Anda di halaman 1dari 6

Presse Med.

2018; 47: 56–61

ART ERIOPATHIE DES MEMBRES INF ERIEURS en ligne sur / on line on


www.em-consulte.com/revue/lpm
www.sciencedirect.com
Mise au point

Artériopathie des membres inférieurs :


le traitement

Iléana Desormais 1,2, Victor Aboyans 1,3, Francis Pesteil 2, Philipe Lacroix 1,2

Disponible sur internet le : 1. Faculty of Medicine, Tropical Neuroepidemiology, Inserm UMR 1094, 2, rue du
19 décembre 2017 Docteur-Marcland, 87025 Limoges, France
2. CHU Dupuytren, service de chirurgie vasculaire et thoracique-médecine
vasculaire, 2, avenue M.L.-King, 87042 Limoges cedex, France
3. CHU Dupuytren, service de cardiologie, 2, avenue M.L.-King, 87042 Limoges
cedex, France

Correspondance :
Philippe Lacroix, CHU Dupuytren, service de chirurgie vasculaire et thoracique-
médecine vasculaire, 2, avenue M.L.-King, 87042 Limoges cedex, France.
philippe.lacroix@unilim.fr

Points essentiels
Les stratégies thérapeutiques locales sont fonction des situations cliniques : au stade de la
claudication, la rééducation doit être envisagée en premier ; au stade de l'ischémie critique la
prise en charge est hospitalière avec réalisation d'une revascularisation si possible.
Le traitement général repose sur : la prescription d'une statine pour la plupart des sujets ; la
prescription d'un antiplaquettaire chez les sujets symptomatiques ; la prévention et le contrôle des
facteurs de risque.

Key points
Peripheral arterial disease: Treatment

Medical management of peripheral arterial disease (PAD) patients is aimed at limb symptom
relief and reducing systemic major adverse events risk.
For the first purpose: exercise therapy is recommended in case of claudication; multidisciplinary
evaluation for surgical options is mandatory in case of critical limb ischaemia.
Reducing cardiac and stroke risk can be achieved through: statin prescription in most of the cases;
antiplatelet agents in symptomatic PAD patients; cardio-vascular risk factors control.

Introduction définition des stratégies thérapeutiques qui intègrent aussi le


L'artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est caractère symptomatique ou non de l'affection. Sur le plan local,
à la fois une maladie locale et le marqueur d'une affection le traitement a pour objectif de limiter l'évolution de la maladie,
générale. Ces deux dimensions sont prises en compte dans la améliorer les capacités fonctionnelles et, dans les situations les
56

tome 47 > n81 > janvier 2018


http://dx.doi.org/10.1016/j.lpm.2017.09.019
© 2017 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Artériopathie des membres inférieurs :
le traitement ART ERIOPATHIE DES MEMBRES INF ERIEURS

Mise au point
plus sévères, assurer le sauvetage du membre. Sur le plan groupe comme dans l'autre, les performances des sujets étaient
général, le but est d'éviter l'expression de l'affection athéro- meilleures. Dans tous les cas, une évaluation cardiorespiratoire
scléreuse dans les autres territoires vasculaires, en particulier préalable à l'inclusion dans un programme de rééducation est
cardiaques et cérébraux. Les moyens sont multiples. Ils font recommandée [2]. Les protocoles de rééducation supervisée
appel à des mesures physiques, au contrôle des facteurs de sont variés, le plus souvent ils proposent 3 séances par semaine
risque cardiovasculaire, à des thérapeutiques médicamenteuses durant 6 à 12 semaines [2]. En complément des exercices de
et aux techniques de revascularisation. marche, il faut noter l'effet bénéfique des techniques sur cyclo-
ergomètre [6] et d'ergométrie brachiale [7]. Malgré tout, la
Traitement local de l'artériopathie des faible disponibilité des centres de rééducation pour les sujets
membres inférieurs avec une AOMI fait discuter l'intérêt de la rééducation « à
L'objectif de ce traitement varie suivant la situation clinique. En domicile ». Bien que les résultats de la rééducation supervisée
cas de claudication, le but du traitement local est d'améliorer les en centre soient supérieurs en termes de distance de marche
capacités fonctionnelles du sujet. En situation d'ischémie cri- [8], des études suggèrent le bénéfice de la rééducation à domi-
tique, le but est d'assurer le sauvetage du membre. Dans un cile. Dans un travail incluant 194 sujets, un programme de
cas comme dans l'autre, une description de la localisation des rééducation à domicile, associé à une éducation thérapeutique
lésions, de leurs caractéristiques et une évaluation du retentis- s'est avéré supérieur sur le test de marche de 6 minutes en
sement hémodynamique sont réalisés au préalable. comparaison d'une éducation thérapeutique seule.
Le rapport coût–efficacité de la prise en charge rééducative a
En cas de claudication été estimé. À l'échéance de 5 ans, le coût était plus faible de
Rééducation à la marche 6412 s (intervalle de crédibilité à 95 % : 11 874–1939 s) avec
C'est un élément majeur de la prise en charge de ces sujets. Les la rééducation [9]. La rééducation est à considérer en premiè-
recommandations tant européennes que nord-américaines pla- re intention dans la plupart des situations. Malgré tout, les
cent la rééducation en première intention pour la prise en sujets décrivant des manifestations de claudication très invali-
charge des sujets claudicants [1,2]. Cette stratégie est supportée dante, pourraient bénéficier d'emblée des techniques de
en particulier par les données de l'étude CLEVER [3] qui a inclus revascularisation.
111 sujets ayant des lésions aorto-iliaques. Trois types de trai-
Contrôle des facteurs de risque modifiables
tement ont été comparés dans ce travail. Dans un premier
Il complète la prise en charge rééducative. L'effet attendu est
groupe, les sujets avaient un traitement médical optimal, dans
général et local. La poursuite du tabagisme, dans les études
les deux autres groupes ils étaient l'objet, en plus du traitement
observationnelles, est associée à une augmentation du risque
médical, soit d'une rééducation soit d'une revascularisation par
de décès ou d'infarctus du myocarde et à celui d'amputation
technique endovasculaire. Au terme de six mois, les sujets ré-
chez les sujets symptomatiques [10]. L'effet délétère du taba-
éduqués décrivaient des performances supérieures à celles des
gisme s'exerce aussi après revascularisation avec un risque
sujets revascularisés. Les résultats des revascularisations des
d'échec majoré d'un facteur 2 à 3 [2,11,12]. Contrairement
lésions sous-inguinales étaient plus aléatoires sur le long
à ce qui a été démontré pour les événements cardiaques ou
terme que celles des atteintes aorto-iliaques. Ces éléments
cérébrovasculaires, l'influence sur l'évolution locale de l'AOMI du
incitent à privilégier les techniques rééducatives pour les sujets
contrôle du diabète, d'une hypertension ou d'une dyslipidémie a
qui présentent des atteintes sous-inguinales. Les résultats à un
été peu documentée.
an de la rééducation supervisée et des angioplasties fémoropo-
Les effets attendus des thérapeutiques médicamenteuses sont
plitées, réalisées de façon isolée ou combinée, ont été comparés
multiples. Certaines ont pour objectif d'améliorer les capacités
chez 178 sujets [4]. Comme à l'étage sus-inguinal, les perfor-
fonctionnelles, d'autres de limiter l'évolution de l'AOMI ou d'assu-
mances des sujets du groupe rééducation étaient superposables
rer la pérennité de la perméabilité d'une revascularisation.
à celles du groupe angioplastie et 70 % des sujets notaient une
amélioration. Dans quelques études incluant un petit nombre de Traitements médicamenteux à visée fonctionnelle
sujets, l'effet positif de la rééducation réalisée en complément L'objectif de ces traitements est d'augmenter les capacités de
des revascularisations a été décrit. Ces données ont incité la marche des sujets. La prescription des vaso-actifs (naftidrofuryl,
Society for Vascular Surgery [2] à recommander la pratique de la pentoxifylline, buflomédil) s'est très nettement réduite. De par
rééducation supervisée en centre ou à domicile après une l'absence d'étude de bonne qualité méthodologique, la plupart
revascularisation. La rééducation supervisée pourrait aussi être de ces médicaments ont vu leur remboursement disparaître.
bénéfique pour les sujets asymptomatiques. Dans une étude Dernièrement l'American Heart Association [2] s'est prononcée
incluant 156 sujets claudicants et asymptomatiques McDermott contre la prescription de pentoxifylline chez les sujets claudi-
et al. [5] ont évalué l'influence de la rééducation sur l'évolution cants. Le cilostazol, non disponible en France, combine une
du test de marche de 6 minutes. Au terme de six mois, dans un activité antiplaquettaire et une activité vaso-active. Dans
57

tome 47 > n81 > janvier 2018


I. Desormais, V. Aboyans, F. Pesteil, P. Lacroix
Mise au point

2 études ayant inclus près de 600 sujets [13,14], la prescription après des syndromes coronaires et aussi dans le contexte d'une
de ce médicament a été associée à une augmentation de l'ordre AOMI symptomatique. En 2016, dans une population de
de 38 et 41 % des distances maximales de marche évaluées sur 13 885 sujets avec une AOMI stable, une monothérapie par
tapis. Cependant, les effets secondaires de type de céphalées, ticagrélor ne s'est pas révélée supérieure au clopidogrel pour les
vertiges, diarrhées et palpitations semblent fréquents. Dans une événements limités aux membres inférieurs [23].
des études [13], 15 % des sujets ont interrompu le cilostazol lors Les statines auraient aussi un effet favorable sur l'évolution
des 3 mois de traitement. D'autres médicaments ont été asso- locale de la maladie. La prescription de 40 mg de simvastatine
ciés à une augmentation des capacités fonctionnelles. Dans diminuait de 38 % le risque d'aggravation ou de l'apparition
quelques études comportant un petit nombre de sujets, la d'une claudication dans l'étude 4S [15].
ticlopidine vs placebo augmentait les distances de marche. Revascularisations
De par les effets secondaires hématologiques, la prescription La décision de revasculariser est guidée par le contexte clinique
de ce médicament est très réduite. La prescription de et les possibilités anatomiques. La plupart des sujets au stade de
statine pourrait améliorer les symptômes de claudication. la claudication relève en premier lieu d'une prise en charge
Dans l'étude 4S, la prise de simvastatine était associée à une médicale incluant une rééducation à la marche. Dans cette
moindre dégradation des performances de marche [15]. Dans situation où l'objectif est d'améliorer les capacités fonctionnel-
une autre étude prospective [16], l'atorvastatine à une posolo- les, les techniques endovasculaires assurent le meilleur rapport
gie de 80 mg/j augmentait la distance de gêne (distance par- bénéfice–risque. L'AHA [2] propose une recommandation de
courue sans douleur) mais était sans influence sur la distance grade 1A en faveur des procédures endovasculaires pour les
maximale de marche (douleur maximale de claudication). Dans sujets qui claudiquent et ayant des lésions hémodynamique-
une analyse de la Cochrane Collaboration [17], la prescription de ment significatives et invalidantes de localisation aorto-iliaque ;
statine vs placebo était associée à une augmentation significa- les experts étant plus réservés pour les localisations fémoropo-
tive des distances de marche sans douleur de 89,76 m (IC 95 % plitées (recommandation de grade IIa).
CI 30,05–149,47, p = 0,003) et des distances maximales de
marche de 152,00 m (IC 95 % : 32,11 to 271,88, p = 0,01).
En cas d'ischémie critique
L'apport des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angio- Traitements médicamenteux
tensine a aussi été évalué chez 212 sujets claudiquants [18]. Au Dans le contexte de l'ischémie critique, il est souhaitable de
terme de 24 mois, les sujets du groupe ramipril comparés à ceux maintenir des pressions de perfusion distale élevées. Il est
du groupe placebo présentaient une augmentation significative recommandé de tolérer une hypertension artérielle jusqu'au
de leurs distances de marche sans douleur (77 %) et du temps seuil de 180 mmHg de systolique en position assise [24]. Les
maximal de marche (123 %). La prescription de b-bloquants, si traitements antihypertenseurs peuvent être temporairement
nécessaire, n'est pas contre-indiquée chez le sujet claudiquant suspendus dans le respect de ces limites.
car elle semble sans influence délétère sur les paramètres La méta-analyse de Katsanos et al. [25] suggérait l'intérêt d'un
fonctionnels [19]. double traitement antiplaquettaire associant aspirine et clopi-
dogrel, pour réduire le risque d'amputation après revascularisa-
Traitements médicamenteux influant sur l'évolution de la tion mais au prix d'une augmentation du risque de survenue
maladie d'hémorragies majeures. La prescription d'aspirine après angio-
L'effet local des antiplaquettaires a été évalué dans l'Antithrom- plastie à la posologie quotidienne de 50–100 mg augmenterait
botic Trialist's Collaboration [20]. La prescription de cette classe les taux de perméabilité à 6 mois avec un effet plus net chez les
médicamenteuse était associée à une diminution de 30 % du sujets claudiquants [26]. L'effet positif des antiplaquettaires sur
risque d'occlusion sur une période de 19 mois. Dans une méta- la perméabilité des pontages a été plus largement documenté
analyse incluant 54 études randomisées [21], l'aspirine vs pla- [27]. À l'étage sous-inguinal, cet effet positif est plus net en cas
cebo et la ticlopidine réduisaient le risque de revascularisation de pontage prothétique [27], alors que les pontages veineux
ou d'occlusion. Le vorapaxar [22], antagoniste du récepteur PAR- bénéficieraient de la prescription d'antagonistes de la vitamine
1, a été évalué chez les sujets coronariens mais aussi dans le K.
contexte d'une AOMI. Le nombre d'hospitalisations pour revas- Revascularisations
cularisation d'une AOMI était diminué dans le groupe voraxapar Une revascularisation doit être réalisée à chaque fois qu'elle est
(18 % vs 22 %, p = 0,017). Cet effet bénéfique était contre- possible. Le développement des techniques endovasculaires a
balancé par une augmentation du risque hémorragique de près repoussé leurs limites même lors de situations complexes. Elles
de 3 %. Le vorapaxar était prescrit en complément d'autres sont souvent envisagées en première intention avec un recours
antiplaquettaires, et environ 90 % des sujets de l'étude étaient dans un deuxième temps à la chirurgie conventionnelle. En cas
traités par aspirine et un tiers par clopidogrel. L'intérêt du de pontage sous-inguinal, un substitut veineux est privilégié en
ticagrélor, inhibiteur réversible du récepteur P2Y12, a été évalué particulier lorsque l'anastomose distale est sous-gonale. Dans
58

tome 47 > n81 > janvier 2018


Artériopathie des membres inférieurs :
le traitement ART ERIOPATHIE DES MEMBRES INF ERIEURS

Mise au point
tous les cas, ces patients complexes relèvent d'une prise en multiples facteurs de risque vasculaire. Les sujets avec une AOMI
charge multidisciplinaire qui associe des compétences chirurgi- documentée représentaient 23 % du total de l'effectif. La diffé-
cales, médicales et en plaie-cicatrisation [2]. rence en termes d'événements cardiovasculaires n'était pas
significative avec, malgré tout, une tendance en faveur du DAPT
Traitement général de l'artériopathie des mais au prix d'une augmentation du risque de survenue
membres inférieurs d'hémorragies mineures. Après un syndrome coronaire aigu,
Contrôle des facteurs de risque vasculaire les sujets ayant une AOMI bénéficieraient de la poursuite
modifiables d'une DAPT. Dans ce contexte, l'association ticagrélor–aspirine
L'AOMI est l'expression locale d'une maladie générale. La pré- s'est avérée supérieure sur le long terme à une monothérapie
sence de ce marqueur de risque est une indication pour déve- par aspirine seule [32]. Les sujets ayant une AOMI constituaient
lopper des stratégies de prévention des événements coronaires non seulement le sous-groupe où le taux d'événements était le
et cérébrovasculaires. Le contrôle des facteurs de risque cardio- plus élevé lors des 3 ans de suivi (19,3 % vs. 8,4 % ; p < 0,001),
vasculaire est fondamental. Les taux de survie de sujets clau- mais aussi celui qui bénéficiait le plus du DAPT. La réduction de
dicants en fonction du contrôle éventuel du tabagisme en sont risque absolu était de 4,1 % et le nombre de sujets à traiter pour
l'illustration : en cas d'arrêt du tabagisme, la survie est de 82 % éviter un événement de 25. La question de l'intérêt des anti-
à 10 ans et de 46 % en l'absence d'arrêt [28]. plaquettaires chez les sujets avec une AOMI asymptomatique
reste ouverte. Deux études ont été conduites en Grande-Breta-
Traitements médicamenteux gne, la première chez 1276 diabétiques [33] avec un index de
Sur le plan médicamenteux, les études dédiées aux sujets avec pression systolique de cheville (IPSc)  0,99, la deuxième en
une AOMI sont rares. Les données sont le plus souvent issues population générale chez 3350 sujets avec un IPSc  0,95 [34].
d'analyse de sous-groupes. La classe médicamenteuse dont Dans un cas comme dans l'autre, l'aspirine (100 mg/j) a été
l'intérêt est le plus documenté est celle des statines. Un comparée au placebo. Ces deux études sont négatives, les taux
sous-groupe de 6748 sujets avec une AOMI a été inclus dans d'événements cardiovasculaires étaient identiques dans les
l'étude HPS [29]. La prescription de 40 mg de simvastatine était groupes placebo et aspirine. L'apport des anticoagulants oraux
associée à une diminution de 26 % des événements cardiovas- directs a été évalué dans le contexte des syndromes coronaires
culaires (OR : 0,74 ; IC95 % 0,67–0,82), à une diminution de 24 % aigus. Des études sont en cours pour préciser leur influence sur
des évènements coronaires (OR : 0,76 ; IC 95 % 0,66–0,88) et de l'incidence des événements cardiovasculaires généraux et
28 % des accidents vasculaires cérébraux (AVC) (OR : 0,72 ; IC locaux (amputations, passage en ischémie critique) chez des
95 % : 0,59–0,88). Au regard de ces données, la prescription sujets après revascularisation des membres inférieurs.
d'une statine est recommandée chez tout sujet dont les taux de La dernière classe médicamenteuse est représentée par les
cholestérol total sont supérieurs à 3,5 mmol/L. inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) de l'angiotensine.
Les traitements antiplaquettaires ont démontré leur efficacité Parmi les 9297 sujets inclus dans l'étude HOPE [35], 4051
en prévention des événements cardiovasculaires chez les sujets (environ 43 %) avaient une AOMI. Dans cette étude, on notait
présentant une AOMI symptomatique. Dans l'Antithrombotic par ailleurs 38 % de diabétiques, 47 % d'hypertendus, 20 % de
Trialist [20], cette prescription était associée à une réduction sujets avec une microalbuminurie et près de 80 % avaient des
d'environ 25 % des événements cardiovasculaires. En 1996, antécédents de coronaropathie. La prescription de ramipril à la
l'étude CAPRIE [30] suggérait la supériorité du clopidogrel dose quotidienne maximale de 10 mg était associée à une
vs aspirine avec, lors du suivi, des taux moindres d'AVC, d'infarc- diminution du nombre d'événements cardiovasculaires de
tus du myocarde (IM) ou de décès cardiovasculaires (5,83 % vs 22 % (RR : 0,78 ; IC 95 % : 0,70–0,86). La prescription d'un
5,32 %, réduction de risque relatif : 8,7 %, p = 0,043) dans le IEC dans le cadre d'une AOMI semble à privilégier en particulier
groupe clopidogrel. Vingt ans plus tard, dans l'étude EUCLID, le en cas d'hypertension et de microalbuminurie.
ticagrélor n'apparaissait pas supérieur au clopidogrel en préven-
tion des événements cardiovasculaires majeurs [23]. Au terme Vaccination antigrippale
d'un suivi moyen de 30 mois, le taux d'événements pour le Une prophylaxie antigrippale par vaccination annuelle est
critère principal était de 12,5 % dans les 2 groupes. Aucune recommandée chez tous les sujets avec une AOMI [2].
différence n'était notée pour les critères secondaires à l'excep-
tion d'un taux plus faible d'AVC dans le groupe traité par tica- Le traitement médical n'est pas assez
grélor (1,9 vs 2,4 % HR : 0,78–IC95 % : 0,62–0,98, p = 0,03). Une prescrit
bithérapie par antiplaquettaires (DAPT) associant le clopidogrel De manière constante, la prise en charge thérapeutique des
et l'aspirine a été comparée à l'aspirine seule dans l'étude sujets avec une AOMI est sous-optimale. Dans l'étude REACH
Charisma [31]. Les 15 603 sujets inclus dans cette étude pré- [36], des statines étaient prescrites pour 81 % des sujets coro-
sentaient des antécédents de maladie cardiovasculaire ou de nariens et uniquement 70 % des sujets avec une AOMI, un
59

tome 47 > n81 > janvier 2018


I. Desormais, V. Aboyans, F. Pesteil, P. Lacroix
Mise au point

antiplaquettaire respectivement pour 85 et 81 %. Ces données critique, les revascularisations occupent la première place. Sur
suggèrent l'intérêt des protocoles d'éducation thérapeutique qui le plan général, la littérature supporte les indications de pres-
pourraient concourir à l'amélioration de la prise en charge tant cription des statines dans toutes les situations, des antiplaquet-
médicamenteuse que du contrôle des facteurs de risque et de la taires pour les sujets claudicants et, dans une moindre mesure,
pratique de la rééducation à la marche. Les programmes d'édu- des inhibiteurs de l'enzyme de conversion.
cation thérapeutique intègrent aussi des mesures de prévention
vis-à-vis des traumatismes du pied qui peuvent entraîner un Déclaration de liens d'intérêts : Philippe Lacroix : essais cliniques : en
passage en situation d'ischémie critique de sujets initialement qualité de coordonateur d'étude (Astrazeneca), d'investigateur
principal (Bayer, BMS, Daiichi). Conférences : invitation en qualité
pauci, voire asymptomatiques. d'auditeur : Bayer, BMS, Daiichi. Invitation en qualité d'orateur : Bayer,
Astrazeneca. Activité de conseil pour Astrazeneca, Bayer.
En conclusion Iléana Desormais, Victor Aboyans, Francis Pesteil déclarent ne pas avoir de
liens d'intérêts.
Le traitement local des sujets claudicants repose sur le contrôle
des facteurs de risque et la rééducation. En cas d'ischémie

Références
[1] Conte MS, Pomposelli FB, Clair DG, Geraghty exercise training to improve walking distance walking distance in patients with peripheral
PJ, McKinsey JF, Mills JL, et al. Society for in patients with claudication. Vasc Med arterial disease. Circulation 2003;108:1481–6.
Vascular Surgery. Practice guidelines for ather- 2009;14:203–13. [17] Aung PP, Maxwell HG, Jepson RG, Price JF,
osclerotic occlusive disease of the lower extre- [8] Lane R, Ellis B, Watson L, Leng GC. Exercise Leng GC. Lipid-lowering for peripheral arterial
mities : management of asymptomatic disease for intermittent claudication. Cochrane Data- disease of the lower limb. Cochrane Database
and claudication. J Vasc Surg 2015;61:2S–41S. base Syst Rev 2014;7. CD000990. Syst Rev 2007;4:CD000123.
[2] Gerhard-Herman MD, Gornik HL, Barrett C, [9] van den Houten MM, Lauret GJ, Fakhry F, [18] Ahimastos AA, Walker PJ, Askew C, Leicht A,
Barshes NR, Corriere MA, Drachman DE, Fokkenrood HJ, van Asselt AD, Hunink MG, Pappas E, Blombery P, et al. Effect of ramipril
et al. 2016 AHA/ACC Guideline on the mana- et al. Cost-effectiveness of supervised exer- on walking times and quality of life among
gement of patients with lower extremity per- cise therapy compared with endovascular patients with peripheral artery disease and
ipheral artery disease : executive summary. a revascularization for intermittent claudica- intermittent claudication: a randomized con-
report of the American College of Cardiology/ tion. Br J Surg 2016;103:1616–25. trolled trial. JAMA 2013;309:453–60.
American Heart Association task force on clin- [10] Faulkner KW, House AK, Castleden WM. The [19] Paravastu SC, Mendonca DA, Da Silva A. Beta
ical practice guidelines. Circulation 2017;135 effect of cessation of smoking on the accu- blockers for peripheral arterial disease.
(12):e726–79. mulative survival rates of patients with symp- Cochrane Database Syst Rev 2013;9:
[3] Murphy TP, Cutlip DE, Regensteiner JG, tomatic peripheral vascular disease. Med J CD005508.
Mohler ER, Cohen DJ, Reynolds MR, et al. Aust 1983;1:217–9. [20] Antithrombotic Trialists' (ATT) Collaboration,
Supervised exercise versus primary stenting [11] Lassila R, Lepantalo M. Cigarette smoking Baigent C, Blackwell L, Collins R, Emberson
for claudication resulting from aortoiliac per- and the outcome after lower limb arterial J, Godwin J, Peto R, et al. Aspirin in the
ipheral artery disease. Six-month outcomes surgery. Acta Chir Scand 1988;154:635–40. primary and secondary prevention of vascular
from the claudication: exercise versus endo- [12] Willigendael EM, Teijink JA, Bartelink ML, disease: collaborative meta-analysis of indi-
luminal revascularization (CLEVER) study. Cir- Peters RJ, Buller HR, Prins MH. Smoking and vidual participant data from randomised trials.
culation 2012;125(1):130–9. the patency of lower extremity bypass grafts: Lancet 2009;373:1849–60.
[4] Mazari FA, Khan JA, Carradice D, Samuel N, a meta-analysis. J Vasc Surg 2005;42:67–74. [21] Antiplatelet Trialists' Collaboration. Collabora-
Abdul Rahman MN, Gulati S, et al. Rando- [13] Beebe HG, Dawson DL, Cutler BS, Herd JA, tive overview of randomised trials of antipla-
mized clinical trial of percutaneous translum- Strandness Jr DE, Bortey EB, et al. A new telet therapy: prevention of death,
inal angioplasty, supervised exercise and pharmacological treatment for intermittent myocardial infarction, and stroke by pro-
combined treatment for intermittent claudi- claudication: results of a randomized, longed antiplatelet therapy in various cate-
cation due to femoropopliteal arterial disease. multicenter trial. Arch Intern Med gories of patients. BMJ 1994;308:81–106.
Br J Surg 2012;99:39–48. 1999;159:2041–50. [22] Bonaca MP, Scirica BM, Creager MA, Olin J,
[5] McDermott MM, Ades P, Guralnik JM, Dyer [14] Dawson DL, Cutler BS, Meissner MH, Strand- Bounameaux H, Dellborg M, et al. Vorapaxar
A, Ferrucci L, Liu K, et al. Treadmill exercise ness Jr DE. Cilostazol has beneficial effects in in patients with peripheral artery disease:
and resistance training in patients with per- treatment of intermittent claudication: results from TRA2{degrees}P-TIMI 50. Circula-
ipheral arterial disease with and without results from a multicenter, randomized, pro- tion 2013;127:1522–9.
intermittent claudication: a randomized con- spective, double-blind trial. Circulation [23] Hiatt WR, Fowkes FG, Heizer G, Berger JS,
trolled trial. JAMA 2009;301:165–74. 1998;98:678–86. Baumgartner I, Held P, et al. Ticagrelor versus
[6] Sanderson B, Askew C, Stewart I, Walker P, [15] Pedersen TR, Kjekshus J, Pyörälä K, Olsson clopidogrel in symptomatic peripheral artery
Gibbs H, Green S. Short-term effects of cycle AG, Cook TJ, Musliner TA, et al. Effect of disease. N Engl J Med 2017;376:32–40.
and treadmill training on exercise tolerance in simvastatin on ischemic signs and symptoms [24] Second European consensus document on
peripheral arterial disease. J Vasc Surg in the Scandinavian simvastatin survival study chronic critical leg ischemia. Eur J Vasc
2006;44:119–27. (4S). Am J Cardiol 1998;81:333–5. 1992;(Suppl A):1–32.
[7] Treat-Jacobson D, Bronas UG, Leon AS. [16] Mohler 3rd ER, Hiatt WR, Creager MA. Cho- [25] Katsanos K, Spiliopoulos S, Saha P, Diaman-
Efficacy of arm-ergometry versus treadmill lesterol reduction with atorvastatin improves topoulos A, Karunanithy N, Krokidis M, et al.
60

tome 47 > n81 > janvier 2018


Artériopathie des membres inférieurs :
le traitement ART ERIOPATHIE DES MEMBRES INF ERIEURS

Mise au point
Comparative efficacy and safety of different cholesterol lowering with simvastatin in patients with diabetes and asymptomatic per-
antiplatelet agents for prevention of major 20,536 high-risk individuals: a randomised ipheral arterial disease. BMJ 2008;337
cardiovascular events and leg amputations placebo-controlled trial. Lancet 2002;360:7– (a):1840.
in patients with peripheral arterial disease: 22. [34] Fowkes FG, Price JF, Stewart MC, Butcher I,
a systematic review and network meta-ana- [30] CAPRIE Steering Committee. A randomised, Leng GC, Pell AC, et al. Aspirin for Asympto-
lysis. Plos One 2015;10:e0135692. blinded trial of clopidogrel versus aspirin in matic Atherosclerosis Trialists. Aspirin for pre-
[26] Robertson L, Ghouri MA, Kovacs F. Antipla- patients at risk of ischaemic events (CAPRIE). vention of cardiovascular events in a general
telet and anticoagulant drugs for prevention Lancet 1996;348(9038):1329–39. population screened for a low ankle brachial
of restenosis/reocclusion following periph- [31] Bhatt DL, Fox KAA, Hacke W, Berger PB, index: a randomized controlled trial. JAMA
eral endovascular treatment. Cochrane Data- Black HR, Boden WE, et al. Clopidogrel and 2010;303:841–8.
base Syst Rev 2012;8:CD002071. aspirin versus aspirin dose for the prevention [35] Yusuf S, Sleight P, Pogue J, Bosch J, Davies R,
[27] Bedenis R, Lethaby A, Maxwell H, Acosta S, of atherothrombotic events. N Engl J Med Dagenais G. Effects of an angiotensin-con-
Prins MH. Antiplatelet agents for preventing 2006;354:1706–17. verting-enzyme inhibitor, ramipril, on cardio-
thrombosis after peripheral arterial bypass [32] Bonaca MP, Bhatt DL, Storey RF, Steg PG, vascular events in high-risk patients. The
surgery. Cochrane Database Syst Rev Cohen M, Kuder J, et al. Ticagrelor for pre- Heart Outcomes Prevention Evaluation Study
2015;2:CD000535. vention of ischemic events after myocardial Investigators. N Engl J Med 2000;342:145–53.
[28] Jonason T, Bergström R. Cessation of smoking infarction in patients with peripheral artery [36] Bhatt DL, Steg PG, Ohman EM, Hirsch AT,
in patients with intermittent claudication. disease. J Am Coll Cardiol 2016;67:2719–28. Ikeda Y, Mas JL, et al. International preva-
Effects on the risk of peripheral vascular com- [33] Belch J, MacCuish A, Campbell I, Cobbe S, lence, recognition, and treatment of cardio-
plications, myocardial infarction and mortal- Taylor R, Prescott R, et al. The prevention of vascular risk factors in outpatients with
ity. Acta Med Scand 1987;221:253–60. progression of arterial disease and diabetes atherothrombosis. JAMA 2006;295:180–9.
[29] Heart Protection Study Collaborative Group. (POPADAD) trial: factorial randomised placebo
MRC/BHF Heart Protection Study of controlled trial of aspirin and antioxidants in

61

tome 47 > n81 > janvier 2018