Anda di halaman 1dari 4

INSTITUT SUPERIEUR D’ECONOMIE ET DE MANAGEMENT

ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2014-2015 REF.


ANNÉE D’ÉTUDES : Licence 1 Economie-Gestion
MATIÈRE : Macroéconomie

Correction du contrôle continu GROUPE LUNDI 14H30 Durée : 45


minutes

Partie 1 : QUESTIONNAIRE A CHOIX MULTIPLES (5 points)

Une seule réponse possible pour chaque question. Toute réponse fausse enlève automatiquement un
point.

1) [+1,-1] Pour Keynes, l’épargne est un résidu

A. Vrai

B. Faux

2) [+1,-1] La Macroéconomie est :

A. Née avec John Maynard Keynes, en 1936, avec la "Théorie Générale".

B. Existait dès le XVIIIème siècle.

C. Peut être à la fois classique, keynésienne ou autre, tout dépend de la manière d'appréhender
l'économie.

On considère une économie caractérisée par le revenu (Y), la consommation (C), l'épargne (S), la
Propension moyenne à consommer (PMC ) et la PmC des ménages de 1998 à 2001 (en milliards
d'euros)
Année t Y C S PMC PmC
1998 300 240 ---
1999 360 282 0.783 0,7
2000 310 90 0,7
2001 99 0,77 0,7

3) En 1998, la PMC est égale à :


A 0,7
B 0,8
C 0,9
4) En 1999, le revenu en milliards d'euros est égal à :
D 350
E 360
F 365
5) En 1999, la PMS est égale à :
G 0,217
H 0,763
I 0,783
QUESTIONS DE COURS (5 points):

1) Définissez la loi psychologique fondamentale de Keynes. Dans la fonction de consommation


keynésienne : C = c Y + Co, que représente c ? Dans le modèle keynésien, quel est l’intervalle
possible de c ? (2,5 pts)

La loi psychologique fondamentale stipule qu’en moyenne et au cours du temps, les hommes
ont tendance à augmenter leurs dépenses de consommation à mesure que leur revenu croît mais
de manière moins que proportionnel.

Dans la fonction de consommation keynésienne C = c Y + Co, c représente la propension


marginale à consommer qui définit la part de l’accroissement du revenu allouée à la
consommation des ménages. On a 0 < 𝑐 < 1

2) Qu’est-ce que le seuil de rupture ? Illustrez vos propos par un graphique. (2,5 pts)

Le seuil de rupture définit le niveau de revenu pour lequel l’épargne des ménages est nulle. En
dessous de ce niveau de revenu, l’épargne des ménages est négative, les ménages consomment
donc plus qu’ils ne perçoivent de revenus ; au-dessus du seuil de rupture, les ménages dégagent
une épargne positive.
EXERCICE : DIAGRAMME A 45° ET LES MULTIPLICATEURS KEYNESIENS (10
points)

Soit une économie fictive caractérisée par les équations suivantes :

𝐶 = 0,8. 𝑌𝑑 + 150 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑌𝑑 = 𝑌 − 𝑇

𝐼 = 250

𝐺 = 500

𝑇 = 300

1) Exprimez sous forme structurelle le revenu d’équilibre de notre économie puis calculez-le.
(2 pts)
Sur le marché des biens et services, l’équilibre est obtenu en confrontant l’offre et le demande globale,
soit :
𝑌 =𝐷 =𝐶+𝐼+𝐺
En remplaçant chaque terme de l’équation nous obtenons progressivement le revenu d’équilibre de notre
économie :
𝑌 = 𝑐. 𝑌𝑑 + 𝐶𝑜 + 𝐼𝑜 + 𝐺𝑜
𝑌 = 𝑐(𝑌 − 𝑇) + 𝐶𝑜 + 𝐼𝑜 + 𝐺𝑜
𝑌 − 𝑐𝑌 = −𝑐𝑇 + 𝐶𝑜 + 𝐼𝑜 + 𝐺𝑜
𝑌(1 − 𝑐) = −𝑐𝑇 + 𝐶𝑜 + 𝐼𝑜 + 𝐺𝑜
−𝑐𝑇 + 𝐶𝑜 + 𝐼𝑜 + 𝐺𝑜
𝑌∗ =
(1 − 𝑐)

A.N :

𝑌 ∗ = 3300
2) Donnez l’expression du multiplicateur d’investissement puis calculez-le.
Le multiplicateur d’investissement permet d’apprécier l’ampleur d’une politique d’investissement sur
le revenu global :
∆𝑌 𝜕𝑌
𝑘𝐼 = =
∆𝐼 𝜕𝐼

Soit
1
𝑘𝐼 =
1−𝑐
AN :
1
𝑘𝐼 = =5
1 − 0.8

3) Quel est l’impact d’une augmentation de 50 unités de l’investissement sur le revenu national
d’équilibre ? (3 pts)
L’impact d’une augmentation de 50 unités de l’investissement se mesure soit en repartant du calcul du
revenu d’équilibre, alors par le calcul de la variation du revenu avec le multiplicateur d’investissement.
a. 𝑌2∗ = 3550
b. ∆𝑌 = 𝑘𝐼 ∆𝐼 = 5 ∗ 50 = 250 donc 𝑌2∗ = 3300 + 250 = 3550

4) Représentez graphiquement (à l’aide du diagramme à 45°) l’effet d’une telle variation de


l’investissement sur le revenu national (toutes les valeurs nécessaires à la compréhension
devront apparaître sur le graphique). (3 pts).
VOIR CORRECTIONS EN TD. VOICI L’ALLURE GENERALE DU
DIAGRAMME. UN COMMENTAIRE SERAIT APPRECIE.

Y=D

D’ = C+I+ΔI+G

D= C+I+G

45° 𝑌 ∗ 𝑌2∗ Y

Suite à une hausse de l’investissement, le niveau général du revenu d’équilibre augmente ce


qui se traduit sur la courbe par le déplacement de 𝑌 ∗ à 𝑌2∗ .