Anda di halaman 1dari 31

SOUTENANCE DE FIN D’ETUDE

POUR L’OBTENTION DU DIPLOME DE MASTER II


EN COMPTABILITE-CONTRÔLE- D’AUDIT
Thème

« Les redressements et la résolution


de la double imposition en matière de
prix de transfert au Burkina Faso»

Année académique 2012 - 2013

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PLAN DE LA PRÉSENTATION

Choix du sujet
Problématique et hypothèses
Objectifs de l’étude
Méthodologie de recherche
Présentation et analyse des résultats
Suggestions et recommandations
Conclusion

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


CHOIX DU SUJET (1/3)
Le thème qui a retenu notre attention et qui fait l’objet du présent mémoire
s’intitule : « Les redressements et la résolution de la double imposition
en matière de prix de transfert au Burkina Faso».

Deux raisons fondamentales justifient notre choix.

D’abord les prix de transfert étant l’apanage des entreprises multinationales,


ces entreprises posent des problèmes de plus en plus complexes aux
administrations fiscales, car les règles d’imposition, différentes selon les
pays, ne peuvent être considérées isolément, mais doivent être analysées
dans un contexte international plus large.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


CHOIX DU SUJET (2/3)

Les administrations fiscales doivent faire face à des


entreprises abolissant les frontières, alors qu’elles
continuent souvent à ne voir que les entités situées sur
leur territoire (filiale, succursale,…) et à les traiter
isolément, sans appréhender l’ensemble économique
dans lequel ces entités s’insèrent.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


CHOIX DU SUJET (3/3)

Ensuite, l’enjeu fiscal est le cœur même de la


problématique des prix de transfert. Le transfert indirect de
bénéfices a, en tout état de cause, et quels qu’en soient les
motifs, pour effet de réduire indument l’assiette de l’impôt
dû par la société qui a opéré le transfert. Cela occasionne
des pertes de recette pour l’Etat et expose les entreprises
à la double imposition s’il y a un ajustement.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PROBLÉMATIQUE ET HYPOTHÈSES (1/3)
Tout au long de nos travaux de recherche, notre
principale préoccupation a été de répondre à une
question fondamentale :

Comment asseoir la base imposable des sociétés


multinationales pratiquant les prix de transfert
tout en évitant la double imposition ?

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PROBLÉMATIQUE ET HYPOTHÈSES (2/3)
Par ailleurs quelques questions spécifiques méritent d’être
posées :

 Comment imposer les justes prix de transfert ?

 Comment éviter les conflits entre les différentes admi


nistrations fiscales d’une part et entre l’administration
fiscale et les contribuables d’autre part ?

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PROBLÉMATIQUE ET HYPOTHÈSES (3/3)

Dans le souci de donner une direction à notre étude,


deux hypothèses ont été formulées:

Hypothèse 1 : les redressements opérés au titre des


prix de transfert entrainent une double imposition.
Hypothèse 2 : les redressements opérés au titre des
prix de transfert entrainent des conflits entre
l’administration fiscale burkinabé et les contribuables.
LES OBJECTIFS DE L’ETUDE
Afin de pouvoir répondre à notre préoccupation nous nous
sommes fixés trois objectifs :

 Notre premier objectif était de montrer les mécanismes que les


multinationales utilisent en matière de prix de transfert pour
optimiser leur charge fiscale.

 Pour le second objectif il s’agissait de démontrer l’importance du


principe de pleine concurrence en matière du contrôle des prix
de transfert

 Enfin, notre dernier objectif est de montrer comment éliminer la


double imposition et les litiges en matière de prix de transfert.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


LA METHODOLOGIE DE RECHERCHE (1/2)
Pour mener à bien l’étude autour du thème, nous avons eu
recours à plusieurs techniques de collectes d’information :

 D’abord la technique documentaire : en effet, l’exploitation de


documents généraux, de mémoires, et autres support nous a
permis de recueillir les informations qui constituent la
substance de notre travail.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


LA METHODOLOGIE DE RECHERCHE (2/2)
 Ensuite, la collecte des données : pour ne pas
être trop théorique nous avons collectés des
données chiffrés des redressements fiscaux
auprès des services de la DGI pour notre travail.

 Enfin, la recherche sur internet a été d’un apport


inestimable.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS (1/8)
Le travail que nous proposons de vous présenter est structuré
en deux grandes parties composées chacune de deux
chapitres:

- une première partie qui a consisté à se pencher sur les


concepts liés à la notion du prix de transfert et redressement
fiscal en la matière.

- une deuxième partie consacrée aux procédures d’élimination


de la double imposition et les perspectives pour une
meilleure règlementation des prix de transfert au Burkina.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS (2/8)

Dans la première partie nous avons dans un premier temps


mis en œuvre le principe de pleine concurrence et identifier les
méthodes de fixation des prix de transfert.

Le principe de pleine concurrence repose sur une analyse de


comparabilité des bénéfices des entreprises. En effet, le prix de
cession interne acquitté par les entreprises liées d’un groupe
multinational doit correspondre à celui qui aurait été payé dans
des circonstances similaires par des entreprises
indépendantes.
TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013
PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS (3/8)
.

D’autres méthodes, toutes complexes, permettant de déterminer


un prix de transfert peuvent être utilisées. Il s’agit des méthodes
traditionnelles fondées sur les transactions et celles fondées sur
les niveaux de profit.

Le but des méthodes de calcul mises en œuvre est donc de


parvenir à une légitimité objective des prix de transfert pratiqués.
Il est clair à cet égard que toute donnée interne à l’entreprise ne
peut qu’être suspecte aux yeux de l’administration fiscale.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PRÉSENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS (4/8)
Dans un deuxième temps nous avons analysé les différents
redressements opérés au titre des prix de transfert en mettant
en œuvre l’article 66 de la loi n°058-2017/AN du 29 décembre
2017 portant Code Général des Impôts. Ainsi pour les
redressements l’administration fiscale doit apporter non
seulement la preuve que des avantages anormaux ou
bénévoles ont été octroyés mais aussi la preuve du caractère
notablement plus avantageux du régime fiscal de la société
bénéficiaire.
TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013
.
PRÉSENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS (5/8)

En droit interne, l’article 66 de la loi n°058-


2017/AN du 29 décembre 2017 portant Code
Général des Impôts permet à l’administration de
rectifier les résultats déclarés lorsque des
bénéfices ont été indirectement transférés à
l’étranger, soit par voie de majoration ou de
diminution des prix d’achat ou de vente, soit par
tout autre moyen.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


.
PRÉSENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS (6/8)
Pour ce qui est de la Deuxième Partie, nous avons d’abord
fait ressortir les méthodes destinées à éviter la double
imposition et les litiges en matière de prix de transfert.
Pour les méthodes destinées à éviter la double imposition
nous avons :
d’une part la procédure amiable et l’ajustement corrélatif qui
constituent pour les administrations fiscales des moyens
classiques pour éliminer les doubles impositions.
D’autre part le droit exclusif d’imposition à un Etat et la
méthode de l’imputation partagée accordé par le règlement
N°08 de l’UEMOA.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PRÉSENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS (7/8)

Et pour les méthodes destinées à éviter les litiges nous avons :

d’une part la documentation : en effet, il est indispensable que les


entreprises conservent une trace écrite témoignant de leurs analyses
menées pour se conformer au principe de pleine concurrence.

 d’autres part les accords préalables en matière de prix de transfert qui


favorise la coopération et la concertation entre le contribuable et
l’administration fiscale.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


PRÉSENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS (8/8)

Enfin, nous nous sommes intéressés aux perspectives pour


une meilleure règlementation des prix de transfert au
Burkina Faso en mettant en œuvre l’assistance
administrative mutuelle prévue par le règlement N°08 de
l’UEMOA.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS
(1/5)
Nous avons au cours de notre travail fait des propositions
pour accroitre les capacités de l’administration fiscale.

Les propositions que nous avons modestement formulées,


interpellent d’une part les premiers Responsables de la DGI
et d’autres part le législateur.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS (2/5)

Aux premiers Responsables de la DGI, nous proposons ces deux solutions :

D’abord la formation des agents : la question des prix de transfert est aussi
bien fiscale qu’économique et il faudra une combinaison des deux
approches. Pour cela une formation initiale et continue en fiscalité
internationale constitue un moyen indispensable de renforcement des
compétences face à la complexité des systèmes d’information des grandes
entreprises et des prix de transfert.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS (3/5)
- Ensuite la création de structures appropriées : les vérificateurs
rencontrent beaucoup de difficultés dans le contrôle des prix de transfert
dû au manque d’informations nécessaires pour la comparaison des
transactions internationales. Il est donc nécessaire :
 De créer une structure d’enquête et de collecte de renseignements à
l’échelle régionale et internationale,
 De mettre en place un groupe de travail pour des commentaires sur la
convention fiscale de l’UEMOA et une commission fiscale inter-Etats ;
 De créer un service chargé de législation internationale ;
 De créer une brigade spéciale pour le contrôle des comptabilités des
sociétés de groupe.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS (4/5)
Au législateur, nous suggérons :

Le renforcement des dispositions des articles 66 et 573 de la loi n°058-


2017/AN du 29 décembre 2017 portant Code Général des Impôts (CGI) en
matière de transfert indirect des bénéfices à l’étranger. En effet ces
dispositions sont plus bref sur les notions de prix de transfert, la
dépendance des entreprises et l’existence d’un transfert indirect de
bénéfice. Ces notions doivent être plus explicités pour faciliter la
compréhension des textes. En outre nous recommandons l’instauration d’une
obligation documentaire en matière de prix de transfert lors du dépôt des
déclarations, la limitation de certaines charges déductibles telles que les abandons
de créance,

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS (5/5)
- En vue de renforcer les dispositions de la convention fiscale
de l’UEMOA nous proposons :
 l’harmonisation d’une documentation en matière de prix de
transfert

 la fixation d’un délai de recouvrement des créances pour


renforcer l’article 35 de ladite convention

 Enfin, la mise en place d’une procédure d’arbitrage


international.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


CONCLUSION (1/6)
Les prix de transfert évoque l’idée d’une manipulation
systématique des prix intragroupes afin de réduire
artificiellement les bénéfices, de provoquer des pertes,
d’éviter des taxes ou des impôts dans un pays déterminé.
Les administrations fiscales considèrent que les prix pratiqués
entre les sociétés liées doivent respecter le principe de pleine
concurrence. Un principe fondamental qui postule que le prix
entre des sociétés apparentées doit correspondre au prix de
pleine concurrence.
A cette difficulté majeure qu’est l’établissement des prix de
pleine concurrence, vient s’ajouter une autre difficulté, celle de
l’élimination de la double imposition.
TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013
CONCLUSION (2/6)
A travers nos cas pratiques, il ressort qu’en matière de prix de transfert
lorsqu’une société burkinabé filiale ou mère verse des sommes à une
société étrangère (mère où filiale), les sommes sont imposées au titre
des produits de la société bénéficiaire et également imposés au
Burkina Faso lors d’un redressement surtout quand la déductibilité de
ces sommes est rejetée. Il y’a alors une double imposition pour le
même revenu et cela confirme la première hypothèse selon laquelle les
redressements opérés au titre des prix de transfert entrainent une
double imposition.
Et la non acceptation par le contribuable des charges réintégrées par
l’administration fiscale amène souvent des contentieux fiscaux. La
deuxième hypothèse est alors validée car les redressements en
matière de prix de transfert entrainent des conflits entre l’administration
fiscale et les contribuables qui n’acceptent pas le prix de pleine
concurrence.
TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013
CONCLUSION (3/6)
Cheick Hamidou KANE disait et nous le citons : « le
rendement de l’outil ne doit pas faire oublier l’immensité
du chantier ». Fin de citation.
Tout cela pour dire que nous avons été confrontés à un certain
nombre de difficultés. Malgré la multiplication récente d’études
ayant trait au prix de transfert, la documentation portant sur le
sujet demeure nettement insuffisante et les données concrètes
sur l’importance que revêtent les prix de transfert sont
actuellement indisponible.
TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013
CONCLUSION (4/6)
Le sentiment qui est le nôtre au terme de cette étude est celui
qui s’attache à toute œuvre humaine, faite d’insuffisances et
de lacunes.

Si nous avons eu l’idée de mener une réflexion sur ce thème


c’est tout simplement parce que nous avons voulu apporter
notre modeste contribution pour la fixation des justes prix des
transactions internationales et l’élimination de la double
imposition en matière de prix de transfert.
TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013
CONCLUSION (5/6)
Tout en étant conscient de la modestie de notre apport, nous
avons la ferme conviction que la génération future saura
s’approprier les résultats de ce travail et poursuivre des
réflexions analogues et complémentaires sur cette approche.
En cela, nous nourrissons l’espoir que ce document que nous
avons voulu pratique, puisse répondre à cette attente en dépit
des insuffisances relevées et apporter un plus aux
connaissances de nos éventuels lecteurs.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


CONCLUSION (6/6)
Nous voilà au terme de cette phase de présentation des résultats de
notre travail. La rigueur scientifique devrait en être la caractéristique
fondamentale. Mais nous ne prétendons aucunement avoir atteint la
perfection dans ce présent mémoire, car vous avez sans aucun
doute relevé des imperfections dans notre document.

Par conséquent, nous accueillons avec considération les critiques et


suggestions pour les manquements constatés. Toute chose qui nous
permettra d’améliorer le contenu de ce document.

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013


Merci
Pour Votre
Aimable Attention

TOE Bassirou – UCAO 2012 - 2013