Anda di halaman 1dari 4

Culture

Dans la salle des


Reliques s’entassent

IL VITTORIALE des objets faisant


référence à toutes

UNE
les religions.
A gauche, un volant
brisé incarne la
religion de la vitesse
chère aux futuristes.

FOLIE
ITALIENNE
Au-dessus du lac de Garde trône un incroyable palais qui fut la dernière
demeure de Gabriele D’Annunzio. Le poète-soldat en délicatesse
avec le fascisme triomphant avait entrepris d’en faire sa plus grande œuvre d’art :
un gigantesque cabinet de curiosités élevant le principe
d’accumulation au rang d’art majeur.
De nos envoyés spéciaux Nicolas Ungemuth (texte) et Olivier Roques Rogery (photos)

78/ Le Figaro Magazine / 23 novembre 2018 79/ Le Figaro Magazine / 23 novembre 2018
Culture

Dominant le lac de La salle du Globe, à la fois


Garde, le mausolée bibliothèque et salle à manger
et ses sarcophages. réservée aux dîners avec peu de
Au centre, celui de convives. Y figure la reproduction
D’Annunzio ; autour du masque mortuaire de Napoléon,
et plus bas, ceux de que D’Annunzio vénérait.
sa garde rapprochée.

En tout, le Vittoriale abrite


plus de 10 000 objets et 33 000 livres reliés

L
orsque le temps le per- félon de Hitler, à l’ignoble face ternie sous les taches
met, le vacancier navi- indélébiles de peinture où il avait trempé sa mè-
guant sur les eaux du lac che de clown féroce qui se prolonge jusqu’à la ra-
de Garde peut aperce- cine de son nez nazi. Avec son gros pinceau de
voir une tache blanche barbouilleur, Hitler couvre de sang l’humain et le
au-dessus de la bour- divin. » Puis, ajoutant, à propos des Allemands :
gade de Gardone Ri- « Ce serait la fin de notre civilisation européenne
viera. C’est le mausolée si ce pays d’assassins et de pédérastes devait sub-
o ù r e p o s e G ab r i e l e merger le continent. » Il n’a pas non plus de
D’Annunzio, surplom- sympathie particulière pour les fascistes, qu’il
bant, à flanc de colline, les 9 hectares de son do- décrit comme de la « carne agglomerata » (chair
maine : Il Vittoriale degli Italiani (Les Victoires pressée). Il a refusé la proposition d’une candi-
des Italiens), plus communément nommé Il Gabriele D’Annunzio, dature sur les listes fascistes, n’a pas renouvelé
Vittoriale. Plus de 200 000 touristes, dont une poète, romancier, sa carte des Faisceaux, et lorsque le secrétaire
majorité d’Italiens, s’y massent chaque année esthète, vers 1906. du parti, Michele Bianchi lui envoie une lettre
pour visiter le plus délirant des domaines qu’on puisse qu’il achève par un tonitruant « Vive le fascisme ! », D’An-
imaginer : si Des Esseintes, le héros d’A Rebours, de Joris- nunzio lui répond fermement : « Je n’ai eu, et je n’ai, je n’aurai
Karl Huysmans, avait existé, c’est là qu’il aurait habité. jamais à prononcer qu’un cri : Vive l’Italie ! »
Gabrielle d’Annunzio : poète, romancier, dramaturge. Pourtant, ce Vittoriale, il le doit largement à Mussolini.
Mais aussi guerrier, nationaliste, esthète, érotomane, ob- Lorsqu’en octobre 1921, il achète la villa Cargnacco, an-
PHOTO-RE-PUBBLIC/LEEMAGE

sédé par l’action, la vitesse, la beauté et le mouvement. cienne propriété d’un historien de l’art allemand, Henry
C’est pourtant au Vittoriale qu’il s’immobilisa durant les Thode, D’Annunzio a 58 ans, et sa gloire – il a été, en Italie,
dix-sept dernières années de sa vie. Francophile affirmé, il mais également dans toute l’Europe, une véritable star,
La chambre du Lépreux,
ainsi que se voyait D’Annunzio
était également un germanophobe notoire, écrivant à admiré par Joyce comme par Mallarmé, Debussy ou l’abbé
après l’échec de Fiume. Mussolini en 1934 : « Je sais que tes hésitations cèdent la Mugnier, le fameux « curé mondain » – est largement ternie
place à ta sagacité virile, et que tu as si bien su repousser ce par l’épisode de Fiume. Héros de la guerre, il a perdu un œil ____ u

80/ Le Figaro Magazine / 23 novembre 2018 81/ Le Figaro Magazine / 23 novembre 2018
Culture

En contribuant largement à financer sa fo lie d’esthète compulsif, Mussolini parvient L’avion à bord duquel D’Annunzio
avait bombardé Vienne de tracts poétiques
à museler celui qui pourrait être un en combrant critique du fascisme naissant incitant ses habitants à se rendre.

au combat, participé à l’attaque du port austro-hongrois minutieusement pensée par le maître, qui se met en scène
de Bakar à bord d’un lance-torpilles, bombardé Vienne un peu partout. Sa chambre est nommée la chambre du
depuis un avion biplace de tracts poétiques incitant ses Lépreux car il se sait mis au ban de la scène politique. Une
habitants à se rendre, après un vol de plus de 1 000 kilomètres. autre pièce, baptisée La salle des Reliques, réunit des objets
Puis avec des déserteurs et plus de 200 hommes qu’il appelle représentatifs de toutes les religions, au milieu desquels
ses « légionnaires », il s’est emparé de la ville de Fiume, en trône le volant brisé du bateau à moteur de son ami
Dalmatie (désormais la Croatie, où la cité s’appelle sir Henry Segrave, mort durant une course nautique en
Rijeka), qu’il dirigea durant quinze mois sous le titre de Angleterre : c’est la religion de la vitesse qui trône au milieu
Comandante, avant que l’armée italienne – les soldats des autres. Partout, des devises en italien, en latin ou en
de son propre peuple – ne la bombarde et la libère en espagnol s’adressent aux visiteurs qui doivent, pour péné-
décembre 1920. C’est le fameux « Noël sanglant », que trer dans l’antre du génie autoproclamé – « la poésie
D’Annunzio n’oubliera jamais : ce fiasco est le grand italienne est née avec 200 vers de Dante et, après une longue
drame de sa vie. Il voue une haine féroce au roi Victor- interruption, elle a repris vie avec moi », disait-il modeste-
Emmanuel III, qui lui-même goûte peu l’œuvre du poète- ment –, emprunter l’un des deux vestibules : celui réservé
soldat – il est d’ailleurs peu porté sur les lettres. C’est donc aux indésirables (c’est là que Mussolini devait patienter
après cet échec qui le laisse profondément meurtri qu’il parfois longuement), ou l’autre, accueillant les êtres dignes
décide de se retirer au Vittoriale. Mais il faut « dégerma- d’intérêt, c’est-à-dire les nombreuses femmes que le poète
niser » l’ancienne propriété de Henry Thode, et tout trans- priapique, sous l’effet de la cocaïne dont il usait frénétique-
former pour faire de ce domaine une authentique œuvre ment, entendait mettre dans son lit.
d’art à sa propre gloire : « Après trop d’années impar- L’ancien écrivain si productif et amoureux du mouvement
faites, j’ai reconstruit l’intérieur de mon univers, et j’en suis n’écrit quasiment plus et reste terré dans cette propriété
l’unique seigneur. Je crée, je transforme, j’invente. » * Mais qu’il ne cesse de décorer et améliorer, entouré de nombreux
Le bureau du poète,
D’Annunzio est endetté et ce qu’il entend faire de sa lévriers à qui il a donné des noms commençant tous pas la seule pièce vraiment
propriété coûte une fortune. lettre D, comme le sien. Il fait appel aux plus prestigieux éclairée de la propriété.
Mussolini, qui voit en lui un contestataire gênant – la orfèvres, bijoutiers, sculpteurs, peintres fresquistes, ____ u

popularité de l’écrivain est encore immense en Italie –,


contribue largement à financer les délires esthétiques de
cet encombrant dandy mégalomane. A condition que le
domaine, rebaptisé Il Vittoriale degli Italiani en mai 1923,
soit légué à l’Italie (le domaine, mais aussi tout ce qu’il
contient), il accepte de verser des millions de lires pour
mieux museler celui qui pourrait gêner la montée du fas-
cisme. « Quand vous avez une dent pourrie qui vous fait mal,
vous pouvez soit la faire arracher, soit la remplir d’or…. dans

www.egga.fr - crédit photo : gettyimages


le cas de D’Annunzio, j’ai choisi la deuxième solution »,
affirmera le dictateur qui, en ayant reconnu le traité de
Rapallo lui garantissant son indépendance, avait pour
D’Annunzio, « lâché Fiume »…

D’ANNUNZIO SE PREND POUR UN FRANCISCAIN


Dès lors, Gabriele D’Annunzio peut s’en donner à cœur joie :
la maison principale, qu’il rebaptise le Prieuré (dans une
débauche de luxe, l’esthète se prend désormais pour un fran-
ciscain, c’est sa nouvelle obsession), est réaménagée avec
l’aide de l’architecte Giancarlo Maroni, ancien combattant
cOmme FrANÇOIS, FAIteS uN dON Sur www.RaoUl-FolleReaU.oRg
parfaitement d’accord avec l’idéologie de son employeur. Les
19 salles d’origine sont divisées en 36 pièces thématiques
souvent minuscules, baignées dans une obscurité quasi grâce À FrANÇOIS et À tOuS ceuX QuI NOuS SOutIeNNeNt, la Fondation RaoUl FolleReaU lutte dANS 30 pAyS
absolue : le poète borgne est devenu photophobe et ne cONtre tOute FOrme d’eXcluSION cAuSée pAr lA mAlAdIe, l’IgNOrANce Ou lA pAuvreté.
supporte plus la lumière. Bibelots, tentures, vitraux,
peintures, sculptures, hommages nombreux à Napoléon SoigneR, édUqUeR, RéinSéReR,
et à Michel-Ange… En tout, ce sont plus de 10 000 objets
naviguant de l’Art nouveau à l’Art déco qui encombrent c’eSt NOtre mISSION depuIS tOuJOurS.
la demeure dont D’Annunzio entend faire sa dernière et plus
remarquable œuvre d’art. La salle de bains Bleue compte à
Partout, l’accumulation de sculptures elle seule plus de 900 objets. Une collection de 33 000 livres,
et de bibelots donne le vertige. La salle de bains Bleue (en majoritairement reliés, est répartie dans toutes les pièces.
bas), compte à elle seule plus de 900 objets. Ici, tout est lourd de symbolique, chaque pièce a été

82/ Le Figaro Magazine / 23 novembre 2018


13794_FRF_INSTIT_Pub_FIGAROMAG_178x117,5.indd 1 06/11/18 17:19
Culture

Le croiseur « Puglia », qui


avait servi durant l’attaque
contre la Dalmatie, flotte
au milieu des cyprès et
pointe, symboliquement,
vers la mer Adriatique.

Des lettres du poète à Mussolini,


avec lequel il entretenait des
rapports pour le moins complexes.

“Supérieur à la poésie, à la philosophie ou à la politique


est l’art suprême de vivre. Solus scis vivere”
vitriers et graveurs, emploie pas moins de 15 domestiques, Gulli fut assassiné, flotte au milieu des cyprès, pointant,
le tout étant largement financé par le Duce dès que l’acte naturellement, vers la mer Adriatique. Plus loin, un amphi-
de donation à l’Italie du domaine et de ses objets est signé théâtre à ciel ouvert accueille aujourd’hui des concerts de
le 22 décembre 1923, soit à peine deux ans après que toutes sortes (même Paul Weller y a joué !).
D’Annunzio s’y fut installé. A l’occasion, le poète s’est
fendu d’une déclaration pleine de la modestie dont il est UN MAUSOLÉE UNIQUE
coutumier : « J’ose offrir au peuple italien tout ce qui me EN SON GENRE
reste et qu’à partir d’aujourd’hui je pourrai encore acquérir Enfin, tout en haut du domaine, dominant le lac et touchant
par mon travail, le fruit non d’une richesse inerte mais de l’es- le ciel, trône le mausolée. Un ensemble blanc circulaire
prit immortel. Moi qui fus jadis le vain laudateur de villas et composé de plusieurs piliers supportant neuf sarcophages
palais somptueux, j’ai résolu d’enfermer ma tristesse et mon de style décrit par les historiens de l’art tour à tour comme
silence dans cette vieille maison rurale, non pour m’humilier « néo-mérovingiens », « néo-étrusques » ou « purement fascistes » :
mais pour soumettre à une épreuve encore plus difficile ma ici reposent les plus fidèles « légionnaires » de l’aventure de
vertu de création et de transfiguration » *. Fiume, la garde rapprochée de D’Annunzio. Autour, des
Pour le visiteur qui déambule dans cette « vieille maison sculptures de lévriers, ses chiens favoris. Au centre de ce
rurale » qui ressemble à un palais, dans ces salles surchar- cercle, un disque haut de cinq marches supporte quatre
gées d’objets tous plus beaux les uns que les autres, c’est gigantesques piliers au-dessus desquels est posé le sarco-
une féerie sans équivalent, un éblouissement permanent : phage du maître, beaucoup plus haut que les autres, que
le principe de l’accumulation y est élevé au rang d’art l’on peut apercevoir loin depuis les flots du lac de Garde.
majeur. C’est un gigantesque cabinet de curiosités de « Supérieur à la poésie, à la philosophie ou à la politique est
36 pièces à côté duquel l’intérieur de Serge Gainsbourg, l’art suprême de vivre. Solus scis vivere », écrivait-il en 1930,
rue de Verneuil passe pour un chef-d’œuvre de dépouille- reclus dans son ultime sanctuaire, huit ans avant sa mort. ■
ment et de sobriété. Nicolas Ungemuth
A l’extérieur du Prieuré, le délire est semblable : des canons * D’Annunzio le magnifique, de Maurizio Serra, Grasset, 697 p., 30 €.
ornent les ruelles, le croiseur Puglia ayant servi durant la guerre Excellente monographie signée par le diplomate italien déjà auteur d’un
contre la Dalmatie, et dont le commandant Tommaso ouvrage de référence sur un autre grand écrivain transalpin, Curzio Malaparte.

84/ Le Figaro Magazine / 23 novembre 2018