Anda di halaman 1dari 6

Effet du frottement

Nous considérons le cas plus réaliste d’un fond horizontal résistant.


La résistance provoque :
– l’apparition d’une contrainte pariétale de la forme :
pour un régime turbulent, avec cd un coefficient de Chézy, ou bien
pour un régime laminaire, avec c un facteur de proportionnalité, μ la viscosité, n un
paramètre pris le plus souvent à n = 1 pour un fluide newtonien.
– un cisaillement au sein de l’écoulement :
On introduit donc un facteur γ dit facteur de Boussinesq tel que
Les équations du mouvement sont écrites sous la forme (Hogg & Pritchard, 2004) :
Méthode de Whitham : rupture de
barrage sur fond plat
Whitham (1954) a proposé une méthode approchée pour calculer l’effet du frottement sur
le front.
Loin du front, la solution de Ritter est valable. Les champs de vitesse et de hauteur donnés
par :

sont donc valables jusqu’au point B, d’abscisse x = xb(t). Pour la région frontale située entre
xb et xa (position du front), Whitham suggère de ne pas résoudre les équations mais
d’intégrer les équations pour obtenir des équations globales du front (méthode de
Pohlhausen).
dans la région frontale, la variation de vitesse selon x
est faible de telle sorte que l’on peut écrite u(x, t) = u(t).

Figure : modification de la forme du front.

Notons que cette méthode intégrale ne permet pas de


déterminer exactement la forme de
la surface libre, mais il est possible d’en avoir une idée en
faisant un simple bilan de quantité mouvement près du
front.
En effet, en négligeant l’inertie du fluide au niveau
du front, on tire que le gradient de pression doit
contrebalancer le frottement :

or u(t) ≈ dxa/dt et cd = 1/C2 un coefficient relié au


coefficient de Chézy C. D’où l’on déduit
l’approximation :
Pour obtenir les équations globales du fluide au
niveau du front, on note que :
– la vitesse du fluide au point de transition xb est Ub−dxb/dt, où
(Ub, hb) sont les solutions de Ritter à gauche du point de transition B.
– le flux de masse M s’écrit ρhb(ub − dxb/dt) .
– le flux de quantité de mouvement est ρhbUb(Ub − dXb/dt).
L’équation globale du mouvement s’écrit donc :

où P est la quantité de mouvement et F la force de frottement :


Par ailleurs, puisque la vitesse est supposée
constante dans la zone frontale, on a P = M*Ub, or

Avec : d’ après la
solution de Ritter. L’intégration donne :

dans la solution de Ritter (il n’y a pas de variation de


masse, juste un changement de la surface libre et une vitesse front
moins grande). On déduit la vitesse :