Anda di halaman 1dari 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

musclée d’un patron de restaurant. N’empêche, les


intentions de l’agresseur qui l’a attaqué avec un
Le monde politique allemand cherche des
couteau de 30 centimètres le 27 novembre 2017
réponses face aux violences de l’extrême ne faisaient aucun doute. Il voulait le supprimer en
droite raison de ses plaidoyers pour une politique migratoire
PAR THOMAS SCHNEE
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 26 JUIN 2019 tolérante.
De janvier à avril 2019, la police fédérale a
recensé l’envoi de plus de 200 menaces de mort
signées « L’orchestre du coup d’État », « NSU
2.0 », « Wehrmacht » ou encore « Offensive
nationale-socialiste » à des personnalités politiques.
Mais le mouvement semble s’être intensifié depuis
l’assassinat du préfet Walter Lübcke, le 2 juin, exécuté
Enterrement de Walter Lübcke le 13 juin 2019 à d’une balle dans la tête à son domicile près de Cassel
Cassel, en Allemagne © Swen Pfoertner / Reuters.
(Hesse, centre de l’Allemagne), très probablement par
L’assassinat du haut fonctionnaire Walter Lübcke, le le néonazi Stephan E.
2 juin, par un membre de l’extrême droite, marque
un changement de registre dans l’exercice de la Proche de la retraite, Walter Lübcke était un député
violence propre à la nébuleuse néonazie. Désormais, régional conservateur du Land de Hesse. Mais il
les exécutions politiques sont ciblées. L’affaire relance était aussi président du district de Cassel, le grade
le débat sur l’efficacité des services de sécurité le plus élevé de la fonction publique territoriale. En
allemands, qui n’ont rien vu venir. Allemagne, le district est une unité qui n’existe plus
que dans quatre Länder et se situe juste sous le
Berlin (Allemagne), de notre correspondant. – gouvernement du Land.
« Chère Madame Reker, cher Monsieur Hollstein, une
action imminente de nettoyage a été déclenchée avec Dans ses fonctions, Lübcke avait naturellement dû
Walter Lübcke. Bien d’autres le suivront. Entre autres, gérer la répartition des réfugiés arrivés massivement
vous deux. Votre vie s’achèvera en 2020. Nous allons en Allemagne en 2015. Et il s’était toujours montré
vous assassiner en incitant financièrement d’autres à fidèle à la ligne de la chancelière Angela Merkel, alors
vous supprimer… Comme notre nom l’indique, notre favorable à un accueil sans discussion des réfugiés.
objectif est de renverser l’État et de le nettoyer de Cet engagement lui a valu cette « exécution » infâme.
rebuts comme vous, de la saleté juive et de tous les Lors d’une réunion publique en 2015, Walter Lübcke
autres parasites étrangers… » avait en effet évoqué les valeurs chrétiennes qui
Ceci est le début d’une lettre de menaces, signée par recommandent de donner un accueil humain à tous les
« L’orchestre du coup d’État », envoyée le 19 juin à la réfugiés et déclaré que « ceux qui ne partagent pas ces
maire de Cologne Henriette Reker ainsi qu’à Andreas valeurs, peuvent quitter le pays à tout moment, s’ils
Hollstein, édile de la petite ville d’Altena au sud de ne sont pas d’accord ». Le président de district s’était
Dortmund (ouest de l’Allemagne). Tous les deux ont
un point commun. Ils sont ouvertement antiracistes et
ont déjà été victimes d’un attentat.
Poignardée par un déséquilibré raciste quelques jours
avant son élection en 2015, Henriette Reker a bien
failli y laisser la vie. Andreas Hollstein, lui, s’en est tiré
avec quelques blessures légères grâce à l’intervention

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

fait huer pour ces propos. Depuis, il faisait l’objet ne faut pas oublier que les politiques allemands
d’insultes et de menaces de mort en provenance des ne réagissent pas dans l’urgence comme les
milieux d’extrême droite. gouvernements français ont tendance à le faire. Ici,
on prend le temps de l’étude, de l’enquête », explique
Bénédicte Laumond, chercheuse associée du Centre
Marc-Bloch à Berlin et dont la thèse de doctorat
porte sur la comparaison des actions publiques contre
l’extrême droite, en France et en Allemagne.
« Cependant, les réactions des dirigeants de la
CDU ont été étonnantes. On a même fait face à
Enterrement de Walter Lübcke le 13 juin 2019 à
Cassel, en Allemagne © Swen Pfoertner / Reuters.
une sortie de l’ancien président de la République
Joachim Gauck plaidant maladroitement pour plus de
L’arrestation de Stephan E., 45 ans, il y a une semaine,
tolérance vis-à-vis des électeurs ultraconservateurs.
a été rendue possible grâce à une trace d’ADN
Un peu comme si la dimension symbolique du meurtre
retrouvée sur les vêtements de Walter Lübcke. Les
n’était pas reconnue immédiatement. Aujourd’hui, le
banques de données de la police l'ont identifié. Proche
gouvernement semble changer sa communication. Il
de la mouvance néonazie, Stephan E. est en effet bien
faudra voir dans les prochains mois quelle portée
connu des services de sécurité.
institutionnelle et politique ce meurtre va avoir »,
Selon les informations de Der Spiegel, il a été en poursuit Bénédicte Laumond.
contact avec le groupuscule « Combat 18 » (« 18
Au fur et à mesure que les contacts de Stefan E.
» pour Adolf Hitler, en référence aux numéros de
avec les groupes néonazis les plus violents font de
ses initiales dans l'alphabet), connu pour trafiquer des
moins en moins de doute, le monde politique allemand
armes et confectionner des bombes, mais aussi pour
s’est réveillé, semblant lentement prendre la mesure
être une « filiale armée » de la puissante confrérie
du danger, c’est-à-dire l’émergence d’un terrorisme
néonazie « Blood & Honor ». Cette dernière est un
d’extrême droite.
soutien avéré du groupe terroriste NSU, auteur de
11 meurtres racistes entre 2000 et 2007. Stephan S’exprimant lors d'un rassemblement annuel des
E. a par ailleurs fait de la prison à plusieurs reprises, églises protestantes, Angela Merkel a ainsi appelé
notamment pour avoir tenté de poser une bombe dans samedi à combattre les néonazis « sans aucun tabou
un foyer de demandeurs d’asile en 1993, et pour une ». Les néonazis violents « doivent être combattus dès
attaque groupée contre une manifestation syndicale. le départ […] », a poursuivi la chancelière. « C’est
pourquoi l’État est sollicité à tous les niveaux, et le
« C’est un crime politique contre un représentant
gouvernement fédéral prend cela très, très au sérieux.
de l’État comme il n’y en a jamais eu depuis 1945.
»
Pour nous, cela s’inscrit dans la suite logique de
la série de meurtres de la NSU. Tous les éléments Un peu plus tôt dans la journée, le ministre des affaires
d’enquête connus montrent que l’entourage et les étrangères Heiko Maas avait averti sur Twitter que «
contacts de Stephan E. sont les mêmes que ceux de la l’Allemagne a un problème avec le terrorisme » : «
NSU », déclare Timo Reinfrank, secrétaire général de Nous comptons plus de 12 000 extrémistes de droite
la Fondation Amadeu-Antonio, l’une des principales violents dans notre pays. Quelque 450 d’entre eux ont
ONG allemandes actives contre le racisme. pu entrer dans la clandestinité, malgré des mandats
d’arrêt. Nous devons davantage nous défendre : pas
Pendant les deux semaines qui ont suivi le meurtre de
un millimètre de plus pour les ennemis de la liberté !
Walter Lübcke, les responsables politiques allemands
», a-t-il écrit.
se sont montrés très réservés, appelant l’opinion
publique à attendre les résultats de l’enquête. « Il

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Il emboîte ainsi le pas au ministre de l’intérieur Horst Pour Bénédicte Laumond, c’est d’ailleurs un
Seehofer, qui veut réfléchir à la mise en place de dilemme central auquel est confronté le pouvoir
restrictions constitutionnelles visant l'extrême droite. politique : « Des institutions comme les services de
« Ce meurtre me motive à tout mettre en œuvre pour renseignement intérieur doivent être réformées, en ce
renforcer la sécurité », a-t-il annoncé au groupe de qui concerne le suivi de l’extrême droite en tout cas.
journaux Funke samedi. Or, les Länder et l’État fédéral dépendent fortement de
Déclin du NPD et vagues migratoires ces services pour lutter contre l’extrémisme de droite
et l’islamisme. Donc en gros, ces services se sont vus
Parmi les mesures envisagées par l’exécutif figure renforcés pour lutter contre le danger terroriste alors
une restriction du droit d’expression sur internet avec même qu’ils sont au centre des critiques après chaque
notamment des poursuites à l’encontre de personnes raté. »
« incitant à la haine ». Mais le ministre conservateur
Seehofer envisage d’aller plus loin en examinant Mais le développement d’un véritable terrorisme
la possibilité de priver certaines personnes de leurs d’extrême droite visant l’appareil d’État n’est pas
droits fondamentaux. Mercredi, un cadre de la CDU, seulement à mettre sur le compte des faiblesses
Peter Tauber, avait plaidé pour que les « ennemis des services de sécurité. C’est aussi le produit
de la Constitution » se voient privés de certains d’une évolution historique. Après la Réunification,
droits fondamentaux tels que la liberté d’opinion et de le démantèlement de l’économie est-allemande,
réunion. l’explosion du chômage à l’est mais aussi une
forte vague migratoire venue d’Europe centrale,
Cette levée de boucliers n’empêche pas les citoyens consécutive à la guerre des Balkans, ont profondément
allemands de se poser de nombreuses questions. Pour déstabilisé les ex-Allemands de l’Est.
l’activiste antiraciste Timo Reinfrank, les promesses
de Merkel d’assécher « le marais d’extrême droite » De nombreux responsables néonazis et d’extrême
après la découverte des actions du trio terroriste de droite de l’ouest ont alors vu les nouveaux Länder
« Clandestinité nationale-socialiste » (NSU) n’ont pas comme une terre promise à défricher. Nombreux sont
été tenues : « C’est le genre de choses qui affaiblissent ceux venus de l’ouest pour s’y installer. C’est le cas de
massivement la confiance des citoyens en la police la majeure partie des membres de l’état-major du Parti
et l’État », commente-t-il. Malgré des bavures et des national allemand (NPD) qui, dans les années 1990 et
dérapages, Reinfrank refuse cependant d’accuser la 2000, a tenté de fédérer tous les courants d’extrême
police de « couvrir » l’extrême droite. droite, des plus violents aux plus présentables, pour
essayer de conquérir le pouvoir par la voie légale.
« Naturellement, chez les policiers aussi il y a du
racisme, du machisme et des préjugés, mais surtout, il L’activité du NPD a-t-elle permis de masquer les
y a des problèmes de méthode. Les services de sécurité activités occultes des réseaux les plus violents ?
allemands croient encore qu’ils sont capables de Toujours est-il que les terroristes de la NSU ont pu
contrôler les réseaux néonazis via leurs informateurs. commettre leurs meurtres sans que le pouvoir central
Or, on sait au moins depuis le procès de la NSU ne parvienne à les identifier. Par ailleurs, le déclin
que les groupuscules néonazis sont très habiles sur ce du NPD a conduit au développement de multiples
point et se servent au contraire de l’argent versé aux groupuscules. Parmi eux figurent les « Citoyens de
informateurs pour se financer en partie », explique- l’empire » (Reischsbürger), qui refusent l’existence de
t-il en évoquant aussi un appareil de sécurité très la République fédérale. Ils sont éclatés en de nombreux
régionalisé et qui attend toujours d’être réformé en sous-groupes, allant du doux illuminé inoffensif au
profondeur. survivaliste violent. Leur nombre est ainsi passé de
10 000 à quelque 19 000 au cours de la décennie
passée.

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

De nouveaux petits partis se sont aussi formés, tel le consécutifs à la mort d’un Allemand, à la fin
parti de la « IIIe Voie ». Créé à Dortmund, il essaime août 2018 à Chemnitz (Saxe), pour les voir défiler
aussi en Saxe et adore les défilés en uniforme où l’on ensemble, main dans la main.
piétine le drapeau européen. Par ailleurs, des affaires « Les événements récents jusqu’à l’assassinat de
comme les menaces de mort envoyées par un groupe Walter Lübcke pourraient bien prouver une déception
de policiers de Francfort à l’avocate Seda Basay- de la part des milieux néonazis par rapport à l’action
Yildiz, défenseuse de victimes de la NSU, ou encore de l’AfD qui n’a toujours pas obtenu le changement
le cas du petit réseau développé au sein de l'armée radical de politique que le parti promettait, avance
nationale, la Bundeswehr, par l’officier Franco A., qui Timo Reinfrank. Aujourd’hui, la crainte majeure est
rêvait d’exécuter divers dirigeants politiques, laissent donc de se retrouver dans un schéma déjà vu dans
apparaître des dérives effrayantes. l’extrémisme islamique. C’est-à-dire l’existence d’une
Sans surprise, l’arrivée de nombreux réfugiés au cours nébuleuse violente et radicalisée, difficile à contrôler
de l’année 2015 a relancé les activités des réseaux et suffisamment sensible pour réagir de manière plus
néonazis qui se voient confortés dans leur thèse ou moins autonome à un appel au meurtre ».
du grand remplacement des populations blanches et Tout cela n’est pas un fantasme, comme le montre
chrétiennes. Cette crise leur apporte aussi des alliés l’accusation, confirmée mardi 25 juin, par le parquet
inespérés : les mouvements de protestation contre la fédéral contre huit hommes âgés de 21 à 31 ans et
politique de Merkel de type Pegida et bien sûr le originaire des milieux néonazis et skinheads. Membres
nouveau parti politique Alternative pour l’Allemagne d’un groupe dénommé « Revolution Chemnitz »,
(AfD) qui parvient à diviser l’ensemble du monde ceux-ci ont été arrêtés en octobre. Il est désormais
conservateur sur la question des réfugiés. avéré qu’ils avaient prévu de mener des attaques contre
Lorsque l’AfD entre au parlement fédéral avec pas des étrangers et des personnalités politiques lors des
moins de 92 députés au soir des élections législatives festivités du Jour de l’unité allemande le 3 octobre
de 2017, ses responsables donnent tout de suite le ton mais aussi de les maquiller en attaques venue de
du nouveau discours politique en annonçant que leur l’extrême gauche. Le tout devait être le point de départ
objectif principal sera de « chasser Merkel ». Même d’une guerre civile. Après la « Oldschool Society »
si de très nombreux contacts et liens rapprochent et le « Gruppe Freital », deux formations similaires,
ces trois tendances, il faudra attendre les événements actives en 2015 et depuis placées derrière les barreaux,
c’est le troisième groupuscule terroriste à apparaître
dans le radar de la police depuis la NSU en 2011.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

4/4