Anda di halaman 1dari 77

Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail

INSTITUT SUPERIEUR DE LA TECHNOLOGIE APPLIQUE


GENIE MECANIQUE
ROYAUME DU MAROC
OFPPT

MODULE : 09

DIMENSIONNER DES ELEMENTS


SIMPLES EN CHAUDRONNERIE ET
TUYAUTERIE

NIVEAU : TECHNICIEN SPECIALISE

FILIERE :
DISSINATEUR D’ETUDE EN CONS-
TRUCTION METALLIQUE

1/77
SOMMAIRE

 
1.  DOMAINE D’APPLICATION  _________________________________________________________ 4 
1.1.  Définition : _________________________________________________________________________  4 
1.2.  Rappels : ___________________________________________________________________________  4 
2.  RAPPEL _________________________________________________________________________ 6 
2.1.  LA PRESSION  _______________________________________________________________________  6 
2.1.1.  Définition ________________________________________________________________________________  6 
  Unités :  ____________________________________________________________________________________  6 
  Pression Atmosphérique :  _____________________________________________________________________  6 
  Vide _______________________________________________________________________________________  7 
  Pressions Absolue – Différentielle : ______________________________________________________________  7 
  Principe de l’Hydrostatique  ____________________________________________________________________  7 
  Théorème de Bernoulli ________________________________________________________________________  8 
  Pressions Statique ‐ Dynamique _________________________________________________________________  8 
2.2.  LES TEMPERATURES _________________________________________________________________  10 
2.2.1.  Chaleur – Echanges de chaleur  ______________________________________________________________  10 
2.2.2.  Température  ____________________________________________________________________________  10 
2.2.3.  Echelles de température ___________________________________________________________________  10 
2.2.4.  Points particuliers  ________________________________________________________________________  12 
2.3.  UNITES NORMALISEES DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES ______________________________  14 
2.4.  MATIERE D’OUEVRE :  _______________________________________________________________  17 
2.4.1. LES ACIERS ______________________________________________________________________________  17 
2.4.2. LES TUBES _______________________________________________________________________________  22 
2.4.3. LE S FONDS BOMBE _______________________________________________________________________  34 

3.  LES CODES DE CONSTRUCTION: POURQUOI ? _________________________________________ 36 


4.  DONNEES PRELIMINAIRES _________________________________________________________ 38 
4.1.  Données Client – Donneur D’ordre _____________________________________________________  38 
4.1.1.  Incidence de la catégorie de construction sur la réception des produits et les valeurs de f et z (G9) ________  38 
4.1.2.  Catégorie de construction __________________________________________________________________  40 
4.1.3.  Coefficient De Soudure  ____________________________________________________________________  40 
4.1.4.  Surépaisseur De Corrosion__________________________________________________________________  40 
4.1.5.  Conditions De Calcul  ______________________________________________________________________  40 
4.1.6.  Expression Des Données Client ______________________________________________________________  40 
4.2.  Données Concepteur / Réalisateur (Fabricant) ___________________________________________  42 
4.2.1.  Choix Des Matériaux  ______________________________________________________________________  42 
4.2.2.  Choix D’une Catégorie De Livraison ___________________________________________________________  42 
4.2.3.  Choix Des Assemblages Soudés ______________________________________________________________  42 
4.2.4.  Choix des types de piquages / technologie de construction ________________________________________  43 
4.2.5.  Documents De Références Concepteur/Réalisateur ______________________________________________  43 
4.2.6.  Expression des données concepteur/réalisateur  ________________________________________________  43 

5.  INFORMATION COMPLEMENTAIRE SUR LES VIROLES ___________________________________ 44 
6.  INFORMATION COMPLEMENTAIRE SUR LES FONDS ____________________________________ 46 
7.  INFORMATION COMPLEMENTAIRE SUR LES RENFORCEMENTS D'OUVERTURE _______________ 49 
8.  relation codap / arrete ministériel / desp  ____________________________________________ 51 

2/77
9.  calcul des contraintes admissibles __________________________________________________ 52 
9.1.  comportements de metaux ___________________________________________________________  52 
9.1.1.  Contraintes admissible  ____________________________________________________________________  52 
9.1.2.  Condition dimensionnant  __________________________________________________________________  52 

10.  note de calcul _________________________________________________________________ 53 
10.1.  page de garde ______________________________________________________________________  53 
10.2.  contraintes de calcul ________________________________________________________________  54 
10.3.  calcul des éléments _________________________________________________________________  55 
11.  type de calcul codap  ___________________________________________________________ 56 
11.1.  calcul linéaire ______________________________________________________________________  56 
11.2.  calcul itératif  ______________________________________________________________________  57 
12.  les epaisseurs _________________________________________________________________ 58 
12.1.  généralitées _______________________________________________________________________  58 
12.2.  epaisseurs calculer/verifier par le codap ________________________________________________  58 
12.3.  liens entre les differentes épaisseurs ___________________________________________________  58 
13.  ENVELOPPES CYLINDRIQUES DE SECTION DROITE CIRCULAIRE  (CODAP C2.1)  _____________ 59 
13.1.  OBJET (CODAP C2.1.1) _______________________________________________________________  59 
13.2.  CONDITIONS D'APPLICATION (CODAP C2.1.2) ____________________________________________  59 
13.2.1.  Epaisseur (CODAP C2.1.2.1)  ______________________________________________________________  59 
13.2.2.  Assemblages soudés (CODAP C2.1.2.2)  _____________________________________________________  59 
13.2.3.  Défauts de circularité (CODAP C2.1.2.3) _____________________________________________________  59 
13.2.4.  Sollicitations (CODAP C2.1.2.4) ____________________________________________________________  59 
13.3.  NOTATIONS (CODAP C2.1.3) __________________________________________________________  60 
13.4.  RÈGLE DE CALCUL (CODAP C2.1.4)  _____________________________________________________  60 
13.5.  EPAISSEUR NÉCESSAIRE AUX EXTRÉMITÉS DE L'ENVELOPPE (CODAP C2.1.5) ___________________  60 
14.  Calcul de renforcement des ouvertures  ____________________________________________ 63 
14.1.  Renforcement  _____________________________________________________________________  63 
14.2.  Dimensionnement des anneaux‐renforts  _______________________________________________  63 
15.  Déterminer l’épaisseur d’une ligne de tuyauterie soumise à une pression  ________________ 74 
15.1.  GENERALITES (CODETI C2.1) __________________________________________________________  74 
15.2.  DIMENSIONNEMENT DES COMPOSANTS SOUMIS A UNE PRESSION INTÉRIEURE (CODETI C2.2)  ___  74 
15.2.1.  TUYAU DROIT (CODETI C2.2.1) ____________________________________________________________  74 
15.2.2.  CINTRES ET COUDES A SOUDER (CODETI C2.2.2) ______________________________________________  75 
15.3.  ÉPAISSEURS – DÉFINITIONS (CODETI C1.6) _______________________________________________  76 
15.1.  UNITES – TOLERANCES (CODETI C1.7)  __________________________________________________  77 
15.1.1.  UNITES (CODETI C1.7.1)  _________________________________________________________________  77 
15.1.2.  TOLERANCES (CODETI C1.7.2) _____________________________________________________________  77 

3/77
1. DOMAINE D’APPLICATION
1.1. DEFINITION :
Dans certains pays industrialisés (Etats-Unis, Angleterre, Allemagne, Italie, France et autre)
des réglementations nationales ont été définies pour la construction d’appareils chaudronnés
pouvant présenter des risques. Cette réglementation impose des dispositions de construction,
définit les calculs, oblige à choisir des matériaux conformes aux normes, contraint à des con-
trôles et de plus interdit des dispositions jugées dangereuses.
Codes et Normes :
Les codes exposent un ensemble de règle de conception et de construction destinées à assu-
rer la fiabilité des appareils et la sécurité de leur utilisation, En France, comme au Maroc, on
utilise le CODAP (Code des Appareils à Pression), il s’agit des normes et des spécifications
élaborés par SNCT (Syndicat National de la Chaudronnerie Tuyauterie) et AFIAP (Association
Française des Ingénieurs Appareils à Pression) désignant les règles et les exigences mini-
males en vue d’assurer la sécurité d’emploi des appareils dans des conditions normales
d’utilisation. Ces règles concernent le choix des matériaux, le calcul, la fabrication, le contrôle
et l’inspection, ainsi que les organes de protection contre les excès de pression.
Il existe d’autres codes étrangers plus connus et employés tel que :
Le CODRES code de réservoir,
Le CODETTI code pour la tuyauterie
L’ASME américain et son complément TEMA,
Le BS ou British Standard (code anglais),
Les AD Merkblatt allemands et parfois les DIN.

1.2. RAPPELS :
G2.1 le CODAP s’applique aux appareils à pression de vapeur ou de gaz, non soumis à la
flamme, soumis à une pression intérieure Pi > 0,05 Mpa ou une pression extérieure Pe > 0,01
Mpa.

Pi >0,05 Mpa
Pe >0,01 Mpa

G2.2 au sens du code un appareil à pression est limité à tous les accessoires soudés sur la
coque de l’appareil (viroles et fonds) :

Limites de l’appareil

4/77
C1.1.1 le CODAP ne traite que des effets de la pression intérieure (extérieure dans certains
cas), et de la température (calcul de TMA). Si l’appareil est soumis à d’autres sollicitations, il y
a lieu de vérifier leurs effets.

C1.1.3 les règles spécifiques de calcul ont chacune un domaine d’application, hors de ce do-
maine il appartient au concepteur / réalisateur de justifier, par des méthodes de calcul large-
ment reconnu, les épaisseurs de l’appareil.

Nota : attention seul les textes originaux du CODAP font fois

5/77
2. RAPPEL

2.1. LA PRESSION

2.1.1. Définition

La pression permet de traduire l’action mécanique d’un fluide (liquide, gaz) sur une surface.
D’une manière générale, l’action mécanique exercée par un fluide parfait (non visqueux) sur
une surface élémentaire (dS) a les particularités suivantes :
 fM(1/2) est perpendiculaire à la surface de contact.
 fM(1/2) s'appelle la pression au point M et se note pM
 
dF (1 / 2)  p M  dS  n (1 / 2) fM(1/2)=pM

n (1/2) étant la normale à dS orientée de (1) vers (2)

dS
M

 p : pression
Généralement, on écrit : p F  F : force
S  S : surface

 Unités :
D’un point de vue « unités » S.I., la pression s’exprime en Pascal (1 Newton / 1 mètre carré).
Le Pascal permet de traduire des pressions extrêmement faibles, pour les pressions usuelles,
on utilise alors des unités dérivées (bar, atmosphère,…). Les correspondances sont données
dans le tableau ci-dessous :

Pascal (Pa) N / mm2 ou MPa bar (b)


Pascal (Pa) 1 10-6 10-5
Bar (b) 105 10-1 1
Atmosphère (atm) 1,013 x 105 0,1013 1,013
N / mm2 ou MPa 106 1 10
daN / cm2 105 10-1 1
mm H2O (eau) 9,8 9,8 x 10-6 9,8 x 10-5
10 m H2O (eau) 0,98
mm Hg (mercure) 133 133 x 10-6 133 x 10-5
psi (pounds per square inch) 6,9 x 103 6,9 x 10-3 6,9 x 10-2

 Pression Atmosphérique :
La pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer, à 15 °C, est de 1013 mbar.
Elle peut varier, de ± 25 mbar, avec la pluie ou le beau temps. Elle est en fonction de l’altitude
(hydrostatique).

6/77
 Vide
Le vide correspond en théorie à une absence de matière, ce qui correspond à une pression
absolue nulle. En réalité, il ne peut ni être atteint, ni être dépassé, on s’en approche.

 Pressions Absolue – Différentielle :


Etudiant des systèmes réels, nous sommes constamment confrontés à la pression atmosphé-
rique, on distingue alors :
 La pression absolue : c’est la pression réelle définie par rapport au vide absolu. Elle est tou-
jours positive.
 La pression relative ou effective : c’est la différence de pression par rapport à la pression
atmosphérique. Celle-ci est la plus souvent utilisée, car la plupart des mesures se passent
dans l’atmosphère et les capteurs de pression mesurent en relatif.

P absolue P relative
On relie ces pressions par la relation :

P relative >

P absolue = P relative + P atmosphérique


P atmosphérique 0
P relative < 0
0

 Principe de l’Hydrostatique

Liquide
Mise en évidence du principe :
S1 S2
Soit deux colonnes de fluide, de
section
H
respective S1 et S2.
M N
La base de ces colonnes est située
en M et N à la profondeur H.

Chacune des surfaces de base est soumise au poids


de la colonne de fluide qui se situe au-dessus d’elle, à savoir :
7/77
 Surface S1 (en M) : le poids situé au-dessus vaut : P = m . g =  . V1 . g =  . S1 . H . g
On en déduit la pression exercée par la colonne d’eau sur la section S1 :
pM = poids / section S1 soit pM =  . g . H . S1 / S1 =  . g . H
 Surface S2 (en N) : le poids situé au-dessus vaut : P = m . g =  . V2 . g =  . S2 . H . g
On en déduit la pression exercée par la colonne d’eau sur la section S2 :
pN = poids / section S2
soit pN =  . g . H . S2 / S2 =  . g . H
On constate que :
1. pM = pN , les points situés à la même profondeur subissent la même pression (isobarie).
2. la pression varie en fonction de la profondeur en fonction de (, g, H).
Principe de l’hydrostatique :
p =  x g x h ou p =  x g x h
La différence de pression entre 2 points d’un liquide homogène est égale :
 au produit du poids volumique ( =  . g) par la différence de hauteur.
 au poids de la colonne de liquide entre les plans horizontaux passant par les deux points

 Théorème de Bernoulli
Les fluides d’un point de vue énergétique peuvent contenir 3 types d’énergies, à savoir :

 de l’énergie cinétique (vitesse) Ec = ½ . m . v2


 de l’énergie potentielle de pesanteur Eppes = m . g . h
 de l’énergie potentielle de pression Eppression = p . V

En exprimant, le principe de conservation de l’énergie (dans un système isolé, il ne peut y avoir


de disparition ni de création d’énergie totale, il n’y a que des transformations d’énergie.) on
aboutit au théorème de Bernoulli : 1
p V  m  g  h   m  v²  cste
2
Energie potentielle pression

Energie potentielle pesanteur

Energie cinétique

 Pressions Statique - Dynamique

1
A partir du théorème de Bernoulli, en divisant par le p ρgh   ρ  v²  cste vo-
2
lume, on obtient une expression sous forme de pres- sion,

8/77
soit :
On définit alors à partir de cette relation :
 La pression statique (p)
 La pression hydrostatique (.g.h) : c’est la pression due à la position (altitude)
 La pression dynamique (½..v2) : c’est la pression due au mouvement du fluide (ciné-
tique).

9/77
2.2. LES TEMPERATURES

2.2.1. Chaleur – Echanges de chaleur


La chaleur est une forme d’énergie qui peut être échangée entre deux corps. Ainsi, si l’on dis-
pose de deux sources de chaleur, l’une froide, l’autre chaude, il se produit un échange de cha-
leur de la source chaude vers la source froide, jusqu’à atteindre l’équilibre des températures.

Source Échange de Source


Chaude chaleur Froide

Cet échange de chaleur (flux de chaleur) dépend essentiellement de la quantité de matière des
deux sources, de l’écart de température, de la capacité des sources à absorber ou transmettre
la chaleur et de la surface d’échange.
Les échanges thermiques peuvent s’effectuer de 3 manières :
o par conduction : transmission directe à travers la matière (solide ou liquide).
o par convection : propagation propre aux fluides, liée au déplacement de matière.
o par rayonnement : émission d’énergie rayonnante entre deux corps.

2.2.2. Température
Qu’est-ce que la température ?
Il est difficile de donner une définition exacte de la température, car ce n’est pas une grandeur
mesurable directement. Ainsi si on ajoute dans un récipient 1 litre d’eau à 30°C et 1 litre d’eau
à 20°C, on n’obtient pas un litre d’eau à 50°C.
On est donc amené à repérer les températures au moyen d’échelles.
On peut néanmoins montrer que la température est une grandeur intensive (identique pour des
corps en équilibre thermique), caractérisant une propriété thermodynamique de la matière.
On peut la définir de deux façons différentes :
o à l'échelle atomique, elle est liée à l'énergie cinétique moyenne des constituants de
la matière (Agitation microscopique).
o au niveau macroscopique, certaines propriétés des corps dépendant de la tempéra-
ture (Volume massique, résistivité électrique, etc.) peuvent être choisies pour cons-
truire des échelles empiriques de température.

2.2.3. Echelles de température

10/77
Il existe deux types d’échelles de température, à savoir :
o relative : basée sur des points particuliers (changement d’état, par exemple). C’est le
cas des échelles Celsius, Fahrenheit.
o absolue : basée sur l’état d’agitation de la matière (échelle Kel-
vin)

 Centésimale ou Celsius :
L'échelle centésimale fut inventée en 1743 par le suédois Anders Celsius
(1701-1744) physicien et astronome. Sur cette échelle, définie sous pres-
sion atmosphérique, on fixe arbitrairement :
- la valeur de 0° à la température de congélation de l’eau
- la valeur de 100° à la température d’ébullition de l'eau
L'échelle Celsius est l'échelle de température la plus employée dans la vie
courante.

 Fahrenheit :
C’est l’une des plus anciennes échelles élaborée en 1720 par le physicien allemand Gabriel
Daniel Fahrenheit (1686-1736) qui consacra ses travaux à la thermométrie.
Cette échelle prend pour références arbitraires, à pression atmosphérique :
- la valeur de 32° pour la température de congélation de l’eau
- la valeur de 212° pour l’ébullition de l’eau

 Kelvin :
Inventée par le mathématicien et physicien britannique sir William Thomson Kelvin (1824-1907)
au XIXe siècle, à partir de ses travaux sur la thermodynamique, c'est l’échelle employée en
science (S.I.).
Cette échelle n’est plus liée à des références arbitraires liées à certaines propriétés d’un corps,
mais à un état d’agitation de la matière.
Le repos absolu correspond au point 0° et l’on ne peut point descendre en dessous.
Correspondances entre échelles
Kelvin (°K) Celsius (°C) Fahrenheit (°F)
Kelvin (°K) 1 °C + 273,15
Celsius (°C) °K - 273,15 1 (°F – 32) / 1,8
Fahrenheit (°F) 1,8 °C + 32 1

11/77
°K °C °F

Eau - Vapeur
373,15 100 212

Glace - Eau
273,15 0 32

Zéro absolu 0 - -459,67


273 15

2.2.4. Points particuliers

Kelvin (°K) Celsius (°C) Fahrenheit (°F)

Zéro Absolu 0 -273.15 -459,67

Eau – Glace 273,15 0 32

Point triple de l’eau 273,16 0,01 32,018

Eau – Vapeur 373,15 100 212

Point triple de l’eau :


Les corps purs peuvent exister sous 3 états :

GAZEUX

Sublimation Vaporisation
Condensation Liquéfaction

Solidification
SOLIDE LIQUIDE
Fusion

12/77
Lors d’un changement d’état, le corps purs cohabite pendant quelques instants sous les 2
phases. C’est le couple pression-température qui détermine cet équilibre.
L’eau a la particularité d’avoir coexistence des 3 phases en même temps, pour une tempéra-
ture de 0,01°C et une pression absolue de 1,01325 bar. C’est ce que l’on appelle le point triple
de l’eau.
On utilise ce point particulier comme référence dans le système international (étalonnage).

13/77
2.3. UNITES NORMALISEES DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES

1) CONVENTION Et NORMALISATION DES UNITES

SYMBOLES NORMA- UNITES NOR-


N.F.A DESIGNATION
LISES MALISES
Résistance à la traction (résistance à la rupture) R m ou R N/mm² ou MPa
Limite apparente d'élasticité Re MPa
03 151
Rp 0,1 ou Rp 0,2 en RDM,
Limite conventionnelle d'élasticité
on emploie R 0,001 ou MPa
03 160 0,1 % ou 0,2 %
R 0,002
Allongement pour cent après rupture A
%
Coefficient de striction Z
03 152 Dureté Brinelle HB Echelle Brinell
03 153 Dureté Rockwell HRB, HRC Echelle Rockwell
03 154 Dureté Vickers Echelle Vickers
1) Energie absorbée par la J/cm 2 ou daJ/cm²
Résilience sur rupture rapportée à l'unité de Joules par cm 2
KCU
éprouvette à en- section de l'éprouvette au droit ou déca joules par
taille en U (dite de l’entaille cm²
CHARPY U) 2) Energie absorbée par la
KU
rupture
03 156 J ou daJ
1) Energie absorbée par la
KV
rupture
Résilience sur
2) Energie absorbée par la
éprouvette à en-
rupture rapportée à l'unité de la J/cm²
taille en V KCV
section de l'éprouvette au droit daJ/cm ²
de l'entaille

2) MASSE VOLUMIQUE  (lire rhô)


C’est la masse de l’unité de volume. L’unité est le kilogramme par mètre cube (kg.m -3 ).
Exemples : pour l’eau  = 1000 kg.m -3 ; pour l’air  = 1,293 kg.m -3 .

3) DENSITE d :

masse volumique d' un corps


d  un nombre sans dimension
de l' eau (liquides ou solides)
masse volumique 
 de l' air (pour les gaz)

Exemple : huile minérale = 920 kg.m-3, densité correspondante d = 0,92.

4) LA VISCOSITE
C’est une propriété importante. Elle caractérise les frottements internes ou intermoléculaires
à l’intérieur du fluide, autrement dit sa capacité à s’écouler.
La propriété inverse est la fluidité. La température a une grande influence sur la viscosité des
fluides. Celle-ci diminue lorsque la température augmente.
a) Viscosité cinématique  (lire nu) : Elle est déterminée, pour les liquides, en me-
surant à une température donnée la durée d’écoulement d’un volume connu
de liquide à travers un appareil comportant un orifice (tube capillaire) de di-
mensions normalisées. L’unité est le mètre carré par seconde (m².s-1).
1 st = 1 stoke = 10-4 m²/s-1 = 100 cst

b) Viscosité dynamique  (lire mu) : Elle caractérise l’aptitude des couches de


fluide à glisser les unes sur les autres (comparable au frottement existant
entre les surface planes de deux solide en contact).

14/77
La couche de fluide inférieur adhère au bâti en B : Elle reste fie. La couche supérieure a le
même mouvement que la plaque. Pour un fluide newtonien (fig. 4), les couches de fluide suc-
cessives entre A et B glissent et frottent les uns sur les autres, toutes de la même façon (ceci
n’est pas vérifié dans les autres cas).
Si T est la force nécessaire pour déplacer la couche A à la vitesse  par rapport à la
couche B, Ah l’épaisseur du film de fluide et AS l’air de contact entre les couche, alors la vis-
cosité dynamique  est définie par :
 Δν  ΔT contrainte de cisaille- Δν  accroissement de la vitesse 
τ  μ ; avec τ    ;  
 Δh  ΔS  ment entre couche  Δh  entre les couches successives 
L’unité est le pascal seconde (Pa.s) ou la poise ; 1 poise = 0.1 Pa.s
Relation entre viscosité dynamique et viscosité cinématique :
  en Pa.s ou N.s.m -2
μ 
ν  avec  en m 2 .s -1
ρ   en kg.m -3

Viscosité de quelques fluides à 20° C et à la pression atmosphérique.
Fluide  (Pa.s)  (kg.m-3)  (m2.s-1)
Hydrogène 8,8 x 10-6 0,084 1,05 x 10-4
Oxygène 2 x 10 1,31 1,53 x 10-5
Air 1,8 x 10-5 1,2 1,51 x 10-5
-3
Alcool éthylique 1,2 x 10 787 1,52 x 10-6
Gazole 1,3 x 10 893 1,45 x 10-6
-4
Essence 2,9 x 10 680 0,422 x 10-6
-3
Kérosène 1,64 x 10 823 2 x 10-6
Huile SAE 10 0,088 909 0,97 x 10-4
Huile SAE 30 0,29 909 3,2 x 10-4
Huile SAE 50 0,7 909 7,7 x 10-4
-3
Octane 0,51 x 10 701 7,3 x 10-7
Propane 0,11 x 10-3 495 0,22 x 10-7
-4
Fréon 12 2,62 x 10 1327 1,97 x 10-7
0°C 1,788 x 10-3 1000 1,788 x 10-6
-3
10 1,307 x 10 1000 1,307 x 10-6
20 1,003 x 10-3 998 1,005 x 10-6
-3
30 0,799 x 10 996 0,802 x 10-6
40 0,657 x 10-3 992 0,662 x 10-6
-3
Eau à 50 0,548 x 10 988 0,555 x 10-6
60 0,000 x 10-3 983 0,475 x 10-6
-3
70 0,405 x 10 978 0,414 x 10-6
80 0,355 x 10-3 972 0,365 x 10-6
-3
90 0,316 x 10 965 0,327 x 10-6
-3
100 0,286 x 10 958 0,295 x 10-6

15/77
5) IFFERENTS TYPES DE FLUIDES
II existe trois familles de fluides : les fluides viscoélastiques (farines de blé, poudres, di-
verses...), les fluides dont les caractéristiques sont fonction du temps (peintures à séchage
rapide, produits alimentaires liquides, solutions de plâtre...) et les fluides dont les caractéris-
tiques sont indépendantes du temps. Cette dernière famille, la plus nombreuse, présente dif-
férents comportements : figure ci-après

16/77
2.4. MATIERE D’OUEVRE :

Acier de construction d’usage général de la norme NF 10 205 (classement NF A


35 501), tous les profilés ci après, existent couramment en acier FE 360 B (anciennement E
24.2). Ceux qui sont marqués d’un () peuvent aussi être réalisés en FE510 C et FE510 D
(anciennement E36.2 et E36.3) mais sur demande.

 UPN 80 à 300  Cornières égales 16x16x3 à 200x200x20


 UAP 80 à 300  Cornières inégales 30x20x3 à 200x100x14
 IPE 80 à 600  Tés égaux 20x20x3 à 100x100x11
 HEA et HEB 100 à 1000  U à congés 30x15 à 70x40
 Fer plats 10x3 à 150x60  Rond de serrurerie Ø 6 à 150
 Larges plats 160x5 à 500x25  Carrés de 6 à 125

2.4.1. LES ACIERS

1. Aciers non alliés (usage général) NF A 35 501 avril 1983


Objet : cette norme a pour objet de définir les principales caractéristiques mécanique et chi-
mique sur du produit, ainsi que les conditions de réception des aciers de construction
d’usage général. Norme : NF EN 10-207 (remplace la norme NF A 35-501). Ce sont des
aciers pour appareils à pression simple, conditions techniques de livraison des tubes,
bandes et barres (Classement A 36-220)
Les nuances de cette norme sont autorisées uniquement en catégorie C dans les conditions
suivantes :
 La contrainte nominale de calcul et le coefficient de soudure ne peuvent être respecti-
vement supérieurs à f et à 0,7.
 La température de calcul est au plus égale à 110°C et la température d’étude est su-
périeur à -20°C.

Domaine d’application
La présente norme s’applique :
 Aux tôle minces, moyennes et fortes, larges plats ép. maxi 150 mm
 Aux ronds Ø maxi 350 mm
 Aux poutrelles et aux autre laminés marchands ép. maxi 100 mm

La présente norme ne concerne pas les produits explicitement définis par d’autres spécifica-
tions, tels que :
 Les tôles pour chaudières et appareils à pression. NF A36 205 et 207
 Les tôles pour emboutissage NF A36 301 et 401 …

Nuances, qualité et épaisseurs maxi. fournies en fonction de la nature des produits


Tôles Autres
Tôles fortes
Nuance Qualité minces Poutrelles Cornières Ronds laminés
Larges plates
(e < 3mm) marchands
A33 x 80 mm 30 mm 30 mm 30 mm
2 150 mm
A34
2NE 150 mm
2 16 mm 16 mm 30 mm 30 mm
2E 16 mm 16 mm 30 mm 30 mm
E24 2NE x 150 mm 100 mm 30 mm 350 mm 100 mm
3 x 150 mm 100 mm 30 mm 350 mm 100 mm
4 x 150 mm 100 mm 30 mm 350 mm 100 mm
E28 2 x 150 mm 100 mm 30 mm 350 mm 100 mm
17/77
Tôles Autres
Tôles fortes
Nuance Qualité minces Poutrelles Cornières Ronds laminés
Larges plates
(e < 3mm) marchands
3 100 mm 30 mm 350 mm 100 mm
4 x 150 mm 100 mm 30 mm 350 mm 100 mm
2 30 mm 50 mm 50 mm
50 mm
E36 3 x 150 mm 30 mm 350 mm 100 mm
100 mm
4 x 150 mm 30 mm 350 mm 100 mm
A50 2 x 150 mm 30 mm 350 mm 100 mm
A60 2 150 mm 30 mm 350 mm 100 mm
A70 2 150 mm 30 mm 350 mm 100 mm

Tableau 2 – composition chimique (NF A35 501)


C% max P% max S% max N2% max
Mode de dé-
soxydation

Elément
Nuance

Qualité

d’alliage
produit

produit

produit

produit
coulée

coulée

coulée

coulée
(coulée)
%

A33
-- 0,16 0,20 0,045 0,055 0,045 0,055 0,008 0,009
A34 2
NE 0,16 0,18 0,045 0,050 0,045 0,050 0,008 0,009
2 -- (1) 0,17 (5) 0,21 0,045 0,055 0,045 0,055 0,008 0,009
E (1) 0,17 (5) 0,21 0,045 0,055 0,045 0,055 0,007 0,008
E24 NE 0,17 (6) 0,19 0,045 0,050 0,045 0,050 0,008 0,009 Al≥0,02 (9)
3 NE 0,16 0,18 0,040 0,045 0,040 0,045
4 CS 0,16 0,18 0,035 0,040 0,035 0,040
2 NE 0,2 0,23 0,045 0,050 0,045 0,050 0,008 0,009
E28
3 NE 0,18 0,20 0,040 0,045 0,040 0,045 Al≥0,02 (9)
(2)
4 CS 0,18 0,20 0,035 0,040 0,035 0,040
2 NE 0,24 0,27 0,045 0,050 0,045 0,050
E36
3 NE 0,20 (7) 0,22 0,040 0,045 0,040 0,045 Al≥0,02 (9)
(3)
4 CS 0,20 (8) 0,22 0,035 0,040 0,035 0,040
A 50 2 NE 0,045 0,050 0,045 0,050
A 60 2 NE 0,045 0,050 0,045 0,050
A 70 2 NE 0,045 0,050 0,045 0,050
E = effervescent NE = non effervescent CS = calmage spécial
(1) Les qualités E24-2 et E24-2E sont livrées exclusivement en produits d’épaisseur inférieure ou égale à 16 mm dans le cas des poutrelles et cornières et
à 30 mm pour les autres laminés marchands.
(2) E28 : les teneurs en manganèse et silicium ne doivent pas dépasser respectivement 1,30% et 0,40% sur coulée et 1,40% et 0,45% sur produit.
(3) E36 : la teneur en manganèse ne doit dépasser 1,60% sur coulée comme sur produit. La teneur en silicium ne doit pas dépasser 0,55% sur coulée et
0,60% sur produit.
(4) La teneur en azote peut être augmentée de 0,001% pour chaque diminution de 0,005% de la teneur en phosphore sans pour autant dépasser 0,010%
à la coulée et 0,012% sur produit. Toutefois cette prescription de teneur en azote ne s’applique pas lorsque les aciers sont élaborés au four électro-
nique ou lorsque l’analyse sur produit met en évidence la présence d’éléments fixant l’azote.
(5) Pour les produits d’épaisseur supérieure à 16 mm il est admis une teneur maximale en carbone de 0,19% sur coulée et 0,24 sur produit.
(6) Pour les produits d’épaisseur supérieure à 30 mm il est admis une teneur maximale en carbone de 0,19% sur coulée et 0,21 sur produit.
(7) Pour les produits d’épaisseur supérieure à 16 mm il est admis une teneur maximale en carbone de 0,22% sur coulée et 0,24 sur produit.
(8) Pour les produits d’épaisseur supérieure à 30 mm il est admis une teneur maximale en carbone de 0,22% sur coulée et 0,24 sur produit.
(9) Cette prescription ne s’applique qu’aux produits d’épaisseur inférieure à 5 mm ; d’autre part après accord entre acheteur et producteur d’autres élé-
ments de calmage peuvent être utilisés.

Tableau 3 – Tôles
Re (N/mm²) (1) min R (N/mm²)
Nuances

110<e≤150
Qualités

A%
80<e≤110
30<e≤50

50<e≤80

3≤e≤150
3≤e≤30

(L0 = 80mm)
e<3

e<3

min e<3

A33 -- 155 175 175 165 -- -- 320-560 300-540 16


A34 2 -- 165 155 145 135 125 -- 330-410 --
18/77
Re (N/mm²) (1) min R (N/mm²)

Nuances

110<e≤150
Qualités
A%

80<e≤110
30<e≤50

50<e≤80

3≤e≤150
3≤e≤30
(L0 = 80mm)

e<3

e<3
min e<3

(5)
2 215 235 215 205 195 185 22
360-480 340-460
E24 3 215 235 215 205 195 185 22 (6)
(6) (6)
4 215 235 215 205 195 185 24 (6)
2 255 275 255 245 235 225 19
420-560 400-540
E28 3 -- 275 255 245 235 225 --
(6) (6)
4 255 275 255 245 235 225 21 (6)
3 325 355 (7) 335 335 315 305 17
E36 510-650 490-630
4 325 355 (7) 335 335 315 305 19
490-610
A50 2 275 295 275 275 265 255 490-630 17
(5)
590-710
A60 2 -- 335 315 315 305 295 -- --
(5)
A33 -- 155 175 175 165 -- -- 320-560 300-540 16
690-830
A70 2 -- 365 345 345 335 325 -- --
(5)
si la limite d’élasticité apparente est difficile à saisir on a alors recours à la limite conventionnelle d’élasticité à
0,2% (R 0,002).
les valeurs de pliage ne sont garanties que pour les produits d’épaisseur inférieur ou égale à 80 mm.
Essai effectué s’il est spécifié à la commande
Moyenne de 3 essais, aucun résultat individuel ne devant être inférieur à :
- 2,6 daJ/cm² pour une valeur minimale moyenne de 3,5 daJ/cm²
- 3,5 daJ/cm² pour une valeur minimale moyenne de 5 daJ/cm²
Pour ces nuances, lorsque l’épaisseur est supérieure à 110 mm, une tolérance de 20 N/mm² est admise sur
la limite inférieure de la résistance à la traction.

Exemple de désignation :

A33 : Classe A, 33 hb est la résistance à la rupture


E24 : Classe E, 24 hb est la limite élastique
1 hb = 1 daN/mm²

2. Aciers non allies (Tôles pour chaudières et appareils à pression) NF A36 205
Avril 1979
Ce sont des aciers spécialement destinés aux appareils à pression fortement sollicités dont
la température de service peut aller de -40° à 450°C et s’applique aux tôles moyennes et
fortes d’épaisseur comprises entre 3mm et 110mm.
Il existe 4 nuances d’acier : A37 – A42 – A48 – A52
Chaque nuance se subdivise en 3 qualités : AP, FP et CP
Qualité CP : destinée généralement à la construction d’appareils à pression soumis à des
températures notablement supérieures à la température ambiante.
Qualité AP : destinée généralement à la construction d’appareils à pression soumis à la tem-
pérature ambiante.
Qualité FP : destinée généralement à la construction d’appareils à pression soumis à des
températures inférieures à la température ambiante.
En outre chacune de ces qualités satisfait à des valeurs minimales de limite d’élasticité
(Rt0,002) aux températures comprises entre 100°C et 400°C
Exemples de désignation : A37 CP – A48 AP

19/77
La désignation des aciers dont les caractéristiques sont garanties après traitement simulé de
détente des contraintes est complétée par la lettre R placée après le symbole de la qualité.
Exemple A48 CPR, A52 APR

Caractéristiques mécaniques communes


Rt0,002 min N/mm² A% mini (L0
(Re N/mm²) = 5,65 S 0 )
Nuances

Pliage 180°
30 <e< 50

50 <e< 80

30 <e< 50
R N/mm²
e ≤ 30

e ≤ 30
e> 80

e> 50
A37 225 (235) 205 (215) 195 (205) 185 (195) 360 – 430 28 27 26 0,5 a
A42 245 (255) 225 (235) 225 (235) 215 (225) 410 – 490 27 25 24 1a
A48 285 (295) 265 (275) 265 (275) 255 (265) 470 – 550 23 22 21 2a
A52 335 (355) 315 (335) 315 (335) 305 (325) 510 – 610 22 21 20 3a

Limite d’élasticité à température élevée


Rt0,002 min N/mm² minimale, à la température de
100°C 150°C 200°C
Nuances

30 30 30 250°C 300°C 350°C 400°C


e≤30 <e≤ e> 50 e≤30 <e≤ e> 50 e≤30 <e≤ e> 50
50 50 50

A37 196 186 181 181 172 167 167 162 157 147 127 118 103
A42 223 206 201 206 196 191 191 186 186 176 157 142 132
A48 260 245 240 245 235 230 230 225 220 216 196 176 157
A52 309 294 294 284 274 274 260 255 255 235 216 206 186

3. Aciers inoxydable (Usage général) NF A35 573 Octobre 1981


Objet : la présente norme à pour objet de définir un certain nombre de nuances d’aciers
inoxydables d’usage général livrées sous forme de tôle, larges bandes, feuillards en fonction
de leur composition chimique, de leur traitement de référence et de leur caractéristiques mé-
caniques.

Domaine d’application : la présente norme s’applique aux aciers inoxydables corroyés à


chaud d’usage général livrés sous forme de produits plats ci-après :
 Tôles laminées à froid d’épaisseur comprise entre 0,4 et 5 mm inclus.
 Tôles moyennes et fortes laminées à chaud d’épaisseur inférieure ou égale à 10mm
dans le cas des aciers ferritiques et martensitiques et 50 mm dans le cas des aciers
austénitiques.
 Larges bandes laminées à froid et à chaud dans les épaisseurs ci-dessus.
 Feuillards laminés à chaud.
Cette norme ne concerne pas les nuances spéciales à certains usages particulières telles les
normes :
NF A35 578 Aciers réfractaires
NF A35 580 Aciers austénitiques, résistant mécaniquement aux températures élevées.
NF A35 581 Aciers inoxydables à durcissement par précipitation.
NF A35 582 Aciers inoxydables austénitiques avec addition d’azote.
NF A35 584 Aciers inoxydables résistant aux corrosions particulières.
NF A36 581 Tôles en aciers inoxydable austénitiques pour les chaudières et appareils à
pression.

20/77
Tableau I : composition chimique à la coulée des aciers ferritiques et martensitiques.
Nuance composition pour cent (%)
Mn P S Si
Codification Désignation C Ni Cr Mo Autres
max max max max
410 F 01 Z 6 C 13 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 -- 11,5/13,5 -- --
405 F 00 Z 6 CA 13 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 -- 11,5/13,5 -- Al 0,10-0,3
409 F 00 Z 6 CT 12 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 -- 10,5/12,5 -- Ti 6 C - 1

410 F 20 Z 12 C 13 0,8/0,15 1 0,04 0,03 1 -- 11,5/13,5 -- --


420 F 20 Z 20 CA 13 0,15/0,24 1 0,04 0,03 1 -- 12,0/14,0 -- --
460 F 00 Z 6 ND 16.04.01 ≤0,07 1 0,04 0,03 1 3,5/5,5 15,0/17,0 0,7/1,25 --

430 F 00 Z 8 C 13 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 16,0/18,0 -- --


434 F 00 Z 8 CD 17.01 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 16,0/18,0 0,9 / 1,3 --
430 F 30 Z 8 CT 17 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 16,0/18,0 Ti 6 C – 1
430 F 35 Z 8 CNb 17 ≤0,08 1 0,04 0,03 1 16,0/18,0 Nb ≥ 12 C

Tableau II : composition chimique à la coulée des aciers austénitiques.

Nuance composition pour cent (%)


Mn P S Si
Codification Désignation C Ni Cr Mo Autres
max max max max
304 F 10 Z 2 CN 18.10 0,03 2 0,04 0,03 1 0,9 / 11,0 (1) 17,0/19,0 -- --
304 F 00 Z 6 CN 18.09 0,07 2 0,04 0,03 1 0,8 / 10,0 17,0/19,0 -- --

302 F 00 Z 10 CN 18.09 0,12 2 0,04 0,03 1 7,5/9,5 17,0/19,0 -- --


301 F 20 Z 12 CN 17.07 0,08/0.15 2 0,04 0,03 1 6,0/8,0 16,0/18,0 -- --

321 F 00 Z 6 CNT 18.10 0,08 2 0,04 0,03 1 0,9 / 11,0 17,0/19,0 -- Ti ≥ 5 C et ≤ 0,6
347 F 00 Z 6 CNNb 18.10 0,08 2 0,04 0,03 1 0,9 / 11,0 17,0/19,0 -- (Nb+Ta) ≥ 10 C et ≤ 1

316 F 10 0,03 2 0,04 0,03 1 10,5/13,0 16,0/18,0 2,0 / 2,5 --


Z 2 C 17.12
316 F 00 Z 6 CD 17.11 0,07 2 0,04 0,03 1 10,0/12,5 16,0/18,0 2,0 / 2,5 --
316 F 30 Z 6 CT 17.12 0,08 2 0,04 0,03 1 10,5/13,0 16,0/18,0 2,0 / 2,5 Ti ≥ 5 C et ≤ 0,6
Z 6 CNb 17.12 0,08 2 0,04 0,03 1 10,05/13,0 16,0/18,0 2,0 / 2,5 (Nb+Ta) ≥ 10 C et ≤ 1
316 F 35
316 F 11 Z 2 CND 17.13 0,03 2 0,04 0,03 1 11,5/13,5 16,0/18,0 2,5 / 3,0 --

317 F 10 Z 2 CND 19.15 0,03 2 0,04 0,03 1 14,0/16,0 17,5/19,5 3,0 / 4,0 --

Tableau III : Caractéristiques mécaniques des aciers ferritiques et martensitiques


NF A35 573

Essai de traction
R0,002 N/mm2
A % min
(2) min
Pliage
Traitement thermique de
Nuance R N/mm2 (4)
e < 5 (3)

référence (1) °C 0,4≤e<3 3≤e≤10


5≤e≤10

(2)
0.4≤e<3
(éprouvette (éprouvette
20mm x 80mm) L0 = 5,65 S 0 )

Z 6C 13 Recuit 750-800 245 225 420-620 19 21 1e


Z 6 CA 13 Recuit 750-800 245 225 420-620 19 21 1e
Z 6 CT 12 Recuit 775-825 200 180 380-580 20 22 1e
Z 12 C 13
H 900-1 000 + Ru 625-675 460 440 630-830 13 15 --
Z 20 C 13
H 975-1 025+ Ru 625-675 560 540 730-930 11 13 --
Z 6 ND
N 900-950 + Ru 550-650 635 615 840-980 -- 14 --
16.04.01
Z 8 C 17 Recuit 775-825 265 245 430-630 18 20 1 e
Z 8 CO 17.01 Recuit 800-850 280 260 450-650 17 19 1 e
Z 8 CT 17 Recuit 825-875 240 220 400-600 20 22 1 e
Z 8 CNb 17 Recuit 825-875 240 220 400-600 20 22 1 e
(1) Refroidissement rapide après revenu, refroidissement à l'air après recuit
(2) N/mm2 = 1 MPa.
(3) Tôles laminées à froid.
(4) L'essai n'est effectué que sil est prévu à la commande.
(5) Cette nuance est livrée jusqu'à une épaisseur de 100 mm.

21/77
Autre normes
D’autre normes définissent des aciers pour des conditions très rigoureuses : basse tempéra-
ture élevée, et posent des problèmes de mise en œuvre (soudage et traitements thermiques)
590 FP 590 AP

15 D3 _ 18 HD 4-05 _ 15 NDV 15-05


NF A 36-207
Aciers inoxydables austénitiques

Aciers inoxydables austénitiques


550 FP 550 AP

530 FP 530 AP

15 CD 2 - 05

15 CD 4 - 05

10 CD 9 - 10

Réfractions
510 FP 510 AP
3,5 Ni
1,5 Ni
0,5 Ni
9 Ni
5 Ni

52 FP 52 AP 52 CP

NF A 36-205
48 FP 48 AP 48 CP

42 FP 42 AP 42 CP

37 FP 37 AP 37 CP
NF A 36-209 NF A 36-208 NF EN 10-207 NF A 36-206 NF A 36-209 NF A 35-578

-196 - 40 - 20 -0 100 400 600 700


450

TEMPERATURES D’UTILISATION DES ACIERS POUR APPAREILS A PRESSION

2.4.2. LES TUBES


L’A.F.N.O.R. a défini un très grand nombre de normes de tube qui n’est pas forcément justi-
fié. Toutefois on peut les classer en 2 catégories d’utilisation :
a) Tube en aciers pour tuyauterie d’usage généraux, ce sont les tubes définis par les
normes : NF A 49-111, NF A 49-115, NF A 49-141, NF A 49-142, NF A 49-145, NF A
49-146. Ces normes de tubes ne sont pas prises en compte dans le CODAP
b) Tube en acier, pour le transport des fluides avec conditions particulières de service
Dans cette catégorie, les tubes offrent des qualités et garanties plus grandes et plus
précises. Ces sont les normes : NF A 49-211, NF A 49-213, NF A 49 242, NF A 49-
230, ect… (Voir CODAP M2/11)

c) Contraintes nominales de calcul pour tubes et accessoires correspondants


(Voir CODAP C1/22 : C1.7.2 et tableau)

d) Les brides et pièces forgées en acier soudable


5 normes définissent des aciers pour pièces forgées en acier soudable pour chau-
dières et appareils à pression, ce sont :
 La NF A 36-601 qui définit 4 nuances d’aciers : A37, A42, A48, A52. Chaque
nuance se subdivise en 3 qualités : CP, AP et FP.
 La NF A 36-602, cette norme définit 7 nuances d’aciers :
15 D 3
18 MD 4-05
15 MVD 4-05
15 CD 2-05
15 CD 4-05
10 CD 9-10
Z 10 CD 5-05
 Les NF A 36-605, NF A 36-603 et NF E 29-204

22/77
e) La boulonnerie
(Voir CODAP M9/49)

f) Caractéristiques mécaniques des aciers (R ; Rt0,002) d’après Normes NF A


 Tôles
Norme et Re
R N/mm² 50° 100° 150° 200° 250° 300° 350° 400° 425° 500°
Nuance N/mm²
NF EN 10-207
NF A 36-205
A 37 e≤30 360-430 225 196 181 167 147 127 118 103 93
A 42 e≤30 410-490 245 223 206 191 176 157 142 132 122
A 48 e≤30 470-560 285 260 245 230 216 196 176 157 147
A 52 e≤30 510-620 335 309 284 260 235 216 206 186 176
NF A 36-206 450°
15 D 3 430-550 265 245 226 196 186 177 166
15 CD 2-05 450-570 275 255 235 216 196 186 181
15 CD 2-05 470-610 295 275 255 235 216 201 191
10 CD 9-10 520-670 310 275 255 235 226 216 206
Z 10 CD 5-05 520-670 310 265 255 245 230 220 206
NF A 36-207
A 510 e≤35 510-610 335 309 284 260 235 216 206 186
A 530 e≤35 530-630 345 311 287 267 245 230 211 191
A 550 e≤35 550-670 390 350 325 299 275 255 235 206
A 590 e≤35 590-700 430 390 364 338 314 294 265 235

 Brides (pièces forgées)


NF A 36-601
A 37 e≤30 360-430 225 181 167 157 147 127 118 103
A 42 e≤30 410-490 245 201 191 186 176 157 142 132
A 48 e≤30 470-560 285 240 230 226 216 196 176 157
A 52 e≤30 510-620 325 294 274 255 235 210 206 186

NF A 36-602
15 D 3 430-550 265 245 226 196 186 177 166
18 MD 4-05 510-610 345 309 294 284 265 235 216
15 MVD 4-05 510-610 345 309 294 284 265 235 216
15 CD 2-05 450-550 275 255 235 216 196 186 181 177
15 CD 4-05 470-570 295 275 255 235 216 201 191 181
10 CD 9-10 520-620 310 275 255 235 226 216 206 196
Z 10 CD 5-05 590-700 390 333 323 309 294 279 265 255

 Tubes
NF A 49-242
TS 34 C 330-410 185 184 169 154 139 125 100 91
TS 37 C 360-450 235 225 216 196 177 157 127 118
TS 42 C 410-510 255 255 237 220 202 186 157 147

Tableau 2
Rp0,2 Rm valeur KCV min en J/cm²
NF A 49-211 A%
MPa MPa min
Nuances min (1) Moyenne Min
min (2) (1) (2)
TU E 220 220 370-490 25 35 28
TU E 250 250 410-530 23 35 28
TU E 275 275 470-590 20 35 28
En plus des caractéristiques garanties données ce tableau :
(1) le produit Rm (A - 2) est garanti supérieur ou égal à 10 500.
R p 0,2
(2) le rapport pour des caractéristiques mesurées sur la même éprouvette est garanti au plus égal à 0,9.
Rm

23/77
T°C 100°C 150°C 200°C 250°C 300°C 325°C 350°C 400°C 425°C
Nuances
TU E 220 190 176 165 145 122 116 109 103 99
TU E 250 210 199 188 170 149 143 136 128 124
TU E 275 240 223 212 195 177 168 159 150 145

Tableau 3
Rp0,2 Rm (1) A% min (1) KCV min en J/cm²
NF A 49-230
min MPa Température Résultat Résultat
Nuances
MPa Sur (L0 = 5,65 S0 ) de l’essai moyen individuel
TU 17 N 2 325 490-640 22 - 60°C 50 40
TU 10 N 9 245 450-600 20 - 80°C 50 40
TU 10 N 14 245 450-600 20 -100° C 50 40
TU Z 6 N 9 (2) 520 650-800 16 -196°C 60 50
1) En plus des caractéristiques minimales garanties données dans ce tableau, le produit Rm (A – 2) est garanti égal ou
supérieur à 10 500.
2) L’article 15 de l’arrêté du 24 mars 1978 modifié, réglementant l’emploi du soudage dans la construction et la réparation
des appareils à pression, soumet l’emploi de cet acier à l’accord préalable du directeur interdépartemental de l’industrie.

24/77
Tableau 4 - Caractéristiques mécaniques - Tubes en acier non alliés
Caractéristiques mécaniques en MPa Résilience
NF Traitement KCV mini
A49 - 212 thermique en J/cm2
à la température de référence  ° C
de référence A 20 ° C Caracté σR à 0° C
Nuances (3) Rp ristique indi-
A%
Rm 0.2 quée (2) 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475 Moy. Ind.
Mini (1)
mini
Rp 0.2 (4) 157 142 127 122 118 115 113 110 108
360 104 h 191 157 127 103 83
TU 37- C Normalisation 220 30 40
460 σR 5
10 h 157 122 98 78 64
410
TU 42- C Normalisation Rp 0.2 (4) 186 167 157 152 147 142 137 134 132
510
Traitement 410
235 104 h 235 191 152 118 93 30 40
de détente 510
TU 42- CR
420
Rm (A - 2) ≥ 10 500 σR
Normalisation 181 147 113 88 67
520 105 h
470
TU 48- C Normalisation Rp 0.2 (4) 216 201 186 176 167 162 157 154 152
570
Traitement 470
275 104 h 304 245 191 147 108 50 35
de détente 590
TU 48- CR
490 σR
Normalisation 235 186 142 103 74
610 105 h
Rp 0.2 (4)
245 236 225 214 206 190 176 170 157 145
a  20mm : 310
a ≤ 20mm : 350

510 104 h
TU 52- C Normalisation 50 35
630
σR
105 h

(1) Cette condition permet de garantir que l’allongement en long et au moins égal à 16% pour les nuances contenues dans ce tableau.
(2) Pour Rp 0.2 valeurs minimales – pour GR valeurs moyennes voir (1.6.2)
(3) Voir 3.1.3 et 3.1.4.
(4) Si la vérification est effectuée avec une durée de maintien de la charge portée à 5 min, les valeurs garanties sont diminuées de 20 PM a.

25/77
Tableau 5 - Caractéristiques mécaniques - Tubes en acier non alliés au Mo et Cr .Mo
Caractéristiques mécaniques en MPa (1) Résilience
RCV mini
NF A 49 - Traitement A 20°C A la température de référence °C en J/cm²
213 thermique de Caractéristique à 0° C
Nuances référence Rp indiquée (2)
Rm 0,2 A % mini 250 300 350 400 425 450 475 500 525 550 575 600 625 Moy. Ind
mini
Rp 0.2 235 206 186 176 172 167 157 147
875/925 °C air 430 104h 304 235 176 118 (69)
TU 15 D 3
(3) 550
265 22 R 105h 216 157 93 53 31
- -
5
1 10 h 147 115 74 41 24
875/925 °C air Rp 0.2 235 216 196 186 181 (175)
TU 15 CD 2 plus revenu 440
275 22 104h 343 294 216 147 (88) 40 30
- 05 625/700 °C 570 R 105h 196 137 88 49
(3) 5
1 10 h 152 108 72 (39)
T≤40 230 215 200 190 184 180 177 175
Rp 0.2
900/950 °C air 40<T≤60 220 205 190 180 174 170 167 165
TU 13 CD 4 440 290
- 04
+ revenu à
590 (4)
22 104h 370 314 239 165 109 (68) 40 30
R
Rm (A - 2) ≥ 10 500
640/760 °C 105h 285 203 137 86 49 (30)
5
1 10 h 191 142 98 63 36 (21)
a) 900/950°C Rp 0.2 196 186 176 172 167 164 162
+ refroid. 100 440
225 22 104h 206 147 98 69 - -
°C/h maxi 590 R 105h (181) 127 88 64 44
TU 10 CD jusq’à 700°C 5
1 10 h 93 69 49 34
5-05 Rp 0.2 255 235 216 206 196 186 176
b) 900/950°C
490 104h 225 147 98 69
air + revenu à
640
325 20 R 105h (181) 137 98 69 44
40 30
650/775°C 5
1 10 h 93 69 49 34
a) 900/960°C Rp 0.2 191 186 176 167 157 147
+ refroid. 100 410
225 22 104h 196 146 113 88 69 49 - -
°C/h maxi 560 R 105h (181) 137 103 78 59 39
TU 10 CD jusq’à 700°C 5
1 10 h 93 74 54 39 29
9-10 Rp 0.2 255 235 225 216 206 196
b) 910/960°C
490 104h 181 139 108 83 64 49
air + revenu à 325 20 R 40 30
640 105h (181) 137 100 73 54 39
650/775°C 5
1 10 h 88 64 49 36 (29)
(1) Les valeurs entre parenthèses sont données à titre indicatif.
(2) Pour Rp0,2 valeurs mini. ; pour R et 1 valeurs moyennes (voir 1.6.2).
(3) Voir 3.1.3.
(4) Pour les épaisseur égales ou inférieurs à 10mm, la valeur minimale de Rp0,2 est portée à 305 Mpa. Pour les diamètres inférieurs ou égaux à 30 mm avec une épaisseur inférieur ou égale à 3.2 mm et pour les
tubes d’épaisseurs supérieures à 32 mm la valeur mini. de Rp0,.2 est ramenée à 280 MPa

26/77
Tableau 6 - Caractéristiques mécaniques - Tubes en acier alliés au Cr .Mo

Caractéristiques mécaniques en MPa (1) Résilience


RCV mini
Traitement
NF A 49 - A 20°C A la température de référence °C en J/cm²
thermique
213 Caractéristique à 0° C
de réfé-
Nuances Rp indiquée (2)
rence A%
Rm 0,2 250 300 350 400 425 450 475 500 525 550 575 600 625 650 Moy. Ind
mini
mini
a) 900/950°C Rp 0.2 mini 149 147 144 141 137 131
+ refroid. 100 410 104h 130 102 81 64 46
205 22 R - -
°C/h maxi 560 105h (155) (123) 95 75 55 42 32
TU Z 12 jusq’à 700°C 1 10 h5
54 40 30 23
CD 5-05 b) 900/950°C Rp 0.2 mini 224 216 206 194 191 167

Rm (A - 2) ≥ 10 500
refroid. Air + 520 104h 147 113 83 60 44
280 20 R 40 30
revenu à 640 105h 103 73 49 34 24
680/780°C 1 10 h5

900/950 °C + Rp 0.2 mini 160 158 155 150 146 143 140 136 130 120
TU Z 10 refroid. à 100 440 104h 88 69 49 34
205 22 R - -
CD 9 °C/h maxi 590 105h (114) (91) 69 49 34 25
jusq’à 700°C 1 105h 41 29 21 18
1050/1125°C Rp 0.2 mini 330 325 310 300 290 275 260 240 220
TU Z 10 refroid. air +
590 104h (280) (250) 216 167 118 83 54
CD Nb V revenu à 390 16 R - -
740 105h (250) (210) 167 118 78 54 35
9 – 2 (2) 760/820°C 5
(3) 1 10 h 98 69 49 29
(1) Pour R et 1 valeurs moyennes (voir 1.6.2). Les valeurs entre parenthèses sont données à titre indicatif.
(2) L’emploi de cet acier est soumis à l’accord préalable prévu par l’article 15 de l’Arrêté de 24 mars 1978 modifié réglementant l’emploi du soudage dans la construction
et la réparation des appareils à pression soumis à la Réglementation Française.
(3) Dans le cas de tubes réalisés par filage et finis à chaud, si la température de fin de filage est comprise entre 1050 et 1180°C, le revenu à 760/820°C peut être suffi-
sant. Dans tous le cas, la température exacte de revenu est à déterminer en fonction de la coulée.

27/77
CARATERISTIQUE MECANIQUE SUR TUBES DES ACIERS NON ALLIES POUR SERVICE AUS
TEMPERATURES ELEVEES

A 20°C CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN N/mm² (*)


NF A 49 –
215
A% à la température de référence °C
Rp0,2 Caractéristique
Rm min
NUANCES min indiquée (*) 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475
(**)
Rp 0.2 157 142 127 122 118 115 113 110 108
360 4

Rm (A - 2) ≥ 10 500
TU 37 C 220 10 h 191 157 127 103 83
450 r
105h 157 122 98 78 64
Rp 0.2 186 167 157 152 147 142 137 134 132
410 4
TU 42 C 235 10 h 235 191 152 118 93
510 r
105h 181 147 113 88 67
Rp 0.2 216 201 186 176 167 162 157 154 152
470
TU 48 C 275 104h 304 245 191 147 108
570 r
105h 235 186 142 103 74
(*) Pour Rp0,2 valeur minimale – Pour r valeur moyenne.
(**) Cette condition permet de garantir que l’allongement en long est au moins égal à 16%.

28/77
CARACTERISTIQUE MECANIQUE SUR TUBES ACIERS ALLIEES FERRITIQUES POUR SERVICE AUX TEMPERATURES ELEVEES
NF A 49 – 215
CARACTERISTIQUES MECANIQUES EN N/mm² (*)
A 20°C (****)
NF A 49 – 215 à la température de référence °C
Caractéristique
NUANCES Rp0,2 A%
Rm 250 300 350 400 425 450 475 500 525 55 575 600 625 650 indiquée (*)
min min
235 205 186 176 172 167 157 147 Rp 0.2
TU 15 D 3 430 530 265 22 304 235 176 118 (69) 104h
R
216 157 93 53 31 105h
147 115 74 41 24 1
235 216 196 186 181 (175) Rp 0.2
343 294 216 147 (88) 104h 104h
TU 15 CD 2 - 05 440 570 275 22 5 5
96 137 88 49 10 h 10 h
152 108 72 (39) 1
196 186 175 172 167 164 162 Rp 0.2
a) 440 (***) 206 147 98 69 104h 4
10 h
225 22
590 (181) 127 88 64 44 5
10 h 105h
93 69 49 34 1
TU 10 CD 5 - 05
255 235 216 206 196 (186) 176 Rp 0.2
b) 490 (***) 225 147 98 69 104h 104h
325 20 5 5
640 (181) 137 98 69 44 10 h 10 h
93 69 49 34 1
191 185 176 167 157 147 Rp 0.2
a) 410 (***) 196 146 113 88 69 49 104h 4
10 h
225 22
560 (181) 137 103 78 59 39 5
10 h 105h
93 74 54 39 29 1
TU 10 CD 9 - 10
255 235 225 216 206 196 Rp 0.2
b) 490 (***) 181 139 106 83 64 49 104h 4
10 h
325 20 5 5
640 (181) 137 100 73 54 39 10 h 10 h
88 64 49 36 (29) 1
323 309 294 279 265 (255) Rp 0.2
(186) 147 113 83 61 44 104h 4
10 h
TU Z 10 CD 5 - 05 590 710 390 17
(147) 108 75 54 38 27 5
10 h 105h
83 61 44 32 24 18 1
150 146 143 140 136 130 120 Rp 0.2
88 69 49 34 104h 4
10 h
TU Z 10 CD 9 440 590 205 22 5 5
69 49 34 25 10 h 10 h
41 29 21 18 1
(*) Les valeurs entre parenthèses sont données à titre indicatif.
(**) Pour Rp0,2 valeurs mini. ; pour R et 1 valeurs moyennes.
(***) En fonction du traitement thermique, voir tableau 9.
(****) Ces caractéristiques permettent de satisfaire que le produit Rm (A-2) est garanti supérieur à 10500

29/77
- Caractéristiques mécaniques - Tube en aciers non alliés
NF A 49 – 243

Caractéristiques mécaniques en MPa Résilience


KCV mini en
Traitement à 20°C à la température de référence  °C
J/cm² à 0°C
Nuances thermique de Caractéristique
A%
référence (3) Rp0,2 indiquée (2)
Rm min 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475 Moy. Ind.
min
(1)
Rp 0.2 (4) 157 142 127 122 118 115 113 110 108
Le traitement thermique de normalisation doit être
effectué à une température supérieur au point de
360
TS 37 C 235 104h 191 157 127 103 83 40 30
460 R
105h 157 122 98 78 64
Rp 0.2 (4) 186 167 157 152 147 142 137 134 132
410
NORMALISATION

transformation Ac3

Rm (A - 2) ≥ 10 500
TS 42 C 255 104h 235 191 152 118 93 40 30
510 R
105h 181 147 113 88 67
Rp 0.2 (4) 216 201 186 176 167 162 157 154 152
470
TS 48 C 275 104h 304 245 191 147 106 50 35
570 R
105h 235 186 142 103 74

Rp 0.2 (4) 245 236 225 214 206 190 176 170 157 145
510
TS 52 C 355 104h 50 35
630 R
105h
(1) Cette condition permet de garantir que l’allongement en long est au moins égal à 16% pour les nuances contenues dans ce tableau.
(2) Pour Rp0,2 valeur minimale – pour R valeur moyennes (voir en 1.6.2).
(3) Voir 3.1.4.
(4) Si la vérification est effectuée avec une durée de maintien de la charge portée à 5 minutes, les valeurs garanties sont diminuées de 20 Mpa.

30/77
Caractéristiques mécaniques – Tubes en aciers non alliés
NF A 49 – 243
Caractéristiques mécaniques en MPa (1) Résilience
Traitement KCV mini en
à 20° C à la température de référence  °C
NF A 49 – 243 thermique J/cm² à 0°C
Caractéristique
Nuances de réfé- A%
Rp0,2 indiquée (2)
rence (4) Rm min 250 300 350 400 425 450 475 500 525 550 575 Moy. Ind.
min
(3)
Rp 0.2 235 206 186 176 172 167 157 147
875/925 430 104h 304 235 176 118 (69)
TS 15 D 3 265 22 R 40 30
°C air 530 105h 216 157 93 53 31
5
1 10 h 147 115 74 41 24
875/925 Rp 0.2 235 216 196 186 181 (175)
°C air plus 440 104h 343 294 216 147 (88)
TS 15 D 2 - 05 275 22 R 40 30
revenu 570 105h 196 137 88 49
5
625/700°C 1 10 h 152 108 72 (39)
900/950 Rp 0.2 255 235 216 201 191 181
°C air plus 470 104h 343 284 216 157 108 74
TS 15 D 4 - 05 295 20 R 40 30
revenu 610 105h 265 201 152 98 59 31
5
650/725°C 1 10 h 206 153 123 78 44 20
(1) Les valeurs entre parenthèses sont données à titre indicatif.
(2) Pour Rp0,2 valeurs minimales, pour R et 1 valeurs moyennes (voir en 1.6.2).
(3) En plus des caractéristiques minimales données dans le tableau, le produit Rm (A – 2 ) est garanti supérieur ou égal à 10500
(4) Voir en 3.1.4.

31/77
NF A 49-281

Rp0,2 Rm Résilience KCV


NF A 49-281 A%
MPa MPa Dureté HB
Nuances min (1) Moyen Min
min (1) (1)
A E 220 220 370-490 26 170 35 28
A E 250 250 410-530 23 180 35 28
A E 275 275 470-590 20 190 35 28
(1) En plus des caractéristiques garanties données ce tableau :
- le produit Rm (A - 2) est garanti supérieur ou égal à 10 500.
R p 0,2
- le rapport pour des caractéristiques mesurées sur la même éprouvette est garanti au plus égal à 0,9.
Rm

Tableau – Valeur minimales de Rtp0,2 (Mpa)


T°C 100°C 150°C 200°C 250°C 300°C 325°C 350°C 400°C 425°C
Nuances
A E 220 190 176 165 145 122 116 109 103 99
A E 250 210 199 188 170 149 143 136 128 124
A E 275 240 223 212 195 177 168 159 150 145

TOLERANCES SUR EPAISSEUR DES TOLES (*)


(En millimètres)
(Valeur en plus et en moins)

Largeur (mm)
l ≤ 1000 1000< l ≤ 1250 1250< l ≤ 1500 1500< l ≤ 1800 1800< l ≤ 2000
Jusqu’à 1,5 0.15 0.17 0.20 - -
1.5 < e ≤ 1.8 0.18 0.21 0.24 - -
1.8 < e ≤ 2 0.20 0.23 0.26 0.31 0.33
2 < e ≤ 2.5 0.25 0.28 0.32 0.39 0.42
2.5 < e ≤ 3 0.30 0.35 0.39 0.45 0.48
3 < e ≤ 3.5 0.35 0.40 0.45 0.53 0.56
3.5 < e ≤ 4 0.40 0.47 0.52 0.64 0.67
4 < e ≤ 4.76 0.45 0.53 0.58 0.70 0.75
(*) Sur demande, toute autre répartition des tolérances peut être fixée, pourvu que l’intervalle
total de tolérance demeure inchangé.

Tôles fortes (e>4.76 mm)


Les tolérances sur la masse et l’épaisseur sont liées
Mesure de l’épaisseur
Les écarts en moins sur l’épaisseur indiqués au tableau 4 s’applique à tous points de la tôle.
Le tableau 7 donne la différence maximale en millimètres entre la plus faible et la plus forte
épaisseur d’une même tôle.
Mesure de la masse (1)
La masse des tôles s’entend pour l’ensemble d’un poste. Les valeurs indiquées au tableau 6 sont
valables pour les postes de même format et qualité de masse supérieure ou égale à 20 tonnes.
Si le poste comporte moins de 10 tôles, la tolérance sur masse peut être majorée de 50%.
Le calcul de la masse se fait en comptant :
 8 kg/m² par millimètre d’épaisseur pour les aciers ferritiques, martensitiques et austéni-
tiques.
 8.3 kg/m² par millimètre d’épaisseur pour les aciers réfractaires.
On considère l’épaisseur et les dimensions nominales de la tôle.
(1) sauf convention contraire à la commande, un dépassement des valeurs de surpoids ne peut être une cause de rebut.

32/77
Tableau 6 : TOLERANCES SUR EPAISSEUR ET MASSE
Tolérances Ecart supérieur de la masse, en pourcent, de la masse théorique pour une largeur nominale,
en moins sur en millimètre, de
e (mm) épaisseur
nominale ≤ 1250 1251 à 1500 1501 à 1750 1751 à 2000 2001 à 2500 2501 à 3000
(mm)
4,76 < e ≤ 6 0.3 6 7 9 11 - -
6<e≤8 0.3 5 6 7 9 9.5 -
8 < e ≤ 15 0.3 4 5 6 7.5 8 8.5
15 < e ≤ 20 0.3 4 4 5 5.5 6 6.5
20 < e ≤ 40 0.5 4 4 5 5 5.5 6

Tableau 7 : DIFFERENCE MAXIMALES D’EPAISSEUR SUR UNE MEME TOLE (en mm)
Largeur des tôles (mm)
e (mm)
≤ 1250 1251 à 1500 1501 à 1750 1751 à 2000 2001 à 2500 2501 à 3000
4,76 < e ≤ 6 0.7 0.8 0.9 0.9 - -
6<e≤8 0.9 0.9 1 1 1.2 -
8 < e ≤ 15 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.5
15 < e ≤ 20 1.1 1.2 1.3 1.4 1.6 1.7
20 < e ≤ 40 1.2 1.3 1.4 1.5 1.7 1.8

Tolérances sur les dimensions


Epaisseur
Les tolérances d’épaisseur sont données au tableau 1, les tôles peuvent être livrées, soit avec :
 Classe A : avec une tolérance en moins fonction de l’épaisseur nominale ;
 Classe B : avec une tolérance en moins fixe de 0.3 mm ;
 Classe C : avec une tolérance tout en plus fonction de l’épaisseur nominale ;
 Classe D : avec des tolérances symétriques de l’épaisseur nominale.
Lors de l’appel de l’offre de la commande, le client doit indiquer la classe de tolérance désirée :
classe A, B, C ou D.
En outre, à l’intérieur des limites de tolérance sur l’épaisseur nominale, les tolérances sur la diffé-
rance entre l’épaisseur minimale et maximale d’une tôle donnée s’appliquer aux tolérances des
classes A, B, C et D.

Tableau 1 Tolérance sur l’épaisseur (en mm)


Tolérance sur l’épaisseur nominale Différence maximale d’épaisseur dans une même tôle
Ep. nomi- Classe A Classe B Classe C Classe D Largeur nominale de la tôle
nale Ecart Ecart Ecart Ecart Ecart Ecart Ecart Ecart ≥600 ≥2000 ≥2500 ≥3000 ≥3500
≥4000
Inf. Sup.. Inf. Sup.. Inf. Sup.. Inf. Sup.. < 2000 < 2500 < 3000 < 3500 < 4000
≥ 3 à <5 -0.4 +0.8 -0.3 +0.9 0 +1.2 -0.6 +0.6 0.8 0.9 0.9 - - -
≥ 5 à <8 -0.4 +1.1 -0.3 +1.2 0 +1.5 -0.75 +0.75 0.9 0.9 1 1 - -
≥ 8 à <15 -0.5 +1.2 -0.3 +1.4 0 +1.7 -0.85 +0.85 0.9 1 1 1.1 1.1 1.2
≥ 15 à <25 -0.6 +1.3 -0.3 +1.6 0 +1.9 -0.95 +0.95 1 1.1 1.2 1.2 1.3 1.4
≥ 25 à <40 -0.8 +1.4 -0.3 +1.9 0 +2.2 -1.1 +1.1 1.1 1.2 1.2 1.3 1.3 1.4
≥ 40 à <80 -1.0 +1.8 -0.3 +2.5 0 +2.8 -1.4 +1.4 1.2 1.3 1.4 1.4 1.5 1.6
≥ 80 à <150 -1.0 +2.2 -0.3 +2.9 0 +3.2 -1.6 +1.6 1.3 1.4 1.5 1.5 1.6 1.7
≥ 150 à
-1.2 +2.4 -0.3 +3.3 0 +3.6 -1.8 +1.8 1.4 1.5 1.6 1.6 1.7 -
<250

Tolérances des tubes


En tout point
Sur diamètre : +0,4 / -0,8 D ≤ 48,3
+0,4 / -0,8 60,3 ≤ D ≤ 114,3
+1,6 / -0,8 139,7 ≤ D ≤ 219,1
+2,4 / -0,8 273 ≤ D ≤ 457
+3,2 / -0,8 508 ≤ D ≤ 610
Sur épaisseur : + 0,5 mm/ - 0,15 e e ≤ 3,2
+ 0,15 e / - 0,125 e 3,2 < e ≤ 20
± 0,125 e e > 20

33/77
2.4.3. LE S FONDS BOMBE

Les fonds bombés de révolution se présentent


sous différentes formes.
(1) Fonds en anse de panier :
Ces fonds sont constitué par :
 une calotte sphérique
 un élément torique appelé carre
 un bord droit cylindrique

3 types de ces fonds sont normalisés :


Fond à petit rayon de carre (PRC) NF E 81 - 101
Fond à moyen rayon de carre (MRC) NF E 81 - 102
Fond à grand rayon de carre (GRC) NF E 81 - 104

(2) Fonds Elliptiques


Ces fonds ont une forme elliptique terminée par
un bord cylindrique.

2 normes sont envisagées


Fond elliptique (ELL) NF E 81 – 103
Fond elliptiques à souder (Caps) NF E 49 285
cette norme étant spécifique pour les fonds à
souder en extrémités des tubes.

(3) Désignation : les fonds sont désignés par :


 Le mot fond suivi de sa forme (symbole s’il existe)
 Le diamètre extérieur
 L’épaisseur
 La nuance de la matière
 La référence de la norme
Exemples :
Fond GRC – 1500 – E10 – A 42 C1 – NF E81 – 102
Fond elliptique – 168,3 – E7,1 – A 48 CP – NF A 49 - 285

(4) TOLERANCE SUR L'EPAISSEUR DES FONDS.


Extrait de la norme nf e 81-100 (juillet 1979)
Pour un fond commandé à une épaisseur nominale E. l'épaisseur réelle mesurable après mise
en forme peut différer de E, non seulement en raison des tolérances sur l'épaisseur de la tôle ou
du feuillard initial, mais aussi en raison des modifications d'épaisseur produites par la mise en
forme. En général, l'épaisseur obtenue diffère selon l'emplacement considéré sur le fond,
L'épaisseur minimale dépend de la forme du fond, du matériau utilisé et du mode de fabrication
du fond.
Sauf convention contraire, l'épaisseur minimale garantie en tout point du fond emin est donnée
par le tableau 3 ci-dessous :
TABLEAU 3
Epaisseur nominale Epaisseur minimale
Fond Norme
E garantie emin
E< 10 mm 0,80 E
PRC - ELL NF E 81.-101 - NF E 81 - 103
E≥ 10 mm 0,85 E
E< 10 mm 0,85 E
GRC NF E 81 - 102
E≥ 10 mm 0,90 E
MRC NF E 81 - 104 Toute valeur de E 0,85 E
34/77
OBSERVATION
Les tolérances définies ci-dessus peuvent être réduites sur demande de l’acheteur et après
examen par le fabricant en fonction de ses possibilités.
Après accord entre acheteur et fournisseur les tolérances de la présente norme peuvent être ap-
pliquées aux fonds dont les dimensions sont différentes de celles définies dans les normes citées
en référence.
Les fonds doivent être exempts de défauts localisés tels que : irrégularités locales brusques,
bosses ou méplats, plis dans le bord cylindrique ou à son voisinage, marques profondes d'outil-
lage, ou défauts de symétrie visibles.

35/77
3. LES CODES DE CONSTRUCTION: POURQUOI ?
Les équipements sous pression sont par nature potentiellement dangereux. Les règlements, normes et
codes doivent rendre ces équipements sûrs dans leur utilisation normale. Le CODAP est un document
qui permet la réalisation d'appareils à pression fiables. C'est un ouvrage complexe, même si les auteurs
ont essayé de le rendre d'un usage aussi aisé que possible à des techniciens bien formés.

AVERTISSEMENT

Le CODAP utilisé industriellement, est un ouvrage volumineux qui compte environ


1148 pages. Dans le but d'aider tous les utilisateurs qui l'abordent pour la première
fois, un document appelé CODAP didactique comportant seulement une centaine de
pages a été réalisé. Il reprend, selon la même structure que le code, un certain nombre
de parties considérées comme typiques au niveau de leur exploitation ; les références
des chapitres, paragraphes, et figures sont les mêmes que celles du CODAP. Ceci
permet de se familiariser avec le code, et aussi de pouvoir se reporter facilement au
CODAP pour approfondir. En effet, seul le CODAP est régulièrement tenu à jour et il
est indispensable de s'y référer pour construire un appareil.
Tous les renvois donnés dans le dossier ci-après concernent le CODAP didactique.
Ces documents volumineux sont indispensables au chaudronnier, depuis les premiers
travaux de conception d'un appareil, jusqu'à sa mise en service.
Plusieurs éléments justifient cette nécessité
 Un appareil contenant du gaz sous pression est un appareil DANGEREUX du fait de l'énergie
accumulée. Cette énergie peut s'exprimer par le produit P.V :
 P est la pression du gaz contenu, exprimée en pascals,
 V est le volume de l'enveloppe, exprimé en mètres-cube,
L’énergie est alors en joules. Cette énergie se libérant généralement dans un temps très court lorsqu'un
accident survient, la puissance développée est souvent considérable (voir le graphique page 134 du
Mémotech).

 On se prémunit contre ce danger en imposant une épreuve HYDRAULIQUE de réception (et de


vérification périodique) sur l'appareil, à une pression supérieure à la pression de service (l'eau étant
pratiquement incompressible, et l'appareil peu déformable, l'énergie accumulée lors de cette épreuve est
faible, et de toute façon sans commune mesure avec celle accumulée sous pression de gaz). Les condi-
tions d'exécution de l'essai sont définies dans le CODAP didactique en I.13 page I/16.
Il est à noter que le constructeur peut réaliser lui-même une épreuve hydraulique de contrôle, mais que
l'épreuve de réception doit être réalisée par un inspecteur, appartenant à un organisme indépendant du
constructeur (voir G.10.10 et G.10.11 page G/15).
Dans certains cas particuliers rares, et seulement avec dérogation de la DRIRE (Direction Régionale
de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement), l'épreuve hydraulique peut être complétée par
une épreuve pneumatique, ou remplacée par celle-ci. Des précautions draconiennes sont alors prises
pour exécuter cette épreuve (qui est dangereuse du fait de la compressibilité de l'air).

 Le danger dû à la pression est souvent accentué par le fait que le gaz est lui-même intrinsèque-
ment dangereux (toxique, polluant, inflammable, à température très élevée ou très basse...). Ceci est pris
en compte lorsque l'on détermine la catégorie de l'appareil : voir tableau G8.3.2 page G/11.

 Les appareils, souvent de dimensions importantes, sont construits la plupart du temps à l'unité ou
en très petite série : on ne peut donc pratiquement jamais faire d'essais de rupture sur un appareil réel.
Il faut des règles de dimensionnement et de conception aussi simples que possible, applicables facile-
ment.

36/77
 Les appareils comportent, du fait de leur utilisation, des formes fonctionnelles qui ne sont pas
forcément modélisables simplement pour vérifier leur résistance mécanique : il est donc intéressant que
toute la corporation profite des résultats acquis antérieurement sur les constructions réalisées.

 comme dans tous les domaines faisant appel à la technologie du soudage, il ne suffit pas de bien
calculer et de bien concevoir les assemblages, encore faut-il utiliser des matériaux compatibles avec ces
assemblages soudés, les mettre en œuvre correctement, et contrôler sérieusement l'appareil avant de le
livrer. C'est la raison d'être des chapitres Matériaux, Fabrication et Inspection du CODAP. Il est donc
important de comprendre que le code doit être appliqué dans son intégralité, et que le dimensionnement
ne suffit pas (voir aussi la deuxième remarque ci-après).

37/77
4. DONNEES PRELIMINAIRES

4.1. DONNEES CLIENT – DONNEUR D’ORDRE

Il appartient au client de fournir au concepteur / réalisateur (parfois avec l’aide de ce dernier) les données
suivantes (CODAP GA1) :

CATÉGORIE DE CONSTRUCTION

CHOIX
C'est un des tous premiers renseignements indispensables pour concevoir un appareil. Le CODAP pro-
pose dans la partie G8 (page G9) une méthode pour choisir la catégorie. On la détermine à l'aide du ta-
bleau 8.3.2, en fonction de 2 critères : les risques de défaillance que présente l'appareil en G6 (page
G/5), et les conséquences qu'entraînerait une défaillance de l'appareil G8.2 (page G/9).
Le code stipule que ce choix est de la responsabilité de l'acheteur G.7 (page G/8) : en effet, la nature
exacte des produits circulant dans l'appareil n'est pas toujours connue du constructeur.
L'acheteur doit choisir la catégorie ou fournir au constructeur les renseignements permettant d'évaluer les
deux critères ci-dessus.

4.1.1. Incidence de la catégorie de construction sur la réception des produits et les va-
leurs de f et z (G9)
Tableau G9 Aciers et métaux non ferreux
CATEGORIE DE CONSTRUCTION
A B C D
Type de réception r1 ; r2 ; r3 r1 r2 r1 r2 r2 r3 r3
Contrainte nominale de calcul f f1 f2 ou f3 (*) f1 f2 ou f3 (*) f2 f3 f3
Coefficient de soudure z 1 1 ou 0,85 0,85 ou 0,7 0,7
(*) pour certains matériaux (voir tableaux C1.7.2 et Section M relatives aux matériaux concernés), l’emploi de la con-
trainte f3 est seul autorisé par le Code. La contrainte f3 peut être également imposée par le Donneur d’ordre

Les appareils de catégorie A présentant les risques les plus élevés et dont la défaillance entraînerait des
conséquences graves, sont soumis à des contrôles très sévères (donc très onéreux) avant, en cours et
après fabrication. On peut donc se permettre de réduire un peu le coefficient de sécurité, et de ne pas te-
nir compte des soudures (coefficient de soudure Z = 1), donc de construire plus «fin».

Par contre, pour les appareils de catégorie D, «aux conditions de service modérées, ne contenant pas de
fluide dangereux», on contrôlera moins, mais on prendra un coefficient de sécurité plus élevé, ainsi qu'un
coefficient de soudure plus «prudent» (le coefficient Z apparaît au dénominateur dans les formules de
calcul d'épaisseur où on le trouve : un z = 0,7 correspond donc à un coefficient de sécurité supplémen-
taire de 1/0,7 = 1,43 pour tenir compte du risque supplémentaire dû à la soudure).

Si l'on prend pour exemple un appareil en acier inoxydable austénitique :


 en catégorie A avec une réception de type r1, le coefficient de sécurité est de 3 par rapport à la
résistance à la rupture à température de fonctionnement (tableau C1.7.5 page C1/10), et le coefficient
de soudure est 1 ;
 en catégorie D avec une réception de type r3, le coefficient de sécurité est de 3,5 et le coefficient
de soudure est 0,7. L'épaisseur sera donc multipliée par (3,5/3) . (1/0,7) = 1,67 par rapport à la caté-
gorie A.

La décision du choix de la catégorie a aussi des conséquences technologiques importantes : au niveau


des exigences du code, on peut relever :
 dans la section G9, le paragraphe (a) stipule que la réception de type r1 nécessite un contrôle
38/77
spécifique des produits (prélèvement d'éprouvettes sur la tôle reçue par un inspecteur, et réalisation
par ce dernier des essais mécaniques), alors que la réception type r3 ne nécessite qu'un relevé de con-
trôle (pratiqué par le producteur sur un lot de produits) ;
 que le tableau M2.5.2 page M2/9 montre qu'avec la réception r1, la composition chimique a dû
être vérifiée à la coulée, qu'un contrôle non destructif (CND) doit être pratiqué pour les épaisseurs
supérieures à 50 mm. En réception r3, cela n'est pas exigé;
 nous reverrons dans des pages loin de ce dossier que les joints soudés sont la plupart du temps
exigés à pénétration complète en catégorie A, alors qu'une pénétration partielle est souvent suffisante
en B, C et D;
 le tableau I.9.2 page I/8 montre que les coupons témoins sont exigés pour les joints circulaires
avec le coefficient z = 1, alors qu'ils ne le sont pas pour les autres valeurs de z ;
 enfin le nombre des documents constituant le dossier constructeur (pages I/18) est beaucoup
plus important en catégorie A qu'en catégorie D.
 En conclusion, lorsqu'on a le choix, on se trouve face à l'alternative : construire «fin» en con-
trôlant «beaucoup», où construire «épais» en contrôlant «moins».

CONCLUSION
Quelle que soit la catégorie choisie, un appareil à pression reste un appareil dangereux.

Ceci étant, un appareil à pression, même de catégorie D reste un appareil dangereux, et ne peut pas être
construit n'importe comment, ni par n'importe qui. Il en est pour preuve un certain nombre d'exigences
du code qui valent pour toutes les catégories, par exemple :
 section F1 pages F1/3 et suivantes : identification des matériaux, conception des assemblages,
soudage, tolérances, traitement de surface;
 section F2 pages F2/11 et suivantes : découpage, formage, traitements thermiques;
 section I pages I/3 à I/6 : obligations de l'acheteur, du constructeur et des organismes d'inspection
et de contrôle; réception des matériaux et des éléments sous-traités, QMOS, contrôle des joints
soudés, essai de résistance, dossier constructeur.

Remarques
 L'introduction du CODAP didactique présente l'historique des codes de construction, ainsi
que le CODAP lui-même; on pourra s'y reporter en complément aux généralités développées ci-
dessus.
 En général, compte tenu du danger que représentent les équipements sous pression, les pays
ont mis en place un dispositif administratif composé d'au moins deux des trois données suivantes :
 règlements ;
 normes ;
 codes.
Afin d'éviter des barrières techniques et administratives aux échanges intercommunautaires, la
commission de la Communauté Européenne à Bruxelles, a décidé d'imposer des directives qui se
supplantent (ou supplanteront) aux réglementations en place. Ces directives de portées générales
ne comportent (ou comporteront) que des exigences essentielles (incontournables).
Le Comité Européen de Normalisation, reçoit la mission de réaliser des normes européennes (non d'ap-
plication obligatoire) :
- pouvant expliciter les directives ;
- donnant en cas d'application, une présomption de conformité aux exigences de la directive.
Comme cela vient d'être dit, les normes n'étant pas obligatoires, les codes (mis en conformité avec
les exigences essentielles de la directive), sont (ou seront) des alternatives intéressantes à ces
normes.
Pour information, nous pouvons citer:
- la directive 87-404 concernant les appareils à pression simples, est applicable depuis le 1erjuillet 1992.
Les normes NF EN 286 correspondantes n'ont pas été d'un évident succès,

39/77
- la directive concernant les équipements sous pression, en général, ne sortira pas avant 1997, et les
normes correspondantes également.
 Généralités concernant le code: les chapitres G.1 et G.2 page G/3, ainsi que le chapitre G.8
page G/9 présentent un certain nombre de généralités qu'il ne semble pas nécessaire de commen-
ter, mais qu'il est important d'avoir lues.

4.1.2. Catégorie de construction


Déterminer en fonction du risque que représente l’appareil (CODAP G7 & G8) elle est repré-
senté par une lettre, on distingue 5 catégories.

catégorie Risque (danger) Coût appareil


Ex Très élevé Très élevé
A Élevé Élevé
B Peu élevé Peu élevé
C Moyen Moyen
D Très moyen Très moyen

4.1.3. Coefficient De Soudure


Il représente le coefficient de sécurité (CODAP G9), plus la valeur est petite, plus la sécurité
est importante, on distingue 3 coefficients.

Coefficient de joint (z) Epaisseur finale Etendue des contrôles


1 Fine Important
0,85 Moyenne Moyen
0,7 forte Faible

4.1.4. Surépaisseur De Corrosion


CODAP C1.9.3, déterminé à partir de la vitesse de corrosion d’un matériau prédéterminé et de
la durée de vie de l’appareil, on utilise généralement :

C = de 0 à 3 mm

4.1.5. Conditions De Calcul


Pour le CODAP il s’agit d’un couple pression / température, le code distingue trois situations
indissociables :

 situation normale de service (Ps, Ts)


 situation exceptionnelle (Pex, Tex)
 situation d’essai de résistance (Pe, Te)
Nota :
 convertir les pressions en Mpa (rappel 1bar = 0,1 Mpa)
 Pe = Max {1,5 Ps, 1,25 Ps (fe / ft)} (CODAP I.13)
 Attention, dans le cas d’appareil de grande hauteur (colonne), à la pression hydrosta-
tique (1bar/10m d’eau, Ph=.Gh)

4.1.6. Expression Des Données Client


Les données de calcul clients sont formalisées sur le schéma de l’appareil, on trouve égale-
ment sur ce document les données géométriques.

INLET
ELEVATION PSV

40/77
LT

LV2
Niv. 4500
MANHOLE
TI
450
PI
Ø

805
LV1
LT
150

OUTLET

Niv. 0,00

ORIENTATION MANHOLE
0° 45°
Produit : Huile

90°
Situations de calcul
Catégorie B OUTLET
Z 0,85
corrosion 2 mm PIQUAGE ISO PN DN FACE SERVICE
INLET 50 150 RF ENTRÉE PRODUIT
Ps 46 bar PSV 50 150 RF SOUPAPE
Normale de service OUTLET 50 200 RF SORTIE PRODUIT
Ts 50°C MANHOLE 50 500 RF TROU D’HOMME
Pe 69 bar L1/2 50 65 RF NIVEAU
Essai de résistance
Te 20°C TI 3000# ¾” NPT THERMOMETRE
PI 3000# ¾” NPT MANOMETRE

RESERVOIR 2300 IND A LE 20/02/2003

41/77
4.2. DONNEES CONCEPTEUR / REALISATEUR (FABRICANT)

A partir des données précédentes et de son expérience dans la réalisation d’appareils à pres-
sion, le concepteur / réalisateur doit effectuer :

 le choix d’un matériau


 le choix d’une catégorie de livraison des formes marchandes
 le choix des assemblages soudés
 le choix des types de piquages

4.2.1. Choix Des Matériaux

Ce choix est délicat, car il concerne tous les secteurs de l’entreprise (étude, méthode, fabrica-
tion, contrôle/essais,…), est en fonction de plusieurs critères

Critère n°1 :
Réglementation, Un appareil à pression soumis au CODAP est obligatoirement conçu et fa-
briqué avec des matériaux conformes au CODAP (CODAP M) et normalisé (NF EN 10028, …)

Critère n°2 :
Caractéristiques mécaniques / composition chimique, le matériau doit résister à l’agression
du produit, aux sollicitations mécaniques et thermiques

Critère n°3 :
Economique, si plusieurs matériaux peuvent êtres utilisés, on choisi le moins cher (attention à
la « spécialisation entreprise », acier, inox,…).

4.2.2. Choix D’une Catégorie De Livraison

Le CODAP propose 3 catégories de livraison (CODAP M2.5.2, CODAP G9) :

Influences du choix d’une catégorie de livraison

Catégorie Garantie fournisseur Coût matière Epaisseur appareil Contrôle appareil


r1 maximum maximum Fine Minimum
r2 moyenne moyenne Moyenne moyenne
r3 minimum minimum forte maximum

4.2.3. Choix Des Assemblages Soudés

Ce choix s’effectue en fonction :

 du CODAP (CODAP FA1,…)


 des QMOS existant dans l’entreprise

42/77
4.2.4. Choix des types de piquages / technologie de construction

Il est entièrement lié au savoir faire de l’entreprise, on trouve deux technologies :

 piquage autorenforcé (LWN)

 piquage composite (bride, tube, selle renfort)

Selle renfort Bride

Tube

4.2.5. Documents De Références Concepteur/Réalisateur


Les documents de références sont :

 les plans standards de conception


 les normes de brides (NF E 29203, ANSI B16.5)
 les normes de matériaux
 les normes …
 le CODAP
 le NV 65 additif 80 (effets de la neige et du vent)
 le PS 69 (effet des séismes)
 la documentation spécialisée (PRESSURE VESSEL HANDBOOK,…)
 …

4.2.6. Expression des données concepteur/réalisateur

Les choix des matériaux et de leurs catégories de livraison sont exprimés avec les données
clients sur la page de garde de la note de calcul.
Ces données sont complétées sur la page de garde par les contraintes admissibles

Les choix d’assemblages et de technologies de construction sont exprimés sur un plan


d’étude/fabrication.

43/77
5. INFORMATION COMPLEMENTAIRE SUR LES VIROLES
Contraintes mécaniques dues à la seule pression dans les viroles minces.
1) Transversales  t
Considérons une portion de demi-virole Ø1000 ép. 5, largeur 1mm assez éloignée des fonds,
pour que ceux-ci n’aient aucune influence sur le calcul, et une pression P=1Mpa.

Les forces FG et FD équilibrent la poussée due à la


pression. FG FD
On rappelle que chaque vecteur pression peut se dé-
composer en 2 composantes :
1 verticale Pv
1 horizontale Ph
Et que les verticales s’additionnent et les horizontales
s’annulent
 (dans le cas de la figure)

Donc : FG  FD   Pv  P x surface projetée
1N
 x 990 mm x 1mm   990 N; 1 MPa = 10 N/m²
6

mm²  


surface projetée

Nous pouvons d’ailleurs vérifier approximativement ce résultat en raisonnant sur une demi-
virole

Les vecteurs pressions devraient normalement figurer à l’itérieur.ils ont dessinés à l’extérieur
pour des raisons de clarté.
a = 2 x 990/2 x tg 15° = 990 x 0,268 = 265 mm valeur de la résultante sur 1 face
1 N/mm²
x 265 mm x 1 mm = 265 mm somme des composantes verticales :
FV 2  FV 6  2 x 265N x sin 30°  265 N
 
FV 3  FV 5  2 x 265N x sin 60°  459 N

FV 4  1 x 265N x sin 90°  265 N
    
FV 1  FV 6  FV 3  FV 5  FV 4  989 N  990 N
La contrainte  t dans une section de 5mm x 1mm serait de :
990 N 1
x  99 N / mm² ou 99 MPa
2(sec tions ) 5mm x 1mm
Recherchons une formule directe pour calculer ces contraintes :
p.( De  2e).l
t 
2.e.l

avec l = longueur prise en compte ;


De diamètre extérieur ;
p : la pression

44/77
p.Dm
Pour e relativement mince on a De-2e  Dm soit  t  . En transformant cette formule on
2.e
p.Dm p.Dm
obtient e  puis e  (formule du CODAP) avec f : contrainte maxi admissible et z :
2 t 2. f .z
coefficient de soudure (voir C1.8 dans le CODAP).
On emploie un coefficient de soudure z qui dans la plupart des cas, diminue f et augmente
donc e, pour tenir compte :
1) Des imperfections de la soudure
2) Des Z.A.T. (zone affectées thermiquement) dues au soudage grossissement du
grain, avec diminution des caractéristiques mécaniques

2) Longitudinales  l
La pression qui s’exerce sur les fonds engendre une contrainte de traction longitudinale dans le
virole.
 .Dint2
- Poussée sur le fond p.
4
- Section de virole sur laquelle s’applique cette poussée =
.Dm.e
- Valeur de la contrainte l ;
F  .Di2 1 p.Dm
 l   p. .  car Dint  D m
s 4  .D m .e 4.e
Cette contrainte vaut donc la moitié de la contrainte transversale  t

3) Résultante  r
 r   t2   l2   t2  (0,5  t ) 2  1,12  t pour déterminer l’épaisseur d’une virole, on tient
compte de f :  t maxi admissible et non de  r , car le coefficient de sécurité appliqué sur le
matériau le permet.

45/77
6. INFORMATION COMPLEMENTAIRE SUR LES FONDS
1) Voir les photos de fabrication des fonds bombés dans le catalogue VALLOUREC ou
autre.

(1) Profondeur relative des fonds bombés :


- Plus la forme d’un fond bombé s’approche de la demi sphère, plus il peut supporter de
pression (les diamètres, l’épaisseur, matériaux étant semblables) ;
- il est bien connu qu’un récipient cubique soumis à une forte pression tend à devenir
sphérique.
- A titre indicatif, voici les pressions que pourraient supporter les fonds ci-après (tous de
diamètre 1000, ép. En E24) en MPa

Pourcentage de charge acceptable par rapport à celle d’un fond hémisphérique.


Hémisphérique : 100 %
ELL : 42 %
GRC : 23 %
MRC : 17 %
PRC : entre 2 et 17 %
Conique (30°) : 44 %
Plat : entre 1.4 et 2 %
Nota : les pourcentages ci-dessus sont très approximatifs et ne sont valables que les dimen-
sions données.
A cause du procédé de fabrication, la zone "torique" se trouve en général, amincie par rapport
au reste du fond qui lui, conserve sensiblement l'ép. de la tôle de départ.

Voyons ce qui se passe sur un fond:


7a - Par l'esprit, séparons la partie sphérique de la partie torique, puis examinons les efforts qui agis-
sent sur chaque élément fig. 1

7b - Sous l'effet de la poussée engendrée par la pression, la calotte


sphérique tend à se séparer de la partie torique.
Exemple concret avec un fond G.R.C. diam. 1000 et une pression de 1
MPa (10 bars)
- diam. calotte : 900 mm env.
- Poussée : 1 MPa .  . (diam. calotte)²/4 = 636 172 N (64 T
env.)

Vous remarquerez que les "flaches" représentant la pression, sont tou-


46/77
jours perpendiculaires à l'élément de surface sur lequel elles s'appliquent. Il en est toujours ainsi en
hydrostatique (voir ce mot)
Vous remarquerez également que la surface prise en compte pour le calcul de la poussée, n'est pas la
surface réelle de la calotte, mais sa surface projetée.
En effet, considérons une surface projetée carrée de 1 mm x 1mm et α= 15° (voir fig. 3), dont la sur-
face réelle sera de 1 mm2/cos15°= 1,03527 mm² et dont la poussée normale F sera de 1 MPa x
1,03527 mm² = 1,03527 N.
F se décomposera en une force horizontale. FH et une force verticale FV. L'ensemble des Ft, s'addi-
tionnera et l'ensemble des FH s'annulera, comme le montre la fig. 3 pour 2 éléments de surface dispo-
sés

symétriquement.

FV  F cos   1,03527 x 0,9659 N = 1 N
Il en serait de même pour un angle plus important.
Conclusion : la poussée globale sur un surface « convexe » ou « concave » sera toujours égale à :
pression x surface projetée
7c - La pression qui s'exerce sur la partie toxique tend à conserver la forme de celle-ci. Mais, compte
tenu du rapport de dimensions (la surface de la calotte est grande devant celle de la partie torique), la
poussée exerce sur la partie torique est faible par rapport à celle de la calotte.

7d - La partie torique, "tirée" par le fond, tendra à se rétreindre, comme le montre la fig. 4

Effort exercé par la calotte

Zone de compression (diminu-


tion du périmètre des //

   15°
FV FV F
Surface réelle
 
FH FH

Surface projetée
1 mm
1 mm

7e - Si le fond était relativement peu épais, on pourrait voir .apparaitre des plis extérieurs dus au
"flambage" de la tôle dans la carre, lors de la mise sous pression.
Des essais expérimentaux ont démontré que ces plis sont équidistants.

47/77
Coupe A-A

7f - Du paragraphe 7, il faut retenir que:


7f1 - dans un fond bombé, la partie la plus fragile est la "CARRE", parce qu'elle est, de par $a
forme, la partie laplus sollicitée et de par son mode de fabrication, la moins épaisse.

7f2 - la poussée F exercée par la pression sur le fond est donnée par la formule F = Pression x
.R²i, avec Ri = rayon intérieur du bord droit.

8 - Lors du calcul d'épaisseur d'un fond torisphèrique, on vérifiera :


8a - l'épaisseur de la partie sphérique (calotte) es
8b - l'épaisseur de la partie torique ep1.
8c - l'épaisseur à la liaison partie sphérique/torique ep2.
Le calcul est "similaire" pour les fonds elliptiques.
9 - Les fonds PRC ne sont pas utilisés pour la construction d'appareils à pression, mais pour des cuves à
fioul ou du matériel similaire. Le CODAP ne permet d'ailleurs pas d’en vérifier les épaisseurs.

10 - Différences d'épaisseurs à la liaison virole/fond bombé


10a - dans le CODAP voir : - FA1/4
10b - lire les pages I/12 et I/13 dans "TECHNOLOGIE de CONETRUCTION en CHAUDRON-
NERIE"
10c - complément d'information
Une différence d'épaisseur importante et brutale entre la virole et le fond engendre des moments de
flexion locaux et des concentrations de contrainte (amorces de rupture) quand l'appareil est mis sous
pression

Fig 10 c 1 Fig 10 c 2

L'assemblage de la fig. 10 c1 tend vers celui de la fig. 10 c 2, quand on met l'appareil sous pression.
Pour réduire sensiblement ces effets, on procède à un délardage qui évite les sauts brutaux d'épaisseurs.
Le délardage intérieur est le plus courant. Le délardage double (int. et ext.) est idéal, mais onéreux.
Le délardage extérieur est indispensable quand l'alignement intérieur est impératif.

11 - Fonds en plusieurs éléments : voir CODAP C3.1.2.1 et C3.1.5.2

12 - Soudures d'accessoires sur la carre:


Les règles du CODAP ne permettent pas actuellement, de calculer les contraintes dues à l'implantation
d'accessoires sur la carre (oreilles de levage, tubulures, etc ….). Pour implanter des accessoires dans cette
zone, il faut une note de calculs complémentaire très complexe ou l'expérience d'appareils déjà réalisés et
avec l'accord de la DRIRE. C'est pourquoi il est d'usage de dire que c'est "INTERDIT" et c'est ce que
nous dirons pour nos T.P., sauf pour les jupes-supports qui, elles ont pour effet de renforcer la carre.

13 - Signalons aussi qu'il existe des fonds pour tubes aux dimensions "gaz". Dans la norme américaine ils
portent le nom de "CAPS".
14 - Effectuer les calculs sur les fonds bombés et tracer leurs profils sur les feuilles annexes.

48/77
7. INFORMATION COMPLEMENTAIRE SUR LES REN-
FORCEMENTS D'OUVERTURE
1 - Lecture préliminaire
Lisons les pages 1/15 à 1/19 de la N.T. "Techno de construction en chaudronnerie"

2 - Contraintes au bord d'une ouverture non renforcée


Au cours de la lecture ci-avant, vous avez vu qu'une ouverture pratiquée sur un appareil à pression crée
un affaiblissement.
Lisons ou relisons les pages de l’ "Information complémentaire sur les viroles", puis voyons ce qui se
passe :
Dans l'ancien code de calcul SNCT, en NC 502, on démontre que la contrainte au bord d'une ouverture
dans un tôle tendue a une valeur triple de la contrainte moyenne, voir la fig. n° Cette ouverture doit, bien
entendu, être relativement petite par rapport à la largeur de la tôle, sans quoi la démonstration n'aurait
plus aucun sens. Le même phénomène se produit au bord d'une ouverture dans une virole

3 - Renforcement
Pour éviter que ces contraintes soient trop élevées dans la zone de l'ouverture, on pourrait augmenter
l'épaisseur de la virole, mais il faudrait la doubler, ou plus la tripler. Ce qui n'est pas avantageux, sauf si
la virole possède beaucoup d'ouvertures.
Généralement on renforce avec un anneau-renfort (encore appelé : "doublante" ou " selle de renfort").
Pour des appareils fonctionnant dans des conditions difficiles, il peut être demandé des tubulures auto-
renforçantes, constituées d'éléments forgés - voir FA/14 dans CODAP

4 - Dimensionnement des anneaux-renforts


A l'aide des éléments de la page 1/18, déterminons les dimensions du renfort d'orifice diamètre Ø450
d'un réservoir diamètre Ø2000 ép. 10, sans en vérifier la tenue mécanique.
a) prenons e = 10
b) calculons d / Dm .e  450 / 1990 x10  3,18  4 donc k0 = 1 (si d / Dm .e  4 : employer
l’abaque du CODAP), k0 Dm .e  1x 1990 x10  141mm
La vérification de la tenue mécanique de ce renfort se fait à l'aide de la règle C.5. 1 .4. Sur un dessin de
projet, si rien ne gène, on pourra se réserver une zone de largeur d/2 autour de la tubulure pour le renfort,
sachant que ce dernier sera obligatoirement moins large

5 - Problèmes avec des anneaux-renforts trop larges


Un renfort trop large perdrait beaucoup de son efficacité, car la zone de liaison périphérique de soudure
serait trop éloignée de la zone de concentration des contraintes. De plus, quand le récipient fonctionne à
chaud, on risque un cisaillement du cordon de soudure périphérique à cause de la dilatation différentielle
(le corps de l'appareil étant plus chaud ou plus rapidement chaud que le renfort)

6 - Trou d’épreuve et d’évent


Ce trou est dit d'épreuve, car il sert :
a) à détecter les fuites qu'il pourrait y avoir dans la soudure entre le corps et la tubulure lors de
la mise sous pression de l'appareil.
49/77
b) à vérifier l'étanchéité de l'ensemble corps-tubulure-doublante en mettant en pression la zone
comprise entre le corps et la doublante.
Il est dit d'évent : car il permet aux gaz prisonniers entre le corps et la doublante de s'échapper sans créer
de fuites à travers la soudure périphérique en terminaison.

50/77
8. RELATION CODAP / ARRETE MINISTERIEL / DESP
La réglementation Française et Européenne peut faire modifier les contraintes admissibles du
CODAP.

Contrainte nominale de calcul en situation de service et d’essai de résistance selon CODAP et


/ou réglementation Française :

OUI APPAREIL SOUMIS A NO


LA REGLEMENTATION
FRANCAISE

APPAREIL A PRESSION APPAREIL A PRES-


DE GAZ, AM du 23/7/43 SION DE VAPEUR OU
AM DU 16/12/80 DE GAZ

OUI NO

A METTRE A JOUR
CODAP C1.7.2
CODAP C1.7.4
CODAP C1.7.5

51/77
9. CALCUL DES CONTRAINTES ADMISSIBLES

9.1. COMPORTEMENTS DE METAUX

Basse température :

Le risque lié à la basse température et à l’acier est, la rupture fragile

Haute température :

Plus la température augmente, plus les caractéristiques mécaniques diminuent

Mpa Rr

Re

Température
9.1.1. Contraintes admissible

Pour chaque matériau et chaque situation de calcul, il faut déterminer une contrainte admis-
sible (CODAP C1.7.2, C1.7.4, C1.7.5)

Le choix des formules dans ces tableaux, s’effectue en fonction du type de matériau et du type
de livraison (CODAP G9)

9.1.2. Condition dimensionnant

La condition dimensionnant est la condition qui détermine les épaisseurs les plus importantes.

Théoriquement il faudrait effectuer le calcul de tous les éléments de l’appareil pour toutes les
conditions de calculs.

Pratiquement on calcule le rapport de la pression sur la contrainte dans chacune des situa-
tions, le plus grand résultat détermine la situation dimensionnant.

Condition dimensionnant = Max {Ps/fs, Pex/fex, Pe/fe}

52/77
10. NOTE DE CALCUL

10.1. PAGE DE GARDE

Elle doit comprendre toutes les données précédentes (sauf géométrique)

Maroc Fer
CFAI
22 rue de Ahmed AARAFA
20 100 Rabat

Affaire N° 12884
Client Commande n°
Air liquid OD 104569
customer commande

NOTE DE CALCUL TENUE A LA PRESSION

pressure calculation note

N° CP 12884 - 1

CODE
CODAP 2000
code
N° série
9600
Serial number
Référence
réservoir 2300 IND A, Plan N° P 12884-1
Référence
Réglementation
CODAP 2000 et DESP
Regulation
Catégorie code
B
Code category
Coefficient de joint
0,85
Joint efficiency
Corrosion
2 mm
corrosion
Situation de calcul Normale de service Ps 46 bar , Ts 50° C
Essai de résistance Pe 69 bar, Te 20°C
Nom
Réservoir 2300
Name
Nbre de page
20 y compris la page de garde
Pages number
durand dupont 25/12/2003 00 BPE
Rédigé par Vérifié par Date Révision observations
write by verification date revision
p 1/20

53/77
10.2. CONTRAINTES DE CALCUL

Il y a une page de définition de contraintes de calcul par matériaux.

Définition des contraintes de calcul

Eléments :

Viroles, fonds

Matériau :

Nuance : P 265 GH norme : NF EN 10028

Epaisseur de référence : 16 à 40 tolérance :  0,5

Caractéristiques mécaniques :

Normale de Rm (Mpa) 410 Rpt 0,2 (Mpa) 234


service  (°C) 20  (°C) 50
Rm (Mpa) / Rpt 0,2 (Mpa) /
Exceptionnelle
 (°C) /  (°C) /
Essai de résis- Rm (Mpa) / Rpt 0,2 (Mpa) 255
tance  (°C) /  (°C) 20

Condition de livraison :

r2

Contraintes admissibles (CODAP C1.7) :

Normale de service fn = 146,25 Mpa fn = min { Rpt0,2/ 1,6 , Rm/2,7 }

Exceptionnelle fex = /

Essai de résistance fe = 242,25 Mpa fe = 0,95 x Rpt0,2

54/77
10.3. CALCUL DES ELEMENTS

Dans une note de calcul CODAP il existe un ordre préférentiel pour effectuer les calculs.

épaisseurs des viroles cylindriques

épaisseurs des viroles coniques

épaisseurs des fonds

épaisseurs des piquages

renforcements d'ouvertures

brides

55/77
11. TYPE DE CALCUL CODAP
Le CODAP utilise deux types de configuration de calcul, linéaire et itératif.

11.1. CALCUL LINEAIRE

On appelle calcul linéaire, tout les calculs présentés sous forme d’égalité (=)

Exemple : calcul de l’épaisseur d’une virole définie par De

Données du calcul

Calcul de e :

e = (P De) / (2 f z + P)
Modification d’une donnée :
Calculs
linéaires Epaisseur de référence
(Caractéristiques mécaniques associées)
Calcul de en :

en = e + c + c1 + c2

Non
Vérification des données d’entrées :

en est compris dans la plage d’épaisseur de réfé-


rence

Oui

Calcul valide

56/77
11.2. CALCUL ITERATIF

On appelle calcul itératif (boucle), tout les calculs présentés sous forme d’inégalité (>,). Ces
calculs nécessitent un test pour pouvoir sortir de la boucle et poursuivre le calcul.
Exemple : calcul du renforcement d’ouverture d’un piquage sur une virole (détermination d’une
selle renfort)

Modification d’une donnée :

Données du calcul Epaisseur de référence


(Caractéristiques mécaniques
associées)

Augmenter
er
Calcul du 1 terme (A) : les épais-
seurs
A = S ( f-0,5P ) + St (ft – 0,5P ) + Sr ( fr – 0,5P )
Calculs
linéaires
Calcul du 2eme terme (B) : Diminuer
les épais-
B=PG seurs

Relation C5.1.4.b :

A  B , soit

Calcul S ( f-0,5P ) + St (ft – 0,5P ) + Sr ( fr – 0,5P )  PG


itératif

Test :

Si A > B alors trop de matière, surcoût


Si A = B bon équilibre coût / résistance (égalité à x%)
Si A < B pas conforme

Vérification des données d’entrées :


non
en est compris dans la plage d’épaisseur de ré-
férence

oui
Calcul valide

57/77
12. LES EPAISSEURS

12.1. GENERALITEES

Référence : CODAP C1.9

L’appareil final est construit à partir de différentes formes marchandes le fabricant doit con-
naître leur caractéristiques normalisées (dimensionnelles et mécanique) pour réaliser l’appareil.
Ces formes, définie a partir d’une épaisseur nominale de commande (en), peuvent subir des
variations tout au long de leur cycles de vie :

 fabrication (tolérances de laminage,…)


 mise en œuvre (diminution due a un emboutissage, meulage,…)
 exploitation de l’appareil (corrosion,…)

Il est impératif de prendre en compte tous ces phénomènes pour garantir une utilisation de
l’appareil en toute sécurité.

12.2. EPAISSEURS CALCULER/VERIFIER PAR LE CODAP

Le CODAP permet de calculer ou vérifier deux types d’épaisseurs :


 épaisseur minimale nécessaire (calculer)
 épaisseur admise (vérifier)

Ces épaisseurs ne prennent pas en compte les variations citer précédemment sur en.
12.3. LIENS ENTRE LES DIFFERENTES EPAISSEURS

Référence : figure C1.9

eu = en – C – C1 – C2 et C1 tolérance en moins
eu  ép admise et ép minimale

C2 réduction en cours
de fabrication
en = épaisseur nominale de com-

C corrosion
réelle possible sur appa-
mande

Plus petite épaisseur

Variation
possible de
l’épaisseur
reil neuf

Epaisseur ad-

nimale néces-
Epaisseur mi-
eu = épaisseur

admise
mise

saire
utile

Commandé Vérifier
par entre- /calculer par
prise CODAP

58/77
13. ENVELOPPES CYLINDRIQUES DE SECTION
DROITE CIRCULAIRE (CODAP C2.1)

13.1. OBJET (CODAP C2.1.1)

La règle du présent chapitre permet de déterminer l'épaisseur d'une enveloppe cylindrique de


section droite circulaire soumise à une pression intérieure.
Une telle enveloppe peut être constituée d'un seul ou de plusieurs tronçons (viroles) assemblés
par des soudures circulaires bout à bout ; chaque tronçon peut être d'épaisseur uniforme, avec
ou sans soudure longitudinale ou hélicoïdale, ou constitué de plusieurs coquilles d'épaisseurs
différentes.
Les formules données en C2.1.4 concernent les régions de l'enveloppe cylindrique éloignées
de toute discontinuité (raccordement avec une autre enveloppe, un fond ou une bride, ouver-
ture, etc.)(1)
Le paragraphe C2.1.5 donne des indications sur l'épaisseur nécessaire aux extrémités de l'en-
veloppe. Si l'enveloppe comporte des ouvertures, sa résistance au voisinage de chaque ouver-
ture doit en outre être vérifiée au moyen des règles de la Section C5.
La règle du présent chapitre couvre la défaillance de l'enveloppe par déformation excessive et
par rupture par fluage.
(1) Dans le cas d'une enveloppe cylindrique « courte », c'est-à-dire dont la longueur entre deux discontinuités majeures de forte
axisymétriques est inférieure à 1,4 Dm.e , une épaisseur plus faible que celle donnée par les formules C2.1.4 peut éventuelle-
ment être justifiée au moyen des règles d'analyse des contraintes du chapitre C10.1.

13.2. CONDITIONS D'APPLICATION (CODAP C2.1.2)

13.2.1.Epaisseur (CODAP C2.1.2.1)

La présente règle ne s'applique que si :


Dm  5e

13.2.2.Assemblages soudés (CODAP C2.1.2.2)

A chaque assemblage soudé autre que circulaire, les fibres moyennes doivent être, aux tolé-
rances de fabrication près (voir F1.5), dans le prolongement l'une de l'autre.
Si l'enveloppe est constituée de plusieurs coquilles d'épaisseurs différentes, le raccordement
des surfaces doit se faire par des pentes n'excédant pas 1/4.
A chaque assemblage soudé circulaire de deux tronçons d'épaisseurs différentes, les fibres
moyennes peuvent être décalées, sans toutefois que ce décalage aille, aux tolérances de
fabrication près (voir F1.5), au delà de l'alignement des faces externes ou internes. Le rac-
cordement des surfaces doit se faire par une pente n'excédant pas 1/3.

13.2.3.Défauts de circularité (CODAP C2.1.2.3)

L'ovalisation et les écarts locaux de circularité de l'enveloppe doivent respecter les limites
indiquées en F1.5.

13.2.4.Sollicitations (CODAP C2.1.2.4)

La règle du présent chapitre ne prend en compte que l'action de la pression intérieure.


59/77
13.3. NOTATIONS (CODAP C2.1.3)

De = diamètre extérieur de l'enveloppe.


Di = diamètre intérieur de l'enveloppe.
Dm = diamètre moyen de l'enveloppe.
e = épaisseur minimale nécessaire l'enveloppe.
f = contrainte nominale de calcul matériau de l'enveloppe.
P = pression de calcul.
z = coefficient de soudure.
Pour une situation exceptionnelle de service ou d'essai de résistance, ainsi que pour une en-
veloppe sans soudure de longitudinale ou hélicoïdale : z = 1.

13.4. RÈGLE DE CALCUL (CODAP C2.1.4)

L'épaisseur minimale nécessaire de l'enveloppe cylindrique est donnée par l'une ou l'autre
des formules :

P.Di
eu = (formule C2.1.4.1)
2 f .z  P
P.Dm
eu = (formule C2.1.4.2)
2 f .z
P.De
eu = (formule C2.1.4.3)
2 f .z  P

Au droit de la soudure longitudinale d'assemblage de deux coquilles constituées de maté-


riaux dont les contraintes nominales de calcul sont différentes, l'épaisseur minimale néces-
saire des deux coquilles est donnée par ces mêmes formules, en prenant pour f la plus
faible des deux contraintes nominales de calcul.

13.5. EPAISSEUR NÉCESSAIRE AUX EXTRÉMITÉS DE L'ENVELOPPE


(CODAP C2.1.5)

La règle C2.1.4 n'assure la résistance de l'enveloppe cylindrique que dans les régions éloi-
gnées de ses extrémités. Au voisinage du raccordement avec une autre enveloppe, un
fond, une plaque tubulaire, une bride, etc. la répartition des contraintes est modifiée et
l'épaisseur minimale nécessaire de l'enveloppe cylindrique peut en être affectée.

Lorsqu'un tronçon d'enveloppe cylindrique est assemblé à un autre tronçon d'épaisseur plus
faible constitué d'un matériau dont la contrainte nominale de calcul f 1 est > f, son épaisseur
utile à l'extrémité peut être inférieure à l'épaisseur minimale théorique e0 donnée par la for-
mule :
P.Di
e0 = (formule C2.1.5)
2f P
Pour autant que la longueur 1, définie par la figure C2.1.5, n'excède pas :
0,2 Di  e0  e0 .
Lorsque l'enveloppe cylindrique est assemblée à un fond bombé, il n'est jamais nécessaire
d'augmenter son épaisseur à l'extrémité au-delà de l'épaisseur minimale nécessaire donnée
par les formules C2.1.4.

60/77
Lorsque l'assemblage est réalisé par soudure bout à bout, l'épaisseur de l'enveloppe au
voisinage de la soudure doit satisfaire à la règle C3.1.7.

Lorsque l'enveloppe cylindrique est assemblée à une enveloppe conique (à la grande base
ou à la petite base), à un fond plat soudé, à une bride ou à une plaque tubulaire, la résis-
tance de l'assemblage peut exiger une majoration locale de l'épaisseur (voir C2.3, C3.2, C6
et C7).

Figure C2.1.5 - Raccordement de deux tronçons d'enveloppe cylindrique.

Exercice d’application
Cet exercice se déroule en 2 parties de calcul :
 Calcul en situation normale de service
 Calcul en situation d’essai de résistance
Enoncé :
3620 entre LT

Ø 1800

Données de calcul :
Spécification
Pression de service………………..0,7 Mpa Catégorie : B
Pression de calcul………………..0,7 Mpa Coefficient de soudure : 0,85
Pression d’épreuve………………..0,7 Mpa Réception matériau type : 2

Température de service…………….150°C
Température de calcul………..…….150°C Matière
Température d’épreuve…….……….20°C Fonds – Virole – Renfort : A 42 CP
Radiographie : 10% + N
Fluide Nature Eau surchauffée Traitement thermique : Non
Densité 1 Calorifuge : Oui
Surépaisseur de corrosion 2 mm Tolérance surépaisseur selon Classe D

Nota : Pression épreuve = Max {(P x 1,5) ; (1,25 x P x f20°/ f150°)}


A.N = Max {(0,7 x 1,5) ; (1,25 x 0,7 x 245/ 206)}
= Max {(1,05) ; (1,04)}
= 1,05 MPa

61/77
Etape de calcul selon la partie C : calcul de l’épaisseur de l’enveloppe :

P.De
eu  Cas d’enveloppe cylindrique d’épaisseur uniforme (C2.1.4.1)
2f.z  P
De = Diamètre extérieur
f = Contrainte nominale de calcul (voir C1.7)
z = Coefficient de soudure (voir C1.8)
P = Pression de calcul (voir C1.2)

EN SITUATION NORMALE DE SERVICE


Coefficient de soudure Z=0,85
Catégorie de construction B : (C1.8) (pour déterminer le coefficient de soudure)
Pression effective : Peff = 7 bar = 0,7 MPa
Surépaisseur de corrosion : 2 mm
De = 1800 mm
Contrainte nominale de calcul f
Calcul de f selon type 2 (voir tableau C 1.7.2)
f = Min {(Rt0,002/1,6) ; (R/2,7)}
Rt0,002 selon le tableau de NFA 36 – 205  à t° 150 = 206 N/mm²
R selon le tableau de NFA 36 – 205  410 N/mm²
Alors f = Min {(206/1,6) ; (410/2,7)}
A.N. f = Min {(128,75) ; (151,85)} = 128,75 N/mm²
P.D e 0,7 x 1800
eu   eu   5,738 mm
2f.z  P 2 x 128,75 x 0,85  0,7
C= 2 mm
C2 = 0 mm
C1 = + 0,85 (voir tableau page 358 de EN 10 029)
en = 5,738 + 2 + 0,85 + 0 = 8,588 mm
d’où le choix de l’épaisseur en = 10 mm

62/77
14. CALCUL DE RENFORCEMENT DES OUVERTURES
Une ouverture pratiquée sur un appareil à pression crée un affaiblissement, une étude montre
que la contrainte au bord d’une ouverture dans un tôle tendue a une valeur triple de la con-
trainte moyenne, voir la figure ci-après :

3m

m

Cette ouverture doit, bien entendu, être relativement petite par rapport à la largeur de la tôle,
sans quoi la démonstration n’aurait plus aucun sens ; le même phénomène se produit au bord
d’une ouverture dans une virole.

3m
m

14.1. RENFORCEMENT

Pour éviter que ces contraintes soient trop élevées dans la zone de l’ouverture, on pourrait
augmenter l’épaisseur de la virole, mais il faudrait la doubler, ou bien la tripler. Ce qui n’est pas
avantageux, sauf si la virole possède beaucoup d’ouvertures.
Généralement on renforce avec un anneau-renfort (encore appelé : "doublante" ou "selle de
renfort"). Pour des appareils fonctionnant dans des conditions difficiles, il peut être demandé
des tubulures autorenforçantes, constituées d’éléments forgés voir FA dans le CODAP.
14.2. DIMENSIONNEMENT DES ANNEAUX-RENFORTS

C5.1.1 Objet et domaine d’application


Les règles de vérification de la résistance des enveloppes soumises à une pression intérieure
au voisinage d’une ouverture. Lorsque cette dernière est voisine d’une ou plusieurs autres, il y
a lieu d’appliquer en outre les règles de C5.2
Les présentes règles s’appliquent :
Aux enveloppes cylindriques de section droite circulaire ;
Aux enveloppes sphériques ;
Aux enveloppes coniques de révolution ;
Aux fonds bombés elliptiques, torisphériques ou hémisphérique.

Satisfaisant respectivement aux conditions dimensionnelles indiquées en C2.1, C2.2, C2.3,


C3.1 et C3.4. Elles concernent les ouvertures suivantes :
Ouvertures de tubulures de section droite circulaire fixées sur enveloppe par des sou-
dures résistantes,
Trous de tubes mandrinés ou vissés, avec ou sans soudure d’étanchéité,
Ouvertures obturées par un tampon autoclave

63/77
Le renforcement d’une enveloppe comportant une ouverture doit être le même sur tout le pour-
tour de celle-ci
Il peut être réalisé par une augmentation générale ou locale de l’épaisseur de l’enveloppe, par
l’adjonction d’anneaux-renforts ou, s’il s’agit d’une ouverture de tubulure, par augmentation de
l’épaisseur de la tubulure, ces modes de renforcement peuvent être associés.

C5.1.2 Condition d’application des règles


C5.1.2.1 Diamètre de l’ouverture
Le diamètre d de l’ouverture ne doit pas excéder : 16 Dm .e
C5.1.2.2 Position de l’ouverture
Outre la condition de distance à une autre ouverture mentionnée en C5.2.1 ; les règles présent
chapitre ne s’appliquent qu’aux ouvertures dont la position satisfaite aux conditions suivantes :
a. Ouverture dans une enveloppe cylindrique ou conique ou un fond à calotte sphérique,
la distance x de l’ouverture à une discontinuité de la paroi doit satisfaire aux condi-
tions indiquées au tableau C5.1.2.2.

x-x0 ≥Max {(0.2 Dm .e ) ;(3e)}

Note : Voir les autres exemples en CODAP2000 page C5.1/199 à 203

b. Ouverture dans un fond bombé elliptique ou torisphérique. L’ouverture – y compris la


zone éventuelle de largeur x0 – doit être entièrement située dans la région centrale du
fond (région dont la distance à l’axe est au plus égale à 0,4 De, voir figure C5.1.2.2l)

Figure C5.1.2.2.l – Position d’une ouverture dans un fond bombé elliptique ou torisphérique
(Pour une ouverture avec anneau-renfort rapporté, voir aussi C5.1.2.5b)
C5.1.2.3 Tubulures soudées
a. Les piquages des tubes soudés dans cette partie doivent suivre les règles ci-dessus :
64/77
Tubulure soudée sur une enveloppe cylindrique, dont l’axe et celui de l’enveloppe sont
concourants ou non, et dont l’angle de l’axe avec un plan perpendiculaire à l’axe de
l’enveloppe n’est pas supérieur à 45° (fig. C5.1.2.3a à b)

Si l’axe de la tubulure et celui de l’enveloppe cylindrique ne sont pas concourants, la po-


sition de la tubulure doit satisfaire à la condition indiquée par la figure C5.1.2.3b
Tubulure soudée sur une enveloppe conique, dont l’axe et celui de l’enveloppe sont
concourants et dont l’angle de l’axe avec la normale à la paroi au centre de l’ouverture
n’est pas supérieur à 45° (fig. C5.1.2.3c)

Tubulure soudée sur une enveloppe sphérique ou sur un fond bombé, dont l’angle de
l’axe avec la normale à la paroi au centre de l’ouverture n’est pas supérieur à 45° et
dont la position satisfait à la condition indiquée par la figure C5.1.2.3d

Les épaisseur admises e t et é t d’une tubulure soudée ne doivent pas être supérieurs à :
e t = é t ≤ Kt . e
La valeur du coefficient kt est donnée par le graphique C5.1.2.3

65/77
Graphique C5.1.2.3
L’épaisseur de la tubulure doit aussi respecter les limitations indiquées, en fonction du type
d’assemblage tubulure-enveloppe, à l’annexe FA1

C5.1.2.5 Renforcement local d’une ouverture


a. Pour être compté comme participant au renforcement d’une ouverture, un élément
rapporté (anneau-renfort ou tubulure) doit être solidarisé avec l’enveloppe par des
soudures résistantes, un tube mandriné ou vissé ne peut constituer un renforcement,
même s’il comporte une soudure d’étanchéité.
b. La limitation d’emploi des anneaux-renforts plaques sur l’enveloppe, en fonction des
conditions de service et de la catégorie de construction de l’appareil, sont indiquées à
l’annexe FA1, l’épaisseur utile d’un anneau-renfort rapporté doit être au plus égale à
1,5e et sa largeur doit être au plus égale à :
Max {(L) ; (50 mm)}
Toutefois, la largeur d’anneau-renfort à prendre en compte pour le calcul de la surface Sr ne
doit pas être supérieure à L
Un anneau-renfort rapporte sur un fond elliptique ou torisphérique ne doit pas déborder de la
partie centrale du fond définie en C5.1.2.2b
Notions :
e = épaisseur admise de l’enveloppe au voisinage de l’ouverture (Si l’épaisseur de l’enveloppe
n’est pas constante, e est l’épaisseur moyenne admise sur la longueur L) (voir CODAP fig
C5.1.4b2)
et = épaisseur admise de la tubulure (Si l’épaisseur de la tubulure n’est pas constante, e t est
l’épaisseur moyenne admise sur la longueur l) (voir CODAP fig. C5.1.4b2 et b3)
e’t = épaisseur admise de dépassement intérieur de la tubulure (Si l’épaisseur de dépassement
de la tubulure n’est pas constante, e’ t est l’épaisseur moyenne admise sur la longueur l’)
Ri = rayon intérieur de l’enveloppe ou du fond au droit de l’ouverture (pour une enveloppe co-
nique, le rayon Ri est mesuré comme l’indique de la fig. C5.1.2.3c) (pour un fond elliptique,
le rayon Ri est le rayon intérieur du fond torisphérique équivalent :
Ri = 0,45 Di K avec (K = Di/2h2)
Pour un fond elliptique conforme à la norme NF E81-103 :
Ri = 0,855 Di
Dm = diamètre moyen de l’enveloppe ou du fond au droit de l’ouverture
Dm = 2Ri + e
Dm.cyl = diamètre moyen de l’enveloppe cylindrique sur laquelle se raccorde, à la grande base,
une enveloppe conique comportant une ouverture (voir CODAP figure C5.1.2.2i)
De , Di = diamètre extérieur d’un fond bombé.
d = diamètre de l’ouverture, mesure comme l’indique les figures C5.1.4b (Lorsque l’ouverture
est celle d’une tubulure soudée en bout d’une collerette extrudée ou renforcée par une
pièce forgée, les indications de ces figures sont corriger, si le rayon r est supérieur à e/2,
selon celles de la figure C5.1.3a de CODAP.
Lorsque l’ouverture est celle d’une tubulure vissée, d doit être mesuré à fond de filet du
taraudage de la paroi.
66/77
Lorsque le diamètre de l’ouverture n’est pas constant dans l’épaisseur de la paroi, d est la
valeur moyenne de ce diamètre (voir CODAP C5.1.3b)
Lorsque l’ouverture n’est pas circulaire, d est :
 Pour une ouverture dans une enveloppe sphérique ou un fond bombé la plus grand
dimension de l’ouverture.
 Pour une ouverture dans une enveloppe cylindrique ou conique la plus grande di-
mension de l’ouverture mesurée dans un plan passant par l’axe de l’enveloppe
di = diamètre intérieur de la tubulure
dm = moyen de la tubulure
dm = di + et
d’m = diamètre moyen du dépassement intérieur de la tubulure
d’m = di + e’t
h2 = flèche intérieur d’un fond elliptique.
L = longueur d’enveloppe, mesurée à mi-épaisseur de la paroi comme l’indiquent les figures
C5.1.4b, participant à la résistance de l’ouverture.
Dans le cas général : L  k 0 Dm .e
Dans le cas d’une ouverture proche d’une discontinuité de la paroi – c'est-à-dire une ou-
verture dont la distance x à une discontinuité est inférieure à la valeur xp indiquée au ta-
bleau C5.1.3 – la valeur de L est donnée par ce tableau.
lt = longueur de tubulure disponible, mesurée comme l’indiquent les figures C5.1.3c, d, e, f et g,
qui illustrent quelques cas dont il y a lieu de s’inspirer pour traiter d’éventuelles autres con-
figurations

67/77
l = longueur de tubulure participant à la résistance de l’ouverture (Voir CODAP figures C5.1.4b)
l  Min   d .e ; l  
m t t
l’ = longueur du dépassement intérieur de tubulure participant à la résistance de l’ouverture
(voir figures C5.1.4b)
 
l '  Min 0,5 d'm .e' t ; l ' t  
l’t = longueur du dépassement intérieur de la tubulure
lcyl = d’enveloppe cylindrique participant à la résistance à du raccordement de cette enveloppe
avec :
Une enveloppe conique de même axe, à la petite base (Voir CODAP fig C5.1.2.2f) lcyl est
alors la longueur l2,cyl définie en C2.3.
Une enveloppe sphérique (Voir CODAP fig. C5.1.2.2g), une autre enveloppe cylindrique
ou une enveloppe conique d’axes concourants (Voir CODAP fig. C5.1.2.2h) lcyl est alors
la longueur l d’enveloppe cylindrique prise en compte pour la vérification
l2,cône = longueur d’enveloppe conique participant à la résistance du raccordement avec une
enveloppe cylindrique à la petite base (fig C5.1.2.2j), définie en C2.3.
x = distance, mesurée à mi-épaisseur de l’enveloppe, comme l’indiquent les figures C5.1.2.2a
à k, entre l’ouverture et une discontinuité de forme de la paroi.
Du côté de l’ouverture, x est à mesurer à partir du point où est mesurée la longueur L
(voir fig. C5.1.4b)
x0 = distance définie par les figures C5.1.3h

Figure C5.1.3h Définition de x0

xp = valeur de x en dessous de laquelle l’ouverture doit être considérée comme proche d’une
discontinuité de la paroi, xp est donnée par le CODAP tableau C5.1.3
α = demi-angle au sommet d’une enveloppe conique
P = pression de calcul

68/77
f, ft, fr = contrainte normale de calcul, respectivement du matériaux de l’enveloppe, de la tubu-
lure, de l’anneau-renfort.
z = coefficient de soudure
k0 = coefficient donné par le graphique C5.1.3

C5.1.4 règle de vérification de la résistance d’une enveloppe comportant une ouverture


a. Aucune vérification n’est à effectuer pour les ouvertures telles que :
d  0.14 Dm .e
b. Pour toute ouverture telle que :
d  0.14 Dm .e
Il y lieu de s’assurer que la relation est satisfaite : (relation C5.1.4b)
S (f - 0,5P) + St (ft - 0,5P) + Sr (fr - 0,5P) ≥ P.G
Lorsque ft ou fr sont supérieures à f, prendre ou égale à f pour la vérification de cette relation.
Les surfaces S, St, Sr et G sont définies par les figures C5.1.4b1 à b12 qui illustrent quelques-
unes des configurations les plus usuelles à partir desquelles il est possible de traiter les autres
configurations couvertes par les règles.

69/77
c. Lorsque l’ouverture considérée est située sur un joint soudé :
 d’orientation quelconque sur une enveloppe sphérique, un fond bombé ou un fond à ca-
lotte sphérique,
 longitudinal ou hélicoïdal sur une enveloppe cylindrique ou conique.
Il y a lieu de remplacer f par f.z dans la relation C5.1.4b
d. Lorsque l’ouverture est celle d’une tubulure comportant une soudure longitudinale, il y
a lieu de remplacer ft par ft.z dans la relation C5.1.4b. la présente règle C1.5.4d n’a
pas lieu d’être appliquée aux tubulures disposées sur une enveloppe cylindrique ou
conique lorsque l’angle  définie par la figure C5.1.4d est supérieur ou égale à 45°.

Exemple 1:
Soit à calculer un piquage de trou d’homme constitué par un tube de Ø 18" (457 mm) ép. 10
mm et une bride à collerette DN450 PN 40 poser sur un virole de Ø 1800 ép. 10mm, et dont les
valeurs qu’on a retenu est :
en = 10 mm ; c1 = ± 0,85 mm ; eu = 7,15 mm ; c = 2 mm.
Matière est A42 CP
Pression de service est 7 bar
Pression d’épreuve est 13 bar
Tube

Zone A Virole
St l
Axe tube

S
Zone B

G Di
Axe Réservoir

+ 0,85

- 0,85
9,15
10

7,15

1) Calcul de la longueur L :
L  k 0 Dm.e avec;
70/77
Dm = 1800 – 7,15 = 1792,85 mm ; e = 7,15 mm ; d = di = 457 – (2 x 7,15) = 442,7 mm
di di 442,7
k0  f ( )  δ   3,9  k 0  1
Dm .e Dm.e 1792,85 x 7,15
L  1x 1792.85 x 7.15  113,22 mm
2) Calcul de la longueur l :
l  Min  
dm .e t ; lt 
lt : longueur de la tubulure
lt = 250 – H2 (voir la dimension dans le catalogue des bride) = 250 – 135 = 163 mm
l  Min  
dm .e t ; lt    Min  
449,85x7,1 5 ; 163    Min  56,71 ; 163    56,71 mm
3) Vérification de la résistance d’une enveloppe comportant une ouverture :
Vérifions-nous la formule : d  0.14 Dm .e
On a : d = 457
et : 0,14 Dm .e  0,14 1792,85 x7,15  15,85
Donc : d  0.14 Dm .e alors il y a lieu de faire la vérification.
S (f - 0,5P) + St (ft - 0,5P) + Sr (fr - 0,5P) ≥ P.G
 (S + St ) (f - 0,5P) ≥ P.G5 la même matière
St = 7,15 x (56,71+7,15) = 456,6 mm²
S = 7,15 x 113,22 = 809,52 mm²
St + S = 1266,1 mm²
G = Zone A + Zone B = [di/2(l + ev)] + [(de/2 + L) x Di/2]
 457 - 2 x 7,15     457  1785,7 
G    56,71  7,15     113,22  x  14135,41  305104,7
 2    2  2 
G = 319240,11 mm²
f150 = 128,75 daN/mm²
f20 = 232,75 daN/mm²
Calcul (service) Epreuve (essai)
=1266,1 x [128,75 – (0,5 x 0,7)] =1266,1 x [232,75 – (0,5 x 1,3)]
(S + St ) (f - 0,5P)
=162567,24 N =293861,81 N
PxG =319240,11 x 0,7 = 223468,08 N =319240,11 x 1,3 = 415012,14 N
Δ = P.G - (S + Sr ) (f - 0,5P) =60900,84 N =121150,33 N
Sr = Δ / (f - 0,5P) =60900,84 / 128,4 = 474,31 mm² =121150,33 / 232,1 = 521,97 mm²

er = en - C1 - C (on ne compte la corrosion en moins dans l’épaisseur) = 10 – 0,85 – 0 = 9,15


lr.mini = 521,97 / 9,15 = 57,04 mm

ép : 10

L = 60

71/77
4) Choix de section anneau :
On a épaisseur de 10 mm et largeur de 60 mm alors :

Exemple 2: TROU D’HOMME SUR FOND GRC


Fond bombé de Ø 1800 ép : 14
St

l S4
L
en = 14
S

S3

S2

Ri a

1

1) ’épaisseur utile du fond bombé est :


eu = en-c1-c =14 - 1,4 - 2 = 10,6 mm
Ne pas oublier le fait que la corrosion part de
Ri =1800mm Ri =1802 mm
l’intérieur  Ri et di, + 2mm donc on aura

2) Calcul de L graphiquement :
Dm = 2 x 1800 + 10,6 = 3610,6 mm
d = di = 457 - 2 x 7,15 = 442,7mm
Dm .e  195,63 mm
d
 2,26  ko  1 grafique C5.1.3 alors L  195,63 mm
Dm .e

3) Calcul de l :
l  Min   d .e , l  
m t t
lt  250 - 140  110 mm
dm  di  er  442,7  7,15  449,85 mm
dm .e t  449,85 x 7,15  56,7 mm  l  56,7 mm

72/77
4) Vérification de la résistance d’une enveloppe comportant une ouverture :
Vérifions-nous la formule : d  0.14 Dm .e
On a : d = 457
et : 0,14 Dm .e  0,14 3610,6 x 7,15  22,49
Donc : d  0.14 Dm .e alors il y a lieu de faire la vérification.
5) Calcul de St (tube):
S t  e t l  e   7,15 56,7  10,6   481,195 mm

6) Calcul de S section ombré (virole): Arc


S  S1  S2 
 .R2e
2

 .Ri2
2

.
2
R 2
e  Ri2 
On cherche  :
On : Arc  L  195,63 mm
 e  10,6 
Rm   Ri    1800    1805,3 mm 
 2  2 
195.63
  0,10836426 rad    6,2088
1805.3
R e  Ri  e   1800  10,6   1810,6 mm
Alors :

S  S1  S2 
θ.R2e θ.Ri2 θ. 2
2

2

2
Re  Ri2  
0,10836426
2
 
x 1810,62  18002  2073,678 mm2 
Où bien S  l.e  195,63 x 10,6  2073,678 mm 2
Donc S  S t   2073,678  481,195  2554,873 mm 2
7) Calcul de S3 (surface triangle):
Cherchons la valeur de 1 :
d 2
sin θ1  e  sin θ1  0,1269  θ1  7,29305
Ri
de 2
 tgθ1  a  1785,43769
a
1  de 
S3   a.   203986,2562 mm 2
2 2 
di 442,7
S 4  l  e   56,7  10,6  x  14896,855 mm 2
2 2
G  S 2  S3  S 4  394433,2124 mm2
Calcul (service) Epreuve (essai)
= 2554,873 x 128,4 = 2554,873 x 232,1
(S + St ) (f - 0,5P)
= 328045,69 N = 592986,02 N
= 394433,2124 x 0,7 = 394433,2124 x 1,3
PxG
= 276103,2487 N = 415012,14 N
Δ < P.G - (S + Sr) (f - 0,5P)
Pas besoin de renfort

73/77
15. DETERMINER L’EPAISSEUR D’UNE LIGNE DE TUYAUTERIE
SOUMISE A UNE PRESSION

15.1. GENERALITES (CODETI C2.1)

Cette section spécifie les règles de dimensionnement des composants (GA1. 1.1) de tuyauterie
soumis à une pression intérieure (C2.2) ou à une pression extérieure (C2.3).
Ces règles sont complétées, dans le cas de charges variables par une méthode d'analyse à la
fatigue (C2.4).
Les règles de la présente Division s'appliquent à des composants fabriqués, conformément à la
section F, à partir de matériaux définis dans la section M.
Dans le cas où la tuyauterie est prévue pour fonctionner dans des conditions de couples pres-
sion-température variés, le couple à considérer est celui qui conduit à l'épaisseur la plus
grande.

Lorsque des composants sont conformes à des normes garantissant leur résistance
pour les conditions de service, ils n'ont pas à subir de nouvelle vérification.

A ce titre et en ce qui concerne la pression intérieure les composants (tuyaux et tubes, coudes,
réductions, tés, fonds ...) conformes aux normes de l'annexe MA6 ainsi que les assemblages à
brides boulonnées conformes aux exigences de C2.2.8.2 doivent être considérés dans le cadre
de la présente Division comme satisfaisant cette condition.

15.2. DIMENSIONNEMENT DES COMPOSANTS SOUMIS A UNE PRES-


SION INTÉRIEURE (CODETI C2.2)

15.2.1.TUYAU DROIT (CODETI C2.2.1)

15.2.1.1.Notations (CODETI C2.2.1.1)


Pour les besoins du présent chapitre les notations suivantes s'appliquent :
De : diamètre extérieur du tuyau (pour les tubes normalisés le diamètre De est égal au diamètre
extérieur théorique sans tenir compte des tolérances)
Di : diamètre intérieur du tuyau (pou: lies tubes normalisés, le diamètre Di est égal au diamètre
intérieur théorique sans tenir compte des tolérances)
Dm : diamètre moyen du tuyau
P : pression de calcul définie en C 1.2.14
f : contrainte nominale de calcul définie en C 1.4
z : coefficient de soudure défini en C1.5

15.2.1.2.Tuyau sans soudure ou comportant une soudure longitudinale (CODETI C2.2.1.2)


Pour DelDi  1,7, l'épaisseur de paroi minimale, e, sans surépaisseur ni tolérance, d'un tuyau
droit sans soudure longitudinale (z=1, fig.C2.2.1.2-1) ou d'un tuyau droit comportant une sou-
dure longitudinale (fig.C2.2.1.2-2) ne doit pas être inférieure à l'épaisseur calculée à partir de
l'une des formules suivantes :

74/77
PDe PDm PDi
e e e
2 f .z  P 2 f .z 2 f .z  P
( C2.2.1.2-1) (C2.2.1.2-2) (C2.2.1.2-3)

Figure C2.2.1.2-1 - Tuyau sans soudure Figure C2.2.1.2-2 - Tuyau comportant une
soudure longitudinale

   f .z  P 
e
De1  f . z  P  e
Di  1
2  f .z  P  2  f .z  P 
   
(C2.2.1.2-4) (C2.2.1.2-5)

15.2.1.3.Tuyau soudé hélicoïdalement (CODETI C2.2.13)


Pour De/Di > 1,7, l'épaisseur de paroi minimale, e, sans surépaisseur ni tolérance, d'un tuyau
droit soudé hélicoïdalement (fig.C2.2.1.3) ne doit pas être inférieure à la plus grande des deux
valeurs calculées à partir de l'une des formules C2.2.1.2 ci-dessus et de la formule C2.2.1.3 ci-
dessous :

 PD e   sin 2 
e   .1   (C2.2.1.3)
 2 f .z  P  2 
 : Angle formé par la soudure et une génératrice

Note : Il s'agit ici de tubes fabriqués suivant spécification particulière établie par le fabricant,
ceux de la norme NF A 49-250 ne pouvant être utilisés que pour les catégories B, C et D.

Figure C2.2.1.3 - Tuyau soudé hélicoïdalement

15.2.2.CINTRES ET COUDES A SOUDER (CODETI C2.2.2)

15.2.2.1.Notations (CODETI C2.2.2.1)


Pour les besoins du présent chapitre les notations suivantes s'appliquent :
e : épaisseur minimale d'un tuyau droit déterminée conformément à C2.1.1

75/77
Figure C2.2.2.2 - Cintre et coude à souder

15.2.2.2.Cintres (CODETI C2.2.2.2)

Les épaisseurs de paroi minimales, eint. et eext , sans surépaisseur ni tolérance, d'un cintre doi-
vent satisfaire les inégalités suivantes :
- à l'intrados - à l'extrados :
 R / D  0,25   R / D  0,25 
eint  e c e 
 eext  e c e 
 Rc / De  0,5   Rc / De  0,5 
(C2.2.2.2-1) (C2.2.2.2-2)

15.3. ÉPAISSEURS – DÉFINITIONS (CODETI C1.6)

e : Epaisseur minimale requise pour résister à la pression, sans surépaisseur ni tolérance, cal-
culée à partir des équations appropriées données en C3.
Cette épaisseur doit être déterminée en fonction du procédé de fabrication.
c0 : Surépaisseur de corrosion ou d'érosion
La valeur de cette surépaisseur doit toujours être fixée par l'Acheteur, ou éventuellement
par accord entre l'Acheteur et le Concepteur, en fonction de la nature des produits venant
en contact avec la paroi de leur température, de leur vitesse, etc.
c1- : Valeur absolue de la tolérance en moins définie dans le document matériau
c1+ : Valeur de la tolérance en plus définie dans le document matériau
c2 : Surépaisseur correspondant à l'amincissement possible lors de la fabrication
er : Epaisseur minimale requise, surépaisseurs et tolérances incluses
ecde : Epaisseur de commande
L'épaisseur de commande ecde d'un composant (tuyau ou accessoire) doit être au moins
égale à :
 si la valeur de la tolérance c1- est  si la valeur de la tolérance c1- est exprimée en
exprimée en unité de longueur : pourcentage x de l'épaisseur nominale ecde :
 100
ecde  e  c 0  c 1  c 2
ecde  e  c 0  c 2 
100  x
Note : Dans le cas de tube droit sans soudure longitudinale ecde = eu
 : Epaisseur additionnelle résultant du choix de l'épaisseur de commande ecde
en : Epaisseur nominale (sur les plans)
eu : Epaisseur utile d'un composant, utilisée pour les calculs de vérification de la résistance
L'épaisseur utile eu est la plus faible épaisseur possible après corrosion est donnée par :

eu  e + 
Note : L'attention est attirée sur le fait que dans les calculs il convient en général de prendre en compte les deux
états de la tuyauterie : tuyauterie non corrodée et tuyauterie corrodée.
Figure C1.6-1 - Epaisseurs (applicables aux tuyaux droits ainsi qu'aux cintres)

76/77
15.1. UNITES – TOLERANCES (CODETI C1.7)

15.1.1.UNITES (CODETI C1.7.1)

Sauf les quelques exceptions où les unités sont indiquées, les formules proposées dans les
différentes règles de calcul sont valables dans tout système cohérent d'unités. Il est cependant
recommandé d'utiliser le système international d'unités, objet de la nonne NF X 02-006.

15.1.2.TOLERANCES (CODETI C1.7.2)

À l'exception des tolérances sur les épaisseurs traitées en C1.6, il n'est pas nécessaire de
prendre en compte les tolérances sur les autres dimensions pour l'application des règles de
calcul sous réserve que ces tolérances restent dans les limites fixées par la présente Division.

77/77