Anda di halaman 1dari 21

Ecrans de soutènement

Le projet de norme sur le calcul des


écrans

LES ECRANS DISCONTINUS

Olivier MADEC Jeudi 3 mai 2007


LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les ouvrages visés sont :


ƒ Les parois de pieux forés sécants ou jointifs
ƒ Les rideaux mixtes de palplanches métalliques
ƒ Les parois moulées en BA avec contreforts
ƒ Les parois armées au coulis
ƒ Les parois moulées circulaires
ƒ Les écrans réalisés à partir de tranchées blindées ou
par passes alternées
ƒ Les écrans composites, berlinoises ou assimilées

Objet : décliner dispositions géométriques et


hypothèses permettant l’assimilation à
un écran continu uniforme
2
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

PAROIS DE PIEUX SECANTS OU CONTIGUS

a ≤ 1,3 D
ƒ Assimilation :
Ie = Ip/2a Ie = Ip/a

ƒ Poussée/butée idem écrans continus si tous les pieux


ont la même longueur
ƒ Si les primaires sont plus courts, poussée/butée selon
calculs écrans composites
ƒ Écoulements à vérifier si primaires plus courts et dans le
cas des pieux contigus 3
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les rideaux mixtes de palplanches métalliques

Principales configurations
4
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les rideaux mixtes de palplanches métalliques

ℓ2 ≤1,8m (U)
ℓ2 ≤1,5m (Z)

ƒ Fiche mini = fiche mobilisant la butée aval de l’écran


continu équivalent
ƒ Si intermédiaires idem fiche mini, calculs en écran
continu
ƒ Sinon, calculs en écran composite
ƒ Les principaux peuvent être plus longs que fiche mini
pour raison de portance par exemple
ƒ Vérification des écoulements nécessaire, en particulier si
intermédiaires raccourcis
5
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les rideaux mixtes de palplanches métalliques

ƒ Résistance structurelle du rideau suivant EN 1993-5


ƒ Pas d’efforts de cisaillement longitudinaux dans les
serrures libres
ƒ Inertie équivalente :
(Ip + Is)/(ℓ1 + ℓ2)

6
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Parois moulées avec contreforts

ƒ Contreforts disposés au
centre des panneaux
ƒ Contreforts
régulièrement espacés
tout au long de l’écran

7
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Parois moulées avec contreforts


ƒ Données géométriques
conformes aux poutres en Tés
(NF EN 1992-1 article 5.3.2.1)
ƒ Armatures suivant dispositions
NF EN 1992-1 pour avoir un Té
monolithe
ƒ Moment d’inertie équivalent

ƒ Poussée/butée idem écrans à


inertie constante
ƒ Si contreforts ext, il est loisible
de prendre effet stabilisateur du
poids des terres entre contreforts
8
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois armées au coulis

ƒ L1 doit permettre formation voûtes de décharge, en


général 1 à 2 mètres
ƒ Le moment d’inertie équivalent : Ie = Ip / L1
9
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois armées au coulis

10
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois moulées circulaires

ƒ Assimilation à un écran continu plan uniforme


lorsque l’on peut admettre que chaque élément
vertical bénéficie d’un appui continu élastique, donc
sous réserve des tolérances d’exécution.
ƒ Les calculs de stabilité et de résistance suivant
dispositions des écrans continus plans uniformes

11
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les écrans par passes alternées

ƒ Ils sont assimilés à des écrans continus plans


uniformes sous réserve de justifier la stabilité de
l’écran et des appuis à chaque phase de travaux
ƒ Les conditions d’appuis des butons en tête et en pied
doivent être clairement fixées et contrôlées

12
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Les berlinoises

13
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Les mini-berlinoises et micro-berlinoises

14
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites


ƒ Les parisiennes

15
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Les lutéciennes

16
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites


ƒ Les moscovites

17
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Assimilées à des écrans continus uniformes avec :


ƒ Sur la hauteur du voile réalisé (EI)e = (Ep Ip + Ev Iv)/L1
ƒ Sur la hauteur sans voile Ie = Ip / L1
ƒ En absence de coutures suffisantes, pas de monolithisme
ƒ Prise en compte du béton du pieu berlinois si ferraillé ou si
entièrement comprimé ; sinon profilé seul.
ƒ Prise en compte du remplissage des tubes pour l’inertie
ƒ Inertie du voile négligé si blindage discontinu et en appui
simple sur éléments principaux
ƒ Si profilés noyés dans le voile, inertie équivalente pourra
être calculée par la méthode des poutrelles enrobées

18
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Poussée au-dessus du fond de fouille selon les


écrans plans à inertie constante
ƒ Réduction possible de la poussée sur le blindage
plus souple, à justifier. Modèles de calcul : Graux,
Kowalevski, silos
ƒ Sous le fond de fouille, réaction de butée en
considérant la plus petite des valeurs :
ƒ En assimilant le comportement à des pieux isolés
chargés horizontalement (NF EN P94-262)
ƒ En assimilant le comportement à un écran continu
(méthode des coefficients de réaction)

19
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Coefficient d’épanouissement de la butée :


ƒ (1 + e/B) dans les terrains cohérents
ƒ (1 + 2e/B) dans terrains granulaires
ƒ Les efforts de poussée sous le fond de fouille doivent être
déterminés sur la même largeur que la butée
ƒ Pour les pieux berlinois, vérification de la résistance au
cisaillement du scellement pour prise en compte largeur
du pieu
ƒ Le coefficient d’épanouissement est limité à L/B
20
LES FONDATIONS
Les écrans de soutènement PROFONDES
à inertie non uniforme

Les parois composites

ƒ Autres vérifications :
ƒ Stabilité du fond de fouille (renard solide)
ƒ Rupture d’origine hydraulique s’il y a lieu
ƒ Butée mobilisée au contact des éléments principaux
doit être compatible avec les propriétés de résistance
du terrain : pression de butée < Pl à l’ELU ou < Pf à
l’ELS
ƒ Résistance du blindage selon normes appropriées : EN
1992 (béton) – EN 1993 (acier) – EN 1995 (bois)

21