est un mode de
structure et non un mode d’Interaction Sol-Structure. Dans ce cas, il n’est pas forcément aisé
d’identifier le mode d’Interaction Sol-Structure, qui mobilise une masse modale plus faible
(typiquement : bloc « mou », léger, sur un sol « raide »). La mobilisation des ressorts de sol peut
alors faite à des niveaux équivalents par différents modes de réponse, sans émergence claire d’un
mode en particulier.

H.4.2.3 Calcul de la réponse modale-spectrale


Une fois le calage des impédances réalisé, un calcul de la réponse de l’ouvrage est mené, de façon
usuelle. On rappelle que la méthode de référence pour des bâtiments classiques est la méthode
modale-spectrale, même si des méthodes plus élaborées peuvent être mise en œuvre selon les
spécificités du projet.
Le calcul modal-spectral est mené en conformité avec les préconisations de l’EC8-1.
Vis-à-vis de l’Interaction Sol-Structure :
 Les termes réels de la matrice d’impédance (raideurs) ont fait l’objet d’un calage, présenté
ci-dessus.

 Les amortissements liés à l’Interaction Sol-Structure sont pris en compte pour le calcul de
l’amortissement modal de chaque mode.
o Si on prend l’amortissement, il faut se référer à la clause (9)P du § 4.3.1 du fascicule
de documentation FD P06-031.
Pour cela la méthode suivante est adoptée.
 Pour chacun des modes, on détermine l’énergie de déformation élastique mobilisée dans
chacun des matériaux de la structure, y compris dans les ressorts qui modélisent les
impédances.

 Pour chacun de ces matériaux, l’amortissement lié au niveau de sollicitation sismique est
connu :
o Dans le cas des matériaux de construction (acier, béton, bois, maçonnerie, …),
l’amortissement matériel est supposé constant avec la fréquence de réponse.
o Dans le cas du sol, l’amortissement est la somme de l’amortissement matériel (tel
que présenté pour les autres matériaux de construction), et de l’amortissement
géométrique (lié à la propagation des ondes de sol vers l’infini). Il est déterminé à
partir du calcul d’impédance réalisé, et est variable en fonction de la fréquence de
réponse.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 191 / 232
 A partir de ces éléments, on détermine, pour chaque mode de réponse, l’amortissement
modal, calculé au prorata de l’amortissement dans chacun des éléments de sol (ressort) et
de structures, et de l’énergie de déformation élastique mobilisée dans chacun des
matériaux.

 On détermine donc, in fine, un amortissement pour chaque mode, qui traduit la nature de
la réponse pour chacun de ces modes : mode de structure « pur », mode de sol « pur »,
mode « mixte sol et structure ».
La réponse modale est déterminée pour chacun des modes, à partir de la connaissance de la
fréquence, et de l’amortissement modal. Puis de façon classique, un cumul spectral des différentes
réponses modales est effectué.
L’analyse spectrale ainsi réalisée permet notamment de déterminer :
 Les efforts intérieurs dans la structure.

 Les efforts dans les éléments qui modélisent les fondations profondes (éléments de ressorts
dans les pieux unitaires), et les systèmes de fondations profondes (éléments de ressorts
globaux).

 Les déplacements et les accélérations dans l’ouvrage.


Les efforts déterminés lors de cette étape de calcul sont les efforts inertiels qui intègrent :

 La modification de la sollicitation appliquée à l’ouvrage en fonction de l’interaction


inertielle (calage des impédances).
 La réponse de l’ouvrage en prenant en compte les modes correspondant à une réponse de
la structure, les modes correspondant à une réponse du système sol-structure, avec les
amortissements d’Interaction Sol-Structure correspondants.

H.5 Sollicitations sur les pieux


Le calcul d’Interaction Sol-structure permet, au travers de ses différentes étapes décrites ci-avant, la
détermination :
 Des efforts cinématiques, liés à la distorsion des couches de sol lors du passage des ondes
sismiques et à la raideur relative sol/pieu.

 Des efforts inertiels, liés à la réponse sismique de l’ouvrage, lors de son excitation par les
ondes sismiques.
Compte tenu de la méthodologie présentée ci-avant, en général :

 Les efforts cinématiques sont déterminés à partir de modèles où les pieux sont modélisés
de façon complète. On dispose donc des efforts intérieurs sur tout le linéaire du pieu.
 Les efforts inertiels sont déterminés à partir de modèles où les pieux ne sont pas modélisés
de façon complète, mais sont pris en compte par des « ressorts » ou des « matrice de
rigidité ».
Afin d’avoir une vision exhaustive de l’état de sollicitation des pieux, il est nécessaire de disposer
d’un modèle de pieu, sur lequel les efforts cinématiques et inertiels sont appliqués séparément.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 192 / 232
H.5.1 Modèle d’un pieu isolé
Un modèle de pieu unitaire est élaboré, pour chacun des types de pieux présents sur le projet. Ce
modèle comprend :

 Une modélisation du pieu par des éléments poutres.


 Une modélisation du sol adjacent, à l’aide de ressorts de réaction frontale élasto-plastiques,
ou multilinéaires, permettant de traduire le fluage, puis la plastification du sol
(plafonnement de l’effort transmissible par le pieu au sol) sous action latérale.
Un tel modèle peut être mis en œuvre, par exemple, pour la détermination des efforts cinématiques
sur le pieu (méthode avancée) à partir des raideurs calculées selon « G » d’une part, pour la
détermination des efforts inertiels à partir des raideurs calculées selon le module pressiométrique
« EM » d’autre part.
Même si une méthode simplifiée est utilisée pour la détermination des efforts cinématiques, le profil
de déplacement calculé en champ libre « g(z) », peut être appliqué aux ressorts de réactions
frontaux, afin de déterminer les efforts intérieurs générés dans le pieu.
Ce même modèle de pieu unitaire (modifié au niveau des valeurs de raideur) est utilisé pour
déterminer les efforts intérieurs dans le pieu dus à l’application, en tête, des efforts inertiels évalués
lors de la réponse sismique de l’ouvrage. Dans le cas d’un bâtiment « souple », pour lequel chaque
pieu est modélisé individuellement par un ressort dans le modèle structurel, on applique en tête du
modèle de pieu unitaire le torseur d’effort calculé.
L’application du torseur d’effort en tête et l’évaluation de l’équilibre du pieu sous ce torseur d’effort
permet de déterminer les efforts intérieurs le long du pieu. Les efforts intérieurs dans le pieu, dus
d’une part à l’interaction cinématique, et d’autre part à l’interaction inertielle sont ensuite cumulés
afin d’obtenir les efforts à prendre en compte pour le dimensionnement ou la vérification de la
fondation profonde.

H.5.2 Modèle du système de fondations profondes


Dans le cas d’un système de fondations profondes, il est nécessaire d’adopter une approche
cohérente avec celle retenue pour la détermination des efforts cinématiques. Ainsi, le même modèle
que celui utilisé pour la détermination des efforts cinématiques est utilisé. Ce modèle permet
notamment la prise en compte des effets de groupe. Il doit également permettre de prendre en
compte le comportement élasto-plastique des couches de sol.
Les fondations profondes et les couches de sol sont modélisées et liaisonnées en tête par des
éléments rigides. Le torseur d’effort global déterminé à l’aide du modèle structurel (dans lequel est
prise en compte une impédance globale du système sol/fondation) est appliqué au modèle.
Ce torseur global est réparti (par les poutres rigides) sur l’ensemble des pieux au prorata de la
raideur individuelle des pieux, des effets de groupe, et de la distance entre le point d’application et
le pieu (en cas de moment). L’application de ce chargement permet de déterminer, dans le cas d’un
bâtiment « rigide », les efforts inertiels dans l’ensemble des pieux. Par ailleurs, les efforts
cinématiques dans les pieux ont été déterminés lors d’une étape précédente. Les efforts intérieurs
d’origine cinématique et inertielle sont connus sur l’ensemble du linéaire des pieux. Ils doivent
ensuite être cumulés selon la méthodologie proposée au chapitre 8.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 193 / 232
Annexe I
Exemple
I.1 Géométrie du projet

Figure n° 69 : Géométrie du projet

I.2 Matrice de rigidité pseudo-élastique


Tableau n° 57 : Matrice pseudo-élastique suivant le modèle de sol

Modèle Es x z / d
Diamètre φ 42 52 62 72 82 92 102 112 122 cm

F/y KHH 129 159 190 221 251 282 312 343 374 MN/m

M/y KHM -73 -112 -160 -216 -280 -352 -433 -522 -619 MN.m/m

F/y' KMH -73 -112 -160 -216 -280 -352 -433 -522 -619 MN/rad

M/y' KMM 89 169 286 448 661 934 1273 1685 2178 MN.m/rad

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 194 / 232
Modèle Es x racine( z / d )
Diamètre φ 42 52 62 72 82 92 102 112 122 cm

F/y KHH 109 135 161 187 213 239 265 291 317 MN/m

M/y KHM -67 -102 -145 -196 -255 -320 -394 -475 -563 MN.m/m

F/y' KMH -67 -102 -145 -196 -255 -320 -394 -475 -563 MN/rad

M/y' KMM 79 150 254 397 587 829 1130 1496 1933 MN.m/rad

Modèle Es
Diamètre φ 42 52 62 72 82 92 102 112 122 cm

F/y KHH 96 119 142 165 188 211 234 257 280 MN/m

M/y KHM -51 -78 -111 -149 -193 -243 -299 -361 -428 MN.m/m

F/y' KMH -51 -78 -111 -149 -193 -243 -299 -361 -428 MN/rad

M/y' KMM 74 141 239 374 552 780 1063 1407 1819 MN.m/rad

I.3 Rigidité verticale par la méthode de Frank et Zhao


On modélise le pieu dans le sol défini en § 12.4.4.1. En appliquant des incréments de charge, on en
déduit des tassements associés nous permettant de calculer la raideur verticale KVV = F / s

Raideur verticale KVV = f(F)


1 800
1 600
Raideur verticale (MN/m)

1 400
Pieu 42cm
1 200
Pieu 52cm
1 000
Pieu 62cm
800 Pieu 72cm
600 Pieu 82cm
400 Pieu 92cm
200 Pieu 102cm
0 Pieu 112cm
Pieu 122cm

Effort vertical sollicitant (kN)

Figure n° 70 : Graphique des raideurs verticales en fonction de la charge verticale par diamètre

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 195 / 232
La raideur des pieux est déduite du graphique ci-dessus sur la base des capacités portantes
sismiques maximales représentées par la droite.

Tableau n° 58 : Raideurs verticales retenues pour l’exemple

Diamètre 0,42 0,52 0,62 0,72 0,82 0,92 1,02 1,12 1,22 m

KVV 275 373 471 556 638 718 792 869 943 MN/m

I.4 Effet cinématique

I.4.1 g(z) selon Madera

Le profil de sol est considéré comme un multicouche avec un contraste de raideur entre les alluvions
et le substratum marno-calcaire ou encore avec le niveau sableux.
La méthode de Madera et la méthode de Rayleigh simplifiée sont appropriées pour le calcul en
champ libre contrairement à la méthode d’Ambraseys à appliquer dans le cas d’un monocouche ou
lorsque qu’il y a un accroissement linéaire des caractéristiques mécaniques. Les tableaux suivants
présentent les résultats du calcul de la période correspondant au profil multicouche suivant la
méthode de Madera.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 196 / 232
Tableau n° 59 : Résultats intermédiaires de la méthode de Madera sans prise en compte de la variation de
densité

METHODE DE MADERA, CHEN & URZUA

Application successive de la méthode du bicouche (faible variation des densités)

Période Période
H des
fondamentale fondamentale
couches
de vibration de la couche
supérieures
d'ensemble considérée

Profil H1 (m) H2 (m) H1/H2 Vi (m/s) V2 (m/s) T1 (s) T2 (s) T2/T1 T/T1 T1ài (s)

C1 1 1 1,00 101 106 0,039 0,038 0,957 1,93 0,076


C1 à C2 2 1 2,00 106 111 0,076 0,036 0,475 1,46 0,110
C1 à C3 3 1 3,00 111 111 0,110 0,036 0,327 1,32 0,146
C1 à C4 4 1 4,00 111 115 0,146 0,035 0,237 1,23 0,179
C1 à C5 5 1 5,00 115 115 0,179 0,035 0,194 1,19 0,212
C1 à C6 6 1 6,00 115 231 0,212 0,017 0,082 1,04 0,221
C1 à C7 7 1 7,00 231 231 0,221 0,017 0,078 1,04 0,230
C1 à C8 8 1 8,00 231 231 0,230 0,017 0,075 1,05 0,241
C1 à C9 9 1 9,00 231 231 0,241 0,017 0,072 1,05 0,252
C1 à C10 10 1 10,00 231 139 0,252 0,029 0,114 1,13 0,285
C1 à C11 11 1 11,00 139 143 0,285 0,028 0,098 1,11 0,315
C1 à C12 12 1 12,00 143 148 0,315 0,027 0,086 1,09 0,343
C1 à C13 13 1 13,00 148 152 0,343 0,026 0,076 1,08 0,369
C1 à C14 14 1 14,00 152 157 0,369 0,025 0,069 1,07 0,394
C1 à C15 15 1 15,00 157 162 0,394 0,025 0,063 1,06 0,417
C1 à C16 16 1 16,00 162 166 0,417 0,024 0,058 1,05 0,439
C1 à C17 17 1 17,00 166 171 0,439 0,023 0,053 1,05 0,460
C1 à C18 18 1 18,00 171 176 0,460 0,023 0,049 1,04 0,481
C1 à C19 19 1 19,00 176 280 0,481 0,014 0,030 1,02 0,489
C1 à C20 20 1 20,00 280 800 0,489 0,005 0,010 1,00 0,490
C1 à C21 21 1 21,00 800 800 0,490 0,005 0,010 1,00 0,491
C1 à C22 22 1 22,00 800 800 0,491 0,005 0,010 1,00 0,492
C1 à C23 23 1 23,00 800 800 0,492 0,005 0,010 1,00 0,493
C1 à C24 24 6 4,00 800 800 0,493 0,030 0,061 1,01 0,501
C1 à C25 30 - - - - 0,501 - - - -

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 197 / 232
Tableau n° 60 : Résultats intermédiaires de la méthode de Madera avec prise en compte de la variation de
densité
METHODE DE MADERA

Application successive de la méthode du bicouche avec pondération des densités

Couche Hi ρi ρi.Hi ∑ρi.Hi ρi.Hi/∑ρi.Hi Tn Ti

1 1 1,80 1,80 1,80 - 0,039 0,039

2 1 1,80 1,80 3,60 1,000 0,076 0,038

3 1 1,80 1,80 5,40 0,500 0,110 0,036

4 1 1,80 1,80 7,20 0,333 0,146 0,036

5 1 1,80 1,80 9,00 0,250 0,179 0,035

6 1 1,80 1,80 10,80 0,200 0,212 0,035

7 1 2,00 2,00 12,80 0,185 0,220 0,017

8 1 2,00 2,00 14,80 0,156 0,229 0,017

9 1 2,00 2,00 16,80 0,135 0,239 0,017

10 1 2,00 2,00 18,80 0,119 0,249 0,017

11 1 1,90 1,90 20,70 0,101 0,282 0,029

12 1 1,90 1,90 22,60 0,092 0,312 0,028

13 1 1,90 1,90 24,50 0,084 0,340 0,027

14 1 1,90 1,90 26,40 0,078 0,366 0,026

15 1 1,90 1,90 28,30 0,072 0,391 0,025

16 1 1,90 1,90 30,20 0,067 0,414 0,025

17 1 1,95 1,95 32,15 0,065 0,436 0,024

18 1 1,95 1,95 34,10 0,061 0,457 0,023

19 1 1,95 1,95 36,05 0,057 0,476 0,023

20 1 1,95 1,95 38,00 0,054 0,484 0,014

21 1 2,10 2,10 40,10 0,055 0,485 0,005

22 1 2,10 2,10 42,20 0,052 0,486 0,005

23 1 2,10 2,10 44,30 0,050 0,487 0,005

24 1 2,10 2,10 46,40 0,047 0,488 0,005

25 6 2,10 12,60 59,00 0,272 0,495 0,030

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 198 / 232
Tableau n° 61 : Période et g(z) du multicouche suivant les différentes méthodes

MADERA MADERA
RAYLEIGH
(sans prise en compte de la (avec prise en compte de la
simplifié
variation de densité) variation de densité)

Période T (sec) 0,48 0,50 0,50

dmax (cm) 1,41 1,51 1,48

Prof (m) T g(z) T g(z) T g(z)

0 0,000 1,41 0,000 1,51 0,000 1,48


1 0,038 1,40 0,039 1,50 0,039 1,47
2 0,073 1,38 0,076 1,47 0,076 1,44
3 0,107 1,34 0,110 1,43 0,110 1,40
4 0,141 1,29 0,146 1,38 0,146 1,35
5 0,173 1,23 0,179 1,32 0,179 1,28
6 0,205 1,16 0,212 1,24 0,212 1,20
7 0,214 1,14 0,221 1,21 0,220 1,18
8 0,223 1,11 0,230 1,19 0,229 1,16
9 0,234 1,08 0,241 1,16 0,239 1,13
10 0,245 1,05 0,252 1,13 0,249 1,10
11 0,276 0,95 0,285 1,02 0,282 1,00
12 0,305 0,85 0,315 0,91 0,312 0,89
13 0,331 0,75 0,343 0,80 0,340 0,78
14 0,356 0,65 0,369 0,69 0,366 0,67
15 0,380 0,54 0,394 0,57 0,391 0,56
16 0,403 0,44 0,417 0,46 0,414 0,44
17 0,424 0,33 0,439 0,35 0,436 0,33
18 0,444 0,22 0,460 0,23 0,457 0,22
19 0,464 0,11 0,481 0,12 0,476 0,11
20 0,472 0,07 0,489 0,07 0,484 0,06
21 0,473 0,06 0,490 0,06 0,485 0,06
22 0,474 0,06 0,491 0,06 0,486 0,05
23 0,475 0,05 0,492 0,05 0,487 0,05
24 0,476 0,05 0,493 0,04 0,488 0,04
30 0,484 0,00 0,501 0,00 0,495 0,00

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 199 / 232
On en déduit les courbes de « g(z) » de la figure suivante :

Déformation en champ libre g(z)


Déplacement (cm)
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6
0
2
4
6
8
10
12
Profondeur (m)

14
16
18
20
22
24
26
28
30

sinusoïde RAYLEIGH
Madera (pondération des densités) Madéra (densité considérée homogène)

Figure n° 71 : Déformation en champ libre suivant les différentes méthodes

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 200 / 232
I.4.2 Exemple pieu diamètre 72 cm

Pieu libre en tête

Figure n° 72 : Etude cinématique sous FOXTA pour un pieu de diamètre 72 cm libre en tête

Pieu encastré en tête

Figure n° 73 : Etude cinématique sous FOXTA pour un pieu de diamètre 72 cm encastré en tête

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 201 / 232
I.5 Répartition de l’effort horizontal au prorata des diamètres et
des x,y
Tableau n° 62 : Répartition de l’effort horizontal au prorata des diamètres pour le premier calcul – appuis
articulés

Séisme Séisme
KX KY Repère OXY Repère GXY
EX EY

Pieu n° ART/ENC Di [m] Di [m] Xi [m] Yi [m] Di.Xi Di.Yi Xi [m] Yi [m] Di.Xi Di.Yi Di.Xi² Di.Yi² Fx [kN] Fy [kN]

1 ART 0,62 ART 0,62 7,35 11,90 4,6 7,4 0,00 0,01 0,0 0,0 0,0 0,0 244 253

2 ART 0,52 ART 0,52 4,60 14,45 2,4 7,5 -2,75 2,56 -1,4 1,3 3,9 3,4 208 212

3 ART 0,52 ART 0,52 10,10 14,45 5,3 7,5 2,75 2,56 1,4 1,3 3,9 3,4 208 212

4 ART 0,62 ART 0,62 0,00 0,00 0,0 0,0 -7,35 -11,89 -4,6 -7,4 33,5 87,6 226 253

5 ART 0,42 ART 0,42 0,00 3,80 0,0 1,6 -7,35 -8,09 -3,1 -3,4 22,7 27,5 157 171

6 ART 0,42 ART 0,42 0,00 11,90 0,0 5,0 -7,35 0,01 -3,1 0,0 22,7 0,0 166 171

7 ART 0,42 ART 0,42 0,00 16,20 0,0 6,8 -7,35 4,31 -3,1 1,8 22,7 7,8 170 171

8 ART 0,42 ART 0,42 0,00 20,00 0,0 8,4 -7,35 8,11 -3,1 3,4 22,7 27,6 174 171

9 ART 0,52 ART 0,52 4,60 20,00 2,4 10,4 -2,75 8,11 -1,4 4,2 3,9 34,2 216 212

10 ART 0,52 ART 0,52 4,60 3,80 2,4 2,0 -2,75 -8,09 -1,4 -4,2 3,9 34,0 194 212

11 ART 0,52 ART 0,52 10,10 3,80 5,3 2,0 2,75 -8,09 1,4 -4,2 3,9 34,0 194 212

12 ART 0,52 ART 0,52 10,10 20,00 5,3 10,4 2,75 8,11 1,4 4,2 3,9 34,2 216 212

13 ART 0,42 ART 0,42 14,70 11,90 6,2 5,0 7,35 0,01 3,1 0,0 22,7 0,0 166 171

14 ART 0,42 ART 0,42 14,70 3,80 6,2 1,6 7,35 -8,09 3,1 -3,4 22,7 27,5 157 171

15 ART 0,42 ART 0,42 14,70 16,20 6,2 6,8 7,35 4,31 3,1 1,8 22,7 7,8 170 171

16 ART 0,42 ART 0,42 14,70 20,00 6,2 8,4 7,35 8,11 3,1 3,4 22,7 27,6 174 171

17 ART 0,62 ART 0,62 5,70 0,00 3,5 0,0 -1,65 -11,89 -1,0 -7,4 1,7 87,6 226 253

18 ART 0,62 ART 0,62 9,00 0,00 5,6 0,0 1,65 -11,89 1,0 -7,4 1,7 87,6 226 253

19 ART 0,62 ART 0,62 14,70 0,00 9,1 0,0 7,35 -11,89 4,6 -7,4 33,5 87,6 226 253

20 ART 0,62 ART 0,62 0,00 23,80 0,0 14,8 -7,35 11,91 -4,6 7,4 33,5 88,0 263 253

21 ART 0,52 ART 0,52 5,70 23,80 3,0 12,4 -1,65 11,91 -0,9 6,2 1,4 73,8 221 212

22 ART 0,52 ART 0,52 9,00 23,80 4,7 12,4 1,65 11,91 0,9 6,2 1,4 73,8 221 212

23 ART 0,62 ART 0,62 14,70 23,80 9,1 14,8 7,35 11,91 4,6 7,4 33,5 88,0 263 253

24 ART 0,42 ART 0,42 0,00 7,60 0,0 3,2 -7,35 -4,29 -3,1 -1,8 22,7 7,7 161 171

25.1 ART 0,82 ART 0,82 4,60 7,60 3,8 6,2 -2,75 -4,29 -2,3 -3,5 6,2 15,1 314 334

25.2 ART 0,82 ART 0,82 4,60 7,60 3,8 6,2 -2,75 -4,29 -2,3 -3,5 6,2 15,1 314 334

26.1 ART 0,82 ART 0,82 10,10 7,60 8,3 6,2 2,75 -4,29 2,3 -3,5 6,2 15,1 314 335

26.2 ART 0,82 ART 0,82 10,10 7,60 8,3 6,2 2,75 -4,29 2,3 -3,5 6,2 15,1 314 335

27 ART 0,42 ART 0,42 14,70 7,60 6,2 3,2 7,35 -4,29 3,1 -1,8 22,7 7,7 161 171

28 ART 1,02 ART 1,02 4,60 16,20 4,7 16,5 -2,75 4,31 -2,8 4,4 7,7 19,0 413 416

29 ART 1,02 ART 1,02 10,10 16,20 10,3 16,5 2,75 4,31 2,8 4,4 7,7 19,0 413 416

30 ART 0,52 ART 0,52 4,60 11,90 2,4 6,2 -2,75 0,01 -1,4 0,0 3,9 0,0 205 212

31 ART 0,52 ART 0,52 10,10 11,90 5,3 6,2 2,75 0,01 1,4 0,0 3,9 0,0 205 212

32 ART 1,12 ART 1,12 7,35 16,20 8,2 18,1 0,00 4,31 0,0 4,8 0,0 20,8 454 457

Σ 20,18 20,18 148 240 439 1078 7952 8232

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 202 / 232
AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations
profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 203 / 232
Tableau n° 63 : Répartition de l’effort horizontal au prorata des diamètres pour le premier calcul – appuis
articulés et/ou encastrés
Tableau des pieux

KX KY Repère OXY Repère GXY Séisme EX Séisme EY

Pieu n° Di [m] ART/ENC Di [m] ART/ENC Di [m] Xi [m] Yi [m] Di.Xi Di.Yi Xi [m] Yi [m] Di.Xi Di.Yi Di.Xi² Di.Yi² Fx [kN] Fy [kN]

1 0,72 ART 0,72 ENC 1,44 7,35 11,90 10,6 8,6 0,00 -0,16 0,0 -0,1 0,0 0,0 170 372

2 0,72 ART 0,72 ENC 1,44 4,60 14,45 6,6 10,4 -2,75 2,39 -4,0 1,7 10,9 4,1 171 372

3 0,72 ART 0,72 ENC 1,44 10,10 14,45 14,5 10,4 2,75 2,39 4,0 1,7 10,9 4,1 171 372

4 0,82 ENC 1,64 ART 0,82 0,00 0,00 0,0 0,0 -7,35 -12,06 -6,0 -19,8 44,3 238,5 375 212

5 0,42 ART 0,42 ART 0,42 0,00 3,80 0,0 1,6 -7,35 -8,26 -3,1 -3,5 22,7 28,7 97 108

6 0,42 ART 0,42 ART 0,42 0,00 11,90 0,0 5,0 -7,35 -0,16 -3,1 -0,1 22,7 0,0 99 108

7 0,42 ART 0,42 ART 0,42 0,00 16,20 0,0 6,8 -7,35 4,14 -3,1 1,7 22,7 7,2 100 108

8 0,42 ART 0,42 ART 0,42 0,00 20,00 0,0 8,4 -7,35 7,94 -3,1 3,3 22,7 26,5 101 108

9 0,52 ART 0,52 ART 0,52 4,60 20,00 2,4 10,4 -2,75 7,94 -1,4 4,1 3,9 32,8 126 134

10 0,52 ART 0,52 ART 0,52 4,60 3,80 2,4 2,0 -2,75 -8,26 -1,4 -4,3 3,9 35,5 120 134

11 0,52 ART 0,52 ART 0,52 10,10 3,80 5,3 2,0 2,75 -8,26 1,4 -4,3 3,9 35,5 120 134

12 0,52 ART 0,52 ART 0,52 10,10 20,00 5,3 10,4 2,75 7,94 1,4 4,1 3,9 32,8 126 134

13 0,42 ART 0,42 ART 0,42 14,70 11,90 6,2 5,0 7,35 -0,16 3,1 -0,1 22,7 0,0 99 108

14 0,42 ART 0,42 ART 0,42 14,70 3,80 6,2 1,6 7,35 -8,26 3,1 -3,5 22,7 28,7 97 108

15 0,42 ART 0,42 ART 0,42 14,70 16,20 6,2 6,8 7,35 4,14 3,1 1,7 22,7 7,2 100 108

16 0,42 ART 0,42 ART 0,42 14,70 20,00 6,2 8,4 7,35 7,94 3,1 3,3 22,7 26,5 101 108

17 0,62 ENC 1,24 ART 0,62 5,70 0,00 3,5 0,0 -1,65 -12,06 -1,0 -15,0 1,7 180,4 284 160

18 0,62 ENC 1,24 ART 0,62 9,00 0,00 5,6 0,0 1,65 -12,06 1,0 -15,0 1,7 180,4 284 160

19 0,82 ENC 1,64 ART 0,82 14,70 0,00 12,1 0,0 7,35 -12,06 6,0 -19,8 44,3 238,5 375 212

20 0,72 ENC 1,44 ART 0,72 0,00 23,80 0,0 34,3 -7,35 11,74 -5,3 16,9 38,9 198,5 351 186

21 0,72 ENC 1,44 ART 0,72 5,70 23,80 4,1 34,3 -1,65 11,74 -1,2 16,9 2,0 198,5 351 186

22 0,72 ENC 1,44 ART 0,72 9,00 23,80 6,5 34,3 1,65 11,74 1,2 16,9 2,0 198,5 351 186

23 0,72 ENC 1,44 ART 0,72 14,70 23,80 10,6 34,3 7,35 11,74 5,3 16,9 38,9 198,5 351 186

24 0,42 ART 0,42 ART 0,42 0,00 7,60 0,0 3,2 -7,35 -4,46 -3,1 -1,9 22,7 8,4 98 108

25.1 0,92 ENC 1,84 ART 0,92 4,60 7,60 4,2 14,0 -2,75 -4,46 -2,5 -8,2 7,0 36,6 430 238

25.2 1,12 ART 1,12 ENC 2,24 4,60 7,60 10,3 8,5 -2,75 -4,46 -6,2 -5,0 16,9 22,3 262 578

26.1 0,92 ENC 1,84 ART 0,92 10,10 7,60 9,3 14,0 2,75 -4,46 2,5 -8,2 7,0 36,6 430 238

26.2 1,12 ART 1,12 ENC 2,24 10,10 7,60 22,6 8,5 2,75 -4,46 6,2 -5,0 16,9 22,3 262 578

27 0,42 ART 0,42 ART 0,42 14,70 7,60 6,2 3,2 7,35 -4,46 3,1 -1,9 22,7 8,4 98 108

28 1,02 ENC 2,04 ENC 2,04 4,60 16,20 9,4 33,0 -2,75 4,14 -5,6 8,4 15,4 35,0 488 527

29 1,02 ENC 2,04 ENC 2,04 10,10 16,20 20,6 33,0 2,75 4,14 5,6 8,4 15,4 35,0 488 527

30 0,72 ART 0,72 ENC 1,44 4,60 11,90 6,6 8,6 -2,75 -0,16 -4,0 -0,1 10,9 0,0 170 372

31 0,72 ART 0,72 ENC 1,44 10,10 11,90 14,5 8,6 2,75 -0,16 4,0 -0,1 10,9 0,0 170 372

32 1,12 ENC 2,24 ENC 2,24 7,35 16,20 16,5 36,3 0,00 4,14 0,0 9,3 0,0 38,4 535 578

Σ 22,88 33,64 31,88 234 406 539 2144 7952 8232

Position du centre des raideurs des pieux dans le repère OXY

Xcdr = 7,35 m

Ycdr = 12,06 m

Distances entre la position du tranchant et le centre des raideurs

Séisme suivant EX

- valeur de tranchant

VED_EX_X = 7 952 kN

- excentricité du tranchant dans le repère OXY

e(OXY)_Y = 12,23 m

- distance entre le tranchant et le centre des raideurs G

d_EX_Y = 0,17 m

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 204 / 232
Séisme suivant EY

- valeur de tranchant

VED_EY_Y = 8 232 kN

- excentricité du tranchant dans le repère OXY

e(OXY)_X = 7,35 m

- distance entre le tranchant et le centre des raideurs G

d_EY_X = 0,00 m

I.6 Descentes de charge élémentaire de la dernière itération


I.6.1 Avec couplage

Torseurs élémentaires statiques et dynamiques


On rappelle que le coefficient dynamique Rd . est intégré dans les résultats donnés par le
BET Structures.
Cas Séisme suivant EX

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MZ [kN.m]

8 442 0 2 102 242

Cas Séisme suivant EY

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MZ [kN.m]

0 7 574 55 720

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 205 / 232
Tableau n° 64 : Descentes de charges élémentaires statiques de la première itération avec couplage

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 206 / 232
EX EY
Pieu n°
Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN) Mx (kN.m) My (kN.m) Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN) Mx (kN.m) My (kN.m)

1 196 1 1 1 99 0 209 637 103 0


2 189 59 1 137 111 50 5 199 612 78 6
3 189 60 1 136 111 50 5 199 614 78 6
4 405 18 1 773 14 328 25 241 169 57 34
5 196 14 336 16 87 7 200 23 114 5
6 191 4 388 3 91 4 191 59 99 5
7 194 7 389 3 92 13 194 156 107 16
8 195 15 376 14 86 6 195 22 112 5
9 215 15 49 26 118 8 228 251 156 11
10 217 12 45 19 120 10 228 245 151 13
11 217 12 45 19 120 9 228 246 152 12
12 215 14 56 25 117 8 228 252 157 11
13 191 4 387 3 91 4 192 59 100 6
14 196 14 336 15 87 6 201 23 115 5
15 194 7 388 3 92 13 196 156 108 16
16 195 17 384 16 86 5 197 22 114 5
17 313 6 1 061 12 262 6 178 152 38 15
18 313 6 1 061 12 262 8 178 154 38 17
19 406 17 1 773 14 328 23 242 167 57 33
20 452 23 1 963 13 362 26 261 171 51 37
21 323 6 1 188 13 277 6 173 147 36 15
22 319 5 1 126 12 269 8 173 149 36 16
23 414 23 1 892 16 342 22 236 169 55 33
24 198 5 270 3 96 15 197 94 108 16
25 451 113 2 976 282 219 118 547 4 587 466 252
26 451 114 2 981 282 219 116 548 4 582 466 250
27 198 5 271 3 96 14 197 93 108 15
28 286 43 1 754 95 167 68 302 2 506 211 133
29 285 43 1 751 95 167 69 303 2 507 212 132
30 224 64 1 140 120 122 19 259 514 172 38
31 224 63 1 140 119 122 19 260 515 173 38
32 204 0 3 0 72 0 214 2 323 89 0

Tableau n° 65 : Descentes de charges élémentaires sismiques de la première itération avec couplage

I.6.1 Sans couplage – appuis articulés

Torseurs élémentaires statiques et dynamiques

On rappelle que le coefficient dynamique Rd . est intégré dans les résultats donnés par le
BET Structures.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 207 / 232
Cas Séisme suivant EX

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MZ [kN.m]

8 022 0 2 97 916

Cas Séisme suivant EY

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MZ [kN.m]

0 7 392 0 53 130

G Q
Pieu n°
Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN) Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN)
1 1 2 653 0 1 240
2 1 -1 766 0 0 281
3 1 -1 725 0 0 268
4 11 -2 722 4 -1 223
5 2 0 591 1 0 234
6 1 0 598 0 0 240
7 2 -1 628 1 0 251
8 2 0 624 1 0 244
9 1 -3 941 0 -1 410
10 1 2 953 1 1 418
11 -1 2 939 0 1 413
12 -1 -2 928 0 -1 406
13 0 0 588 0 0 236
14 -1 0 570 -1 0 227
15 0 0 619 0 0 248
16 -1 0 601 0 0 237
17 -2 1 735 -1 1 230
18 2 1 698 1 1 220
19 -18 -4 786 -6 -1 242
20 11 2 712 4 1 219
21 -2 -2 729 -1 -1 228
22 2 -2 690 0 -1 216
23 -18 4 780 -6 1 239
24 2 0 575 1 0 238
25 12 8 1 908 4 3 721
26 -10 10 1 947 -4 4 741
27 -1 0 568 -1 0 236
28 4 -3 1 017 1 -1 373
29 -2 -3 964 -1 -1 356
30 1 -2 755 0 -1 283
31 1 -2 717 0 -1 271
32 1 -5 1 131 0 -2 408

Tableau n° 66 : Descentes de charges élémentaires statiques de la première itération sans couplage – appuis
articulés

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 208 / 232
EX EY
Pieu n°
Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN) Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN)
1 212 7 17 6 215 610
2 258 7 1 228 7 254 671
3 258 11 1 195 10 250 718
4 236 13 1 342 7 202 155
5 179 9 335 5 168 22
6 173 6 363 5 167 45
7 215 8 384 6 204 151
8 220 9 404 8 202 20
9 222 6 84 8 205 255
10 221 7 66 6 208 241
11 221 7 38 8 205 233
12 222 8 49 11 201 256
13 173 7 359 5 159 59
14 179 6 308 7 160 24
15 215 11 382 11 194 165
16 220 14 373 12 192 26
17 229 7 706 7 203 132
18 230 7 884 8 201 156
19 357 12 1 558 18 288 119
20 240 11 1 419 8 199 105
21 233 6 753 11 200 158
22 234 7 948 13 198 119
23 363 25 1 642 27 280 175
24 176 7 252 7 168 84
25 538 15 2 726 30 531 4 157
26 614 29 2 933 36 596 4 350
27 176 6 253 7 160 73
28 266 8 1 587 8 255 2 111
29 266 9 1 520 15 251 2 175
30 213 8 1 006 6 215 337
31 212 6 966 6 212 388
32 265 8 79 9 255 2 445

Tableau n° 67 : Descentes de charges élémentaires sismiques de la première itération sans couplage – appuis
articulés

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 209 / 232
I.6.2 Sans couplage – appuis articulés et/ou encastrés

Torseurs élémentaires statiques et dynamiques


Cas Séisme suivant EX

FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MZ [kN.m]

8 428 0 2 101 486

Cas Séisme suivant EY


FX [kN] FY [kN] FZ [kN] MZ [kN.m]
57 372
0 7 910 0
G Q
Pieu n°
Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN) Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN)
1 0 6 623 0 2 228
2 0 -2 489 0 -1 181
3 0 -2 484 0 -1 179
4 42 -3 803 13 -1 248
5 2 0 565 1 0 226
6 0 0 592 0 0 238
7 1 0 570 0 0 229
8 1 0 562 0 0 222
9 1 -2 886 0 -1 392
10 1 3 923 0 1 408
11 -1 3 921 0 1 407
12 -1 -2 885 0 -1 391
13 0 0 590 0 0 237
14 -2 1 563 -1 0 225
15 -1 0 568 0 0 228
16 -1 0 561 0 0 222
17 -4 3 711 -1 1 224
18 5 3 719 1 1 227
19 -41 -3 792 -13 -1 244
20 41 5 790 13 1 243
21 -4 -2 705 -1 -1 221
22 4 -2 709 1 -1 223
23 -40 4 784 -13 1 241
24 1 0 569 1 0 236
25 22 23 1 922 8 9 728
26 -27 28 2 020 -10 10 765
27 -2 1 567 -1 0 235
28 14 -16 1 231 5 -6 456
29 -13 -16 1 216 -4 -6 450
30 0 -4 724 0 -1 274
31 0 -4 713 0 -1 269
32 1 -22 1 405 0 -8 503

Tableau n° 68 : Descentes de charges élémentaires statiques de la première itération sans couplage – appuis
articulés et/ou encastrés

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 210 / 232
EX EY
Pieu n°
Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN) Fx (kN) Fy (kN) Fz (kN)
1 133 9 25 3 307 1 017
2 131 9 1 012 3 290 216
3 131 8 997 5 290 246
4 483 20 1 658 25 204 169
5 98 8 308 4 95 31
6 90 6 363 2 94 31
7 89 4 351 3 94 100
8 90 3 343 2 93 26
9 110 4 61 3 116 176
10 121 4 56 4 120 239
11 121 3 55 3 120 234
12 110 3 58 4 116 178
13 89 4 360 3 94 42
14 98 5 308 3 96 31
15 89 3 348 5 93 110
16 89 3 343 4 92 26
17 311 5 988 9 142 114
18 311 4 985 8 142 152
19 484 14 1 661 17 205 112
20 435 5 1 687 14 198 127
21 278 4 992 8 136 152
22 278 4 994 8 136 125
23 435 9 1 685 24 197 170
24 94 7 255 6 95 88
25 654 19 2 719 68 709 4 473
26 734 35 2 902 69 796 4 645
27 94 5 253 5 95 79
28 694 40 2 735 37 747 2 859
29 693 23 2 655 53 747 2 949
30 133 18 1 129 3 299 218
31 133 11 1 095 4 300 261
32 600 18 96 16 667 3 377

Tableau n° 69 : Descentes de charges élémentaires sismiques de la première itération sans couplage – appuis
articulés et/ou encastrés

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 211 / 232
I.7 Spectre

Spectre - Appui fixe


3.00

2.50

2.00
S (T)

1.50

1.00

0.50

0.00
0 0.5 1 1.5 2
T (s)

Spectre Mode X Mode Y

Spectre - Avec couplage


3.00

2.50

2.00
S (T)

1.50

1.00

0.50

0.00
0 0.5 1 1.5 2
T (s)

Spectre Mode X Mode Y

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 212 / 232
Spectre - Sans couplage articulé
3.00

2.50

2.00
S (T)

1.50

1.00

0.50

0.00
0 0.5 1 1.5 2
T (s)

Spectre Mode X Mode Y

Spectre - Sans couplage articulé et/ou


encastré
3.00

2.50

2.00
S (T)

1.50

1.00

0.50

0.00
0 0.5 1 1.5 2
T (s)

Spectre Mode X Mode Y

Figure n° 74 : Spectres de calcul

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 213 / 232
I.8 Comparatif sur les pieux n° 9 et 29
On présente ci-dessous les sollicitations internes et déformées des pieux n° 9 et 29 de notre
exercice.
On rappelle que :
 Le pieu n° 9 de diamètre 52 cm est situé sous un poteau faiblement chargé. Il est articulé.
 Le pieu n° 29 est de diamètre variable en fonction des conditions de liaison en tête car il est
en bord du noyau central. On rappelle ci-après les diamètres obtenus :

Tableau n° 70 : Diamètre du pieu 29

Sans couplage Appui fixe


Avec Sans couplage Appui fixe
Pieu n° articulé et/ou articulé et/ou
couplage articulé articulé
encastré encastré

29 0,72 0,62 1,22 1,02 1,02

 Les efforts d’origine cinématique sont cumulés avec les efforts inertiels par addition
conformément au § 8.2.

 g(z) selon Madera.

I.8.1 Comparaison des efforts tranchants dans les pieux


Sur les graphiques ci-dessous, on présente les efforts tranchants en dissociant l’effet inertiel du
cumul des efforts inertiels et cinématiques.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 214 / 232
I.8.1.1 Graphique des efforts inertiels seuls

Effort tranchant (kN) Effort tranchant (kN)


0 0
-200 -100 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 -200 -100 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900
-1 -1

-2 -2

-3 -3

-4 -4

-5 -5

-6 -6

-7 -7

-8 -8

-9 -9

-10 -10

-11 -11

-12 -12

-13 -13

-14 -14

-15 -15

-16 -16

-17 -17

-18 -18

-19 -19

-20 -20

-21 -21

-22 -22

Appui fixe - Articulé Appui fixe - Articulé


Appui fixe - Articulé et/ou encastré Appui fixe - Articulé et/ou encastré
Sans couplage - Articulé Sans couplage - Articulé
Sans couplage - Articulé et/ou encastré Sans couplage - Articulé et/ou encastré
Avec couplage - Hmax Avec couplage - Hmax
Avec couplage - Mmax Avec couplage - Mmax
Avec couplage - Hmin Avec couplage - Hmin
Avec couplage - Mmin Avec couplage - Mmin

Pieu n° 9 Pieu n° 29

Figure n° 75 : Comparaison des efforts tranchants suivants les différentes modélisations

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 215 / 232
I.8.1.2 Graphique du cumul des efforts inertiels et cinématiques

Effort tranchant (kN) Effort tranchant (kN)


0 0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900
-1 -1

-2 -2

-3 -3

-4 -4

-5 -5

-6 -6

-7 -7

-8 -8

-9 -9

-10 -10

-11 -11

-12 -12

-13 -13

-14 -14

-15 -15

-16 -16

-17 -17

-18 -18

-19 -19

-20 -20

-21 -21

-22 -22

Appui fixe - Articulé Appui fixe - Articulé


Appui fixe - Articulé et/ou encastré Appui fixe - Articulé et/ou encastré
Sans couplage - Articulé Sans couplage - Articulé
Sans couplage - Articulé et/ou encastré Sans couplage - Articulé et/ou encastré
Avec couplage - Hmax Avec couplage - Hmax
Avec couplage - Mmax Avec couplage - Mmax
Avec couplage - Hmin Avec couplage - Hmin
Avec couplage - Mmin Avec couplage - Mmin

Pieu n° 9 Pieu n° 29

Figure n° 76 : Comparaison des efforts tranchants suivants les différentes modélisations

I.8.1.3 Analyse des résultats du pieu n° 9

On rappelle que la condition « articulé/encastré » est une condition « articulé » dans les deux sens
compte tenu qu’il s’agit d’un poteau isolé.
Les efforts horizontaux par la méthode sur appuis fixes ou par la méthode simplifiée, tous deux en
condition « articulé » sont plus importants que ceux avec condition « articulé et/ou encastré » car
les efforts sont captés par les pieux de diamètre supérieur situés au droit du noyau central. La
méthode, doublant les raideurs sous contreventement, minimise les efforts sur les pieux hors
contreventement.
Ces deux méthodes donnent des efforts identiques pour la même configuration de liaison en tête et
du même ordre de grandeur que la solution « avec couplage ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 216 / 232
La solution « avec couplage » donne le même ordre de grandeur d’effort que la solution fixe ou la
méthode simplifiée, toutes deux avec condition « articulé ».

I.8.1.4 Analyse des résultats du pieu n° 29

On rappelle que la condition « articulé/encastré » est une condition « encastré » dans les deux sens
compte tenu qu’il est situé dans l’angle extérieur du noyau central.
Cette condition d’encastrement concentre beaucoup plus d’efforts dans la solution sur appui fixe et
dans la solution « sans couplage ».
La solution « avec couplage » donne des résultats identiques quel que soit les combinaisons
sismiques.
Les efforts de la solution « avec couplage » sont encadrés à 30 % près par les efforts de la solution
par appuis fixes et la solution « sans couplage » avec condition « articulé ».

I.8.1.5 Conclusions sur les pieux n° 9 et 29

La solution « avec couplage-approche1 » donne des résultats :


 légèrement plus forts que la solution sur appui avec condition « articulé » pour des pieux
sous des poteaux et donc libre en tête.

 plus faible que la solution sur appui fixe avec condition « articulé » pour des pieux sous
refends et donc encastré.
La méthode doublant les raideurs sous contreventement concentre les efforts sur les pieux
encastrés et minimise les efforts sur les pieux articulés.

I.8.2 Comparaison des moments fléchissants dans les pieux


Sur les graphiques ci-dessous, sont présentés les moments en dissociant l’effet inertiel du cumul des
efforts inertiels et cinématiques.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 217 / 232
I.8.2.1 Graphique avec efforts inertiels seuls

Moment fléchissant (kN.m) Moment fléchissant (kN.m)


0 0
-1700 -1500 -1300 -1100 -900 -700 -500 -300 -100 100 300 500 -1700 -1500 -1300 -1100 -900 -700 -500 -300 -100 100 300 500
-1 -1

-2 -2

-3 -3

-4 -4

-5 -5

-6 -6

-7 -7

-8 -8

-9 -9

-10 -10

-11 -11

-12 -12

-13 -13

-14 -14

-15 -15

-16 -16

-17 -17

-18 -18

-19 -19

-20 -20

-21 -21

-22 -22

Appui fixe - Articulé Appui fixe - Articulé


Appui fixe - Articulé et/ou encastré Appui fixe - Articulé et/ou encastré
Sans couplage - Articulé Sans couplage - Articulé
Sans couplage - Articulé et/ou encastré Sans couplage - Articulé et/ou encastré
Avec couplage - Hmax Avec couplage - Hmax
Avec couplage - Mmax Avec couplage - Mmax
Avec couplage - Hmin Avec couplage - Hmin
Avec couplage - Mmin Avec couplage - Mmin

Pieu n° 9 Pieu n° 29

Figure n° 77 : Courbe des moments fléchissants

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 218 / 232
I.8.2.2 Graphique avec cumul des efforts inertiels et cinématiques

Moment fléchissant (kN.m) Moment fléchissant (kN.m)


0 0
0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200 0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200
-1 -1

-2 -2

-3 -3

-4 -4

-5 -5

-6 -6

-7 -7

-8 -8

-9 -9

-10 -10

-11 -11

-12 -12

-13 -13

-14 -14

-15 -15

-16 -16

-17 -17

-18 -18

-19 -19

-20 -20

-21 -21

-22 -22

Appui fixe - Articulé Appui fixe - Articulé


Appui fixe - Articulé et/ou encastré Appui fixe - Articulé et/ou encastré
Sans couplage - Articulé Sans couplage - Articulé
Sans couplage - Articulé et/ou encastré Sans couplage - Articulé et/ou encastré
Avec couplage - Hmax Avec couplage - Hmax
Avec couplage - Mmax Avec couplage - Mmax
Avec couplage - Hmin Avec couplage - Hmin
Avec couplage - Mmin Avec couplage - Mmin

Pieu n° 9 Pieu n° 29

Figure n° 78 : Comparaison des moments fléchissants suivants les différentes modélisations

De ces graphes, on peut en tirer les conclusions des paragraphes suivants :

I.8.2.3 Analyse des résultats du pieu n° 9

Le diamètre de ce pieu est égal à 52 cm pour toutes les configurations de calcul.


 Comparaison entre la méthode sur appuis fixes et la méthode simplifiée « sans couplage » :
o On rappelle que le pieu n° 9 est situé sous un poteau et que par conséquence la
condition en tête « articulé et/ou encastré » devient une condition « articulée ».
o Malgré ces conditions d’appui en tête identiques.
 la condition « articulé et/ou encastré » concentre plus d’efforts horizontaux
sur les pieux situés sous les contreventements et libère les pieux articulés.
 les moments en travée sont donc plus forts.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 219 / 232
o Les moments en travée de la méthode par appuis fixes sont équivalents aux
moments en travée de la méthode simplifiée sans « couplage » à condition de
liaison de tête identique.
 Comparaison entre la méthode complète et les deux autres méthodes :
o La modélisation complète fait apparaître des moments et des efforts horizontaux
parasites sous l’effet des charges statiques G et Q. Les moments sont négligés dans
notre analyse car supposés repris par les longrines. Seuls les efforts horizontaux
seront équilibrés par les pieux.
o Les combinaisons de Newmark issues de la méthode complète, générant des cas de
charges avec des max et des min sur les efforts horizontaux et les moments,
associés respectivement avec leurs concomitants, donnent des diagrammes de
moment dans une fourchette de 20 %.
o Les moments en travée de la méthode complète sont sensiblement identiques aux
moments en travée des deux autres méthodes avec la condition de tête qui sous-
estime les efforts horizontaux pour les pieux avec des conditions de tête réellement
« articulé » en présence d’autre pieux sous des contreventements.
o Les moments d’encastrements en tête de pieu de la méthode complète sont
légèrement supérieurs aux moments en travée des autres méthodes avec la
condition de tête dite « articulé ». La condition de tête « articulé » surdimensionne
les pieux uniquement articulés en présence d’autres pieux sous des
contreventements.
o Ces deux constatations montrent que la solution par la méthode complète et bien
équilibrée.

I.8.2.4 Analyse des résultats du pieu n° 29

Les calculs confèrent à ce pieu des diamètres différents en fonction des hypothèses de
modélisations.

 Comparaison entre la méthode sur appuis fixes et la méthode simplifiée « sans couplage ».
o On rappelle que le pieu n° 29 est situé sous des voiles de contreventement dans les
deux directions et que par conséquence la condition « articulé et/ou encastré »
devient une condition « encastré » pour laquelle la raideur Kh des pieux sous les
contreventements est doublée.
o La méthode simplifiée sans couplage, avec la condition d’appui en tête « encastré »
concentre beaucoup d’efforts horizontaux générant un moment d’encastrement
très élevé pour converger sur un pieu de 122 cm de diamètre. En revanche, la
même méthode avec la condition d’appui en tête « articulé » concentre peu
d’effort générant un moment en travée relativement faible donnant un pieu de 62
cm de diamètre.
o Cela montre que l’hypothèse de doubler la raideur horizontale en condition
« encastré » est trop pénalisante, surdimensionnant les pieux sous les
contreventements et inversement.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 220 / 232
o La méthode par appuis fixes conduit à des diamètres de pieux identiques de 102 cm
avec des conditions d’appui en tête « encastré » ou des conditions articulés
« articulé ». Cependant le moment d’encastrement en tête de pieu en condition
« encastré » est double de celui du moment en travée en condition « articulé »
alors que l’on devrait s’attendre à une majoration de 50 % seulement. Le
doublement de la raideur horizontale en condition « encastré » est donc là aussi
trop pénalisant.
 Comparaison entre la méthode complète et les deux autres méthodes :
o La modélisation complète fait apparaître des moments et des efforts horizontaux
parasites sous l’effet des charges statiques G et Q. Les moments sont négligés dans
notre analyse car supposés repris par les longrines. Seuls les efforts horizontaux
seront équilibrés par les pieux.
o Les combinaisons de Newmark issues de la méthode complète, générant des cas de
charges avec des max et des min sur les efforts horizontaux et les moments,
associés respectivement avec leurs concomitants, donnent des diagrammes de
moment dans une fourchette de 10 %.
o Le moment d’encastrement est supérieur de 50 % au moment en travée de la
solution « sans couplage » en condition « articulé » qui est cependant, comme on
l’a vu, une solution qui sous dimensionne les efforts dans les pieux.
o Les moments obtenus par la méthode avec couplage conduisent à un
dimensionnement raisonnable de 72 cm au regard des diamètres obtenus par les
autres méthodes.

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 221 / 232
I.8.3 Comparaison des déformées dans les pieux
Sur les graphiques ci-dessous, sont présentées les déformées en dissociant l’effet inertiel du cumul
des efforts inertiels et cinématiques.

I.8.3.1 Graphique des efforts inertiels seuls

Déformée (mm) Déformée (mm)


0 0
-1 0 1 2 3 4 5 6 -1 0 1 2 3 4 5 6
-1 -1

-2 -2

-3 -3

-4 -4

-5 -5

-6 -6

-7 -7

-8 -8

-9 -9

-10 -10

-11 -11

-12 -12

-13 -13

-14 -14

-15 -15

-16 -16

-17 -17

-18 -18

-19 -19

-20 -20

-21 -21

-22 -22

Appui fixe - Articulé Appui fixe - Articulé


Appui fixe - Articulé et/ou encastré Appui fixe - Articulé et/ou encastré
Sans couplage - Articulé Sans couplage - Articulé
Sans couplage - Articulé et/ou encastré Sans couplage - Articulé et/ou encastré
Avec couplage - Hmax Avec couplage - Hmax
Avec couplage - Mmax Avec couplage - Mmax
Avec couplage - Hmin Avec couplage - Hmin
Avec couplage - Mmin Avec couplage - Mmin

Pieu n° 9 Pieu n° 29

Figure n° 79 : Courbes des déformées

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 222 / 232
I.8.3.2 Graphique du cumul des efforts inertiels et cinématiques

Déformée (mm) Déformée (mm)


0 0
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22
-1 -1

-2 -2

-3 -3

-4 -4

-5 -5

-6 -6

-7 -7

-8 -8

-9 -9

-10 -10

-11 -11

-12 -12

-13 -13

-14 -14

-15 -15

-16 -16

-17 -17

-18 -18

-19 -19

-20 -20

-21 -21

-22 -22

Appui fixe - Articulé Appui fixe - Articulé


Appui fixe - Articulé et/ou encastré Appui fixe - Articulé et/ou encastré
Sans couplage - Articulé Sans couplage - Articulé
Sans couplage - Articulé et/ou encastré Sans couplage - Articulé et/ou encastré
Avec couplage - Hmax Avec couplage - Hmax
Avec couplage - Mmax Avec couplage - Mmax
Avec couplage - Hmin Avec couplage - Hmin
Avec couplage - Mmin Avec couplage - Mmin

Pieu n° 9 Pieu n° 29

Figure n° 80 : Comparaison des déformées suivant les différentes modélisations

Suivant les différentes modélisations, les déformées varient de 3 à 6 mm pour les deux pieux. La
déformée finale est largement influencée car l’effet cinématique puisqu’il rajoute environ 14 mm.
On remarque que la déformée des pieux issue de la méthode complète est encadrée par les deux
autres méthodes, par excès en condition de tête « articulé » et se situe en deçà en condition
« articulé et/ou encastré ».

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 223 / 232
I.9 Ferraillage : Exemple des pieux n° 9 et 29
I.9.1 Pieu n° 9
Nous étudions les armatures du pieu pour la combinaison sismique « G + 0,3 Q + (- 0,3Ex - Ey) » de la
méthode avec couplage.
M = -171 kN.m
H = 247 kN
N = 746 kN
I.9.1.1 Moment de flexion

Moment fléchissant (kN.m)


0
-1 0 50 100 150 200 250

-2 5 HA16
-3 (10.05 cm²)
-4
-5
-6
-7
-8
-9
-10 5 HA16
-11
(10.05 cm²)
-12
-13
-14
-15
-16
-17
-18
-19
-20
-21
-22

Figure n° 81 : Pieu n° 9 - Epures de ferraillages des moments féchissants

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 224 / 232
I.9.1.2 Armatures longitudinales

Vérification d'une section circulaire


y Situation de projet : Sismiques Caractéristiques de l'acier:
0.50 Combinaisons : Sismiques
fyk = 500 MPa
Caractéristiques du béton: Es = 2.0E+05 MPa
Béton
fck* = 20.39 MPa = 1.6
aciers
fcd = 18.82 MPa fyd = 500.0 MPa
0.00 x
-0.50 0.00 0.50
bc = 0.00 MPa st = 0.00 MPa
n = 15

Type de calcul : elu

-0.50
pn
Section de béton : 0.209954 Calcul
Efforts : Nd = 746.0 kN
(au CDG) Mx,d = 171.0 kN.m
Automatique
My,d = 0.0 kN.m 0.746
Section d'arm atures : 10.1 cm²
Résultats
Pourcentage d'arm atures : 0.48%

Béton :
Rayon extérieur : 0.26 m
Rayon Intérieur : 0.00 m déform ations:

Base 5 HA16 Allongement mini sur l'acier (<0) : -2.29E-03 condition vérifiée
Racourcissement maxi de l'acier : 6.87E-04
Allongement mini sur le béton (<0) : -3.50E-03
Racourcissement maxi du béton : 2.21E-03 condition vérifiée
Vérification du pivot C : -2.38E-04 condition vérifiée

I.9.1.3 Dispositions minimales


Conformément aux § 10.4.2.1 et § 10.3.2.2, la section des armatures longitudinales minimale à
mettre en œuvre, pour un pieu de diamètre 52 cm, est :
 Zone courante : 0,5 % de la section de béton soit 10,62 cm².

 Zone spécifique haute : 1 % de la section de béton soit 21,24 cm².

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 225 / 232
I.9.1.5 Effort tranchant

Effort tranchant (kN)


0 HA8 e19
0 50 100 150 200 250 300
-1 (5.26 cm²/ml)
-2
-3

-4

-5

-6
-7

-8

-9

-10
HA8 e24
-11
4.17 cm²/ml
-12

-13

-14

-15
-16

-17

-18

-19
-20

-21

-22

Figure n° 82 : Pieu n° 9 - Epures des efforts tranchants

I.9.1.6 Armatures transversales


Calcul de VRd, c


VRd,c  MaxCRd,c  k  100 l  k3  fck 3  k1  cp  bw  d;min  k1  cp bw  d
1
*

  
ρl = Min{Asl / (bw . d) ; 0,02} = Min{0,0034 ; 0,02} = 0,0034

cp = Min{ NEd / Ac ; 0,2.fcd} = Min{ 3,51 MPa ; 3,76 MPa} = 3,51 MPa
k = Min{ 1 + (0,2 / d) 1 / 2 ; 2,0} = Min{ 1,71 ; 2,0} = 1,71

min = 0,053 / γc . k 3 / 2 * (k3 .f*ck) 1 / 2 = 0,053 / 1,3 x (1,71)3 / 2 x (24,46) 1 / 2 = 0,451

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 226 / 232
 0.18 
VRd,c  Max  1.71 100 0.0034 24.46 3  0.15 3.51 
1 0.52 0.52
 0.40;0.451 0.15 3.51   0.40

 1.3 
 1.4 1.4 

V  Max0.149;0,145  0,149MN  149kN


Rd , c
VEd = 247 kN < VRd,c = 149 kN  armatures d’effort tranchant nécessaires
Calcul de VRd, max
 cw  bw  z  1  fcd
VRd,max 
cotan  1cotan

1 = 0,6 . (1 - fck / 250) = 0,54


z = 0,9 . d = 0,36 m
cw = 1

Pour cotan = 2,5 :


1 0.521.4  0.36 0.54 18.85
VRd,max   0.468MN  468kN  VEd  247kN
2.5  12.5

I.9.1.7 Calcul de la section d’armatures transversales

D’où : Asw VEd 247


   5.49cm² / ml
s z fyd  cot 0.36 500 103  2.5

I.9.1.8 Dispositions minimales


L’espacement maximal est de :
 Zone courante : min (350 mm ; 15 . dbL = 240 mm) = 240 mm
 Zone spécifique haute : 12 . dbL = 12  16 = 190 mm
Le rapport mécanique en volume des armatures de confinement devra respecter :

Asw  0,08. k3  f ck* A


 Zone courante:   soit sw  2.94cm ² / ml  HA8 e = 24 cm
s 1,4 f yk s
(4,17 cm²/ml)

 Zone spécifique haute: Vaciers  f yd  8% soit Vaciers 242cm3 / ml  HA8 e = 19 cm


Vnoyau f cd
3
(265 cm /ml)

I.9.2 Pieu n° 29
Nous étudions les armatures du pieu pour la combinaison sismique « G + 0,3 Q + (- 0,3Ex - Ey) » de la
méthode avec couplage.
M = -302 kN.m
H = 363 kN

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 227 / 232
N = -1837 kN
I.9.2.1 Moment de flexion

Moment fléchissant (kN.m)


0
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
-1
7 HA20
-2
(21,98 cm²)
-3
-4

-5

-6

-7 7 HA32
-8 (56.28 cm²)
-9

-10

-11
-12

-13

-14

-15
-16

-17

-18
-19
-20

-21

-22

Figure n° 83 : Pieu n° 29 - Epures des moments fléchissants

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 228 / 232
I.9.2.2 Armatures longitudinales
à 0.00 m/PF

Vérification d'une section circulaire


y Situation de projet : Sismiques Caractéristiques de l'acier:
0.50 Combinaisons : Sismiques
fyk = 500 MPa
Caractéristiques du béton: Es = 2.0E+05 MPa
= 1.6
Bé to n
fck* = 21.16 MPa
aci ers
fcd = 19.54 MPa fyd = 500.0 MPa
0.00 x
-0.50 0.00 0.50
bc = 0.00 MPa st = 0.00 MPa
n = 15

Type de calcul : elu

-0.50
pn
Section de béton : 0.4025154 Calcul
Efforts : Nd = -1837.0 kN
(au CDG) Mx,d = 379.0 kN.m
Automatique
My,d = 0.0 kN.m -1.837
Section d'arm atures : 78.3 cm²
Résultats
Pourcentage d'arm atures : 1.94%

Béton :
Rayon extérieur : 0.36 m
Rayon Intérieur : 0.00 m déform ations:

Base 7 HA32 Allongement mini sur l'acier (<0) : -3.09E-03 condition vérifiée
Renfort 7 HA20 Racourcissement maxi de l'acier : 6.19E-05
Allongement mini sur le béton (<0) : -3.81E-03
Racourcissement maxi du béton : 8.84E-04 condition vérifiée
Vérification du pivot C : -1.13E-03 condition vérifiée

à -19.50m/PF

Vérification d'une section circulaire


y Situation de projet : Sismiques Caractéristiques de l'acier:
0.50 Combinaisons : Sismiques
fyk = 500 MPa
Caractéristiques du béton: Es = 2.0E+05 MPa
= 1.6
Bé to n
fck* = 21.16 MPa
aci ers
fcd = 19.54 MPa fyd = 500.0 MPa
0.00 x
-0.50 0.00 0.50
bc = 0.00 MPa st = 0.00 MPa
n = 15

Type de calcul : elu

-0.50
pn
Section de béton : 0.4025154 Calcul
Efforts : Nd = -1837.0 kN
(au CDG) Mx,d = 162.0 kN.m
Automatique
My,d = 0.0 kN.m -1.837
Section d'arm atures : 56.3 cm²
Résultats
Pourcentage d'arm atures : 1.40%

Béton :
Rayon extérieur : 0.36 m
Rayon Intérieur : 0.00 m déform ations:

Base 7 HA32 Allongement mini sur l'acier (<0) : -3.00E-03 condition vérifiée
Renfort 7 HA20 Racourcissement maxi de l'acier : -5.51E-04
Allongement mini sur le béton (<0) : -3.57E-03
Racourcissement maxi du béton : 1.43E-04 condition vérifiée
Vérification du pivot C : -1.45E-03 condition vérifiée

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 229 / 232
I.9.2.3 Dispositions minimales
Conformément aux § 10.4.2.1 et § 10.3.2.2, la section des armatures longitudinales minimale à
mettre en œuvre, pour un pieu de diamètre 72 cm, est :
 Zone courante : 0,5 % de la section de béton soit 20,36 cm².

 Zone spécifique haute : 1 % de la section de béton soit 40,72 cm².


I.9.2.4 Effort tranchant

Effort tranchant (kN)


0 HA12 e11
0 50 100 150 200 250 300 350 400
-1
(2055 cm²/ml)
-2

-3

-4
-5

-6

-7

-8

-9
-10 HA12 e20
-11
(11,30 cm²/ml)
-12

-13
-14

-15
-16

-17
-18

-19

-20

-21
-22

Figure n° 84 : Pieu n° 29 - Epures des efforts tranchants

I.9.2.5 Armatures transversales

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 230 / 232
Le cas de la flexion composée avec composante normale de traction sur la totalité de la section
droite n’est pas traité dans l’EC2-1, ni dans son annexe nationale. En attendant la position
européenne sur la question, il est admis de se reporter aux règles BAEL :
Entre 0,00 et -2,00 m / PF
At  s . u  0.3. f tj .k  0,72 1,0  1176  0,3  2,12 103  0,777
 
 bw     19.09cm ² / ml
st 0,9. f e 1,4 0,9  500 103

Avec :  u  1,4.VEd  1,4  363  1176kPa


B.d 0,72  0,60

10.  ct 10  4513
k 1 1  0.777
k3 . f cj* 25.4  103

Entre -2,00 et -21,5 m / PF

At  .  0,3. f tj .k  0,72 1,0  499  0,3  2,12  103  0,777 


 bw  s u    11,35cm ² / ml
st 0,9. f e 1,4 0,9  500  103

Avec :  1,4.VEd 1,4  154


   499kPa
0,72  0,60
u
B.d

10.  ct 10  4513
k 1 1  0.777
*
k3 . f cj 25 x 4  103

I.9.2.6 Dispositions minimales


L’espacement maximal est de :
 Zone courante : min (350 mm ; 15 . dbL = 480 mm) = 350 mm.

 Zone spécifique haute : min (250 mm ; 12 . dbL = 380 mm) = 250 mm.
Le rapport mécanique en volume des armatures de confinement devra respecter :
Asw
 Zone courante : Asw



0,08. k3 . f ck* soit  4.15cm ² / ml  HA12 e = 35 cm
s 1,4 f yk s
(6,46 cm²/ml).

 Zone spécifique haute : Vaciers  f yd  8% soit Vaciers 663cm3 / ml  HA12 e = 27 cm


Vnoyau f cd
3
(6,84 cm /ml).

AFPS - CAHIER TECHNIQUE N° 38 – Guide pour la conception et le dimensionnement des fondations


profondes sous actions sismiques des bâtiments à risque normal 231 / 232
Publié par : L’AFPS
Association Française du Génie Parasismique
French Association for Earthquake Engineering
Tel : +33 (0)1 44 58 28 40
Fax : +33 (0)1 44 58 28 41
E-Mail : afps@mail.enpc.fr
Site internet : www.afps-seisme.org
Siège social et secrétariat :
15, rue de la Fontaine au Roi, F-75011 Paris.

Copyright : © AFPS, Association Française du Génie Parasismique


La reproduction de cette publication à des fins commerciales,
notamment en vue de la vente, est interdite sans autorisation
écrite préalable du détenteur des droits d’auteur.

Responsable de publication : Patrick BERTHELOT et Michel GLANDY


Auteurs : Groupe de travail AFPS Fondations Profondes,
P. BERTHELOT (Président) et M. GLANDY (Secrétaire)
Photos : Anne BERGÈRE et Stéphane BRÛLÉ
Remerciements : Les membres du Groupe de travail, et les membres relecteurs
du CST sous la responsabilité de Pierre-Olivier MARTIN

Conception graphique : Valérie SCOTTO DI CÉSARÉ

Date publication : mars 2017