Anda di halaman 1dari 5

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

mise en scène par le réalisateur Zhang Yimou,


qui avait déjà œuvré en 2008 pour la cérémonie
En Chine, Xi Jinping célèbre son pouvoir
d’inauguration des Jeux olympiques de Pékin.
impérial
PAR FRANÇOIS BOUGON
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 1 OCTOBRE 2019

La parade à Pékin mardi 1er octobre pour les 70 ans de la


République populaire de Chine. © REUTERS/Thomas Peter

Le Parti communiste chinois (PCC), colonne


La parade à Pékin mardi 1er octobre pour les 70 ans de la
République populaire de Chine. © REUTERS/Thomas Peter vertébrale du régime et formation politique toujours
Pékin fête mardi 1er octobre les soixante-dix ans de la officiellement guidée par le marxisme-léninisme,
République populaire de Chine. Nombre de promesses gouverne la puissance asiatique depuis 1949, même
des débuts ont été reniées et le régime a désormais s’il s’est adapté au capitalisme après la mort de Mao
tous les atours d’un empire avec une politique en 1976 (le fameux « socialisme à caractéristiques
coloniale à l’intérieur de ses frontières, réprimant les chinoises » de Deng Xiaoping).
minorités musulmanes au Xinjiang, et néocoloniale à Il a survécu au Grand Bond en avant (entre 1959
l’extérieur. et 1961) et à la Révolution culturelle (1966-1976),
En 1917, Lénine avait dansé dans la neige. Le un mouvement d’industrialisation forcée marquée
dirigeant bolchevik était fou de joie que le pouvoir par une famine et une quasi-guerre civile qui se
révolutionnaire ait tenu un jour de plus que la sont soldés par des millions de victimes, puis aux
Commune de Paris – qui, elle, avait duré un peu plus manifestations démocratiques de juin 1989 en les
de deux mois. Oui, les révoltés pouvaient tenir, la réprimant dans le sang. Le « grand frère » soviétique,
malédiction était rompue… lui, a échoué. Aujourd’hui, les communistes chinois
caressent l’espoir de tenir plus longtemps que les
Si le numéro un chinois Xi Jinping n’est sûrement
révolutionnaires russes et leurs 74 ans de règne
pas le genre d’homme à se laisser aller à de tels
(1917-1991).
élans, il pourrait pourtant se le permettre. Mardi
1er octobre, depuis le balcon de la porte de la La longévité du PCC, fondé en 1921 à Shanghai, ne
paix éternelle (Tiananmen) – là même où Mao peut que satisfaire les ambitions de Xi Jinping. Depuis
Zedong avait proclamé en 1949 la fondation de la son arrivée à la tête de l’État chinois fin 2012, ce
République populaire de Chine – il a présidé le défilé derniern’a cessé de le remettre au centre de tout : de
l’armée, des entreprises, des médias, de la société
immanquablement grandiose du 70e anniversaire
civile... À ses yeux, seul le Parti peut mener à bien sans
du régime où ont été montrées les dernières
faillir le renouveau de la Chine.
nouveautés de l’Armée populaire de libération,
missiles et autres joyeusetés. Avant une parade civile Faut-il y voir un rapport de cause à effet ? Fils d’un
révolutionnaire de la première heure et compagnon
d’armes de Mao, Xi fait partie de ceux qui ont été
traumatisés par l’effondrement soudain de l’Union
soviétique en 1991 – il était jeune cadre de province
à l’époque.

1/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

De cette chute spectaculaire, il a tiré deux leçons : l’établissement de contre-pouvoirs, qu’ils soient
primo, les puissances occidentales, en particulier avocats, journalistes ou professeurs d’université – ou
les États-Unis, n’accepteront jamais l’émergence extérieures – l’Occident, les valeurs universelles...
de son pays et feront tout pour l’empêcher (la Pas question donc de mollir. Dans son discours
guerre commerciale initiée par Donald Trump ne de janvier 2013, il jugeait qu’en Union soviétique
vient que confirmer ses convictions) ; deuzio, personne n’avait « eu le cran d’être un homme, de se
le Parti communiste ne doit pas s’engager dans lever et de résister ».
la voie qu’avait suivie Mikhaïl Gorbatchev, qui
Dans le réarmement idéologique prôné par Xi Jinping
voulait combiner développement économique et
pour « résister », l’unité nationale joue un rôle
démocratisation politique. Oui pour le premier, non
central. L’une des premières missions du Parti est d’en
pour la seconde.
assurer la pérennité. En cela, Xi se situe ainsi dans la
En janvier 2013, quelques mois après son « élection » droite ligne du tournant de 1989. Après la répression
à la tête du PCC, Xi Jinping s’adresse aux nouveaux sanglante de Tiananmen, le parti, qui avait perdu le
membres et suppléants du Comité central. Il leur fait soutien d’une grande partie de la population et avait
la leçon : « Pourquoi l’Union soviétique s’est-elle purgé sa faction réformatrice, s’est bâti une nouvelle
effondrée ? Pourquoi le Parti communiste de l’Union légitimité en maniant deux outils : le développement
soviétique a-t-il perdu le pouvoir ? » Parce que, économique et le nationalisme.
explique-t-il, la lutte idéologique était intense, « parce
Si le premier va de soi, et s’inscrit dans une intention
que l’histoire de l’URSS et du PCUS ont été totalement
durable, le second est beaucoup plus inattendu. En
niées, que Lénine a été rejeté, tout comme Staline, que
flattant les élans patriotiques, le PCC tourne le dos
le nihilisme historique a fait son œuvre ».
à son héritage, celui du mouvement politique et
Et de poursuivre : « La confusion idéologique était culturel du 4 mai 1919, qui cherchait à effacer les
partout [...]. L’armée n’était pas sous la direction effets négatifs de l’ancienne Chine, de l’empire, du
du parti. Finalement, le Parti communiste de l’Union confucianisme d’État, bref à se débarrasser des «
soviétique, qui était pourtant un grand parti, s’est vieilleries », comme le disait Mao, parmi lesquelles
dispersé comme une volée de moineaux. L’Union comptait le nationalisme, pour aller vers la modernité
soviétique, qui était pourtant un grand pays socialiste, et l’amour entre les peuples.
s’est effondrée. C’est la leçon que nous devons retenir
Aujourd’hui, l’heure est à la captation : le régime
des erreurs du passé ! »
marxiste-léniniste se présente comme l’héritier
Xi Jinping ne cesse, depuis, d’évoquer la « Longue des prétendus « 5 000 ans d’histoire chinoise
marche », cette fuite vers le nord dans les années ininterrompue ». Dans les discours, la République
1930 des communistes cherchant à s’échapper aux populaire de Chine n’est plus née sur les décombres de
armées nationalistes de Chang Kai-chek. C’est devenu l’Empire, elle en est la prolongation naturelle.
la métaphore des temps présents : l’endurance des
En novembre 2017, pour recevoir Donald Trump,
premiers communistes doit montrer l’exemple aux
lors de sa première visite officielle, Xi Jinping a
cadres d’aujourd’hui. Car le danger est partout,
réquisitionné la Cité interdite, le palais impérial
morigène le numéro 1.
sous les dynasties Ming et Qing. Pendant la visite,
Cette nouvelle « Longue marche » doit les mobiliser le dirigeant chinois a expliqué que son peuple
et, dans cette course héroïque, ils doivent se rassemblait les « descendants du dragon », en ajoutant
montrer intraitables envers les « forces hostiles », doctement : « Nous sommes le peuple d’origine,
qu’elles soient intérieures – ceux qui luttent pour cheveux noirs, peau jaune, héritage ininterrompu.
» Un discours qui a dû faire frémir Mao, non loin de
là, dans son mausolée de la place Tiananmen.

2/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Cette réappropriation de l’héritage impérial signe la Dans son nouveau livre Le Léopard de Kubilai Khan,
deuxième défaite de Taïwan, la République de Chine, sous-titré Une histoire mondiale de la Chine (Payot),
représentée par les nationalistes défaits en 1949 qui le sinologue canadien Timothy Brook s’attaque à ce
s’étaient réfugiés sur l’île. La Chine communiste a sujet sensible. Certes, souligne-t-il, par rapport aux
d’abord vaincu sur la scène diplomatique sa rivale autres membres permanents du Conseil de sécurité
en 1971, lorsque le siège de la Chine à l’ONU de l’ONU, « la Chine n’est pas devenue un méga-
lui fut octroyé. Puis, ces trente dernières années, la État en conquérant les autres, mais plutôt en se
République populaire de Chine a parachevé la victoire faisant conquérir par d’autres. Les familles chinoises
en captant cet héritage de la Chine traditionnelle, qu’a régnantes des Ming, la République et la République
porté le régime nationaliste jusqu’à la démocratisation populaire ont choisi de perpétuer ce que les familles
à la fin des années 1980. régnantes mongoles et mandchoues des Grands États
« Être Ouïghour est devenu un crime » Yuan et Qing avaient créé ».
Le fantasme d’une civilisation millénaire porte en lui S’il existe une continuité, c’est aussi de ce côté-là,
l’obsession de l’unité nationale. À moins que ce ne moins glorieux, qu’il faut regarder. Mais en tout cas,
soit le contraire. Toujours est-il que le nationalisme il convient d’en finir avec l’idée d’une Chine, empire
han – du nom de l’ethnie majoritaire en Chine qui du Milieu, pacifique, qui n’aurait jamais eu de volonté
regroupe près de 90 % de la population – qui se déploie expansionniste à l’intérieur ou à l’extérieur de ses
laisse peu de place aux minorités, hormis une présence frontières.
folklorique dans les assemblées et les médias. Aujourd’hui baptisées régions autonomes, les contrées
Là où, il y a soixante-dix ans, Mao souhaitait des minorités (mongoles, tibétaines et ouïghoures)
initialement faire émerger une nouvelle Chine, n’ont d’autonomie que le nom. Au Tibet ou au
désireuse même de laisser les peuples qui la Xinjiang, le développement économique a été réalisé
composaient de décider de leur sort en choisissant au détriment des populations locales et au profit de «
éventuellement l’autodétermination – avant de se colons » han. Au Xinjiang, les han ne représentaient
raviser –, on trouve désormais un pouvoir centralisé que 6 % de la population en 1949, contre 38 % en
qui a tous les traits d’un empire avec une politique 2011. Les Ouïghours du Xinjiang, l’ethnie musulmane
coloniale à l’intérieur de ses frontières sur ses turcophone, subissent une répression impitoyable au
« marches », au Tibet et au Xinjiang, et néocoloniale nom de la lutte contre le terrorisme et le séparatisme.
par bien des aspects à l’extérieur, que ce soit en Asie Plus d’un million de musulmans, selon les Nations
du Sud-Est, en Afrique ou en Amérique latine. unies, soit plus de 10 % de la population ouïghoure
« Aujourd’hui on peut presque parler de pratiques qui mais aussi kazakhe, ont été placés dans des camps dits
rappellent fortement les pratiques d’État coloniales,
à l’image de ce que faisait la France en Algérie
sous couvert de “pacification” », estime Valérie
Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour
la recherche stratégique (FRS).
Il est pourtant impossible aux Chinois de se
représenter dans la position du colonisateur. Nourris
d’un discours nationaliste basé sur le rappel permanent
des crimes des puissances coloniales occidentales,
ils ne peuvent concevoir que leur politique puisse
s’analyser sous cet angle.

3/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

de « rééducation » entre 2017 et 2018, sans que cela ne populaire de Chine, dans laquelle, s’adressant à
soulève une vague de condamnations internationales, son pays à la deuxième personne du singulier, la
y compris parmi les pays musulmans. signataire mêle ses souvenirs d’enfance – elle aussi
est née en octobre – et ses réflexions d’adulte sur
la réécriture de l’histoire par le PC et la répression
des minorités : « En l’espace de quelques années, tu
as transformé une région entière en “prison à ciel
ouvert” et être ouïghour est devenu un crime. Tu as
eu à une certaine époque une politique ethnique plus
inclusive, mais comme tu es devenue de plus en plus
L’extérieur d'un « camp de rééducation » à Dabancheng (région puissante et désireuse d’exercer le pouvoir, il y a
autonome du Xinjiang) photographié en septembre 2018. © Reuters
eu progressivement une seule manière politiquement
Le seul à avoir osé fut la Turquie. En février correcte d’être chinois. »
dernier, le porte-parole du ministère turc des affaires
Ce nationalisme han, nourri par un discours de
étrangères, Hami Aksoy, estimait que les camps de
revanche sur les cent ans d’humiliation coloniale
détention et la politique d’assimilation des Ouïghours
imposée par les traités inégaux et les guerres de
étaient une « grande honte pour l’humanité ».
l’opium, explique également l’hostilité croissante
« Ce n’est plus un secret pour personne que plus
à la fois à Taïwan mais aussi à Hong Kong.
d’un million de Turcs Ouïghours faisant l’objet
Toute manifestation d’autonomie par rapport à un
d’arrestations arbitraires sont soumis à la torture et à
discours normatif sur la Grande Chine est qualifiée
un lavage de cerveau politique », déclarait-il.
d’« indépendantisme » par Pékin.
La Chine fut prompte à réagir, menaçant Ankara
Pour qualifier cette puissance de la Chine dans le
de représailles économiques. Depuis, la Turquie
nouvel ordre mondial, Timothy Brook, le sinologue
est rentrée dans le rang. Lors d’une rencontre
canadien, propose un nouveau terme, celui de « néo-
à Paris consacrée à la crise à Hong Kong et
hégémonie ». Le PCC remet en cause « les principes
organisée par le think tank ECFR (Conseil européen
westphaliens d’égalité et de non-ingérence (qui)
des relations internationales), le sinologue français
sont préjudiciables à la prospérité économique ».
François Godement, conseiller pour l’Asie à l’Institut
« La seconde idée, poursuit-il, est que la population
Montaigne, a évoqué le Xinjiang, beaucoup moins
mondiale aura tout à gagner à se doter de dirigeants
médiatisé, parlant d’un « cas documenté d’une
qui s’inclinent devant les intérêts nationaux de la
gravité extraordinaire, proche d’un crime contre
Chine. »
l’humanité ».
En France, l’ancien premier ministre Jean-Pierre
Les intellectuels han, qui ont lucidement analysé cette
Raffarin est l’un de ces vassaux : dans une interview
politique, se comptent sur les doigts d’une main. Ainsi
diffusée par la chaîne en français de la télévision
le dissident Wang Lixiong, qui s’est intéressé au
chinoise, CGTN, il se dit ravi d’avoir été décoré de la
Tibet et au Xinjiang. « J’ai toujours été surpris par
médaille de l’amitié par Pékin et vante « l’humanisme
cette façon qu’a le gouvernement de prendre ses désirs
à la chinoise construit depuis des millénaires » ! En
pour des réalités, comme s’il pouvait fondre les 56
bon historien, Timothy Brook voit dans ces concepts
nationalités de Chine dans le concept artificiel de
diplomatiques chinois de « coopération amicale »,
“nation chinoise”, et rendre identiques leurs façons
« bénéfice mutuel » et « prospérité partagée » des
de percevoir le monde extérieur », écrivait-il, en 2007.
rappels sinistres des slogans « sous lesquels le Japon
Récemment, le site ChinaFile publiait un texte a noyé la Chine et le reste de l’Asie quand il est parti
d’une scientifique chinoise vivant aux États-Unis. en guerre à la fin des années 1930 ».
C’est une lettre pour l’anniversaire de la République

4/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

Dans un texte publié sur le site Project élevé en termes d’activité économique en berne, de
Syndicate, Minxin Pei, professeur au Claremont résistance populaire croissante, d’augmentation des
McKenna College (États-Unis) estime que la stratégie coûts de sécurité et d’isolement international. »
nationaliste de Xi Jinping ne pourra pas « sauver le Prudent, il ne donne cependant pas de date. Nombre
régime de parti unique en Chine » : « Bien que le d’experts se sont déjà trompés à vouloir prédire la
nationalisme puisse renforcer le soutien au PCC à chute du régime communiste chinois. Xi Jinping,
court terme, son énergie finira par se dissiper, en secrétaire général du PCC et président désormais sans
particulier si le parti ne parvient pas à améliorer limitation de mandat, prépare déjà 2021, l’année du
continuellement le niveau de vie. Et un régime centenaire du parti à Shanghai – le lieu où s’étaient
dépendant de la coercition et de la violence a un coût réunis les premiers membres est un musée placé au
cœur d’un centre commercial où pullulent les marques
de luxe. Parfaite métaphore de la Chine d’aujourd’hui.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

5/5