Anda di halaman 1dari 31

Ô  


   
     
  

|  
 |   
Points de départs et effets enclenchants«

¢ Ô 
  
     

  
     
     
Ô      ! Ô
  
  !    "
     
  #Ô $

    Ô   
  Ô   
 
   
     
     
    

      
[otions à retenir

¢ ‰    
  %

    
  &    
 '  


 Ô $

 ( 
 $  ) 

  *     

"!+%,+
  - $)./ 

 ( 
   
     
    %
   
 
   
)  0

¢ Ô /    %  



 
    
 
 %

 %
  
 
 
  %
     
  1Ô-2)3)4    
  
        


56

 
  # 
  Ô 
   
 2 % 0

¢ 1  7
† ite«.

¢ * 
    
 
 
 
8 9
    
    :  

  8
9       %   
*  
---%-- 
     
    

  

:    !  
   "    "
    
  
    
&  Ô)8   9  #0
Posons des q estions de timing«
‰    # $

  
 
    
  
   
 $
     
   % $
 ( 
#& ;   

"    <  =     

 % &'%  "  


   ()*+    ,‰‰-)&./01&
.233 2&45

Ô  
         
      
   
             !  
        
Ô  
#

 %6
 &   4

Ô       par le


biais de la titrisation,dans  
 
 

 
  


  

       
 


  -Ô:&> 
   % 
? 
#* @ 

     
   1Ô/>1)&>:44)4)A)/ 1&) )&-1)&>:44)B

‰2/ 0 /Ô217202 /4889  :     
Ô / /489
mctions immédiates «Il y a le fe !

¢ 
 $
C (
¢ -   
  
  
¢ & 
 
   )
¢ - 
  $ $    


 
 #

2; &    % % " 


    
!  6!   9
=       

=         "   &


 !  & 4

¢ Ô $
 5 

¢ &  
 
#< 
  D $
     
%   
 
#* @ 6&)<41/<>>-4  $
%  #) *:42%   

¢ Ô  
   
 C     
 

   %      


   
   
 

¢ 
 
          

      #
Y 

y Ôa pl s grande contraction mondiale dep is la


g erre
y Principa  indices bo rsiers en ch te libre : ?

y  rande volatilité des marchés : mat. 1er, énergie,
actions«
y Faillites, effondrement des actifs«
1  $

7    %       


   +       
&+ "  <  +   
&    
     8

#   :   8


 6   =   %# 
# ,    % %  5>
     #       
!        , % &
   & 85>+       
  &   ?@ ?A)  
  &" : + +    "  B 
" 
  & 
&488

. =/C7Ô2 Ô17 /2C.0 /448;/! 8


6
>    5   
 

0 $     $


¢ /
   

    )  
  
   
C  
   
     
   
¢ Ô   Ô       
    !  %   
+     +     

 7   482 $=$
¢ Ô
   ±-))  



  "E 
(A)))"( )))
 


  
C %"!
¢ Ô 
Ô
  
Ô  
"+
* F "G+
¢ Ô
    
 
 
     
  ‰?
        
  -


C- *E! 



  <      

 $
   
C    
/  H % 
    
 Ô%  H % 

> D&A
 
¢ -  
 8
>
9 !    
    
489
¢ ) #
‰itons les pl s significatifs : vale r s périe r à 100
Mdrs dollars (i  i i  
 )
)-/ "!%GE!3

"!%GE!3

  

  

4  ?3

  

- >
 ""!%?3

  

> %??3

  

IJ "?3

  

2 "3

  

&  ""3



  

> G3


KI 3

  
n Débat et des interrogations«.

4          


¢ /


 
   
¢ /     


¢ : 
 
 
¢ /


    
¢ *  
  L
    
 0
¢ 4  $ 
  
¢ ) #
-  
#

y Ô  &        


     
    7//2
   0 ;2ÔÔ.‰ /  
  486Ô  89
0  "%  8
2    
 

ÔC  
    
( 
3  
 7).  
   7

Ô  <%  4


* 6 % )      

   #

y 2     


  Ô
  

y &  
     :

8/    


C$ 
 
%   (


    
 C $ 
  

  

  
     
  C 
    
 
   
C$

  9
Ô      7

 Ô  M   C


   
 
$%

$2 
C   

 N       
 
  
" Ô  I   

 .  
  $ 
 =
  
? Ô  I

  
  
C
  
. 
  
 >         
 
 
%
8 
C9
   . 
      .  
 O    
8
    9

 C   
   


 
2   7

y   
       
 =     

   $  $
C (

 $  Ô
        
 
   
   
   5 

    

  
    
  
 

y 2    #) 



6  .- />-263<3
4/#
Ô/>-    #
y   
 


 %      

     
 

y 2
       N
 

y )"E C 
      
?E+
   >  63<   "G  %
"E+)"P 
 
 P+Ô 

%     
  C
"P

y )./ C/  !,+


  


 >N  M    %Q"+7
      
     
1  
    3  

y           6

Ô   


   ;    $     $

    
 %
$ 
3  Ô

  
%
      
!!+     "P

2
 
 

 
 "G       
    .,E+      
 
" 5     $
  
"E+
 G+  "EÔ$ 
 
  
P"+     "P % 
        "G.?Q"+
> #
Ô   
$  
  $  %   

 $
        $  
 -)*8 Ô   N   
  

  
3&)
  
   
   
  "G   
  
 

        
        
  2     
  "G   
 

!!+
*         
Ô 
  .   7

y Ô  

y 
    !  
" #$   % & '()* 
    +, &  -#.')'
 /#0'1)
 Ô 2      
& 3)
0 Ô    4   
&' 5'0)
5 Ô ' !'  "
 &  0 )
1 " 
"  6  

y Ô   7/" &  ,  


 &       '
 & & 
% 89 
   :   ; 
  <
y Ô     %
4   #=5) 
4    ' 
  !'#> ) / 
    <   
6  ? ' 
      
  
Ô     < @

y A    


y Ô       %   4
  
y 7    &
y -     4  
7    4 <B
y 7 4 C D 
  B 9'  B <
Ô , 
1) Balance co rante : Elle mes re les mo vements les mo vements
d¶épargne entre pays. n solde positif indiq e q e les résidents d¶ n
pays dépensent moins q e le r reven disponible. ‰e q i donne ne
épargne nette q i pe t s¶investir à l¶etérie r : cas de la ‰hine. n solde
négatif indiq e q e les résidents dépensent pl s q e le r reven
disponible. ‰e solde est financé par  4 de l¶étranger. ‰as des
Etats nis.
2) B lle : appréciation pl s o moins long e d pri d¶ n actif
3) ‰rise des liq idités : sit ation où n pays, ne entreprise o ne
banq e ne pe t momentanément faire face a  demandes de
rembo rsement de sa dette à co rt terme.
4) Déflation : sit ation où la faiblesse de la demande entraîne la baisse
des pri des biens et services et celle des actifs, des intérêts réels, des
profits
5) Fondamenta  de l¶économie : po r parler de la santé » des grands
agrégats de l¶économie réelle q i pe vent so tenir la croissance
6) Hedge F nd : Fonds d¶investissement non côté q i ont ne vocation
spéc lative. Ils tilisent l¶effet de levier, c¶est-à-dire engager n vol me
de capita  s périe r à la vale r de le r capita  propres
-  
.Ô 4 &? E  #Ô8
 4    
 4  4F, Ô
  ?        
       4 < 
 * &      
 
3 Ô     : 
      4  
!
&4         < 
 #&' 4  " 
9  ' &4 2  G %'
   &4    ,
 
  HG  8   ' 4
'G  ,&  
    ,4 4 
elq es plans de relance«

y D¶abord a nivea des pays développés :


y Voir carte :
ÅÅÅ
      
      


y Ôe montant est conséq ent : q elq es 3000 milliards de
dollar s r de  ans : 5% d PIB mondial
y Mes res fiscales, s bventions, app i a  entreprises,
trava  d¶infrastr ct res, projets d¶éq ipements, so tien
à la consommation et à l¶achat de biens d rables (
voit res«.)
y Ôe FMI a estimé ces montants a to r d¶ n impact + de
0,5% à 1,25% de points de croissance
el en est le coût à moyen terme ?

y D¶abord, n endettement massif q i pe t probablement


engendrer des risq es de remontée des ta  d¶intérêts
y [ ance : la capacité d¶ n pays à porter la dette dépende
de sa richesse, de sa fleibilité b dgétaire et d ta 
a q el il paye les intérêts
y Ôes agences de notation estiment q ¶à partir d¶ n se il
maimal de la dette a to r de 75% d PIB, il y a risq e
série  de baisse de note, donc de coût de la dette.
y D¶aille rs, le FMI a estimé q e la dette p bliq e des di
pays les pl s riches devrait passer de 78% d PIB en
2007 à 114% en 2014 !
Et demain«

y † r le plan de l¶analyse froide«..l¶effort post crise est


certainement annonciate r des problèmes de
demain.
y Q estion : la crise d¶a jo rd¶h i n¶est-elle pas le
prél de à celle de demain o d¶après demain ?

y Q i po rra le dire ?