Anda di halaman 1dari 9

Analgésie Loco-régionale

INTRODUCTION

• Procaïne: référence
• Lidocaïne: (xylocaïne): peu toxique, puissant, diffuse bien, effet rapide (5-
10 minutes), durée 90-180 minutes, le + svt en solution 10%.
• Bupivacaïne: durée d’action: 4-6h
• Mépivacaïne: peu toxique; anesthésies intraarticulaire.

• Agent vasoconstricteur (épinéphrine, adrenaline): moins d’effet


systémique, action prolongée, moins de diffusion mais nécrose cutanée:
jamais lors d’IV.
• Hyaluronidase: aug. la diffusion et dim. le temps d’induction et la durée
d’action.

Mecanisme: Inhibe les potentiels d’excitation par arret du flux ionique et


stabilisation de la mb. Blocage chronologique: SNA; sensitif; motrice.

CHIEN

Analgésie épidurale lombo-sacrée

L7-S1introduction de l’aiguille jusqu’au plancher du canal vertébral, retirer


de quelques millimètres et injecter en épidural 1 ml de Lidocaïne 2%/4,5 kg
de PV. Garder la tête du chien vers le haut. -> analgésie des post. jusque L1.
Durée de +/- 90min après 5-10 minutes.

Interet: Chien débilité,pas d’effets toxiques, analgésie bonne et relaxation


musculaire parfaite, peu couteux Mais vasodilatation (perfusion).

Analgésie intraveineuse régionale

Garrot et injection en IV de lidocaïne 1% (0,5ml). Diffusion rétrograde


veineuse!

CHEVAL

Intra-synoviales articulaires ou tendineuse

Diagnostuqe et térapeutique; solution de lidocaïne 2%, temps d’attente 15-


20minutes; aiguille avec mandrin.

Accès:
Synoviale de la gaine petite sésamoïde
Art P2-P3
Art P1-P2
Gaine grande sésamoïdienne
Art boulet
Gaine carpienne
Art radio-carpienne et intercarpienne
Art du coude
Bourse de l’olécrane
Art de l’épaule
Bource Bicipitale

Gaine tarsienne
Art. Tibio-tarsienne
Art inter-tarsienne distale
Art tarso- métatarsienne
Bourse Cunéenne
Art fémoro-rotulienne
Art fémoro-tibiale lat.
Art fémoro-tibiale méd.
Art de la hanche

Analgésie épidurale basse

jamais de haute car le cheval peu tomber. Acces: Co1-Co2; aiguille à


mandrin de 5-7cm, angle de 30°, plancher du canal vertébral puis retirer de
5mm et injecter 5-7ml de lidocaïne 2%. Analgésie du rectum, vessie urètre,
vagin. Pas de relachement de l’uterus,interet pour les accouchement
difficiles et les vulvuo-plasties.

Analgésie tronculaire

N. auriculo-palpébral
N. frontal ou sus-orbitaire
N. sous-orbital
N. mentonnier et mandibulaire
N. digité palmaire
3 N. digités
Analgésie palmaire basse
Analgésie palmaire haute
Analgésie paravertébrale thoracolombaire

BOVIN (très largement utilisé)


Analgésie locale: laparotomie

Pousser sur la paroi abdominale, injecter en retirant la seringue dans les


différents nivaux musculaires un volume de 10ml tout en gardant 1 ou 2 ml
que l’on injecte sous la peau. 4 à 5 injection sur la hauteur puis 3 à 4 entre les
points. Première césarienne près des cöte, on recule pour les suivantes.

Analgésie régionale

Analgésie et akinésie des paupière: soit n. auriculopalpébral qui passe au


niveau de l’arcade zygomatique; soit infiltration locale au pourtour des
paupières. Traitement de kératite ou de conjonctivite.

Analgésie et immobilisation du globe occulaire: n. occulomoteur commun


que l’on chope derrière le globe au niveau antéro-inferiueur de la fosse
temporale.

Analgésie des cornes: N. cornal sous la crête temporale à 3-4cm de la base


de la corne L’ecornage se fait avec une pâte chez les veaux, chez les plus
agés on utilise un fer pour brûler le bourgeon sous anesthésie, chez les vieux
vieux on utilise une scie fil (le mieux); une corde à ballot (garot); une pince à
écorner (risque sinusite); ou une scie circulaire (stress, saigne)

Analgésie tronculaire

Palmaire Basse: 4 sites d’injection


Palmaire haute: 3 sites d’injection
Ring Block: 5-6 injection autour du canon -> blocage des 4 nerfs
Analgésie intraveineuse régionale: Garrot ds la région du métacarpe ou au
dessus de carpe ou du jarret. Injection dans une v. ss-cutanée de 5-20ml de
lidocaïne 2% sans adrénaline, difusion rétrograde, diffuse dans les nerf
périfériques en 10min. Si utilisation d’adrénaline, ne pas relacher le garrot.

Analgésie du pis: lors de plaie, de lacération, de fistule. attendre le


tarissement, suturer, fermer le canal avec des pt en ss-cutané.
Tranquilisation à la xylazine, plus anesthésie locale et contention:

• infiltration en V renversé: lors de plaie verticale ou de fistule du trayon

• Ring block: plaie, lacération étendue, ablation du trayon. Infiltration à la


base du trayon avec une aiguille fine dans les tissus musculaires et ss-
cutanés au moyen de 4 à 5 injections, dose totale= 4-6ml lidocaïne 2%.

•Infusion de la citerne: Calculs, polypes,lésions du sphincter. Garrot à la


base du trayon, Anestésique locale à l’interieur du canal et de la citerne
avec une canule
• anesthésie tronculaire:
- Partie post. du pis: nerf périnéal (S2-S3-S4) 4-5cm sous la vulve, 2-5ml au
niveau de l’arcade ischiale 2cm latéralement à la ligne médiane.
- Ensemble du pis: trayon surnuméraire et verrues. nerf périnéal et
paravertébral (L3,L4) entre les apophyses transverses.

• Anesthésie générale lors d’amputation globale de la glande mammaire.

Analgésie épidurale très usée

S5-Co1 ou Co1-Co2

Anesthésie basse: +/- 1ml/100kg (max 5ml), le bovin reste debout, analgésie
des viscères pelviens.

Anesthésie haute: 5-10 ml/100Kg, provoque l’analgésie de tout le train post


mais pas de la partie post du pis). On couche le bovin du côté ou on va
opérer pour que l’analgésique diffuse de ce côté et on surélève la tête
pour éviter le blocage des n. respiratoires (sédation nécessaire).

Anesthésie générale
Evaluation Pré-Anesthésique

Etat de santé:

I. Patient sans maladie systémique, pb mineur bien localisé


II. Patient ayant un pb systémique de peu d’importance, qui affecte
l’activité physiologique normale de façon minimale.
III. Patient ayant une maladie systémique affectant l’activité physiologique.
IV. Patient ayant une maladie systémique sévère
V. Moribond
U. Urgence

type de chirurgie: prévoir durée, position, perte sanguine, extubation,


activités réflexes, relaxation musculaire nécessaire, analgésie sup.

Les anticholinergiques: atropine

Mode d’action: Inhibe Le parasympathique

Prévient et traite la bradycardie (chronotrope +, pas d’aug. de P


sanguine, pas d’aug. du débit cardiaque); diminue les sécrétions; diminue
la motilité GI (surtout CV et ruminants); diminue le tonus musc lisse au
niveau des uretères; bronchodilatation; Mydriase

Usage: Surtout Urgence contre une bradicardie trop importante

Tranquillisants et sédatifs:

But: Effets calmants, dim. la quantité d’anesthésique à administrer, modifie


la période de réveil.

Phénothiazines: Acépromazine, Propionylpromazine, chlorpromazine:

Calme, indifférence, hyperactivité parfois, antiémétique, hypothermie


possible, Non-analgésique, contre-indiqué chez épileptiques. Anxiolytique
(alpha bloquant) Vasodilatation périférique, hypotension possible, limite
les arythmie. Stimulation motilité intestinale, effets anti-histaminique. CV:
dim. hématocrite, protéines et plaquettes, relaxation musc. rétracteur du
pénis.

Absorption lente: IM: 30-60 min; IV 15-30min


Durée d’action 3-8h (aug. si pathologie hépatique ou rénale)
Elimination par l’urine et les fécès

Butyrophénones: Dropéridol, Azapérone

Non analgésique, alpha bloquant, antiarythmiques, puissant


antihémétique, peut provoquer convulsions, Changement xomportement
chez chien, hypothermie. Surtout chez porc, chat sauvage PO.

Absorption rapide IM SC PO: 3-10 min


Durée d’action: 4-12h
Elimination: bile et urine

Benzodiazépines: Diazépam (valium), Midazolam

Sédation légère, relaxation musculaire, Non-analgsique, Anxiolytique,


potentialisation des agents halogénés. Effet minimal sur le système
cardio-vasc.

Durée d’action: ±2h


Eliminé par les urines

alpha2-agonistes: Xylazine, Détomidine, Médétomidine

Sédatif à courte durée d’action, faible analgésie et forte relaxation


musc., anticonvulsivant, sympathicomimétique: vasoconstriction
périférique, stimulation vagale -> bradycardie. Arythmie cardiaques
fréquente (bloc), hypo et hypertension, dépression du système respi
sévère chez chat et chien (pas chez CV), puissant émétique, dim.
sécrétions gastriques et salivation (sf ruminants) Ruminants: risque
régurgitation, atonie du rumen, diarrhée. dim. [insuline] -> Diurèse
osmotique sec à l’hyperglycémie, effet ocytocique (risque d’avortement
pdt 3eme tière de la gestation), dim pression inta-occulaire

Absorption très rapide: max en 3min en IV et 10-30min en IM


Durée d’action: IV: Effet analgésique: 10-30min Effet calamant: 30-40min; IM
effet calmant 1-2h.
Elimination: Urine, bile (prolongation des effet si patho hépato ou rénale).

Usages: péridurale, préanesthésique, sédatif, + analgésie locale pour


chirurgie mineures, analgésie post-op: xylazine à la sortie de l’opération,
analgésie viscérale efficace chez CV.

Antagoniste: atipamézole (durée d’acion courte)

Les analgésiques narcotiques

Morphine:

Analgésie, calmant (CN), excitant (CV & CT), émétique puissant,


dépression de la thermorégulation, légère bradycardie, hypotension,
dépresseur respiratoire, perturbation du transit, stimulation des
contractions et des sécrétions, suivies d’une phase d’inhibition ->
constipation.

Fentanyl:

plus avantageux, analgésie 100X plus puissante, calamant, bradycardie


prononcée, dépression respi (assistance)

Etorphine: Immobilon®

Extrèmement puissant et très toxique chez l’homme. Animaux sauvages.


Antidote: Revivon®.

Pentazocine: (Fortal®) agonistes-antagonistes

analgésie faible, pas d’effet calmant -> PA comme analgésique post-op.

Butrphanol: agonistes-antagonistes
analgésique puissant, parfois excitant à forte dose, utilisation en
association. peu d’effet cardio-respi. Utilisé chez CN et CV. Associés aux
tranquilisant -> neuroleptanalgésique -> interventions sur CV debout.

Naloxone: antagoniste

Relaxants musculaires:

Curares: action au niveau de la jonction neuro-musc.

Avantages: Pas dépresseur du SNC, relaxation musc complète, dim.


fortement la dose d’anesthésique, facilite l’intubation, peu d’effets
cardio-vasc, ne passe pas la barrière placentaire

Inconvénients: Apnée, non-analgésique, pas pour euthanasie!

Guaïacolate de glycérol éther: décubitus en douceur ou induction de


l’anesthésie associé à un anesthésique.

Anesthésiques injectables hypnotiques:

Les barbituriques:

Très toxiques et bon marché. Peuvent reproduirent tous les stades de


l’anesthésie, relaxation musc., Hypnotiques, anticonvulsivants, dépression
myocardique, hypotension (pf tachycardie réflexe), dépression respi et
parfois apnée à l’induction. (Euthanasie avec T61-> barbiturique +curare)

• Thiopental: Courte DA: 10-15min. Agent d’induction en IV. 10mg/kg


• Pentobarbital: Moyenne DA: 1H. Réveil complet: 6 à 24h. dépression
cardio-respi marquée. 10 mg/kg IV. Traverse la barrière placentaire.
Association: Pentobarbital 1/4 de la dose + médétomidine + analgésique.
• Phénobarbital: Longue DA: 24h per os. Anticonvulsivant.

IV, jamais SC ou IM! Per Os, IP chez le porc.


Métabolisé par foie est urine.
Glucose, acidose -> approfondi l’anesthésie.
Phénomène de redistribution.

Hydrate de chloral: plus utilisé

Métomidate: oiseau de proie, porc voie IV, IP, combinaison avec


l’azapérone: Stressnil®
Anesthésiques dissociatifs: phencycline, kétamine, tilétamine.

Dépression de certaines zones du cerveau, etat cataleptique (rigidité et


spasticité) -> association avec des alpha2-A, analgésie puissante,
Stimulation de l’EEG, légère aug. de la fréquence et de la pression (mieux
avec alpha2-A). Dépression respi avec apnée, réflexes larynx et pharynx
conservés.

IV: DA = 15-20min
IM: DA = 30-45min
Eliminé inchangé -> interet pour animaux insuffisants hépatiques et rénaux.

Usages: large. Associé à sédatifs lors de chirurgies mineures (pas besoin


d’entuber. Agent d’induction chez passient à haut risque cardio-vasc.
Anesthésie balancée chez CV (Kétamine/halogéné)

Anesthésiques stéroïdes: alphalaxone + alphadolone

félins et primate en GB, peu dépresseur cardio-respi, réveil et induction


calme, libération d’histamine chez CN (pas top!) Métabolisé par le foie.

Propofol:

très interessant et très sûr comme anesthésique de courte durée (5min)


induction pr anesthésie gazeuse, réduction de luxation, radio. Pas de
dépression cardio-respi

Anesthésiques volatils: Ether & halogénés

Méthoxyflurane

Induction longue et réveil prolongé en douceur. bonne analgésie et


relaxation musc., peu d’effet circ mais toxicité hépatique et rénale. en
PA à faible dose et anesthésie balancée.

Halothane

PA et GA. Tous les stades de l’anesthésie, bonne relaxation musc.,


dépression du SNC, affecte la thermorégulation. Effets cardio-vasc
proportionnel à la concentration: dépresseur du myocarde, arythmie
cardiaque car augmentation sensibilité aux catécholamine -> pas aux
animaux stresser et pas d’utilisation d’adrénaline. Dépresseur respi et
bronchodilatateur proportionnel à la concentration. Toxicité hépatique,
passe la barrière placentaire (nouveau-né endormi). 20% métabolisé et
éliminé par les urine; 80% par la respi.
Avantages: compatibles avec les autres substances, induction réveil et
changement entre les niveau d’anesthésie rapide.

Inconvénients: Dépression cardio-respi, métabolisation hépatique,


hyperthermie maligne.

Enflurane:

tous les niveaux d’anesthésie, EEG aug., lors d’anesthésie profonde ou


hypocapnie, mvts involontaires au niveau des extrémités des mbs. ->
signe de toxicité. Effet cardio-vasc mais moins prononcés. Effet respi
comme l’halthane. 98% éliminés inchangés par les poumons -> bien pour
pb hépatique.

Avantages: compatibles avec les autres substances, induction réveil


encore plus rapide que halothane, plus stable au niveau cardio-vasc.

Inconvénients: crise epileptiforme ou excitation au réveil (pas chez


epileptiques et pr myélographie) Pas chez CV à cause du réveil.

Isoflurane:

Particuliairement interessant mais très couteux. Pas d’hyperactivité de


l’EEG, diminue la consomation d’O2 du SNC (protection contre l’hypoxie),
produit tous les stades de l’anesthésie. Dépression respiratoire plus
importante. Effet cardio-vasc: similaire à l’halothane mais moins marqué:
meilleure hémodynamique, moins de dépression myocardique mais
vasodilatation. Perfusion musculaire même aug. 99,8% par le poumons.
donc pas de toxicité rénale ni hépatique et anesthésie de jeunes
animaux.

Avantages: compatibles avec les autres substances, induction réveil et


changement entre les niveau d’anesthésie rapide et bonne qualité de
réveil. peu d’effets circ., non métabolisé.

Inconvénients: respirateur obligatoire.

Anesthésiques gazeux: protoxyde d’azote (N2O

analgésie, anesthésie sup, pas d’effet dépresseur de cardio-vasc et repi.


Chez PA: N20 60% + O2 40% -> induction; 50%-50% pour la maintenance,
permet de réduire le pourcentage d’halogéné d’1/3. -> diffusion ds phase
gazeuse -> tympanisme chez BV, attention pas patologie obstructives GI.
Utilisable sous respi controlée et surveillance gaz sanguins.