Anda di halaman 1dari 8

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'Ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France)

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET STRUCTURALE APPLIQUEE A LA


LOCALISATION DE MASSES INSTABLES SUR LA FALAISE DU LITTORAL
– ÎLE DE LA REUNION

Pierre POTHERAT1, Marianne CHAHINE2


1 CETE de Lyon, LRPC de Lyon, France
2 CETE de Lyon, LRPC de Clermont-Ferrand, France

RESUME - Le long de la route du littoral, au nord de l’île de la Réunion, l’étude des


éboulements en masse a montré que la structure originelle du massif intervient largement
dans le contrôle des désordres en falaise avec, en certains endroits, un rôle déterminant des
dykes et des fractures générés par les montées successives du magma. Globalement,
l’évolution progressive, de l’est vers l’ouest, du niveau de désorganisation de la falaise est
remarquable

1. Introduction

La RN1 ou route littorale, entre Saint-Denis et le port de la Possession (fig. 1), est construite
au pied de falaises qui peuvent atteindre une hauteur de 120 à 200 m. Constituées de
coulées de basaltes séparées par des scories avec quelques paléosols, ces falaises sont le
siège de fréquentes chutes de blocs dont la masse varie de 10 kilogrammes à 10 tonnes,
d’éboulements en masse, voire de glissements plan.

Cap Bernard Saint-Denis


Pointe du Goufre

RN1

La Possession

Figure 1. Plan de situation du secteur étudié

La sécurité courante est assurée par les mesures suivantes : basculement du trafic côté
mer quand pluie dépasse le seuil de 15 mm et pose de filets pendus sur certains secteurs. Si
la pose de ces filets, actuellement en cours, se révèlera efficace dans la prévention contre
les chutes de blocs, elle ne pourra prétendre résoudre le problème des éboulements
volumineux. En effet les chutes de masses de quelques centaines de mètres-cubes à
plusieurs milliers de mètres-cubes, non susceptibles d’être guidées par les filets, bien que

Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse III - 33


P. Potherat et al.

peu fréquentes, concernent la totalité de l’itinéraire et se trouvent à l‘origine d’une étude des
risques d’effondrements en grandes masses commandée par la DDE de la Réunion.
Les études menées jusqu’alors ont concerné le risque lié aux chutes de blocs (Pauly,
2003 et Pauly, Maurin, 2004 ) et l’évaluation, en termes de propagation, de l’influence de
grands éboulements sur la route de manière à quantifier la marge de reculement vers l’océan
pour mettre la chaussée hors d’atteinte (Rochet , Pauly, 2004 ).
L’identification puis la hiérarchisation des zones de départ potentiel sur l’ensemble de
l’itinéraire côtier, de Saint-Denis à La Possession, constitue le premier objectif du travail
confié au Centre d’Études Techniques de l’Équipement (CETE) de Lyon et effectué en
collaboration avec le CETE Méditerranée, sous l’égide du Laboratoire Central des Ponts et
Chaussées (LCPC). Le second objectif consistera à formuler des propositions relatives aux
techniques d’instrumentation des falaises rocheuses, en environnement agressif, afin de
mettre sur pied un programme expérimental d’étude de la dynamique et de la cinématique
des mouvements avant éboulement.

2. La méthodologie adoptée
Les principes de base de la méthodologie adoptée pour cette étude se sont appuyés sur une
recherche bibliographique, un examen systématique des photos aériennes à axe vertical,
oblique ou horizontal, sur des prises de vue de détail par hélicoptère et sur des visites de
terrain.
Les photographies aériennes, plus particulièrement les couples stéréoscopiques,
constituent un excellent outil de reconnaissance des événements anciens mais aussi des
zones potentiellement instables et caractérisées par des traits lithologiques et structuraux
particuliers. L’analyse de ces documents a fournit une vision de la lithologie et de la structure
des falaises ainsi que de l’évolution de leur morphologie avec le temps. Le croisement des
informations a permis d’accéder à la compréhension des liens entre lithologie, structure et
évolution morphologique, donc d’identifier des zones susceptibles d’évoluer
défavorablement.
.

3. Les résultats de la phase documentaire

Dans le cadre de cette étude ont été consultés les documents disponibles à la DDE 974, les
rapports du BRGM de 1969 à 2005 et les rapports du CETE Méditerranée de 1998 à 2004.

3.1 Les données lithologiques, géomorphologiques, structurales disponibles

3.1.1 La lithologie
La falaise est constituée d’une succession de coulées basaltiques massives et de lits de
scories, scindées en trois unités:
l’unité inférieure, âgée d’environ 2Ma, qui comprend un empilement de coulées massives,
d’épaisseur métrique à plurimétrique, séparées par des lits de scories et recoupées par des
dykes très fréquents aux deux extrémité du linéaire étudié ;
l’unité intermédiaire, principalement détritique, est faite de lits de conglomérats épais, gros
pourvoyeurs de blocs isolés, en comblement des creux topographiques. Son âge est estimé
à 1,07 Ma à la ravine à Jacques;
l’unité supérieure, légèrement plus récente (1,02 Ma à la ravine à Malheur) est composée
d’une succession de coulées massives de puissance décamétrique et individualisées par des
horizons scoriacés.

3.1.2 La structure
Les données concernant la fracturation se résument à l’évocation des fractures de
décompression, du débit en prismes des coulées basaltiques et de la présence de nombreux

III - 34 Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse


JNGG’ 2006 – Lyon

dykes. Aucune information relative à d’éventuels réseaux de fractures de type diaclases n’est
disponible.

3.1.3 La géomorphologie
Globalement, l’existence d’une falaise, haute de 120 à 200m sur près de 13 km de longueur,
traduit une prédominance de l’érosion marine sur cette partie de l’île. Son profil est très
variable et résulte de la conjugaison de plusieurs phénomènes :
le travail de sape de l’océan conduisant à des parois très verticales en pied de versant
avec parfois un cône de matériaux à la base ;
l’érosion forte des thalwegs qui recoupent plus ou moins profondément les fronts de
falaise avec des accumulations de matériaux au droit des débouchés vers la mer;
l’évolution propre des fronts, par sous-cavage des niveaux scoriacés et mise en surplomb
des coulées basaltiques, finit par provoquer des écroulements de pans de falaise après des
régressions successives.
Depuis 2 Ma, les phénomènes d’érosion ont pris le pas sur l’activité émissive. On en voit le
résultat sur les 12 km de côte. La présence de caps est due à des différences de résistance
(donc de nature) des matériaux (fig. 2).

Fractures obliques

Coulée Pointe du Goufre


Scories

Figure 2. Vue partielle de la route du littoral, entre les PK 3,5 et 6. On remarque la


succession coulées/niveaux scoriacés, à gauche, ainsi que la fracturation oblique.

3.2 Les événements anciens répertoriés

Une douzaine d’éboulements mettant en jeu des masses de 250 à 200 000 m3 ont été
recensés depuis 1960. Outre l’événement exceptionnel de 1961 (200 000 m3) et la coulée
consécutive au cyclone Clothilda de 1981, les plus importants d’entre eux concernent des
volumes de 1000 à 35 000 m3 qui se sont produits de 1980 à 1993 entre les points
kilométriques 2,1 et 5,1.

4. La photo-interprétation

Les objectifs assignés à l’examen des photographies aériennes sont, d’une part la
détermination du schéma structural de la falaise et du plateau situé directement à l’arrière de
celle-ci, d’autre part la détection des événements passés.

Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse III - 35


P. Potherat et al.

4.1 Les documents utilisés

Les documents utilisés dans le cadre de cette étude se rapportent à quatre missions IGN de
et cinq missions spéciales de 1955, 1980, 1996 et 1997 à axes horizontaux, obliques ou
verticaux aux échelles variant de 1/600 à 1/ 3 000 ;
S’ajoutent à ces documents deux séries de photographies prises d’hélicoptère lors des
missions de 2005. Au total plus de 2000 photographies ont été examinées.

4.2 Le schéma structural

Le rôle du champ de fractures et des dykes dans le régime hydraulique du massif situé à
l’arrière des falaises est supposé déterminant dans la dynamique des effondrements. A ce
titre ces discontinuités, sensées servir de drains pour les aquifères ou d’écrans
imperméables, ont fait l’objet d’une analyse fine et d’un report détaillé de ces structures.

4.2.1 L’hypothèse de départ


Les gonflements successifs du volcan, liés aux épisodes effusifs, ont dû s’accompagner
d’une fracturation spécifique. Cette hypothèse est confortée par la présence des brèches de
Saint-Gilles, considérées comme de vastes écroulements consécutifs à la déstabilisation des
flancs du volcan par gonflement lors des phases éruptives.
Il convient de vérifier si ce phénomène, assimilé à une poussée verticale, a été
responsable de la genèse d’un système de diaclases et de la mise en place des dykes dans
les flancs de l’appareil volcanique (fig.3).

Figure 3. Modèle de fractures radiales et concentriques générées sous l’effet d’un


poinçonnement vertical.

4.2.2 Le schéma structural global


L’identification des zones potentiellement instables passe en premier lieu par la recherche
des discontinuités supposées à l’origine des instabilités recherchées. Les photographies des
missions IGN de 1950 et 1997, aux échelles de 1/20 000 à 1/30 000, ont été utilisées pour
établir le schéma structural global suivant, de l’est vers l’ouest (fig. 4 et 5):
du PK 0 à la ravine Bailly, les discontinuités les plus représentées possèdent une direction
méridienne (N 150-170), probablement associée à la présence de dykes, abondants dans ce
secteur. Des escarpements N 70, parallèles à la falaise peuvent matérialiser des ouvertures
de décompression ;
de la ravine Mas à la ravine à Jacques, apparaît une direction N 100-110 qui s’étend loin
dans le massif arrière et, de la pointe du Gouffre à la ravine à Jacques, une zone fortement
désorganisée, extrêmement découpée par des fractures N 20-30, N 100-110 et N 160-170,

III - 36 Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse


JNGG’ 2006 – Lyon

avec une limite arrière arquée, présente les caractéristiques d’anciens


affaissements/écroulements de très grand volume.

Figure 4. Schéma structural du secteur est (d’après mission IGN de 1997 à 1/30 000).

A partir de la ravine de la petite Chaloupe (PK 9,6) jusqu’à l’extrémité ouest de la falaise,
les discontinuités décrites précédemment sont largement représentées.
Entre la ravine de la petite Chaloupe et la ravine à Malheur apparaît une seconde zone
désorganisée, aux caractéristiques structurales identiques à la précédente.
À l’ouest de la ravine à Malheur, une troisième zone est en voie de désorganisation sur un
réseau de fractures N 160 et N 20-30.
Les discontinuités N 20-30 sont difficilement attribuables à des fractures de
décompression du massif car leur direction est trop oblique par rapport à celle de la falaise.
Associées aux discontinuités N 100-110, elles seraient plutôt assimilées à un jeu de
diaclases conjuguées, générées par la poussée verticale du magma, accompagnant les
phases émissives, qu’à des fractures de retrait, contemporaines du refroidissement des
coulées. Le tracé, en baïonnettes, du lit des ravines est fortement influencé par ces deux
directions.
Les dykes, très fréquents du PK 2 au Pk 5 et du PK 10,8 au PK 12,5 (Cruchet M.,
Normand M., 2005) présentent des directions en éventail, N 0 à l’est et N 140 à l’ouest,
centrées sur le cirque de Salazie et probablement associées, comme les discontinuités N.20-
30 et N 100-110, au fonctionnement ancien du volcan.

Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse III - 37


P. Potherat et al.

Zone en voie de
déstructuration

Zone déstructurée

Zone déstructurée

Figure 5. Schéma structural du secteur ouest (d’après mission IGN de 1997 à 1/30 000)

4.2.3 Les observations de détail


L’examen des photographies aériennes à plus grande échelle, à axes de prises de vue
variables, offre, outre la possibilité d’affiner le schéma structural, une vision de détail de la
falaise, nécessaire à l’identification des facteurs de prédisposition aux chutes de masses
rocheuses (sous cavages, fractures ouvertes, zones très fracturées, zones altérées, plans
fortement pentés vers le vide, zones humides…).
À titre d’illustration, sur la figure 6, relative à la zone d’éboulement de mars 1961, un
faisceau de dykes et une fracturation intense rendent compte de l’instabilité potentielle de
cette zone. De grosses masses éboulées en pied en témoignent.

III - 38 Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse


JNGG’ 2006 – Lyon

Figure 6. Vue de l’éboulement de mars 1991 (PK 2,6 à 2,9). Noter la présence de dykes
associés à des zones altérées et humides. Photos à axe horizontal de 1996.

4.2.5 Les événements anciens détectés


L’examen de missions aériennes échelonnées sur une période de près de 50 ans, ont permis
de réaliser un inventaire relativement exhaustif des évènements s’étant produits sur cette
période. Les indices répertoriés vont de cicatrices d’éboulements anciens à l’observation de
masses en pied de falaise en passant par les couloirs d’éboulis et les indices d’anciens
glissements plan, plus ou moins végétalisés, souvent sans masse en pied en raison de
l’évacuation par la mer. L’inventaire des événements recensés depuis 1960 a pu être
complété par la localisation de nombreux éboulements antérieurs à cette date ainsi que des
événements non recensés de cette date à nos jours.

5 La typologie des désordres


La typologie proposée découle des informations tirées de la bibliographie, des observations
faites sur photographies aériennes et des données de terrain. On distingue :

les éboulements de type écailles ou dièdres sur fractures tectoniques ;


les éboulements d’écailles sur fractures de décompression (parallèles à la falaise) ;
les éboulements associés aux dykes (dièdres ou compartiments délimités par des dykes);
les éboulements de zones fortement altérées par des fluides hydrothermaux ou des eaux
météoriques ;
les éboulements de prismes de refroidissement de coulées ;
les glissements sur plans pentés vers la mer (les plans à fort pendage liés aux paléosols
ou les flancs de structures ravinantes (paléo-vallées) ;
les éboulements de grands surplombs dans les alternance de coulées massives sur
scories ou niveaux de conglomérats .

Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse III - 39


P. Potherat et al.

6 Conclusions

Le schéma structural, plus complexe que ne l’indiquaient les études antérieures, intervient
largement dans le contrôle des désordres en falaise. Dans certains secteurs le rôle des
dykes semble en particulier déterminant dans la genèse de ces désordres. Dans l’ensemble
l’évolution progressive, de l’est vers l’ouest, du niveau de désorganisation de la falaise est
remarquable. Deux vastes zones déstructurées et une troisième en voie de déstructuration
ainsi qu’une trentaine de secteurs potentiellement instables qu’il convient d’examiner en
détail ont été identifiés.

7. Références bibliographiques

CRUCHET M. et NORMAND M. (2005) – RN1 Étude de l’impact du régime hydraulique du


massif côtier nord sur les éboulements en grande masse de la falaise du littoral – Note
provisoire BRGM du 16 juin.
FEUGA B. (1999) – Évaluation de la possibilité de phénomènes d’instabilité de grande ampleur
affectant la falaise bordant la RN1 entre St Denis et la Possession – Rapport BRGM N 2791,
32 p.
FEUGUEUR L. (1969) – Étude géologique de la route de la corniche entre St Denis et La
Possession – Rapport BRGM N° 69 TAN 36.
PAULY JC. (2003) – RN1 Zonage préalable à l’avant-projet sur des bases géomorphologiques
– Rapport CETE Méditerranée N° 18359/03/01.
PAULY JC. et MAURIN P. (2004) – RN1 Mise en sécurité Phase Projet du PR 3.500 à 12.900 –
Étude d’aléa chutes de blocs – Solutions de mise en sécurité – Rapport CETE Méditerranée
N° 046H20570/01.
POTHERAT P., CHAHINE M. et DORIDOT M. (1999) – L’utilisation de la photo-interprétation
dans l’établissement des Plans de Prévention des Risques liés aux mouvements de terrain –
Guide technique LCPC – MEDD, Collection Environnement.
ROCHER Ph. (1990) – Évolution volcano-structurale du massif du piton des neiges. –
Monographie sur le volcanisme de la Réunion, J. –F. Lénat Ed., Centre de Recherches
volcanologiques, Clermont-Ferrand, 1ère édition, pp. 145 – 161.
ROCHET L. et PAULY JC. (1998) – RN1 Étude du phénomène chutes de masses rocheuses
en vue d’un itinéraire hors risque (pièces 1 à 8) – Rapport CETE Méditerranée.
STIELTJES L. et WESTERCAMP D. ( 1980) – Étude géologique générale de la falaise de la
route du littoral St Denis – La Possession – Rapport BRGM N° 80 REU 10.

III - 40 Session 3 - Risques naturels en zone montagneuse