Anda di halaman 1dari 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

intervention militaire, la communauté alaouite le


voyant comme le « sauveur ». Une façon aussi de
Syrie, an neuf
PAR JEAN-PIERRE PERRIN
signifier à Bachar al-Assad qu’il n’est plus le seul
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 16 AVRIL 2019 maître du destin de son pays et qu’il doit composer
avec ses alliés, la Russie et l’Iran. D’où la fragilité du
dictateur syrien, contrairement aux apparences.

Bachar al-Assad et Hassan Rohani, à Téhéran, le 25 février 2019. © Reuters


Bachar al-Assad et Vladimir Poutine, dans la région
Alors que le régime syrien crie victoire, les trois de Lattaquié en Syrie, le 11 décembre 2017. © Reuters
coauteurs du livre Dans la tête de Bachar al-Assad « On a le sentiment global que la guerre en Syrie
examinent pour Mediapart la situation en Syrie, qui est terminée mais, en réalité, elle ne l’est pas, insiste
entre dans sa neuvième année de guerre. Pour Subhi Farouk Mardam-Bey, l’un des trois coauteurs et le
Hadidi, Farouk Mardam-Bey, tous deux syriens, et directeur des éditions Sindbad/Actes Sud. Certes, les
Ziad Majed, un chercheur libanais, rien ne pourra se combats sont terminés dans la plupart des régions,
faire à l’avenir sans la Russie, ce qui rend impossible mais il demeure un certain nombre d’accès de fixation
tout retour à la situation antérieure à 2011. dont on ignore les conséquences : que va-t-il se passer
À Deraa, berceau de l’insurrection syrienne qu’elle a à Idlib [la dernière province encore aux mains des
perdu en juillet 2018, comme à Deir ez-Zor, qui fut insurgés – ndlr] ? Que va-t-il se passer à l’est de
aussi longtemps un puissant bastion de la révolte, les l’Euphrate, qui représente un tiers de la Syrie et
grandes statues de Hafez al-Assad, naguère abattues échappe encore au régime ? Que vont devenir les
par les rebelles, ont retrouvé leurs socles. Kurdes ? Quelles vont être les relations entre la
Son fils, Bachar, en a fait une priorité alors que la Russie et la Turquie ? Sans compter les Iraniens
reconstruction n’est toujours pas en vue. Une façon qui ne peuvent pas lâcher la carte syrienne à cause
pour lui de prouver qu’il a définitivement gagné la du conflit israélo-palestinien, grâce auquel ils sont
guerre, d’humilier les vaincus, de montrer que la Syrie populaires dans le monde arabe, et qui vont essayer
est entièrement redevenue – et pour toujours – la de pousser tant qu’ils peuvent en direction de la
propriété de sa famille – « Assad pour l’éternité », frontière avec Israël, ce qui met les Russes dans une
comme scandent ses partisans. position inconfortable puisqu’ils considèrent la Syrie
comme leur chasse gardée. On ne peut donc pas dire
Cependant, dans le pays alaouite, en particulier à
que l’affaire syrienne soit réglée et que l’on voie
Lattaquié et Tartous, des affiches, à défaut de statues,
clairement ce qui va advenir. »
témoignent d’une réalité beaucoup plus complexe :
celles-ci sont à la gloire de Vladimir Poutine. Dans les De fortes tensions apparaissent déjà au sein du régime.
villages de la montagne alaouite, elles sont même plus « En fait, cette guerre, ce n’est pas même le clan Assad
nombreuses que celles du dictateur syrien et certaines qui l’a gagnée, pas même la famille Assad, ajoute
célèbrent le président russe en l’appelant… Abou Ali Subhi Hadidi, éditorialiste au quotidien Al-Quds al-
Poutine, soit une référence à l’imam Ali, personnage Arabi et responsable de son supplément culturel.
central de la doctrine religieuse alaouite. Une façon Parce que le conflit est au sein même de la famille,
symbolique de sanctifier le dirigeant russe pour son entre Bachar et son frère cadet Maher à propos
des relations avec la Russie et l’Iran. Avec parfois

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

des affrontements militaires directs, comme il s’en Maher, lui, défend l’Iran ; dès lors, ses mafias ne
est produit à Hama, Alep, au sein de la 4e division travaillent pas avec la Russie. Aujourd’hui, cette
motorisée autour de Damas, et même à l’intérieur de bataille entre le 5e corps et la 4e division motorisée
la communauté alaouite. » se situe dans les villages alaouites de la banlieue
S’il y a un « père de la victoire », ajoute le de Hama. Mais elle concerne aussi l’ensemble des
même intellectuel, ce n’est pas Bachar al-Assad. La officiers supérieurs alaouites, qui doivent à présent
communauté alaouite lui préfère de loin Souheil al- choisir dans quel camp se ranger. Ainsi regardent-ils
Hassan, un général de division alaouite, qui est vu en direction de Bachar al-Assad, qui ne semble pas
comme un héros et le symbole de cette victoire. avoir encore tranché. « Ils ont besoin qu’il se décide.
Surnommé An-Nimer (« le Tigre ») pour son courage C’est pour eux un problème existentiel », précise
au combat et pour sa capacité à se battre en l’éditorialiste.
première ligne, l’officier est aussi célèbre pour son « Les Russes vont insister pour garder
incorruptibilité et sa cruauté. Bachar pendant une période transitoire »
Issu des services de renseignement de l’armée de Ayant le sentiment d’avoir gagné la guerre, c’est
l’air, le plus effroyable des huit services de sécurité désormais la situation économique et sociale qui
syriens, il avait donné l’ordre à ses hommes, qui inquiète le camp victorieux. « Même les gens les plus
se plaçaient à l’arrière des forces de répression des proches du régime commencent à se dire : qu’est-ce
manifestations lorsque le soulèvement était encore qu’on a fait ?, rapporte Farouk Mardam-Bey. Surtout
pacifique, de veiller à ce qu’elles tirent bel et bien sur qu’il y a les incertitudes sur la reconstruction : se fera-
la foule. Depuis, il a participé à nombre de batailles, en t-elle ou pas ? Certes, ils ne peuvent pas dire qu’ils se
a remporté beaucoup et est aujourd’hui à la tête de ce sont trompés car ils étaient hostiles au soulèvement,
qu’on appelle en Syrie le 5e corps. On l’a vu s’opposer mais ils se rendent compte aujourd’hui qu’ils ne
à la 4e division motorisée que commande Maher el- peuvent pas être entièrement dans le camp de Bachar.
Assad, le frère de Bachar, au ministre de la défense, Et encore moins l’être à l’avenir, tant la situation
au chef d’état-major de l’armée, parfois à Bachar al- quotidienne est devenue infernale. Pas de gaz, ni
Assad lui-même, indique Subhi Hadidi. d’électricité. Le prix des légumes est invraisemblable.
On lit chaque jour des témoignages de gens privés des
produits de première nécessité. »« Maintenant que les
gens des régions alaouites n’ont plus à craindre ni
l’État islamique ni même le Front Al-Nosra, et que la
menace sunnite s’est éloignée, ils se retournent contre
la famille Assad et celles qui lui sont liées, comme les
Makhlouf », renchérit Subhi Hadidi.
Dans un tel contexte, Moscou montre de plus en
Bachar al-Assad et Hassan Rohani, à Téhéran, le 25 février 2019. © Reuters plus de signes de mécontentement à l’égard de son
Derrière ces conflits de personne se cachent protégé. « Les Russes sont pressés de normaliser la
évidemment de gros intérêts économiques, des situation en Syrie, indique Mardam-Bey. Il en va de
bagarres de mafia – la mafia russe était présente en leur prestige, et il s'agit de montrer que leur présence
Syrie avant même la guerre civile – et des rivalités ici est respectable. Mais chaque fois ils se rendent
entre États. Dans le jeu syrien, si compliqué, Souheil compte que c’est impossible, à cause de Bachar. Ils ont
al-Hassan apparaît comme l’homme de Moscou ; à voulu faire une nouvelle Constitution, intégrer dans
preuve, Poutine l’a publiquement décoré. le régime des gens qui ne sont même pas de vrais

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

opposants et qui auraient pu introduire quand même dont Damas fut la capitale. C’est encore plus net
un peu de pluralisme sous leur égide, mais il n’a pas dans la communauté alaouite parce que les Iraniens
voulu. » essayent de convertir des fidèles au chiisme. D’où une
Cela ne signifie pas pour autant que les Russes réaction des cheikhs qui ne l’entendent pas de cette
veuillent le lâcher. « Ils ont besoin de lui, oreille. En revanche, la police militaire russe essaye
poursuit Mardam-Bey. Ils ont toujours prétendu qu’il de se faire accepter par la population, en critiquant
représentait la légalité, la légitimité constitutionnelle. parfois l’armée syrienne et les shabiha [littéralement,
Donc, pour eux, c’est difficile de le laisser tomber, les « fantômes », gangs de voyous qui font les basses
d’autant qu’on ne lui voit pas de remplaçant. » oeuvres du régime – ndlr]. Elle essaye même de se faire
aimer. »
« Les Russes vont insister pour garder Bachar
pendant une période transitoire, prédit Suhbi Hadidi. Est-ce à dire que Moscou pèse aujourd’hui beaucoup
Ils veulent récolter les fruits de leur intervention plus lourd en Syrie que Téhéran ? « Les Iraniens
militaire, obtenir l’argent de la reconstruction et ils sont évidemment présents dans certaines régions, de
vont pendant cette période transitoire travailler sur même que leurs services secrets, leurs milices et, bien
l’armée et les appareils de sécurité en prévision d’un sûr, le Hezbollah. Mais c’est la Russie qui maintient
remplacement de Bachar qui se fera tranquillement. l’ordre dans le pays avec sa police militaire présente
» Reste la concurrence de la Turquie dont l’armée dans la Ghouta, dans certaines parties de Damas, à
contrôle des enclaves à la frontière syrienne et, Hama, Homs, Alep, Deraa... , répond Suhbi Hadidi.
indirectement, la province d’Idlib. Et, surtout, celle Même sur le plateau du Golan, les Russes sont là
de l’Iran qui s’exerce dans l’armée, les omniprésents alors qu’il est interdit à un membre du Conseil de
services de sécurité, sur les milices chiites mais aussi sécurité d’y avoir une quelconque présence. Cela s’est
dans l’économie et à travers les réseaux d’allégeance. fait avec l’accord de Donald Trump et de Netanyahou.
Car dans l’équation syrienne, il ne faut pas oublier
C’est d’abord dans les régions alaouites que la
les Israéliens qui, le plus souvent, n’attaquent pas le
confrontation entre les deux parrains de la Syrie
régime syrien mais bombardent les Iraniens. Or, les
trouve sa place. Des tensions qui se sont encore
affaiblir revient à aider Poutine. C’est pourquoi ce
aggravées avec la récente décision du régime syrien
dernier est sans cesse en contact avec Netanyahou »,
d’accorder à Téhéran des facilités navales à Lattaquié.
ajoute-t-il.
Le 25 février, Bachar al-Assad a dû se précipiter à
Téhéran pour discuter de la cohabitation de l’Iran L’éditorialiste va plus loin : « Le régime veut essayer
avec la Russie, notamment avec le Guide suprême Ali de contrôler la population comme avant mais c’est
Khamenei et les Gardiens de la révolution. Mais pour devenu impossible à cause de l’intervention de la
les deux chercheurs, la population syrienne dans son Russie. On voit d’ailleurs des incidents entre la police
ensemble est de loin plus favorable aux Russes qu’aux militaire russes et les milices du pouvoir ainsi que son
Iraniens. appareil sécuritaire. »
« Je crois que les Syriens qui n’ont pas pris position Mais si l’ensemble du pays est géré par Moscou
de façon directe dans le conflit sont plus favorables à et Téhéran, les milices locales et étrangères, les
la domination russe qu’à celle des Iraniens, analyse mafias et les hommes d’affaires, que reste-t-il de la
Farouk Mardam-Bey. Parce que ces derniers mènent Syrie d’Assad ? « L’institution carcérale en Syrie est
un combat idéologique, ce qui n’est pas le cas des aujourd’hui l’incarnation de ce qui reste de l’État et
Russes. L’offensive idéologique iranienne est très mal de sa souveraineté, répond Ziad Majed, le troisième
vue, elle affaiblit l’Iran au lieu de le renforcer. Elle co-auteur du livre. Elle joue un rôle central à la fois
est considérée comme une insulte par les Syriens qui pour montrer à toute la société que le régime est
se considèrent comme les descendants des Omeyyades toujours capable de faire disparaître des dizaines de

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

milliers de personnes, d’arrêter, de torturer, de gérer payent souvent des sommes à des officiers et des
des prisons, et qu’il est donc encore là, puissant et agents du régime pour avoir des nouvelles, effectuer
féroce. » des visites ou épargner à leurs bien-aimés le pire.
Pour ce politologue, professeur à l’Université En tuant des milliers de détenus sous la torture et
américaine de Paris, « elle a aussi pour rôle de briser en refusant de rendre les corps de ses victimes, le
les détenus eux-mêmes et paralyser leurs familles. régime cherche à affirmer que son impunité reste
Elle veut marquer les corps et les esprits des détenus totale. En empêchant le deuil des familles, il prolonge
à jamais de ce qu’est la torture, l’humiliation et la torture et transforme leurs enfants/maris/parents
la douleur, et paralyser des dizaines de milliers de en fantômes ». D’où ce constat, terrible : « C’est en
familles de détenus par la peur, l’angoisse et l’attente maintenant cette institution carcérale et en la gérant
– en plus, elle leur prend de l’argent puisqu'elles qu’il garde les bases de la Syrie d’Assad qu’il a voulue
éternelle. »

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

4/4