Anda di halaman 1dari 51

Les marchés publics

- Suivi et contrôle -
Exposé réalisé par :
EL BOURY SAAD
KACHOUANE SANAE Professeur :
NASSERI TAOUFIQ Monsieur EL ABDI
EL MOUDDEN YOUSSEF

Année universitaire : 2011 / 2012


Plan d’interventions :
Introduction au sujet

Partie 1: LES
PARTENAIRES IMPLIQUES DANS LE SUIVI,
CONTRÔLE ET AUDIT;

Partie 2: CONTRÔLE ET SUIVI DES MARCHES PUBLICS;


Partie 3: APPORTS ET CRITIQUES DU CADRE REGLEMENTAIRE.
Conclusion
Références bibliographiques
Introduction
 Une réputation qui fait défaut aux institutions
publics
 Des lenteurs administratives qui handicapent le
bon fonctionnement du marché public

Quels sont les changements apportés par le décret de 2007 en


matière de suivi, contrôle et d’audit? Et quels sont les
recommandations qu’on pourrais formuler
pour la prochaine loi?
Partie 1:
Les partenaires impliqués
1. Le maître d’ouvrage et le
marché public :

Qu’est ce qu’un maître


d’ouvrage ?
Le maitre d’ouvrage est habilité à exercer
dans le cadre de :

→ Le marché simple contrat


→ Le marché - Cadre
→ Le marché pluriannuel
→ Le marché en lots séparés
→ Le marché à tranches conditionnelles
2. L’auditeur :

Qu’est ce qu’un
auditeur ?
Distinguons entre :

→ Les auditeurs externes fonctionnaires


de l’Etat,

→ Les auditeurs internes,

→ L’auditeur expert comptable.


1. Les auditeurs externes publics

1) La cour des comptes :

2) L’inspection général des finances ( IGF )


2. Les auditeurs internes :

• Hormis quelques ministères qui disposent de cellules


d’audit interne.

• Les autres font appel à l’inspection du ministère


concerné MAIS qui ne dispose pas encore des
compétences suffisantes en quantité et qualité.
3. L’auditeur expert-comptable

 Une pratique récente


 Faite par un professionnel exerçant à titre libéral
 Sa mission d’audit d’un marché doit être détaillée au
niveau du cahier de charge
 Il est contrant de produire un rapport a la fin de sa
mission
 Procède à l’audit des marchés dont le montant dépasse
5millions de dirhams.
D’une manière générale un auditeur doit remplir un
certain nombre de conditions :

 La compétence :
 L’indépendance :
 Le secret professionnel
 La révélation des faits délictueux et des infractions :
2. Moyens de l’auditeur et obligations
mises à sa charge :

A.Les moyens matériels;

B. Les moyens humains;

C. Les moyens financiers.


3. Les commanditaires d’un audit :

L’identité des commanditaires de l’audit :

 Le ministre, pour les marchés engagés par son


département,
 La direction de l’établissement public ;

 Le ministère de tutelle technique;

 Le ministère de tutelle financière ;

 Le comité d’audit;

 Les bailleurs de fonds.


4. Les destinataires potentiels des
résultats de l’audit :
 Conseil d’administration ;
 Ministre commanditaire de l’audit des marchés engagés

par son département ;


 Comité de direction ;

 Ministère de tutelle technique ;

 Ministère de tutelle financière ;

 Cour des comptes ;

 Inspection générale des finances ;

 Autres utilisateurs potentiels.


Partie 2:
CONTRÔLE ET SUIVI DES
MARCHES PUBLICS

Tout marché public fait l’objet de supervision, de contrôle,


de suivi et de surveillance de son exécution pour une
meilleure mise en œuvre des projets.
On distingue entre :

 Le contrôle a priori

 Le contrôle en cours d’exécution

 Le contrôle a posteriori
1. Le contrôle à priori :

a) Contrôle des engagements de dépenses

b) Contrôle des marchés des collectivités locales et


leur groupement

c) Contrôle des marchés des établissements


publics
Contrôle des engagements de dépenses

• Le CED est un contrôle a priori des dépenses de


l’Etat, ayant pour but de vérifier la régularité
budgétaire de la dépense avant son engagement.
Contrôle des marchés des collectivités locales et leur groupement

• Ce contrôle revient aux comptables qui sont


désignés par arrêté du Ministre des Finances en
tant que contrôleurs des engagements de
dépenses des collectivités locales.
Contrôle des marchés des établissements publics

• Il est exercé par les contrôleurs d’Etat et les


trésoriers payeurs désignés auprès des
établissements publics par arrêté du Ministre
des Finances qui procèdent de la même manière
que celle des CED.
2. Le contrôle en cours d’èxécution :

a) Publication des programmes prévisionnels

b) Maitrise d’ouvrage déléguée


Publication des programmes prévisionnels

Le maître d’ouvrage est tenu de publier au plus


tard, avant la fin du premier trimestre de chaque
année budgétaire , le programme prévisionnel
qu’il envisage de lancer au titre de l’année
budgétaire considérée.
Maîtrise d'ouvrage déléguée

« L’article 83 » prévoit la possibilité, pour le maître


d’ouvrage, de confier à un fonctionnaire dit «
personne chargée du suivi de l’exécution du
marché » la mission du suivi de l’exécution
dudit marché lorsque son importance et sa
complexité le justifient.
Les missions de maîtrise d'ouvrage à déléguer
peuvent être les suivantes:

 Suivi et coordination des études


 Examen des avant-projets et des projets

 Approbation des avant-projets et des projets

etc,…
2. Le contrôle à posteriori :

 Ils'agit d'un audit exercé après la réalisation des


prestations objet du marché. Il peut être :

A.Le contrôle interne

A.Le contrôle externe


L’audit Interne

Il est réalisé par des contrôleurs relevant de


l'administration qui a passé le marché.
L’audit externe

1.1. Contrôle
Contrôlede
delalacour
courdes
descomptes
comptes(CC)
(CC): :

 Contrôle de la discipline budgétaire


 Contrôle comptable

 Contrôle de gestion
2. Inspection Générale des Finances (IGF) :

 Rapports faisant état de dysfonctionnement et


de problème de gestion,

 Rapports faisant état d'infraction ayant trait à la


discipline budgétaire,

 Rapports faisant état de détournement des


deniers publics.
Partie 3:
Apports et limites de la
nouvelle réglementation des
marchés publics
Base : DECRET N° 2.06.388 DU 16 MOHARREM 1428
(5 FEVRIER 2007)
Les apports

Equité d’accès à la commande publique

Garantie des droits des concurrents

Plus de rigueur dans la gestion des marchés


Equité d’accès à la commande publique

Limitation des procédures de passation à l’appel


d’offres, le concours et les marchés négociés
• Abandon de la procédure d’adjudication
• Remplacement du critère « moins disant » par « l’offre avantageuse »
• Introduction de l’A.O avec présélection

Information des concurrents


• Publication des programmes prévisionnels.
• Précision des critères d’appréciation des offres dans le R.C
• Affichage des résultats définitifs dans les bureaux du M.O dans les
24h qui suivent, pendant 15jours. [Art.45]
Garantie des droits des concurrents

Déclarer les motifs d’élimination par


lettre recommandé.

Conservation des éléments ayant été à


l’origine de l’élimination pendant un
délai de 5ans minimum.
Plus de rigueur dans la gestion des marchés

 Possibilité de désignation d’une personne chargée du suivi de


l’exécution du marché.

 Obligation de préparation, par le maître d’ouvrage, d’un


rapport de présentation pour chaque marché. [Art.90 ]

 Obligation d’établissement d’un rapport d’achèvement du


marché dont le montant dépasse 1 million dhs.

 Institution des contrôles et audits internes qui sont obligatoires


pour tous les marchés dont le montant dépasse 5 millions dhs.
Les limites

Limites liées aux critères d’attribution des marchés

Limites liées au suivi des marchés

Limites liées au modalités de contrôle des marchés


Limites liées aux critères d’attribution des marchés

1.Appréciation de la capacité financière et technique des concurrents

Capacité technique

 Les moyens humains et techniques du concurrent.


 Les références techniques.
 « Le certificat de qualification et de classification »

« Sincérité de ces informations


S’assurer de l’exactitude de ces
informations »
?
Limites liées aux critères d’attribution des marchés

1.Appréciation de la capacité financière et technique des concurrents

Capacité financière

Personnes physiques ou morales qui justifient des capacités


juridiques, techniques et financières requises.

« Capacité financière requise »


?
Limites liées aux critères d’attribution des marchés

2. Régularité de la situation vis à vis de l’administration fiscale


et de la C.N.S.S
 Une attestation délivrée depuis moins d’un an par le percepteur du
lieu d’imposition certifiant que le concurrent est en situation fiscale
régulière.

 Une attestation délivrée depuis moins d’un an par la Caisse


Nationale de Sécurité Sociale certifiant que le concurrent est en situation
régulière envers cet organisme.

« Situation régulière »
?
Limites liées au suivi des marchés

1. Personne chargée du suivi de l’exécution du marché

« …personne chargée du suivi de l’exécution du marché …»


[Art.89]

« Caractère facultatif »
?
Limites liées au suivi des marchés

2. Un déficit d’informations sur les achats


publics

« L’absence d’un rapport annuel sur


les marchés exécutés »
?
Limites liées au modalités de contrôle des marchés

1. L’audit interne :

Obligatoire pour les marchés dont le montant dépasse 5 millions


DHS. [Art.92 ]

« Aucune indication sur le modèle


de rapport à émettre »
?
Limites liées au modalités de contrôle des marchés

2. Le contrôle de la réalité de la concurrence

Apprécier la réalité du libre jeu de la concurrence


et de détecter les situations fallacieuses.

« L’incapacité de détecter les


situations organisées d’entente »
?
Les recommandations

Recommandations relatives aux critères d’attribution

Recommandations relatives au suivi des marchés

Recommandations relatives au contrôle des marchés


Recommandations relatives aux critères d’attribution

1. Appréciation de la capacité financière et technique des


concurrents

Capacité technique Capacité financière


• Création d’une banque de • Se référer au différents ratios de
donnée concernant les marchés solvabilité, de liquidité, etc ..
déjà exécutés par les candidats
• Demander le rapport du
• Compléter le dossier technique commissaire au compte pour
par une liste des marchés en les marchés importants
cours d’exécution par le
candidat
Recommandations relatives aux critères d’attribution

2. Régularité de la situation vis à vis de l’administration fiscale


et de la C.N.S.S

Durée de validité des documents


de trois mois.
Recommandations relatives au suivi des marchés

1. Personne chargée du suivi de l’exécution du marché

Elle doit constituer une obligation pour le


maître d’ouvrage., avec une définition claire
des obligations, pouvoirs et responsabilités
tout en spécifiant les cas dans lesquels le M.O
en fera recours.
Recommandations relatives au suivi des marchés

2. Un déficit d’informations sur les achats publics

L’obligation de préparation, par l’acheteur


public, d’un rapport annuel sur les marchés
exécutés devrait être instituée.
Recommandations relatives au contrôle des marchés

1. L’audit interne

 Renforcer l’audit interne.


 Baisser le seuil d’audit à 1Million de

DHS.
Recommandations relatives au contrôle des marchés

2. Contrôle de la réalité de la concurrence

Exiger du concurrent la production de


l’état de répartition du capital social.
Conclusion
MERCI POUR
VOTRE
ATTENTION