Anda di halaman 1dari 10

LA TERMINOLOGIE DE LA CONSTRUCTION ET SON

VOCABULAIRE
1 /les phases principales de réalisation d’un bâtiment

11/ LIMPLANTATION DU BATIMENT : elle sert à matérialiser sur le terrain les lignes
principales de la construction

Opération a effectué

_ Alignement des lignes directrices

_les traces d’angle

_les nivellements (plans horizontales repère de niveau)

12/ LES TERRASSEMENTS : elles permettent de préparer l’assise de la construction et


de ses abords

Travaux à effectuer sont :

-Le creusement a l’emplacement des fondations

-le dégagement de terres extraites

-le nivellement, l’aplanissement ou le comblement selon les cas

13/LES FONDATIONS

-elles servent à transmettre directement au sol les charges du bâtiment en tenant


compte de sa propre masse

-elles repartissent les pressions sur les sols souvent par des semelles continues(sous les
murs)ou par des semelles isolées(sous poteau)

- les fondations sont des ouvrages en béton :

horizontaux dans le cas des semelles et des radiers( le radier est une fondation réalisée
sur toute la surface du bâtiment)

Verticaux si les points d’appui sont isoles (puits ou pieux)

14/ LES STRUCTURES PORTEUSES

141-LES MURS

Ce sont des ouvrages verticaux en maçonnerie, porteur ou de remplissage.

Les murs porteurs doivent supporter les charges amenées par :

- Les planchers
- Les charpentes
- Les couvertures.

Les murs de remplissage viennent remplir l’espace constitué par un système porteur
poteau poutres

Les murs participent à la stabilité du bâtiment pour l’empêcher de se déformer sous


l’effet des charges verticales et du vent.

On désigne les murs aussi selon leur emplacement :

Les murs de façade : ce sont des murs extérieurs prévu avec des baies (poutres, et
fenêtres) on distingue :

La façade principale,
La façade arrière,
La facades latérale ou pignon.

Les murs de refend : ce sont des murs intérieurs destines a porter les planches ou a
supporter les plafonds ou les éléments de charpente.

Dans le sens de la longueur : refend longitudinal


Dans le sens de la largeur : refend transversale

Les différents mur sont ceinturés par des chainages horizontaux et raidis parfois par des
chainages verticaux

142/LES PLANCHERS

Ce sont des ouvrages horizontaux porteurs des charges permanentes et des surcharges
d’exploitations à chaque niveau.

Ils s’appuient sur :

Les murs de façade,

Les murs de refend,

La structure poteau-poutre

Ils constituent un écran isolant

Thermique et acoustique
On distingue :

- les planchers traditionnels, dalle pleine en béton arme.

-les planchers semi préfabriqués comportant :

Des poutrelles,

Des entrevous ou hourdis en béton, en terre cuite ou polystyrène,

Une dalle de compression réalisée sur place.

-les planchers préfabriqués, d’une seule pièce, par élément de grande dimension.

15/LES PLAFONDS

Les plafonds sont des ouvrages horizontaux portés. Ils constituent la sous face
apparente des planchers en béton arme ou en bois.

Ils sont généralement suspendus par le dernier niveau a des solives ou à des fermettes.

16/LA CHARPENTE

Elle a pour rôle de porter le matériau de couverture et de résister aux actions du vent .

-la charpente traditionnelle est réalisée par :

Des fermes qui s’appuient sur les murs

Des pannes qui reposent sur les fermes

Des chevrons fixes sur les pannes.

-la charpente évoluée utilise des fermettes très rapprochées (tous les 50m) pour porter
à la fois :

Le matériau de couverture,

Les plafonds suspendus.

-les charpentes élémentaires sont constituées de pannes qui reposent sur :

Des murs de refend

Les murs pignons

Les chevrons sont ensuite fixes sur les pannes.


17/LA COUVERTURE

Elles a pour but d’assurer la mise hors d’eau du bâtiment.

Soit avec des éléments reposant sur les pannes ou les linteaux (tuiles, ardoises, bacs
nervurés).

Soit sous formes de toiture terrasse : le dernier plancher sert de support résistant pour
recevoir une étanchéité à base de produit bitumineux.

18/LES TRAVAUX D’EQUIPEMENT ET D’INSTALLATION TECHNIQUES

Il s’agit des travaux de menuiserie d’une part, d’installations sanitaires, thermiques et


électriques d’autres part.

19/LES PAREMENTS ET LES REVETEMENTS

Il s’agit de l’habillage des murs qui s’effectue avec :

-des éléments naturels (pierres, granites, calcaire, schistes,) places en soubassement, en


angle, en entourage des baies.

-des éléments artificiels (briques, carrelage)

-Des enduits

Les enduits et revêtements intérieurs servent à la décoration et à la protection des murs


et des sols ; ce sont :

-les enduits à base de plâtre ou de ciment sur les murs, cloisons et plafonds.

-les revetements de murs : faïence, carrelage

-les revêtements de sols : carrelages, plastique, moquettes.

-les peintures.

En conclusion, on peut dire que :

Le gros œuvre englobe l’ensemble des travaux qui permettent la mise hors d’eau du
bâtiment.

Le second œuvre concerne les aménagements intérieurs y compris les finitions.


TRAVAUX DE GROS ŒUVRE

-implantation, terrassement

-fondations

-drainage canalisation

-murs, poteaux, poutres

-Planchers

-couverture

TRAVAUX DE SECOND ŒUVRE

-menuiseries

-électricité

-plâtrerie

-installation sanitaires

-installation thermiques

-métallerie, serrurerie

-revêtements sol, mur

-peinture, vitrerie.
LE VOCABULAIRE DE LA CONSRUCTION

Il agit-là de définition de termes techniques couramment employés dans


l’industrie du bâtiment et par les professionnels de la construction

ALLEGE : partie du mur généralement moins épaisse que l’embrasure et le montant


jusqu’à la hauteur d’appui d’une baie

APPAREILLAGE : disposition de l’ensemble des joints

ARASE : dernière assise de niveau d’un mur

ARBALETRIER : pièce de bois de charpente posée obliquement pour recevoir les pannes
et fixée sur l’entrait.

ABAQUE : graphique permettant de déterminer la valeur numérique d’une fonction.

ACCELERATEUR : maçonnerie d’accélérateur de prise, c’est un produit que l’on ajoute a


un mortier ou à un béton pour accélérer la prise.

AGGLOMERE : bloc préfabriqué constitue d’éléments divers (agrégat) employés seuls ou


avec un liant servant a la construction de mur ou de cloison. Les agrégats peuvent êtres
des roches, des sables, du liège etc….ce liant peut être du ciment, du plâtre etc…

AGREGAT

: élément entrant dans la composition ou d’un béton, sables, cailloux, pierres


concassées, gravillons.

AISSELIER : charpente : pièce de bois destinée a renforcé l’assemblage de deux pièces de


charpente en empêchant l’écartement ou la déformation.

APPUI : point sur lequel se repose une poutre, partie haut d’une allège.

ARETIER : charpente couverture : intersection de deux pans de toiture formant un angle


saillant ; intersection dune croupe et d’un versant de toiture.

ASSAINISSEMENT : ensembles des opérations de collecte et d’épuration des eaux et


matières usées.

ASSEMBLAGE : charpente menuiserie, manière de relier entre elles des pièces de bois
ou de métal.

ASSISE : maçonnerie, nom de chaque rang horizontal des éléments constituant un mur
en pierre, brique, moellons. Limite par un joint de lit horizontal et la distance entre les
deux joints est appelée la hauteur d’assise.
AUGET : maçonnerie : garnissage en plâtre entre les solives d’un plancher

AVANT PROJET : étude préparatoire graphique, technique et économique d’un projet de


construction.

BANDE : couverture : pièce métallique de faible largeur utilisée dans l’exécution d’une
couverture.

BANDEAU : maçonnerie mince : saillie horizontal sur une façade dont la fonction est
d’éloigner les eaux de pluie du parement d’un mur.

BESACE : maçonnerie : appareil en besace, utilise a l’angle ou a la jonction des murs y


sont superposées alternativement une assise de pierres posées en boutisses.

BALEVRE : irrégularité dans le mur d’une maçonnerie. Saillie d’une brique sur une autre

BANCHE : coffrage préparé a l’avance permettant de couler le béton sur une certaine
hauteur.

BARBACANE : ouverture étroite dans un mur de soutènement pour faciliter


l’écoulement des eaux.

BARDEAU : petite planchette servant à couvrir des toits ou à revêtir des murs
particulièrement exposés a la pluie.

BASTAING : pièces de bois débités a quatre sciages section 6,5 ×17 cm environ.

BATARD : mortier dont le liant est un mélange de chaux et de ciment (mortier batard)

BATARDEAU : digue mince en palplanches ou en pieux, destinée a détourner les eaux ou


a les retenir pendant des travaux.

BATI : assemblage de montant et traverses servant d’encadrement ou de support.

BATI DORMANT : cadre fixe d’une porte ou d’une fenêtre.

BOUCHARDE : rouleau couvert de pointes pyramidales pour le finissage d’une surface


en mortier ou en ciment.

BOUTISSE : pierre, brique ou parpaing dont la plus grande dimension est


perpendiculaire à la façade.

CHAINAGE : ceinturage métal ou en béton arme incorpore a la construction de


l’ensemble des murs d’un bâtiment pour évitera l’écartement.

CHAMBRANLE : encadrement d’une ouverture (porte, fenêtre).

CHANFREIN : petit pan coupe généralement à 45°.

CHAPE : revêtement de sol ou de terrasse.


CHASSIS : menuiserie en bois ou en métal, vitrée comportant un ou plusieurs vantaux
ouvrant.

CHATIERE : petite ouverture sur une toiture pour ventilation de comble.

CHENEAU : canal de forme rectangulaire recueillant les eaux de pluie au bas d’une pente
de toiture.

CHEVRON : pièce de bois 8 × 8 OU 8 × 6 utilisée pour supporter la couverture sur la


charpente exclusivement.

CONTRE MARCHE : face verticale d’une marche d’escalier.

CONTREPLAQUE : matériau constitue par des feuilles minces de placage collées au


nombre de 2 ,3 ou plus, le fil du bois étant perpendiculaire en général pour 2 feuilles en
contacte.

CONTREVENTEMENT : élément de construction destine à protéger celui-ci contre les


déformations dues a des efforts horizontaux.

CORNICHE : moulure couronnant un élément d’architecture.

CORDEAU : support faisant saillie sur le nu d’un mur destiné a recevoir une extrémité de
poutre ou

CRAPAUDINE : filtre grossier place à l’orifice supérieur d’une descente d’eaux pluviales.

CROISEE : fenêtre

COMBLE : ensemble constitue par la charpente et la couverture d’un edifiche

DORMANT : encadrement de porte, fenêtre, etc…destine à recevoir les parties


ouvrantes.

DANS ŒUVRE : se dit des mesures prises à la face intérieur des murs ou d’une feuille
(opposé a hors œuvre) .

DESCENTE : canalisation évacuant verticalement les eaux de pluie .

DRAIN : fondation : disposition d’asséchement servant à capter les eaux souterraines.

ECHIFFRE : escalier, mur supportant les marches d’un escalier.

EFFLORESCENCE : taches sur les murs provenant de la dissolution de ses matériaux


contenus dans les matériaux.

EGOUT : couverture, partie basse d’une couverture ou s’écoule les eaux pluviales

EMMARCHEMENT : escalier : longueur de » la marche d’un limon au mur

ENTRAIT : charpente : pièce horizontal placée au bas d’une ferme


FAIENCAGE : petite craquelures apparaissant sur la surface d’un enduit

EQUARRIR : ensemble des dispositifs réaliser pour éviter la pénétration de l’eau en


couverture, fondation etc.

FERME : assemblage de pièce de charpentes triangulées, placées de distance pour


supporter la couverture d’un bâtiment

FERRAILLAGE : ensemble des armatures de fer dans le béton armé, fabrication et pose
des armatures

FEUILLURE : maçonnerie, en taille pratiquée dans les montants des baies pour y loger le
bâti

FISSURE : maçonnerie, fente, crevasse, dans un mur, un enduit indiquant un désordre


dans l’édifice

FLECHE : amplitude de la courbe que prend une pièce de charpente sous une charge

FONDATION : ensemble des travaux nécessaires pour constituer l’Assise d’une


construction sur le sol et en assurer la stabilité

FORME : pavage, carrelage, étanchéité : couche préparatoire de béton , sable ou


gravillons de support servant a la répartition des charges et a la légalisation de la surface
avant la pose d’un revêtement

FOUILLE EN RIGOLE : tranchée de longueur minimum 0,40m destinée a recevoir les


maçonneries, les fondations et les canalisations

GACHER : maçonneriez : délayer du plâtre, de la chaux, ou du ciment

GOUTTIERE : couverture : canal métallique placé à la base d’une toiture pour recevoir
les eaux pluviales

GAINE : enveloppe de canalisation, conduit de ventilation

HERISSON : fondation : pierre de gros calibre posé sur le sol pour assoir les fondations
d’une construction

HORS ŒUVRE : mesures prises au dehors oppose a dans œuvre

HOURDER : maçonnerie : maçonner, lier les matériaux au moyen de plâtre ou de


mortier

ISOLANT : matériau destine à la protection contre la chaleur, ou le froid, les bruits,


l’humidité etc.

JOUR : escalier : espace vide autour duquel se développe l’escalier


LAMBRIS : menuiserie : panneaux de bois assembles pour constituer des portes , volets,
cloisons etc.

MENEAU : montant ou traverse fixe divisant la surface d’une baie

NIVELLEMENT : égalisation d’un sol pour le rendre plan

NUE : surface plane d’un mur ou d’un ouvrage utilisée comme repère pour mesurer les
saillis ou les retraits

PAREMENT : toute surface apparente Dun ouvrage

PLAN : trace graphique représentant en projection horizontale les différentes parties


d’un édifice a une échelle donnée

REJOINTOYER : maçonnerie : dégarnir les joints, puis les regarnir de mortier âpres
mouillage et nettoiement

RIVE : bord latéral d’une toiture

RADIER fondation ouvrage en maçonnerie reposant directement sur le sol

RADIER GENERAL dalle en béton arme couvrant entièrement la surface d’un bâtiment
au niveau du sol de fondation