Anda di halaman 1dari 3

LLYDAU, LYDAU, LIZOU

Pour l'abbé M. Manet (1834 - Histoire de la Petite Bretagne); historien


précis, connaissant bien la Bretagne et les Bretons, mais dont les
références à la bible sont usantes et récurrentes, c'est en 600 avant J-C.,
lorsque le Chef Ambigat est élu, que l'on peut avec certitude définir le nom
et les contours de LLYDAW (l'Armorique des latinistes).

Voici ce qu'il écrit (texte légèrement modifié par mes soins pour une meilleure
compréhension)

Territoire géographique de la Confédération Lédovienne Cornique


Kymrique au 6ème siècle Avant JC.
Vers l'Orient, de la Basse Normandie, au Maine et à l'Anjou, elle touche au Poitou vers le midi, l'Océan
vers l'Occident, et au Nord par l'ancienne mer Kymrique (Gallique ou Britannique), la Manche ou Canal de
France.

Sa latitude commence à l'extrémité méridionale de l'île de Bouin par les 46°50 mn (île qui a quitté l'évêché
de Nantes le 30 Janvier 1790) et se prolonge jusqu'au plus septentrionale des Sept-Îles (île-Plate, île-au-
Cerf, île-Riouzic, île-Melban, île-Bono, la Pierre-à-l'oiseau et l'île-aux-moines) par les 46°54mn.

Sa plus grande largeur, du Nord au Midi, est de 43 lieues et demie; depuis la pointe du Grouin de Cancale
(lieue de 2,400 toises ou 14,400 pieds) jusqu'à la commune de Legé.
Sa plus petite largeur, qui s'étend depuis le Bec du Raz de Fontanai, jusqu'au Havre d'Argenton est de 12
lieues et demie.

Elle se déploie en longitude occidentale du méridien de Paris (qui, comme on sait est plus oriental de 20°
que celui de l'île de Fer), depuis le 3ème degré 15 mn, jusqu'au 7°30 mn à prendre d'Ingrande (rive droite
de la Loire, à 6 lieues et demie d'Angers, jusqu'au bout le plus occidental de l'île d'Ouëssant.

Sa plus grande longueur, de l'Orient au Couchant est à peu près de 76 lieues et demie.

Son périmètre est de plus de 200 lieues et sa superficie, de 7 245 050 journaux (mesure ordinaire des
terres en Bretagne, 20 cordes de long et 4 de laise, chaque corde de 2' pieds-de-roi, chaque pied de 12
pouces, et chaque pouce de 12 lignes ou grains. Soit 80 cordes carrées, ou 480 pieds de long sur 96 de
large. C'est ce qu'on pouvait labourer en un jour, avec une charrue et 2 chevaux sur un bon terrain. En
mesure métrique 48 ares, 62,3 centiares).

"Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer! Chinois les Français? Faut voir!"

LLYDAW (L'Armorique) est situé sur la fin du 8ème climat, et ayant par conséquent, dans son plus long
jour d'été, la présence su soleil pendant 16 heures et quelques minutes.
Elle jouit d'un ciel tempéré, d'un air sain et de toutes les douceurs des saisons.

Le mot Armorique est le nom donné dans l'Antiquité (Région romaine créée en 43
après J.-C) à une large région côtière située aujourd'hui en France métropolitaine
et s'étendant de Pornic près de Nantes à Dieppe au nord du pays de Caux. Elle
recouvre donc l'actuelle région Bretagne, le Nord-ouest de la région Pays de Loire
et la totalité du littoral Normand. Elle était peuplée de tribus Keltes regroupées au
sein d'une Confédération.

LA MYSTIFICATION
Origine supposée par Manet, du nom d'Armorique et références totalement
fausses de différents écrivains sur lesquels Manet fonde son livre.
(Notez les étymologies inventées, tirées de l'Irlandais, langue Gaélique, ou du latin,
alors que la vraie souche des habitants de LLYDAW est Kymrique, de langue Cornique
et Kymri)
Cette partie maritime de la Gaule avec son arrière-pays se nommait alors en Celtique continental ou
Gaulois, Aremorica «Le pays qui fait face à la mer», le pays des Aremorici «Ceux qui habitent devant la
mer, près de la mer», Armorica est la latinisation de ce terme.

On peut décomposer le mot ainsi : "ari" provient de l’indo-européen « pri » devant, auprès (vieil irlandais :
« air, ar », devant, gallois « er » = pour), et « mori » = mer (irlandais « muir », génitif « mara » thème en «
i » ; gallois et breton: « mor »).

« Aremorici : antemorini quia are ante, more mare, morici marini. » Glossaire d'Endlicher, bibliothécaire
de la Bibliothèque Palatine, Vienne, Autriche, 1836

« Aremorici, antemarini quia are ante; cf. arm. mod. "arvor. » Joseph Loth, Chrestomathie bretonne,
armoricain, gallois, cornique. Paris, Émile Bouillon Libraire-Editeur, 1890

« Aremorici, (tardif: armorici) "antemarini", var. aremurici (Glossaire de Vienne) ; irl. "air, gall. bret. "ar-
"sur". » Georges Dottin, La langue gauloise, grammaire, texte et glossaire. Paris, C.Klincksieck, 1920

« En gaulois "Aremorica", anciennement " Paremorica ", " le (pays) devant la mer ", nom de la péninsule
qui deviendra la Bretagne. Étaient dits aussi Armoricains à l'époque de César, les peuples riverains de la
Manche. » Paul-Marie Duval, Les Celtes, Gallimard, Paris, 1977.

L'AUTHENTICITÉ KYMRIQUE
En fait, le nom Armorique n'apparaît, seulement et uniquement, que dans la gestion romaine des
territoires conquis, gestion assurée par Rome. Le gros problème, c'est que ce nom latin, d'origine
faussement Keltique, n'existe pas dans les anciennes langues Keltiques Kymriques; ni à Prydain, ni à
Loegr, ni du côté Français. Les anciennes langues dites bretonnes, corniques et kymriques n'utilisent
jamais ce nom latin pour désigner cette région ou confédération Kymrique regroupant plus d'une
cinquantaine de tribus différentes et organisées en Cantons indépendants.

Ce que Manet passe sous silence (tout comme les 3/4 des historiens de son époque), est le nom 100%
Keltique bien connu des romains, qui nommaient auparavant cette région, déjà sous une forme latinisée,
en Létavia ou Létau, ceci bien avant de la renommer Aremorici, peu avant la conquête militaire de ces
territoires par leurs armées.

Le VRAI nom de cette grande région de l'Ouest, est pour ses tribus Corniques Kymriques, LLYDAW ou
LYDAU, LIZOU. Armorique n'est qu'une invention romaine, qui a, à peu près le même sens que celui de
LYDAU, dont la signification est "Au Fil de l'Eau", "le Long de l'Eau".
Sans doute LYDAU était-il incompréhensible en langue latine ou ne montrait pas de suffisantes origines
latines, alors qu'Armorique, 100% latin, semble posséder une origine Keltique, uniquement parce que le
latin est dérivé à sa source des anciennes langues Keltiques.

Retenez que Armorique, n'est que le nom d'une province créée et nommée par les romains en 43 après
J.-C.
Que LLYDAW est le vrai nom en langue Kymrique.

Que ce nom d'Armorique n'existe dans aucune des langues Keltiques, et n'est introduit qu'aux alentours
du 17ème siècle, dans le Français et le Néo-Breton, après la réforme des langues, sous autorité et
contrôle ecclésiastique de Rome, qui supervise tous les états chrétiens de l'Europe, dans la pensée
unique et la fable.

Retenez également, que l'administration romaine connaissait parfaitement le vrai nom de cette région,
qu'ils avaient déjà latinisé en Létavia et Létau.

Pour mémoire, et contre la fable des latinistes


Le seul VRAI nom à retenir est LLYDAW, francisé en LYDAU ou LIZOU, que jamais la langue de
Cymru n'a oublié, encore aujourd'hui au 21ème siècle et même après la réforme de la langue
Galloise. Ceci contre le mensonge, la mystification et la falsification de Rome, la Tueuse d'Amour.

LLYDAW ou LYDAU annule et remplace Armorique (y compris les noms de Bretagne et


Normandie).

Plus de 16 siècles de crimes des latinistes à effacer.


Les termes "gaulois, gaule, cornouaille, breton, bretagne, britannique, normandie, normand", et
bien d'autres n'appartiennent qu'à l'ignorance et l'amnésie de cerveaux lavés par les plus grands
mystificateurs et criminels de l'antiquité; j'ai nommé Rome et la secte Catholique Apostolique
Romaine, ainsi que toutes les églises d'obédience chrétienne (protestant, orthodoxe, etc).