Anda di halaman 1dari 106

Fonds de Formation professionnelle de la Construction

MANUEL MODULAIRE CHAUFFAGE CENTRAL

MODULE 3.2
PRODUCTION DE CHALEUR:
ACCESSOIRES D’INSTALLATION
ET INSTRUCTIONS DE MONTAGE
MANUEL MODUL AIRE CHAUFFAGE CENTR AL

Production de chaleur:

accessoires d’installation
et instructions de montage

FONDS DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA CONSTRUCTION (FFC)

Rue Royale 45 – B-1000 Bruxelles


Tél.: +32 2 210 03 33 – Fax: +32 2 210 03 99

Website: www.laconstruction.be - E-mail: info@fvbffc.be


@ Fonds de Formation professionnelle de la Construction, Bruxelles, 2007.
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays.
D/2007/1698/02

2
Il existe déjà plusieurs publications relatives au chauffage central, mais la
plupart ne sont pas axées sur la pratique ou bien sont dépassées. Il y a donc
une très forte demande pour un manuel axé sur la pratique.

Le “Manuel modulaire Chauffage central” a été rédigé à la demande du FFC


(Fonds de Formation professionnelle de la Construction), sous la conduite
de Roland Debruyne, président honoraire de l’UBIC (organisation profes-
sionnelle des installateurs de chauffage central) et avec le soutien de la
BOUWUNIE (la fédération flamande des PME de la construction).

Certains éléments communs avec le manuel “L’installateur sanitaire” (pu-


blication du FFC) ont été harmonisés en concertation avec la rédaction du
manuel susmentionné.

Le comité de rédaction se compose de personnes motivées issues de


l’enseignement, de la formation professionnelle et d’entreprises de chauf-
fage.

Cet ouvrage de référence se compose de différents modules et volumes. On


trouvera des fascicules qui s’adressent davantage au niveau de l’exécutant
(monteur), tandis que d’autres s’adresseront plutôt au niveau du technicien
d’entretien ou de l’installateur. La structure actuelle, en modules et volumes,
se retrouve dans la farde de classement et sera adaptée selon les besoins
de la formation et la modernisation des techniques.

Dans cet ouvrage de référence, le texte alterne autant que possible avec
des illustrations. Le lecteur a ainsi une présentation plus visuelle du matériel
pédagogique.

Dans le souci de coller à la réalité et dans le respect des principes de


l’apprentissage de compétences, une description axée sur la pratique sert
de point de départ à chaque sujet. Mais on ne trouvera pas d’exercices pra-
tiques dans ces brochures, car ce ne sont pas des manuels scolaires.

Avant-propos

3
Le présent ouvrage de référence a été structuré de manière à être accessible
à différents groupes cibles.

Nous poursuivons un objectif de formation permanente: aussi l’ouvrage


pourra-t-il être utilisé par les élèves du secondaire, les apprentis d’un centre
de formation des classes moyennes, les demandeurs d’emploi en formation
ou les chauffagistes qui souhaitent se tenir au courant

De même, les installateurs qui veulent se rappeler certaines techniques y


trouveront leur compte.

La notion d’installation durable sera intégrée dans la matière.


Pour éviter les redites, nous avons choisi de développer un thème de scien-
ces appliquées différent dans chacune des brochures.

Nous nous efforçons d’intégrer autant que possible les notions de sécurité,
de santé et d’environnement. Au besoin, nous traiterons d’un thème parti-
culier.
Il en va de même pour les extraits de normes et de publications du CSTC qui
seront également repris dans les brochures.

Stefaan Vanthourenhout,
Président du FFC.

Coordination Léon Du Four

Comité de rédaction Paul Adriaenssens, Inge De Saedeleir, Marc Decat, Gustaaf Flamant,
Eric Maertens, René Onkelinx, Jacques Rouseu, Patrick Uten

Textes Paul Adriaenssens, Patrick Uten

Dessins Thomas De Jongh

Comité de lecture Gaston Ledoyen, René Onkelinx, Alain Hillaert

Contactt Vous pouvez adresser toutes vos remarques, questions au:


FFC - Rue Royale 45 - 1000 Bruxelles
Tél.: 02 210 03 33 - Fax: 02 210 03 99
www.laconstruction.be

Rédaction

4
AVANT-PROPOS .........................................................................................................................................3
1 ROBINETS ..............................................................................................................................................9
1.1 But ........................................................................................................9
1.2 Symbole................................................................................................9
1.3 Matériaux ..............................................................................................9
1.4 Montage................................................................................................9
1.5 Types .................................................................................................. 10
1.5.1 Robinet à soupape.................................................................. 10
1.5.2 Robinet à soupape exécuté comme vanne de réglage .......... 12
1.5.3 Robinet à pointeau.................................................................. 13
1.5.4 Vanne à glissière ..................................................................... 13
1.5.5 Robinet à membrane .............................................................. 14
1.5.6 Robinet à tournant conique .................................................... 14
1.5.7 Vanne à papillon...................................................................... 15
1.5.8 Robinet à boisseau sphérique ................................................ 16
1.6 Tableau récapitulatif............................................................................
f 18
2 FILTRE ET SÉPARATEUR DE BOUE .................................................................................................. 19
2.1 But ...................................................................................................... 19
2.2 Symbole.............................................................................................. 19
2.3 Construction ....................................................................................... 19
2.4 Montage.............................................................................................. 21
3 SOUPAPE DE SÉCURITÉ .................................................................................................................... 23
3.1 But ...................................................................................................... 23
3.2 Symbole.............................................................................................. 23
3.3 Fonctionnement .................................................................................. 23
3.4 Montage.............................................................................................. 24
4 APPAREILS DE PURGE D’AIR ............................................................................................................ 26
4.1 But ...................................................................................................... 26
4.2 Symbole.............................................................................................. 27
4.3 Montage.............................................................................................. 27
4.4 Types .................................................................................................. 28
4.4.1 Robinet de purge .................................................................... 28
4.4.2 Purgeur à flotteurr .................................................................... 29
4.4.3 Bouteille de purge ...................................................................30
4.4.4 Séparateur d’air.......................................................................
r 32
4.4.5 Dégazeur à détente étagée.....................................................34
5 AÉRATEUR ...........................................................................................................................................35
5.1 But ......................................................................................................35
5.2 Symbole..............................................................................................35
5.3 Montage..............................................................................................35

Table des matières

5
6 VASE D’EXPANSION ............................................................................................................................36
6.1 But ......................................................................................................36
6.2 Symbole..............................................................................................36
6.3 Montage.............................................................................................. 37
6.4 Types ..................................................................................................38
6.4.1 Vase d’expansion pour installation à pression variable...........38
6.4.2 Vase d’expansion pour installation à pression constante .......39
6.5 Fonctionnement ..................................................................................40
6.5.1 Vase d’expansion pour installation à pression variable...........40
6.5.2 Vase d’expansion pour installation à pression constante ....... 41
6.6 Mise en service d’un vase d’expansion pour installation à pression
variable ...............................................................................................43
7 MANOMÈTRE ......................................................................................................................................46
7.1 But ......................................................................................................46
7.2 Symbole..............................................................................................46
7.3 Types .................................................................................................. 47
7.3.1 Manomètre à liquide ................................................................. 47
7.3.2 Manomètre métallique .............................................................. 47
7.3.3 Manomètre électronique...........................................................48
8 THERMOMÈTRE..................................................................................................................................49
8.1 But ......................................................................................................49
8.2 Symbole..............................................................................................49
8.3 Types ..................................................................................................49
8.3.1 Thermomètre bimétallique......................................................49
8.3.2 Thermomètre à liquide en verre..............................................49
8.3.3 Thermomètre électronique .....................................................50
8.3.4 Thermomètre à pression de liquide (thermomètre à tension
de vapeur – thermomètre à gaz) ............................................50
8.3.5 Thermomètre à infrarouge ...................................................... 51
8.4 Modèles .............................................................................................. 51
9 CIRCULATEURS ..................................................................................................................................53
9.1 But ......................................................................................................53
9.2 Symbole..............................................................................................54
9.3 Fonctionnement..................................................................................54
9.4 Montage..............................................................................................55
9.5 Modèles ..............................................................................................60
9.5.1 Circulateur à moteur sec .........................................................60
9.5.2 Circulateur à moteur immergé ................................................ 61
9.6 Montage en parallèle de circulateurs identiques................................63
9.7 Tableau énergétique des circulateurs.................................................64
10 VANNE DIFFÉRENTIELLE .................................................................................................................65
10.1 But ......................................................................................................65
10.2 Symbole..............................................................................................66
10.3 Fonctionnement ..................................................................................66
10.4 Montage.............................................................................................. 67

Table des matières

6
11 CLAPET ANTIRETOUR ......................................................................................................................68
11.1 But ....................................................................................................68
11.2 Symbole............................................................................................68
11.3 Montage ............................................................................................68
11.4 Types ................................................................................................69
12 SÉCURITÉ D’EAU .............................................................................................................................. 72
12.1 But .................................................................................................... 72
12.2 Types ................................................................................................ 73
12.2.1 Interrupteur de basse pression ............................................. 73
12.2.2 Sécurité de bas niveau d’eau................................................ 73
12.2.3 Interrupteur de débitt ............................................................. 74
13 BOUTEILLE D’ÉQUILIBRAGE (COLLECTEUR D’ÉQUILIBRAGE HYDRAULIQUE) ..................... 75
13.1 But .................................................................................................... 75
13.2 Symbole............................................................................................ 75
13.3 Construction ..................................................................................... 75
14 ROBINET RÉGULATEUR MOTORISÉ .............................................................................................. 78
14.1 But .................................................................................................... 78
14.2 Symbole............................................................................................ 78
14.3 Types ................................................................................................ 78
14.3.1 Vanne à deux voies ............................................................... 78
14.3.2 Vanne à trois voies ................................................................ 79
14.3.3 Vanne à quatre voies .............................................................84
14.4 Organes de commande ....................................................................86
14.4.1 But.........................................................................................
t 86
14.4.2 Symbole ................................................................................86
15 SCHÉMAS HYDRAULIQUES ............................................................................................................ 87
16 INDICATION DE LA PRESSION NOMINALE (PN) ET DU DIAMÈTRE NOMINAL (DN)................94
17 SCIENCES APPLIQUÉES ..................................................................................................................95
17.1 Pression ............................................................................................95
17.2 Diffusion............................................................................................96
17.3 Corrosion ..........................................................................................96
17.4 Température...................................................................................... 97
17.5 Loi de Boyle ......................................................................................98
17.6 Loi de Henry .....................................................................................98
17.7 Pression de vapeur ...........................................................................99
17.8 Cavitation........................................................................................ 101
17.9 Absorption ...................................................................................... 101
17.10 Adsorption ...................................................................................... 101

Table des matières

7
8
1.1 But

Un robinet sert à réguler une quantité de liquide et de gaz en circula-


tion dans une installation ou à permettre l’isolation de certaines parties
de l’installation.
Un autre but est le remplissage ou la vidange (au point le plus bas)
de l’installation.

Source: Patrick Uten

1.2 Symbole

Source: CSTC

1.3 Matériaux
Tous les robinets peuvent être fabriqués en différents matériaux, à sa-
voir:
- laiton (alliage de cuivre et de zinc) et bronze (alliage de cuivre et
d’étain),
- fonte,
- acier et métal non ferreux, c.-à-d. acier inoxydable,
- matière plastique,
- cuivre.

1.4 Montage
Le raccordement des robinets à la conduite se fait par:
- raccord fileté,
- soudage,
- raccord à compression,
- manchon électro-soudable,
- brides.

Chapitre 1: Robinets

9
Gaz

Source: Thomas de Jongh

1.5 Types

1.5.1 Robinet à soupape

Ce robinet fonctionne comme suit: quand on tourne le volant du robi-


net (1), la tige au bout de laquelle se trouve la soupape (2) se déplace
vers le bas et vers le haut grâce au filetage présent sur la tige et dans
le chapeau (3). La soupape (4) se referme ainsi sur le siège (5).

1
2

6
3

4
5

Source: Econosto

Différentes constructions de soupape et de siège sont possibles. La


surface d’obturation peut être conique1, plane ou sphérique.
La soupape et le siège peuvent être fabriqués dans des matériaux dif-
férents et être remplacés.
1
Conique veut dire que le diamètre augmente progressivement (par opposition à cylindrique).
Les raccords bicones sont coniques des deux côtés, c’est pourquoi ils ferment bien quand on
les serre.

Chapitre 1: Robinets

10
Un joint dur est en acier sur acier. Lorsque la température reste limi-
tée à env. 120 °C, l’application d’un joint tendre (p. ex. joint torique en
téflon) est recommandée. La soupape se referme même si un petit
grain de soudure s’est déposé sur le siège.

Le robinet à soupape est fabriqué pour une seule direction d’écoule-


Source: VSH ment, que l’on indique donc au moyen d’une flèche sur le corps du
robinet.

Les robinets à soupape existent en version droite et en version


oblique.
Dans un robinet à tête inclinée, le fluide qui s’écoule rencontre moins
de résistance qu’avec un robinet en équerre.

Les robinets à soupape possèdent une garniture (6) et exigent un en-


tretien régulier, sans quoi la garniture se met à fuir de manière gê-
Source: VSH
nante.
Les robinets à soupape où sont appliqués une garniture à lamelles
synthétiques pour la tige et le joint tendre déjà évoqué exigent moins
d’entretien. Dans ces robinets, le joint principal de la tige se trouve
sous le couvercle de la soupape. La garniture située au-dessus du
couvercle sert de garniture de sûreté.

Source: Comap

Pour le robinet à soupape sans entretien (ce qui convient parfaitement


pour les installations de vapeur et d’eau chaude), l’étanchéité princi-
pale de la tige est une membrane à soufflet.

Source: Econosto

Chapitre 1: Robinets

11
1.5.2 Robinet à soupape exécuté comme vanne de réglage

Une vanne de réglage est un robinet à soupape de conception spé-


ciale, à soupape réglable et raccords (nipples) de mesure obturables
pour le réglage du débit de circuits de chauffage central, p. ex.

Une bonne vanne de réglage se caractérise par:


- un débit réglable en continu de 0 à 100 % via le préréglage effec-
tué par la tige de soupape,
- la position de réglage lisible en permanence,
- la possibilité de bloquer la position de réglage,
- des nipples de mesure bien accessibles avec raccord universel
pour tube ou raccord rapide.

On mesurera et règlera le débit à l’aide d’un instrument de mesure


propre à la marque de la vanne de réglage placée.

Source: Oventrop

Source: CSTC

Source: Oventrop

Source: René Onkelinx Source: GTI Mortsel

Chapitre 1: Robinets

12
1.5.3 Robinet à pointeau

Un robinet à pointeau permet le réglage particulièrement fin du pas-


sage d’une petite quantité de liquide.

Source: Econosto Source: Econosto Source: Watts

1.5.4 Vanne à glissière


La vanne à glissière se reconnaît à sa longueur d’enfoncement plus
courte et au logement rehaussé dans lequel se trouve l’opercule
lorsque le robinet est ouvert.

Un opercule conique se referme sur le siège, bloquant l’orifice de pas-


sage du fluide. Comme le fluide rencontre peu de résistance lorsque
l’opercule est ouvert, la vanne à glissière ne convient pas comme van-
ne de réglage.

La vanne à glissière existe en versions à tige montante et non mon-


tante, et convient pour deux sens d’écoulement.

Source: Tyco Source: Econosto

Chapitre 1: Robinets

13
1.5.5 Robinet à membrane

Le passage du fluide est régulé ou entravé par une membrane qui


prend une forme bombée sous l’effet d’une poussée du disque de
membrane. Une tige entraîne le disque de membrane vers le haut et
vers le bas.
Dans les robinets à membrane, toutes les parties mobiles, comme la
tige et le disque de membrane, sont donc séparées du fluide par la
membrane et ne risquent pas de s’encrasser ou de rouiller. On évite
aussi les fuites gênantes par la tige. De ce fait, le robinet continue
à fonctionner de manière fiable, même si on ne l’utilise pas pendant
longtemps.
Toutes les membranes ne résistent pas à tous les fluides, ni aux pres-
sions et températures élevées. C’est pourquoi il faut bien réfléchir,
pour certaines applications, au type de membrane utilisée en fonction
du fluide à transporter.

Source: Econosto Source: Econosto

1.5.6 Robinet à tournant conique

Un tournant est un cône tronqué percé qui coupera ou régulera le pas-


sage du fluide.

Le robinet à tournant est un robinet quart-de-tour. Cela veut dire que


l’on ne doit tourner la tige du robinet que d’un quart de tour pour l’ouvrir
ou le fermer. Certaines versions ont une rainure dans la surface supé-
rieure du tournant qui indique la position ouverte ou fermée.

Ce robinet est utilisé comme robinet de remplissage et de vidange et


Source: Watts comme robinet à gaz agréé.

Chapitre 1: Robinets

14
Source: Patrick Uten

1.5.7 Vanne à papillon

La vanne à papillon possède un disque orientable qui sert d’obturateur


et est montée perpendiculairement au sens d’écoulement. Le disque
se referme hermétiquement sur une bague de retenue en plastique
indéformable.

Source: Keystone

Cette bague de retenue sert aussi d’étanchéité à la vanne à papillon


lorsqu’elle est placée entre les brides de la conduite.
Ce robinet est également un robinet quart-de-tour. Cela veut dire que
l’on ne doit tourner la tige du robinet à papillon que d’un quart de tour
pour l’ouvrir ou le fermer.
Le robinet à papillon est tout à fait fermé quand la poignée est perpen-
diculaire au sens d’écoulement.
Il est tout à fait ouvert quand la poignée est parallèle au sens
d’écoulement.

Certaines versions de robinets à papillon ont un disque extérieur cran-


té où l’on peut placer la poignée dans différentes positions intermé-
Source: Watts diaires. On peut ainsi régler le débit du fluide.

Chapitre 1: Robinets

15
Le robinet à papillon a une petite longueur d’enfoncement, une faible
résistance à l’écoulement, une construction nécessitant peu d’entretien
et convient souvent pour deux sens d’écoulement.

Modèles:

- construction sans brides; ce modèle convient pour être monté en-


tre des brides;
- construction avec une seule bride, le modèle dit monobride;
- construction avec deux brides.

Source: SPIA Antwerpen

1.5.8 Robinet à boisseau sphérique

Tout comme le robinet à tournant conique et le robinet à papillon, le


robinet à boisseau sphérique – aussi appelé robinet à boule – fait par-
tie de la catégorie des robinets à fermeture rapide. Ce robinet est ap-
pliqué comme robinet de remplissage et de vidange et comme robinet
à gaz agréé, mais aussi comme simple robinet d’arrêt.

Le robinet à boisseau sphérique possède une bille percée orientable.


Source: VSH Deux anneaux d’étanchéité en matière synthétique de qualité supé-
rieure (généralement en PTFE (PolyTétraFluorÉthylène = téflon) assu-
rent l’étanchéité du boisseau sphérique dans le logement. Le PTFE a
un grand champ d’application car il possède un coefficient de frotte-
ment statique et dynamique extrêmement bas; cela permet une com-
mutation rapide et en douceur des robinets à boisseau sphérique.

Le PTFE est presque indestructible et convient pour l’eau et, si agréé,


pour le gaz naturel.

Chapitre 1: Robinets

16
Quelques caractéristiques du robinet à boisseau sphérique:

- forme robuste; de ce fait, il convient pour les pressions et les tem-


pératures élevées;
- passage très libre, ne provoquant pratiquement aucune résistan-
ce;
- il y a des robinets à boisseau sphérique à passage complet et à
passage réduit;
- bidirectionnel.

Source: VSH Source: VSH Source: VSH

Source: GITOK Kalmthout Source: Econosto

Chapitre 1: Robinets

17
1.6 Tableau récapitulatif

Robinets à tournant boisseau


Applications soupape aiguille glissière membrane papillon
conique sphérique
Robinet d’arrêt oui non oui oui oui oui oui
Vanne de réglage oui oui non non non oui non
Robinet de gaz
non non non non oui non oui
agréé!!

Robinet de
remplissage et de non non non non oui non oui
vidange

Ouverture quart-de-
non non non non oui oui oui
tour

Contrôle du sens
d’écoulement lors du oui oui non non non non non
montage

géné-
Bidirectionnel non non oui oui oui oui
ralement

Chute de pression
grande grande plus petite plus petite petite très petite aucune
dans le robinet

Étanchéité de la tige oui non oui non oui non oui

Eau chaude
oui oui oui oui oui oui oui
(θ ≤ 111 °C)

Vapeur basse
oui oui oui oui oui oui oui
pression

Eau potable froide oui oui oui oui oui oui oui

Air comprimé ou
autre gaz inerte oui oui oui oui oui oui oui
comprimé

Fluides thermiques et
oui oui non oui oui non oui
fuels θ ≤ 80 °C

Chapitre 1: Robinets

18
2.1 But

Les filtres et les séparateurs actuels constituent un élément indispen-


sable dans les systèmes de canalisations.
En construction neuve comme en transformation, y compris après le
rinçage de l’installation, on place un filtre à eau ou un séparateur pour
recueillir les matières en suspension dans l’eau (grains de soudure,
sable, particules de rouille, éclats de métal, calcaire, etc.) ainsi que les
souillures existantes.

2.2 Symbole

Source: CSTC

2.3 Construction

➔ Filtre

Le corps du filtre contient un tamis qui retient les souillures consistant


en particules solides présentes dans l’eau de circulation. Plus le tamis
est encrassé, plus il présentera de résistance à la circulation du fluide.
Dans le pire des cas, le filtre se colmatera. C’est pourquoi il faut con-
trôler l’état d’encrassement du filtre lors de l’entretien de l’installation.

Source: VSH

Source: Caleffi Source: Watts

Chapitre 2: Filtre et séparateur de boue

19
➔ Séparateur de boue

Un séparateur de boue ne retient pas les impuretés présentes dans le


flux d’eau comme c’est le cas d’un filtre, mais il sépare immédiatement
les impuretés du flux d’eau. Il ne risque donc pas de se colmater.

Les séparateurs de boue sont conçus spécialement pour évacuer les


particules solides.

Leur fond allongé présente un espace préservé des turbulences.


Les particules plus lourdes que l’eau peuvent ainsi se déposer sur le
fond; à ce moment, elles ne peuvent plus retourner dans le système.
L’eau circule en formant des turbulences autour du noyau du tuyau.
L’écoulement horizontal rencontre de la sorte peu de résistance. Par
Source: Spirotech
contre, à la verticale, la résistance est très grande et le tuyau freine la
circulation de l’eau dans ce sens.
En bas, dans le séparateur de boue, l’eau est parfaitement calme. La
plus petite saleté a le temps et l’occasion de se déposer dans la cham-
bre de décantation.

On peut évacuer manuellement ces impuretés par le robinet de vi-


dange lors de l’entretien de l’installation

Source: Flamco

Source: Pneumatex

Source: Flamco

Chapitre 2: Filtre et séparateur de boue

20
2.4 Montage

➔ Filtre

L’endroit le plus intéressant où placer le filtre pour protéger la chau-


dière et le circulateur est la conduite de retour de l’installation de
chauffage.
Les filtres sont unidirectionnels. Le sens de la circulation est indiqué
par une flèche sur le corps du filtre.
Au moment du montage, faites attention au sens de la circulation et
placez le filtre de manière telle que son tamis soit aisément accessible
pour l’entretien.

Source: GTI Mortsel Source: SPIA Antwerpen

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 2: Filtre et séparateur de boue

21
➔ Séparateur de boue

L’endroit le plus intéressant où placer le séparateur de boue pour


protéger la chaudière et le circulateur est la conduite de retour de
l’installation de chauffage.
Si on combine le séparateur de boue avec le séparateur d’air alors, on
peut le placer dans la conduite de départ.

Source: Thomas de Jongh

Plage séparateur d’impuretés


Perceptible à l’œil nu
Plage filtre classique

Grains de soudure
Cheveux

Hématite

Sable

Magnétite

0,001 0,01 0,1 1 10 mm


1 m 1.000 m

Source: Spirotech

Chapitre 2: Filtre et séparateur de boue

22
On l’appelle aussi soupape de surpression, soupape de sûreté, clapet
d’échappement ou soupape de purge.

3.1 But
On monte une soupape de sécurité pour protéger l’installation de
chauffage central contre la surpression au niveau hydraulique.

Source: Watts

3.2 Symbole

Source: CSTC

3.3 Fonctionnement

Il s’agit d’un clapet qu’un ressort calibré maintient fermé.


Si la pression de l’installation dépasse la valeur définie, le clapet va
s’ouvrir. L’eau s’écoulera vers l’égout via un entonnoir ouvert.
Cet entonnoir est construit de manière à laisser un dégagement de
2 cm entre le débouché de la soupape et la conduite d’évacuation. On
obtient ainsi un écoulement libre.

La pression à laquelle le clapet doit s’ouvrir s’appelle pression


d’ouverture de la soupape de sécurité. Elle est préréglée en usine et
est indiquée sur la soupape de sécurité.

Cette soupape ne peut jamais servir à vidanger l’eau.

Il existe aussi des versions de soupapes de sécurité sur lesquelles un


Source: Flamco
manomètre est monté.

Chapitre 3: Soupape de sécurité

23
La section de passage de la soupape de sécurité dépend de la puis-
sance installée et de la pression d’ouverture.

Le tableau ci-dessous, réalisé avec les informations fournies par diffé-


rents fabricants, indique la puissance maximum que l’on peut installer
pour chaque ouverture de passage et chaque pression d’ouverture.

Source: FLamco

Exemple

Ouverture de passage ½” ¾” 1”
Pression d’ouverture 3 bars 4 bars 3 bars 4 bars 3 bars 4 bars
56 kW 112 kW 140 kW 224 kW 280 kW
Puissance maximum 70 kW
125 kW 200 kW 246 kW 375 kW 461 kW

3.4 Montage

La soupape de surpression doit se trouver entre les robinets d’arrêt et


la chaudière, sur la conduite de départ du circuit de production de
chaleur.
L’ouverture d’évacuation ne peut jamais être fermée par un bou-
chon et doit être reliée à l’égout par un raccordement réglementaire.

Sur certaines chaudières, la soupape de sécurité est déjà montée


Source: Thomas De Jongh dans l’appareil.

➞ Si l’on installe plusieurs chaudières, il faut monter une soupape


de sécurité sur chacune d’entre elles.

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 3: Soupape de sécurité

24
➞ Installation et chaudières de forte puissance

Il y a au moins deux soupapes de sécurité sur les chaudières de forte


puissance. Le nombre de soupapes de sécurité installées doit corres-
pondre à la puissance des chaudières plus une soupape supplémen-
taire ayant la même ouverture de passage.

Source: GTI Mortsel Source: GITOK Kalmthout

Le système d’expansion proprement dit est équipé d’une soupape de


sécurité réglée à la même pression que celles des chaudières et d’un
diamètre ou d’une ouverture de passage au moins égaux à ceux de la
conduite de remplissage.

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 3: Soupape de sécurité

25
4.1 But

Les appareils de purge d’air servent à évacuer le plus rapidement pos-


sible l’air et les autres gaz de l’installation de chauffage central:
1. l’air libre avec un purgeur ou un purgeur automatique,
2. les microbulles avec un séparateur d’air,
3. l’air dissous avec un dégazeur à détente étagée.

1 L’air contient de l’oxygène, de l’azote et du dioxyde de carbone, et


aussi d’autres gaz après corrosion2 de l’installation: entre autres de
l’hydrogène, du méthane, de l’ammoniac.

L’air entre dans une installation de chauffage parce que, avant même
le remplissage, il est déjà présent en solution dans l’eau qui va servir
au remplissage.
2 D’autres gaz peuvent aussi se former pendant le processus de cor-
rosion2; ces gaz peuvent être inflammables.

Lorsque l’installation est en service, l’air/les gaz se libèrent dans la


chaudière de chauffage sous forme de microbulles, sous l’effet de la
hausse de la température et/ou de la baisse de pression. Quand la
3 température baisse dans le radiateur, l’air peut à nouveau être absorbé
(absorption) dans l’eau3.

Source: Spirotech

Source: Thomas De Jongh

L’air peut aussi être aspiré via des éléments de l’installation qui se
trouvent en dépression ou par diffusion4 (passage de l’air à travers les
matériaux).

2
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Corrosion.
3
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Absorption.
Source: Thomas De Jongh 4
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Diffusion.

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

26
Un bon dégazage présente les avantages suivants:
- fonctionnement équilibré de l’installation,
- amélioration de l’émission de chaleur,
- absence de bruits gênants,
- forte réduction de la corrosion et de la formation de boue (par ré-
action de l’oxygène avec les éléments métalliques),
- moins de pannes et de frais de réparation.

En pratique, cela veut dire que:


- l’installation peut être purgée facilement et entièrement au mo-
ment où on la remplit d’eau;
- l’installation est toujours purgée automatiquement pendant qu’elle
fonctionne;
- il faut utiliser une eau de remplissage appropriée, éventuellement
traitée (détartrage, adaptation du degré d’acidité, dureté appro-
priée) ou des additifs que l’on ajoutera dans l’eau du système.

4.2 Symbole

Source: CSTC

4.3 Montage

On monte les appareils de purge d’air aux points les plus hauts de
cette partie de l’installation, afin que l’air accumulé puisse s’échapper.
Quand le sens d’écoulement passe de l’horizontale à la verticale vers
le bas, l’air s’accumule au niveau du changement de direction si la vi-
tesse de l’eau n’est pas trop élevée. Il faut donc purger l’air!
Toutefois, dans la plupart des cas, la vitesse de l’eau est plus
élevée et les bulles d’air seront emportées par le flux d’eau.
Dans ces cas, le purgeur ne fonctionnera à ces endroits que
lorsque l’eau est à l’arrêt.

Source: Thomas De Jongh Source: Thomas De Jongh

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

27
4.4 Types

4.4.1 Robinet de purge

Un petit robinet à pointeau est installé sur les radiateurs ou sur les
bouteilles de purge. Un volant ou une petite clé spéciale pour robinet
de purge permet d’ouvrir le robinet afin de purger le radiateur ou la
partie de l’installation sur laquelle est montée la bouteille de purge.

Source: Watts

Source: Thomas De Jongh

Certains robinets de purge, appelés purgeurs pour radiateurs, ont


un bouton qu’on dévisse jusqu’à ce que l’air ait disparu du corps de
chauffe. D’autres ont une vidange orientable à 360°, ce qui simplifie la
purge du radiateur.

En version spéciale, on trouve aussi des purgeurs automatiques pour


radiateurs.
Source: Patrick Uten Lorsqu’on remplit l’installation, le purgeur automatique sert de déga-
zeur à commande manuelle, moyennant un tour de volant. On obtient
un dégazage automatique lorsque le volant est entièrement serré.
Le fonctionnement automatique est basé sur les propriétés des petits
disques hygroscopiques en fibre de cellulose qui constituent la car-
touche d’étanchéité.

Source: Thomas De Jongh/Caleffi

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

28
Au contact de l’eau, le volume des disques hygroscopiques augmente
de 50 %.
Dans des conditions normales de fonctionnement, les disques sont
en contact avec l’eau. En se dilatant, ils referment le passage. Mais en
présence d’air, les disques sèchent et laissent échapper l’air.
Le temps de fermeture des disques hygroscopiques est de l’ordre de
quelques secondes.
Source: Thomas De Jongh/Caleffi Le temps de séchage de la soupape hygroscopique est à peu près
égal à la durée du cycle formation d’air-séparation d’air.

4.4.2 Purgeur à flotteur

Ce purgeur s’appelle aussi purgeur automatique.

La fonction d’un purgeur à flotteur consiste à évacuer automatique-


ment l’air des canalisations en continu aux points hauts de l’installation
lors du remplissage.
Pendant le rinçage de l’installation, il faut laisser le couvercle antipous-
sière fermé afin que de petites impuretés ne pénètrent pas dans le
purgeur à flotteur.
Pendant le remplissage et le fonctionnement de l’installation, le cou-
vercle antipoussière doit être desserré d’un cran.

Source: Watts

Le purgeur à flotteur se compose d’un logement dans lequel un flot-


teur flotte au niveau de l’eau:
- quand il n’y a pas d’air dans le purgeur à flotteur, le niveau d’eau
est haut, le flotteur flotte à la surface de l’eau, refermant ainsi la
soupape de purge;
- quand il y a assez d’air dans le purgeur à flotteur, le niveau d’eau
baisse, le flotteur s’abaisse et ouvre la soupape de purge par
laquelle l’air va s’évacuer. Le niveau de l’eau remonte ensuite et la
soupape de purge se referme.

Source: Flamco Source: Flamco

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

29
➞ Montage

Pour pouvoir nettoyer ou remplacer le purgeur à flotteur, il vaut mieux


prévoir un système d’arrêt entre l’installation et le purgeur.
On peut placer une soupape automatique ou un robinet d’arrêt.

Source: Watts Source: Watts

4.4.3 Bouteille de purge

Cet accessoire sert à recueillir l’air. La bouteille de purge est un réser-


voir en acier de forme sphérique ou cylindrique sur lequel est monté un
robinet de purge (robinet à boisseau sphérique ou purgeur à flotteur,
p. ex.).

Source: GTI Mortsel

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

30
➞ Montage

On monte une bouteille de purge aux endroits de l’installation où une


grande quantité d’air risque de s’accumuler.

Source: Thomas De Jongh

Lorsqu’elle est posée à grande hauteur, la bouteille de purge est équi-


pée d’une conduite de purge avec robinet d’arrêt.

Source: GTI Mortsel

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

31
4.4.4 Séparateur d’air
Ces appareils extraient les bulles d’air (de gaz) dissoutes dans l’eau de
l’installation suivant le processus d’absorption basé sur la différence
de température (loi de Henry) 5. L’eau peut contenir moins d’air dissous
(microbulles) quand la température monte.

Certains systèmes reposent sur le principe de la force centrifuge ou


d’un écoulement ralenti.

Source: Thomas De Jongh

Source: Flamco

D’autres systèmes séparent les microbulles en les laissant s’accrocher


à des anneaux métalliques, à une structure en inox de forme spéciale
ou à un treillis. L’air ainsi récupéré est ensuite évacué par le purgeur à
flotteur incorporé.

Source: Flamco Source: Pneumatex Source: Spirotech

5
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Loi de
Henry.

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

32
➞ Montage

Le meilleur endroit où placer un séparateur d’air est le point de


l’installation où règnent la température la plus haute et la pression la
plus basse.
Pour permettre un dégazage (désaération) optimal de l’installation, le
séparateur d’air doit être monté directement après la chaudière ou le
robinet mélangeur dans la conduite de départ (là où l’eau a la tempé-
rature la plus élevée).
La différence de niveau entre le séparateur d’air et le point le plus haut
ne peut pas être supérieure à 15 m (= pression statique de 1,5 bar ou
150 kPa).
D’après une étude de la «Karel de Grote Hogeschool » d’Antwerpen et
l’IWT, il s’avère qu’avec une hauteur statique jusqu’à 4 m, le fonction-
nement du système est ralenti, pour se planter à une hauteur de 8 m
(pas d’absorption: voir la Loi de Henry).

Source: SPIA

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

33
4.4.5 Dégazeur à détente étagée

Aussi appelé: dégazeur à vide pour évacuer les gaz dissous.


Cet appareil fonctionne par absorption, selon le principe de la baisse
de pression (loi de Henry) 6. L’eau peut contenir moins d’air dissous
quand la pression baisse.
Une partie de l’eau de l’installation est mise en dépression; de ce fait,
les bulles de gaz dissoutes se libèrent et un dégazage complet peut
avoir lieu7. Ensuite, cette eau non saturée recommencera à absorber
de l’air ailleurs dans l’installation. C’est le principe de l’absorption. La
répétition continuelle de ce processus permet de libérer et d’évacuer
pratiquement tous les gaz.

➞ Montage

Cet appareil peut s’utiliser là où un simple séparateur d’air est insuf-


Source: Econosto
fisant (trop grande différence de hauteur) et est placé de préférence au
point le plus bas de l’installation (pression statique la plus élevée).

Baisse de pression Augmentation de pression


= expulsion de gaz = pas d’expulsion de gaz

Source: Thomas De Jongh Source: Thomas De Jongh Source: Spirotech

6
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Loi de Henry.
7
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Pression de vapeur.

Chapitre 4: Appareils de purge d’air

34
5.1 But

L’aérateur est aussi appelé reniflard ou clapet antivide.


Le clapet s’ouvre quand une dépression accidentelle (un vide) se
crée dans l’installation de chauffage.
Une dépression peut se créer quand l’eau disparaît de l’installation à
cause d’une fuite, à l’occasion d’une réparation ou lorsque la pression
est relâchée par la soupape de surpression en cas de pression exces-
sive ou de surchauffe.
Cette dépression peut causer des dégâts à la chaudière ou à
l’installation, surtout dans les radiateurs en tôle (implosion des ra-
diateurs).

Source: Watts

5.2 Symbole

Source: CSTC

5.3 Montage
L’aérateur est généralement placé au point le plus haut de l’installation;
il est parfois préconisé sur la chaudière.

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 5: Aérateur

35
6.1 But
1. Reprendre l’expansion (dilatation) – restituer la contraction
(retrait)

L’eau se dilate en chauffant et se rétracte en refroidissant. Il va de soi


qu’il faut prendre des mesures pour reprendre cette augmentation ou
cette diminution du volume d’eau dans n’importe quelle installation.
Le vase d’expansion va continuellement reprendre la dilatation et res-
tituer le volume normal.
L’augmentation de volume à différentes températures est présentée au
tableau et au graphique ci-dessous.

Température en °C 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120


Dilatation en % 0,44 0,75 1,17 1,67 2,24 2,86 3,55 4,31 5,11 5,99

3,5

2,5
a a o %%
uitzetting
Dilatation

1,5

0,5

0
10 20 30 40 50 60 70 80 90
temperatuur
Température
p °C
4
Source: Thomas De Jongh

2. Maintenir l’installation sous pression

Le vase d’expansion doit également assurer en permanence une sur-


pression suffisante en chaque point de l’installation, pour éviter que
l’air puisse y pénétrer.

6.2 Symbole

Source: CSTC

Chapitre 6: Vase d’expansion

36
6.3 Montage

• Il vaut mieux raccorder le vase d’expansion à la conduite de retour


de l’installation et
• toujours du côté aspiration du circulateur (le vase d’expansion est
le “point zéro de pression” dans une installation: voir aussi “circula-
teurs”).

Il faut aussi intégrer un robinet d’arrêt avec possibilité de vidange dans


la conduite d’expansion. Le robinet d’arrêt doit être protégé contre une
manipulation par des personnes non autorisées, car il doit toujours y
avoir une communication ouverte entre la chaudière/l’échangeur de
chaleur et le vase d’expansion.

Source: Flamco

Source: Watts Source: Thomas De Jongh

Installation à plusieurs chaudières

Une solution pratique

Source: Thomas De Jongh


Comme des robinets sont intégrés dans les conduites de départ et
de retour des chaudières, ces dernières doivent elles aussi être pro-
tégées. On peut le faire en interposant un vase d’expansion entre les
robinets d’arrêt et la chaudière; la capacité du vase d’expansion cor-
respond à la contenance en eau de la chaudière et sa pression initiale
dépend du système d’expansion de l’installation.

Il ne faut pas non plus oublier d’équiper chaque chaudière d’une sou-
pape de sécurité.
Source: Flamco

Chapitre 6: Vase d’expansion

37
6.4 Types

6.4.1 Vase d’expansion pour installation à pression variable

Toute augmentation du volume dans l’installation est reprise par le


vase d’expansion par compression du volume de la poche d’azote.
Comme ce procédé entraîne une hausse de pression, on parle de sys-
tème à pression variable8.

Ce système est surtout appliqué dans les installations à hauteur limi-


tée au-dessus du vase d’expansion. Dans les installations plus hautes,
la capacité de reprise (effet utile) régresse fortement, selon les lois de
la physique. La hauteur d’eau provoque en effet une pression d’eau
plus élevée et il faut donc des vases de très grand volume car l’espace
d’expansion (gaz sous pression) est comprimé sous la membrane.

On distingue deux versions:


- le vase d’expansion à membrane,
- le vase d’expansion à vessie.

➞ Vase d’expansion à membrane

Les vases d’expansion à membrane sont des réservoirs en acier de


forme sphérique ou cylindrique, laqués à l’extérieur. Une membrane
est serrée entre les deux moitiés du réservoir.

Le vase d’expansion est partagé en deux espaces par cette mem-


brane :

Source: Flamco - en dessous de la membrane, se trouve l’espace rempli de gaz


sous pression.
Ce gaz est de l’azote ou de l’air déshydraté. Sa pression est ap-
pelée pression initiale du vase d’expansion.

- au-dessus de la membrane, l’accroissement de volume de l’eau


est repris par la compressibilité du gaz sous pression.

Le gaz sous pression peut être comprimé jusqu’à la limite de pression


maximale à laquelle la soupape de sécurité de l’installation entre en
action.

1 = eau de chauffage
2 = gaz sous pression
3 = membrane

Source: Thomas De Jongh


8
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Loi de Boyle.

Chapitre 6: Vase d’expansion

38
➞ Vase d’expansion à vessie

Les vases d’expansion à vessie sont des réservoirs en acier laqué de


forme cylindrique.
Une vessie en caoutchouc butyle, étanche à la diffusion, reprend la
dilatation de l’eau.

• La vessie est fixée dans le haut du vase.


• L’entrée de la vessie ainsi que le raccordement extérieur du vase
d’expansion se trouvent dans le bas.
Source: Pneumatex
• Le gaz sous pression se trouve entre les parois du récipient et
l’extérieur de la vessie. De cette manière, l’eau n’entre pas en contact
avec la paroi métallique du vase d’expansion.

1 = eau de chauffage
2 = gaz sous pression
3 = vessie

Source: Thomas De Jongh

6.4.2 Vase d’expansion pour installation à pression constante

➞ Vase d’expansion à compresseur

Le vase d’expansion à compresseur et unité de commande est un ré-


servoir en acier de forme cylindrique, équipé d’une vessie interchan-
geable en caoutchouc butyle.
Ce vase contient une unité de commande qui maintient une pression
constante dans le vase à l’aide d’un compresseur et d’une soupape
de purge.

Source: Flamco

Chapitre 6: Vase d’expansion

39
➞ Vase d’expansion automatique à pompe

Le vase d’expansion automatique comprend une pompe et une vanne


magnétique et fonctionne avec un vase d’expansion séparé exempt de
pression. L’unité de commande maintient une pression constante dans
l’installation à l’aide d’une pompe, d’une vanne magnétique et d’un
vase d’expansion externe.

Source: Flamco

6.5 Fonctionnement

6.5.1 Vase d’expansion pour installation à pression variable

Le vase d’expansion a une contenance donnée qui doit permettre de


reprendre la modification du volume de l’eau de l’installation.

• Quand l’eau de l’installation chauffe, son augmentation de volume


est compensée par la compression du gaz sous pression.
• Quand l’eau de l’installation refroidit, le gaz sous pression refoule
l’eau accueillie dans l’installation.

La pression de l’installation varie sous l’effet des fluctuations de la


température.

Source: Flamco

Chapitre 6: Vase d’expansion

40
6.5.2 Vase d’expansion pour installation à pression constante

➞ Vase d’expansion à compresseur

Le vase d’expansion à compresseur et unité de commande est équi-


pé d’une vessie en caoutchouc butyle pour reprendre la dilatation de
l’eau. La quantité d’air que contient le vase d’expansion est adaptée
à la modification du volume de l’eau, de manière telle que la pression
reste constante.

• Quand l’eau de l’installation chauffe, elle cède de l’eau au vase


d’expansion et une partie de l’air comprimé du vase est relâchée par
une vanne magnétique.
• Quand l’eau de l’installation refroidit, de l’eau est reprise au vase
d’expansion et le compresseur introduit une quantité supplémentaire
d’air dans le vase.

3a

4a

3a
4a

Source: Pneumatex

Source: Thomas De Jongh

Légende:
1 = eau de chauffage
2 = gaz (air)
3 = en cas de dilatation de l’eau 3a = de l’air se libère
4 = en cas de rétraction de l’eau 4a = ajout d’air

➞ Vase d’expansion automatique à pompe

L’unité de commande centrale du vase d’expansion automatique à


pompe(s) et vanne magnétique est raccordée à un vase d’expansion
exempt de pression. Pour maintenir une pression constante dans
l’installation, l’eau recueillie par le vase d’expansion est refoulée dans
l’installation ou le volume d’expansion d’eau est dévié vers le vase
d’expansion exempt de pression.

• Quand la température monte dans l’installation, le volume d’eau aug-


mente.
• La pression monte donc dans l’installation. Cette hausse de pression
est compensée par l’écoulement d’une partie de l’eau dans le vase
d’expansion exempt de pression.

Chapitre 6: Vase d’expansion

41
• Quand la température baisse dans l’installation, le volume d’eau di-
minue.
• La pression baisse donc dans l’installation. La pompe refoule alors
de l’eau dans l’installation.

Les compensations de volume et de pression sont extrêmement pré-


cises et entièrement automatiques.

Source: Pneumatex

Source: Thomas De Jongh

Légende:
1 = eau de chauffage 4 = en cas de rétraction de l’eau, de
2 = gaz (air) l’eau sort du vase d’expansion
3 = en cas de dilatation de l’eau, de pour l’installation
l’eau sort de l’installation pour le
vase d’expansion

Remarque
Le vase d’expansion est en liaison directe avec l’installation par la con-
duite d’expansion.
On monte un vase intermédiaire afin que la membrane ou la vessie
du vase d’expansion n’entrent pas en contact avec des températures
d’eau supérieures à 70 °C. Il s’agit d’un récipient cylindrique laqué à
l’extérieur.

Source: Paul Adriaenssens Source: Thomas De Jongh

Chapitre 6: Vase d’expansion

42
6.6 Mise en service d’un vase d’expansion pour installation à pression variable

➞ Contrôle de la pression initiale du vase d’expansion9

• Contrôler la pression initiale du vase d’expansion et au besoin


l’adapter en fonction de la hauteur statique de l’installation au-des-
sus du vase.

• La pression initiale du vase d’expansion de la plupart des installations


doit être égale à la pression créée par la hauteur de la colonne d’eau
entre le raccordement du vase et le point le plus haut de l’installation
exprimée en bar et augmentée de 0,3 bar (30 kPa).

La pression initiale minimum doit être de 0,5 bar (50 kPa).

Exemple
La hauteur de la colonne d’eau est de 8 mètres (hauteur en mètre divi-
sée par 10) = 0,8 bar10 (80 kPa).

La pression initiale du vase d’expansion est de 0,8 bar + 0,3 bar =


1,1 bar (110 kPa)

Source: Thomas De Jongh

Remarque

Cette règle de base n’est pas valable pour certaines installations, pour
lesquelles il faut prendre une pression initiale plus grande. La raison en
est qu’il faut respecter le NPSH (Net Positive Suction Head ou charge
nette absolue à l’aspiration) minimum du circulateur, ainsi que la pres-
sion minimale de la chaudière11.
9
On trouvera davantage d’informations dans le module 4 “Conception, dimensionnement et
régulation des installations de chauffage”.
10
0
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Pression.
11
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Circulateurs”.

Chapitre 6: Vase d’expansion

43
➞ Mesure de la pression initiale d’un vase d’expansion

Avec vase déconnecté

Source: Pneumatex Source: Pneumatex

• Mesurer la pression initiale au nipple de mesure du vase d’expansion,


et l’adapter éventuellement.

Avec vase installé

• Fermer le robinet d’arrêt dans la conduite d’expansion.


• Supprimer la pression dans la conduite entre le robinet d’arrêt et le
vase d’expansion.

Source: Pneumatex

• Mesurer la pression initiale au nipple de mesure du vase d’expansion,


et l’adapter éventuellement.

➞ Contrôle de la pression lors du remplissage de l’installation

La pression minimum de service ou de remplissage de l’installation à


l’état froid doit être supérieure d’environ 0,3 bar (30 kPa) à la pression
initiale du vase d’expansion.

Chapitre 6: Vase d’expansion

44
➔ Mesure de la pression minimale de service ou de remplissage
de l’installation

• Il faut monter un manomètre sur chaque installation. Ce manomètre


est généralement installé à proximité de la chaudière et à la même
hauteur que le vase d’expansion. Beaucoup de chaudières de chauf-
fage central sont déjà équipées d’un manomètre.
• Si possible, on règlera l’aiguille rouge du manomètre de manière
à indiquer la pression minimale ou pression de remplissage de
l’installation.

Source: Watts

• Si le vase et le manomètre ne se trouvent pas au même étage, le


réglage de l’aiguille rouge devra tenir compte de la différence de ni-
veau.

Remarque 1

Les chaudières de chauffage central de certains fabricants exigent


une pression minimum de service ou d’installation pour continuer à
fonctionner.

Remarque 2

Il existe aussi des appareils de remplissage automatiques. Ce système


demande toutefois un minimum de contrôle pour éviter le remplissage
lors d’une fuite.

Source: Pneumatex

Chapitre 6: Vase d’expansion

45
7.1 But

Pour pouvoir mesurer la pression12 qui règne à l’intérieur de l’installation,


il faut monter un manomètre dans l’installation.

L’unité SI de la pression est le Pa (Pascal), mais dans le secteur du


chauffage, on travaille souvent avec d’autres unités plus pratiques :
- bar 1 bar = 100.000 Pa = 100 kPa
- mbar 1 mbar = 100 Pa = 1 hPa
- kPa 1 kPa = 1.000 Pa = 0,01 bar

Source: Watts

Source: Paul Adriaenssens

Source: Flamco Remarque

Dans la pratique, on rencontre encore des manomètres qui fonction-


nent avec d’autres unités:
- mmCE “millimètre de colonne d’eau” 1 mmCE = ± 0,1 mbar
- mCE “mètre de colonne d’eau” 1 mCE = ± 0,1 bar
10 mCE = ± 1 bar
2
- kg/cm 1 kg/cm2 = 1 bar

7.2 Symbole

Source: CSTC
12
2
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” -
Pression.

Chapitre 7: Manomètre

46
7.3 Types

7.3.1 Manomètre à liquide

Pour mesurer la pression de gaz dans une conduite de gaz, on utilise


un tube en U.
Une des branches du tube en U est reliée au raccord de gaz. L’écart
de hauteur entre les deux branches du manomètre indique la pression
présente en mbar.

Source: Patrick Uten Source: Wikipedia

7.3.2 Manomètre métallique (manomètre de Bourdon)

Le manomètre métallique se compose d’un tube creux de section ova-


le ou elliptique.
La pression du gaz ou du liquide à mesurer est transmise à ce tube.
En cas de surpression, le tube cherchera à s’étendre et un mécanisme
de transmission mettra une aiguille indicatrice en mouvement. Ce type
de manomètre s’appelle “manomètre de Bourdon”. Il est utilisé pour
mesurer une pression de gaz et une pression d’eau.

Source: Thomas De Jongh

Source: Watts

Chapitre 7: Manomètre

47
7.3.3 Manomètre électronique

Cet appareil de mesure possède un capteur électronique pour me-


surer la pression. Dès que le capteur reçoit la tension d’alimentation, la
pression est mesurée et le signal de mesure est transmis à l’écran.

Les instruments de mesure électroniques peuvent être sensibles à


l’humidité.
N’utilisez jamais d’instrument de mesure électronique immédiatement
après l’avoir transporté d’une camionnette froide dans un environne-
ment plus chaud.
N’utilisez jamais ce genre d’instrument avant qu’il ait atteint la tempé-
rature ambiante.
Certains d’entre eux peuvent être endommagés par la condensation si
on les utilise directement après les avoir déplacés d’un environnement
froid vers un environnement chaud.
Source: Euro-index

Chapitre 7: Manomètre

48
8.1 But

La température est une mesure de l’énergie cinétique des molécules


d’un corps et donne une indication de l’état dans lequel ce corps se
trouve.
Les unités avec lesquelles nous travaillons sont °C (degrés Celsius) et
K (Kelvin)13.

8.2 Symbole

Source: CSTC

8.3 Types

8.3.1 Thermomètre bimétallique

Son principe repose sur la différence de dilatation de deux lamelles


de métal différent possédant chacune un coefficient de dilatation dif-
férent et reliées solidement entre elles. La forme du bimétal se modifie
dès qu’on le chauffe. L’aiguille indicatrice appliquée sur le bimétal va
indiquer la température sur un cadran gradué.

Source: Thomas De Jongh Source: Watts

8.3.2 Thermomètre à liquide en verre

Son principe repose sur la dilatation du volume d’un fluide.


Ce thermomètre fonctionne avec un mince tube de verre placé à côté
d’une échelle graduée. On utilise souvent du mercure ou un alcool
coloré, mais on emploie aussi d’autres fluides organiques. En raison
de la dilatation du fluide, la colonne monte en même temps que la
température.

13
3
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” -
Source: Watts Température.

Chapitre 8: Thermomètre

49
8.3.3 Thermomètre électronique

Les thermomètres à résistance sont basés sur le fait que la ré-


sistance électrique varie selon la température. On a une relation prati-
quement linéaire entre la variation de la température et la variation de
la résistance.

Les thermomètres à coefficient de température positif (CTP) ont une


résistance qui augmente avec la température.

Les thermomètres à coefficient de température négatif (CTN) ont une


résistance qui diminue quand la température augmente.

La modification de la résistance des CTN est dix fois plus grande que
celle des thermomètres à CTP.

Source: Euro-index
Les thermomètres à thermocouple se composent de deux fils de
métal différent. Une tension électrique se crée au point de contact; elle
dépend de la température.

Source: Patrick Uten

8.3.4 Thermomètre à pression de liquide (thermomètre à tension de vapeur – thermomètre


à gaz)

Ce thermomètre se compose d’un réservoir relié (par un capillaire ou


non) à un tube de Bourdon à mécanisme d’aiguille.

La température mesurée indique un changement de volume et un


changement de pression dans le réservoir. Ce changement de pres-
sion est transféré au tube de Bourdon via le capillaire. La hausse ou la
baisse de pression captée est ensuite transférée à l’aiguille par le tube
de Bourdon.

Source: Watts

Chapitre 8: Thermomètre

50
8.3.5 Thermomètre à infrarouge

Tous les objets dont la température est supérieure au zéro absolu


(-273 °C) dégagent une énergie infrarouge. Les thermomètres à infra-
rouge mesurent la quantité d’énergie infrarouge émise pour mesurer
la température. Plus l’objet est chaud, plus la fréquence de la lumière
infrarouge émise sera élevée.
Le thermomètre à infrarouge utilise une lentille pour enregistrer la dif-
férence de température entre l’objet et le thermomètre. Il mesure la
tension thermo-électrique que provoque le rayonnement infrarouge de
l’objet à mesurer.

Source: FLIR systems

8.4 Modèles
Capteur immergé Capteur direct

Source: Watts Source: Watts

Capteur distant Thermomètre d’applique Thermomètre d’applique

Source: Watts Source: Watts Source: Euro-index

Chapitre 8: Thermomètre

51
Version spéciale

Pour mesurer la pression et la température de l’installation, on monte


dans certains cas un thermomètre combiné, c’est-à-dire un instrument
de mesure réunissant un manomètre et un thermomètre. Ce thermo-
mètre s’appelle thermomanomètre.

Le thermomanomètre est monté sur la chaudière ou dans la conduite


de départ, éventuellement dans un gant.

Source: Watts Source: Euro-index

Chapitre 8: Thermomètre

52
9.1 But

Une circulation se crée dans l’installation en raison de la différence de


densité entre l’eau réchauffée dans la chaudière et l’eau plus froide qui
se trouve dans les corps de chauffe. C’est ce qu’on appelle la circula-
tion naturelle.

Source: Thomas De Jongh

La circulation naturelle, qui ne nécessite aucun apport d’énergie, pré-


sente néanmoins trois grands inconvénients:
- l’installation est difficile à réguler;
- les diamètres des conduites de l’installation sont trop grands;
- la chaudière doit toujours se trouver dans le bas de l’installation
(thermosiphon).

À l’heure actuelle, les installations de chauffage sont presque exclusi-


vement réalisées avec application d’une circulation forcée au moyen
d’un circulateur.

Le circulateur permet de déplacer des volumes d’eau (caloporteur)


dans une tuyauterie; on peut ainsi conserver des diamètres relative-
ment petits.
Source: Wilo

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 9: Circulateurs

53
9.2 Symbole

Source: CSTC

9.3 Fonctionnement

En chauffage, seules des pompes de type centrifuge sont mises en


œuvre comme circulateurs.
Le fonctionnement de la pompe centrifuge peut s’expliquer à l’aide de
la figure suivante:

Source: Grundfos

La rotation de l’arbre de la pompe entraîne la roue à aubes qui y est


fixée, laquelle envoie l’eau vers l’extérieur du corps de la pompe. Il
s’ensuit une hausse de pression du côté de la sortie du corps de la
pompe et une baisse de pression du côté de l’admission.

On parle donc respectivement du côté “refoulement” et du côté “as-


piration”.
La différence de pression entre l’admission et la sortie de la pompe est
déterminée par la taille ou le diamètre et la forme de la roue, et le jeu
entre l’eau et le carter de la pompe.

Source: Wilo Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

54
En outre, une conception de la pompe basée sur une succession de
roues à aubes permet d’atteindre de grandes, voire de très grandes
différences de pression car on obtient ainsi différents étages de pres-
sion.
Un circulateur destiné à une installation de chauffage central normale
est une pompe à une seule roue généralement de forme ouverte.

9.4 Montage
Montage de circulateur à moteur immergé, sous la forme d’une
pompe intégrée dans la conduite

Source: Grundfos

• L’arbre du moteur doit se trouver à l’horizontale afin de faire dispa-


raître automatiquement les éventuelles bulles d’air présentes dans le
moteur avec le flux du fluide.
• La flèche figurant sur le circulateur indique le sens d’écoulement du
medium à pomper.
• Le bornier du moteur ne doit pas être placé dans le bas; on évite ainsi
toute pénétration éventuelle d’humidité via le câble, laquelle entraî-
nerait une panne.

Le carter du moteur peut être tourné facilement sur le carter de la


pompe une fois les boulons retirés; le bornier vient alors se position-
ner au-dessus ou sur l’un des côtés du carter de la pompe. Mais il faut
bien veiller à ce que la garniture placée entre le carter du moteur et
celui de la pompe ne soit pas endommagée et reste au bon endroit.

Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

55
Montage de tous les circulateurs

• Les circulateurs peuvent être réalisés avec un raccord fileté ou un


raccord à brides.

Source: Grundfos

• Les circulateurs peuvent être réalisés en version monophasé ou tri-


phasé (pour le raccordement électrique).
• Il vaut mieux monter le circulateur entre deux robinets.

Source: Thomas De Jongh

Emplacement du circulateur par rapport au vase d’expansion

Source: Thomas De Jongh

Montez le circulateur de manière telle que la plus grande partie de la


montée en pression ou hauteur de refoulement de la pompe se mani-
feste sous la forme de compression. C’est pourquoi il faut prévoir le
point de raccordement du vase d’expansion aussi près que possible
du côté de l’aspiration du circulateur.

Exemple

Température du fluide 85 °C 90 °C 110 °C


4,9 kPa 27 kPa 108 kPa
Pression minimale du côté
0,049 bar 0,27 bar 1,08 bar
aspiration du circulateur
0,5 mWk 2,8 mWk 11,0 mWk

Chapitre 9: Circulateurs

56
Source: Thomas De Jongh

Positif: il n’y a pas de


risque de cavitation car
la surpression du vase
d’expansion est suffisante
au niveau du circulateur.
Source: Thomas De Jongh

La pression régnant dans l’installation sera supérieure à la pression


d’arrêt (pression quand le circulateur ne fonctionne pas).

Chapitre 9: Circulateurs

57
Cela présente deux avantages:

- il y a moins de risque de dépression et de bruits d’air au point le


plus haut de l’installation;
- il y a moins de risque de cavitation14. Toutes les pompes qui pom-
pent de l’eau ont besoin d’une pression d’admission minimum du
côté de l’aspiration. Quand la pression est trop basse, il peut se
former des bulles de vapeur qui éclatent les unes dans les autres
(implosent) plus loin dans la roue quand la pression augmente.
La cavitation peut s’accompagner de grandes forces qui agissent
sur la roue, endommageant irrémédiablement celle-ci à bref délai.
Chaque fabricant indique, dans la fiche technique de ses pom-
pes, la valeur de la pression minimale qui doit régner du côté de
l’aspiration: c’est la valeur NPSH (Net Positive Suction Head ou
hauteur pratique de charge absolue).

Négatif: il y a risque de
cavitation car la surpression
du vase d’expansion est
insuffisante au niveau du
circulateur. Dans certains cas,
une partie de l’installation peut
se trouver en dépression.

Source: Thomas De Jongh

Conditions:

- la pompe doit avoir la bonne hauteur de refoulement pour un flux


volumique ou débit, et elle ne devra être réglée qu’une fois ou elle
devra s’adapter automatiquement;

- on peut le faire en sélectionnant la bonne position sur les pompes


équipées d’un commutateur de positions, ce qui modifie le régime
de la pompe;
14
4
Vous trouverez des informations plus détaillées au chapitre “Sciences appliquées” - Cavitation.

Chapitre 9: Circulateurs

58
- c’est possible sur les pompes à canal de liaison incorporé entre
l’aspiration et le refoulement à l’intérieur de la pompe. On élargit ou
on rétrécit le passage dans ce canal en commandant le diaphrag-
me à l’extérieur du circulateur. Mais cette technique n’est pour
ainsi dire plus appliquée en raison de son mauvais rendement.

- on obtient le meilleur résultat avec les circulateurs à vitesse varia-


Source: Wilo ble, également appelés “circulateurs électroniques”. La hauteur de
refoulement souhaitée est réglée grâce au régulateur de vitesse du
circulateur.

Avec ce système, le circulateur adapte automatiquement sa vitesse


aux variations du besoin de débit, p. ex. en ouvrant ou fermant des
vannes thermostatiques. On épargnera donc de l’électricité et on évi-
tera quasi entièrement le bruit gênant de la circulation.

Source: Grundfos

La hauteur de refoulement est la différence de pression entre le côté de la compression et


le côté de l’aspiration du circulateur, exprimée en Pa et convertie en une unité plus pratique
(kPa). Les fabricants de circulateurs indiquent souvent la hauteur de refoulement en mCE.
Pour plus d’informations, voir le module: “Conception, calcul et régulation des installations de chauffage”.

(1mCE = ± 10 000 Pa ou 10 kPa = 0,1 bar)

Le flux volumique ou débit d’un circulateur, exprimé en l/s, est indispensable pour déplacer une
quantité de chaleur. Les fabricants de circulateurs indiquent le débit des circulateurs dans une
unité plus pratique (m3/h).
Pour plus d’informations, voir le module: “Conception, calcul et régulation des installations de chauffage”.

(1 l/s = 3,6 m3/h)

Source: Grundfos

- Il faut contrôler le sens de rotation des circulateurs raccordés au


triphasé.

Chapitre 9: Circulateurs

59
9.5 Modèles

On distingue les versions suivantes dans le montage des circulateurs:


- circulateur à moteur sec,
- circulateur à moteur immergé.

9.5.1 Circulateur à moteur sec

L’arbre du moteur extérieur est accouplé à l’arbre de pompe du circu-


lateur.

Nous rencontrons trois sortes de versions:


- le circulateur vertical,
- le circulateur horizontal,
- le circulateur intégré dans la conduite.

L’étanchéité de l’arbre de la pompe peut être réalisée avec des disques


de garniture (bagues) ou avec une garniture mécanique carbone/cé-
ramique.

Source: Wilo Source: Paul Adriaenssens

Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

60
9.5.2 Circulateur à moteur immergé

Il ne comprend qu’une version: le circulateur intégré dans la conduite.

Source: Wilo

Source: Paul Adriaenssens

Ce circulateur n’a pas de garnitures ni d’étanchéité mécanique et


n’exige pas de précaution spéciale sur l’arbre de liaison entre le mo-
teur et l’arbre de la roue.

Le rotor et son arbre tournent dans l’eau de chauffage. Les paliers sont
donc lubrifiés par l’eau de l’installation. Ces paliers sont exécutés dans
un alliage au carbone ou un matériau céramique spécialement conçu
pour la “lubrification à l’eau chaude”.

Source: Grundfos Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

61
Le stator et sa bobine sont séparés du fluide par une bague en acier
inoxydable à paroi mince (manteau) mais le moteur refroidit par trans-
fert de chaleur.
Les garnitures entre cette bague (manteau) et le carter du moteur as-
surent l’étanchéité du stator.

Source: Grundfos

Remarque

Ce type de circulateur ne peut jamais tourner à vide, même pendant


quelques instants. En d’autres termes, l’installation et le carter du cir-
culateur doivent être remplis d’eau et soigneusement dégazés.
Il existe aussi des circulateurs équipés d’une chambre de dégazage
dans le carter de la pompe. Il faut y placer un purgeur automatique.

Source: Grundfos

Ces circulateurs peuvent se bloquer après un arrêt estival. Ils sont


sensibles à l’encrassement ou à la corrosion. On peut les libérer rapi-
dement en desserrant le bouchon à l’avant du circulateur et en faisant
tourner directement l’arbre à l’aide d’un tournevis.

Les commandes des chaudières modernes font tourner régulièrement


le circulateur pendant quelques instants en été afin d’éviter qu’il se
bloque.

Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

62
9.6 Montage en parallèle de circulateurs identiques

Le but est d’obtenir des débits importants sans pour autant placer de
trop grands circulateurs.
On obtient le double du débit en posant deux circulateurs identiques à
la même hauteur de refoulement.
Mais les circulateurs montés en parallèle ont généralement pour but
d’augmenter la sécurité d’exploitation. Un des circulateurs fournit alors
la capacité totale tandis que le second est considéré comme un cir-
culateur de réserve. On prévoit généralement une armoire de commu-
tation qui assure un changement de circulateur en fonction du temps
(p. ex. une fois par semaine ou toutes les vingt-quatre heures) afin de
répartir la charge sur les deux circulateurs. En cas de panne, on pas-
sera ainsi automatiquement au circulateur de réserve et une alarme
sera générée.
En variante, il existe des circulateurs dits doubles, équipés chacun de
sa roue logée dans un carter commun. Un clapet antiretour est intégré
dans la soupape de surpression.

Source: Thomas De Jongh


C
Cette version
i est moins
i coûteuse que deux pompes simples et exige,
en outre, beaucoup moins de travail de montage.
Il est recommandé de toujours prévoir une bride aveugle sur de telles
installations. En cas de panne, les robinets d’arrêt en amont et en aval
du circulateur double se ferment, la tête de pompe défectueuse est
enlevée pour réparation, la bride aveugle est posée sur le carter du
circulateur et le circulateur restant peut être remis en service après
avoir rouvert les robinets d’arrêt.

Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

63
9.7 Tableau énergétique des circulateurs

Le système européen de labélisation offre au consommateur la pos-


sibilité de distinguer les appareils à faible consommation d’énergie des
appareils plus énergivores. Un label A indique que l’appareil est très
économe en énergie; B, C et E à G sont moins économes.

Un pareil label est octroyé non seulement aux réfrigérateurs, aux sur-
gélateurs, etc. mais aussi aux circulateurs. Les circulateurs à label A
peuvent être jusqu’à 80 % plus économes, grâce au réglage du régime
et à la nouvelle génération de moteurs électriques (moteur synchrone
à aimants permanents).

Source: Grundfos

Chapitre 9: Circulateurs

64
10.1 But

On obtient un fonctionnement confortable d’une installation de chauf-


fage central grâce à la régulation primaire de la chaudière ou du circuit
de chauffage en fonction de la température, et grâce à la régulation
fine secondaire par les vannes thermostatiques.

Source: Danfoss

Quand les vannes thermostatiques se referment, le débit diminue dans


le circuit et, par conséquent, la pression différentielle entre l’entrée et
la sortie de la vanne de radiateur sera plus grande. Le rétrécissement
du passage de la vanne provoque un bruit sifflant.

Dans un circuit non équipé d’une vanne différentielle, il se crée ainsi


une surpression capable d’ouvrir les vannes thermostatiques, ce qui
perturbe le réglage de la température.

Source: Patrick Uten

Lorsqu’une vanne différentielle est installée sur le circuit, celui-ci fonc-


tionnera avec une pression différentielle constante dans les vannes,
grâce à l’adaptation constante du réglage de la pression. L’adaptation
du réglage de la pression opérée par la vanne différentielle améliore
le fonctionnement des vannes. Ces vannes fonctionneront de manière
plus stable et plus précise.

Chapitre 10: Vanne différentielle

65
Une vanne différentielle placé dans une installation de chauffage pré-
sente encore un avantage supplémentaire: on conservera un débit
convenable dans la chaudière et, par conséquent, il ne pourra pas y
avoir d’augmentation de température (surchauffe de la chaudière) et le
thermostat de sécurité ne se mettra pas en marche.

10.2 Symbole

Source: CSTC

10.3 Fonctionnement
Avec ressort de rappel

La vanne différentielle à ressort est un régulateur proportionnel15 qui


est piloté automatiquement par la pression différentielle de l’installation
et sert de soupape de surpression automatique.

Remarque

On ne peut pas monter de vanne différentielle dans un circuit


d’une installation équipée de circulateurs à régulation de régime.
La vanne différentielle va influencer la régulation automatique des
circulateurs.
Source: Caleffi

Avec membrane

La vanne différentielle à membrane se compose d’une partie régula-


trice et d’un logement de membrane.
La vanne différentielle est commandée par la pression différentielle
transmise par les lignes de mesure de pression (lignes à impulsion).

Une baisse de la pression différentielle a pour effet de créer une dé-


pression sur la face inférieure de la membrane. Le clapet se déplacera
alors en position ouverte ou fermée, indépendamment de l’ouverture
ou de la fermeture de la vanne, jusqu’à ce que la pression exercée sur
la membrane soit en équilibre avec la pression prédéfinie.

15
5
Proportionnel signifie que la différence entre la valeur souhaitée et la valeur mesurée est
augmentée d’un facteur donné. Pour plus de détails, voir le module: “Conception, calcul et
régulation des installations de chauffage”.

Chapitre 10: Vanne différentielle

66
10.4 Montage

La vanne différentielle est montée dans le by-pass, du côté du refou-


lement du circulateur, entre la conduite de départ et la conduite de
retour.
La conduite de by-pass se trouve aussi loin que possible de la chau-
dière et avant le premier corps de chauffe

S’il faut raccorder des lignes de mesure de pression (lignes à impul-


sion) à la vanne différentielle, ces lignes seront toujours placées à
l’horizontale entre le départ et le retour.
Le raccordement (+) doit être raccordé à la conduite de départ et le
raccordement (-) à la conduite de retour.

Source: Thomas De Jongh

Le réglage d’une vanne différentielle est déterminé à l’aide de la courbe


de réglage fournie avec l’appareil, en fonction de la hauteur de refoule-
ment du circulateur et de la résistance de l’installation.

Règle pratique
Lorsque la plupart des robinets des radiateurs sont fermés, on n’entend
pas de bruit ou de sifflement dans les robinets encore ouverts et si la
conduite de by-pass est chaude, cela prouve que la vanne différen-
tielle fonctionne.

Chapitre 10: Vanne différentielle

67
11.1 But
Le clapet antiretour a pour but de permettre la circulation du fluide
dans un seul sens et d’empêcher l’inversion du courant.

Source: Watts

11.2 Symbole

Source: CSTC

11.3 Montage

• Les clapets antiretour à clapet articulé doivent être montés dans des
conduites horizontales.

Source: Comap

Chapitre 11: Clapet antiretour

68
• Les clapets antiretour à ressort de rappel et les clapets antiretour à
bille peuvent se monter indifféremment dans les conduites horizon-
tales et les conduites verticales.

Source: Comap

• Un clapet antiretour à ressort de rappel possède parfois son propre


logement; parfois il est déjà monté d’avance dans la vanne. D’autres
sont montés dans un anneau et ont par conséquent une petite
longueur de montage.

Source: Watts

Quand on monte un clapet antiretour, il faut tenir compte du sens


d’écoulement du clapet!

11.4 Types
On distingue les clapets antiretour suivants:
- clapet antiretour à clapet articulé,

Source: Tyco Source: Comap

Chapitre 11: Clapet antiretour

69
- clapet antiretour à bille (p. ex. soupape d’admission pour gasoil);

Source: Watts

- clapet antiretour à ressort de rappel.

Source: Tyco Source: Comap

Remarque

Il existe un modèle de clapet antiretour à effet gravitationnel, monté


directement sur le circulateur, en versions 6/4” et 2”. Ce clapet à effet
gravitationnel peut s’ouvrir de l’extérieur (pour dégazer).

Source: Watts

Chapitre 11: Clapet antiretour

70
Dans les anciennes installations, on montait une “flow valve” ou clapet
à effet gravitationnel réglable pour empêcher la circulation naturelle
dans le circuit de chauffage. La “flow valve” avait deux côtés de rac-
cordement à l’alimentation; on avait donc le choix entre la raccorder à
la verticale ou à l’horizontale. Le côté de raccordement de l’alimentation
resté libre était refermé par un bouchon.
Lorsque le circuit de chauffage demandait de la chaleur, le clapet
métallique était repoussé de son siège et laissait ainsi passer un débit
réglable vers les radiateurs.
Le bouton tournant placé sur la “flow valve” permettait de régler le
débit d’un circuit.

Source: Caleffi

Chapitre 11: Clapet antiretour

71
12.1 But

Une pression trop basse dans une installation de chauffage central


peut occasionner une situation dangereuse, surtout quand la chau-
dière est installée au grenier. Celle-ci constitue en effet, en général, le
point le plus haut de l’installation et il faut donc veiller à l’équiper d’une
protection contre une basse pression et/ou un bas niveau d’eau.

Pour prémunir la chaudière de la surchauffe, il faut monter dans


l’installation une protection qui entre en service quand la pression ou le
niveau d’eau sont tellement bas qu’une situation dangereuse pourrait
survenir. Cette protection éteindra donc automatiquement le brûleur
de la chaudière.

Une pression ou un niveau d’eau trop bas dans l’installation peuvent


avoir différentes causes:
- le dégazage d’une installation qui vient d’être remplie,
- en présence d’un purgeur automatique, la pression peut baisser
sans qu’on s’en rende compte,
- une fuite cachée dans l’installation,
- une rupture de conduite,
- l’ouverture intempestive du robinet de remplissage ou de vidange
(p. ex. par des enfants qui jouent).

Remarque

Quand la chaudière se trouve au point le plus haut de l’installation, il


faut veiller à ce qu’elle contienne suffisamment d’eau en toutes circon-
stances.

Les raccordements de départ et de retour de la chaudière doivent,


dans ce cas, se situer au-dessus du niveau d’eau de la chaudière.

En cas de fuite dans l’installation, la chaudière conserve son contenu


d’eau.

Il faut veiller à bien purger les deux conduites aller-retour situées au-
dessus de la chaudière car elles constituent maintenant le point le plus
haut de l’installation.

Il faut toujours monter un interrupteur de basse pression sur la chau-


dière. Si cet interrupteur de basse pression n’est pas monté d’usine, il
doit être monté à l’endroit prévu par le fabricant de la chaudière ou à
l’extérieur de la chaudière.

Chapitre 12: Sécurité d’eau

72
12.2 Types

12.2.1 Interrupteur de basse pression

On appelle aussi cet interrupteur de basse pression “sécurité manque


d’eau”.
Les chaudières de chauffage de petite puissance installées au grenier
sont souvent équipées d’un interrupteur basse pression.

L’interrupteur de basse pression est monté dans la chaudière de telle


manière que l’eau de la chaudière puisse s’écouler dans l’espace situé
sous la membrane métallique de l’interrupteur.
Si la pression sous la membrane est supérieure à 60 à 80 kPa (0,6 à 0,8
bar), la membrane est tellement courbée que les contacts se ferment
au-dessus de la membrane. Si la pression tombe dans l’installation
pour cause de manque d’eau, les contacts sont coupés par la force
d’un ressort incorporé dans l’interrupteur manométrique.

Remarque

Dans les installations de chauffage équipées de chaudières de grande


puissance, la protection contre la basse pression peut consister en
une vanne différentielle réglable externe qui éteint les brûleurs si la
pression est trop basse dans l’installation.

Source: Watts

12.2.2 Sécurité de bas niveau d’eau

En présence de chaudières de grande puissance ou dans les grandes


installations, on monte une sécurité de bas niveau d’eau au point le
plus haut de l’installation ou sur la chaudière.

La sécurité de bas niveau d’eau se compose d’un interrupteur à flot-


teur dont le flotteur est équipé d’un aimant qui commande les micro-
interrupteurs.

La sécurité de bas niveau d’eau se monte à la verticale au moins 5 cm


au-dessus du niveau d’eau de la chaudière.

Le flotteur de la sécurité de bas niveau d’eau flotte sur l’eau. Si le


niveau d’eau baisse dans l’installation, le flotteur descend lui aussi.
Dès que le flotteur est descendu au point que l’aimant se trouve à la
hauteur du micro-interrupteur, celui-ci ouvre le contact, ce qui met le
brûleur hors tension.

Chapitre 12: Sécurité d’eau

73
Remarque

La sécurité de bas niveau d’eau peut être équipée d’un bouton de


réarmement.

Source: Pneumatex Source: Econosto

Une autre possibilité est la mesure électronique sans partie mobile.

12.2.3 Interrupteur de débit

Pour garantir un débit minimum, on peut placer comme sécurité un


interrupteur de débit. Cet interrupteur électrique est commandé par un
palpeur, qui en bougeant avec la circulation d’eau garde le contact et
qui coupera la chaudière si la circulation s’arrête.

Source: Watts

Chapitre 12: Sécurité d’eau

74
13.1 But

Afin de garantir en toutes circonstances un débit d’eau constant dans


le circuit primaire de production de chaleur par une ou plusieurs chau-
dières, il est nécessaire d’éliminer la pression dynamique du circuit
secondaire d’émission de chaleur.
Le but d’une bouteille d’équilibrage (le point neutre hydraulique se trou-
ve au centre de la bouteille) est donc d’établir une séparation complète
en ce qui concerne la pression et les débits entre le circuit primaire
de production de chaleur et les circuits secondaires d’émission de
chaleur. En d’autres termes, la bouteille d’équilibrage crée une zone à
résistance limitée; de ce fait, le circuit primaire et le circuit secondaire
raccordés à la bouteille d’équilibrage sont rendus indépendants du
point de vue hydraulique.
La circulation dans un circuit ne provoque pas de circulation dans
l’autre circuit si la résistance est négligeable dans leur partie com-
mune.

13.2 Symbole

Source: CSTC

13.3 Construction

Quand les raccordements du circuit primaire et du circuit secondaire


sont installés juste l’un au-dessus de l’autre, tant pour le départ que
pour le retour, une plaque perforée de séparation est prévue dans le
haut de la bouteille.
Une autre version consiste à déplacer le raccordement primaire et le
raccordement secondaire des conduites de départ et de retour. Dans
ce cas, on ne prévoit pas de plaque de séparation.
Dans les deux cas, le départ du circuit primaire et du circuit secon-
daire est raccordé en haut de la bouteille montée à la verticale tandis
que le retour du circuit primaire et du circuit secondaire est raccordé
en bas de la bouteille.
L’encombrement de la bouteille d’équilibrage est déterminé par la puis-
sance véhiculée.
La bouteille d’équilibrage peut être de forme cylindrique ou parallélé-
pipédique. À puissance raccordée identique, un modèle parallélépipé-
dique sera moins haut qu’un modèle cylindrique.
En version standard, la bouteille d’équilibrage est équipée d’une ou-
Source: Caleffi
verture de purge et d’un raccord pour l’évacuation de boue.

Chapitre 13: Bouteille d’équilibrage (collecteur d’équilibrage hydraulique)

75
Lorsque la commande de la chaudière dépend de la charge (deux
chaudières en cascade, p. ex.), il faut prévoir un emplacement en haut
de la bouteille d’équilibrage pour y placer le capteur de température
de la régulation.
Pour obtenir un bon réglage de cette commande en fonction de la
charge, il ne faut pas oublier, au moment de la mise en œuvre, que le
débit total des chaudières du côté primaire de la bouteille d’équilibrage
doit être 1,1 à 1,5 fois supérieur à la somme des débits secondaires.

En présence d’une ou plusieurs chaudières à condensation, ce facteur


est de 0,8 (débit inférieur, du côté primaire, au total du secondaire) afin
de favoriser un abaissement de la température de l’eau de retour.

Pour isoler une bouteille d’équilibrage de petit format, on peut se pro-


curer des demi-coquilles isolantes préformées correspondant aux dif-
férents modèles et tailles.
La bouteille d’équilibrage est parfois combinée avec un séparateur
Source: Pneumatex d’air incorporé, éventuellement avec un séparateur d’impuretés.

Boucle secondaire =
Boucle primaire
installation

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 13: Bouteille d’équilibrage (collecteur d’équilibrage hydraulique)

76
Source: Thomas De Jongh

Source: René Onkelinx

Source: Thomas De Jongh

Source: MMT bouteilles d’équilibrage

Chapitre 13: Bouteille d’équilibrage (collecteur d’équilibrage hydraulique)

77
14.1 But

Une installation de régulation peut comporter un ou plusieurs circuits


de régulation. Un circuit de régulation se compose d’un certain nom-
bre d’éléments ou organes, dont le tout forme le système de régulation
ou de commande. Un élément indispensable du circuit de régulation
est le robinet régulateur motorisé, dont la fonction est de réguler les
débits des fluides.

Remarque

Le bureau d’études ou l’installateur ont déterminé, en dimensionnant


l’installation, quel doit être le diamètre nominal du robinet régulateur.
Les robinets régulateurs de petit diamètre nominal présentent diffé-
rents orifices de passage.

14.2 Symbole

14.3 Types Source: CSTC

14.3.1 Vanne à deux voies

➞ Construction

La vanne à deux voies s’appelle aussi clapet à deux voies ou robinet


de zone.

On peut subdiviser les vannes à deux voies en deux types de base en


fonction du sens de mouvement de l’entraînement:
- la plupart sont exécutées comme un robinet normalement fermé;
- elles sont parfois exécutées comme un robinet normalement ou-
vert.

Les robinets se ferment à contresens du courant.

A AB

Source: Caleffi Source: Honeywell

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

78
➞ Montage

Dans les circuits de chauffage, c’est la pose dans la conduite de retour


qui est préférable.

Au moment du montage, il faut respecter le sens d’écoulement indiqué


sur la vanne à deux voies.

➞ Applications

Régulation de la température ambiante dans les zones de chauffage.

Les zones de chauffage peuvent être:


- des appartements dans les immeubles à appartements,
- des logements multifamiliaux, un logement unifamilial,
- des espaces commerciaux et des entrepôts,
- des cabinets de médecins ou de dentistes,
- des salles de conférence,
- des salles de réunions,
- des locaux scolaires,
- des régulations de chauffe-eau,
- la régulation de ballons d’eau chaude dans un chauffage solaire.

Source: Thomas De Jongh

14.3.2 Vanne à trois voies

➞ Construction

On peut classifier les vannes à trois voies en fonction de leur construc-


tion.
• Vannes à trois voies avec tiroir ou segment pivotant comme clapet
régulateur, reconnaissables à leur tige tournante.

Source: Danfoss

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

79
• Vannes à trois voies équipées de deux clapets qui s’ouvrent ou se
ferment en sens inverse, reconnaissables à l’entraînement linéaire de
la tige du clapet.

A AB

B
Source: Honeywell

Source: Patrick Uten

➞ Fonctionnement

Une vanne à trois voies régule deux débits:


- si les deux débits se dirigent vers la vanne, on parle de vanne
mélangeuse à trois voies;

Source: Thomas De Jongh

- si un seul flux entrant se divise en deux flux sortants, on parle


d’une vanne diviseuse à trois voies.

Source: Thomas De Jongh

Sur le schéma hydraulique de l’installation les orifices dont les débits


sont régulés ou distribués sont représentés sous la forme d’un triangle
coloré. Le triangle représentant l’orifice sur lequel il n’y a ni régulation
ni distribution n’est pas coloré.

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

80
➞ Montage

La position du circulateur par rapport à l’orifice non régulé ou non dis-


tributeur est très importante et doit être respectée lors du montage.

Vanne mélangeuse Vanne diviseuse

Source: Thomas De Jongh Source: Thomas De Jongh

Vanne mélangeuse en position diviseuse

Source: Thomas De Jongh

Lorsqu’on monte une vanne à trois voies, on reconnaît les orifices qui
doivent recevoir ou débiter un flux entrant ou un flux sortant à l’aide
de l’indication (flèches, chiffres et lettres) qui figure sur le corps de la
vanne. Au moment du montage, il faut respecter le sens d’écoulement
indiqué sur le robinet d’arrêt.

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

81
➞ Applications

Vanne diviseuse à trois voies

• Distribution de l’eau de chaudière aux radiateurs ou au ballon d’eau


chaude (commutation de priorité de ballon).

Source: Thomas De Jongh

• Lorsque les circuits de chauffage et la chaudière ont une grande


contenance d’eau, on peut monter une vanne à trois voies pour pro-
téger la chaudière contre la corrosion. La régulation procurée par la
vanne à trois voies empêche la température des gaz de combustion
présents dans la chaudière de descendre sous la température de
condensation.

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

82
• Batterie de chauffe ou batterie de postchauffage d’une installation
de conditionnement d’air.

Source: Thomas De Jongh

Vanne mélangeuse à trois voies

La vanne à trois voies régule la température de l’eau d’alimentation des


corps de chauffe ou du chauffage par le sol. La température de l’eau
d’alimentation variera en fonction de la ligne de chauffe définie (*) et
de la température extérieure mesurée. Cette régulation est qualifiée de
climatique.

Source: Thomas De Jongh

(*) Ligne de chauffe

La ligne de chauffe établit une relation entre la température de l’eau de départ de la


chaudière et la température extérieure.
Cette relation linéaire est appelée ligne de chauffe et doit être prédéfinie dans le
régulateur de la vanne motorisée à trois ou quatre voies.

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

83
14.3.3 Vanne à quatre voies

➞ Construction

Le corps de la vanne à quatre voies est fabriqué en bronze ou en


fonte avec tige pivotante en acier. Cette tige est reliée à un segment
tournant. La position du segment tournant est indiquée par l’aiguille
montée sur la tige pivotante.

Source: Danfoss Source: Viessmann

Ce segment régule les deux débits aux quatre orifices:


- le débit ou flux volumique primaire,
Le débit entrant est l’alimentation de la chaudière ou du collecteur
(distributeur) et le débit sortant est le retour de la chaudière ou du
collecteur.

- le débit ou flux volumique secondaire.


Le débit entrant est l’alimentation du circuit de chauffage et le débit
sortant est le retour du circuit de chauffage.

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

84
➞ Montage

Une vanne à quatre voies montée sur une chaudière doit se trouver au
moins à la même hauteur que l’alimentation de la chaudière.

➞ Applications

Ces vannes sont moins utilisées avec les chaudières modernes (à con-
densation).
En montant une vanne à quatre voies lorsque les circuits de chauf-
fage et la chaudière ont une grande contenance d’eau, on protège la
chaudière contre la corrosion. La régulation procurée par la vanne à
quatre voies empêche la température des gaz de combustion présents
dans la chaudière de descendre sous la température de condensation
(schéma).
Comme il n’y a pas de circulateur dans le circuit primaire, la résistance
de passage de la chaudière du côté de l’eau ne peut pas être trop
élevée.
La vanne à quatre voies régule la température de l’eau d’alimentation
des corps de chauffe ou du chauffage par le sol. La température de
l’eau variera en fonction de la ligne de chauffe définie sur le régulateur
et de la température extérieure mesurée. Cette régulation est qualifiée
de climatique.

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

85
14.4 Organes de commande

14.4.1 But

L’actionneur et le servomoteur dépendent de la marque et du modèle.

Il y a des actionneurs ou des servomoteurs pour régulation disconti-


nue ou “tout ou rien” et pour régulation continue ou modulante.

La fiche technique jointe à l’actionneur ou au servomoteur par le fa-


bricant prescrit des données techniques telles que: tension nominale,
puissance de régulation, longueur de course, temps de fonctionne-
ment, signal de commande, température de service, possibilité de
commande manuelle, instructions de montage et de raccordement
électrique.

Source: Patrick Uten

Source: Paul Adriaenssens

14.4.2 Symbole

Source: CSTC

Chapitre 14: Robinet régulateur motorisé

86
Source: Thomas De Jongh

Source: Thomas De Jongh

À la demande d’eau sanitaire le circulateur chauffage s’arrête et le circulateur sanitaire démarre.

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

87
Source: Thomas De Jongh

Une chaudière avec un circuit chauffage et un circuit sanitaire

Source: Thomas De Jongh

Vanne à 3 voies en position diviseuse, avec régulation du débit du circuit chauffage (peu utilisé en cas de radiateurs,
convecteurs et de chauffage par le sol)

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

88
Source: Thomas De Jongh

Vanne à 3 voies en position diviseuse, avec régulation du débit du circuit chauffage


(peu utilisé en cas de radiateurs, de convecteurs et de chauffage par le sol)

Source: Thomas De Jongh

Vanne à 3 voies en position mélangeuse, avec régulation de température sur le circuit chauffage

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

89
Source: Thomas De Jongh

Une chaudière avec un circuit avec by-pass et 2 pompes pour assurer un débit fixe à travers la chaudière
(débit minimum et/ou éviter la condensation dans la chaudière)

Source: Thomas De Jongh

Une chaudière avec 3 circuits sur collecteurs fermés


(by-pass entre collecteurs afin que la pompe circuit chaudière n’influence pas les autres pompes)

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

90
Source: Thomas De Jongh

Une chaudière avec 3 circuits sur collecteurs, avec bouteille d’équilibrage afin que la pompe chaudière n’influence pas
les pompes des circuits

Source: MMT bouteilles d’équilibrage Source: GTI Mortsel

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

91
Source: Patrick Uten Source: Thomas De Jongh

Source: Thomas De Jongh

Bouteille d’équilibrage avec raccordement de température élevée et température basse

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

92
Source: Thomas De Jongh

Le circuit chaudière est séparé hydrauliquement par un échangeur de température


(p.ex. en cas d’utilisation de matériaux légèrement perméables à l’oxygène dans le circuit chauffage).

Chapitre 15: Schémas hydrauliques

93
La pression nominale ou étage de pression (PN) est la pression maxi-
male admissible du fluide à réguler ou à arrêter dans le tronçon de
conduite, indiquée en bar dans une plage de températures comprises
entre -10 et +120 °C. Cette indication se compose du symbole PN suivi
d’un nombre entier.
Les étages de pression suivants sont courants: PN 6 - PN 10 - PN 16 -
PN 25.
Le matériau et la construction de l’élément de conduite, l’étanchéité de
la tige et les raccords au corps du robinet sont déterminés par l’étage
de pression spécifié.
Dans les brides, la différence se situe au niveau du nombre de trous et
du diamètre des boulons et des écrous.

Quelle est la différence entre les brides PN 6 et PN 10?


La normalisation définit les dimensions des brides et la pression maxi-
male admissible correspondante. Une bride PN 6 convient jusqu’à une
pression de 6 bar et une bride PN 10 jusqu’à une pression de 10 bar.
Pour une section DN 80 et plus, les brides PN 6 sont fabriquées avec
4 trous de boulon et les brides PN 10 avec 8 trous de boulon.

Le diamètre nominal (DN) de l’élément est le diamètre de l’élément et


Source: Caleffi s’utilise à des fins de référence.
L’indication se compose du symbole DN suivi d’un nombre entier. Ce
nombre ne correspond que de manière approximative au diamètre in-
térieur ou extérieur, exprimé en millimètres.

Chapitre 16: Indication de la pression nominale (PN) et du diamètre nominal (DN)

94
17.1 Pression

La pression est le rapport entre la force exercée sur une masse et la


surface. Attention: nous parlons bien d’une force. Cela veut dire que
nous devons calculer la force pour la masse.

Cette force peut provenir de différentes sources. Par exemple la hau-


teur de la colonne d’eau dans un tuyau.

Définition de la pression: p= F où
A
-p la pression
-F la force
-A la surface
Comme la force s’exprime en newton (N) et qu’une surface s’exprime
en m2, dans le système d’unités SI, nous pouvons indiquer la pression
en N.
m2
On appelle cette unité le pascal, ou Pa.

Exemple

Une colonne d’eau de 12 mètres dans un tuyau produit, dans le bas,


une pression de:
- masse d’eau = 9.800 N/m2 (à 4 °C),
- hauteur de colonne d’eau = 12 m.

➞ 9.800 N/m2 x 12 m = 117.600 N/m2 ou 117.600 Pa ou 1,176 bar

Règle pratique à retenir pour le chauffage:


10 m de colonne d’eau = environ 10 kPa ou 1 bar

pression absolue
surpression
dépression
pression atmosphérique

Source: Thomas De Jongh

Chapitre 17: Sciences appliquées

95
17.2 Diffusion

La diffusion est l’interpénétration passive de deux fluides ou gaz hété-


rogènes qui finissent par former un mélange parfaitement homogène.

En langage savant, on parle de diffusion quand différents corps vont


se mélanger lentement sous l’effet du mouvement des différentes par-
ticules (mouvement brownien pour qui veut en savoir plus à ce sujet).

Quand il y a une fuite de gaz, par exemple, le gaz qui a fui (générale-
ment du méthane) va se mélanger progressivement à l’air. Sans doute
le gaz plus léger se trouvera-t-il dans le haut, mais il n’y aura pas de
ligne de démarcation nette. Les particules de gaz sont renvoyées plus
loin en permanence, comme les billes d’un flipper.

Le problème se complique quand il y a, p. ex. entre un liquide et un


gaz (eau et air), une séparation qui semble à première vue étanche à
l’eau et à l’air. Cette paroi (p. ex. un tuyau) est elle aussi composée
de particules qui sont bien regroupées sous une forme solide, mais
qui présentent des interstices entre elles. Des particules solitaires
des deux matières, qui ont réussi à vaincre les forces de cohésion et
d’adhésion, traversent régulièrement ces interstices. Mais comme les
mouvements des particules d’air sont beaucoup plus puissants que
ceux des particules d’eau, le déplacement à travers la paroi (tuyau) se
fera surtout en direction de l’eau.

L’eau ne cesse pas d’absorber de l’air (jusqu’à saturation),


même à travers la paroi des tuyaux. Il est donc important que
l’installation de chauffage soit “étanche à la diffusion”

17.3 Corrosion

Globalement, on peut définir la corrosion d’un matériau comme une


interaction entre le matériau (p. ex. l’acier) et son environnement (p. ex.
l’eau); l’environnement attaque le matériau dont les propriétés intrin-
sèques se détériorent (= perte de la résistance mécanique).

Dans le cas spécifique d’un environnement aqueux, cette interaction


est de nature électrochimique, c.-à-d. que les phénomènes qui sur-
viennent sont régis par des lois de nature tant chimique qu’électrique.
Des gaz (oxygène gazeux, hydrogène gazeux) se libèrent pendant le
processus de corrosion et doivent être évacués (par “purge d’air” ou
mieux encore “dégazage”).

La corrosion ne peut se produire que s’il y a de l’oxygène dans l’eau; il


est donc très important d’empêcher l’oxygène de pénétrer dans l’eau
de chauffage.

Chapitre 17: Sciences appliquées

96
On distingue différents types de corrosion:
➞ corrosion uniforme,
➞ corrosion locale;
- corrosion due à des couples galvaniques,
- corrosion due à une différence de concentration d’oxygène,
- piqûration,
- attaque sélective,
- corrosion due à l’érosion,
- corrosion due à la tension.

17.4 Température

Dans la détermination de la température, on a bien vite deviné, dans


le passé, que les corps se dilataient quand la température montait et
qu’ils se contractaient lorsque la température baissait. Le mercure est
apparu quasiment idéal car ce métal liquide se dilate ou se contracte
tout à fait uniformément sous l’effet des variations de température.
Un thermomètre au mercure reste donc jusqu’à présent la norme. La
température de 0 °C (Celsius) est assimilée au point de fusion (ou de
congélation) de l’eau pure. 100 °C est assimilé par définition à la tem-
pérature d’ébullition de cette même eau pure.
Attention: ces chiffres ont été établis à une pression normale de l’air.
En cas de dépression, le point d’ébullition sera plus bas. On peut
même faire bouillir de l’eau à température ambiante en abaissant suf-
fisamment la pression. On peut également faire bouillir cette même
eau à des températures beaucoup plus élevées pour autant que nous
assurions une pression suffisante.

La graduation des thermomètres a été longtemps un sujet de contro-


verse. Jusqu’à nos jours, on utilise différentes échelles de graduation:

- Kelvin C’est l’unité de température définie dans le système SI.


Dans cette échelle, c’est le zéro absolu qui a la valeur 0.
La glace fondante a une température d’environ 273,15 K
(la valeur exacte dépend de la pression atmosphérique)
et le point triple de l’eau est de 273,16 K (par définition).
- Celsius Défini par l’astronome suédois Anders Celsius en 1742:
0 degré est la température de la glace fondante, 100 de-
grés la température de l’eau bouillante.
- Fahrenheit Cette échelle est basée sur la température minimum
Source: Thomas De Jongh
qui avait pu être produite en laboratoire (à l’époque de
Fahrenheit avec un mélange de glace d’eau et de sel),
fixée à 0, et la température maximum régnant sur terre,
d’environ 40 °C, qui avait été fixée à 100. Cette échelle
est toujours très employée dans les pays anglophones.
- Réaumur Cette échelle va de 0 (glace fondante) à 80 (eau bouil-
lante).
- Rankine Le zéro absolu est fixé à 0, le point de congélation de
l’eau est de 491,7. Rankine est à Fahrenheit ce que Kelvin
est à Celsius.

Chapitre 17: Sciences appliquées

97
17.5 Loi de Boyle

La loi de Boyle est une des lois physiques qui concerne la pression
dans les gaz.
Quand on introduit une quantité donnée de gaz dans un récipient (par
exemple un vase d’expansion) et que son volume est réduit (du fait de
la dilatation de l’eau) tandis que la température est maintenue con-
stante, la densité du gaz ainsi que la pression augmentent.
La loi de Boyle dit: à température constante, la pression d’un gaz est
inversement proportionnelle à son volume.
p~ 1
V
Où:
p: la pression du gaz
V: le volume du gaz
V

La loi de Boyle porte le nom d’un philosophe des sciences de la na-


ture, l’irlandais Robert Boyle (1627-1691). Edme Mariotte (1620-1684)
était un physicien français qui a découvert la même loi pratiquement
en même temps, mais indépendamment de Boyle. C’est pourquoi on
appelle cette loi aussi la loi de Mariotte ou la loi de Boyle-Mariotte.

17.6 Loi de Henry

La loi de Henry est une loi chimique qui s’applique au moment où un


solvant (p. ex. l’eau) entre en contact avec un gaz (p. ex. l’air).

À une température et un pression données, l’eau cherchera à retenir


une quantité correspondante de gaz en solution. En cas de hausse
de la température et/ou de baisse de la pression, l’eau possède la
propriété naturelle suivante: la capacité de solution des gaz diminue.
L’inverse est vrai en cas de refroidissement et/ou de hausse de la pres-
sion, les gaz libres présents dans l’eau sont absorbés.

Applications

Source: Patrick Uten


➞ Les plongeurs doivent savoir qu’en cas de plongée à grande profon-
deur, les gaz se dissolvent dans le sang (absorption); inversement,
à la remontée, des bulles d’air peuvent se former dans les vais-
seaux, bloquer la circulation et entraîner la mort par embolie (voir
maladie des caissons).

➞ Si l’on pose un récipient rempli d’eau sur le chauffage, il se forme


des bulles d’air contre la paroi chaude du récipient.

➞ Quand on ouvre une bouteille de boisson contenant du gaz carbo-


nique (eau gazeuse, p. ex.), les gaz s’échappent tellement vite que
la bouteille déborde.

Source: Patrick Uten

Chapitre 17: Sciences appliquées

98
➞ On peut utiliser cette loi naturelle dans le chauffage central pour
débarrasser l’eau de chauffage des gaz (air):
- basse température/haute pression: les gaz sont absorbés par
l’eau;
- haute température/basse pression: les gaz se libèrent.

Nombre de litres d’air par m3 d’eau

Température de l’eau

Source: Spirovent

Exemples

- À 60 °C et 2,5 bar (chaudière dans la cave), l’eau de chauffage peut


contenir 40 l d’air;
- À 20 °C (température ambiante à proximité du radiateur) et à 2 bar
(radiateur 5 m plus haut), la même eau de chauffage peut contenir
45 l d’air et absorber l’air présent dans le radiateur.
- À 20 °C (température ambiante à proximité du radiateur) et à 1 bar
(radiateur 15 m plus haut), cette eau de chauffage ne peut plus
contenir que 38 l d’air et n’absorbe pas l’air présent dans le radia-
teur.

17.7 Pression de vapeur


La pression de vapeur (aussi appelée tension de vapeur) est la pres-
sion qu’exerce la vapeur d’un corps sur les parois d’un espace fermé.

La vapeur exerce une pression sur les parois de l’espace fermé. Cette
pression dépend très fort de la température et est appelée pression
de vapeur. Quand la température est suffisamment haute (100 °C), la
pression de vapeur sera de un atmosphère (1,013 bar ou 1013 hPa).
Dans les fluides, cette température est appelée point d’ébullition nor-
mal parce que, à cette température, le processus de vaporisation ne
se produit plus uniquement à la surface mais est capable de former
des bulles de vapeur partout dans le fluide.

Chapitre 17: Sciences appliquées

99
La courbe de vapeur qui représente la pression de vapeur par rap-
port à la température montre à quelle pression correspond le point
d’ébullition. Le graphique ci-dessous illustre la courbe de vapeur pour
l’eau.

La courbe
Kooklijn d’ébullition de
/ dampdruklijn l’eau
water

1,2 1,013
bar (bar)

1
Pression

0,8 0,701
ininbar

0,6 0,474
druk

0,312
druk

0,4
0,199
0,123
0,2 0,023 0,042 0,074
0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Température
temperatuur in (°C)
°C
Source: Patrick Uten

point critique
pression

1 bar ou 100 kPa


Ligne

Eau
(liquide)
va ion
de fus

ur
de llit
pe

Glace (solide)
ne bu

Vapeur d’eau
lig d’é
ion

(gaz)
ou gne
Li

point triple
0,006 bar ou 0,6 kPa)

ation
blim
e de su
Lign
0,01 °C 100 °C
température
Source: Patrick Uten

Chapitre 17: Sciences appliquées

100
17.8 Cavitation

Tout le monde sait que des bulles de gaz se forment quand l’eau
s’apprête à bouillir. La température plus élevée va faire passer l’eau de
la phase liquide à la phase gazeuse. Nous pouvons aussi reproduire
ce changement de phase en abaissant la pression dans le liquide. Si la
pression est assez basse, des bulles de gaz vont se former. Le liquide
commence à “bouillir” à basse température.
Les bulles de gaz restent présentes aussi longtemps que la pression
demeure assez basse. Si l’on augmente lentement la pression, les bul-
les de gaz se liquéfient à nouveau. Mais si la pression augmente trop
vite, les bulles de gaz ne peuvent pas suivre le changement. Les bulles
de gaz encore présentes sont comprimées les unes contre les autres
par la haute pression et implosent.

Le double phénomène de la formation de bulles de gaz par abais-


sement de la pression et de l’éventuelle implosion des bulles d’air
par hausse rapide de la pression s’appelle cavitation.
La cavitation est très fréquente dans la pratique: l’implosion des bulles
de gaz provoque souvent beaucoup de dégâts aux pales des hélices
des bateaux et des circulateurs, car la circulation autour des pales
crée des zones de haute pression et des zones de faible pression. Les
zones de haute pression se trouvent si près de la surface des pales
que les bulles endommagent les pales en explosant tout près de leur
surface.

17.9 Absorption

Pour parler en termes généraux, l’absorption est la pénétration de par-


ticules d’un corps donné dans un autre corps.
Par exemple, l’eau pénètre dans une éponge: l’éponge a absorbé
l’eau.
Il ne faut pas confondre l’absorption et l’adsorption.

17.10 Adsorption

L’adsorption est un phénomène qui se produit à l’interface de deux


phases. Cela peut être l’interface liquide-solide, liquide-liquide, solide-
liquide, solide-gaz. Les molécules présentes à la surface ne sont pas
influencées de manière égale de tous les côtés; elles ne sont donc pas
en équilibre et elles vont attirer des molécules d’autres substances.

Applications

On peut utiliser l’adsorption comme méthode de séparation. Lorsque


des agents de sapidité, des colorants ou des aromatisants sont dis-
sous dans l’eau, on pourra les éliminer par adsorption. Un adsorbant
bien connu est le Norit (une poudre de charbon actif très fine) que l’on
utilise comme filtre au charbon, par exemple dans les hottes de cui-
sine, les aspirateurs.

Chapitre 17: Sciences appliquées

101
Notes

Notes

102
Notes

Notes

103
Notes

Notes

104
MANUELS MODULAIRES
CHAUFFAGE CENTRAL

t Les manuels disponibles

t 1.1 Chauffage central: généralités et dessins techniques d’installations


t 1.2 Tuyaux: matériaux, façonnage, joints et fixations

t 2.1 Transport de chaleur: pose des canalisations


t 2.2 Transport de chaleur: principe, protection et entretien de l’installation
t 2.3 Emission thermique: corps de chauffe et accessoires

t 3.1 Production de chaleur: chaudières de chauffage


t 3.2 Production de chaleur: accessoires d’installation et instructions de montage

Fonds de Formation professionnelle de la Construction