Anda di halaman 1dari 9

Baccalauréat

accalauréat ES et S

Session 2017

Épreuve : Français – Epreuve Anticipée


Anticipé

Durée de l’épreuve : 4 heures

Coefficient : 2

PROPOSITION DE CORRIGÉ

1
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
I –question /4pts

Les personnages de ces romans sont-ils


sont ils touchés de la même manière par l'univers fictif qu'ils
découvrent?

Introduction :
Présentation du corpus ; unité chronologique et unité thématique
Problématique : Comment les personnages de ces trois romans vivent-il
vivent il l’accès à la fiction ?
Plan :

I- des sentiments opposés face au spectacle de la fiction


Un spectacle désagréable dans le roman de Proust
Une pause dans l’intrigue d’Un
Un barrage contre le pacifique
Un moment de partage divertissant pour le jeune Jacques du Premier Homme de Camus

II-le
le personnage spectateur et son environnement
La chambre où se déroule la projection est le lieu des terreurs nocturnes. Elle annonce le rejet
du spectacle de la fiction.
Au contraire la douceur de la salle noire est présentée de manière méliorative dans Un
barrage contre le pacifique

III- profiter du spectacle avec les autres


Si les personnages de Proust et de Duras sont seuls face au spectacle, c’est d’ailleurs ce qui
qu
rend le spectacle pénible pour le jeune héros de « Combray », c’est au contraire, un spectacle
partagé dans Le Premier homme, non seulement entre le petit Jacques et sa grand-mère
grand mais
aussi avec les autres spectateurs dont le jeune personnage partage l’expérience.
l’expérience.

Phrase conclusive

II- exercices d’écriture /16pts

Le candidat traite un des 3 sujets au choix


Le corrigé ci-dessous
dessous propose des éléments de réponse sous forme de plan détaillé. Au
contraire, le candidat aura intégralement rédigé sa réponse.

Sujet 1
Commentaire de texte
Un barrage contre le pacifique,
pacifique Marguerite Duras

Introduction : présenter l’auteur, l’œuvre et


e le contexte d’écriture (colonisation, éléments
autobiographiques)
Marguerite duras appartient au nouveau roman et a participé à la déconstruction du roman
traditionnel.

2
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
Pb : Comment Marguerite Duras renouvelle-t-elle
renouvelle elle le rapport au personnage dans cet extrait

Annonce du plan

I- Suzanne emmène le lecteur


ecteur au cinéma

a-unn autre rapport au personnage


Focalisation interne : le lecteur accède aux perceptions sensorielles de Suzanne
« Le piano commença à jouer. La lumière s’éteignit. Suzanne se sentit … »

b- sans s’identifier au personnage, le lecteur est pourtant entraîner


entraîner dans son sillage et vit son
aventure et participe à la projection.

II- Un pause dans le roman

Bien que le rythme de cet extrait relève de la scène (le temps de l’intrigue = le temps de
lecture), la romancière semble tout de même nous propose une pause
pause romanesque hors du
temps de l’intrigue.

a- on quitte l’intrigue principale


Joseph est bien vite oublié dans cet extrait !
L’intrigue principale est expédiée par ces seuls mots : « Elle ne trouva pas Joseph », phrase simple et
minimale composée d’un sujet, d’un verbe et d’un complément rien de plus
De plus l’intrigue est niée par l’emploi de la négation dans cette même phrase,
phrase, négation répétée plus loin :
« Joseph n’était pas au cinéma »

b- on semble oublier
ier Suzanne également
La ligne 12 marque l’entrée d’un nouveau personnage féminin, le personnage du film qui
vient remplacer Suzanne. Jusqu’à la fin de l’extrait il ne sera plus question que d’elle.

c- le principe de développement de l’intrigue, comme c’est c’est bien souvent le cas chez
Marguerite Duras, repose sur l’énumération qui permet de décrire (contribue à la pause
romanesque).
Tout le 2ème paragraphe, en particulier les lignes 5-11,
5 11, est fondé sur ce procédé.

III- Le cinéma à l’image du roman ?

a- une superposition des deux intrigues,


intrigues des deux héroïnes
Rien ne vient annoncer clairement le changement de personnage féminin qui s’opère à la ligne
12. On quitte Suzanne pour rejoindre la dame du film sans indice précis. Le lecteur est placé
dans une hésitation,
sitation, une indécision d’un moment qui l’invite à confondre les deux femmes qui
ont des caractéristiques communes :
Jeunesse, séduction : elle a séduit M. Jo rappelé l.3.
Liberté : « libre comme un navire »
Refus du prétendant « voila qu’un jour l’amertume
l’amertume lui vient de n’aimer personne »

b- cinéma et littérature, deux arts analogues ?


3
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
l 5-11,
11, énumération des comparatifs
les qualités de la salle de cinéma qui font pleurer de bonheur Suzanne semble aussi être les qualités du
roman que nous lisons, voire du roman en général : « la grande nuit égalitaire du cinéma, plus vraie que la
vraie nuit, plus ravissante, plus consolante que toutes les vraies nuits, la nuit choisie, ouverte à tous, offerte à
tous, plus généreuse, plus dispensatrice de bienfaits que toutes les institutions de charité et que toutes les
églises »
Le roman n’est-il il pas lui aussi « plus vrai que vrai », donc faux, porteur de fiction ?

c- séparation finale du récit et du film


Mais les associations que l’on a pu faire et l’identification
l’identification suggérée sont détrompées par la
distance qui persiste entre l’intrigue du roman et celle du film.
Si l’héroïne du film et riche et à Venise, Suzanne mène une existence misérable en Indochine.
La fin romantique du film est en parfait décalage avec l’intrigue romanesque d’Un d’ barrage
contre le pacifique, comme l’affirme la dernière phrase très ironique : « On voudrait bien être à leur
place. Ah ! comme on le voudrait ».
Le conditionnel présent réaffirme le caractère irréel de l’identification qui pourrait s’opérer avec la
fiction.

4
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
Sujet 2
Dissertation
« Le personnage de roman se construit-il
construit il exclusivement par son rapport à la réalité?

Vous appuierez votre réflexion sur les textes du corpus, sur les œuvres que vous avez
étudiées en classe et sur
ur vos lectures personnelles. »

Introduction :
Amorce : ce qui a fait le succès du roman du XIXème siècle est sa caractéristique réaliste.
Mais cette dimension réaliste n’est pas sans poser questions en particulier en ce qui concerne
le personnage de roman.

Pb : Le personnage de roman se construit-il


construit dans son rapport à la réalité ?

I- Le personnage romanesque s’inscrit dans la réalité

a- le personnage romanesque a des


d attributs humains réalistes
Le personnage, être de papier créé par le romancier, est
e pourtant construit d’après un modèle
réel. Comme toute personne, il a un nom, un âge, s’inscrit dans un réseau familial, connaît une
naissance et un mort même si tous ces éléments ne sont pas nécessairement évoqués dans le
cadre du roman.
Ex : hors du roman, il est possible de réaliser les arbres généalogiques des personnages
balzaciens de la comédie humaine.
Comme pour une vraie famille, Zola a lui-même
lui même réalisé l’arbre généalogique des
Rougon-Macquart,
Macquart, en 1878, dans son histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second
empire.

b- de même le monde romanesque dans lequel le personnage évolue est référentiel : il


ressemble au monde réel
Ill peut reproduire un cadre spatio-temporel
spatio temporel passé ou présent, même dans le cas de roman
purement fictionnel, l’univers romanesque dans lequel évolue le personnage s’inspire de la
réalité
Ex : La Princesse de Clèves, Clèves, en 1678 Madame de la Fayette s’inspire du monde
aristocratique et de la cour d’Henri II au XVIème siècle
Même dans un roman de science fiction, comme Fahrenheit 451, 451 Ray Bradbury
s’inspire de ce qu’il connaît, une société, une police, un régime politique autoritaire. Tout cela
est détourné mais garde des similitudes avec le monde réel.

c- le personnage romanesque
esque s’inscrit dans cet univers plus ou moins référentiel
Il y mène sa vie dans un réseau de relation avec d’autres personnages, y évolue, en tire des
expériences fondatrices.
C’est particulièrement le cas du roman picaresque ou du roman d’apprentissage : le
personnage vit des expériences dans sa réalité et évolue.
5
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
Ex : Gil Blas de Santillane d’Alain-René René Lesage, le personnage de Gil Blas est influencé
par l’univers romanesque dans lequel il évolue et modifie son caractère et son comportement
Bel Ami, de Maupassant, le personnage de Georges Du Roy connaît une ascension
sociale qui le transforme et le construit.

Transition : le personnage est donc construit par le romancier en rapport avec la réalité mais il
se construit aussi par rapport à la réalité du roman.

II- le rapport à la réalité du personnage est également porteur d’intrigue romanesque

a- le genre de roman et le registre choisiss (roman d’aventure, roman policier, roman réaliste,
roman fantastique, roman amoureux…) par l’auteur entrainent la variation du type de
personnage et donc de son rapport à la réalité.
réalité. Le portrait et le caractère du personnage varient
en fonction du type d’univers romanesque.
Ex : Le caractère léger et simple de Chloé est parfaitement adapté au genre du roman
pastoral dans le Daphnis et Chloé de Longus
Le caractère froid, sévère et calculateur du policier Javert dans Les Misérables, répond
à la dureté de la réalité dans laquelle se déroule ses enquêtes.

b- le personnage agit sur la réalité et évolue dans son univers romanesque, porteur d’intrigue
La réalité qui l’entoure produit
it un environnement propice à le faire évoluer.
Ex : dans les intrigues policières, le personnage principal d’enquêteur vient rétablir l’ordre
dans la société.
Un barrage contre le pacifique : les personnages sont pétris par le monde dans lequel
ils évoluent autant qu’ils y participent

c- C’est la relation du personnage romanesque à son monde qui produit l’intrigue :


acceptation de sa réalité ou au contraire refus, révolte face au monde dans
dans lequel il évolue ;
relation apaisée aux autres personnages ou au contraire rejet.
Ex : Julien Sorel, personnage en révolte contre l’ordre de son temps dans Le Rouge et le
Noir,, avance dans l’intrigue grâce à ce refus initial et à sa volonté de quitter sa première
condition.

III- mais la réalité romanesque n’est pas la réalité

a- un roman
man fait le choix de la fiction. L’évidence s’impose dans le cadre des romans
merveilleux
Ex : Des textes comme les contes de Perrault ou La Belle et la bête de Leprince de
Beaumont sont éloignés de la réalité et les personnages y évolue d’une manière bien
différente

b- même le roman réaliste par sa nécessaire condensation s’éloigne de la réalité


Les choix du romancier imposent un regard biaisé sur la réalité.
lee roman est comme le drame, « un miroir de concentration » selon l’expression de Victor
Hugo et le roman, « un illusionniste de talent » selon Guy de Maupassant
Ex : Balzac, tout réaliste qu’il soit, se concentre sur des événements particuliers : trahisons,
6
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
décès, fuites, meurtres, vol… autant d’événements qui, heureusement, se produisent moins
fréquemment dans le monde réel.

c- dès lors le personnage romanesque aussi n’est qu’un fantôme


fantôme dans cette réalité romanesque
bien éloignée de celle que nous connaissons
connai
Si l’âge, la naissance, la mort, le nom (etc…) du personnage sont des éléments supposés
voire suggérés, ils n’ont pas toujours leur place dans le roman. Ce sont bel et bien des êtres de
papier sans aucune réalité. Le nouveau roman s’est attelé à déconstruire
déconstruire le personnage
référentiel pratiqué au XIXème siècle par les romanciers réalistes.
Ex : Le personnage de La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet,Grillet, n’a plus de nom mais seulement
une initiale, A…, perdant ainsi une référence réaliste essentielle.

7
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
Sujet 3
Ecriture d’invention

À la manière des auteurs de ces romans, vous imaginerez le récit que pourrait faire un
spectateur / une spectatrice d'une séance de cinéma qui l'aurait particulièrement
marqué(e).

Votre texte, d'une cinquantaine de lignes, comportera


comportera les références au film, la description
des émotions ressenties et des réflexions diverses suscitées par la représentation.

Eléments à intégrer à votre écriture :

- Le texte est rédigé à la première personne du singulier. Le spectateur fait le récit de sa


propre expérience.

- récit au passé (imparfait et passé simple ou passé composé) ou récit au présent qui actualise
un événement passé

- évoquer un film en particulier qui vous a marqué et des éléments qui marquent votre
connaissance de ce film,
m, des acteurs, auteurs du film

- Les circonstances du visionnage du film peuvent être évoquées (dans quel cinéma ?
accompagné de quelqu’un ? raison du choix d’aller voir ce film…)

- Le texte est argumentatif. Justifier les raisons qui expliquent la particularité


articularité de ce film
plutôt qu’un autre.

- Le texte évoque les moments clés du film et quelques éléments importants (cadre, intrigue
mise en valeur)

- Les émotions ressenties lors du visionnage doivent être présentées

Construction du devoir :

- penser à la construction du devoir. Il faut prévoir un plan.


Par exemple :
8
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.
Une phrase introductive présente les circonstances du visionnage du film et le film en lui-
lui
même
Une partie présente les émotions ressenties en lien avec les caractéristiques du film
Une partie présente les arguments qui justifient la forte sensation causée par le film
Une phrase conclusive vient clôturer le récit.

9
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans
autorisation.