Anda di halaman 1dari 84

MARS 2013

DIRECTEUR DE PUBLICATION : ABDELMOUNAIM DILAMI


FORUM DE PARIS

Argent,
CHAOS : LES OPPORTUNITÉS DE LA CRISE
Nizar BARAKA, Mohamed EL KETTANI, Dominique
STRAUSS-KAHN... livrent leurs analyses.

l'anti-crise INNOVATION, DÉVELOPPEMENT...


Les stratégies gagnantes
des entreprises

CRISE MONDIALE
LES MEILLEURS LA GENÈSE
SUPPLÉMENT DU 1er MARS, NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT

LES ARMES
ANTI-CRISE DES ÉTATS

PLACEMENTS 2013
COMMENT LE LUXE
DÉFIE LA CRISE

LES SECRETS DES GRANDES


RÉUSSITES FINANCIÈRES
EDITO

LA CRISE,
UNE MALADIE CONTAGIEUSE INÉVITABLE ?

a crise économique, cette maladie des pays industrialisés à


contagion immédiate, aurait-elle de manière irrévocable
atteint l’ensemble de la planète ? Pas sûr. Pas sûr du tout
même. Car sommes-nous véritablement en crise ? Pour une moitié du
monde, celle qui auparavant souffrait de tous les maux, au contraire
la croissance explose. De nouvelles puissances émergent et un certain
équilibre Nord-Sud semble se redessiner. Les "BRICS", l’Afrique...
recèlent de niches de croissance et ont su développer des anti-virus
puissants qui les maintiennent à l’abri de toute contamination. Des
secteurs entiers de l’économie font preuve d’une insolente résilience,
des entreprises déploient des stratégies gagnantes et créent de la
richesse. Des hommes bâtissent des empires et des fortunes au plus
fort de la tempête économique, mus par la volonté de se dépasser.
Ne rendons pas à César ce qui appartient à Romulus. Ne nous
approprions pas des maux qui ne sont pas les nôtres. Si les potentiels
de croissance des pays industrialisés se restreignent, si les politiques
politiciennes privilégient les intérêts particuliers aux intérêts collectifs
en entraînant dans le sillage de leurs incohérences des nations
entières, en ce qui nous concerne, toute notre histoire économique
est encore à écrire. Le nouvel échiquier mondial qui se dessine nous
offre d’immenses opportunités et avec juste beaucoup de sagesse, de
volonté, de synergie, la croissance nous tend les bras. Encourageons
les initiatives, cultivons l’économie du savoir, soutenons nos
entreprises et ne flagellons pas la richesse. Regardons le chemin
parcouru en 10 ans et celui qui s’ouvre à nous, sinon nous devrons
nous préparer à soigner la crise que nous nous sommes fabriquée.
Ce sont les situations complexes qui créent les opportunités, car elles
incitent au dépassement. Alors, dépassons-nous !

La rédaction

Président Directeur Général & Directeur de Publication : Abdelmoumaïn DILAMI - Directeur Général : Khalid BELYAZID
Directeur des Rédactions : Nadia SALAH - Directeur Stratégie & Développement : Muriel FLORIN
Rédacteur en Chef : Mohamed BENABID - Secrétaire Générale de Rédaction : Meriem OUDGHIRI
Journalistes : Abashi Shamanba / Bachir Thiam / Karim Dronet / Abdessamad Naimi / Laureline Savoye / Ilham Boumnade / Franck Fagnon
Direction Commerciale & Marketing : Sandrine SALVAGNAC - Directeurs de Clientèle : Amal Cherkaoui / Thierry del Valle /
Mouna El Ouattassi / Imane El Azdi / Khalid El Jaï / Adberraouff Jaafari / Fayçal Liraki / Benaïssa Benamar / Hfaiedh Zeramdini /Mohamed Hamdaoui
Direction Artistique : Carine Birot - Photos : AFP / FOTOLIA / L'ECONOMISTE - Dépôt légal : 100/1991 - Impression : IDEALE - Diffusion : 27 000 exemplaires
70, Bd Massira Khadra, Casablanca Tél. : 05.22.95.36.00 (LG) - Fax Rédaction : 05.22.36.59.26 et 05.22.39.35.44 Commercial : 05.22.36.46.32
SOMMAIRE
RAND ANGLE

14 FAILLITE DES ECONOMIE


CRISE MONDIALE Europe, États-Unis
Les raison d’un échec
LA GENÈSE
20 LES ARMES ANTI-CRISES DES ETATS

VÉNEMENT

QUAND CHAOS RIME AVEC 28


PERSPECTIVES, FORUM DE PARIS
LES OPPORTUNITÉS DE LA CRISE

Nizar BARAKA, Mohamed EL KETTANI, 30


Dominique STRAUSS KAHN...
Les experts livrent leurs analyses 26

ÉCRYPTAGE

38 COMMENT LE LUXE
LE MYTHE FERRARI DÉFIE LA CRISE
AU MAROC 46 INNOVATION, DÉVELOPPEMENT...
Les stratégies gagnantes des entreprises

54 MARCHÉ DE l’ART
Entre passion & spéculation
42 Automobile de LUXE,
le nouveau booster du secteur 58 Services PREMIUM pour Hauts Revenus
Une nouvelle niche ?
www.simmons.ma
LITERIE I CHAMBRE À COUCHER I LINGE DE LIT I OREILLERS I AMEUBLEMENT I BANQUETTES

Avec nos collections


chaque rêve devient unique

EKIRG]GSQ
COMMANDE À DISTANCE
CALL CENTER CONSOMMATEURS

08010 00 330
WS

SHOWROOM A. BEN KADDOUR


50-52, Bd Abdellatif Ben Kaddour — Rond point des Sports — Casablanca. Tél. : 05 22 20 16 72.
SHOWROOM AIN SEBAA
2, allée des Sauges — Ain Sebaa — Casablanca. Tél. : 05 22 35 69 38.
THE SHOWROOM
Marjane Square, Av. Abdlekrim Khattabi, Route de Casablanca — Marrakech. Tél. : 05 24 33 05 05.
SOMMAIRE
RGENT

LES MEILLEURS FINANCES PUBLIQUES 64

PLACEMENTS 2013 ALERTE ROUGE

GAGNER DE l’ARGENT EST


IMPÔTS, LA NOTE SERA 67
ENCORE POSSIBLE SALÉE EN 2013
ENTRE MESURES QUI FÂCHENT
ET CAROTTES FISCALES
60

UCCESS STORY

GRANDS PATRONS 73
Abdeslam AHIZOUNE, Othman BENJELLOUN, Adil DOUIRI
Ces Conquistad'OR que rien n'arrête

77 LES SECRETS DES RÉUSSITES


FINANCIÈRES PLANÉTAIRES
GRAND ANGLE

CRISE MONDIALE
LA GENÈSE
Retour sur les dérives d'un système qui a
vendu l'illusion de l'opulence.

a crise ne commence pas en


2007, elle vient de bien plus
loin. On peut même dire qu’elle
est dans les accords de Bretton Woods,
puisque ceux-ci ont créé une différence
de nature entre le pays qui maîtrise la
monnaie internationale et les autres,
tous les autres... jusqu’à ce que l’euro ap-
paraisse. Washington a-t-il voulu, sciem-
ment, dominer le monde à travers le
système monétaire ? En a-t-il été la vic-
time comme la vulgate américaine le
soutient mordicus ? Qui peut savoir ?
En tout cas, nous avons aujourd’hui une
économie qui ne peut se permettre de
vivre sans cesse en double déficit, car
Ph. AFP

le reste de la planète a une confiance


quasi absolue dans la monnaie, le dollar.
Contrairement aux autres pays, quel que
soit son niveau de déficit, il y a toujours
Harry Dexter White (à droite) et John Mayar Keynes, en mars 1946. Le premier, alors Secrétaire de l’argent pour le financer. Beaucoup,
adjoint au Trésor, a imposé les vues de Washington au deuxième, père de la célébrissime doctrine de même les communistes chinois, considè-
politique économique, le keynésianisme. Un nouveau système monétaire mondial venait de naître. rent que la meilleure monnaie comme le
Il a servi une immense expansion du commerce, des échanges de services et incontestablement la
formation d’un niveau de vie inédit dans toute l’histoire de l’humanité. Ce système est connu sous meilleur placement au monde sont les
le nom de Bretton Woods, le petit village américain où l’accord a été négocié, Il a aussi pas mal Bons du Trésor américains, en dollars.
"bugué", sur l’étalon, sur les déficits, sur les inégalités entre pays… Il ne faudrait pas fantasmer Sur ce point, les accidents des soixante
sur les vertus Keynes, par opposition à White. Keynes est celui qui a inventé la drogue des déficits dernières années, sont insignifiants. Mais
budgétaires, largement "dealée" par les politiciens qui veulent se faire réélire. ça, c’est une autre histoire.

8l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


$GUHVVH%G%UDKLP5RXGDQL&HQWUH&RPPHUFLDO©1$',$ª,PPHXEOH,,1ƒ²&DVDEODQFD
7HO)D[6LWHZZZPRQGLDOVHUYLFHPD
GRAND ANGLE

LES AMÉRICAINS, RESPON- chissement merveilleux. Au total, beau- si le système de Bretton Woods dont il
SABLES DE LA PLANÈTE ! coup d’appelés, peu d’élus, comme pour est question plus haut. Ce système, pour
Comment les Américains vivent-ils cette les emprunts russes ou l’or du Pérou. être efficace et mondial, pose comme
situation ? Pas du tout comme un pri- Mais de belles histoires à raconter. On une vertu absolue l’indépendance des
vilège. Au contraire, ils considèrent que lira avec intérêt à la fin de ce numéro banques centrales. Il faut reconnaître
leur destinée est de soutenir la planète, les parcours des hommes les plus riches que des guerres sont nées parce que des
de partager avec les moins lotis la ri- du monde dont la plupart on fait leur gouvernements comme celui d’Hitler,
chesse qu’ils ont su créer. Donc, pour fortune eux-mêmes, mais bien peu fina- ont mis leur banque centrale à leur ser-
ce faire, ils doivent consommer, même lement l’ont fait dans les nouvelles tech- vice. Mais en toute chose il faut savoir
si c’est au-delà de ce qu’ils peuvent se nologies. Une analyse facile après coup. garder la mesure. Or voilà qu’à Washing-
payer tous seuls. Bizarre ? Oui, mais Sur le moment en 2000, c’est plus com- ton, le dogme est si puissant qu’Al-
c’est comme ça. Dans le fond, ce n’est pliqué et moins compréhensible : on a lan Greenspan, président de la banque
pas faux, puisque la santé économique bel et bien une énorme bulle spéculative, centrale, la Federal Reserve, mène sa
de la planète dépend largement, encore qu’il faut sagement faire atterrir avant politique en toute indépendance, pour
aujourd’hui, du taux de croissance de qu’elle n’éclabousse tout le monde. le meilleur et pour le pire. Faire atter-
l’Amérique. Ce sentiment de respon- Dans l’arrière-boutique, nous avons aus- rir une bulle spéculative, quand, en plus,
sabilité mondiale justifie beaucoup de des terroristes viennent de faire tomber
choses.Y compris donc le "devoir d’être les Tours Jumelles de New York, c’est in-
en croissance".
Aux alentours de l’an 2000, se forme
La santé économique jecter de l’argent et encore de l’argent.
C’est de l’argent en abondance puisque
une énorme bulle spéculative sur les de la planète dépend tout le monde prête volontiers aux
nouvelles technologies. Que n’a-t-on Américains. Le comble du délice est que
entendu sur ce sujet : des milliardaires largement, encore quelques années auparavant, le démo-
qui pousseraient comme des champi- crate Bill Clinton avait rendu aux finan-
gnons dans les garages, une manne mon- aujourd’hui, du ciers leur liberté d’imagination...
diale pour le nouveau millénaire, des
centaines de millions de dollars tom- taux de croissance de Le décor est planté : des banquiers avec
la bride sur le cou et une banque cen-
beraient comme la pluie sur de simples
idées... L’éternel rêve humain de l’enri-
l’Amérique trale qui, au lieu de les surveiller, leur
jette de l’argent pas cher.

Alan Greenspan arrive à la tête de la Federal Reserve


en 1987. Un mois plus tard, il gère remarquablement
sa première crise fi nancière. Les médias, prompts à
fabriquer des scenarii de fi lm d’aventure, en font un
gourou omniscient de la finance.
Se moquait-il de lui-même, du public ou du pouvoir
que ce public lui avait donné, lorsqu’il disait : "Si vous
m’avez compris, c’est que je me suis mal exprimé"?
Quand il quitte la Fed, en 2006, le système financier
américain émet déjà des craquements inquiétants.
Quelques mois plus tard, effectivement, il s'effondre.

Ph. AFP

10 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


GRAND ANGLE

SUR LES BULLES, SEKKAT C’est dans la nature humaine de


ET JOUAHRI N’ONT RIEN brûler ce qu’elle a adoré. Il n’y a
LÂCHÉ qu’une seule chose à laquelle elle
En tout cas, non seulement la bulle des
TIC se dégonfle sans trop de remous, Abdelatif Jouahri, Gouverneur de Bank Al Maghrib,
mais voila que le système Greenspan est ancien chargé de mission au Palais, ancien ministre
si malin qu’il lance un nouveau relais de des Finances chargé de gérer les finances marocaines
croissance : l’immobilier. Et en plus, c’est après le Krach fi nancier (du même genre qui nous
aussi moral et éducatif que les légendes menace aujourd’hui), puis président de la BMCE,
des petits génies de l’internet puisque du GPBM, puis enfi n wali de Bank Al Maghrib. Lors
la bulle immobilière enrichit les pauvres d’un entretien avec L’Economiste, justement Abdelatif
Jouahri expliquait pourquoi il ne voulait pas voir se
(voir encadré sur les subprimes). Le sys- développer un système de refi nancement aussi débridé
tème paraissait si intéressant que beau- que celui qui donnait de si bons résultats aux Etats-
coup de pays se sont laissés tentés. Unis. Le temps lui a donné raison, quelques mois plus
Même aux Maroc, la pression des gou- tard, tout était par terre.
vernements et des financiers devenait
de plus en plus forte sur les deux gou-
verneurs de la Banque Centrale, Moha- soit fidèle : l’argent. C’est pour
med Sekkat puis Abdelatif Jouahri. Ils ont cette raison que l’histoires des
résisté et n’ont lâché, qu’un texte sur les subprimes ne meurt pas avec
hypothèques, un texte qui ne fonctionne elles. Et l’histoire continue...
même pas. C’est dommage, mais qui au-
jourd’hui oserait le leur reprocher sans Nadia SALAH
crainte d’être accusé de "subprimisme".
Ph. Bziouat

PAS SI BÊTES, LES SUBPRIMES !


Quand l’argent est abondant, que le prunteur. Et puis, au cas où il y aurait un à l’ingéniosité des financiers, même les
taux d’intérêt plafonne à 1%, impos- danger, deux organismes géants, Fannie pauvres pouvaient venir dîner à la table
sible de résister : les familles achètent Mae et Freddie Mac, refinancent le prêt des propriétaires immobiliers. Politique-
des logements. Surtout si des courtiers donné par la banque, pour qu’elle puisse ment, le système est parfait : frappée au
sont commissionnés pour faire signer prêter à d’autres emprunteurs. cœur par le terrorisme, critiquée par ses
en même temps l’achat et l’emprunt. Le système est génial, pas seulement partenaires en raison de ses privilèges,
Puisque beaucoup de gens achètent des parce qu’il fonctionne à toute vitesse l’audacieuse, la travailleuse et l’inventive

Aujourd’hui, personne n’ose plus reparler de ce système, qui pourtant n’était


pas si bête,...s’il avait été géré par des gens sages.

logements, les prix augmentent. C’est la en s’auto-alimentant, mais surtout parce Amérique sort grandie de toutes les
loi du marché. Puisque les prix grimpent, qu’il permet à des gens marginalisés par épreuves et vient d’enrichir les pauvres.
les banquiers prennent leur garantie sur la vie d’acquérir un logement. Le rêve Le président Georges W. Bush partage
le logement, pas sur le revenu de l’em- des libéraux était devenu réalité: grâce généreusement les trouvailles finan-

12 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


GRAND ANGLE

cières de ses banquiers avec le reste à payer leur logement et sont devenus pothécaire perd encore sa valeur, et ainsi
de la planète et envoie ses troupes ap- des propriétaires. Ou à défaut, en ont de suite. La contagion fonctionne aussi
prendre la démocratie aux Irakiens. tiré un petit pécule inespéré. Le malheur vite dans un sens que dans l’autre.
Aujourd’hui, il est facile de voir où le est tombé sur les suivants, ceux qui ont Aujourd’hui, personne n’ose plus repar-
bât blesse et comment tout le système pris de plein fouet la hausse des taux, ler de ce système, qui pourtant n’était
ne peut pas ne pas tomber. Mais il faut quand la machine s’est mise à marcher pas si bête,... s’il avait été géré par des
se replacer à l’époque. A ce moment- dans l’autre sens. Quand la mécanique gens sages.
là, c’est tout le contraire : on a sous ralentit, le prix de l’immobilier cesse N.S.
les yeux une histoire où même la mo- de monter. La garantie hypothécaire ne
rale trouve son compte. Et c’est vrai, fonctionne plus. Il faut mettre en vente
car, avant que le système ne s’effondre, les logements des emprunteurs impécu-
une partie des emprunteurs ont réussi nieux. Le marché baisse, la garantie hy-

Fannie Mae et Freddie Mac


Fannie Mae & Freddie Mac
Le gouvernement américain et la Réserve fédérale
Tels
ont annoncé desqu'ils étaient
mesures en 2008
pour soutenir les deux firmes
de refinancement hypothécaire menacées

Création 1938 1970


Prêts détenus ou garantis
aux Etats-Unis
Etablissement public créé A l’origine de la première
sous l’impulsion du émission obligataire Fannie Mae et
Activité président Roosevelt. de titres adossés à des
Privatisé en 1968. prêts immobiliers Freddie Mac

Emplois 5 700 Près de 5 000 40%


Siège Washington Etat de Virginie (5 200 milliards de $)
Montant des prêts Montant des prêts
Prêts détenus ou garantis
aux Etats-Unis
Fannie 700 milliards
Fannie 700 milliards
Mae de dollarsMae de dollars Fannie Mae et 60%
Freddie Mac
Freddie 1 Freddie
500 1 500
Mac milliards 40%
Mac milliards Autres
(5 200 milliards
sociétésde $)
Dette accumulée
Dette accumulée 140708
0 08
Fannie 800
Fannie 800 Mae milliards 60%
Mae milliards
Freddie 740
Mac
740 milliards
Freddie Autres
Mac milliards sociétés
Source : NYTimes 140708

Source : NYTimes

En 2008, l’état de faillite virtuelle des deux grandes institutions de refinancement hypothécaire américain, Freddie Mac
pour les logements de première main, et Fannie Mae pour les reventes. Bien que ce soient des sortes de coopératives
par actions cotées en bourse, les autorités politiques vont garantir les dettes et racheter les titres les plus compromis.
Pour avoir une idée de leur taille : 5.200 milliards de dollars, c’est plus de la moitié de tout le PIB du Maroc.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 13


FAILLITE
GRAND ANGLE

DES ÉCONOMIES
Europe, Etats-Unis
Les raisons d’un échec
Ph. AFP

Comment la crise, a bulle des subprimes éclate en


2007 aux Etats-Unis. Une
Une banque n’est pas forcément en
faillite lorsqu’elle rencontre des diffi-
partie du secteur du banque disparaît alors corps et
bien, la Lehman Brothers. Comment est-
cultés, mais dès que ces difficultés sont
connues, il n'y a plus de possibilité d'em-
crédit immobilier on passé de la chute des prix de l’immo-
bilier à la chute des banques ? La conta-
prunt et donc, elle tombe vraiment en
faillite. Elle entraîne alors dans sa chute

américain, a ébranlé gion est simple comme bonjour. Les


banques ont l’habitude de se prêter de
les établissements qui lui avaient fait
confiance avant... La faillite d’une seule
l’argent entre elles, tous les jours et sur est contagieuse à toutes les autres. Tout
le système financier une grande échelle. L’emprunteuse an-
nonce ses garanties qui sont des pro-
international. Un duits financiers. La prêteuse a confiance Tout système financier
et l’affaire se fait. La construction est si
cataclysme qui a bien rodée qu’on va à toute vitesse. Pra- est fragile parce qu’il
tiquement toutes les activités de l’éco-
finit par étouffer nomie réelle découlent directement de ne repose que sur la
ce marché financier, des voitures aux
l’économie réelle, et chambres d’hôtel, du pain à la métallur- confiance et qu’il doit
gie lourde... Un grain de sable survient et
dont le monde ne s’est tout s’arrête. rouler vite
toujours pas rétabli. DES PRÉDICTIONS AUTO-
RÉALISATRICES système financier est fragile parce qu’il
Retour sur l’effet C’est ce qui s’est passé. Quelle banque
prêterait à une consoeur dont on n’est
ne repose que sur la confiance et qu’il
doit rouler vite. Et parce qu’il en est
papillon… pas sûr de la solidité ? Aucune. Le vrai
problème, c’est que le système s’auto-
ainsi, les prévisions qui sont faites peu-
vent devenir auto-réalisatrices : c’est le
alimente, à la hausse comme à la baisse. danger absolu. Dès qu’il y a eu soupçon

14 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


GRAND ANGLE

sur la qualité des actifs, coup de frein gé- ensuite pour que la ma-
néralisé ! chine économique réelle En quelques semaines, l’activité immobilière espagnole
Par orthodoxie politique, le Gouver- reparte. Mais malgré les s’est bloquée. Plus de fi nancement, donc plus de clients.
L’effet a été ressenti au Maroc, quand plusieurs promoteurs
nement Bush refuse de sauver les pre- sommes colossales enga- espagnols ayant en charge des programmes touristiques
mières banques qui font faillite, dont la gées, la récession est là, ont dû jeter l’éponge, menacés par leur propre faillite en
Lehman Brothers. Les autres compren- avec ses conséquences Espagne.
nent bien le message et plus personne habituelles: chômage,
ne prête à personne, puisque personne faillite des ménages, dif-
ne viendra les sauver. La contagion des ficultés accrues pour les
faillites menace alors tout le système entreprises...
bancaire occidental. La contamination Aux Etats-Unis, elle ne
touche aussi l’économie réelle : pas d’ar- dure guère, grâce au
gent pour financer la consommation, pas sauvetage spectaculaire
d’argent pour financer la production. de deux piliers de l’éco-
Jusqu’à ce que le gouvernement améri- nomie : l’industrie auto-
cain revienne sur sa politique et annonce mobile et les garanties
qu’il va soutenir ses banques. d’hypothèques. Cela est
Même cas de figure en Europe. Les rendu possible parce
Banques centrales et les Trésors publics que le dollar occupe une
volent au secours des banques, d’abord place très particulière
Ph. AFP
pour protéger l’argent des épargnants, dans le monde. Par son
rôle, il attire des place-
ments étrangers massifs, lesquels per- réserve qu’est le dollar. Il n’y avait pas en
EPÈRE mettent aux Etats-Unis de vivre avec un Europe un prêteur de dernier recours
double déficit, celui du budget et celui comme l’est la Fed, prêteur qui est aussi
de la balance des paiements, sans avoir à le fabricant de la politique monétaire. La
Quand l’euro fut créé en 1999 et mis en payer le prix. On ne peut cependant banque centrale européenne commence
en circulation dans les porte-monnaies pas dire, aujourd’hui, que la croissance tout juste à jouer ce rôle. Or, les Etats
des Européens le 1er janvier 2002, sa américaine est de retour.
valeur était inférieure à celle du dollar.
Le rapport s’est inversé progressive-
ment. Aujourd’hui il navigue entre 1,20
LA CRISE DES TAUX DE L’euro a englobé des
CHANGE N’A PAS EU LIEU
et 1,30 dollar. On considère que 2007
est la date de la supériorité "irréver-
Pour l’Europe, il en va tout autrement. pays qui n’avaient guère
Pourtant, le remède est à peu près le
sible" (quel est le sens d’une telle quali- même : soutenir, soutenir et soutenir. de discipline budgétaire,
fication en système de taux de changes
flottants ?), parce qu’à ce moment-là,
Le contexte cependant est différent sur
deux points.
voire qui fraudaient
les pays de la zone euro ont totalisé un
PIB supérieur à celui des Etats-Unis. En
D’abord, l’euro a englobé des pays qui
n’avaient guère de discipline budgé-
ouvertement sur les
plus de la zone, l’euro sert de référent
partiel ou total à une dizaine d’autres
taire, voire qui fraudaient ouvertement chiffres publics
sur les chiffres publics. La Grèce, plus
pays, dont le Maroc. Pour calculer tous que tout autre, a vécu sur le crédit de
les jours la valeur du dirham, on utilise l’euro. Quand la situation des marchés
un panier où l’euro à lui tout seul pèse vient à se tendre, ils sont les premiers européens sont très endettés en vertu
plus des deux tiers. Ce qui fait que le di- à être rejetés par les prêteurs. Là, se du keynésianisme qui gouverne ce conti-
rham monte deux fois plus vite qu’il ne noue le même phénomène de méfiance nent depuis une cinquantaine d’années.
baisse par rapport au dollar, entraînant qu’entre les banques, jusqu’au blocage Ils ont besoin de refinancer leur dette
sans doute une sur évaluation impor- complet.Toutes les activités fragiles, trop en permanence, une dette qui grossit de
tante mais mécanique de la monnaie dépendantes des crédits bancaires, s’ar- deux manières. D’abord parce que les
marocaine. Ce phénomène contribue, rêtent. recettes publiques stagnent au moment
jour après jour, à alimenter le déficit de L’autre différence avec le cas américain précis où il faut accroître les dépenses,
la balance commerciale. porte sur le statut de l’euro. Il n’est pas pour d’évidentes raisons électorales.
(ou pas encore) la grande monnaie de Ensuite parce que la dette devient plus

16 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


GRAND ANGLE

chère au fur et à mesure que le risque


augmente. La lancinante question que se
posent les Européens est de savoir s’ils
ont eu tort ou raison de fabriquer l’euro. OMMENT DIT-ON EURO, EN GREC ? HOLDUP!
Naturellement, il n’y a pas de réponse
univoque. Quand Athènes a posé sa candidature pour l’Eurozone, les réticences
On peut considérer que c’est à cause étaient très fortes : aucune convergence, des ratios de finances publiques
de l’euro qu’une partie de l’épargne va sans doute manipulés… Quelqu’un cependant aurait dit qu’on "ne laisse
fondre pour aller soutenir les Grecs. pas Socrate à la porte". Socrate est entré. Mais Socrate était tout sauf sage.
Ce à quoi, les Grecs répondent qu’ils Pour les Grecs, l’accès à la zone euro fut une bénédiction : leur pouvoir
ont financé par avance l’expansion éco- d’achat a grimpé et presque doublé, sans que leur productivité, la plus basse
nomique de leurs voisins. Le débat est d’Europe, ne progresse. Il s’agissait d’un pouvoir d’achat à crédit, crédit qui
sans fin. Une chose est sûre : sans l’euro, doit être remboursé aujourd’hui. Il ne sera que partiellement remboursé
il y aurait eu, en plus de la crise de la car le tiers de la dette a déjà été effacé. Qui paye pour les Grecs ? Les
dette, de la crise bancaire et de la crise contribuables européens, les actionnaires des banques qui ont des titres de
sociale… une crise des taux de change créances sur la Grèce... De leur point de vue, c’est le plus grand holdup du
monétaires. siècle. Du point de vue des Grecs, c’est une injuste cure d’amaigrissement.
Nadia SALAH

LE COMPORTEMENT DE LA CROISSANCE EN ZONE EURO.

Zone euro : le PIB repartirait


à la hausse début 2013
Annuel Par rapport au trimestre précédent
2
1,4
0,6
0,2 0,2*
0,1
IV 0 II III IV 0*
2012 I II III I I II
2010 2011 -0,3 -0,2 -0,1
-0,4*

-0,4%* 2011 2012 2013


Source : Insee *prévisions

Même si le second trimestre de 2013 s’annonce en croissance, il faudra du temps pour rattraper les pertes.
L’Eurozone comptait presque 19 millions de chômeurs en décembre dernier, soit 11,7% de la population active.

18 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


GRAND ANGLE

La chute d' ENRON,


ce qu'on avait oublié...
ENRON, qui fut la plus grande société des produits sûrs, des moins sûrs et des gros plat de kefta. On y mélange de
du monde devait sa croissance et sa for- très risqués. la bonne viande, de la graisse pour le
tune à ces nouveaux marchés financiers Dans cette dernière classe, le risque fondant, du sel, du poivre... Le cuisinier
construits sur des marchés réels de gaz venait de deux sources. D’une part, les ne sait pas trop ce qu’il malaxe mais il
et d’électricité. En un mot, elle spéculait placeurs de crédit n’en assumaient pas la est sûr que ce sont de bons produits,
sur la spéculation. Théoriquement, d’un responsabilité. D’autre part, la qualité du puisque les agences de notation, toutes
point de vue mathématique, cela devait risque dépendait, non pas des capacités aussi respectées les unes que les autres,
servir à effacer la spéculation, à réguler de remboursement, mais de la hausse les ont estampillé AAA ou AA. Il y avait
le marché en quelque sorte, selon le constante du marché de l’immobilier. bien eu ce coup de tonnerre d’ENRON,
principe de la "main invisible". Mais, mais personne n’avait vu le vrai
dans la vie réelle, ce n’est pas ainsi problème, considérant qu’il ne
que les choses se passent. A la fin s’agissait que d’une fraude, monu-
des années 1990, ENRON fraude mentale certes, mais une fraude,
sur ses comptes pour cacher son sans plus. Les agences de notation
endettement réel. C’est la faillite ont-elles fraudé en labélisant les
retentissante, qui tue au passage produits de notre cuisinier? Sur
son comptable, le géant Arthur certains produits, c’était certai-
Andersen. Furieux de voir que des nement des notes frauduleuses,
épargnants ont été volés, le gou- pour pouvoir les revendre avanta-
vernement et le Sénat américains, geusement. Pour les autres, pas de
votent une loi, dite loi Sarbane- fraude, juste de la négligence, de la
Oxley, qui change la gouvernance hâte… ce qui est plus grave qu’une
des entreprises, rendant les comp- fraude, mais la loi ne sanctionne ni
tables pénalement responsables... l’incompétence ni la précipitation.
Cerise sur le gâteau, les respon- Et de nouveau, un super-pouvoir
sables de la fraude avaient touché de régulation logé chez un or-
des primes de plus de 1 million de gane (les agences) qui n’en a ni les
dollars chacun, alors que l’entre- moyens ni la morale.
prise avait déjà fait faillite. En confiance donc, notre cuisinier
Le scandale de la fraude ENRON prépare ses boules de kefta. En
et de ses primes a caché un vice confiance, vraiment ? Pas toujours !
plus profond. On ne le compren- Même s’il sait que sa viande n’est
dra que des années après, quand pas tout à fait fraîche, il doit faire
Ph. AFP

on découvrira le mécanisme des comme si elle l’était, car il doit les


risques des produits dérivés, des vendre, ses boules. Ses acheteurs
produits dits toxiques. les revendent à leur tour, et ainsi
de suite. Dans chaque boule, il y
LA KEFTA TOXIQUE a donc de la mauvaise viande, mé-
Avec le secours des calculs sophistiqués N’a-t-on pas vu cette accumulation de langée à la bonne. Ce n’est pas grave, di-
de probabilités, les financiers des Etats- risques ? A-t-on fait trop confiance aux sent les mathématiciens, puisque la dose
Unis ont dû revendre sur le marché les calculs ? Le système était-il trop parcel- toxique est faible.
titres de prêts qu’ils ont consentis à des lisé ? L’appât du gain était-il trop fort ? Quand le marché immobilier américain,
clients très divers. Des clients tout à fait Toujours est-il qu’aujourd’hui encore, on qui était à l’origine de la kefta, s’effondre,
solvables, et aussi des clients ayant béné- ne sait pas très exactement quels sont alors toutes les boules pourrissent à
ficié des subprimes. C’est une manière les risques qui restent à couvrir. toute vitesse. C’est une injuste cure
normale de refinancer le système et Sans entrer dans les détails, comparons d’amaigrissement.
d’en accroître les possibilités de crois- le tas de titres à valoir sur le marché
sance. Sauf que dans ce cas là, il y avait américain jusqu’en 2007, comme un N.S.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 19


GRAND ANGLE

Les ARMES
anti-crise des
La crise financière internationale
a accéléré la récession des pays
ETATS
occidentaux. Et si l’impact de cette
dernière se fait ressentir sur le rythme
global des échanges, elle est loin de
plonger certains pays dans le même
marasme économique. Les BRICS
(Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique
du Sud) poursuivent leur ascension,
et d’autres pays, industrialisés ou en
voie de développement, leur emboîtent
le pas. Zoom sur l’un des contrastes
les plus saisissants de la conjoncture
économique actuelle.

20 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


Ph. AFP
GRAND ANGLE

i la problématique de la crois- bien en dessous des minima des pays in- ter les plus beaux fleurons du savoir-faire
sance demeure l’une des préoc- dustrialisés. De plus, il faut ajouter que occidental. En 2005, Lenovo, le fabricant
cupations majeures des déci- le pays possède la plus grande force de chinois d'ordinateurs, a ouvert le bal en
deurs politiques, force est de constater travail au monde avec 813,5 millions de se payant la division "matériel informa-
que les recettes sont disparates. Entre travailleurs disponibles. tique" d'IBM. Début 2011, le groupe de
attractivité des IDE, richesses naturelles
et économie de savoir, les leviers sont
légion. Dans la conjoncture économique 1ère destination de l’investissement et de
actuelle, les pays qui arrivent à se doter
d’une capacité de résilience font claire- l’exportation de produits High-Tech, 3ème nation
ment office d’un club fermé. Ils ont des
dénominateurs communs : équilibres
commerçante, la Chine dispose aujourd’hui des
macro-économiques, stimulation de la
consommation interne, investissement
plus importantes réserves de change au monde
dans la formation et ouverture vers le
commerce extérieur. Une fois que les décideurs chinois ont luxe Tesiro s'est offert le Château Laulan
pris conscience de la marge de déve- Ducos, un cru bourgeois du vignoble du
LA CHINE ET LA LEÇON loppement inouïe dont ils disposent, Médoc. En mars de la même année, Avic,
D’HUMILITÉ le dumping social ne semblait plus être le premier constructeur aéronautique
Alors que l’empire du Milieu s’est éri- pour eux une solution durable. Pékin chinois, a acheté Cirrus, leader amé-
gé en une sorte "d’usine du monde" à sait que la compétitivité-prix axée sur la ricain des petits avions privés. En août
la fin des années 1990, avec une main- main-d’œuvre n’est pas éternelle, sauf en 2011, la Chine a mis à flot le Shi Lang,
d’œuvre bon marché et une productivité abandonnant la fabrication de gadgets son premier porte-avions, un symbole
hors normes, il a progressivement hissé pour se tourner vers celle de produits par excellence des grandes puissances.
la qualité de ses produits et effectué une plus sophistiqués (avions, trains…). Il luiDeux orientations clés expliquent donc
montée sur la chaîne des valeurs. faut aussi répondre aux attentes d'un cette croissance rapide et continue :
Deng Xiaoping a été l'investigateur marché intérieur qui aspire désormais tout d'abord la décision de convertir la
principal des réformes ayant fait de la au même confort qu'à l'Ouest. Sortir des Chine à l'économie de marché prise à
Chine un acteur majeur de l’économie frontières signifie donc désormais ache- la fin des années 1970 par Deng Xiao-
et de la géopoli- ping, et concré-
tique mondiale. tisée par la nou-
L’homme a ini- PUISSSANCE DES BRICS DANS LE MONDE velle constitution
tié de nouvelles de 1982, ensuite
relations avec Croissance l'adhésion de la
PIB Population
l’Occident et Chine à l'Organi-
imposé sa vision sation mondiale
18% 30% 40%
libérale à "l’aile du commerce dé-
dure" du parti. but 2002, qui cou-
C’est ainsi que ronne vingt an-
le mouvement nées de réformes
des délocalisa- économiques et
tions des entre- Commerce Les BRICS, nouveaux contri- Réserves monétaires légales soigneu-
prises étrangères buteurs financiers du FMI, ont sement planifiées
s’est amorcé et imposé leurs conditions avant et quinze ans de
15% 40%
a drainé avec lui de verser plus d'argent lors du difficiles négocia-
le lot de main- dernier G20 à Los Cabos. tions. C'est cette
d’œuvre qualifié deuxième étape,
et de savoir-faire. ardemment at-
Un ouvrier non NOMBRE D'HABITANTS tendue par les
qualifié en Chine BRESIL RUSSIE INDE CHINE AFRIQUE DU SUD dirigeants chinois,
coûte environ 193 140 1,2 1,3 49 qui a ouvert le
un dollar US de millions millions milliard milliard millions marché mondial
l’heure, ce qui est à la Chine, et fait
Source : FMI, Banque mondiale

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 21


GRAND ANGLE

d'elle le premier objectif des investis- tière d’infrastructure. Et contrairement les plus pauvres, pour encourager leur
seurs étrangers. D'ores et déjà, la Chine aux idées reçues, les échanges commer- décollage économique. Le résultat im-
est la première destination au monde ciaux occupent une part modeste dans médiat a été sensible : le PIB a connu
pour les investissements, la première l’économie du pays (22% du PIB), et sont une croissance de plus de 8 % par an
pour l'exportation de produits liés aux même très faiblement excédentaires sur la décennie, malgré le double choc
technologies de l'information (ordina- (1%). Par contre, leurs destinations sont pétrolier. Cependant, les années 1980
teurs et téléphones portables, appareils très diversifiées (17,% vers la Chine, 10% ont vu un retournement de situation
photo numériques...), et dispose des vers les USA, 15% vers les pays de la ré- et le Brésil fut forcé de restreindre ses
plus importantes réserves de change au gion). dépenses publiques. Cette situation de
monde. C’est aussi la troisième nation
commerçante du monde.
Les résultats de ces politiques se fait En misant sur la multiplicité des moteurs de
ressentir clairement sur la donne des
équilibres fondamentaux. Des comptes croissance (consommation interne, hydrocarbures,
extérieurs bénéficiant de la compétitivi-
té et de la diversification industrielle, un mines, énergies renouvelables), le Brésil est arrivé
risque de surendettement externe limi-
té grâce à un niveau élevé des réserves
à maintenir des fondamentaux solides
de change, et surtout, un taux d’épargne
des entreprises très élevé et finançant la
majeure partie de l’investissement. Si le plus vaste pays d’Amérique Latine crise a alimenté une accélération de l'in-
affiche une capacité de résilience ex- flation et une augmentation notable du
LE BRÉSIL, UN MODÈLE DE ceptionnelle aux troubles économiques poids de la dette, avant que des mesures
MAÎTRISE BUDGÉTAIRE internationaux, c’est parce que sa crise de rigueur économique ne soient prises
Grâce à d’importantes ressources miné- à lui, il l’a connu il y a 15 ans. L'afflux mas- pour stabiliser la monnaie. Un prêt du
rales et un marché au potentiel attrac- sif de capitaux dans les années 1970, en FMI et des réductions budgétaires plus
tif, le Brésil est arrivé à se procurer une provenance des États-Unis, de l'Europe tard, le Brésil s’est remis sur la marche
capacité de résistance aux chocs exo- et du Japon a été utilisé pour subvention- de la croissance, avec une croissance
gènes grâce à d’importantes réserves de ner des entreprises d'État et construire moyenne annuelle de 9% dans le années
change et une politique offensive en ma- plus d'infrastructures dans les régions 2000 !
En misant sur la multiplicité des moteurs
de croissance (consommation interne,
A CROISSANCE EN EUROPE EST ENCORE POSSIBLE. hydrocarbures, mines, énergies renou-
DEMANDEZ AUX POLONAIS… velables), le pays de Paulo Freyre est
arrivé à maintenir des fondamentaux so-
lides grâce à de considérables réserves
La Pologne connaît une croissance vigoureuse grâce à une consommation des de change et un endettement extérieur
ménages extrêmement performante. Cette vigueur, qualifiée par la commission stable et largement maîtrisable. Sous la
européenne elle-même de "performance impressionnante" s'explique d'abord pression de la Banque mondiale, le Brésil
par une demande intérieure très robuste. Cette composante a apporté 3,3 réduit progressivement celle-ci, qui est
points de PIB à la croissance 2011, soit 77 % de la croissance. C'est en grande passée de 57 % en 2003 à 51 % en 2005.
partie la clé du succès du pays pour absorber les chocs extérieurs. La consom- L'inflation est maîtrisée depuis 1994.
mation des ménages est un pilier de la croissance polonaise. En 2010 et 2011, L'assainissement de la situation budgé-
elle a progressé de 3,2 % et 3,1 % respectivement. En 2009, elle a, malgré la crise taire a conduit le Brésil à annoncer en
mondiale, affiché une hausse de 2 %. La Pologne est certes un pays exportateur, mars 2005 qu'il n'aurait pas recours à un
mais à la différence de nombre de pays de l'ancien bloc de l'est, elle ne s'est nouveau prêt du FMI.
jamais perçue comme un simple "atelier" de l'Europe occidentale. Grâce à sa
forte population de 38,5 millions d'habitants, elle a su développer son marché LA CORÉE DU SUD ET LE
intérieur et en recueille aujourd'hui les fruits. Un développement d'autant plus PARI DE L’ÉCONOMIE DU
remarquable que, à la différence de pays comme la Roumanie et la Hongrie, SAVOIR
l'endettement privé et public est demeuré sous contrôle, à respectivement 74 % Qui aurait cru qu’un opérateur coréen
et 55 % du PIB. (Samsung) serait en train de titiller les
géants américains et japonais sur le

22 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


GRAND ANGLE

marché des nouvelles technologies ? La tions nippo-sud-coréennes en 1965 a plus performants du monde. Combiné
Corée du Sud, qui affichait les mêmes contribué à l'essor économique de la au transfert de technologie, la qualité
données macro-économiques que les Corée du Sud et, à cette influence ja- de formation des ingénieurs a permis de
pays du Maghreb il y a 30 ans, s’est muée ponaise est venue s’ajouter par la suite faire de ce bastion anticommuniste l’un
aujourd’hui en la plus grande puissance l’aide financière et technologique mas- des pays les plus exportateurs en ma-
exportatrice en matière de NTIC. sive reçu des États-Unis, notamment tière de nouvelles technologies.
Le modèle de développement sud-co- via de nombreux transferts de techno-
réen s'est basé sur des liens étroits entre logie, en raison d'un engagement idéo- Abdessamad NAIMI
le gouvernement et les milieux d'affaires, logique anti-communiste sans réserve.
y compris le crédit dirigé, les restric- L'aide japonaise associée à l'aide améri-
tions aux importations, le financement caine a permis de lancer un plan Mars-
de certaines industries, et une ouver- hall industriel, des firmes d'Etat se sont
’INDONÉSIE, L’ARCHIPEL
ture vers le commerce extérieur avec constituées dans tous les secteurs stra-
QUI A SU SE RELEVER
plus de 45 accords de libre-échange en tégiques : aciérie (POSCO), électricité

La Corée du Sud, qui affichait les mêmes données Plombé par une crise économique
sans précédent dans son histoire
macro-économiques que les pays du Maghreb il y a en 1998, avec une chute de 13% du
PIB, l’Indonésie a pu se reprendre et
30 ans, s’est muée aujourd’hui en la plus grande afficher aujourd’hui une santé éco-
nomique enviable (croissance de
puissance exportatrice en matière de NTIC 6,4% en 2012). Les principales rai-
sons d’un tel redressement restent
sa situation financière solide et une
dette publique faible (25% du PIB).
vigueur. Le gouvernement a favorisé l'im- (KEPCO), télécommunications (Korea Par ailleurs, le renforcement du sec-
portation des matières premières et de Telecom), réseaux ferrés et routier (Ko- teur bancaire et la diversité des res-
la technologie aux dépens des biens de rea Railroad et Korea Expressway). sources naturelles (agricoles, éner-
consommation et a encouragé l'épargne Outre ces investissements étatiques, gétiques et minières) ont permis à
et l'investissement au détriment de la la Corée du Sud a fortement misé sur l’archipel d’élever sa compétitivité et
consommation. l’éducation et dispose aujourd’hui de de dynamiser les secteurs tertiaires.
Par ailleurs, la normalisation des rela- l’un des systèmes d’enseignement les

TAUX DE CROISSANCE (EN %) DES BRICS


  
 
  
 

         
SUpYLVLRQ

'LOPD5RXVVHII 9ODGLPLU3RXWLQH 0DQPRKDQ6LQJK +X-LQWDR -DFRE=XPD


6RXUFHV,0):RUOG%DQN

24 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


VÉNEMENT

FORUM D
Vivre le C
Où sont les OPPORT
DE PARIS
CHAOS...
UNITÉS de la crise ?
ÉVÉNEMENT

Albert MALLET Anass HOUIR-ALAMI Pr. Philippe CHALMIN


Président Fondateur du Forum de Paris Directeur Général de la CDG Fondateur et Directeur de Cyclope

LE CHAOS AU FORUM
es trois co-organisateurs du Forum fortes crises politiques, avec parfois des
de Paris-Casablanca Round (Le épisodes de guerre civile, commencent à
Forum de Paris en tant que tel, peser lourd dans les bilans économiques
l’agence Saga et L’Economiste) s’étaient et financiers des pays du Maghreb et du
demandé si le mot "chaos" inscrit dans le Machreck. Un poids qu’on a parfois du
titre de la 4e édition n’allait pas effrayer les mal à imaginer au Maroc, puisqu’il est le
Fathallah SIJILMASSI participants. Pas du tout bien au contraire. seul pays de la région qui a su profiter
Secrétaire Général de l’UPM Ce mot très fort reflète le sentiment de des révolutions arabes, sans casser ni ses
chacun devant les actuels phénomènes institutions, ni ses ressorts de croissance.
économiques, sociaux et politiques. Le Royaume aura finalement été celui des
Quelque 760 personnes et personnalités, pays arabes qui a le mieux tiré parti des
parfois debout devant les écrans du hall "Printemps".
de la conférence, sont venues chercher C’était le point commun des réflexions
les explications des experts. Avec l’espoir autour du Forum, cette année. Un point
de trouver des recettes soit pour traver- commun qui n’est pas allé sans interro-
ser sans trop de mal les difficultés, soit gations, comme celles de Dominique
pour trouver des solutions afin de tirer Strauss-Kahn : c’est un modèle qui dé-
profit de cette situation inédite. passe le cadre national, mais il faut tra-
Le nord de la Méditerranée aborde sa vailler dur pour garder ce modèle, surtout
deuxième année de crise des finances pour lutter contre les déficits, qui a servi
Daniel HURSTEL, publiques. Crise qui débouche sur les re- à traverser les révolutions. En revanche,
Avocat d'affaires cabinet mises en cause politiques. Le sud de la d’autres modèles s’essoufflent.
Willkie Farr&Gallagher LLP-Paris
Méditerranée suit le chemin inverse : de Le plus people des banquiers d’affaires

Adil DOUIRI Alain GAUVIN Christian STOFFAES


Fondateur de la banque d’affaires CFG Avocat, spécialiste de la régulation financière Président du Cercle des ingénieurs-économistes

28 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ÉVÉNEMENT

Nizar BARAKA Mohamed EL KETTANI Dominique STRAUSS-KAHN


Ministre de l’Economie et des Finances PDG du groupe Attijariwafa Bank Ancien Directeur Général du FMI

M : à bon entendeur, salut !


français, Matthieu Pigasse (qui avait man- "diplomate social de l’année", Jorge Ar-
qué son avion !) ne cache pas son trouble guindegui. Là-bas, il a fait la couverture de
devant le manque de ressort en Europe. l’équivalent du magazine Hola parce qu’il a
Abdelhak El Khair Idrissi, le cadre ma- trouvé un moyen inédit de refinancer des
rocain de Renault qui avait fait le voyage écoles et d’élever le niveau des élèves. Là-
depuis la Corée du Sud, est en total bas, en Amérique latine, c’est le règne des
contraste par rapport à ce côté-ci de la crises cycliques. Ils ont un cycle d’avance Jaloul AYED
planète. Des crises, on en a eu, dit-il, des sur le Maroc, mais c’est à peu près le Ancien premier Ministre des Finances tunisien
crises dont on n’imagine pas la violence, même système: l’Etat croit se démocrati-
mais en Asie, mais quand la crise arrive, ser en achetant les voix des électeurs à
c’est la mobilisation générale. Il raconte grands coups de subventions. Patatras, en
une quête où les citoyens ont donné leurs trois ans, tout s’effondre, il faut tout re-
bijoux pour soutenir les finances pu- commencer…
bliques. El Khair Idrissi dit des vérités que Ne serions-nous pas entrés dans un sys-
nul n’ignore mais qu’ici, personne n’ap- tème similaire, de notre côté de l’Atlan-
plique: "Travailler, travailler, travailler… tique? Il faut espérer que les participants
vite, vite, vite". Et l’école des enfants en auront bien entendu le message de Jorge
Corée, c’est quelque chose! "Le jour des Arguindegui, sinon… le chaos ne ferait
examens, la police se met à la disposition que commencer.
des élèves pour qu’ils ne soient pas en re- A bon entendeur salut !
tard", raconte notre émigré de haut vol. Nadia SALAH Jorge ARGUINDEGUI
La Terre tourne d’un tiers et nous voilà Conseiller du gouvernement
argentin sur les privatisations
transportés en Amérique latine, avec le

Claire SPENCER Rosa CANADAS


Abdelhak EL KHAIR EL IDRISSI
de Chatham House, spécialiste MENA Présidente Fundation Tanja
Directeur Ingénierie Renault Samsung Motors Corée du Sud

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 29


ÉVÉNEMENT

Nizar BARAKA
Ministre de l’Economie et des Finances

"L’intégration économique du Maghreb devient


une nécessité afin de constituer un bloc commer-
cial important pour optimiser ses échanges avec
les autres zones géographiques dans le monde"

et civils dans un effort commun pour célérer le rythme des réformes structurelles.
faire aboutir les réformes structurelles Nous avons lancé plusieurs chantiers qui
Ph. Jarfi engagées par le Maroc. En revanche, vont nous permettre de nous inscrire dans
au niveau régional, l’intégration éco- un sentier de croissance soutenue et solide.
nomique du Maghreb devient une né- C’est le cas de l’accompagnement des PME,
(…) La grande opportunité de la crise ré- cessité. Cela permettra de constituer la baisse de l’impôt sur les sociétés, le dé-
side dans la conjugaison des intérêts de un bloc commercial important, bénéficiant cret sur les marchés publics, la réforme de
toutes les forces actives, à l’échelle aussi de synergies et d’une taille critique pour op- la fiscalité.
bien de la nation que de la région. Il s’agit timiser ses échanges avec les autres zones (…) Le gouvernement continue à travailler
donc de tout mettre en œuvre pour réali- géographiques dans le monde. sur une flexibilisation du régime de change.
ser ce potentiel. Dans cette crise qui dure (…) Nous avons constaté un attentisme Par contre, nous n’allons pas dévaluer la
depuis 2008, les solutions mises en place de la part des opérateurs économiques monnaie. Cela serait très coûteux compte
restent classiques. Or, ce qu’il faut c’est un particulièrement nationaux. Le rythme de tenu de la situation actuelle de la balance
changement de modèle, une rupture à oser. l’investissement privé ne s’est pas accéléré. des paiements. Tout changement de parité
Il faut humaniser la mondialisation et corri- Mais en parallèle, nous avons un retour des du dirham serait insoutenable sur le plan
ger la dé-corrélation entre la sphère réelle investissements étrangers et la confiance de budgétaire puisqu’il se traduirait par un
et la sphère financière qui a provoqué une la communauté financière internationale creusement du déficit. Dans cette logique
de flexibilisation des régimes de change,
nous allons accompagner les opportunités
Nous avons un retour des investissements étrangers d’investissement à l’extérieur. Le gouverne-
ment est là pour aider les entreprises qui
et la confiance de la communauté financière inter- veulent s’installer à l’international pour ser-
nationale ainsi que celle des organismes interna- vir de relais de croissance et aussi pour faci-
liter les possibilités d’exportation.
tionaux… Nous nous attendons à une croissance (…) le Maroc a une opportunité historique
qui s’offre à lui à condition que chacun y
soutenue en 2013 mette du sien. Nous avons un cap difficile à
passer, soit 2013, 2014 et 2015. En atten-
dant la reprise et le temps que les stratégies
forte volatilité des matières premières... Au ainsi que celle des organismes internatio- sectorielles produisent pleinement leur effet,
niveau national, il nous faut un pacte natio- naux… Nous nous attendons à une crois- l’Etat doit se serrer la ceinture.
nal de progrès. Celui-ci devrait réunir l’en- sance soutenue en 2013. L’année agricole
semble des acteurs économiques, politiques se présente bien et le gouvernement va ac-

30 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ÉVÉNEMENT

Mohamed
EL KETTANI
PDG du groupe Attijariwafa bank

"La sagesse des autorités monétaires et


financières nous a épargné la tempête de
la crise financière"

(…) L’Effet Papillon est le point commun par une très grande dis-
entre le Printemps arabe et la crise finan- ponibilité de capitaux et
cière internationale : L’humiliation de Mo- de liquidité sans prise
hamed Bouazizi le 17 décembre 2010 au en compte du risque
village de Sidi Bouzid est manifestement un sous-jacent. En fait, ce
battement d’ailes de papillon, qui déclencha risque était pris, par- Ph. Jarfi
une tornade dans tout le monde arabe. Le fois consciemment par
développement des réseaux sociaux et des des intermédiaires sans
moyens de communications a aidé à propa- scrupules, ou le plus souvent "inconsciem- l’assimilation de plus en plus de complexité
ger la minuscule onde de choc, provoquant ment" à cause de la complexité des pro- peut amener à une situation très instable.
et amplifiant une surchauffe des sentiments duits financiers et une confiance mal placée Il est du ressort de l’innovation financière
et des réactions dans un contexte de ma- dans les modèles de gestion de risque et les de s’adapter aux règles prudentielles et non
le contraire. Aujourd’hui, la tendance n’est
pas à la simplification des règles pruden-
Le lien entre le Printemps Arabe, les subprimes tielles. La dernière version du rapport de
Bâle III comporte plus de 500 pages et
et la crise financière ? L’effet papillon 78 équations de calcul. Nous sommes très
loin des quelques ratios arithmétiques de
la première conférence baloise. La gestion
laise social et d’absence de droits civiques. modèles de notation. Dans la majorité des du risque est l’essence même de la banque.
Un autre exemple frappant de battement pays en voie de développement, les garde- Les banques qui survivent aux chocs et aux
d’ailes de papillon est incontestablement le fous de la régulation ont mieux fonctionné : aléas sont les banques qui adoptent des
défaut de paiement de plusieurs ménages la simplicité des règles prudentielles et l’in- règles simples, claires et solides. Tels les im-
californiens sur leurs crédits hypothécaires transigeance des autorités sur le contrôle et meubles antisismiques, elles survivent aux
appelés subprimes qui créa une tornade le respect de ces règles ont permis d’éviter aléas des tremblements de terre. Les autres
économique planétaire. à ces pays des conséquences qu’ils n’au- banques, celles qui sacrifient la solidité au
(…) La crise financière a eu beaucoup raient jamais eu les moyens de gérer. profit de la complexité restent à la merci du
moins d’effets sur les secteurs bancaires des (…) La simplification ou "décomplexifica- moindre battement d’ailes de papillon.
pays dits émergents que dans les pays déve- tion" des systèmes bancaires ne veut pas
loppés. Pour ceux-ci, la complète dérégula- dire frein à l’innovation financière, loin de
tion a entraîné un endettement excessif des là. Il s’agit surtout d’avoir des règles com-
ménages bien au-dessus de leurs moyens. préhensibles et vérifiables, qui soient stables
Cet endettement a été facilité et encouragé et rigoureuses. Une dérive prudentielle vers

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 31


ÉVÉNEMENT

Dominique
STRAUSS-KAHN
Ancien Directeur Général du FMI

"Il n’y a des opportunités que dans la crise"

Ph. Jarfi

Lorsqu’il n’y pas de crise, lorsqu’il y a le des questions issues du passé, parce qu’elles à condition de réaliser les réformes qu’il
calme plat, aucune opportunité ne se des- posent problème, et d’autres questions faut... Il y a des opportunités positives, mais
sine. En revanche, lorsque l’on est dans une qui ont un impact conjoncturel. Le Maroc aussi des conséquences négatives pour qui
situation de crise, difficile, troublée et dan- s’est engagé dans une ouverture précoce ne sait pas les saisir… Le modèle maro-
gereuse, on cherche une issue, on crée des en signant de nombreux accords de libre- cain est bien plus important que le Maroc
opportunités pour s’en sortir. Les questions échange, ce qui aurait été une excellente lui-même… Ce modèle qui montre que des
qu’il faut se poser sont : Y a-t-il vraiment chose si la compétitivité avait été assurée. partis ayant des fondements religieux peu-
une crise et comment alors en saisir les op- Comme l’effort de compétitivité n’a pas été vent accéder au pouvoir démocratiquement
portunités ? (…) En Afrique du Nord, outre fait de manière systématique, cela entraîne et, un jour ou l’autre, le quitter de manière
l’Union maghrébine, de laquelle j’ai toujours des tensions en matière de balance, et ce, tout aussi démocratique, est un modèle
été un grand partisan... il reste une autre au moment où le niveau de vie s’élève… dont l’ensemble du monde a absolument

La crise crée pour le Maroc la possibilité de jouer un nouveau rôle


voie possible, celle de mettre en avant le Même si des efforts importants sont réali- besoin… Ce modèle repose sur la person-
projet porté à bout de bras par le Maroc, sés pour améliorer le climat des affaires, les nalité du Roi et sur les institutions particu-
qui pourrait se tourner vers le Sud, c'est-à- infrastructures financières... on peut diffici- lières qui montrent un système différent…
dire l’Afrique. Le Royaume peut jouer dans lement vouloir faire du Maroc un pôle at- Dans le contexte des turbulences fortes du
ce sens un rôle considérable avec efficacité. tractif pour les pays subsahariens, sans que monde musulman, l’exemple marocain est
Il reste que pour jouer ce rôle, le Maroc le pays fasse suffisamment le ménage en décisif. Mais, pour qu’il soit vraiment décisif
doit être exemplaire… En d’autres termes, matière budgétaire. La crise crée cette op- et illustratif, il faut qu’il réussisse économi-
si l’on veut que certains pays africains ac- portunité et crée pour le Maroc la possibi- quement en faisant ce qu’il faut faire sur
ceptent une collaboration positive avec le lité de jouer un nouveau rôle. Le Maroc, qui le plan des finances publiques. Il aura alors
Maroc, il faut que celui-ci fasse envie. Pour a son statut d’association avec l’UE, peut saisi les opportunités.
faire envie, il faut faire évoluer beaucoup de jouer de l’autre côté un rôle important en
choses dans l’économie marocaine, traiter devenant un hub entre le Nord et le Sud,

32 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ÉVÉNEMENT

Pr. Philippe
CHALMIN
Fondateur et Directeur de Cyclope,
spécialiste des matières premières

"Savoir mieux écouter les marchés"

Ph. Jarfi

(…) Nous sommes au cœur de la troisième logique du terme. Jamais aussi les marchés des politiques de relance keynésiennes et,
crise majeure qu’ait connue le monde n’ont joué un rôle aussi central et n’ont été surtout, par un remède extraordinaire qui
contemporain. Au-delà de la crise écono- aussi insaisissables dans la mesure où ils ne s’appelle l’inflation! Pour moi, la seule vraie
mique, il s’agit d’une crise morale et de sens. sont plus un lieu physique, mais des réseaux issue à la crise de 2008 est celle de l’infla-
Chaque fois qu’un économiste dit que tout informatiques fonctionnant en permanence tion. (…) Le pic de la crise économique est
va bien, c’est le moment de commencer à sur l’ensemble de la planète. Le marché est derrière nous. L’économie américaine est en
s’inquiéter. Ce qui est commun à ces crises, le miroir des crises, c’est le lieu où peuvent train de redécoller car la situation du dollar
c’est qu’elles ont été d’abord financières, se croisent l’offre et la demande, mais aussi permet aux Etats-Unis de ne pas être trop
économiques ensuite, mais aussi, et c’est ça les semences des crises. Sachons les écou- regardants sur leur endettement. Le Japon,
le plus important, morales, avec une véri- ter. Plutôt que de vouloir les supprimer, il quant à lui, sera encore sur une croissance
table remise en cause du modèle dominant. faut les réguler. Au fond, malgré leurs coups nulle en 2013. Concernant l’Union euro-
de folie, ils savent nous ramener à la raison. péenne, nous assistons à la fois à une crise
institutionnelle et à une crise économique.
En bricolant, nous devrions être autour
Le pic de la crise économique est derrière nous d’une croissance zéro cette année. Mais
l’on peut imaginer que le pire est passé. La
crise de la Grèce est à peu près derrière
(…) Dans toutes ces crises, il y a aussi une (…) Lorsqu’on analyse les trois grandes nous. L’Italie, pour sa part, devrait être sur la
constante. C’est la critique des marchés, crises du monde contemporain, celles de bonne voie cette année, même si elle reste
ceux par qui arrive le chaos. Donc, très lo- 1929, 1974 et 2008, leurs causes et les sur des résultats négatifs.
giquement, tout le monde critique les spé- manières dont on en est sorti. Par exemple,
culateurs. Les marchés deviennent le bouc pour la grande dépression de 1929, les
émissaire idéal, non seulement de crises remèdes qui ont été choisis, notamment
qu’ils n’ont pas déclenchées, mais dont ils les politiques déflationnistes et la rigueur
se sont contentés d’accompagner le dé- budgétaire, ont aggravé la crise de 1930 à
roulement. Jamais le monde n’a été aussi 1934. Si celle de 1974 a été un peu plus
instable et aussi spéculatif, au sens étymo- douce, c’est parce qu’elle a été traitée par

34 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ÉVÉNEMENT

Ils ont aussi dit


Jaloul AYED Alain GAUVIN
"Repenser le rôle de l’Etat pour sor- "Le droit, censé mettre de l’ordre, Jorge ARGUINDEGUI
tir de la crise" peut lui-même être source de chaos"
Recommande la non-création de méca-
nismes de prêts automatiques au nom de
La solution à la crise réside dans la pro- En imposant aux banques une mobilisation
la démocratie
motion des investissements. Or, aujourd’hui, sans précédent des fonds propres pour faire
les investissements dans nos pays sont ma- face à des risques qui n’existent pas, le droit
joritairement publics alors que ce sont les est en partie source du chaos actuel. Plu-
investissements privés qui assurent la pé- sieurs banques ont en effet vendu une par-
rennité économique. L’Etat-providence doit tie de leurs activités à des entreprises qui Claire SPENCER
se muer en Etat-partenaire qui créerait des échappent à toute régulation. Et la situation "L’accompagnement des processus
conditions pour les investisseurs afin d’aider n’a pas évolué depuis le déclenchement de de transition est crucial"
le privé par le biais de fonds d’investisse- la crise financière en 2008. Lorsque ni le
ment jouant le rôle d’effet de levier. droit ni la politique ne peuvent résoudre les Le recul de l’autorité de l’Etat en Egypte
problèmes, c’est la guerre qui peut prendre et en Tunisie pousse les investisseurs étran-
le relais. gers à plus de méfiance. Les IDE et les re-
cettes touristiques sont en constante baisse
depuis le début des bouleversements poli-
tiques. Le choc économique sur le budget
Anas HOUIR ALAMI et la balance des paiements a entraîné un
"Il faut agir sans perdre beaucoup de Abdelhak EL KHAIR EL IDRISSI ralentissement de la croissance, une accélé-
temps à analyser le chaos" "L’exemplarité du Sud-Est Asiatique : ration de l’inflation ainsi qu’une remontée
Qualité de la gouvernance, solida- du chômage. L’accompagnement par les
Certains réajustements s’imposent au ni- rité et commerce extérieur" bailleurs de fonds, des processus de transi-
veau du mode de gouvernance. La notion tion des pays qui ont connu des révolutions,
du risque a évolué vers une situation d’in- La Corée du Sud et Singapour sont pas- est crucial. Parallèlement à l’appui financier
certitude qui se traduit par une incapacité sés d’une croissance respective de 6 et de court terme, il faudrait leur proposer de
à imaginer les scénarios probables. Il est né- 8% contre 0% en 2008, au plus fort de partager le fruit des expériences interna-
cessaire d’amorcer un changement psycho- la crise financière internationale, puis de tionales sur les mesures sociales d’urgence
logique qui consiste à agir et ne pas rester 6% et 15% en 2010. Au lieu d’adopter ainsi que des dispositifs de solidarité plus
bloqué devant ce genre de situation. des mesures de protectionnisme, ces pays pérennes.
ont accentué leur ouverture sur l’économie
internationale (Plus de 45 accords de libre-
échange pour la Corée du Sud). La qualité
Fathallah SIJILMASSI de la gouvernance leur a permis d’anticiper
"Oser la rupture par l’intégration les évolutions en misant sur la formation et
régionale" le développement des filières à forte valeur
ajoutée. L’esprit de solidarité qui constitue
Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’un choix, mais l’un des traits de la personnalité asiatique
d’un impératif. La complexité régionale des très influencée par le confucianisme a mo-
défis actuels est de plus en plus confirmée, bilisé les citoyens sud-coréens en 1997, qui
or nous constatons actuellement que plus ont choisi de céder 200 tonnes de leur or
les défis sont régionaux, plus les réponses à l’Etat afin de rembourser son prêt au FMI,
se situent à une échelle nationale. plutôt que de manifester.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 35


ÉVÉNEMENT

Le Forum

Fathallah Sijilmassi, secrétaire général de l’UPM (g) et Jamal


Chaqroun, président-directeur général - fondateur de General
Development Holding S.A.
Frédéric Debord, DG de Inwi

Mohamed Rabie Khlie,


DG de l’ONCF

Hassan BERRANNOUN
Mohamed Chaïbi, Directeur chargé de Mission
PDG de Ciments du Maroc, et Albert Mallet, après du PDG. Groupe OCP
fondateur du Forum de Paris (Partenaire Premium Forum)
Claire Spencer, directrice des études
Mena au Chatham House

Mourad Cherif, Zouhair Fassi Fihri, De gauche à droite, Larbi Bencheikh, DG de l’OFPPT, Hassan
président du Conseil de surveillance directeur communication Boulaknadel, DG du CDVM, Driss Bencheikh, PDG de Centrale Laitière,
de la BMCI de BMCE bank et Anass Houir Alami, DG de la CDG

36 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ÉVÉNEMENT

en images

Dr Alexander Moll, chargé d’affaires, Albert Mallet, fondateur du Forum de


Paris, Driss Benhima, PDG de la RAM, Jamal Mikou, membre du directoire
en charge du Business développement et Relations publiques chez TMSA, et Fathia Bennis, PDG Maroclear, et Nezha
Ahmed Ammor, président du Directoire de TMSA Lahraïchi, présidente de l’Observatoire du
commerce extérieure

Abdellatif Maâzouz,
ministre délégué auprès du chef du
gouvernement chargé des MRE
Adil Douiri, président de l’Alliance des économistes
istiqlaliens, co-fondateur de CFG Groupe et patron de
Dominique Strauss-Kahn et
Mutandis, Philippe Chalmin, professeur, fondateur et directeur
Hassan Bouhemou, président de la SNI
de Cyclope, spécialiste des marchés des matières premières et
Jaloul Ayed, ancien ministre tunisien des Finances
et auteur du livre "Les routes des jasmins"

Chakir Fassi Fihri, PDG du Groupe Saga Communication,


Ahmed Baroudi, DG de la SIE El Hadi Chaibainou, DG du GPBM
et son fils Youssef Fassi Fihri (g), DG du même groupe

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 37


DÉCRYPTAGE

LVMH, un empire qui truste une


soixantaine de marques de luxe et
emploie plus de 100 000 personnes.

COMMENT LE LUXE
DÉFIE LA CRISE
Véritable insolence en ces temps de crise
économique, le secteur du luxe affiche cette Ph. AFP

année encore des résultats à faire pâlir


d’envie les ténors de l’industrie. Même si
u début de cette année 2013,
Bernard Arnault, le puissant
patron du groupe LVMH
l'on constate un léger fl échissement, le luxe (Louis Vuitton Moët Hennessy), pouvait
afficher un sourire radieux. Loin de ses
continue d'enregistrer des recettes record soucis avec les impôts français et ses
projets d'évasion fiscale, la plus grosse
et une croissance en progression de plus de fortune de France et 4ème mondiale
continue d'engranger les bénéfices d'une
10%. industrie du luxe en pleine expansion.
Jugez plutôt ! Pour l'année 2012, le
groupe LVMH annonce un nouveau re-
cord de ses ventes en progression de
19%. Le chiffre d'affaires dépasse les 28

38 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

milliards d'euros et le bénéfice net


s'élève à 3,4 milliards d'euros, en pro-
gression de 12% sur un an. Pour la troi-
sième année consécutive, LVMH s'af-
firme encore comme le numéro 1
mondial du luxe grâce à la vitalité de ses
marques Louis Vuitton, les champagnes
Moët & Chandon, Ruinart, Veuve Clic-
quot, Hennessy, les parfums Guerlain,
Christian Dior, Givenchy, Kenzo, Céline,
Berluti, les marques horlogères TAG
Heuer et Hublot ou encore le whisky
écossais Glenmorangie.
L'euphorie du luxe ne devrait pas s'ar- Avec un chiffre d'affaires de plus de 28 milliards d'euros
rêter de sitôt. Selon une récente étude en 2012 et un bénéfice en progression de 12%, Bernard
Arnault peut garder le sourire
publiée sur ce secteur par le cabinet Ph. AFP
Bain & Cie, le marché des produits de
luxe devrait continuer de progresser de nir et surtout d'un euro fort. Lors de la portateurs français", a-t-il ainsi affirmé.
4 à 6% par an entre 2013 et 2015. Même présentation des résultats financiers du Bernard Arnault joue-t-il les Cassandre ?
si cette croissance est moins soutenue groupe français, Bernard Arnault a laissé En se posant en oiseau de mauvais au-
que par le passé, les ventes mondiales entendre que l'année 2013 pourrait ne gure, le patron français semble vouloir
devraient atteindre à l'horizon 2015 les pas être aussi bonne que prévu. "Il y a attirer l'attention des autres profession-
250 milliards d'euros ! Pas d'inquiétudes un risque de bataille monétaire, de dé- nels du secteur sur un éventuel impact
de la crise économique et financière sur
le luxe made in Europe. Pourtant, les
Pour la troisième année consécutive, LVMH marges de manœuvre sont, semble-t-
il, encore très larges. On en veut pour
s'affirme encore comme le n°1 mondial du luxe preuve les résultats affichés au premier
semestre 2012 par l'italien Prada qui a
enregistré entre janvier et juin une pro-
gression de 36,5% de son chiffre d'af-
donc pour l'industrie du luxe ? Pas si sûr ! valuation compétitive, qui risque d'en- faires à 1,5 milliard d'euros ! Ses ventes
Déjà en 2012, les professionnels du sec- traîner un scénario 2013 dans lequel un ont non seulement augmenté de plus de
teur ont ressenti un certain ralentisse- certain nombre de monnaies baissent", 45% dans la région Asie-Pacifique, mais
ment de leurs activités dû notamment à alors qu'une remontée de l'euro est plus surprenant encore, elles ont pro-
la décélération de la croissance chinoise. "hélas à mon avis prévisible" et "risque gressé de 37,3% en Europe et de 31%
Le groupe Richemont, qui détient no- d'avoir un impact sur les affaires des ex- sur le continent américain, deux régions
tamment la marque Cartier, a été le pre-
mier à constater, en mai dernier, cette
légère baisse. Le groupe français LVMH
A CROISSANCE À L’HEURE SUISSE
a connu aussi une baisse de son activité Les exportations horlogères suisses ont inscrit un
au troisième trimestre 2012 notamment nouveau record en 2012, totalisant 21,4 milliards de
sur ses pôles mode et maroquinerie francs suisses (17 milliards d'euros), soit une hausse de
qui représentent aujourd'hui 75% de 10,9% sur un an. L'industrie horlogère suisse a connu
ses ventes. Toutefois, cette baisse de la un essor sans précédent au cours des trois dernières
croissance a été compensée par un qua- années, en particulier en Chine, un marché où les
trième trimestre 2012 très satisfaisant. achats de produits de luxe sont dominés par la clientèle
Mais ces groupes du luxe restent malgré masculine. Au mois de décembre, les exportations de
tout tributaires de l'évolution du com- montres suisses ont cependant reculé de 5,6% à 1,8
merce à l'international. milliard de francs suisses, accusant un repli de 15% à
Aujourd'hui, le groupe LVMH, qui réa- Hong Kong, le premier marché pour les fabricants de
lise plus de 60% de ses ventes en de- montres suisses, et de 32,3% en Chine.
hors de l'Europe, s'inquiète pour l'ave-

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 39


DÉCRYPTAGE

durement touchées par la crise écono- bas taux de croissance depuis trois ans LVMH avait vu ses ventes progresser de
mique. Selon François Arpels (ndlr : le bien à 7,6%, le continent asiatique reste l'une plus de 26% pour atteindre près de 13
nommé), spécialiste du luxe de la banque des valeurs sûres du développement de milliards d'euros. De même, chez PPR,
d'affaires Bryan, ces performances de l'industrie du luxe. Pour Marc-André l'autre opérateur français du luxe qui
Prada s'expliquent par le fait qu'en Eu- Kamel du cabinet Bain & Cie, "le po- détient notamment Gucci, les ventes de
rope "cette croissance provient sur- sa filiale en Chine continentale ont pro-
tout de l'afflux de touristes chinois, gressé de 16% au deuxième trimestre
indiens, russes ou moyen-orientaux, En 2015, les ventes mon- 2012. Les ventes de Bottega Veneta et
qui cherchent des produits plus so- de Yves Saint Laurent ont même réalisé
phistiqués que ceux qu'ils trouvent diales des produits de luxe des prouesses en progressant de plus de
dans les boutiques des marques ins- 30%. La famille Pinault a ainsi vu, sur six
tallées chez eux. C'est différent aux devraient atteindre 250 mois seulement, ses ventes progresser
Etats-Unis où de nombreux terri-
toires restent paradoxalement à dé-
milliards d'euros de 30,7% pour atteindre quelque 2,9
milliards d'euros. De son côté, le groupe
fricher pour les entreprises du luxe, suisse Richemont, propriétaire des
comme le Midwest, par exemple". Mais tentiel asiatique reste énorme, soutenu marques Cartier, Montblanc, Van Cleef
qu'en est-il pour les autres opérateurs par l'émergence de nouvelles classes & Arpels ou encore Jaeger-LeCoultre,
de l'industrie du luxe. Faut-il s'alarmer du moyennes à la recherche de reconnais- dirigé par le Sud-africain Johann Ru-
ralentissement de la croissance chinoise ? sance sociale. A une condition : savoir pert, estimait déjà l'été dernier que ses
Apparemment, non ! s'adapter aux évolutions des consom- résultats seraient meilleurs que l'année
mateurs". précédente. Pourtant, en 2011, le groupe
TEL LE ROSEAU, LE LUXE PLIE De son côté, le directeur financier du suisse avait enregistré une progression
MAIS NE ROMPT PAS... groupe LVMH, Jean-Jacques Guiony, le de 43% de ses bénéfices. En 2012, sur
Certes, on pouvait craindre en début confirmait également à la mi-2012 en les 6 premiers mois de l'exercice, ils de-
d'année 2012 que la baisse de la crois- lançant sans sourciller : "On n'observe vraient progresser de 20 et 40%.
sance chinoise allait impacter négative- pas de changement en Chine" Et les Mais, malgré ces résultats vertigineux,
ment les ventes dans le secteur du luxe. chiffres parlent d'eux-mêmes. Déjà sur le ralentissement de la croissance de
Même si la Chine a enregistré son plus les six premiers mois de l'année 2012, la Chine, premier client du luxe dans le
monde, représentant 60% des exporta-
En Chine, les ventes d’Yves Saint Laurent
tions de l'industrie du luxe européenne,
ont progressé de plus de 30%. pourrait-il, à terme, fragiliser le secteur ?
Possible, disent certains analystes. C'est
ce qu'explique notamment Virginie Jaco-
berger-Lavoué en déclarant que "la révé-
lation de la corruption jusqu'au sommet
du pouvoir chinois a, par ricochet, terni
l'image du luxe". De même, la multi-
plication des enseignes du luxe et une
sur-communication autour des produits
de luxe ont fini par lasser cette clien-
tèle chinoise. Alors aujourd'hui, pour
compenser leurs pertes éventuelles
sur le marché asiatique et chinois, les
professionnels du secteur s'attaquent à
d'autres marchés notamment le Brésil,
l'Inde et la Russie, sans oublier le terri-
toire américain. Mais la bataille est loin
d'être gagnée car ces marchés émer-
gents disposent déjà d'un savoir-faire en
la matière et d'un artisanat de qualité
capable de rivaliser avec les plus grandes
marques du luxe. Pour Bain & Cie, il faut
Ph. AFP s'attendre à des changements structu-

40 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

rels dans le secteur qui devra s'y adapter traduites par l'explosion des ventes en
pour résister. Les jeunes consomma- ligne. A partir de 2015, les professionnels Un consommateur du
teurs réclament par exemple "de l'origi-
nalité plutôt que de la tradition". L'indus-
du luxe devront nécessairement s'adap-
ter aux mutations du marché. Ainsi, le luxe sur quatre est
trie du luxe va aussi devoir s'adapter aux
nouvelles formes de commercialisation
cabinet spécialisé préconise dans son
rapport que "les enseignes devront se
Chinois
concentrer da-
vantage sur l'ex-
périence d'achat tellerie, les montres et la maroquinerie.
et non plus seu- En 2012, les automobiles de luxe ont
lement sur le pro- généré quelque 290 billions d'euros de
duit en lui-même". recettes, soit 290 000 milliards d'euros !
Mais quelle que Les hôtels arrivent en deuxième position
soit la révolution avec des recettes estimées à quelques
de l'industrie du 127 billions d'euros. Les montres et la
luxe qui se profile maroquinerie arrivent bien loin der-
à l'horizon, il reste rière avec "seulement" respectivement
fort à parier que 35 billions d'euros et 33 billions d'eu-
Ph. AFP les champions ros. C'est la preuve par les chiffres que,
Les ventes de Prada ont augmenté de plus de 45% dans la région du luxe reste- comme le disait Voltaire, "le superflu est
Asie-Pacifi que, mais plus surprenant encore, elles ont progressé ront toujours les une chose nécessaire".
de 37,3% en Europe et de 31% sur le continent américain, deux mêmes, à savoir
régions durement touchées par la crise économique. l'automobile, l'hô- Karim DRONET

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 41


LE MYTHE
AU MAROC
Ou comment les voitures de
LUXE boostent le secteur
FERRARI
Avec 290 000 milliards
d'euros de recettes
dans le monde en 2012,
l’automobile de luxe
s'affiche comme étant
"LE" segment booster
du secteur. Le Maroc
n'échappe pas à cet
engouement pour les
grosses cylindrées, dont
le volume des ventes a
explosé. État des lieux
d'un marché en pleine
expansion.
DÉCRYPTAGE

orsche Cayenne ou Panamera, 614 voitures de luxe vendues en six sociale. Dans une société où le regard de
Aston Martin, Lamborghini et mois seulement, au lieu de 201, il y a un l'autre compte énormément, la voiture
Ferrari s'affichent aujourd'hui, an. L’introduction de modèles rénovés, de luxe véhicule aisément cette image et
sans complexe, sur les boulevards des mais également moins chers comme le cette différenciation. C'est la vitrine du
grandes villes marocaines. En 2010, les "Evoque" explique notamment cette statut social. L'arrivée officielle de Fer-
statistiques de l'Association des impor- progression fulgurante. Cet engouement rari au Maroc confirme ainsi le potentiel
tateurs de véhicules automobiles au Ma- pour l'automobile de luxe n'a pas échap- du marché de la voiture de luxe.
roc (AIVAM) l'attestaient, plus de 206 pé également à Loïc Roix, directeur du
voitures dont le coût unitaire dépasse le centre Porsche Maroc : "Aujourd'hui, les FERRARI, PORSCHE, ROLLS
million de dirhams ont été vendues. produits haut de gamme se démocrati- ROYCE, BENTLEY... LES
Deux ans plus tard, et en pleine crise sent. Il y avait encore des préjugés sur ELITES...
économique mondiale, la tendance ne nos voitures. Depuis, nos clients connais- Le groupe Univers Motors, distributeur
faiblit pas... bien au contraire! Sur les six sent mieux le produit et l'utilisent sans des marques Honda, Seat et Cherry, a
premiers mois de l'année 2012, sur le complexe. Le développement d'un sys- fait le buzz lorsqu'il a annoncé l'année
dernière son intention de distribuer
la célèbre marque au cheval cabré au
La Chine est devenue le deuxième marché Maroc. Le concessionnaire marocain a
signé en effet un contrat d'exclusivité
mondial de Ferrari avec la firme de Maranello pour la dis-
tribution des voitures Ferrari. Après 18
mois d'âpres négociations, Univers Mo-
tors ajoute ainsi une marque de prestige
segment des voitures de luxe, on assiste tème de crédit a également permis à à son portefeuille. En échange de cette
aussi à de belles performances chez plus de personnes d'accéder à nos offres. exclusivité, le groupe marocain devrait
Mercedes (+36%) avec 872 unités ven- On peut dire que l'on fait face à une plus réaliser avant 2014 un showroom dédié
dues ou encore chez BMW qui connaît grande maturité du marché premium". à la marque italienne à Casablanca.
une évolution de plus de 19% avec 816 L'automobile dans l'esprit des marocains Sur le plan commercial, les responsables
voitures écoulées. Chez Land Rover, la reste assurément comme l'un des pre- du groupe se sont fixés des objectifs
performance est encore plus édifiante : miers critères de référence de la réussite somme toute assez raisonnables. Il s'agit,
dans un premier temps, de
vendre une vingtaine d'unités
par an, ce qui représente un
Bentley Motors, désormais
rattaché au groupe Volkswagen,
chiffre d'affaires conséquent
a enregistré en 2011 une dans la mesure où ces voitures
progression de ses ventes de 37%. se vendent aux alentours des
2 millions de dirhams pièce !
Mehdi Tak Tak, directeur gé-
néral du groupe Univers Mo-
tors, le confirme : "Nous avons
présenté un business plan
sérieux, à la fois ambitieux et
cohérent. Nous avons certes
vendu le marché marocain,
sans toutefois faire miroiter
des volumes de ventes fantai-
sistes".
Pour renforcer sa présence
sur ce segment des voitures
de luxe, le groupe compte
aussi développer une struc-
ture de service après-vente
capable de répondre aux be-
Ph DR
soins d'une clientèle très exi-

44 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

Rolls Royce, non plus, ne connaît


pas la crise avec plus de 31%
d’augmentation de ses ventes.

Ph. AFP

geante. Cette clientèle est aujourd'hui constructeur allemand BMW, a vendu le paraître, mais aussi et surtout dans
estimée à une trentaine de personnes 3 500 véhicules dans le monde, aug- le plaisir de la conduite que procure ce
mais elle pourrait grossir dans les pro- mentant ainsi ses ventes de 31%. Mieux genre de voitures. Assurément, la maî-
chaines années. Le cercle aujourd'hui encore, toujours en 2011, la société trise de centaines de chevaux fougueux
très fermé des Amis de la Scuderia est Bentley Motors, désormais rattachée sous le capot est un plaisir qui n'a pas
appelé à s'élargir. D'ailleurs, le Maroc ne au groupe Volkswagen, a vendu plus de de prix !
fait que suivre la 7 000 véhicules,
tendance mon- soit une pro- Karim DRONET
diale pour les
voitures de luxe.
Grâce aux succès de gression de 37%
de ses ventes
En 2012, la firme l’Evoque, Land Rover a annuelles ! Mais
de Maranello a évidemment les
ainsi enregistré dopé ses ventes, passant infrastructures LTIME
une progres- routières et
sion de 10% de de 201 berlines de luxe en autoroutières Bentley et Lamborghini arrive aus-
si sur le marché marocain. C’est la
ses ventes. La
Chine est deve- 2011 à 614 uniquement sur dont disposent
aujourd'hui cer- Centrale Automobile Chérifienne
nue le deuxième
marché mon-
le 1 semestre 2012
er tains pays asia-
tiques ou euro-
importateur exclusif Porsche, Audi,
Volkswagen qui détient les cartes.
dial de Ferrari. péens favorisent La CAC déploiera pour accueillir les
Toutefois, dans aussi le déve- modèles mythiques de Bentley un
l'automobile haut de gamme, ce sont les loppement d'une filière automobile de superbe show room à Casablanca
marques d'origine anglaise qui se taillent luxe. Contrairement aux idées reçues, qui sera inauguré fin 2013. Lambor-
la part du lion. En 2011, Rolls Royce les propriétaires de ces véhicules de ghini devrait arriver fin 2014.
Motor Cars, aujourd'hui détenu par le luxe n'investissent pas uniquement dans

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 45


DÉCRYPTAGE

Innovation,
Développement...
Les stratégies gagnantes
des entreprises

Industrie, PME... quels que soient leur taille ou leur


secteur d’activité, certaines ont su saisir toutes les
opportunités qui se présentaient et déployer la bonne
stratégie pour booster leur chiffre d’affaires, créer de
la richesse et de l’emploi.
Innovation, anticipation, développement... les pistes à
suivre sont nombreuses. Tour d’horizon.

46 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

HPS
La solution monétique
PowerFULL Mohamed Horani, PDG d'HPS. "Miser sur la recherche
et développement, savoir s'entourer de cerveaux et
Ph. DR

innover"

ourquoi se spécialiser dans une mentir les préjugés sur le Maroc. Le Qui visite les locaux situés au Techno-
phase du processus monétique Royaume ne se contente pas de sous- park de Casablanca vous dira qu'il y
quand on peut intégrer toute la traiter et d'exporter des oranges. Il a de la règne une atmosphère détendue d’en-
chaîne dans un logiciel ? C’est le pari ré- matière grise à revendre. Sa méthode : mi- treprises anglo-saxonne. "Chez HPS, il
volutionnaire qu'ont fait 4 amis ingé- ser sur la Recherche et Développement n’y a pas de hiérarchie, il n’y a que des
nieurs il y a 18 ans. Parmi eux, Mohamed (10% du CA), savoir s'entourer de cer- responsabilités. Les bureaux du top ma-
Horani. "C’était un choix stratégique veaux, innover. Une recette qui a permis nagement sont toujours ouverts à leurs
pour nous distinguer de nos concur- au groupe de pénétrer de nombreux collaborateurs. L’efficacité prime sur
rents dont l’offre n’était que partielle. marchés. Une douzaine de banques is- toutes autres considérations".
Nos clients peuvent opter pour un mo- lamiques, Carta Solutions au Canada, La crise, Mohamed Horani n’a pas l’air
dule à un moment donné et nous leur Fullerton Holding à Singapour. American d’y avoir goûté. Les conséquences de
garantissons la possibilité de rajouter Express MENA et le Crédit Agricole en la mauvaise conjoncture mondiale ont
tout autre module qui pourrait les inté- France font également de la longue liste été minimisées "grâce à la diversifica-
resser dans le futur", explique l’actuel de 300 clients. L'entreprise prévoit d’ou- tion géographique et à notre base de
président directeur général. HPS (High- vrir, dans les mois à venir, de nouveaux clients qui génère de plus en plus de re-

HPS figure dans le classement Gartner Froup parmi les 6 entreprises


de nouvelles technologies émergentes à plus fort potentiel de croissance
tech Payment Systems) signe rapide- bureaux en Amérique du Sud et en Asie- venus récurrents". L'entreprise a réalisé
ment ses premiers contrats: le Groupe- Pacifique. un chiffre d’affaires de 250 millions de
ment Populaire des Banques Marocaines Au Maroc, HPS détient plus de 60% du dirhams en 2011 dont 89 % à l’export.
(GPBM) lui fait confiance à peine un marché, dont le Centre Monétique In- Aujourd'hui, la solution HPS peut traiter
mois après la création de la start-up en terbancaire (CMI) et les trois opéra- jusqu'à 100 millions de cartes. Ce qui est
lui commandant une étude. Un an plus teurs Télécoms. La plus grande fierté largement suffisant pour les plus grandes
tard, la Société Générale Marocaine des de Mohamed Horani : "figurer dans le banques du monde. HPS a encore plus
Banques (SGMB) se jette à l’eau en classement Gartner Froup parmi les 6 d'une PowerCARD à jouer !
s’équipant de la solution PowerCARD. entreprises de nouvelles technologies
Aujourd’hui, HPS fournit des solutions émergentes à plus fort potentiel de Laureline SAVOYE
de paiement électronique multi canal croissance, HPS est la seule société afri-
à 70 pays et, d’une certaine façon, fait caine et arabe classée".

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 47


DÉCRYPTAGE

DARI COUSPATE
Le couscous
coté en Bourse
Ph. Bziouat
Mohamed Khalil, PDG de Dari Couspate. "L’intro-
duction en bourse a permis au groupe d’ouvrir une
seconde ligne de production, de gagner en crédibilité
et de tripler de volume en 7 ans".

n couscous aussi bon qu’à la "Sakssou al Belboula" provoque un véri- la hausse du prix des matières premières.
maison en vente industrielle... table engouement et est rapidement co- Pour cela, "nous avons modifié le mode
Quand Mohamed Khalil se pié. d’approvisionnement et mis en place des
lance en 1995, le pari n’est pas gagné En 2005, Mohamed Khalil accepte l'in- moyens d'optimiser la production en
d’avance. "Encore moins à Figuig d’où la troduction en bourse de son bébé, après
famille Khalil est originaire", explique avoir trouvé ça "grotesque et farfelu"
Hassan, son fils. "Chez nous, le couscous raconte Hassan Khalil. "Nous pensions
est une véritable institution". Mohamed que ces financiers en costume trois
Le groupe est présent dans
Khalil, porté par son expérience d’an- pièces, gominés, allaient nous rire au nez une quarantaine de pays.
cien directeur de la filiale mauritanienne ! Qu’allait-on faire du couscous dans
de Famo (spécialisée, elle aussi, dans le une salle de vente ? Mais le board nous 20 % de ses ventes se font à
couscous), estime à l’époque qu’il faut a accueilli sans préjugé". Aujourd'hui, la
surprendre le consommateur sur la qua- famille Khalil ne le regrette pas. "L’intro- l’export. La Chine et la
lité en misant sur la semoule de blé dur duction a permis d’ouvrir une seconde
et sur un emballage moderne : "le sachet ligne de production au sein de l’usine
Russie ont rejoint la liste
qui tient debout" est né. Les débuts sont et de gagner en crédibilité". La société
difficiles. Dari Couspate reconnaît avoir a triplé de volume en 7 ans. Dari n'a
dernièrement
pédalé dans la semoule avant de trouver d’ailleurs que très peu ressenti la crise
sa voie ! Pour pallier au manque de de- qui touche moins les produits de pre- évitant le gaspillage". Les projets ? Dari
mande intérieure, Dari Couspate pro- mière nécessité. Il a fallu toutefois gérer Couspate n’en manque pas : renforcer
pose ses produits à le marché local et relever un
l’international dès nouveau challenge en démocrati-
1998. Aujourd’hui, le Chiffre d'Affaires (Mdhs) sant la consommation des pâtes.
groupe est présent 431,9* "Les marocains mangent un kilo
dans une quaran- de pâtes par an et par habitant
taine de pays. 20 % 381,8* quand un italien en consomme
de ses ventes se font 360,2* 33 kilos". Dari Couspate s’est of-
295,21
à l’export. La Chine fert l’image de Choumicha pour
et la Russie ont re- 279 faire entrer les pâtes dans les
joint la liste derniè- 246,7 cuisines. Après avoir donné au
rement. En 2001, couscous ses lettres de noblesse,
* Prévisionnel
dans leurs usines de Hassan, son frère Amine et sa
Salé, les Khalil ont soeur Saida vont devoir conti-
une idée révolution- nuer à mettre la main à la pâte !
naire : lancer un
couscous à base de 2009 2010 2011 2012 2013 2014 L.S.
semoule d’orge. Le
Source : L'Economiste

48 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

M2M
La puissance de l’anticipation
plus importantes. La constitution de la d'outsourcing ou de concession", nous
holding RMK permet ainsi à ses fonda- explique Redouan Bayed. L'autre clé de
teurs de structurer l'actionnariat et de la réussite, selon lui, c'est aussi l'audace.
stimuler l'investissement dans de nou- "Nous avons toujours privilégié l'audace
Ph. Bziouat veaux champs d'exploration comme au sein de nos équipes. C'est notre côté
l'audiovisuel et l'environnement, secteur avant-gardiste. Certaines de nos innova-
Redouan Bayed, PDG de M2M Group : "Nous dans lequel la holding envisage de pro- tions peuvent, de prime abord, apparaître
avons toujours privilégié l'audace. C'est notre poser de nouvelles méthodes de ges- parfois précoces, mais le temps nous
côté avant-gardiste. Certaines de nos innovations
peuvent, de prime abord, apparaître parfois tion et de distribution de l'énergie. donne généralement raison", affirme-t-
précoces, mais le temps nous donne généralement Mais au-delà de cette stratégie de dé- il en dissimulant, à peine, la flamme de
raison" veloppement, les succès de M2M et de l'ingéniosité qui brille au fond de ses
sa holding s'appuient sur une philoso- yeux. Enfin, dans toute vision, aussi auda-
phie forte qui est toujours aujourd'hui cieuse soit-elle, il ne faut pas perdre de
a première mouture de M2M d'actualité au sein du groupe marocain. vue que ces solutions et ces projets doi-
est née début des années 90 vent satisfaire et répondre aux attentes
dans un contexte où l’on se de l'utilisateur final. " Nous avons aussi
projette déjà dans l'avenir et le dévelop-
pement futur des nouvelles technolo-
Les clés de la réussite : à cœur de faire en sorte que le Maroc
soit visible à l'échelle internationale dans
gies. Nourrie de sa propre ambition ré- Audace, engagement et les différents métiers que nous déve-
gionale et de la fédération d'un certain loppons. Cette dimension citoyenne est
nombre de compétences, M2M va alors maîtrise technologique aussi un élément fort de notre engage-
bénéficier d'un formidable coup du des- ment", précise-t-il enfin avec fierté.
tin. L’époque est en effet marquée par
l'effondrement du bloc soviétique de "Nous avons toujours eu cette philoso- Karim DRONET
l'ex-URSS et la naissance d'une multi- phie de ne proposer que des services
tude de nouveaux Etats en Europe de et des solutions que nous concevons et
l'Est. Ce bouleversement économico- E LA TRANSACTION
maîtrisons. Ainsi, dans le domaine de la
politique va constituer une extraordi- ÉLECTRONIQUE AU CINÉMA
carte à puce, nous intervenons sur les
naire opportunité de développement applications logées dans la carte elle- Lancée en 2008,Timlil, filiale de RMK holding,
pour la jeune société marocaine qui part même, nous concevons les applicatifs s'est déjà illustrée dans la production avec un
à l'assaut de ces nouveaux marchés des différents automates, nous interve- premier opus, le film "Zéro" de Noureddine
friands des technologies de la carte à nons aussi dans le système de pilotage Lakhmari, mais aussi par le rachat et le
puce. Très vite, M2M s'affirme comme de ces automates et la gestion des flux réaménagement des salles de cinéma
l'un des principaux acteurs en Europe de en provenance ou vers ces automates. marocaines. Au cours de l'été prochain, le
l'Est puis en Europe centrale.Aujourd'hui, Nous procédons à l'intégration de l'en- cinéma Liberté du centre-ville de Casablanca,
22 ans plus tard, le groupe, leader dans semble de ces solutions, évoluant dans devrait ainsi, tel le phœnix, renaître de ses
son domaine (transaction électronique différents environnements métiers (ban- cendres. D'autres salles verront également
et de la dématérialisation des flux), est le jour au rythme de dix par an. Dans ce
caires, e-gov, etc.), dans le système glo-
présent dans plus de 50 pays sur les cinq domaine aussi, M2M souhaite donner une
bal d'information des banques ou des
continents Pour accompagner son ex- dimension industrielle. "Le cinéma, c'est de
administrations. Nous assurons leur la Data dense et nous nous inscrivons une
pansion commerciale et son développe- évolution dans le temps. Nous pouvons nouvelle fois dans une logique de contenus
ment, M2M se restructure et se réorga- également aller jusqu'à l'exploitation de qui doit être gérée de manière professionnelle
nise par la filialisation de ses activités les ces systèmes dans des configurations et rationnelle", précise Rédouan Bayed. Timlif
a aussi lancé le programme TAMAM (Timlif
Arabic and Mediterranean Advanced Movies)
50 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 qui permettra la réalisation de 12 longs
métrages.
DÉCRYPTAGE

GEMADEC
Touhami Rabii, PDG de Gemadec, a fait de son
Ph. Bziouat
La révolution du
courrier hybride
groupe, dès 2006, l'un des leaders mondiaux dans son
secteur

emadec était à sa création en décroche le marché. Mais un an après dation des savoir-faire de l’entreprise et
1977 une société marocaine ce succès commercial, Ergo-IDP se dé- à l’orientation de ses ingénieurs vers la
spécialisée dans la fourniture fait de ce genre d’activités et Gemadec Recherche et Développement.
d’équipements pour les réseaux ban- en profite pour racheter toutes les K.D.
caires (compteuses de billets, afficheurs solutions danoises. En 2006, la société
de devises, etc.). Déjà à cette époque, devient ainsi l’un des premiers éditeurs
MPLICATION, RÉACTIVITÉ,
elle avait constitué un large partenariat mondiaux de solutions de courrier hy- INNOVATION
avec l’ensemble des banques marocaines. bride. Un succès qui ne s’est pas démen-
Très vite, Gemadec se lance dans l’archi- ti depuis et qui a permis à l’entreprise
vage sur microfilms des relevés de marocaine de conquérir de nouveaux Chez Gemadec, chaque ingénieur considère
comptes bancaires pour les institutions marchés à l’international en équipant aujourd’hui chaque projet comme étant le
financières. Cela constituait déjà un pre- notamment les postes algérienne, sé- sien. Tout le monde veut participer à cette
mier pas vers la dématérialisation. Dès négalaise, saoudienne, namibienne, ivoi- success story et en être un acteur. Pour
2003, elle développe alors son expertise rienne et tout récemment la poste du Touhami Rabii, les secrets de la réussite
dans le domaine de la GED, la gestion Congo Brazzaville. se résument en deux mots : réactivité et
électronique des données, et accom- Toujours dans le cadre de son exper- innovation. "Je le répète constamment à
pagne plusieurs banques dans ce secteur tise documentaire, Gemadec a aussi mes collaborateurs, nous devons être plus
grâce à sa connaissance du métier. En développé des solutions performantes rapides et plus réactifs que nos concurrents.
2006, suite à la décision de Bank Al-Ma- dans le domaine de la sécurité et de la Ces derniers, qui sont sans doute cent fois
ghrib de mettre en place la compensa- biométrie. Aujourd’hui, cette activité re- plus gros que nous, sont moins agiles et
tion électronique des chèques, l’expé- présente près de 30% des ressources moins flexibles. Nous privilégions la prise de
rience de Gemadec dans ce domaine va de l’entreprise et est couronnée par décision rapide, parfois même en moins de
s’imposer naturellement au réseau ban- de réels succès commerciaux dans plu-
24 heures, ce qui est totalement inimaginable
chez la plupart de nos concurrents. Ensuite,
caire national à travers notamment les sieurs pays africains où Gemadec a no-
j’essaye toujours d’inciter mes équipes à faire
chambres de compensation régionales. tamment procédé au développement de
preuve d’innovation. Les technologies que
Désormais, ce n’est plus le chèque, en solutions pour le recensement biomé- nous utilisons aujourd’hui n’ont rien à voir
tant que papier physique que s’échan- trique des populations. avec celles que nous avions il y a dix ans et
gent les banques, mais l’image, scannée Aujourd’hui, le chiffre d’affaires de Ge- dans dix ans ce sera la même chose. Nous
du chèque qui circule via des supports madec avoisine les 100 millions de di- devons constamment innover, faire preuve
électroniques et des échanges de Data. rhams et sur les cinq dernières années d’inventivité. Nous devons nous préparer
Aujourd’hui, 50% des banques maro- elle enregistre une croissance à deux maintenant à nos métiers de demain ! ".
caines sont équipées des solutions déve- chiffres. L’année 2013 s’annonce égale- Homme de management, Touhami Rabii
loppées par Gemadec. ment prometteuse après une année de souhaiterait, dans un avenir proche, pouvoir
En 2004, Barid Al Maghrib lance un appel ralentissement due à l’impact de la crise faire partager son expérience aux jeunes
d’offres international pour développer économique sur les pays de la région. créateurs d’entreprise, leur apporter son
son service de courrier hybride. Gema- Comme le précise M. Touhami Rabii, savoir-faire dans la gestion managériale
dec s’associe alors avec le n°1 mondial président directeur général de Gema- des projets et soutenir, pourquoi pas,
dans le secteur, le danois Ergo-IDP, et dec, l’heure est maintenant à la consoli- financièrement ces porteurs de projets.
Donner, c’est aussi recevoir en retour.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 51


DÉCRYPTAGE

RÊVE D’UN JOUR


chausse ses bottes de sept lieues.
nfant, entre l’atelier de ba- l’international. Cap vers l’Asie, le Japon,
Rêve d’un Jour décide de
bouches de son grand-père et la Chine, la Corée du Sud, "des clients
la fabrique de chaussures de qui apprécient les produits qui ont une
tenter l’aventure à l’inter-
son père, Azzedine Berrada nourrit un histoire, un patrimoine", explique Amine national. Cap vers l’Asie,
rêve. Un jour, il aura sa propre marque Berrada, le fils et responsable Marketing
de souliers. Des années plus tard, cet et Communication de la société, formé le Japon, la Chine, la
homme passionné s’étonne encore de dans la prestigieuse école de mode Ma-
l’ampleur de l’empire qu’il a créé avec rangoni de Milan. Au Japon, les chaus- Corée du Sud
ses enfants, Amine et Abdallah. Au début sures de Sidi Maârouf sont vendues dans
des années 80, SONIC, la Société Nou- les grands magasins. La marque a ses bien gérée en misant sur l’innovation,
velle de l'Industrie des Chaussures, part propres agents, fait des salons et monte aujourd’hui, on fait du luxe accessible :
à la conquête de l’Europe. Elle signe des un show-room pendant la fashion week. des chaussures de qualité à un prix bien
contrats à la pelle avec des plus abordable que les chaussures euro-
marques de luxe et devient le péennes dont nous nous
sous-traitant du haut de inspirons". Aujourd’hui,
gamme : Manolese, La Marti- Sonic qui produit plus de
na, Moschino, Carven, Bexley 300 000 paires de chaus-
et bien d’autres encore lui sures par an et emploie
font confiance. 350 personnes, espère
L’affaire marche, mais Azze- rester indépendante.
dine Berrada sait déjà que, "Nous préférons éviter
pour prospérer, il doit créer sa le plus longtemps pos-
propre enseigne. Il s’adresse sible de faire appel aux
alors aux maîtres du soulier, fonds d’investissement,
les italiens, et fait appel à des la société doit rester fa-
bureaux de style de la botte miliale", insiste Amine.
Ph. Bziouat

qui lui dessinent des modèles En 2012, l'entreprise a


modernes. Il investit dans des réalisé un chiffre d’af-
techniques de pointe : logi- faires de 80 millions de
ciels, appareils de découpes Grâce à l'énergie des "hommes" Berrada (Azzedine Berrada entouré dirhams. La famille Ber-
de ses fils, Amine et Abdallah), Rêve d’un Jour a réalisé un chiffre rada est confiante pour
automatiques coûteux qu’il d’affaires de 80 millions de dirhams et anticipe sur une hausse de
installe dans les locaux de 20% pour 2013. 2013. "Nous anticipons
Sidi Maârouf. Rêve d’un Jour une hausse de 20 % du
naît en 2002 et ne cessera chiffre d’affaires". Elle
jamais de se renouveler. Ses techniciens Et la crise dans tout ça ? "La crise a été espère à terme céder son activité de
sont envoyés régulièrement se former une opportunité pour nous. Elle nous a sous-traitance pour se consacrer exclu-
dans les usines italiennes de Chanel et secoué et nous a obligé à développer sivement à ces paires "made in Kingdom
Louboutin. "Le monde de la chaussure de nouveaux marchés et à renforcer of Morocco" et pourquoi pas ouvrir des
est sans cesse en mouvement mais aussi notre positionnement sur le haut de magasins de la marque à l’étranger... La
exigeant, explique Azzedine Berrada, sur- gamme moins sensible aux fluctuations passion et des milliers de projets ani-
tout la chaussure pour femme dont les de la conjoncture". Une stratégie qui a ment les hommes Berrada. Le père tou-
techniques sont complexes". Puis, Rêve permis d’atténuer les effets de la baisse jours à la tête, ses fils sur ses talons.
d’un Jour décide de tenter l’aventure à des commandes. "La crise, nous l’avons L.S.

52 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


Ph. DR
DÉCRYPTAGE

AÏCHA
ne met pas tous ses fruits Pour Mardochée Devico, président des
Conserves de Meknès, la priorité est de

dans le même panier...


travailler en amont en soutenant les filières
agricoles, pour assurer la pérennité des
approvisionnements.

ui aurait cru que cette petite fille "Morocco Awards" catégorie Industrie teindre notre objectif en termes de pé-
aux nattes deviendrait une si qui récompense la qualité de ses pro- nétration du marché dans deux ans",
grande dame... Aïcha est désor- duits et son engagement industriel. projette le PDG. En attendant, le groupe
mais la marque de confiture incontour- L'offre de la conserverie n’a cessé de se prospecte de nouveaux marchés : la
nable des Marocains. En 1929, quand diversifier au cours des décennies. Aïcha Chine, le Brésil et les pays d'Europe de
Paul Cibut la met au monde, la petite est même devenue une jeune fille sou- l'Est. Si les Marocains sont tellement at-
conserverie de Meknès se contente de cieuse de sa ligne. Sur la dizaine de confi- tachés à Aïcha, c’est aussi parce que la
commercialiser, entièrement à l'exporta- tures, trois sont des produits lights. La poupée tressée accompagne petits et
tion, des truffes blanches, des fruits au gamme s'est ouverte aux huiles et aux grands depuis trois décennies. Née en
sirop et des légumes en conserve. En concentrés de tomates. La tomate est 1976 sous la plume de Goscinny et Ude-
1962, la société prend un nouveau tour- d'ailleurs sa plus grosse production. Plus rzo, les dessinateurs d’Astérix, elle est
nant. La famille Devico rachète l’entre- de 3000 tonnes peuvent être concassées entrée dans l’inconscient collectif en se
prise et décide de se lancer, dans les an- chaque jour contre 150 tonnes de confi- faisant connaître avec l’émission télévi-
nées 70, à la conquête du marché local. sée quotidienne "Bonsoir les enfants".
La confiture d’abricot fait office de pre- Puis, cette icône populaire a renforcé sa
mière arme d’attaque. Et le pari réussit.
Aujourd’hui, c’est le produit phare qui
L’appui à l’agricul- notoriété en apparaissant dans les publi-
cités de la marque. On se rappelle tous
représente 85% de la production de ture est l’arme anti- de la jeune fille intimidée par la vedette
confiture au Maroc. En 1977, Aïcha à la du raï, Khaled, dans un spot publicitaire
fraise fait son apparition. A l’époque, ce crise des Conserves de en 1997. Les Conserves de Meknès ont
fruit est très peu cultivé. A peine 30 ha, d'autres atouts dans leur sac côté com-
contre 3000 ha aujourd’hui. L’appui à Meknès munication (7 % de son chiffre d’affaires
l’agriculture, c’est d’ailleurs l’arme anti- lui est consacré). En 1997, Aïcha déve-
crise des Conserves de Meknès. "Tra- loppe le partenariat qui fera parler d'elle
vailler en amont en soutenant les filières tures produites quotidiennement. L'en- dans les médias du monde entier : le Ral-
agricoles, c’est notre priorité pour assu- treprise est leader national des ventes lye Aïcha des Gazelles, une course 100 %
rer la pérennité de nos approvisionne- de confitures et de concentrés de to- féminine qui reçoit chaque année des
ments. Par exemple, c’est grâce à notre mate et 1er producteur mondial de équipes de tous les continents pour dé-
entreprise que la fraise a connu son es- câpres. La marque poursuit sa stratégie couvrir les richesses naturelles du Ma-
sor au Maroc", raconte Mardochée De- de diversification en mettant sur le mar- roc. 300 gazelles sont attendues au dé-
vico, président directeur général des ché des produits 100% marocains : ci- part, le 16 mars prochain, à Paris. En
Conserves de Meknès. Depuis quelques trons beldis, piments pili pili et des 2003, les parents d'Aïcha la trouvent as-
années, la société investit dans la culture sauces pour tajine, "des produits que sez mûre pour la faire entrer à la Bourse
de l’olivier, à toutes les étapes de la pro- nous espérons promouvoir à l’interna- de Casablanca. Le projet est reporté
duction. "Nous produisons les plants, les tional", ajoute Mardochée Devico. Aïcha mais reste dans l’esprit des dirigeants.
olives et nous sommes les premiers au est présente en Europe, au Canada, aux Car l'entreprise est solide, 400 millions
Maroc à avoir investi dans des équipe- Emirats Arabes Unis et aux Etats-Unis. de dirhams de chiffre d'affaires en 2012.
ments de trituration et dans des appa- Elle rencontre l'oncle Sam en 2010. La stratégie du patriarche, Mardochée
reils travaillant les sous-produits, comme Cette jeune femme séduit le marché Devico, aura porté ses fruits.
les noyaux, les pulpes, les grignons et les américain grâce au goût authentique de L.S.
margines". En 2009, la marque gagne le ses huiles d’olive. "Nous pensons at-

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 53


Marché de l'Art
Entre passion & spéculation
A petits pas, le marché de l'art fut...
Aujourd'hui, il y a indéniablement un marché
de l’art au Maroc. Un marché tout récent ?
Pas sûr, ou du moins ça se discute. Un marché
branché sur l’étranger ? Pas assez ! Mais
en tout cas un marché qui se structure et qui
suscite un véritable engouement.

Ph. AFP
DÉCRYPTAGE

l y a sans doute toujours eu un est le plus puissant des moteurs de pro- et puis Eldon&Choukri, la découvreuse
marché de l’art, si on dit que grès ? Il avait bien raison! de meubles rares, qui furent la première
vendre une œuvre est déjà un Et nous voilà dans le marché : en moins spécialité de la famille. On leur doit que
marché. Mais pour trouver des struc- de dix ans, près d’une centaine de gale- le marché de l’art existe, avec des prix
tures organisées, comme les galeries et ries voient le jour, pour la plupart là où publics, des catalogues et l’apparition des
les salles de ventes aux enchères, des il y a une clientèle fortunée, c’est-à-dire expertises. Ce n’est pas négligeable, bien
acheteurs institutions, et des collection- Casablanca et Marrakech. Elles produi- au contraire. Mais on ne le dit pas assez.
neurs privés, alors oui, c’est assez récent. sent des catalogues, le premier des ou- Les grandes maisons étrangères sont là
Une dizaine d’années, grosso modo. En tils pour trier le vrai du faux. L’arrivée aussi, mais leurs ventes sont réservées.
fait, il n’y a rien de bien nouveau sous le des maisons d’enchères est un pas de Elles sont des têtes chercheuses qui ont
soleil marocain, qu’on n’ait pas déjà vu plus dans la sophistication, puisqu’elles besoin de discrétion pour faire le lien
ailleurs.
D’abord des artistes, plus dilettantes
que professionnels, auxquels se mêlent E MARCHÉ DE L’ART, C’EST COMBIEN ?
des artistes étrangers résidents qu’un
particularisme attire.
Au Maroc, c’est la lumière d’abord, en- Bien malin celui qui osera donner un chiffre. Les galeries et les maisons d’enchères
suite des scènes pittoresques, comme sont globalement transparentes, les secondes sans doute plus que les premières,
les souks, les douars ou les oasis, sachant mais il n’y pas encore de chambre syndicale qui pourrait tenir les comptes en même
que les grands romantiques européens temps que prendre la défense du marché face aux autorités publiques.
avaient ouvert la voie, un siècle plus tôt. Ces dernières ne voient pas l’utilité d’engager leur crédit pour faire modifier des
Parallèlement, le trait local se précise, textes qui gèlent le marché sans le protéger. Une idée à bien été lancée, dans un
se donne une identité à nulle autre pa- cadre inattendu, celui des relations d’affaires franco-marocaines. Elle a été reprise au
reille. Une école naît, avec ses maîtres vol par le célèbre artiste et homme d’influence, Mehdi Qotbi, responsable depuis un
et ses détracteurs. Un microcosme pétri peu plus d’un an de la Fondation des Musées du Maroc.
de haines vigilantes et de jalousies bien Même si le marché s’est organisé autour des acteurs cités ci-contre, qui peut
trempées : les artistes sont des sensibles dire si l’essentiel des œuvres passent par eux ou bien si elles changent de mains
avec la peau fragile et le verbe dur. On directement, dans les ateliers, au grès des visites d’amitié et des commandes? Cent
ne s’enrichit pas. Au contraire, certains millions de DH, c’est trop peu. Beaucoup trop peu. Un milliard ? C’est certainement
géants sont morts de misère : personne trop.
n’avait vu qu’ils étaient si grands.
Ce n’est pas de leur faute : le marché, le Alors combien ?
vrai, n’existe pas encore, qui diffuserait
les informations et multiplierait les op-
portunités. Les acheteurs ne sont pas si
nombreux, juste une poignée de passion- seules sont capables de donner un prix entre l’intérieur et l’extérieur.
nés esthètes. Puis, parmi eux, naissent visible et connu de tous, un prix qui fera Des revues accompagnent la génération
des faiseurs de collections. Par chance, référence. Les quatre les plus célèbres des galeries et des maisons d’enchères.
quelques-uns furent banquiers et grands resteront la CMOOA, la Compagnie Pour ces publications, la vie est dure, car
leur marché à elles reste dans le mécé-
nat. Il n’arrive pas à faire des galeries,
Certains géants sont morts de misère : encore trop petites, de vrais clients. En
revanche, après avoir peiné pendant des dé-
personne n’avait vu qu’ils étaient si grands cennies, après s’être expatrié pour vivre,
voilà l’ouvrage d’art de retour : des im-
primeurs fous d’art risquent leurs sous...
patrons : les moyens changent d’échelle, marocaine des œuvres et objets d’art Les mécènes les aident. Les mêmes ou
l’achat fait appel à des professionnels qui qui faillit mourir en donnant le jour à leurs pareils qui avaient aidé les peintres,
affinent, éduquent le goût collectif. Marrakech Art Fair, la sage Mémoarts, honteux de les avoir oubliés avant.
Deuxième coup de chance, le Maroc des sage peut-être parce qu’elle fut fondée
élites est un "Village gaulois". On ne s’y par Saaidi, un célèbre expert-comptable ; Nadia SALAH
bat pas à coup de poissons, juste à coup MarAuction, qui n’a pas son pareil pour
de collections. Qui a dit que la jalousie dénicher des objets les plus inattendus

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 55


DÉCRYPTAGE

LES RECORDS
En deuxième position : Un Jacques Majorelle pour 4,2 millions de
DH, toujours chez CMOOA. "Crépuscule à Moulay Douren" en dé-
cembre 2009 bat les records des Majorelle, un peintre embléma-
tique du Maroc. Les enchères sont montées très haut, alors que
l’œuvre n’est pas très typique de Majorelle. A signaler pour la petite
histoire qu’on trouve encore pour pas très cher des meubles signés
d’un autre Majorelle, son père.

Après une bataille d’enchères historique, en décembre 2009, "Le


sultan et son escorte" d’Henri Rousseau (1928) s’est vendu à
4, 4 millions de DH, ce qui en fait la toile la plus chère du Maroc. Il
s’est dit que c’était le Souverain lui-même qui avait acquis l’œuvre.
Une histoire est même née : l’acquisition royale aurait eu pour but
d’éviter que l’œuvre quitte le Maroc. La CMOOA a démenti officieu-
sement, sans préciser qui était le véritable acquéreur.

En troisième position, un autre Majorelle, toujours une vente de la


CMOOA. En juin 2008, "Les Beautés Noires de Marrakech" attein-
gnent 3,7 millions de DH. Le tableau appartient à une série de nus
pas très connue, mais très courue des spécialistes et qui vient très
rarement en salle des ventes.

A noter que certains Cherkaoui et Gharbaoui, les


deux peintres devenus des classiques reconnus du
Maroc, franchissent régulièrement la barre du million
de DH pour des oeuvres soignées.

56 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

Services PREMIUM
pour
Hauts Revenus
Une nouvelle
niche ?
Ils ont réussi professionnellement, sont à
la tête d'un important patrimoine et veu-
lent vivre plus rapidement que le com-
mun des mortels. Rien que pour eux, de
nouvelles activités jusqu’à lors apanages
des VIP ont émergé au service des Hauts
revenus. Agences spécialisées, aviation
privée... De nouveaux secteurs niches au
Ph. Fot.

Maroc.

epuis quelques années le mar- pompier en urgence, obtenir un visa, une explique Myriam Faissal, directrice géné-
ché s’organise. L'entreprise place de concert, organiser un dîner au rale de John Paul Maroc. Les clefs du
John Paul, leader de la pied levé, acheter un cadeau à la femme succès : être disponible 24h/24, 7j/7, dé-
conciergerie privée en France a ouvert il d’un membre ou organiser un voyage busquer la meilleure prestation, négo-
y a un an une filiale au Maroc. Yacine est aux Baléares en un rien de temps. Les cier les meilleurs tarifs...
devenu "concierge de luxe" après des membres de John Paul Maroc : "Des John Paul est présent dans le monde
études à l'Ecole Hôtelière de Glion à chefs d'entreprises, des hauts cadres dé- entier, chaque filiale communique via un
Genève. Aujourd'hui, il sait trouver un bordés et des clients VIP d’entreprises", serveur informatique : le moindre détail

58 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


DÉCRYPTAGE

et 100 000 dirhams", explique le patron


de Medi Business Jet. A bord, ces clients
privilégiés ont le droit à un service VIP :
repas grand traiteur et champagne.

IMMOBILIER DE TRÈS HAUT


STANDING
Enfin, les gens aisés ne sont pas logés
à la même enseigne que le quidam. Ni-
colas Dandres en connaît un rayon. Il
est propriétaire de l’agence Via Pres-
tige Casablanca spécialisée dans le haut
standing. Selon lui, "L’offre existe avec de
très beaux produits neufs sur le mar-
ché, tant en résidence appartements
que résidence villas ; Anafee, les Jardins
Ph. Fot. de l’Océan, Mazagan Beach Resort...)
qui se vendent rapidement avec des ta-
sur la vie des membres est gardé en mé- nos membres nous a demandé de faire rifs allant de 9 à 12 millions de dirhams.
moire. "Si un client commande un taxi et venir des pingouins. Il a fallu solliciter Des produits hauts de gamme destinés à
qu’on a connaissance, grâce à la base de l’autorisation de la préfecture, celle de la une clientèle nationale à l’exception de
données qu’il a un enfant, on peut faire Société de Protection des Animaux, de- Mazagan qui attire aussi une clientèle in-
rajouter un siège auto. Notre rôle, c’est mander une présence des pompiers et ternationale. La difficulté est plus sur le
de savoir anticiper les besoins et les en- mettre de la glace sur le sol", raconte marché de la "revente", qui présente peu
vies de nos membres", ajoute Myriam Myriam Faissal. d’offres répondant aux désidératas des
Faissal. L’entreprise compte aujourd’hui acquéreurs".
500 membres marocains, la plupart L’AVIATION PRIVÉE, UNE Un constat corroboré par Maria Sebti.
abonnés. L’abonnement coûte 1000 di- NICHE DE CROISSANCE Elle travaille depuis 20 ans dans l'im-
rhams par mois pour un service du lundi Disponibles, doivent aussi l'être les so- mobilier très haut standing, particuliè-
au vendredi et 1500 dirhams par mois ciétés d'aviation privée. Six entreprises rement à Casablanca et depuis 11 ans,
pour des clients nécessitant une atten- marocaines gèrent ce secteur à forte comme agent indépendant. "Certaines
tion 7 jours sur 7. Où qu’ils aillent, les croissance. Mehdi El Idrissi est le patron personnes préfèrent acheter un terrain
membres John Paul ont accès au même de l'une d'entre elles. Ses clients sont et raser la maison pour en reconstruire
standing de service. "Une cliente voya- essentiellement des employés de minis- une plus à leur goût, en y apportant
geant en Chine s’est retrouvée en panne tères, des chefs d’entreprises voyageant leur signature", explique cet agent bien
dans la campagne. Personne ne parlait pour le business ou en famille. Toujours connue du milieu. Maria Sebti vend en
anglais autour d’elle. Nous lui avons en- en course contre la montre, un conseil moyenne quatre produits de 30 millions
voyé une voiture en urgence". La société, d’administration à Casablanca, une réu- de dirhams par an " auxquels mes clients
qui souffle sa première bougie, s’est aussi nion à Paris, ils n’ont pas le temps de rajoutent 10 millions de dirhams pour la
lancée dans l’événementiel. Elle organise s’embarrasser des procédures à l’aéro- construction et l'aménagement de leur
maison". Ses clients sont des chefs d'en-
Des produits hauts de gamme destinés à une treprises, "la quarantaine qui ont bien
réussi". Ils cherchent des terrains de
clientèle nationale à l’exception de Mazagan qui 1000 m2, en priorité dans les quartiers
Val d'Anfa,Villa Longchamp et CIL.
attire aussi une clientèle internationale Comme tous les professionnels qui gra-
vitent dans ce monde, Maria Sebti et
Nicolas Dandres cherchent, avant tout,
des soirées privées. "Pour le réveillon, port et de s’adapter aux horaires des à faire gagner du temps à leurs clients.
nous avons organisé une soirée "Alice au vols commerciaux. Un trajet aller-retour Leur sélection de biens immobiliers doit
Pays des merveilles" et l’année dernière entre Paris et Casablanca est facturé 240 être fine, car le temps VIP a un prix et
à l’occasion d’un événement parisien 000 dirhams. "Pour un vol sur le terri- certains sont prêts à le mettre.
sur le thème du Black and White, un de toire national, le tarif varie entre 70 000 Laureline SAVOYE

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 59


ARGENT

LES MEILLEURS
PLACEMENTS 2013
n 2012, les opportunités de ga-
gner de l’argent étaient une Où placer votre argent? Quelles sont les
nouvelle fois hors de la Bourse.
Le marché a terminé sur une baisse de
plus de 15%. C’est sa quatrième contre-
options, entre livrets, épargne retraite, actions,
performance en cinq ans. Mais, comme
le dit l’adage, il faut acheter quand les
obligations... susceptibles de vous garantir
prix sont bas. La chute du marché rend
plusieurs actions plus attractives. Cela
sécurité, rentabilité et une fiscalité avantageuse.
étant, les spécialistes conseillent de se
positionner sur les valeurs à fort rende-
Gagner de l’argent en 2013 est encore possible.
ment et les grosses capitalisations. Sur le
marché obligataire, l’appétit du Trésor Démonstration...
qui a poussé les taux vers le haut devrait
une nouvelle fois faire le bonheur des
nouveaux investisseurs, à condition de positionner sur les valeurs de rende- cours. Le rendement moyen du marché
rester jusqu’à l’échéance. La montée des ment. Cette stratégie devrait permettre en 2012 est estimé à 4,2%. Les télécoms
taux obligataires est également favorable d’atténuer une éventuelle baisse des (8,51%), les entreprises de BTP et ma-
aux placements classiques de type
compte sur carnet. La rémunération
nette pour les six premiers mois de l’an- Source : BKB
née est de 2,29% contre 2,13% le se-
mestre précédent. 4,3% 4,3%
4,3%
ACTIONS
"Acheter au son du canon et vendre au
4,2% 4,2% 4,2%
son du clairon". Les investisseurs pour- 4,2%
raient dénicher quelques opportunités 4,2%
sur le marché actions cette année en 4,1% 4,1% 4,1%
se fiant à ce vieil adage qui voudrait que
3,9%
l’on achète quand les prix sont bas et
de vendre quand ils remontent. Après la
baisse du marché en 2012, la quatrième RENDEMENT DU
sur les cinq dernières années, plusieurs MARCHÉ ACTIONS
actions sont jugées attractives. C’est le
cas d’Addoha, Alliances, CMT, SMI ou en- 3,7%
core Attijariwafa bank.
Mais, compte tenu des incertitudes au-
tour de la reprise, il est conseillé de se 12/11 01/12 02/12 03/12 04/12 05/12 06/12 07/12 08/12 09/12 10/12 11/12 12/21

60 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ARGENT

tériaux de construction (6%) ou encore conditions d’octroi de crédit ont favo- ressant aujourd’hui avec la montée des
les distributeurs (5%) devraient offrir risé la hausse des taux sur le marché de taux obligataires. La rémunération nette
des rendements nettement meilleurs la dette privée. en vigueur pour le 1er semestre 2013
par rapport à 2012. En outre, il faudrait est de 2,29% après 2,13% le semestre
également privilégier les grosses capita- CERTIFICATS DE DÉPÔTS précédent. La rémunération est ajustée
lisations. Les particuliers ont investi près de 6 mil- deux fois par an sur la base des bons
Au-delà du comportement des actions, il liards de DH en certificats de dépôts en du Trésor à 52 semaines diminuée de 50
faudra tenir compte de la fiscalité qui a 2012 après 1,3 milliard de DH en 2011 points de base. Le taux obtenu est sou-
été durcie dernièrement. Les dividendes et moins de 500 millions de DH en 2010. mis à un IR de 30%. Les intérêts sont
sont dorénavant taxées à 15% contre La morosité de la Bourse a suscité un servis trimestriellement directement
10% précédemment. L’une des options rush vers cet actif l’année dernière. Les sur le compte. Les versements dans les
pour neutraliser les taxes est d’ouvrir rendements sur les maturités inférieures comptes sur carnet sont plafonnés à
un plan épargne actions (PEA). Les gains ou égales à 1 an ont varié de 3,71 à 4,1%. 400.000 DH.
sont exonérés au bout de 5 ans de dé- Les rémunérations fixes pour les matu-
tention du plan. Les versements dans le rités inférieures ou égales à 1 an, peu- COMPTE SUR LIVRET
PEA sont plafonnés à 600.000 DH. vent être fixes ou variables pour toute Le compte sur livret géré par Al Barid
autre maturité. L’échéance d’un certifi- Bank présente les mêmes caractéris-
OBLIGATIONS D’ETAT cat de dépôt ne peut pas dépasser 7 ans. tiques que le compte sur carnet, à savoir
L’appétit du Trésor sur le marché obli- Globalement sur un horizon de place- la disponibilité des fonds, la gratuité des
gataire a propulsé les taux vers des ni- ment de 3 ans, les certificats de dépôts opérations ou encore le plafonnement
veaux historiques en 2012. Cela pour- devraient rapporter environ 5%. des versements à 400.000 DH. Mais
rait se répéter cette année. C’est une contrairement au compte sur carnet, sa
aubaine pour les nouveaux investisseurs, COMPTE SUR CARNET rémunération n’est pas soumise à l’im-
à condition de rester jusqu’à l’échéance Pour placer son épargne sans risque, rien pôt. Quoiqu’au second semestre 2012,
selon les professionnels. "Les rende- de mieux que ce bas de laine très prisé le rendement du compte sur livret était
ments actuels sont inté-
ressants pour les investis-
seurs qui comptent placer
leur argent sur 10 ans au TAUX D'INTERET - TAUX CRÉDITEURS COMPTE SUR CARNET
moins. En revanche, il y a ET COMPTES SUR LIVRET
un risque pour ceux qui
envisagent de sortir en mi-
lieu de période en raison
de l’incertitude sur l’évo- 1er semestre 2ème semestre 1er semestre
Taux créditeurs (%)
lution des taux", avance un 2012 2012 2013
analyste. Cela dit, un pla-
Comptes sur carnet (taux
cement sur un horizon de 2,97 3,04 3,28
3 ans pourrait rapporter minimum brut)
autour de 4,60%. ComptesCaisse
sur livret auprès
d'épargne de la
national
Pour les anciens investis- 1,85
1,85 1,88
1,88 - -
Caisse d'épargne
Comptes sur nationale
livrets auprès de la
seurs il faudra être pru-
minimum)
dent mais aussi réactif 2,97 3,04 3,28
Comptes sur carnets (taux
pour saisir les opportu- Source : BAM
nités. C’est la règle,quand
les taux montent, les an-
ciennes obligations per-
dent de leur valeur. des Marocains. Plus de 111 milliards de similaire à celui du compte sur carnet,
DH sont placés dans les comptes sur soit 2,13%. Sa rémunération est indexée
OBLIGATIONS PRIVÉES carnet. Les dépôts sont à vue, ce qui sur les valeurs du Trésor à 5 ans au
Comme les obligations d’Etats, celles rend le compte très liquide. L’épargnant cours du dernier semestre précédent,
émises par les entreprises offrent des peut opter pour des versements régu- diminuée de 200 points de base. Cepen-
rendements intéressants. Le resserre- liers et au rythme de son choix. Surtout, dant, les comptes sur carnet ouverts à
ment des liquidités bancaires et des ce placement offre un rendement inté- Al Barid Bank sont soumis à la même

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 61


ARGENT

fiscalité qu’au niveau des autres banques. d’effectuer des versements supplémen- peut perdre les avantages fiscaux.
taires. Ce placement rapporte autour de Une fois à la retraite, l’épargnant peut
EPARGNE RETRAITE 4%. Mais, le niveau de la rémunération choisir de percevoir le capital consti-
Les compagnies d’assurance ont déve- dépend surtout des performances des tué avec les intérêts où sous forme de
loppé des offres pour la retraite. Les investissements des compagnies. Les rente avec des versements étalés sur 5
caractéristiques des produits sont pra- plus-values réalisées sont exonérées ans jusqu’à 20 ans. Le mixage des deux
tiquement similaires d’une compagnie à de l’impôt sur le revenu à condition de formules est également possible.
l’autre. Les versements sont libres, mais détenir le plan pendant une durée mini- Frank FAGNON
un minimum est exigé par certains opé- mum de huit ans. En cas de rachat partiel
rateurs. L’épargnant a aussi la possibilité ou total du montant placé, l’épargnant

Recommandations
Il est recommandé d’investir sur des OPCVM
monétaires et obligataires court terme. Des actifs
qui devraient générer des rendements entre 3,25%
à 4% et qui offrent une fiscalité avantageuse

des taux et le repli du marché actions. que les OPCVM obligataires long terme
Pour des investisseurs très averses au (OPCVM LT) et OPCVM actions. Ceux-
risque, il est recommandé d’investir sur ci recèlent actuellement un important
les véhicules de placement de maturité potentiel d’appréciation. Les niveaux ac-
Amine Amor, président ASFIM courte que sont les OPCVM monétaires tuels de valorisation à la fois sur le mar-
et obligataires court terme. Ces catégo- ché actions et le marché taux sont très
ries d’actifs devraient générer des ren- attractifs pour les investisseurs ayant un
dements entre 3,25% à 4% cette année. horizon de placement à moyen et long
Ph. ARCH
De plus, ils offrent une fiscalité avanta- terme. Le marché actions est à son ni-
geuse par rapport aux autres produits veau en 2006 (valeur du MASI) pour un
En 2012, les OPCVM obligataires court de placement classiques. Le rendement niveau de valorisation (PE) avec lequel
terme (OPCVM OCT) se sont révélés des OPCVM monétaires et obligataires il n’avait pas renoué depuis 2004. Sur le
être les meilleurs placements en terme est taxé à 20% (prélèvement à la source) marché obligataire, il faut revenir aux an-
de performance. Ils ont enregistré une contre 30% pour les dépôts à terme et nées 2002 et 2003 pour retrouver des
hausse annuelle moyenne de 3,45% de- autres produits de taux (bons de caisse, niveaux de taux aussi attractifs. A titre
vant les OPCVM monétaires qui ont titres de créances négociables, compte d’exemple, le taux Bons du Trésor 10 ans
cru de 3,23%. 2013 a démarré sur une sur carnet…). se négocie actuellement au-delà des 5%,
conjoncture marché tout aussi ten- Toutefois, les OPCVM OCT et moné- un niveau que le marché n’a pas connu
due que l’année précédente, avec une taires restent des produits d’attente depuis 2003. Certes, les marchés restent
poursuite de la volatilité sur le marché qui ne rémunèrent pas autant l’épargne volatiles en ce début d’année, mais les

62 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ARGENT

espérances de rendement des OPCVM apparaître aucun signe de reprise à perspectives de croissance stables peut
obligataires se sont nettement amé- court terme. Le marché boursier semble devenir une cible d’investissement cette
liorées et le marché actions est à des avoir besoin d’un signal fort à même de année. De plus, la liquidité est un facteur
niveaux historiquement bas. La baisse le redynamiser. En attendant cette im- important à prendre en considération
anticipée de l’aversion au risque suite à pulsion, nous pensons qu’un retour aux dans le choix des actions. L’investisseur
l’amélioration annoncée de la conjonc- fondamentaux s’impose. Il faut privilégier doit être rassuré quant à la possibilité
ture économique va encourager le re- les valeurs offrant des perspectives de de trouver facilement une contrepartie
tour des investisseurs sur les OPCVM développement avérées. Pour ce faire, il pour liquider une position. Aujourd’hui,
LT et OPCVM actions. Il s’agit, dès lors, faut tout d’abord s’inscrire dans un ho- la morosité du marché actions semble
de sélectionner les meilleurs OPCVM rizon de placement moyen terme (sinon avoir eu un impact positif sur l’obliga-
obligataires et actions à même de capter la logique de rendement devient dénuée taire du fait du phénomène d’arbitrage.
le potentiel de leur marché respectif. de sens).Toute valeur présentant un ren-
Le contexte actuel du marché ne laisse dement de dividende intéressant ou des

Toute valeur présentant un


rendement de dividende intéressant
ou des perspectives de croissance
stables peut devenir une cible
d’investissement cette annéee
Ali Hachami, directeur division
analyses et recherches Upline
Ph. ARCH
Dans ce contexte, nous pensons qu’un
placement prudent consisterait à inves-
tir sur le court terme, fortement rému-
nérateur du fait de la hausse enregistrée LES VALEURS DE RENDEMENT POURRAIENT ÊTRE
au niveau des taux. De même, le moyen UN MEILLEUR COMPROMIS EN 2013 Rendement
terme (jusqu’à 5 ans) demeure intéres- 2012 2013
sant. La hausse des taux de cette matu- Secteurs
2,8% 2,7%
rité laisse entrevoir un potentiel de cor- Banques PER Rendement
Secteurs 5,5% 6%
rection à la baisse sur le moyen terme, 2012 2013 2012
2,9% 2013
BTP
2,9%
d’où l’opportunité d’investissement. Immobilier
Dans la même lignée que le marché Banques 17,6% 14,4% 2,8%
7,5% 2,7%
8,5%
Télécoms
obligataire, l’investissement en OPCVM BTP PER 14% 2,6% 3,5%
16,8% 5,5% 6%
Mines
devrait se faire sous le signe de la pru- 2012 2013 4,2% 4,3%
Immobilier & Boissons
Agro-alimentaire 17,1% 14,3% 2,9% 2,9%
dence. Les OPCVM monétaires et obli- 17,6% 14,4% 3,6% 5%
16,8%13,1% 11,6% 7,5% 8,5%
gataires court terme auraient la cote en Télécoms
Distribution
14%
2013 compte tenu du contexte actuel. Mines 17,1% 14,3% 22% 17,4% 2,6% 3,5%
Les premiers capitalisent sur leur liquidi-
té, tandis que les seconds s’appuient sur 13,1% 11,6%
Agro-alimentaire & Boissons 28% 20,5% 4,2% 4,3%
l’évolution favorable des taux, couplée à 22% 17,4%
Distribution 36,7% 13,6% 3,6% 5%
un risque moindre de dépréciation en 28% 20,5%
cas de retournement de la courbe des 36,7% 13,6%
taux. Source : Upline

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 63


ARGENT

Finances publiques,

ALERTE ROUGE !
Cette fois, les finances
de l’Etat sont bel et bien
entrées dans une zone
de fortes turbulences.
Le déficit budgétaire
qui culmine à 7,1% du
PIB en 2012, est plus
qu’un avertissement. A
ce rythme, le budget de
l’Etat court un risque de
crise cardiaque

Ph. DR
64 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013
ARGENT

’ heure est grave. Jamais depuis la masse salariale de la fonction publique sur deux de ses recettes ordinaires aux
plus de douze ans (voir infogra- n’a pas changé de tendance. Excepté salaires. Imaginez un instant une entre-
phie), même au plus fort de la la hausse "naturelle" due à la progres- prise qui consacrerait 50% de son chiffre
flambée des cours du baril du pétrole, sion mécanique dans l’échelle d’indices, d’affaires aux salaires.
nous n’avons été dans une telle situation on a assisté à une accélération (loi de La conséquence de cet emballement de
et l’écart entre les recettes et les dé- Wagner) de la hausse des dépenses du la dépense publique, il ne faut pas cher-
penses du Trésor atteint un tel niveau. personnel de l’Etat ces deux dernières cher plus loin. Soit l’Etat devra s’endet-
On se rapproche presque (tout douce- années. Selon les services du ministère ter pour couvrir ses engagements, soit il
ment) de ce qu’a été le tableau des fi- des Finances, l’augmentation structu- faudra passer par une augmentation des
nances publiques au début des années relle de la masse salariale a été de 10,9% impôts.
quatre-vingt lorsque le Maroc avait été entre 2011 et 2012. La facture du dia- Dans la première hypothèse, il dispose
contraint d’appliquer un sévère pro- logue social au titre de l’accord d’avril encore d’une petite marge de manœuvre,
gramme d’austérité, le fameux "Pro- 2011 et l’augmentation généralisée dé- la dette du Trésor s’établissant encore à
gramme d’ajustement structurel, PAS" cidée à la même date, au plus fort du 60% du PIB. Cette option est à double
prescrit par le Fonds monétaire interna- "Printemps arabe", de 600 dirhams, avec tranchant, le phénomène s’autoalimen-

Le chiffre de tous les dangers: Au 31 décembre 2012, le déficit des


charges et ressources du Trésor a atteint 62,2 milliards de dirhams
contre 40,5 milliards l’année précédente.
tional (FMI). Par rapport à ces "années effet rétroactif pèsent lourdement sur le tant. Une hausse de la dette publique
PAS", la seule différence aujourd’hui, Budget. Résultat, la totalité des recettes (Trésor + garanties accordées aux éta-
c’est la capacité de mobilisation de re- d’impôts directs soit, 77,2 milliards de blissements publics) implique immédia-
cettes fiscales bien plus importante que dirhams (IS, IR, taxe professionnelle et tement une augmentation des charges
jadis. taxe d’habitation), en gros, tout ce que financières et une nouvelle pression
Toujours est-il que, tous les experts collecte la Direction Générale des Im- sur les comptes de l’Etat. Cela signifie
conviennent de l’extrême urgence des pôts (DGI) ne suffit plus à assurer la aussi un appel toujours plus important
réformes structurelles de deux grands paie des agents de l’Etat. Cette dernière au marché, alors même que le système
postes budgétivores : la compensation et affecte actuellement près d’un dirham bancaire n’a pas encore digéré tout l’im-
les dépenses du personnel qui absorbent
respectivement 56 milliards, soit 6,8% du
PIB en 2012 et 96,3 milliards de dirhams.
Entre 2000 et 2012, la masse salariale
de l’Etat a plus que doublé. N’importe
quelle entreprise privée qui multiplierait
par deux sa masse salariale sans un subs-
tantiel changement de volume d’activité
Le FMI avait été à
et de création de valeur, plongerait dans l'origine du programme
des difficultés abyssales. d'austérité des années 80.
Ce qui confirme que les économies es- "Le PAS" prescrit pour
comptées de la grande opération de dé- redresser les finances,
parts volontaires en 2005/2006 n’étaient alors catastrophique, de
qu’un leurre. Pourtant à l’époque, le gou- l'état.
vernement avait justifié ce dégraissage
des effectifs de l’Etat par "la nécessité
de réduire la part de la richesse natio-
nale consacrée à la masse salariale". Sept
ans après ce qui restera comme le plus
grand plan social de l’histoire du Maroc, Ph. AFP

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 65


ARGENT

pact de la contraction des liquidités de


ces deux dernières années. Et en bout AIS LES RECETTES AUGMENTENT...
de chaîne, le risque d’un effet d’éviction La propension dépensière de l’Etat est sans doute à lier avec le comportement
des acteurs privés, rendant difficile le fi- des recettes fiscales au cours de ces dernières années. Malgré une certaine
nancement de l’investissement. contraction de l’activité économique et le recul des droits d’importation (à
L’éventualité d’une nouvelle hausse des cause de démantèlement tarifaire lié aux accords de libre-échange), les rentrées
impôts reste pour l’instant peu probable d’impôt n’ont pas beaucoup souffert. Selon le bilan du ministère des Finances,
après l’institution de la contribution so- les recettes fiscales se sont élevées à 174 milliards de dirhams en 2012, en
ciale de solidarité, de la modification de hausse de 6,4%, soit deux points au-dessus du taux de croissance du PIB. A
la fiscalité des plus-values mobilières (10 noter le bon rendement de la fiscalité domestique (+9%). A 43,2 milliards de
à 15%) et des terrains non bâtis dans la dirhams, les recettes de l’impôt sur les sociétés marquent une progression de
loi de Finances. Mais dans ce domaine, 9,7% grâce à un gros chèque de l’OCP de 5,7 milliards de dirhams ! Le produit
rien n’est jamais acquis. de l’impôt sur le revenu est aussi en forme avec une croissance de 9,6% par
rapport à 2011.Au total, l’IR aura rapporté 31,9 milliards de dirhams au Trésor.
Abashi SHAMAMBA

SOLDE BUDGÉTAIRE EN % DU PIB

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

-0,8% -2,6% -4,1% -3,1% -3,1% -4% -1,7% +0,5% +0,4% -2,2% -4,7% -6,2% -7,1%
2000, les 11 milliards de dirhams provenant de la cession de la deuxième licence de téléphonie mobile payée par le groupement
conduit par Telefonica avaient permis à l’Etat de contenir le trou de son budget. 2008 et 2009 avaient été aussi des exercices
exceptionnels grâce aux excédents dans les caisses du Trésor, une forte croissance du PIB et l’envolée des prix des actifs immobiliers.
La demande de spéculation, essentiellement étrangère, avait alors propulsé les prix vers les sommets et donc, les recettes de la taxe
sur les profits immobiliers.

DÉPENSES DE COMPENSATION EN % DU PIB

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
1,8% 1,7% 0,9% 1% 1,6% 2,1% 2,3% 2,7% 4,6% 1,8% 3,6% 6,1% 6,8%
D’ici la fin de la législature, soit en 2016, le gouvernement a promis au Fonds Monétaire International de ramener le poids des
subventions à 3% du PIB. Cela relèverait presque du miracle car la grande réforme annoncée de la politique de compensation ne
touche pas les piliers de ce système. Pourtant, la situation devient intenable pour les finances publiques : entre 2011 et 2012, les
charges de compensation ont littéralement explosé avec une hausse de 36,8% !

MASSE SALARIALE DE L’ETAT EN % DU PIB

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
10,8% 11,3% 10,9% 11,2% 11,2% 11,7% 10,9% 10,7% 10,2% 10,3% 10,3% 11% 11,01%
Malgré les engagements des différents gouvernements qui se sont succédé aux affaires pour contenir le poids de la masse salariale
de la Fonction publique, aucun ne s’est véritablement attaqué à ce dossier sensible politiquement. Au contraire, à chaque mouvement
de grève catégorielle des agents de l’Etat, on crée de nouvelles catégories d’indemnités. L’an dernier, les greffiers ont enchaîné des
débrayages poussant le gouvernement à revoir leur statut (sous-entendu, augmenter les salaires). Pour le budget, la dépense récurrente
est de 500 millions de dirhams. Source : Ministère des Finances

66 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


IMPÔTS,
La note sera SALÉE en 2013
LES MESURES QUI FÂCHENT
La loi de Finances 2013
a donné la mesure. De LE
S O CIA
N : LE S
TIO
la contribution sur la T R IBU ARITÉ ENT
D U
CONE SOLI TRINQ
solidarité à l’IS, en passant D
CAD
RE S

par la fiscalisation des QUI DOIT PAYER : sociétés, établissements pu-


blics, associations et autres organismes assimilés,
dividendes... Il est clair fonds, centres de coordination et autres personnes
morales passibles de l’IS qui réalisent un bénéfice
qu’en 2013, tout le monde net supérieur à 15 millions de dirhams, ainsi que les
personnes physiques titulaires de revenus profes-
va trinquer, même s’il reste sionnels, de revenus salariaux et assimilés et ceux
titulaires de revenus fonciers.
encore quelques niches POUR LES ENTREPRISES, la contribution est
de défiscalisation et des calculée pour les sociétés sur la base du bénéfice
net de l’exercice comptable et dont le montant est
leviers pour alléger la note. égal ou supérieur à 15.000.000 de DH selon ce ba-
rème :
Quelques carottes fiscales • de 15 à moins de 25 millions : 0,5%
• de 25 à moins de 50 millions : 1%
ont aussi été prévues dans • de 50 à moins de 100 millions : 1,5%
• de 100 millions et plus : 2%

le dispositif des "largesses" POUR LES PERSONNES PHYSIQUES, la


contribution sociale de solidarité est calculée sur
du Trésor pour adoucir la fraction du revenu net d’impôt de source maro-
caine supérieur ou égal à 360.000 dirhams et fixée
l’amertume des nouvelles comme suit :
• de 360.000 à 600.000 dirhams : 2%
mesures. • de 600.001 à 840.000 dirhams : 4%
• au-delà de 840.000 dirhams : 6%
Abashi SHAMANBA
ARGENT

IS
N BÂT T ION
O N
SN
BLE CHAN
G E
A L UAT LES
E U S EV MEUB ITAGE
IMM RÈGLE D’IM EN HÉ
R
LES U I S
ACQ
Pour les profits nets réalisés ou constatés à l’occasion de la cession d’im-
meubles urbains non bâtis ou de la cession de droits réels immobiliers La valeur figurant sur l’inventaire
portant sur de tels immeubles, la loi de Finances 2013 fixe le taux de l’IR après décès n’est plus automatique-
en fonction de la durée écoulée entre la date d’acquisition et celle de ment opposable à l’administration
cession, comme suit : fiscale.
• 20% libératoire, si cette durée est inférieure à 4 ans ;
• 25% libératoire, si cette durée est supérieure ou égale à 4 ans et Avant le 1er janvier 2013, le Code géné-
inférieure à 6 ans ral des impôts fixait le prix d’acquisition
• 30% libératoire, si cette durée est supérieure ou égale à 6 ans. à retenir en cas de cession d’immeubles
acquis par héritage comme suit : soit la
valeur vénale de l’immeuble inscrite sur
l’inventaire dressé par les héritiers dans les
LA
T SUR 12 mois suivant celui du décès du De cujus.
ME N
ION Soit, à défaut et sous réserve du droit de
H A NGE LISAT DES rectification par l’administration fiscale, la
C FISCA IDEN valeur vénale de l’immeuble au jour du dé-
DIV
DES cès du De cujus, qui est déclarée par le
contribuable.

La loi de Finances 2013 a relevé le taux de la retenue à la source, libéra- Ces dispositions changent substantielle-
toire de l’IR, applicable aux produits des actions, parts sociales et revenus ment. Le prix d’acquisition à considérer
assimilés de 10% à 15%. Ainsi, les produits des actions, parts sociales et est le prix d'acquisition par le De cujus à
revenus assimilés sont dorénavant soumis à une retenue à la source au titre onéreux du bien hérité par le cédant
taux de 15%, qu’ils soient servis à des personnes physiques résidentes ou augmenté des dépenses d’investissement
non au Maroc (sous réserve, pour les non-résidents, des dispositions des y compris les dépenses de restauration et
conventions fiscales de non double imposition conclues entre le Maroc et d’équipement, ou son prix de revient en
le pays de résidence du bénéficiaire). cas de sa construction par le De cujus. La
durée est calculée de date à date.
A défaut, la valeur vénale de l’immeuble au
moment de sa mutation par voie d'héritage
ou de donation au profit du De cujus qui
E
O I - MÊM : est déclarée par l'héritier cédant, et ce,
S S
NS ÀUCTIONRÉ
sous réserve du droit de rectification par
A I S O R R l’administration fiscale.
T
LIVR CONS TRE CA
E È
D H/M
60 D Ainsi, l’on peut conclure que l’héritage et la
donation ne sont pas, sur le plan fiscal, re-
connus entre deux générations, en ce sens
que le prix d’acquisition chez l’héritier cé-
Le montant de la contribution est fixé à 60 dirhams le mètre carré couvert dant est déterminé au niveau du De cujus
par unité de logement (logement indivisible ayant fait l’objet de délivrance et non pas au moment de la mutation par
d’une autorisation de construire). Ces dispositions sont applicables aux voie d’héritage ou de donation.
constructions pour lesquelles les permis d’habiter sont délivrés à comp-
ter du 1er janvier 2013.

68 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ARGENT

LES CAROTTES FISCALES ÉS


NIT ÉES,
E M
IND CALIS OPPING
ION IS H
C ITATISES DÉF OTRE S
EI N M ES V
G ROSS PE SOU FAIT
T
UNE R LES L’IS
P O U À L’INDEMNITÉ DE CAISSE : Le montant non soumis à cotisation
ne doit pas dépasser 150 dirhams par mois. Elle est accordée aux tra-
vailleurs qui manipulent des fonds et qui ont une responsabilité pécu-
La loi de Finances 2013 a institué une taxation réduite
niaire.
au taux de 10% pour les sociétés qui réalisent un bé-
néfice fiscal inférieur ou égal à 300.000 dirhams et ce
L’INDEMNITÉ DE REPRÉSENTATION : Afin qu’elle ne soit pas
au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier
soumise à cotisation par la CNSS, son montant ne doit pas dépasser
2013.
10% du salaire de base et ne peut être attribuée qu’aux fonctions de
La disposition n’est pas applicable aux entreprises rele-
PDG / DG / Directeur de Département ou Agent Commercial. Concer-
vant de l’IR qui restent soumises au barème progressif
nant sa déduction de l’IR, il n’y a en revanche aucune limite de montant
de l’IR. A préciser que les résultats réalisés au titre des
et aucune spécification sur les fonctions pouvant en bénéficier. L’inspec-
exercices ouverts antérieurement au 1er janvier 2013
teur des impôts juge au cas par cas et peut accepter la déductibilité de
bénéficient de la taxation réduite au taux de 15%.
l’indemnité de représentation, lors des contrôles, s’il trouve son mon-
NE tant raisonnable et son attribution au salarié justifiée.
’ E PARG
ND RIS E
PLA NTREP L’INDEMNITÉ DE TRANSPORT : Pour la CNSS, elle est applicable
E à partir d’un éloignement de 2 km du lieu de travail et d’une absence
de transport assuré par l’entreprise. Elle est limitée à 500 Dhs par mois
La loi de Finances 2013 exonère de l’IR sur revenus salariaux et pour le périmètre urbain et 750 Dhs en dehors du périmètre urbain de
assimilés, le montant de l'abondement versé dans le cadre d'un la ville. Au-delà de ces montants, elle est soumise à cotisation. Aucun
plan d'épargne entreprise par l'employeur à son salarié, dans la texte fiscal ne précise que cette compensation est déductible du salaire
limite de 10% du montant annuel du revenu salarial imposable. imposable. La direction des impôts peut refuser sa déductibilité si elle
Sont exonérés de l’IR les revenus et profits de capitaux mobi- estime qu’elle fait double emploi avec l’abattement forfaitaire pour frais
liers réalisés dans le cadre d’un plan d'épargne entreprise au professionnels (20% du salaire brut imposable, plafonné à 30 000 DH
profit des salariés et constitué par: par an, soit 2 500 DH par mois).
• des actions et certificats d'investissement, inscrits à la cote de
la Bourse DÉDUCTION DES INTÉRÊTS AFFÉRENTS AU LOGEMENT
• des valeurs du Maroc, émis par des sociétés de droit marocain À USAGE D’HABITATION PRINCIPALE : Sont déductibles dans
• des droits d'attribution et de souscription afférents auxdites la limite de 10 % du revenu global imposable, le montant des intérêts
actions afférents aux prêts accordés par un organisme accrédité, en vue de
• des titres d'OPCVM actions. l’acquisition ou de la construction de logements à usage d’habitation
Toutefois, sont exclus les titres acquis dans le cadre d’attribution principale. Cette déduction est subordonnée à ce que les montants des
d’options de souscription ou d’achat d’actions de sociétés au remboursements en principal et intérêts des prêts soient retenus et
profit de leurs salariés et qui ont bénéficié de l’exonération en versés mensuellement par l’employeur.
matière de revenus salariaux conformément à l’article 57-14°du
CGI (régime fiscal des stock-options). L’INDEMNITÉ DE LICENCIEMENT : Sont exonérées les indem-
Le bénéfice de cette exonération est subordonné aux condi- nités de licenciement et de départ volontaire, dans la limite fixée par la
tions suivantes : législation en vigueur, et toutes indemnités pour dommages accordées
• les versements et les produits capitalisés y afférents doivent par les tribunaux en cas de licenciement. En cas de recours à la procé-
être intégralement conservés dans ledit plan pendant une dure de conciliation, elle est exonérée à raison d’un mois et demi de
période au moins égale à 5 ans à compter de sa date salaire par année d’activité plafonnée à 36 mois.
d'ouverture
• le montant des versements effectués dans ledit plan ne doit LES INDEMNITÉS JOURNALIÈRES : Sont exonérées aussi les
pas dépasser 600.000 DH. indemnités journalières de maladie, d’accident, de maternité et les allo-
cations décès, par définition non taxables.
IB

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 69


ARGENT

Impôts : Des leviers pour alléger la note

En ces temps de crise, l’optimisation fiscale est plus


que jamais une nécessité. Plusieurs leviers permettent
d’alléger le poids de la charge fiscale sur l’entreprise et
ses collaborateurs

de capital et dont le chiffre d’affaires est


"Même dans cette
Zakaria Fahim, inférieur à 50 millions de DH et jusqu’à période difficile,
fin 2016 le régime transitoire de neutra-
directeur associé au cabinet BDO.
lité fiscale relatif aux opérations de fu- certaines entreprises
Ph. ARCH sion et de scission. Des avantages sont
offerts aux entreprises qui peuvent pré- procèdent à des
Quelle est la frontière entre optimi-
sation et fraude fiscale?
senter au minimum deux exercices cer-
tifiés par le commissaire aux comptes et
augmentations de
L’optimisation fiscale consiste pour le
contribuable à tirer le meilleur parti des
désirant lever des fonds pour leur déve-
loppement tout en préservant les équi-
salaires pour
lois existantes afin de minorer son im- libres financiers. Elles peuvent bénéficier neutraliser en partie
position. En revanche, la fraude fiscale se d’une réduction d’impôt de 25% en ou-
définit comme des pratiques contraires vrant leur capital par cession d’actions l’effet de la
à la loi ou constitutives d’un détourne- existantes et de 50% en cas d’entrée sur
ment de celle-ci (dissimulation d’activi- le marché boursier via une augmenta- contribution sociale de
tés, minoration frauduleuse de recettes
ou majoration de charges, ou encore
tion de capital supérieure à 20%.
solidarité"
constitution de structures dépourvues La contribution sociale de solidarité
de consistance économique réelle). La resserre l’étau sur la rémunération
ligne de démarcation peut être difficile des cadres en réintroduisant les in- Il y a également la possibilité de mettre
à établir lorsque la loi est complexe et demnités exonérées de l'IR dans la en place un plan de retraite pour une
sujette à interprétation, s’agissant no- base de calcul. Or, ces indemnités durée minimale de 4 ans et ce pour bé-
tamment de la détermination du lieu sont largement utilisées comme levier néficier de la défiscalisation de ces coti-
de résidence fiscale d’un contribuable d’optimisation fiscale par les entre- sations pour les salariés dont le revenu
qui dispose de plusieurs résidences, sé- prises… net est légèrement supérieur à 30.000
journe et exerce son activité profession- Le principe même de cette contribution dirhams. Cette disposition permet de
nelle au Maroc et à l’étranger. comme son nom l’indique, c’est de faire créer de l’épargne longue pour le pays.
participer les contribuables à revenus Le seul réconfort pour ceux qui contri-
Pour une PME, quelles peuvent être supérieurs à 30.000 DH nets par mois buent, c’est d'avoir le sentiment de par-
les marges de manoeuvre en matière (notion de cumul annuel retenu) à la so- ticiper à un effort pour réduire la frac-
d’impôt sur les sociétés, par exemple ? lidarité nationale. Sur un plan mécanique, ture (d’où l’exigence de la reddition des
Il y a encore quelques ouvertures dans la la ponction de cette contribution avec comptes publics comme contrepartie)
loi.A partir de cette année, toute société ou sans les indemnités réduit le revenu et surtout le caractère provisoire de
dont le bénéfice est inférieur ou égal à versé au salarié. Même dans cette pé- cette ponction.
300 000 dirhams est assujettie à 10% riode difficile, certaines entreprises pro- Qu’en est-il des voitures de fonction,
d’IS. Par ailleurs, la loi a prorogé jusqu’à cèdent à des augmentations de salaires un autre levier de cooptation souvent
fin 2013 la réduction d’impôts ciblant les pour neutraliser totalement ou partiel- utilisé par les entreprises.
entreprises effectuant une augmentation lement cette contribution. Il est important de faire le distinguo

70 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


ARGENT

entre voiture de service et voiture de de service en vue d’éluder l’impôt. Sur compte de produits et charges (charges
fonction. La première est un outil de tra- le plan fiscal, un véhicule de fonction est externes), déductibles de la base im-
vail. Elle n’est utilisée que pour les dépla- considéré comme un avantage en na- posable. Elles échappent, de ce fait, à
cements professionnels et doit être ra- ture qui doit figurer sur le bulletin de l’imposition fiscale sur la partie "non
menée à la fin de la journée de travail ou paie du bénéficiaire et doit être de ce professionnelle" de la voiture de fonc-
de la mission. Par contre, il est possible fait soumis à l’IR. Dans la pratique, on tion. Le fond l’emportant sur la forme,
de l’utiliser sur les trajets domicile/tra- peut retenir comme avantage en nature cette charge suivra le même processus
vail. Elle n’est pas affectée spécialement 1/7 du coût global du véhicule, partant que si le véhicule était acquis en pleine
à un salarié. de l’hypothèse que le salarié travaille propriété.
La voiture de fonction constitue un pour la société 6 jours sur 7. Il faut tou-
avantage en nature, elle est accordée à tefois noter que sur le plan de la charge Propos recueillis par Ilham BOUMNADE
partir d’un certain niveau hiérarchique. d’amortissement, aucun plafond n’est
La voiture de fonction est utilisée pour appliqué aux véhicules utilitaires, alors
des déplacements professionnels et per- que les voitures de tourisme ne béné-
sonnels. Elle peut être conservée par ficient d’une déduction fiscale que sur
le salarié même pendant les périodes la base d’une valeur brute de 300.000
non travaillées (arrêt maladie, congé..). dirhams.
En règle générale, elle fait l’objet d’une Autre pratique courante, le recours de
clause dans le contrat de travail. l’entreprise à la formule de location
La voiture de fonction est souvent assi- "longue durée". En effet, ces dernières
milée par les entreprises à une voiture imputent la redevance de location sur le

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 71


SUCCESS STORY

GRANDS PATRONS
Ces Conquistad'OR que rien n'arrête

AHIZOUNE-BENJELLOUN-DOUIRI,
3 grands patrons, 3 styles, 3 parcours,
avec un dénominateur commun,
celui de leur incroyable capacité à se réinventer.
Rien ne les arrête dans leur marche vers le succès. Portraits

uel est le point commun entre économistes le plus prolixe et le plus en autrement pour ces managers maro-
Abdeslam Ahizoune, Othman vue du Royaume. cains bon teint ? Non !
Benjelloun et Adil Douiri ? À Mais les hasards de l'actualité font se Car, ils ont pour devise ces quelques
première vue il n'y en a guère. croiser ces acteurs qui, a priori, a priori vers de René Char: "Impose ta chance,
Le premier, Abdeslam Ahizoune, PDG seulement, n'ont pas grand-chose en serre ton bonheur et va vers ton risque.
de Maroc Telecom, est le patron le commun. Sauf que ces trois Conquista- À te regarder, ils s'habitueront". Sauf
mieux payé du Maroc. Le second, Oth- dors ou "Conquistad’Or", comme vo- qu’à ce jour, on peine encore à s’habi-
man Benjelloun, PDG de BMCE Bank, lontairement orthographié dans le titre, tuer à leurs capacités à se renouveler.
l’une des trois premières fortune du transforment tout ce qu’ils touchent en Leur méthode de management : Ga-
pays avec 7,5 milliards de DH, selon un or. Ahizoune, Benjelloun et Douiri se gnants Eux, ont compris, peut-être avant
classement sur la base de leurs biens réinventant sans cesse pour coller aux tout le monde que "La trace d’un rêve
cotés en bourse. Et le troisième, Adil exigences de l’heure, au point que rien n’est pas moins réelle que celle d’un
Douiri, président du groupe immobilier ne semble pouvoir les arrêter dans leur pas". Ils n’ont de cesse de rêver, surtout
Mutandis et ancien ministre, est l’un des marche vers le succès. Pouvait-il en être faire rêver. Bachir THIAM

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 73


SUCCESS STORY

Abdeslam
AHIZOUNE
Son credo lui est inspiré par
l’écrivain français Boris Vian :
Ph. Bziouat "A quoi bon soulever des
La conquête réussie de nouveaux marchés a priori
montagnes quand il est si simple
improbables, consacre définitivement la méthode Ahizoune.
de passer par dessus"

ien dans le début de son his- sorte de fusion absorption, ministère gique doté d’une énorme expérience
toire, n'aurait pu laisser présa- et office des télécoms en 1998 qui ne dans le secteur. Les choses s’accélèrent
ger une telle réussite. Pourtant dit pas son nom, donne naissance à une à nouveau. En novembre 2004, l’Etat et
le parcours à suspens de ce natif de Ti- structure beaucoup plus lisible et dans Vivendi concluent un nouvel accord de
flet, dans le Moyen Atlas, révèle un mana- l’air du temps : Maroc Telecom. Abdes- cession du capital de Maroc Telecom,
ger qui semble avoir été programmé lam Ahizoune en devient PDG... à vie portant la participation du français à
pour toujours connaître sa destination peut-être. Trois ans plus tard, on est en 51%. Ce qui pérennise de facto sa prise
et ne jamais varier de cap. Dès 1982, cet 2001. Le marché des télécoms, jusque-là de contrôle de l’opérateur marocain. En
ingénieur, diplômé de l’Ecole Supérieure monopole de l’Etat, connaît sa révolu- décembre 2007, au terme d’un échange
des Télécommunications de Paris, com- tion avec l’octroi de la 2e licence GSM à d’actions avec la CDG, Vivendi a acquis
mence à tisser sa toile dans le ministère Medi Telecom. Pour la 1ère fois, le marché 2% supplémentaire pour porter sa parti-
alors archaïque des Postes et Télécom- s’ouvrait à la concurrence, conséquence cipation à 53%. A mesure que cette prise
munications puis au sein de l’Office des de la promulgation, deux ans plus tôt, de de contrôle se consolide, les pronostics
postes et télécommunications (ONPT) la loi 24-96, relative à la poste et aux té- prédisaient la fin du règne de Ahizoune
dont il prend la direction générale en lécommunications. qui préside depuis février 2001 le direc-
1995. Son credo lui est inspiré par l’écri- Tout s’accélère en février 2001 quand toire de Maroc Telecom. Erreur, comme
vain français Boris Vian : "A quoi bon l’Etat décide d’ouvrir le capital de Ma- pour mettre fin à toute spéculation, non
soulever des montagnes quand il est si roc Telecom au privé "pour donner à seulement il reste à la tête de Maroc Te-
simple de passer par dessus". l’entreprise les moyens d’affronter la li- lecom mais est de plus coopté membre
Abdeslam Ahizoune est quelqu’un de béralisation du secteur au Maroc et la du directoire de Vivendi. Et ça dure de-
passionné et de passionnément humain. concurrence mondiale". Ahizoune, "sort puis huit ans. La conquête de nouveaux
Deux ans plus tard, toujours dans son de l’ombre". Il fait la Une des journaux. marchés a priori improbables, consacre
élément, il est nommé ministre des té- La force de frappe (Portugal Telecom / définitivement la méthode Ahizoune.
lécommunications. Il a les mains libres Telefonica / CDG / Groupe Finance-
dans ce Maroc alors de Hassan II et de Com) du nouvel entrant d’alors, Méditel,
son puissant ministre de l’Intérieur aux ne laissant aucun autre choix à l’Etat
manettes de la vie économico-sociale marocain que cette option. Le français
du Royaume, Driss Basri. Il modernise le Vivendi acquiert 35% de Maroc Telecom
secteur sans tambour ni trompette. Une et devient ainsi un partenaire straté-

74 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


SUCCESS STORY

Othman
BENJELLOUN
Othman Benjelloun, un visionnaire, doublé d’un génie créatif

Ph. Cherkaoui

amais là où on l'attend, Othman parfaitement bien à Othman Benjelloun attentes". Ainsi règne-t-il une discipline
BENJELLOUN a l’art de la feinte. qui n’est pas près de s’arrêter. Il déclarait professionnelle presque militaire au sein
Pendant que la rumeur enflait sur récemment que "les opportunités sont du groupe.
sa retraite de la vie professionnelle, le incommensurables pour les 30 années à Othman Benjelloun, un émotif plutôt.
toujours fringant et chevaleresque big venir sur l’Afrique. Il faut les saisir". Soucieux de tout contrôler jusqu’à la
boss du groupe BMCE Bank mettait cap On dit de Benjelloun qu’il est "un vision- mise en page d’un banal communiqué
sur la téléphonie. Avec le groupe CDG, il naire, doublé d’un génie créatif". En tout de presse. Pour les British, comme pour
s’offre Méditel pour près de 9 milliards cas, il n'a pas la nature d'un Machiavel, qui, lui, le diable est dans le détail. Il sait que
de DH. On est en septembre 2009, le dans Le Prince, se demandait : "Un lea- BMCE Bank, groupe qu’il a monté de
monde est en crise. Ceux qui évoquent
sa retraite, motivée par les difficultés fi-
nancières dont souffrent la banque et sa "Nous avons besoin d'hommes qui savent rêver à
filiale européenne, MediCapital, sont
renvoyés à leurs certitudes. Dans la fou- des choses inédites" JF.K
lée, Othman Benjelloun annonce la créa-
tion prochaine de plusieurs structures
panafricaines. Insurance of Africa, qui dé- der doit-il être craint ou être aimé"? Le toutes pièces, suscite l'admiration fer-
veloppera à partir de Casablanca Fi- penseur italien répondait en substance : vente ou une haine farouche, c’est se-
nance City des produits d'assurance "Il faut idéalement être à la fois aimé et lon. Mais il n’est pas sans savoir non plus
destinés à être commercialisés au sein craint, mais comme les deux vont rare- que "BMCE Bank, c'est Othman Benjel-
du réseau Bank of Africa (BOA) dont ment de pair, il est plus sûr, pour qui veut loun, et Othman Benjelloun, c'est BMCE
BMCE Bank détient la majorité du capi- gouverner, d'être craint plutôt qu'aimé". Bank", résume un collaborateur de lon-
tal. La décision de créer BOA Capital, Dans quel rayon ranger Othman Benjel- gue date, non sans pince rire.
banque d'affaires du groupe pour loun? Les avis divergent. Aux commandes de plusieurs affaires fa-
l'Afrique, est prise ainsi que Housing of L’image de bourreau du travail lui colle miliales à son retour au Maroc en 1959,
Africa, pour donner un coup d'accéléra- à la peau. En off, en off seulement, on ce polytechnicien, formé à Lausanne, a
teur à l'un des métiers phares de Bank of confie : "Il a su inspirer beaucoup de ses su surmonter toutes les difficultés. Plus
Africa, à savoir le financement de l'habi- collaborateurs, mais il y a des abus que d’un demi siècle au gouvernail, il aurait
tat. "Nous avons besoin d'hommes qui l’on retrouve souvent chez les managers lui-même, dernièrement, indiqué son
savent rêver à des choses inédites", di- dotés de génie". Décryptage. "Il est ca- envie de se consacrer à autre chose. A
sait l’ancien président des Etats-Unis, pable d’être difficile lorsque ses collabo- presque 80 ans, Othman Benjelloun n’a
John Fitzgerald Kennedy. Ceci s’applique rateurs ne sont pas à la hauteur de ses pas fini de se réinventer.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 75


SUCCESS STORY

Adil
DOUIRI
Adil Douiri a inscrit son nom au club des fondateurs de nouveaux
métiers qui subliment les leviers alors classiques de notre économie
moderne

A l'instar d'Albert Einstein, pour Douiri,


"La vie, c'est comme une bicyclette, il faut
Ph. ARCH avancer pour ne pas perdre l'équilibre"

colarité et carrière de surdoué, tion de portefeuille. Il fait ses classes Adil Douiri a sa petite idée sur tout
Adil Douiri est sans conteste un dans la banque d’affaires française, Pari- ce qui touche au business, dans le sens
des managers marocains les plus bas, de 1986 à 1992. Il se fait la main dans noble du terme. Celle sur le concept de
inventifs de sa génération. Ce quadragé- la gestion des investissements boursiers "champions nationaux", né avec l’avène-
naire, bardé de certitudes, est chargé de aux Etats-Unis de la banque et de ses ment du nouveau règne, au début des
piloter le très influent Think Tank du clients, avant de rentrer au Maroc. Il crée années 2000, l’obnubile particulière-
Parti de l’Istiqlal, l’Alliance des écono- avec Amyn Alami la première banque ment. Douiri transforme l’idée. En 2008,
mistes istiqlaliens, ne recule devant rien. d’affaires privée du Royaume : CFG, Ca- il crée, avec un groupe d’hommes d’af-
Il est l’un des premiers à alerter sur "le sablanca Finance Group, pionnier des faires marocains, Mutandis, une société
risque d’accident macro-économique si innovations dans les marchés boursiers d’investissement. Le business model
on ne change pas le cap de la politique marocains. est innovent : acquérir et transformer
économique". Alerte qu’il renouvelle de- Ainsi, Adil Douiri inscrivait son nom au de petites entreprises en de véritables
puis à chaque occasion dont la dernière club des fondateurs de nouveaux mé- fleurons. Avec six sociétés principales
en date, le 6 février 2013, au 4e Forum tiers qui subliment les leviers alors clas- en portefeuille et un chiffre d'affaires de
de Paris-Casablanca Round. siques de notre économie moderne. On plus de 1 milliard de dirhams, Mutandis
Pour ses admirateurs, Adil Douiri est est en 1992, la finance, la bourse sont est aujourd’hui citée en modèle pour la
trop parfait. Pas un seul défaut sous sa l'affaire de quelques initiés. diversité de son portefeuille.
cuirasse. Il a le CV qui irrite, la bio qui Mais, comme Albert Einstein, pour Doui- Prolifique soit-il, Adil Douiri n’hésite pas
écœure : enfance heureuse à Rabat. Sur- ri, "La vie, c'est comme une bicyclette, il à prôner le protectionnisme douanier
doué en sciences et maths, il postule à faut avancer pour ne pas perdre l'équi- pour, dit-il, "sauvegarder les réserves en
plusieurs grandes écoles, est accepté par libre". Et cet équilibre, il y veille comme devises étrangères du Royaume". Pour
toutes. C’est au sein prestigieux lycée du lait sur le feu. Il s’ouvre naturelle- cela, il propose la limitation de nos im-
Louis-Le-Grand, dans le Ve arrondisse- ment les arcanes de la politique. Et se portations. Sa crainte : voir le Royaume
ment de Paris, en plein cœur du quar- voit confier le portefeuille du Tourisme, se retrouver dans une situation de mise
tier Latin, qu’il pose ses valises pour les de 2002 à 2007, dans le gouvernement sous tutelle de son économie par les ins-
classes prépas avant d’intégrer l’Ecole Jettou. Le très médiatique, concepteur titutions financières internationales.
Nationale des Ponts & Chaussées. Di- et architecte de la Vision 2010, séduit ou
plôme d’ingénieur en poche, Adil Douiri agace, mais il faut lui accorder cela : il est
se destine d'abord à la finance et la ges- gonflé, vous diront certains. N’empêche,

76 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


SUCCESS STORY

GRANDES FORTUNES
Les secrets
des Réussites Financières

Quels sont les secrets des grandes réussites


financières ? Lorsque l’on se penche sur
les grandes fortunes, on se rend compte que
très peu d’entres elles sont héréditaires.
La plupart sont nées en partie grâce à
la mise en œuvre de concepts finalement
basiques : audace, prise de risque, rebond,
créativité, combativité et persévérance. Le
dénominateur commun à tous les bâtisseurs
de richesse, c’est que quelques soient les
difficultés rencontrées, ils ont toujours
persévéré et poursuivis leur objectifs.
Chaque revers a été l’occasion de rebondir
et d’explorer de nouvelles pistes afin de
dégager d'autres revenus.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 77


SUCCESS STORY

Carlos SLIM

L’opportuniste

Ph. APF

a plus grande fortune mondiale nité pour racheter de nombreuses en- troie 3% des actions d’Apple, la veille du
(69 milliards de dollars, soit treprises dans tous les secteurs (mines, retour de Steve Jobs à la tête de la mul-
plus de la moitié du PIB maro- tabac, pneumatique, aluminium, hôtelle- tinationale américaine. En 2008, il de-
cain) s’est construite par la rie, restaurant, assurance (Seguros de vient le deuxième actionnaire du quoti-
force d’un seul homme à la fois vision- Mexico acheté alors 44 millions de dol- dien américain "The New York Times".
naire et opportuniste. A la tête du clas- lars est valorisée aujourd’hui à 2,5 mil- Outre ses entreprises mexicaines, Car-
sement Forbes depuis 3 ans consécutifs, liards). En 1990, il investit les télécoms los Slim se positionne depuis une dizaine
l’homme le plus riche du monde Carlos en rachetant à l’état Telmex, le 1er opéra- d'années sur des actions américaines dé-
Slim Hélu, mexicain d’origine libanaise, teur télécom, puis Telcel (téléphonie cotées, comme Saks (distribution tex-
est parti de rien. Après avoir financé seul mobile). A travers son influence poli- tile), MCI (télécoms, racheté par Veri-
ses études d’ingénieur (son père meurt tique, il opère en situation de quasi mo- zon) ou encore Altria (tabac). En 2012, le

En 1982, la crise de la dette mexicaine déstructure l'économie du pays,


Carlos Slim saisit alors l’opportunité pour racheter de nombreuses entreprises
dans tous les secteurs
alors qu’il n’a que 13 ans), il ouvre, à 25 nopole sur le marché mexicain (90% des magnat mexicain des télécommunica-
ans, un 1er cabinet de courtage en im- parts de marché du fixe et 80% du mo- tions parie sur l’or et achète la mine
mobilier, se spécialise dans le rachat de bile) avant d’étendre son activité sur le d’or Ocampo (Mexique) pour 750 mil-
biens et commerces qu’il valorise avant reste de l’Amérique latine. En 1996, il lions de dollars.
de les revendre. Un an après, en 1966, sa fera de même avec America Movil, sa fi-
fortune est déjà estimée à 40 millions de liale télécom mobile forte de 170 mil-
dollars. En 1982, la crise de la dette lions de clients ! Avec la banque Finance-
mexicaine déstructure l'économie du rio Inbursa, ces "machines à cash" sont le
pays, Carlos Slim saisit alors l’opportu- cœur de l'empire Slim. En 1997, il s’oc-

78 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


SUCCESS STORY

Bill GATES
e co-fondateur de Microsoft
Bill Gates et la 2ème fortune
mondiale (66 milliards de dol-
lars, en augmentation de plus
de 10% par rapport à l'année dernière).
Une fortune qui s’est faite dès 1980 et
qui ne cessera de croître à des niveaux
records depuis lors. Ce pionnier dans le
domaine de la micro informatique, est
célèbre pour avoir fondé en 1975, à l'âge
de 20 ans, avec son ami Paul Allen, la so-
ciété de logiciels de micro-informatique
Microsoft qui donnera naissance au pre-
Le visionnaire Ph. APF
mier langage de programmation "BASIC"
capable de fonctionner sur un micro-or-
dinateur commercial, C’est le partena-
riat avec IBM pour développer le sys- aboutie et d'une utilisation loin d'être fortement à leur fondateur, si bien qu'il
tème d'exploitation MS-DOS à intuitive. Windows est cependant déjà a souvent été comparé à Henry Ford et
commercialiser avec PC en 1980 qui fera devenu le système d'exploitation le plus à William Rockefeller, qui furent comme
sa fortune. vendu au monde et fait la fortune de Mi- lui à l'origine de nouveaux domaines
Bill Gates, visionnaire, est en effet per- crosoft et de ses actionnaires, avec une économiques (véhicules particuliers et
suadé qu'un jour tous les foyers et le emprise sur le marché mondial gravitant industrie pétrolière), et également de
monde professionnel seront équipés autour de 90%, au point de lui coûter déviances flagrantes de la société de
d'ordinateurs personnels. IBM qui n'est un procès pour monopole et une grave consommation.
pas le premier sur le marché, Apple, menace de dissolution de son entreprise
entre autres, était déjà présent depuis dans les années 2000. En 1986, Microsoft
quatre ans avec un succès foudroyant. fait son entrée en Bourse. Les investis-
Le poids d'IBM et le génie commercial seurs l'accueillent avec enthousiasme : le
jour même, Gates devient milliardaire.
Il a souvent été com-
de Bill Gates sont d'une importance pri-
mordiale pour le décollage de MS-DOS. Il deviendra l'homme le plus riche du
monde dix ans plus tard en 1996, Ses
paré à Henry Ford
Microsoft se développe alors rapide-
ment sur le marché des logiciels pour actions dans la société Microsoft, dont
il détient en 2005 un peu moins de 10%
et à William Rocke-
IBM PC et compatibles en faisant évo-
luer au rythme effréné des micro-ordi- du capital, constituent environ 50% de sa
fortune. En 2000, il crée la Fondation Bill
feller, qui furent
nateurs son système d'exploitation et sa
gamme de logiciels bureautiques Micro- & Melinda Gates, dotée de près de 29
milliards de dollars , qui a pour objectif
comme lui à l'origine
soft Office.En 1985, la firme sort la pre-
mière version d'une extension graphique d'apporter à la population mondiale des
innovations en matière de santé et d’ac-
de nouveaux domaines
de son système d'exploitation Windows,
concurrente de GEM et des Mac OS quisition de connaissances. Fondation
par laquelle il est devenu l'un des plus
économiques
d'Apple. Windows est alors, et pour
10 ans encore, un simple programme, grands donateurs pour la pauvreté dans
le système d'exploitation restant MS- le monde de l'histoire de l'humanité avec
DOS. Le succès met très longtemps à plusieurs centaines de millions de dol-
venir pour les premières versions do- lars de sa fortune personnelle. Bien peu
tées d'une interface graphique très peu d'entreprises ont eu une image liée si

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 79


SUCCESS STORY

Bernard ARNAULT
Le prédateur

profonde restructura- internet " En 2006, il s’engage aux côtés


tion de la société, vend de l’investisseur belge Albert Frère pour
l’activité travaux pu- fonder un fonds d’investissement doté
blics et choisit de se d’un milliard d’euros et opère tous azi-
développer sur le sec- muts : immobilier, private equity, mais
teur porteur de la pro- aussi des entreprises cotées. Son entrée
motion immobilière en en force dans le capital d’Hermès, en oc-
créant à la fin des an- tobre 2010, dont il détient 22%, lui a valu
Ph. APF nées 70, Ferinel. Après en juillet 2012 une plainte des proprié-
la victoire de la gauche taires pour délit d’initié. Ses sociétés
en 1981, ce libéral re- sont complexes : la holding de tête,

remière fortune d'Europe et 4e


mondiale (41 milliards de dol-
lars) selon Forbes, le patron de
Pour Bernard Arnault "les affaires sont comme
LVMH, Bernard Arnault, 63 ans, a bâti en
20 ans le premier empire mondial du
un match de tennis : on se bagarre et après on se
luxe à coups d'opérations qui ont forgé
son image d'homme d'affaires redou-
serre la main"
table. Sa réputation de prédateur re-
monte à la fin des années 1980 quand il vendiqué s'exile aux Etats-Unis. Il rentre Groupe Arnault SAS, contrôle Mon-
s'arroge la présidence de Louis Vuitton- en France en 1984 et sur l’incitation du taigne Finance, qui contrôle la Financière
Moët Hennessy à la hussarde. 20 ans gouvernement (de gauche !) de l’époque, Agache, qui contrôle 70% de Christian
plus tard, le groupe truste une soixan- reprend les textiles Boussac, criblés de Dior (cotée en Bourse), qui contrôle la
taine de marques de luxe des plus pres- dettes. Leur remise à flot se fait au prix Financière Jean Goujon, qui contrôle
tigieuses : Louis Vuitton, Bulgari, Given- d'un plan social drastique et de la ces- 47,5% de LVMH (également coté). Il faut
chy, château d’Yquem, Moët & Chandon, sion d'une grande partie des activités. suivre...
Guerlain, Loewe... emploie plus de 100 Visionnaire, il conservera la perle du Que retiendra l’histoire de cet homme
000 personnes et réalise un chiffre d’af- groupe, la maison Christian Dior, em- fort de l’industrie du luxe ? D’abord une
faires de 28 milliards d’euros. Bernard bryon de son futur empire du luxe. formidable ascension mondiale. S’il n’est
Arnault a toujours révélé un talent hors L’homme a aussi d’autres ambitions. En pas parti tout à fait sans le sou, Bernard
du commun pour la stratégie indus- 1993, il s’intéresse aux médias et rachète Arnault, grâce à un sens aigu des oppor-
trielle, redressant plusieurs sociétés va- La Tribune, qu’il revendra quinze ans plus tunités, a largement réussi à faire fructi-
cillantes, s’appuyant sur les éléments tard pour s’offrir un autre quotidien fier le patrimoine familial.
solides du groupe pour financer la pro- économique et financier - Les Echos -
gression des autres, diversifiant les acti- pour 240 millions d’euros. Il fait aussi
vités pour pérenniser le groupe. Ce ta- une rapide incursion dans la sphère du
lent, il l’a mis à profit dès sa sortie de numérique, à la fin des années 90 en ra-
Polytechnique, quand à 22 ans, il reprend chetant notamment Libertysurf et Ze-
les rênes de l’entreprise de BTP créée bank . Un marché qu’il abandonnera dé-
par son père. Il s’engage alors dans une but 2000 lors de l’éclatement de la "bulle

80 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013


SUCCESS STORY

Amancio ORTEGA

Le conquérant
discret
Ph. APF

mancio Ortega, la cinquième géant du luxe LVMH qui travaille dans Aujourd’hui, la marque ne fait pas que
fortune mondiale (37,5 mil- plusieurs secteurs autres que la mode. copier, loin de là. Quelque 600 stylistes
liards de dollars) est, lui, Au cours de son dernier trimestre fiscal, travaillent pour elle. Une collection peut
réellement parti de rien. Fils de chemi- Inditex a dégagé un bénéfice net de 432 être créée en quatre semaines, voire en
not, il quitte l'école à 14 ans, travaille millions d'euros pour un chiffre d'affaires deux si le marché l'exige.
comme livreur pour un magasin de che- de 3,42 milliards, dont 22% réalisés en Ortega aurait amassé entre les mois
mises et découvre ainsi l’univers de la Espagne. La recette d’Ortega pour at- de janvier 2012 et janvier 2013 la pro-
mode et sa vocation. Il se lance alors, en teindre de tels chiffres historiques en digieuse somme de 58 millions d'euros.
famille, dans la confection. Son premier pleine tourmente économiques : la pro- Une hausse de quasiment 30 millions par
véritable succès, il le doit a un pull Shet- ductivité. Le modèle qui a fait le succès rapport à l'année précédente. Outre ses
land qui lui permettra d'avoir assez de de Zara repose sur deux piliers : le re- gains professionnels, il doit son immense
revenu et de crédibilité pour étendre fortune à de judicieux placements
sa gamme de vêtements. En 1975, il boursiers, un patrimoine immobilier
ouvre son premier magasin Zara. Son
credo : s'inspirer largement du style
Ortega, c’est la légende des conséquent et le très lucratif contrat
publicitaire avec les cosmétiques
des griffes à succès mais les vendre
bien moins cher. Le concept fait un
temps modernes :de livreur CoverGirl. Il possède également plu-
sieurs restaurants à Madrid (dont la
carton. La marque franchit les fron-
tières de l’Espagne en 1988, pour
à milliardaire, un happy chaîne "Chez l'gros Amancio"), un
club de football à Padrón, et s'est
s’établir au Portugal; elle arrive aux
Etats-Unis dès l’année suivante, puis
end extraordinaire ! impliqué dans la mode adolescente
avec une ligne de vêtements "Ortega
en France… Fort de son succès, il Séduction" ainsi qu'un parfum "L'eau
crée, dix ans après ses débuts, la holding nouvellement rapide des stocks en bou- d'Amancio", autant de succès financiers.
Inditex et multiplie les marques : Zara, tique (40% des stocks toutes les se- Le self made man le plus discret de la
Massimo Dutti, Bershka, Pull and Bear, maines) et une excellente structure planète a cédé en 2011 son fauteuil de
Stradivarius, Kiddy's Class et Oysho. Le logistique (arrivages tous les trois jours président, mais reste actionnaire majori-
Groupe devient alors le plus grand em- en magasin). Le deuxième pilier est bien taire avec 59,3% des parts.
pire industriel d'Espagne. Introduit en sûr la qualité des produits, qu’il contrôle
Bourse en 2001, il est aujourd’hui, le nu- de près. Contrairement à ses concur-
méro un mondial du prêt-à-porter, avec rents comme H&M, qui sous-traite, Zara
100 000 salariés et plus 5000 magasins fabrique lui-même ses vêtements, en Es-
dans 78 pays et se place juste derrière le pagne, au Portugal et au Maroc.

l Argent, l'anti-crise l Mars 2013 l 81


SUCCESS STORY

Li KA-SHING

Le diplomate

Ph. APF

uel incroyable destin que celui aujourd’hui le 1er opérateur de ports à ciaux, il sera le premier à apporter son
de Li Ka-Shing, 1ère fortune conteneurs au monde. En 1987, il prend soutien financier à Mark Zuckerberg, le
d’Asie (détrônant l'Indien le contrôle d'Husky Oil, l'un des plus jeune fondateur de Facebook. En 2004, à
Lakshimi Mittal) et 9ème fortune mon- gros producteurs et distributeurs de pé- 76 ans, Li Ka-Shing lance une OPA réus-
diale (25,5 milliards de dollars). Fuyant trole et de gaz naturel au Canada. En sie sur Marionnaud, alors en grandes dif-
les horreurs de la guerre sino-japonaise, 1994, il investit les télécoms et mise sur ficultés et, aujourd'hui, à 82 ans, il se met
il débarque à Hong Kong à 12 ans parmi l’opérateur anglais Orange, alors défici- sur les rangs pour racheter le réseau
600 000 réfugiés. Il perd son père à l’âge taire. Cinq ans plus tard, il le revend à britannique de distribution d'EDF avec
de 14 ans, quitte l’école et trime dès lors l'allemand Mannesmann, avec un profit une offre de plus de 4 milliards de livres
comme un fou. A 22 ans, grâce à un prêt de près de 15 milliards de dollars (France sterling (4,8 milliards d'euros). Ni la
de 7000 dollars accordé par l’un de ses Télécom le rachètera un an après pour chance, ni un solide bon sens, ni même
oncles, il monte une entreprise de fleurs plus du double). Son flair, toujours ex- sa faculté à débusquer les bonnes af-
artificielles qui 59 ans plus tard repré- ceptionnel le conduira à pressentir la faires ne suffisent à expliquer l'incroyable
sente 15 % de la capitalisation boursière montée en puissance des réseaux so- parcours de l'homme d'affaires. Il pos-
de Hong Kong. A la tête d’un empire sède un autre talent, plus précieux en-
tentaculaire qui s'étend des télécoms core. Diplomate dans l'âme et fin stra-
aux hydrocarbures, de l'immobilier aux Engager les tège, Li Ka-Shing est parvenu, à une
produits de beauté, en passant par Inter- période charnière de l'histoire, à s'atti-
net, Li Ka-Shing a su, au début de l’ère de meilleurs, les payer rer les bonnes grâces de Margaret That-
la mondialisation, repérer le secteur qui cher, tout en gagnant la confiance de
serait alors l’un des plus stratégique le à prix d'or, exiger Deng Xiaoping. Un tour de force in-
transport maritime et les installations croyable au regard du contentieux qui
portuaires. Il est aujourd’hui le N° 1 d'eux une loyauté séparait la Chine de l'île et du Royaume-
mondial de la gestion des ports. Du flair, Uni.
il en a eu aussi lorsqu'il s'est lancé dans absolue et leur Le petit réfugié de Chaozhou a réussi
l'investissement immobilier. Profitant des à créer un empire et entrera pour la
fluctuations du marché liées aux crises accorder la sienne postérité dans le cercle très fermé des
précédant la rétrocession de Hong Kong grands hommes d'affaires self made men
à la Chine, il a acheté à contre-courant.
En 1979, il joue sa master carte et ra-
en retour et altruistes. A l'instar de Bill Gates, il a
aussi créé une fondation à laquelle il a
chète Hutchison Whampoa, dont il a fait fait don d'un tiers de sa fortune.

82 l l Argent, l'anti-crise l Mars 2013