Anda di halaman 1dari 5

L'Adjectif qualificatif au féminin (502)

L'adjectif qualificatif est le mot qui se rapporte à un nom (ou pronom) pour le qualifier (on
dit aussi : pour le déterminer), pour en faire connaître l'état, la qualité. En règle générale il
s'accorde en genre (masculin ou féminin) et en nombre (singulier ou pluriel).
- Une belle voiture - Un chien obéissant - Un ciel nuageux - Ils sont fiers.

§ 502 / a - Il existe en grammaire française trois adjectifs qui sont :

- L'adjectif qualificatif... court, courte. (Traité dans cette page).


- L'adjectif de couleur... vert, verte. (Page 11A).
- L'adjectif verbal... les gens criaient très fort. (En cours).

En règle générale
- L'adjectif se place après le nom : une voiture noire.
- Il peut aussi se placer avant le nom : un grand gaillard.
- Parfois, il peut se placer indifféremment avant ou après le nom : lors d'une manifestation
récente - lors d'une récente manifestation.

Attention la place de cet adjectif peut donner un sens différent de la phrase :


- Un homme grand (par la taille) - Un grand homme (par son talent).

§502 / b - Définitions : L'épithète est un adjectif qui se joint à un nom ou à un pronom pour
le qualifier, sans préposition et sans l'intermédiaire d'un verbe. Il peut être placé avant ou
après le nom qu'il qualifie :
- C'est une petite voiture - Voici un grand immeuble - Un commerçant aimable m'a servi. On
peut supprimer l'épithète sans rendre le texte incompréhensible : C'est une voiture - Voici un
immeuble - Un commerçant m'a servi.

Ne pas confondre avec l'attribut, où l'adjectif prend ce nom car il est relié au nom qu'il
qualifie par un verbe d'état :
- Cette voiture est petite (La suppression de l'adjectif rendrait ici la phrase incompréhensible >
Cette voiture est) - L'immeuble sera grand - Ce commerçant semble aimable - L'immeuble
sera - Ce commerçant semble.

§502 / c - Formation du féminin de l'adjectif qualificatif


En règle générale, on forme le féminin des adjectifs en ajoutant un -e au masculin :
- Un chat câlin, une chatte câline - Un garçon mignon, une fille mignonne - Un homme
sobre, une femme sobre.

Si l'adjectif masculin se termine par -e, en règle générale il ne change pas :


- Un homme habile, une femme habile.

Exceptions - au féminin : traître fait traîtresse...

En savoir plus

 1) Si l'adjectif masculin se termine par -f, il change en -ve au féminin :


- Un buffet neuf, une chaise neuve - Vif, vive...

 2) Si l'adjectif masculin se termine par -g, il change en -gue au féminin :


- Un long parcours, une longue route - Un visage oblong, une pierre oblongue. (Ne pas
confondre avec le tréma sur "gue" au paragraphe suivant ).

 3) Si l'adjectif masculin se termine par -gu, il change en -e au féminin et surmonté


d'un tréma :
- Un cri aigu, une plainte aiguë. (Sans le tréma aigue se prononcerait comme le mot
figue) - Ambigu, ambiguë - Contigu, contiguë - Exigu, exiguë.

 4) Si l'adjectif masculin se termine par -s après une voyelle, il ajoute un -e au féminin


:
- Ras, rase - Mauvais, mauvaise.

Exceptions : bas, épais, exprès, gras, gros, las, métis qui au féminin redoublent le -s
: basse, épaisse, expresse, grasse, grosse, lasse, métisse :
- Défense expresse.

Sauf : tiers, frais, absous, dissous = tierce, fraîche, absoute, dissoute.

 5) Si l'adjectif masculin se termine par -c, il se termine en -che au féminin :


- Un bristol blanc, une feuille blanche - Franc, sec.
Exceptions : caduc, grec, public, turc... qui au féminin deviennent : caduque,
grecque, publique, turque... :
- Un accord caduc, une entente caduque - Le peuple grec, les populations grecques.

 6) Si l'adjectif masculin se termine par -x, il change en -se au féminin :


- Un ouvrier heureux, une ouvrière heureuse - Peureux, peureuse - Jaloux, jalouse.

Exceptions : faux, roux, vieux... = fausse, rousse, vieille...


Sauf : doux = douce.

 7) Si l'adjectif masculin se termine par -al il ne redouble pas la consonne finale "l" au
féminin :
- Un arrêté municipal, une police municipale - Un avis général, une réunion générale.

 8) Si l'adjectif masculin se termine par -el, -eil, -ien, -et, -on il double la consonne
finale et ajoute un -e au féminin :
- L'appel solennel, la commémoration solennelle - Un style pareil, une règle pareille -
Un vélo ancien, une voiture ancienne - Un homme muet, une femme muette - Un bon
père, une bonne mère.

Exceptions "complet, concret, désuet, discret, indiscret, incomplet, inquiet, replet,


secret" au féminin ne redoublent pas le -t et prennent un accent grave sur le -e =
complète, concrète, désuète, discrète, indiscrète, incomplète, inquiète, replète, secrète.

 9) Si l'adjectif masculin se termine par -er, il change en -ère au féminin :


- Un pain entier, une brioche entière - Altier, altière...

 10) Si l'adjectif masculin se termine par -in, -an, -un il ne redouble pas le -n :
- Vilain, vilaine - Brun, brune - Plein, pleine - Fin, fine.

Exceptions : "paysan, rouan" au féminin redoublent le -n = paysanne, rouanne.


Sauf : bénin, malin, persan = bénigne, maligne, persane.

 11) Si l'adjectif masculin se termine par -eur, et qu'il dérive d'un verbe français, il
change en -euse au féminin :
- Un avis flatteur, une remarque flatteuse. (Vient du verbe français "flatter").

Contrôle : les adjectifs en -eur dès qu'ils peuvent se conjuguer et former le participe
présent en "ant", font alors le féminin en -euse : trompeur transformé en verbe
tromper, fait trompant au participe présent et en conséquence au féminin l'adjectif
trompeur devient trompeuse :
- Un aspect trompeur, une réalité trompeuse.

Sauf : "éditeur, émetteur, exécuteur, persécuteur" qui forment le féminin en -


trice : éditrice, émettrice, exécutrice, persécutrice.

Sauf : "enchanteur, pécheur" (la faute et non le pêcheur à la ligne), vengeur qui
forment le féminin en -eresse : enchanteresse, pécheresse, vengeresse.

Exceptions "antérieur, extérieur, inférieur, intérieur, majeur, meilleur, mineur,


postérieur, supérieur, ultérieur", qui au féminin ajoutent simplement un -e :
antérieure, extérieure, inférieure, majeure, meilleure, mineure, postérieure, supérieure,
ultérieure. (Attention, malgré une prononciation nuancée, accent aigu et non accent
grave)

Si l'adjectif masculin se termine par -teur, et qu'il ne dérive pas d'un verbe français,
il change en -trice au féminin :
- Un toit protecteur, une ombrelle protectrice. Créateur devient créatrice.

 12) Si l'adjectif masculin se termine par -ot, il suit la règle générale et ajoute un "e"
final au féminin :
- Idiot, idiote - Persan, persane.

Exceptions "boulot, pâlot, sot, vieillot" qui au féminin doublent la consonne finale
puis ajoutent un "e" final : boulotte, pâlotte, sotte, vieillotte.

Sauf "bot" qui est un adjectif masculin invariable : un pied bot.

 13) "beau, jumeau, nouveau, vieux, fou, mou" deviennent au féminin : "belle,
jumelle, nouvelle, vieille, folle, molle" :
- Un beau panorama, une belle vue - Un vieux château, une vieille bâtisse - Un jour
nouveau, une nouvelle journée - Un fromage mou, une crème molle.

Exceptions : "beau, nouveau, vieux, fou, mou" lorsqu'ils sont placés devant une
voyelle ou un "h" muet deviennent bel, nouvel, vieil, fol, mol :
- Un vieil immeuble (vu que "vieux immeuble" trouve l'adjectif vieux placé devant la
voyelle "i" du nom 'immeuble) : ils ont un bel enfant, essayez de prononcer " ils ont un
beau enfant" ou encore "un nouveau an !"
 14) "aquilin, bougon, châtain, fat, grognon, vélin, violat" > genre masculin
invariable, car ils ne sont utilisés qu'avec des noms masculins :
- Nez aquilin - Papier vélin - Air bougon.

 15) "bée, canine, crasse, pote, quote" > genre féminin invariable, car ils se sont
utilisés qu'avec des noms féminins :
- Une faim canine - Une quote-part.